Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue(s) d’écrivains

 | 
Edgard Weber
, 
Marie-Flore Beretta
, 
Julien Dufour
, 
et al.

L’arabe, langue d’expression littéraire en Afrique

Le cas de deux romans érythréens

Xavier Luffin

Texte intégral

1La langue arabe est utilisée dans une vingtaine de pays, comme langue maternelle d’une partie de la population, comme langue véhiculaire et comme langue de culture. Si l’Érythrée figure parmi ces États, sa production littéraire en langue arabe demeure toutefois très mal connue du public, tant européen qu’arabe d’ailleurs.

2Ce pays côtier de la Corne de l’Afrique, indépendant depuis seulement 1993, est bordé par l’Éthiopie au sud, le Soudan à l’ouest et Djibouti à l’est. Malgré sa population relativement modeste (quatre à cinq millions de personnes), on y parle dix langues appartenant à des familles linguistiques différentes – le tigrinya, le tigré, l’afar, l’arabe, le bilen, le bedja, le kunama, le nara, le saho et le dahlik – dont deux considérées comme les principales « langues de travail », le tigrinya et l’arabe, auxquelles s’ajoute l’anglais.

3Sur le plan littéraire, les auteurs érythréens s’expriment dans plusieurs langues : le tigré, l’arabe et surtout le tigrinya, mais aussi l’italien et l’anglais. Parmi ceux qui écrivent dans les deux principales langues du pays, citons Mussa Mohammed Adem pour le tigré, Angessom Isaak, Ghirmai Yohannes ou Saba Kidane pour le tigrinya. Ribka Sibhatu et Abdu Hamid Barole, qui vivent en Italie, écrivent actuellement dans la langue de ce pays tandis que Sulaiman Addonia, qui réside en Grande-Bretagne, est l’auteur d’un roman en anglais intitulé The Consequences of Love, traduit en français sous le titre Les Amants de la mer Rouge.

4En ce qui concerne l’arabe, cette langue occupe une place intéressante en Érythrée à plusieurs égards. D’abord, elle constitue l’une des langues nationales. Ensuite, une partie de la population – les Rashayda, une tribu arabe originaire de la péninsule Arabique qui aurait émigré en Érythrée et au Soudan dans le courant du xixe siècle – l’utilise comme langue maternelle. Enfin, l’arabe est aussi utilisé comme langue véhiculaire sur une partie de la côte. Parallèlement, la présence de l’islam dans le pays, les mouvements de migration, notamment vers le Soudan voisin et les pays du Golfe, et aussi les liens politiques privilégiés de l’état érythréen avec la Ligue des États arabes font de l’arabe une langue disposant d’une réelle aura sur le plan culturel. La télévision nationale propose des émissions en arabe, le journal officiel est également publié en version arabe. De nombreux essais ont été écrits en arabe, notamment Tārīḫ Irītriyā al-muˁāṣir (« Histoire contemporaine de l’Érythrée »), un ouvrage d’histoire imposant et détaillé rédigé par Muhammad Uthman Abu Bakr.

5En poésie, plusieurs auteurs ont choisi d’écrire en arabe, comme Tāj al-Dīn Nūr al-Dāˀim Yūsif, auteur d’un recueil intitulé Maqāṭiˁ li-l-umm wa-l-ṯawra (« Extraits pour la mère et la révolution »), Abdul Hakim Mahmoud El-Sheikh – qui a obtenu le prix Raimok de poésie arabe en 1997 – Mohammed Mahmoud El-Sheikh et Ahmad Umar Shaykh, auteur de trois recueils de poésie. Mais l’usage de l’arabe ne se cantonne pas aux essais historiques et à la poésie. Quelques auteurs érythréens se sont également essayés à la nouvelle – dans les années quatre-vingt-dix, le supplément littéraire du journal gouvernemental Irītriyā al-ḥadīṯa a publié quelques nouvelles d’Abd Al-Qadir Hakim par exemple – et au roman. Le premier roman arabe d’un auteur érythréen est Ṣāliḥ aw riḥlat al-šitā (« Saleh ou Voyage en hiver ») écrit dans les années soixante-dix par Mohamed Said Nawed.

6Depuis, plusieurs autres auteurs érythréens ont publié des romans en arabe. Dans le cadre de cet article, nous concentrerons notre attention sur deux romans récents : Al-Rīḥ al-ḥamrāˀ d’Ahmad Umar Shaykh – auteur de plusieurs romans et recueils de poésie, il a étudié à l’Université du Roi Abdelaziz, en arabie Saoudite, et a reçu plusieurs prix littéraires dans son pays – et Tītānīkāt afrīqiyya d’Abu Bakr Hamid Kahhal – auteur de trois romans, qui réside actuellement en Libye.

7Al-Rīḥ al-ḥamrāˀ (« Le vent rouge ») relate la vie quotidienne des habitants d’un petit village de la côte érythréenne, Zula, vers la fin du xixe siècle. Ces hommes et ces femmes aux personnalités variées constituent une mosaïque intéressante, dont chaque pièce remplit un rôle social particulier : Ṭulūl Šayḫ Maḥmūd, al-Ḥājja Rāḍiya la devineresse, al-Jabalī le Yéménite qui fabrique les bateaux de pêche, Idrīs, qui est d’origine soudanaise et qui représente les autorités égyptiennes sur la côte…

8Tītānīkāt afrīqiyya (« Titanics africains ») relate le long périple d’hommes et de femmes venus des quatre coins d’Afrique : Éthiopie, Érythrée, Soudan, Ghana, Liberia… pour tenter de traverser la mer Méditerranée à partir de la Tunisie. Le récit s’attarde en particulier sur l’aventure personnelle du narrateur qui a quitté l’Érythrée pour se rendre au Soudan, puis en Libye et en Tunisie, bravant les brigands armés et autres dangers de la route qui traverse le Sahara. Reste une seconde traversée à affronter, non moins périlleuse : celle de la mer Méditerranée, à bord d’une embarcation qui n’est pas équipée pour de tels voyages.

9Bien que ces livres soient rédigés en arabe, leurs personnages principaux sont issus de la communauté tigrée, ce qui signifie qu’une partie au moins des dialogues rédigés en arabe sont en fait, dans la réalité des deux romans, échangés en tigré – qui est aussi la langue des deux auteurs. On pourrait comparer cette situation à celle des livres de nombreux écrivains francophones ouest-africains, Amadou Hampâté Bâ par exemple, ou encore du Roumain Panaït Istrati, qui décrivent en français une intrigue censée se dérouler principalement dans une autre langue (voire plusieurs autres langues) – le peul dans le premier cas, le roumain dans le second cas. Toutefois, la présence de personnages arabophones ou de scènes où les protagonistes tigrés s’expriment en arabe rend ce rapport à la langue d’écriture encore différent, et nous amène à nous poser deux questions : d’une part, quels sont les indices livrés au lecteur pour lui signifier qu’un dialogue donné se déroule en arabe ou en tigré, voire dans une autre langue ? D’autre part, quelle est la place de l’arabe dans l’imaginaire des personnages du roman ?

10Dans le cas du premier roman, celui d’Ahmad Umar Shaykh, on doit imaginer que les dialogues entre les personnages autochtones ont lieu en tigré, tandis que les dialogues entre al-Jabalī le Yéménite et les pêcheurs du village se déroulent plutôt en arabe. Parfois, un indice nous aide à comprendre clairement la nature linguistique de l’échange. Ainsi, à la suite d’un dialogue entre l’un des habitants de Zula et Ḥājja Rāḍiya la devineresse, qui utilise l’arabe dans ses pratiques magiques, le narrateur précise à propos des compétences linguistiques du premier :

[Ḥājja Rāḍiya prononça] quelques sévères incantations dans une langue arabe qu’il ne pouvait pas saisir, car sa connaissance de l’arabe ne dépassait guère la récitation du saint Coran et quelques mots de base que les pêcheurs avaient ramenés de la mer…

11Plus loin, les dialogues entre Ṣāliḥ le Yéménite et Ṭulūl sont transcrits en arabe dialectal. On peut supposer qu’il s’agit cette fois de la langue réelle du discours, l’arabe véhiculaire utilisé entre pêcheurs yéménites et érythréens, mentionné plus haut :

Ṣāliḥ al-Jabalī fit un signe de la tête en direction du nouveau bateau en disant :
– Il est de bonne facture.
Ṭulūl se tourna vers lui en tirant les amarres :
– Ne vante pas ton propre travail, mon vieux Jabalī.
– Celui qui ne sait pas vanter son œuvre est perdu, Ṭulūl.

12Ou encore :

– Occupe-toi de tes affaires, Jabalī, laisse les gens tranquilles.
Al-Jabalī se mit à rire tout en essuyant la planche de la cabine qu’il venait de terminer, sur laquelle il avait écrit la sourate de la Nouvelle. Il s’amusait à la vue des poissons qui sautaient sur le plancher de l’embarcation :
– Le nouveau poisson est bien frais, il est incomparable, Ṭulūl.

13Mais dans ce roman, l’arabe n’est pas seulement la langue de la narration et des dialogues, c’est aussi une partie du patrimoine culturel du pays, qui prend différentes formes : c’est d’abord la langue de la religion – du Coran, de l’appel à la prière, des versets écrits sur les bateaux de pêche. C’est aussi la langue de la magie, celle qui permet à Ḥājja Rāḍiya d’entrer en contact avec les esprits, celle de la poésie – chaque chapitre est introduit par un poème, l’auteur étant à la fois romancier et poète, et al-Jabalī lui-même déclame quelques vers – et enfin la langue maternelle d’al-Jabalī, qui lui permet de converser avec ses amis.

14Pour autant, l’importance donnée à la langue arabe n’efface nullement les autres langues du pays, au contraire : celles-ci apparaissent régulièrement pour teinter le récit d’une certaine authenticité : le roman est écrit en arabe, mais il s’inscrit clairement dans la culture tigrée et, plus largement, érythréenne, comme en témoigne le passage suivant, mâtiné de termes locaux : « Le gouverneur envoya des coffres remplis de biens et de bracelets en or, de bracelets de pied, mais aussi des zumam, des marayya et des mazwar. » Plus loin, l’auteur décrit aussi les « arkawkabay [les palmiers] sur la berge sinueuse du fleuve ». Enfin, l’auteur joue avec les sonorités de la toponymie locale :

Il planta dans son cœur une épée samharie bien tranchante, qui avait été nommée ainsi parce que ses meilleurs artisans vivaient dans la région [de Samhar] où se situait le village de son père. Grâce à elle, les gens d’Ambirami, de Damâs, de Gahtilay, de Wagiru et de Shabah étaient devenus célèbres.

15L’arabe est donc la langue de la narration et, dans une certaine mesure, l’une des langues des personnages. Pour autant, elle n’efface en aucune manière la langue et la culture tigrées, omniprésentes dans le roman. Elle n’est pas non plus en concurrence avec la langue locale et coexiste plutôt avec elle. Le cas du roman d’Abu Bakr Hamid Kahhal est différent. En effet, le roman lui-même se passe intégralement dans le monde arabe, puisque le livre s’ouvre sur la vie d’un groupe d’Érythréens réfugiés au Soudan, qui se rendra ensuite en Libye puis en Tunisie. Il faut imaginer que lorsque les Érythréens se retrouvent entre eux, les dialogues se déroulent en tigré. Mais hormis bien sûr les noms des personnages – Terhas, Asmelash, Askedom, Mesfin… – les mentions explicites de cette langue sont relativement rares. Il y a d’abord un passage où le narrateur se souvient des différents surnoms dont il était affublé en Érythrée, surnoms tantôt arabes, tantôt tigrés :

Les surnoms qui m’ont poursuivi toute ma vie sont innombrables. En Érythrée, mon pays d’origine, je portais le surnom de Shammam, « le renifleur », en raison de la réputation que m’avait créée un ami implacable, qui prétendait que je respirais un morceau de tissu imbibé d’essence. Ce surnom en avait effacé un autre plus ancien, que je portais depuis que j’étais petit, Ambassa, ce qui signifie « lion » en tigré.

16Plus tard, le narrateur décrit les compétences linguistiques des membres érythréens du groupe de clandestins regroupés dans une cache, en attendant le bateau censé les emmener en Europe. Le passage nous indique clairement que le narrateur et au moins l’une de ses compatriotes s’expriment entre eux en tigré, tous ne connaissant pas l’arabe :

C’est terrible, dis-je en passant rapidement en revue les nombreuses inscriptions que les émigrants avaient tracées sur les murs depuis des années, juste avant de prendre la mer […]. Elles occupaient les quatre murs de la cuisine, c’était un mélange de langues : l’arabe, le français, l’anglais, l’amharique et le tigré. Terhas connaissait les deux dernières, comme moi, et aussi l’anglais, tandis que de mon côté je connaissais l’arabe en plus […]. Il y avait une inscription en arabe, tracée par une main féminine, qui disait : « Pardonne-moi, Hammoudi ». Lorsque je la traduisis à Terhas, elle se mit à pleurer.

17Mais une grande partie des dialogues exposés dans le livre se déroule entre le narrateur et des interlocuteurs arabophones, puisqu’il traverse divers pays d’Afrique du Nord, comme dans le dialogue suivant un passeur soudanais :

– Laisse-moi deviner de quel pays tu viens. D’abord, c’est sûr, tu n’es ni Soudanais, ni Somalien car presque tous les Somaliens sont élancés, les hommes comme les femmes, c’est comme s’ils étaient faits pour être mannequins. Toi par contre, tu es vraiment costaud.

18Ce dernier passage est écrit en arabe standard, comme la plupart des dialogues. Toutefois, dans la première partie du roman, l’auteur utilise parfois des termes en arabe dialectal soudanais, comme kubrī pour « pont » ou hanbāta pour « brigand », tandis que plus loin ce sont des dialogues entiers qui sont transcrits en arabe dialectal, algérien ou égyptien par exemple, en fonction de l’origine des interlocuteurs :

[ˁAṭiyya dit, en dialecte égyptien :]

– C’est toi qui parle ainsi ? On m’avait pourtant dit que tu étais un homme instruit, comment peux-tu te laisser tromper par le discours des télévisions ? Le calme de la mer n’est qu’apparent. Tu m’entends, monsieur je-sais-tout ?

Un jeune Algérien l’interrompit [en dialecte algérien] :

– Pourquoi tiens-tu des propos si amers, mon vieux ˁAṭiyya ?

19Un autre dialogue, entre une Kurde et une Sénégalaise, est transcrit dans un arabe simplifié et fautif, reflétant la connaissance de base de cette langue chez l’interlocutrice sénégalaise. Par ailleurs, d’autres échanges sont censés se dérouler en anglais avec les migrants non arabophones, notamment Malouk le Libérien, mais sont toutefois notés en arabe standard, comme dans le cas des dialogues en tigré.

20L’arabe est donc utilisé par Abu Bakr Hamid Kahhal pour l’intégralité des dialogues, mais le lecteur comprend par certains indices que dans la réalité du roman, ces échanges s’opèrent tantôt en arabe, tantôt en tigré, tantôt en anglais. Quant à la place occupée par l’arabe dans l’imaginaire des personnages, elle n’est pas abordée comme dans le roman précédent, car l’espace et l’intrigue du roman sont radicalement différents. D’abord, le récit se déroulant intégralement en dehors de l’Érythrée, il y a peu de place pour les allusions au statut social, culturel ou religieux de l’arabe en Érythrée. En outre, l’objectif du romancier est de mettre en évidence un drame social de dimension planétaire : celui des migrants du tiers-monde qui tentent de rejoindre l’Europe. L’arabe est donc présenté essentiellement dans sa dimension de langue véhiculaire, utilisée entre les Érythréens et leurs interlocuteurs arabes, voire entre ressortissants d’autres nations.

21En conclusion, la littérature érythréenne d’expression arabe constitue un nouveau champ d’investigation intéressant à plusieurs égards. Tout d’abord, il ne s’agit pas d’un phénomène anecdotique, puisque plusieurs auteurs désormais ont choisi de s’exprimer dans cette langue, qu’ils soient historiens, poètes, nouvellistes ou romanciers. L’arabe, parlé et surtout lu dans une vingtaine d’États, pourrait aider au désenclavement potentiel d’auteurs dont la langue maternelle n’est utilisée que dans deux pays – le tigré se parle en Érythrée et en Éthiopie – voire uniquement en Érythrée.

22Inversement, l’arrivée d’écrivains issus de pays « périphériques » – l’Érythrée, mais aussi la Somalie ou le sud du Soudan, où se développe également depuis quelques années une littérature d’expression arabe – sur la scène littéraire arabe offre à celle-ci de nouvelles perspectives. À cet égard, notons que depuis sa publication Tītānīkāt afrīqiyya a fait l’objet de plusieurs articles dans les pages littéraires de la presse arabe.

23Mais l’arabe n’est pas pour ces auteurs un simple outil : il fait partie depuis plusieurs siècles du patrimoine national, à côté des autres langues du pays, et ne se substitue donc pas à celles-ci, qui conservent toute leur place dans l’espace culturel décrit par des auteurs tels qu’Ahmad Umar Shaykh ou Abu Bakr Hamid Kahhal.

Bibliographie

Bibliographie

Abu Bakr, Muhammad Uthman (Muḥammad ˁUṯmān Abū Bakr), Tārīḫ Irītriyā al-muˁāṣir, Le Caire, Abu Bakr, 1994.

Addonia, Sulaiman, The Consequences of Love, Londres, Random House, 2009.

Addonia, Sulaiman, Les Amants de la mer Rouge, Paris, Flammarion, 2009.

Barole Abdu, Hamid, Akhria : Io, sradicato poeta per fame, Reggio Emilia, Libreria del Teatro, 1996.

Brancato, Sabrina, « From routes to roots. Afrosporic voices in Italy », Callaloo 30, 2, 2007, p. 653-661.

Cantalupo, Charles, Eritrean Portfolio, Asmara, Hdri Publishers, 2006.

Hamid Kahhal, Abu Bakr (Abū Bakr Ḥāmid Kahhāl), Tītānīkāt afrīqiyya, Londres, Al-Saqi, 2008.

Ponzanesi, Sandra, « Postcolonial women’s writing in Italian. The case study of the Eritrean Ribka Sibhatu », Northeast African Studies, vol. 5, no 3 (New Series), 1998, p. 97-115.

Sibhatu, Ribka, Auló. Canto-poesia dall’Eritrea, Roma, Sinnos, 1993.

Nūr Al-Dāˀim Yūsif, Tāj al-Dīn, Maqāṭiˁ li-l-umm wa-l-ṯawra, Asmara, Adulis, 1992.

Simeone-Senelle, Marie-Claude, « Les langues en Érythrée », Chroniques yéménites 7, 2000, p. 167-173.

Simeone-Senelle, Marie-Claude, « L’arabe véhiculaire parlé en Érythrée sur la côte de la mer Rouge, de Massawa à Rahayta », Oriente moderno n. s. XIX (LXXX), 1, Rome, 2000, p. 153-181.

Umar Shaykh, Ahmad (Aḥmad ˁUmar Šayḫ), Al-Rīḥ al-ḥamrāˀ, Toronto, Key Publishing House, 2007.

Auteur

Université libre de Bruxelles

© Presses universitaires de Strasbourg, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540