Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nikolaï Karamzine à Strasbourg

 | 
Rodolphe Baudin

Conclusion

Le rôle de l’expérience strasbourgeoise dans l’évolution esthétique et idéologique de Karamzine

Texte intégral

1À l’issue de ce travail, j’espère avoir montré l’importance de l’épisode strasbourgeois, et plus largement alsacien, au sein des Lettres d’un voyageur russe. Cet épisode est significatif tout d’abord d’un point de vue poétique. Il donne en effet une image résumée de l’ouvrage de Karamzine tout entier, par ce qu’il révèle de la technique de mise en fiction des faits réels ou du matériau intertextuel ayant présidé à l’écriture du texte d’une part, et de l’équilibre recherché par l’auteur entre les fonctions documentaire et testimoniale que lui impose le cahier des charges du genre du récit de voyage de l’autre.

2L’épisode est également essentiel d’un point de vue thématique, en ce qu’il montre clairement les centres d’intérêts principaux du voyageur russe, de l’histoire des usages au pittoresque de la nature, de la sociabilité culturelle aux beaux-arts. Résumé thématique des Lettres tout entières, l’épisode strasbourgeois est à l’image de la ville qui l’a inspiré, et qui apparaît comme un résumé du monde des Lumières, avec sa bonne société cosmopolite, son université, sa mondanité scientifique, ses voyageurs, ses automates et ses maçons. Ces raisons firent de Strasbourg un lieu d’attraction pour la bonne société russe, comme l’ont montré les témoignages que j’ai récoltés dans les archives. En ce sens, le présent travail, outre une étude sur l’œuvre centrale de Nikolaï Karamzine, est également une contribution à l’histoire des présences russes à Strasbourg au xviiie siècle, entamée il y a plus de soixante-dix ans par Dimitri Stremooukhoff et poursuivie plus récemment par Jürgen Vöss ou Wladimir Berelowitch. Il est également, plus largement, une (modeste) contribution à l’histoire du genre du récit de voyage en Russie et de la perception de la France par les Russes.

3L’épisode est ensuite important d’un point de vue esthétique. En confrontant son narrateur aux landmarks culturels que sont la cathédrale de Strasbourg ou le tombeau du maréchal de Saxe, Karamzine exprime son attitude vis-à-vis du style gothique en architecture ou du style baroque en sculpture. Il révèle ainsi ses préférences esthétiques personnelles, qui le poussent visiblement vers cette alliance des goûts néoclassique et préromantique que l’on trouve chez Blake, ou encore chez Füssli dont le voyageur admirera bientôt les œuvres à Londres. De même, la découverte du gothique alsacien jouera un rôle dans l’inspiration gothique littéraire de Karamzine.

  • 1 Kisljagina L. G., « The question of the development of N. M. Karamzin’s social political views in t (...)

4Enfin et surtout, l’épisode strasbourgeois est central pour l’étude de la réception par Karamzine de la Révolution française et plus largement de la position idéologique de l’auteur. Comme je l’ai indiqué en introduction, l’étape strasbourgeoise du voyage réel effectué par l’auteur est la seule l’ayant mis en contact direct avec la violence de la Révolution. De cette importance de l’épisode témoignent éloquemment deux faits. D’une part, le fait que le récit relie – volontairement ou non – la relation de l’expérience extralittéraire strasbourgeoise de l’auteur à la pougatchevchtchina, événement traumatique majeur pour la noblesse russe de la génération de Karamzine. D’autre part, le fait que c’est précisément dans la lettre 46 que l’auteur, au gré de l’évolution toujours plus inquiétante des événements français, modifia dans les versions successives de son texte la qualification morale attachée aux trublions strasbourgeois du 6 août. Comme l’a noté en effet Loïa Kisliaguina, le syntagme « vacarme de la rue » utilisé dans la scène de la visite au théâtre de la première édition du Journal de Moscou (1791) devint, dans sa deuxième édition (1792), « le vacarme des soldats » avant de se transformer, dans l’édition de 1797, en « vacarme des séditieux ivres1. » Visiblement ainsi, le désir de Karamzine de condamner toujours plus fermement la Révolution trouva dans l’épisode strasbourgeois un des lieux privilégiés de son expression.

  • 2 Pipes R., Karamzin’s Memoir on Ancient and Modern Russia : A Translation and Analysis, op. cit., p. (...)
  • 3 L’un des premiers à s’opposer à la qualification de Karamzin comme « réactionnaire » fut P. A. Orlo (...)
  • 4 Pipes R., Karamzin’s Memoir on Ancient and Modern Russia : A Translation and Analysis, op. cit., In (...)

5Si cette expérience frappa tant l’auteur, c’est qu’elle présentait, comme je l’ai dit au début de cet ouvrage, le spectacle de la destruction d’un ordre ancien au profit, non pas d’un ordre nouveau encore à naître, mais du chaos. Or ce remplacement était inacceptable pour un Karamzine partisan de l’évolution lente de la société vers toujours plus de progrès par le moyen des Lumières, et qui pensait que le chaos, qui n’entraîne que la barbarie et la régression sociale, doit toujours être combattu au profit d’un système politique stable, quelque autoritaire que fut ce dernier2. Ce rejet du changement radical de système politique au prix du désordre social rattache Karamzine, non au camp des réactionnaires, comme l’ont prétendu hâtivement les historiens soviétiques de l’époque de Staline3, mais au mouvement conservateur, dont il est en Russie l’un des premiers porte-parole4. Or il est remarquable que la figure emblématique du conservatisme du début du xixe siècle, l’homme en qui s’incarna l’opposition à la Révolution française, ait partagé très précisément l’expérience personnelle mise en texte par l’épisode alsacien des Lettres d’un voyageur russe. Clément Metternich (1773-1859), futur chancelier d’Autriche et adversaire acharné de la Révolution et de l’Empire qui en sortit, fut effectivement étudiant à l’université de Strasbourg de 1788 à 1790. Là, il assista aux troubles révolutionnaires qui mirent à bas l’Ancien Régime en France, comme en témoignent ses mémoires :

  • 5 Metternich K. W. L. de, Mémoires. Tome 1, 1773-1806. Le choc d’Austerlitz, Clermont-Ferrand, Paléo, (...)

« En 1790, je quittai l’Université de Strasbourg, sur l’invitation de mon père, qui m’avait appelé à Francfort pour assister au couronnement de l’Empereur Léopold. La Révolution française était à ses débuts. Je n’ai cessé d’assister à ses phases diverses5 ; »

6Si l’on ne peut affirmer avec certitude que Metternich assista aux troubles des 5-7 août 1789, il assista en tout cas au pillage de l’hôtel de ville de Strasbourg les 20 et 21 juillet. Ses mémoires témoignent de l’impression désastreuse que produisit sur lui ce spectacle, à l’extrême opposé du respect que lui inspirerait quelques mois plus tard le couronnement de l’empereur à l’hôtel de ville de Francfort :

  • 6 Metternich K. W. L. de, Mémoires. Tome 1, 1773-1806. Le choc d’Austerlitz, op. cit., p. 18-19.

« Mon esprit était trop jeune alors pour calculer les vicissitudes de cet avenir menaçant ; tout entier au présent, je saisissais de toute la force des impressions du jeune âge le contraste qui existait entre la France, que je venais de quitter, entre ce pays alors souillé par les premières agitations du jacobinisme, et le lieu où je voyais la grandeur humaine s’allier à un formidable esprit national ; mais ma pensée n’allait pas plus loin. Entouré d’une multitude inintelligente qui s’intitulait le peuple, je venais d’assister au pillage de l’hôtel de ville de Strasbourg, acte de vandalisme commis par une populace en délire, qui se considérait également comme étant le peuple. Maintenant, au contraire, je me trouvais être un des gardiens de l’ordre public dans un hôtel de ville où tant de cérémonies imposantes avaient lieu, à quelques pas à peine de la France en conflagration6. »

7En conclusion à ce passage de ses mémoires, Metternich insiste sur l’importance que revêtit dans son évolution idéologique personnelle le fait d’avoir été un témoin direct de la violence révolutionnaire strasbourgeoise, expérience seule à même de détruire selon lui les illusions que peut faire naître la Révolution chez ceux qui se la représentent de loin :

  • 7 Ibid., p. 17.

« […] l’appel aux passions populaires [m’inspira] une répulsion que l’âge et l’expérience n’ont fait qu’augmenter. Je suis convaincu que, même dans la position la plus humble, et à quelque époque que ce fût, je n’aurais jamais été accessible aux séductions auxquelles je voyais succomber tant de mes contemporains. Je dois toutefois reconnaître que l’exemple des aberrations auxquelles peuvent entraîner un esprit faux et la surexcitation des passions n’a pas été perdu pour moi ; il a influé sur la marche de mon esprit et contribué à me préserver des erreurs où bien des gens ne sont tombés que parce qu’ils n’avaient pas le triste avantage d’avoir été témoins de ces atrocités7. »

8Cette expérience personnelle, et les progrès militaires des troupes de la Convention en pays germaniques, suscitèrent une telle indignation chez Metternich qu’il écrivit, en 1794, une brochure anonyme intitulée Sur la nécessité d’armer tout le peuple sur les frontières françaises, par un ami de la paix publique. Dans cette brochure, l’apprenti diplomate s’exprime sur les révolutionnaires français dans les termes suivants :

  • 8 Metternich K. W. L. de, Sur la nécessité d’armer tout le peuple sur les frontières françaises, par (...)

« La mort et la dévastation leur frayent le chemin ; plus cruels que les Vandales, ils commettent toutes sortes d’atrocités, et les frontières de la patrie semblent être devenues trop étroites pour ce peuple qui meurt de faim dans son pays autrefois si florissant. La destruction de tous les monuments et de toutes les œuvres d’art, l’asservissement des nations, voilà ce qui présente une analogie frappante avec les faits et gestes des hordes du Nord au cinquième et sixième siècle. […] Le but des barbares modernes est de rompre tous les liens sociaux, de détruire tous les principes, de confisquer toute propriété8. »

  • 9 Pipes R., Karamzin’s Memoir on Ancient and Modern Russia : A Translation and Analysis, op. cit., p. (...)
  • 10 Pour une comparaison entre Karamzin et un autre représentant majeur du courant conservateur europée (...)

9La Révolution, d’après le jeune Metternich, appauvrit les nations et détruit les arts. Or ces peurs sont partagées par Karamzine, comme le montre à plusieurs endroits le texte des Lettres, qui exprime la crainte que la France ne tombe en décadence, et déplore que les Français négligent les douceurs de la sensibilité au profit de la politique. La Révolution, pour Metternich, est ensuite une menace pour les principes établis et la propriété. Or la soumission à la tradition, comme l’a montré Richard Pipes, et le respect de la propriété, comme l’a montré Victor Léontovitch, sont deux notions centrales de la pensée politique de Karamzine9. Placé dans des circonstances analogues à celles que connut Metternich et partageant avec lui, sinon la même naissance, du moins la même culture et la même sensibilité, Karamzine connut donc un cheminement idéologique comparable10. Dans ces conditions, et même s’il n’y fut pas étudiant comme le fut Metternich, c’est visiblement à Strasbourg que Karamzine, en matière politique tout au moins, fit ses universités.

10Décembre 2010

Notes

1 Kisljagina L. G., « The question of the development of N. M. Karamzin’s social political views in the nineties of the eighteenth century : N. M. Karamzin and the Great French Bourgeois Revolution », op. cit., p. 95.

2 Pipes R., Karamzin’s Memoir on Ancient and Modern Russia : A Translation and Analysis, op. cit., p. 48-49.

3 L’un des premiers à s’opposer à la qualification de Karamzin comme « réactionnaire » fut P. A. Orlov. Cf. Orlov P. A., Russkij sentimentalizm [Le sentimentalisme russe], Moscou, Izdatel’stvo moskovskogo universiteta, 1977, p. 197-198. La même année, Jurij Lotman appelait également à considérer Karamzin, non comme un réactionnaire, mais comme un conservateur, méritant à ce titre d’être étudié. Cf. Lotman Ju. M., « Recenzija na knigu L. G. Kisljaginoj Formirovanie obščestvenno-političeskih vzgljadov N. M. Karamzina (1785-1803) » [« Recension de l’ouvrage de L. G. Kisljagina La formation des idées sociales et politiques de Karamzin (1785-1803) »], dans Lotman Ju. M., Karamzin [Karamzin], op. cit., p. 626. L’aspect central de la pensée de Karamzin empêchant de le qualifier de réactionnaire est son attachement indéfectible au progrès, à l’origine de son désaccord avec Rousseau. Sur l’attachement de Karamzin au progrès, cf. Kisljagina L. G., « The question of the development of N. M. Karamzin’s social political views in the nineties of the eighteenth century : N. M. Karamzin and the Great French Bourgeois Revolution », op. cit., p. 104 ; Lotman Ju. M., « Recenzija na knigu L. G. Kisljaginoj Formirovanie obščestvenno-političeskih vzgljadov N. M. Karamzina (1785-1803) » [« Recension de l’ouvrage de L. G. Kisljagina La formation des idées sociales et politiques de Karamzin (1785-1803) »], op. cit., p. 623.

4 Pipes R., Karamzin’s Memoir on Ancient and Modern Russia : A Translation and Analysis, op. cit., Introduction, p. VIII. Pour un ouvrage récent sur le conservatisme de Karamzin, cf. Ermašov D. V., dir., U istokov rossijskogo konservatizma : N. M. Karamzin [Aux origines du conservatisme russe : N. M. Karamzin], Moscou, Izdatel’stvo Moskovskogo universiteta, 1999. Notons qu’à l’opinion généralement admise qui classe Karamzin parmi les conservateurs s’oppose celle de Victor Léontovitch, qui lui réserva un chapitre dans son ouvrage sur l’histoire du libéralisme en Russie. Cf. Léontovitch V., Histoire du libéralisme en Russie, Paris, Fayard, 1986, p. 84-98. L’analyse de Léontovitch repose sur le fait que la définition du libéralisme qu’il utilise pour son ouvrage est minimale, retenant essentiellement l’exigence du respect des droits civils (inviolabilité des personnes et des biens), sans inclure le constitutionnalisme. Karamzin, qui loue Catherine II pour avoir transformé, par la charte de 1785, les nobles russes en citoyens à part entière, peut ainsi être qualifié de libéral conservateur, à la recherche d’une synthèse entre libéralisme et monarchie absolue. Enfin, Karamzin est libéral en économie, comme le note Léontovitch, mais également Pipes (op. cit., p. 80-81).

5 Metternich K. W. L. de, Mémoires. Tome 1, 1773-1806. Le choc d’Austerlitz, Clermont-Ferrand, Paléo, 2007, (« Sources de l’histoire »), p. 15. Les biographes de Metternich s’accordent tous pour souligner l’importance de cette expérience personnelle de la Révolution. Cf. Grunwald C. de, La Vie de Metternich, Paris, Calman-Lévy, 1938, p. 24 ; Valloton H., Metternich, Paris, Fayard, 1965, (« Les grandes études historiques »), p. 15-18 ; Zorgbibe C., Metternich le séducteur diplomate, Paris, Éditions de Fallois, 2009, p. 22.

6 Metternich K. W. L. de, Mémoires. Tome 1, 1773-1806. Le choc d’Austerlitz, op. cit., p. 18-19.

7 Ibid., p. 17.

8 Metternich K. W. L. de, Sur la nécessité d’armer tout le peuple sur les frontières françaises, par un ami de la paix publique, dans Metternich K. W. L. de, Mémoires. Tome 1, 1773-1806. Le choc d’Austerlitz, op. cit., p. 76-77.

9 Pipes R., Karamzin’s Memoir on Ancient and Modern Russia : A Translation and Analysis, op. cit., p. 59, 61 ; Léontovitch V., Histoire du libéralisme en Russie, op. cit., p. 88-89.

10 Pour une comparaison entre Karamzin et un autre représentant majeur du courant conservateur européen au début du xixe siècle, cf. Serman I., « Chateaubriand et Karamzin témoins de leur temps », op. cit.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540