Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue(s) d’écrivains

 | 
Edgard Weber
, 
Marie-Flore Beretta
, 
Julien Dufour
, 
et al.

Les langues secondes chez Alexandre Najjar : pourquoi ?

Naoum Abi-Rached

Texte intégral

Kane ya makane fiqadim el zamane1

  • 1 Najjar 2005 : 16. La translittération utilisée dans ce chapitre est celle de Najjar.

1Cette formule sacramentelle trouve habituellement sa place en incipit des contes arabes. Chez l’écrivain libanais contemporain Alexandre Najjar, elle clôt les quatre pages du prologue de son œuvre Le Roman de Beyrouth pour amorcer la narration. Pareille irruption de l’arabe dans ce roman écrit en français n’est pas orpheline, d’autres langues lui font pendant au point de nous interroger : quelles fonctions remplissent ces langues secondes dans la fiction de Najjar ?

2Nous chercherons à découvrir les principes qui régentent ce métissage linguistique, et les effets produits sur le lecteur. À cet égard, en guise de préalable à notre analyse, un résumé précédera la présentation du corpus et sa classification par langues, champs lexicaux et champs sémantiques :

3En l’an 2000, la place des Canons, centre névralgique de Beyrouth, est rasée par les bulldozers et remplacée par une ville méconnaissable. Attristé, Philippe, devenu aveugle, évoque sa mémoire.

Le corpus

4En dehors de la langue française, l’auteur utilise six autres langues pour écrire les 366 pages de son œuvre parue chez Plon en 2005 : l’arabe, l’anglais, le latin, le turc, l’allemand et l’italien.

5La collecte des différentes itérations des termes étrangers nous a permis de constituer le corpus que nous avons classé par langue et par ordre décroissant d’importance quantitative, exclusion faite des noms propres, des titres des quotidiens, des journaux, des revues et des noms de lieux ou assimilés. Ainsi, et par ordre d’importance quantitative, nous avons relevé pour l’arabe : 178 emplois pour 195 occurrences, pour l’anglais : 19 emplois pour 20 occurrences, pour le latin : 10 emplois pour 11 occurrences, pour le turc : 8 emplois pour 8 occurrences, pour l’italien : 2 emplois pour 2 occurrences et pour l’allemand : 1 emploi pour 1 occurrence. Soit un total de 218 emplois de termes ou d’expressions en langues étrangères pour 237 occurrences.

6Ces chiffres représentent seulement le nombre de fois où une langue étrangère apparaît dans le discours sans distinction ni de la nature ni de la longueur du message concerné. Exprimés en nombre de mots étrangers, ces chiffres se voient augmentés des 336 mots qui composent les différentes expressions et les différents passages. Ce qui donne un total de 573 mots.

7En pourcentage, ces chiffres rapportés aux 366 pages du roman donnent, pour le premier relevé, une moyenne théorique de présence de langues secondes dans 64 % des pages, soit toutes les 1,55 pages, et pour le second, 1,5 mots par page.

8Cet inventaire nous est indispensable pour montrer que l’élément linguistique « étranger » est suffisamment important et assez diversifié pour être significatif et valider la crédibilité et la fiabilité des résultats de l’analyse.

9L’approche contextuelle des composantes de ce corpus nous permet déjà de signaler que les divers emplois des langues étrangères ne sont pas fortuits ou désorganisés. En effet, s’agissant d’une rencontre avec les Anglais, Najjar panache son texte d’anglais, avec les Turcs c’est la langue turque qui sera privilégiée, etc. En accord avec Auer, la fréquence est tributaire des situations de communication, en particulier dans les discours rapportés, le changement de locuteur, de récepteur. Malgré l’intérêt que présentent l’apparition et l’usage des autres langues, cette analyse se limitera aux occurrences en langue arabe.

10Un rapide coup d’œil enregistre déjà que le corpus retenu appartient, dans son écrasante majorité, au registre dialectal libanais ; l’arabe littéral y est employé cinq fois, et dans des situations très particulières. L’étude lexicale et sémantique des différentes itérations nous permettra d’affiner les contours de notre sujet.

Essai de classification

11Les intrusions de l’arabe dans le discours dominant français appartiennent à trois classes catégorielles : mots (noms ou adjectifs), expressions (des phrases ou morceaux de phrases) et courts passages (paragraphes ou tirades).

12Les mots, les plus nombreux constituants du corpus, sont, dans leur écrasante majorité, des substantifs (101 substantifs pour 4 verbes dont 2 en dialectal et 2 en littéral).

13Seuls trois termes appartiennent au registre littéral (deux impératifs et un substantif : kafa, karrir et riddat), tout le reste est en dialectal.

14Par ordre décroissant d’emploi, les champs lexicaux auxquels appartiennent ces substantifs touchent les domaines suivants : culinaire (25 fois pour 26 occurrences), qualifiant ou nommant des personnes (18), qualifiant ou nommant des outils et des objets (17), des injonctions et des réactions (8), topographie (6), festivité (5 occurrences), divers (5), vêtements (4 emplois pour 6 occurrences), religion (4 occurrences), politique (4 occurrences) et la temporalité (1).

15Certains mots reviennent plusieurs fois dans le discours comme : abaday : 5 fois, chabeb : 4 fois, wali : 3 fois, mutassaref : 2 fois, muhallabié : 2 fois, jellab : 2 fois.

16Le nombre des expressions, comprenons phrases ou segments de phrases dont le sens se suffit à lui-même, atteint 54 : elles appartiennent aussi au registre dialectal. Ce sont des énoncés casuels, au sens de répliques enclenchées par des situations données (ex. wen mosriété, wlé « où est mon argent ? espèce de… »), des proverbes, des formules toutes faites, des expressions idiomatiques ou figées, des slogans, etc., et touchent essentiellement les champs sémantiques suivants : les codes sociétaux comme ya aïb el choum, ya jorsétna… « que c’est honteux, nous sommes la risée… », la sagesse populaire comme ham el banat lil mamat « le souci de l’avenir des filles demeure jusqu’à leur mort », la publicité comme ass sékkine ya battikh « pastèque au couteau », etc.

  • 2 Code-switching (Heath 1989 : 23) ou code-mixing.

17Enfin, hormis l’extrait du poème du Palestinien Mahmoud Darwish, Rita, et le premier vers de l’hymne national libanais, le roman est constellé de morceaux de discours arabes translittérés. Ce sont des poèmes ou des chansons en dialectal et en particulier du zajal (10 itérations). Cette utilisation massive de ces langues étrangères et en particulier de la libanaise procède d’une intention délibérée. L’analyse situationnelle, contextuelle, référentielle, et interactionnelle de ces alternances codiques2 nous permettra de dégager certains aspects.

Analyse du corpus

  • 3 Prévost 2003.
  • 4 Kachru 1978 fait la distinction entre le code-switching (à connotation psychologique), le code-mixi (...)

18Qu’elle soit intrapropositionnelle ou interpropositionnelle3 l’alternance codique entre deux langues non apparentées, le français et l’arabe, au sens minimaliste du terme4, nous amène à formuler plusieurs hypothèses susceptibles de fournir des éléments de réponses sur les intentions de l’auteur liées à cet usage et sur sa réception par le lecteur. Nous en retiendrons trois : une carence langagière, une technique romanesque et une visée idéologique.

Une carence langagière

19Est-ce que l’usage de la langue arabe vient pallier une carence langagière française ?

20Pour répondre à cette question, l’analyse situationnelle et contextuelle, en un mot la sociolinguistique, nous serons d’une grande utilité.

Déficience lexicale

21En effet, certaines situations semblent exiger l’utilisation de termes arabes. C’est le cas lorsque le contexte situationnel exige un lexique approprié, et tout particulièrement dans le domaine gastronomique où nommer les choses ne peut se faire qu’en langue d’origine. Il en va ainsi du kébbé, tabboulé, hommos, foul, méghlé, kichk, chawarma, falafel, mezzé, mtabal, muhallabié, jellab, qui sont des mets ou des plats typiques du pays du Cèdre tout comme la pizza pour l’Italie ou le couscous pour l’Afrique du Nord. Aussi, donner leurs noms arabes libanais devient-il inéluctable pour l’auteur.

22Il en va de même des mots appartenant au domaine vestimentaire tels : kombaz, cherwal, lebédé, abaya… ou des noms d’objets comme : satour, hassiré, nay, rakwé, bouftil, aboudaassé… ou des termes désignant des personnes tels : estéz, abaday, chabéb, moutassaref, wakil, hakawati, nawar.

23Bien entendu, l’auteur aurait pu contourner cette difficulté en décrivant les objets sans les nommer. Mais ce faisant, son roman aurait péché par excès de délayage et de description qui ne seraient que de pâles approximations qui n’enrichiraient pas la trame et le récit, sans compter ce qui en résulterait d’amputation de cette touche exotique et de cette couleur locale qui caractérisent l’œuvre.

24Au fond, et par-delà cet aspect de surface, l’étude contrastive et approfondie ayant pour objet certaines itérations arabes et leurs traductions réelles, fournies par l’auteur, ou potentielles que tout lecteur pourrait effectuer mentalement montre qu’il existe en réalité deux sortes de carence : la déficience lexicale déjà relevée, et l’altération de l’expressivité.

Altération de l’expressivité

25L’altération en question est à verser au chapitre « profits et pertes » opérés lors du passage d’une langue à l’autre. Cette altération se situe, non pas au niveau de la charge sémantique réelle ou potentielle, mais au niveau de la charge connotative perceptible, affective ou émotionnelle et touche essentiellement les expressions idiomatiques ou figées. Sur ce point, quelques exemples seront éloquents.

  • 5 Najjar 2005 : 236.

26Au Liban, lorsque le marchand de quatre saisons fait la réclame pour sa marchandise, il crie en arpentant les rues : « Ass sékkine ya battikh ! assabih el bebbo ya khiyar »5, Najjar qui nous a habitués à traduire systématiquement les mots et les expressions arabes introduits dans l’espace énonciatif, néglige de le faire ici, intercalant ces phrases en translittération sans les accompagner de leurs traductions françaises ! Pourquoi ? Plusieurs réponses sont possibles.

27En rapportant les paroles en arabe, l’auteur peut viser l’authenticité du message et la fidélité à la mémoire collective libanaise, mais, par-delà cet aspect, c’est l’effet produit sur le lecteur qui se trouve sollicité au fond, car à traduire ces paroles, cela donnerait des expressions du genre : « Pastèque au couteau ! Concombres, doigts de nourrissons ! », et produirait peu d’émotion chez le lecteur libanais pour qui l’expression formulée en arabe devient, en quelque sorte, assimilable à la madeleine de Proust. En cela, la règle des auteurs classiques : plaire et toucher retrouve son éclat.

  • 6 C’est le cas aussi pour : « narguilé », « nara ya sabé ! », « boya, boya, boya », « yanasib, boukra (...)

28Reste à savoir si ces expressions traduites produiraient une émotion sur le lecteur français, pour le moins équivalente à celle du lecteur libanais ? Il faut croire que non, puisque l’auteur, en les produisant en arabe, a délibérément privilégié le lecteur libanais à l’exclusion du français qui ne partage pas avec lui la même mémoire collective6.

  • 7 Najjar 2005 : 16.
  • 8 Dans ce contexte précis, le segment de phrase yā mā kān est polysémique. Cette traduction trouve sa (...)

29Cette même remarque peut s’appliquer aussi à certaines formules devenues presque des gallicismes de construction comme celle que nous avons citée au début de cet article, il s’agit de : « Kane ya makane fiqadim el zamane »7 qui, à notre sens, signifie littéralement : « Il y avait, ou peut-être pas, dans un temps ancien »8, mais qui est mieux connue en français sous la forme « il était une fois » où l’ambiguïté et la polysémie du sens de yā mā kān disparaît.

30À ce propos, signalons que dans sa translittération, Najjar marque fautivement « makane » comme s’il s’agissait d’un seul mot (makān signifie « place » ou « lieu ») alors que dans le texte arabe, il s’agit de deux mots bien distincts (mā kān). Par ailleurs, le système de translittération adopté par l’auteur, si l’on peut parler de système, est simplifié, francisé et propre à l’auteur. Toutefois, même dans la fantaisie de cette translittération, nous pouvons déceler une intentionnalité, une sorte de clin d’œil destiné à la fois aux Libanais libanophones et aux Français qui connaîtraient quelques bribes d’arabe, mais qui éprouvent des difficultés à prononcer certaines lettres. Ici, une fois de plus, l’importante question du destinataire se trouve mise au-devant de la scène.

31Il en va pareillement de ce lieu commun où l’expressivité est déterminée par le référent affectif et connotatif véhiculé par les mots, leur agencement, voire la manière de les prononcer… il s’agit de : « Wallaou ! Ana khartouchét fardak » où wallaou est presque intraduisible. Toutefois, à vouloir traduire, cela donnerait : « Mais, voyons ! je suis la balle de ton revolver ». Bien que le lecteur français soit apte à saisir le sens connoté de cette traduction, le manque de référent fait que, pour lui, cette phrase va fonctionner comme s’il s’agissait d’une expression idiomatique et ne véhiculera pas la même émotion ressentie à la lecture de la version arabe.

  • 9 Voir aussi en annexe II l’expression « magnoun inta walla é » où le g de « magnoun » dénote un locu (...)
  • 10 Région du Liban à majorité chrétienne maronite.

32De même, l’usage de la langue française ne suffira pas à produire l’effet perlocutoire voulu par l’auteur. C’est le cas lorsque les mots prononcés par un locuteur sont censés fournir, d’après l’accent, des indications sur sa région d’origine et/ou son appartenance confessionnelle. C’est le cas pour « Ach jébak ka zalmé ? »9 connotant un originaire du Matn10, impliquant le lecteur libanais et le mettant dans une confidence qu’il est seul à percevoir. Ici, la phrase devient interactive ; la perception y est immédiate, l’action gagne en vivacité et le message en souplesse. La même phrase exprimée en français aurait nécessité des explications et des commentaires.

  • 11 Najjar 2005 : 239.
  • 12 Maalouf 1993 : 230.

33Un dernier exemple, l’expression « taq chélch el haya »11 donnée en arabe en note de bas de page et en français dans le corps du texte. Elle est traduite par « la racine de la pudeur s’est brisée », beaucoup moins expressive en français qu’en arabe. Cette formule toute faite appartient au patrimoine dialectal et à la mémoire collective des Libanais. Aussi ne faut-il pas s’étonner de la trouver sous la plume d’Amin Maalouf dans Le Rocher de Tanios, dans cette version plus heureuse : « le nerf de la décence s’était rompu »12.

34Signalons enfin que, dans la plupart des cas, les proverbes cités par l’auteur sont donnés avec une traduction française comme pour lever une ambiguïté ou pour épargner un travail de recherche au lecteur français qui ignore l’arabe. Chose qu’il s’interdit lorsqu’il s’agit de l’anglais, de l’allemand, de l’italien ou du latin ! Ce dernier point serait très intéressant à analyser. Nous ne l’effectuerons pas, car cela dépasserait les limites du présent article.

35Si, dans certaines situations énonciatives, la langue française, face à la langue arabe ou à son contact, présente certaines carences langagières ou risque de dénaturer le message initial, quel mal y aurait-il à y remédier par un métissage linguistique, d’autant plus adapté que les termes et les expressions concernés sont des marqueurs identitaires ou identitiels ?

36Quoi qu’il en soit, dans les quatre premiers exemples, l’auteur n’a pas hésité à utiliser ces expressions en arabe seulement ! Serait-ce là une stratégie d’écriture ?

Une technique romanesque

  • 13 Cité par Mabrour 2009.

37La seconde hypothèse serait que ce panachage linguistique procède d’une technique romanesque. Auquel cas il reste à découvrir ses finalités et les éventuels effets produits sur le lecteur. Abdelkebir Khatibi, dans son article Amour bilingue, mentionne cette écriture « où le “conflit linguistique” et culturel se traduit, sur le plan stylistique, par le recours aux mots et expressions de la langue locale, mieux disposés à traduire la pensée (autre) de l’auteur et à produire l’effet recherché sur le lecteur bilingue »13.

38De prime abord, les différentes incursions des langues étrangères dans le discours dominant français pourraient être perçues par le chercheur comme des interruptions de la narration qui gênent la lecture en ralentissant l’action et en conférant à l’ensemble une impression de décousu.

39Cette interprétation nous paraît peu pertinente, car c’est l’effet inverse qui se produit. En effet, ce surgissement tranché formalisé par l’emploi des italiques et par la fréquence de l’alternance codique capte l’attention visuelle du lecteur, maintient l’esprit en constant éveil pour décoder le message « étranger » et, brisant la monotonie sémiotique, dynamise la lecture qui se voit continuellement empêchée de s’accoutumer à une éventuelle uniformité textuelle ou stylistique.

40Ces langues secondes constituent, en outre, des contrepoints à la narration qu’elles ponctuent, et des temps de décrochement momentané assimilables à des récréations ou à des évasions de l’esprit. Elles forment aussi, et selon le lecteur, soit la matière constitutive de thèmes de dépaysement soit une imprégnation de couleurs locales ou la reconnaissance de quelques marqueurs identitaires ou identitiels, voire l’ensemble de ces points à la fois. Par ailleurs, dans une interview accordée à Rfi, Alexandre Najjar répond à la question suivante :

  • 14 Rfi, émission Entre les lignes, 10/06/2005. Nous devons ces informations à Mme Françoise Delignon, (...)

– Pourquoi est-ce que vous avez choisi d’écrire en langue française ?
– En fait, je suis tombé amoureux de cette langue très tôt. […] Puis, petit à petit, je me suis rendu compte que cette langue avait cela de formidable que c’était vraiment la langue de la liberté. Chaque langue est l’héritière d’une histoire, et la langue française est vraiment l’héritière de la Révolution avec les valeurs de cette Révolution qui sont la liberté, l’égalité et la fraternité. […]
Je pense qu’aujourd’hui, dans ce fossé qui existe entre l’Orient et l’Occident, il est bon que les écrivains d’Orient puissent parler une langue occidentale que l’Occident comprend bien pour essayer de bâtir des passerelles, des ponts entre ces deux mondes qui ont tout à gagner à mieux se comprendre, à ne pas se tourner le dos. Depuis le 11 Septembre, on sent vraiment que le fossé s’est creusé davantage entre l’Orient et l’Occident. C’est peut-être le rôle des artistes en général, qu’ils soient d’Occident ou d’Orient d’essayer de contribuer à faire ce dialogue interculturel et peut-être aussi interreligieux pour que ces deux mondes apprennent à dialoguer ensemble.14

41Au fond, au travers de ce pluralisme langagier se profile, une fois de plus, la très importante question du lecteur destinataire visé par Najjar. Il ne serait pas hasardeux d’affirmer qu’il s’agit d’un lettré, capable de jongler avec plusieurs langues, dont la langue libanaise. La lecture du roman devient ainsi une gymnastique de l’esprit épuisante pour l’ignorant, stimulante pour le bilingue ou le polyglotte auquel Najjar s’adresse en tout premier lieu. Ainsi, la présence concomitante du français, de l’anglais, du latin, de l’allemand, du turc, de l’italien et de l’arabe, reflète-t-elle le pluralisme culturel présent au Liban et reproduit-elle une société de culture d’une grande richesse et d’une ouverture d’esprit auxquelles les Libanais du siècle dernier étaient habitués et attachés.

Une visée idéologique

42À l’heure du choc des cultures, Najjar n’hésite pas à émailler son roman de passages en arabe qui font bon ménage avec six autres langues qui entretiennent entre elles des rapports de complémentarité. De ce fait, il brise les thèmes idéologiques dominants et s’inscrit dans une thématique de conjonction des cultures où chaque langue, expression d’une culture, apporte sa contribution à l’édification de la société de culture appelée des vœux de l’intelligentsia libanaise.

43Toutefois, il ne faut pas se méprendre, Najjar est un romancier et non pas un théoricien idéologue. À ce titre, sa fiction ne prétend pas chercher à rayer les spécificités pour fondre le tout dans un seul moule. Tout au contraire, elle ébauche, sous forme romancée et idéalisée, les traits d’un certain homme de culture qui évoluait au temps où la place des Canons était un laboratoire expérimental où les différentes cultures se fécondaient et favorisaient la formation de ce qu’il est convenu d’appeler la spécificité culturelle du Liban.

44Bien que nous soyons dans une fiction, l’usage des proverbes puisés dans le patrimoine dialectal rattache la fiction au réel et procède de l’attachement du Libanais à cette spécificité culturelle et au pluralisme linguistique qui s’inscrivent dans un universalisme où chaque culture trouve sa place et s’épanouit dans le respect des autres. Dans sa fiction, Najjar, par transposition et dans un souci de réalisme, n’hésite pas à reproduire ce pluralisme culturel comme un discours rapporté, notant en arabe certaines réactions de ses personnages, tout comme le font les locuteurs libanais autochtones qui utilisent spontanément les langues des autres protagonistes comme pour illustrer le fait que la culture est plurielle et que les langues sont les vecteurs des cultures et leur mode d’expression.

45Cette manière de procéder peut être déconcertante pour le lecteur français moyen. En tout cas, elle le dépayse totalement et il n’est pas certain qu’il parvienne à comprendre spontanément les images décrites, que cela soit par absence totale de référent ou par dissemblance référentielle.

  • 15 Annexe II, formule employée six fois.

46Pour illustrer ce décalage référentiel et à titre d’exemple, un Libanais, pour exprimer sa honte d’avoir commis une erreur ou de se trouver dans une situation peu enviable, emploiera spontanément la formule « Ya ard ncha’é wou blaaini »15, « Terre, fends-toi et avale-moi ». Or, pour exprimer le même sentiment, le Français, puisant dans sa culture référentielle et son patrimoine langagier, utilisera une autre image, il dira : « Je me fis petit, j’aurais disparu dans un trou de souris ». Il en ira différemment pour les autres personnages, anglais, turcs, italiens ou allemands.

47Il devient manifeste qu’à chaque fois que la spécificité d’un personnage ou l’un de ses caractères identitaires entrent en jeu, Najjar privilégie la conformité à la langue maternelle de l’usager la reproduisant dans la lettre et l’accompagnant, pour l’arabe et dans l’écrasante majorité des cas, d’une traduction littérale en français, langue d’écriture. Il arrive quelquefois que cette traduction fasse défaut. Quoi qu’il en soit, ces images plurielles et multiculturelles imprègnent le roman d’une formidable richesse et d’une grande densité culturelle.

  • 16 Najjar interview.

48Reste une question : est-ce que l’emploi hégémonique du dialecte libanais cache des options idéologiques libanophiles ? C’est bien possible, mais le roman ne nous permet pas de trancher dans un sens ou dans un autre. En tout cas, dans son interview accordée à Evene, il s’en défend affirmant qu’un « écrivain doit défendre des valeurs et pas des idéologies »16.

Conclusion

49Le langage constitue le support de la mémoire des peuples ; traduit, il perd parfois une part de son âme. Dans Le Roman de Beyrouth, les déclencheurs des alternances codiques, qu’ils soient situationnels ou contextuels, ont des portées référentielles et interactionnelles qui ressuscitent et fixent la mémoire collective d’une certaine société beyrouthine de culture en passe de disparaître. Par mimesis ou par effet miroir, le roman colle à la réalité et reproduit par l’écriture même cette société de culture dont Philippe déplore la disparition en ces termes :

  • 17 Najjar 2005 : 14.

Rizkallah ! La majeure partie de mon existence, c’est place des Canons que je l’ai passée. Cette place était unique au monde ; elle symbolisait le pays. Les Libanais, toutes confessions ou classes confondues, se retrouvaient là : les chrétiens y côtoyaient les musulmans et les juifs ; les riches, les pauvres. À présent, il n’y a plus rien : la place des Canons a disparu !17

50Dans ce roman, l’emploi des langues secondes est une stratégie discursive qui restitue par l’écriture le climat de diversité culturelle jadis existant, visible et fécond au Liban, dont la place des Canons fut le laboratoire d’expérimentation, la concrétisation perceptible et l’expression vivante.

  • 18 Najjar 2005 : 276-277.

51Par-delà cette réalité, un autre message, moins littéraire et plus politique, pourrait se lire en filigrane. Il s’adresse d’abord à l’homme de culture libanais, résident, expatrié ou d’origine libanaise, mais aussi à l’Occidental qui a été en contact intime avec ce pays, pour les inciter à préserver et à défendre le caractère multiculturel de ce pays et à lui épargner le monolithisme, car comme l’écrit Mona dans sa lettre adressée de Paris à son frère resté au Liban : « Ce que le Liban apporte au monde, c’est la nécessité du mélange, l’urgence du dialogue »18.

Bibliographie

Bibliographie

Abi-Rached, Naoum, « La francophonie chez Alexandre Najjar entre affection et réflexion », in Georges Dorlian (dir.), Francophonie : Conflit ou complémentarité identitaire ?, Beyrouth, publication de l’Université de Balamand, 2008, vol. II, p. 795-817.

Abou, Sélim, L’identité culturelle, Paris, Anthropos, Hachette Pluriel, 1995.

Auer, Peter, 1995, « The pragmatics of code-switching : a sequential approach : One speaker, two languages » in Lesley Milroy & Pieter Muysken (éds), One Speaker, Two Languages : Cross disciplinary Perspectives on Code-switching, Cambridge University Press p. 115-135.

Corm, Georges, Le Proche-Orient éclaté (1956-2007), Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 2007.

Dib, Boutros (dir.), Histoire du Liban, Paris, Philippe Rey, 2006.

Heath, Jeffrey, From Code-Switching to Borrowing : foreign and diglossic mixing in Moroccan Arabic, Londres / New York, Kegan Paul International, 1989.

Kachru, B. « Code-mixing as a communicative strategy in India », in GURT, 1978.

Kassir, Samir, Histoire de Beyrouth, Paris, Fayard, 2003.

Maalouf, Amin, Le Rocher de Tanios, Paris, Grasset, 1993.

Maalouf, Amin, Les Identités meurtrières, Paris, Grasset, 1998.

Mabrour, Abdelouahed, « L’alternance codique arabe/français : emplois et fonctions », in Publi@rum no 7, Constellations francophones 2, 2007, http://www.publifarum.farum.it/ezine_articles.php?art_id=67 (consulté en mai 2011).

Mabrour, Abdelouahed, « Productions plurilingues : domaine et fonction », in Émergences et prise en compte de pratiques linguistiques et culturelles innovantes en situations francophones plurilingues, pré-actes des journées scientifiques inter-réseaux Damas (Syrie) du 26 au 28 mai 2009, http://41.204.53.186:8080/dspace/bitstream/123456789/752/1/HARUNA%202008.pdf.

Najjar, Alexandre, Les Exilés du Caucase, Paris, Grasset, 1995.

Najjar, Alexandre, Athina, Paris, Grasset, 2000.

Najjar, Alexandre, Le Roman de Beyrouth, Paris, Plon, 2005.

Najjar, Alexandre, L’École de la guerre, Paris, La Table ronde, 2006.

Najjar, Alexandre, Le Silence du ténor, Paris, Plon, 2006.

Najjar, Alexandre, Phenicia, Paris, J’ai lu, 2008.

Najjar, Alexandre, Berlin 36, Paris, Plon, 2009.

Najjar interview : Revue Evene.fr, interview d’Alexandre Najjar, octobre 2006, en ligne sur http://ns1.evene.info/.

Prévost, Sophie, « Détachement et topicalisation : des niveaux d’analyse différents », in Cahiers de praxématique 40, 2003, p. 97-125.

Salibi, Kamal, Tārīḫ Lubnān al-ḥadīṯ, L’histoire du Liban moderne, 4e éd., Beyrouth, al-Nahār, 1978.

Salibi, Kamal, Une maison aux nombreuses demeures, Paris, Naufal, 1989.

Taine-cheikh, Catherine, « De la variation linguistique dans le prêche populaire mauritanien », in Aleya Rouchdy (éd.), Language Contact and Language Conflict in Arabic, Variations on a Socioliguistic Theme, p. 177-203.

Émission radio

« Entre les lignes », invité : Alexandre Najjar, producteur : Catherine Fruchon-Toussin, réalisateur : Patricia Lecompte, Paris, Radio France internationale (Rfi), 10/06/2005.

Annexes

Annexe I

Mots arabes (105 mots pour 123 occurrences). Pour certains termes, la classification par domaine se trouve quelquefois forcée.

Domaines

Mots

Nature et sens

Pages

Arabe littéral

kafa

Verbe / ça suffit

103

Arabe littéral

karrér

Verbe / répète

325

Arabe littéral

riddat

Nom / apostasie

291

Couleur

ramlé

Nom / couleur sable

351

Culinaire

moghlé

Nom / sorte de dessert

44

Culinaire

ta’am

Nom / nourriture

58

Culinaire

fattouch

Nom / sorte de salade composée à base de persil et de légumes frais

78

Culinaire

moghrabieh

Nom / plat cuisiné à base de viandes et de boulettes de semoule

78

Culinaire

taboulé

Nom / sorte de salade à base de persil et de blé concassé

80,318

Culinaire

kebbé

Nom / plat à base de viande et de blé concassé

84,318

Culinaire

kebbé haziné

Nom + adjectif / plat cuisiné le vendredi saint

106

Culinaire

maamoul

Nom / sorte de gâteau

106

Culinaire

knéfé

Nom / sorte de gâteau

107

Culinaire

mouhallabié

Nom / sorte de dessert

107,209

Culinaire

jellab

Nom / jus de raisin

107,318

Culinaire

foul

Nom / fève

136

Culinaire

mlabssé

Nom / bonbon

137

Culinaire

bizr

Nom / pépins de courge, de pastèque..

171

Culinaire

mouné

Nom / provisions

174

Culinaire

kichk

Nom / plat préparé avec du blé et du lait caillé…

174

Culinaire

dibs

Nom / mélasse

174

Culinaire

chawarma

Nom / viande rôtie

303

Culinaire

falafel

Nom / boulettes de fève

303

Culinaire

mezzé

Nom / mezzé

318

Culinaire

hommos

Nom / pois chiche

318

Culinaire

mtabal

Nom / purée de légumes

318

Divers

jérayé

Nom / quantité

97

Divers

An-Nahar

Nom / nom d’un journal

225

Divers

cinéma wa ajaéb

Noms coordonnés / cinéma et merveilles

239

Divers

saoura

Nom / révolution

243

Divers

khatifé

Nom / rapt

295

Festivité

chaaniné

Nom / la fête des Rameaux

106

Festivité

abboulé

Nom / flambée

107

Festivité

zajal

Nom / poésie dialectale

287

Festivité

dabkeh

Nom / danse folklorique

288

Festivité

raddat

Nom / refrain

288

Injonction/réaction

yalla

Expression / allons-y

86

Injonction/réaction

khalass

Nom / c’est fini

105

Injonction/réaction

dakhilék

Nom / je t’en prie

126

Injonction/réaction

wlé

Interjection / marque le mépris

137

Injonction/réaction

tfou

Onomatopée / marque le mépris

174

Injonction/réaction

ya ich

Expression / vive !

215

Injonction/réaction

Aayb

Nom / c’est honteux

223

Injonction/réaction

wéjbét

Nom / devoirs

223

Lieu

liwan

Nom / lieu central d’une habitation

20

Lieu

dar

Nom / maison

58

Lieu

ou’oud

Nom / séjour

58

Lieu

qabou

Nom / cave

174

Lieu

diwan

Nom / salon

317

Objet/Ustensile

Jorn

Nom / mortier en pierre

28

Objet/Ustensile

Babbor an nar

Nom construit / bateau à vapeur

60

Objet/Ustensile

Aunullah

Nom / nom d’un bateau

62

Objet/Ustensile

Al Moufid

Nom / nom d’un bateau

74

Objet/Ustensile

Al-Ikbal

Nom / nom d’un bateau

89

Objet/Ustensile

satour

Nom / couteau

134

Objet/Ustensile

khaizaran

Nom / rotin

136

Objet/Ustensile

staïké

Nom / queue de billard

168

Objet/Ustensile

hassiré

Nom / paillasse

174

Objet/Ustensile

narguilé

Nom / narguilé

236

Objet/Ustensile

boya

Nom / cirage

236

Objet/Ustensile

bouftil

Nom / sorte de fusil

244

Objet/Ustensile

derbaké

Nom / tambourin

261

Objet/Ustensile

daff

Nom / tambour

288

Objet/Ustensile

nay

Nom / flûte

288

Objet/Ustensile

rakwé

Nom / ustensile pour préparer le café

309

Objet/Ustensile

aboudaassé

Nom / sorte de voiture

334

Personne / Personnage

Forqét el sotaach

Nom construit / seizième brigade

244

Personne / Personnage

hakawati

Nom / conteur

16

Personne / Personnage

wakil

Nom / régisseur

36

Personne / Personnage

Cheikh el chabab

Nom construit / chef des jeunes

40

Personne / Personnage

moutassaref

Nom / administrateur turc

53, 71

Personne / Personnage

As Saffah

Nom / le sanguinaire (Djémal Pacha)

65

Personne / Personnage

Wali

Nom / gouverneur

65,67,88, 89

Personne / Personnage

nawar

Nom / Bédouins

107

Personne / Personnage

Kawkab el charq

Nom construit / l’astre de l’Orient

137,138

Personne / Personnage

meftéh intikhabi

Nom construit / clé électorale

136

Personne / Personnage

estéz

Nom / maître

171,343

Personne / Personnage

sitt

Nom / madame

201,310

Personne / Personnage

abaday

Nom / costaud

137,262, 278,308, 309

Personne / Personnage

habibi

Nom / mon chéri

229

Personne / Personnage

jéhlén

Nom / adolescent

241

Personne / Personnage

Amid

Nom / chef

247

Personne / Personnage

Khayén

Nom / traître

301

Personne / Personnage

chabéb

Nom / jeunes

324, 325, 326, 334

Politique

joumhouriyya

Nom / république

37

Politique

moutassarifiat

Nom / administration turque

53, 71

Politique

noumour

Nom / tigres

305

Politique

Béjim

Nom / B. J. (Béchir Jemayyel)

306

Religion

Abouna

Nom / mon père

67

Religion

iftar

Nom / rupture du jeûne

78

Religion

musahharati

Nom / l’appelant au souhour

78

Religion

souhour

Nom / repas avant l’aube durant ramadan

78

Religion

massihé

Nom / chrétien

308

Temps

Tammouz

Nom / juillet

225

Verbe

nabbahtak

Nom / je t’ai mis en garde

127

Verbe

yo’borné

Nom / qu’il m’enterre

129

Vestimentaire

kombaz

Nom / soutane

136

Vestimentaire

cherwal

Nom / sarouel

28,173, 317

Vestimentaire

lebédé

Nom / sorte de coiffe

28

Vestimentaire

Abaya

Nom / pèlerine

34

Récapitulatif

Arabe littéral

3

2 verbes à l’impératif, 1 substantif

Verbe

4

2 en dialectal et 2 en littéral, dont : 2 impératifs 1 accompli et 1 inaccompli.

Temps

1

 

Couleur

1

 

Vestimentaire

4

 

Politique

4

 

Religion

5

 

Festivité

5

 

Divers

5

 

Lieu

5

 

Injonction/Réaction

8

 

Objet/Ustensile

17

 

Personne / Personnage

18

 

Culinaire

25

 

Total

105 emplois

123 occurrences

Annexe II

Expressions arabes (55 phrases ou expressions pour 63 occurrences). Les intitulés des domaines ont été choisis très généraux pour englober le plus d’expressions possible.

Domaines

Expressions

Pages

Énoncé casuel

Laich khtartouné, ka zalmé

28

Énoncé casuel

chatfé ya chabéb

109

Énoncé casuel

ballach él félém ya chabéb.

111

Énoncé casuel

maza faalta ya Horace

131, 132

Énoncé casuel

barra ya zo’ran

135

Énoncé casuel

wén mosriété wlé

137

Énoncé casuel

Oussoul ya cheikh ? Ghorik el Chambignone

229

Énoncé casuel

Magnoun inta walla é

307

Énoncé casuel

Nzal wla hayawén

308

Énoncé casuel

idék aala rassak

308

Énoncé casuel

maché maana

308

Énoncé casuel

Haouitak, wlé

309

Énoncé casuel

Nour aala rassé wou aïné

309

Énoncé casuel

Ya habboub, jéblou kahwé la l khaouaja

309

Énoncé casuel

Sohét jaouoza lal sitt Nour

309

Énoncé casuel

safar habibi

335

Énoncé casuel

watawit al layl

343

Énoncé casuel

Aajabtné. Ként hébbét étaalam frensawi ta oqra’yalli btéktbo

348

Expression figée

Kane ya makane fi qadim el zamane.

16

Expression figée

el haq aal teliane

64

Expression figée

Ahla w’sahla

152

Expression figée

ya aïb el choum

202

Expression figée

ya jorsétna

204

Expression figée

haram aalék

222

Expression figée

Wla kalb

301

Expression figée

Allah yerhamak ya estéz Kamal

349

Formule de vente

Yanassib ! Boukra ek sahab

236

Formule de vente

Ass sékkine ya battikh

236

Formule de vente

Assabih el bebbo ya khiar

236

Formule de vente

kaak, kaak

236

Formule de vente

Ibar, kchétbine

236

Formule toute faite

yélaandine el sé’aa

132

Formule toute faite

Ziad minna wou fina

155, 157

Formule toute faite

ach jébak ka zalmé

174

Formule toute faite

Ana khartouchét fardak

174

Formule toute faite

kifak ya zaïm

222

Formule toute faite

nara ya sabé

236

Formule toute faite

Omro ma yérjah

335

Formule toute faite

Ahla wsahla ya aam

344

Formule toute faite

ya chabéb

345

Hymne

Koullouna lil watan, lil oula, lil aalam

348

Leitmotiv

Ya ard ncha’é wou blaaini.

118, 132, 223, 245, 292, 322

Slogan

al wahda al watania

293

Slogan

al aaich el mouchtarak

293

 

 

Dictons

 

Ayloul tarfou bil chiti mabloul

24

 

houtt ‘idayk bimouwayyé bérdé

27

 

koull min lihytou ‘ilou

38

 

ham el banat lil mamat

103

 

Fallah mekfi, sultan mekhfi

174

 

Méch beyéss témmo ella émmo

202

 

La takrahou charran, laalahou khair

204

 

El fan ma bi taamé khobz

223

 

Taq chélch el haya

239

 

El habs lal rjél

246, 349

 

niyyél min lou mar’ ad ‘anzi blibnân

366

Récapitulatif

Énoncés casuels

18

 

Proverbes

11

 

Formules toute faite

11

 

Expressions figées

8

 

Formules de vente

4

 

Même formule (6)

1

 

Hymne National

1

 

 

Total occurrences

54

Total des mots

218 mots + 38 répétés

256 mots

Annexe III

Brefs passages en arabe (10 passages de 1 à 4 lignes). Dialectal : 6 + 1. Littéral : 2 + 1.

Domaines

Passages

Pages

Dialectal zajal

Ya baykna ya rayfouni, ya boul siouf el masnouni

36

Dialectal zajal

mech maakoul yhéd el kawkab sahn el foul

138

Dialectal zajal

Badna Béchara, badna Riad

177

Dialectal zajal

kermél aakfét charbo
Francis badna nharbo

184

Dialectal zajal

Mich maaqoul sba’aa el Matn
Ykhafou min klab Bchémoun

184

Dialectal zajal

bchémoun ramz istiqlalak
loubnanak ilha madyoun.
Btéstahil qata lssanak
Bserméyét ibn Bchémoun

184

Poème littéral

bayna Rita wa ouyouni
boundoukia
wallazi yaarifou Rita yanhani
wa yussalli li ilahén fil ouyoun al assaliya

345

Poème littéral

ismou Rita
Kana ‘idan fi fami
Jismou Rita
Kana orsan fi dami…

346

Prose

Aajabtné. Ként hébbét étaalam frensawi ta oqra’yalli btéktbo

348

Hymne

Koullouna lil watan, lil oula, lil aalam

348

Récapitulatif

Poésie

9

Prose

1

 

Nbre de mots

91

Notes

1 Najjar 2005 : 16. La translittération utilisée dans ce chapitre est celle de Najjar.

2 Code-switching (Heath 1989 : 23) ou code-mixing.

3 Prévost 2003.

4 Kachru 1978 fait la distinction entre le code-switching (à connotation psychologique), le code-mixing (concerne les règles linguistiques, fonctionnelles) et l’odd-mixing (le reste).

5 Najjar 2005 : 236.

6 C’est le cas aussi pour : « narguilé », « nara ya sabé ! », « boya, boya, boya », « yanasib, boukra el sahab ! », « kaak, kaak », « ibar, kchétbine » (p. 236), ou bien « laich khtartouné ka zalmé ? » (p. 60), etc. Voir aussi annexe I.

7 Najjar 2005 : 16.

8 Dans ce contexte précis, le segment de phrase yā mā kān est polysémique. Cette traduction trouve sa justification par l’analogie avec les formules similaires typiques du dialectal oriental tel « baddak yā mā baddak » : « tu veux ou tu ne veux pas ? ». Toutefois, c’est loin d’être la seule lecture possible ; en voici une autre « Il y avait, parmi les choses qui existaient… ». Notons enfin qu’avec ces trois versions, le champ des possibilités ne se trouve pas épuisé…

9 Voir aussi en annexe II l’expression « magnoun inta walla é » où le g de « magnoun » dénote un locuteur égyptien.

10 Région du Liban à majorité chrétienne maronite.

11 Najjar 2005 : 239.

12 Maalouf 1993 : 230.

13 Cité par Mabrour 2009.

14 Rfi, émission Entre les lignes, 10/06/2005. Nous devons ces informations à Mme Françoise Delignon, que nous remercions vivement.

15 Annexe II, formule employée six fois.

16 Najjar interview.

17 Najjar 2005 : 14.

18 Najjar 2005 : 276-277.

Auteur

Université de Strasbourg

© Presses universitaires de Strasbourg, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540