Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue(s) d’écrivains

 | 
Edgard Weber
, 
Marie-Flore Beretta
, 
Julien Dufour
, 
et al.

Présentation

Langue(s) d’écrivain…

Edgard Weber

Texte intégral

1La Tour de Babel représente dans la Bible la raison de la multiplicité des langues que les hommes, punis par Dieu, devront désormais pratiquer. En effet, les hommes voulurent bâtir « une tour dont le sommet pénètre les cieux » (Gen. 11,4). Mais Dieu, voyant la prétention des hommes à « pénétrer les cieux », résolut de les confondre et de les disperser : « Confondons leur langage pour qu’ils ne s’entendent plus les uns les autres » (Gen. 11,7). Selon la Bible, la multiplicité des langues est donc essentiellement une punition divine pour que ceux-ci soient incapables d’accomplir leurs desseins. De multiples interprétations, symboliques et théologiques, ont évidemment été données et tentées pour expliquer la volonté divine. Les pages de ce livre ne seront pas théologiques, mais s’interrogeront encore sur cette multiplicité qui peut s’expliquer dans des cadres bien différents de la tradition monothéiste et biblique. Ce que nous pouvons néanmoins souligner, c’est que cette diversité rendit impossible l’achèvement de la tour projetée par les hommes. C’est à cet inachèvement que renvoie Derrida en élargissant la symbolique à autre chose qu’une simple construction en briques :

  • 1 Jacques Derrida, « Des tours de Babel », Psyché. Inventions de l’autre, tome 1, Paris, Galilée, 19 (...)

La Tour de Babel ne figure pas seulement la multiplicité irréductible des langues, elle exhibe un inachèvement, l’impossibilité de compléter, de totaliser, de saturer, d’achever quelque chose qui serait de l’ordre de l’édification, de la construction architecturale, du système et de l’architectonique.1

2Ne pourrait-on pas concevoir le monde des langues comme une architecture en mouvement, en perpétuels croissance et inachèvement, un corps palpitant dont la ligne de vie se mesure à l’échelle des hommes qui les portent ? C’est un édifice organique façonné, mué et transmué au rythme de leurs contacts, de leurs migrations, de leurs coordonnées géographiques, culturelles et intellectuelles, de leurs traversées physiques et psychiques ; un monde forgé au creuset de la parole et du livre, de l’écriture et de la lecture, et qui ne prend vie et sens que dans son rapport à l’humain qui se fait lieu de connexions, de passages, de contaminations de langues et de voix.

3Le présent volume non seulement fait de la pluralité et de la diversité des langues l’axe central d’une réflexion collective, il se veut aussi un espace où se rassemblent à la même table des écrivains et des universitaires aux langues et aux champs de spécialisation très variés. Ils donnent voix à une partie, même infime, de l’édifice babélien, complexe à l’infini. Ils sont écrivains francophones d’origine arabe, turque, grecque ; ils sont universitaires spécialistes des littératures espagnole, française, arabe, russe, roumaine… Tous placent l’homme au cœur de la problématique des langues en faisant de celles de l’écrivain l’objet d’une série d’analyses qui ouvrent leur champ d’études à une littérature plurielle et plurivoque. Les intervenants sont invités à explorer les enjeux de l’incomplétude et de l’inachèvement que figure l’édifice babélien évoqué par Derrida, en s’attachant à observer les implications de la multiplicité des langues au sein de la poétique des textes et du rapport de l’écrivain à la langue, au monde, à la littérature.

4Que se passe-t-il en effet lorsque les langues et les identités psychique, socioculturelle, littéraire qu’elles cristallisent se rencontrent dans une même bouche, sous une même plume, dans un même espace mental, ou dans un même espace textuel ? Langue maternelle, langue seconde, langue adoptive, langue adoptée, choisie ou imposée, langue de l’Autre, quelle langue choisir pour l’écrivain polyglotte, porteur de plusieurs cultures, de plusieurs regards, de plusieurs mondes ?

5Qu’est-ce qui se joue à travers l’utilisation d’une langue ? Une fidélité, une trahison ? Une filiation, une fracture ? Un mouvement centripète ou centrifuge, de fuite ou de retour sur soi ? Une distanciation critique, un lien affectif et intime ? Comment passer d’une langue à une autre, « d’un lieu de l’encyclopédie à un autre » (J. Derrida) ? Quels sont les effets produits par la convocation de langues et de littératures étrangères au sein d’une même écriture ? Le passage d’une langue à une autre par la voie de la traduction est-elle toujours une aporie ? Une aporie nécessaire à la survie d’un texte ?

6Le présent volume est une occasion d’écouter et de lire des écrivains dont le parcours personnel et intellectuel éclaire les enjeux d’un choix dans la langue d’écriture, et questionne d’emblée et de façon aiguë la notion d’identité. Leur point de vue empirique et incarné aux prises avec une histoire personnelle et collective et avec un projet poétique, ainsi que leurs échanges réflexifs apparaissent sous la forme d’une table ronde et d’un débat transcrits intégralement dans le présent ouvrage au côté des articles des universitaires.

7Pour tous les auteurs qui ont en commun leur goût pour le mot, pour la mise en texte, pour le langage littéraire, Babel n’est ni un chaos, ni une malédiction mais bien l’heureux événement. Une merveilleuse et insondable felix culpa, qui fonde la multiplicité et le plurivoque. Elle met également en œuvre une contamination féconde des langues entre elles et, à partir des langues, elle met en contact les cultures, les littératures et les systèmes de pensée. Babel est donc aussi à l’origine de ce qui fait la spécificité et la beauté de la langue littéraire : une langue hors frontières, hors limites, hors pouvoir.

Notes

1 Jacques Derrida, « Des tours de Babel », Psyché. Inventions de l’autre, tome 1, Paris, Galilée, 1987, p. 203.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540