Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nikolaï Karamzine à Strasbourg

 | 
Rodolphe Baudin

Chapitre III. Karamzine à Strasbourg

Texte intégral

1. Une étape inévitable

  • 1 Putešestvie brat’ev Demidovyx po Evrope. Pis’ma i podnevnye žurnaly 1750-1761 gody [Voyage des frèr (...)
  • 2 Les témoignages, souvent inédits, laissés par ces voyageurs et/ou résidents temporaires russes sur (...)
  • 3 Strycek A., La Russie des Lumières : Denis Fonvizine, op. cit., chap. 3 « Voyage en France » (1777- (...)
  • 4 Le Grand-Duc Pavel Petrovič et son épouse Marija Fedorovna passèrent à Strasbourg la soirée du 30 j (...)

1Karamzine-voyageur ne pouvait pas ne pas passer par Strasbourg. À la suite de nombreux autres voyageurs russes, il devait traverser cette ville sur l’itinéraire de son périple européen. Par Strasbourg étaient ainsi passés avant lui les frères Alexandre (1737-1803) et Piotr (1740-1826) Demidov, jeunes aristocrates dont ont récemment été édités les journaux de voyage1, Alexandre Stroganov (1733-1811) puis son fils Pavel (1774-1817), les deux frères Boris (1769-1813) et Dimitri (1771-1844) Golitsyne, bientôt suivis de leur mère Natalia Petrovna (1744-1837)2. Par Strasbourg également étaient passés, sur la route de Lyon et de Montpellier, Denis Fonvizine3, ou encore le futur Paul Ier, sous le pseudonyme de « Comte du Nord »4.

  • 5 Tommek H., « Lenz », dans Espagne M., Le Rider J., dir., Dictionnaire du monde germanique, Paris, B (...)
  • 6 Lemann-Karli G., « Ja.-M. Lenc i N. M. Karamzin » [« Ja. M. Lenz et N. M. Karamzin »], xviii vek [x (...)

2Étape inévitable sur la route de Paris ou de la Suisse, connue du public russe cultivé pour son université, Strasbourg se dotait en outre, pour Karamzine, d’une valeur affective. La capitale alsacienne était en effet associée pour l’écrivain au nom, évoqué dans le chapitre précédent, de Lenz (ill. 6), figure du Sturm und Drang strasbourgeois, dont il faut ici évoquer l’amitié avec Karamzine. Poète et dramaturge génial mais tourmenté, Jacob Lenz (né en 1751) s’installa, après bien des déboires, à Moscou, où il perdit la raison et mourut dans le dénuement le plus total5. Avant ce dénouement tragique, survenu en 1792, Lenz avait toutefois bien connu Karamzine. Le jeune écrivain russe avait en effet partagé la chambre du dramaturge allemand dans la maison de la « Compagnie typographique » de Novikov abritant les jeunes membres maçons de la « Société des amis savants »6.

Ill. 6 : Portrait de Jacob Michael Reinhold Lenz

  • 7 Tommek H., « J. M. R. Lenz à Moscou et le projet d’une “République des Savants” », op. cit., p. 617
  • 8 Kochetkova N., Nikolay Karamzin, op. cit., p. 22 : « Undoubtedly Lenz’s work drew the attention of (...)
  • 9 Lemann-Karli G., « Ja. M. Lenz i N. M. Karamzin » [« Ja. M. Lenz et N. M. Karamzin »], op. cit., p. (...)
  • 10 Rozanov M. N., Poet perioda « burnyh stremlenij » Jakob Lenc, ego žizn’ i proizvedenija : kritičesk (...)
  • 11 Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 66. Gerda Panofsky s’in (...)
  • 12 Lemann-Karli G., « Ja. M. Lenz i N. M. Karamzin » [« Ja. M. Lenz et N. M. Karamzin »], op. cit., p. (...)
  • 13 Sur Karamzin et le Sturm und Drang, cf. Lemann-Karli G., « Ja. M. Lenz i N. M. Karamzin » [« Ja. M. (...)
  • 14 Sur la réception de Goethe en Russie à la fin du xviiie siècle, cf. Žirmunskij V., Gete v russkoj l (...)

3« Médiateur culturel important, notamment pour le jeune Karamzin7 » (qu’il contribua, avec A. Petrov, à familiariser avec Shakespeare8, et dont il perfectionna l’allemand9), Lenz avait raconté à notre auteur ses années strasbourgeoises, notamment son amitié avec Goethe10. De plus, il l’aida, d’après Youri Lotman, à préparer son voyage en Europe11. De fait, certains critiques considèrent que l’itinéraire suivi par Karamzine en Europe fut largement inféodé à la promesse faite par le jeune écrivain russe à Lenz de visiter les lieux qu’avait habités ce dernier et de rendre visite aux grands hommes qu’il avait fréquentés12. Que ceci soit totalement ou partiellement vrai, il est plus que probable que Lenz ait éveillé la curiosité de Karamzine vis-à-vis de Strasbourg, comme ville du Sturm und Drang en général13 et, de manière plus spécifique, comme ville où avait résidé l’auteur, fort apprécié par Karamzine, des Souffrances du jeune Werther14.

  • 15 Sur A. M. Kutuzov, voir l’article de Ju. Lotman, « “Sočuvstvennik” A. N. Radiščeva A. M. Kutuzov i (...)
  • 16 Brang P., « A. M. Kutuzov als Vermittler des westeuropäischen Sentimentalismus in Rußland », Zeitsc (...)
  • 17 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 32, (...)

4À cette première raison personnelle de passer par Strasbourg s’en ajoute toutefois une autre. La missive 32 des Lettres d’un voyageur russe, écrite de Leipzig, rapporte le contenu d’une lettre reçue par le voyageur de son ami A*. Derrière cette initiale se cache l’ami de Karamzine déjà évoqué Alexeï Mikhaïlovitch Koutouzov15, rosicrucien de Moscou missionné en Allemagne par les maçons du cercle de Novikov depuis 178716. Dans sa lettre, A*, que le voyageur karamzinien espérait retrouver à Francfort, annonce à ce dernier qu’il est en route pour Paris, et demande au narrateur des Lettres d’attendre son retour soit à Mannheim, soit à Strasbourg17. Ainsi, outre l’intérêt culturel et sentimental que Karamzine pouvait trouver à la ville, il est possible que celle-ci ait été envisagée comme point de rendez-vous commode pour les retrouvailles des deux amis. Cette commodité, on le verra, avait peut-être à voir avec l’existence à Strasbourg des réseaux maçonniques internationaux évoqués plus haut.

  • 18 Ibid., p. 8.
  • 19 Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 47-49.

5Dans le même ordre d’idées, on peut d’ailleurs – prudemment ! – suggérer, à la suite de Youri Lotman, une dernière raison ayant pu attirer Karamzine à Strasbourg : la présence de Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803). Penseur influent auprès des amis de Novikov, dont l’ouvrage Des erreurs et de la vérité, ou les Hommes rappelés aux principes de la science (1775) avait été une lecture obligée des années maçonniques de Karamzine, Saint-Martin résida à Strasbourg, comme je l’ai dit plus haut, entre 1788 et 1791, c’est-à-dire au moment même où y passa le voyageur russe. Or, d’après Youri Lotman, il est possible que Saint-Martin ait fait l’objet d’une curiosité particulière de la part de Karamzine pendant son périple. L’historien de la littérature suggère en effet que le penseur fut au centre de la conversation tenue par l’écrivain russe et Vassili Nikolaevitch Zinoviev, ami de Koutouzov et de l’écrivain Alexandre Radichtchev (1749-1802), lors de leur rencontre près de Dorpat, rapportée dans la troisième des Lettres d’un voyageur russe18. Lors de cette conversation, argue Lotman, il est probable que Zinoviev ait évoqué le scepticisme grandissant que lui et son maître et ami Saint-Martin éprouvaient envers les maçons, notamment berlinois. Ce scepticisme, qui faisait écho au refroidissement déjà évoqué de Karamzine, ne pouvait évidemment qu’intéresser le jeune écrivain russe19. Dans ces conditions, ce dernier aurait pu être tenté d’aller interroger Saint-Martin sur ses propres doutes. Le silence du texte des Lettres d’un voyageur russe sur une telle rencontre peut s’expliquer par des raisons politiques, bien qu’il soit également plus que probable, du fait de circonstances que j’éluciderai plus loin, que la rencontre, si tant est qu’elle ait jamais été envisagée, n’ait finalement pas eu lieu.

2. Un récit trop court

6Au regard de tous ces arguments, on ne peut que s’étonner de la brièveté du récit karamzinien sur la capitale alsacienne, notée dans l’introduction au présent ouvrage. Strasbourg, de fait, semblait avoir de quoi retenir l’écrivain voyageur plus de deux soirées et une journée. La décision de Karamzine de ne pas prolonger ce séjour a cependant une origine indépendante de la volonté de l’auteur et surtout impérieuse. Il s’agit de la peur éprouvée par le voyageur russe devant l’agitation révolutionnaire, très forte à Strasbourg et dans le reste de l’Alsace, entre la fin du mois de juillet et le début du mois d’août 1789, c’est-à-dire au moment précis où y passe l’écrivain russe, dont la lettre strasbourgeoise est datée du 6 août. Cette peur est attestée par plusieurs sources extralittéraires. La première est de la main de Karamzine lui-même. Dans la présentation des Lettres que l’écrivain publia en 1797 dans Le Spectateur du Nord, on peut en effet lire :

  • 20 Karamzin N. M., « Lettre au Spectateur sur la littérature russe », op. cit., p. 459.

« Il [le voyageur des Lettres – R. B.] entre en Alsace, ne voit que des troubles, n’entend parler que de vols, d’assassinats, et court en Suisse, pour y respirer l’air d’une liberté paisible20 ; »

7Cette déclaration péritextuelle de l’auteur du texte est confirmée ensuite par les mémoires du secrétaire de Karamzine, Konstantin Stepanovitch Serbinovitch (1796-1874), dans lesquels on peut lire :

  • 21 « V Strasburge on videl narod v volnenii i voznamerilsja ehat’v Švejcariju ». Cf. Serbinovič K. S.,(...)

« À Strasbourg il vit la population en ébullition et décida de partir pour la Suisse21. »

8Ainsi, la brièveté du séjour à Strasbourg, et donc de sa description dans Les Lettres, aurait une origine politique. Karamzine aurait fui Strasbourg pour échapper aux troubles révolutionnaires.

  • 22 Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 74.
  • 23 Ibid. : « Nous apprenons de plus avec étonnement que la situation à Strasbourg, lors du séjour de K (...)
  • 24 En novembre 1790, c’est-à-dire plus d’un an après les événements relatés par les Lettres d’un voyag (...)
  • 25 Rappelons que Les lettres sur l’Allemagne, l’Alsace et la Suisse, et notamment le passage qui nous (...)

9C’est ce que n’a pas cru Youri Lotman. Dans son ouvrage L’Invention de Karamzine – où il explique que le départ de Strasbourg pour Bâle correspond à un changement d’itinéraire par rapport à des plans initiaux devant mener le voyageur directement à Paris22 – l’historien de la littérature juge cette décision difficilement explicable, dans la mesure où, d’après lui, la situation à Strasbourg était, au début du mois d’août 1789, parfaitement calme23. Karamzine, dès lors, n’avait aucune raison d’être alarmé par quelque agitation révolutionnaire que ce soit. Notant en outre que la datation des lettres devient imprécise et confuse dans la suite immédiate du passage sur Strasbourg, le critique en tira les conclusions suivantes : bien loin d’être effrayé par les événements révolutionnaires, Karamzine se serait précipité à Paris pour en être le témoin direct, quittant Strasbourg dès le 6 août pour arriver dans la capitale le 10. Il aurait ensuite dissimulé ce premier séjour parisien – avant celui qu’il y effectuera de mars à fin mai 1790 – non par peur d’être accusé de jacobinisme par les autorités russes, qui n’y voyaient pas grand mal pendant la première phase de la Révolution française24, mais parce qu’il aurait rejoint dans la capitale française son ami rosicrucien Koutouzov, le fameux A* de la lettre 35. Or, parce qu’il publia la première partie de ses Lettres dans le Journal de Moscou25 pendant et après « l’affaire Novikov », Karamzine jugea plus prudent, d’après Lotman, de taire ce premier séjour parisien, qui aurait pu le faire soupçonner d’être un émissaire rosicrucien en mission auprès de Koutouzov.

  • 26 Gellerman S., « Karamzine à Genève : notes sur quelques documents d’archives concernant les Lettres (...)

10Quoique séduisante, l’hypothèse de Youri Lotman ne résiste pas à l’analyse des faits. Ceux-ci ont été rappelés par Victor Vatsouro, qui s’appuya sur le témoignage de Serbinovitch cité plus haut, et par Svetlana Gellerman, qui a retrouvé la trace de Karamzine à Arlesheim, non loin de Bâle, le 9 août 178926. S’appuyant cependant essentiellement sur des sources documentaires russes ou suisses, les auteurs précités n’ont jamais utilisé l’historiographie de l’Alsace révolutionnaire pour étayer leur argumentation. Cette historiographie extrêmement riche permet toutefois d’éclairer de nombreux aspects du récit strasbourgeois des Lettres.

3. Karamzine et l’émeute de la garnison

  • 27 Citée par Ju. M. Lotman dans Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 74, d’apr (...)
  • 28 Tulard J., Fayard J.-F., Fierro A., Histoire et dictionnaire de la Révolution française 1789-1799, (...)
  • 29 Dans son ouvrage devenu classique, G. Lefebvre ne considère pas véritablement l’Alsace comme une te (...)

11Les déclarations de Youri Lotman sur le calme alsacien au début d’août 1789 laissent perplexe. D’abord parce qu’il ne les appuie sur aucune citation tirée de l’information locale. Ensuite parce que la source qu’il met en avant, une lettre de Vassili Yakovlevitch Kolokolnikov et Maxime Ivanovitch Nevzorov (1762-1827) – deux pensionnaires des maçons Novikov et Lopoukhine, venus étudier la médecine à l’Université de Strasbourg – date de l’automne 1790 ! Ainsi, la citation tirée de cette lettre par Lotman et utilisée en faveur de sa thèse – « les étrangers, tant dans cette ville, que dans la France toute entière, ne risquent aucun danger, et sont même particulièrement en sécurité27 » – arrive presque un an et demi trop tard, et correspond en effet à une période de relative accalmie dans les événements révolutionnaires français28. En aucun cas, cependant, elle ne saurait s’appliquer à la situation de Strasbourg en particulier, et de l’Alsace en général, au début du mois d’août 1789. La cécité de l’historien russe peut probablement s’expliquer par son adhésion à la tradition historiographique qui ne considérait pas l’Alsace comme une terre de « Grande Peur »29. Néanmoins, le désir – légitime – de Lotman de voir dans Les Lettres une œuvre avant tout littéraire, et donc essentiellement fictionnelle, sinon dans son matériau tout entier, en tout cas dans son agencement, lui fait en l’occurrence refuser d’écouter ce que le narrateur des Lettres dit de Strasbourg autour du 6 août.

12Or, que dit le narrateur de Karamzine de la situation en ville ? Voici sa description :

  • 30 Comme indiqué dans l’avertissement, les passages soulignés sont en français dans le texte original (...)
  • 31 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, (...)

« À Strasbourg même débute une nouvelle insurrection. La garnison toute entière de la ville s’est mutinée. Les soldats n’obéissent plus aux officiers, boivent sans payer dans les auberges, courent les rues en faisant du tapage, insultent leurs chefs, etc. Sous mes yeux, une troupe de soldats ivres a arrêté un prélat allant en voiture, et l’a forcé à boire de la bière, dans la même cruche que son cocher, à la santé de la nation. Le prélat, blême de peur, répétait d’une voix tremblante : mes amis, mes amis !30Oui, nous sommes vos amis ! vociféraient les soldats : bois donc avec nous ! Les cris dans les rues ne cessent pratiquement pas. Mais les habitants se bouchent les oreilles et vaquent tranquillement à leurs affaires. Les officiers sont assis aux fenêtres, et rient en regardant les mutins. – J’ai été aujourd’hui au théâtre et je n’ai rien remarqué chez les spectateurs que de la gaieté. Les jeunes officiers couraient de loge en loge, et applaudissaient à tout rompre pour tâcher d’étouffer le vacarme des séditieux ivres, qui, trois fois, a jeté le trouble parmi les acteurs en scène31. »

13Le récit de Karamzine est dominé par la description de l’agitation qui s’est emparée de la ville. Cette agitation est d’emblée présentée comme récurrente (« À Strasbourg même débute une nouvelle insurrection »). L’utilisation de l’adjectif « nouveau » indique que le narrateur est au courant de troubles survenus précédemment dans cette ville. De fait, la lettre 42, datée du 1er août et écrite de Francfort, raconte la rencontre du narrateur avec un Alsacien :

  • 32 Ibid., « 1er août », p. 89. Cette rencontre est attestée hors fiction par le récit du voyage donné (...)

« Un jeune homme, arrivé de Strasbourg, nous raconta avec force détails comment, quelques jours auparavant, s’était rebellé la plèbe de la ville ; il parlait si mal le français, qu’il était difficile de se retenir de rire en l’entendant – par exemple ; ilz on déchiré la mézon dé vil ; ilz on brilé (brulé) lé dokiman (le documens) ; il voulé bandr (pendre) lé machistra (magistrats)32. »

  • 33 Sur le sac de l’Hôtel-de-ville de Strasbourg, on consultera les ouvrages suivants : parmi les témoi (...)

14L’événement auquel il est fait référence ici est le sac de l’hôtel-de-ville, survenu à Strasbourg les 20 et 21 juillet, et bien connu par de nombreux témoignages, notamment celui du voyageur et agronome anglais Arthur Young (1741-1820), ainsi que par de nombreuses estampes, dont l’une est reproduite ci-contre (ill. 7)33 :

Ill. 7 : Le pillage de l’hôtel de ville de Strasbourg, par Devere, graveur (1789).
Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

15Ayant repris, l’agitation concerne cette fois, non la population civile de Strasbourg, comme c’était le cas à la fin du mois de juillet, mais la garnison, dont les soldats désobéissent à leurs officiers (« les soldats n’obéissent plus aux officiers »), et surtout s’enivrent (« boivent sans payer dans les auberges »). De fait, la description donnée par le narrateur des Lettres correspond parfaitement aux autres témoignages laissés par les contemporains sur cette journée du 6 août 1789, au premier rang desquels se trouve le récit tiré des Mémoires de Rochambeau (ill. 8).

Ill. 8 : Portrait du comte de Rochambeau

16Héros de l’Amérique, Jean-Baptiste Donatien de Vimeur, Maréchal de Rochambeau (1725-1807), avait été nommé commandant militaire de l’Alsace le 18 juillet, à la veille des troubles de la fin de ce même mois et de ceux du début du mois d’août. Voici le récit qu’il laissa des seconds :

« Il y avoit, dans le nombre des prisonniers [il s’agit des émeutiers des 20-21 juillet – R. B.] dont le magistrat instruisoit le procès, un brasseur et quelques mauvais citoyens fort impliqués comme instigateurs du pillage de l’hôtel-de-ville ; leurs parens et leurs amis cherchèrent à corrompre la garnison. Il s’y trouvoit aussi trois soldats du corps royal de l’artillerie, qui furent arrêtés, travestis, au milieu de tous ces malfaiteurs. Il étoit d’usage, à Strasbourg, de donner une gratification de vingt sous par homme aux soldats qui avoient servi à arrêter les incendies ; le magistrat vint me prier de permettre qu’elle fut délivrée aux troupes pour avoir sauvé la ville le jour du pillage de l’hôtel-de-ville. Je lui répondis qu’avec vingt sous de bierre par homme on enivroit toute une garnison, et que je ne répondois plus d’une garnison ivre. Cette demande fut répétée par les mêmes magistrats, deux jours après, dans des termes excessivement pressans ; je fis ce que je pus pour les engager à renoncer à ce dessein et pour les persuader de donner en vivres, à chaque chambrée, le produit de cette gratification. Enfin, pour la troisième fois, les magistrats et les représentans de la bourgeoisie réunis, ayant à leur tête le commissaire du roi, vinrent me réitérer cette demande, et me déclarèrent que si je ne voulois pas y consentir, chaque bourgeois étoit résolu de délivrer cet argent lui-même aux soldats à qui ils l’avoient promis. Je n’eus plus d’autre parti à prendre, en protestant contre tous les mouvemens qui pouvoient en arriver, que de souffrir ce que je n’avois plus le pouvoir d’empêcher, et de dicter un ordre de police pour que la moitié de chaque régiment restât de garde à son quartier, pour répondre de la discipline du bataillon à qui la gratification seroit délivrée, et d’y ajouter toutes les précautions possibles pendant deux jours que cette orgie devoit durer. Dès le premier jour, tout ce que j’avois prévu ne manqua pas d’arriver ; il se forma, dès deux heures après-midi, des attroupemens tumultueux. Je me portai au milieu d’eux, je les haranguai ; ils faisoient mine de se disperser ; la moitié étoit déjà ivre, crioit : Vive le tiers-état ! c’est à nous à commander à notre tour. Je fus un instant entouré et mon cheval arrêté par eux ; je me débarrassai de ceux qui en avoient saisi les rênes ; enfin, le seul parti qui me restoit à prendre avec des gens qui n’avoient plus ni sens ni raison, fut de me contenter de les observer. J’envoyai M. de Klinglin aux prisons, où la garde étoit doublée, avec quatre pièces de canon ; il y fut forcé, et tous les prisonniers furent délivrés ; ce qui étoit le principal but de cette journée. À l’heure de la retraite, je me promenai de nouveau dans les rues, et chacun se retira assez régulièrement à son quartier. Avec de grosses patrouilles, des gardes militaires et de la bourgeoisie, la nuit fut assez tranquille ; »

17L’ivresse générale décrite par Rochambeau reprend cependant le lendemain :

  • 34 Rochambeau Comte de, Mémoires militaires, historiques et politiques de Rochambeau, Ancien Maréchal (...)

« […] le second jour fut pire que le premier. Dès le matin, les régimens françois furent reprocher aux régimens allemands de ne s’être pas mêlés la veille avec eux ; ils forcèrent leurs quartiers, et la garnison se trouva ivre à dix heures du matin. Tous les officiers-généraux vinrent me prier de ne pas sortir ce jour-là, parce qu’il n’y avoit plus d’ordre à donner à gens qui n’avoient pas d’oreille pour les entendre. Nous détachâmes M. d’Equevilly, qui étoit aimé du régiment Royal-Cavalerie ; il les mena sur l’esplanade de la citadelle avec des violons ; d’autres forcèrent la maison où les filles sont renfermées : ces deux diversions partagèrent toutes ces bandes avec tous les cabarets de la ville. Les officiers supérieurs venoient successivement nous rendre compte de tous ces désordres, contre lesquels il ne nous restoit aucune force à opposer. La soirée et la nuit furent très-orageuses. La retraite en avoit fait rentrer à l’appel ; mais ils avoient forcé toutes les gardes pour ressortir. Les régimens allemands, ne s’étant échappés que le second jour, se livrèrent plus tard, mais plus fortement à la plus grande débauche. Ils menaçoient de la lanterne tous leurs chefs ; […] Il fallut attendre avec patience et résignation le moment où cette garnison débandée reconnoîtroit la voix de ses chefs. Dès la pointe du jour, une douzaine de grenadiers de ma garde parlèrent à mes aides-de-camp, demandèrent la permission de quitter leurs postes pour aller rassembler tous les honnêtes soldats qui gémissoient de ces désordres. Ils m’amenèrent, une heure après, une députation de vingt bas-officiers de tous les régimens : je leur donnais l’ordre d’aller dans tous les quartiers rallier tous les braves soldats de sang froid ; qu’ils amenassent un détachement de cent soldats par régiment sur la place d’Armes ; que j’allois me mettre à leur tête, et que nous remettrions l’ordre partout. Dès qu’il y eut six cents hommes de formés sur la place d’Armes, nous en fîmes quatre patrouilles de troupes mêlées de tous les régimens, qui, marchant dans le plus grand ordre dans tous les quartiers de la ville, firent retirer tous les ivrognes ; et, à dix heures du matin, toute la garnison étoit sous la clef dans les différentes casernes34. »

  • 35 Cité dans Launay L. de, éd., Une famille de la bourgeoisie parisienne pendant la Révolution. Toussa (...)
  • 36 Respectivement, lettre 31 et lettre 32, publiées dans Reuss R., éd., Correspondance des députés de (...)

18Le témoignage de Rochambeau peut être complété par celui d’un bourgeois de la ville, Louis Mareux, dans une lettre datée du 6-7 août35, ainsi que par les lettres, envoyées aux députés de Strasbourg à Versailles par les représentants de la bourgeoisie les mêmes 6-7 août d’une part, et par le magistrat le 8 août de l’autre36. Ces trois sources confirment une grande partie des descriptions de Karamzine. Ainsi des cris des soldats (« [les soldats] courent les rues en faisant du tapage »), confirmés par Mareux (« Tout ce tapage nous a donné des craintes »), et par les représentants de la bourgeoisie (« Nous en fumes là, Messieurs, lorsque nous fumes interrompus par les cris que la réjouissance de la garnison provocqua »). Ainsi de la désobéissance et du mécontentement exprimé contre les chefs (« [les soldats] insultent leurs chefs, etc. »), confirmés par Mareux (« Depuis deux jours la garnison ne connaît plus de chefs ; […] depuis deux nuits, ils […] ne se rendent plus aux appels »), et par les représentants de la bourgeoisie (« la troupe est exaspérée contre les chefs »). Ainsi enfin de la saynète karamzinienne où des soldats ivres forcent les passants à boire, comme le montre sa mise en comparaison avec les témoignages français :

19Texte de Karamzine :

  • 37 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, (...)

« Sous mes yeux, une troupe de soldats ivres a arrêté un prélat allant en voiture, et l’a forcé à boire de la bière, dans la même cruche que son cocher, à la santé de la nation. Le prélat, blême de peur, répétait d’une voix tremblante : mes amis, mes amis ! – Oui, nous sommes vos amis ! vociféraient les soldats : bois donc avec nous !37 »

20Lettre de Mareux :

  • 38 Launay L. de, Une famille de la bourgeoisie parisienne pendant la Révolution, op. cit., p. 184-185.

« Ils [les soldats – R. B.] courent la ville avec des brocs et des bouteilles et forcent les passants à boire. Ma femme, ma belle-sœur et moi n’en avons pas été exempts. Ils font boire leurs chefs à leur santé et à celle du tiers état38. »

21Lettre des représentants de la bourgeoisie :

  • 39 Reuss R., éd., Correspondance des députés de Strasbourg à l’Assemblée nationale (année 1789), op. c (...)

« Toutes les maisons de marchands de vins, de brasseurs, de boulangers, charcutiers, graissiers ouvertes et de force pour emporter le vin, le pain, la viande salée, dans des auges et pots pour faire boire tout ce qui participoit de près ou de loin à ces désordres39. »

  • 40 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, (...)
  • 41 La lettre 47, écrite de Bâle, n’est pas datée ; elle indique que, parti le matin de Strasbourg à 6h (...)

22Ainsi, la comparaison effectuée entre le texte de Karamzine et les témoignages locaux souligne la parfaite connaissance que Karamzine a de la situation de la ville aux dates du séjour notées par le narrateur des Lettres d’un voyageur russe, à savoir du 5 août (« j’arrivai de Mannheim à Strasbourg, hier, à sept heures du soir » écrit le narrateur dans sa lettre datée du 6 août40), jusqu’au 7 août, date supposée du départ pour Bâle41, c’est-à-dire en pleine mutinerie de la garnison, qui commença dans l’après-midi du 5, connut une accalmie dans la nuit du 5 au 6, avant de reprendre au matin du 6 pour se prolonger, sans interruption cette fois, jusqu’au matin du 7.

4. Karamzine et la « Grande Peur » en Alsace

23Cette connaissance de la situation s’étend également aux troubles à l’extérieur de Strasbourg, notés par le narrateur dans la lettre 46, en amont et en aval de la description de la mutinerie dans la ville (premier extrait ci-dessous), et rappelés dans l’incipit de la lettre 47, lors du départ du narrateur pour Bâle :

  • 42 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, (...)

« Cependant, dans les environs même de Strasbourg des bandes de brigands pillent les monastères. On raconte que dans les villages est venu un individu qui se donnait pour le comte d’Artois, et qui excitait les paysans au désordre en prétendant que le Roi donnait au peuple pleine liberté jusqu’au 15 août, et que, jusqu’à cette date, chacun pouvait faire ce qu’il voulait. Ce bruit a obligé le commandant à publier que, seule une méchanceté infernale, digne d’un châtiment exceptionnel, avait pu répandre un tel bruit42. »

  • 43 Ibid., lettre 47, « Bâle », p. 96.

« Prenez garde, Messieurs ! nous dit à Strasbourg un officier, alors que je prenais place, avec les autres voyageurs, dans la diligence : la route n’est pas sans danger ; il y a en Alsace beaucoup de brigands. Nous nous regardâmes les uns les autres. – “Qui n’a pas beaucoup d’argent, celui-là ne craint pas les brigands”, dit un jeune Genevois, qui était venu avec moi de Francfort. “Moi, j’ai une dague et un chien” – dit un jeune homme en veste rouge ayant pris place près de moi. “Qu’y a-t-il à craindre ?” nous écriâmes-nous tous. Nous partîmes et nous arrivâmes heureusement à Bâle43 ».

  • 44 En apprenant la molestation de l’abbé de Luxeuil par une troupe de deux cents paysans, le Lieutenan (...)
  • 45 Hartmann E., La Révolution Française en Alsace et en Lorraine, op. cit., p. 126. Claude Muller est (...)

24La description du narrateur des Lettres fait essentiellement référence à deux événements : la formation de bandes de brigands s’attaquant aux monastères, et l’apparition d’un imposteur. Ici encore, force est de constater la bonne connaissance des événements dont fait montre Karamzine. Des bandes de paysans, que l’on surnomma « brigands »44, provoquèrent en effet des troubles dans le reste de l’Alsace. Comme l’écrit Eric Hartmann, « en Haute-Alsace, les vallées vosgiennes et le Sundgau connurent aussi l’effervescence, les paysans s’approchant en bandes tapageuses de quelques bourgades, abbayes et châteaux »45. Cette situation est évidemment évoquée dans les témoignages de contemporains, à commencer par Rochambeau :

  • 46 Il s’agit de la période suivant immédiatement l’insurrection des 20-21 juillet.
  • 47 Rochambeau Comte de, Mémoires militaires, historiques et politiques de Rochambeau, Ancien Maréchal (...)

« Le calme fut rétabli dans Strasbourg46 : il n’en étoit pas de même dans le reste de la province.
Cet ouragan d’insurrection commença dans le Sundgau et dans les Vosges, par la vallée de Saint-Amarin, et s’étendit dans toute l’Alsace, depuis Huningue jusqu’à Landau. Je fus obligé de faire marcher presque toutes les troupes, et de mettre huit officiers-généraux dans un mouvement perpétuel pour maintenir l’ordre public, et s’opposer aux dévastations dont étoient menacés les abbayes, les châteaux, les Juifs et toutes les propriétés. J’envoyai trois fois M. de Vaubecourt, lieutenant-général, à Saverne, pour protéger le cardinal de Rohan et toutes ses possessions contre les attroupements les plus tumultueux. M. de Wittinghoff marcha contre trois mille hommes sortis du val Saint-Amarin, qui avoient saccagé le château de l’abbé de Murback, et menaçoient tous les propriétaires du pays. La maison du bailli de Ferette fut brûlée ; le château de M. de Montjoie d’Hivringen fut pillé ; il y eut beaucoup de familles juives qui furent rançonnées et dévastées avant l’arrivée des troupes ; mais on leur doit la justice que, partout où elles purent arriver à temps, elles se comportèrent avec fermeté, ainsi que les maréchaussées ; et que, si l’Alsace n’a pas essuyé de plus grands malheurs, c’est à leurs efforts réunis qu’elle a dû son salut. Il y eut quelques exécutions de faites dans le Sundgau, par des tribunaux de maréchaussée, et la tranquillité fut rétablie partout47 ; »

  • 48 Hartmann E., La Révolution Française en Alsace et en Lorraine, op. cit., p. 126-127.
  • 49 Oberlé R., Péronnet M., La Révolution en Alsace, 1789-1799, op. cit., p. 108.

25La liste des abbayes auxquelles s’attaquèrent les paysans, et auxquelles il est fait référence dans les Lettres sous le terme de « monastères » est donnée par Eric Hartmann : « Les 26 et 28 juillet, les religieux de Saint-Jean-des-Choux près de Saverne furent assaillis, de même que Bouxviller, l’abbaye de Neubourg, celles d’Andlau et de Marmoutier48 ». À cette liste, on peut ajouter le saccage, non pas de l’abbaye, mais du château du prince-abbé et des maisons des chanoines à Guebwiller, ainsi que l’agression, par des paysans, des chanoines du chapitre de Lautenbach qui, « menacés de mort, […] se résignent à d’importantes concessions49 ».

  • 50 Hartmann E., La Révolution Française en Alsace et en Lorraine, op. cit., p. 126.

26À ces violences contre les abbayes et les prélats, motivées par le désir de détruire « les archives et les titres de rentes […] des seigneurs ecclésiastiques50 », s’ajoutent les violences contre les châteaux, évoquées plus haut par Rochambeau, et qui apparaissent indirectement dans le récit de Karamzine, non dans la lettre consacrée à Strasbourg et à l’Alsace, mais dans celle racontant l’épisode bâlois. Cet épisode, sur lequel je reviendrai dans le cinquième chapitre, décrit une scène touchante de retrouvailles en émigration entre deux vieillards éplorés – un vieux chevalier de Saint-Louis accompagné de son épouse – et leurs enfants qu’ils croyaient perdus. En réponse à la curiosité du narrateur, le valet des parents fait le récit suivant de leur sort :

  • 51 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 47, (...)

« Nous nous levâmes tous pour les suivre et, trouvant sur le perron leur domestique, l’entourâmes et le pressâmes de nous expliquer la scène que nous venions de voir. –“Tout ce que je puis vous dire, nous répondit-il, est que des paysans révoltés voulaient tuer mon maître ; et qu’il a été contraint de chercher son salut dans la fuite, abandonnant son château en flammes et ignorant tout du sort de ses enfants, qui alors étaient les hôtes de son frère mais qui, grâce à une lettre de ce dernier, sont parvenus heureusement jusqu’ici” –51. »

  • 52 C. Muller cite des témoignages de nobles ayant fui leur château et trouvé refuge dans les villes de (...)
  • 53 Hartmann E., La Révolution Française en Alsace et en Lorraine, op. cit., p. 127.

27Cette scène d’émigration a donc une origine bien réelle. S’il paraît difficile de retrouver qui, des propriétaires alsaciens (mais peut-être aussi lorrains ou franc-comtois), ayant vu leur château brûler, était par ailleurs chevalier de Saint-Louis (c’est-à-dire, en tout cas, catholique), la présence à Bâle de personnes fuyant la Grande Peur de l’été 1789 est attestée historiquement52. Outre les nobles, on y trouvait également beaucoup de juifs, contre lesquels s’acharnèrent les Sundgoviens au titre du fait qu’ils étaient détenteurs de leurs créances. Ces persécutions contre les juifs provoquèrent « une panique de grande ampleur, les Israélites se retirant par centaines à l’abri des murs de Mülhausen et même de Bâle, où l’on en recensa 708 au début du mois d’août53. »

28Le deuxième élément évoqué par la description de Karamzine des troubles à l’extérieur de Strasbourg est l’existence d’un imposteur :

  • 54 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, (...)

« On raconte que dans les villages est venu un individu qui se donnait pour le comte d’Artois, et qui excitait les paysans au désordre en prétendant que le Roi donnait au peuple pleine liberté jusqu’au 15 août, et que, jusqu’à cette date, chacun pouvait faire ce qu’il voulait54. »

  • 55 Hartmann E., La Révolution Française en Alsace et en Lorraine, op. cit., p. 127.
  • 56 Oberlé R., Péronnet M., La Révolution en Alsace, 1789-1799, op. cit., p. 107.

29Cet imposteur a existé lui aussi. Il est évoqué par les historiens de l’Alsace pendant la Grande Peur. Eric Hartmann écrit ainsi : « les paysans avaient à leur tête un aventurier […], qui se faisait passer auprès des esprits simples pour le Comte d’Artois. La rumeur publique ne charriait-elle pas des mensonges encore plus extravagants, que recueillirent les archives judiciaires ? On persuadait la populace que le Roi avait autorisé la destruction des archives comptables55. » À cette évocation, l’ouvrage de Raymond Oberlé et Michel Péronnet apporte les précisions suivantes : le chef de cette « bande organisée de malfaiteurs » se fait passer pour le Comte d’Artois afin « d’évoluer sans dommage dans le monde rural », et « les juifs était le principal objectif de cette bande, ce qui ne pouvait que la rendre sympathique aux paysans […] Les exploits de la bande du “Comte d’Artois” [prirent] fin lorsque, le sort des juifs ayant été réglé, elle se [retourna] contre les paysans. Ceux-ci, directement menacés, [le mirent] hors d’état de nuire56. »

Ill. 9 : Déclaration du comte de Rochambeau.
Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

30Il est frappant que cet épisode ait retenu l’attention de Karamzine. En effet, des contemporains plus directement impliqués dans les événements, comme Rochambeau, n’en font pas état dans leurs témoignages. Pourtant, il est à parier que ce même Rochambeau, en tant que gouverneur militaire de l’Alsace, ait eu directement à s’occuper de ce type d’affaire. De fait, une déclaration imprimée de Rochambeau, conservée à la BNU (ill. 9), témoigne éloquemment de l’inquiétude que suscitaient les rumeurs impliquant l’autorité royale dans les troubles à la campagne. En voici le contenu :

  • 57 Déclaration du Comte de Rochambeau, BNU, cote M 6591 4°.

« Il nous revient que des monstres dignes d’être sortis des enfers, répandent faussement et méchamment le bruit, que le Roi autorise les brigandages affreux qui se font dans les villages. Nous déclarons que c’est une insulte faite à la justice de Sa Majesté, qui protège la propriété et la sûreté de tous ses sujets.
En conséquence il est ordonné aux Officiers de Maréchaussée, ainsi qu’aux Troupes qui leur donnent main-forte, d’arrêter quiconque troublera l’ordre public, et de le livrer sur le champ à la Justice prévôtale, pour être puni suivant la rigueur des Ordonnances.
Il est également ordonné de dissiper tous les attroupemens séditieux et tous ceux qui veulent se faire justice eux-mêmes.
Fait à Strasbourg ce cinq août mil sept cent quatre-vingt-neuf
Signé Le Cte de Rochambeau57 ».

31Certes, l’attention différente témoignée à l’épisode du « Comte d’Artois » par Karamzine et Rochambeau s’explique par des raisons d’ordre générique. Le témoignage du second entre dans le cadre plus large de mémoires, rédigés bien après les événements, ce qui explique que l’évocation de cet événement précis disparaisse derrière le tableau plus général des troubles. Le récit de Karamzine à l’inverse, écrit, sinon forcément sur le vif – rappelons, comme dit plus haut, qu’on n’a pas retrouvé les journaux ou notes de voyage de l’écrivain – en tout cas dans les mois ayant suivi le voyage en France, peut être plus précis et doit même l’être, tant le genre du récit de voyage épistolaire réclame la notation originale et le détail curieux.

  • 58 Pour une synthèse récente en français sur la révolte de Pugačev, cf. Berelowitch A., « Une jacqueri (...)

32Cependant, j’aimerais suggérer que l’attention que porta Karamzine à cet événement a pour origine sa similarité avec l’imposture d’Emelian Pougatchev (1740-1775). Cosaque du Don, Pougatchev (ill. 10) souleva les peuples de la steppe et les serfs entre la Volga et l’Oural en 1773-177458, selon des modalités très proches de celles utilisées par le « Comte d’Artois » des campagnes alsaciennes de l’été 1789.

Ill. 10 : Portrait d’Emelian Pougatchev, gravure du xviiie siècle

  • 59 Madariaga I. de, La Russie au temps de la Grande Catherine, Paris, Fayard, 1987, p. 33-50 : « Chapi (...)
  • 60 Oberlé R., Péronnet M., La Révolution en Alsace, 1789-1799, op. cit., p. 107.

33Dans les deux cas, en effet, un bandit se présente, par souci de légitimité, comme souverain déchu ou membre de la famille royale. Pougatchev, ainsi, se faisait passer pour l’empereur déchu Pierre III, que Catherine II avait renversé en 176259. Dans l’un comme dans l’autre cas, ensuite, l’imposteur promet aux paysans révoltés ce dont ils rêvent, à savoir la possession de la terre, et la fin des droits seigneuriaux. Comme l’écrivent en effet Raymond Oberlé et Michel Péronnet : « […] avec la fin de [l’imposteur] s’évanouit aussi le rêve qu’il avait fait naître en affirmant que tout ce que les paysans s’approprieraient pendant un délai de quarante jours, leur resterait acquis60. » Pougatchev, lui aussi, lançait des manifestes pour rallier le peuple à sa cause, dont le plus célèbre, daté du 31 juillet 1774, contient la promesse suivante :

  • 61 Traduit et cité par P. Pascal dans La Révolte de Pougatchëv, Paris, Julliard, 1971, (« Archives »), (...)

« Octroyons par cet oukaz personnel, en vertu de notre souveraine et paternelle miséricorde, à toutes personnes se trouvant jusqu’à ce jour en condition paysanne et dépendance de propriétaires nobles de devenir les fidèles sujets de notre propre couronne. Et leur concédons de faire la croix et les prières et de garder la face et la barbe à l’ancienne, franchises et liberté, comme Cosaques perpétuels, sans levées de recrues ni capitation ou autres impôts en argent, et posséder terres, bois, prairies, pêcheries, salines sans achat ni redevances. Et les affranchissons de tous tributs et charges imposés aux paysans et à tout le peuple par les malfaiteurs nobles et juges prévaricateurs61. »

  • 62 Ščerbatov M. M., Kratkaja povest’ o byvših v Rossii samozvancah [Brève relation sur les imposteurs (...)
  • 63 Berelowitch A., « Une jacquerie moderne : la révolte de Pougatchev (17 septembre 1773-15 septembre (...)
  • 64 Murav’ev V., Nikolaj Karamzin [Nikolaj Karamzin], Moscou, Eksmo, 2005, p. 12.
  • 65 Orenburg fut assiégée par les insurgés de début octobre 1773 à fin mars 1774. Cf. Pascal P., éd., L (...)
  • 66 Murav’ev V., Nikolaj Karamzin [Nikolaj Karamzin], op. cit., p. 12. Sur cette fuite, voir également (...)
  • 67 Dmitriev I. I., Vzgljad na moju žizn’ [Regard sur ma vie], édition de A. A. Floridov et A. G. Cross (...)

34Karamzine connaissait tout cela. Outre que le phénomène de l’imposture politique avait retenu l’attention des écrivains de son temps, ainsi qu’en témoigne la publication, en 1774, de l’ouvrage de Mikhail Chtcherbatov Brève relation sur les imposteurs ayant existé en Russie62, l’écrivain avait eu une expérience de première main de la pougatchevchtchina. En effet, bien qu’il n’ait eu que sept ans lors de la révolte de Pougatchev, il avait été, avec ses parents, directement confronté à l’insurrection. Le père de l’écrivain, Mikhaïl Egorovitch, appartenait de fait au nombre des cibles potentielles des cosaques, allogènes et paysans révoltés. D’une part car, capitaine en retraite issu de la moyenne noblesse terrienne et militaire, il appartenait à l’un des groupes sociaux auxquels s’en prirent les insurgés63. D’autre part et surtout parce qu’il résidait, à l’automne de 1773, dans son domaine du gouvernement d’Orenbourg, à Mikhaïlovskoe64, en plein cœur de l’insurrection65. Informé par le pope d’une paroisse voisine de l’approche des troupes de Pougatchev, il emmena en urgence sa famille dans son autre domaine, Znamenskoe, ou Karamzinka, près de la ville de Simbirsk66. Ce type de réaction fut fréquent chez les propriétaires terriens. Il est ainsi attesté dans les souvenirs de l’ami de Karamzine, Ivan Dmitriev, dont les parents habitaient une région menacée par l’insurrection. Apprenant l’imminence du danger, le père d’Ivan Dmitriev s’enfuit avec sa famille pour Moscou67.

  • 68 Pascal P., La Révolte de Pougatchëv, op. cit., p. 158-159.
  • 69 Ibid., p. 211.
  • 70 Buganov V., Pugačev [Pugačev], Moscou, Molodaja gvardia, 1984, (“Žizn’ zamečatel’nyh ljudej”), p. 3 (...)
  • 71 Murav’ev V., Nikolaj Karamzin [Nikolaj Karamzin], op. cit., p. 12.

35Bien que jamais directement menacé, Simbirsk se trouvait néanmoins au centre du théâtre des opérations. Le 25-29 décembre 1773, les rebelles assiégèrent Samara, au sud-est de Simbirsk. Le 23 juillet de l’année suivante, pendant la deuxième phase de la rébellion, ils s’emparèrent d’Alatyr, au Nord-Ouest de la ville, puis, le 27 du même mois, de Saransk, à l’Ouest de Simbirsk68. Du fait de cet encerclement, Simbirsk fut choisie par le Général Piotr Ivanovitch Panine (1721-1789), commandant en chef des troupes gouvernementales dépêchées pour mater l’insurrection, pour y installer son quartier général. Après la défaite de Pougatchev enfin, lorsque l’imposteur fut emmené à Moscou sous la garde d’Alexandre Souvorov (1729-1800), le convoi passa par Simbirsk, où le cosaque fut interrogé par Pavel Sergueevitch Potemkine (1743-1796) et Panine69, mais également présenté à la foule70. Aussi Karamzine et ses parents, bien que désormais à l’abri, durent-ils continuer à s’informer anxieusement de la progression de l’insurrection. Leur domaine de Mikhaïlovskoe fut d’ailleurs pillé par les rebelles en leur absence71.

  • 72 Ibid., p. 150.
  • 73 Le silence sur l’événement de l’autobiographie sternienne de Karamzin, Un chevalier de notre temps,(...)
  • 74 V. Murav’ev a noté tout comme moi que la situation en Alsace avait dû évoquer à Karamzin la pougatc (...)
  • 75 Hartmann E., La Révolution Française en Alsace et en Lorraine, op. cit., p. 127.
  • 76 Oberlé R., Péronnet M., La Révolution en Alsace, 1789-1799, op. cit., p. 107.
  • 77 Longworth Ph., « The Pretender Phenomenon in Eighteenth-century Russia », Past & Present, no 66, Fe (...)

36Ainsi, parce que leur situation sociale exposait ses parents à la colère des rebelles, et que la révolte de 1773-1774 se déroula non loin des différents lieux de son enfance, on peut penser que le souvenir de la pougatchevchtchina, qu’il soit lié à une expérience personnelle ou à des récits familiaux72, était bien présent dans l’esprit de Karamzine73. Et c’est cette mémoire personnelle de la rébellion de Pougatchev qui explique pourquoi l’anecdote alsacienne du « Comte d’Artois » retint l’attention de l’écrivain74. Générée par la ressemblance frappante entre les deux situations, la réactivation du souvenir des récits de l’enfance de Karamzine sur la pougatchevchtchina passa probablement également par la présence d’éléments communs dans le mode opératoire des deux imposteurs. Tout imposteur a besoin de signes accréditant la véracité de son usurpation. Or, dans le cas alsacien et dans le cas russe, les signes utilisés sont exactement les mêmes. Comme le précise en effet Eric Hartmann, le faux comte d’Artois arborait une « poitrine constellée de décorations75. » Outre ces décorations, il portait visiblement un faux cordon de l’ordre du Saint-Esprit, qui explique le surnom d’« homme au ruban bleu » par lequel le désignent certains historiens de l’Alsace révolutionnaire76. De la même manière, Pougatchev portait « une grosse médaille d’argent et le ruban de l’ordre de Sainte-Anne », qui « le transformait aux yeux de ses partisans77. »

  • 78 Ouspenski B., « Tsar et imposteur : l’imposture en Russie comme phénomène historique et culturel », (...)
  • 79 Ouspenski B., « Tsar et imposteur : l’imposture en Russie comme phénomène historique et culturel »,(...)

37En plus de partager un récit légitimant (l’imposture) et des traits sémiotiques (le déguisement), les deux impostures avaient des connotations religieuses communes. Figure déguisée – et de ce fait carnavalesque, comme on le verra plus loin – l’imposteur est, dans la culture traditionnelle russe, souvent comparé à un sorcier78. À ce titre, la légitimité du pouvoir auquel il prétend est non divine, comme dans le cas du vrai tsar, mais diabolique79. Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que Karamzine reproduise dans le texte des Lettres la comparaison infernale utilisée dans le texte de la déclaration de Rochambeau citée plus haut :

  • 80 C’est moi qui souligne.

« Il nous revient que des monstres dignes d’être sortis des enfers, répandent faussement et méchamment le bruit, que le Roi autorise les brigandages affreux qui se font dans les villages80. »

  • 81 L’Histoire de la Russie, tirée des chroniques originales, de pièces authentiques et des meilleurs h (...)

38La coïncidence entre les deux cas d’imposture ne pouvait pas ne pas frapper Karamzine, car elle confirmait ses opinions sur l’universalité de l’humain, et l’égalité – dans la dignité ou l’indignité – de toutes les civilisations. Cette vision de l’universalité de l’histoire nourrissait l’approche comparatiste qu’avait Karamzine des faits historiques, et dont l’origine remonte à Plutarque. De manière caractéristique, dans un des chapitres parisiens des Lettres, le narrateur, qui vient de rencontrer l’historien français de la Russie Pierre-Charles Lévesque (1736-1812)81 à l’Académie des inscriptions et Belles Lettres, défend la dignité de l’histoire de son pays, réputée peu glorieuse, dans les termes suivants :

  • 82 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 103 (...)

« Nous avons eu notre Charlemagne : Vladimir – notre Louis XI : le tsar Ivan – notre Cromwell : Godounov – ainsi qu’un souverain qui n’a eu d’équivalent nulle part : Pierre le Grand82. »

  • 83 J’emprunte cette traduction du titre Istorija gosudarstva rossijskogo à Jean Breuillard. La traduct (...)

39Ainsi, la vision comparatiste de Karamzine d’une histoire définie essentiellement par ses grands hommes peut expliquer que Pougatchev ait été vu comme le « Comte d’Artois » alsacien, ou inversement, même si la grandeur ici est plutôt définie par le destin hors norme que par un héroïsme ou une vertu appelés à susciter l’émulation. Notons pour terminer que le motif de l’imposture qui nous intéresse ici occupera évidemment une place importante dans l’autre grande œuvre de Karamzine, son Histoire de l’empire de Russie (1818-1826)83, dont les plus célèbres pages, qui inspireront Alexandre Pouchkine pour son drame historique Boris Godounov (1825), sont consacrées aux divers « faux Dimitri » qui tentèrent de s’emparer du trône de Moscou pendant la période de guerre civile dite du « Temps des troubles » (1598-1613) précédant l’arrivée du premier Romanov sur le trône de la Moscovie.

  • 84 Sur Frédéric-Rodolphe Saltzmann, cf. Keller J., Le théosophe alsacien Frédéric-Rodolphe Saltzmann e (...)
  • 85 Sur les Affiches de Strasbourg, cf. Sgard J., dir., Dictionnaire des Journaux : 1600-1789, Paris, U (...)
  • 86 Le numéro 31 des Affiches de Strasbourg, paru le mercredi 05/08/1789, annonce la mise en vente du t (...)
  • 87 L’agitation rurale est évoquée par les Affiches de Strasbourg dans la « Copie de la lettre écrite p (...)
  • 88 Sur le Strassburgische Zeitung, cf. Harsany Z.-E., La vie à Strasbourg sous la Révolution, op. cit. (...)
  • 89 Privilegirte Strassburgische Zeitung, no 94, vendredi 7 août 1789, p. 376. : « Strasbourg, le 6 aoû (...)
  • 90 Comme nombre de voyageurs des Lumières, le narrateur des Lettres lit la presse dans les lieux de le (...)
  • 91 Serman I. Z., « Gde i kogda sozdavalis’ “Pis’ma russkogo putešestvennika” N. M. Karamzina ? » [« Où (...)

40La mise en comparaison du récit du narrateur des Lettres et des témoignages locaux, ainsi que des travaux des historiens spécialistes de l’Alsace, montre donc un Karamzine très bien renseigné sur la situation de Strasbourg et de ses environs au début du mois d’août 1789. Cette connaissance très exacte des événements ne doit cependant pas nous faire exclure d’emblée la possibilité que Karamzine en ait pris connaissance d’une manière indirecte. Comme nous l’avons vu en effet dans le premier chapitre, la distinction établie par Youri Lotman entre le voyageur réel et le narrateur du texte a permis de montrer que Karamzine n’avait pas vécu tout ce que son narrateur prétend avoir fait ou, inversement, qu’il en avait vécu plus qu’il ne voulait bien en faire vivre à son narrateur. Cependant, dans le cas de l’épisode strasbourgeois, la précision de l’évocation associée au caractère très local des événements contés semblent devoir interdire l’hypothèse de la supercherie et suggérer que l’auteur-Karamzine a bel et bien vécu ce que le narrateur des Lettres relate dans son récit. S’il est avéré que Karamzine a comblé les lacunes de ses connaissances par les lectures qu’il effectua après son retour en Russie, notamment pour enrichir les passages descriptifs de son texte, il est en effet exclu qu’il ait recouru à une quelconque littérature portant sur la Révolution en Alsace dans le laps de temps limité séparant les faits de la publication du récit dans le Journal de Moscou. Les témoignages de contemporains que j’ai cités plus haut, de celui de Louis Mareux aux lettres des membres du Magistrat, étaient évidemment indisponibles à ce moment-là. Les mémoires de Rochambeau même, texte le plus digne, parmi ceux de notre corpus, de passer à la postérité du vivant même de Karamzine, ne furent publiées qu’en 1809. Enfin, la presse locale, qui a l’avantage sur les témoignages précités d’avoir été disponible immédiatement après les faits, n’aurait pas été d’une grande aide pour un auteur en mal de détails concrets à rapporter. Dirigées par Frédéric-Rodolphe Saltzmann (1749-1821)84, les Affiches de Strasbourg85, journal hebdomadaire publié en français, restent obstinément muettes sur le sujet, alors qu’elles s’étaient fait l’écho des troubles des 20-21 juillet86, et de l’agitation dans les campagnes qui avait suivi87. L’autre journal publié en 1789 à Strasbourg, intitulé Strassburgische Zeitung88 et dirigé également par Saltzmann, se montre un peu plus disert. Dans son numéro 94, publié le 7 août 1789, les troubles sont évoqués89. Toutefois les quelques lignes qui y sont consacrées ne sauraient être considérées comme une source suffisante d’information pour Karamzine. Ainsi, quand bien même l’un de ces deux journaux aurait été disponible, sinon évidemment à Moscou en 1790-1791, tout au moins dans un café ou un cabinet de lecture de Genève90, ville où Karamzine rédigea probablement une partie des Lettres dès l’hiver 1789-179091, il n’y aurait pas trouvé les informations qui font la matière de son récit.

  • 92 Bien que moins bonne que la route de la rive gauche, il existait une route nord-sud sur la rive dro (...)

41Les sources écrites une fois écartées, on pourrait encore imaginer que Karamzine ait pris connaissance des événements strasbourgeois par des sources orales. En effet, le texte des Lettres montre un narrateur informé de l’accès de fièvre révolutionnaire strasbourgeois des 20-21 juillet dès son étape à Francfort, et le texte du Spectateur du Nord (1797) explique que l’auteur du texte en fut « très troublé ». Prévenu et troublé, Karamzine a du être attentif à tout ce qui pouvait venir confirmer une quelconque appréhension devant la perspective de passer par Strasbourg, c’est-à-dire à tout récit de voyageur en provenance de France. Si l’étape strasbourgeoise avait semblé trop dangereuse, l’auteur aurait pu l’éviter, en obliquant au sud pour utiliser la route de la rive droite du Rhin afin de gagner Bâle92. Son absence des lieux décrits aurait l’avantage d’expliquer la crânerie du ton du narrateur lors du départ de Strasbourg vers la Suisse, ainsi que son abandon affiché à la contemplation des paysages traversés, alors que l’on aurait pu imaginer un voyageur inquiet, scrutant l’arrivée possible de bandits à l’horizon :

  • 93 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 47, (...)

« Prenez garde, Messieurs ! nous dit à Strasbourg un officier, alors que je prenais place, avec les autres voyageurs, dans la diligence : la route n’est pas sans danger ; il y a en Alsace beaucoup de brigands. Nous nous regardâmes les uns les autres. – “Qui n’a pas beaucoup d’argent, celui-là ne craint pas les brigands”– dit un jeune Genevois, qui était venu avec moi de Francfort. “Moi, j’ai une dague et un chien” – dit un jeune homme en veste rouge ayant pris place près de moi. “Qu’y a-t-il à craindre ?” nous écriâmes-nous tous. Nous partîmes et nous arrivâmes heureusement à Bâle93. »

42Un élément important, cependant, invalide l’hypothèse d’un évitement de la route alsacienne. Dans le passage strasbourgeois, Karamzine écrit, à propos de l’imposture du « comte d’Artois » :

  • 94 Ibid., lettre 46, « Strasbourg, 6 août », p. 94.

Ce bruit a obligé le commandant à publier que, seule une méchanceté infernale, digne d’un châtiment exceptionnel, avait pu répandre un tel bruit94. »

  • 95 Sur ce problème, cf. Brejar Ž. [Breuillard J.], « Pariž, gorod straha v “Pis’mah russkogo putešestv (...)
  • 96 L’italique est le mode privilégié de notation, dans les Lettres d’un voyageur russe, des inscriptio (...)

43La présence de l’italique, dans ce passage déjà cité, est intéressante. Elle met en relief, non une expression particulièrement vive, ou un néologisme, comme c’est souvent le cas dans les Lettres95, mais un discours rapporté, en l’occurrence celui du « commandant » sus-cité. Ce discours rapporté apparaît dès lors comme une citation. Mais cette citation est d’un type particulier, ce qui explique que Karamzine ne la rapporte pas entre guillemets, mais en utilisant l’italique. Il s’agit d’une citation vue, et non entendue96. Son support d’origine, écrit et non sonore, est la déclaration déjà citée, affichée sur ordre du maréchal de Rochambeau (le « commandant »), dans les rues des localités d’Alsace. La déclaration, en effet, contenait les termes suivants :

  • 97 Déclaration du Comte de Rochambeau, op. cit.

« Il nous revient que des monstres dignes d’être sortis des enfers, répandent faussement et méchamment le bruit, que le Roi autorise les brigandages affreux qui se font dans les villages. […] En conséquence il est ordonné aux Officiers de Maréchaussée, ainsi qu’aux Troupes qui leur donnent main-forte, d’arrêter quiconque troublera l’ordre public, et de le livrer sur le champ à la Justice prévôtale, pour être puni suivant la rigueur des Ordonnances97. »

  • 98 Sur les jeux sémantiques avec les conventions typographiques chez Karamzin, cf. Breuillard J., « Le (...)

44La ressemblance sémantique, sinon syntaxique, entre les deux citations, ainsi que la manière habile dont Karamzine joue des conventions de présentation du texte imprimé pour suggérer le fait qu’il a vu l’affiche98, suggèrent que l’écrivain a bel et bien fait étape en Alsace. Cette étape, de fait, était concevable même en cas de connaissance – comme c’était le cas – des événements des 20-21 juillet. En effet, rapidement après la première émeute, et avant que la seconde n’éclate, la situation redevint calme à Strasbourg et dans le reste de l’Alsace, comme en témoigne Rochambeau dans ses mémoires :

  • 99 Rochambeau Comte de, Mémoires militaires, historiques et politiques de Rochambeau, Ancien Maréchal (...)

« Le calme fut rétabli dans Strasbourg : il n’en étoit pas de même dans le reste de la province. […] Il y eut quelques exécutions de faites dans le Sundgau, par des tribunaux de maréchaussée, et la tranquillité fut rétablie partout99 ; »

45La nouvelle de ce retour au calme – avant la seconde tempête des 5-7 août – avait dû se répandre, comme s’était répandue la nouvelle des troubles l’ayant précédé. Elle peut ainsi expliquer l’enhardissement de Karamzine. Enfin et surtout, cet enhardissement s’explique sans doute par l’obligation de Karamzine d’aller à Strasbourg, puisque, si on en croit le texte des Lettres elles-mêmes, c’est là (ou à Mannheim), comme on l’a vu plus haut, qu’il devait retrouver son ami Koutouzov.

  • 100 Un moyen simple de s’assurer de la réalité historique du séjour de Karamzin à Strasbourg consistera (...)

46Ainsi, il semble plus que probable que Karamzine n’ait pas menti sur la réalité de son séjour à Strasbourg100. Ceci ne signifie pas cependant que l’écrivain ait vécu tout ce que son narrateur prétend y avoir vécu, mais, comme à son habitude, qu’il ait tu certaines de ses occupations, et en ait assigné d’imaginaires à son double fictionnel. Cette hypothèse aurait l’avantage d’expliquer plusieurs silences ou omissions du texte strasbourgeois, qui contrastent singulièrement avec l’extrême précision apportée par l’écrivain au récit des événements de l’insurrection. C’est à l’examen de ces silences que sera consacré le chapitre suivant.

Notes

1 Putešestvie brat’ev Demidovyx po Evrope. Pis’ma i podnevnye žurnaly 1750-1761 gody [Voyage des frères Demidov en Europe. Lettres et journaux 1750-1761], édition de G. A. Pobedimova, Moscou, Indrik, 2006, p. 104.

2 Les témoignages, souvent inédits, laissés par ces voyageurs et/ou résidents temporaires russes sur Strasbourg sont étudiés au sixième chapitre.

3 Strycek A., La Russie des Lumières : Denis Fonvizine, op. cit., chap. 3 « Voyage en France » (1777-1778), p. 347 : « Ce n’est qu’à la fin novembre que nous retrouvons les Fonvizine, bien arrivés à Montpellier. Ils inscrivent quelques notes rapides sur les villes parcourues, ayant emprunté l’itinéraire classique tel qu’il figure sur la carte routière de l’époque, via Strasbourg et Lyon. »

4 Le Grand-Duc Pavel Petrovič et son épouse Marija Fedorovna passèrent à Strasbourg la soirée du 30 juillet et les 14-16 septembre 1782. Cf. Oberkirch H. L., baronne d’, Mémoires de la baronne d’Oberkirch sur la Cour de Louis XVI et la société française avant 1789, op. cit., p. 358, 366-379. Sur le “Grand Tour” du Comte du Nord, cf. Morane P., Paul Ier de Russie. Avant l’avènement 1754-1796, Paris, Plon, 1907, chapitre V : « le voyage en Europe », p. 211-267.

5 Tommek H., « Lenz », dans Espagne M., Le Rider J., dir., Dictionnaire du monde germanique, Paris, Bayard, 2007, p. 620-621. Sur Lenz, on consultera Girard R., J. M. R. Lenz. Genèse d’une dramaturgie du tragi-comique, Paris, Klincksieck, 1968. Les pages 24 à 28 de cet ouvrage comportent des renseignements sur le séjour de Lenz à Strasbourg. Sur Lenz à Moscou, on consultera Tommek H., « J. M. R. Lenz à Moscou et le projet d’une “République des Savants” », Cahiers du Monde russe, vol. 46, no 3, 2005, p. 617-632.

6 Lemann-Karli G., « Ja.-M. Lenc i N. M. Karamzin » [« Ja. M. Lenz et N. M. Karamzin »], xviii vek [xviiie siècle], no 20, Saint-Pétersbourg, 1996, p. 146.

7 Tommek H., « J. M. R. Lenz à Moscou et le projet d’une “République des Savants” », op. cit., p. 617.

8 Kochetkova N., Nikolay Karamzin, op. cit., p. 22 : « Undoubtedly Lenz’s work drew the attention of the young Karamzin to Julius Ceasar ». Sur ce problème, voir également Zaborov P. R., “Ot klasicizma k romantizmu” [“Du classicisme au romantisme”], dans Šekspir i russkaja kul’tura [Shakespeare et la culture russe], Moscou-Leningrad, Nauka, 1965, p. 72-75 ; Cross A. G., « Karamzin and England », The Slavonic and East European Review, vol. 18, no 100, December 1964, p. 93-94 ; Rothe H., N. M. Karamzins europäishce Reise : Der Beginn des russischen Romans, Philologische Untersuchungen, Berlin-Zurich, 1968, p. 55-65.

9 Lemann-Karli G., « Ja. M. Lenz i N. M. Karamzin » [« Ja. M. Lenz et N. M. Karamzin »], op. cit., p. 149.

10 Rozanov M. N., Poet perioda « burnyh stremlenij » Jakob Lenc, ego žizn’ i proizvedenija : kritičeskoe issledovanie [Jakob Lenz, poète du “Sturm und Drang”, sa vie et ses œuvres : étude critique], Moscou, 1901, p. 486.

11 Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 66. Gerda Panofsky s’insurge contre cette hypothèse, arguant de la santé mentale déclinante de Lenz avant le départ de Karamzin. Cf. Panofsky G. S., Nikolai Mikhailovich Karamzin in Germany. Fiction as Facts, Wiesbaden, Harrasowitz Verlag, 2010, (“Opera Slavica”, 52), p. 69. On peut répondre que la maladie mentale n’empêche pas forcément de faire le récit, fut-il partiellement incohérent, de sa vie et de donner la description des lieux que l’on a fréquentés.

12 Lemann-Karli G., « Ja. M. Lenz i N. M. Karamzin » [« Ja. M. Lenz et N. M. Karamzin »], op. cit., p. 150.

13 Sur Karamzin et le Sturm und Drang, cf. Lemann-Karli G., « Ja. M. Lenz i N. M. Karamzin » [« Ja. M. Lenz et N. M. Karamzin »], op. cit., p. 149.

14 Sur la réception de Goethe en Russie à la fin du xviiie siècle, cf. Žirmunskij V., Gete v russkoj literature [Goethe dans la littérature russe], Moscou, Hudožestvennaja literatura, 1957 et Gronicka A. von, The Russian image of Goethe : Goethe in Russian literature of the first half of the Nineteenth Century, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1968, (“The Haney Foundation Series”, 3). Sur le problème plus spécifique de la réception de Goethe par Karamzin, cf. Lemann-Karli G., « Ja. M. Lenz i N. M. Karamzin » [« Ja. M. Lenz et N. M. Karamzin »], op. cit., p. 153 et Gronicka A. von, The Russian image of Goethe, op. cit., p. 12-15. D’après A. von Gronicka, Karamzin n’aurait pas pris pleinement conscience de la réelle dimension du talent de Goethe-poète. De même, la slaviste souligne que l’écrivain russe ne vit dans Werther qu’un bon hypertexte de la Nouvelle Héloïse. Ceci n’exclut pas cependant que Karamzin ait beaucoup apprécié le roman épistolaire de Goethe. Pour une synthèse récente sur la réception de la littérature allemande en Russie au xviiie siècle, cf. Drews P., Die Rezeption deutscher Belletristik in Russland, 1750-1850, München, O. Sagner, 2008, (« Slavistische Beiträge », 460).

15 Sur A. M. Kutuzov, voir l’article de Ju. Lotman, « “Sočuvstvennik” A. N. Radiščeva A. M. Kutuzov i ego pis’ma k I. P. Turgenevu » [« A. M. Kutuzov, “intime” d’A. N. Radiščev et ses lettres à I. P. Turgenev »], Učennye zapiski Tartuskogo gosudarstvennogo universiteta [Cahiers de recherche de l’université d’état de Tartu], no 139, 1963, (« Trudy po russkoj i slavjanskoj filologii », tome 6), p. 281-297.

16 Brang P., « A. M. Kutuzov als Vermittler des westeuropäischen Sentimentalismus in Rußland », Zeitschrift für Slavische philologie, Heidelberg, Carl Winter Universitätverlag, vol. 30, no 1, 1962, p. 49.

17 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 32, « 19 juillet », p. 69.

18 Ibid., p. 8.

19 Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 47-49.

20 Karamzin N. M., « Lettre au Spectateur sur la littérature russe », op. cit., p. 459.

21 « V Strasburge on videl narod v volnenii i voznamerilsja ehat’v Švejcariju ». Cf. Serbinovič K. S., Vospominanija o N. M. Karamzine, 1796-1826 [Souvenirs sur N. M. Karamzin, 1796-1826], dans Russkaja starina [Le passé russe], 1874, tome 11. Cité par Viktor Vacuro dans sa recension critique du livre de Lotman L’invention de Karamzine, « Karamzin vozvraščaetsja » [« Karamzin est de retour »], dans Sapčenko L. A., éd., Karamzin, Pro et contra. Ličnost’ i tvorčestvo N. M. Karamzina v ocenke russkih pisatelej, kritikov, issledovatelej. Antologija [Karamzin, Pro et contra. La personnalité et l’œuvre de N. M. Karamzin jugées par les écrivains, critiques et chercheurs russes. Anthologie], Saint-Pétersbourg, Izdatel’stvo russkoj hristianskoj gumanitarnoj akademii, 2006, (« Russkij put’ »), p. 734 (1re publication : Literaturnoe obozrenie [Panorama littéraire], Moscou, no 11, 1989, p. 33-39).

22 Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 74.

23 Ibid. : « Nous apprenons de plus avec étonnement que la situation à Strasbourg, lors du séjour de Karamzin, était relativement calme, et qu’un départ précipité ne se justifiait absolument pas ». (C’est moi qui traduis – R. B.).

24 En novembre 1790, c’est-à-dire plus d’un an après les événements relatés par les Lettres d’un voyageur russe, les autorités russes ne voyaient toujours pas d’inconvénient à ce que des sujets russes résidassent en France. Voir la lettre, datée du 20 novembre 1790 et adressée à I. V. Lopuhin, des deux étudiants en médecine V. Ja. Kolokol’nikov et M. I. Nevzorov, écrite de Strasbourg. Dans Barskov Ja., éd., Perepiska moskovskih masonov xviii veka [La correspondance des francs-maçons moscovites au xviiie siècle], op. cit., p. 37 : « La Cour n’a pas donné l’ordre de quitter la France ». (C’est moi qui traduis – R. B.).

25 Rappelons que Les lettres sur l’Allemagne, l’Alsace et la Suisse, et notamment le passage qui nous intéresse, furent publiées dans Le Journal de Moscou en 1791-1792. Cf. Marčenko N. A., « Istorija teksta Pisem russkogo putešestvennika » [« L’histoire du texte des Lettres d’un voyageur russe »], op. cit., p. 607-612.

26 Gellerman S., « Karamzine à Genève : notes sur quelques documents d’archives concernant les Lettres d’un voyageur russe », op. cit., p. 85.

27 Citée par Ju. M. Lotman dans Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 74, d’après l’ouvrage déjà cité Barskov Ja, éd., Perepiska moskovskih masonov xviii veka [La correspondance des francs-maçons moscovites au xviiie siècle], op. cit., p. 37 : « Čužestrancy vse, kak v zdešnem gorode, tak i vo vsej Francii, ne tol’ko nikakoj, kak skazyvajut, ne imejut opasnosti, no ešče osobenno obezopašivajutsja ».

28 Tulard J., Fayard J.-F., Fierro A., Histoire et dictionnaire de la Révolution française 1789-1799, Paris, Robert Laffont, 2002 (« Bouquins »), p. 55 : « Les désordres s’apaisèrent en partie après l’installation du roi à Paris. Il y eut une phase d’agitation dans les campagnes entre décembre 1789 et février 1790, visant à l’abolition complète des droits seigneuriaux, mais agitation limitée à la haute Bretagne, au Périgord et à la région parisienne principalement. Elle se calma au printemps 1790, pour renaître en action antifiscale vers janvier 1791. De nouvelles flambées très sporadiques en Flandre, en Brie et de façon générale en Ile-de-France furent observées au cours de l’été de 1791. Rien de menaçant pour l’autorité de l’assemblée. Les villes restèrent nerveuses mais sans fortes réactions. Au temps des luttes succédaient celui des réformes. Il fallait reconstruire la France. »

29 Dans son ouvrage devenu classique, G. Lefebvre ne considère pas véritablement l’Alsace comme une terre de « Grande Peur ». Cf. Lefebvre G., La Grande Peur de 1789, suivi de Les foules révolutionnaires, Paris, Armand Colin, 1988, chapitre 6, « Les courants de la grande peur », p. 201 : « La peur du Sundgau […] ne se propagea pas en Haute-Alsace. Les troubles agraires n’y déterminèrent que des alertes locales, à Colmar, le 24, et à Mulhouse, le 31. On n’en signale pas dans la Basse-Alsace. »

30 Comme indiqué dans l’avertissement, les passages soulignés sont en français dans le texte original russe, sauf indication différente en note.

31 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, « Strasbourg, 6 août », p. 94.

32 Ibid., « 1er août », p. 89. Cette rencontre est attestée hors fiction par le récit du voyage donné dans la « Lettre au Spectateur sur la littérature russe » publiée dans Le Spectateur du Nord, op. cit., p. 459 : « C’est à Francfort-sur-le-Mein, qu’il apprend la nouvelle de la révolution française ; il en est vivement agité ».

33 Sur le sac de l’Hôtel-de-ville de Strasbourg, on consultera les ouvrages suivants : parmi les témoignages de contemporains, Young A., Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, première traduction complète et critique par Henri Sée, Paris, Armand Collin, 1931, (« Les Classiques de la Révolution française », 1), p. 344-346 ; Engel M., « Au jour du Mal prends-y garde ». Sermon prononcé à Strasbourg le 2 août 1789, à l’occasion des troubles survenus dans cette ville, Strasbourg, J. G. Treuttel, 1789 ; Rochambeau Comte de, Mémoires militaires, historiques et politiques de Rochambeau, Ancien Maréchal de France, et grand officier de la Légion d’honneur, 2 tomes, Paris, chez Fain, 1809, p. 353-355 ; Aufschlager J. F., Les Souvenirs d’un vieux professeur strasbourgeois (1766-1833), Strasbourg, Imprimerie alsacienne, 1893, p. 50 ; parmi les travaux d’historiens, Seinguerlet E., Strasbourg pendant la Révolution, op. cit., p. 21-26 ; Harsany Z.-E., La vie à Strasbourg sous la Révolution, Strasbourg, SAED, 1975, p. 220 ; Oberlé R., Péronnet M., La Révolution en Alsace 1789-1799, Horvath, Le Coteau, 1989, p. 102-103 ; Hartmann E., La Révolution française en Alsace et en Lorraine, Paris, Perrin, 1990, p. 122-125 ; Betzinger C., Collection de pièces authentiques, récits, mémoires, etc. relatifs aux émeutes de juillet 1789 à Strasbourg, Strasbourg, C. Betzinger, 1997.

34 Rochambeau Comte de, Mémoires militaires, historiques et politiques de Rochambeau, Ancien Maréchal de France, et grand officier de la Légion d’honneur, op. cit., tome 1, p. 356-360.

35 Cité dans Launay L. de, éd., Une famille de la bourgeoisie parisienne pendant la Révolution. Toussaint Mareux et François Sallior d’après leur correspondance inédite, Paris, Perrin et Cie, 1921, p. 183-186.

36 Respectivement, lettre 31 et lettre 32, publiées dans Reuss R., éd., Correspondance des députés de Strasbourg à l’Assemblée nationale (année 1789), Paris, G. Fischbacher, 1880, (« L’Alsace pendant la Révolution française », 1), Reprint, Strasbourg, ERCE, 1988, p. 141-142 et 143-144.

37 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, « Strasbourg, 6 août », p. 94.

38 Launay L. de, Une famille de la bourgeoisie parisienne pendant la Révolution, op. cit., p. 184-185.

39 Reuss R., éd., Correspondance des députés de Strasbourg à l’Assemblée nationale (année 1789), op. cit., p. 141-142.

40 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, « Strasbourg, 6 août », p. 93.

41 La lettre 47, écrite de Bâle, n’est pas datée ; elle indique que, parti le matin de Strasbourg à 6h, le voyageur russe est arrivé aux environs de Bâle (à trois verstes de la ville exactement), à 8h du soir, et que, trouvant les portes fermées, il a du dormir hors les murs. Cf. Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 47, « Bâle », p. 97. La lettre suivante, no 48, est datée du 9 août, et décrit, en même temps que le départ pour Zurich, le départ de la jeune dame d’Yverdon dont est tombé amoureux le Danois B* [Gottfried Becker] la veille. Entre temps, la lettre 47 a décrit Bâle et ses richesses. Ainsi donc, on peut supposer que le voyageur a quitté Strasbourg le 7 au matin, est arrivé près de Bâle le 7 au soir, y est entré et l’a visité le 8, y a dormi à l’auberge, où le Danois s’est amouraché de la dame d’Yverdon, le 8 au soir, et en est reparti le 9.

42 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, « Strasbourg, 6 août », p. 94.

43 Ibid., lettre 47, « Bâle », p. 96.

44 En apprenant la molestation de l’abbé de Luxeuil par une troupe de deux cents paysans, le Lieutenant général Deslon de Servance et le Procureur du Roi Fricot organisèrent la défense de Remiremont, en alertant la population aux cris de « Aux armes, voici les brigands ». Cité dans Hartmann E., La Révolution Française en Alsace et en Lorraine, op. cit., p. 128.

45 Hartmann E., La Révolution Française en Alsace et en Lorraine, op. cit., p. 126. Claude Muller est plus précis, et donne le récit circonstancié de nombreuses scènes de pillage et de violences contre les représentants de l’autorité. Cf. Muller C., L’Alsace et la Révolution, [s. l.], Éditions Place Stanislas, 2009, p. 18-25.

46 Il s’agit de la période suivant immédiatement l’insurrection des 20-21 juillet.

47 Rochambeau Comte de, Mémoires militaires, historiques et politiques de Rochambeau, Ancien Maréchal de France, et grand officier de la Légion d’honneur, op. cit., p. 355-356.

48 Hartmann E., La Révolution Française en Alsace et en Lorraine, op. cit., p. 126-127.

49 Oberlé R., Péronnet M., La Révolution en Alsace, 1789-1799, op. cit., p. 108.

50 Hartmann E., La Révolution Française en Alsace et en Lorraine, op. cit., p. 126.

51 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 47, « Bâle », p. 100.

52 C. Muller cite des témoignages de nobles ayant fui leur château et trouvé refuge dans les villes de Mulhouse et Bâle, cf. Muller C., L’Alsace et la Révolution, op. cit., p. 20-22. L’historien cite notamment le témoignage de la comtesse Barbier, ayant abandonné début août son manoir de Hégenheim pour Bâle, où elle demeura jusqu’au 6 août. Certaines de ses connaissances, tels les Baerenfels, restèrent quant à elles plus longtemps dans la cité suisse.

53 Hartmann E., La Révolution Française en Alsace et en Lorraine, op. cit., p. 127.

54 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, « Strasbourg, 6 août », p. 94.

55 Hartmann E., La Révolution Française en Alsace et en Lorraine, op. cit., p. 127.

56 Oberlé R., Péronnet M., La Révolution en Alsace, 1789-1799, op. cit., p. 107.

57 Déclaration du Comte de Rochambeau, BNU, cote M 6591 4°.

58 Pour une synthèse récente en français sur la révolte de Pugačev, cf. Berelowitch A., « Une jacquerie moderne : la révolte de Pougatchev (17 septembre 1773-15 septembre 1774) », La Revue russe, no 27, 2005, p. 37-59.

59 Madariaga I. de, La Russie au temps de la Grande Catherine, Paris, Fayard, 1987, p. 33-50 : « Chapitre premier : le Coup d’état de Catherine ».

60 Oberlé R., Péronnet M., La Révolution en Alsace, 1789-1799, op. cit., p. 107.

61 Traduit et cité par P. Pascal dans La Révolte de Pougatchëv, Paris, Julliard, 1971, (« Archives »), p. 176.

62 Ščerbatov M. M., Kratkaja povest’ o byvših v Rossii samozvancah [Brève relation sur les imposteurs ayant existé en Russie], Saint-Pétersbourg, Tipografija suhoputnogo kadetskogo korpusa, 1774. Cet ouvrage fut réédité en 1778 et en 1793.

63 Berelowitch A., « Une jacquerie moderne : la révolte de Pougatchev (17 septembre 1773-15 septembre 1774) », op. cit., p. 49-50. Même si André Berelowitch remet en cause le paradigme soviétique marxiste voulant voir dans la révolte de Pugačev une illustration de la lutte des classes entre paysans et propriétaires terriens, et qu’il souligne que la participation des paysans de propriétaires à la révolte se réduit à des « troubles villageois […] greffés sur [une] équipée cosaque », il rappelle que les manifestes de Pugačev aux paysans incitaient à « pendre les nobles ».

64 Murav’ev V., Nikolaj Karamzin [Nikolaj Karamzin], Moscou, Eksmo, 2005, p. 12.

65 Orenburg fut assiégée par les insurgés de début octobre 1773 à fin mars 1774. Cf. Pascal P., éd., La Révolte de Pougatchëv, op. cit., p. 75, 150.

66 Murav’ev V., Nikolaj Karamzin [Nikolaj Karamzin], op. cit., p. 12. Sur cette fuite, voir également l’article « Karamzin » de K. Bestužev-Rjumin dans le Dictionnaire biographique russe [russkij biografičeskij slovar’], op. cit., 1897, p. 500 et, plus récemment, Rožankovskaja I. I., Sud’ba odnogo semejstva. Karamziny, Vjazemskie [Le destin d’une famille. Les Karamzin, les Viazemskij], Saint-Pétersbourg, Izdatel’stvo « Puškinskogo fonda », 2008, p. 8-10.

67 Dmitriev I. I., Vzgljad na moju žizn’ [Regard sur ma vie], édition de A. A. Floridov et A. G. Cross, Cambridge, Oriental Research Partners, 1974, (« Memoir Series », 5), p. 10.

68 Pascal P., La Révolte de Pougatchëv, op. cit., p. 158-159.

69 Ibid., p. 211.

70 Buganov V., Pugačev [Pugačev], Moscou, Molodaja gvardia, 1984, (“Žizn’ zamečatel’nyh ljudej”), p. 368. Le spectacle du rebelle enchaîné suscita visiblement la curiosité générale, ainsi qu’en témoigne une lettre, datée du 8 janvier 1775, de la princesse Ekaterina Daškova à son frère le comte Aleksandr Voroncov : « […] tu me demandes, mon ami, si j’ai, comme beaucoup, éprouvé la curiosité de voir Pougatchev, ce dont je déduis que tu me connais bien mal, mon cher. Quelque détestable qu’il ait été rendu par ses crimes, et quelque justes soient les châtiments qui les sanctionneront, un homme dans les fers et condamné à mort ne me semble jamais autre chose qu’un objet digne de pitié »], dans Arhiv Voroncova [Archives Voroncov], tome 5, Moscou, Tipografija V. Got’e, 1872, p. 183. (C’est moi qui traduis – R. B.).

71 Murav’ev V., Nikolaj Karamzin [Nikolaj Karamzin], op. cit., p. 12.

72 Ibid., p. 150.

73 Le silence sur l’événement de l’autobiographie sternienne de Karamzin, Un chevalier de notre temps, ne signifie pas son manque d’importance aux yeux de l’écrivain. Il est plutôt la conséquence du choix de Karamzin de donner une tonalité badine à son récit, et à l’inspiration largement littéraire du texte.

74 V. Murav’ev a noté tout comme moi que la situation en Alsace avait dû évoquer à Karamzin la pougatchevchtchina. Etrangement cependant, le biographe de Karamzin relie cette réminicence à l’agitation des campagnes alsaciennes en général, et non à la présence d’un imposteur, élément sur lequel il ne fait aucun commentaire. Cf. Murav’ev V., Nikolaj Karamzin [Nikolaj Karamzin], op. cit., p. 150.

75 Hartmann E., La Révolution Française en Alsace et en Lorraine, op. cit., p. 127.

76 Oberlé R., Péronnet M., La Révolution en Alsace, 1789-1799, op. cit., p. 107.

77 Longworth Ph., « The Pretender Phenomenon in Eighteenth-century Russia », Past & Present, no 66, February 1975, p. 78.

78 Ouspenski B., « Tsar et imposteur : l’imposture en Russie comme phénomène historique et culturel », dans Lotman Iou., Ouspenski B., Sémiotique de la culture russe, traduit du russe et annoté par Françoise Lhoest, Lausanne, L’Age d’Homme, 1990, p. 352. Sur l’imposture, voir également Pančenko A. M., « Samozvančestvo na Rusi » [« L’imposture politique en Russie »], dans Iz istorii russkoi kul’tury, tom III (xvii – načalo xviii veka) [Aspects de l’histoire de la culture russe, tome III (xviie-début du xviiie siècle)], Moscou, Škola « Jazyki russkoj kul’tury », 1996, p. 25-33.

79 Ouspenski B., « Tsar et imposteur : l’imposture en Russie comme phénomène historique et culturel », op. cit., p. 336.

80 C’est moi qui souligne.

81 L’Histoire de la Russie, tirée des chroniques originales, de pièces authentiques et des meilleurs historiens de la nation de Lévesque, dont la première édition parut en 1782, eut un immense succès. Pauvre, Lévesque s’était fait graveur pour gagner sa vie. Ayant débuté dans les lettres par des œuvres philosophiques médiocres, il attira néanmoins l’attention de Diderot, qui l’envoya à Saint-Pétersbourg, où Lévesque devint professeur à l’Ecole des cadets nobles. Après l’Académie des Inscriptions, où il fut admis en 1789, Lévesque devint titulaire de la chaire d’histoire et de morale au Collège de France (1791), puis professeur d’histoire ancienne à la faculté des lettres de Paris (1809). Cf. Cardinal G. Grente, Dictionnaire des Lettres françaises. Le xviiie siècle, Paris, Fayard, 1995, p. 762.

82 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 103, « Paris, mai… 1790 », p. 253.

83 J’emprunte cette traduction du titre Istorija gosudarstva rossijskogo à Jean Breuillard. La traduction habituellement admise du titre de cette œuvre est Histoire de l’État russe. Comme le remarque Jean Breuillard cependant, la traduction Histoire de l’empire de Russie est celle de l’édition française, vérifiée par Karamzine, publiée à Paris par l’imprimerie A. Belin entre 1819 et 1826.

84 Sur Frédéric-Rodolphe Saltzmann, cf. Keller J., Le théosophe alsacien Frédéric-Rodolphe Saltzmann et les milieux spirituels de son temps, contribution à l’étude de l’illuminisme et du mysticisme à la fin du xviiie et au début du xixe siècle, Thèse de Lettres, Université de Strasbourg II, 1984 et Ibid., « Le théosophe alsacien Frédéric-Rodolphe Saltzmann face à la Révolution française », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, no 133, 1987, p. 537-560.

85 Sur les Affiches de Strasbourg, cf. Sgard J., dir., Dictionnaire des Journaux : 1600-1789, Paris, Universitas, 1991, notice 65, p. 95-96.

86 Le numéro 31 des Affiches de Strasbourg, paru le mercredi 05/08/1789, annonce la mise en vente du texte du sermon prononcé le 02/08 par M. Engel, pasteur français, « à l’occasion des troubles survenus dans cette ville ». Le numéro 32, publié le mercredi 12/08/1789, contient un texte intitulé « Copie de la lettre écrite par M. le Président de Salomon aux Syndics et Membres de plusieurs municipalités, du 28 juillet 1789 », dans laquelle Salomon précise qu’il a été averti des troubles survenus à Strasbourg, et rappelle l’importance primordiale du respect de l’ordre public. Enfin et surtout, le numéro 33, du mercredi 19/08/1789, outre qu’il contient de nouveau l’annonce de mise en vente du sermon d’Engel, publie, pages 261-262, une « Relation abrégée de ce qui s’est passé à Strasbourg depuis le 19 jusqu’au 21 juillet 1789 ». Ce texte se termine par un déni de l’existence de la mutinerie des 6 et 7 août : « Depuis ce moment [c’est-à-dire depuis fin juillet – R. B.] aucun moyen n’est épargné pour rétablir dans la ville une entière tranquillité, & pour que l’union & la confiance ne soient pas altérées ».

87 L’agitation rurale est évoquée par les Affiches de Strasbourg dans la « Copie de la lettre écrite par M. le Président de Salomon aux Syndics et Membres de plusieurs municipalités, du 28 juillet 1789 », publiée dans le numéro 32, du mercredi 12/08/1789, et dans un « Avis » publié dans le numéro 37, du mercredi 16/09/1789, qui fait part de la tristesse de Louis XVI à la nouvelle des persécutions dont les Juifs ont été les victimes en Alsace et de sa décision de les prendre sous sa protection.

88 Sur le Strassburgische Zeitung, cf. Harsany Z.-E., La vie à Strasbourg sous la Révolution, op. cit., p. 168.

89 Privilegirte Strassburgische Zeitung, no 94, vendredi 7 août 1789, p. 376. : « Strasbourg, le 6 août. La commune de la ville de Strasbourg, magistrat et bourgeois se sont crus obligés de marquer un signe de reconnaissance envers la garnison de cette cité pour toutes les difficultés que lui ont causé les troubles qui y ont eu lieu. Pour cette raison, il a été versé 20 s. à chaque soldat, 30 s. à chaque caporal et 40 s. à chaque sergent, sommes qui ont été distribuées parmi eux par l’état-major. La liesse que cela a provoqué hier et aujourd’hui a suscité quelques troubles. On a ouvert les prisons et libéré de nombreux prisonniers » ; et no 95, lundi 10 août 1789, p. 380 : « Strasbourg, le 8 août. Lors des réjouissances de la garnison, on a tant bu et consommé de vin et autres que les caves sont plutôt vides. Ce matin à 5 heures, un des régiments en garnison dans la ville en est sorti. » (Traduction de l’allemand par A. Guémy).

90 Comme nombre de voyageurs des Lumières, le narrateur des Lettres lit la presse dans les lieux de lecture publics qu’il trouve sur son chemin. En témoigne la deuxième lettre de Lausanne. Cf. Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 73, « Lausanne », p. 148.

91 Serman I. Z., « Gde i kogda sozdavalis’ “Pis’ma russkogo putešestvennika” N. M. Karamzina ? » [« Où et quand furent écrites les Lettres d’un voyageur russe de N. M. Karamzin ? »], xviii vek [xviiie siècle], no 23, Saint-Pétersbourg, 2004, p. 201.

92 Bien que moins bonne que la route de la rive gauche, il existait une route nord-sud sur la rive droite du Rhin. Cf. Ungerer J., Le pont du Rhin à Strasbourg, du xive siècle à la Révolution, Paris-Strasbourg, F.-X. Le Roux, 1952, p. 34. C’est cette route qu’emprunta, quelques mois après Karamzin, la comtesse Anna Ivanovna Tolstaja, terrorisée par l’agitation révolutionnaire observée à Strasbourg. Cf. Tolstaja A. I., Notes de mon voyage. L’an 1789, RGB, Fonds 301, carton 1, no 22 : « Le second jour nous quittames cette ville, avec bien de la joïe, et somes parti pour basle, pour y arriver nous avons pris la poste allemande par fribourg […] ».

93 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 47, « Bâle », p. 96-97.

94 Ibid., lettre 46, « Strasbourg, 6 août », p. 94.

95 Sur ce problème, cf. Brejar Ž. [Breuillard J.], « Pariž, gorod straha v “Pis’mah russkogo putešestvennika” Nikolaja Karamzina » [« Paris, ville de la peur dans les Lettres d’un voyageur russe de Nikolaj Karamzin »], op. cit., p. 68.

96 L’italique est le mode privilégié de notation, dans les Lettres d’un voyageur russe, des inscriptions observées. Je renvoie, entre autres exemples, à la lettre 124, d’Ermenonville, où l’italique est utilisé pour rapporter les graffitis composés par les touristes à la gloire de Jean-Jacques.

97 Déclaration du Comte de Rochambeau, op. cit.

98 Sur les jeux sémantiques avec les conventions typographiques chez Karamzin, cf. Breuillard J., « Les sentimentalistes russes et la conquête de la page », dans Fougeron I., dir., La Russie à travers les textes. Études russes, II, Lille, Université Charles de Gaulle-Lille 3, 1999, (« UL3, Travaux et recherches »), p. 45-58.

99 Rochambeau Comte de, Mémoires militaires, historiques et politiques de Rochambeau, Ancien Maréchal de France, et grand officier de la Légion d’honneur, op. cit., p. 355-356.

100 Un moyen simple de s’assurer de la réalité historique du séjour de Karamzin à Strasbourg consisterait à chercher dans les archives la trace de son passage de la frontière. Comme le note en effet Johann Friedrich Reichardt (1752-1814), compositeur et critique musical, lors de son entrée à Strasbourg en 1792 : « À la barrière de la porte de Strasbourg : un mât orné de banderoles tricolores, pas de difficultés pour passer, on prend le nom de l’arrivant ; pas d’exigence de passeport ; visite des bagages à la douane ; rien à payer » (cité dans Harsany Z.-E., La vie à Strasbourg sous la Révolution, op. cit., p. 230, d’après Laquiante A., Deux touristes à Strasbourg (1792-1801), Paris, Administration de la Revue alsacienne, 1890, p. 8). Même si la procédure devait quelque peu différer sous l’Ancien Régime, il est fort peu probable que l’on n’ait pas noté le nom de Karamzin quelque part. La spécificité de l’année 1789, toutefois, nous fait jouer de malchance. En effet, aucun des deux fonds d’archives principaux consultés ne contient de liste des voyageurs contrôlés en douane à l’entrée en France au passage du Rhin. Les AD contiennent de fait peu d’archives douanières. La série C 579 ne conserve ainsi que le tarif de la douane de Strasbourg, et la série C 580 le règlement de police sur les passagers.

Table des illustrations

Légende Ill. 6 : Portrait de Jacob Michael Reinhold Lenz
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5579/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Ill. 7 : Le pillage de l’hôtel de ville de Strasbourg, par Devere, graveur (1789).Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5579/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Ill. 8 : Portrait du comte de Rochambeau
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5579/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Ill. 9 : Déclaration du comte de Rochambeau.Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5579/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Ill. 10 : Portrait d’Emelian Pougatchev, gravure du xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5579/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540