Version classiqueVersion mobile

Nikolaï Karamzine à Strasbourg

 | 
Rodolphe Baudin

Annexes & Bibliographie

Annexe 2. Récits de voyages russes sur Strasbourg1

Texte intégral

Texte d’Alexandre Sergueïevitch Stroganov traduit en français (1752)1

  • 1 Les textes suivants sont extraits de divers récits ou correspondances de voyages écrits par des Rus (...)
  • 1 Stroganov A. S., Pis’ma Aleksandra Sergeeviča Stroganova Sergeju Grigoreviču Stroganovu, 1751-1760 (...)

Monsieur mon père, Sergueï Grigorievitch

1Nous sommes arrivés ici le 16 du mois courant, grâce à Dieu sans encombre ; le 17 nous sommes allés à la comédie française d’ici, le 18 au matin nous avons vu [illisible], qui n’est protégée que par de simples bastions puis, après le dîner, la grande église catholique, dont le travail le plus remarquable est l’horloge. Là nous avons également visité le palais du cardinal de Rohan, qui est si bien meublé que l’on peut affirmer que peu de princes allemands en ont un pareil. Ce n’est pas tant par sa taille, que par l’aménagement intérieur des pièces qu’il est remarquable. Parmi celles-ci, c’est la bibliothèque qui l’emporte sur les autres. Je n’ai pas pu vous écrire une lettre plus longue car les lettres doivent toujours être apportées à la poste avant dix heures du matin. Avant de terminer, j’ai toutefois l’honneur de vous souhaiter à l’avance votre fête. Vous priant de saluer Monsieur Lenman, je demeure, Monsieur mon cher père, votre fils très respectueux et serviteur, baron Alexandre Stroganov.

  • 2 Milostivyj Gosudar’ moj batjuška Sergij Grigorevič
    Priehali my sjuda 16 čislo sego tekuščago mesjaca (...)

2Le 19 septembre 1752. Strasbourg2.

3----------------------------------

4Étant encore à Strasbourg ce 20 septembre, nous avons vu, dans la nouvelle église luthérienne, le tombeau du fameux maréchal de Saxe. Il n’a pas encore été mis en terre. Il gît sur une table recouverte d’un drap noir, auprès de laquelle on a posé des statues dessinées sur du carton. Il est très étrange de voir un général aussi fameux enterré aussi modestement. Le 21 nous avons quitté Strasbourg, et le 22 nous sommes arrivés ici, grâce à Dieu sans encombre, mais je n’ai encore rien vu de remarquable dans cette ville-ci. Aussi, Monsieur, vous priant de bien vouloir transmettre mon respectueux salut à mes oncles Nicolas Grigorievitch et Alexandre Grigorievitch, ainsi qu’à mes tantes, mes sœurs et mes frères, je demeure, Monsieur mon cher père, votre fils très respectueux et serviteur Baron Alexandre Stroganov.

  • 3 Buduči ešče v Štrazburhe sego sentjabrja 20 čisla smotreli my v novoj ljuteranskoj kirhe Slavnago m (...)

5Le 23 septembre 1752, Bâle3.

Texte de Piotr Grigorévitch Demidov traduit en français (1756)4

No 23. Lettre de Piotr.

6Bâle, 22 octobre 1756.

7Monsieur mon père Grigori Akinfievitch et Madame ma mère Nastasia Pavlovna.

8Par la présente j’ai l’honneur de soumettre à la connaissance de votre bienveillance paternelle que le 18 octobre nous avons vu à Strasbourg la citadelle et le Munster (l’église principale, ou cathédrale), et le 19 au matin l’anatomie et le jardin botanique. Et ainsi, ayant pris la route à midi ce même jour, nous sommes arrivés sans encombre à Bâle le 20 […].

9Je vous prie de ne pas vous fâcher de ce que j’ai décidé de vous envoyer mon journal de voyage de Francfort à Strasbourg depuis Genève.

  • 5 No 23. Pis’mo Petra. Basel’. 22 oktjabrja
    Milostivy gosudar’ batjuška Grigorej Akinfievič i milostiv (...)

10Et ainsi, vous priant de m’accorder votre bienveillance et votre bénédiction paternelle, je suis et resterai, Monsieur et Madame mon père et ma mère, votre fils obéissant Piotr Demidov5.

No 24. Journal de Piotr.

11Genève, 22 novembre 1756.

12Le 17 au matin, sortis de Bischoffsheim à 8 heures et ayant dépassé à 11 heures Kehl, ville petite mais fortifiée, située à 2 miles (cette petite forteresse appartient à l’Allemagne, et sa garnison ne compte que 18 soldats), nous sommes arrivés sans encombre dans la grande et glorieuse ville de Strasbourg, à 12 heures, à 1 mile de là.

  • 6 No 24. Žurnal Petra. Ženeva. 22 nojabrja
    17-go poutru v 8-m času vyehali iz Bišovshejma i, proehav v (...)

13La description de cette ville, de même que celle de Genève vous sera présentée par mon frère ainé. Pour ma part, vous priant de me renouveler votre bénédiction paternelle, je suis et demeurerai, Monsieur et Madame mon père et ma mère, votre fils obéissant Piotr Demidov6.

Texte de Denis Ivanovitch Fonvizine traduit en français (1777)7

  • 7 Fonvizine D., Lettres de France (1777-1778), op. cit., p. 55.

Lettre 3. A sa sœur.

14Montpellier, le 20 novembre/1er décembre 1777

15Nous sommes enfin arrivés à Strasbourg. La ville est grande, ses maisons ressemblent fort à des prisons et les rues sont si étroites que le soleil n’éclaire jamais les pauvres pécheurs qui y vivent. En vérité, il y a dans cette ville beaucoup de choses remarquables pour les voyageurs. Nous avons vu le mausolée du maréchal de Saxe, un sommet de l’art humain. En notre présence, on a dit un office des morts pour tous les défunts, c’est-à-dire notre messe pour les parents morts. La pompe était extraordinaire. Ma femme et moi avons eu de la peine à retenir nos rires et nous sommes sortis de l’église. Pour qui n’en a pas l’habitude, leur cérémonie paraît si ridicule qu’on est forcé d’en crever de rire. L’archevêque en grande perruque, les popes tous poudrés, en un mot, toute une comédie. Entre autres choses, le clocher de Strasbourg est remarquable ; Ivan-le-Grand n’est rien à côté. Sa hauteur est très effrayante, il est tout ajouré, percé de toutes parts, de sorte qu’il semble près de s’écrouler à chaque instant. Je ne décris pas tout ce que nous avons vu, car ma description prendrait beaucoup de place. Je tiens un journal particulier de notre voyage.

Textes originaux en français de Boris Vladimirovitch et Dimitri Vladimirovitch Golitsyne (1782-1783)8

[Lettre 1, r. (1)] [1782]

Ma chère Maman !

16Comme vous m’aviez fait l’honneur de me demander la description de mon voyage de mer, j’ai pensé que celle du voyage de terre vous serait aussi agréable, c’est pourquoi, ma chère Maman, j’y travaille et dans la prochaine lettre je me ferai un devoir de vous l’envoyer.

17Voici déjà trois semaines que je suis à Strasbourg. Cette ville me plait infiniment, les environs en sont assez jolis, la ville bien peuplée, les rues assez propres, et le peuple prévenant, car depuis longtemps je suis désaccoutumé d’en trouver, toute cette immense Allemagne m’a presque fait croire que je n’en trouverai plus. Les promenades publiques ne sont cependant ici pas brillantes. Notre logement, dont on nous avait décrit la situation me plait beaucoup. Enfin, ma chère maman, le seul désagrément que j’éprouve dans cette ville est celui d’être privé de votre présence ainsi que de celle de papa à qui je vous supplie de présenter mes respects, et de me croire, Ma chère Maman, votre très humble et très respectueux fils Baris Galitzin.

[Lettre 1 v. (2)] [1782]

Ma chère Maman

18Depuis que j’ai eu l’honneur de vous écrire nous avons été voir l’exercice de la bombe ou a assisté le Grand duc qui m’a fait un extrême plaisir, nous avons été aussi à Kel petite ville de l’autre côté du Rhin qui appartient au Margrave de Baden ou l’on imprime les ouvrages de Voltaire, c’est la plus belle imprimerie du monde. En allant nous avons traversé la citadelle de Strasbourg dont les fortifications sont très fortes et qui m’ont fait aussi beaucoup de plaisir à voir. Je vous prie de présenter mes respects à mon papa et d’embrasser ma sœur Catherine et d’être persuadé du profond respects avec lequel je suis, Ma très chère Maman, votre très humble très obéissant et très soumis fils Dimitry Galitzin.

[Lettre 5 v., 6 r.] [1782]

Ma chère Maman,

19Strasbourg me parait maintenant tout autre, les mauvais jours ont commencé, nous ne connaissons plus que notre rue et notre couvent, les promenades ont cessé, l’été s’est envolé et a emmené avec elle tous nos plaisirs, le soleil ne vient plus nous éclairer dans nos études et l’eau est devenue notre élément car la pluie ne cesse point. […]

20Votre très humble et très soumis fils Baris Galitzine.

[f° 14 v. / f° 15 r.] [1783]

Ma chère Maman,

21Me voilà arrivé à la fin de mon journal, je n’ai plus à vous parler que de la ville où nous sommes maintenant. C’est ce que je vais faire.

22Strasbourg est une grande ville, peuplée de 60 mille habitants. Elle a quelques rues qui sont assez belles, mais en général elles sont fort étroites. Les maisons [sont] bâties à l’allemande, c’est-à-dire sans goût. Le second étage des maisons avance quelquefois jusqu’au milieu de la rue. L’on a ici qu’une seule promenade qui consiste en trois rangées d’arbres. Hors de la ville il y en a deux encore dont l’une est assez jolie. Pour de choses remarquables l’on ne voit ici rien qu’une bibliothèque et un très petit cabinet d’antiquités. Il a passé par cette ville un homme qui montraoit un ottomate jouant aux échecs, c’est la seule chose curieuse que j’ai vu en cette ville et encore un américain habitant du Conecticut qui est à moitié sauvage, cet homme n’est d’aucune religion à ce qu’on m’a dit il se trouve dans cette ville dans savoir ni le françois ni l’allemand. Notre maître d’anglois nous l’a ammené, en entrant il n’a salué personne, il s’est tout de suite assis et e s’en allant il a fait comme en entrant. Je lui ai parlé anglois et j’ai eu un peu de peine à comprendre son patois. C’est tout ce que je peux vous dire de Strasbourg.

23[Baris Galitzin]

[f° 21 r.] [1783]

Ma chère Maman,

24Je suis extremement fâché d’apprendre par votre lettre du 26 décembre que nous serons quelques tems sans recevoir de vos nouvelles à cause de votre départ pour Moscou. Vous nous marquez que le froid est vif à votre campagne. Le climat est bien différent ici. On va se promener en habit seulement quand nous allons sur les remparts nous voyons déjà l’herbe qui pousse. Nous nous sommes bien amusés au bal où nous avons été avant-hier. J’y ai beaucoup dansé avec la petite demoiselle de la Salle qui est fort aimable et qui danse bien. J’ai l’honneur de présenter mes respects à mon papa et de vous assurer de la profonde et respectueuse soumission avec laquelle je serai toute ma vie,

25Ma chère Maman,

26Votre très humble, très soumis et très respectueux fils Demitry Galitzine.

Texte original en français de Natalia Petrovna Golitsyne (1783-1784)9

[année 1783]

27« Une personne qui ne s’arrêterait pas longtemps à Strasbourg et qui voudrait pas louer une maison, trouvera de très bonnes auberges, il y en a plusieurs entre autres à la ville de Lyon, et à l’Esprit, cette dernière est plus renommée, et on y est au mieux.

28Quoique mon intention n’était pas de faire un séjour à Strasbourg plus de 2 mois, mais après avoir fait mes informations, qui plus ait ayant vue par moi-même que mes enfants avaient fait des progrès, et qu’en fait de professeurs on ne saurait trouver mieux, sur tout les mathématiques et la fortification, qui sont les connaissances principales que je leur désire, mon mari a eu regrès (d’autant plus que tout notre voyage n’a été entrepris que pour leur éducation) de les détourner de leurs études, ayant déjà de si bon commencement si bien que nonobstant le plan que je m’étais formé de passer l’hiver à Paris, nous nous sommes décidés à rester ici quelque temps. [ici suit un long développement sur les risques encourus à envoyer ses enfants à l’étranger sans avoir trouvé de bons précepteurs – R. B.] qui plus est que cette ville ici est plus pernicieuse si un jeune homme n’a point un bon mentor avec soi à cause de la garnison qui est très nombreuse, et dont la société n’est pas toujours des meilleurs. […]

29Comme Strasbourg est la capitale de l’Alsace et qu’elle est assez connue, je me dispenserait bien [de] faire un grand détail. La ville est assez grande et a l’air fort ancienne. Les maisons ont peu d’apparence, elle conserve encore le goût allemand puisque la plus part d’entre eux [sic] avancent dans la rue, ont des toits pointus, et sont peintes en dehors en différentes couleurs, il se trouve pourtant plusieurs hôtels, entre autre celui de l’intandant, l’évéché, l’hôtel de deux ponts, celui d’Armstadt, et bien d’autres les casernes sont aussi des beaux bâtiments, mais comme tout cela se trouvent éparpillé, ils contribuent peu en entrant en ville à donner de l’apparence, la cathédrale est un chef d’œuvre elle est bâtie toute en pierre de taille, et toute sculptée en dehors avec une propretée et finesse étonnante, il est surprenant que des mains d’homme soit parvenue à achever cet ouvrage, on ne sauroit passer devant cet édifice sans l’admirer, c’est un ouvrage unique, dont il n’y a point de pareil. Si on veut voir une belle vue, il y a un escalier qui conduit jusqu’au sommet de la tour de la cathédrale, j’y ai été par curiosité non jusqu’au sommet mais jusqu’à une platteforme pour y parvenir il a fallu monter 340 marches, dont on découvre toute la ville et ses environs, c’est le plus beau coup d’œil qu’il soit possible de voir, il y a toujours deux hommes qui se relèvent qui font la garde nuit et jour pour voir ce qui se passe en ville et hors de la ville, surtout pour sonner le tocsin en cas qu’ils aperçoivent un incendie. Ils ont une petite maison qui contient 4 chambres batie sur la platte forme destinée pour leur demeure – Comme la ville est ancienne, il n’y manque pas d’église ni de couvent, il s’en trouve beaucoup, sur tout comme la moitié des habitants sont luthériens, pas conséquent, il y a aussi plusieurs églises de cette religion. Il y en a une entre autre qu’on nomme St Thomas, ou le Comte de Saxe est enterré, son mausolé qui est de marbre mérite d’être vu, on ne sauroit le regarder sans être attendrie, – les rues ici ne sont pas larges, il y a bien plusieurs places, mais elles sont petites. Celle qu’on appelle la place d’armes, ou se fait tous les jours la parade, est la seule qui soit grande, est bordée tout autour par des rangées d’arbres, à l’égard du pavé on ne saurait en dire trop de bien, les rues sont pavées a peu près comme chez nous à Petersbourg. Strasbourg est une ville très forte, les fortifications sont faites avec entendement, à un quart de lieu de la ville, il y a encore une citadelle qui forme une très petite ville, qui a de très bonne fortifications, il n’y demeure qu’un régiment qui y est en garnison et quelque peu de bourgeois, il y a aussi quelques boutiques où on vent les choses nécessaires pour les habitants de la citadelle. J’y ai vu des enseignes de perruquiers, cordonniers &tc. La garnison ici comme ville frontière est très grande. Elle consiste à présent en 5 régiments qui sont 2 de cavalerie qui est celui d’Artois et de Berrie, 3 d’infanterie qui est celui de Foix, de la Fiere et celui de la Marque qui a son cartier à la citadelle excepté ces régiments, il y a encore un corps de génie et d’artillerie – je parais oublier encore 2 régiments d’infanterie qui sont ceux d’Alsace et d’Armstadt, ils sont appelés régiments allemands.

30Les environs de Strasbourg ne sont point agréables premièrement il y a beaucoup de marais, secondement votre vue ne peut s’étendre fort loin à cause des chaines de montagne qu’on nomme les vosges, et de l’autre côté les montagnes de la Forêt noire. Il y a ici très peu de promenade pour le public, dans la ville il y a une allée de double rangée d’arbres qui est très courte avec une petite balustrade très basse autour pour que les voitures ne puissent déranger les promeneurs qu’on nomme la Brolie, puis il y a deux ou trois promenades au sortie de la ville, dont l’une est un quinconce d’arbres très peu spacieux qui se nomme le Contade, et puis il y en a une qu’on nomme la Robertseau, qui est un joli bois, on peut s’y promener en voiture ainsi qu’à pieds, ensuite les remparts qui sont fort agréables servent aussi de promenade. La ville ne manque pas d’eau, il y a deux rivières qui la traversent, l’une qui est la plus considérable se nomme l’Ille, et l’autre qui est beaucoup moindre s’appelle la Bruge, avec cela il y a beaucoup de canneaux, tous ces eaux obligent à beaucoup de ponts, qui au premier coup d’œil si quelqu’un n’a pas l’habitude font peur à passer ils sont tous en bois, et paroissent peu solides, quoique dans le fond il n’y ait pas le moindre risque, on ne les fait point en pierre puisque comme c’est ici une ville frontière, pour qu’en cas de nécessité, quoiqu’il n’y ait je crois pas de danger qu’elle soit jamais attaquée, de pouvoir les mettre facilement à bas, pour rompre la communication. Une chose assez remarquable, c’est qu’on me dit comprenant les ponts qui sont dans la ville, et ceux d’une ½ lieux à l’entour grand et petit il y a 272 ponts. J’ai oublié de marquer ci-dessus que toutes les maisons étaient baties en pierre de taille ou moilon et non en briques, puisque comme le bois est très rare la brique reviendroit trop cher.

  • 10 Les termes et noms propres soulignés le sont de la main de la diariste.

31À l’égard du gouvernement de la province ainsi que de la ville, il y a bien des détails, la ville est gouvernée par un magistrat noble composé de plusieurs gentilhommes dont le premier a le titre de stet meïster10 et l’autre d’une certaine quantité de bourgeois, dont le premier prend le titre d’ameïster qui est élu par la bourgeoisie même à la pluralité des voix. Ensuite il y a un prêteur royal qui est nommé du Roi, qui a l’inspection sur toutes les affaires concernant la bourgeoisie, celui d’à présent est un homme du monde très aimable qui se nomme Gérard, ensuite pour général gouverneur de la ville est le duc Déguillon qui n’en a que le titre sans en faire les fonctions et sans jamais être obligé de venir à son gouvernement même cela leur est défendu expressément ils ne doivent jamais mettre le pied dans leur province c’est un ancien règlement, ensuite est le commandant général qui est le maréchal de Contade qui a le gouvernement des troupes, et de la ville, il est ordinairement 4 à 5 mois à Strasbourg, le commandant en second est le marquis de la Salle, lieutenant général et cordon bleu qui arrive ordinairement quelques jours après le départ du Maréchal et s’en retourne de même ; ils ne se rencontrent jamais avec le maréchal, car en sa présence il n’aurait rien à dire, puis il y a un commandant en troisième, qui est le Baron de Flackssland qui ordinairement n’a rien à faire puisqu’il se trouve toujours en présence d’un de ses deux que je viens de nommer, quelque fois il arrive qu’il commande en chef un ou deux jours ; ensuite est le lieutenant du roi qui est Mr Delor qui est aussi une espèce de commandant au cas que ces trois fussent absents ce qui n’arrive jamais. Il y a un intendant qui est aussi un homme de poid, puisqu’il dirige tout ce qui concerne les finances de toute la province excepté la ville de Strasbourg qui ne le regarde aucunement, ordinairement ces intendants sont de la finance, et ne manquent jamais de s’enrichir, celui d’à présent est un nommé Mr de la Galisière, il fait peu de figure, puisqu’il est fort souvent à Paris pour congé étant fort à son aise par lui-même.

32Le marquis de la Salle qui quoique commandant en second est celui qui tient ici le plus grand état, il est stable ordinairement depuis le mois de septembre jusqu’après Pâques, pendant tout ce temps il a trois fois par semaine des assemblées et des soupes de plus de 80 personnes, et excepté ces trois jours il a encore des bals pendant le carnaval, cette famille de la Salle est très aimée ici, aussi mérite-t-elle de l’être. La marquise est une femme de grand monde et avec cela très aimable, ainsi que ses filles dont l’ainée est une demoiselle déjà de près de 20 ans. Cette ville, quoique peu grande, fourmille de noblesse, la société est très bien composée, on peut agréablement y passer son temps. Pour ce qui est de moi je ne puis que me louer de toutes les politesses et les honnêtetés que je reçois ici et suis très contente de mon séjour et m’y amuse très bien ; il y a ici deux spectacles, l’une françois et l’autre allemand, je n’ai pas eu la curiosité jusqu’à présent d’aller à ce dernier, à l’égard des françois, le théâtre est très laid, mais la troupe très passable pour une ville de province. Le carnaval a été assez bruan [bruyant ?] excepté les soupes et les bals du marquis de la Salle, il y a eu encore beaucoup d’autres assemblées en ville, ensuite des piquenique, des redoutes sur le théatre qui dure ordinairement depuis les 5 heures d’après diné jusqu’à 11 heures du soir, et des bals de nuit qui commencent à minuit, si bien que toute la semaine étoit prise, le jeux qu’on joue à Strasbourg est très petit, le lotto, le loups, et le Wisque sont ceux qu’on joue ordinairement.

33[…]

[f° 37 v.]

1784 année

34Depuis que je suis à Strasbourg je n’ai encore rien dit des habillements et surtout des coiffures nationaux, qui méritent description. Leur habillement n’a rien de particulier à l’égard des paysannes des environs, elles portent pour la plupart tant femmes que filles des corsets noirs lassés par devant avec des jupons de la même couleur, et autour du cou une espèce de cravatte fort large de mousseline ou de gaze noire qui tombe négligemment jusqu’à la ceinture. Pour ce qui est des coiffures nulle part elles ne sont tant variées qu’à Strasbourg. Toute la petite bourgeoisie et même de ceux de la première volée, dont il y en a encore plusieurs qui sont attachés à l’ancien usage, portent sur la tête [surtout ?] les filles un toupet rond en forme de bourlet bien pomadé et poudré et sur le dessus de la tête les tresses entortillées autour d’une grande aiguille qui forme une toque ou plutôt une calotte ; on ne saurait comparer cette toupe au-dessus de la tête qu’à la ressemblance d’une petite corbeille d’osier renversée, la plupart et même presque toutes ont des tresses de cheveux [faux ?] mêlés avec les leurs, pour les femmes (car la coiffure fait distinguer ici une femme d’avec les filles) elles ont le toupet de cheveux en bourlet comme ceux des filles, mais au lieu de tresses, elles portent pour leurs beaux atours un petit bonnet brodé tout en or, qui forme au-dessus de la tête une petite couronne dont il y a une petite pointe qui vient jusqu’au milieu du front aboutir à la racine des cheveux et leur autre longue pointe accompagne le dessus du toupet et vient aboutir derrière les oreilles ; celles qui sont en deuil portent des bonnets pareils, si non en [illisible] noir ; pour leur bonnet de tous les jours il est abominable ; c’est un bonnet d’étoffe quelconque très petit avec une petite mousseline blanche au bord ; ce petit bonnet s’étend sur le sommet de la tête et le bord de mousseline couvre la racine des cheveux sur le devant du front. Pour les filles paysannes elles portent les cheveux tressés de même que ceux de la bourgeoisie, si non qu’elles n’ont point de toupet et qu’elles ne sont ni poudrés ni pommadés, mais à la place elles portes une espèce de ruban ou bandeau noir qui sied très bien, pour les femmes elles portent un petit bonnet d’étoffe noire.

35Après 9 mois de séjour à Strasbourg, la proximité de voir une partie de la Suisse nous a donné envie d’y aller. Je partis de Strasbourg ce 2 juillet à 10 heures du matin avec mon mari, ayant laissé à Strasbourg tous mes enfants dans l’hôtel que j’avais occupé, sous la conduite de leur gouverneur et gouvernante, et avec deux voitures nous prîmes la route de Bale par Colmar. […] Tout le chemin depuis Strasbourg jusqu’ici [Colmar] est un beau païs, quoique le terrain ne soit pas des meilleurs, mais il est parfaitement bien cultivé. Ils paroissent avoir du terrain en abondance. Aujourd’hui pour la première fois on a commencé aux environs de Colmar à faire la moisson ; depuis Selestat jusqu’ici on cotoye un rempart de montagne, qui forme un beau paysage, puisque les pieds de cette chaine de montagne sont des habitations continuelles, des églises, des chateaux, des couvents, des bourgs, et des villages, ce qui forme un agréable coup d’œil ; ces montagnes s’apellent en [alsacien ?] les Vascau, mais leur vrai nom connu sont les montagnes de l’alsace ou les voges, elles séparent l’alsace d’avec la Lorraine.

36[…]

[f° 61]

37Après avoir resté un an moins trois semaines à Strasbourg y compris le mois d’absence que j’ai employé pour voir la Suisse. Le 8 de septembre 1784 à 1 heure après midi je partis de Strasbourg pour me rendre à Paris étant obligé de laisser mes fils à Strasbourg pour continuer leurs études, j’eu beaucoup de regret à me séparer d’eux mais leur bien exigeoit que je les y laissa encore quelques temps, sans cette séparation, qui me coute infiniment, je serais partie avec plaisir de Strasbourg qui n’est point une ville à laquelle les sociétés et les amusements peuvent attacher.

Texte original en français de Pavel Alexandrovitch Stroganov (1786)11

  • 11 Stroganov P. A., Pis’ma grafa Pavla Aleksandroviča, pisannyja vo vremja putešestvija Ego Sijatel’st (...)

38Strasbourg ce 9 août 1786

Mon cher papa

39Je suivrai très certainement les conseils que vous m’avez donnés avant de partir, et j’espère bien vous retrouver en bonne santé, heureux et surtout content de moi. Nous avons vû ici comment on magnétise. Le malade s’endort quelque fois au seul regard du magnétiseur – dès qu’une personne étrangère touche ou approche de trop près la somnanbule, elle entre en convulsion. Elle n’entend que la voix de son magnétiseur ou de celui qui est en rapport avec lui. C’est ce que monsieur romme a lui-même essayé. Il s’est mis aussi à la chaine. Nous avons monté ici à la cathédrale qui est un monument superbe tout est fait avec un soin particulier et une hardiesse étonnante. Je vous prie de faire mes compliments à ma sœur et d’assurer de mes respects mon oncle.

40J’ai l’honneur d’être avec respect, mon cher papa, votre très humble et très obéissant fils

41Paul Stroganoff

42[P.S.] Je suplie Monsieur le Comte de m’excuser si je n’écris pas cette fois-ci. Je suis si occupé qu’il m’est impossible de vous faire une lettre dans le peu de temps qui me reste d’ici au départ du courrier. Je vous salue de tout mon cœur et tous nos amis.

Texte original en français d’Anna Ivanovna Tolstoï (1790)12

  • 12 Tolstaja A. I., Notes de mon voyage. L’an 1789, op. cit.

43Le 5 octobre nous arrivames à Strasbourg, capitale d’alsace et frontière de france et y somes resté un jour, ce qu’il y a de plus remarquable en cette ville c’est la tour gothique elle est unique en son genre, il y a encore le mausolée du maréchal de Saxe que l’on dit être fort beau. Nous somes point sorti a strasbourg. Ces uniformes national nous ont effrayé, il craint à tout moment qu’il va y avoir encore du bruit, tout le monde a l’air si triste et on craint toujours de sorte que cette ville n’offre a present rien, que des idée fort désagréable, en arrivant nous avons manqué voir une bataille entre les aristocrates et democrate, il y a eu cinq homes de tué et plusieurs de blessé. Le second jour nous quittames cette ville, avec bien de la joïe, et somes parti pour basle, pour y arriver nous avons pris la poste allemande par fribourg petite ville jusque là le chemin est excellent et les vues sont extrêmement interessante, après fribourg elles le sont sont aussi mais pas autant ;

Notes

1 Stroganov A. S., Pis’ma Aleksandra Sergeeviča Stroganova Sergeju Grigoreviču Stroganovu, 1751-1760 [Lettres d’Aleksandr Sergeevič Stroganov à Sergej Grigorevič Stroganov, 1751-1760], op. cit.

2 Milostivyj Gosudar’ moj batjuška Sergij Grigorevič
Priehali my sjuda 16 čislo sego tekuščago mesjaca Slava bogu vse blagopolučno ; 17 smotreli zdešnie francuzskie komedii 18 videli poutru [mot manquant] kotoraja prostymi bastionami ukreplena a posle obeda bol’šuju katolickuju kirhu v kotoroj veličinoj raboty glavnyja časy ; tam že smotreli kardinala Subizskova dvorec onoj tak horošo ubran chto možno skazat’ malo nemeckih knjazej kotorye by etakoj imeli ; ne veličinoe no vnutrennim raspoloženiem palat ubranstvo onye odnako biblioteka nad vsemi drugimi preimuščestvo imeet. Pis’mo moe dolee prodolžat’ ne mog dlja togo, čto pis’ma dolžny vsegda desjat’ časov poutru na počte byt’. No prežde konca z budušim dnem vaši imeni imeju čest’ pozdravit’ ; Podav moj poklon Gospodinu Lenmanu Prebyvaju dražajšij roditel’ milostivyj gosudar’, Vaš pokornejšij syn i sluga baron Aleksandr Stroganov
Sentjabrja 19 dnja [N.S.] 1752 goda. Strasburh.

3 Buduči ešče v Štrazburhe sego sentjabrja 20 čisla smotreli my v novoj ljuteranskoj kirhe Slavnago maršala Saksa grob. On ešče v zemle ne opuščen. No ležit na černym suknom pokrytom stole a pred onova postavleny na kartuznoj bumage pisanyja štatui i očen’ udivitel’no čto tol’ slavnyj general tak skudno pogreben. 21 go poehali my iz Strazburha 22 go sjuda priehali Slava bogu vse blagopolučno i ešče ničego dostopamjatnova v zdešnem gorode nevidal. I tak, gosudar’ moj, nižajšij poklon djadjuške Nikolaju Grigoreviču i Aleksandru Grigoreviču tak zhe tetuškam sestricam i bratcam; prebyvaju dražajšij roditel’ Milostivyj gosudar’ vaš pokornejšij syn i sluga Baron Aleksandr Stroganov.
Sentjabrja 23 dnja 1752 goda Bazel’.

4 [Demidov frères] Putešestvie brat’ev Demidovyh po Evrope. Pis’ma i podnevnye žurnaly 1750-1761 gody [Voyage des frères Demidov en Europe. Lettres et journaux 1750-1761], op. cit., p. 104-105, 110.

5 No 23. Pis’mo Petra. Basel’. 22 oktjabrja
Milostivy gosudar’ batjuška Grigorej Akinfievič i milostivaja gosudarynja matuška Nastas’ja Pavlovna.
Pri sem ja imeju vašej roditel’skoj milosti vo izvestie predložit’, čto my 18-go sego oktjabrja v Strasburge krepost’ u citadeli Minster (glavnaja ili sobornaja cerkva), a 19-go s utra Anatomiju i Botaničeskoj sad osmotreli. I tako popoludni sego že čisla ottuda ot’’ehav, i ščastlivo v Bazel’ 20-go čisla pribyli […].
V protčem prošu ne pognevat’sja, čto moj Žurnal ot Frankfurta daže do Strasburga položil poslat’k vam iz Ženeva.
I tako prosja vašej milosti i roditel’skago blagoslovenija, esm’i prebudu, milostivyj gosudar’ batjuška i matuška, vaš poslušny syn Petr Demidov.

6 No 24. Žurnal Petra. Ženeva. 22 nojabrja
17-go poutru v 8-m času vyehali iz Bišovshejma i, proehav v 11-m času nebol’šoj, no ukreplennoj gorodok Kel’, rastojaniem 2 mili (sija nebol’šaja krepost’ prinadležit k gosudarstvu nemeckomu, a garnizon sostoit tol’ko iz 18 saldatov), pribyli ščastlivo v velikoj i slavnoj gorod Strasburg v 12-m času, rastojaniem 1 milja.
Opisanie o sem gorode daže i do Ženeva imeet sočinit’moj staršej bratec. Ja že, prosja vašego roditelskago blagoslovenija, esm’ i prebudu, milostivy gosudar’ batjuška i matuška, vaš poslušny syn Petr Demidov.

7 Fonvizine D., Lettres de France (1777-1778), op. cit., p. 55.

8 Golicyn B. V., Golicyn D. V., Pis’ma k kn. Natal’e Petrovne Golicynoj 1782-1788 [Lettres à la princesse Natal’ja Petrovna Golicyna 1782-1788], op. cit.

9 Golicyna N. P., Remarques sur mes voyages, op. cit.

10 Les termes et noms propres soulignés le sont de la main de la diariste.

11 Stroganov P. A., Pis’ma grafa Pavla Aleksandroviča, pisannyja vo vremja putešestvija Ego Sijatel’stva po čužim krajam k Roditelju Ego Grafu Aleksandru Sergeeviču Stroganovu s 1784-go po 1791-yj god [Lettres du comte Pavel Aleksandrovič, écrites lors du voyage à l’étranger de son Excellence à son père le comte Aleksandr Sergeevič Stroganov], op. cit.

12 Tolstaja A. I., Notes de mon voyage. L’an 1789, op. cit.

Notes de fin

1 Les textes suivants sont extraits de divers récits ou correspondances de voyages écrits par des Russes au xviiie siècle. Ils sont inédits, à l’exception des textes de Petr Demidov et Denis Fonvizin. Ils sont présentés ici dans l’ordre chronologique. J’ai conservé aux textes inédits, écrits majoritairement en français, leur orthographe d’origine. De même, je n’ai pas corrigé les imperfections des manuscrits. Les seuls textes écrits en russe sont ceux d’Aleksandr Sergeevič Stroganov et de Petr Grigor’evič Demidov. Le lecteur trouvera, dans les deux cas, une traduction française dans le texte principal et le texte original translittéré en notes. C’est du fait de la brièveté de ces passages que j’ai opté ici pour la translittération, alors que j’ai présenté le texte original de Karamzin, plus long, en cyrillique dans l’annexe 1.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search