Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nikolaï Karamzine à Strasbourg

 | 
Rodolphe Baudin

Annexes & Bibliographie

Annexe 1. Textes de références

Texte intégral

Texte de Karamzine traduit en français1

Lettre 46

1Strasbourg, 6 août 1789

2À travers de larges et vertes plaines, – où l’opulente Nature épanche dans les vergers et dans les champs toute l’exubérance de sa fécondité, et, dans une coupe écumeuse, présente au mortel le breuvage de l’inspiration et d’une douce joie, j’arrivai de Mannheim à Strasbourg, hier, à sept heures du soir.

3Quel agrément, quelle gaieté on éprouve à passer d’un pays dans un autre, à voir de nouveaux objets, grâce auxquels il semble que notre âme elle-même se renouvelle, et à goûter cette inappréciable liberté de l’homme qui lui permet de s’appeler justement le roi de la création terrestre ! Tous les autres animaux, étant comme attachés à de certains climats, ne peuvent sortir des limites que leur ont assignées la Nature, et meurent là où ils sont nés. L’homme, au contraire, par la force de sa puissante volonté, enjambe les climats, cherche partout des jouissances et les trouve, devient partout l’hôte aimé de la Nature, qui lui ouvre en tout lieu de nouvelles sources de satisfaction, et partout se réjouit de son existence, en bénissant sa qualité d’homme.

4Et quelle sagesse dans ces liens de la société, grâce auxquels je trouve dans chaque pays toutes les commodités possibles de la vie, comme si elles avaient été inventées exprès pour moi ; grâce auxquels les habitants de toutes les contrées m’offrent les fruits de leurs travaux, de leur industrie et m’invitent à prendre part à leurs distractions, à leurs amusements – –

5En un mot, mes amis, voyager est alimenter son esprit et son cœur. Voyage donc hypocondriaque, pour te guérir de ton hypocondrie ! Voyage donc misanthrope, afin d’aimer l’humanité ! Voyage, quiconque le peut !

6A la frontière, notre postillon s’arrêta. Vous êtes déjà en France, Messieurs, nous dit un homme mal vêtu après s’être approché de notre voiture : et je vous en félicite. C’était un douanier, qui, pour son compliment, voulait nous soutirer quelques piécettes d’argent français.

7Partout en Alsace l’agitation est notable. Des villages entiers prennent les armes, et les paysans cousent des cocardes à leurs chapeaux. Les maîtres de poste, les postillons, les bonnes-femmes parlent de la révolution.

8A Strasbourg même débute une nouvelle insurrection. La garnison toute entière de la ville s’est mutinée. Les soldats n’obéissent plus aux officiers, boivent sans payer dans les auberges, courent les rues en faisant du tapage, insultent leurs chefs, etc. Sous mes yeux, une troupe de soldats ivres a arrêté un prélat allant en voiture, et l’a forcé à boire de la bière, dans la même cruche que son cocher, à la santé de la nation. Le prélat, blême de peur, répétait d’une voix tremblante : mes amis, mes amis ! – Oui, nous sommes vos amis ! vociféraient les soldats : bois donc avec nous ! Les cris dans les rues ne cessent pratiquement pas. Mais les habitants se bouchent les oreilles et vaquent tranquillement à leurs affaires. Les officiers sont assis aux fenêtres, et rient en regardant les mutins. – J’ai été aujourd’hui au théâtre et je n’ai rien remarqué chez les spectateurs que de la gaieté. Les jeunes officiers couraient de loge en loge, et applaudissaient à tout rompre pour tâcher d’étouffer le vacarme des séditieux ivres, qui, trois fois, a jeté le trouble parmi les acteurs en scène.

9Cependant, dans les environs même de Strasbourg des bandes de brigands pillent les monastères. On raconte que dans les villages est venu un individu qui se donnait pour le comte d’Artois, et qui excitait les paysans au désordre en prétendant que le Roi donnait au peuple pleine liberté jusqu’au 15 août, et que, jusqu’à cette date, chacun pouvait faire ce qu’il voulait. Ce bruit a obligé le commandant à publier que, seule une méchanceté infernale, digne d’un châtiment exceptionnel, avait pu répandre un tel bruit.

10L’église cathédrale de la ville est une sublime construction gothique, et sa tour est réputée la pyramide la plus élevée de l’Europe. Quand on entre dans ce vaste temple, où jamais ne pénètre la vive lumière, il est impossible de ne pas être pris de vénération. Mais, si l’on veut entretenir en soi ce noble sentiment, qu’on ne regarde pas les bas-reliefs des corniches et des colonnes, où l’on voit des figures allégoriques d’une bizarrerie qui prête à rire. Par exemple, des ânes, des singes et d’autres animaux ont été sculptés sous le costume monacal de différents ordres ; les uns, avec un air important, font la procession ; d’autres font des cabrioles, etc… Sur un bas-relief on a représenté un moine avec une nonne dans la position la plus inconvenante. – Les vêtements liturgiques des prêtres et l’ornementation des autels sont montrés comme des choses extraordinaires. Un seul crucifix d’argent, donné à l’église par Louis XIV, vaut 60 000 thalers. – Par un escalier tournant, composé de 725 marches, je suis monté presque au faîte de la tour, d’où l’on ne peut regarder en bas sans un certain effroi. Les gens dans la rue faisaient l’effet d’insectes rampants, et la ville entière semblait pouvoir être mesurée en un instant avec une archine. À dix milles et au-delà bleuissaient les montagnes. On dit que, par temps très clair, il est possible d’apercevoir jusqu’aux cimes neigeuses des Alpes ; mais je ne les ai pas aperçues, quelque effort que j’aie pu faire pour plisser les yeux. – L’horloge de cette tour, du fait de la variété de ses mouvements, passait autrefois pour une merveille de mécanique ; mais il est probable que les fiers artistes de notre temps ne pensent pas de même. – Parmi les cloches, dont la plus grande pèse 204 quintaux, on m’a montré celle dite d’argent, qui pèse 48 quintaux et ne sonne, à ce qu’on m’a dit, que le jour de la Saint-Jean. On y conserve aussi une grande corne de chasse, avec laquelle, il y a 400 ans, les Juifs de la ville voulurent donner à l’ennemi le signal de la prise de la ville. Le complot fut découvert ; beaucoup de Juifs furent brûlés, beaucoup, ruinés, et les autres, chassés de la ville. En souvenir de ce complot heureusement déjoué, on sonne dans cette trompe deux fois chaque nuit. – Sur les murs du clocher, les voyageurs écrivent leurs noms, ou bien des vers, ou bien ce qui vient à l’esprit de chacun. Je trouvai même des inscriptions russes que voici : Nous sommes venus ici, et nous avons été horriblement fatigués. – C’est haut ! – Bonjour, cher compatriote ! – Quelle vue !

11Dans l’église luthérienne de Saint-Thomas, j’ai vu le monument en marbre du maréchal comte de Saxe, œuvre célèbre du sculpteur Pigalle. Le maréchal, avec son bâton, descend les degrés d’un tombeau, et regarde avec mépris la Mort qui lui ouvre un cercueil. A droite, deux lions et un aigle, dans le trouble et l’effroi, figurent les armées alliées vaincues par le comte, en Flandre. Du côté gauche, on a représenté la France sous la forme d’une très belle femme qui, avec tous les signes d’une vive douleur, cherche d’une main à le préserver et, de l’autre, écarte la Mort. Attristé, le Génie de la vie tourne sa torche vers la terre. De ce même côté, flottent les étendards victorieux de la France. – L’artiste a voulu qu’on admirât son talent : de l’avis des connaisseurs, il a atteint son but. Moi, qui ne suis pas connaisseur, j’ai regardé les figures – la première, la deuxième, la troisième – mais mon cœur est resté aussi froid que le marbre dont elles sont faites. La Mort, sous la forme d’un squelette, habillé d’un manteau, m’a répugné. Ce n’est pas ainsi que la représentaient les Anciens – et malheur aux artistes modernes qui nous effrayent de pareilles images ! Sur le visage du héros, j’aurais voulu voir une autre expression. J’aurais souhaité qu’il prêtât plus d’attention à la douleur de la France qu’à cet affreux squelette. En résumé, Pigalle est, à mon goût, un artiste habile, mais un mauvais poète. – Au-dessous de ce monument, dans un sombre caveau, on a placé le cercueil où gît le corps embaumé du maréchal. Son cœur est enfermé dans une urne posée sur le cercueil. Ses entrailles ont été ensevelies dans la terre. Louis XV, soit par sensibilité, soit pour toute autre raison, ne voulut pas réaliser le dernier souhait du maréchal mourant, qui tendait à ce que son corps fût brûlé. Qu’il ne reste rien de moi dans le monde, dit-il, que ma mémoire parmi mes amis !

12L’Université de la ville est presque aussi célèbre que celle de Leipzig ou de Goettingen. Beaucoup d’Allemands et d’Anglais viennent s’y instruire. Seulement, parmi les professeurs strasbourgeois, il y en a très peu qui soient connus dans le monde savant comme auteurs. On les appelle paresseux en comparaison de leurs collègues. Peut-être sont-ils plus riches que les autres ; en Allemagne, c’est la pauvreté qui en pousse beaucoup à se faire auteurs. –

13Pour en finir avec la ville, je vous dirai qu’elle est très peuplée, mais que les rues sont étroites et qu’on ne peut louer l’architecture des maisons.

14La parure que les femmes portent sur la tête est tout à fait étrange. Après les avoir peignés et pommadés, elles assemblent leurs cheveux (de devant et de derrière) sur le milieu de leur tête, et attachent au sommet une petite couronne. Rien ne saurait être plus laid qu’une telle parure.

15En ce qui concerne l’allemand que l’on parle ici, il est fort corrompu. Dans les meilleures sociétés on parle toujours français.

16J’espérais trouver ici une lettre de A*, mais n’ai rien trouvé. Un jour je recevrai des lettres de vous, mes chers amis ! Êtes-vous vivants ? En bonne santé ? Que vous arrive-t-il de nouveau ? J’interroge, mais aucun génie ne me murmure de réponse à l’oreille. Il est plaisant de voyager, mais douloureux de quitter ses amis. – –

17P.S. On m’a dit que Lavater, il y a quelques jours, était à Bâle pour y voir Necker. Ici, j’ai fait la connaissance d’un membre du magistrat, homme très aimable, qui m’a mené à l’Université, au théâtre anatomique, au jardin médicinal, et qui vient, au dîner ainsi qu’au souper, de boire à la santé de mes amis et compatriotes. Au souper, nous avons eu une dispute très vive entre officiers, sur le point de savoir ce que doit faire, dans les conjonctures actuelles, un honnête homme, Français et officier. Mettre la main sur le fourreau de son épée, disaient les uns et se tenir prêt à défendre la bonne cause. Demander son congé disaient les autres. Boire du vin et se rire de tout, déclara un vieux capitaine, après avoir vidé sa bouteille.

Lettre 47

18Bâle.

19Prenez garde, Messieurs ! nous dit à Strasbourg un officier, alors que je prenais place, avec les autres voyageurs, dans la diligence : la route n’est pas sans danger ; il y a en Alsace beaucoup de brigands. Nous nous regardâmes les uns les autres. – « Qui n’a pas beaucoup d’argent, celui-là ne craint pas les brigands », dit un jeune Genevois, qui était venu avec moi de Francfort. « Moi, j’ai une dague et un chien » – dit un jeune homme en veste rouge ayant pris place près de moi. « Qu’y a-t-il à craindre ? » nous écriâmes-nous tous. Nous partîmes et nous arrivâmes heureusement à Bâle.

20L’Alsace est une très belle province. Les villes et les villages que nous avons traversés sont tous bien bâtis. Des deux côtés de la route s’étendent des champs fertiles. Les montagnes de la Lorraine, avec les ruines de leurs châteaux de chevaliers ou de brigands, présentent au regard je ne sais quoi de romantique, et donnent de la variété à l’aspect des larges plaines, fatigantes pour la vue. Ces montagnes s’éloignent de plus en plus et s’assombrissent de telle façon qu’on finit par ne plus rien voir d’elles, si ce n’est une ligne obscure. De l’autre côté, au-delà du Rhin, s’élèvent les crêtes noires des montagnes de la Forêt-Noire qui, à une distance incommensurable, limitent l’horizon. Auprès de la route, de temps en temps, on aperçoit des villages et de petits bois.

21La poste française est beaucoup plus rapide que l’allemande. Le postillon (en veste bleue avec un collet rouge et enfoncé dans des bottes qui conviendraient à un géant atteint d’hydropisie), agite continuellement son fouet et oblige ses chevaux à aller au trot. Après six, neuf et douze verstes, on change d’attelage, et à chaque station il faut payer d’avance la taxe pour la poste, soit, en monnaie russe, une vingtaine de kopeks par mille (lieue). Nous étions partis de Strasbourg à six heures du matin, et à huit heures du soir nous n’étions plus déjà qu’à trois verstes de Bâle, c’est-à-dire que nous avions parcouru en un jour vingt-neuf milles de France, soit quatre-vingt-sept verstes. Il nous fallut passer la nuit en cet endroit, parce qu’à huit heures juste les portes de Bâle se ferment et ne se rouvrent, jusqu’au matin, pour qui que ce puisse être.

22[…]

Texte original de Karamzine en russe2

<46>

23Стразбург, Aвгуста 6

24Через обширныя зеʌеныя равнины — где роскошная природа в садах и в поʌях изʌивает весь тук своего пʌодородия и в пенящейся чаше подает смертному нектар вдохновения и радости — приехаʌ я из Мангейма в Стразбург вчера в 7 часов вечера.

25Приятно, весеʌо, друзья мои, переезжать из одной земʌи в другую, видеть новые предметы, с которыми, кажется, самая душа наша обновʌяется, и чувствовать неоцененную свободу чеʌовека, по которой он подʌинно может назваться царем земного творения. Все прочия животныя, будучи привязаны к некоторым кʌиматам, не могут вытти из предеʌов, начертанных им Натурою, и умирают, где родятся; но чеʌовек, сиʌою могущественной воʌи своей, шагает из кʌимата в кʌимат — ищет везде насʌаждений и находит их — везде бывает ʌюбимым гостем Природы, повсюду отверзающей дʌя него новые источники удовоʌьствия, везде радуется бытием своим и бʌагосʌовʌяет свое чеʌовечество.

26А мудрая связь общественности, по которой нахожу я во всякой земʌе все возможныя удобности жизни, как будто бы нарочно дʌя меня придуманныя; по которой житеʌи всех стран предʌагают мне пʌоды своих трудов, своей промышʌенности и призывают меня участвовать в своих забавах, в своих весеʌьях – –

27Одним сʌовом, друзья мои, путешествие питатеʌьно дʌя духа и сердца нашего. Путешествуй гипохондрик, чтобы исцеʌиться от своей гипохондрии! Путешествуй мизантроп, чтобы поʌюбить чеʌовечество! Путешествуй, кто тоʌько может!

28На границе наш постиʌʌион остановиʌся. Vous êtes déjà en France, Messieurs, сказаʌ нам худо-одетый чеʌовек, подошедши к нашей карете: et je vous en félicite. Это быʌ осмотрщик, который за свое поздравʌение хотеʌ взять с нас по нескоʌьку французских копеек.

29Везде в Эʌьзасе приметно воʌнение. Цеʌыя деревни вооружаются, и посеʌяне пришивают кокарды к шʌяпам. Почтмейстеры, постиʌʌионы, бабы говорят о ревоʌюции.

30А в Стразбурге начинается новый бунт. Весь здешний гарнизон взвоʌноваʌся. Соʌдаты не сʌушаются Офицеров, пьют в трактирах даром, бегают с шумом по уʌицам, ругают своих начаʌьников и пр. В гʌазах моих тоʌпа пьяных соʌдат остановиʌа ехавшего в карете преʌата и принудиʌа его пить пиво, из одной кружки с его кучером, за здоровье нации. Преʌат бʌеднеʌ от страха, и трепещущим гоʌосом повторяʌ: mes amis, mes amis! — Oui, nous sommes vos amis! кричаʌи соʌдаты: пей же с нами! Крик на уʌицах продоʌжается почти беспрерывно. Но житеʌи затыкают уши и спокойно отправʌяют свои деʌа. Офицеры сидят под окном, и смеются, смотря на неистовых. — Я быʌ ныне в театре, и кроме весеʌости, ничего не приметиʌ в зритеʌях. Моʌодые офицеры перебегаʌи из ʌожи в ʌожу, и от всего сердца биʌи в ʌадоши, стараясь загʌушить шум пьяных бунтовщиков, который раза три приводиʌ в замешатеʌьство актеров на сцене.

31Между тем в самых окрестностях Стразбурга тоʌпы разбойников грабят монастыри. Сказывают, что по деревням ездиʌ какой-то чеʌовек, который называʌ себя графом д’Артуа, и возбуждаʌ посеʌян к мятежу, говоря, что Короʌь дает народу поʌную свободу до 15 Августа, и что до сего времени всякoй может деʌать, что хочет. Сей сʌух заставиʌ здешнего начаʌьника обнародовать, что одна адская зʌоба, достойная несʌыханного наказания, могʌа распустить такой сʌух. —

32Здешняя кафедраʌьная церковь есть веʌичественное готическое здание, и башня ее почитается за самую высочайшую пирамиду в Европе. Вошедши во внутренность сего огромного храма, в котором никогда ясного света не бывает, не ʌьзя не почувствовать бʌагоговения; но кто хочет питать в себе это священное чувство, тот не смотри на бараʌьефы кoрнизов и коʌонн, где вы увидите престранныя и смешныя аʌʌегорическия фигуры. На прим., осʌы, обезъяны и другие звери изображены в монашеской одежде разных Орденов; иные с важностью идут в процессии, другие прыгают, и пр. На одном барaʌьефе представʌен монах с монахинею в самом непристойном поʌожении. — Богатыя одежды Священников и украшение оʌтарей показывают за диковинку. Одно серебряное Распятие, подаренное церкви Ʌюдовиком XIV, стоит 60000 таʌеров. — По кругʌой ʌестнице, состоящей из 725 ступеней, всходиʌ я почти на самый верх башни, откуда без некоторого ужаса не мог смотреть вниз. Ʌюди на уʌицах представʌяʌись поʌзающими насекомыми, и цеʌый город, казаʌось, можно быʌо в минуту измерить аршином. Деревни вокруг Стразбурга едва быʌи приметны; миʌь за десять и боʌее синеʌись горы. Говорят, что в самую ясную погоду можно видеть и снежные верхи Аʌьпийских гор; но я не видаʌ их, скоʌько ни напрягаʌ свое зрение. — Часы сей башни, по разнообразным своим движениям, считаʌись некогда чудом Механики; но вероятно, что нынешние гордые художники не так думают. — Между коʌокоʌами, из которых самый боʌьшой весом в 204 центнера, показываʌи мне так называемый серебряный, весом в 48 центнеров, и сказываʌи, что в него бʌаговестят тоʌько в Иванов день. Там же хранится боʌьшой охотничий рог, которым, ʌет за 400 перед сим, здешние Жиды хотеʌи подать сигнаʌ неприятеʌю дʌя взятья Стразбурга. Заговор открыʌся; многие из Жидов быʌи созжены, многие разорены, а другие выгнаны из города. В память щастʌиво разрушенного заговора трубят в этот рог всякую ночь два раза. — На стенах коʌокоʌьни путешественники пишут свои имена, иʌи стихи, иʌи что кому вздумается. Я нашеʌ и Руския сʌедующия надписи: Мы здесь быʌи, и устаʌи до смерти. — Высоко! — Здравствуй, брат земʌяк! — Какой же вид!

33В Ʌютеранской церкви Св. Томаса видеʌ я мраморный монумент Маршаʌа, Графа Саксонского, сʌавное произведение резца Пигаʌева. Маршаʌ с жезʌом своим сходит по ступеням в могиʌу, и с презрением смотрит на смерть, которая открывает гроб. На правой стороне два ʌьва и ореʌ, в ужасе и смятении, изображают соединенныя армии, побежденныя Графом во Фʌандрии. На ʌевой стороне представʌена Франция в образе прекрасной женщины, которая, со всеми знаками живой горести, хочет одною рукою удержать его, а другою оттаʌкивает смерть. Печаʌьный Гений жизни обращает к земʌе свой факеʌ; и на сей же стороне развеваются победоносныя знамена Франции. — Художник хотеʌ, чтобы удивʌяʌись его искусству: по мнению знатоков, он достиг своей цеʌи. Я, не будучи знатоком, смотреʌ на фигуры — на ту, на другую, на третью — и быʌ в своем сердце так хоʌоден, как мрамор, из которого оне сдеʌаны. Смерть, в образе скеʌета, одетого мантиею, быʌа мне противна. Древние не так изображаʌи ее, — и горе новым художникам, пугающим нас такими представʌениями! На ʌице Героя жеʌаʌ бы я видеть другое выражение. Мне хотеʌось бы, чтобы он имеʌ боʌее внимания к горестной Франции, нежеʌи к гнусному скеʌету. Коротко сказать, Пигаʌь, по моему чувству, есть искусный художник, но худой Поэт. — Под сим монументом, в темном своде, поставʌен гроб, в котором ʌежит баʌьзамированное теʌо Маршаʌа; сердце закʌючено в сосуде, стоящем на гробе, а внутренность погребена в земʌе. Ʌюдовик XV, по своей чувствитеʌьности иʌи по чему иному, не хотеʌ испоʌнить посʌеднего жеʌания Маршаʌа умирающего, которое состояʌо в том, чтобы теʌо его быʌо созжено. Qu’il ne reste rien de moi dans le monde, сказаʌ он, que ma mémoire parmi mes amis!—

34Здешний Университет так же почти сʌавен, как Ʌейпцигской и Геттингенской. Многие Немцы и Ангʌичане приезжают сюда учиться. Тоʌько из Стразбургских Профессоров очень не многие известны в ученом свете как Авторы. Их называют ʌенивыми в сравнении с другими. Может быть, они богатее других; а в Германии бедность деʌает многих Авторами.—

35Наконец о городе скажу вам, что он многоʌюден; но что уʌицы тесны, и не ʌьзя похваʌить архитектуры домов.

36Гоʌовной убор женщин здесь весьма странен. Крепко счесанные и насаʌенные воʌосы связываются (т. е. передние с задними) на средине гоʌовы; а на верху пришивается маʌенькая корона. Ничего не может быть безобразнее такого убора.—

37Гоʌовной убор женщин здесь весьма странен. Крепко счесанные и насаʌенные воʌосы связываются (то есть передние с задними) на средине гоʌовы; а наверху пришивается маʌенькая корона. Ничего не может быть безобразнее такого убора.—

38Что принадʌежит до здешнего Немецкого языка, то он очень испорчен. В ʌучших обществах говорят всегда по-Французски.

39Я надеяʌся здесь найти письмо от А*, но не нашеʌ. Когда-то от вас, мои ʌюбезные, поʌучу письма! Живы ʌи вы? Здоровы ʌи вы? Что с вами деʌается? Спрашиваю, и никакой Гений не шепчет мне на ухо ответа. Путешествовать приятно, но расставаться с друзьями боʌьно.– –

40П. П. Мне сказываʌи, что Ʌафатер за нескоʌько дней пред сим быʌ в Базеʌе дʌя свидания с Неккером. Я познакомиʌся здесь с одним Магистром, очень ʌюбезным чеʌовеком, который водиʌ меня в Университет, в анатомической театр, в медицинской сад, и который ныне за обедом и за ужином пиʌ здоровье отечественных друзей моих. За ужином у нас быʌ превеʌикой спор между Офицерами о том, что деʌать в нынешних обстоятеʌьствах честному чеʌовеку, Французу и Офицеру? Поʌожить руку на ефес, говориʌи одни, и быть в готовности защищать правую сторону. Взять абшид, говориʌи другие. Пить вино и над всем смеяться, сказаʌ пожиʌой Капитан, опорожнив свою бутыʌку.

<47>

41Базеʌь.

42Берегитесь, государи мои! сказаʌ нам в Стразбурге один Офицер, когда я с другими путешественниками садиʌся в диʌижанс: дорога не совсем безопасна; в Эʌьзасе много разбойников. Мы посмотреʌи друг на друга. «У кого не много денег, тот не боится разбойников», — сказаʌ моʌодой Женевец, который приехаʌ со мною из Франкфурта. — «У меня есть кортик и собака» — сказаʌ моʌодой чеʌовек в красном камзоʌе, севший подʌе меня. «Чего бояться!» сказаʌи все мы; поехаʌи, и приехаʌи в Базеʌь бʌагопоʌучно.

43Эʌьзас есть прекрасная земʌя. Города и деревни, через которыя мы проезжаʌи, все хорошо выстроены. На той и на другой стороне дороги пʌодоносныя поʌя, Ʌотарингския горы, с разваʌинами рыцарских и разбойничьих замков, представʌяют дʌя гʌаз нечто романическое, и придают разнообразие виду обширных равнин, утомитеʌьных дʌя зрения. Сии горы боʌее и боʌее удаʌяются и темнеют, так что наконец не можно видеть на них ничего, кроме мрака. С другой стороны, за Реином, возвышаются черные хребты Шварцваʌьдских гор и в неизмеримом расстоянии ограничивают горизонт. Бʌизь дороги изредка попадаются в гʌаза дерева и маʌенькия рощицы.

44Французская почта гораздо скорее Немецкой. Постиʌʌион (в синем камзоʌе с красным воротником, и в таких сапогах, которые быʌи бы впору Гиганту в водяной боʌезни) беспрестанно машет хʌыстом, и понуждает коней своих бежать рысью. На шести, девяти и двенадцати верстах переменяют ʌошадей, и на каждой станции надобно пʌатить прогоны вперед, нашими деньгами копеек по двадцати за миʌю (lieue). Из Стразбурга выехаʌи мы в шесть часов поутру, а в восемь часов вечера быʌи уже за три версты от Базеʌя, то есть переехаʌи в день 29 Французских миʌь, иʌи 87 верст. Тут надʌежаʌо нам ночевать, дʌя того что ровно в восемь часов запираются в Базеʌе ворота, которых уже до утра ни дʌя кого и ни дʌя чего не отворяют.

Texte de Rochambeau3

  • 3 Rochambeau Comte de, Mémoires militaires, historiques et politiques de Rochambeau, Ancien Maréchal (...)

45Ce même jour, à trois heures après midi, l’hôtel-de-ville fut attaqué subitement par cinq ou six-cent brigands armés de haches, auxquels se joignit en peu de temps un nombre considérable de gens de tous mêtiers. Je fis battre la générale au premier avis ; les piquets de cavalerie s’y portèrent aux ordres de M. de Klinglin ; je me mis à la tête du régiment d’Alsace. Je trouvai cette maison de ville à moitié pillée et dévastée ; Klinglin péroroit, et rien ne pouvoit arrêter ce peuple furieux : on vint me dire qu’ils entroient dans une maison voisine où étaient tous les papiers des mineurs de la province. Je pris ce moment pour animer les grenadiers d’Alsace : « Mes enfants, leur dis-je, ce sont vos papiers qu’on pille, et vos contrats qu’on saccage. Ne souffrez pas un pareil brigandage ; entrez, et chassez à coups de crosse tous ces malfaiteurs ». Alsace s’y conduisit bien, les chassa tous de ce dépôt qui fut mis à couvert ; et nous parvînmes, avec son secours et celui de Hesse-Darmstadt, à faire vider tous les étages de l’hôtel-de-ville, où ils avaient pillé les caisses, cassé les meubles et enfoncé mille pièces de vin dans toutes les caves, où plusieurs d’entre eux se noyèrent. Pour ma part, j’en fus quitte pour la perte de la moitié de mon habit, qui fut emporté par un gros poêle de fonte, jeté par une fenêtre au milieu de ce tumulte.

46J’appris dans le moment qu’il y avoit trente-six maisons de magistrats marquées pour le pillage, et surtout celles de la chambre des Quinze. J’envoyai sur-le-champ des troupes partout pour les mettre à couvert, avec ordre de présenter la baïonnette à quiconque voudroit en forcer l’entrée. Les troupes, jusqu’à ce moment, agissoient mollement ; elles chassoient les brigands devant elles, mais ne les arrêtoient pas. Cette réjouissance augmentoit le désordre et la confusion ; tout le monde se promenoit dans les rues, et la cavalerie ne pouvoit charger ces troupes de brigands sans courir le risque d’écraser d’honnêtes citoyens. Nous fûmes forcés, pendant quelques temps, de nous borner à mettre, sous la protection des troupes, toutes les maisons menacées. Cette situation dura jusqu’à près de minuit. Tous les citoyens étant alors rentrés chez eux, il ne resta plus dans les rues et dans les cabarets que toutes ces bandes de brigands ; les charges de cavaleries dans les rues en ramassèrent beaucoup chargés de pillage ; la garnison harrassée s’anima, et on arrêta quatre cents de ces malfaiteurs. Nous restâmes, avec les troupes, sous les armes jusqu’à sept heures du matin ; enfin, après avoir doublé les gardes et les patrouilles, les troupes rentrèrent dans leurs quartiers. Alors les magistrats et les représentans du peuple vinrent me demander des armes pour arrêter tout ce qui restoit de ces brigands. Je leur fis délivrer cinq cents hallebardes et douze cents sabres de l’arsenal pour cette opération. Ils s’en servirent avec justice et zèle, et doublèrent le nombre des prisonniers dont nos prisons furent bientôt pleines. Le surlendemain, le magistrat fit exécuter un de ces brigands, qui avoit ces poches pleines de l’argent volé dans les caisses de l’hôtel-de-ville. Le calme fut rétabli dans Strasbourg : il n’en étoit pas de même dans le reste de la province.

47Cet ouragan d’insurrection commença dans le Sundgau et dans les Vosges, par la vallée de Saint-Amarin, et s’étendit dans toute l’Alsace, depuis Huningue jusqu’à Landau. Je fus obligé de faire marcher presque toutes les troupes, et de mettre huit officiers-généraux dans un mouvement perpétuel pour maintenir l’ordre public, et s’opposer aux dévastations dont étoient menacés les abbayes, les châteaux, les Juifs et toutes les propriétés. J’envoyai trois fois M. de Vaubecourt, lieutenant-général, à Saverne, pour protéger le cardinal de Rohan et toutes ses possessions contre les attroupements les plus tumultueux. M. de Wittinghoff marcha contre trois mille hommes sortis du val Saint-Amarin, qui avoient saccagé le château de l’abbé de Murback, et menaçoient tous les propriétaires du pays. La maison du bailli de Ferette fut brûlée ; le château de M. de Montjoie d’Hivringen fut pillé ; il y eut beaucoup de familles juives qui furent rançonnées et dévastées avant l’arrivée des troupes ; mais on leur doit la justice que, partout où elles purent arriver à temps, elles se comportèrent avec fermeté, ainsi que les maréchaussées ; et que, si l’Alsace n’a pas essuyé de plus grands malheurs, c’est à leurs efforts réunis qu’elle a dû son salut. Il y eut quelques exécutions de faites dans le Sundgau, par des tribunaux de maréchaussée, et la tranquillité fut rétablie partout ; mais elle fut troublée de nouveau, à Strasbourg, par une insurrection qui fut pire que la première.

48Il y avoit, dans le nombre des prisonniers dont le magistrat instruisoit le procès, un brasseur et quelques mauvais citoyens fort impliqués comme instigateurs du pillage de l’hôtel-de-ville ; leurs parens et leurs amis cherchèrent à corrompre la garnison. Il s’y trouvoit aussi trois soldats du corps royal de l’artillerie, qui furent arrêtés, travestis, au milieu de tous ces malfaiteurs. Il étoit d’usage, à Strasbourg, de donner une gratification de vingt sous par homme aux soldats qui avoient servi à arrêter les incendies ; le magistrat vint me prier de permettre qu’elle fut délivrée aux troupes pour avoir sauvé la ville le jour du pillage de l’hôtel-de-ville. Je lui répondis qu’avec vingt sous de bierre par homme on enivroit toute une garnison, et que je ne répondois plus d’une garnison ivre. Cette demande fut répétée par les mêmes magistrats, deux jours après, dans des termes excessivement pressans ; je fis ce que je pus pour les engager à renoncer à ce dessein et pour les persuader de donner en vivres, à chaque chambrée, le produit de cette gratification. Enfin, pour la troisième fois, les magistrats et les représentans de la bourgeoisie réunis, ayant à leur tête le commissaire du roi, vinrent me réitérer cette demande, et me déclarèrent que si je ne voulois pas y consentir, chaque bourgeois étoit résolu de délivrer cet argent lui-même aux soldats à qui ils l’avoient promis. Je n’eus plus d’autre parti à prendre, en protestant contre tous les mouvemens qui pouvoient en arriver, que de souffrir ce que je n’avois plus le pouvoir d’empêcher, et de dicter un ordre de police pour que la moitié de chaque régiment restât de garde à son quartier, pour répondre de la discipline du bataillon à qui la gratification seroit délivrée, et d’y ajouter toutes les précautions possibles pendant deux jours que cette orgie devoit durer. Dès le premier jour, tout ce que j’avois prévu ne manqua pas d’arriver ; il se forma, dès deux heures après-midi, des attroupemens tumultueux. Je me portai au milieu d’eux, je les haranguai ; ils faisoient mine de se disperser ; la moitié étoit déjà ivre, crioit : Vive le tiers-état ! c’est à nous à commander à notre tour. Je fus un instant entouré et mon cheval arrêté par eux ; je me débarrassai de ceux qui en avoient saisi les rênes ; enfin, le seul parti qui me restoit à prendre avec des gens qui n’avoient plus ni sens ni raison, fut de me contenter de les observer. J’envoyai M. de Klinglin aux prisons, où la garde étoit doublée, avec quatre pièces de canon ; il y fut forcé, et tous les prisonniers furent délivrés ; ce qui étoit le principal but de cette journée. A l’heure de la retraite, je me promenai de nouveau dans les rues, et chacun se retira assez régulièrement à son quartier. Avec de grosses patrouilles, des gardes militaires et de la bourgeoisie, la nuit fut assez tranquille ; mais le second jour fut pire que le premier. Dès le matin, les régimens françois furent reprocher aux régimens allemands de ne s’être pas mêlés la veille avec eux ; ils forcèrent leurs quartiers, et la garnison se trouva ivre à dix heures du matin. Tous les officiers-généraux vinrent me prier de ne pas sortir ce jour-là, parce qu’il n’y avoit plus d’ordre à donner à gens qui n’avoient pas d’oreille pour les entendre. Nous détachâmes M. d’Equevilly, qui étoit aimé du régiment Royal-Cavalerie ; il les mena sur l’esplanade de la citadelle avec des violons ; d’autres forcèrent la maison où les filles sont renfermées : ces deux diversions partagèrent toutes ces bandes avec tous les cabarets de la ville. Les officiers supérieurs venoient successivement nous rendre compte de tous ces désordres, contre lesquels il ne nous restoit aucune force à opposer. La soirée et la nuit furent très-orageuses. La retraite en avoit fait rentrer à l’appel ; mais ils avoient forcé toutes les gardes pour ressortir. Les régimens allemands, ne s’étant échappés que le second jour, se livrèrent plus tard, mais plus fortement à la plus grande débauche. Ils menaçoient de la lanterne tous leurs chefs ; M. le prince des Deux-Ponts étoit celui qu’ils paroissoient désigner plus particulièrement. Il en fut averti par les officiers de son régiment, qui l’engagèrent à passer avec sa femme de l’autre côté du Rhin. Il fallut attendre avec patience et résignation le moment où cette garnison débandée reconnoîtroit la voix de ses chefs. Dès la pointe du jour, une douzaine de grenadiers de ma garde parlèrent à mes aides-de-camp, demandèrent la permission de quitter leurs postes pour aller rassembler tous les honnêtes soldats qui gémissoient de ces désordres. Ils m’amenèrent, une heure après, une députation de vingt bas-officiers de tous les régimens : je leur donnais l’ordre d’aller dans tous les quartiers rallier tous les braves soldats de sang froid ; qu’ils amenassent un détachement de cent soldats par régiment sur la place d’Armes ; que j’allois me mettre à leur tête, et que nous remettrions l’ordre partout. Dès qu’il y eut six cents hommes de formés sur la place d’Armes, nous en fîmes quatre patrouilles de troupes mêlées de tous les régimens, qui, marchant dans le plus grand ordre dans tous les quartiers de la ville, firent retirer tous les ivrognes ; et, à dix heures du matin, toute la garnison étoit sous la clef dans les différentes casernes. Le régiment de Hesse-Darmstadt, composés de beaucoup d’étrangers tenus dans une discipline austère, qui s’en étoient échappés les derniers, fut aussi le plus tardif et le plus difficile à rentrer dans l’ordre. Tous les régimens françois, et surtout le corps royal d’artillerie, avec qui ils avoient eu une vieille querelle, les accusèrent de quelques vols qui avoient été faits dans ces débauches. M. de Vaubecourt, lieutenant-général-inspecteur, vint m’en avertir, et qu’ils vouloient attaquer ce régiment dans son quartier. Je pris le parti de le faire sortir à la pointe du jour et de l’envoyer camper dans la plaine des Bouchers pour lui donner le temps de se justifier, et éviter tous les désordres que la présence de ce régiment pouvoit renouveler. Il y resta dix ou douze jours, pendant lesquels il prouva fortement son retour à la discipline ; et que, dans le cours de cette orgie, il n’avoit que le tort d’être rentré plus tard que les autres à son quartier, parce qu’il avoit été le dernier à en sortir. Le seul tort qu’eut ce régiment fut d’envoyer, sans ma permission, un officier député pour se plaindre de moi à l’assemblée nationale, qui déclara qu’il n’y avoit pas lieu à délibérer, et le renvoya à son régiment. Je lui fis dire, à son retour : « Que, s’il étoit parti sans congé pour porter une plainte contre son capitaine, je l’aurois fait mettre en prison pour tout le temps de son absence ; mais que, comme cette plainte étoit contre moi, je le reverrois comme s’il n’étoit pas sorti de Strasbourg ». Cette douce réprimande fit repentir les officiers de ce régiment d’avoir pu douter un instant de mon impartialité ; et ils ne cessèrent de me donner des marques d’attachement pendant le reste de mon séjour à Strasbourg.

49Je repris alors le parti de faire rentrer graduellement toutes les troupes dans l’ordre et la discipline qui avoient souffert dans cette occasion une violente secousse. M. le prince des Deux-Ponts étant revenu, ce même prince, qui depuis fut électeur de Bavière, je l’envoyai aux arrêts pour s’être absenté sans ma permission, en lui disant qu’il falloit donner cet exemple à la garnison. Il s’y soumit sur-le-champ, en en sentant toute la justice et la nécessité. A peine étoit-il arrivé dans sa maison, qu’il y reçut la visite de tous les bas-officiers de la garnison : il leur dit qu’il étoit aux arrêts, qu’il l’avoit bien mérité. Ce même corps de sous-officiers vint tout de suite chez moi me demander sa grâce : une députation d’entr’eux me la demanda en très bons termes et de la manière la plus respectueuse. Ils me dirent que ce prince avoit été calomnié et menacé par des mauvais sujets ; qu’il avoit fait une action bien excusable en cherchant à sauver sa femme et ses enfans de leur fureur. Je leur répondis que je la leur accordois, à condition que désormais ils seroient responsables de la discipline de leurs compagnies, et de chercher à y découvrir tous les mauvais sujets indignes d’être leurs camarades, qui portoient le trouble et la révolte dans les troupes ; ils me le promirent, et l’ordre commença à renaître.

50Pendant le même temps, les exercices recommencèrent : j’ordonnai le simulacre d’un siège au corps royal d’artillerie, qui eut deux représentations parfaitement bien exécutées ; et tous les détachemens que l’on envoyoit au-dehors pour le bon ordre dans les campagnes, s’y conduisoient à merveille.

Notes

1 Comme je l’ai indiqué dans mon « Avertissement sur la transcription et la traduction du russe », la présente traduction du texte de Karamzin est une version, révisée par mes soins, de celle d’Arsène Legrelle. Cf. Karamzine, Voyage en France, 1789-1790, op. cit., p. 1-11. La ponctuation est, autant que l’autorise la langue française, celle, restaurée, de l’édition russe de référence du texte. Elle explique l’emploi, parfois déroutant pour le lecteur français, des tirets et du double point.

2 L’édition utilisée ici est celle de Lotman et Uspenskij, qui a fait référence dans toute mon étude. Cf. Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, « Strasbourg, 6 août », p. 93-97.

3 Rochambeau Comte de, Mémoires militaires, historiques et politiques de Rochambeau, Ancien Maréchal de France, et grand officier de la Légion d’honneur, op. cit., p. 353-363.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540