Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue(s) d’écrivains

 | 
Edgard Weber
, 
Marie-Flore Beretta
, 
Julien Dufour
, 
et al.

Bilinguisme et correspondances d’écrivains en Russie

L’exemple d’Alexandre Radichtchev (1749-1802)

Rodolphe Baudin

Texte intégral

1Écrivain radical influencé par les Lumières françaises, Alexandre Radichtchev (1749-1802) publia, en 1790, un ouvrage très critique vis-à-vis du gouvernement de Catherine II et de l’organisation sociale de la Russie, fondée tout entière sur le servage. Ce texte pamphlétaire, déguisé en faux journal de voyage à la mode sternienne et publié sous le titre de Voyage de Saint-Pétersbourg à Moscou (Putešestvie iz Peterburga v Moskvu), provoqua la colère d’une impératrice vieillissante et inquiète des événements français. Elle le fit donc interdire et ordonna l’arrestation de son auteur. Condamné à mort dans un premier temps, Radichtchev vit sa peine commuée en dix ans d’emprisonnement au fin fond de la Sibérie. Malgré les conditions de vie très dures auxquelles il fut soumis, l’écrivain survécut largement grâce au soutien matériel et affectif de son ancien supérieur hiérarchique et protecteur, Alexandre Romanovitch Vorontsov (1741-1805). Non content de lui procurer argent et livres, le comte Vorontsov donna à Radichtchev un moyen de conserver un lien avec le monde au travers de la correspondance qu’il entretint avec lui. Bilingue, cette correspondance fut rédigée aussi bien en français qu’en russe. La présente étude sera consacrée à l’examen des facteurs présidant au choix du russe ou du français par l’épistolier dans la partie de la correspondance rédigée par Alexandre Radichtchev lui-même. Avant de me pencher spécifiquement sur ces lettres, je présenterai toutefois, à titre de rappel, la situation de bilinguisme caractéristique de la culture russe de la fin du xviiie et du début du xixe siècle.

Le bilinguisme en Russie au xviiie et au début du xixe siècle

  • 1 Sur l’enseignement du français au corps des cadets, voir Zanè 1978 : 66.
  • 2 Cité par Dmitrieva 1994 : 73.
  • 3 Mazon 1964.
  • 4 Gretchanaïa 2009 : 49-61 ; Youri Lotman et Victor Rosenzweig ont publié une anthologie de textes r (...)
  • 5 Monnier 1992 : 528.
  • 6 Ibid. et Serman 1992 : 424.
  • 7 Gretchanaïa 2009 : 51.
  • 8 Lotman 1994 : 34.
  • 9 Voir ses lettres écrites en français dans Makogonenko 1980 : 74, 82, 89, 98, 129.
  • 10 Nikonova 2009 : 81-90.
  • 11 Paperno 1975 : 148-156 ; Majmina 1977 : 22-32 ; Majmina 1981 : 58-65 ; Dmitrieva 1994 : 73-84.
  • 12 Mills Todd III 1976 : 140-145.
  • 13 Baudin 2009.

2Cette situation de bilinguisme est bien connue. Liée à l’influence dominante de la culture française sur l’élite cultivée du pays, elle prend ses racines dans l’éducation donnée aux enfants de l’aristocratie russe dès leur plus jeune âge. Ainsi le corps des pages, ou celui des cadets, recevait-il un enseignement de français obligatoire1. L’apprentissage de cette langue, toutefois, commençait la plupart du temps avant l’intégration de l’un de ces établissements, grâce aux cours donnés par les précepteurs français, ou en tout cas francophones, recrutés par les familles nobles russes. « L’outchitiel », à la moralité et aux compétences plus ou moins vérifiables, est devenu un rôle thématique de la littérature russe, comme en témoigne, entre autres exemples, le « Mos’e Bopre » (« Monsieur Beaupré ») de La Fille du capitaine de Pouchkine (1836). La conséquence de cet enseignement précoce du français fut que nombre de Russes parlaient français aussi bien que russe, voire mieux que russe dans certains cas. Les dames ainsi s’exprimaient parfois assez mal en russe, comme le suggère la célèbre réflexion de la femme de l’écrivain et historiographe Nikolaï Karamzine (1766-1826), se plaignant de n’avoir jamais réussi à apprendre cette langue2. Un autre résultat de ce bilinguisme est que certains Russes cultivés tentèrent de devenir écrivains français. On peut ici citer les noms d’Alexandre Mikhailovitch Beloselski (1752-1809), du « prince Elim » (Elim Petrovitch Mechtcherski, 1808-1844)3 ou encore de Boris Vladimirovitch Golitsyne (1769-1813)4. Une conséquence souvent notée de ce goût pour la langue française fut le risque qu’il faisait courir au développement de la langue littéraire russe5. C’est ainsi qu’on a pu expliquer l’acharnement de certains écrivains, désireux d’écrire dans leur langue, contre la gallomanie caractéristique du xviiie siècle russe. Le publiciste Nikolaï Novikov et le comédiographe Denis Fonvizine en sont deux bons exemples6. La plupart des nobles cultivés, toutefois, évitaient les deux extrêmes de la tentation francophone ou du repli gallophobe, et naviguaient avec aisance entre les deux langues7. Cette navigation, de fait, invalide les explications sociologiques trop simplistes souvent évoquées pour catégoriser les formes du bilinguisme russe, et qui voudraient, par exemple, que toutes les dames parlassent mal le russe. En réalité, les deux langues étaient utilisées concurremment, selon les besoins des locuteurs dans les diverses circonstances de leur activité sociale, ou dans les textes qu’ils rédigeaient, qu’il s’agisse de leurs œuvres littéraires ou de leurs textes à usage privé. Parmi ces derniers, les textes épistolaires apparaissent comme un lieu particulièrement propice à cette navigation bilingue8, comme en témoignent de nombreuses correspondances russes du milieu du xviiie au milieu du xixe siècle, notamment celles d’écrivains, d’Alexandre Soumarokov9 à Vassili Joukovski10. Pour ces raisons, le problème du bilinguisme dans les correspondances a fait l’objet d’études ces dernières années, tant en Russie11 qu’aux États-Unis12 ou en France13.

Les règles du bilinguisme dans la correspondance

3Les conclusions des chercheurs sur les causes présidant au choix de telle ou telle langue dans la correspondance suggèrent que le choix de l’idiome obéit à trois types de facteurs. Il dépend tout à la fois de l’identité du destinataire de la lettre écrite, du contenu de cette lettre, et des stratégies textuelles mises en œuvre par l’épistolier à l’intention du destinataire.

  • 14 Majmina 1981 : 60 ; Dmitrieva 1994 : 74 ; et l’article de Viktor Rosenzweig « Un siècle de bilingu (...)
  • 15 Lotman 1994 : 34.
  • 16 Majmina 1981 : 60.
  • 17 Majmina 1981 : 60.
  • 18 Ibid.
  • 19 Lotman 1994 : 36.
  • 20 Dmitrieva 1994 : 83.
  • 21 Lotman 1994 : 36.

4L’identité de ce dernier impose le recours au français lorsque l’on écrit à une dame14, à sa fiancée15, à un correspondant pas ou peu connu16, à ses parents, ou à toute personne plus âgée que soi17. Le russe, à l’inverse, est de rigueur, en tout cas à la fin du xviiie et au début du xixe siècle, lorsque l’on écrit à ses amis18 ou à son épouse19. Dans le premier cas, l’usage du français introduirait une certaine froideur, et dans le deuxième, une frivolité malvenue20. L’usage du russe s’impose également lorsque l’on écrit à son supérieur hiérarchique, surtout à partir du règne de Nicolas Ier (1825-1855)21.

  • 22 Dmitrieva 1994 : 74, 83.
  • 23 Ibid., p. 79.
  • 24 Ibid., p. 83.
  • 25 Lotman 1994 : 46.
  • 26 Majmina 1981 : 62.
  • 27 Majmina 1981 : 60 ; Mills Todd III 1976 : 10-12, 65.
  • 28 Lotman 1994 : 36.

5Le contenu thématique de la lettre détermine lui aussi l’idiome à employer. Le français s’impose ainsi lorsque l’on rédige une lettre d’affaires, notamment abordant des questions pécuniaires, sujet qui semblerait trop vil s’il était abordé en russe22. Le français est également de rigueur dans la correspondance intellectuelle, lorsque l’on cherche à faire de l’esprit, ou dans les lettres introspectives23. De même, le discours de la galanterie impose lui-aussi le français24, contrairement au discours de l’amour conjugal, en russe. Pour Youri Lotman, le recours au français est lié, dans la correspondance de Pouchkine en tout cas, à certains rituels, tels que déclarer sa flamme, écrire à sa fiancée, ou provoquer un homme en duel25. Enfin, pour E. Maïmina, certains sujets ne peuvent être abordés qu’en français, au risque, dans le cas contraire, de sombrer dans le scabreux. Au premier rang de ces sujets se trouve l’échange plaisant sur les femmes26. À l’inverse, au début du xixe siècle en tout cas, la correspondance sur un sujet littéraire, notamment chez Pouchkine ou chez les membres de l’Arzamas, se mène en russe27. De même, les lettres officielles doivent être rédigées dans la langue « officielle » du pays28.

  • 29 Dmitrieva 1994 : 83.
  • 30 Lotman 1994 : 46.
  • 31 Majmina 1981 : 60 ; Dmitrieva 1994 : 83.
  • 32 Dmitrieva 1994 : 81.
  • 33 Dmitrieva 1994 : 83.
  • 34 Lotman 1994 : 36.

6Enfin, le choix de la langue dépend d’un certain nombre de stratégies textuelles supposées influencer la lecture de la lettre par le destinataire. Dans ce cadre, le recours au français permet de traiter sur le mode badin un sujet sérieux, afin d’en atténuer la gravité29, de cacher ses vraies idées ou intentions derrière des formules toutes faites30, voire derrière un rôle thématique d’emprunt31, de substituer au récit de son intimité réelle une intimité de convention obtenue par écho intertextuel avec la littérature française32, ou plus simplement de signifier sa froideur à son correspondant lorsqu’il s’agit d’un ami33, ou encore de revendiquer une égalité morale auprès d’un destinataire plus haut gradé, auquel l’étiquette administrative voudrait que l’on écrivît en russe34.

  • 35 Lotman 1994 : 44.
  • 36 Majmina 1981 : 61.
  • 37 Majmina 1981 : 62.

7À ces conclusions, il faut ajouter le résultat des observations des chercheurs sur les facteurs présidant à la rédaction de lettres mixtes, françaises et russes, ou russes et françaises. Contrairement à ce que l’on a longtemps cru35, Pouchkine, par exemple, ne s’opposait pas au mélange des deux langues, souhaitant seulement qu’il ne fût pas la conséquence de la paresse, mais qu’il fût justifié par le contexte36. Toujours est-il que ce mélange est le signe de la familiarité existant entre les correspondants, et qu’il est impossible dans le cadre d’un échange formel37.

L’exemple de la correspondance de Radichtchev

8Qu’en est-il dans les lettres d’exil de Radichtchev ? Sur les 72 lettres parvenues jusqu’à nous, 47 furent écrites en français, 20 en russe, et 5 seulement dans les deux langues. D’emblée s’impose donc une première constatation : Radichtchev évite de mélanger les deux idiomes, sinon dans 5 lettres. À côté de ces 5 exceptions, qui mélangent largement les deux langues, on trouve également le cas de ces entorses légères à la stricte séparation linguistique que représente l’utilisation d’un mot écrit dans l’idiome B au sein d’une lettre écrite dans l’idiome A. Ces entorses, dans les lettres de Radichtchev, apparaissent dans trois configurations possibles.

  • 38 La verste est une ancienne unité de mesure de longueur utilisée en Russie et valant 1066,8 mètres.
  • 39 Le poud est une ancienne unité de mesure utilisée en Russie et valant 16,38 kg.
  • 40 « Bien qu’ils soient tous deux sibériens, par de nombreux aspects ils sont aussi éloignés l’un de (...)

9La première consiste à utiliser un mot russe dans une lettre en français. Ce cas concerne le plus souvent des mots faisant référence à des realia russes, jugées intraduisibles, conformément à un usage que l’on rencontre largement au xviiie siècle, par exemple dans les lettres de la princesse Dachkova (1743-1810). Ces realia renvoient soit à des toponymes (« Nižnej » pour « Nižnij Novgorod », lettre 81, du 26 mai 1797), soit à des fonctions sociales (« syn bojarskoj » [fils de boyard], lettre 67, du 13 juillet 1793 ; « izvozščik » [cocher russe], lettre 94, du 9 janvier 1798), soit à des objets (« lyži » [des skis], lettre 61, du 17 février 1792 ; « mamontova kost’ » [os de mammouth], lettre 66, du 14 septembre 1792), ou à des noms propres (« Elisaveta Vasil’evna », lettre 75, du 3 juin 1795). Ce recours au cyrillique semble néanmoins indisposer Radichtchev, à en juger d’une part par la rareté du procédé et d’autre part par le fait que l’écrivain tâche souvent, dans un deuxième procédé, de transcrire dans l’alphabet latin et même de franciser le nom des realia russes évoquées. Radichtchev utilise ainsi les termes « verstes »38, « poude »39, ou encore « kopeik » dans la lettre 66, datée de 1792. Dans une autre lettre, il parle du « daba ou toile peinte bleue » (lettre 76, du 20 novembre 1795). Le troisième procédé, plus rare encore, est inverse, et consiste à utiliser un mot français dans une lettre écrite en russe. C’est le cas dans la lettre suivante : « […] hotja oni oba sibirjaki, odnako že vo mnogih veščah oni meždu soboju toliko različestvujut, kak angličanin ot francuza, proportion gardée »40 (lettre 38, du 15 mars 1791).

10Ce recours à l’idiome B se limite ici à une expression, dont l’équivalent russe n’existe pas, ou est jugé moins expressif par l’épistolier. On rencontre des cas similaires dans la correspondance de Pouchkine. Pour Elena Maïmina, ces inserts ont pour but de réveiller l’attention possiblement défaillante du lecteur. Enfin, notons, outre ces trois configurations, un cas de contamination d’un idiome par l’autre. Dans sa lettre du 10 avril 1792, Radichtchev écrit ainsi :

  • 41 « Le temps ici est parfois bon, parfois mauvais. La journée d’hier a été très chaude ».

Vremja zdes’ inogda horošo, inogda durno. Včera den’ byl očen’ teploj.41

  • 42 Slovar’ russkogo jazyka XVIII veka, t. 4, Leningrad, Nauka, 1988, article « vremja ».

11Le Dictionnaire de la langue russe du xviiie siècle n’attestant pas cet emploi de « vremja » (« le temps » dans le sens de « pogoda », « la météo »)42, on doit en conclure qu’il s’agit d’une contamination du discours russe par la pensée en français, peut-être consécutive à un lapsus : la préoccupation principale de l’exilé étant la durée de sa relégation.

12La répugnance de Radichtchev à mélanger les deux idiomes étant l’une des caractéristiques principales de ses lettres à Vorontsov, elle renseigne indirectement sur la nature des rapports entretenus par les deux hommes. Vorontsov étant l’ancien supérieur de Radichtchev, et son actuel protecteur, la relation exprimée par ces lettres n’est en effet pas de l’ordre de l’amitié, raison pour laquelle elle proscrit la navigation libre entre les deux idiomes.

  • 43 Cette soif de transparence, qui nourrit toute la littérature du sentimentalisme russe, vient évide (...)
  • 44 Sur cet aspect, voir Baudin 2008.

13Si elle n’est pas de l’ordre de l’amitié, la relation entretenue par Radichtchev avec son protecteur n’en repose pas moins sur une recherche, de la part de l’écrivain, de transparence absolue43, qui passe par la divulgation à Vorontsov de son intimité. Cette intimité, toutefois, est construite, de manière à présenter au protecteur une image acceptable pour lui et flatteuse pour Radichtchev. C’est la raison pour laquelle, par exemple, la correspondance, qui s’étend largement sur les souffrances morales de l’écrivain exilé, tait soigneusement la relation symboliquement incestueuse qu’il entretient avec sa belle-sœur en Sibérie44. Ce type particulier d’intimité, exigé par ce que l’on pourrait appeler le « sentimentalisme bureaucratique russe », n’est donc pas mensonger, mais construit et sélectif. Dans la perspective qui nous intéresse, on doit se demander s’il a une langue privilégiée. Pour ce faire, il faut examiner la langue utilisée par Radichtchev dans sa correspondance avec sa famille et ses proches qui, elle, construit un rapport d’intimité non bureaucratique.

  • 45 Les deux dates désignent respectivement celle du calendrier russe (julien) et celle du calendrier (...)
  • 46 Barskov 1915 : 194-196. D’une manière générale et comme en témoigne ce volume, les maçons de Mosco (...)

14Or on constate que Radichtchev écrivait en russe aux membres de sa famille – son père Nikolaï Alexandrovitch (lettre 83, de juillet 1797), sa sœur Maria Nikolaïevna (lettre 84, de juillet 1797), et son frère Moisseï Nikolaïevitch (lettres 85, de juillet 1797 et 89, du 18 août 1797) – ainsi qu’à ses amis de jeunesse, rencontrés à l’université de Leipzig, Alexandre Andreïevitch Ouchakov, par ailleurs son beau-frère (lettre 86, du 25 juillet 1797), et le célèbre franc-maçon Alexeï Mikhaïlovitch Koutouzov (lettre 56, du 6 décembre 1791). En ce qui concerne ce dernier, on peut ajouter qu’il répondait à Radichtchev en russe également, comme en témoigne sa lettre de Berlin du 27 mars/7 avril 179245 publiée par Yakov Barskov en 191546.

15À première vue donc, le russe semble s’imposer comme la langue de l’intimité réelle, générée par des liens de sang, ou une connaissance profonde de l’autre, augmentée d’une égalité d’âge et de statut social dans le cas des deux amis. Conformément à ce qui a été dit plus haut en effet, le français, dans un tel contexte, risquerait d’introduire une froideur mondaine préjudiciable à l’expression de sentiments vrais. Dans ces conditions, il paraît tentant de conclure qu’inversement, le français est la langue de l’intimité construite du sentimentalisme bureaucratique, caractéristique de la relation avec Vorontsov.

16Il n’en est rien pourtant, tant cette opposition binaire souffre d’exceptions. Ainsi Radichtchev écrit en français à ses deux fils aînés Vassili et Nikolaï Alexandrovitch (lettre 87, du 13 août 1797). Ainsi écrit-il en russe à Vorontsov à de nombreuses reprises. Le choix de l’idiome n’est donc de toute évidence pas déterminé par le destinataire de la lettre.

17Le critère du contenu ne semble malheureusement guère plus opératoire. Certes, Radichtchev favorise le français pour parler de littérature, notamment française (lettre 40), ou de tout livre lu en français (lettre 42), ou encore pour exposer ses idées, notamment sur l’éducation (lettre 55), ou sur la physique du globe (lettre 72). Mais il aborde par ailleurs de manière indifférenciée dans les deux langues les thèmes dominants de sa correspondance, à savoir sa santé physique et celle de sa famille, ses souffrances morales, sa gratitude vis-à-vis de Vorontsov, le récit de son voyage jusqu’à Ilimsk, le tableau géographique et économique de la Sibérie qu’il offre à son protecteur, la gestion de son capital symbolique (relations personnelles, carrière de ses fils aînés) et économique (ses dettes, son héritage, l’état de délabrement de ses domaines).

  • 47 « Monsieur le Comte Alexandre Romanovitch ».
  • 48 Lotman 1994 : 36.

18Dans la mesure où les explications faisant intervenir l’identité du destinataire ou le contenu de la lettre ne semblent donc pas opérantes pour la présente correspondance, on doit se résoudre à chercher des facteurs psychologiques pour expliquer le choix de telle ou telle langue. Ainsi, il est sensible que Radichtchev favorise le français lorsqu’il se sent à l’aise dans son rapport à Vorontsov. Par contre, dès qu’il se sent coupable vis-à-vis de lui, parce qu’il se reproche d’avoir failli ou tardé à obéir aux consignes de son protecteur, il passe au russe afin de rappeler, par recours à la langue du service, le rapport de sujétion qu’il entretient avec son ancien supérieur hiérarchique. C’est le cas notamment des lettres 57 et 58, dans lesquelles Radichtchev promet un départ imminent d’Irkoutsk vers Ilimsk, exigé visiblement par Vorontsov mais différé deux fois, ce qui augmente l’embarras de l’épistolier. Quand l’orage est passé, Radichtchev revient au français, qui crée une utopique égalité entre les deux correspondants. À ce titre est significatif le fait que l’apostrophe des lettres en français soit un simple et digne « Monsieur », alors que celle des lettres en russe comporte l’évocation du titre nobiliaire du destinataire (« Milostivyj moj gosudar’, graf Aleksandr Romanovič »47). Cette égalité, déjà évoquée, qu’induit le recours au français, a été notée à propos des lettres de Pouchkine à Beckendorff, ministre de la police du tsar Nicolas Ier48.

19Un autre facteur psychologique est lié à l’espace de l’écriture de la correspondance. Ainsi, la chronologie des lettres de Radichtchev montre assez nettement une augmentation de l’usage du français à mesure que l’écrivain condamné s’avance plus profondément en Sibérie. À Tobolsk, ville importante de la Sibérie occidentale où Radichtchev pouvait encore jouir d’une société européanisée, l’écrivain écrit à son protecteur en russe, réservant le français pour ses interactions sociales quotidiennes, notamment mondaines (il fréquente le gouverneur et va au théâtre). Une fois parvenu à Ilimsk, fortin de Sibérie orientale où doit se passer le temps de sa peine, il passe au français, comme pour maintenir, via la langue, un lien avec le monde cultivé dont il est issu. Ici, le choix de l’idiome second sert à lutter contre la déshumanisation qui lui est imposée par l’environnement naturel et social hostile qui est désormais le sien. En opposant à la brutalité russe de cet environnement l’usage épistolaire du français, Radichtchev tient également à réaffirmer son appartenance à l’élite nobiliaire cultivée, dont sa condamnation judiciaire, qui l’a privé formellement de son titre de noblesse, prétend le déposséder.

  • 49 Lotman & Rosenzweig 1994 : 60.

20Pour terminer, et ramener la problématique du champ de l’étiquette sociale à celle de l’écriture proprement littéraire, il faut parler du style des lettres, qui diffère sensiblement en fonction du choix de l’idiome. De fait, les lettres en français sont en moyenne beaucoup plus longues, inflation volumétrique qui s’explique largement par le travail de Radichtchev sur le style de ses lettres en français, absent, comme l’avait noté Viktor Rosenzweig, de ses lettres russes49. Les lettres françaises sont ainsi plus ornées, et ne résistent pas, malgré les recommandations des manuels épistolaires du xviiie siècle et les déclarations d’intention de Radichtchev lui-même, aux séductions de la rhétorique.

21Les lettres françaises abondent ainsi en répétitions :

[…] croyez, ah croyez, que mon cœur sent et est propre pour sentir tout ce qui est fait pour toucher l’âme (lettre 55, du 26 novembre 1791).

Ah, quel plaisir, quel plaisir n’ai-je pas senti en les lisant ! (lettre 78, du 9 juin 1796).

22Accompagnées d’exclamations et d’onomatopées, ces répétitions soulignent l’intensité du sentiment qui s’exprime dans les phrases citées. Ajoutons que l’emploi de la répétition va parfois jusqu’à l’anaphore, comme dans la structure antithétique suivante, aphoristique et théâtrale :

Ah ! qu’il est doux de revoir les lieux qui nous ont vu naître… Ah ! qu’il est cruel d’espérer souvent en vain (lettre 79, de janvier 1797).

23Outre la répétition, la correspondance française recourt également à la personnification (« le désespoir à la face hideuse », lettre 47, du 16 juillet 1791), ou à la comparaison et à la métaphore, comme en témoignent les exemples ci-dessous :

Mais votre douce bienveillance est comme le soleil bienfaisant (lettre 62, du 24 mars 1792).

Me voilà revivifié, et les ressorts de mon âme remontés pour autant que cela peut être (lettre 60, du 6 février 1792).

24Un autre exemple de métaphore, commenté par Radichtchev lui-même, montre bien qu’il est conscient, dans ses lettres françaises, de faire du style :

Vos bontés, votre recommandation, votre souvenir seul, ou le moindre oubli de votre part, fairont [sic] monter ou descendre le thermomètre (passez-moi cette singulière manière de m’exprimer) de ma manière d’être (lettre 57, du 10 décembre 1791).

25Les synecdoques – en l’occurrence l’antonomase – sont également nombreuses. Je n’en cite qu’une :

Mais j’avoue que je ne suis pas assez Hercule pour en faire autant de l’éloignement où je vis […] (lettre 69, du 7 décembre 1793).

26Enfin, les lettres écrites en français usent et abusent des points de suspension, pour créer des effets de rythme, mettre en scène l’émotion ressentie par l’épistolier lors de l’écriture, ou encore ménager des silences signifiants, comme dans l’exemple suivant :

Quelle reconnaissance attendez-vous ? S’il ne faut que vous aimer… vous adorer est encore trop peu… Une larme devant votre portrait que je reçois des mains de ma bonne amie… sentez-là [sic], monsieur (lettre 37, du 8 mars 1791).

Conclusion

27Au vu des différences stylistiques existant entre un texte français qui accumule les figures et un texte russe qui s’en garde bien, on ne peut que se demander pourquoi Radichtchev refusa de recourir, dans ses lettres écrites en russe, à la rhétorique du sentimentalisme utilisée largement dans les lettres françaises. La réponse se trouve dans la concurrence existant, au xviiie siècle, entre écriture du for privé et fiction. Les figures de style observées dans les lettres françaises de Radichtchev existaient en russe, où elles étaient entrées en provenance du français, et servaient à développer le discours de soi de la fiction, dans les œuvres sentimentales de Radichtchev lui-même ou de son contemporain Nikolaï Karamzine. Dès lors, multiplier, dans une correspondance réelle écrite en russe, les « Ah », les points de suspension, les anaphores et les exclamations, aurait fait courir le risque de jeter sur l’expression réelle de soi l’ombre de la fiction, et donc de la fausseté, préjudiciable même à une intimité construite et sélective comme celle que Radichtchev offre à son protecteur, et dangereuse car susceptible, en en brisant l’illusion, de priver l’écrivain des bénéfices sociaux qu’il en escomptait. Chez Radichtchev, ainsi, il y a divorce entre la langue des interactions sociales et celle de la pratique littéraire, notamment dans ce lieu spécifique qu’est la recherche de l’expression de l’intimité. Paradoxalement, qui plus est, il y a aussi inversion, puisque c’est le français littéraire, et non le russe, qui, parce que moins soumis à la mode littéraire du moment qu’il a pourtant inspirée, est accepté comme émotionnellement véritable.

Bibliographie

Bibliographie

Barskov, Jakov L. (éd.), Perepiska moskovskix masonov XVIII veka 1780-1792 gg., Pétrograd, Imperatorskaja Akademija Nauk, 1915.

Baudin, Rodolphe, « The public self and the intimate body in Radishchev’s letters of exile », Canadian Slavonic Papers, vol. 50, no 3-4, septembre-décembre 2008, p. 297-324.

Baudin, Rodolphe (dir.), L’épistolaire en Russie, Paris, IES, 2009.

Dmitrieva, Ekaterina, « La correspondance française de Pouchkine. Ruptures mentales et ruptures littéraires », in Philologiques III, Qu’est-ce qu’une littérature nationale ?, Paris, MSH, 1994, p. 73.

Gretchanaïa, Elena, « “Vous m’avez demandé de ne pas faire de brouillon” : lettres inédites du prince Boris Golitsyne (1789-1790) », in Rodolphe Baudin (dir.), L’épistolaire en Russie, Paris, IES, 2009.

Lotman, Youri & Viktor Rosenzweig, La littérature russe d’expression française. Textes français d’écrivains russes. xviiie-xixe siècles, Vienne, Wiener Slawistischer Almanach, (Sonderband 36), 1994.

Lotman, You., « La littérature russe d’expression française » (préface), in Lotman & Rosenzweig 1994.

Majmina, E., « Francuzskaja reč’ v pis’max Puškina k Vjazemskomu », in Sbornik trudov SNO filologičeskogo fakul’teta : russkaja filologija V, Tartu, Tartuskij Gosudarstvennyj Universitet, 1977.

Majmina, E., « Stilističeskie funkcii francuzskogo jazyka v perepiske Puškina i v ego poèzii », in Problemy sovremennogo puškinovedenija, Leningrad, Gosudarstvennyj Pedagogičeskij Universitet imeni A. I. Gercena, 1981.

Makogonenko, Georgij P. (éd.), Pis’ma russkix pisatelej XVIII veka, Leningrad, Nauka, 1980.

Mazon, André, Deux Russes écrivains français, Paris, Didier, 1964.

Mills Todd III, William, The Familiar Letter as a Literary Genre in the Age of Pushkin, Evanston, Northwestern University Press, 1976.

Monnier, André, « Nikolaï Novikov », in E. Etkind, G. Nivat, I. Serman & V. Strada (dirs), Histoire de la littérature russe, t. 1, Des origines aux Lumières, Paris, Fayard, 1992.

Nikonova, Nina, « La construction du moi romantique dans les lettres de Joukovski des années 1840 », in Rodolphe Baudin (dir.), L’épistolaire en Russie, Paris, IES, 2009.

Paperno, Irina A., « O dvujazyčnoj perepiske puškinskoj èpoxi », in Trudy po russkoj i slavjanskoj filologii, XXIV, Literaturovedenie, Tartu, 1975.

Serman, Ilya, « Les problèmes de la dramaturgie dans la seconde moitié du xviiie siècle », Efim Etkind, Georges Nivat, Ilya Serman & Vittorio Strada (dirs), Histoire de la littérature russe, t. 1, Des origines aux Lumières, Paris, Fayard, 1992.

Starobinski, J., Jean-Jacques Rousseau : la transparence et l’obstacle, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1976.

Zanè, D. K., « Francuzskij jazyk v Rossii XVIII v. kak obščestvennoe javlenie », Vestnik moskovskogo universiteta, serija filologija, no 1, 1978.

Notes

1 Sur l’enseignement du français au corps des cadets, voir Zanè 1978 : 66.

2 Cité par Dmitrieva 1994 : 73.

3 Mazon 1964.

4 Gretchanaïa 2009 : 49-61 ; Youri Lotman et Victor Rosenzweig ont publié une anthologie de textes russes écrits en français, illustrant ce phénomène du bilinguisme littéraire russe (Lotman & Rosenzweig 1994).

5 Monnier 1992 : 528.

6 Ibid. et Serman 1992 : 424.

7 Gretchanaïa 2009 : 51.

8 Lotman 1994 : 34.

9 Voir ses lettres écrites en français dans Makogonenko 1980 : 74, 82, 89, 98, 129.

10 Nikonova 2009 : 81-90.

11 Paperno 1975 : 148-156 ; Majmina 1977 : 22-32 ; Majmina 1981 : 58-65 ; Dmitrieva 1994 : 73-84.

12 Mills Todd III 1976 : 140-145.

13 Baudin 2009.

14 Majmina 1981 : 60 ; Dmitrieva 1994 : 74 ; et l’article de Viktor Rosenzweig « Un siècle de bilinguisme littéraire » dans Lotman & Rosenzweig 1994 : 68.

15 Lotman 1994 : 34.

16 Majmina 1981 : 60.

17 Majmina 1981 : 60.

18 Ibid.

19 Lotman 1994 : 36.

20 Dmitrieva 1994 : 83.

21 Lotman 1994 : 36.

22 Dmitrieva 1994 : 74, 83.

23 Ibid., p. 79.

24 Ibid., p. 83.

25 Lotman 1994 : 46.

26 Majmina 1981 : 62.

27 Majmina 1981 : 60 ; Mills Todd III 1976 : 10-12, 65.

28 Lotman 1994 : 36.

29 Dmitrieva 1994 : 83.

30 Lotman 1994 : 46.

31 Majmina 1981 : 60 ; Dmitrieva 1994 : 83.

32 Dmitrieva 1994 : 81.

33 Dmitrieva 1994 : 83.

34 Lotman 1994 : 36.

35 Lotman 1994 : 44.

36 Majmina 1981 : 61.

37 Majmina 1981 : 62.

38 La verste est une ancienne unité de mesure de longueur utilisée en Russie et valant 1066,8 mètres.

39 Le poud est une ancienne unité de mesure utilisée en Russie et valant 16,38 kg.

40 « Bien qu’ils soient tous deux sibériens, par de nombreux aspects ils sont aussi éloignés l’un de l’autre qu’un Anglais d’un Français, proportion gardée ».

41 « Le temps ici est parfois bon, parfois mauvais. La journée d’hier a été très chaude ».

42 Slovar’ russkogo jazyka XVIII veka, t. 4, Leningrad, Nauka, 1988, article « vremja ».

43 Cette soif de transparence, qui nourrit toute la littérature du sentimentalisme russe, vient évidemment de Rousseau. Sur cet aspect de l’œuvre de Rousseau, voir Starobinski 1976.

44 Sur cet aspect, voir Baudin 2008.

45 Les deux dates désignent respectivement celle du calendrier russe (julien) et celle du calendrier occidental (grégorien).

46 Barskov 1915 : 194-196. D’une manière générale et comme en témoigne ce volume, les maçons de Moscou s’écrivaient en russe, plus rarement en allemand.

47 « Monsieur le Comte Alexandre Romanovitch ».

48 Lotman 1994 : 36.

49 Lotman & Rosenzweig 1994 : 60.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540