Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nikolaï Karamzine à Strasbourg

 | 
Rodolphe Baudin

Chapitre IV. Le narrateur des Lettres à Strasbourg

Texte intégral

1. Le narrateur au théâtre

1Un premier silence de Karamzine frappe à la lecture du texte. Dans la lettre strasbourgeoise datée du 6 août, le narrateur prétend être allé au théâtre « aujourd’hui » :

  • 1 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, (...)

« J’ai été aujourd’hui au théâtre et je n’ai rien remarqué chez les spectateurs que de la gaieté. Les jeunes officiers couraient de loge en loge, et applaudissaient à tout rompre pour tâcher d’étouffer le vacarme des séditieux ivres, qui, trois fois, a jeté le trouble parmi les acteurs en scène1. »

  • 2 Dans la lettre 117, écrite de Paris et daté du mois de juin, le narrateur écrit, p. 292 : « Enfin j (...)
  • 3 Informations trouvées sur la base de données électronique CESAR (Calendrier électronique des specta (...)

2Précisant qu’il est allé au théâtre, le voyageur n’indique cependant pas quel spectacle il a vu. On ne peut que s’étonner devant ce silence. En effet, le théâtre figurant parmi les toutes premières passions du voyageur2, et derrière lui de Karamzine lui-même, les scènes au théâtre contiennent toujours, en règle générale, la mention de la pièce vue. À Lyon, le voyageur assiste ainsi à une représentation des Plaideurs de Racine (Lettre 89, 9 mars 1790, p. 195), et, le lendemain, 10 mars, du Devin de Village de Rousseau (p. 200). Dans la lettre suivante, de même, le narrateur décrit une représentation de Charles IX de Marie-Joseph Chénier (1789). À Paris, ensuite, dans la lettre 100, le narrateur donne longuement son opinion sur les meilleurs talents dramatiques et lyriques de la capitale, tout en présentant les différents théâtres existants, et en évoquant deux « mélodrames » lui ayant particulièrement plu : Raoul Barbe bleue (1789) et Pierre le Grand, tous deux opéras comiques d’André ErnesteModeste Grétry, datés respectivement de 1789 et 1790 (p. 231-242). Dans la lettre 107, intitulée « une rencontre à l’opéra » (« opernoe znakomstvo »), l’auteur évoque enfin l’Orphée de Gluck (1762), à la représentation duquel il assiste, et qui est suivi d’un ballet désigné par le narrateur comme Calypso et Télémaque. Il s’agit en réalité du « ballet héroïque » Télémaque dans l’île de Calypso, du compositeur Ernest Louis Müller ou Miller, et du chorégraphe Pierre-Gabriel Gardel, dit Gardel Cadet, créé en février 1790, et joué à l’opéra de la Porte Saint-Martin en mai 17903.

3Dans ces conditions, on peut légitimement s’interroger sur la réalité de la visite de l’auteur-Karamzine au théâtre de Strasbourg.

  • 4 Harsany Z.-E, La vie à Strasbourg sous la Révolution, op. cit., p. 103. Sur l’histoire du théâtre à (...)

4À la veille de la Révolution, la ville possédait deux théâtres, l’un français et l’autre allemand. Le premier avait une salle véritable, située place du Marché-aux-Chevaux, actuelle place Broglie. Cette salle décente était une « ancienne grange à céréales, agrandie et transformée avec goût en salle de spectacles en 17064. » Insuffisante et malcommode, elle sera toutefois remplacée en 1800, à la faveur d’un incendie (ill. 11), par le théâtre néoclassique existant jusqu’à aujourd’hui.

  • 5 Harsany Z.-E, La vie à Strasbourg sous la Révolution, op. cit., p. 107.

5À côté de ce théâtre français existait un théâtre allemand. « La salle [en] fut bâtie, en 1733 par la tribu des Drapiers sur son propre terrain donnant sur la rue Sainte-Hélène. C’est dans cette salle exiguë et à la décoration modeste, que le public strasbourgeois parlant le dialecte et l’allemand applaudissait, au début de la Révolution, les œuvres de l’art dramatique allemand, présentées par les troupes de Dobler et de Koberwein et les Meistersänger de passage5. »

  • 6 Bachofen S., Histoire du théâtre à Strasbourg pendant la Révolution, op. cit., p. 22.
  • 7 Sozza A., Le théâtre français à Strasbourg (1789-1830), miroir de l’opinion (mémoire), op. cit., p. (...)

6De ces deux théâtres, il semble indéniable que ce soit au premier que fait référence le narrateur des Lettres. En effet, la hâte d’arriver en France, but ultime du voyage russe en Europe au xviiie siècle, devait pousser le narrateur à s’intéresser à ce qui rattachait la ville à la culture parisienne, et non à la culture germanique. De fait, comme l’écrit Sabine Bachofen, « [le théâtre français avait] également une importance d’un point de vue culturel, comme facteur d’intégration de la population strasbourgeoise à la culture française6. » En outre, le théâtre français était le lieu de rencontre de la bonne société, francophone comme le note Karamzine lui-même (« Dans les meilleures sociétés on parle toujours français »). Or c’est précisément cette bonne société que le narrateur découvre au théâtre, puisqu’il y voit des officiers, dont la jeunesse soulignée suggère implicitement la galanterie. Aussi est-ce là que les goûts raffinés du voyageur semblent le pousser, et non au théâtre allemand, où l’on jouait parfois des pièces dans le dialecte alsacien, qui suscitera plus loin dans la lettre 46 le rejet de Karamzine (« En ce qui concerne l’allemand que l’on parle ici, il est fort corrompu »), et qui s’adresse pour cette raison aux catégories plus basses de la population7.

Ill. 11 : Incendie du théâtre de Strasbourg le 30 mai 1800. Lithographie de Xavier Sandmann et Frédéric-Émile Simon. Album alsacien, Revue de l’Alsace littéraire, historique et artistique, 30 septembre 1838. Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

  • 8 Ibid., p. 60.
  • 9 Exemplaire consultable sur microfilm à la BNU. Cote M 109 370.
  • 10 Sozza A., « Le théâtre français à Strasbourg (1789-1830). Miroir de l’opinion » (article), op. cit. (...)
  • 11 Sozza A., Le théâtre français à Strasbourg (1789-1830), miroir de l’opinion (mémoire), op. cit., p. (...)
  • 12 Bachofen S., Histoire du théâtre à Strasbourg pendant la Révolution 1789-1800, op. cit., p. 21.
  • 13 Deck P., Histoire du Théâtre français à Strasbourg : 1681-1830, op. cit., p. 231 et suivantes.
  • 14 Bachofen S., Histoire du théâtre à Strasbourg pendant la Révolution 1789-1800, op. cit., p. 21.

7Écrivant, dans sa lettre datée du 6 août, « aujourd’hui je suis allé au théâtre », le narrateur affirme ensuite qu’il y avait représentation à cette date. De fait, l’historiographie locale confirme l’information. Tout d’abord, il est connu que l’activité du théâtre ne s’arrêtait pas l’été, mais « [qu’il] il existait une saison estivale et une saison hivernale dans les conditions optimales de représentations. En regardant de plus près les archives et les dates des représentations on s’aperçoit [en effet] qu’il était nécessaire de conserver une activité théâtrale pendant l’été8. » Ensuite, il est avéré qu’il y eut représentation en date du 6 août. En effet, le 6 août 1789 était un jeudi, comme en témoigne la parution le 5 de la trente-et-unième livraison des Affiches de Strasbourg, hebdomadaire déjà évoqué sortant tous les mercredis9. Or les représentations, en 1789, « sont données le mardi, jeudi et dimanche10. » On peut donc affirmer qu’il y eut représentation le jeudi 6 août 1789 au théâtre français de Strasbourg. Malheureusement il est impossible de préciser quelle(s) pièce(s) étai(en)t jouée(s) ce jour-là. En effet, l’information sur le répertoire pour l’année 1789 est très réduite. D’abord parce que la presse périodique locale n’en dit presque rien. Comme l’a noté Angélique Sozza, il faudra attendre le xixe siècle pour que le journal francophone local, intitulé désormais Courrier de Strasbourg, puis, dans un deuxième temps, Courrier du Bas Rhin, lance une rubrique permanente consacrée à la vie théâtrale11. Ensuite, parce qu’on ne peut s’en remettre aux archives du théâtre pour répondre à cette question. Comme l’écrit en effet Sabine Bachofen, « pour certaines périodes, en particulier de l’an IV à l’an VIII, les documents sont assez importants, on a notamment un répertoire complet des représentations du théâtre national, tandis que d’autres, surtout les années 1789, 1791 et 1792, n’apparaissent quasiment jamais. On sait qu’en 1789, étant donné les nombreux évènements qui sont [advenus], l’administration ne se donnait pas la peine de tout notifier dans ses registres, ce qui explique sans doute l’absence d’archives pour cette année12 ». De fait, alors que l’ouvrage de Pantaléon Deck Histoire du Théâtre français à Strasbourg : 1681-1830 présente en annexe la liste complète des pièces représentées pour de nombreuses années du xviiie siècle, il commence sa liste des pièces jouées pendant la période révolutionnaire au mois de mai 1790 seulement13. « En tout cas – conclut néanmoins Sabine Bachofen – la pauvreté des sources à certaines périodes n’est pas une conséquence de l’arrêt de la vie théâtrale, puisque celle-ci ne cesse son activité à aucun moment14. »

8Comment expliquer le silence de Karamzine sur le contenu du programme, alors qu’il met en scène une sortie de son narrateur au théâtre ? Une première explication pourrait tenir à la mauvaise qualité du spectacle vu. Dans la lettre 146 consacrée au théâtre en Angleterre et intitulée thématiquement « Le théâtre » (« teatr »), le narrateur évoque, outre une très mauvaise représentation de Hamlet au théâtre de Haymarket, trois comédies bouffonnes, sans toutefois les nommer :

  • 15 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 146 (...)

« J’ai vu également l’opéra Inkle et Yarico (que l’on jouait assez médiocrement, quoique bien mieux qu’Hamlet), ainsi que trois comédies ou bouffonneries, qui amusèrent beaucoup les spectateurs15 »

9Comme on le voit dans cet extrait, le silence du narrateur sur les titres des comédies vues semble être la conséquence d’une déception vis-à-vis de l’interprétation. Cette idée est confirmée par les propos généraux de Karamzine sur la médiocre qualité de l’art dramatique en Angleterre. Dans son article pour Le Spectateur du Nord, il écrit en effet :

  • 16 Karamzin N. M., « Lettre au Spectateur sur la Littérature russe », op. cit., p. 462.

« J’aime les tragédies de Shakespeare, mais je n’aime pas la manière insipide dont on les joue à Londres16. »

10Dans ces conditions, l’absence de précision quant au titre de la ou des pièce(s) vue(s) en Alsace s’explique peut-être par une déception, d’autant plus grande au regard des attentes élevées de Karamzine envers le théâtre en France. Le théâtre de Strasbourg était-il si médiocre ? Sur ce sujet, les avis des contemporains sont partagés. Ainsi, un voyageur parisien répondant au nom de Lombard le jugeait en termes élogieux en 1786 :

  • 17 L’Alsace en 1782 vue par un inconnu, Colmar, Imprimerie Alsatia, 1934, p. 71, note de fin 17.

« La pièce de Richard-cœur-de-Lion, que l’on représentait, devait tenter un parisien, qui l’avait vu jouer dans la grande ville, et qui désirait connaître la manière dont elle serait jouée en province ; le succès a passé mes espérances. La comédie de Nancy m’avait donné une mauvaise idée des spectacles de province ; mais celui de Strasbourg m’a prouvé que Paris n’est pas le seul endroit où les talents se rassemblent17. »

  • 18 Reichardt J.-F., Un hiver à Paris sous le Consulat, Paris, Tallandier, 2003.

11D’une manière générale, cependant, il semble que la qualité des spectacles strasbourgeois n’ait pas déchaîné l’enthousiasme des contemporains. Ainsi de Johann Friedrich Reichardt (1752-1814), compositeur et critique musical, célèbre pour ses souvenirs sur le Paris de l’époque du Consulat18 qui, de passage à Strasbourg en 1792, écrivait :

  • 19 Cité par A. Laquiante, Deux touristes à Strasbourg (1792-1801), op. cit., p. 15.

« En sortant de la comédie française, des plus médiocres d’ailleurs, j’allai chez le maire19. »

12De même, Jean-Frédéric Aufschlager (1766-1833), historien et pédagogue, professeur à l’université de Strasbourg, écrivait-il également dans ses souvenirs sur le Strasbourg de la fin du xviiie siècle :

  • 20 Aufschlager J.-F., Les Souvenirs d’un vieux professeur strasbourgeois (1766-1833), op. cit., p. 47.

« Le théâtre est médiocre ; de temps en temps on voit un acteur célèbre de la capitale20. »

  • 21 Rochambeau Comte de, Mémoires militaires, historiques et politiques de Rochambeau, Ancien Maréchal (...)

13Ainsi, de même qu’il ne jugeait pas utile de nommer les comédies médiocres vues en Angleterre, peut-être Karamzine ne nomma-t-il pas la ou les pièce(s) vue(s) à Strasbourg en raison de leur piètre qualité. Ceci est une première explication possible. Une autre existe toutefois. Peut-être Karamzine ne nomme-t-il pas les pièces vues car il n’est, tout simplement, pas allé au théâtre. En effet, l’agitation régnant dans la ville dans la journée du 6, dès 10 heures du matin, comme le précise Rochambeau21, ne devait pas être favorable à la recherche d’amusements quelconques. Karamzine aurait donc su qu’il y avait représentation ce jour-là, peut-être par voie d’affichage, ou par ouï-dire, mais n’y serait pas allé personnellement. De fait, ce qu’il dit du théâtre est non seulement très général et a pu à ce titre être inventé, mais s’oppose même radicalement à certains témoignages contemporains. Ainsi du comportement des officiers, qui semblent, d’après le texte des Lettres, s’amuser de la manière la plus insouciante :

« […] je n’ai rien remarqué chez les spectateurs que de la gaieté. Les jeunes officiers couraient de loge en loge […] »

14Ce portrait bravache des officiers, galants même dans la tempête, est très éloigné de celui donné par le bourgeois Louis Mareux, dans la lettre déjà évoquée :

  • 22 Cité par L. de Launay, Une famille de la bourgeoisie parisienne pendant la Révolution, op. cit., p. (...)

« Je t’assure que les officiers sont bien penauds et leur font [aux séditieux – R. B.] de très grandes honnêtetés22… »

  • 23 Sur la « théatromanie » française au xviiie siècle, cf. Lever M., Théâtre et Lumières : les spectac (...)

15Dans ces conditions, l’évocation du théâtre n’est sans doute pas un élément référentiel, mais plutôt un insert fictionnel, ajouté à la trame autobiographique du texte pour des raisons thématiques et poétiques. En effet, l’évocation du théâtre prend tout son sens dans l’épisode liminaire sur la France, si l’on veut bien se souvenir que les plaisirs du spectacle, et notamment du théâtre sont précisément pour Karamzine ce qui fait la spécificité de la France23. Ainsi le narrateur, en conclusion à la lettre 100, déclare-t-il :

  • 24 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 100 (...)

« L’Anglais triomphe au Parlement et à la bourse, l’Allemand dans son cabinet de travail, le Français au théâtre24. »

16Si le théâtre est le lieu où s’exprime le génie français, il n’est pas étonnant que le narrateur karamzinien, sinon l’auteur lui-même, s’y précipite dès son arrivée en France, c’est-à-dire lors de son étape dans la première ville française après le Rhin. Les raisons présidant à l’insertion de cet épisode sont donc sémiotiques et non référentielles. Ceci est d’autant plus probable que cette évocation du théâtre sert non seulement à définir thématiquement l’identité française, mais également à introduire l’isotopie de la Révolution comme spectacle, à laquelle sera consacré le chapitre suivant.

17Si l’on accepte l’idée que les troubles engendrés par la soldatesque ivre n’étaient pas propices à la recherche de loisirs, on peut s’interroger sur la réalité extratextuelle des autres visites effectuées par le narrateur karamzinien lors de son séjour à Strasbourg, et notamment de ses visites touristiques. De fait, se rendre d’un monument à l’autre exige de traverser la ville, et donc de prendre le risque de tomber sur des mutins. Or ces mutins sont non seulement présents partout, mais ils sont également effrayants, comme le suggère le passage suivant de la lettre de Mareux :

  • 25 Cité par L. de Launay, Une famille de la bourgeoisie parisienne pendant la Révolution, op. cit., p. (...)

« Ils [les mutins – R. B.] ont forcé leur prison et les ont menés en triomphe [les prisonniers – R. B.] dans tous les quartiers de la ville. Tout ce tapage nous a donné des craintes, ils étaient tous armés, et des gens ivres on ne peut que s’en méfier25. »

  • 26 Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 74 : « Karamzin n’était (...)
  • 27 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 90, (...)

18Certes Karamzine n’est pas un couard, comme l’affirme avec fougue Lotman, désireux de défendre son héros et surtout de réfuter la thèse de la fuite en Suisse, pour promouvoir celle du séjour secret à Paris en août 178926. Cependant, certains épisodes des Lettres montrent que le narrateur, et probablement derrière lui l’auteur, est prudent. Ainsi de l’épisode lyonnais, où l’agitation de la foule résolue à pendre un passant fait refluer prudemment le narrateur et son ami Becker vers leur hôtel. Là, ils attendent que la foule se disperse avant d’aller se promener sur les bords du Rhône27.

Ill. 12 : Vue de la cathédrale de Strasbourg. Gravure du xviie siècle (1650 ?). Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

19Prudent plutôt que téméraire, l’auteur n’a ainsi probablement pas fait toutes les visites que prétend avoir fait le narrateur. La trace de la mystification, de fait, apparaît, comme dans l’épisode de la sortie au théâtre, dans certains détails troublants du récit des visites touristiques de l’épisode strasbourgeois.

2. Le narrateur à la cathédrale

20Au premier rang des visites dont la véracité prête à caution se trouve celle de la cathédrale (ill. 12), évoquée par le narrateur des Lettres dans les termes suivants :

  • 28 L’archine est une ancienne mesure russe de longueur correspondant à 71,12 cm.
  • 29 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, (...)

« L’église cathédrale de la ville est une sublime construction gothique, et sa tour est réputée la pyramide la plus élevée de l’Europe. Quand on entre dans ce vaste temple, où jamais ne pénètre la vive lumière, il est impossible de ne pas être pris de vénération. Mais, si l’on veut entretenir en soi ce noble sentiment, qu’on ne regarde pas les bas-reliefs des corniches et des colonnes, où l’on voit des figures allégoriques d’une bizarrerie qui prête à rire. Par exemple, des ânes, des singes et d’autres animaux ont été sculptés sous le costume monacal de différents ordres ; les uns, avec un air important, font la procession ; d’autres font des cabrioles, etc… Sur un bas relief on a représenté un moine avec une nonne dans la position la plus inconvenante. – Les vêtements liturgiques des prêtres et l’ornementation des autels sont montrés comme des choses extraordinaires. Un seul crucifix d’argent, donné à l’église par Louis XIV, vaut 60 000 thalers. – Par un escalier tournant, composé de 725 marches, je suis monté presque au faîte de la tour, d’où l’on ne peut regarder en bas sans un certain effroi. Les gens dans la rue faisaient l’effet d’insectes rampants, et la ville entière semblait pouvoir être mesurée en un instant avec une archine28. À dix milles et au-delà bleuissaient les montagnes. On dit que, par temps très clair, il est possible d’apercevoir jusqu’aux cimes neigeuses des Alpes ; mais je ne les ai pas aperçues, quelque effort que j’ai pu faire pour plisser les yeux. – L’horloge de cette tour, du fait de la variété de ses mouvements, passait autrefois pour une merveille de mécanique ; mais il est probable que les fiers artistes de notre temps ne pensent pas de même. – Parmi les cloches, dont la plus grande pèse 204 quintaux, on m’a montré celle dite d’argent, qui pèse 48 quintaux et ne sonne, à ce qu’on m’a dit, que le jour de la Saint-Jean. On y conserve aussi une grande corne de chasse, avec laquelle, il y a 400 ans, les Juifs de la ville voulurent donner à l’ennemi le signal de la prise de la ville. Le complot fut découvert ; beaucoup de Juifs furent brûlés, beaucoup, ruinés, et les autres, chassés de la ville. En souvenir de ce complot heureusement déjoué, on sonne dans cette trompe deux fois chaque nuit. – Sur les murs du clocher, les voyageurs écrivent leurs noms, ou bien des vers, ou bien ce qui vient à l’esprit de chacun. Je trouvai même des inscriptions russes que voici : Nous sommes venus ici, et nous avons été horriblement fatigués. – C’est haut ! – Bonjour, cher compatriote ! – Quelle vue29 ! »

21La description de Karamzine suit classiquement la syntagmatique de la déambulation du visiteur : aspect extérieur général, aspect intérieur général, ascension, évocation de la vue depuis le clocher, évocation de divers détails liés au clocher (les cloches, la corne de chasse). Elle est de plus précise et détaillée. À ce titre, elle rappelle les descriptions antérieures de l’édifice, véritable topos des récits de voyage et des souvenirs sur la capitale alsacienne.

22On trouve ainsi une description similaire dans les mémoires de Goethe, Vérité et poésie, où elle ouvre littéralement la séquence strasbourgeoise du texte :

  • 30 Goethe J. W., Ses mémoires, sa vie. Vérité et poésie, Paris, Le Signe, 1979 (fac-similé de l’éditio (...)

« Je descendis à l’hôtel de l’Esprit. Je sortis aussitôt pour contenter mon désir le plus ardent, pour m’approcher de la cathédrale, qui m’avait été montrée de loin par mes compagnons de voyage, et sur laquelle mes yeux étaient demeurés fixés dans une assez longue étendue de chemin. Lorsque, de la petite rue qui y conduisait, j’aperçus ce colosse, et que je me trouvais ensuite tout auprès, sur la place peu spacieuse où il s’élève, il produisit sur moi une impression que je fus incapable de débrouiller sur-le-champ et qui me resta longtemps obscure, pendant que je montais en hâte au faîte de l’édifice pour ne pas manquer le moment précieux d’un soleil brillant, à la faveur duquel j’allais découvrir, d’un seul coup d’œil, ce vaste et riche pays.
[…]
Descendu de la hauteur, je demeurai encore assez longtemps en face du vénérable édifice ; mais, ni la première fois, ni dans les premiers temps, je ne pus parfaitement m’expliquer la sensation que cette œuvre merveilleuse produisit sur moi ; elle me fit l’effet d’une masse monstrueuse, qui m’eût effrayée, si elle ne m’avait pas paru en même temps compréhensible par sa symétrie, agréable même par le fini de ses détails. Cette contradiction, pourtant, ne me préoccupa nullement ; et je laissai ce monument prodigieux agir sur moi par son seul aspect30. »

23L’évocation de la cathédrale est également au centre d’un récit de voyage par lettres écrit par un anonyme dijonnais en 1782 :

« Lettre sixième, de Strasbourg, le 23 mai.
Nous étions si empressés de voir cette ville, qu’après nous être habillés, nous sortîmes, et allâmes dans plusieurs quartiers. Nous fûmes surpris de la hauteur de la tour de la Cathédrale et de la grandeur de cette Eglise :
[…]
Le lendemain matin nous profitâmes du beau temps pour monter à la tour de la Cathédrale qui, du bas, ne paroit pas aussi haute qu’elle l’est réellement. Quand on la considère du dedans, les proportions en paroissent immenses, et la délicatesse avec laquelle elle est travaillée, vous étonne. Qu’on imagine une tour d’une hauteur déjà très-considérable, où se trouve une plate-forme très large, du milieu de laquelle s’élève une flèche en pierre de plus de deux cent pieds, et travaillée à jour.
Pour donner une idée juste de l’élévation de cette tour, lorsqu’on est parvenu au-dessus d’une des quatre tourelles ; qui du bas semblent toucher au sommet, on trouve une seconde plate-forme qui tourne autour de la flèche, qui est d’un travail surprenant par la délicatesse : c’est à cet endroit que l’on monte par quatre petits escaliers tournans, percés à jour, et si étroits qu’un homme d’une taille un peu forte y passeroit difficilement ; car nous fûmes obligés d’y monter un peu de côté : les escaliers ont à peine cinq pouces de foulée. Nous allâmes jusque sous la lanterne ; il ne restoit plus que trois escaliers, qui sont en dehors, et où il n’y a plus de rampe pour s’appuyer ; et six autres qui sont pris dans la lanterne. Ces neuf escaliers nous parurent trop dangereux à monter, et surtout plus difficiles encore à descendre. Nous nous contentâmes de l’élévation où nous étions parvenus. Nous découvrîmes un pays immense : mais comme nous étions étonnés de cette trop grande élévation, nous en descendîmes pour jouir un peu plus à notre aise de la vue sur la petite plate-forme.
C’est un spectacle vraiment beau, que de considérer l’étendue de pays qu’on découvre de tous côtés. Vous êtes surpris quand vous regardez en bas ; vous voyez les carrosses comme des brouettes, et les hommes de la grandeur d’un enfant de quatre à cinq ans. Lorsque vous descendez, vous vous voyez absolument portés sur une rue qui paroît être en l’air, ne voyant autour de vous qu’un vide immense, et que de légères barres de fer pour vous empêcher de tomber. On compte 327 marches depuis la plate-forme de l’église jusqu’au sommet. Dans la lanterne on peut tenir cinq ou six personnes. On compte à peu près le même nombre d’escaliers depuis la plate-forme jusqu’au pavé de la ville. La hauteur de la tour est de 494 pieds un pouce.
Le portail de l’eglise est grand, travaillé à jour, orné de statues et d’une rose qui fait le plus grand effet. Les portes de la nef sont recouvertes en dehors d’un ouvrage gothique de cuivre, d’une très-grande épaisseur : elles sont cachées par une seconde porte en bois, pour empêcher que l’humidité ne les couvre de vert-de-gris. »

24À cette évocation de l’extérieur de la cathédrale succède la description de son intérieur :

  • 31 L’Alsace en 1782 vue par un inconnu, op. cit., p. 31, 34-35.

« L’intérieur de l’église étonne par sa grandeur et sa hauteur : elle est sombre, mais très bien tenue. Le chœur est grand ; il faut monter plus de vingt marches pour y arriver ; ce qui fait un grand effet : il est simple, et même un peu trop nu. Les formes sont dans le goût moderne et dorées, avec les armes des Comtes au dessus. Il y a trois rangs de stalles adossées : celles du fond sont pour les Comtes, les secondes pour les chanoines prébendés, et les troisièmes pour le bas-chœur. Dans le milieu est le trône de l’évêque, qui est de velours cramoisi, avec une superbe bordure en or ; il est surmonté d’un dais, où l’on voit les armes des Rohans. L’autel est à la Romaine ; il est d’un superbe marbre blanc. Les chandeliers et la croix sont d’une hauteur prodigieuse, d’une excellente forme, et dorés d’un or moulu. Le lutrin est remarquable : il est de marbre blanc, et tout garni d’or moulu. L’aigle est surtout de la plus grande beauté. Ce morceau seul coûte vingt mille francs.
L’habit de chœur des Comtes est composé d’une soutane de velours ras cramoisi, d’un rochet, et d’une pelisse d’hermine ronde, d’où pendent tout autour les queues ; par-dessus est leur cordon. Les chanoines prébendés sont habillés de même avec une soutane noire, à l’exception que le camail est doublé de soie violette31. »

25Comme le montre la lecture des trois extraits cités, le texte de Karamzine présente de nombreux traits communs avec les descriptions de Goethe et du voyageur dijonnais. Ainsi le narrateur karamzinien s’étonne d’abord, comme ses deux prédécesseurs, de la prodigieuse hauteur du clocher. Il est ensuite frappé, à l’instar du voyageur anonyme, de la pénombre qui règne à l’intérieur de la cathédrale. Après avoir traversé cet espace obscur, il entreprend l’ascension du clocher, comme Goethe et l’anonyme français. Ce faisant il compte les marches, comme le Dijonnais. Alors toutefois que le Français ne compte que depuis la plate-forme jusqu’au sommet, le narrateur karamzinien compte du sol presque jusqu’« au faîte de la tour ». Arrivés en haut, les trois narrateurs contemplent la vue. Enfin Karamzine donne, tout comme le Dijonnais, des détails sur certains des éléments liturgiques, réputés pour leur caractère précieux.

  • 32 Reuss R., La Cathédrale de Strasbourg pendant la Révolution. Études sur l’histoire politique et rel (...)

26Ce luxe de détails devrait logiquement nous amener à croire à la réalité de la visite de la cathédrale par Karamzine. Cela serait compter toutefois sans les circonstances exceptionnelles qui marquèrent la journée où l’écrivain fut présent à Strasbourg. Outre qu’une ville envahie par la soldatesque ivre n’invite guère, comme je l’ai déjà dit, à la promenade touristique, notons qu’il est fort possible que le soulèvement de la garnison ait entraîné la fermeture de la cathédrale. Certes, l’ouvrage de Rodolphe Reuss La Cathédrale de Strasbourg pendant la Révolution ne dit rien d’une telle fermeture. Toutefois, l’auteur avoue lui-même n’avoir pas trouvé de sources susceptibles de donner ce type d’informations32. Si les documents d’archive liés spécifiquement à l’histoire de la cathédrale restent ainsi muets, il n’en est cependant pas de même des témoignages des contemporains. Le récit de voyage d’Arthur Young déjà évoqué indique que, lors de l’émeute des 20-21 juillet, la peur du pillage incita les autorités à fermer les portes des églises :

  • 33 Young A., Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, op. cit., p. 345.

« […] le mal était trop avancé pour qu’il pût être possible de faire autre chose que de garder toutes les avenues, en empêchant les gens de pénétrer dans le centre de l’action, mais en permettant à tous ceux qui le voulaient de se retirer avec leur butin ; en même temps, on plaça des gardes aux portes des églises et de tous les monuments publics33. »

  • 34 Lettre des représentants de la bourgeoisie aux députés de Strasbourg, à Versailles, Strasbourg, le (...)
  • 35 Moore J., Lettres d’un voyageur anglois sur la France, la Suisse et l’Allemagne, Traduit de l’anglo (...)

27Parce que le spectacle de la violence et des déprédations avait incité les responsables des autorités municipales et ecclésiastiques à agir promptement en juillet, il est vraisemblable que des mesures de précaution équivalentes furent prises dès le 5 août, surtout pour la cathédrale, qui abritait un trésor. À ce titre, il est probable que Karamzine ne put pas visiter la cathédrale dans la journée du 6, alors que « le mal [était] au comble et les scènes de dissolution effrayantes34. » Dès lors, la richesse de la description donnée par Karamzine peut ne pas avoir d’origine autobiographique, mais être tirée d’une source écrite quelconque. Cette source, ou l’une de ces sources en tout cas, a été identifiée il y a plus d’un siècle par Vladimir Sipovski dans son ouvrage fondateur Karamzine, auteur des « Lettres d’un voyageur russe ». Parmi les auteurs consultés par Karamzine dont Sipovski dressa la liste, se trouve en effet un voyageur anglais, John Moore, dont les Lettres d’un voyageur anglois sur la France, la Suisse et l’Allemagne, parurent en traduction française en 178135. Or, cet ouvrage contient la quasi-totalité des informations données par Karamzine sur la cathédrale de Strasbourg, notamment celles qui semblent à première vue les plus subjectives, ainsi que le montrent les comparaisons suivantes :

  • 36 Sur l’origine de la sonnerie du cor on consultera Blumstein F., La cathédrale de Strasbourg, préfac (...)

Texte de Karamzine

Texte de Moore

L’église cathédrale de la ville est une sublime construction gothique, et sa tour est réputée la pyramide la plus élevée de l’Europe.

J’ai eu la curiosité de monter au haut du clocher de cette cathédrale, que l’on regarde comme un des plus élevés qu’il y ait en Europe.

Quand on entre dans ce vaste temple, où jamais ne pénètre la vive lumière, il est impossible de ne pas être pris de vénération. Mais, si l’on veut entretenir en soi ce noble sentiment, qu’on ne regarde pas les bas-reliefs des corniches et des colonnes, où l’on voit des figures allégoriques d’une bizarrerie qui prête à rire. Par exemple, des ânes, des singes et d’autres animaux ont été sculptés sous le costume monacal de différents ordres ; les uns, avec un air important, font la procession ; d’autres font des cabrioles, etc… Sur un bas relief on a représenté un moine avec une nonne dans la position la plus inconvenante.

Aucun genre d’architecture n’est plus propre à nous inspirer des pensées salutaires que les gothiques : il semble ne s’être proposé que d’inspirer des sentiments sublimes & pieux. Cette mélancolie religieuse, dont l’esprit est ordinairement saisi dans les églises gothiques, est souvent bien diminuée par certains bas-reliefs ridicules dont les corniches & les colonnes de cette cathédrale de Strasbourg ont originalement été décorées… Les vices des moines y sont représentés sous des figures allégoriques de pourceaux, d’ânes, de singes & de renards ; s’acquittant, revêtus des habits de différens ordres, des fonctions les plus respectables de leur ministère pour l’édification de ceux qui ne sauroient saisir le sens de ces allégories. Un moine avec l’habit de son ordre est sculpté sur le lutrin dans la posture la plus indécente, ayant une nonne couchée à ses côtés.

Par un escalier tournant, composé de 725 marches, je suis monté presque au faîte de la tour, d’où l’on ne peut regarder en bas sans un certain effroi. Les gens dans la rue faisaient l’effet d’insectes rampants, et la ville entière semblait pouvoir être mesurée en un instant avec une archine. À dix milles et au-delà bleuissaient les montagnes. On dit que, par temps très clair, il est possible d’apercevoir jusqu’aux cimes neigeuses des Alpes ; mais je ne les ai pas aperçues, quelque effort que j’ai pu faire pour plisser les yeux.

J’ai eu la curiosité de monter au haut du clocher de cette cathédrale, que l’on regarde comme un des plus élevés qu’il y ait en Europe ; sa hauteur étant de cinq cent soixante & quatorze pieds. Il vous sera facile de vous former une idée des objets qui se présentent à la vue, lorsque je vous dirai qu’on découvre du sommet la ville de Strasbourg & les vastes plaines de l’Alsace, arrosées par le Rhin. Il est assez rare de trouver des paysages de cette nature ; quoique très agréables, ils étonnent & frappent moins que les objets sauvages, irréguliers & sublimes que l’on rencontre en Suisse (299).

L’horloge de cette tour, du fait de la variété de ses mouvements, passait autrefois pour une merveille de mécanique ; mais il est probable que les fiers artistes de notre temps ne pensent pas de même.

Je ne dis rien de la grosse horloge et de ses différens mouvemens. Quoiqu’elle fût, au moment où elle sortit des mains de l’ouvrier, un objet d’admiration, les artistes de nos jours n’en font pas grand cas.

Parmi les cloches, dont la plus grande pèse 204 quintaux, on m’a montré celle dite d’argent, qui pèse 48 quintaux et ne sonne, à ce qu’on m’a dit, que le jour de la Saint-Jean. On y conserve aussi une grande corne de chasse, avec laquelle, il y a 400 ans, les Juifs de la ville voulurent donner à l’ennemi le signal de la prise de la ville. Le complot fut découvert ; beaucoup de Juifs furent brûlés, beaucoup, ruinés, et les autres, chassés de la ville. En souvenir de ce complot heureusement déjoué, on sonne dans cette trompe deux fois chaque nuit.

Parmi les curiosités de la cathédrale, j’aurois dû faire mention de deux grosses cloches que l’on montre aux étrangers. L’une est de fonte, & pèse dix tonnes ; l’autre d’argent, qui en pèse, à ce qu’on assure, plus de deux… On y montre aussi un très-gros-corde-chasse, dont voici l’histoire : il y a près de quatre cent ans que les juifs complotèrent de livrer la ville, & se proposèrent de faire usage de ce même instrument pour avertir l’ennemi du moment où il devoit commencer l’attaque.
N’est-il pas étonnant qu’on ait répandu tant de contes extraordinaires & ridicules au sujet de ces malheureux juifs. La conspiration fut cependant découverte, & plusieurs de ces infortunés furent brûlés vifs, les autres furent dépouillés de leur argent & de leurs effets, & bannis de la ville. Chaque nuit ce cor se fait entendre deux fois du haut du clocher, en mémoire de cette heureuse délivrance. Les juifs, vous n’aurez pas de peine à le croire, nient toutes les circonstances de cette histoire, à l’exception des violences & de la ruine que leur nation a souffertes. Ils soutiennent qu’elle a été inventée pour fournir un prétexte à ces friponneries & à ces violences, & assurent que le clocher de Strasbourg, ainsi que le monument de Londres, n’est qu’un fanfaron orgueilleux & menteur36.

28Comme on le voit, écrasante est la dette de Karamzine à John Moore, auteur peut-être lu lors de l’hiver 1789-1790 à Genève, puisque c’est là qu’avait été publiée la traduction française des Lettres d’un voyageur anglois sur la France, la Suisse et l’Allemagne. Cette dette est d’ailleurs telle que Karamzine reproduit les erreurs de Moore qui, peut-être, n’a pas, lui non plus, visité la cathédrale ! En effet, les figures ridicules des animaux déguisés en moines et celle, choquante, du moine et de la nonne débauchés, bien qu’attestées historiquement, n’existaient visiblement plus dès l’époque du passage de John Moore. Un historien alsacien du xviiie siècle, l’abbé Philippe André Grandidier, en évoque ainsi la disparition dans ses Essais historiques et topographiques sur l’église cathédrale de Strasbourg, publiés en 1782 :

  • 37 Grandidier P.-A., Essais historiques et topographiques sur l’église cathédrale de Strasbourg, Stras (...)

« Quoi qu’il en soit, les figures d’animaux que nous venons de décrire, ont subsisté dans la cathédrale de Strasbourg même après la soumission de la ville au Roi de France. Elles furent détruites et raclées en 1685 par un tailleur de pierre, catholique, qui travaillait alors comme garçon chez l’Architecte Joseph Lantenschlorger, & qui voulut par-là anénantir cet opprobre à la Religion37. »

  • 38 Ibid., p. 270-271.

« L’appui-main de la rampe de l’escalier, qui conduit à la chaire, était semé de petites figures grotesques et curieuses par leur bisarrerie. On y remarquait entr’autres celle d’un moine couché au-dessus & aux pieds d’une béguine, dont il soulevait les juppes. Cette figure immodeste, qu’on y a encore vu de nos jours, ne fut ôtée qu’en 1764, par ordre du Seigneur Grand-Doyen le Prince de Lorraine38. »

29Ainsi, la soumission aveugle avec laquelle Karamzine recopie Moore témoigne, outre de son désir d’enrichir son texte d’informations pittoresques à destination de son lecteur, du fait qu’il n’a pas pris la peine de vérifier la véracité des dires de son prédécesseur sur la cathédrale. S’il ne l’a pas fait, c’est peut-être tout simplement parce qu’il n’a pas mis les pieds dans l’édifice.

  • 39 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 89, (...)

30Expurgé de ses emprunts à son modèle anglais, le texte de Karamzine sur la cathédrale ne contient plus guère que quelques détails. Certains, relevant de la pure notation visuelle, de type très général ou difficilement vérifiable, peuvent avoir été inventés. Ainsi de la référence à la pénombre régnant dans l’église, aisée à deviner lorsque l’on décrit une église gothique, et qui sert à Karamzine à des fins idéologico-esthétiques, comme on le verra dans le dernier chapitre. Ainsi également du fait que l’on puisse, du haut du clocher, apercevoir les Alpes par temps clair, cliché de la description depuis une hauteur, que l’on retrouve d’ailleurs dans une des lettres de Lyon39. D’autres notations, moins générales, supposent cependant, si l’on retient l’hypothèse que Karamzine n’a pas visité la cathédrale, des sources écrites supplémentaires, en complément aux Lettres d’un voyageur anglois de Moore. De fait, nombreux étaient les ouvrages, dès le xviiie siècle, consacrés entièrement ou partiellement à la cathédrale de Strasbourg. Outre les Essais de Grandidier déjà évoqués, on peut citer ainsi, parmi les plus célèbres, l’ouvrage de Hautemer Description historique et topographique de la ville de Strasbourg et de tout ce qu’elle contient de plus remarquable. En faveur des voyageurs (Strasbourg, Koenig Arnaud, 1785) et surtout la Description nouvelle de la Cathédrale de Strasbourg et de sa fameuse tour ; contenant ce qui s’y est passé depuis sa construction, cinquième édition avec figures en taille douce, revue et corrigée, ouvrage traduit de l’allemand ayant connu de nombreuses rééditions en langue française entre 1733 et 1788. Or, la comparaison du texte de Karamzine à ces trois sources révèle quelques dettes supplémentaires. Ainsi l’ouvrage de Grandidier fait référence au don par Louis XIV à la cathédrale d’un crucifix et à la richesse de l’ornementation des autels, deux aspects évoqués par le narrateur des Lettres d’un voyageur russe. L’ouvrage de Hautemer, quant à lui, répète, en y changeant quelques détails, l’histoire du crucifix rapportée par Grandidier :

31Texte de Karamzine :

« Les vêtements liturgiques des prêtres et l’ornementation des autels sont montrés comme des choses extraordinaires. Un seul crucifix d’argent, donné à l’église par Louis XIV, vaut 60 000 thalers. »

32Texte de Grandidier :

  • 40 Grandidier P.-A., Essais historiques et topographiques sur l’église cathédrale de Strasbourg, op. c (...)

« Le grand-autel était ci-devant orné d’un crucifix d’argent, haut de sept pieds, pesant quatre cent marcs, & de six chandeliers également d’argent, hauts de quatre pieds huit pouces & pesant chacun quarante marcs. Les uns & les autres étaient un présent de Louis XIV, fait en 1698. Le crucifix se voit encore au trésor & orne un des reposoirs de la fête-dieu. Mais les six chandeliers, ainsi que deux autres d’argent […] furent portés en 1760 à l’hôtel de la monnoye pour subvenir aux besoins de l’État40. »

  • 41 Ibid., p. 306.

« La partie la plus riche de ce trésor consiste dans les ornements précieux, que Louis XIV donna à la cathédrale, à laquelle ils furent remis par son ordre le 10 septembre 169841. »

33Texte de Hautemer :

  • 42 Hautemer C. de, Description historique et topographique de la ville de Strasbourg et de tout ce qu’ (...)

« Cet autel est chargé en tout temps de six magnifiques chandeliers & d’une croix de similor, de six à sept pieds de hauteur, qu’on a substitués à d’autres de la même grandeur, qui étoient d’argent & pesoient 840 marcs. C’étoit un présent du Roi Louis XIV que le grand chapitre a consacré sous son successeur aux besoins de l’état, en 1758 & fait porter à l’hôtel des monnoyes, à l’exception de la croix42. »

34De même, la description des cloches donnée par Karamzine est présente chez Grandidier, et dans l’ouvrage Description nouvelle de la Cathédrale de Strasbourg et de sa fameuse tour. Comme plus tard chez Karamzine, les auteurs français font référence au fait que l’on ne sonne la cloche « d’argent » que lors d’une fête bien précise :

35Texte de Karamzine :

« Parmi les cloches, dont la plus grande pèse 204 quintaux, on m’a montré celle dite d’argent, qui pèse 48 quintaux et ne sonne, à ce qu’on m’a dit, que le jour de la Saint-Jean. »

36Texte de Grandidier :

  • 43 Grandidier P.-A., Essais historiques et topographiques sur l’église cathédrale de Strasbourg, op. c (...)

« La cloche d’argent est aussi nommée la cloche de la foire, mepp-glock, parce qu’on ne la sonne communément que deux fois par an, depuis midi jusqu’à une heure, à l’entrée et à l’issue de la foire de St Jean, c’est-à-dire, le 24 juin & le 8 juillet43. »

37Description nouvelle de la Cathédrale de Strasbourg et de sa fameuse tour :

  • 44 Description nouvelle de la cathédrale de Strasbourg et de sa fameuse tour ; contenant ce qui s’y es (...)

« La Cloche d’Argent fut fondue par Jean Quingelberger en 1643. Elle pèse 15 quintaux : on ne la sonne qu’à l’entrée & à l’issue de la Foire de St Jean, depuis midi jusqu’à une heure44. »

38Ainsi, si l’on veut bien imaginer que Karamzine ait utilisé diverses sources écrites non comme matériau d’appoint, comme on l’a cru jusqu’ici, notamment en ce qui concerne les lettres de Moore, mais comme matériau de substitution pour pallier son absence d’expérience personnelle, on peut conclure que la visite à la cathédrale, tout comme la sortie au théâtre, relève de la mystification littéraire.

39Un détail demeure cependant. Il s’agit de la mention, dans le texte de Karamzine, des graffitis couvrant les murs du clocher de la cathédrale. Comme l’écrit en effet l’écrivain russe :

« Sur les murs du clocher, les voyageurs écrivent leurs noms, ou bien des vers, ou bien ce qui vient à l’esprit de chacun. Je trouvai même des inscriptions russes que voici : Nous sommes venus ici, et nous avons été horriblement fatigués. – C’est haut ! – Bonjour, cher compatriote ! – Quelle vue ! »

40Comment, s’il n’y était pas monté, Karamzine aurait-il pris connaissance de l’existence des nombreux graffitis qui ornent bel et bien, jusqu’à ce jour, les murs de l’édifice ? La référence à ces notations intimes pourrait ainsi suggérer, à l’inverse de ce que j’ai postulé, que l’écrivain est bel et bien monté en haut du clocher. Plusieurs éléments, cependant, semblent devoir contredire cette hypothèse.

  • 45 Théocrite, Idylle 18 : « Épithalame d’Hélène », dans Bucoliques grecs, tome 1, texte établi et trad (...)
  • 46 Nikolaev S. I., « Imja na dereve (iz istorii idilličeskogo motiva) » [« Le nom gravé sur l’arbre (é (...)

41Le premier est lié au caractère tout à la fois anodin et anonyme des graffitis russes évoqués par le narrateur des Lettres : « Nous sommes venus ici, et nous avons été horriblement fatigués », – « C’est haut ! » – « Bonjour, cher compatriote ! » – et « Quelle vue ! » De fait, le graffiti ne peut être, dans le contexte du sentimentalisme qui sert de code de référence esthétique au texte des Lettres, tout à la fois anodin et anonyme. Par leur caractère privé, les graffitis évoqués par Karamzine se rattachent en effet à la tradition de l’inscription intime issue de la poésie bucolique, malgré le fait qu’ils aient ici pour support la pierre, et non un élément végétal, comme une écorce d’arbre, support privilégié de l’inscription intime chez Théocrite ou Virgile45. Or, ce type d’inscription a traditionnellement deux fonctions. La première est d’évoquer une émotion digne de retenir l’attention des promeneurs. C’est la raison pour laquelle les inscriptions de la tradition bucolique ont généralement pour sujet l’amour, qu’elles célèbrent l’amour partagé ou déplorent l’amour impossible. Dans le premier cas, le scripteur grave traditionnellement les noms des deux amants, dans le second, le nom seul de l’objet de l’amour malheureux46. Il arrive aussi que le scripteur ne soit pas partie prenante dans la relation amoureuse évoquée par l’inscription. Dans ce cas, l’inscription a pour but de témoigner du respect suscité chez le tiers scripteur par la noblesse des sentiments éprouvés par d’autres. C’est de cela que parlent, par exemple, les inscriptions en l’honneur de Julie notées par le narrateur des Lettres, lors de sa visite de l’île des peupliers à Ermenonville :

  • 47 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 124 (...)

« […] vous cherchez des yeux le nom de Julie, et le voyez, sur les rochers et les arbres47. »

  • 48 Certains de ces vers furent reproduits sous la gravure de N. I. Sokolov servant de frontispice à la (...)
  • 49 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 124 (...)
  • 50 Lettre d’I. A. Ivanov à A. H. Hvostov, datée de 1799. Citée par S. I. Nikolaev « Imja na dereve (iz (...)

42Dominante dans les inscriptions d’origine bucolique, la thématique amoureuse n’aurait certes guère eu sa place sur les murs d’une cathédrale. Cependant, l’amour peut être remplacé, dans les variations modernes du motif, par l’évocation de tout autre sentiment noble, comme par exemple l’exaltation que génère l’admiration d’un paysage sublime. C’est à cette catégorie, de fait, que pourrait ressortir l’inscription « Quelle vue ! ». Néanmoins, qu’il traite d’amour ou de l’expérience du sentiment du sublime, le graffiti sentimental exige le style noble. C’est pour cela que les inscriptions sont souvent versifiées. Ainsi des inscriptions en hommage à la pauvre Lise, héroïne de la nouvelle éponyme de Karamzine (1792), gravées sur les écorces des arbres entourant l’étang du monastère Simonov à Moscou, où l’auteur avait situé l’action de son récit48. Par le recours aux vers, ces inscriptions témoignaient d’un désir de faire correspondre éloquence de l’inscription et respect pour son dédicataire. Sujet noble et style adapté apparaissent donc comme deux éléments de l’inscription sentimentaliste, dont sont parfaitement dépourvus les graffitis prétendument notés par Karamzine dans la cathédrale. Certes, il existe des exceptions à cette double règle. Mais elles concernent seulement les inscriptions insultantes, parodiques et/ou pornographiques, évoquées tant par Karamzine lui-même à propos du tombeau de Rousseau à Ermenonville49, que par un promeneur, contemporain de Karamzine, à propos d’inscriptions moqueuses gravées sur les arbres autour de l’étang du monastère Simonov50. Les graffitis évoqués dans la cathédrale ne ressortissent toutefois pas à cette catégorie.

43Ne traitant d’aucun sentiment sublime et méprisant le style noble, les graffitis de la cathédrale évoqués par Karamzine pourraient toutefois remplir la deuxième fonction assignée à l’inscription dans l’esthétique sentimentale : attester d’une présence pour suppléer une future absence. L’attestation de cette présence a deux fins. La première consiste à témoigner de son attachement à un lieu valorisé par l’esthétique de la sensibilité, afin de prouver par sa présence en ce lieu que l’on appartient à la catégorie des hommes sensibles. La seconde, complémentaire, sert à engager, au-delà de sa propre disparition du lieu privilégié, une communication avec un autre promeneur sensible. C’est à témoigner de leur présence que s’emploient ainsi les promeneurs de l’étang du monastère Simonov, évoqués par I. A. Ivanov dans sa lettre de 1799 à A. Kh. Khvostov :

  • 51 Ibid. : « Priehali dva kuzova, sireč’ linejka i kareta, polnye ševal’erov i dam, kotorye načali čit (...)

« Apparurent deux équipages, à savoir un break et un carrosse, remplis de chevaliers et de dames, qui s’approchèrent pour lire les inscriptions ; l’un d’eux écrivit même son nom sur un arbre ; je m’apprêtais à faire de même, mais il était déjà tard51. »

44Comme le montre le double exemple de l’auteur de la lettre, Ivanov, et du chevalier évoqué par lui, témoigner de sa présence nécessite évidemment d’inscrire son nom. De fait, c’est à quoi s’employèrent tous les visiteurs célèbres qui firent l’ascension de la plateforme et/ou du clocher de la cathédrale de Strasbourg. Bien que le visiteur contemporain n’ait guère accès qu’au graffiti laissé par Goethe, visible depuis la plateforme et reproduit ci-contre (ill. 13), les murs de la cathédrale s’ornent des noms de nombreux autres écrivains célèbres.

Ill. 13 : Graffiti de Goethe sur la cathédrale de Strasbourg. Cliché A. Arnaud.

  • 52 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, op. cit., p. 442.
  • 53 Blumstein F., La Cathédrale de Strasbourg, op. cit., p. 18.
  • 54 Chaubard A. H., « En feuilletant l’album des visiteurs de la cathédrale… », Bulletin de la cathédra (...)
  • 55 Sur le commerce représenté par la gravure du nom des touristes sur les murs de la cathédrale, cf. S (...)
  • 56 Goethe J. W., Ses mémoires et sa vie. Vérité et poésie, op. cit., p. 154-155 : « Mais j’étais surto (...)

45Figurent tout d’abord les jeunes acteurs du Sturm und Drang. Outre Goethe, déjà évoqué, Herder, Lenz, Jung-Stilling et Wagner « font graver en 1776 leurs noms dans le grès de la Cathédrale, de même que ceux de leurs amis Blessig et Schlosser, et des deux Comtes de Stolberg52. » Figurent ensuite d’autres poètes, prosateurs ou philosophes majeurs des Lumières françaises ou de l’Aufklärung allemand. Comme l’écrit Felix Blumstein, auteur d’un ouvrage sur la cathédrale de Strasbourg : « Que d’étrangers ont déjà visité notre vénérable cathédrale ! […] La plupart des visiteurs inscrivent leur nom dans le registre, d’autres préfèrent le graver dans la pierre ; parmi ces derniers nous trouvons celui de […] Uhland, […], Klopstock, Voltaire, Johannot, Gay-Lussac, Lavater, Schubart, […] Ohlenschlaeger, du prince Charles de Ligne, de Don Miguel du Portugal53. » Ainsi la pratique consistant à faire graver son nom sur les murs de la cathédrale était-elle répandue au xviiie siècle (le registre évoqué par Blumstein n’apparut qu’au xixe siècle54). Dans ces conditions, pourquoi les supposés voyageurs russes évoqués par Karamzine n’auraient-ils pas suivi la règle générale, consistant à faire inscrire son nom par les gardiens de la cathédrale, et auraient-ils plutôt fait écrire des banalités ? Leur geste aurait été d’autant plus absurde que la gravure était malaisée et surtout payante55 ! Goethe, qui avait l’habitude de monter sur le clocher pour tenter de dominer son vertige56, n’a pas fait inscrire sur les murs « Que c’est haut ! », contrairement aux supposés voyageurs des Lettres, mais bel et bien son nom. Du reste, les murs de l’édifice présentent aujourd’hui encore des graffitis attestant la présence de voyageurs russes, réels ceux-ci, qui tous firent graver leur nom, souvent leur titre, leur provenance, ainsi que la date de leur passage dans les lieux (ill. 14 et 15), et non des platitudes dans le genre de celles évoquées par le narrateur du texte karamzinien.

Ill. 14-15 : Graffitis de voyageurs russes sur la cathédrale de Strasbourg. Clichés A. Arnaud.

46La nécessité d’écrire son nom pour témoigner de sa présence en un lieu « consacré » est d’ailleurs attestée par le narrateur karamzinien lui-même dans un autre passage des Lettres. Entre Berne et Lausanne, alors qu’il observe l’ossuaire de la bataille de Morat, dont un mur adjacent est couvert de milliers de noms, il écrit en effet :

  • 57 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 72, (...)

« Où ne voit-on pas ce désir des hommes de répandre la trace de leur existence, ou son écho ? C’est pour cette raison-là que certains découvrent des terres inconnues ; c’est pour la même raison que le voyageur écrit son nom sur la tombe des Bourguignons57. »

47L’absence de nom, ainsi, rend à elle seule douteuse l’existence des graffitis évoqués.

  • 58 Ibid., lettre 33, « Weimar, 20 juillet », p. 71-73.
  • 59 Ibid., lettre 19, « Berlin, 6 juillet », p. 46. Jung-Stilling est évoqué, avec K. Ph. Moritz et Rou (...)
  • 60 En réponse à la question de Herder sur ses préférences en matière de poésie allemande, le narrateur (...)
  • 61 Les inscriptions des Stürmer Lenz, Herder, Jung-Stilling et Goethe datent, comme indiqué précédemme (...)
  • 62 Les déjà évoqués Essais historiques et topographiques sur l’église cathédrale de Strasbourg de Gran (...)

48Enfin – et c’est là un argument supplémentaire en faveur de l’hypothèse de la supercherie – on ne peut guère imaginer que Karamzine ait pu remarquer, parmi les très nombreux graffitis couvrant les murs de la cathédrale, les seuls graffitis russes, à l’exception des autres. Or, s’il en a vu d’autres, peut-être mené par un guide, pourquoi tairait-il, au profit de banales inscriptions russes, la présence d’inscriptions laissées par des amis (Lenz), des connaissances (Herder, qu’il vient de rencontrer à Weimar58, Lavater, avec lequel il est en correspondance et qu’il compte rencontrer à Zurich), ou des idoles (Goethe, Jung-Stilling59 ou Klopstock60) tous passés par Strasbourg avant son séjour61 ? De fait, la découverte de la trace écrite attestant la présence d’amis et/ou modèles littéraires n’aurait pas pu, si Karamzine l’avait réellement faite, ne pas donner naissance à une description exaltée du bonheur ressenti à l’idée de se trouver dans un endroit fréquenté par d’autres hommes sensibles. En effet, c’est bien à la recherche de la présence de Rousseau que le narrateur se rend à Clarens (lettre 73, p. 152), ou à celle de Sterne qu’il demande, à Calais, à visiter la chambre occupée par Yorick (lettre 130, p. 323). Le silence, ainsi, sur la présence de tout autre graffiti, au même titre que l’anonymat et la banalité des inscriptions russes, suggèrent que Karamzine les aura inventées, à titre d’effet de réel, pour cacher un peu mieux encore le fait que l’agitation régnant dans la ville – et dont il ne dit mot, d’ailleurs, depuis le clocher où il est censé être monté, et d’où il n’aurait pas pu ne pas la voir – l’empêcha de visiter la cathédrale de Strasbourg. Quant à savoir comment Karamzine eut vent de l’existence de graffitis dans la cathédrale, il faut croire qu’elle lui aura été connue par une source écrite (peut-être Grandidier)62 voire orale (peut-être une personne rencontrée à Strasbourg pendant son séjour), mais certainement pas par une visite personnelle de l’église Notre-Dame.

3. Le narrateur à Saint-Thomas

49Le deuxième monument principal de la ville pour les voyageurs du xviiie siècle était le mausolée du maréchal de Saxe, chef-d’œuvre du sculpteur Jean-Baptiste Pigalle (1714-1785), installé dans le temple luthérien Saint-Thomas (ill. 16).

50Le narrateur livre du mausolée une description précise :

  • 63 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, (...)

« Dans l’église luthérienne de Saint-Thomas, j’ai vu le monument en marbre du maréchal comte de Saxe, œuvre célèbre du sculpteur Pigalle. Le maréchal, avec son bâton, descend les degrés d’un tombeau, et regarde avec mépris la Mort qui lui ouvre un cercueil. À droite, deux lions et un aigle, dans le trouble et l’effroi, figurent les armées alliées vaincues par le comte, en Flandre. Du côté gauche, on a représenté la France sous la forme d’une très belle femme qui, avec tous les signes d’une vive douleur, cherche d’une main à le préserver et, de l’autre, écarte la Mort. Attristé, le Génie de la vie tourne sa torche vers la terre. De ce même côté, flottent les étendards victorieux de la France. – L’artiste a voulu qu’on admirât son talent : de l’avis des connaisseurs, il a atteint son but. Moi, qui ne suis pas connaisseur, j’ai regardé les figures – la première, la deuxième, la troisième – mais mon cœur est resté aussi froid que le marbre dont elles sont faites. La Mort, sous la forme d’un squelette, habillé d’un manteau, m’a répugné. Ce n’est pas ainsi que la représentaient les Anciens – et malheur aux artistes modernes qui nous effrayent de pareilles images ! Sur le visage du héros, j’aurais voulu voir une autre expression. J’aurais souhaité qu’il prêtât plus d’attention à la douleur de la France qu’à cet affreux squelette. En résumé, Pigalle est, à mon goût, un artiste habile, mais un mauvais poète. – Au-dessous de ce monument, dans un sombre caveau, on a placé le cercueil où gît le corps embaumé du maréchal. Son cœur est enfermé dans une urne posée sur le cercueil. Ses entrailles ont été ensevelies dans la terre. Louis XV, soit par sensibilité, soit pour toute autre raison, ne voulut pas réaliser le dernier souhait du maréchal mourant, qui tendait à ce que son corps fût brûlé. Qu’il ne reste rien de moi dans le monde, dit-il, que ma mémoire parmi mes amis ! –63 »

Ill. 16 : Mausolée du maréchal de Saxe. Inventé et exécuté en marbre par J. B. Pigalle, par C. N. Cochin, graveur et N. Dupuis, graveur (1776 ?).
Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

  • 64 Rocheblave S., Le Mausolée du Maréchal de Saxe, par J.-B. Pigalle, Paris, F. Alcan, 1901, p. 21.

51Comme dans le cas de la cathédrale Notre-Dame, le luxe de détails employé par Karamzine semble suggérer tout d’abord qu’il a personnellement visité Saint-Thomas et admiré le groupe sculpté de Pigalle. Un détail cependant frappe l’attention du lecteur. Il s’agit de l’absence de recours à l’hypotypose dans la description. Rien, en effet, n’est employé pour suggérer au lecteur la présence physique du narrateur dans les lieux évoqués, dont la description commence laconiquement par la phrase « Dans l’église luthérienne de Saint-Thomas, j’ai vu […] ». Cette absence de mise en récit de l’expérience personnelle suscite la suspicion, au regard du précédent constitué par le récit de la visite de la cathédrale. Dès lors, on peut se demander si, ici aussi, l’auteur n’aurait pas recouru à une source textuelle pour pallier son manque d’expérience personnelle. L’impression éprouvée par le lecteur d’avoir affaire à une description d’origine intertextuelle est par ailleurs renforcée par la présence, à la fin de la description du monument par Karamzine, d’informations biographiques sur le Maréchal de Saxe, et d’un verbatim du Maréchal lui-même, dont l’exactitude suggère que l’écrivain russe l’aura recopié d’une source écrite. De fait, l’analyse de l’abondante littérature consacrée dès le xviiie siècle au tombeau du maréchal de Saxe, révèle la supercherie du voyageur russe. Comme l’écrit Samuel Rocheblave en effet, brochures et articles fleurirent, en 1756 tout d’abord, lorsque Pigalle présenta son projet au salon, puis entre 1770 et 1777, à l’occasion de l’installation du monument et de son inauguration64. Or, parmi les nombreux textes publiés à l’époque, une brochure anonyme de 1776 anticipe, par de nombreux aspects, la description livrée par Karamzine. Intitulée Description du Mausolée du Maréchal Comte de Saxe inventé et exécuté en marbre par J.-B. Pigalle, sculpteur du Roi, et érigé à la mémoire de ce Grand Homme dans l’église de Saint-Thomas, À Strasbourg, Par ordre de S. M. T. C. Louis XV, de glorieuse mémoire, en 1776, cette courte publication propose la description suivante :

« Cette grande composition réunit aux richesses de l’art des Phidias et des Bouchardon, les traits de la grande poésie.
Le Héros est le premier objet qui frappe les regards. Au bas d’une pyramide en relief de marbre gris, contre laquelle est appuyé le sarcophage, paraît le Maréchal de Saxe, sous l’armure guerrière, la tête ceinte de lauriers et le bâton de commandement à la main, descendant d’un pas intrépide les marches d’un gradin qui conduit au tombeau, et regardant la mort avec mépris. À sa droite on voit, dans l’attitude de la déroute et de l’épouvante, les animaux symboliques (*) des trois nations alliées, dont il triomphe dans les guerres de Flandres, et leurs enseignes brisées. À sa gauche est un génie en larmes, ayant les yeux fixés sur le Héros, et tenant son flambeau renversé. À côté du génie sont les drapeaux français élevés et victorieux. Au-dessous du MARÉCHAL et sur les degrés, paraît la France, figure touchante, noble, intéressante, pleine d’expression et de grâce. D’une main elle s’efforce de retenir le MARÉCHAL et de l’autre de repousser la mort. Celle-ci, dont le squelette est caché sous une ample draperie, est à la gauche du tombeau. Le clepsydre à la main, elle annonce au héros que ses moments sont écoulés : elle appelle son illustre victime et la presse d’entrer dans le tombeau qu’elle tient ouvert. De l’autre côté du sarcophage est une figure d’Hercule, dont la douleur mâle et profonde fait un contraste admirable avec la douleur vive, animée et plus ressentie de la France. Au-dessous du sarcophage on voit les armes du Maréchal, traversées de deux bâtons de commandement, et ornées du collier de l’ordre de l’Aigle blanc de Pologne.

  • 65 Description du Mausolée du Maréchal Comte de Saxe inventé et exécuté en marbre par J.-B. Pigalle, s (...)

(*) Le lion : la Hollande ; le léopard : l’Angleterre ; l’aigle : l’Autriche65 »

  • 66 Les italiques utilisés ici dans les citations du texte de Karamzin et de la brochure de 1776 ont ét (...)

52Une lecture attentive du texte de Karamzine et de la description anonyme de 1776 révèle des similitudes importantes entre les deux textes. Celles-ci concernent les éléments cités du monument, ainsi que la syntagmatique de la description. Chez Karamzine comme dans le texte de 1776 en effet, la description évoque d’abord le maréchal, puis les animaux et enfin, bien que dans un ordre légèrement différent d’un texte à l’autre, la France, le génie et les drapeaux français (chez Karamzine) ou le génie, les drapeaux et la France (dans le texte de 1776). Surtout, la comparaison du lexique employé par les deux textes trahit le fait que Karamzine s’est livré à une traduction du texte original français66 :

Texte de Karamzine

Brochure de 1776

Le maréchal, avec son bâton, descend les degrés d’un tombeau, et regarde avec mépris la Mort qui lui ouvre un cercueil.

[…] paraît le Maréchal de Saxe, sous l’armure guerrière, la tête ceinte de lauriers et le bâton de commandement à la main, descendant d’un pas intrépide les marches d’un gradin qui conduit au tombeau, et regardant la mort avec mépris.

À droite, deux lions et un aigle, dans le trouble et l’effroi, figurent les armées alliées vaincues par le comte, en Flandre

À sa droite on voit, dans l’attitude de la déroute et de l’épouvante, les animaux symboliques (*) des trois nations alliées, dont il triomphe dans les guerres de Flandres, et leurs enseignes brisées.

[…] la France sous la forme d’une très belle femme qui, avec tous les signes d’une vive douleur, cherche d’une main à le préserver et, de l’autre, écarte la Mort.

D’une main elle s’efforce de retenir le MARÉCHAL et de l’autre de repousser la mort.

Attristé, le Génie de la vie tourne sa torche vers la terre.

À sa gauche est un génie en larmes, ayant les yeux fixés sur le Héros, et tenant son flambeau renversé.

De ce même côté, flottent les étendards victorieux de la France.

À côté du génie sont les drapeaux français élevés et victorieux.

La Mort, sous la forme d’un squelette, habillé d’un manteau, m’a répugné.

Celle-ci, dont le squelette est caché sous une ample draperie, est à la gauche du tombeau.

  • 67 Hautemer C. de, Description historique et topographique de la ville de Strasbourg et de tout ce qu’ (...)
  • 68 Beyer V., Mugler Y., Le mausolée du Maréchal de Saxe, Strasbourg, Editions Hirlé-Oberlin, 1994, p.  (...)
  • 69 Outre les sources françaises, Karamzin aurait pu utiliser une source russe. En effet, la littératur (...)

53Il est donc clair que Karamzine a, ici aussi, recouru à une source écrite dans l’après-coup du temps de l’écriture, plutôt qu’il n’a visité Saint-Thomas, dans une ville en proie à l’ivresse de la soldatesque. Si la brochure de 1776 dont j’ai cité le texte semble très proche textuellement de la description de l’écrivain russe, notons qu’il n’est pas obligatoire qu’il s’agisse du texte précis consulté par Karamzine. En effet, la description qu’elle livre fut reprise dans d’autres ouvrages, notamment – quasiment mot pour mot – dans l’ouvrage de Hautemer Description historique et topographique de la ville de Strasbourg et de tout ce qu’elle contient de plus remarquable, en faveur des voyageurs67, dont nous avons vu plus haut que Karamzine a pu lui emprunter l’anecdote sur le don du crucifix à la cathédrale par Louis XIV. La seule différence entre le texte de Hautemer et celui de la brochure anonyme qui lui servit de matrice est le silence de Hautemer sur la nature des « animaux symboliques », qu’il évoque sans plus de précision, alors que la brochure de 1776 précise l’espèce de chacun des trois, tout comme Karamzine, bien qu’avec une erreur. En outre, ni le texte de 1776, ni le guide de Hautemer ne contiennent le verbatim du maréchal cité par Karamzine, tiré originellement du testament holographe du maréchal daté du 1er mars 174568. Ainsi, on peut raisonnablement penser que Karamzine aura utilisé, pour sa description du mausolée du maréchal de Saxe, un des nombreux hypertextes de la brochure de 1776, ou qu’il l’aura recopié en y introduisant une erreur (il parle de deux lions au lieu d’un lion et d’un léopard), et en y ajoutant le verbatim du maréchal, tiré d’une autre source écrite, peut-être sur la vie du maréchal lui-même plutôt que sur la sculpture de Pigalle69. Quelle que soit celle de ces explications que l’on voudra retenir, toutes, en tout cas, suggèrent une information de seconde, plutôt que de première main, apportant un argument supplémentaire en faveur de la thèse de la supercherie littéraire.

4. Le narrateur à l’université

54Karamzine n’a donc vraisemblablement vu ni la cathédrale, ni l’église Saint-Thomas. Parmi les visites évoquées par le narrateur, ne reste donc que celle de l’université, évoquée en ces termes dans le post-scriptum à la lettre 47 :

  • 70 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, (...)

« Ici, j’ai fait la connaissance d’un membre du magistrat, homme très aimable, qui m’a mené à l’Université, au théâtre anatomique, au jardin médicinal, et qui vient, au dîner ainsi qu’au souper, de boire à la santé de mes amis et compatriotes70. »

  • 71 Sur le jardin botanique de l’université, on consultera Fee, A. L. A., Discours d’ouverture du cours (...)
  • 72 Rusque D., « Cabinets d’histoire naturelle et jardin botanique à Strasbourg au xviiie siècle : de l (...)
  • 73 Putešestvie brat’ev Demidovyx po Evrope [Voyage des frères Demidov en Europe], op. cit., p. 104 : « (...)
  • 74 Harsany Z.-E, La vie à Strasbourg sous la Révolution, op. cit., p. 176.

55Ici encore on est forcé de s’interroger sur la véracité de l’évocation par Karamzine de sa visite en ces lieux. Notons tout d’abord que Karamzine commet une erreur dans la dénomination d’une des deux institutions prétendument visitées. En effet, le lieu qu’il nomme « jardin médicinal » était en réalité le jardin botanique de l’université71. Certes, ce jardin botanique dépendait administrativement de la faculté de médecine72. On peut néanmoins se demander pourquoi Karamzine ne l’appelle pas simplement « jardin botanique », comme le fait sans erreur Piotr Demidov dans son journal de voyage de 175673. Outre cette légère erreur, notons la brièveté de l’évocation de Karamzine. Or cette brièveté ne fait pas justice à la richesse du jardin botanique en question, considéré au xviiie siècle, comme le rappelle Zoltán-Etienne Harsany, comme une des curiosités de Strasbourg : « Les amateurs de la nature, les connaisseurs de végétaux prenaient un vif plaisir à visiter le jardin botanique de Strasbourg. […] On y cultivait, “pour l’instruction de la jeunesse”, des plantes de toutes espèces : des plantes alpines, aquatiques, de serre chaude et de pleine terre ; il y avait même des caféiers, des bananiers, des orangers, des bosquets avec arbres et arbustes74. » Cette richesse explique ainsi la longueur de la description que lui consacra le voyageur dijonnais de 1782 :

  • 75 L’Alsace en 1782 vue par un inconnu, op. cit., p. 36-37.

« Le samedi 25 nous profitâmes d’une belle matinée pour aller au Jardin botanique ; il est situé à l’extrémité du quartier Saint-Nicolas. Il ne prévient pas d’abord par le local ; mais on est bientôt dédommagé quand on l’examine, par le grand nombre et la rareté des plantes qu’on y voit. Le professeur, nommé Spielmann, est infiniment instruit, non seulement dans la botanique, mais dans la matière médicale, dont il a donné plusieurs ouvrages. Il y a quatre serres contiguës les unes avec les autres, pour les plantes qui exigent plus ou moins de chaleur : une pour les plantes de la famille des Géranium, une seconde pour les plantes grasses, une troisième pour les plantes de la zone torride et de l’Inde, et elle est placée entre deux chassis, afin qu’elle soit plus chaude ; enfin, la quatrième qui est très grande, est la serre ordinaire. Je remarquai dans celle-ci l’aloës perfoliata vera en pleine fleur ; elle pouvoit avoir douze pieds de hauteur : nous en vîmes une suspendue au plafond, qui étoit venue au jardin ; elle pouvoit avoir vingt pieds. Les plantes les plus rares que j’y remarquai, sont : un très beau bananier, plusieurs espèces de chiobroma, de mimosa, de doliclosas, de beauchinia, de guilandina, deux espèces d’haemantus, l’arbre de quinquina, la canne à sucre fort belle, l’arbrisseau du café, la gloriosa superba. Le jardin est rangé suivant le système de Ladavigs. Les démonstrations se font, depuis le premier mai jusqu’en octobre, deux fois la semaine, avec des herborisations chaque fois. Tout est parfaitement en ordre et bien tenu. On voit des chassis où l’on a fait venir des arbres étrangers. On nous conduisit dans un petit cabinet où sont les graines renfermées dans des petits bocaux de verre : ils sont tous étiquetés et rangés par classe. Le jardin contient trois ou quatre mille plantes. Le jardinier est très instruit et très honnête. Le jardin est un peu trop aquatique ; on est obligé de conserver longtemps de certaines plantes dans les serres, pour cette raison75. »

Ill. 17 : Portrait de Jean Hermann, par Christophe Guérin (1790 ?).
Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

56Outre par sa richesse, le jardin botanique aurait pu frapper l’attention de Karamzine, s’il l’avait visité, par la personnalité de son directeur et « démonstrateur », le professeur d’histoire naturelle Jean Hermann (ill. 17), ancien assistant de Spielmann et professeur d’Ivan Lepekhine, comme nous l’avons vu au chapitre deux.

  • 76 La renommée d’Hermann est attestée par l’amplitude de son réseau épistolaire, qui compte des corres (...)
  • 77 Sur le cabinet de Jean Hermann, cf. Rusque D., « Cabinets d’histoire naturelle et jardin botanique (...)
  • 78 L’Alsace en 1782 vue par un inconnu, op. cit., p. 38-39.
  • 79 Schaller F., « Du cabinet d’histoire naturelle au musée zoologique de Strasbourg », dans La Révolut (...)

57Savant réputé, Hermann aurait dû logiquement figurer parmi les personnalités nommées par le narrateur des Lettres, si leur auteur l’avait rencontré. Célèbre dans l’Europe entière par ses travaux76, Hermann l’était également par son fameux cabinet d’histoire naturelle, qui attirait tous les voyageurs de passage à Strasbourg77. Ainsi du voyageur dijonnais évoqué plus haut, qui en livre une description tout aussi enthousiaste que celle du jardin botanique78. Ainsi également des nombreux aristocrates russes faisant halte dans la capitale alsacienne, comme en témoigne le livre d’or du cabinet, ainsi qu’on l’a vu plus haut. Ainsi enfin de Lavater, correspondant et idole de Karamzine79. Il est donc vraisemblable que, si Karamzine avait visité le jardin botanique et rencontré son célèbre « démonstrateur », il ait eu envie de voir également le cabinet d’histoire naturelle qui en composait le pendant pour les mondes minéral et animal. Or, si le livre d’or atteste bien de la visite d’un – téméraire – jeune Russe en date du 6 août, ce n’est cependant pas de Karamzine qu’il s’agit. La page du 6 porte en effet la mention suivante :

  • 80 [Hermann J.], Manuscrits de la main de Hermann. Liste manuscrite des visiteurs du Musée d’histoire (...)

« J. 6 aug.
H. Graf Mantenfel aus Liefland Von Basiliewitsch auditore Russo introduciert80. »

  • 81 Andreev A. Ju., Russkie studenty v nemeckih universitetah xviii-pervoj poloviny xix v. [Les étudian (...)
  • 82 Rusque D. « Cabinets d’histoire naturelle et jardin botanique à Strasbourg au xviiie siècle : de la (...)

58Le jeune Russe évoqué par le livre d’or sous le nom de « von Basilewitsch » n’est pas Karamzine, mais Grigori Ivanovitch Basilevitch (1759-1802), Ukrainien inscrit à l’université de Strasbourg, comme le suggère la mention de son statut « d’auditore », depuis le 4 août 1787, ainsi qu’en témoigne le matricule de l’établissement81. Ainsi, il semble possible d’affirmer que, pas plus qu’il n’a visité les monuments évoqués par son narrateur, Karamzine n’a visité les institutions scientifiques de la ville. Ceci, encore une fois, se comprend parfaitement au regard de l’agitation régnant en ville. Surtout quand on sait que le jardin botanique évoqué se trouvait non loin de l’épicentre de la rébellion, ainsi que le précise Dorothée Rusque82. Certes, on pourrait objecter que le jeune Basiliewitch n’eut pas peur de se rendre au cabinet d’Hermann le 6 août et que Karamzine, dans ces conditions, aurait très bien pu l’imiter. Toutefois, outre qu’il est possible que ce jeune homme ait été moins touché par le spectacle des désordres que l’écrivain, il faut prendre en compte la différence de motivation séparant un visiteur occasionnel dans l’attente de sa correspondance pour Bâle d’un étudiant soumis peut-être aux impératifs d’un cursus universitaire.

59Si on veut bien l’accepter, la thèse de la supercherie présente enfin l’intérêt d’expliquer le silence du narrateur sur le nom de son guide, « homme très aimable », certes, mais visiblement pas assez pour mériter que l’on mentionne son nom. S’il n’a visité ni les monuments ni les institutions scientifiques, que Karamzine a-t-il donc fait à Strasbourg ? C’est à cette question que je tâcherai de répondre dans la dernière section de ce chapitre. Pour y répondre, il faut toutefois s’intéresser à un dernier silence intriguant du texte des Lettres.

5. Une mystification littéraire

60Le dernier des silences strasbourgeois du narrateur des Lettres et, derrière lui, de Karamzine lui-même, concerne le lieu où l’écrivain a posé son bagage lors de son étape alsacienne. De manière étonnante, en effet, Karamzine n’indique pas où il a dormi. Il ne nomme ainsi aucun hôtel susceptible de l’avoir accueilli deux nuits de suite, les 5 et 6 août au soir, alors même qu’il précise toujours, au cours de son voyage, cette information. De fait, il nomme l’hôtel de « L’Éléphant » à Weimar (Lettre 33, 20 juillet 1789, p. 71), « L’Étoile » à Francfort (Lettre 38, 28 juillet 1789, p. 82), « La Cigogne » à Bâle (Lettre 47, sans date, p. 97), ou encore « Le Corbeau » à Zurich (Lettre 52, sans date, p. 106). À Lausanne, il joue de malchance au « Lyon d’Or » et à « La Couronne », tous deux complets, avant d’être accepté au « Cerf » (Lettre 73, sans date, p. 147-148). Arrivé à Genève, où il va prendre ses quartiers plus longuement, il nomme son hôtesse, Mme Lagier (Lettre 75, 2 octobre 1789, p. 156). De même en France, il nomme « l’Hôtel de Milan » à Lyon (Lettre 90, 9 mars 1790, p. 194), et « l’Hôtel britannique » à Paris (Lettre 95, 27 mars 1790, p. 215). De plus, à chaque fois, le nom de l’hôtel est donné soit en italique (en Allemagne), soit dans la langue originale (en France), soit dans les deux (en Suisse, dans ce pays entre l’Allemagne et la France !) Ce détail typographique, présent dès la première édition, indique l’importance conférée à ce type de lieux, dont l’évocation sert tout à la fois d’effet de réel et possède une charge connotative positive dans le contexte du sentimentalisme, qui valorise le voyage comme pèlerinage, et le lieu comme lieu de culte (à l’ami ou au grand homme, dont on peut partager la sensibilité en en partageant le vécu).

61Pourquoi, dans ces conditions, Karamzine omet-il de préciser le nom de l’hôtel dans lequel il a dormi à Strasbourg ? De toute évidence, ce silence a pour but de brouiller sa piste. L’écrivain ne souhaitait visiblement pas que ses lecteurs sachent où il avait séjourné. Cette discrétion peut s’expliquer, à mon sens, de deux façons possibles.

62La première pourrait être liée à la peur que Karamzine ressentit devant le soulèvement de la garnison. Au moment d’écrire son récit, des mois après l’événement inquiétant vécu en Alsace, l’auteur préfère rester discret sur un sentiment dont il ne peut tirer gloire, même s’il semble par ailleurs parfaitement compréhensible. Écrivain aspirant au succès, Karamzine compte sur les Lettres pour établir sa renommée. Or, un aveu de lâcheté contrarierait ce projet à deux titres.

63D’une part, cet aveu autobiographique brouillerait la lisibilité sémiologique de l’alter-ego fictionnel de l’écrivain. Le narrateur, rappelons-le, est crâne, ainsi qu’en témoigne le passage du départ de Strasbourg :

  • 83 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, (...)

« Prenez garde, Messieurs ! nous dit à Strasbourg un officier, alors que je prenais place, avec les autres voyageurs, dans la diligence : la route n’est pas sans danger ; il y a en Alsace beaucoup de brigands. Nous nous regardâmes les uns les autres. – “Qui n’a pas beaucoup d’argent, celui-là ne craint pas les brigands”, dit un jeune Genevois, qui était venu avec moi de Francfort. “Moi, j’ai une dague et un chien” – dit un jeune homme en veste rouge ayant pris place près de moi. “Qu’y a-t-il à craindre ?” nous écriâmes-nous tous. Nous partîmes et nous arrivâmes heureusement à Bâle83. »

64Surtout, le narrateur est détaché et, à l’instar de son modèle sternien, porte un regard légèrement ironique sur les événements décrits. Or la peur est incompatible avec l’ironie du point de vue tonal.

  • 84 Sur le pèlerinage sensible, cf. Guichard O., dir., L’indispensable visite. Naissance du pèlerinage (...)

65D’autre part, Karamzine l’homme sensible est conscient des mécanismes de la sémiosphère sentimentaliste, ainsi qu’en témoignent les Lettres dans leur entier, et le fait que leur tendance didactique en firent, comme on l’a vu dans le premier chapitre, un parfait « manuel » de sensibilité. Dans ces conditions, l’écrivain comprend parfaitement que le succès littéraire auquel il aspire en écrivant les Lettres fera de lui un modèle d’homme sensible pour ses futurs lecteurs, comme Sterne et Rousseau sont des modèles d’homme sensible pour lui. Or, si le voyageur russe est transformé en modèle, son itinéraire personnel peut devenir lieu de pèlerinage sentimental84. À ce titre, l’hôtel où il est descendu, et la chambre qu’il a occupée, peuvent devenir un lieu de curiosité. Ce type de « tourisme des chambres » est en effet attesté dès le xviiie siècle, et participe du culte sentimentaliste des (grands) hommes sensibles. Un tel culte existait par exemple autour de la chambre de Rousseau sur l’île Saint-Pierre. Il est attesté par Philippe Sirice Bridel, dit le Doyen (1757-1845), pasteur et poète romand installé à Bâle. Dans son récit de voyage épistolaire intitulé Course de Bâle à Bienne (1789), il écrit :

  • 85 Bridel P. S., Course de Bâle à Bienne, dans Reichler C., Ruffieux R., éd., Le voyage en Suisse. Ant (...)

« Ce qui ajoute depuis quelques années à la réputation de cette île, c’est le séjour que Jean-Jacques Rousseau y a fait en 1765 : on montre aux curieux la chambre qu’il avait choisie sur toutes les autres de la maison, parce qu’on voit des glaciers de ses fenêtres : elle est remplie de vers et d’éloges, la plupart adressés par des Genevois à la mémoire d’un compatriote qu’ils ont tant persécuté de son vivant85. »

66Le culte des lieux rousseauistes, qui occupe une place importante dans les Lettres d’un voyageur russe, programme de fait une excursion sur l’île Saint-Pierre. Dans la lettre 84, qui ouvre la troisième partie du livre de Karamzine, le narrateur relate sa visite sur le lac de Bienne :

  • 86 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 84, (...)

« Je suis allé dernièrement dans l’île de Saint-Pierre, où le plus grand des écrivains du dix-huitième siècle pensa se cacher pour fuir la méchanceté et les préjugés des hommes qui, tels des furies, le chassaient de refuge en refuge. La journée était fort belle. En quelques heures je parcourus l’île toute entière, cherchant partout les traces du philosophe citoyen de Genève : sous l’ombrage des hêtres et des marronniers vénérables, le long des magnifiques allées de sa sombre forêt, dans les prés décolorés et sur les escarpements du rivage86. »

67Karamzine, dont le narrateur cherche « partout » les traces du philosophe, fait donc partie des « curieux », évoqués par le doyen Bridel, auxquels on montrait la chambre du grand homme. De manière plus explicite, ce culte des chambres apparaît une seconde fois dans les Lettres, à l’occasion de la halte à Calais précédant l’embarquement pour l’Angleterre, relatée dans la lettre 130 :

  • 87 Ibid., lettre 130, « Calais, une heure du matin », p. 323-324.

« On nous a descendus à l’hôtel de la poste. – J’allai aussitôt chez M. Dessein (dont l’hôtellerie est la meilleure de la ville) ; arrivé à la porte ornée d’un pavillon blanc, je regardai à droite et à gauche.
– “Que désirez-vous, Monsieur ?” me demanda un jeune officier en uniforme bleu.
– “La chambre qu’a habitée Laurence Sterne”, répondis-je.
– “Et où il a mangé pour la première fois une soupe française ?” – dit l’officier.
– Une fricassée de poulets, ajoutai-je.
– “Où il a vanté la race des Bourbons ?”
– Où la philanthropie a coloré sa joue d’une légère rougeur.
– “Où le plus lourd des métaux lui sembla plus léger que la plume.”
– Où il vit entrer le père Lorenzo avec la douceur d’un saint homme.
– “Et où il ne lui donna pas un sou.”
– Mais où il eut volontiers payé vingt livres à l’avocat qui aurait accepté de disculper Yorick aux yeux de Yorick.
– “Monsieur, cette chambre est au second étage, en face. Elle est occupée en ce moment par une vieille Anglaise avec sa fille”.
Je regardai la fenêtre et aperçus un pot rempli de roses. À côté se tenait une jeune femme, un livre à la main – sûrement Sentimental Journey87 ! »

68La chambre de Sterne, ici, apparaît de manière non équivoque comme un endroit de passage obligé sur l’itinéraire du pèlerinage sentimental.

69Ainsi, le jeune et ambitieux Karamzine ne pouvait prendre le risque de gâcher la réception future de son œuvre, en indiquant précisément le nom d’un hôtel dont le personnel aurait pu raconter à des voyageurs russes curieux que l’auteur des Lettres, loin de se livrer tranquillement au tourisme en pleine émeute militaire, était resté sagement cloîtré dans l’attente de la diligence pour Bâle. De fait, nombreux furent les jeunes admirateurs de Karamzine qui se lancèrent sur ses pas, lorsque le succès littéraire eut fait de l’écrivain l’idole des lecteurs russes sensibles. Or, parmi les lieux honorés par la présence du grand homme et qui faisaient l’objet de pélerinages, se trouvaient parfois les chambres que l’écrivain avait utilisées lors de son fameux voyage. En témoigne, entre autres exemples, le récit de Piotr Chalikov (1767 [1768 ?]-1852) intitulé Voyage à Kronstadt en 1805 (Putešestvie v Kronštadt 1805 goda). Dans ce texte inspiré évidemment des Lettres d’un voyageur russe, le narrateur demande à voir, à Kronstadt, la chambre d’auberge occupée à son retour d’Europe par le voyageur karamzinien :

  • 88 Šalikov P., Putešestvie v Kronštadt 1805 goda [Voyage à Kronstadt en 1805], dans Korovin V. I., éd. (...)

« Où se trouve la chambre qu’occupa le voyageur russe ? – demandai-je, sans obtenir de réponse ; je courus à sa recherche, tâchant de la trouver en me fiant à mon sentiment – et découvris dans une chambre… une ravissante Anglaise… qui se moqua de moi en apprenant quelle était ma préoccupation88. »

70Si les voyageurs sentimentaux russes cherchaient ainsi les traces de Karamzine dans les auberges de Kronstadt, ils pouvaient très bien les chercher également, sur le chemin de Paris ou de la Suisse, à Strasbourg.

  • 89 Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 71-72, 76.

71Une autre explication au silence de Karamzine est toutefois possible. L’écrivain a peut-être tu le nom de son hôtel car il s’y est livré à une occupation qu’il préférait ne pas révéler à ses lecteurs : attendre, et peut-être même retrouver Alexeï Koutouzov. Reprenons la démonstration de Lotman à l’origine de la théorie du voyage secret à Paris. D’après l’historien de la littérature, Karamzine se serait rendu dans la capitale française pour deux raisons : retrouver Koutouzov, et assister aux événements révolutionnaires. Nous savons toutefois, grâce à Svetlana Gellerman, que Karamzine n’est pas allé à Paris à ce moment-là, et qu’il a bien pris la route de Bâle, comme le raconte le texte des Lettres. À la preuve matérielle de la présence de Karamzine à Arlesheim produite par Svetlana Gellerman, j’espère avoir ajouté un argument psychologique contre la théorie de Lotman, en démontrant que l’agitation révolutionnaire alsacienne, loin d’attirer Karamzine, n’a pu que hâter son départ pour la Suisse. La deuxième raison évoquée pour expliquer un voyage à Paris est ainsi caduque. Demeure néanmoins la première. Karamzine souhaitait retrouver Koutouzov. De fait, l’absence de voyage à Paris ne signifie pas que la rencontre entre les deux hommes n’ait pas eu lieu. Comme le note justement Lotman en effet, comment expliquer la détérioration nette des relations entre les deux hommes, entre le moment du départ de Karamzine à l’étranger et celui de son retour en Russie, si l’on exclut toute rencontre en Europe89 ? La rencontre doit donc avoir eu lieu, mais pas à Paris. Or, il se trouve que le texte des lettres donne lui-même des informations sur ce sujet, comme je l’ai rapidement indiqué dans le troisième chapitre. La lettre 32, datée du 19 juillet [1789], débute en effet en ces termes :

  • 90 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 32, (...)

« Aujourd’hui j’ai reçu d’un coup deux lettres de A*, dont le contenu m’est fort peu agréable. Je ne le trouverai pas à Francfort. Il se rend à Paris pour quelques semaines et veut que je l’attende soit à Mannheim, soit à Strasbourg90. »

  • 91 Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 72.
  • 92 L’étape à Mannheim occupe les lettres 44 et 45, datées des 3 et 4 août 1789. Cf. Karamzin N. M., Pi (...)
  • 93 Beaurepaire P.-Y., « Un creuset maçonnique dans l’Europe des Lumières : la loge de la Candeur, orie (...)
  • 94 Ibid., p. 90.
  • 95 Ibid., p. 114 : « Aux yeux d’un gouverneur franc-maçon, l’initiation maçonnique peut très bien s’in (...)
  • 96 Ibid., p. 118.
  • 97 Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 71.

72Ainsi, une lettre reçue par le narrateur le 19 juillet, et de ce fait écrite probablement avant le 14, si l’on veut bien tenir compte de la lenteur de la poste au xviiie siècle, fixe comme lieu de rendez-vous Mannheim ou Strasbourg, au retour de Paris. Lotman n’a pas fait attention à ce point, car il supposait que Koutouzov était encore à Paris début août. Or, ceci semble paradoxal, dans la mesure où le chercheur écrit lui-même que l’ami de Karamzine, « philosophe rêveur et casanier », n’aimait pas les voyages et ne cherchait pas les « aventures de voyage91. » Si tel était en effet le caractère de Koutouzov, on peut facilement imaginer que les événements parisiens de la mi-juillet, bien loin de l’inciter à s’y attarder, l’auront à l’inverse persuadé de s’en tenir à son projet initial de retour vers le Rhin, à Mannheim ou à Strasbourg, pour y retrouver son ami Karamzine. Dans ces conditions, on peut poser l’hypothèse que l’auteur des Lettres attendit comme convenu son ami à Mannheim ou à Strasbourg. Ceci semble d’ailleurs confirmé par un détail du texte des Lettres. Comme je l’ai dit en introduction à cette section, le narrateur nomme toujours l’hôtel dans lequel il descend. Cette règle stricte connaît cependant deux exceptions : Mannheim et Strasbourg92. Dans ces deux villes, le narrateur tait le nom de l’hôtel où il est descendu, de manière sans doute à cacher aux lecteurs du Journal de Moscou, accueillant en 1791 l’épisode allemand et alsacien des Lettres, toute référence à un rendez-vous avec un homme qui, avant même l’arrestation de Novikov et l’enquête qui la suivit, était suspect, ne serait-ce que pour avoir été le dédicataire du Voyage de Saint-Pétersbourg à Moscou, ouvrage d’Alexandre Radichtchev publié en 1790 et interdit aussitôt. La rencontre eut-elle lieu et, si oui, dans laquelle des deux villes ? On peut raisonnablement imaginer que, si elle avait eu lieu à Mannheim, le narrateur n’aurait tu le nom de son hôtel que pour cette étape-là. S’il l’a tu également pour Strasbourg, c’est probablement parce que Karamzine a attendu son ami deux fois, et s’est enquis deux fois de lui, dans deux établissements dont le personnel aurait pu se révéler bavard en cas d’enquête. Malchanceux à Mannheim, Karamzine eut peut-être eu plus de chance à Strasbourg. De fait, rappelons que Strasbourg était une ville importante pour la maçonnerie européenne, et à ce titre probablement pour Koutouzov. Ses loges principales, la Candeur et Isis, étaient de plus tournées vers l’Allemagne, avec lesquelles elles entretenaient des contacts étroits93. Isis, ainsi, était fortement liée à la maçonnerie berlinoise, à laquelle appartenait Koutouzov depuis son départ de Russie. Lieu d’un « intense transit maçonnique94 » européen pour les voyageurs initiés, notamment russes, Strasbourg était également un lieu d’initiation. Certains des étudiants russes de l’université, entraînés par leurs précepteurs, eux-mêmes maçons95, ou par leurs camarades de classe déjà initiés, y devinrent en effet frères. Les plus fortunés intégrèrent la loge huppée de la Candeur, les autres, comme les étudiants russes en médecine, les loges plus démocratiques du Parfait silence, puis des Beaux-Arts96. Cette intense activité, ainsi, explique peut-être, en plus de la situation géographique de Strasbourg, le choix du lieu de rendez-vous donné par Koutouzov à Karamzine. Peut-être les deux hommes s’y retrouvèrent-ils et y connurent-ils un différend, à l’origine de la détérioration, notée par Lotman, de leur relation d’amitié. Peut-être ce différend trouvait-il son origine dans les tentatives de Karamzine pour éloigner Koutouzov des maçons, comme le pensait l’historien de la littérature russe97. Si l’on accepte cette hypothèse, on peut imaginer que la brouille fut précipitée par la tentation de Karamzine de mettre en avant l’exemple de renoncement à la maçonnerie que proposait localement, on l’a vu, Louis-Claude de Saint-Martin.

  • 98 Harsany Z.-E., La vie à Strasbourg sous la Révolution, op. cit, p. 99.
  • 99 Ibid., p. 102-103.
  • 100 Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 43.
  • 101 Seyboth A., Strasbourg historique et pittoresque depuis son origine jusqu’en 1870, Strasbourg, Impr (...)
  • 102 Harsany Z.-E, La vie à Strasbourg sous la Révolution, op. cit., p. 102.
  • 103 Golovine V. N., Souvenirs de la comtesse Golovine, née Galitzine 1766-1821, Paris, Plon, 1910, p. 2 (...)

73Face au silence du voyageur russe quant au nom de son hôtel, on peut être tenté de remplir les vides du texte karamzinien par une recherche historique locale. En ce qui concerne les hôtels, ils étaient nombreux à Strasbourg, ville de passage, au xviiie siècle. Dans son ouvrage magistral La vie à Strasbourg sous la Révolution, Zoltán-Etienne Harsany rappelle qu’en 1789, « il y avait à Strasbourg 73 auberges ou cabarets, 86 débits de boisson ou “rôtisseries” en plein air et 33 brasseries98. » Parmi ceux-ci, on peut nommer « l’Hôtel de la Maison Rouge (Place d’Armes), l’Hôtel du Chevalier de Saint-Georges (rue des Orfèvres), l’Hôtel du Cheval d’Or (à proximité de la porte des Juifs), l’Hôtel du Corbeau (quai des Bateliers), l’Hôtel à l’Homme rouge (près du Corbeau), l’Hôtel de la Vignette (Rue du Fossé-des-Tanneurs), l’Hôtel du Bœuf rouge (rue Dauphine), etc.99. » Comment savoir dans lequel Karamzine descendit ? On ne peut ici que faire des suppositions, en recourant à des critères variés. Le premier est celui du prix. On se souviendra en effet, avec Lotman, que le jeune Karamzine n’était pas riche100. Le critère de l’argent semble ainsi devoir écarter l’Hôtellerie du Corbeau, réputée pour son luxe et qui, à ce titre, accueillit l’Empereur Joseph II et Frédéric le Grand, de passage à Strasbourg101. De même, Harsany range parmi les établissements destinés à la clientèle distinguée l’Hôtel des Deux-Ponts, rue Brûlée, le Café de la Paix, dans la même, ou encore l’Auberge du Tigre, dont les chambres « donnent sur la place d’Armes102. » L’autre critère permettant d’identifier l’hôtel où aurait pu descendre Karamzine est celui de sa notoriété auprès du jeune écrivain. Ami de Lenz, familier de l’œuvre des Sturmer, Karamzine choisit peut-être l’Hôtel de l’Esprit, ou résida Goethe étudiant. Toutefois, cet hôtel était lui aussi probablement assez cher. En témoigne le fait que s’y arrêtaient des voyageurs de qualité, telle la comtesse Varvara Nikolaïevna Golovine, en route pour Paris à l’époque du Consulat103. Une chose, en tout cas, est sûre. La référence à l’origine sociologique de la clientèle des hôtels strasbourgeois contenue dans les Lettres est exacte. Le dernier paragraphe de la lettre 46, qui raconte une discussion à table – c’est-à-dire à l’auberge – évoque en effet la présence d’officiers :

  • 104 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, (...)

« Au souper, nous avons eu une dispute très vive entre officiers, sur le point de savoir ce que doit faire, dans les conjonctures actuelles, un honnête homme, Français et officier. Mettre la main sur le fourreau de son épée, disaient les uns et se tenir prêt à défendre la bonne cause. Demander son congé disaient les autres. Boire du vin et se rire de tout, déclara un vieux capitaine, après avoir vidé sa bouteille104. »

  • 105 Harsany Z.-E., La vie à Strasbourg sous la Révolution, op. cit., p. 100.

74Comme le note Zoltán-Etienne Harsany, « ces auberges, cabarets, cafés ou hôtels furent fréquentés particulièrement par des gens de passage, par les militaires et par les bourgeois désœuvrés105. » La forte présence des militaires, peu surprenante dans une ville de garnison comme Strasbourg, est donc historiquement attestée.

***

75L’examen comparé du texte des Lettres d’un voyageur russe et de l’information locale sur la ville de Strasbourg et les événements qui l’ont agitée au début du mois d’août 1789 permet donc d’affirmer la présence en Alsace de Karamzine, mais son absence sur les lieux touristiques évoqués par son texte. Ce paradoxe apparent, qui confirme la distinction logique établie par Sipovski et confirmée par Lotman entre auteur réel et narrateur voyageur, pose la question du rapport entre réalité et fiction dans les Lettres. En l’occurrence, il s’agit de comprendre pourquoi Karamzine travestit certains aspects de son voyage, en même temps qu’il en décrit d’autres de manière quasi documentaire. La réponse suggérée par la fin du présent chapitre est qu’il souhaite dissimuler à certains de ses lecteurs la réalité de son comportement et/ou de ses activités à l’étranger. Outre cette explication extralittéraire, on peut en suggérer une plus directement textuelle. Karamzine tait son comportement réel à Strasbourg, car le récit sincère de son emploi du temps aurait exclu, pour raison d’émeute, la description des monuments principaux de la ville. Or, cette description lui semble obligatoire au regard des exigences génériques de son texte. Les Lettres d’un voyageur russe sont en effet un récit de voyage et se doivent, à ce titre, de combler l’horizon d’attente de leurs lecteurs. Cet horizon d’attente est suggéré par Karamzine lui-même dans deux commentaires péritextuels autographes à son œuvre : l’annonce de la publication des Lettres dans le Journal de Moscou et le résumé du contenu de l’œuvre publié dans le Spectateur du Nord, reproduits l’un et l’autre ci-dessous :

  • 106 Feuillet annonçant la publication du Journal de Moscou distribué avec les Nouvelles de Moscou [Mosk (...)

« Un de mes amis, qui, par curiosité, a voyagé à travers l’Europe, y portant son attention, avant toute chose, sur la Nature et l’Homme, et y notant tout ce qu’il a vu, entendu, ressenti, pensé ainsi que l’objet de ses rêveries, projette de proposer ses carnets à l’honorable public dans mon journal, espérant qu’il s’y trouvera quelque chose d’intéressant pour les lecteurs106. »

  • 107 Karamzin N. M., « Lettre au Spectateur sur la littérature russe », op. cit., p. 458.

« Lettres d’un voyageur russe, en cinq vol. Moscou 1797. Cet ouvrage doit en partie son succès à la nouveauté du sujet pour les lecteurs russes. Depuis assez longtemps nos compatriotes voyagent dans les pays étrangers ; mais aucun d’eux, jusqu’à présent, ne s’est avisé de le faire sa (sic) plume à la main. L’auteur de ces lettres a eu le premier cette idée, et il a parfaitement réussi à intéresser le public. C’est un jeune homme, avide de voir la nature là où elle se présente sous des aspects plus riants, plus majestueux que dans notre pays, et surtout avide de voir les grands écrivains, dont les ouvrages ont développé les premières facultés de son âme : il s’arrache des bras de ses amis, et part seul avec son cœur sensible. Tout l’intéresse : les curiosités des villes, les nuances qui distinguent leurs habitans dans la manière de vivre, les monumens qui lui rappellent quelque fait d’histoire, quelque événement célèbre ; les traces des grands hommes qui ne sont plus, les sites agréables, la vue des champs fertiles et celle de la mer immense. Tantôt il visite un vieux château, abandonné et en ruine, pour y rêver à son aise et se perdre avec ses idées dans la nuit des tems passés ; tantôt il se présente à la porte des auteurs célèbres, sans autre recommandation que son enthousiasme pour leurs écrits107. »

  • 108 L’incompatibilité entre l’étiquette du traité et celle du récit de voyage, particulièrement dans sa (...)

76Comme le suggèrent ces deux textes, les Lettres promettent à leurs lecteurs des descriptions de la nature (les « sites agréables ») et des hommes (notamment les « grands écrivains »), et non un récit de la Révolution française, qui n’entrerait pas dans le programme thématico-narratif du texte, quelle que soit la souplesse, évoquée dans le premier chapitre, du genre choisi par Karamzine. À ses débuts la Révolution, objet de l’intérêt général de l’Europe, est le sujet de traités politiques (Burke, Paine), mais ne saurait être celui de récits de voyage, dont elle viendrait immanquablement bousculer l’étiquette établie, au risque de décevoir les attentes des amateurs du genre108. La suite de l’article du Spectateur du Nord, déjà citée dans le présent ouvrage, montre bien en effet que la Révolution vient déranger Karamzine dans son programme, contrariant également le projet littéraire accompagnant le voyage dès le départ. Ce passage, ouvert par l’évocation des troubles alsaciens, se ferme toutefois heureusement par un retour, grâce au départ en Suisse, au programme narratif présenté plus haut de la découverte de la nature et des hommes :

  • 109 Karamzin N. M., « Lettre au Spectateur sur la littérature russe », op. cit., p. 459. Notons l’abond (...)

« C’est à Francfort-sur-le-Mein, qu’il apprend la nouvelle de la révolution française ; il en est vivement agité ; il entre en Alsace, ne voit que des troubles, n’entend parler que de vols, d’assassinats, et court en Suisse, pour y respirer l’air d’une liberté paisible ; il traverse ces vallons délicieux, où les laboureurs jouissent tranquillement des fruits de leur travail modéré ; il grimpe sur les montagnes les plus élevées, couvertes de neiges éternelles, et là, sur leur cime majestueuse, il fléchit le genou pour adorer le père de l’univers ; il vit familièrement avec les bergers des Alpes, ne devient que trop sensible à la beauté des bergères, et ne descend qu’à regret dans les plaines109. »

  • 110 Offord D., Journeys to a Graveyard. Perceptions of Europe in Classical Russian Travel Writing, Dord (...)

77C’est ainsi pour une raison générique que Karamzine se révèle discret quant à la Révolution. Soucieux de procurer à ses lecteurs ce pour quoi ils ont acheté les Lettres, Karamzine ne peut éviter à son texte certaines incongruités, telles celle, au centre de l’épisode strasbourgeois, qui fait voisiner récit d’émeute et promenade touristique d’un narrateur « étrangement imperturbable », comme l’écrit, sans toutefois l’expliquer, Derek Offord110. À cette raison générique s’en ajoute toutefois une autre. La réalité du déchaînement révolutionnaire français menaçait en effet également la cohérence tonale du texte de Karamzine. Pensées sur le mode badin et sensible du Voyage sentimental de Sterne, les Lettres d’un voyageur russe s’accommodaient mal de la description d’une réalité faisant mentir, tant philosophiquement qu’esthétiquement, l’optimisme rieur de leur auteur. C’est pour cette raison, autant que pour se plier aux impératifs de la censure, que la Révolution française serait abordée si précautionneusement dans les Lettres. Quand il ne pourrait toutefois éviter de l’aborder, Karamzine recourrait à une médiation littéraire spécifique initiée, comme on va le voir dans le chapitre suivant, dès l’épisode matriciel strasbourgeois.

Notes

1 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, « Strasbourg, 6 août », p. 94.

2 Dans la lettre 117, écrite de Paris et daté du mois de juin, le narrateur écrit, p. 292 : « Enfin je me suis résolu à renoncer pour quelques temps aux spectacles, afin de découvrir les curieux environs de Paris ». Les termes employés (« se résoudre », « renoncer ») témoignent éloquemment de l’effort de volonté entrepris.

3 Informations trouvées sur la base de données électronique CESAR (Calendrier électronique des spectacles sous l’Ancien Régime et sous la Révolution) : http://www.cesar.org.uk. Signalons que le recoupement, sur cette base de données, entre les dates des représentations de l’Orphée et Eurydice de Gluck et du ballet Télémaque dans l’île de Calypso, permet de déduire que la lettre 107 décrit une soirée passée au théâtre le 9 mai 1790.

4 Harsany Z.-E, La vie à Strasbourg sous la Révolution, op. cit., p. 103. Sur l’histoire du théâtre à Strasbourg au xviiie siècle, on consultera : Spach L., Das Theater in Strassburg, Strassburg, [s. n.], 1844 ; Deck P., Histoire du Théâtre français à Strasbourg : 1681-1830, Strasbourg-Paris, F.-X. Le Roux & Cie, 1948 ; Bachofen S., Histoire du théâtre à Strasbourg pendant la Révolution 1789-1800, DEA, Université des Sciences humaines de Strasbourg, 1991 ; Sozza A., « Le théâtre français à Strasbourg (1789-1830). Miroir de l’opinion », Chantiers historiques en Alsace, no 6, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2003, p. 55-68. Cet article est tiré d’un mémoire portant le même titre : Le théâtre français à Strasbourg (1789-1830), miroir de l’opinion, Mémoire de DEA, Strasbourg, Université Marc Bloch, 2002.

5 Harsany Z.-E, La vie à Strasbourg sous la Révolution, op. cit., p. 107.

6 Bachofen S., Histoire du théâtre à Strasbourg pendant la Révolution, op. cit., p. 22.

7 Sozza A., Le théâtre français à Strasbourg (1789-1830), miroir de l’opinion (mémoire), op. cit., p. 57.

8 Ibid., p. 60.

9 Exemplaire consultable sur microfilm à la BNU. Cote M 109 370.

10 Sozza A., « Le théâtre français à Strasbourg (1789-1830). Miroir de l’opinion » (article), op. cit., p. 61.

11 Sozza A., Le théâtre français à Strasbourg (1789-1830), miroir de l’opinion (mémoire), op. cit., p. 66.

12 Bachofen S., Histoire du théâtre à Strasbourg pendant la Révolution 1789-1800, op. cit., p. 21.

13 Deck P., Histoire du Théâtre français à Strasbourg : 1681-1830, op. cit., p. 231 et suivantes.

14 Bachofen S., Histoire du théâtre à Strasbourg pendant la Révolution 1789-1800, op. cit., p. 21.

15 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 146, « Théâtre », p. 361.

16 Karamzin N. M., « Lettre au Spectateur sur la Littérature russe », op. cit., p. 462.

17 L’Alsace en 1782 vue par un inconnu, Colmar, Imprimerie Alsatia, 1934, p. 71, note de fin 17.

18 Reichardt J.-F., Un hiver à Paris sous le Consulat, Paris, Tallandier, 2003.

19 Cité par A. Laquiante, Deux touristes à Strasbourg (1792-1801), op. cit., p. 15.

20 Aufschlager J.-F., Les Souvenirs d’un vieux professeur strasbourgeois (1766-1833), op. cit., p. 47.

21 Rochambeau Comte de, Mémoires militaires, historiques et politiques de Rochambeau, Ancien Maréchal de France, et grand officier de la Légion d’honneur, op. cit., p. 358

22 Cité par L. de Launay, Une famille de la bourgeoisie parisienne pendant la Révolution, op. cit., p. 185-186.

23 Sur la « théatromanie » française au xviiie siècle, cf. Lever M., Théâtre et Lumières : les spectacles de Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2001.

24 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 100, « Paris, 29 avril 1790 », p. 241 : notons que les spectacles, et notamment le théâtre et l’opéra, ne sont pas totalement absents du récit du séjour anglais. À Londres, le narrateur dit avoir écouté Le Messie de Haendel (lettre 136, juin 1790, p. 334), et visité le Vauxhall, avec ses concerts et ses tableaux vivants (lettre 144, juin 1790, p. 357). Plus loin, dans la lettre 146, non datée et intitulée « Le théâtre » [« teatr »], le narrateur décrit une très mauvaise représentation de Hamlet au théâtre de Haymarket, ainsi qu’une représentation de l’opéra de Samuel Arnold et George Colman Inkle and Yarico (1787) et évoque trois comédies bouffonnes, non nommées cependant (p. 360-361). Déçu par ses expériences théâtrales en Angleterre, le narrateur n’en fait pas moins l’éloge de Shakespeare dans une lettre ultérieure, consacrée à la littérature anglaise (lettre 151, « Littérature », p. 368-369).

25 Cité par L. de Launay, Une famille de la bourgeoisie parisienne pendant la Révolution, op. cit., p. 185. (C’est moi qui souligne – R. B.).

26 Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 74 : « Karamzin n’était pas si peureux et, comme nous le verrons plus loin, la curiosité du futur historien l’entraînait souvent au cœur même de scènes révolutionnaires. » (C’est moi qui traduis – R. B.).

27 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 90, « Lyon, mars… 1790 », p. 210 : « Le soir la populace se dispersa, et nous allâmes nous promener librement sur les bords du Rhône. » La structure syntaxique même de la phrase citée suggère un rapport de cause à effet. Ainsi donc, si la populace ne s’était pas dispersée, Karamzin ne se serait pas promené. La prudence lors de la promenade est, d’une manière générale, de rigueur, en ces temps troublés d’agitation révolutionnaire et les attroupements à éviter. W. von Wolzogen note ainsi dans son journal, à la date du 9 octobre 1789 : « Le soir, j’allai chez R[ieger] au Palais-Royal. Tout y paraissait en effervescence ; aussi, nous nous éloignâmes sans tarder. » Dans Wolzogen W. von, Journal de voyage à Paris (1788-1791), op. cit., p. 114.

28 L’archine est une ancienne mesure russe de longueur correspondant à 71,12 cm.

29 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, « Strasbourg, 6 août », p. 94-95.

30 Goethe J. W., Ses mémoires, sa vie. Vérité et poésie, Paris, Le Signe, 1979 (fac-similé de l’édition Hetzel, Paris, 1863), tome 2, p. 138-139.

31 L’Alsace en 1782 vue par un inconnu, op. cit., p. 31, 34-35.

32 Reuss R., La Cathédrale de Strasbourg pendant la Révolution. Études sur l’histoire politique et religieuse de l’Alsace (1789-1802), Paris, Fischbacher, 1888, p. 10 : « Nous n’avons rien trouvé dans nos sources qui nous permette de rattacher, de près ou de loin, l’histoire spéciale de la Cathédrale à celle des événements qui se déroulèrent d’une façon si vertigineuse, dans les mois qui suivirent, sous les yeux de l’Europe étonnée, soit à Paris, soit à Versailles, et dont le contrecoup se fit rapidement sentir à Strasbourg. L’illumination spontanée d’une partie de la ville, dans la soirée du 18 juillet, quand arriva la nouvelle de la prise de la Bastille, ne s’étendit pas, naturellement, aux édifices publics, et bien qu’elle “dût être générale les jours suivants”, comme le dit Rochambeau dans ses Mémoires, rien ne prouve qu’on ait trouvé le temps de garnir la tour de ses lumignons traditionnels avant le soulèvement de la populace et le sac de l’Hôtel-de-Ville (19-21 juillet 1789), qui portèrent un instant le désordre des esprits à leur comble. L’émeute militaire de la garnison de Strasbourg, qui vint se greffer d’une manière inattendue sur ces premiers troubles, dès le début du mois suivant, la nouvelle des décisions de l’Assemblée Nationale prises dans la nuit fameuse du 4 août, poussèrent, on le sait, l’ancien Magistrat à se démettre de ses fonctions et à remettre le pouvoir aux représentants élus de la bourgeoisie. Ceux-ci, désireux de réformes, mais voulant ménager les transitions, formèrent un Magistrat intérimaire, composé de citoyens ayant la confiance générale, et qui devait rester en fonctions jusqu’au règlement définitif de la constitution municipale ».

33 Young A., Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, op. cit., p. 345.

34 Lettre des représentants de la bourgeoisie aux députés de Strasbourg, à Versailles, Strasbourg, le 6/7 août 1789, cité dans Reuss R., éd., Correspondance des députés de Strasbourg à l’Assemblée nationale (année 1789), op. cit., p. 142.

35 Moore J., Lettres d’un voyageur anglois sur la France, la Suisse et l’Allemagne, Traduit de l’anglois de M. Moore, Genève, Chez Isaac Bardin, 1781, 2 tomes. La description de Strasbourg occupe les lettres 39 et 40 du premier tome. La description de la cathédrale occupe les pages 296-303 de la lettre 40.

36 Sur l’origine de la sonnerie du cor on consultera Blumstein F., La cathédrale de Strasbourg, préface de R. Reuss, Strasbourg, Imprimerie populaire strasbourgeoise, 1921, p. 28 : « En 1349 l’Alsace fut ravagée par la peste. Les chroniques racontent qu’à Strasbourg seul 16 000 personnes moururent. Tout à coup le bruit se répandit que c’étaient les juifs qui avaient empoisonné les puits, car eux seuls étaient épargnés du fléau. On résolut de les brûler. Un autre incident vint encore augmenter la fureur de la population de Strasbourg. On prétendait que, voulant profiter de la panique générale des habitants, les juifs devaient, à un coup de trompette, livrer la ville à l’ennemi. Mais ce complot fut dévoilé, et la population irritée se jeta sur les juifs et en brûla 2000 le jour de la Saint-Valentin 1349. Le magistrat ordonna qu’à l’avenir on sonnerait tous les soirs, du haut de la cathédrale un coup de trompette avec le “Grüselhorn” ou “Judenblos”, en mémoire de la trahison des juifs et pour les inviter à rentrer dans les quartiers qui leur étaient spécialement assignés. » L’explication de F. Blumstein est juste, à quelques détails près. La corne dont on sonnait pour indiquer aux Juifs de quitter la ville s’appelait le “Judenhorn”. Elle fut sonnée de 1349, date de l’expulsion des Juifs de la ville, jusqu’en 1383, date de leur réadmission dans les murs. Après leur réadmission, on sonna cependant un couvre-feu pour eux, pas avec la corne, mais avec une cloche (“Judenblos”). Les juifs ayant toutefois été définitivement expulsés en 1388, la sonnerie du soir ne les concerna vite plus. Elle fut cependant conservée, pour intimer aux “indésirables” (colporteurs, marginaux et mendiants) de quitter la ville. Sur cette histoire, cf. également Bernheim N.-L., La cloche de 10 heures. Radiographie d’une rumeur, Strasbourg, La Nuée bleue, 2002.

37 Grandidier P.-A., Essais historiques et topographiques sur l’église cathédrale de Strasbourg, Strasbourg, Chez Levrault, 1782, p. 268.

38 Ibid., p. 270-271.

39 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 89, « Lyon, 9 mars 1790 », p. 198.

40 Grandidier P.-A., Essais historiques et topographiques sur l’église cathédrale de Strasbourg, op. cit., p. 301.

41 Ibid., p. 306.

42 Hautemer C. de, Description historique et topographique de la ville de Strasbourg et de tout ce qu’elle contient de plus remarquable, en faveur des voyageurs, À Strasbourg, Chez Amand Koenig, 1785, p. 36.

43 Grandidier P.-A., Essais historiques et topographiques sur l’église cathédrale de Strasbourg, op. cit., p. 242-243.

44 Description nouvelle de la cathédrale de Strasbourg et de sa fameuse tour ; contenant ce qui s’y est passé depuis sa construction, avec tout ce qu’il y a de remarquable au-dedans & au dehors de cet Édifice, Avec figures en Taille-douce : Traduite de l’Allemand par François Joseph Böhm, 2e éd., À Strasbourg, chez Simon Kürsner, 1743, p. 55. Une des nombreuses rééditions de cet ouvrage vit le jour en 1788, soit juste avant le passage de Karamzin à Strasbourg.

45 Théocrite, Idylle 18 : « Épithalame d’Hélène », dans Bucoliques grecs, tome 1, texte établi et traduit par Ph. E. Legrand, Paris, Les Belles Lettres, 1925, (« Les Universités de France »), p. 162, vv. 47-48 : « Et une inscription sera gravée sur l’écorce pour être lue du passant, à la mode dorienne : “Honore-moi ; je suis l’arbre d’Hélène” » ; Virgile, Bucoliques, Géorgiques, préface de Florence Dupont. Édition bilingue, Paris, Gallimard, 1997, « Cinquième Bucolique », p. 87, vv. 13-14 : « Non, j’aime mieux chanter des vers que, l’autre jour,/J’écrivis sur l’écorce et chantai tour à tour » ; « Dixième Bucolique », p. 129, vv. 52-54 : « Oui, mieux vaut, dans les bois, près des antres des fauves,/Souffrir, graver mes vers d’amour sur l’arbre tendre :/Il grandit : vous ferez comme lui, mon amour ! »

46 Nikolaev S. I., « Imja na dereve (iz istorii idilličeskogo motiva) » [« Le nom gravé sur l’arbre (éléments de l’histoire d’un motif idyllique) »], xviii vek [xviiie siècle], no 22, Saint-Pétersbourg, Nauka, 2002, p. 51.

47 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 124, « Ermenonville », p. 309. Dans un registre plus badin, l’inscription à thématique amoureuse peut encore proposer au promeneur une philosophie galante, comme l’illustre le poème de Karamzin de 1798 « Inscriptions sur la statue de Cupidon ». Cf. Karamzin N. M., « Nadpisi na statuju Kupidona » [« Inscriptions sur la statue de Cupidon »], dans Polnoe sobranie stihotvorenij [Œuvres poétiques complètes], édition de Ju. M. Lotman, Moscou-Leningrad, Sovetskij pisatel’, 1966, p. 241-242.

48 Certains de ces vers furent reproduits sous la gravure de N. I. Sokolov servant de frontispice à la première édition séparée de la Pauvre Lise [Bednaja Liza], publiée en 1796. Sur ce sujet, voir Nikolaev S. I., « Imja na dereve (iz istorii idilličeskogo motiva) » [« Le nom gravé sur l’arbre (éléments de l’histoire d’un motif idyllique) »], op. cit., p. 62.

49 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 124, « Ermenonville », p. 311.

50 Lettre d’I. A. Ivanov à A. H. Hvostov, datée de 1799. Citée par S. I. Nikolaev « Imja na dereve (iz istorii idilličeskogo motiva) » [« Le nom gravé sur l’arbre (éléments de l’histoire d’un motif idyllique) »], op. cit., p. 63.

51 Ibid. : « Priehali dva kuzova, sireč’ linejka i kareta, polnye ševal’erov i dam, kotorye načali čitat’ nadpisi, odin iz nih napisal svoe imja na dereve, i ja bylo vzdumal napisat’, no bylo uže pozdno. »

52 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, op. cit., p. 442.

53 Blumstein F., La Cathédrale de Strasbourg, op. cit., p. 18.

54 Chaubard A. H., « En feuilletant l’album des visiteurs de la cathédrale… », Bulletin de la cathédrale de Strasbourg, no 5, 1939, p. 91-98. La liste des signataires de l’album est reproduite dans Rieffel A., Die Fremden-Bücher der Münsterplattform, Strasbourg, Druck der « Strassbürger Bürger-Zeitung », 1912.

55 Sur le commerce représenté par la gravure du nom des touristes sur les murs de la cathédrale, cf. Spiegel R. J., Strasbourg romantique au siècle des peintres et des écrivains voyageurs, Strasbourg, La Nuée bleue, 2010, p. 118.

56 Goethe J. W., Ses mémoires et sa vie. Vérité et poésie, op. cit., p. 154-155 : « Mais j’étais surtout en proie à un vertige, qui me prenait lorsque je regardais d’une certaine élévation. J’essayai de me guérir de toutes ces infirmités, et cela par des moyens violents, pour ne pas perdre mon temps. […] Je montais seul jusqu’au faîte le plus élevé de la tour de la cathédrale, sous la couronne, où je ne restais pas moins d’un quart d’heure ; puis je me risquais en plein air, sur une plate-forme d’une aune carrée à peine, n’offrant aucun appui, où l’on avait sous les yeux l’immensité du pays, tandis qu’on ne voyait rien autour de soi ; il semblait qu’on eût été enlevé dans l’air par un ballon. »

57 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 72, « Lausanne », p. 147.

58 Ibid., lettre 33, « Weimar, 20 juillet », p. 71-73.

59 Ibid., lettre 19, « Berlin, 6 juillet », p. 46. Jung-Stilling est évoqué, avec K. Ph. Moritz et Rousseau, comme un maître en matière de psychologie : « Je préfère Les Confessions de J. J. Rousseau, Stillings Jugendgeschichte et Anton Reiser à toutes les psychologies systématiques de la terre. » (Les passages soulignés sont en français et en allemand dans le texte original de Karamzin – R. B.)

60 En réponse à la question de Herder sur ses préférences en matière de poésie allemande, le narrateur déclare que Klopstock est le poète qui a le plus sa faveur. Cf. Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 33, « Weimar, 20 juillet », p. 72.

61 Les inscriptions des Stürmer Lenz, Herder, Jung-Stilling et Goethe datent, comme indiqué précédemment, de 1776. Lavater séjourna à Strasbourg au début de 1781, pour rencontrer Cagliostro. Cf. Jaton A.-M., Jean Gaspard Lavater, Lucerne-Lausanne, Editions René Coeckelberghs, 1988, (« Les grands Suisses », 3), p. 40. L’inscription de Klopstock doit dater de 1776, période de son séjour à Karlsruhe. Toutes les inscriptions existaient donc déjà lors de la soit-disant visite de Karamzin.

62 Les déjà évoqués Essais historiques et topographiques sur l’église cathédrale de Strasbourg de Grandidier, évoquent cet usage : « Sous la même voûte, on voit taillés dans le mur les noms de plusieurs personnes, tant étrangères que de la ville, qui sont montées sur la tour ou sur la plateforme. » (op. cit., p. 221).

63 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, « Strasbourg, 6 août », p. 95-96.

64 Rocheblave S., Le Mausolée du Maréchal de Saxe, par J.-B. Pigalle, Paris, F. Alcan, 1901, p. 21.

65 Description du Mausolée du Maréchal Comte de Saxe inventé et exécuté en marbre par J.-B. Pigalle, sculpteur du Roi, et érigé à la mémoire de ce Grand Homme dans l’église de Saint-Thomas, À Strasbourg, Par ordre de S. M. T. C. Louis XV, de glorieuse mémoire, en 1776, Strasbourg, de l’imprimerie de G. L. Schuler, [1776].

66 Les italiques utilisés ici dans les citations du texte de Karamzin et de la brochure de 1776 ont été ajoutées par mes soins. Elles visent à souligner les ressemblances existant entre les deux textes.

67 Hautemer C. de, Description historique et topographique de la ville de Strasbourg et de tout ce qu’elle contient de plus remarquable, en faveur des voyageurs, op. cit., p. 111-114.

68 Beyer V., Mugler Y., Le mausolée du Maréchal de Saxe, Strasbourg, Editions Hirlé-Oberlin, 1994, p. 10.

69 Outre les sources françaises, Karamzin aurait pu utiliser une source russe. En effet, la littérature russe du xviiie siècle avait déjà produit une description du mausolée de Pigalle. Il s’agit de celle donnée par Nikita Akinfievič Demidov (ou un de ses secrétaires), dans le journal de son voyage en Europe. Cf. Demidov N. A., Žurnal putešestvija ego vysokorodija gospodina statskago sovetnika i ordena Svjatago Stanislava kavalera Nikity Akinfieviča Demidova [Journal de voyage de son Excellence Monsieur le conseiller d’état et chevalier de l’ordre de Saint Stanislas Nikita Akinfievič Demidov], Moscou, F. Gippius, 1786, p. 37-38. Demidov n’avait pas vu le mausolée à Strasbourg mais à Paris, dans l’atelier de Pigalle, avant son transport dans la capitale alsacienne. Aussi tentante que paraisse au premier abord l’hypothèse d’une imitation de Demidov par Karamzin, elle ne résiste toutefois pas à l’examen comparé des deux textes, qui se révèlent assez différents.

70 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, « Strasbourg, 6 août », p. 96.

71 Sur le jardin botanique de l’université, on consultera Fee, A. L. A., Discours d’ouverture du cours de botanique de la faculté de Médecine, prononcé le 4 mai 1836. Histoire du jardin botanique de Strasbourg, Strasbourg, tiré à part de la Revue d’Alsace, 1836 ; Hennick J., Le jardin botanique de Strasbourg et ses directeurs aux xviie et xviiie siècles, Strasbourg, thèse de Médecine, Université de Strasbourg I, 1990 ; Hennick J., Heitz B., « Histoire du jardin botanique de Strasbourg de 1750 à 1800 », dans La Révolution française et l’Alsace, tome 6 : L’Alsace et la Science, Cernay, 1994, p. 63-69 ; Geissert F., « À propos du premier jardin botanique de Strasbourg », Bulletin de l’Association des amis du jardin botanique du Col de Saverne, Saverne, [s. n.], 1998, p. 11-13 ; Hennick J., « Aspects historiques du jardin botanique de Strasbourg », Annuaire, Société des Amis du Vieux Strasbourg, no 30, 2003, p. 91-92 ; Rusque D., « Cabinets d’histoire naturelle et jardin botanique à Strasbourg au xviiie siècle : de la curiosité à la classification », Chantiers historiques en Alsace, no 6, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2003, p. 37-53.

72 Rusque D., « Cabinets d’histoire naturelle et jardin botanique à Strasbourg au xviiie siècle : de la curiosité à la classification », op. cit., p. 41.

73 Putešestvie brat’ev Demidovyx po Evrope [Voyage des frères Demidov en Europe], op. cit., p. 104 : « […] my 18-go sego oktjabrja v Strasburge krepost’ u citadeli Minster (glavnaja ili sobornaja cerkva), a 19-go s utra Anatomiju i Botaničeskij sad osmotreli » [« le 18 octobre nous avons vu la citadelle de Strasbourg et son Münster (l’église principale, ou cathédrale), et le 19 l’anatomie et le jardin botanique »], (lettre de Bâle du 22 octobre 1756).

74 Harsany Z.-E, La vie à Strasbourg sous la Révolution, op. cit., p. 176.

75 L’Alsace en 1782 vue par un inconnu, op. cit., p. 36-37.

76 La renommée d’Hermann est attestée par l’amplitude de son réseau épistolaire, qui compte des correspondants tels que La Pérouse, Forster, mais également P. S. Pallas. Sur ce sujet, voir Rusque D., « Cabinets d’histoire naturelle et jardin botanique à Strasbourg au xviiie siècle : de la curiosité à la classification », op. cit., p. 51. De même, le voyageur dijonnais déjà cité semble avoir connu Hermann de réputation, avant même de faire sa connaissance. Cf. L’Alsace en 1782 vue par un inconnu, op. cit., p. 38 : « Il y eut un qui nous proposa […] de nous mener chez M. Hermann, professeur d’histoire naturelle : nous acceptâmes avec empressement cette offre, d’autant que nous étions curieux de voir le cabinet d’un homme dont on nous avait beaucoup vanté le savoir et l’adresse. »

77 Sur le cabinet de Jean Hermann, cf. Rusque D., « Cabinets d’histoire naturelle et jardin botanique à Strasbourg au xviiie siècle : de la curiosité à la classification », op. cit., p. 39.

78 L’Alsace en 1782 vue par un inconnu, op. cit., p. 38-39.

79 Schaller F., « Du cabinet d’histoire naturelle au musée zoologique de Strasbourg », dans La Révolution française et l’Alsace, tome 6 : l’Alsace et la science, op. cit., p. 76.

80 [Hermann J.], Manuscrits de la main de Hermann. Liste manuscrite des visiteurs du Musée d’histoire naturelle, op. cit., 6 août 1789.

81 Andreev A. Ju., Russkie studenty v nemeckih universitetah xviii-pervoj poloviny xix v. [Les étudiants russes dans les universités allemandes au xviiie et dans la première moitié du xixe siècle], op. cit., p. 385. Ce Bazilevič est le même que l’étudiant évoqué par V. Ja. Kolokol’nikov et M. I. Nevzorov dans leur lettre strasbourgeoise du 20 novembre 1790 à I. V. Lopuhin. Les deux étudiants en médecine y rapportent que Bazilevič a effectué, lors de l’été 1789, un voyage à pieds jusqu’en Suisse pour y recevoir un enseignement complémentaire, mais que sa tentative n’a pas rencontré le succès escompté. Cf. Barskov Ja, éd., Perepiska moskovskih masonov xviii veka [La correspondance des francs-maçons moscovites au xviiie siècle], op. cit., p. 37.

82 Rusque D. « Cabinets d’histoire naturelle et jardin botanique à Strasbourg au xviiie siècle : de la curiosité à la classification », op. cit., p. 49 : « Le jardin botanique constitue quant à lui un lieu attractif, un lieu de vie pour la population municipale, pour un public nombreux et hétéroclite qui s’est approprié l’endroit. Cela est d’autant plus vrai qu’il se trouve dans un quartier animé et militaire qui l’insère dans la vie quotidienne de la ville de Strasbourg. » (C’est moi qui souligne - R. B.).

83 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, « Strasbourg, 6 août », p. 96-97.

84 Sur le pèlerinage sensible, cf. Guichard O., dir., L’indispensable visite. Naissance du pèlerinage littéraire et artistique (numéro de la revue Orages, Littérature et culture 1760-1830, no 8, mars 2009). Sara Dickinson a noté que Karamzin cherchait à inscrire sa présence dans le « paysage occidental », afin que sa découverte par de futurs voyageurs soit liée dans leur esprit au souvenir de son œuvre. Elle en veut pour preuve une des lettres lausannoises, où le narrateur incite le lecteur à se souvenir de lui lorsqu’il visitera la ville. Dickinson S., Breaking Ground, op. cit., p. 118.

85 Bridel P. S., Course de Bâle à Bienne, dans Reichler C., Ruffieux R., éd., Le voyage en Suisse. Anthologie des voyageurs français et européens de la Renaissance au xxe siècle, Paris, Robert Laffont, (« Bouquins »), 1998, p. 496.

86 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 84, « Genève », p. 181.

87 Ibid., lettre 130, « Calais, une heure du matin », p. 323-324.

88 Šalikov P., Putešestvie v Kronštadt 1805 goda [Voyage à Kronstadt en 1805], dans Korovin V. I., éd., Landšaft moih voobraženij. Stranicy prozy russkogo sentimentalizma [Le paysage de mes rêveries. Pages de la prose du sentimentalisme russe], Moscou, Sovremennik, 1990, p. 576. (C’est moi qui traduis – R. B.). Je remercie le Professeur Andrej Zorin, d’Oxford, d’avoir attiré mon attention sur ce texte.

89 Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 71-72, 76.

90 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 32, « 19 juillet », p. 69.

91 Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 72.

92 L’étape à Mannheim occupe les lettres 44 et 45, datées des 3 et 4 août 1789. Cf. Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., « Mannheim, 3 août », p. 91-93.

93 Beaurepaire P.-Y., « Un creuset maçonnique dans l’Europe des Lumières : la loge de la Candeur, orient de Strasbourg », op. cit., p. 89.

94 Ibid., p. 90.

95 Ibid., p. 114 : « Aux yeux d’un gouverneur franc-maçon, l’initiation maçonnique peut très bien s’intégrer dans le parcours initiatique, au sens large du terme, qu’est fondamentalement le “Grand Tour”. Elle participe de la découverte de soi et des autres, en même temps qu’elle introduit l’impétrant dans les cercles de la sociabilité où il sera ensuite amené à se mouvoir. »

96 Ibid., p. 118.

97 Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 71.

98 Harsany Z.-E., La vie à Strasbourg sous la Révolution, op. cit, p. 99.

99 Ibid., p. 102-103.

100 Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 43.

101 Seyboth A., Strasbourg historique et pittoresque depuis son origine jusqu’en 1870, Strasbourg, Imprimerie alsacienne, 1894, 2e partie, p. 616.

102 Harsany Z.-E, La vie à Strasbourg sous la Révolution, op. cit., p. 102.

103 Golovine V. N., Souvenirs de la comtesse Golovine, née Galitzine 1766-1821, Paris, Plon, 1910, p. 286.

104 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, « Strasbourg, 6 août », p. 96.

105 Harsany Z.-E., La vie à Strasbourg sous la Révolution, op. cit., p. 100.

106 Feuillet annonçant la publication du Journal de Moscou distribué avec les Nouvelles de Moscou [Moskovskie vedomosti], numéro du 6 novembre 1790. Cité dans Neustroev A. N., Istoričeskoe rozyskanie o russkih povremennyh izdanijah i sbornikah za 1703-1802 [Recherche historique sur les éditions et recueils périodiques entre 1703 et 1802], Saint-Pétersbourg, Obščestvennaja pol’za, 1874, p. 699-700.

107 Karamzin N. M., « Lettre au Spectateur sur la littérature russe », op. cit., p. 458.

108 L’incompatibilité entre l’étiquette du traité et celle du récit de voyage, particulièrement dans sa variante « sensible », est mise en scène de manière comique par Sterne dans le Voyage sentimental. Se lançant dans une réflexion sur les nains, Yorick déclare tout à coup : « Comme ce livre n’est point un ouvrage de raisonnement, je laisse la solution telle que je l’ai trouvée, et me contente de l’exactitude de la remarque, qui se vérifie dans chaque petite rue et ruelle de Paris ». Dans Sterne L., Le Voyage sentimental, traduit de l’anglais par A. Digeon, Paris, Flammarion, 1981, (« GF »), p. 124.

109 Karamzin N. M., « Lettre au Spectateur sur la littérature russe », op. cit., p. 459. Notons l’abondance, dans ce passage, de termes anti-révolutionnaires : « tranquillement », « modéré », « éternelles », « fléchit le genou ».

110 Offord D., Journeys to a Graveyard. Perceptions of Europe in Classical Russian Travel Writing, Dordrecht, Springer, 2005, (« International Archives of the History of Ideas », 192), p. 88.

Table des illustrations

Légende Ill. 11 : Incendie du théâtre de Strasbourg le 30 mai 1800. Lithographie de Xavier Sandmann et Frédéric-Émile Simon. Album alsacien, Revue de l’Alsace littéraire, historique et artistique, 30 septembre 1838. Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Ill. 12 : Vue de la cathédrale de Strasbourg. Gravure du xviie siècle (1650 ?). Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Ill. 13 : Graffiti de Goethe sur la cathédrale de Strasbourg. Cliché A. Arnaud.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5582/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Ill. 14-15 : Graffitis de voyageurs russes sur la cathédrale de Strasbourg. Clichés A. Arnaud.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5582/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Ill. 16 : Mausolée du maréchal de Saxe. Inventé et exécuté en marbre par J. B. Pigalle, par C. N. Cochin, graveur et N. Dupuis, graveur (1776 ?).Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5582/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Ill. 17 : Portrait de Jean Hermann, par Christophe Guérin (1790 ?).Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5582/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540