Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nikolaï Karamzine à Strasbourg

 | 
Rodolphe Baudin

Chapitre II. Strasbourg au xviiie siècle

Texte intégral

1. Strasbourg à la veille de la Révolution française

  • 1 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, Toulouse, Privat/DNA, 1987, (« Univers de la Franc (...)

1Pour Strasbourg (ill. 3), le xviiie siècle commence le 30 septembre 1681, lorsque le siège imposé par les troupes françaises conduit à la capitulation de la ville libre et à son rattachement au royaume de France. Celui-ci avait déjà absorbé le reste de l’Alsace, en 1648, lors du traité de Westphalie. Privée des « ressources des cantons helvétiques, et de leur position géographique de forteresse naturelle », Strasbourg n’avait pas la possibilité de « demeurer neutre entre la France et l’Empire ; [l’effort militaire qui] conditionnait une neutralité active ne pouvait être fourni à un moment où la prospérité économique [avait] cessé. […] Le temps des villes libres [était] passé1 ». De « ville libre d’empire », Strasbourg devenait « ville libre royale ». Perdant une indépendance multiséculaire, la république strasbourgeoise obtient néanmoins de préserver ses libertés essentielles, notamment sur les plans politique, administratif, et surtout religieux, en échange de la reconnaissance de l’autorité du roi de France, et de la restitution au culte catholique de la cathédrale.

  • 2 Seinguerlet E., Strasbourg pendant la Révolution, Paris, Berger-Levrault et Cie, 1881, p. 2.
  • 3 Ibid.
  • 4 Ibid., p. 2-3.
  • 5 Ibid., p. 3.
  • 6 Ibid., p. 4.
  • 7 Ibid.

2La conservation par Strasbourg de ses institutions contribua grandement au succès de son rattachement à la France. Comme au Moyen Age, la cité est, au xviiie siècle, dirigée par le « Magistrat », organisme politique formé de l’ensemble des conseils qui dirigent la ville. Ces conseils sont le Conseil des XIII, celui des XV, et celui des XXI. Les XIII, autrefois « chargés des affaires extérieures et militaires de la République […] durent se contenter [après la capitulation] du rôle plus modeste de simples négociateurs de la ville avec les autorités françaises2 ». Les XV s’occupaient des affaires intérieures, veillant « à l’exécution et au maintien des statuts et règlements3 ». Les XXI, qui n’étaient en réalité que quatre ou cinq, n’avaient pas de chambre, mais « assistaient aux séances solennelles des autres collèges, et passaient à l’ancienneté dans les Chambres des XIII et des XV. Ils formaient le corps où se recrutait le personnel gouvernemental de la République. Un tiers des sièges des XIII et des XV était attribué à la noblesse, et les deux autres à la bourgeoisie ; tous les membres étaient nommés à vie4 ». À côté de ces trois collèges existaient deux sénats, le petit et le grand, aux attributions judiciaires. « Le grand Sénat jugeait au criminel en dernier ressort, et servait de cour d’appel au petit Sénat et aux baillages. Le petit Sénat jugeait les procès civils jusqu’à concurrence de 1 000 livres. Les sénateurs, à l’exception de ceux désignés par la noblesse de la basse Alsace, étaient élus par les échevins des vingt tribus ou corps de métiers […]5 ». Le pouvoir exécutif était enfin assumé par des responsables nommés par les chambres des XIII et des XV. « On appelait Stettmeister les hauts fonctionnaires qui étaient choisis parmi les conseillers nobles, et Ammeister ceux qui étaient pris parmi les conseillers bourgeois. Les stettmeisters, aussi bien que les ammeisters, étaient au nombre de six6 ». Alors que les fonctions du stettmeister régent étaient plutôt honorifiques, celles de l’ammeister étaient bien réelles. « Sorti des rangs de la bourgeoisie, [il] restait en régence pendant toute l’année ; il expédiait les affaires courantes, veillait au maintien de l’ordre public, et jugeait en première instance les délits de peu de gravité7 ».

Ill. 3 : Vue générale de Strasbourg, de J. Striedbeck et Barbier (1751).
Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

  • 8 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, op. cit., p. 202.
  • 9 Seinguerlet E., Strasbourg pendant la Révolution, op. cit., p. 6.

3Du fait du rattachement au royaume, toutefois, deux fonctions supplémentaires se greffent à cet organigramme du pouvoir hérité de la ville libre. La première est celle de syndic royal, créée en 1685, mais supprimée en 1781. La seconde et principale est celle de « prêteur royal », instituée en 1685 également. Le prêteur est le « chef du Magistrat, dont il ne fait pas partie. […] Il assiste aux assemblées, contrôle les élections, veille à l’élection des ordres du roi ; contrôleur de l’hôpital des bourgeois, directeur de l’imprimerie, il est le protecteur de l’université, gardien de ses privilèges8 ». Il exerce donc une fonction de surveillance essentielle, visant à conformer les décisions du Magistrat aux intérêts du royaume. Pour ce faire, il « avait droit de veto contre toute délibération et tout acte qui lui paraîtraient contraires aux intérêts du roi9 ».

  • 10 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, op. cit., p. 195.
  • 11 Ibid., p. 196.

4D’un point de vue démographique, le rattachement entraîne un fort accroissement de la population tout au long du xviiie siècle. De 22 000 habitants en 1681, Strasbourg passe ainsi à 48 500 habitants en 1789, « auxquels s’ajoutent, en moyenne, 5 à 6 000 hommes de garnison10 ». Cette nette augmentation de la population s’explique par divers facteurs, notamment l’immigration de catholiques, favorisée par le roi et le clergé, en provenance des campagnes alsaciennes surpeuplées, l’arrivée des régiments français tout juste évoqués, appelés à défendre le passage du Rhin, mais également la diminution de la mortalité du fait de « travaux de salubrité et d’urbanisme [qui] favorisent l’hygiène11 ».

  • 12 Ibid., p. 200.
  • 13 Ibid., p. 201.

5Du point de vue sociologique, la ville est assez nettement cloisonnée. « La structure sociale héritée du xvie siècle garde sa hiérarchie traditionnelle12 ». En haut de la hiérarchie sociale, la qualité de bourgeois est un privilège qui exclut toute une population au statut subalterne. Dominants, notamment au Magistrat, les bourgeois voient toutefois s’installer une force montante, « l’aristocratie d’inspiration française13 ».

  • 14 Ibid., p. 207.
  • 15 Ibid., p. 209.
  • 16 Ibid., p. 203.

6L’arrivée des catholiques met en concurrence deux communautés. L’une, protestante, qui tenta de résister, notamment en développant un sens profond du légalisme afin de faire respecter ses droits ; l’autre, soutenue par le pouvoir royal et l’Église de France, représentée par le retour de l’évêque (exilé depuis 1262) et l’implantation des Jésuites (jusqu’à leur expulsion en 1762), secondés par « les Capucins, originaires souvent de Suisse alémanique », et appelés dans un premier temps pour faire face à la « pénurie de prêtres sachant l’allemand14 ». D’abord numériquement minoritaires, les catholiques rattrapèrent les protestants à la veille de la Révolution. Demeurent les différences de prestige et de fortune, qui penchent toujours du côté des protestants15, même si l’autorité royale impose la mise en place de la règle de l’alternative pour faire se succéder catholiques et protestants au sein du Magistrat et à la fonction d’ammeister16.

  • 17 Ibid., p. 213.
  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid., p. 214.
  • 20 Ibid., p. 215.
  • 21 Ibid., p. 214.

7Du point de vue économique, la ville est en – relatif – déclin. Loin de s’industrialiser comme sa voisine Mulhouse, elle s’arc-boute sur ses trois activités traditionnelles : le commerce, l’artisanat et la finance17. Du point de vue commercial, Strasbourg jouit de sa position sur le Rhin, dans le cadre d’un axe Nord-Sud par où transitent les marchandises en provenance de Hollande et d’Allemagne et à destination de la Suisse et de l’Italie. La ville a un statut de port franc, et dispose d’un droit d’entrepôt18. L’avidité de la ferme générale, en conflit quasi permanent avec le Magistrat, tend cependant à augmenter les droits de douane, qui font fuir l’activité de l’autre côté du Rhin, au même titre que la lutte contre les fraudes à la douane19. En outre, Strasbourg tend à se contenter de son rôle de commissionnaire entre les Pays-Bas et la Suisse, ce qui gêne l’effort pour développer une activité propre à la ville20. L’exception principale à cette situation est représentée par la culture du tabac, qui fait tourner « 37 fabriques de tabac à carottes et 16 fabriques de tabac à fumer [nourrissant] près de 1 200 ouvriers21 ».

  • 22 Ibid., p. 218.
  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid.

8Cet immobilisme est lié au poids des corporations, ou « tribus ». Vingt corporations subsistent, comme au xvie siècle, et défendent leur statut contre les tentatives de réforme engendrées par l’esprit du siècle22. De même, elles jouent un grand rôle dans le refus de l’industrialisation et de toute tentative de « faire pénétrer la ville dans le nouveau “système industriel” qui tend à naître sur le Rhin23 ». À l’intérieur du système, cependant, on constate certaines évolutions. Les activités traditionnelles connaissent un déclin – au sein, notamment, de la corporation des bateliers – alors que d’autres sont en plein essor. C’est le cas, par exemple, de celle des tailleurs, sollicités par le goût naissant du luxe exigé par le développement d’une culture aristocratique importée de Versailles24.

  • 25 Ibid., p. 226.
  • 26 Ibid., p. 228.
  • 27 Ibid., p. 229.
  • 28 Ibid., p. 230, 232.

9Le rattachement à la France, en même temps que l’esprit des Lumières qui exige efforts d’hygiène et rationalisation de l’espace urbain, sont la cause de nombreuses transformations de la physionomie de la ville. Le rattachement entraîne d’abord un remaniement de la citadelle, agrandie par Vauban dès la fin du xviie siècle. Mais les réaménagements sont également la conséquence du nouveau statut de Strasbourg, devenue « capitale de province » dans le royaume qui l’a annexée. « En tant que capitale de la province, Strasbourg est dans l’obligation de fournir des bâtiments aux autorités et services : réutilisation d’édifices anciens ou constructions nouvelles25 ». Enfin, la ville se transforme car elle accueille de nouvelles élites. Élite ecclésiastique, d’abord, avec le retour de l’évêque qui, tout à la fois chef du diocèse et prince du Saint-Empire, se doit « d’affirmer dans la pierre une nouvelle emprise du pouvoir spirituel26 ». C’est à cet effort que Strasbourg doit la construction du palais épiscopal (1728-1741) et du collège des Jésuites (1755-1758), amené à former les nouvelles élites catholiques de la ville. Élite aristocratique ensuite. Le rattachement à la France confère une nouvelle attractivité à la ville, qui attire en son sein les princes allemands possessionnés en Alsace. « Le ralliement nobiliaire à la monarchie se traduit par la construction de nouveaux édifices, notamment dans la rue Brûlée qui devient l’artère aristocratique de la cité alsacienne27 ». Enfin, le désir de rationalisation, en vue de faciliter les transports notamment, donne naissance au « plan Blondel », grand plan d’urbanisme comme les aime le xviiie siècle, mais qui ne sera réalisé que très partiellement, du fait de difficultés financières, à travers la construction de l’Aubette, sur l’actuelle place Kléber. L’autre réalisation du siècle concerne « la Promenade, [qui] s’intègre dans le décor bâti », notamment celle du Broglie, aménagée en 1740 à la place du marché aux chevaux28.

10L’arrivée des élites françaises, politique, militaire et épiscopale, favorise enfin la mondanité et l’esprit de conversation, importé tout à la fois de Versailles et des cours rhénanes qui l’imitent. La baronne d’Oberkirch a pu ainsi écrire de Strasbourg :

  • 29 Oberkirch H. L., baronne d’, Mémoires de la baronne d’Oberkirch sur la Cour de Louis XVI et la soci (...)

« 1776. Mon père vint à Strasbourg en cette année. Nous nous plaisions beaucoup dans cette ville, la société y était charmante et nombreuse, de fort bonne compagnie. Je commençais à aimer les réunions et les fêtes : c’était de mon âge29. »

  • 30 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, op. cit., p. 232.
  • 31 Ibid., p. 233.
  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid., p. 234.
  • 35 Ibid., p. 235.
  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid., p. 236.
  • 38 Ibid.

11Cette bonne société strasbourgeoise demande évidemment des divertissements, et mène, en concurrence avec le Magistrat, une activité de mécénat « dans quatre directions : le théâtre, la musique, le livre et les arts30 ». Le théâtre, qui sera évoqué plus longuement dans le chapitre quatre, se divise en deux : théâtre français d’une part, théâtre allemand de l’autre, et est le lieu d’expression de deux sensibilités littéraires concurrentes. D’une part, en effet, se répand le répertoire français classique, notamment chez les jeunes aristocrates, qui fréquentent le théâtre de la ville, et « se réunissent pour jouer en privé les pièces du théâtre classique et néoclassique, de Corneille à Voltaire31 ». D’autre part se développe, en réaction au premier, « un courant issu du Sturm und Drang32 », dont je parlerai plus loin. La musique, elle, « est à l’honneur dans ses différentes formes : musique de cour, d’église et de chambre, musique militaire offrant les Te Deum à l’occasion des victoires remportées par les armées, prétextes à réjouissances publiques33 ». Bien qu’en déclin par rapport à « la grande époque du livre et de l’imprimerie strasbourgeoise, […] l’art du livre continue à être estimé34 ». Enfin, la société aristocratique et son goût du luxe sont directement à l’origine de l’essor des arts et des techniques. Cette recherche nouvelle de raffinement s’accorde certes mal avec l’austérité du luthérianisme strasbourgeois. Toutefois, « il est difficile de lutter, puisque l’Europe est conquise35 ». La ville développe plusieurs spécialités, telles la ferronnerie, l’horlogerie, mais également et surtout l’orfèvrerie, illustrée par la dynastie des Kirstein, « aux créations somptueuses et recherchées36 », ou encore l’ébénisterie, où rivalisent les goûts allemand et français. Enfin et surtout, c’est dans les arts du feu que Strasbourg va se distinguer quand, « en 1721, arrivent Charles-François Hannong de Maestrich et Jean-Henri Wachenfeldt, peintre sur faïence37 ». Protégée par les cardinaux-princes de Rohan, la manufacture de Strasbourg va connaître la gloire par ses « semis de fleurs et de bouquets […] jusqu’à sa chute en 178238 ».

  • 39 Ibid., p. 242.
  • 40 Ibid., p. 244.
  • 41 Beaurepaire P.-Y., « Un creuset maçonnique dans l’Europe des Lumières : la loge de la Candeur, orie (...)
  • 42 Cité par F. Baldensperger dans « Strasbourg centre d’attraction intellectuelle (1750-1816) », dans (...)

12À côté de cette sociabilité du raffinement se développe une sociabilité intellectuelle, qui recourt essentiellement à la forme associative, après l’échec de la tentative de création d’une académie royale en 1769. « […] sous des impulsions variées, se multiplient les sociétés de lecture, les “librairies”, sociétés de pensée où se rencontrent les esprits éclairés39 ». Une autre forme de cette sociabilité intellectuelle est la franc-maçonnerie, « favorisée par un terrain de prédilection : goût du mystère rationalisé, aspiration au bonheur, bienfaisance universelle et idéal humanitaire, esprit protestant, carrefour d’influences diverses40 ». Entre 1757 et 1767, cinq loges sont ainsi constituées. En trente ans, on a dénombré quinze loges au moins, et plus de mille maçons pour la période allant de 1763 à 1792. Pierre-Yves Beaurepaire a pu pour ces raisons qualifier Strasbourg de « carrefour maçonnique de rang européen41 ». Les obédiences sont diverses et les centres d’intérêt variés, de la Rose Croix à l’occultisme, des expériences de Cagliostro au magnétisme de Mesmer. Le premier a été accueilli par le prince-évêque, le deuxième profite du fort intérêt des Strasbourgeois pour le magnétisme animal. Treuttel, libraire français de Wieland, lui écrit pour lui signaler des « miracles magnétiques quotidiens42 ». Enfin, la ville attira de nombreux adeptes de Saint-Martin, qui s’y était fixé entre 1788 et 1791. Cette maçonnerie strasbourgeoise aux ramifications européennes est à l’image du statut international de la ville au xviiie siècle.

2. Un rayonnement culturel européen

13Centre maçonnique important, Strasbourg est plus généralement une plaque tournante des Lumières européennes. Louis Spach a ainsi pu écrire :

  • 43 Spach L., « La ville et l’université de Strasbourg en 1770 », dans Congrès scientifique de France, (...)

« Dans une même soirée vous pouviez vous entretenir sur les affaires publiques avec le Maréchal de Contades, le Marquis de la Salle ou Monsieur Gayot ; apprendre de la famille de Lewenhaupt ou du Colonel Silverstolpe des nouvelles de la cour de Gustave III ; de Razoumovski, hetman des Cosaques, quelques détails sur la strangulation de Pierre III ; écouter l’abbé Grandidier ou le savant Schoepflin discutant des faits de l’histoire locale etc.43… »

  • 44 Vöss J., « Les étudiants de l’Empire russe à l’université de Strasbourg au xviiie siècle », dans Gr (...)
  • 45 Berelowitch W., « La France dans le “Grand Tour” des nobles russes au cours de la seconde moitié du(...)
  • 46 Baldensperger F., « Strasbourg centre d’attraction intellectuelle (1750-1816) », op. cit., p. 4.
  • 47 Sur le séjour de Rousseau à Strasbourg, voir Mutterer M., « Jean-Jacques Rousseau à Strasbourg », E (...)

14Ce rôle de rendez-vous de l’Europe s’explique par la situation de Strasbourg – étymologiquement « le château sur la route » – au croisement de deux voies de communications. Outre la route Nord-Sud (Scandinavie vers l’Italie et le Midi de la France) déjà évoquée, la route Ouest-Est (France-Europe centrale et orientale) passe par la ville44. De ce fait, elle se trouve sur l’itinéraire du « Grand Tour » évoqué dans le premier chapitre, non seulement pour les jeunes aristocrates de l’Europe du Nord, mais également pour ceux de l’Europe de l’Est, notamment les Russes45. Plus généralement, la ville est, pour tous les voyageurs, un lieu où l’on peut faire étape de manière plus ou moins prolongée. Voltaire y vient consulter le médecin Gervasi depuis Colmar, où il a fait halte au retour de Prusse en 175346. Rousseau s’y arrête sur la route de la Suisse à l’Angleterre, après qu’il a été contraint, le 25 octobre 1765, de quitter l’île de Saint-Pierre sur ordre du gouvernement bernois47.

  • 48 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, Strasbourg, Édition des D (...)
  • 49 Ibid., p. 436.
  • 50 Ibid., p. 437.

15Mais Strasbourg est également et surtout le lieu frontière où se rencontrent les cultures allemande et française, dont les Alsaciens, et plus particulièrement les Strasbourgeois, entendent se faire les passeurs à l’époque des Lumières. D’abord agents de la diffusion des nouveautés intellectuelles françaises en Allemagne, ils deviennent dans un second temps les propagateurs des richesses de la littérature et surtout de la pensée allemandes en France. « Certes l’intérêt que les Français portent aux nouveautés germaniques est limité à certains milieux, mais le créneau est assez nouveau pour que les Strasbourgeois en tirent profit48 ». Les intellectuels strasbourgeois deviennent ainsi correspondants des revues parisiennes, auxquelles ils présentent les nouveautés de la librairie allemande, ainsi que ses acteurs. Ce rôle semble si bien convenir aux Strasbourgeois qu’ils le mettent en avant pour expliquer la modestie de leur propre production intellectuelle. Cette modestie leur a en effet été reprochée, entre autres par un des « patrons de l’Aufklärung germanique Moses Mendelssohn49 », et l’écho de ce reproche a gagné jusqu’au narrateur de Karamzine qui l’évoque dans l’épisode des Lettres d’un voyageur russe au centre du présent ouvrage. Outre la fonction de diffuseurs, les Alsaciens se donnent pour tâche de traduire et adapter les œuvres françaises et allemandes dans l’autre langue, conformément à une tradition multiséculaire. « Interrompue par les guerres, cette activité […] commence à se manifester de façon timide à partir de 1740 avec des traductions du français vers l’allemand (Drelincourt, Corneille, Racine, Gresset) et s’amplifie vers 1750, en faveur des auteurs de langue allemande rendus en français (les “Fables et Contes” de M. Gellert)50 ».

  • 51 Sur le séjour de Goethe à Strasbourg, cf. Vermeil E., « Goethe à Strasbourg », dans Publications de (...)
  • 52 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, op. cit., p. 442. Sur le (...)

16C’est parce qu’elle était un des lieux de rencontre des deux cultures que Strasbourg devint, à cette époque, un des lieux de leur confrontation. C’est en effet dans la capitale alsacienne que prit naissance, au tournant des années 1770, le Sturm und Drang déjà évoqué, manifestation violente de rejet de la domination du goût français, orchestrée par quelques jeunes luthériens, allemands, alsaciens ou baltes, groupés autour de Goethe, alors étudiant en droit à l’université51. Ses membres fondateurs, Lenz, Herder, Jung-Stilling et le Strasbourgeois Wagner se révoltent contre la norme esthétique (le classicisme voltairien) et intellectuelle (le scepticisme et le rationalisme) véhiculée par la culture française, à laquelle ils opposent Rousseau et Shakespeare, ainsi que la culture populaire. « La rustique simplicité germanique, la chanson populaire et l’art gothique sont les valeurs que ce préromantisme met à la mode52 ». La gloire de Goethe, après le succès européen de Werther, contribuera au prestige attaché, pour nombre de voyageurs sentimentaux, dont Karamzine, au nom de Strasbourg.

  • 53 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, op. cit., p. 238.
  • 54 Livet G., « Strasbourg et le rayonnement européen de l’Université au xviiie siècle : le corps profe (...)
  • 55 Livet G., « L’Université de Strasbourg et son rayonnement européen au Siècle des Lumières. Essai su (...)
  • 56 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, op. cit., p. 241.
  • 57 Livet G., « Strasbourg et le rayonnement européen de l’Université au xviiie siècle : le corps profe (...)
  • 58 Ibid.
  • 59 Ibid., p. 126.
  • 60 Ibid., p. 127.

17Si Goethe, Lenz, et Jung-Stilling se trouvaient à Strasbourg au milieu des années 1770, c’est parce qu’ils y avaient été attirés par l’instrument principal du rayonnement européen de la ville à l’époque des Lumières : son université. « Lieu actif d’élaboration intellectuelle [Strasbourg est effectivement une ville] où l’Université, à l’inverse de ce qui se passe dans l’intérieur de la France, tient une place de choix53 ». Cette situation résulte de la décision de Louis XIV de ne pas toucher au statut de l’université luthérienne, issue du Gymnase créé au xvie siècle, et transformé en 1621 en Université complète par l’Empereur Ferdinand II54. Composée de trois facultés principales – Philosophie, Droit et Médecine (auxquelles il faut ajouter la Théologie) – cette université accueille, outre les lycéens tant catholiques que protestants de la ville, des étudiants en provenance de toute l’Europe, notamment du Saint-Empire, de Suisse, d’Angleterre, ou de Suède55. Cette attractivité de l’institution s’explique par la capacité de Strasbourg à marier les Lumières françaises et l’Aufklärung allemand, en s’appuyant sur sa propre tradition, héritée de l’Humanisme qui fleurit dans la ville libre au xvie siècle. « De l’esprit des Lumières, émanent la curiosité universelle, le sens de l’humain, la recherche du bonheur ; de l’Aufklärung, qu’elle soit catholique ou protestante, la compréhension et le goût du fait religieux, le sens du devoir et de l’utile, l’appel à la raison ; de sa propre tradition enfin, le sens de la tolérance (après deux siècles de luttes religieuses, un point d’équilibre semble atteint)56 ». Ce contexte harmonieux est propice à l’innovation, inspirée par les progrès des deux traditions dont l’Université se nourrit, et que soutiennent des professeurs prestigieux, dont les relations dans les réseaux académiques de l’Europe tout entière attirent les étudiants étrangers. Cette recherche d’innovation, fondée sur le principe de l’utilité sociale57, est sensible dans l’activité de Jean-Daniel Schoepflin (1694-1771), qui crée l’école diplomatique et de sciences politiques, appelée à « rendre l’Histoire utile aux cours européennes – du Palatinat, de Versailles et de Vienne… – [pour] former grâce à elle les esprits éclairés qui conduiront les affaires européennes58 ». Un autre lieu d’innovation est la faculté de Droit, qui « intègre dans ses cours tout à la fois le droit germanique, le droit français et le droit romain – comme le droit féodal59 ». Enfin, l’innovation est sensible également dans l’enseignement de la médecine. Jean-Frédéric Lobstein dit l’Ancien (1736-1787) développe à Strasbourg l’enseignement de l’anatomie, ce qui lui vaut de flatteuses propositions de recrutement en Allemagne. J.-J. Fried, lui, développe et enseigne l’art des accouchements à partir de 1728. Son élève J.-G. Roederer est appelé à Goettingen où il crée la première clinique obstétricale universitaire, dont le modèle essaimera jusqu’à Moscou et Saint-Pétersbourg60. Or, ces transferts de savoirs et de compétences jusqu’à la Russie sont en partie la conséquence d’une tradition d’échanges établie entre l’Université de Strasbourg et l’empire russe, notamment par le biais de son Académie des Sciences.

3. Les savants strasbourgeois et l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg

  • 61 Sur les incessants règlements de compte de Schumacher avec les membres de l’Académie des Sciences d (...)
  • 62 Vöss J., Jean Daniel Schoepflin (1694-1771). Un Alsacien de l’Europe des Lumières, Strasbourg, Publ (...)

18Agents actifs du prestige européen de Strasbourg, les professeurs de l’Université ont très tôt établi des contacts avec le milieu scientifique pétersbourgeois. À l’origine de ces liens se trouve la relation privilégiée entretenue par Johann Daniel Schumacher (1690-1761), Colmarien de naissance, et Schoepflin (ill. 4). Le premier, entré à l’Université de Strasbourg en 1707, avait ensuite accepté l’invitation de Lefort, rencontré à Paris, d’entrer au service de Russie, et était devenu le – très puissant et très controversé61 – bibliothécaire de l’Académie des Sciences de Saint-Pétersbourg. À l’été 1725, il avait chargé Ch. Wolf de proposer à Schoepflin le poste d’historiographe auprès de l’académie tout juste créée. Le savant strasbourgeois, d’abord tenté, avait finalement accepté une contre-proposition de la Ville de Strasbourg. Soucieuse de garder à l’Université ce professeur déjà renommé, la ville avait en effet promis une augmentation substantielle de son traitement62.

Ill. 4 : Portrait de Jean-Daniel Schoepflin, par E. Verelst et J.-M. Weiss (1751).
Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

  • 63 Ibid., p. 182.

19Les relations de Schoepflin avec l’Académie, et notamment avec Schumacher, reprirent cependant en 1740, lorsque le Strasbourgeois écrivit au Colmarien pour faire valoir ses liens avec toute l’Europe savante et proposer d’en faire profiter l’Académie, en échange de son intégration à l’institution63. Admis par elle, Schoepflin en reçut toutes les publications.

  • 64 Ibid., p. 183.
  • 65 Sur H. L. von Nicolai, cf. Heier E., L. H. von Nicolay (1737-1820) and his contemporaries, The Hagu (...)

20Mise en place au cours des années 1750, la collaboration de Schoepflin avec l’académie connut un point culminant en 1766, lors de la visite à Strasbourg du Comte Kirill Razoumovski (1728-1803), devenu président de l’institution russe en 1746. À cette occasion Razoumovski reçut de Schoepflin le premier volume des publications de l’Académie de Mannheim, que le savant strasbourgeois lui demanda d’offrir à Catherine II64. Ces relations survécurent à Schoepflin lui-même. Ainsi Heinrich-Ludwig von Nicolai (1737-1820), ancien étudiant de l’historien strasbourgeois et proche de Paul Ier, occupa entre 1798 et 1803 la fonction de président de l’Académie des sciences65.

Ill. 5 : Portrait de Christophe-Guillaume Koch (1790 ?).
Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

  • 66 La décision d’accueillir Spielmann au sein de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg fut pris (...)
  • 67 Nevskaja N. I., dir., Letopis’ rossijskoj akademii nauk [Chronique de l’Académie des sciences de Ru (...)
  • 68 Rusque D., « Cabinets d’histoire naturelle et jardin botanique à Strasbourg au xviiie siècle : de l (...)
  • 69 [Hermann J.], Liste manuscrite des visiteurs du Musée d’histoire naturelle, AMS, 88Z 11/3.

21Ces liens privilégiés entre les deux institutions ne se limitaient pas du reste aux seuls domaines de l’histoire et du droit, connexes à Strasbourg du fait de la spécificité de l’enseignement donné par Shoepflin et son assistant Christophe-Guillaume Koch (1737-1813) (ill. 5). Ils concernaient également le domaine des sciences. En témoigne par exemple l’intégration, en 1764, du chimiste et botaniste Jacob Reinbold Spielmann (1722-1783) à l’Académie des sciences russe66. Cette intégration déboucha elle-aussi sur des échanges scientifiques fructueux. Ainsi, les minutes de l’académie témoignent du fait que Spielmann reçut d’elle des semences de plantes sibériennes, et qu’il lui adressa en échange cinq cent sortes différentes de graines en provenance du jardin botanique de Strasbourg67. Bien que non-membre de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, le collaborateur de Spielmann, Jean Hermann (1738-1800), jouissait lui aussi d’une certaine notoriété en Russie. Cette gloire était attachée à la richesse du cabinet qu’il avait composé, et qui servait de complément au jardin botanique animé par Spielmann68. La notoriété de ce jardin auprès des Russes est attestée indirectement par le nombre des signataires russes figurant sur le livre d’or d’Hermann conservé aux archives municipales de Strasbourg. Dans la liste des visiteurs apparaissent ainsi les noms de Youssoupov, Stroganov, Chouvalov, Golitsyne, ou encore Narychkine, Kourakine et Razoumovski69.

22Collaborateurs scientifiques de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, les savants strasbourgeois participèrent également activement à l’accueil à l’Université de Strasbourg des étudiants russes, dont le nombre sans cesse croissant dans la deuxième moitié du siècle en fit l’une des toutes premières destinations académiques pour les futures élites de la Russie.

4. Les étudiants russes à l’université de Strasbourg

  • 70 Vöss J., « Les étudiants de l’Empire russe à l’université de Strasbourg au xviiie siècle », op. cit (...)
  • 71 Stremooukhoff D., « Les Russes à Strasbourg au xviiie siècle », Revue d’Alsace, no 81, 1934, p. 4.
  • 72 Vöss J., « Les étudiants de l’Empire russe à l’université de Strasbourg au xviiie siècle », op. cit (...)

23Les raisons de l’afflux d’étudiants russes à l’université de Strasbourg dans la deuxième moitié du xviiie siècle sont nombreuses. Les premières ne sont pas exclusives aux seuls Russes. Il s’agit, comme on l’a vu, du prestige des professeurs de l’institution et de sa capacité à l’innovation pédagogique et disciplinaire. Il s’agit ensuite de l’attrait de la ville elle-même. Comme l’a expliqué Jürgen Vöss, « les institutions existantes comme le théâtre, l’école d’artillerie, l’école d’escrime, l’école d’équitation, les écoles de danse et l’infrastructure d’une importante ville commerçante étaient […] des attraits pour des étudiants étrangers70 ». Enfin et surtout, Strasbourg était une université de culture germanique non menacée par la guerre. Entre 1756 et 1763 en effet, la guerre de Sept ans ravagea l’Allemagne, rendant singulièrement difficile la fréquentation des universités allemandes71. Leipzig, Iéna, Halle, et même Goettingen furent délaissées partiellement, au plus grand profit de Strasbourg72.

  • 73 Berelowitch W., « La France dans le “Grand Tour” des nobles russes au cours de la seconde moitié du(...)
  • 74 Berelowitch W., « Aleksej Jakovelvič Polenov à l’Université de Strasbourg (1762-1766). L’identité n (...)

24À ces raisons susceptibles d’attirer des étudiants étrangers de toutes sortes, on peut ajouter celles qui intéressaient les Russes au premier chef. Il s’agissait tout d’abord de la situation géographique, déjà évoquée, de Strasbourg. Comme je l’ai dit dans le premier chapitre, le « Grand Tour » des jeunes Russes fortunés n’était pas qu’un voyage culturel et touristique, mais s’accompagnait souvent de séjours d’études de plus ou moins longue durée, dont certains pouvaient occuper plusieurs années73. Strasbourg était donc un lieu commode de par sa présence sur la route des Russes vers Paris. La seconde raison qui fit choisir Strasbourg par nombre d’aristocrates de l’empire russe pour leurs enfants était liée au caractère bilingue de la population de la ville et de l’enseignement dispensé à l’Université. Pour les nobles baltes, les cours en allemand étaient une facilité, et les cours en français une partie de l’apprentissage de l’éducation mondaine. Pour les étudiants russophones, les cours en français et en allemand permettaient de perfectionner les connaissances dans les deux langues à la fois. C’est ce bilinguisme, ainsi, qui fit préférer Strasbourg à toute autre université du monde germanique à la direction de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg lorsqu’elle décida d’envoyer Alexeï Polenov parfaire ses connaissances en droit à l’étranger74. Une raison supplémentaire etait liée à la nature confessionnelle de l’université de Strasbourg. Luthérienne, elle attirait non seulement naturellement les enfants de la noblesse balte des régions rattachées à l’empire russe, mais elle rassurait également les Russes orthodoxes qui craignaient le prosélytisme catholique. Les instructions données par l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg à Polenov à la veille de son départ pour Strasbourg témoignent ainsi clairement de cette préoccupation. On peut en effet y lire :

  • 75 Ibid.

« Tu dois d’abord craindre Dieu et garder intacte la foi gréco-russe dans toute la mesure du possible […]75. »

  • 76 Stremooukhoff D., « Les Russes à Strasbourg au xviiie siècle », op. cit., p. 3 ; Livet G., « L’Univ (...)

25Une autre raison, liée à la religion et évoquée par Dimitri Stremooukhov et Georges Livet pour expliquer le choix de Strasbourg, serait la sévérité des mœurs de la ville et de son université, qui aurait rassuré des parents inquiets à l’idée d’exposer leurs enfants au libertinage parisien76.

26Plus fondamentale cependant est la dernière raison présidant au choix de Strasbourg : il s’agit des relations personnelles, évoquées dans la section précédente, qu’entretenaient entre eux les acteurs des réseaux universitaires et académiques alsaciens et russes. En échange de son intégration à l’Académie de Saint-Pétersbourg, Shoepflin avait en effet proposé d’accueillir à l’Université des étudiants russes, comme en témoigne la lettre suivante, écrite le 30 juillet 1752 :

  • 77 Cité par J. Vöss dans « Les étudiants de l’Empire russe à l’université de Strasbourg au xviiie sièc (...)

« Je recevrai avec bien du plaisir des Elèves que l’Académie pourrait m’envoyer, toute notre université s’intéressera pour eux, et moy plus que personne77. »

  • 78 Ibid.
  • 79 Livet G., « L’Université de Strasbourg et son rayonnement européen au Siècle des Lumières. Essai su (...)
  • 80 Vöss J., « Les étudiants de l’Empire russe à l’université de Strasbourg au xviiie siècle », op. cit (...)
  • 81 Andreev A. Ju., Russkie studenty v nemeckih universitetah xviii-pervoj poloviny xix v. [Les étudian (...)

27Ces relations interpersonnelles permirent la mise en place de conditions particulièrement avantageuses pour les étudiants russes à l’université de Strasbourg. Fut ainsi créée la bourse Golitsyne, destinée à envoyer des enfants trouvés de Moscou montrant du talent pour l’étude se former à la médecine à Strasbourg78. Le nombre des bénéficiaires de cette bourse était de quinze par an, et elle fut versée aux étudiants russes de la capitale alsacienne jusqu’en 1790, date à laquelle, pour cause d’événements révolutionnaires, elle fut transférée à Goettingen79. À côté de cette initiative spécifique existaient les bourses de l’académie, dont bénéficia par exemple Alexeï Polenov. De même, la partie russe prit soin de s’assurer les services d’un responsable de grande valeur en la personne de Christophe Guillaume Koch, assistant déjà évoqué de Schoepflin puis son successeur à la tête de l’école diplomatique, auquel fut confiée la tâche d’encadrer les étudiants russes80. Active dans le domaine du droit et de la médecine, la politique d’accueil des étudiants russes concerna aussi les sciences naturelles. Ainsi le déjà évoqué Spielmann servit-il de tuteur au futur naturaliste Ivan Lepkhine (1740-1802). Il prépara pour lui un plan d’étude et, à la fin du cursus du jeune Russe en 1767, rendit compte à l’Académie de Saint-Pétersbourg de ses progrès81.

  • 82 Vöss J., « Les étudiants de l’Empire russe à l’université de Strasbourg au xviiie siècle », op. cit (...)
  • 83 Livet G., « L’Université de Strasbourg et son rayonnement européen au Siècle des Lumières. Essai su (...)

28Ces conditions d’accueil particulièrement avantageuses attirèrent ainsi à Strasbourg, au cours du xviiie siècle, 138 étudiants en provenance de Russie, qu’ils fussent russes, ukrainiens ou baltes. Ethnique et confessionnelle, cette diversité était également, bien que plus modestement, sociologique. Les quelques étudiants boursiers tout juste évoqués, en effet, étaient d’origine sociale modeste (Ivan Lepekhine, par exemple, était fils de simple soldat). Toutefois la plupart des étudiants de l’empire russe étaient nobles, et certains venaient même de la plus haute aristocratie, la znat’ russe du xviiie siècle. On trouve ainsi parmi les étudiants recensés par Gustav Knod puis par Jürgen Vöss, sur la base de l’étude du matricule de l’université, les fils du comte Kirill Razoumovski, Andreï et Piotr, que leur père vint voir en 1764, comme on l’a vu. On trouve également les princes Alexeï, Boris, Dimitri, Mikhaïl et Nikolaï Golitsyne, Pavel Skavronski, le comte Ilarion Vorontsov, Dimitri Gouriev, le comte Grigori Tchernychev et le prince Ivan Gagarine. Beaucoup venaient accompagnés de serviteurs, comme l’indique le « matricula servorum » ; certains, d’ailleurs, s’intégraient parfaitement, en parallèle au monde de l’Université, à la haute société locale, tel le prince Dimitri Golitsyne qui fut, d’après Koch, « l’idole de Strasbourg pendant 18 mois82, » mais également le comte Ivan Orlov, le comte Pavel Skavronski et le baron Lefort83.

  • 84 Vöss J., « Les étudiants de l’Empire russe à l’université de Strasbourg au xviiie siècle », op. cit (...)
  • 85 Ibid., p. 363.
  • 86 Neledinskij-Meleckij se rapprocha de Karamzin en 1786. Cf. l’article « Neledinskij-Meleckij Ju. A.  (...)

29D’après les observations de Jürgen Vöss, la faculté qui attira le plus d’étudiants en provenance de l’empire russe fut celle de médecine. Viennent ensuite, par ordre de préférence, la faculté de droit, surtout prisée par les Livoniens, puis la faculté des lettres. Enfin, l’école de diplomatie de Schoepflin fut évidemment très fréquentée. Elle attira notamment les jeunes Russes les plus fortunés, du fait du prix à payer pour cet enseignement spécifique, mais également de son utilité pour préparer les futurs grands commis de l’administration impériale et de la diplomatie russes84. Outre ces hauts-fonctionnaires, l’Université de Strasbourg forma de futurs scientifiques russes, auxquels elle décerna des doctorats. Parmi eux, outre Ivan Lepekhine, citons Nikita Sokolov (1748-1795) et Alexeï Protassov (1725-1796) qui, avec Nikolaï Ozeretskovski (1750-1827), autre ancien de Strasbourg, traduisirent à partir de 1787 les œuvres de Buffon en russe85. Enfin et surtout pour notre propos, parmi les étudiants russes de l’Université se trouvaient également des individus qui se firent connaître plus tard en littérature. C’est le cas notamment de Youri Neledinski-Meletski (1752-1829), inscrit en 1769, et surtout du déjà évoqué Jacob Michael Reinhold Lenz (1751-1792). Or ces deux auteurs furent, à des époques diverses mais précédant toutes deux 1789, des proches de Karamzine86. Parmi les nombreux étudiants ayant fréquenté l’université de la capitale alsacienne au xviiie siècle, se trouvaient donc des amis de l’écrivain et, comme on le verra dans le chapitre suivant, il est fort probable que leur souvenir de Strasbourg ait joué un rôle dans la préparation de l’itinéraire de l’auteur des Lettres d’un voyageur russe.

Notes

1 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, Toulouse, Privat/DNA, 1987, (« Univers de la France »), p. 190.

2 Seinguerlet E., Strasbourg pendant la Révolution, Paris, Berger-Levrault et Cie, 1881, p. 2.

3 Ibid.

4 Ibid., p. 2-3.

5 Ibid., p. 3.

6 Ibid., p. 4.

7 Ibid.

8 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, op. cit., p. 202.

9 Seinguerlet E., Strasbourg pendant la Révolution, op. cit., p. 6.

10 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, op. cit., p. 195.

11 Ibid., p. 196.

12 Ibid., p. 200.

13 Ibid., p. 201.

14 Ibid., p. 207.

15 Ibid., p. 209.

16 Ibid., p. 203.

17 Ibid., p. 213.

18 Ibid.

19 Ibid., p. 214.

20 Ibid., p. 215.

21 Ibid., p. 214.

22 Ibid., p. 218.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Ibid., p. 226.

26 Ibid., p. 228.

27 Ibid., p. 229.

28 Ibid., p. 230, 232.

29 Oberkirch H. L., baronne d’, Mémoires de la baronne d’Oberkirch sur la Cour de Louis XVI et la société française avant 1789, édition de S. Burkard, Paris, Mercure de France, 1989, (« Le Temps retrouvé »), p. 88.

30 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, op. cit., p. 232.

31 Ibid., p. 233.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Ibid., p. 234.

35 Ibid., p. 235.

36 Ibid.

37 Ibid., p. 236.

38 Ibid.

39 Ibid., p. 242.

40 Ibid., p. 244.

41 Beaurepaire P.-Y., « Un creuset maçonnique dans l’Europe des Lumières : la loge de la Candeur, orient de Strasbourg », Revue d’Alsace, vol. 124, no 602, 1998, p. 89. Sur la franc-maçonnerie à Strasbourg au xviiie siècle, on consultera Diringer B., Franc-maçonnerie et société à Strasbourg au xviiie siècle, mémoire de maîtrise sous la direction de G. Livet et L. Châtellier, Strasbourg, Université des Sciences Humaines de Strasbourg, 1980 ; Leuilliot P., « Bourgeoisie d’Alsace et Franc-maçonnerie au xviiie et xixe siècles, le recrutement social des Loges d’après les documents maçonniques de la Bibliothèque Nationale », dans La Bourgeoisie alsacienne, Études d’histoire sociale, Publications de la société savante d’Alsace et des régions de l’Est, Strasbourg, Istra, 1967, p. 343-376 ; Bossu J., « Une pépinière des régimes écossais rectifiés, la Candeur, orient de Strasbourg », Travaux de Villard de Honnecourt, vol. 10, no 1, 1974, p. 168-172 ; Jacob M. C., « Dissension and Reform in the New “Civil Society” : The Strasbourg Lodges of the Late Eighteenth Century », dans Living the Enlightenment. Freemasonry and politics in Eighteenth-Century Europe, New-York-Oxford, Oxford University Press, 1991, p. 179-202.

42 Cité par F. Baldensperger dans « Strasbourg centre d’attraction intellectuelle (1750-1816) », dans Études strasbourgeoises, Strasbourg, Études de la chambre de commerce, 1953, p. 11.

43 Spach L., « La ville et l’université de Strasbourg en 1770 », dans Congrès scientifique de France, Strasbourg, s. n. [G. Silbermann ?], 1843, tome I, p. 68. Cité par D. Stremooukhoff dans « Les Russes à Strasbourg au xviiie siècle », Revue d’Alsace, no 81, 1934, p. 6.

44 Vöss J., « Les étudiants de l’Empire russe à l’université de Strasbourg au xviiie siècle », dans Grau C., Karp S., Vöss J., dir., Deutsch-russische Beziehungen im 18. Jahrhundert. Kultur, Wissenschaft und Dipolmatie, Harrassowitz, Wiesbaden, 1997, (« Wolfenbütteler Forschungen », 74), p. 353.

45 Berelowitch W., « La France dans le “Grand Tour” des nobles russes au cours de la seconde moitié du xviiie siècle », op. cit., p. 196-197 : « Pour “descendre” de Hollande en Italie, il est logique de passer par Strasbourg et Genève […] » et, p. 201 : « Nous en arrivons ainsi au contenu même du voyage des nobles russes. À travers la diversité des textes, nous voyons se dessiner des constantes dans les descriptions qui révèlent les intérêts principaux des voyageurs. Il s’agit avant tout de Paris et de ses environs, même si Strasbourg, Lyon, Montpellier et quelques autres villes de province peuvent attirer leur attention ».

46 Baldensperger F., « Strasbourg centre d’attraction intellectuelle (1750-1816) », op. cit., p. 4.

47 Sur le séjour de Rousseau à Strasbourg, voir Mutterer M., « Jean-Jacques Rousseau à Strasbourg », Extrait de la Revue alsacienne illustrée, vol. 6, no 2, 1904, p. 1-5.

48 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, Strasbourg, Édition des DNA, 1981, p. 435.

49 Ibid., p. 436.

50 Ibid., p. 437.

51 Sur le séjour de Goethe à Strasbourg, cf. Vermeil E., « Goethe à Strasbourg », dans Publications de la Faculté des Lettres de l’Université de Strasbourg, tome 57, Paris, 1932, p. 3-93.

52 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, op. cit., p. 442. Sur le Sturm und Drang, on consultera Leidner A. C., The Impatient Muse : Germany and the Sturm und Drang, Chapel Hill and London, The University of North Carolina Press, 1994 et Hill D., dir., Literature of the Sturm und Drang, Rochester-Woodbridge, Camden House, 2003.

53 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, op. cit., p. 238.

54 Livet G., « Strasbourg et le rayonnement européen de l’Université au xviiie siècle : le corps professoral et l’innovation », Historiens et géographes, no 347, 1995, p. 123.

55 Livet G., « L’Université de Strasbourg et son rayonnement européen au Siècle des Lumières. Essai sur la construction culturelle de l’Europe », Revue des sciences sociales de la France de l’Est, no 17, 1989-1990, p. 55.

56 Livet G., Rapp F., dir., Histoire de Strasbourg, op. cit., p. 241.

57 Livet G., « Strasbourg et le rayonnement européen de l’Université au xviiie siècle : le corps professoral et l’innovation », op. cit., p. 125.

58 Ibid.

59 Ibid., p. 126.

60 Ibid., p. 127.

61 Sur les incessants règlements de compte de Schumacher avec les membres de l’Académie des Sciences de Saint-Pétersbourg, voir l’article « Šumaher » dans Russkij biografičeskij slovar’ [Dictionnaire biographique russe], Saint-Pétersbourg, Tipografija Glavnago Upravlenija Udelov, 1911.

62 Vöss J., Jean Daniel Schoepflin (1694-1771). Un Alsacien de l’Europe des Lumières, Strasbourg, Publications de la Société savante d’Alsace, 1999, (« Recherches et documents », 63), p. 181-182.

63 Ibid., p. 182.

64 Ibid., p. 183.

65 Sur H. L. von Nicolai, cf. Heier E., L. H. von Nicolay (1737-1820) and his contemporaries, The Hague, M. Nijhoff, 1965, (« Archives internationales d’histoire des idées », 9).

66 La décision d’accueillir Spielmann au sein de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg fut prise lors de la séance du 14 avril 1763. Il fut procédé à l’examen de son diplôme le 5 mars 1764. Cf. Nevskaja N. I., dir., Letopis’ rossijskoj akademii nauk [Chronique de l’Académie des sciences de Russie], tome 1, 1724-1802, Saint-Pétersbourg, Nauka, 2000, p. 504, 514. Sur J. R. Spielmann, cf. Vetter C., Strasbourg et l’Europe des Lumières : Lettres de Jacques Reinbold Spielmann à Albrecht von Haller, Lille, ANRT, 1987.

67 Nevskaja N. I., dir., Letopis’ rossijskoj akademii nauk [Chronique de l’Académie des sciences de Russie], op. cit., p. 643.

68 Rusque D., « Cabinets d’histoire naturelle et jardin botanique à Strasbourg au xviiie siècle : de la curiosité à la classification », Chantiers historiques en Alsace, no 6, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2003, p. 37.

69 [Hermann J.], Liste manuscrite des visiteurs du Musée d’histoire naturelle, AMS, 88Z 11/3.

70 Vöss J., « Les étudiants de l’Empire russe à l’université de Strasbourg au xviiie siècle », op. cit., p. 353.

71 Stremooukhoff D., « Les Russes à Strasbourg au xviiie siècle », Revue d’Alsace, no 81, 1934, p. 4.

72 Vöss J., « Les étudiants de l’Empire russe à l’université de Strasbourg au xviiie siècle », op. cit., p. 356.

73 Berelowitch W., « La France dans le “Grand Tour” des nobles russes au cours de la seconde moitié du xviiie siècle », op. cit., p. 196 : « Il serait difficile d’établir un voyage-type de l’aristocrate russe : les trajets étaient variés et sans doute moins “formalisés” que ne le furent ceux des jeunes Anglais, car pour les nobles russes, le voyage était toujours couplé avec des périodes d’apprentissage dans telle ou telle capitale, voire avec quelque mission particulière, qui nécessitait un séjour d’une certaine durée […] ».

74 Berelowitch W., « Aleksej Jakovelvič Polenov à l’Université de Strasbourg (1762-1766). L’identité naissante d’un intellectuel », Cahiers du Monde russe, vol. 43, no 2-3, 2002, p. 304.

75 Ibid.

76 Stremooukhoff D., « Les Russes à Strasbourg au xviiie siècle », op. cit., p. 3 ; Livet G., « L’Université de Strasbourg et son rayonnement européen au Siècle des Lumières. Essai sur la construction culturelle de l’Europe », op. cit., p. 55.

77 Cité par J. Vöss dans « Les étudiants de l’Empire russe à l’université de Strasbourg au xviiie siècle », op. cit., p. 356.

78 Ibid.

79 Livet G., « L’Université de Strasbourg et son rayonnement européen au Siècle des Lumières. Essai sur la construction culturelle de l’Europe », op. cit., p. 56.

80 Vöss J., « Les étudiants de l’Empire russe à l’université de Strasbourg au xviiie siècle », op. cit., p. 356. Sur C. G. Koch et son destin politique, cf. Richerateau J., Le rôle politique du Professeur Koch, Strasbourg, Imprimerie alsacienne, 1936.

81 Andreev A. Ju., Russkie studenty v nemeckih universitetah xviii-pervoj poloviny xix v. [Les étudiants russes dans les universités allemandes au xviiie et dans la première moitié du xixe siècle], Moscou, Znak, 2005, (« Studia historica »), p. 222.

82 Vöss J., « Les étudiants de l’Empire russe à l’université de Strasbourg au xviiie siècle », op. cit., p. 360-361.

83 Livet G., « L’Université de Strasbourg et son rayonnement européen au Siècle des Lumières. Essai sur la construction culturelle de l’Europe », op. cit., p. 57.

84 Vöss J., « Les étudiants de l’Empire russe à l’université de Strasbourg au xviiie siècle », op. cit., p. 360.

85 Ibid., p. 363.

86 Neledinskij-Meleckij se rapprocha de Karamzin en 1786. Cf. l’article « Neledinskij-Meleckij Ju. A. », dans Russkij biografičeskij slovar’ [Dictionnaire biographique russe], op. cit., p. 216. Sur les relations de Lenz avec Karamzin, voir le chapitre suivant.

Table des illustrations

Légende Ill. 3 : Vue générale de Strasbourg, de J. Striedbeck et Barbier (1751).Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5576/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Ill. 4 : Portrait de Jean-Daniel Schoepflin, par E. Verelst et J.-M. Weiss (1751).Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5576/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Ill. 5 : Portrait de Christophe-Guillaume Koch (1790 ?).Photo et coll. de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5576/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540