Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue(s) d’écrivains

 | 
Edgard Weber
, 
Marie-Flore Beretta
, 
Julien Dufour
, 
et al.

Qui suis-je, que dis-je, moi qui parle cette langue ?

Marie-Flore Beretta

Texte intégral

La langue : d’un Moi à l’Autre

1Dans une lettre du 06/11/1896, Sigmund Freud écrit que « le refoulement se présente comme un défaut de traduction ». Dès lors, pourrions-nous poser l’hypothèse selon laquelle la traduction favoriserait la levée de refoulement ? Cette hypothèse débouche sur l’idée que, dans leurs œuvres, des écrivains comme Samuel Beckett, Julien Green ou Vladimir Nabokov ont pu exprimer des fantaisies, fantasmes et affects qu’ils n’auraient sans doute pas pu éprouver et écrire dans une langue maternelle charriant avec elle les refoulements infantiles. La langue d’accueil favoriserait ainsi une créativité d’autant plus facile et grande que celle-ci se trouverait « libérée » des refoulements de fantaisies drainés et enfouis avec la langue maternelle. Un siècle plus tard, Atiq Rahimi, lauréat du Goncourt 2008 pour Syngué sabour, Pierre de patience, son premier livre écrit non pas dans sa langue maternelle, le persan, mais dans sa langue d’accueil, le français, offre un point de vue empirique sur la création littéraire en langue « étrangère » qui va dans le sens de la thèse freudienne de la levée de refoulement :

  • 1 Laval 2008 : 24.

Ma langue maternelle, le persan, m’impose des tabous, des interdits. La langue maternelle dit l’intime, c’est elle qui nous apprend la vie, l’amour, la souffrance, elle qui nous ouvre au monde. C’est aussi la langue de l’autocensure. Ne serait-ce que le mot « maternel » : il crée trop de liens. Adopter une autre langue, le français, c’est choisir la liberté. On ne se marie pas avec sa mère ! Avec le français, j’étais libéré de tonnes de contraintes affectives.1

2La langue maternelle, première langue et langue première, apparaît comme intimement liée à la construction identitaire profonde au départ de la découverte de soi et du monde. Elle est, par conséquent, le vecteur privilégié de l’expression du « moi ». D’où la difficulté à accepter qu’un étranger puisse parler ma langue aussi bien que moi, comme le souligne avec humour Abdelfattah Kilito dans son essai intitulé Tu ne parleras pas ma langue :

  • 2 Kilito 2008 : 99.

Cette personne [qui parle notre langue aussi bien que nous], d’origine si lointaine, suscite l’embarras, non seulement elle met à mal notre complexe de supériorité, mais aussi elle nous dépouille brusquement de notre langue, nous arrache notre langage et les constituants de notre existence, ce que nous pensons notre identité ; elle nous dépouille de nous-mêmes et de notre abri.2

3En littérature, la distance qu’implique le changement de langue pose des questions particulièrement intéressantes dans le cas de l’autobiographie et de l’autofiction. La mémoire et l’origine peuvent-elles se dire dans une autre langue que la langue maternelle ? En effet, par les liens qu’elle a avec l’intime, la langue des origines semble idoine pour ce type de récit. L’autobiographie est-elle néanmoins envisageable dans une langue étrangère ou, une fois déplacée sur un autre territoire linguistique, cette dernière se transmue-t-elle immanquablement en autofiction ? Abdelhaq Anoun, qui analyse dans Les origines culturelles d’un roman maghrébin les implications de l’usage du français dans l’œuvre de fiction d’A. Kilito, remarque que l’usage d’une autre langue menace dans ce cas la langue-mère sur son propre terrain.

  • 3 Anoun 2007.

4Le lien langue maternelle – identité individuelle semble si indéfectible en effet que l’usage d’une autre langue impliquerait logiquement une distanciation par rapport à soi. Choisir la langue de l’Autre conduirait ainsi à adopter un nouveau regard sur soi et sur le monde : « Dès l’instant où l’on écrit une autre langue, le regard sur soi et sur l’autre devient spécifique »3. Le locuteur bilingue ou polyglotte serait-il porteur d’une identité fragmentée ? Aurait-il la sensation d’un dédoublement ou d’une démultiplication d’identités, une correspondant à chaque langue parlée ? A. Kilito convoque la pensée arabe classique et en particulier l’opinion du poète al-Jâhiz, énoncée dans son Livre des animaux :

  • 4 Kilito 2008 : 31.

Parler dans une langue implique de se tourner dans une direction. La langue est liée à une position sur la carte ou sur un espace. Parler dans cette langue-ci ou dans celle-là signifie qu’on est du côté droit ou du côté gauche. Quant au bilingue, il remue en permanence, il se tourne continuellement et, regardant dans deux directions, il a deux visages.4

  • 5 Ibn al-Muqaffa 2007 : 5.

5Richesse ou danger du bilinguisme ? Le bilinguisme implique-t-il une division ? A. Kilito cite encore ce voyageur arabe, Fâryâq, selon lequel l’apprentissage d’une autre langue que l’arabe se ferait au détriment de la langue maternelle. L’idée, qui semble fréquente dans la pensée arabe classique, apparaît également dans le conte « Le Saint Homme et l’Hôte » de Kalila et Dimna : le Saint Homme met en garde son hôte sur les dangers que représente le fait de désirer ce que l’on n’a pas et qui est impossible à obtenir, ce qui s’applique aussi à la langue de l’Autre. Selon lui, l’apprentissage de l’hébreu, langue difficile, par l’hôte, se ferait au détriment de sa langue maternelle, ce que corrobore l’histoire du corbeau qui voulut imiter la démarche fière de la perdrix, en vain, et ne put revenir à son ancienne démarche car « il mélangeait les deux manières »5. La confusion mettrait en péril la communication de l’hôte avec les gens de son pays.

  • 6 Cité par Kersaudy 2001 : 147.
  • 7 Goytisolo 2007 : 430.

6À l’inverse, peut-on supposer que l’on parvienne à une plus grande justesse dans l’appréhension de sa propre identité et de la culture de son pays d’origine par le truchement de la langue de l’Autre grâce à la distanciation que celle-ci permet ? On connaît la formule de Goethe : « Qui ne connaît pas de langues étrangères ne sait rien de la sienne »6. Dans sa présentation critique de l’œuvre de José María Blanco White, écrivain espagnol du xixe siècle exilé en Angleterre, Juan Goytisolo avance quant à lui que la pensée libre qui fonde l’entreprise littéraire requiert de rendre la langue d’origine étrangère à elle-même par la confrontation éclairante avec d’autres langues. Selon Goytisolo, il existe des langues occupées comme il existe des pays occupés et le décentrement qu’apporte la connaissance d’une autre langue permettrait de ne pas se soumettre aux clichés et aux mythes qui entravent le fonctionnement de l’intelligence nationale7.

La langue : du Moi au Monde

  • 8 Kilito 2008 : 31.
  • 9 MRabet 2008 : 29.

7Le changement de « visage » ou d’angle de vue qu’implique l’usage d’une autre langue procède avant tout d’un ancrage dans une réalité géographique et culturelle : « La langue est liée à une position sur la carte ou sur un espace »8 et possède des coordonnées géographiques, politiques et socioculturelles avant d’avoir une dimension et une expression individuelles. Elle implique une façon de voir et concevoir le monde, partagée par la communauté des individus qui la parlent, un rapport spécifique au réel, mais aussi un positionnement du locuteur qui peut faire sens sur les terrains idéologique, économique, éthique, polémique. Dans l’histoire des peuples et la construction d’identités collectives, nationales, régionales, la langue maternelle s’est parfois – souvent – montrée répressive sur la langue et la culture de l’Autre. Il suffirait de citer dans le domaine de l’histoire hispanique, par exemple, l’imposition du castillan lors des grandes entreprises expansionnistes de l’Espagne latine et catholique : la « Reconquête » d’al-Andalus qui s’accompagne de l’élimination progressive des langues arabe et mozarabe, la construction postérieure de l’unité politique et confessionnelle de l’État moderne qui passe par la normalisation et l’imposition du castillan sur le territoire espagnol, avec pour texte programmatique et significatif le discours messianique adressé en 1492 à la reine Isabelle de Castille par le premier grammairien de la langue castillane, Nebrija, dans le prologue de sa Gramática. Fuir la contagion linguistique ou s’efforcer de maintenir une « pureté originelle » de la langue maternelle peut trouver des justifications nationalistes et se nourrir d’une conception essentialiste de l’identité collective. Par voie de conséquence, choisir la langue de l’Autre peut avoir une portée éthique, humaniste, universaliste. Toujours dans le cadre des utilisations de la langue par un pouvoir oppressif, on peut citer le cas de la diglossie dans le monde arabe, où l’arabe classique, langue du Coran et de la culture, des élites, n’est pas celle d’une population laissée dans l’ignorance et l’analphabétisme par des « mandarins », des hommes de pouvoir « qui s’autoproclament représentants de Dieu » et qui ont fait de la langue du Coran leur langue du pouvoir9. Cette donnée met en lumière les variantes diastratiques de la langue soumise à des paramètres socioculturels.

8Mais la façon de nommer le monde et de l’appréhender par la langue est aussi – et en définitive, surtout – fonction du locuteur, de sa vie, de son regard. La langue ne peut être envisagée de façon « réaliste » que dans sa manifestation dans le discours d’un locuteur qui lui donne une forme circonstancielle et qui y met ses intentions, ses sensations, ses envies et aussi sa mémoire : mémoire du mot, mémoire d’un passé qui y est associé, sensation d’un son, sensation d’un référent qu’il appelle et qui l’appelle ; en somme, le locuteur donne à la langue une vie et un vécu qui est le sien. C’est l’histoire de la relation personnelle d’un individu à la langue, qu’elle soit sa langue maternelle ou une langue d’accueil, qui détermine le degré d’expressivité et d’évocation de celle-ci. Au-delà de la stricte relation signifiant-signifié, c’est le lien entre le signifiant et son référent qui fait sens ici, l’affect que met le locuteur dans le référent qui donne au mot de la langue une existence propre, comme le souligne magnifiquement Fadéla M’Rabet :

  • 10 MRabet 2008 : 41.
  • 11 M’Rabet 2008 : 43.

Quand je dis chaleur en français, c’est la canicule qui me vient à l’esprit avec sa cohorte de déshydratés et de damnés de la terre, qui inhalent les vapeurs du goudron qu’ils étalent sur les routes.
Quand je prononce chaleur en arabe, je pense à la fièvre. Je suis au lit, le corps enflammé par la rougeole, au centre de la sollicitude de tous.10
Le mot français n’exclut pas la chose représentée par le mot arabe, elle est tout simplement décalée. En français, comme en arabe, tout est restitué, mais pas dans le même ordre, ni avec la même intensité affective, la même charge émotionnelle, ni la même sensualité, comme le miel en arabe.
Quand je dis el ‘âssel, il y a d’abord un mouvement ascendant, comme lorsqu’on porte le gâteau à la bouche, puis le mot coule, s’étire, prolonge la saveur et le plaisir. Miel est exquis, mais plus bref.11

9La langue, c’est l’histoire d’un itinéraire vital, l’histoire d’un attachement. La langue vit dans la bouche et l’univers mental du locuteur comme une saveur, un souvenir, une image. Elle habite le locuteur et le locuteur est son hôte lui aussi :

  • 12 Biancotti 1999 : 426.

Je ne soupçonnais pas que chaque langue est une façon singulière de concevoir la réalité, que ce qu’elle nomme suscite une image qui lui appartient en propre […] ; il m’est arrivé d’avancer que l’on peut se sentir désespéré dans une langue et à peine triste dans une autre […].12

10C’est ainsi que le narrateur du roman Les Mots étrangers de Vassilis Alexakis exorcise la mort de son père en apprenant une langue rare de Centrafrique, le sango, et en formulant la mort dans une langue nouvelle, moins affective que la langue maternelle. Quand l’autre langue est euphémistique et lénifiante…

  • 13 Voir l’apport en la matière des formalistes russes et de l’école structuraliste.

11À la double existence de la langue dans ses dimensions collective (code socioculturel et système de communication) et individuelle (praxis, langue du discours, langue personnalisée), on peut ajouter une troisième modalité de langue : la langue littéraire qui tendrait à asseoir son existence sur une opposition au code et à la langue de la communication interpersonnelle immédiate13.

Identités linguistiques, identités littéraires

  • 14 Kilito 2008 : 36.

12La théorie littéraire classique et néoclassique, jusqu’au xviiie siècle, a prétendu fixer les lois du bien-parler et du bien-écrire dans une perspective prescriptive et normalisante, jusqu’à ce que la critique littéraire moderne, initiée par le mouvement romantique et l’Esthétique de Hegel, admette la liberté de création et devienne une véritable critique d’interprétation des textes. Mais aujourd’hui encore, il est entendu pour de larges pans de la critique qu’il existe une langue littéraire noble, académique, qui n’admet pas la langue populaire, orale, les distorsions, impuretés, contagions, comme dans la pensée classique une langue était réservée à la littérature, voire à un genre littéraire particulier. A. Kilito commente à ce propos la position du poète al-Jâhiz, pour qui la philosophie grecque était traduisible à la différence de la poésie arabe qui y aurait laissé toute sa beauté : « Le mérite de la poésie est réservé aux Arabes, et à ceux qui parlent leur langue »14.

13Aujourd’hui encore, la langue normée continue à peser sur la production langagière, à l’écrit notamment, bien que la langue littéraire tende à admettre les mélanges, l’hybridité, la mixité et à rompre la sacralité de la langue écrite en la corrompant avec l’oralité ou la variété de registres, tende à estomper les frontières et les oppositions langue écrite / langue orale, langue littéraire / langue populaire, langue académique / langue non académique. Bien que la recherche en sociolinguistique, les courants critiques formalistes et structuralistes qui font du langage l’instance souveraine de la littérature, les mouvements littéraires d’avant-garde du xxe siècle, postmodernes notamment, aient cultivé la possibilité d’une déconstruction des codes de la langue et une rénovation du langage en littérature, nombre de secteurs de la critique et de la production littéraire sont encore aujourd’hui rétifs au bouleversement des normes linguistiques et langagières, et notamment au changement de langues au sein même de l’espace textuel.

  • 15 Kilito 2008 : 72.
  • 16 Kilito 2008 : 73.

14Rares sont les écrivains qui ont osé ou osent actuellement toucher au sacro-saint monolinguisme littéraire (bien que le plurilinguisme existe en littérature depuis le Moyen Âge, sous la forme notamment de citations d’œuvres, de proverbes, d’expressions lexicalisées en langue étrangère). L’écrivaine Fadela M’Rabet, elle, opte pour la sincérité du mot dans sa langue originelle et laisse s’écouler l’écriture au gré de la musique propre à son identité d’écrivaine porteuse de plusieurs cultures : « Le mot juste, voilà mon souci, et qu’importe l’origine de la langue, si j’arrive à exprimer toute ma pensée, tous mes sentiments »15, car « souvent, quand il s’exprime dans une langue étrangère, un écrivain “fait l’écrivain”. Il pense que la simplicité le trahit et le dévalorise. Il devient précieux et ridicule. Il remplace le mot juste par la boursouflure, le style par l’imitation »16. Mais l’écrivain bilingue qui ne prend pas le parti esthétique du plurilinguisme littéraire écrit-il pour autant dans un monolinguisme littéraire ? N’y a-t-il pas une contamination forcée entre les deux langues au sein du processus d’écriture ? Une contamination sémantique, syntaxique, stylistique ? Les deux langues ne sont-elles pas complémentaires, indissociables au sein d’une écriture toujours plurielle ?

  • 17 Derrida 1996 : 15.
  • 18 Alexakis 1989 : 53.
  • 19 Dollé 2001 : quatrième de couverture.

15Tout écrivain n’a-t-il qu’une seule langue pour patrie ? Et en a-t-il une au départ qui serait définie avant même l’activité littéraire ? Sa langue, ne se la crée-t-il pas lui-même dans le processus de l’écriture ? On connaît la fameuse phrase de Derrida : « Oui, je n’ai qu’une langue, or ce n’est pas la mienne »17. Vassilis Alexakis lui aussi nuance la notion de langue maternelle, langue première : « La langue maternelle n’est que la première langue étrangère que l’on apprend »18, et Marie Dollé, dans son essai L’imaginaire des langues, tranche la question de la façon suivante : « […] si l’on admet que tout écrivain est, par définition, étranger à la langue qu’il écrit, rien ne distingue monolingue et bilingue. Pour apprécier les œuvres, seule compte la langue imaginaire que chacun s’est forgée »19.

  • 20 Hassan 1996 : 158.
  • 21 Voir Goytisolo : 1995.

16Le parti pris poétique du plurilinguisme, même s’il n’engage que ponctuellement la matière du texte (et que dire alors de l’écrivain qui fait un usage récurrent et appuyé de la variété des styles et des langues au sein d’un même espace textuel ?), pose de façon aiguë la question de la réception, et devient aussi un « parti pris pour l’autre et un travail avec lui »20. Le plurilinguisme exige une complicité accrue avec le lecteur, mis à rude épreuve. Pour Juan Goytisolo, qui nourrit le castillan de ses textes d’une arabité linguistique, stylistique, culturelle, la langue hermétique au premier abord (qui passe, entre autres, par le plurilinguisme) est une garantie pour l’écrivain de faire de la littérature et non un produit éditorial fondu dans la culture globale, un produit vite lu – consommé-jeté. La langue du succès d’édition n’est pas la langue littéraire selon Goytisolo, pour qui l’hermétisme est le prix à payer dans la résistance de l’écrivain-créateur à la culture globale21.

  • 22 Barthes 1978 : 26.
  • 23 Barthes 1978 : 34.
  • 24 Barthes 1978 : 12.
  • 25 Barthes 1978 : 13-14.
  • 26 Barthes 1978 : 15.
  • 27 Barthes 1978 : 17.

17Le Texte doit rester un « produit pervers », non un « produit grégaire », pour reprendre les formules de Roland Barthes, qui rejoint la position de Goytisolo sur le statut de la langue en littérature22. Selon Barthes, dans le discours littéraire, la langue est conçue hors pouvoir : la langue littéraire n’est pas la langue instituée, elle est langue active, discours pervers, et le Texte un « dépouvoir »23. Après avoir défini le langage comme « une législation » dont la langue serait « le code » et avoir avancé que « toute langue est un classement, et que tout classement est oppressif »24, Barthes allègue que la langue, parasitée par le pouvoir dans sa structure même, oblige, astreint le locuteur, « implique une relation fatale d’aliénation », et est proprement « fasciste », « car le fascisme, ce n’est pas d’empêcher de dire, c’est d’obliger à dire »25. La langue ne peut être combattue qu’à l’intérieur de la langue, le langage humain étant « un huis clos », sans extérieur26. Barthes entend ainsi la littérature comme un combat contre la langue (entendue comme code) qui s’y trouve combattue « non par le message dont elle est l’instrument, mais par le jeu des mots dont elle est le théâtre », et le rôle de l’écrivain est de « tricher la langue » en exerçant sur elle un « travail de déplacement »27.

  • 28 Barthes 1978 : 34.

Le Texte contient en lui la force de fuir infiniment la parole grégaire (celle qui s’agrège), […] il repousse ailleurs, vers un lieu inclassé, atopique, si l’on peut dire, loin des topoi de la culture politisée, cette contrainte à former des concepts, des espèces, des formes, des fins, des lois… ce monde des cas identiques, dont parle Nietzsche ; il soulève faiblement, transitoirement, cette chape de généralité, de moralité, d’indifférence […], qui pèse sur notre discours collectif.28

Langues, traduction et migration des textes

18Le changement de langues au sein d’une même écriture consacre le statut du Texte comme un espace de création, de liberté, où l’énonciation est souveraine. Plurilinguisme, mélange de langues et de styles, convocation d’autres textes dans un même espace, d’autres écritures, d’autres cultures. Ce que l’on nomme, comme le rappelle Kadhim Jihad Hassan, « traduction interne » :

  • 29 Hassan 1996 : 157-158.

[…] ce travail, vieux comme le monde mais réactivé depuis Joyce, de renvoi, dans un texte, à d’autres textes, à d’autres styles et à d’autres langues. Ce qui fait de l’œuvre littéraire moderne un « patchwork », selon un mot de Deleuze, une « greffe » ou une « dissémination », selon des mots de Derrida.29

19Inscrit dans le processus même de l’écriture, le code-switching rendu manifeste au sein d’un espace textuel inclut et expose l’interculturalité et l’altérité au sein même de l’énonciation. Ne toucherait-on pas ici une question essentielle de la littérature ? Si, depuis les formalistes russes, il est communément admis que le langage littéraire, par sa fonction esthétique, s’oppose au langage de la stricte communication, le code-switching ne serait-il pas l’expérience limite du langage littéraire dont la spécificité poétique, esthétique, atteint son paroxysme par la négation de cette exigence minimale qui semble faire loi pour la majorité : offrir au lecteur l’accès à la matière première du texte, la langue de la narration ? Qui sont les lecteurs suffisamment armés qui accèderont à toutes les significations du texte, les lecteurs qui suivront l’auteur dans son Babel linguistique ? Lorsque la fonction référentielle est absente, que reste-t-il au lecteur ? Osons dire… l’essentiel. Reste le mot. Peut-être plus brut et plus prégnant que jamais puisque saisi dans sa matérialité poétique, dans sa vibration, ses résonances, sa forme. Reste l’accès à la vérité de l’Autre par l’expérience de l’étrange et de l’étranger qui permet la distance par rapport à sa propre langue, à sa propre culture, à sa propre identité. Reste l’accès à la sensation de la littérature, une littérature plus orale et plus instinctive qui nous ferait presque penser que, contre toute attente, le plurilinguisme ne serait pas le produit d’une littérature élitiste mais tendrait à donner voix/voie au contraire à une littérature plus universelle qui accueillerait en elle l’Autre, la différence, le doute, l’ignorance, l’Homme.

  • 30 Hassan 1996 : 160.
  • 31 Hassan 1996 : 159.

20En convoquant l’autre langue, l’autre littérature, par le jeu de la citation et de l’intertextualité et par une écriture plurivocale et plurivoque, au creuset d’influences diverses, les textes « patchwork » contiennent le regard de l’Autre et posent d’emblée la question de leurs traductions et de leurs migrations. K. J. Hassan souligne en ces termes la beauté du langage goytisolien : « Bonheur et force d’une écriture qui ne décide pas seulement de son acheminement dans sa propre langue, mais engage aussi son passage dans le territoire mental et affectif de l’autre »30 ; une écriture métisse, hybride, qui renvoie le lecteur à son identité même en malmenant sa perception/réception de sa propre langue : « Là où tu vas, et de l’intérieur même de ce que tu crois être ta langue nationale, l’autre te regarde… que dis-je ? il est déjà installé en toi… »31. Comment l’intégrité de l’objet littéraire pourrait-elle survivre à l’épreuve de la traduction, a fortiori s’il se construit lui-même sur une pluralité d’identités linguistiques et culturelles ? La traduction d’une langue à une autre, d’un espace linguistico-culturel à un autre, d’une littérature à une autre… une gageure ?

  • 32 Benjamin 2000 : 248.

21L’ouvrage Langue(s) d’écrivain illustre à sa façon la pensée de Walter Benjamin, pour qui la traduction d’une langue à l’autre servirait à remarquer l’affinité qui existe entre les langues, « apparentées en ce qu’elles veulent dire »32, et non leur irréductible multiplicité. La pluralité centrifuge perçue de prime abord dans le système monde des langues se verrait ainsi réduite à la convergence : la convergence des langues et des littératures déployées dans une contamination féconde. La variété linguistique fête le mot et lui rend une liberté qui est aussi celle de l’homme auquel elle offre la possibilité de s’exprimer « selon la vérité [de son] désir ». La liberté de dire, au-delà du cadre, au-delà de la frontière, au-delà des normes et des lois :

  • 33 Barthes 1978 : 24-25.

Cette liberté est un luxe que toute société devrait procurer à ses citoyens : autant de langages qu’il y a de désirs : proposition utopique en ceci qu’aucune société n’est encore prête à admettre qu’il y a plusieurs désirs. Qu’aucune langue, quelle qu’elle soit, n’en réprime une autre ; que le sujet à venir connaisse sans remords, sans refoulement, la jouissance d’avoir à sa disposition deux instances de langage, qu’il parle ceci ou cela, selon les perversions, non selon la Loi.33

Bibliographie

Bibliographie

Alexakis, Vassilis, Paris-Athènes, Paris, Seuil, 1989.

Alexakis, Vassilis, Les Mots étrangers, Paris, Stock, 2002.

Anoun, Abdelhaq, Abdelfattah Kilito. Les origines culturelles d’un roman maghrébin, Paris, L’Harmattan, 2004.

Anoun, Abdelhaq, « Abdelfattah Kilito et la “bilangue” », ARABESQUES (revue sur internet), 2007 : http://209.85.135.104/search?q=cache:2OaX9jNUgi0J:www.arabesques-editions.com/revue/maghreb/article182210.html+abdelfattah+kilito&hl=fr&ct=clnk&cd=10&gl=fr&client=firefox-a (consulté le 04/01/2009).

Barthes, Roland, Leçon, Paris, Seuil, 1978.

Benjamin, Walter, « La tâche du traducteur », Œuvres I, Paris, Gallimard, 2000, p. 244-262.

Biancotti, Hector, Le Pas si lent de l’amour, Paris, Grasset, 2007.

Derrida, Jacques, « Des tours de Babel », Psyché. Inventions de l’autre, tome 1, Paris, Galilée, 1987, p. 203-235.

Derrida, Jacques, Le Monolinguisme de l’autre, Paris, Galilée, 1996.

Dollé, Marie, L’Imaginaire des langues, Paris, L’Harmattan, 2001.

Freud, Sigmund, lettre du 06/11/1896.

Goytisolo, Juan, « Introducción », El bosque de las letras, Madrid, Alfaguara, 1995, p. 9-13.

Goytisolo, Juan, « Presentación crítica de J. M. Blanco White », Obras completas, Ensayos literarios, t. VI, Barcelone, Galaxia Gutenberg, 2007.

Hassan, Kadhim Jihad, « Juan Goytisolo devant l’épreuve de la traduction », Juan Goytisolo ou Les paysages d’un flâneur, Abdelatif Ben Salem (coord.), Paris, Fayard/Institut du Monde Arabe, 1996.

Hassan, Kadhim Jihad, La part de l’étranger, Paris, Actes Sud, 2007.

Ibn Al-muqaffa, Kalila et Dimna, trad. Ayoub Barzani, Casablanca/Léchelle, Tarik/Emina Soleil, 2007.

Kersaudy, Georges, Langues sans frontières. À la découverte des langues de l’Europe, Paris, Autrement, 2001.

Kilito, Abdelfattah, Tu ne parleras pas ma langue, Paris, Actes Sud, 2008.

Laval, Martine, « RAHIMI, Atiq : L’entretien », Télérama 3071, 19 novembre 2008, p. 21-24.

MRabet, Fadéla, Le Muezzin aux yeux bleus, Paris, Riveneuve éditions, 2008.

Notes

1 Laval 2008 : 24.

2 Kilito 2008 : 99.

3 Anoun 2007.

4 Kilito 2008 : 31.

5 Ibn al-Muqaffa 2007 : 5.

6 Cité par Kersaudy 2001 : 147.

7 Goytisolo 2007 : 430.

8 Kilito 2008 : 31.

9 MRabet 2008 : 29.

10 MRabet 2008 : 41.

11 M’Rabet 2008 : 43.

12 Biancotti 1999 : 426.

13 Voir l’apport en la matière des formalistes russes et de l’école structuraliste.

14 Kilito 2008 : 36.

15 Kilito 2008 : 72.

16 Kilito 2008 : 73.

17 Derrida 1996 : 15.

18 Alexakis 1989 : 53.

19 Dollé 2001 : quatrième de couverture.

20 Hassan 1996 : 158.

21 Voir Goytisolo : 1995.

22 Barthes 1978 : 26.

23 Barthes 1978 : 34.

24 Barthes 1978 : 12.

25 Barthes 1978 : 13-14.

26 Barthes 1978 : 15.

27 Barthes 1978 : 17.

28 Barthes 1978 : 34.

29 Hassan 1996 : 157-158.

30 Hassan 1996 : 160.

31 Hassan 1996 : 159.

32 Benjamin 2000 : 248.

33 Barthes 1978 : 24-25.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540