Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue(s) d’écrivains

 | 
Edgard Weber
, 
Marie-Flore Beretta
, 
Julien Dufour
, 
et al.

Tahar Ben Jelloun : entre les mots, les mots de la honte

Aya Sakkal

Texte intégral

  • 1 Perrot-Corpet 2007 : 11.

1Si le xénisme consiste à « introduire dans le corps du texte des éléments linguistiques empruntés à une langue étrangère »1 ou à la langue de l’autre, il est curieux de constater que les mots « étrangers » employés par Ben Jelloun, écrivain marocain d’expression française, sont pour la plupart des plus familiers, des plus proches des protagonistes puisqu’il s’agit de la langue du même, de la langue maternelle : l’arabe marocain.

2Cette démarche d’écriture, qui se distingue de l’utilisation d’un xénisme « norme », est présente chez nombre d’écrivains maghrébins d’expression française qui s’inscrivent dans le mouvement de la « bi-langue » pour reprendre le terme de A. Khatibi, le créateur de ce mouvement qui envisage une langue dialogique qui puisse exprimer la langue maternelle dans la langue française.

  • 2 Ben Jelloun 2006.
  • 3 Ben Jelloun 2009.

3Dans les deux derniers romans de Ben Jelloun Partir2 et Au pays3, l’usage du xénisme est fondamental malgré sa rareté parce qu’il joue un rôle déterminant dans la fiction et en dit long sur la psyché des personnages. Il n’est pas question du xénisme implicite qui consiste à traduire en français des expressions idiomatiques de l’arabe par exemple, ni de celle qui reflète l’imaginaire ou l’esthétique d’une autre culture, et qui, elle, sous-tend une grande partie de la fiction, mais du xénisme explicite, en transcription phonétique, visualisé en italique, de ces mots qui ne se disent que dans la langue-mère et qui n’acquièrent leur plein sens qu’à travers elle.

  • 4 http://fr.wikipedia.org/wiki/Honte, p. 1.
  • 5 Ibid., p. 4.

4Il s’agit de mots liés à la honte, et avant tout le mot hchouma, mot-clef, prononcé dans le discours des deux romans. Quoi de plus naturel et de plus spontané que d’évoquer le sentiment de honte dans la langue-mère. En effet, de nos jours, les psychanalystes portent une attention toute particulière au sentiment de la honte car, à la différence des autres émotions, la honte se distingue par sa dimension sociale, narcissique. Elle est définie comme une émotion « archaïque », « primaire » au sens où elle est souvent très peu verbale, mais bien plutôt sensorielle, se manifestant émotionnellement par une gêne, un malaise qui, corporellement, peut se manifester par les yeux et la tête baissés, un rougissement ou, cognitivement, par un discours interne dévalorisant ou agressif, et sur le plan comportemental par l’inhibition4 … N’a-t-on pas gardé le terme occitan de vergonha pour exprimer le sentiment de honte au moyen duquel l’école française de la République est arrivée à éradiquer en partie l’identité occitane ? Les maîtres d’école infligeaient aux élèves qui parlaient patois de telles humiliations qu’ils avaient finalement honte de leur identité. Ce terme Vergonha est passé à la postérité comme le phénomène historique de renoncement à la langue et à l’identité occitane par son propre peuple5.

  • 6 Benedict 2005.

5Dans son film télévisé, Jérusalem (2009), Élie Chouraki retrace les premiers moments de la fondation de l’état d’Israël. L’ensemble du film est en français, à l’exception d’un seul mot : lorsque le chef de la milice joué par Patrick Bruel s’adresse aux troupes après le massacre d’un village palestinien Deir Yasin – massacre qu’il n’a pas commandité –, il leur dit en hébreu dans leur langue mère Tet bayesh, sous titré en français : « La honte ! » La grande anthropologue américaine Ruth Benedict (1887-1948), dans des ouvrages fort célèbres sur la honte, Patterns of culture et The Chrysanthemum and the sword6, fait le distinguo entre la culture de la honte qui serait plus du côté oriental japonais et chinois, et la culture de la culpabilité qui serait inhérente à la culture occidentale. Néanmoins, aucune culture ne peut se baser uniquement sur un seul de ces sentiments et les anthropologues rejettent de nos jours ce type de classification.

  • 7 http://www.bladi.net/forum/threads/hchouma-loi-invisible.19159/ 11/05/2004, p. 1.

6De leur côté, les anthropologues et psychologues marocains se penchent sur ce phénomène et font une place à la honte, leur honte, celle de la hchouma qui serait d’après eux une spécificité maghrébine. « Nous sommes tous les enfants d’une culture hchouma »7 dit un psychologue. Sans équivalent en français, ni en anglais ni en aucune autre langue d’ailleurs.

  • 8 Perrot-Corpet 2007 : 11.
  • 9 Ben Jelloun 2006 : 233.
  • 10 Alain Montandon, préface dans Perrot-Corpet & Queffélec 2007 : 8.

7Le recours à cet étrangisme8 par Ben Jelloun montre bien que le terme se révèle intraduisible et ne renvoie pas au même référent que dans la langue française. En effet, il commence d’abord par rendre l’idée en français en accumulant les touches : « l’immense honte »9 ; ensuite il la suit par le terme hchouma, constatant que cela ne peut être pleinement suggéré qu’avec un vocable en maghrébin. Ainsi, l’emploi de l’étrangisme chez Ben Jelloun ne souligne pas une couleur locale linguistique mais désigne une spécificité caractéristique d’une autre culture, ici maghrébine, « relevant en quelque sorte en partie de l’imagologie pour désigner le caractère d’une nation »10. Dans le même sens, l’écrivain argentin de langue française Hector Biancotti, dans Le Pas si lent de l’amour, dit :

  • 11 Biancotti 1999 : 426.

Je ne soupçonnais pas que chaque langue est une façon singulière de concevoir la réalité, que ce qu’elle nomme suscite une image qui lui appartient en propre. Il m’est arrivé d’avancer que l’on peut se sentir désespéré dans une langue et à peine triste dans une autre11.

  • 12 Voir Dollé 2001 : 32.

8L’écrit dans une langue autre renvoie-t-il à la même pensée ? Le monde y est-il appréhendé pareillement ? Quel rapport une langue entretient-elle avec sa propre littérature et sa propre culture dans une société donnée ? Ces questionnements ont toujours fait l’objet de débats qui, de nos jours, se prolongent à la frontière entre linguistique, philosophie et psychanalyse. Les études en cours se réfèrent surtout à la théorie de Humboldt. Pour le linguiste allemand, langue et pensée interfèrent entre elles. Les mots ne se résument pas à des « signes », ils expriment aussi des idées qui ne sont jamais rigoureusement identiques d’une langue à l’autre, et cela d’autant plus que les mots peuvent être porteurs de connotations et d’affectivité particulières. Ainsi les langues, dans leur diversité, sont comme des visions du monde (Weltansichten) différentes, constituant autant de chemins pour approcher la vérité12.

  • 13 http://www.Bladi.net/forum/19159-hchouma-loi-invisible. 11/05/2004, p. 1.
  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid.

9Difficile à cerner d’après les spécialistes, la hchouma tire sa force de son ambiguïté. Contrairement à haram (interdit religieux) qui est un interdit net, définitif parce qu’écrit et défini, la hchouma (interdit social) est héritière de la tradition orale et son champ d’application est donc plus large. Pour Lahcen Haddad, anthropologue, « la mise en place de hchouma ou sa référence ne peuvent être expliquées. C’est justement parce qu’elle est incompréhensible et inintelligible qu’elle est d’autant plus forte »13. Pour se sentir coupable, pas besoin d’explication, hchouma suffit, car dans l’inconscient collectif, c’est un ensemble de règles de conduite, un code moral définissant ce qu’on peut faire, dire ou ne pas dire. Toute société produit ses propres valeurs (politesse, savoir-vivre, etc.), à la différence près que hchouma reste un puits sans fond, arbitraire : chaque famille, communauté, région y mettant un peu ce qui relève de sa propre « norme ». « Qui d’entre nous Maghrébins », écrit la sociologue Soumaya Guessouss, « n’a pas été un jour pétrifié sur place par cette injonction impérieuse prononcée d’une voix menaçante par sa mère, sa grand-mère : Wili hchouma »14. Cette dernière interjection se traduit par : « Ô la honte » qui sous-entend le sens caché de : « Que Dieu me maudisse ». D’après les psychanalystes, cette loi invisible, jamais expliquée, est ravageuse. L’individu intériorise les tabous sans les comprendre, ce qui les rend encore plus pesants. Pour le psychologue et sexologue A. Harakat : « Avec hchouma par ci, hchouma par là, on crée un individu qui finit par avoir peur d’agir… »15.

  • 16 Ben Jelloun 2009 : 91.

10Dans Au pays, qui raconte l’itinéraire d’un immigré marocain et son désir du retour au pays natal après de longues années passées en France, le seul mot en marocain qui surgit dans l’espace de l’exil est hchouma16, la honte, la pudeur, qui paralyse tout son être. Comme si toute la langue marocaine de l’exil se résumait à ce mot, la hchouma castratrice, qui charrie toutes sortes de tabous et de refoulements. Cela expliquerait peut-être en partie la rareté du vocabulaire marocain dans les deux romans, comme si la hchouma interdisait aux autres mots de s’exprimer, et ce qui expliquerait aussi le choix par l’auteur du français comme langue d’expression, sentiment partagé avec d’autres auteurs comme A. Rahimi :

  • 17 Laval 2008 : 24.

Ma langue maternelle, le persan, m’impose des tabous, des interdits.
La langue maternelle est la langue de l’autocensure. Adopter une autre langue, le français, c’est choisir la liberté. Avec le français, j’étais libéré de tonnes de contraintes affectives17.

  • 18 Ben Jelloun 2006 : 165.

11Dans Partir, dire la honte en français est une litanie qui se conjugue presque à toutes les pages : « J’ai honte, et il a honte ». Dès le début, Azel le protagoniste s’exprimait déjà ainsi : « J’ai honte, je suis falso »18. Ce dernier mot, emprunté à l’espagnol et passé dans le parler marocain, est traduit par l’auteur par « faux ». « Je suis faux », c’est d’emblée une dévalorisation de lui-même, un avilissement consenti, car Azel a accepté, pour quitter le Maroc à tout prix et partir en Espagne, de se prostituer et de suivre Miguel, richissime espagnol homosexuel, alors qu’Azel est lui-même hétérosexuel. Non seulement il trahit sa propre sexualité mais il trompe la confiance de Miguel en profitant au maximum de ses largesses en allant même jusqu’à le voler.

  • 19 Ben Jelloun 2006 : 23.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ben Jelloun 2006 : 165.
  • 22 Ben Jelloun 2006 : 109.

12Cette honte d’ordre moral prend des degrés divers dans le texte, de la honte à « la hchouma suprême »19, à la flétrissure désignée par le terme zamel qui s’applique aux « homosexuels passifs »20. Azel s’en défend en clamant haut et fort « mais moi je suis un homme, pas un Zamel ! »21, et n’hésite pas à prendre à témoin sa mère pour confirmer sa virilité comme si ce témoignage était probant : « Elle sait [dit-il] que son fils est viril. Il fait l’amour à une femme, à un homme. Ce sont des choses qui ne se disent pas »22.

  • 23 Ben Jelloun 2006 : 233.
  • 24 Ben Jelloun 2006 : 304.
  • 25 Ben Jelloun 2006 : 233-234.
  • 26 Ben Jelloun 2006 : 109.

13La honte se manifeste aussi dans le parler marocain lorsqu’elle accède au degré de « l’immense honte la hchouma »23 instinctivement proférée, honte relative au physique, à l’impuissance. Azel a en effet perdu sa virilité : « Je ne bande plus »24, dit-il. De ce fait, une névrose obsessionnelle s’installe car il place sa virilité sur un plan uniquement sexuel : « Walou ! walou ! Je suis devenu un walou, je suis rien, walou walou rien de rien, je ne suis plus capable d’être un homme, je suis une absence, un souvenir d’homme, une ombre »25. Il se remémore sa vie sexuelle d’avant quand « il faisait jouir les filles, Soumya son amie, et la prostituée, et même les garçons ». Ce dernier cas ne devant poser d’ailleurs aucun problème pour lui puisqu’il le considérerait plutôt comme un plus, marquant la spécificité, la supériorité du « mâle ». Il s’en vantait même : « Je suis tellement viril que je pouvais faire l’amour autant aux filles qu’aux garçons »26.

14Mais walou walou hchouma, interjection de honte devant l’impuissance sexuelle est tellement enracinée dans sa mémoire qu’elle rejoint celle proférée par les femmes dans son enfance le wili wili hchouma déjà castrateur. Donc, la langue arabe de l’exil d’Azel est toute contenue dans ce mot hchouma, mot-mère avec ses adjuvants wili ou walou suivant les cas.

15L’expression de la honte, ici liée au corps, est une résurgence inconsciente des termes entendus dans l’enfance dans la « langue-lait, langue-legs » qui réapparaissent matérialisés en italiques visibles, tangibles, évocateurs.

  • 27 Ben Jelloun 2006 : 58.
  • 28 Ibid.

16Il est intéressant de souligner que le diminutif Azel donné par sa mère, de son véritable prénom complexe Azz el-Arab, en arabe classique « Fierté des Arabes », caractérise une attitude virile opposée à celle de la honte. Miguel s’étonne de ce prénom car il ne l’a pas entendu auparavant, et lorsque Azel lui en donne la signification (« Fierté, la gloire des Arabes ! Je suis la crème des Arabes ! Celui qui est précieux, cher et bon… »27), Miguel fait une réflexion significative, lourde de sens, comme prémonitoire : « [prénom] un peu lourd à porter, non ? »28. D’ailleurs, ce prénom n’est pas usité et a été forgé par le père d’Azel, nassérien convaincu, partisan du nationalisme arabe et qui a transmuté le qualificatif « fierté » du domaine religieux (ˁIzz al-Dīn : « Fierté de la religion ») sur le plan de l’arabité. Ainsi, le prénom Azz el-Arab fonctionne comme une intertextualité chargée de sens, et non pas comme un prénom qui a perdu son sens premier.

  • 29 Ibid.

17Ironie des coïncidences, ou stratégie voulue par l’auteur, une certaine similitude se décèle entre le prénom Azel et l’homo passif zamel, même nombre de syllabes, et quatre lettres communes mais placées différemment. Par le choix de ce diminutif Azel, T. Ben Jelloun nous présente déjà une personne falote, une sorte de sous-homme, avili, en état de désagrégation comme l’est le monde arabe : « Malheureusement [dit Azel], le monde arabe est aujourd’hui en bien mauvais état ; moi aussi d’ailleurs »29.

  • 30 Ben Jelloun 2006 : 301.

18Un autre xénisme vient aggraver ce sentiment de honte. Il s’agit d’une insulte à caractère racial : « moro hijo de la calle » qui s’intensifie avec « moro hijo de puta »30 par laquelle la gouvernante de Miguel invective Azel qui a commis un vol chez Miguel son amant.

  • 31 Ben Jelloun 2006 : 303.
  • 32 Ben Jelloun 2006 : 136.

19Les deux seuls xénismes espagnols sont non traduits, car explicites, blasphématoires notamment pour la seconde insulte qui touche à l’image sacrée de la mère et renvoie aussi pour Azel à sa propre déchéance. Ce dernier pense que « l’image de la pute [lui] colle à la peau »31 comme une seconde nature et se remémore un épisode douloureux de sa vie où il avait accepté de se travestir en fille tout en conservant ses moustaches, lors d’une soirée déguisements organisée par Miguel. Il porte encore les stigmates de l’humiliation due à ce travestissement en « mi-homme, mi-femme »32.

20L’auteur fait peut-être par ailleurs allusion à cet événement qui a fait couler beaucoup d’encre où le champion national Zinédine Zidane insulté par un joueur adverse avec ces mêmes mots en italien « figlio de la puta », n’a pu supporter l’injure et a riposté par un coup de boule vengeur.

  • 33 Ben Jelloun 2006 : 115.

21Un xénisme contemporain la umma islamiyya33, terme en arabe classique transcrit phonétiquement, a supplanté la notion d’arabité et le roman y fait allusion dans plusieurs passages. Azel n’a pas été séduit par la politique des Frères qui visaient à enrôler de jeunes Maghrébins dans leur mouvance. Au contraire, pensant se racheter aux yeux de sa communauté et revenir au pays en héros national, il accepte de devenir indicateur et de dénoncer des membres de la mouvance qu’il a côtoyés. Mais c’est tout à fait l’inverse qui se produit : ostracisé, il est assassiné par deux membres d’un commando islamiste et rejoint sa terre natale dans un cercueil sans nom.

  • 34 Voir notre étude Sakkal 2010.

22Dans ce roman, on est en Espagne, le pays rêvé d’Azel34. On aurait pu s’attendre à ce que le xénisme ou l’étrangisme soit en partie d’ordre poétique ou exotique. Il n’en est rien, pas le moindre vers de flamenco, pas de prose cervantesque, pas de strophes de muwaššaḥāt arabo-andalouses nostalgiques d’un paradis perdu, ni de pérégrinismes récitatifs de mélopées du pays natal.

  • 35 Moussaoui 2005 : 8.
  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid.

23Si d’autres écrivains maghrébins d’expression française pensent comme la romancière Assia Djebbar que « seule la langue maternelle peut se faire porteuse d’émotion, de tendresse avec une certaine mélodie de la langue »35, ou comme Zeraldia Dahoum qui ressent la langue arabe qui « la berce comme un murmure tendre »36 ou encore comme A. Khatibi qui considère la langue mère « comme une musique vibratoire toujours rassurante et maternelle »37, chez Ben Jelloun, le côté sentimental, nostalgique des langues mères arabe ou espagnole est complètement et volontairement occulté. Il ne fait aucune référence solennelle à la langue maternelle. La langue chez lui n’est pas « maternalisée »38 pour reprendre le terme de Derrida, ne traduit pas un enracinement nationaliste sacralisé.

24Le texte est dépouillé, voire abrupt, sec, et les xénismes liés à la honte hchouma brefs, répétitifs, exclamatifs sont dévalorisants, castrateurs. Tels des îlots éparpillés, ils émergent du texte comme un rappel d’identités passéistes, primitives et comme une condamnation de la transgression des tabous. L’auteur, par ces coupures, entretient une atmosphère de malaise, celle que doit ressentir tout émigré sur le sol européen, ici celui de la péninsule Ibérique où, déjà déstabilisé, désocialisé, frustré, souvent vivant d’expédients, il porte en plus le poids d’une emprise morale ancestrale, paralysante, qui se dresse devant lui à tous les tournants, le maintenant dans un sentiment d’infériorité par rapport à lui-même et par rapport aux autres.

Conclusion

  • 39 Voir Chaudier 2007 : 37.

25L’aspect pérégrin du texte, visible, accentué par l’usage de l’italique, contribue à rendre les mots marocains plus étrangers qu’ils ne le sont, à les « montrer », et à les surexposer. Ainsi, le texte littéraire a la capacité de fixer la norme de francité lexicale qui fera que tel ou tel mot paraîtra plus ou moins étranger, et cela quel que soit son degré d’assimilation à la langue écrite ou parlée39.

Bibliographie

Bibliographie

Benedict, Ruth, Patterns of Culture, New York, First Mariner Books Edition, 2005.

Benedict, Ruth, The Chrysanthemum and the Sword, New York, First Mariner Books Edition, 2005.

Ben Jelloun, Tahar, Au pays, Paris, Gallimard, 2009.

Ben Jelloun, Tahar, Partir, Paris, Gallimard, 2006.

Biancotti, Hector, Le Pas si lent de l’amour, Paris, Gallimard, « Folio », 1999.

Dollé, Marie, L’imaginaire des langues, Paris, L’Harmattan, 2001.

Laval, Martine, « Rahimi, Atiq : L’entretien », Télérama 3071, 19 novembre 2008, p. 21-24.

Perrot-Corpet, Danielle & Christine Queffélec (éds), Citer la langue de l’Autre, Mots étrangers dans le roman, de Proust à W. G. Sebald, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2007.

Perrot-Corpet, Danielle, « Spécificité du “pérégrinisme” dans le roman du xxe siècle : De la désignation de “l’Autre” à la reconnaissance d’une altérité originaire de toute langue », in Perrot-Corpet & Queffélec 2007.

Chaudier, Stéphane, « La cocotte polyglotte chez Bourget, Proust, Larbaud » in Perrot-Corpet & Queffélec 2007.

Moussaoui, L., 2005, De la langue maternelle à la langue étrangère : voix(es) multiples, ORSPERE, Recherche-Action sur la santé mentale des demandeurs d’asile, 2005 (http://www.ch-levinatier.com/orspere/fichiers/RAPPORTfiNAL.pdf).

Sakkal, Aya, « L’Odyssée d’un migrant marocain dans Partir de T. Ben Jelloun », in Aya Sakkal (dir.) Mobilités et migrations, Strasbourg, Université de Strasbourg, Chemins de traverse, à paraître.

Steiner, Georges, Histoire d’une jeunesse, la langue sauvée, trad. fr., Paris, Albin Michel, 1980.

http://www.bladi.net/forum/threads/hchouma-loi-invisible.19159/.11/05/2004.

http://fr.wikipedia.org/wiki/honte.

Notes

1 Perrot-Corpet 2007 : 11.

2 Ben Jelloun 2006.

3 Ben Jelloun 2009.

4 http://fr.wikipedia.org/wiki/Honte, p. 1.

5 Ibid., p. 4.

6 Benedict 2005.

7 http://www.bladi.net/forum/threads/hchouma-loi-invisible.19159/ 11/05/2004, p. 1.

8 Perrot-Corpet 2007 : 11.

9 Ben Jelloun 2006 : 233.

10 Alain Montandon, préface dans Perrot-Corpet & Queffélec 2007 : 8.

11 Biancotti 1999 : 426.

12 Voir Dollé 2001 : 32.

13 http://www.Bladi.net/forum/19159-hchouma-loi-invisible. 11/05/2004, p. 1.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 Ben Jelloun 2009 : 91.

17 Laval 2008 : 24.

18 Ben Jelloun 2006 : 165.

19 Ben Jelloun 2006 : 23.

20 Ibid.

21 Ben Jelloun 2006 : 165.

22 Ben Jelloun 2006 : 109.

23 Ben Jelloun 2006 : 233.

24 Ben Jelloun 2006 : 304.

25 Ben Jelloun 2006 : 233-234.

26 Ben Jelloun 2006 : 109.

27 Ben Jelloun 2006 : 58.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Ben Jelloun 2006 : 301.

31 Ben Jelloun 2006 : 303.

32 Ben Jelloun 2006 : 136.

33 Ben Jelloun 2006 : 115.

34 Voir notre étude Sakkal 2010.

35 Moussaoui 2005 : 8.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 Voir Chaudier 2007 : 37.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540