Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nikolaï Karamzine à Strasbourg

 | 
Rodolphe Baudin

Chapitre VI. Le « texte strasbourgeois » de la littérature russe du xviiie siècle

Texte intégral

1. Strasbourg dans les récits de voyages russes du xviiie siècle

  • 1 Berelowitch W., « Les récits des voyageurs russes en France dans la seconde moitié du xviiie siècle (...)
  • 2 Kjuhel’beker V. K., « Otryvki iz putešestvija » [« Fragments d’un voyage »], op. cit., p. 36-38.
  • 3 Šahovskaja N. V., Journal (20 décembre 1838-23 août 1840), IRLI, Fonds 334, no 977-978. Je remercie (...)
  • 4 Visitant Paris en 1857, Tolstoj écrit à son arrivée à sa sœur Maria : « Je suis arrivé hier à Paris (...)

1Comme l’a justement noté Wladimir Berelowitch, Karamzine faisait une entorse à la vérité en déclarant, dans l’article du Spectateur du Nord, avoir été le premier Russe à voyager « sa (sic) plume à la main »1. De fait, si très peu de récits de voyage originaux avaient été publiés avant les Lettres, un certain nombre de voyageurs russes avaient déjà consigné par écrit leurs impressions de voyage, sous les formes diverses de l’écriture du for privé. Or parmi ces voyageurs, certains, on l’a vu, étaient passés par Strasbourg, et avaient laissé des évocations de la capitale alsacienne, qu’une recherche dans les archives russes a permis de mettre à jour. Ces évocations apparaissent dans des lettres privées, des journaux de voyage ou des mémoires. De tailles variables, ces récits vont de la mention la plus simple à la description détaillée de la ville, de ses habitants et de leurs mœurs. Les plus anciennes datent du milieu du xviiie siècle, époque où, comme nous l’avons vu, se répand la pratique du « Grand Tour » en Russie. Loin de s’éteindre avec l’épisode strasbourgeois des Lettres, cette tradition s’étend jusqu’au milieu du xixe siècle. À l’époque romantique cependant, Strasbourg, qui a perdu son université prestigieuse sous la Révolution, n’attire plus les voyageurs russes que sur le chemin du sud de la France, comme le montre, en 1820, le journal de voyage en Europe du poète et ami de Pouchkine Wilhelm Küchelbecker2. Parfois visité encore dans les années 1840, car on peut y prendre le train pour gagner plus vite Bâle en provenance de Baden-Baden, ainsi qu’en témoigne le journal de voyage de Natalia Valentinovna Chakhovskaïa (1825-1847)3, Strasbourg sort définitivement de l’itinéraire européen des Russes dans la deuxième moitié du siècle, à mesure que le développement du rail réduit le nombre des étapes des voyages à l’étranger4 et que se confirme la vocation essentiellement militaire de la ville. Les témoignages les plus nombreux datent donc de la fin du xviiie siècle et du début du xixe siècle.

  • 5 Stroganov A. S., Pis’ma Aleksandra Sergeeviča Stroganova Sergeju Grigoreviču Stroganovu, 1751-1760 (...)
  • 6 [Demidov frères], Putešestvie brat’ev Demidovyh po Evrope. Pis’ma i podnevnye žurnaly 1750-1761 god (...)
  • 7 Fonvizine D., Lettres de France (1777-1778), op. cit., p. 55.
  • 8 Golicyn B. V., Golicyn D. V., Pis’ma k kn. Natal’e Petrovne Golicynoj 1782-1788 [Lettres à la princ (...)
  • 9 Golicyna N. P., Remarques sur mes voyages, op. cit. Des extraits de ce manuscrit, non relatifs à St (...)
  • 10 Stroganov P. A., Pis’ma grafa Pavla Aleksandroviča, pisannyja vo vremja putešestvija Ego Sijatel’st (...)
  • 11 Tolstaja A. I., Notes de mon voyage. L’an 1789, op. cit. Je remercie le Professeur Elena Grečanaja, (...)

2Dans le présent chapitre, consacré à l’analyse des divers aspects de ces témoignages, je me limiterai à l’étude des textes antérieurs et contemporains à l’écriture des Lettres. Il s’agit tout d’abord d’une lettre de 1752 d’Alexandre Sergueïevitch Stroganov5, puis d’une lettre et du journal de voyage de Piotr Grigorievitch Demidov, datés de 17566. Le premier comme le second envoient leurs impressions sur Strasbourg à leur père, à l’occasion du « Grand Tour » qu’ils effectuent en Europe. Il s’agit ensuite d’une des lettres de France de Denis Fonvizine, écrite au frère de son protecteur Piotr Ivanovitch Panine en 17777. Fonvizine s’arrête à Strasbourg sur la route de Montpellier où il va faire soigner sa femme souffrante. Il s’agit encore de plusieurs lettres à leur mère des princes Boris Vladimirovitch et Dimitri Vladimirovitch Golitsyne8, étudiants à l’université de Strasbourg en 1782-1783 et résidant dans la ville en compagnie de leur précepteur français Michel Olivier. Suit un long extrait du journal de cette même mère, Natalia Petrovna Golitsyne9, née Tchernychev, qui devint célèbre sous le surnom de « princesse Moustache » et servit de modèle à la Dame de pique de Pouchkine. Rejoignant ses deux fils en France, elle passa plusieurs mois à Strasbourg en 1783-1784, avant de reprendre sa route vers Paris. Il s’agit enfin d’une lettre de Pavel Alexandrovitch Stroganov, adressée par le jeune homme en 1786 à son père10. L’élève de Gilbert Romme et futur conseiller d’Alexandre Ier y évoque rapidement la capitale alsacienne et une séance de mesmérisme à laquelle il participe avec son précepteur. À ce corpus s’ajoute un extrait du journal de voyage en Europe d’Anna Ivanovna Tolstoï, née Bariatinski (1770-1825), qui se trouve à Strasbourg, sur la route de Bâle et de la Suisse, au mois d’octobre 1790, en pleine recrudescence, si l’on en croit son témoignage, de la tension révolutionnaire11.

  • 12 Certes, il existe sans doute de nombreux autres témoignages dans d’autres fonds d’archives que ceux (...)

3Ces témoignages, que le lecteur trouvera reproduits intégralement en annexe, composent le « texte strasbourgeois » de la littérature russe du xviiie siècle12. Ils nous renseignent tout d’abord sur le degré de connaissance de la ville par les Russes, et l’évolution de cette notoriété de la capitale alsacienne. Ils dessinent ensuite une image de la ville, qui nous permet de comprendre comment les voyageurs russes du xviiie siècle la percevaient. Cette perception peut et doit être comparée aux témoignages d’autres voyageurs, non russes ceux-là, mais contemporains. Parmi ceux-ci, on utilisera notamment les récits, déjà cités dans la présente étude, de Goethe, de John Moore, de l’anonyme dijonnais et d’Arthur Young. Cette comparaison permettra de dégager ce qui fait l’originalité de la perception de Strasbourg par les voyageurs russes des Lumières. Certes, l’analyse ainsi menée nous éloignera temporairement de Karamzine. Toutefois, elle est indispensable à l’identification de la spécificité du regard de l’écrivain, qui fera l’objet du chapitre suivant.

4Afin de mieux appréhender ce « texte strasbourgeois » de la littérature russe du xviiie siècle, j’examinerai les textes rassemblés de manière synthétique et synchronique, plutôt qu’analytique et diachronique. Je suivrai en outre la syntagmatique traditionnelle de la description urbaine, afin d’en éclairer les topoï caractéristiques. Seront ainsi mis en lumière les aspects suivants du « texte strasbourgeois » : l’impression d’ensemble produite par la ville sur les voyageurs ; l’impression générale produite par son architecture ; l’élaboration de l’itinéraire touristique programmé par les monuments principaux de la ville ; l’impression produite par la vie strasbourgeoise, aristocratique d’une part, bourgeoise de l’autre ; la description des mœurs et coutumes locales ; l’intégration par les voyageurs de la ville observée à un espace culturel défini.

  • 13 Cette impression est partagée par Victurnienne-Delphine-Nathalie de Mortemart (1759-1828), dont on (...)
  • 14 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, op. cit., p. 225-226.

5La première impression produite par Strasbourg sur les voyageurs russes étudiés concerne sa taille. Strasbourg apparaît en effet comme une grande ville aux yeux de Piotr Demidov, Boris Golitsyne, Denis Fonvizine ou encore Natalia Golitsyne13. Cette impression s’explique par plusieurs raisons. D’une part la ville est, depuis le rattachement à la France et les travaux de Vauban, puissamment fortifiée14, ainsi que le notent Alexandre Stroganov, Dimitri Golitsyne et sa mère Natalia Petrovna. Par conséquent, elle possède un important rempart circulaire. De fait, le voyageur dijonnais de 1782 notait dans son récit :

  • 15 L’Alsace en 1782 vue par un inconnu, op. cit., p. 36. (C’est moi qui souligne - R. B.).

« Nous avons essayé, ce soir, en nous promenant, de faire le tour de la ville sur les remparts : une heure et demie ne nous a pu suffire ; il est vrai que nous nous arrêtions souvent15. »

6La présence de ce rempart devait ainsi renforcer, aux yeux des voyageurs russes, l’aspect imposant de la cité alsacienne. C’est ce que suggère d’ailleurs Hautemer dans sa Description historique et topographique de la ville de Strasbourg :

  • 16 Hautemer C. de, Description historique et topographique de la ville de Strasbourg et de tout ce qu’ (...)

« Strasbourg par l’étendue de ses fortifications qui forment un circuit considérable, & par l’élévation de sa tour, en impose à l’œil et lui présente l’aspect d’une ville du premier ordre16. »

  • 17 Reichard H. O., Guide de la Russie et de Constantinople, 1793, édition fac-similé, Paris, Editions (...)
  • 18 Ibid., p. 186. Les historiens contemporains de Saint-Pétersbourg fournissent des chiffres à peu prè (...)
  • 19 Taveneaux R., dir., Histoire de Nancy, Toulouse, Privat, 1978, (« Univers de la France et des pays (...)
  • 20 Guichonnet P., dir., Histoire de Genève, Toulouse, Privat – Lausanne, Payot, 1974, (« Univers de la (...)

7La deuxième raison susceptible de susciter cette impression était la forte population de Strasbourg au xviiie siècle. Estimée par Boris Golitsyne, en 1783, à soixante mille habitants, elle en comptait exactement, comme on l’a vu dans le deuxième chapitre, 48 500 en 1789, auxquels il faut ajouter cinq à six mille hommes de garnison. Ce chiffre est certes peu élevé comparé à ceux des populations des capitales russes dont sont originaires nos voyageurs. Ainsi Moscou comptait entre 250 et 300 000 habitants, selon un guide de 179317. La population de Saint-Pétersbourg, quant à elle, fut estimée à 217 948 lors du dénombrement de la police de 178918. Néanmoins, Moscou et Saint-Pétersbourg étaient des capitales, ce que n’était pas Strasbourg. Or, cinquante et quelques mille habitants était un chiffre important pour une ville de province au xviiie siècle, qu’elle soit évidemment russe, mais également européenne. Ainsi, à la même époque, la population de Nancy, pourtant capitale d’un duché encore récemment autonome, était de 30 000 habitants19. Mieux, la population de Genève, ville-état au destin partiellement comparable à celui de Strasbourg avant le rattachement, était à la même époque deux fois moins importante, puisqu’elle s’élevait, en 1788, à 26 000 habitants20. De même, les villes allemandes traversées par les voyageurs russes sur la route de la France et/ou de la Suisse étaient relativement peu peuplées. Le morcellement politique de l’Allemagne et la multiplication des petites capitales servant de résidences aux princes y gênaient en effet la concentration urbaine. Par comparaison, dès lors, Strasbourg devait en imposer.

  • 21 Reichard H. O., Guide de la Russie et de Constantinople, 1793, op. cit., p. 184.
  • 22 Berelowitch W., Medvedkova O., Histoire de Saint-Pétersbourg, op. cit.

8Fortement peuplée, Strasbourg était surtout densément peuplée. Les cinquante et quelques mille habitants de sa population n’auraient peut-être pas tant impressionné les voyageurs russes s’ils n’avaient été enserrés dans les remparts de la ville déjà évoqués. Cette impression devait d’autant plus trancher que les grandes villes russes étaient peu densément peuplée. Jouissant d’une circonférence de 39 verstes21, soit à peu près 42 kilomètres, pour 250 000 habitants intra-muros, Moscou comptait ainsi environ 2000 habitants au kilomètre carré. Pétersbourg, de même, était « très étendue (près de 30 kilomètres de périmètre) mais peu bâtie22 », ce qui frappa Diderot lors de son séjour en Russie en 1773-1774.

9Enfin, il est possible que l’impression de grandeur ait été suggérée par la renommée de la ville, conformément à une confusion courante liant renommée et importance. Cette confusion apparaît de fait dans l’apposition employée par Piotr Demidov, qui parle, à propos de Strasbourg, de ville « grande et fameuse » (« velikoj i slavnoj gorod »). Surtout, si la ville est fameuse, c’est, entre autres choses, par son ancienneté, qui frappe Natalia Petrovna Golitsyne. Or, l’ancienneté est ordinairement synonyme d’exigüité. En effet, les noyaux durs des villes russes anciennes se résumaient souvent à leur kremlin, construit en pierre. Pour le reste, les villes étaient en bois, et flambaient souvent, entraînant un renouvellement urbain régulier. Ainsi, voir un ensemble médiéval important devait contribuer à renforcer l’impression de grandeur générale dégagée par la cité alsacienne.

10Facteur déterminant dans cette impression de grandeur, la puissance des fortifications de Strasbourg avait cependant un revers : elle suscitait chez nos voyageurs russes un sentiment d’enfermement. De fait Saint-Pétersbourg, parce qu’elle est une création du xviiie siècle, ne possédait pas d’enceinte. Quant à Moscou, elle en possédait une si vaste qu’elle n’empêchait pas la ville de multiplier, intra-muros, des espaces libres non aménagés. Comme le note en effet Hans Ottokar Reichard, auteur d’un guide sur la Russie paru en 1793 :

  • 23 Reichard H. O., Guide de la Russie et de Constantinople, 1793, op. cit., p. 184.

« Moscow est certainement la plus grande ville de l’Europe ; la circonférence en dedans des remparts est de 39 werstes. Mais elle est bâtie d’une manière si inégale, et il y reste tant de vide, que la population ne répond nullement à son étendue. Il y a dans cette grande ville des quartiers, qui ressemblent à un désert sauvage, d’autres à une ville florissante et peuplée23. »

11Chez Natalia Petrovna, l’impression d’enfermement produite par Strasbourg est renforcée par l’absence de dégagement. Contrairement à son fils Boris, qui écrivait en 1782 « les environs [de la ville – R. B.] sont assez jolis », Natalia Petrovna ne les trouve satisfaisants d’aucun côté :

  • 24 L’opinion de Natal’ja Petrovna Golicyna est diamètralement opposée à celle de Hautemer. Celui-ci éc (...)

« Les environs de Strasbourg ne sont point agréables24 premièrement il y a beaucoup de marais, secondement notre vue ne peut s’étendre fort loin à cause des chaines de montagne qu’on nomme les vosges, et de l’autre côté les montagnes de la Forêt noire ».

12L’impossibilité de s’évader à pieds d’un côté ou de s’échapper par le regard de l’autre suscite la métaphore carcérale. La légitimité de cette image est renforcée ensuite par l’aspect des maisons, dont Fonvizine note qu’elles « ressemblent fort à des prisons ». L’élément de l’architecture domestique strasbourgeoise à l’origine de cette comparaison est explicité dans le récit de 1825 d’un voyageur anglais, le révérend Thomas Frognall Dibdin. Il s’agit de la présence de barreaux aux fenêtres des rez-de-chaussée :

  • 25 Dibdin Th. F., Voyage bibliographique, archéologique et pittoresque en France, Paris, Crapelet, 182 (...)

« Les principales rues, à tout prendre, ne sont ni larges ni étroites. Pour un étranger, néanmoins, elles ont un aspect fort singulier, attendu ces barres de fer diversement placées, qui garnissent extérieurement les croisées de presque toutes les maisons. On dirait autant de prisons25. »

  • 26 Kjuhel’beker V. K., « Otryvki iz putešestvija » [« Fragments d’un voyage »], op. cit., p. 36-37.

13Enfin, l’impression carcérale est renforcée par la perception concentrique que certains voyageurs ont de la ville. Celle-ci, comme le notait Natalia Petrovna Golitsyne, est encerclée par les montagnes. Cette impression sera partagée par Wilhelm Küchelbecker, qui décrira, en 1820, l’amphithéâtre dessiné par les montagnes entourant Strasbourg26. À cette circularité des montagnes avoisinantes répond évidemment celle du rempart de la ville. Enfin, le rempart enserre lui-même l’ellipse insulaire de la ville primitive, isolable du reste de la cité en cas d’attaque, comme le souligne Natalia Petrovna :

« On ne les [les ponts – R. B.] fait point en pierre puisque c’est ici une ville frontière, pour qu’en cas de nécessité – quoiqu’il n’y ait, je crois, pas de danger qu’elle soit jamais attaquée – [on puisse] les mettre facilement à bas, pour rompre la communication. »

14L’île centrale de Strasbourg apparaît ici comme une prison à l’intérieur de la prison, puisqu’on peut y rester bloqué en cas d’attaque, ce qui renforce le sentiment claustrophobique suscité par la ville chez nos voyageurs. À cet enfermement n’existe en outre nulle échappatoire, tant les éléments de l’urbanisme des Lumières supposés ouvrir la ville sur la nature manquent. C’est le cas des promenades, dont beaucoup notent le nombre réduit et la pauvreté, à commencer par les Golitsyne :

« L’on a ici qu’une seule promenade qui consiste en trois rangées d’arbres. Hors de la ville il y en a deux encore dont l’une est assez jolie » (Dimitri)

« Les promenades publiques ne sont cependant ici pas brillantes. » (Boris)

« Il y a ici très peu de promenade pour le public, […] » (Natalia Petrovna)

  • 27 Milliot V., « Ville et développement urbain », dans Delon M., dir., Dictionnaire européen des Lumiè (...)
  • 28 Lavedan P., L’urbanisme à l’époque moderne. xvie-xviiie siècles, Genève, Droz, 1982, p. 155. Les mu (...)
  • 29 Ces ponts effraient également Mademoiselle de Mortemart en 1769. Cf. Mortemart Mademoiselle de, Un (...)

15Surtout, lors même qu’elles existent, leur tracé est soumis à la structure militaire de la ville et à son oppressante circularité. De fait, c’est sur le rempart que, à l’instar de l’anonyme dijonnais, se promènent les jeunes princes Golitsyne avec leur précepteur, ainsi qu’en témoigne une des lettres de Dimitri à sa mère. Cette promenade d’un genre particulier est un bon exemple des contraintes pesant sur la modernisation urbaine à Strasbourg au xviiie siècle, dont l’absence suscite les réticences des voyageurs russes. Ville forte, la cité alsacienne ne peut se passer de son enceinte, au détriment du développement de certaines des fonctions liées aux loisirs, qui est pourtant une des caractéristiques de l’évolution des villes au xviiie siècle27. En effet, c’est précisément à la place des remparts abattus que sont souvent aménagées les promenades des villes à l’époque des Lumières, comme en témoigne, entre autres occurrences, l’exemple de Riom28. Le siècle éclairé n’a plus besoin de murailles, qui gênent le développement des fonctions sociales de la ville au profit d’une antique fonction de défense, périmée sauf dans le cas des villes frontières. Même dans ce dernier cas, d’ailleurs, la nécessité de se défendre, dont la muraille est le signe, apparaît archaïque à Natalia Petrovna Golitsyne, qui note à propos de Strasbourg, « qu’il n’y a pas de danger qu’elle soit jamais attaquée ». Plus que le danger d’un autre temps qu’elle est censée prévenir, c’est donc la fonction défensive elle-même de la ville qui apparaît désormais comme anxiogène. Ainsi les ponts sur l’Ill, construits en bois pour pouvoir être facilement abattus en cas de siège, effraient la diariste par leur apparente fragilité, plutôt qu’ils ne la rassurent29 :

« Toutes ces eaux obligent à beaucoup de ponts qui, au premier coup d’œil, si quelqu’un n’a pas l’habitude, font peur à passer, [car] ils sont tous en bois et paraissent peu solides, quoique dans le fond il n’y ait pas le moindre risque. »

16Comme on le voit, les écueils présentés par Strasbourg découlent de la non-conformité de la cité aux exigences de la ville des Lumières, mises en application dans ce laboratoire urbain qu’est Saint-Pétersbourg. Ceci apparaît plus clairement encore dans l’évocation par les voyageurs de l’architecture de Strasbourg. Celle-ci renforce en effet de manière évidente la claustrophobie éprouvée par les voyageurs. Les rues de Strasbourg, tout d’abord, sont étroites. Ce détail frappa Fonvizine et Boris puis Natalia Golitsyne :

« […] les rues sont si étroites que le soleil n’éclaire jamais les pauvres pécheurs qui y vivent ». (Fonvizine)

« [Strasbourg] a quelques rues qui sont assez belles, mais en général elles sont fort étroites ». (Boris Golitsyne)

« Les rues ici ne sont pas larges, il y a bien plusieurs places, mais elles sont petites ». (Natalia Petrovna Golitsyne)

17Ce sentiment d’exiguïté est en outre augmenté par la présence des oriels strasbourgeois qui, parce qu’ils s’avancent au-dessus de l’espace de la rue, renforcent l’impression d’étroitesse qu’elle produit. Cet aspect de l’architecture de la ville est ainsi noté par Boris, puis Natalia Petrovna Golitsyne :

« Le second étage des maisons avance quelquefois jusqu’au milieu de la rue ». (Boris Golitsyne)

« […] la plupart d’entre eux [elles] avancent dans la rue, […] » (Natalia Petrovna Golitsyne)

  • 30 Jaucourt L. de, article « Ville », dans Diderot D., le Rond D’Alembert J., dir., Encyclopédie, ou d (...)
  • 31 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, op. cit., p. 229.
  • 32 Ibid., p. 230.
  • 33 La place retient, pour les mêmes raisons, l’attention de Mademoiselle de Mortemart. Cf. Mortemart M (...)

18Cette étroitesse de la voie gêne car elle s’oppose directement à l’exigence de largeur imposée à la rue par l’urbanisme des Lumières. Dans l’article « Ville » de l’Encyclopédie, Jaucourt écrit ainsi que, « pour qu’une ville soit belle », ses rues doivent avoir « huit toises de large, et quatre pour les petites rues »30, c’est-à-dire plus de quatorze mètres de large pour les grandes rues, et au moins sept pour les petites. Les ruelles médiévales d’une ville qui, comme Strasbourg, n’avait pas abattu ses remparts, ne pouvaient évidemment pas satisfaire à cette exigence. Cet attachement des voyageurs russes à un des principes fondamentaux de l’urbanisme du xviiie siècle est confirmé par le fait que Boris Golitsyne qualifie d’« assez belles » précisément les voies les plus larges. Or ces rues étaient issues du réaménagement partiel que connut Strasbourg dans la deuxième moitié du siècle. Parmi elles se trouvait la rue Brûlée, « “faubourg Saint-Germain” de la capitale alsacienne31 », dont les hôtels particuliers seront vantés par Natalia Petrovna. De même, alors qu’elle trouve les places de la ville exiguës, et donc inintéressantes, la même voyageuse fait exception pour la place d’Armes, actuelle place Kléber. Aménagée au xviiie siècle conformément au plan Blondel, dont elle est l’unique partie jamais réalisée32, la place d’Armes apparaît à la princesse Golitsyne comme la plus vaste, et à ce titre la plus belle des places de la cité33 :

« Celle qu’on appelle la place d’armes, ou se fait tous les jours la parade, est la seule qui soit grande, est bordée tout autour par des rangées d’arbres […]. »

19Le jugement de Natalia Petrovna rejoint ici celui de Hautemer, qui écrivit à la même époque :

  • 34 Hautemer C. de, Description historique et topographique de la ville de Strasbourg et de tout ce qu’ (...)

« Sortant du collège par la même porte par laquelle on y est entré, & suivant la rue qui lui fait face, on se trouve sur la place d’armes, laquelle est assez vaste, & pourrait faire une belle place, si elle était bâtie. On a commencé à lui donner de la régularité, & il y a quelques années qu’on a élevé du côté du Nord une grande façade qui masque les restes de l’ancienne maison des cordeliers ; mais il reste encore beaucoup à faire, pour en former un ensemble34. »

20Ce goût pour les vastes places est caractéristique du xviiie siècle et les Russes originaires de Moscou et de Saint-Pétersbourg, habitués aux larges ensembles urbains, ne pouvaient qu’y être sensibles. Il apparaît ainsi, de manière symptomatique, dans le jugement porté par Fonvizine sur d’autres villes de la province française. Dans les Lettres de France, en effet, le comédiographe vante la Place Louis-le-Grand, future Place Bellecour, à Lyon, et la Place du Peyrou à Montpellier :

  • 35 Fonvizine D., Lettres de France (1777-1778), op. cit., p. 56.

« Au centre de la ville, on a créé un espace, ou une place, qu’on appelle la place de Louis XIV parce que c’est là que l’on a érigé sa statue. Cet endroit est splendide et planté d’arbres35. »

  • 36 Ibid., p. 59.

« Dans la ville, il y a un jardin royal et, au-delà des portes de la ville, une promenade qu’on appelle la place du Peyrou. De l’aveu de tous les voyageurs, il n’est nulle part de plus beau lieu que celui-ci. En son centre se dresse la statue de Louis XIV36. »

  • 37 Brejar Ž. [Breuillard J.], « Pariž, gorod straha v “Pis’mah russkogo putešestvennika” Nikolaja Kara (...)
  • 38 Milliot V., « Ville et développement urbain », op. cit., p. 1090.
  • 39 Brejar Ž. [Breuillard J.], « Pariž, gorod straha v “Pis’mah russkogo putešestvennika” Nikolaja Kara (...)

21Comme on le voit, le seul aspect plaisant de Strasbourg aux yeux des voyageurs russes des Lumières est celui résultant des aménagements du xviiie siècle. Ce qui s’exprime ici est le même rejet de la ville ancienne que l’on rencontre dans les jugements de Karamzine sur Paris. Ville encore largement médiévale en 1790, année où y séjourne l’auteur des Lettres, Paris frappe le voyageur par les ténèbres dans lesquelles sont plongées ses rues, aspect qui avait frappé Fonvizine à Strasbourg. Ces ténèbres résultent de la hauteur des maisons parisiennes, c’est-à-dire de l’organisation verticale de Paris, qui s’oppose aux yeux de Karamzine à l’horizontalité de Londres37. Ville résultant de l’« incendie créateur38 » de 1666, qui lui a permis d’appliquer les préceptes de l’urbanisme moderne, Londres ne suscite en effet que des impressions positives chez Karamzine et rappelle par son horizontalité les vastes capitales russes. À l’inverse, Paris apparaît comme une ville anxiogène, entre autres raisons car les rues y sont étroites, ainsi que l’explique Jean Breuillard, qui note que l’épithète russe « uzkij » (« étroit »), utilisé dans les Lettres pour caractériser les rues de Paris, vient de la même racine que le mot français « angoisse »39. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, on peut supposer qu’à Strasbourg également l’étroitesse des rues ait joué un rôle dans la formation des jugements négatifs de certains de nos voyageurs russes.

2. Itinéraires russes dans le Strasbourg des Lumières

  • 40 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, op. cit., p. 229.
  • 41 Le palais Rohan était ouvert à la visite « à tous les honnêtes gens ». Dans Hautemer C. de, Descrip (...)

22La partie de la ville qui suscite le rejet des visiteurs russes est donc sa partie la plus ancienne. Il s’agit de la ville, stylistiquement allemande, antérieure au rattachement à la France de 1681. Elle s’oppose à la ville française, bâtie après l’annexion pour les élites aristocratiques occupant des charges et pour les princes allemands possessionnés en Alsace et séduits par le modèle culturel français proposé à leurs portes par Strasbourg40. À une première opposition binaire entre xviie et xviiie siècles, s’ajoutent donc une deuxième opposition, entre influence allemande et influence française et une troisième, sociale celle-ci, entre population bourgeoise et élite aristocratique. C’est évidemment cette élite que fréquentent nos aristocratiques voyageurs, surtout lorsqu’ils résident quelque temps à Strasbourg comme Natalia Petrovna Golitsyne. Reçue par la société strasbourgeoise, qu’elle évoque largement dans son récit, elle fréquente ses hôtels. Avant elle cependant, le premier des voyageurs du siècle que j’ai identifiés, Alexandre Sergueïevitch Stroganov, avait déjà admiré, en simple visiteur il est vrai41, le palais du Cardinal de Rohan :

« Là nous avons également visité le palais du cardinal de Rohan, qui est si bien meublé que l’on peut affirmer que peu de princes allemands en ont un pareil. Ce n’est pas tant par sa taille, que par l’aménagement intérieur des pièces qu’il est remarquable. Parmi celles-ci, c’est la bibliothèque qui l’emporte sur les autres ».

  • 42 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, op. cit., p. 228.
  • 43 Berelowitch W., « La France dans le “Grand Tour” des nobles russes au cours de la seconde moitié du(...)

23Bâti entre 1728 et 1741 par Jules Hardouin Massol sur des plans de Robert de Cotte, le palais Rohan (ill. 19) est « un bel exemple de l’art français qui triomphe dans les pays rhénans42. » De fait, c’est bien dans la perspective d’une rivalité culturelle que se place le point de vue d’Alexandre Stroganov cité ci-dessus, puisque la magnificence du palais cardinal est perçue par lui comme la marque de la supériorité matérielle et symbolique de son propriétaire sur les « princes allemands » ses voisins. Dans ces conditions, l’émerveillement devant l’architecture française des élites strasbourgeoises peut être interprété comme l’expression du plaisir d’atteindre, après la traversée du territoire germanique, la France tant recherchée. Strasbourg, ici, devient le lieu de la première rencontre avec la culture inspirée de Versailles, qui fascine tant les Russes43. C’est ce point de vue qui nourrit l’intérêt que porte Natalia Petrovna Golitsyne aux hôtels construits par l’aristocratie strasbourgeoise, et qui s’oppose au mépris qu’elle professe pour un habitat bourgeois jugé caractéristique du goût allemand :

« Les maisons ont peu d’apparence, elle conserve encore le goût allemand puisque la plus part d’entre eux (sic) avancent dans la rue, ont des toits pointus, et sont peintes en dehors en différentes couleurs, il se trouve pourtant plusieurs hôtels, entre autre celui de l’intandant, l’évéché, l’hôtel de deux ponts, celui d’Armstadt, et bien d’autres les casernes sont aussi des beaux bâtiments, mais comme tout cela se trouvent éparpillé, ils contribuent peu en entrant en ville à donner de l’apparence ».

Ill. 19 : Représentation des principales, façade, entrée, cour et de tout l’édifice du palais épiscopal, par J.M. Weiss et J.Ph. Le Bas, graveurs (1744). Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

  • 44 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, op. cit., p. 475-477.
  • 45 Ibid., p. 491.
  • 46 Mortemart Mademoiselle de, Un merveilleux voyage. Le journal d’une enfant pendant l’été 1769, op. c (...)
  • 47 Jaucourt L. de, article « Ville », op. cit.

24Les hôtels de l’intendance, ou de Klinglin, bâtis par l’architecte Jean-Pierre Pflug entre 1731 et 1738 ; celui de l’évêché, ou du grand doyenné, bâti entre 1724 et 1732 par l’architecte Auguste-Malo Saussard, sous l’influence de Robert de Cotte ; l’hôtel Gayot, puis de Deux-Ponts, construit en 1754 par Joseph Massol puis acheté en 1770 par le duc Maximilien (« Max ») de Deux-Ponts (Zweibrucken) ; celui enfin d’Hanau, puis d’Armstadt, bâti entre 1731 et 1738 par le même Massol toujours sur des plans de Robert de Cotte44, tous illustrent le goût français introduit par cette œuvre paradigmatique qu’était le palais cardinal. De même, les casernes auxquelles fait référence Natalia Petrovna sont l’œuvre de l’architecte Pierre Valentin Boudhors, à qui il appartint de reprendre les plans d’embellissement imaginés par Blondel après que le plan de ce dernier eut été abandonné45. Plantés au milieu d’une ville médiévale perçue comme germanique, ces ilots de modernité française plaisent donc, mais peinent à former un ensemble, comme l’écrit la princesse qui note leur éparpillement à l’instar de Victurnienne-Delphine-Nathalie de Mortemart, de passage à Strasbourg en 176946. Ces îlots, en effet, ne forment pas un plan arrêté, et sont incapables d’organiser la ville idéale du xviiie siècle, dont l’article de Jaucourt déjà cité nous apprend qu’elle doit s’organiser autour d’une place centrale à laquelle les grandes rues aboutissent d’un côté, tandis qu’elles conduisent aux portes de l’autre47. Ce souci de rationalité et de symétrie, si parfaitement illustré par l’urbanisme de Nancy, imprègne donc les esprits de nos voyageurs russes, comme l’ont suggéré les jugements cités plus haut de Fonvizine, qui n’apprécie visiblement rien tant qu’une belle place, ornée d’une statue équestre en son milieu.

  • 48 La redécouverte de l’architecture gothique fut toutefois plus précoce en Angleterre, où le premier (...)

25Au sein de cette appréciation clairement dichotomique, qui marque positivement les améliorations françaises du xviiie siècle et négativement ce qui relève de la ville médiévale et « allemande », la cathédrale fait remarquablement exception. Incarnation même de l’architecture « gothique », méprisée avant la redécouverte du Moyen Age par le préromantisme, elle fascine cependant tous les voyageurs48. En réalité, cette fascination provient, plutôt que de son style, de l’importance historique du bâtiment, perçue par tous nos témoins russes. Principale attraction touristique de la ville dès le xviiie siècle, la cathédrale occupe une place de choix dans l’itinéraire suivi par les voyageurs russes qui visitent Strasbourg, et surtout dans le récit qu’ils en font. De fait, il apparaît tellement indispensable de la citer, qu’on la mentionne même quand on ne l’a pas visitée. C’est le cas, conformément à mon hypothèse, du récit de Karamzine. C’est le cas également du récit de voyage de la comtesse Tolstoï, qui écrit :

« […] ce qu’il y a de plus remarquable en cette ville c’est la tour gothique elle est unique en son genre, il y a encore le mausolée du maréchal de Saxe que l’on dit être fort beau. Nous somes point sorti a strasbourg. Ces uniformes national nous ont effrayé […] ».

  • 49 Sur l’invention du genre du guide touristique, cf. Parsons N. T., Worth the Detour : A History of t (...)
  • 50 Hautemer C. de, Description historique et topographique de la ville de Strasbourg et de tout ce qu’ (...)
  • 51 Eschard L., Dictionnaire géographique portatif, ou description des royaumes, provinces, villes, évê (...)
  • 52 Hautemer C. de, Description historique et topographique de la ville de Strasbourg et de tout ce qu’ (...)
  • 53 Eschard L., Dictionnaire géographique portatif, ou description des royaumes, provinces, villes, évê (...)
  • 54 La mention de l’horloge est également présente chez Mademoiselle de Mortemart. Cf. Mortemart Mademo (...)

26L’obligation d’évoquer la cathédrale apparaît ainsi jusque dans les récits de voyage à usage personnel ou familial, catégorie à laquelle appartient le journal d’Anna Ivanovna Tolstoï. Elle illustre bien l’importance de la fonction documentaire remplie par le narrateur de tout récit de voyage. Cette fonction y contrebalance la fonction testimoniale, alors même que les événements extérieurs, par leur caractère exceptionnel, devraient faire triompher la seconde sur la première. Hypertrophiée, cette fonction documentaire est par ailleurs profondément normative. En effet, elle est activée en réponse à l’horizon d’attente moyen du destinataire du récit de voyage. Or, cet horizon d’attente est construit par ces textes normatifs que sont les guides49 et autres dictionnaires géographiques, qui aident les voyageurs à préparer leurs périples, ou que les voyageurs consultent sur place en les achetant dans les librairies des villes visitées. La cathédrale de Strasbourg, qui se voit consacrer une description détaillée dans le livre de Hautemer sur la capitale alsacienne50, ou dans le très répandu Dictionnaire géographique portatif de Laurent Eschard51, ne peut donc pas ne pas apparaître dans les récits de nos voyageurs. L’évoquent ainsi Alexandre Stroganov en 1752, Piotr Demidov quatre ans plus tard, Fonvizine en 1777, Natalia Petrovna Golitsyne en 1783, Pavel Stroganov deux ans après, et enfin Anna Ivanovna Tolstoï en 1790. Outre la cathédrale elle-même, certains des voyageurs russes décrivent également son horloge astronomique (ill. 20). C’est le cas d’Alexandre Stroganov et ce sera celui de Karamzine. Ici aussi apparaît l’importance de la littérature touristique normative précitée. En effet, l’horloge est évoquée par Hautemer52, par Eschard53, mais également par John Moore, dont Karamzine s’est inspiré pour sa description54.

Ill. 20 : L’horloge astronomique de la cathédrale de Strasbourg, par Guido Boucher (1706). Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

  • 55 Eschard L., Dictionnaire géographique portatif, ou description des royaumes, provinces, villes, évê (...)
  • 56 Hautemer C. de, Description historique et topographique de la ville de Strasbourg et de tout ce qu’ (...)
  • 57 Demidov N. A., Žurnal putešestvija ego vysokorodija gospodina statskago sovetnika i ordena Svjatago (...)
  • 58 L’Alsace en 1782 vue par un inconnu, op. cit., p. 31.

27Les autres étapes inévitables du « tour » de Strasbourg sont l’église Saint-Thomas et le tombeau du maréchal de Saxe, évoqués par Fonvizine, Natalia Petrovna Golitsyne et Anna Ivanovna Tolstoï. De fait, le tombeau jouissait, tout comme la cathédrale, d’une large renommée. Mentionné par Eschard55, décrit avec force détails par Hautemer56, qui servit peut-être – on l’a vu – de source à Karamzine, il avait été évoqué en outre dans un ouvrage russe dont j’ai déjà parlé : le Journal de voyage de Nikita Akinfievitch Demidov (1786)57. Surtout, considéré comme un des chefs-d’œuvre de la sculpture du xviiie siècle, il avait été largement commenté, avant même son installation à Strasbourg, par les critiques d’art, à commencer par Diderot. Comme l’indique le voyageur dijonnais, qui va voir le mausolée dès sa deuxième excursion dans Strasbourg, le tombeau du maréchal de Saxe « est trop connu pour que j’en fasse ici la description58. »

28Le talent de Pigalle n’était toutefois pas l’unique raison de l’intérêt porté par les voyageurs russes au mausolée de Maurice de Saxe. La gloire militaire du héros attirait également les visiteurs, notamment dans la période qui sépara son inhumation à Strasbourg de l’installation du mausolée de Pigalle à Saint-Thomas. C’est ainsi attiré par la gloire du soldat qu’Alexandre Sergueïevitch Stroganov visita en 1752 le Temple-Neuf, où la dépouille du Maréchal avait été déposée un an plus tôt. Là, dans l’attente de la livraison par Pigalle du mausolée de marbre, avait été dressé un catafalque provisoire (ill. 21), que le voyageur russe décrit en ces termes :

« Etant encore à Strasbourg ce 20 septembre, nous avons vu, dans la nouvelle église luthérienne, le tombeau du fameux Maréchal de Saxe. Il n’a pas encore été mis en terre. Il gît sur une table recouverte d’un drap noir, auprès de laquelle on a posé des statues dessinées sur du carton ».

29La cathédrale et le mausolée du maréchal de Saxe sont ainsi les deux monuments principaux de Strasbourg visités par les voyageurs, tant russes que français ou européens, au xviiie siècle, et les deux curiosités dont la description apparaît comme obligatoire dans tout récit de voyage sur la ville. De manière caractéristique, Arthur Young semble se débarrasser d’une tâche imposée lorsqu’il évoque les deux monuments, surtout en ce qui concerne le mausolée de Pigalle :

  • 59 Young A., Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, op. cit., p. 343.

« L’extérieur de la cathédrale est beau, et la tour singulièrement légère et splendide ; elle est bien connue pour être l’une des plus hautes de l’Europe : […] le monument du maréchal de Saxe, etc., etc.59. »

  • 60 L’Alsace en 1782 vue par un inconnu, op. cit., p. 33-34.

30Outre ces deux monuments principaux, les voyageurs russes visitent parfois le Palais Rohan, comme on l’a vu d’Alexandre Stroganov, et comme le fit également le voyageur dijonnais de 178260.

Ill. 21 : Catafalque du maréchal de Saxe dressé dans l’Église neuve à Strasbourg le 8 février 1751, par Striebeck. Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

31À côté de ce tourisme architectural, Strasbourg offre la possibilité aux voyageurs de pratiquer un tourisme savant qui attire, de manière caractéristique, plutôt les hommes que les femmes. S’ils n’apparaissent pas dans les dictionnaires géographiques du type de celui d’Eschard, ce qui signe leur moindre notoriété, les lieux d’excursions savantes sont néanmoins répertoriés dans les guides détaillés, tel celui de Hautemer. La Description historique et topographique de la ville de Strasbourg fournit ainsi des informations sur la bibliothèque publique (p. 96), sur la bibliothèque schoepflinienne qui lui est attenante (p. 97), et que complètent le cabinet d’antiquités du défunt savant et le cabinet de mécanique (p. 98), et sur l’université, installée dans le couvent des Dominicains (p. 98-99). Surtout, le guide de Hautemer présente le prestigieux jardin botanique (p. 141-143), évoqué déjà au chapitre quatre du présent ouvrage.

  • 61 Young A., Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, op. cit., p. 342.

32Répertoriés par les guides détaillés, les lieux de ce tourisme sont aussi connus des voyageurs par les réseaux de la sociabilité savante. C’est ainsi qu’Arthur Young rencontre Jean Hermann, et visite (probablement) le jardin botanique et le cabinet d’histoire naturelle, parce qu’il a des lettres d’introduction auprès du savant61. Dans ces réseaux, outre des scientifiques, on trouve souvent des précepteurs accompagnant leurs aristocratiques élèves dans leur « Grand Tour ». Ainsi, on peut penser que c’est sur l’initiative de Michel Olivier que Boris Golitsyne visite les institutions créées grâce au legs de Schoepflin :

« Pour de choses remarquables l’on ne voit ici rien qu’une bibliothèque et un très petit cabinet d’antiquités ».

  • 62 Julia D., « Gilbert Romme, gouverneur (1779-1790) », dans Ehrard J., dir., Gilbert Romme (1750-1795 (...)
  • 63 Pobedimova G. A., « “K velikoj pol’ze Rossii…” (Obrazovatel’nye putešestvija molodyh dvorjan Demido (...)

33Il entrait de fait dans les attributions des précepteurs de ménager dans l’itinéraire du « Grand Tour » des visites savantes pour leurs élèves. En témoignent, entre autres exemples, les plans de visite établis par Gilbert Romme pour son élève Pavel Stroganov pendant leur séjour en Europe62. À la catégorie de ces visites éducatives destinées à des jeunes gens en apprentissage appartiennent évidemment également, parmi les témoignages que j’ai recensés, les visites de Piotr Demidov au jardin botanique et au théâtre anatomique de l’université de Strasbourg, même s’il semble que le précepteur des Demidov, un certain Bussenius, ait montré plus de goût pour les tâches organisationnelles liées au voyage des jeunes gens que pour la sociabilité scientifique63. Indispensables pour la formation des jeunes esprits de la future élite aristocratique, ces excursions savantes n’attiraient pas moins les voyageurs plus âgés. C’est à ce titre que Karamzine évoque les deux mêmes institutions universitaires que Piotr Demidov. Si j’ai gagé plus haut qu’au regard des circonstances il ne les avait sûrement pas visitées, il juge néanmoins utile, du fait des exigences de la fonction documentaire du récit de voyage, de les mentionner.

34Ainsi l’itinéraire à travers Strasbourg que dessinent les monuments visités par les voyageurs russes ne diffère guère de celui suivi par les autres voyageurs du xviiie siècle. Consciencieusement, nos voyageurs visitent les bâtiments historiques et les institutions culturelles faisant la gloire de la ville, tels que les répertorient les guides en usage à l’époque. Ce conformisme dans l’itinéraire se double d’un conformisme dans l’appréciation des monuments vus. Les jugements sur la cathédrale et le tombeau du maréchal de Saxe sont ainsi souvent stéréotypés. De fait, ils découlent la plupart du temps non d’une appréciation personnelle, mais d’une extrapolation sur l’idée de l’importance de chaque monument que les voyageurs russes retirent de leur lecture de la littérature touristique. Ainsi la cathédrale est-elle banalement « remarquable » pour Fonvizine et pour Anna Ivanovna Tolstoï et « étonnante » pour Natalia Petrovna Golitsyne et Pavel Stroganov. De même, le jugement sur le tombeau du maréchal de Saxe semble stéréotypé. Loin de communiquer son sentiment face au monument, Fonvizine se contente de le qualifier de « sommet de l’art humain », dans une formule à l’emporte-pièce qui témoigne d’un coup d’œil rapide ou d’une paraphrase de la littérature touristique. Le jugement de Natalia Petrovna Golitsyne est toutefois plus personnel. Je l’évoquerai plus loin, en regard de celui du narrateur karamzinien.

35L’itinéraire conformiste suivi par les voyageurs russes propose visiblement un nombre suffisant de monuments pour considérer Strasbourg comme une ville riche du point de vue culturel. En témoigne Denis Fonvizine, qui écrit :

  • 64 Fonvizine D., Lettres de France (1777-1778), op. cit., p. 55.

« En vérité, il y a dans cette ville beaucoup de choses remarquables pour les voyageurs64. »

  • 65 Construit au xvie siècle, au sein du Kremlin de Moscou, à l’emplacement de l’église de Saint-Jean C (...)

36L’évaluation de cette richesse suscite des réflexes d’autocomparaison, d’autant plus naturels que Strasbourg est la première ville, sur l’itinéraire des voyageurs en provenance d’Allemagne, de cette France dont la culture sert d’aune pour évaluer la culture russe au xviiie siècle. Le Français, ainsi, est celui auquel on se compare, pour décrier ses compatriotes ou, au contraire, pour défendre l’orgueil national. Tout entières consacrées à cette problématique, les Lettres de France de Fonvizine surprennent ici, puisque la comparaison y est, une fois n’est pas coutume, à l’avantage de la France. Voyant la tour de la cathédrale, le comédiographe écrit en effet : « Ivan-le-Grand n’est rien à côté »65. À l’inverse, Alexandre Stroganov semble juger de manière défavorable le peu d’égard qu’ont les Strasbourgeois pour la dépouille du maréchal de Saxe. Décrivant le catafalque installé dans le Temple-Neuf, il conclut :

« Il est très étrange de voir un général aussi fameux enterré aussi modestement ».

37Ignorant sans doute le caractère provisoire du catafalque et le projet de tombeau commandé à Pigalle, le voyageur voit dans l’indifférence française à la gloire du maréchal un trait culturel qui l’étonne en tant que Russe. Peut-être ce trait est-il l’ingratitude, qui s’accorderait bien avec le cliché de la légèreté française, courant en Russie dès le xviiie siècle.

3. Regards russes sur la vie strasbourgeoise

38Commentant la ville et ses curiosités, les voyageurs russes évoquent également leurs impressions sur la vie strasbourgeoise. Ces impressions sont évidemment communiquées par les résidents temporaires, plutôt que par les voyageurs qui se contentent de visiter brièvement la ville. À ce titre, les commentaires les plus intéressants sont ceux des deux princes Golitsyne et leur mère. Boris et Dimitri Golitsyne, de fait, résidèrent cinq ans à Strasbourg pour y faire leurs études à l’université. Leur mère, qui les y rejoignit, y resta, comme elle l’écrit elle-même, environ une année :

« Après avoir resté un an moins trois semaines à Strasbourg y compris le mois d’absence que j’ai employé pour voir la Suisse. Le 8 de septembre 1784 à 1 heure après midi je partis de Strasbourg pour me rendre à Paris étant obligé de laisser mes fils à Strasbourg pour continuer leurs études […] ».

39Ces séjours extrêmement longs permirent aux membres de la famille Golitsyne de s’intégrer à la société locale, et de témoigner dans leurs écrits de la vie strasbourgeoise à laquelle ils furent amenés à prendre part. La société qu’ils fréquentèrent était évidemment aristocratique, et non bourgeoise, pour des raisons sociales, mais également du fait de la barrière linguistique évoquées par le narrateur des Lettres d’un voyageur russe :

  • 66 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, (...)

« En ce qui concerne l’allemand que l’on parle ici, il est fort corrompu. Dans les meilleurs sociétés on parle toujours français66. »

40Occupé essentiellement par le récit de ses études à l’université, Dimitri Golitsyne n’évoque qu’en passant la vie aristocratique à laquelle il prend part à Strasbourg :

« Nous nous sommes bien amusés au bal où nous avons été avant-hier. J’y ai beaucoup dansé avec la petite demoiselle de la Salle qui est fort aimable et qui danse bien ».

  • 67 La règle vaut tant pour la Russie que pour la France. Sur l’existence (problématique) d’une vie mon (...)

41À l’inverse, sa mère l’évoque largement. De fait, il entre dans les attributions familiales et sociales d’une dame de l’aristocratie d’entretenir un réseau mondain67. C’est la raison pour laquelle le récit de Natalia Petrovna Golitsyne est le plus détaillé en ce qui concerne la bonne société strasbourgeoise et ses distractions :

« Cette ville, quoique peu grande, fourmille de noblesse, la société est très bien composée, on peut agréablement y passer son temps. Pour ce qui est de moi je ne puis que me louer de toutes les politesses et les honnêtetés que je reçois ici et suis très contente de mon séjour et m’y amuse très bien ; il y a ici deux spectacles, l’une françois et l’autre allemand, je n’ai pas eu la curiosité jusqu’à présent d’aller à ce dernier, à l’égard des françois, le théâtre est très laid, mais la troupe très passable pour une ville de province. Le carnaval a été assez bruan [bruyant ?] excepté les soupes et les bals du marquis de la Salle, il y a eu encore beaucoup d’autres assemblées en ville, ensuite des piquenique, des redoutes sur le théatre qui dure ordinairement depuis les 5 heures d’après diné jusqu’à 11 heures du soir, et des bals de nuit qui commencent à minuit, si bien que toute la semaine étoit prise, le jeux qu’on joue à Strasbourg est très petit, le lotto, le loups, et le Wisque sont ceux qu’on joue ordinairement. »

  • 68 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, op. cit., p. 477.
  • 69 Sur ces figures de l’aristocratie strasbourgeoise, voir plus loin.
  • 70 Malgré la loi de 1761 interdisant les fortes mises, on jouait parfois gros jeu dans la haute sociét (...)
  • 71 Oberkirch H. L., baronne d’, Mémoires de la baronne d’Oberkirch sur la Cour de Louis XVI et la soci (...)
  • 72 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, op. cit., p. 249.
  • 73 Sozza A., « Le théâtre français à Strasbourg (1789-1830), miroir de l’opinion », op. cit., p. 67.

42Cette description confirme les souvenirs de la baronne d’Oberkirch qui notait, nous l’avons vu, la richesse de la vie mondaine dans la capitale alsacienne. Cette richesse s’explique par la présence d’une noblesse nombreuse et diversifiée à Strasbourg. Il s’agit tout d’abord de la noblesse d’Alsace, illustrée par les familles d’Andlau, de Turkheim ou d’Oberkirch. Il s’agit ensuite de l’aristocratie allemande des princes possessionnés d’Alsace, dont les familles les plus connues sont les Hanau-Lichtenberg, les Deux-Ponts et les Hesse-Darmstadt, auxquels il faut ajouter la princesse Christine de Saxe, acquéreuse, en 1776, de l’hôtel de Purgenot de Wardener68. Il s’agit enfin de l’aristocratie, souvent française, détenant les charges de l’administration provinciale. À cette dernière catégorie appartiennent, parmi les personnages fréquentés par la princesse Golitsyne et ses fils, le prêteur royal Conrad Alexandre Gérard, qu’elle juge « très aimable » et le marquis de la Salle, commandant en second de la province, remplaçant pendant ses absences le maréchal de Contades, commandant en chef de la province, et dont elle juge l’épouse « très aimable » également69. Comme l’indique la princesse, cette haute société reçoit chez elle, pour des bals, des « bals de nuit », des « soupes » (soupers) et autres assemblées, organise des divertissements extérieurs, tels que les pique-niques et les redoutes. Les cartes tiennent également une place non négligeable dans les salons strasbourgeois, notamment le « wisk », c’est-à-dire le whist, jeu apparu au xviiie siècle et devenu immensément populaire après la publication, en 1742, de l’ouvrage d’Edmond Hoyle A short treatise on the game of whist. Les sommes jouées, toutefois, paraissent petites à Natalia Petrovna, probablement comparées à celles jouées à Pétersbourg70, que la raison en soit la dimension provinciale de Strasbourg, ou l’influence du protestantisme, religion d’une partie de la noblesse alsacienne71 et de la haute bourgeoisie strasbourgeoise qui se mêle progressivement à l’aristocratie au xviiie siècle72. Enfin, le théâtre est évoqué par la princesse Golitsyne, comme par Alexandre Stroganov. Les deux précisent que c’est au théâtre français qu’ils sont allés, comme le narrateur des Lettres, mais non pas Karamzine, comme je l’ai expliqué dans le quatrième chapitre. L’une des raisons du succès du théâtre à Strasbourg est la présence dans la ville d’une garnison nombreuse, dont un certain nombre d’officiers, d’un rang subalterne, ne peuvent prétendre à être reçus dans la société, et réclament à ce titre d’autres divertissements73.

43À côté de cette mondanité des divertissements ordinaires, la vie strasbourgeoise propose aussi à ses élites des attractions extraordinaires. Certaines d’entre elles sont évoquées par nos voyageurs russes. Il s’agit d’abord d’un automate, puis d’un indien d’Amérique, décrits tous deux dans une lettre de Boris Golitsyne à sa mère :

« Il a passé par cette ville un homme qui montrait un ottomate jouant aux échecs, c’est la seule chose curieuse que j’ai vu en cette ville et encore un américain habitant du Conecticut qui est à moitié sauvage, cet homme n’est d’aucune religion à ce qu’on m’a dit il se trouve dans cette ville sans savoir ni le françois ni l’allemand. Notre maître d’anglois nous l’a ammené, en entrant il n’a salué personne, il s’est tout de suite assis et en s’en allant il a fait comme en entrant. Je lui ai parlé anglois et j’ai eu un peu de peine à comprendre son patois. »

44L’automate, que le jeune épistolier russe écrit « ottomate » sous l’influence du mot « ottoman », est visiblement le « Turc mécanique » (ill. 22) de Johann Wolfgang von Kempelen (1734-1804). Conçue en 1769 et présentée à la Cour de Vienne en 1770, avant d’être montrée dans toute l’Europe, cette invention fut inspirée par la mode des automates lancée par les inventions du Français Jacques de Vaucanson (1709-1782).

Ill. 22 : Le Turc mécanique de von Kempelen, tiré de Karl Gottlieb von Windisch, Briefe über den Schachspieler des Hrn. von Kempelen, nebst drei Kupferstichen die diese berühmte Maschine vorstellen, 1783

  • 74 Schaffer S., « Enlightened Automata », dans Clark W., Golinski J., Shaffer S., dir., The Sciences i (...)
  • 75 Ibid., p. 142.
  • 76 Ibid., p. 140.
  • 77 Wetmore A., « Sympathy Machines : Men of Feeling and the Automaton », Eighteenth-Century Studies, v (...)
  • 78 Altick R., The Shows of London, Cambridge, Belknapp Press, 1978, p. 65-68.
  • 79 Schaffer S., « Enlightened Automata », op. cit., p. 160.
  • 80 Ibid., p. 157. Sur le « Turc mécanique », on consultera encore Caroll C. M., The Great Chess Automa (...)

45Caractéristique du goût pour l’explication technique au cœur de l’Encyclopédie, et de la revalorisation subséquente des arts mécaniques, jusqu’ici méprisés au profit des arts libéraux74, le goût des automates à l’époque des Lumières fut encouragé par la vision du corps comme machine développée par les philosophes matérialistes tels La Mettrie75. Cette comparaison, qui nourrit les politiques de régulation rationnelle de la volonté individuelle menée par les États d’Ancien Régime76, alimente en même temps l’idéologie de l’homme sensible de la deuxième moitié du siècle, considéré comme une machine à sentir et à jouir de la vertu77. Universellement répandus, les automates devinrent un divertissement mondain très prisé, comme en témoigne l’ouverture à Londres du musée des automates de James Cox, considéré comme un des lieux les plus élégants de la capitale78. Le « Turc mécanique » observé à Strasbourg par Boris Golitsyne fut, de tous les automates, probablement le plus fascinant, puisqu’il posait la question de la possibilité de reproduire mécaniquement l’intelligence humaine. Il s’agissait cependant d’une supercherie, que révéla en 1820 Robert Willis, jeune Anglais féru de mécanique79. Le meuble, devant lequel était installé le joueur automate habillé en Turc, contenait en réalité un compartiment secret pouvant accueillir un joueur réel et souvent expérimenté, qui défaisait ses adversaires, parmi lesquels on compta, dit-on, Frédéric le Grand80.

  • 81 Moraud Y., « De La Hontan à Chateaubriand : l’Amérique ou l’exigence utopique de l’unité », dans L’ (...)

46L’autre attraction évoquée par Boris Golitsyne est un indien d’Amérique (ill. 23). Curiosité exhibée dans les cours depuis la découverte du Nouveau Monde, l’Amérindien fascine au xviiie siècle comme incarnation du « bon sauvage », exempt des vices qui accablent l’homme européen. Il apparait ainsi comme la « merveilleuse incarnation de l’identité de la nature et de la raison, de l’accord entre la liberté individuelle, l’égalité et le bonheur81. »

Ill. 23 : Indien Onéida. Gravure extraite d’un ouvrage de Crèvecoeur

  • 82 Chinard G., L’Amérique et le rêve exotique dans la littérature française au xviie et xviiie siècle,(...)
  • 83 Moraud Y., « De La Hontan à Chateaubriand : l’Amérique ou l’exigence utopique de l’unité », op. cit (...)

47Chanté par La Hontan dès le début du siècle, l’indien d’Amérique a directement influencé le Rousseau du Discours sur l’inégalité, nourri, comme l’a montré Gilbert Chinard, des récits de voyage des missionnaires partis en Amérique82. « Adam non encore chassé du paradis terrestre », l’homme sauvage est, pour Rousseau, « un homme encore proche de l’originelle simplicité, qui ne respire […] que le repos et la liberté ; (qui) ne veut que vivre et rester oisif83 ». Cette liberté absolue, fantasmée et recherchée par Rousseau, c’est bien celle qu’observe le jeune Golitsyne à Strasbourg, lorsqu’il décrit le mépris du « sauvage » pour les usages :

« Notre maître d’anglois nous l’a ammené, en entrant il n’a salué personne, il s’est tout de suite assis et en s’en allant il a fait comme en entrant. »

  • 84 Pomeau R., « Préface », dans L’Amérique des Lumières, op. cit., p. XI.

48La guerre d’indépendance américaine (1775-1783) raviva l’intérêt pour le Nouveau Monde dans l’opinion publique française, notamment au sein du parti philosophique, dont les membres virent dans les miliciens américains, à l’instar de Voltaire, des « philosophes » et des « soldats de la raison et de la liberté84. » De manière caractéristique, c’est ainsi en pleine vague d’enthousiasme pour les insurgés, que l’Amérindien est montré au jeune Golitsyne à Strasbourg. Qu’il soit son propre employeur, ou l’employé, voire la propriété d’un « démonstrateur », comme le Turc automate de Kempelen, le « bon sauvage » exhibé profite ainsi commercialement du contexte politique.

  • 85 Sur le rapport des Russes aux Amérindiens, on consultera Vinkovetsky I., Native Americans and the R (...)

49Tant dans le cas de l’automate que dans celui du bon sauvage, les curiosités observées participent à la fois de l’instruction et du divertissement. Contrôlées par le précepteur et les maîtres spécialisés qu’il recrute sur place, ainsi qu’en témoigne indirectement la phrase de Boris Golitsyne sur l’Amérindien « Notre maître d’anglois nous l’a ammené », ces attractions contiennent évidemment un enseignement (mécanique pour l’automate, linguistique pour l’Américain), mais également et surtout une leçon de morale : tant le Turc que l’Indien posent en effet, à des degrés divers, la question de la liberté individuelle. En même temps, ils offrent au jeune Russe qui les observe une expérience radicale de la confrontation à l’altérité, exposant une altérité mécanique dans le cas de l’automate et une altérité désocialisée dans celui de l’Amérindien85.

50La troisième et dernière curiosité observée par les voyageurs russes à Strasbourg ressortit à la catégorie du divertissement scientifico-mondain. Il s’agit d’une séance de mesmérisme, évoquée en ces termes par Pavel Stroganov en 1786 :

« Nous avons vu ici comment on magnétise. Le malade s’endort quelque fois au seul regard du magnétiseur – dès qu’une personne étrangère touche ou approche de trop près la somnanbule, elle entre en convulsion. Elle n’entend que la voix de son magnétiseur ou de celui qui est en rapport avec lui. C’est ce que monsieur romme a lui-même essayé. Il s’est mis aussi à la chaine. »

  • 86 Darnton R., La fin des Lumières. Le mesmérisme et la Révolution, Paris, Perrin, 1984 (« Pour l’Hist (...)
  • 87 Ibid., p. 32, 35.
  • 88 Ibid., p. 56.
  • 89 Ibid., p. 68-69.
  • 90 Ibid., p. 67.
  • 91 Ibid., p. 19.

51Développée par un autre Viennois, Franz-Anton Mesmer (1734-1815), la théorie du magnétisme animal, que l’on appela rapidement mesmérisme en France, est une théorie de la santé et de la maladie qui suppose l’existence d’une influence mutuelle entre les corps célestes, la terre et les corps vivants. Cette influence est véhiculée par un fluide universel dans lequel baigne l’univers, et qui pénètre les corps vivants, à l’intérieur desquels il circule. S’étant fait de nombreux ennemis à Vienne, notamment au sein de la faculté de médecine, Mesmer partit pour Paris où il s’installa en 1778. Quelques « guérisons » miraculeuses attirèrent sur lui l’attention des gazettes et lancèrent la mode du mesmérisme, qui envahit Paris, puis la province entre 1779 et 178486. Comme l’a expliqué Robert Darnton, l’intérêt que les Français portèrent au mesmérisme vient du goût, répandu dans les années 1780, pour la science spectaculaire, dont les vols en ballon sont un autre exemple, et pour la science d’amateur, dont le salon peut être le lieu privilégié87. Devant le succès rencontré, Mesmer fonda une société, la « Société de l’Harmonie universelle », dont le but était, outre de répandre la pratique du mesmérisme, d’assurer la fortune de son concepteur. Elle fut animée par les disciples français du Viennois, notamment Nicolas Bergasse et Guillaume Kornmann, qui s’employèrent à répandre le magnétisme animal en province. Or Kornmann était un banquier strasbourgeois88. Strasbourg eut donc, parmi les premières villes de province, sa succursale, qui prit le nom de « Société harmonique des amis réunis ». Le mesmérisme prospéra dans la ville, notamment grâce au soutien du prêteur royal Gérard qui, initié à Paris, jugea de son devoir de répandre dans sa ville le remède miraculeux de Mesmer. Là, la pratique mesmériste se mêla de spiritualisme, jusqu’à pousser les Strasbourgeois à entrer en contact, en 1787, avec des adeptes suédois de Swedenborg. En outre, la « Société harmonique des amis réunis » était intriquée avec la franc-maçonnerie locale, puisqu’on comptait parmi ses membres le journaliste déjà évoqué Frédéric-Rodolphe Saltzmann, ainsi que Bernard de Turckheim, deux éminents maçons strasbourgeois89. Il n’est donc pas étonnant que Pavel Stroganov ait pu assister à une séance en Alsace en 1786, c’est-à-dire après que le pic de popularité du mesmérisme fut passé à Paris, mais alors qu’il était encore très populaire en province90. S’il ne fait pas référence au fameux « baquet » (ill. 24), sorte de baignoire inventée pour traiter plusieurs patients en même temps, Pavel Stroganov évoque la « chaîne » dans laquelle entre son précepteur Gilbert Romme. Cette chaîne est formée par les patients qui « se communiquent le fluide au moyen d’une corde enroulée autour d’eux, en se tenant par les pouces et les index91. » Il est étonnant de trouver le très sérieux et scientifique Gilbert Romme dans la chaîne. Cependant, il est probable que son intérêt pour le mesmérisme ait été lié à ses connexions avec la franc-maçonnerie.

Ill. 24 : Un « baquet » ; anonyme, vers 1780

52La présence à Strasbourg d’une société mesmériste, d’une démonstration du turc mécanique et d’un Indien d’Amérique, confirme l’importance culturelle de la ville due, entre autres raisons, à sa position de point de passage entre l’Europe centrale, et notamment Vienne, d’où sont originaires Klemperer et Mesmer, et Paris. Si l’on ajoute à ces divertissements mondains les différents cabinets évoqués par nos voyageurs, du cabinet d’antiquités de Schoepflin au cabinet d’histoire naturelle de Jean Hermann, on peut considérer Strasbourg comme un monde des Lumières en miniature.

  • 92 Ibid., p. 75.

53Les divertissements mondains et/ou scientifiques évoqués par les voyageurs russes ne concernent toutefois que la bonne société. On sait en effet que la « Société de l’Harmonie » fondée par Mesmer, malgré son ambition affichée de pratiquer, comme les loges maçonniques, la « parfaite égalité », n’admettait en réalité que des membres issus de la haute bourgeoisie et de l’aristocratie, au regard du prix prohibitif du droit d’initiation92. S’il est probable que ce droit devait être minoré en province, il devait sûrement rester au-delà des possibilités financières des bourgeois de la ville. Ceux-ci, de fait, mènent une vie à part du point de vue des voyageurs russes, qui les observent comme autant d’objets de curiosité, sans entrer visiblement en contact avec eux. Le sentiment d’altérité ressenti par les voyageurs devant les habitants de la ville est ainsi inversement proportionnel à la facilité avec laquelle ils s’intègrent à la société aristocratique de Strasbourg. Vus comme différents et étrangers, les habitants de Strasbourg sont envisagés à travers leur costume et leur coiffure, comme les indigènes dont les représentations gravées se multiplient au xviiie siècle. C’est en effet leur habit, et surtout leur coiffe, qui font la spécificité des habitants de la ville dans le journal de voyage de Natalia Petrovna Golitsyne :

« Depuis que je suis à Strasbourg je n’ai encore rien dit des habillements et surtout des coiffures nationaux, qui méritent description. Leur habillement n’a rien de particulier à l’égard des paysannes des environs, elles portent pour la plupart tant femmes que filles des corsets noirs lassés par devant avec des jupons de la même couleur, et autour du cou une espèce de cravatte fort large de mousseline ou de gaze noire qui tombe négligemment jusqu’à la ceinture. Pour ce qui est des coiffures nulle part elles ne sont tant variées qu’à Strasbourg. Toute la petite bourgeoisie et même de ceux de la première volée, dont il y en a encore plusieurs qui sont attachés à l’ancien usage, portent sur la tête [surtout ?] les filles un toupet rond en forme de bourlet bien pomadé et poudré et sur le dessus de la tête les tresses entortillées autour d’une grande aiguille qui forme une toque ou plutôt une calotte ; on ne saurait comparer cette toupe au-dessus de la tête qu’à la ressemblance d’une petite corbeille d’osier renversée, la plupart et même presque toutes ont des tresses de cheveux [faux ?] mêlés avec les leurs, pour les femmes (car la coiffure fait distinguer ici une femme d’avec les filles) elles ont le toupet de cheveux en bourlet comme ceux des filles, mais au lieu de tresses, elles portent pour leurs beaux atours un petit bonnet brodé tout en or, qui forme au-dessus de la tête une petite couronne dont il y a une petite pointe qui vient jusqu’au milieu du front aboutir à la racine des cheveux et leur autre longue pointe accompagne le dessus du toupet et vient aboutir derrière les oreilles ; celles qui sont en deuil portent des bonnets pareils, si non en [illisible] noir ; pour leur bonnet de tous les jours il est abominable ; c’est un bonnet d’étoffe quelconque très petit avec une petite mousseline blanche au bord ; ce petit bonnet s’étend sur le sommet de la tête et le bord de mousseline couvre la racine des cheveux sur le devant du front. Pour les filles paysannes elles portent les cheveux tressés de même que ceux de la bourgeoisie, si non qu’elles n’ont point de toupet et qu’elles ne sont ni poudrés ni pommadés, mais à la place elles portes une espèce de ruban ou bandeau noir qui sied très bien, pour les femmes elles portent un petit bonnet d’étoffe noire. »

  • 93 À son retour d’Europe, Karamzin agaça ses compatriotes par son dandysme, à l’origine de la charge q (...)

54La description de la princesse est beaucoup plus détaillée que les mentions, citées précédemment, d’Arthur Young et de Karamzine lui-même. La description de Young exprimait le point de vue hygiéniste d’un scientifique des Lumières, rebuté en l’occurrence par la saleté apparente des coiffures alsaciennes. Celle de Karamzine exprime le point de vue du quasi petit-maître qu’était l’auteur93, méprisant vis-à-vis de modes qu’il juge visiblement provinciales et surtout non françaises. Comme on l’a vu en outre, le point de vue de Karamzine sur ces coiffes est brouillé par le fait qu’elles s’intègrent à sa lecture carnavalesque de la rébellion strasbourgeoise. À l’inverse, la description de Natalia Petrovna est bienveillante et témoigne d’une réelle curiosité. Certes, la princesse a l’avantage sur les deux autres voyageurs d’avoir fait un séjour de longue durée à Strasbourg. Ceci lui permit visiblement de s’informer sur la dimension sociale et rituelle des vêtements et coiffures observés. Toutefois, c’est manifestement surtout le sexe de la princesse qui suscite chez elle l’intérêt pour la mise des Strasbourgeoises (et non des Strasbourgeois). Le point de vue sexué de la voyageuse l’entraîne à s’intéresser, non pas seulement à l’aspect des coiffures et vêtements locaux, mais également aux matières employées pour les réaliser, puisqu’elle parle de « mousseline », de « gaze », de tissu « brodé d’or » ou, à l’inverse, « d’étoffe quelconque ». La princesse s’intéresse également aux coupes des vêtements et accessoires observés. Elle note ainsi l’usage du corset « lassé par devant », et du « ruban ou bandeau noir » dans les cheveux. Elle se penche ensuite sur le travail préparatoire à la mise, c’est-à-dire à la toilette, alors que les deux hommes ne s’intéressaient qu’à son résultat visible. Elle note ainsi l’usage de faux cheveux, « bien pommadés et poudrés » ou, à l’inverse, « ni poudrés ni pommadés ». Enfin, la princesse note les effets recherchés par les Strasbourgeoises, qui emploient des cravates tombant « négligemment jusqu’à la ceinture » et l’efficacité de telles recherches, puisqu’elle souligne que le ruban ou bandeau déjà cité « sied très bien ». À cette lecture esthétique détaillée s’en ajoute qui plus est une autre, de type sociologique. La princesse note ainsi le rôle du vêtement comme marqueur social, puisqu’elle distingue les usages vestimentaires de la petite bourgeoisie et de la bourgeoisie de la « première volée », ainsi que ceux séparant la bourgeoisie des « filles paysannes ». Natalia Petrovna note ensuite le rôle du vêtement comme marqueur rituel, puisqu’elle mentionne la spécificité des coiffes utilisées en cas de deuil et la différence séparant les toilettes ordinaires des « beaux atours ». Enfin, elle suggère le rôle joué par le vêtement comme marqueur anthropologique, en notant que « la coiffure fait distinguer ici une femme d’avec les filles ».

  • 94 V’olle K. [Viollet C.], « Parallel’noe pis’mo : Francuzskie putevye dnevniki molodyh russkih aristo (...)
  • 95 Ibid., p. 130-132.

55Cette attention toute particulière portée au vêtement local des pays et régions traversées semble être une constante du journal de voyage féminin. Elle apparaît ainsi également dans les journaux de jeunes filles russes de la première moitié du xixe siècle94. Elle participe, d’une manière plus générale, du désir de répondre à cette prescription du journal de voyage « objectif », qu’est l’exigence de la notation détaillée des realia observées à l’étranger. Ce luxe de détails doit en effet remplir deux fonctions : aider la diariste, dans le temps de l’après-rédaction du journal, à se remémorer facilement les choses vues, mais également aider les destinataires supplémentaires du journal que sont les proches du cercle de famille et amical à se faire une idée précise des réalités observées, lors de la lecture publique de l’ego-document que les jeunes filles rentrées en Russie seront amenées à donner95. Bien que le journal de Natalia Petrovna Golitsyne, du fait de l’âge de la diariste et de son statut de mère, n’appartienne pas à la catégorie des journaux de jeunes filles, il en a ainsi visiblement conservé les principes. En outre, le sérieux attaché à décrire l’habillement des Strasbourgeoises renseigne indirectement sur les exigences pédagogiques de la princesse. Si elle met tant de soin à tenir son journal, c’est aussi parce qu’elle attend de ses fils, comme nombre de parents, que leur pratique diaristique les aide à développer leur sens de l’observation. Elle ne peut donc, en l’occurrence, faire moins que ce qu’elle exige de ses enfants.

  • 96 Elena Grečanaja a noté que la pratique diaristique, parce qu’elle permettait de s’affranchir des rô (...)

56Si l’intérêt porté par Natalia Petrovna aux modes alsaciennes, et notamment strasbourgeoises, semble donc participer des prescriptions du genre du journal de voyage féminin, notons toutefois que l’autre realia strasbourgeoise notée par la voyageuse, à l’inverse, rapproche son activité diariste d’une pratique masculine96. Loin de se cantonner aux « chiffons » en effet, la princesse note également, dans son tableau des mœurs locales, les particularités du gouvernement municipal :

  • 97 Conrad Alexandre Gérard (1730 ?-1790), prêteur royal de 1781 à 1790. La fonction disparut en même t (...)
  • 98 Emmanuel Armand de Vignerot du Plessis, comte d’Agenois, duc d’Aiguillon (1720-1788), fut pair de F (...)
  • 99 Louis Georges Erasme, marquis de Contades (1704-1793), Maréchal de France, Gouverneur de Strasbourg (...)
  • 100 Le Marquis de la Salle, lieutenant général, commandait en second en Alsace.
  • 101 Jean-François-Henri, baron de Flachslanden (1734-1796), maréchal de camp.
  • 102 Frédéric Charles de Lort (1710-1792), lieutenant du roi à Strasbourg de 1762 à 1785.
  • 103 Antoine Chaumont de la Galaizière (1727- ?) fut nommé intendant d’Alsace le 9 mai 1778. Fils du cha (...)

« À l’égard du gouvernement de la province ainsi que de la ville, il y a bien des détails, la ville est gouvernée par un magistrat noble composé de plusieurs gentilhommes dont le premier a le titre de stet meïster et l’autre d’une certaine quantité de bourgeois, dont le premier prend le titre d’ ameïster qui est élu par la bourgeoisie même à la pluralité des voix. Ensuite il y a un prêteur royal qui est nommé du Roi, qui a l’inspection sur toutes les affaires concernant la bourgeoisie, celui d’à présent est un homme du monde très aimable qui se nomme Gérard97, ensuite pour général gouverneur de la ville est le duc Déguillon98 qui n’en a que le titre sans en faire les fonctions et sans jamais être obligé de venir à son gouvernement même cela leur est défendu expressément ils ne doivent jamais mettre le pied dans leur province c’est un ancien règlement, ensuite est le commandant général qui est le maréchal de Contade99 qui a le gouvernement des troupes, et de la ville, il est ordinairement 4 à 5 mois à Strasbourg, le commandant en second est le marquis de la Salle100, lieutenant général et cordon bleu qui arrive ordinairement quelques jours après le départ du Maréchal et s’en retourne de même ; ils ne se rencontrent jamais avec le maréchal, car en sa présence il n’aurait rien à dire, puis il y a un commandant en troisième, qui est le Baron de Flackssland101 qui ordinairement n’a rien à faire puisqu’il se trouve toujours en présence d’un de ses deux que je viens de nommer, quelque fois il arrive qu’il commande en chef un ou deux jours ; ensuite est le lieutenant du roi qui est Mr Delor102 qui est aussi une espèce de commandant au cas que ces trois fussent absents ce qui n’arrive jamais. Il y a un intendant qui est aussi un homme de poid, puisqu’il dirige tout ce qui concerne les finances de toute la province excepté la ville de Strasbourg qui ne le regarde aucunement, ordinairement ces intendants sont de la finance, et ne manquent jamais de s’enrichir, celui d’à présent est un nommé Mr de la Galisière103, il fait peu de figure, puisqu’il est fort souvent à Paris pour congé étant fort à son aise par lui-même. »

  • 104 Le fait que la mention des institutions politiques strasbourgeoises par Natal’ja Petrovna Golicyna (...)

57Si la description des institutions locales donnée par la princesse est vite brouillée par l’évocation plus mondaine des hommes attachés aux charges que ces institutions procurent, il est intéressant malgré tout de noter que la spécificité de l’administration de la ville a retenu l’attention de la diariste. Cette spécificité, toutefois, n’est visiblement pas perçue en termes historiques. Si la princesse fait en effet référence plus loin à un obscur « ancien règlement », forcément postérieur à 1681 au regard de son origine visiblement française, il est notable qu’elle ne rattache pas son évocation de l’ammeister et du stettmeister au passé impérial de la ville. Visiblement, c’est la dépendance des institutions de l’ancienne république vis-à-vis de la bourgeoisie, observée de loin mais non fréquentée, qui explique l’absence de mise en perspective historique des institutions évoquées. De fait, la princesse s’attarde plus sur les institutions rattachées aux charges de l’aristocratie, que sa fréquentation des salons de Strasbourg lui fait mieux comprendre. En outre, les charges institutionnelles remplies par les aristocrates que fréquente Natalia Petrovna sont toutes françaises, et appartiennent de ce fait à un monde plus familier à la princesse que celles liées à la bourgeoisie, c’est-à-dire au monde d’origine germanique. Ainsi, même chez la plus observatrice des voyageuses recensées, la dichotomie sociolinguistique au centre du monde strasbourgeois est un obstacle à une pleine appréhension de l’univers observé104. Ceci doit nous amener, pour terminer ce chapitre, à examiner dans quel espace culturel les voyageurs russes placent Strasbourg.

4. La perception russe de l’appartenance culturelle de la ville

58L’appartenance géopolitique de Strasbourg ne faisait évidemment aucun doute pour les voyageurs russes, comme en témoignent les réflexions de Piotr Grigoriévitch Demidov et Anna Ivanovna Tolstaïa. Le premier note que Kehl appartient (encore) à l’Allemagne, soulignant ainsi implicitement la présence d’une frontière entre la petite ville allemande et Strasbourg :

« Le 17 au matin, sortis de Bischoffsheim à 8 heures et ayant dépassé à 11 heures Kehl, ville petite mais fortifiée, située à 2 miles (cette petite forteresse appartient à l’Allemagne, et sa garnison ne compte que 18 soldats), nous sommes arrivés sans encombre dans la grande et glorieuse ville de Strasbourg, à 12 heures, à 1 mile de là. »

59La seconde, quant à elle, présente explicitement Strasbourg comme ville frontière :

« Le 5 octobre nous arrivames à Strasbourg, capitale d’alsace et frontière de france […]. »

60Si l’appartenance géographique et politique de Strasbourg ne posait pas de problème à nos voyageurs, il en allait visiblement autrement de son appartenance culturelle. Arthur Young, ainsi, posait à la même époque la question dans les termes suivants :

  • 105 Young A., Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, op. cit., p. 340.

« À Saverne, je me trouvai, selon toute apparence, en pleine Allemagne ; depuis deux jours, il y avait une grande tendance au changement, mais ici il n’y pas une personne sur cent qui prononce un mot de français ; les chambres sont chauffées avec des poêles ; le fourneau de cuisine est haut de 3 ou 4 pieds, et trois ou quatre détails montrent que vous avez affaire à un autre peuple. En regardant une carte de France et en lisant des histoires de Louis XIV, on ne comprend pas sa conquête ou sa capture de l’Alsace, comme lorsque l’on y voyage : traverser une grande chaîne de montagnes, entrer dans une plaine habitée par un peuple totalement distinct et différent de la France, avec des mœurs, un langage, des idées, des préjugés et des habitudes complètement différents, cela donne, de l’injustice et de l’ambition d’une telle conduite, une impression beaucoup plus forte que lorsque l’on en lit le récit105 ; »

61Pour Young, l’Alsace n’était pas française, mais allemande. Certes, le voyageur anglais venait de l’Ouest, c’est-à-dire de France, et non d’Allemagne, comme c’était le cas pour les voyageurs russes. D’autre part, il est connu que les campagnes alsaciennes étaient restées très majoritairement dialectophones, à l’inverse des villes, et notamment de Strasbourg, où le français avait fait des progrès notables depuis le rattachement de 1681. Ainsi, l’impression de se trouver en Allemagne devait être beaucoup plus forte à Saverne et dans les villages environnants que dans la ville libre royale. Cependant, ces différences n’impliquent que des questions de dosage des influences culturelles concurrentes et ne signifient pas que les Russes s’arrêtant à Strasbourg n’aient pas été confrontés à la question. Comme on l’a vu précédemment, nos voyageurs sont de fait frappés par la présence d’une architecture de type allemand jugée disgracieuse :

« Les maisons [sont] bâties à l’allemande, c’est-à-dire sans goût. » (Boris Golitsyne).

« Les maisons ont peu d’apparence, elle conserve encore le goût allemand […]. » (Natalia Petrovna Golitsyne).

62Cette mention mise à part, il semble toutefois que les signes utilisés par les voyageurs russes pour définir culturellement Strasbourg soient plutôt associés à l’image que l’Europe des Lumières se fait de la France. Boris Golitsyne note ainsi la politesse des Strasbourgeois, qu’il oppose explicitement à la rudesse des Allemands :

« Cette ville me plait infiniment, les environs en sont assez jolis, la ville bien peuplée, les rues assez propres, et le peuple prévenant, car depuis longtemps je suis désaccoutumé d’en trouver, toute cette immense Allemagne m’a presque fait croire que je n’en trouverai plus. »

63Outre leur politesse, c’est le luxe dans lequel ils vivent qui différencie certains Strasbourgeois des Allemands. Comme vu plus haut en effet, Alexandre Sergueïevitch Stroganov compare le luxe du palais du prince cardinal de Rohan à celui des princes allemands, au désavantage de ces derniers :

« Là nous avons également visité le palais du cardinal de Rohan, qui est si bien meublé que l’on peut affirmer que peu de princes allemands en ont un pareil. »

64Enfin, Strasbourg apparaît comme une ville catholique dans la description donnée par Fonvizine d’une pompe funèbre à la cathédrale :

« En notre présence, on a dit un office des morts pour tous les défunts, c’est-à-dire notre messe pour les parents morts. La pompe était extraordinaire. Ma femme et moi avons eu de la peine à retenir nos rires et nous sommes sortis de l’église. Pour qui n’en a pas l’habitude, leur cérémonie paraît si ridicule qu’on est forcé d’en crever de rire. L’archevêque en grande perruque, les popes tous poudrés, en un mot, toute une comédie. »

65Si la princesse Golitsyne avait noté la présence dans la ville de nombreux luthériens, et par conséquent de nombreux temples, il est caractéristique qu’elle n’ait rien dit du culte protestant lui-même d’une part, et qu’elle n’ait pas expliqué d’autre part sa présence à Strasbourg comme l’effet d’une quelconque influence culturelle germanique. À l’inverse, la description de la messe catholique livrée par Fonvizine apparaît comme un marqueur culturel français, d’autant qu’elle contient une référence à l’univers théâtral, c’est-à-dire à la théâtralité, dont on a vu qu’elle était un élément fondamental de la définition de l’identité nationale française aux yeux des Russes au xviiie siècle.

66Politesse, luxe et théâtralité d’une part, catholicisme, qui se définit par au moins deux des trois traits précités de l’autre, tout semble devoir rattacher Strasbourg plutôt au monde français qu’au monde allemand. Ainsi la ville apparaît comme l’avant-poste de la culture française à la frontière allemande, plutôt que comme la dernière ville d’Allemagne dominée par cette culture. C’est ce qui explique, comme je l’ai suggéré plus haut, que le narrateur karamzinien, sinon Karamzine lui-même, se précipite au théâtre à son arrivée à Strasbourg. C’est ce qui explique de même que Natalia Petrovna Golitsyne y fréquente le théâtre français, et non le théâtre allemand, dont elle note avec candeur qu’elle n’a pas « eu la curiosité jusqu’à présent d’aller à ce dernier ». Certes, ceci ne veut pas dire que Strasbourg soit perçue comme totalement française. Ainsi les modes observées et la référence, chez la princesse Golitsyne, au magistrat et à l’importance de la population luthérienne, apparaissent comme des signes étrangers à ceux qui définissent l’appartenance culturelle à la France. Cependant, il est remarquable qu’aucun de ces signes non français ne soit explicitement présenté comme germanique, à l’exception de l’architecture ancienne de la ville. Ainsi la ville apparaît comme une ville française présentant des particularismes locaux. La raison expliquant la spécificité de cette perception est double. Elle résulte d’une part de l’impatience à entrer en France après la traversée de l’Allemagne, que Boris Golitsyne qualifie « d’immense », c’est-à-dire d’interminable. Elle résulte ensuite du manque de contact avec la population non aristocratique de la ville. La fréquentation exclusive de la haute noblesse, de fait, empêche visiblement la plupart de nos voyageurs de faire le moindre commentaire sur la langue parlée par la population, qui sert pourtant d’argument principal à Arthur Young. Karamzine, en tant que linguiste et écrivain, y sera plus sensible.

Notes

1 Berelowitch W., « Les récits des voyageurs russes en France dans la seconde moitié du xviiie siècle », op. cit., p. 7.

2 Kjuhel’beker V. K., « Otryvki iz putešestvija » [« Fragments d’un voyage »], op. cit., p. 36-38.

3 Šahovskaja N. V., Journal (20 décembre 1838-23 août 1840), IRLI, Fonds 334, no 977-978. Je remercie le Professeur Elena Grečanaja de m’avoir fait connaître ce texte, dont elle a par ailleurs publié des extraits, ne portant toutefois pas sur Strasbourg. Cf. Gretchanaia E., Viollet C., Si tu lis jamais ce journal. Diaristes russes francophones 1780-1854, Paris, CNRS Éditions, 2008, p. 275-297.

4 Visitant Paris en 1857, Tolstoj écrit à son arrivée à sa sœur Maria : « Je suis arrivé hier à Paris, chère amie Machinka, et suis diablement content d’être enfin sur place – onze jours de route sans m’arrêter. L’Allemagne a comme défilé devant moi […] ». Cf. Tolstoj L. N., « Pis’mo M. N. Tolstoj » [« Lettre à M. N. Tolstaja »], 10 février 1857, dans Polnoe sobranie sočinenij [Œuvres complètes], Moscou, Gosudarstvennoe izdatel’stvo hudožestvennoj literatury, 1949, tome 61, p. 374-375. Parti de Moscou en malle-poste, Tolstoj a en effet pris le train de Varsovie jusqu’à Paris, et n’a mis que cinq jours pour relier la capitale française depuis la Pologne.

5 Stroganov A. S., Pis’ma Aleksandra Sergeeviča Stroganova Sergeju Grigoreviču Stroganovu, 1751-1760 [Lettres d’Aleksandr Sergeevič Stroganov à Sergej Grigorevič Stroganov, 1751-1760], texte manuscrit, RGADA, Fonds 1278, inventaire 1, no 4.

6 [Demidov frères], Putešestvie brat’ev Demidovyh po Evrope. Pis’ma i podnevnye žurnaly 1750-1761 gody [Voyage des frères Demidov en Europe. Lettres et journaux 1750-1761], op. cit., p. 104, 111.

7 Fonvizine D., Lettres de France (1777-1778), op. cit., p. 55.

8 Golicyn B. V., Golicyn D. V., Pis’ma k kn. Natal’e Petrovne Golicynoj 1782-1788 [Lettres à la princesse Natal’ja Petrovna Golicyna, 1782-1788], texte manuscrit, RGB, Fonds 64, carton 94, no 29.

9 Golicyna N. P., Remarques sur mes voyages, op. cit. Des extraits de ce manuscrit, non relatifs à Strasbourg, ont été publiés dans Gretchanaia E., Viollet C., Si tu lis jamais ce journal, op. cit., p. 79-102.

10 Stroganov P. A., Pis’ma grafa Pavla Aleksandroviča, pisannyja vo vremja putešestvija Ego Sijatel’stva po čužim krajam k Roditelju Ego Grafu Aleksandru Sergeeviču Stroganovu s 1784-go po 1791-yj god [Lettres du comte Pavel Aleksandrovič, écrites lors du voyage à l’étranger de son Excellence à son père le comte Aleksandr Sergeevič Stroganov], texte manuscrit, RGADA, Fonds 1278, inventaire 1, no 348.

11 Tolstaja A. I., Notes de mon voyage. L’an 1789, op. cit. Je remercie le Professeur Elena Grečanaja, d’Orléans, d’avoir attiré mon attention sur l’existence de ce texte. Elle en a publié des extraits, sans rapport avec Strasbourg toutefois, dans son ouvrage déjà cité. Cf. Gretchanaia E., Viollet C., Si tu lis jamais ce journal, op. cit., p. 119-126. La mention de 1789 dans le titre du journal de voyage de la diariste porte à confusion. Elle ne renvoie en réalité qu’à l’année où débuta le voyage.

12 Certes, il existe sans doute de nombreux autres témoignages dans d’autres fonds d’archives que ceux que j’ai consultés. Le corpus constitué par mes soins me semble toutefois suffisamment représentatif pour être étudié.

13 Cette impression est partagée par Victurnienne-Delphine-Nathalie de Mortemart (1759-1828), dont on a récemment édité le journal de voyage dans l’est de la France en 1769. Cf. Mortemart Mademoiselle de, Un merveilleux voyage. Le journal d’une enfant pendant l’été 1769, édition de L. Gigault et I. Laboulais-Lesage, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2006, p. 51.

14 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, op. cit., p. 225-226.

15 L’Alsace en 1782 vue par un inconnu, op. cit., p. 36. (C’est moi qui souligne - R. B.).

16 Hautemer C. de, Description historique et topographique de la ville de Strasbourg et de tout ce qu’elle contient de plus remarquable, en faveur des voyageurs, op. cit., p. 178.

17 Reichard H. O., Guide de la Russie et de Constantinople, 1793, édition fac-similé, Paris, Editions de la Courtille, 1971, p. 183.

18 Ibid., p. 186. Les historiens contemporains de Saint-Pétersbourg fournissent des chiffres à peu près similaires. Ainsi W. Berelowitch et O. Medvedkova citent le chiffre de 220 000 habitants pour l’année 1800. Cf. Berelowitch W., Medvedkova O., Histoire de Saint-Pétersbourg, Paris, Fayard, 1996, p. 169.

19 Taveneaux R., dir., Histoire de Nancy, Toulouse, Privat, 1978, (« Univers de la France et des pays francophones »), p. 332.

20 Guichonnet P., dir., Histoire de Genève, Toulouse, Privat – Lausanne, Payot, 1974, (« Univers de la France et des pays francophones »), p. 225. Avec les faubourgs, ce chiffre s’élevait à 30 000 habitants.

21 Reichard H. O., Guide de la Russie et de Constantinople, 1793, op. cit., p. 184.

22 Berelowitch W., Medvedkova O., Histoire de Saint-Pétersbourg, op. cit.

23 Reichard H. O., Guide de la Russie et de Constantinople, 1793, op. cit., p. 184.

24 L’opinion de Natal’ja Petrovna Golicyna est diamètralement opposée à celle de Hautemer. Celui-ci écrit en effet : « Il y a peu de villes qui aient d’aussi agréables environs que Strasbourg. On y voit quantité de jardins de plaisance attenants à des particuliers & des guinguettes consacrées aux plaisirs du peuple qui y danse & s’y amuse pendant tout l’été ». Dans Hautemer C. de, Description historique et topographique de la ville de Strasbourg et de tout ce qu’elle contient de plus remarquable, en faveur des voyageurs, op. cit., p. 145. L’opinion de Hautemer était partagée par Goethe, qui écrit dans Poésie et vérité, op. cit., p. 138 : « Je vis donc, du haut de la plateforme, cette belle contrée qui était devant moi, et dans laquelle je devais séjourner et vivre quelques temps, les prés d’alentour remplis, entremêlés d’arbres superbes et touffus, cette richesse surprenante de végétation, qui, suivant les bords du Rhin, en marque les rives, les îles et les bas-fonds ».

25 Dibdin Th. F., Voyage bibliographique, archéologique et pittoresque en France, Paris, Crapelet, 1825, p. 290. L’édition anglaise de l’ouvrage date de 1821.

26 Kjuhel’beker V. K., « Otryvki iz putešestvija » [« Fragments d’un voyage »], op. cit., p. 36-37.

27 Milliot V., « Ville et développement urbain », dans Delon M., dir., Dictionnaire européen des Lumières, Paris, PUF, 1997, p. 1089.

28 Lavedan P., L’urbanisme à l’époque moderne. xvie-xviiie siècles, Genève, Droz, 1982, p. 155. Les murs d’enceinte de Riom furent abbatus de 1737 à 1757.

29 Ces ponts effraient également Mademoiselle de Mortemart en 1769. Cf. Mortemart Mademoiselle de, Un merveilleux voyage. Le journal d’une enfant pendant l’été 1769, op. cit., p. 53.

30 Jaucourt L. de, article « Ville », dans Diderot D., le Rond D’Alembert J., dir., Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, tome 17, p. 277. Consulté dans l’édition électronique de l’Université de Chicago. Cf. Morrissey R., éd., ARTFL Encyclopédie Project (Winter 2008 Edition) : http://encyclopedie.uchicago.edu/.

31 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, op. cit., p. 229.

32 Ibid., p. 230.

33 La place retient, pour les mêmes raisons, l’attention de Mademoiselle de Mortemart. Cf. Mortemart Mademoiselle de, Un merveilleux voyage. Le journal d’une enfant pendant l’été 1769, op. cit., p. 51.

34 Hautemer C. de, Description historique et topographique de la ville de Strasbourg et de tout ce qu’elle contient de plus remarquable, en faveur des voyageurs, op. cit., p. 101. La « grande façade » évoquée par Hautemer est celle de l’Aubette.

35 Fonvizine D., Lettres de France (1777-1778), op. cit., p. 56.

36 Ibid., p. 59.

37 Brejar Ž. [Breuillard J.], « Pariž, gorod straha v “Pis’mah russkogo putešestvennika” Nikolaja Karamzina » [« Paris, ville de la peur dans les Lettres d’un voyageur russe de Nikolaj Karamzin »], op. cit., p. 77.

38 Milliot V., « Ville et développement urbain », op. cit., p. 1090.

39 Brejar Ž. [Breuillard J.], « Pariž, gorod straha v “Pis’mah russkogo putešestvennika” Nikolaja Karamzina » [« Paris, ville de la peur dans les Lettres d’un voyageur russe de Nikolaj Karamzin »], op. cit., p. 70.

40 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, op. cit., p. 229.

41 Le palais Rohan était ouvert à la visite « à tous les honnêtes gens ». Dans Hautemer C. de, Description historique et topographique de la ville de Strasbourg et de tout ce qu’elle contient de plus remarquable, en faveur des voyageurs, op. cit., p. 47.

42 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, op. cit., p. 228.

43 Berelowitch W., « La France dans le “Grand Tour” des nobles russes au cours de la seconde moitié du xviiie siècle », op. cit., p. 201.

44 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, op. cit., p. 475-477.

45 Ibid., p. 491.

46 Mortemart Mademoiselle de, Un merveilleux voyage. Le journal d’une enfant pendant l’été 1769, op. cit., p. 51 : « il y a nombre d’assez belles maisons, mais éparses ».

47 Jaucourt L. de, article « Ville », op. cit.

48 La redécouverte de l’architecture gothique fut toutefois plus précoce en Angleterre, où le premier renouveau gothique (« Gothic revival ») date de la fin des années 1740. Cf. Lovejoy A. O., Baridon M., Le Gothique des Lumières, Brionne, Montfort Editeur, 1991, p. 31. Sur la perception de la cathédrale de Strasbourg au début du xviiie siècle, c’est-à-dire avant le renouveau gothique, cf. Lehni R., « Un monument gothique vu du siècle des lumières : essai sur la réception de la cathédrale dans les années 1720 », Bulletin de la cathédrale de Strasbourg, no 17, 1986, p. 47-71. Un bon exemple de l’indifférence du premier xviiie siècle vis-à-vis du style gothique est donné par le journal de voyage de Mademoiselle de Mortemart. Cf. Mortemart Mademoiselle de, Un merveilleux voyage. Le journal d’une enfant pendant l’été 1769, op. cit., p. 52 : « Cette église [la cathédrale – R. B.] n’a de remarquable qu’une grille de fer, qui ferme le chœur et qui a coûté très cher, parce qu’elle a beaucoup d’ornements, une chaire sculptée à l’antique, très dorée, avec des sculptures d’albâtre à ce que l’on dit, une horloge singulière, les dehors de l’église de sculpture très légère et enfin un fameux clocher très élevé, construit en pierres et tout à jour de tous côtés ».

49 Sur l’invention du genre du guide touristique, cf. Parsons N. T., Worth the Detour : A History of the Guidebook, Stroud, The History Press, 2008.

50 Hautemer C. de, Description historique et topographique de la ville de Strasbourg et de tout ce qu’elle contient de plus remarquable, en faveur des voyageurs, op. cit., p. 27-47.

51 Eschard L., Dictionnaire géographique portatif, ou description des royaumes, provinces, villes, évêchés, duchés, comtés, marquisats, villes impériales, ports, forteresses et autres lieux considérables des quatre parties du monde, traduit de l’Anglois sur la treizième édition de Laurent Eschard, À Paris, Chez les libraires associés, 1784, article « Strasbourg », p. 662 : « La cathédrale est une des plus belles de l’Europe, & son chapitre un des plus nobles. […] On admire aussi à Strasbourg la Tour de la Cathédrale qui est la plus belle d’Allemagne, […] ». Le nombre élevé de rééditions du dictionnaire d’Eschard témoigne éloquemment de sa diffusion. Une traduction russe en fut publiée en 1791 sous le titre Slovar’ geografičeskij, ili Opisanie carstv, oblastej, gorodov, eparhij, gercogstv, grafstv i markgrafstv. Rimsko-imperatorskih gorodov, gavanej, krepostej, i inyh znatnyh selenij vo vseh četyreh častjah zemnago kruga. Comme l’indique le Catalogue général des livres russes du xviiie siècle, la traduction russe fut faite d’après la traduction française de Jean-Baptiste Ladvocat. Dans Svodnyj katalog russkoj knigi xviii veka, tome 2, Moscou, Izdanie gosudarstvennoj biblioteki SSSR imeni V. I. Lenina, 1964, notice 3407.

52 Hautemer C. de, Description historique et topographique de la ville de Strasbourg et de tout ce qu’elle contient de plus remarquable, en faveur des voyageurs, op. cit., p. 41-47.

53 Eschard L., Dictionnaire géographique portatif, ou description des royaumes, provinces, villes, évêchés, duchés, comtés, marquisats, villes impériales, ports, forteresses et autres lieux considérables des quatre parties du monde, op. cit. : « On voit dans cette Eglise, à côté du chœur, une horloge qui passe pour un chef-d’œuvre de méchanique & d’astronomie ».

54 La mention de l’horloge est également présente chez Mademoiselle de Mortemart. Cf. Mortemart Mademoiselle de, Un merveilleux voyage. Le journal d’une enfant pendant l’été 1769, op. cit., p., 52.

55 Eschard L., Dictionnaire géographique portatif, ou description des royaumes, provinces, villes, évêchés, duchés, comtés, marquisats, villes impériales, ports, forteresses et autres lieux considérables des quatre parties du monde, op. cit., p. 662-663 : « La Religion Luthérienne y est soufferte ; & c’est dans un de ses temples qu’est le mausolée du Maréchal de Saxe ».

56 Hautemer C. de, Description historique et topographique de la ville de Strasbourg et de tout ce qu’elle contient de plus remarquable, en faveur des voyageurs, op. cit., p. 111-114.

57 Demidov N. A., Žurnal putešestvija ego vysokorodija gospodina statskago sovetnika i ordena Svjatago Stanislava kavalera Nikity Akinfieviča Demidova [Journal de voyage de son Excellence Monsieur le conseiller d’état et chevalier de l’ordre de Saint Stanislas Nikita Akinfievič Demidov], op. cit., p. 37-38.

58 L’Alsace en 1782 vue par un inconnu, op. cit., p. 31.

59 Young A., Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, op. cit., p. 343.

60 L’Alsace en 1782 vue par un inconnu, op. cit., p. 33-34.

61 Young A., Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, op. cit., p. 342.

62 Julia D., « Gilbert Romme, gouverneur (1779-1790) », dans Ehrard J., dir., Gilbert Romme (1750-1795). Actes du colloque de Riom, Paris, Société des Études Robespierristes, 1996, p. 67.

63 Pobedimova G. A., « “K velikoj pol’ze Rossii…” (Obrazovatel’nye putešestvija molodyh dvorjan Demidovyh po Evrope v 1751-1761 gg.) » [« “Au plus grand bénéfice de la Russie…” (Les voyages d’étude des jeunes aristocrates Demidov en Europe, 1751-1761) »], dans Putešestvie brat’ev Demidovyh po Evrope. Pis’ma i podnevnye žurnaly 1750-1761 gody [Voyage des frères Demidov en Europe. Lettres et journaux 1750-1761], op. cit., p. 34.

64 Fonvizine D., Lettres de France (1777-1778), op. cit., p. 55.

65 Construit au xvie siècle, au sein du Kremlin de Moscou, à l’emplacement de l’église de Saint-Jean Climaque, Ivan-le-Grand est un campanile à cinq étages de 81 mètres de haut. Comme le trahit la remarque de Fonvizin, la compétition entre orgueils nationaux est souvent cristallisée dans les tours et autres campaniles. De manière caractéristique, les Français tentèrent de faire sauter Ivan-le-Grand en 1812.

66 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, « Strasbourg, 6 août », p. 96.

67 La règle vaut tant pour la Russie que pour la France. Sur l’existence (problématique) d’une vie mondaine distincte de la vie de cour dans la Russie du xviiie siècle, cf. Berelowitch W., « La vie mondaine sous Catherine II », dans Davidenkoff A., dir., Catherine II et l’Europe, Paris, Institut d’Etudes slaves, 1997, p. 99-106. W. Berelowitch cite précisément Natal’ja Petrovna comme une des rares dames de l’aristocratie pétersbourgeoise à recevoir régulièrement chez elle.

68 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, op. cit., p. 477.

69 Sur ces figures de l’aristocratie strasbourgeoise, voir plus loin.

70 Malgré la loi de 1761 interdisant les fortes mises, on jouait parfois gros jeu dans la haute société russe des capitales, même si l’on ne peut parler de règle générale, comme ce fut le cas à Paris ou à la Cour à Versailles à la même époque. Je remercie Paul Keenan, de la London School of Economics (LSE), pour ces renseignements.

71 Oberkirch H. L., baronne d’, Mémoires de la baronne d’Oberkirch sur la Cour de Louis XVI et la société française avant 1789, op. cit., p. 88 : « Je commençais à aimer les réunions et les fêtes : c’était de mon âge. Cependant j’aimais ce plaisir avec la modération et la mesure que m’avaient données mon éducation et les habitudes de ma famille. Nous autres protestants on nous accuse de rigidité, parce que nous tenons surtout essentiellement à la réserve dans la conduite des femmes. »

72 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, op. cit., p. 249.

73 Sozza A., « Le théâtre français à Strasbourg (1789-1830), miroir de l’opinion », op. cit., p. 67.

74 Schaffer S., « Enlightened Automata », dans Clark W., Golinski J., Shaffer S., dir., The Sciences in Enlightened Europe, Chicago-London, The University of Chicago Press, 1999, p. 126.

75 Ibid., p. 142.

76 Ibid., p. 140.

77 Wetmore A., « Sympathy Machines : Men of Feeling and the Automaton », Eighteenth-Century Studies, vol. 43, no 1, 2009, p. 46.

78 Altick R., The Shows of London, Cambridge, Belknapp Press, 1978, p. 65-68.

79 Schaffer S., « Enlightened Automata », op. cit., p. 160.

80 Ibid., p. 157. Sur le « Turc mécanique », on consultera encore Caroll C. M., The Great Chess Automaton, New-York, Dover Publications, 1975 ; Levitt G. M., The Turk, Chess Automaton, Jefferson (N. C.), McFarland & Company, Incorporated Publishers, 2000 ; Standage T., The Turk : The Life and Times of the Famous Eighteenth-Century Chess-Playing Machine, New-York, Walker & Co., 2002. Rappelons encore que c’est cet automate qui inspira E. T. A. Hoffmann dans Die Automate, un des contes du recueil Die Serapion brüder (1819-1821) et E. A. Poe dans Maelzel’s Chess Player (1836).

81 Moraud Y., « De La Hontan à Chateaubriand : l’Amérique ou l’exigence utopique de l’unité », dans L’Amérique des Lumières, Genève, Droz, 1977, p. 4.

82 Chinard G., L’Amérique et le rêve exotique dans la littérature française au xviie et xviiie siècle, Paris, Droz, 1934, p. 345-365.

83 Moraud Y., « De La Hontan à Chateaubriand : l’Amérique ou l’exigence utopique de l’unité », op. cit., p. 5.

84 Pomeau R., « Préface », dans L’Amérique des Lumières, op. cit., p. XI.

85 Sur le rapport des Russes aux Amérindiens, on consultera Vinkovetsky I., Native Americans and the Russian Empire, 1804-1867, Ph.D., Berkeley, University of California, 2002. La période examinée par I. Vinkovetsky débute toutefois après celle au centre du présent travail.

86 Darnton R., La fin des Lumières. Le mesmérisme et la Révolution, Paris, Perrin, 1984 (« Pour l’Histoire »), p. 45.

87 Ibid., p. 32, 35.

88 Ibid., p. 56.

89 Ibid., p. 68-69.

90 Ibid., p. 67.

91 Ibid., p. 19.

92 Ibid., p. 75.

93 À son retour d’Europe, Karamzin agaça ses compatriotes par son dandysme, à l’origine de la charge qu’écrivit contre lui Kutuzov, où le jeune voyageur est appelé « Popugaj Obez’janin », paronomase de Nikolaj Karamzin, que l’on peut rendre en français par « Papegai Macaquine ». Cf. Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 184. Sur ce problème, cf. également Klein J., « Karamzin and the “Art of Living” (Letters of a Russian Traveller) », op. cit., p. 23.

94 V’olle K. [Viollet C.], « Parallel’noe pis’mo : Francuzskie putevye dnevniki molodyh russkih aristokratok » [« Écritures parallèles : les journaux de voyages français des jeunes filles de l’aristocratie russe »], dans Grečanaja E., V’olle K., dir., Avtobiografičeskaja praktika v Rossii i vo Francii [La pratique de l’autobiographie en Russie et en France], Moscou, IMLI RAN, 2006, p. 144.

95 Ibid., p. 130-132.

96 Elena Grečanaja a noté que la pratique diaristique, parce qu’elle permettait de s’affranchir des rôles sexués prescrits par la société, était le lieu d’affirmation d’une féminité libérée pour les femmes russes au xviiie siècle. Cf. Grečanaja E., « Avtobiografičeskie teksty rossijskih ženščin xviii v. na francuzskom jazyke » [« Les textes autobiographiques en langue française des femmes russes du xviiie siècle »], dans Grečanaja E., V’olle K., dir., Avtobiografičeskaja praktika v Rossii i vo Francii [La pratique de l’autobiographie en Russie et en France], op. cit., p. 43-45.

97 Conrad Alexandre Gérard (1730 ?-1790), prêteur royal de 1781 à 1790. La fonction disparut en même temps que lui. Sur les attributions du prêteur royal, voir le deuxième chapitre de la présente étude.

98 Emmanuel Armand de Vignerot du Plessis, comte d’Agenois, duc d’Aiguillon (1720-1788), fut pair de France, secrétaire d’État des Affaires étrangères (1771-1774) et de la Guerre (1774). Il ne trouva dans sa charge de gouverneur de la province, qu’il occupa de 1762 à 1788, qu’un titre et un revenu supplémentaire.

99 Louis Georges Erasme, marquis de Contades (1704-1793), Maréchal de France, Gouverneur de Strasbourg, commandant de la province d’Alsace de 1762 à 1783. Aimé des Strasbourgeois, il favorisa certains aménagements urbains, comme la promenade qui porte son nom, protégea le théâtre, et se montra bienveillant vis-à-vis de Rousseau lorsque celui-ci séjourna à Strasbourg.

100 Le Marquis de la Salle, lieutenant général, commandait en second en Alsace.

101 Jean-François-Henri, baron de Flachslanden (1734-1796), maréchal de camp.

102 Frédéric Charles de Lort (1710-1792), lieutenant du roi à Strasbourg de 1762 à 1785.

103 Antoine Chaumont de la Galaizière (1727- ?) fut nommé intendant d’Alsace le 9 mai 1778. Fils du chancelier du Roi Stanislas, il fut nommé intendant de Lorraine et Barrois en 1758, après leur rattachement à la France. Devenu intendant d’Alsace le 9 mai 1778, il porta ses efforts sur l’amélioration des routes, la protection des forêts, l’entretien des troupes et la santé. Il se heurta néanmoins aux particularismes politiques locaux. Son intendance prit fin en 1790.

104 Le fait que la mention des institutions politiques strasbourgeoises par Natal’ja Petrovna Golicyna soit la seule que j’ai trouvée ne signifie évidemment pas que les autres voyageurs ne s’y soient pas intéressés. Ainsi, il est probable que les étudiants russes de Strasbourg s’y soient intéressés, notamment ceux qui étudiaient le droit, et particulièrement peut-être ceux qui suivaient les cours du professeur Koch, qui mélangeaient histoire politique et histoire du droit. Les deux fils Golicyn furent parmi les étudiants de Koch. De même, il est possible que le passage à Strasbourg ait suscité un commentaire sur les institutions locales chez Gilbert Romme, précepteur de Pavel Stroganov. Il serait sans doute intéressant d’étudier si l’examen des institutions locales suscitait des comparaisons avec l’histoire de celles de Novgorod.

105 Young A., Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, op. cit., p. 340.

Table des illustrations

Légende Ill. 19 : Représentation des principales, façade, entrée, cour et de tout l’édifice du palais épiscopal, par J.M. Weiss et J.Ph. Le Bas, graveurs (1744). Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5588/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Ill. 20 : L’horloge astronomique de la cathédrale de Strasbourg, par Guido Boucher (1706). Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5588/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Ill. 21 : Catafalque du maréchal de Saxe dressé dans l’Église neuve à Strasbourg le 8 février 1751, par Striebeck. Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5588/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Ill. 22 : Le Turc mécanique de von Kempelen, tiré de Karl Gottlieb von Windisch, Briefe über den Schachspieler des Hrn. von Kempelen, nebst drei Kupferstichen die diese berühmte Maschine vorstellen, 1783
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5588/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Ill. 23 : Indien Onéida. Gravure extraite d’un ouvrage de Crèvecoeur
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5588/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Ill. 24 : Un « baquet » ; anonyme, vers 1780
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5588/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 322k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540