Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nikolaï Karamzine à Strasbourg

 | 
Rodolphe Baudin

Chapitre I. Nikolaï Karamzine et les Lettres d’un voyageur russe

Texte intégral

1. Les débuts littéraires de Karamzine

  • 1 Serman I., « Le mouvement littéraire et la vie littéraire au xviie siècle », dans Etkind E., Nivat (...)
  • 2 Les dates données entre parenthèses suivant les noms de monarques sont, ici comme plus loin, les da (...)
  • 3 Liechtenhan F.-D., Elisabeth Ire de Russie. L’autre impératrice, Paris, Fayard, 2007, p. 248-258.
  • 4 Les ouvrages et articles sur l’influence de la culture française en Russie au xviiie siècle sont in (...)
  • 5 Sur la critique de la gallomanie on consultera Borodin S., « Gallofobija v našej literature prošlog (...)

1Pour le lecteur non spécialiste, il est parfois difficile de se représenter la profondeur et la rapidité des changements qui intervinrent en Russie au cours du xviiie siècle. Après avoir traversé un long Moyen Age, la Russie, qui n’avait que timidement commencé à s’ouvrir à l’occident aux xvie et surtout xviie siècles1, fut transformée de fond en comble sur décision de son tsar et bientôt empereur Pierre Ier (1689-1725)2, qui décida de faire de son immense pays un acteur européen de premier plan, et arracha à la Suède son statut de grande puissance militaire du Nord. Réformant à tous bras, souvent sur le papier sinon dans les faits, Pierre jeta une Russie méfiante envers l’Europe et le catholicisme qu’elle incarnait à ses yeux, dans un monde nouveau, auquel elle eut à s’adapter en quelque vingt-cinq ans. Plus soucieux du développement technique et militaire de son pays que de l’éclosion des arts, sinon ceux, tels l’architecture, liés à la mise en scène de la grandeur de l’État, Pierre négligea d’encourager la littérature, qui ne prit son essor réel qu’à partir du milieu du siècle, sous le règne de la fille de Pierre, Elisabeth Petrovna (1741-1762)3. Cette dernière, parachevant l’œuvre paternelle dans un domaine à première vue plus superficiel mais tout aussi important, occidentalisa les manières et surtout le goût. Le milieu du siècle vit en effet la contamination des élites par la gallomanie, et de nombreux nobles russes, encore méfiants sous Pierre et ses successeurs immédiats, se précipitèrent vers Paris pour y devenir de parfaits aristocrates cosmopolites des Lumières4. Cette attirance souvent outrée pour l’Europe, notamment française, suscita, sous le règne suivant de Catherine II (1762-1796) une réaction plus critique, notamment contre les excès les plus criants de la gallomanie5.

  • 6 Serman I., « Les voies de l’européanisation », dans Histoire de la littérature russe. Des origines (...)
  • 7 Ibid., p. 345.
  • 8 Chichkine A., « Vassili Trédiakovski (1703-1768) », dans Etkind E., Nivat G., Serman I., Strada V., (...)
  • 9 C’est l’argument mis en avant par Vasilij Trediakovskij dans la préface à sa traduction du roman de (...)

2En même temps que ce mouvement vers l’extérieur se produisait un mouvement contraire et complémentaire d’ingestion de la culture européenne, et notamment française, du fait de sa domination sur l’ensemble du continent depuis le xviie siècle6. Cette ingestion concerna au premier titre la littérature, qui s’occidentalisa en important la norme du classicisme français mise en place par Boileau7. Les premiers écrivains russes de type européen, ainsi, s’inspirèrent du système des genres du classicisme, dont ils pratiquèrent les formes nobles, telles la tragédie et l’ode, mais aussi les formes mineures, telles la comédie, la satire, l’épigramme ou le poème héroï-comique. Des poètes tels Antioche Kantémir (1709-1743), auteur de Satires inspirées lointainement de Boileau, Vassili Trédiakovski (1703-1768), également linguiste et philologue, qui créa en Russie le « modèle paradigmatique d’une nouvelle culture poétique, orientée vers les idéaux classiques du monde antique »8, et Mikhaïl Lomonossov (1711-1765), grammairien, auteur d’un traité de rhétorique et créateur de l’ode russe, mirent en place un système littéraire complet. Celui-ci fut parachevé par Alexandre Soumarokov (1717-1777), tragédien et comédiographe, surnommé de son vivant le « Racine russe », mais qui pratiqua également les genres mineurs qu’étaient la fable et la chanson d’amour. Véritables bâtisseurs d’un système littéraire, ces poètes, notamment les trois derniers, eurent également à régler le problème crucial de la définition de la norme linguistique dans laquelle il convenait d’écrire. En effet, la littérature russe ayant souffert pendant des siècles d’une scission entre littérature orale populaire d’un côté et littérature écrite largement religieuse de l’autre, la seule norme définissant la manière d’écrire correctement était celle établie par la langue des livres d’usage religieux, à savoir le slavon d’Église. Cependant, cette langue n’était pas celle que parlaient les Russes. La conserver comme langue littéraire aurait ainsi condamné la littérature à rester une affaire d’érudits, empêchant par là même sa circulation et son développement9. Il fallait donc fixer les règles d’une langue russe littéraire, ce à quoi s’employèrent les poètes cités plus haut. Rapidement, Trédiakovski et Lomonossov comprirent que la spécificité du russe écrit tenait précisément à la coexistence en son sein d’une langue noble (le slavon d’église) et d’une langue courante (le russe), et qu’une langue littéraire devrait emprunter aux deux, selon des modalités définies différemment selon les auteurs. À cette conviction succéda néanmoins l’idée que la langue littéraire normative devait être inspirée avant tout par un idéal de clarté, conception qui prévaut chez Soumarokov, et qui s’oppose aux recherches de Lomonossov sur l’expressivité du style, sensibles notamment dans ses majestueuses odes.

  • 10 Sur cette traduction, voir l’article de Ju. Lotman, « Ezda v ostrov ljubvi Trediakovskogo i funkcij (...)
  • 11 Serman I. Z., Russkij klassicizm. Poezija, drama, satira [Le Classicisme russe. La poésie, le drame (...)
  • 12 Cross A. G., dir., Russian Literature in the Age of Catherine the Great, Oxford, Meeuws, 1976, p. 1 (...)
  • 13 Kopanev N. A., « Rasprostranenie francuzskoj knigi v Moskve v seredine xviii v. » [« La diffusion d (...)
  • 14 Sur les premiers romans russes, cf. Baudin R., Formation et poétique du roman russe au xviiie siècl (...)
  • 15 Sur le style d’Emin, cf. Garretson D. A., Compound Words in the Prose of F. A. Emin : An historical (...)
  • 16 Sur le style de la prose narrative de Čulkov, on consultera I. A. Valentinova, Leksika hudožestvenn (...)
  • 17 Sur le style de Heraskov, cf. Naryškina L. N., Romany M. M. Heraskova [Les romans de M. M. Heraskov(...)

3À côté de cet essor de la poésie se développa également la prose fictionnelle, notamment son genre dominant : le roman. Ainsi, le même Vassili Trédiakovski publia en 1730 une traduction russe du roman précieux de Paul Tallemant le Voyage de l’Isle d’amour (1663)10, qui reçut un accueil très favorable, bien qu’entouré d’un parfum de scandale, parce qu’il introduisait dans la littérature russe toute une culture de l’amour galant qu’elle avait ignorée jusque-là11. Ce premier texte fut suivi d’une foule de traductions effectuées tout au long des années 1740 et 175012, notamment par certains élèves de l’école militaire du Corps des Cadets, ainsi que par un afflux important de romans en français, ainsi qu’en témoignent les listes de vente des libraires russes du milieu du siècle13. Cet essor rapide de l’intérêt du lectorat russe pour les romans donna à quelques écrivains l’idée d’écrire des romans originaux directement en russe, niche qui paraissait prometteuse à celui ou ceux qui voudrai(en)t bien s’en emparer. Au début des années 1760 apparut ainsi le premier romancier russe original, Fedor Emine (1735-1770), aventurier turc d’origine polonaise converti à l’orthodoxie et cherchant fortune à Saint-Pétersbourg, d’abord comme traducteur, puis comme écrivain. Ses romans imitèrent les grands modèles romanesques occidentaux alors disponibles, du roman d’aventures et d’amour dans le genre de ceux de l’abbé Prévost au roman didactique philosophico-politique inspiré du Télémaque de Fénelon. Très resserrée dans le temps, la carrière romanesque de Fedor Emine, qui avait débuté en 1763, s’acheva par la publication, en 1766, du premier roman épistolaire russe, explicitement inspiré de la Nouvelle Héloïse de Rousseau. L’exemple d’Emine fut rapidement suivi par Mikhaïl Khéraskov (1733-1807), puis par Mikhaïl Tchoulkov (1743-1792)14. La langue employée par ces premiers romanciers variait. Chez Emine, il s’agit d’une langue très neutre, celle-là même que parlaient les littérateurs eux-mêmes15, alors que Tchoulkov essaie, dans son roman de mœurs L’accorte cuisinière ou les tribulations d’une femme débauchée (1770) d’imiter le parler populaire, notamment en recourant aux proverbes16. Khéraskov, enfin, s’essaie à un style plus intellectuel, mais également plus noble, et plus orné, sorte de prose poétique avant l’heure17. Malgré leurs efforts, ces trois auteurs n’arrivèrent pas à développer la langue littéraire nécessaire pour écrire une prose de qualité, et les premiers romans russes furent rapidement délaissés par les lecteurs bilingues au profit des romans français qui leur avaient servi de modèles et qui continuaient d’affluer en Russie. Ceci explique la disparition du roman original russe dès le début des années 1770. Une autre raison est la pauvreté des situations et des thèmes abordés par les premiers romans russes. Incapables de dépasser les clichés éculés, véhiculés par les romans occidentaux depuis le xviie siècle, Emine, Tchoulkov et Khéraskov peinaient à rivaliser avec l’inventivité des œuvres européennes contemporaines.

  • 18 Kochetkova N. D., Nikolay Karamzin, Boston, Twayne Publishers, (“TWAS”, 250), 1975, p. 18.
  • 19 Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, Carbonsdalle and Edwardsvill (...)
  • 20 Karamzin N. M., Rycar’ našego vremeni [Un chevalier de notre temps], dans Izbrannye sočinenija v dv (...)
  • 21 Rousseau J.-J., Les confessions, Livre premier, dans Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1959, (« P (...)
  • 22 Sur Karamzine et Rousseau, voir les travaux suivants : Baye, baron de, Girardin, marquis de, Karamz (...)
  • 23 Sur N. Novikov, voir Monnier A., Nicolas Novikov : un publiciste frondeur sous Catherine II, op. ci (...)

4Telle était la situation culturelle et littéraire en Russie au moment où naquit Nikolaï Mikhaïlovitch Karamzine (ill. 1), le 1er décembre 1766. Issu d’une lignée ancienne d’origine tatare, Karamzine appartenait à la noblesse moyenne18. Son père, capitaine en retraite, était un petit propriétaire terrien du gouvernement de Simbirsk. Karamzine reçut les rudiments de son éducation à la maison19. C’est là qu’il prit goût également à la lecture des romans conservés dans la bibliothèque familiale, ainsi que l’indique l’autobiographie romancée de l’écrivain20, dans un passage qui n’est pas sans rappeler les Confessions de Rousseau21, un des auteurs invités à entrer à son panthéon22. En 1780, Karamzine fut envoyé à Moscou, à la pension de Johannes M. Schaden, un des professeurs de l’université. Là, il apprit les langues étrangères, notamment l’allemand. Ceci lui permit de découvrir la littérature germanique, véhicule de la nouvelle sensibilité promise à remplacer l’esthétique classique française dominante depuis le milieu du siècle. Lors d’un séjour à Saint-Pétersbourg, il fit la connaissance d’Ivan Ivanovitch Dmitriev (1760-1837), qui deviendra un des poètes principaux du sentimentalisme russe, et qui transmit à Karamzine son goût de la traduction littéraire. De fait, dès 1783, Karamzine publiait une traduction d’une idylle de Salomon Gessner (1730-1788). La mort de son père cette même année et l’impossibilité matérielle de suivre une carrière militaire, quelque temps envisagée, obligèrent cependant Karamzine à rentrer à Simbirsk. C’est là qu’il fut remarqué par Ivan Petrovitch Tourguéniev (1752-1808), aristocrate et franc-maçon, qui lui conseilla de repartir pour Moscou et l’introduisit dans le cercle moscovite d’un autre maçon, Nikolaï Ivanovitch Novikov (1744-1818), philanthrope, publiciste et éditeur23.

Ill. 1 : Portrait de Karamzine jeune

  • 24 Sur le cercle maçonnique de Novikov, cf. Faggionato R., A Rosicrucian Utopia in Eighteenth-Century (...)
  • 25 Kochetkova N., Nikolay Karamzin, op. cit., p. 20.
  • 26 Ibid., p. 21.
  • 27 Sur cette traduction, cf. Kafanova O. B., « “Julij Cezar’” Šekspira v perevode N. M. Karamzina » [« (...)
  • 28 Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, op. cit., p. 17.
  • 29 Kochetkova N., Nikolay Karamzin, op. cit., p. 24.
  • 30 Cross A., « Nikolaï Karamzine (1766-1826) », dans Etkind E., Nivat G., Serman I., Strada V., dir., (...)

5Dans le « cercle de Novikov »24, Karamzine fit la connaissance d’un autre poète, Alexandre Andreïevitch Petrov (c. 1763-1793), qui modéra l’exaltation sentimentaliste du jeune Karamzine, en usant notamment d’un humour et d’une légère ironie qui deviendront avec le temps caractéristiques de la manière de Karamzine également25. À l’instar des autres membres du cercle de Novikov, le jeune Karamzine était anxieux de trouver des réponses à ses interrogations métaphysiques. C’est la raison pour laquelle il entama, dès 1786, une correspondance avec Johann Caspar Lavater (1741-1801), popularisateur de la physiognomonie, dans lequel le jeune Russe voyait un maître en matière de psychologie26. Outre Lavater, c’est dans la lecture de Christian Gellert (1715-1769), Albrecht von Haller (1708-1777), Charles Bonnet (1720-1793), ou encore Christoph Christian Sturm (1740-1786) que Karamzine chercha des réponses à ses questions. Parlant l’anglais, Petrov joua également un rôle de passeur auprès de Karamzine, auquel il fit découvrir la littérature anglaise, et notamment Shakespeare. Cet intérêt nouveau trouva son expression dans la publication par Karamzine, en 1787, d’une traduction de Jules César27. La découverte de Shakespeare était un pas de plus hors du champ de l’esthétique classique. De manière caractéristique, Karamzine prit position vis-à-vis de la célèbre critique formulée par Voltaire contre Shakespeare, en écrivant que, tel la Nature, le génie shakespearien était au dessus de toute règle28. L’apprentissage de l’anglais, en outre, permit à Karamzine de découvrir Edward Young (1681-1765) et James Thomson (1700-1748), qui influencèrent directement une des premières œuvres originales du jeune écrivain russe, La promenade (Progulka), publiée dans la revue de Novikov Lectures enfantines pour le cœur et l’esprit (Detskoe čtenie dlja serdca i razuma, 1785-1789). Figurant parmi les traducteurs les plus actifs de la revue, Karamzine y publia également sa traduction des Veillées du château de Madame de Genlis (1784). Comme on l’a noté, la traduction de Madame de Genlis marquait la première rupture de Karamzine avec la littérature allemande au profit de la littérature française29. Néanmoins, les numéros de Lectures enfantines pour le cœur et l’esprit contiennent encore des traductions, signées par Karamzine, de Gessner et Friedrich Gottlieb Klopstock (1724-1803). « C’est aux œuvres qu’il choisit que l’on juge aussi des qualités d’un traducteur », affirmait-il à Dmitriev. De fait, Anthony Cross a noté le goût de Karamzine pour « l’enseignement moral, surtout présenté sous une forme littéraire attrayante (De l’origine du mal de Haller, la Prière universelle de Pope, la Contemplation de la nature de Bonnet, les Saisons de Thomson) et sa passion pour le théâtre et pour les auteurs dramatiques capables de révéler “les ressorts cachés de l’âme humaine” (Jules César de Shakespeare et Emilia Galotti de Lessing) »30. Enfin, cette première période de l’activité de Karamzine est également marquée par la publication de deux essais en prose, le récit l’Ermite (Pustynnik, 1788) et surtout Eugène et Julie (Evgenij i Julija, 1789), récit d’un amour clos brusquement par la mort inopinée d’Eugène. Peu individualisés psychologiquement, les protagonistes en sont néanmoins « sensibles », et jettent à ce titre les bases de l’esthétique qui fera de Karamzine le chef de file des sentimentalistes russes.

2. Karamzine et la tradition du voyage russe en Europe

  • 31 Berelowitch W., « Les récits des voyageurs russes en France dans la seconde moitié du xviiie siècle (...)
  • 32 Dickinson S., Breaking Ground. Travel and National Culture in Russia from Peter I to the Era of Pus (...)
  • 33 Berelowitch W., « La France dans le “Grand Tour” des nobles russes au cours de la seconde moitié du(...)
  • 34 Sur les Russes dans le « Grand Tour », voir Berelowitch W., « La France dans le “Grand Tour” des no (...)
  • 35 Berelowitch W., « La France dans le “Grand Tour” des nobles russes au cours de la seconde moitié du(...)
  • 36 Ibid., p. 198.
  • 37 Ibid., p. 194. Cf. également Dickinson S., Breaking Ground, op. cit., p. 27, 37.
  • 38 Mohrenschildt D. von, Russia in the Intellectual Life of Eighteenth-Century France, New-York, Farra (...)
  • 39 Berelowitch W., « La France dans le “Grand Tour” des nobles russes au cours de la seconde moitié du(...)

6Après ces débuts littéraires prometteurs, Karamzine mit à exécution le projet qu’il avait formé quelques temps auparavant de voyager en Europe. L’habitude de voyager en Europe était alors déjà solidement ancrée en Russie. L’origine de cette pratique y remontait au début du xviiie siècle. Pierre Ier, qui avait besoin d’une élite maîtrisant les sciences et les techniques pour mener à bien son projet de modernisation de la Russie, avait en effet envoyé de nombreux nobles se former à l’étranger31. Ces premiers voyages avaient donc été effectués sous la contrainte. Les voyages résultant d’initiatives personnelles, eux, n’étaient apparus que vers le milieu du siècle, pour prendre un essor extraordinaire sous le règne de Catherine II, probablement à la suite du décret de Pierre III de 1762 libérant les nobles de l’obligation du service d’État32. Wladimir Berelowitch a ainsi observé qu’entre 1763 et 1780, 600 passeports en moyenne furent émis annuellement par les autorités russes pour permettre aux sujets de Catherine de voyager en Europe33. À cette époque, le voyage en Europe prit souvent la forme du « Grand Tour ». Pratique aristocratique initiée par les Anglais, le « Grand Tour » compta en effet rapidement de nombreux adeptes dans la bonne société russe34. Comme c’était le cas pour l’élite européenne, ce voyage avait pour but d’achever l’éducation des jeunes gens par la pratique des langues, la découverte des hauts lieux de la culture européenne, antique et moderne, et la familiarisation avec les habitudes de la société aristocratique étrangère35. Pour cette raison, il comprenait souvent un séjour dans un établissement d’éducation36. En outre, ce voyage devait consolider le statut social du voyageur, en confirmant son appartenance à l’élite de la noblesse37. Dans le cadre du « Grand Tour », les destinations favorisées par les voyageurs russes étaient l’Italie, berceau de la civilisation occidentale, et évidemment la France, notamment Paris, véritable « Mecque des Russes au xviiie siècle »38. De fait, le nombre annuel des Russes visitant la France dans le dernier tiers du siècle a pu être évalué à plusieurs dizaines39. À mesure de l’évolution de la sensibilité, à l’itinéraire initial du « Grand Tour » s’ajouta la Suisse, lieu du pittoresque, de l’innocence pastorale, et bientôt du sublime.

  • 40 Breuillard J., N. M. Karamzin et la formation de la langue littéraire russe, op. cit., p. 13. Pour (...)
  • 41 Certes, comme l’écrit Sara Dickinson, la pratique du « Grand Tour » tend à se démocratiser à mesure (...)
  • 42 Dickinson S., Breaking Ground, op. cit., p. 113.

7Partageant son itinéraire et certaines de ses finalités, le voyage entrepris par Karamzine n’était toutefois pas complètement assimilable au « Grand Tour »40. Rappelons d’abord que le jeune écrivain était issu de la noblesse modeste et non de l’aristocratie, seule capable d’assumer la dépense engendrée par le « Grand Tour »41. En outre, Karamzine ne partait pas étudier. De fait, il n’était ni accompagné d’un précepteur, comme Pavel Stroganov ou Dimitri et Boris Golitsyne, voyageurs dont je présenterai plus loin les récits de séjour à Strasbourg, ni inscrit dans un établissement d’enseignement supérieur étranger. Surtout, comme on l’a noté, le voyage entamé par Karamzine avait pour but essentiel de lui faire découvrir in situ cette culture européenne dont il avait déjà une solide connaissance livresque. Enfin, ce voyage ne participait pas d’une stratégie sociale supposée l’aider dans une carrière officielle à son retour en Russie42.

  • 43 On peut voir dans cette recherche de la compagnie des grands hommes l’expression d’une recherche de (...)
  • 44 Sur Karamzin et A. I. Pleščeeva, cf. Krestova L. V., « A. I. Plečšeeva v žizni i tvorčestve Karamzi (...)
  • 45 Lettre d’A. M. Kutuzov à A. I. Pleščeeva, Berlin, 4/15 mars 1791, citée dans Barskov Ja. L., éd., P (...)
  • 46 Cité par Antoine Berman dans « Bildung et Bildungsroman », Le Temps de la réflexion, IV, Paris, Gal (...)
  • 47 Breuillard J., « Le voyage philosophique de Nikolaj Karamzin », Cahiers slaves, no 10, 2008, p. 153 (...)

8Le 18 mai 1789, il quitta Moscou pour entreprendre un périple d’un an et demi, de Russie en Livonie, de Livonie en Prusse, de Prusse, à travers les nombreux États allemands, en Alsace, puis en Suisse, en France, et enfin en Angleterre, d’où il revint en Russie en juillet 1790. Aux monuments et à la sociabilité européenne, le voyageur russe ajouta la découverte de l’activité théâtrale des capitales européennes, et les visites aux grands hommes, savants et/ou écrivains, qu’il avait lus, et avec lesquels il avait parfois correspondu. Ainsi Karamzine rendit visite à Immanuel Kant (1724-1804), Friedrich Nicolai (1733-1811), Karl Wilhelm Ramler (1725-1798), Karl Philipp Moritz (1756-1793), Ernst Platner (1744-1818), Christian Felix Weisse (1726-1804), Johann Gottfried von Herder (1744-1803) et Christoph Martin Wieland (1733-1813) en Allemagne, à Johann Caspar Lavater et à Charles Bonnet en Suisse, ou encore à l’abbé Barthélemy (1716-1795) et à Jean François Marmontel (1723-1799) à Paris43. Il tenta même d’être reçu par Goethe, sans succès toutefois. Revenu à l’été 1790 en Russie, il parut transformé par son voyage. Son ami Alexeï Mikhaïlovitch Koutouzov (1749-1797), faisant allusion tout à la fois à ce changement et aux événements révolutionnaires vus par Karamzine en France, écrivit ainsi à Anastasia Ivanovna Plechtcheeva, amie commune des deux hommes44 : « Peut-être qu’en lui aussi a eu lieu la Révolution française »45. Le changement opéré chez Karamzine et qui suscitait l’incompréhension de son ami, était en réalité, Révolution française ou pas, l’effet habituel du voyage – Reise – au centre du programme intellectuel de toute Bildung, et dont Schlegel, qui le comparait précisément au « Grand Tour » des Anglais, écrivait qu’il « ne consiste pas à aller n’importe où, mais là où on peut se former, s’éduquer et progresser soi-même46. » De fait, cette expérience formatrice, conformément au principe goethéen du « Meurs et deviens », supposait de commencer par devenir autre pour devenir soi-même, quitte à paraître méconnaissable dans un premier temps. Transformant Karamzine de jeune homme en adulte, le voyage européen de l’écrivain a pu à bon droit être qualifié par Jean Breuillard « d’entrée dans l’âge d’homme47 ».

  • 48 La pratique du récit de voyage se développa d’abord comme pratique parascolaire. Elle était en effe (...)
  • 49 Berelowitch W., « Les récits des voyageurs russes en France dans la seconde moitié du xviiie siècle (...)
  • 50 Les récits de voyage rédigés par les Russes que Pierre le Grand envoyait se former à l’étranger dev (...)
  • 51 Sur la réception de Sterne en Russie au xviiie siècle, on consultera Maslov V. V., « Interes k Ster (...)
  • 52 Une exception, toutefois, est représentée par les récits de voyage rédigés par des francs-maçons. C (...)
  • 53 Outre ces deux formes, W. Berelowitch cite celle, non concomittante, des mémoires. Cf. « Les récits (...)
  • 54 Sur les voyages de Denis Fonvizin, cf. Fonvizine D., Lettres de France (1777-1778), traduites du ru (...)
  • 55 Lotman Ju. M., Uspenskij B. A., « Pis’ma russkogo putešestvennika Karamzina i ih mesto v razvitii r (...)
  • 56 Gellerman S., « Karamzine à Genève : notes sur quelques documents d’archives concernant les Lettres (...)
  • 57 Sur l’histoire de l’édition des Lettres, cf. Marčenko N. A., « Istorija teksta « pisem russkogo put (...)

9En même temps que la pratique du voyage à l’étranger se développait en Russie celle du récit de voyage l’accompagnant48. À quelques rares exceptions près, la Russie ancienne n’avait guère connu, en termes de récits de voyage, que les relations de pèlerinages sur les lieux saints ou à Constantinople49. Avec les Lumières, c’est un nouveau type de récit qui s’imposa, tourné, non plus vers l’intériorité du pèlerin, mais vers la nouveauté du monde extérieur que le voyageur traversait50. À la fin du siècle, néanmoins, sous l’influence de l’esthétique sentimentaliste, les impressions subjectives d’un narrateur désormais individualisé revinrent au premier plan, notamment sur le modèle du Voyage sentimental (1768) de Laurence Sterne, très vite connu et apprécié en Russie51. Cette fois cependant, l’intériorité du voyageur était le lieu, non de son travail de purification, mais du développement de sa sensibilité52. Le récit de voyage pouvait prendre essentiellement deux formes, concurrentes ou complémentaires : le journal de voyage, ou la correspondance. Dans les deux cas, la narration était concomitante aux faits rapportés53. Contrairement, cependant, aux écrivains-voyageurs russes ayant précédé Karamzine, tels le comédiographe Denis Fonvizine (1745-1792), ou la princesse Ekaterina Dachkova (1743-1810)54, Karamzine écrivit son récit principalement à son retour à Moscou, en s’appuyant probablement sur des notes prises lors de son voyage mais dont la trace n’a pu être retrouvée55, peut-être parce que les archives de l’écrivain brûlèrent lors de l’incendie de Moscou de 181256. Postérieures au voyage réel, les Lettres d’un voyageur russe furent publiées par Karamzine en plusieurs livraisons entre 1791 et 1801. La revue littéraire Le Journal de Moscou (Moskovskij Žurnal), fondée par l’écrivain, en accueillit d’abord, en 1791-1792, les deux premières parties, consacrées à l’Allemagne, à la Suisse, et au voyage entre Genève et Paris. La livraison suivante parut dans l’almanach de Karamzine Aglaé en 1794-1795, où l’ordre chronologique (Paris, puis l’Angleterre) fut abandonné, pour des raisons liées à l’interdiction imposée par la censure de parler de la France révolutionnaire, au profit d’une publication du voyage à Londres d’abord, suivie de quelques lettres seulement, très soigneusement choisies, sur Paris. En 1797 suivit enfin une édition incomplète des quatre premières parties (ill. 2), amputant largement le récit du séjour parisien, et ce n’est qu’en 1801, sous le règne d’Alexandre Ier (1801-1825), plus libéral que la fin du règne de Catherine II et que celui du fils de cette dernière Paul Ier (1796-1801), que parut la première édition complète57.

Ill. 2 : Frontispice de l’édition des Lettres de 1797

  • 58 Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, op. cit., p. 68.
  • 59 Sipovskij V. V., N. M. Karamzin, avtor « Pisem russkogo putešestvennika » [N. M. Karamzin, auteur d (...)

10Bien qu’inspirées d’un voyage réel, les Lettres d’un voyageur russe sont essentiellement et avant tout une œuvre littéraire. De fait, les lettres publiées par Karamzine à son retour en Russie n’ont que très peu de rapport avec les rares courriers qu’il adressa à ses amis restés en Russie, au premier rang desquels se trouvaient les Plechtcheev58. De plus, les historiens de la littérature ont noté les nombreux emprunts effectués par Karamzine à divers récits de voyages célèbres59. Il semble ainsi que l’écrivain russe ait utilisé librement comme trame narrative le récit de son périple personnel, et qu’il en ait enrichi les épisodes de motifs empruntés à des textes extérieurs, documentaires et/ou littéraires, consultés largement lors de la rédaction de son ouvrage après son retour à Moscou.

  • 60 Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 28.
  • 61 Ibid.
  • 62 Štorm G. P., « Novoe o Puškine i Karamzine » [« Du nouveau sur Puškin et Karamzin »], Izvestija Aka (...)
  • 63 Cette incongruité géographique a été notée par Jurij Lotman dans les notes de son édition des Lettr (...)
  • 64 Kočetkova N. D., article « Karamzin », dans Slovar’ russkih pisatelej xviii veka [Dictionnaire des (...)
  • 65 Cf., par exemple, Breuillard J., « Le voyage philosophique de Nikolaj Karamzin », op. cit., p. 146.
  • 66 Sur le procès de Novikov en 1792, voir Longinov M. N., Novikov i moskovskie martinisty [Novikov et (...)

11De même que les Lettres d’un voyageur russe ne sont pas les lettres envoyées par Karamzine à ses amis, le narrateur karamzinien n’est pas l’auteur Karamzine. En effet, comme l’a noté Youri Lotman, le premier est un jeune homme exalté, parfois un peu naïf, le second un homme plus affirmé, décidé à faire carrière dans le milieu des lettres60. Se distinguant du narrateur homodiégétique des Lettres, Karamzine peut ainsi lui faire effectuer un voyage légèrement différent de celui qu’il effectua lui-même61. On a noté par exemple que, si le narrateur des Lettres revenait de Londres en Russie par Saint-Pétersbourg à l’automne 1790, l’auteur Karamzine en était revenu probablement par Moscou, dès le mois de juillet62. Dans le cadre de ce qui apparaît donc comme une véritable autofiction, le narrateur est un pion entre les mains de l’auteur, qui peut le déplacer au gré des besoins de son récit, et lui faire voir des endroits ou des objets qu’il n’a pas vus lui-même, mais qu’il se sent obligé de décrire conformément au programme narratif du genre du récit de voyage. Ainsi on a noté, entre autres exemples, que l’auteur des Lettres n’avait pu admirer le spectacle, évoqué par son narrateur, du soleil se couchant dans la Manche depuis les côtes de Douvres. Géographiquement impossible, la description est ici imposée par l’étiquette du récit de voyage63. De manière complémentaire, l’auteur fait parfois emprunter à son narrateur des chemins différents de celui qu’il emprunta lui-même, pour taire certaines rencontres qu’il fit, ou certains événements auxquels il assista. De fait, on ne sait toujours pas si Karamzine partit comme simple touriste, ou s’il fut, comme son ami Koutouzov avant lui, envoyé en mission par les maçons de Moscou. Sur ce point, en effet, les témoignages divergent64. Si quelques contemporains de l’écrivain ont pu affirmer que Karamzine avait été mandaté par ses frères, la plupart des critiques considèrent aujourd’hui que le voyage de Karamzine marque son divorce intellectuel avec la maçonnerie, dont Karamzine réprouve la dérive mystique65. Divorce intellectuel ne signifie toutefois pas brouille ni rupture des contacts. Pour cette raison, et dans la mesure où la publication des premières parties des Lettres fut concomitante au procès et à la condamnation de Novikov et des maçons russes en 179266, Karamzine se devait de rester discret sur certains aspects de son voyage.

3. La signification historique et culturelle des Lettres d’un voyageur russe

12Les Lettres d’un voyageur russe étaient un texte profondément novateur dans le champ de la prose narrative russe. Karamzine lui-même se rendait parfaitement compte de la nouveauté de son travail, ainsi qu’en témoigne un commentaire qu’il publia, dans le cadre d’un article plus général sur l’état de la littérature russe, dans une livraison de 1797 du journal des émigrés de Hambourg le Spectateur du Nord :

  • 67 Karamzin N. M., « Lettre au Spectateur sur la littérature russe », Le Spectateur du Nord, Journal p (...)

« Cet ouvrage doit en partie son succès à la nouveauté du sujet pour les lecteurs russes. Depuis assez longtems nos compatriotes voyagent dans les pays étrangers ; mais aucun d’eux, jusqu’à présent, ne s’est avisé de le faire sa (sic) plume à la main. L’auteur de ces lettres a eu le premier cette idée, et il a parfaitement réussi à intéresser le public67. »

  • 68 Nebel H., N. M. Karamzin. A Russian Sentimentalist, Paris-The Hague, Mouton, 1967, (“Slavic Printin (...)
  • 69 Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, op. cit., p. 66.
  • 70 Denis Fonvizin avait fait la même chose avant lui, en s’inspirant, pour son tableau de Paris, des C (...)
  • 71 Sipovskij V. V., N. M. Karamzin, avtor « Pisem russkogo putešestvennika [N. M. Karamzin, auteur des (...)
  • 72 Nebel H., N. M. Karamzin. A Russian Sentimentalist, op. cit., p. 164-165.
  • 73 Ibid., p. 157-158. Sur Sterne et Karamzin, cf. Kanunova F. Z., « Karamzin i Stern » [« Karamzin et (...)

13Premier récit de voyage russe publié, les Lettres s’inspiraient tout à la fois du modèle du récit de voyage informatif à la Dupaty (Lettres sur l’Italie en 1785) et de celui du voyage intérieur à la Sterne68. À Dupaty, elles empruntaient l’ambition de donner des informations utiles au public russe sur la vie en Europe, remplissant ainsi une fonction pédagogique dont on a dit qu’elle était au centre de la conception karamzinienne de la littérature69. Pour ce faire, Karamzine recourut aux diverses sources intertextuelles évoquées plus haut, afin de compléter l’information tirée de son expérience personnelle de voyageur70. Vladimir Sipovski a dressé à la fin du xixe siècle la liste des auteurs que l’écrivain russe avait consultés71. Comme l’a montré cependant Henri Nebel, Karamzine retravaille ses emprunts, en y introduisant un humour absent de son hypotexte72. C’est cet humour, d’ailleurs, qui révèle, tout autant que le sentimentalisme parfois exacerbé du texte, l’influence concurrente de Sterne, perceptible dans la facétie de la narration karamzinienne, notamment dans le jeu du narrateur avec les attentes du lecteur, extrapolées par les apostrophes du premier, et souvent déjouées par le récit73.

  • 74 Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, op. cit., p. 71.

14Le but recherché par Karamzine était donc de donner à ses lecteurs un aperçu large de l’Europe traversée, sous une forme toutefois attrayante et distrayante. Pour présenter ce tableau de la culture européenne, l’œuvre est organisée autour des quatre pays décrits, qui ont chacun leur intérêt spécifique : l’Allemagne est le pays des écrivains et des savants, la Suisse celui de la simplicité arcadienne, la France, vue sur le modèle de Paris, le pays de la culture et de la civilité, l’Angleterre le pays des Lumières et de la politique. Décrivant des cultures différentes, Karamzine recourt à des tonalités différentes pour chaque pays. Ainsi, on a noté que le ton était plus sérieux dans la description de l’Angleterre, alors qu’il est souvent élégiaque en Suisse et badin en France74.

  • 75 Ibid., p. 71, 72.
  • 76 Ibid., p. 73. Comme l’a noté Jean Breuillard, le récit des Lettres encode la trace de l’évolution p (...)
  • 77 Kochetkova N., Nikolay Karamzin, op. cit., p. 62.
  • 78 Anderson R. B., « Karamzin’s Letters of a Russian Traveller : An Education in Western Sentimentalis (...)
  • 79 Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, op. cit., p. 83.
  • 80 Sur cet aspect des Lettres, cf. Serman I. Z., « Kul’tura i svoboda v Pis’mah russkogo putešestvenni (...)

15Outre ce tableau de l’Europe, Karamzine souhaitait donner au lecteur les portraits des grands hommes rencontrés, caractérisés à l’aide de la physiognomonie de Lavater ou évoqués, quand ils sont disparus, à travers les lieux attachés à leur mémoire75. Les rencontres avec les idoles du voyageur fournissent le prétexte à autant de discussions permettant à Karamzine de présenter les opinions de ses maîtres, mais également d’exprimer les siennes propres sur la littérature et la philosophie76. L’expression, par la voix de son narrateur, des goûts littéraires de Karamzine, permit notamment d’attirer l’attention du public russe sur les richesses de la littérature germanique. D’après Dmitriev, en effet, Karamzine « familiarisa nos jeunes gens avec la littérature allemande, leur donnant du goût pour les œuvres des écrivains allemands modernes, et les incitant à apprendre diligemment la langue allemande77 ». Ce rôle, on le voit, est assez proche de celui joué par Madame de Staël en France. Plus généralement, comme l’a bien résumé Roger B. Anderson, les Lettres fournirent une liste indicative de lectures à ses lecteurs78. En outre, Karamzine utilise les Lettres pour donner ses avis sur la musique, la peinture, l’architecture et la sculpture, bien qu’il confesse n’être pas expert dans ces matières, et qu’il avoue s’en remettre, pour juger de la qualité du travail d’un artiste, à l’impression subjective que l’œuvre produit sur son cœur79. Tableau de la culture spirituelle de l’Europe, les Lettres en décrivent également la culture matérielle et la sociabilité, dont l’importance est primordiale aux yeux de Karamzine, en ce qu’elles illustrent le génie des peuples et leur degré de civilisation80.

  • 81 Nebel H., N. M. Karamzin. A Russian Sentimentalist, op. cit., p. 169.
  • 82 Anderson R. B., « Karamzin’s Letters of a Russian Traveller : An Education in Western Sentimentalis (...)
  • 83 Cross A., « Nikolaï Karamzine (1766-1826) », op. cit., p. 33.

16Renonçant à la forme romanesque qui avait, par sa complexité, embarrassé ses prédécesseurs dans le champ de la prose narrative, Emine, Khéraskov ou Tchoulkov, Karamzine choisit un genre qui autorisait une grande liberté structurelle et thématique. Divisant le récit en petites unités liées entre elles par la légitimation référentielle du voyage et la légitimation narrative de la correspondance, les lettres permettaient d’aborder toutes sortes de sujets et de varier ainsi à l’infini le matériau narratif utilisé. De fait, la trame narrative initiale du voyage s’enrichit de nombreux inserts. Ces épisodes, souvent de courts métarécits, servent néanmoins souvent d’illustration, par complément ou contraste, au thème dominant de chaque lettre81. Ceci construit un texte à deux niveaux, où les récits illustratifs, qui s’adressent aux émotions du lecteur, servent à renforcer l’adhésion aux idées présentées dans les digressions intellectuelles82. Cette variété du matériau permettait en outre à l’écrivain de varier la tonalité du texte, tout en sauvegardant l’unité du style employé83.

  • 84 Nebel H., N. M. Karamzin. A Russian Sentimentalist, op. cit., p. 155.
  • 85 Cross A., « Nikolaï Karamzine (1766-1826) », op. cit., p. 33.
  • 86 Selon E. A. Krasnoščekova, ce narrateur subit une évolution : à mesure qu’il effectue son bildungre (...)
  • 87 Wilson R. K., The Literary Travelogue. A Comparative Study with Special Relevance to Russian Litera (...)
  • 88 Ibid., p. 64.
  • 89 Kochetkova N. D., Nikolay Karamzin, op. cit., p. 71.
  • 90 Wilson R. K., The Literary Travelogue. A Comparative Study with Special Relevance to Russian Litera (...)
  • 91 Kochetkova N. D., Nikolay Karamzin, op. cit., p. 72.
  • 92 Dickinson S., Breaking Ground, op. cit., p. 111.
  • 93 Ibid., p. 49. Sara Dickinson a noté à ce propos que la période à laquelle se développe le genre du (...)

17Outre la syntagmatique du récit de voyage, la description de la personnalité du narrateur sert de ciment narratif au texte. Conformément au projet sternien d’une part84 et à la morale maçonnique – à laquelle Karamzine reste largement sensible – de l’autre85, le narrateur utilise en effet le texte comme un « miroir de son âme », offert à son propre examen, et à celui des lecteurs86. Ce projet de peinture d’un individu joua un rôle considérable dans le développement de l’analyse psychologique dans la littérature russe87. Bien que distinct de l’auteur, ce narrateur exprime largement les idées de Karamzine lui-même, et son appétence pour des valeurs morales positives, dont les Lettres sont une sorte de quête88. Apôtre des Lumières, Karamzine croit que la diffusion du savoir et le développement des sciences et des arts servent à l’amélioration morale des hommes89, unique lieu de son désaccord avec Rousseau. Cet effort perpétuel de l’homme vers le bien apparaît dans sa capacité à éprouver l’amour, dont les Lettres mettent en scène les différentes variantes, de l’amitié au désir et à la philanthropie90. Philanthrope, Karamzine est universaliste. Toutes les cultures l’intéressent, toutes sont dignes. C’est pour cela qu’il révèle les richesses des cultures étrangères aux lecteurs russes. Ceci lui permet en retour d’affirmer la dignité de la culture russe. De fait, le voyageur se présente toujours comme Russe dans les pays européens traversés, flattant ainsi le sentiment national naissant en montrant aux lecteurs russes un narrateur digne interlocuteur des sommités intellectuelles de l’Europe occidentale91, voire parfois leur professeur, lorsqu’il corrige leurs opinions erronées sur la Russie92. Cette dignité du narrateur vient de la parfaite aisance avec laquelle il s’intègre dans toutes les sociétés traversées. Par là, il affirme que le Russe est un Européen au même titre que les autres, dépassant le complexe d’infériorité que les Russes nourrissaient jusque-là vis-à-vis de l’Occident93.

4. Réception et postérité des Lettres d’un voyageur russe

  • 94 Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, op. cit., p. 68.
  • 95 Anderson R. B., « Karamzin’s Letters of a Russian Traveller : An Education in Western Sentimentalis (...)
  • 96 Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, op. cit., p. 87-88. S. Dicki (...)
  • 97 Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, op. cit., p. 66.
  • 98 Ibid.
  • 99 Cité par Kochetkova N., Nikolay Karamzin, op. cit., p. 61.
  • 100 Ibid.
  • 101 Cité par Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, op. cit., p. 89.
  • 102 Sur le style de Karamzin et la réforme linguistique qu’il mena, cf. Skipina K., « O čuvstvitel’noj (...)
  • 103 L’enthousiasme déchaîné par l’esthétique sentimentaliste et le style de Karamzin suscita évidemment (...)
  • 104 Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, op. cit., p. 92.
  • 105 Ibid., p. 93-94. Sur la reception des Lettres en Allemagne, cf. Zigengeist G., « Miszellen zur früh (...)

18Les Lettres jouirent d’un grand succès94. Bible du sentimentalisme russe, elles imposèrent durablement ses valeurs idéologiques95 et sa norme esthétique, avec son culte de la sensibilité et du cœur, hérité de Rousseau, Sterne et Goethe, et son goût caractéristique des larmes et de la mélancolie96. Son narrateur idéal, ensuite, fixa des modèles de comportement que les jeunes Russes, notamment au cours de leurs voyages à l’étranger, pourraient désormais imiter97. Enfin, les Lettres fixèrent le modèle stylistique de la cadence et de la phraséologie sentimentaliste98. Or, les contemporains fêtèrent l’œuvre pour cette raison là également. Ils furent pour beaucoup enthousiasmés par le style de Karamzine, comme en témoignent les réactions de lecteurs – parfois eux-mêmes écrivains – aussi divers que le dramaturge Yakov Kniajnine (1742-1791), le maçon Ivan Lopoukhine (1756-1816), ou le mémorialiste Andreï Bolotov (1738-1833). Le premier déclara ainsi que « le jeune Karamzine [créait] un style nouveau, clair et vivant, et ouvrait une nouvelle voie dans la littérature russe99 ». Le second se plaignit dans la préface d’une de ses œuvres de ne pouvoir rivaliser avec le « nouveau et splendide style du jeune voyageur100 ». Quant au troisième, il vanta « la douceur, et particulièrement l’attrait, caractéristiques de tous ses écrits et de sa langue101 ». Par sa recherche de la clarté et de la simplicité d’expression, Karamzine, en s’appuyant notamment sur l’exemple donné par le français et sa syntaxe, avait réussi à donner une langue véritablement élégante102, à la satisfaction de – presque – tous103. Ces qualités de style firent des Lettres la « première œuvre russe longue et en prose dont la lecture fut véritablement agréable104 ». À ce titre, elle devint de même la première œuvre russe en prose à retenir l’attention du public occidental, grâce aux traductions allemande de J. G. Richter (1799-1802), et anglaise d’A. A. Feldborg (1803)105.

  • 106 Tosi A., Waiting for Pushkin. Russian Fiction in the Reign of Alexander I (1801-1825), Amsterdam-Ne (...)
  • 107 Tosi A., Waiting for Pushkin. Russian Fiction in the Reign of Alexander I (1801-1825), op. cit., p. (...)
  • 108 Ibid., p. 284.
  • 109 Ibid., p. 277-279.
  • 110 Ibid., p. 275-276.
  • 111 Ibid., p. 283-284.
  • 112 Ibid., p. 277.
  • 113 Ibid., p. 279-280.
  • 114 Ibid., p. 285-295.

19Le succès rencontré par les Lettres fut durable. De fait, l’œuvre de Karamzine conserva une importance de tout premier ordre quasiment jusqu’à la fin du règne d’Alexandre Ier, c’est-à-dire jusqu’au milieu des années 1820106. La mode des récits de voyage que le texte avait largement contribué à lancer s’exprima dans un double mouvement. D’une part dans la publication d’une revue spécialisée, intitulée Le Journal des voyages modernes (Žurnal novejših putešestvij) et éditée en 1809 par N. Gretch et F. Schreder107. D’autre part dans l’apparition de nombreux textes épigoniques à la charnière des deux siècles. On peut ainsi citer le Voyage en Crimée et Bessarabie en l’an 1799 de Piotr Soumarokov (1800)108, le Voyage dans la Russie méridionale en 1799 de Vladimir Izmaïlov (1802)109, le Voyage à Kazan, Viatka et Orenbourg en 1800 de Maxime Nevzorov (1803)110, les Lettres de Londres de Piotr Makarov (1803-1804)111, ou encore le Voyage en Petite Russie et le Voyage à Kronstadt de Piotr Chalikov (1805)112. Cette floraison de récits de voyage se fit selon deux directions. Certains auteurs outrèrent la dimension sentimentaliste subjective des Lettres de Karamzine, au point d’y négliger presque entièrement la description des lieux traversés, au seul profit de la description des émotions du narrateur. Le cas le plus extrême de cette évolution du modèle est donné par les Lettres de Skimnin de Pavel Lvov (1813)113. D’autres, à l’inverse, tentèrent d’augmenter la part, dans le modèle karamzinien, de l’objectivité documentaire empruntée aux guides de voyages, pour donner aux lecteurs des informations utiles sur la géographie des régions visitées. C’est le cas, par exemple, du Voyage en Crimée de Piotr Soumarokov cité plus haut, ou du Voyage en Saxe, Autriche et Italie en 1800, 1801 et 1802 de Fedor Loubianovski (1805)114.

  • 115 Ibid., p. 280-283.
  • 116 Dickinson S., Breaking Ground, op. cit., p. 123.

20Si la norme sentimentaliste exemplifiée par les Lettres de Karamzine s’était imposée comme l’esthétique dominante dans les années 1790 et conserva cette position jusqu’aux années 1810, nombreux étaient cependant ceux qui ne l’acceptaient pas. Ce rejet grandit à mesure que les épigones de Karamzine outrèrent le modèle qu’il avait instauré. Pour ces raisons, le début du xixe siècle vit la publication, en même temps que des imitations tout juste évoquées, de nombreuses parodies des Lettres. Les plus intéressantes, étudiées par Alessandra Tosi, sont l’anonyme Voyage de mon cousin dans ses poches (1803), Mon voyage, ou aventures d’une journée de Nikolaï Broussilov (1803), ou le Voyage sentimental le long de la perspective Nevski (1820) de Pavel Yakovlev, écrivain réputé pour ses parodies de Karamzine115. Comme on le voit, ces hypertextes des Lettres en dénudent toujours la matrice en modifiant à la baisse une des deux données principales du récit de voyage : sa durée diégétique ou son amplitude géographique. Comme l’a montré Sara Dickinson, cette réduction hypertextuelle trahit cependant la médiation d’une œuvre tierce, le Voyage autour de ma chambre (1794) de Xavier de Maistre, traduit en russe en 1802116.

  • 117 Kochetkova N. D., Nikolay Karamzin, op. cit., p. 74. Sur cet aspect, cf. Également Anderson R. B., (...)
  • 118 Belinskij V. G., Sočinenija Aleksandra Puškina [Les œuvres d’Aleksandr Puškin], dans Polnoe sobrani (...)

21Adorées ou moquées, les Lettres de Karamzine ne laissaient donc personne indifférent. Véritable « encyclopédie de la vie européenne117 » pour les lecteurs russes, comme Eugène Onéguine de Pouchkine serait plus tard considéré comme une « encyclopédie de la vie russe118 », elles dessinèrent la matrice du voyage en Europe qu’imiterait toute une génération. Cette matrice fournissait aussi bien une manière de voyager qu’un itinéraire. Et cet itinéraire passait par Strasbourg.

Notes

1 Serman I., « Le mouvement littéraire et la vie littéraire au xviie siècle », dans Etkind E., Nivat G., Serman I., Strada V., dir., Histoire de la littérature russe. Des origines aux Lumières, Paris, Fayard, 1992, p. 211-254.

2 Les dates données entre parenthèses suivant les noms de monarques sont, ici comme plus loin, les dates de leur règne.

3 Liechtenhan F.-D., Elisabeth Ire de Russie. L’autre impératrice, Paris, Fayard, 2007, p. 248-258.

4 Les ouvrages et articles sur l’influence de la culture française en Russie au xviiie siècle sont innombrables. Citons, parmi les plus connus, Veselovskij A. N., Zapadnoe vlijanie v novoj russkoj literature [L’influence occidentale dans la littérature russe moderne], Moscou, A. Gacuk, 1883 ; Larivière C. de,, La France et la Russie au xviiie siècle, Genève, Slatkine, 1970, (« Slatkine Reprints ») (1re éd., Paris, H. Le Soudier, 1909) ; Haumant E., La culture française en Russie (1700-1900), Paris, Hachette, 1910 ; Russkaja kul’tura i Francija [La Culture russe et la France], dans Literaturnoe nasledstvo [L’Héritage littéraire], tomes 29-30, 1937 et tomes 33-34, 1939 ; La France et la Russie au Siècle des Lumières, Paris, Association française d’action artistique, 1986 ; Poussou J.-P., Mézin A. et Gentil Y.-P., dir., L’influence française en Russie au xviiie siècle, Paris, IES-PUPS, 2004. Pour l’aspect linguistique de cette influence, cf. Smith M., The Influence of French on Eighteenth-Century Literary Russian. Semantic and Phraseological Calques, Oxford-Bern-Berlin-Bruxelles-Frankfurt am Main-New-York-Wien, Peter Lang, 2006.

5 Sur la critique de la gallomanie on consultera Borodin S., « Gallofobija v našej literature prošlogo veka » [« La gallophobie dans notre littérature au siècle dernier »], Nabljudatel’ [L’Observateur], vol. 10, no 1, 1887, p. 70-85 et vol. 11, no 1, 1887, p. 303-316 ; cette lutte contre la gallomanie joua évidemment un rôle important dans l’affirmation de l’identité nationale russe. Sur ce sujet, cf. Rogger H., National Consciousness in Eighteenth-Century Russia, Cambridge, Harvard University Press, 1960, p. 45-52 ; les deux écrivains russes qui se moquèrent le plus âprement de la gallomanie de leurs compatriotes furent Nikolaj Novikov et Denis Fonvizin. Sur ce thème dans leur œuvre respectif, cf. Monnier A., Nicolas Novikov : un publiciste frondeur sous Catherine II, Paris, IES, 1981, p. 207-210 et Strycek A., La Russie des Lumières. Denis Fonvizine, Paris, Librairie des Cinq continents, 1976, p. 148-149 et, plus généralement, tout le chapitre sur la comédie le Brigadier, p. 148-175.

6 Serman I., « Les voies de l’européanisation », dans Histoire de la littérature russe. Des origines aux Lumières, op. cit., p. 340.

7 Ibid., p. 345.

8 Chichkine A., « Vassili Trédiakovski (1703-1768) », dans Etkind E., Nivat G., Serman I., Strada V., dir., Histoire de la littérature russe. Des origines aux Lumières, op. cit., p. 379.

9 C’est l’argument mis en avant par Vasilij Trediakovskij dans la préface à sa traduction du roman de Paul Tallemant Le voyage de l’isle d’amour : « La langue slavonne nous est devenue en ce siècle très obscure, et beaucoup ne la comprennent pas lorsqu’ils la lisent. Or ce livre traite d’amour tendre, aussi doit-il être intelligible au plus grand nombre ». Dans Ezda v ostrov ljubvi [Le voyage de l’isle d’amour, 1730], préface du traducteur [predislovie perevodčika]. Cité dans Sipovskij V., Iz istorii russkago romana i povesti [Sur l’histoire du roman et de la nouvelle russes], Saint-Pétersbourg, Otdelenie Imperatorskoj Akademii Nauk, 1903, p. 159.

10 Sur cette traduction, voir l’article de Ju. Lotman, « Ezda v ostrov ljubvi Trediakovskogo i funkcija perevodnoj literatury в russkoj kul’ture pervoj poloviny xviii veka » [« Le Voyage de l’isle d’amour de Trediakovskij et la fonction de la littérature traduite dans la culture russe de la première moitié du xviiie siècle »], dans Problemy izučenija kul’turnogo nasledija [Problèmes de l’étude de l’héritage culturel], Moscou, 1985, p. 222-230 et celui de V. N. Toporov, « U istokov russkogo poètičeskogo perevoda (“Ezda v ostrov ljubvi” Trediakovskogo i “Le voyage de l’isle d’Amour” Talemana) » [« Aux sources de la traduction poétique russe » (“Ezda v ostrov ljubvi” de Trediakovskij et “Le voyage de l’isle d’Amour” de Tallemant)], dans Iz istorii russkoj kul’tury, tom IV (xviii – načalo xix veka), [Aspects de l’histoire de la culture russe, tome IV (xviiie-début du xixe siècle], Moscou, Škola « Jazyki russkoj kul’tury », p. 589-635.

11 Serman I. Z., Russkij klassicizm. Poezija, drama, satira [Le Classicisme russe. La poésie, le drame, la satire], Leningrad, Nauka, 1973, p. 112-113 ; Serman cite dans son ouvrage une lettre de janvier 1731 de Trediakovskij à Johann Daniel Schumacher, dans laquelle l’écrivain écrit qu’on reproche à son roman de pervertir la jeunesse. Cette lettre a été publiée dans Pis’ma russkih pisatelej xviii veka [Lettres d’écrivains russes du xviiie siècle], sous la direction de G. M. Makogonenko, Leningrad, Nauka, 1980, p. 45.

12 Cross A. G., dir., Russian Literature in the Age of Catherine the Great, Oxford, Meeuws, 1976, p. 186-192.

13 Kopanev N. A., « Rasprostranenie francuzskoj knigi v Moskve v seredine xviii v. » [« La diffusion du livre français à Moscou au milieu du xviiie siècle »] dans Lupov S. P., dir., Francuzskaja kniga v Rossii v xviii veke : očerki istorii [Le livre français en Russie au xviiie siècle. Essais d’histoire], Leningrad, Nauka, 1986, p. 59-172.

14 Sur les premiers romans russes, cf. Baudin R., Formation et poétique du roman russe au xviiie siècle. Le système romanesque des années 1760, thèse de doctorat d’études slaves, Université de Paris Sorbonne, 2002 (inédit). Le contenu de la thèse est résumé dans Baudin R., « Formation et poétique du roman russe au xviiie siècle. Le système romanesque des années 1760 », Revue des Études slaves, vol. 74, no 2-3, 2002-2003, p. 595-597.

15 Sur le style d’Emin, cf. Garretson D. A., Compound Words in the Prose of F. A. Emin : An historical study, Dissertation Abstracts International, vol. 36, no 4, Ann Arbor, Mi., 1975, p. 2176-A.

16 Sur le style de la prose narrative de Čulkov, on consultera I. A. Valentinova, Leksika hudožestvennoj prozy M. D. Čulkova [Le lexique de la prose fictionnelle de M. D. Čulkov], avtoreferat disertacii na soiskanie učenoj stepeni kandidata filologičeskih nauk, Tchita, 1959 ; sur l’emploi des proverbes par Čulkov dans sa prose, cf. Babykova R., « Functions of Proverbs in Mixail Čulkov’s Novel, The Comely Cook, or the Adventures of a Debauched Woman », Mc Kenna K., éd., dans Proverbs in Russian Literature : From Catherine the Great to Alexander Solzhenitsyn, The University of Vermont, 1998.

17 Sur le style de Heraskov, cf. Naryškina L. N., Romany M. M. Heraskova [Les romans de M. M. Heraskov], avtoreferat disertacii na soiskanie učenoj stepeni kandidata filologičeskih nauk, Leningrad, Leningradskij Gosudarstvennyj Pedagogičeskij Institut imeni A. I. Gercena, 1978.

18 Kochetkova N. D., Nikolay Karamzin, Boston, Twayne Publishers, (“TWAS”, 250), 1975, p. 18.

19 Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, Carbonsdalle and Edwardsville, Southern Illinois University Press, 1971, p. 1.

20 Karamzin N. M., Rycar’ našego vremeni [Un chevalier de notre temps], dans Izbrannye sočinenija v dvuh tomah [Œuvres choisies en deux volumes], édition de P. N. Berkov et G. P. Makogonenko, Moscou-Leningrad, Hudožestvennaja literatura, 1964, tome 1, chapitre VI, p. 764-766. Sur cette œuvre, voir Krasnoščeckova E., « Bildungsroman na russkoj počve (“Rycar’ našego vremeni” N. M. Karamzina) » [« Le Bildungsroman en terrain russe (“Un chevalier de notre temps” de N. M. Karamzin) »], Russkaja literatura [Littérature russe], no 1, 2002, p. 3-21.

21 Rousseau J.-J., Les confessions, Livre premier, dans Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1959, (« Pléiade »), p. 8.

22 Sur Karamzine et Rousseau, voir les travaux suivants : Baye, baron de, Girardin, marquis de, Karamzine et Jean-Jacques Rousseau, Paris, Henri Leclerc, 1912 ; Gorbatov I., La formation du concept de sentimentalisme dans la littérature russe : l’influence de J.-J. Rousseau sur l’œuvre de N. M. Karamzine, New-York – Bern – Frankfurt am Main, Peter Lang, 1991, (« American University Studies. Series 3, Comparative Literature », 39) ; Barran T., Russia reads Rousseau, 1762-1825, Evanston, Northwestern University Press, 2002, p. 195-222.

23 Sur N. Novikov, voir Monnier A., Nicolas Novikov : un publiciste frondeur sous Catherine II, op. cit. ; Ibid., « Nikolaï Novikov (1744-1818) », dans Etkind E., Nivat G., Serman I., Strada V., dir., Histoire de la Littérature russe. Des origines aux Lumières, op. cit., p. 524-532 ; Jones W. G., Nikolay Novikov, Enlightener of Russia, Cambridge - N.-Y., Cambridge UP, 1984.

24 Sur le cercle maçonnique de Novikov, cf. Faggionato R., A Rosicrucian Utopia in Eighteenth-Century Russia. The Massonic Circle of N. I. Novikov, Dordrecht, Springer, 2004, (“International Archives of the History of Ideas”, 190) ; Kočetkova N. D., « Kružok N. I. Novikova kak javlenie russkoj kul’tury » [« Le cercle de N. I. Novikov comme phénomène de la culture russe »], Russkaja literatura [Littérature russe], no 1, 2008, p. 170-180.

25 Kochetkova N., Nikolay Karamzin, op. cit., p. 20.

26 Ibid., p. 21.

27 Sur cette traduction, cf. Kafanova O. B., « “Julij Cezar’” Šekspira v perevode N. M. Karamzina » [« Jules César de Shakespeare dans la traduction de N. M. Karamzin »], Russkaja literatura [Littérature russe], no 2, 1983, p. 158-163.

28 Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, op. cit., p. 17.

29 Kochetkova N., Nikolay Karamzin, op. cit., p. 24.

30 Cross A., « Nikolaï Karamzine (1766-1826) », dans Etkind E., Nivat G., Serman I., Strada V., dir., Histoire de la littérature russe. Le xixe siècle : l’époque de Pouchkine et de Gogol, Paris, Fayard, 1996, p. 32.

31 Berelowitch W., « Les récits des voyageurs russes en France dans la seconde moitié du xviiie siècle », dans Dulac G., dir., La culture française et les archives russes. Une image de l’Europe au xviiie siècle, Ferney-Voltaire, CIEXVIIIS, 2004, p. 8.

32 Dickinson S., Breaking Ground. Travel and National Culture in Russia from Peter I to the Era of Pushkin, Amsterdam-New-York, Rodopi, 2006, (“Studies in Slavic Literature and Poetics”, 45), p. 13. W. Berelowitch a cependant noté que, même si l’essor des voyages semblait concomitant à « l’affranchissement » de la noblesse de son obligation de service, le séjour à l’étranger participait autant, voire plus, de l’élaboration de stratégies de développement professionnel que du développement des loisirs en Russie. Le voyage confère en effet à celui qui l’a fait des compétences dignes d’être exploitées lors d’une carrière dans les cercles dirigeants du pays. Cf. Berelowitch W., « La France dans le “Grand Tour” des nobles russes au cours de la seconde moitié du xviiie siècle », Cahiers du Monde russe et soviétique, vol. 34, no 1-2, 1993, p. 194, 196.

33 Berelowitch W., « La France dans le “Grand Tour” des nobles russes au cours de la seconde moitié du xviiie siècle », op. cit., p. 194.

34 Sur les Russes dans le « Grand Tour », voir Berelowitch W., « La France dans le “Grand Tour” des nobles russes au cours de la seconde moitié du xviiie siècle », op. cit., p. 193-210 ; Ibid., « Les récits des voyageurs russes en France dans la seconde moitié du xviiie siècle », op. cit., p. 7-14.

35 Berelowitch W., « La France dans le “Grand Tour” des nobles russes au cours de la seconde moitié du xviiie siècle », op. cit., p. 195.

36 Ibid., p. 198.

37 Ibid., p. 194. Cf. également Dickinson S., Breaking Ground, op. cit., p. 27, 37.

38 Mohrenschildt D. von, Russia in the Intellectual Life of Eighteenth-Century France, New-York, Farrard, Straus and Giroux, 1972, p. 37. Sur l’attractivité de Paris sur les voyageurs russes, voir également Berelowitch W., « La France dans le “Grand Tour” des nobles russes au cours de la seconde moitié du xviiie siècle », op. cit., p. 196-197 et 201-203.

39 Berelowitch W., « La France dans le “Grand Tour” des nobles russes au cours de la seconde moitié du xviiie siècle », op. cit., p. 194. Sur les voyageurs russes en France, on consultera également Niqueux M., « La France et les Français vus par les voyageurs russes (xviiie-xixe siècles) », La Revue russe, no 6, 1994, p. 59-69.

40 Breuillard J., N. M. Karamzin et la formation de la langue littéraire russe, op. cit., p. 13. Pour une opinion contraire, cf. Kleespies I., “East West Home is Best : the Grand Tour in D. I. Fonvizin’s Pis’ma iz Francii and N. M. Karamzin’s Pis’ma russkogo putešestvennika”, Russian Literature, vol. 52, no 1-3, 2002, p. 251-269. L’article d’I. Kleespies est toutefois peu convaincant. La définition du « Grand Tour » utilisée par l’auteur, purement littéraire et libérée de toute référence historique et sociologique, est en effet trop large pour être réellement pertinente.

41 Certes, comme l’écrit Sara Dickinson, la pratique du « Grand Tour » tend à se démocratiser à mesure qu’elle se développe. Gagnant la bourgeoisie en Europe occidentale, elle gagne la moyenne noblesse en Russie. Cf. Dickinson S., Breaking Ground, op. cit., p. 44. D’autre part, comme on le verra plus loin, il est possible que Karamzin, qui vendit des biens pour financer son voyage, ait joui également pour ce projet du soutien financier des maçons de Moscou.

42 Dickinson S., Breaking Ground, op. cit., p. 113.

43 On peut voir dans cette recherche de la compagnie des grands hommes l’expression d’une recherche de guides spirituels. Cette pratique était courante dans les voyages effectués par les francs-maçons, comme l’a noté S. Dickinson, Breaking Ground, op. cit., p. 60.

44 Sur Karamzin et A. I. Pleščeeva, cf. Krestova L. V., « A. I. Plečšeeva v žizni i tvorčestve Karamzina » [« A. I. Pleščeeva dans la vie et l’œuvre de Karamzin »], xviii vek [xviiie siècle], no 10, Leningrad, Nauka, 1975, p. 265-270.

45 Lettre d’A. M. Kutuzov à A. I. Pleščeeva, Berlin, 4/15 mars 1791, citée dans Barskov Ja. L., éd., Perepiska moskovskih masonov xviii-go veka [La correspondance des maçons moscovites du xviiie siècle], Petrograd, Imperatorskaja akademija nauk, 1915, p. 99.

46 Cité par Antoine Berman dans « Bildung et Bildungsroman », Le Temps de la réflexion, IV, Paris, Gallimard, 1983, p. 148. A. Kojten a noté la ressemblance du voyage karamzinien et du bildungreise allemand. Cf. Kojten A., “Nemeckij pisatel’ Karamzin” [“Karamzin écrivain allemand”], Novoe Literaturnoe obozrenie [Le Nouveau panorama littéraire], no 60, 2003, p. 96-105. E. Krasnoščekova, suivant la même idée, va jusqu’à définir les Lettres d’un voyageur russe comme bildungsroman. Cf. Krasnoščekova E. A., « Pis’ma russkogo putešestvennika. Problematika žanra (N. M. Karamzin i Lorens Stern) » [« Les lettres d’un voyageur russe. La problématique du genre (N. M. Karamzin et Laurence Sterne »], Russkaja literatura [Littérature russe], no 2, 2003, p. 3-18.

47 Breuillard J., « Le voyage philosophique de Nikolaj Karamzin », Cahiers slaves, no 10, 2008, p. 153. Sur ce problème, cf. également Cf. Krasnoščekova E. A., « Pis’ma russkogo putešestvennika. Problematika žanra (N. M. Karamzin i Lorens Stern) » [« Les lettres d’un voyageur russe. La problématique du genre (N. M. Karamzin et Laurence Sterne) »], op. cit., p. 17.

48 La pratique du récit de voyage se développa d’abord comme pratique parascolaire. Elle était en effet souvent imposée aux jeunes voyageurs nobles par leurs parents, qui les invitaient à rédiger un journal de leur périple, ou à leur écrire pour le raconter. Comme le note W. Berelowitch : « Les pères ou mères attentifs ne manquent pas d’exiger de leurs rejetons que ceux-ci rédigent un journal de leur périple : ainsi peuvent-ils vérifier que le temps de leurs enfants et leur propre argent n’ont pas été dépensés en vain. Surtout il s’agit pour leur fils d’une occasion de prouver ses progrès, de montrer l’aisance de son style, son sens de l’observation, les connaissances qu’il a su retirer de la contemplation des monuments et institutions visités. » Cf. « La France dans le “Grand Tour” des nobles russes au cours de la seconde moitié du xviiie siècle », op. cit., p. 199.

49 Berelowitch W., « Les récits des voyageurs russes en France dans la seconde moitié du xviiie siècle », op. cit., p. 9.

50 Les récits de voyage rédigés par les Russes que Pierre le Grand envoyait se former à l’étranger devaient contenir des informations sur les sujets qui intéressaient le tsar, conformément à un cahier des charges dressé par le souverain. Cf. Dickinson S., Breaking Ground, op. cit., p. 33.

51 Sur la réception de Sterne en Russie au xviiie siècle, on consultera Maslov V. V., « Interes k Sternu v russkoj literature konca xviii i načala xix vv. » [« L’intérêt pour Sterne dans la littérature russe de la fin du xviiie et du début du xixe siècle »], dans Istoriko-literaturnyj sbornik. Posvjaščaetsja V. I. Sreznevskomu [Recueil historico-littéraire en l’honneur de V. I. Sreznevski], Leningrad, 1924, p. 339-376 ; Landor M., “Sterne in Russia”, Soviet Literature, 1968, no 4, p. 170-176 ; Stewart N., « From Imperial Court to Peasant’s Cot : Sterne in Russia », dans Voogd P. de, Neubauer J., dir., The Reception of Laurence Sterne in Europe, London-New-York, Continuum International Publishing, 2008 (1re éd., 2004), p. 127-153.

52 Une exception, toutefois, est représentée par les récits de voyage rédigés par des francs-maçons. Concomittants au développement du récit sensible inspiré de Sterne, ils apparaissent néanmoins également comme l’expression écrite de véritables quêtes formatrices et, partant, purificatrices. Cf. Dickinson S., Breaking Ground, op. cit., p. 59-60.

53 Outre ces deux formes, W. Berelowitch cite celle, non concomittante, des mémoires. Cf. « Les récits des voyageurs russes en France dans la seconde moitié du xviiie siècle », op. cit., p. 11.

54 Sur les voyages de Denis Fonvizin, cf. Fonvizine D., Lettres de France (1777-1778), traduites du russe et commentées par Henri Grosse, Jacques Proust et Piotr Zaborov, préface de Wladimir Berelowitch, Paris, CNRS Editions – Oxford, Voltaire Foundation, 1995, (« Archives de l’Est ») ; Serman I. Z., « Pis’ma D. I. Fonvizina k P. I. Paninu iz Francii : problema žanra » [« Les lettres de France de D. I. Fonvizin à P. I. Panin : le problème du genre »], Oxford Slavonic Papers, no 21, 1988, p. 105-119 ; sur ceux de la princesse Daškova, on consultera S. Dickinson, Breaking Ground, op. cit., p. 40-45. Sur ses voyages en Angleterre et en Ecosse, on consultera également A. G. Cross, « Poezdki knjagini E. R. Daškovoj v Velikobritaniju (1770 i 1776-1780) i ee “Nebol’šoe putešestvie v Gornuju Šotlandiju” (1777) » [« Les voyages de la princesse Daškov en Grande-Bretagne (1770 et 1776-1780) et son “Petit tour dans les Highlands” (1777) »], xviii vek [xviiie siècle], no 19, Saint-Pétersbourg, Nauka, 1995, p. 223-238.

55 Lotman Ju. M., Uspenskij B. A., « Pis’ma russkogo putešestvennika Karamzina i ih mesto v razvitii russkoj kul’tury » [« Les Lettres d’un voyageur russe de Karamzin et leur rôle dans le développement de la culture russe »], dans Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe],, op. cit., p. 534 ; Gellerman S., « Karamzine à Genève : notes sur quelques documents d’archives concernant les Lettres d’un voyageur russe », op. cit., p. 86.

56 Gellerman S., « Karamzine à Genève : notes sur quelques documents d’archives concernant les Lettres d’un voyageur russe », op. cit., p. 74 ; Dickinson S., Breaking Ground, op. cit., p. 108.

57 Sur l’histoire de l’édition des Lettres, cf. Marčenko N. A., « Istorija teksta « pisem russkogo putešestvennika » [« Histoire du texte des Lettres d’un voyageur russe »], op. cit., p. 607-612 ; En utilisant son expérience du voyage en Europe pour lancer sa carrière littéraire, Karamzin détournait la fonction sociologique assignée au voyage européen – notamment au « Grand Tour » – par la culture aristocratique russe du xviiie siècle. Cf. Dickinson, Breaking Ground, op. cit., p. 113.

58 Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, op. cit., p. 68.

59 Sipovskij V. V., N. M. Karamzin, avtor « Pisem russkogo putešestvennika » [N. M. Karamzin, auteur des « Lettres d’un voyageur russe »], dans Zapiski istoriko-filologičeskago fakul’teta imperatorskago sankt-peterburgskago universiteta [Cahiers de la faculté de philologie historique de l’Université impériale de Saint-Pétersbourg], vol. 49, 1899, p. 244-331.

60 Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 28.

61 Ibid.

62 Štorm G. P., « Novoe o Puškine i Karamzine » [« Du nouveau sur Puškin et Karamzin »], Izvestija Akademii Nauk SSSR, Otdelenie literatury i jazyka [Nouvelles de l’Académie des Sciences de l’URSS, section de littérature et langue], vol. 19, no 2, 1960, p. 148-151. L’affirmation de G. P. Štorm, fondée sur une découverte d’archive, a de quoi étonner. Il paraît en effet étrange de passer par Moscou lorsqu’on rentre d’Europe en Russie par bateau. Toutefois, c’est bien de Karamzin que parle le registre de police trouvé par le chercheur. Celui-ci en conclut que Karamzin a dû débarquer à Memel, et passer par Polanga, Vilna et Smolensk.

63 Cette incongruité géographique a été notée par Jurij Lotman dans les notes de son édition des Lettres. Cf. Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., p. 669, note de la page 328.

64 Kočetkova N. D., article « Karamzin », dans Slovar’ russkih pisatelej xviii veka [Dictionnaire des écrivains russes du xviiie siècle], tome 2, Saint-Pétersbourg, Nauka, 1999 : « Pour certains (S. I. Gamaleja, F. N. Glinka), Karamzin suivit un itinéraire arrêté par les maçons de Moscou et voyagea à leurs frais. Cependant, lors de l’enquête sur Novikov, il fut établi qu’il avait effectué son voyage librement, et l’avait payé de ses deniers. C’est ce que rapporte M. A. Dmitriev. » (C’est moi qui traduis – R. B.). Pour le témoignage de F. N. Glinka, cf. Štorm G. P., « Novoe o Puškine i Karamzine » [« Du nouveau sur Puškin et Karamzin »], op. cit., p. 150-151.

65 Cf., par exemple, Breuillard J., « Le voyage philosophique de Nikolaj Karamzin », op. cit., p. 146.

66 Sur le procès de Novikov en 1792, voir Longinov M. N., Novikov i moskovskie martinisty [Novikov et les martinistes de Moscou], Sankt-Peterburg, Lan’-SPGU, 2000 (1re éd., Moscou, 1867), p. 336-364, et MacArthur G. H., « Catherine and the Masonic Circle of N. I. Novikov », Canadian Slavic Studies, vol. 4, no 3, 1970, p. 529-546. Traitant d’abord la franc-maçonnerie par la raillerie, Catherine s’en méfia de plus en plus avec le temps, la soupçonnant de comploter contre elle l’avènement de son fils Pavel Petrovič et d’entretenir des relations avec la Cour de Prusse. L’effroi causé à l’impératrice par la Révolution française ne fit qu’augmenter sa méfiance pour une organisation dont une des caractéristiques était le secret.

67 Karamzin N. M., « Lettre au Spectateur sur la littérature russe », Le Spectateur du Nord, Journal politique, littéraire et moral, Hambourg, no 10, octobre 1797. Reproduit en annexe dans Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., p. 458.

68 Nebel H., N. M. Karamzin. A Russian Sentimentalist, Paris-The Hague, Mouton, 1967, (“Slavic Printings and Reprintings”), p. 154. La distinction entre voyage informatif et voyage intérieur à été établie par Tat’jana Roboli. Cf. Roboli T., « Literatura “putešestvij” » [« La littérature de “voyage” »], dans Ejhenbaum B., Tynjanov Ju., dir., Russkaja proza [La prose russe], Leningrad, Akademija, 1926, p. 48. Pratique, cette distinction ne doit pas cacher le fait que le texte de Dupaty a lui aussi une dimension sentimentale, certes moins exacerbée que chez Sterne.

69 Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, op. cit., p. 66.

70 Denis Fonvizin avait fait la même chose avant lui, en s’inspirant, pour son tableau de Paris, des Considérations sur les mœurs de ce siècle de Duclos. Sur ce sujet, voir Dickinson S., Breaking Ground, op. cit., p. 49.

71 Sipovskij V. V., N. M. Karamzin, avtor « Pisem russkogo putešestvennika [N. M. Karamzin, auteur des « Lettres d’un voyageur russe »], op. cit., p. 244-331. Parmi les écrivains utilisés par Karamzin et identifiés par Sipovskij, citons K. Ph. Moritz, J. Moore, L.-S. Mercier, G. F. P. de Saint-Foix, J.-A. Dulaure, H. B. de Saussure, W. Coxe, J. W. Archenholz, F. Nicolai, C. M. J.-B. M. Dupaty, J. B. Tavernier, F. Levaillant, P. Lucas, J. Chardin, J.-R. Sinner, ou encore F. Rostopčin. Aux ouvrages de ces écrivains-voyageurs, il faut ajouter quelques guides touristiques anonymes, notamment sur l’Angleterre, également identifiés par Sipovskij.

72 Nebel H., N. M. Karamzin. A Russian Sentimentalist, op. cit., p. 164-165.

73 Ibid., p. 157-158. Sur Sterne et Karamzin, cf. Kanunova F. Z., « Karamzin i Stern » [« Karamzin et Sterne »], xviii vek [xviiie siècle], no 10, Leningrad, Nauka, 1975, p. 258-264 ; Krasnoščekova E. A., « Pis’ma russkogo putešestvennika. Problematika žanra (N. M. Karamzin i Lorens Stern) » [« Les lettres d’un voyageur russe. La problématique du genre (N. M. Karamzin et Laurence Sterne »], op. cit.

74 Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, op. cit., p. 71.

75 Ibid., p. 71, 72.

76 Ibid., p. 73. Comme l’a noté Jean Breuillard, le récit des Lettres encode la trace de l’évolution philosophique personnelle de Karamzin. Or, cette évolution apparaît inverse à l’itinéraire parcouru par le voyageur russe. En effet, alors que cet itinéraire mène de Koenigsberg à Zurich, l’évolution intellectuelle de l’auteur le mène de Lavater à Kant, c’est à dire « de l’irrationalisme illuministe au rationalisme critique », confirmant son divorce intellectuel avec la franc-maçonnerie. Cf. Breuillard J., « Le voyage philosophique de Nikolaj Karamzin », op. cit., p. 135.

77 Kochetkova N., Nikolay Karamzin, op. cit., p. 62.

78 Anderson R. B., « Karamzin’s Letters of a Russian Traveller : An Education in Western Sentimentalism », dans Black J. L., dir., Essays on Karamzin, The Hague-Paris, Mouton, 1975, (“Slavistic Printings and Reprintings”, 309), p. 37.

79 Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, op. cit., p. 83.

80 Sur cet aspect des Lettres, cf. Serman I. Z., « Kul’tura i svoboda v Pis’mah russkogo putešestvennika N. M. Karamzina » [« Culture et liberté dans les Lettres d’un voyageur russe de N. M. Karamzin »], La Revue russe, no 12, 1997, p. 19-28 ; Kahn A., « Politeness and its discontents in Karamzin’s “Letters of a Russian Traveller” (1797) », dans Renwick J., dir., L’Invitation au voyage : studies in honour of Peter France, Oxford, Voltaire Foundation, 2000, p. 263-271 ; Breuillard J., « Paris et Londres, ou les ambigüités de la modernité, dans les Lettres d’un voyageur russe de Nikolaj Karamzin », Modernités russes, no 3, 2001, p. 225-234 ; Klein J., « Karamzin and the “Art of Living” (Letters of a Russian Traveller) », Study Group on Eighteenth-Century Russia Newsletter, no 36, 2008, p. 19-26.

81 Nebel H., N. M. Karamzin. A Russian Sentimentalist, op. cit., p. 169.

82 Anderson R. B., « Karamzin’s Letters of a Russian Traveller : An Education in Western Sentimentalism », op. cit., p. 27.

83 Cross A., « Nikolaï Karamzine (1766-1826) », op. cit., p. 33.

84 Nebel H., N. M. Karamzin. A Russian Sentimentalist, op. cit., p. 155.

85 Cross A., « Nikolaï Karamzine (1766-1826) », op. cit., p. 33.

86 Selon E. A. Krasnoščekova, ce narrateur subit une évolution : à mesure qu’il effectue son bildungreise, il gagne en maturité. Cf. Krasnoščekova E. A., « Pis’ma russkogo putešestvennika. Problematika žanra (N. M. Karamzin i Lorens Stern) » [« Les lettres d’un voyageur russe. La problématique du genre (N. M. Karamzin et Laurence Sterne »], op. cit., p. 14.

87 Wilson R. K., The Literary Travelogue. A Comparative Study with Special Relevance to Russian Literature from Fonvizin to Pushkin, The Hague, Martinus Nijhoff, 1973, p. 56.

88 Ibid., p. 64.

89 Kochetkova N. D., Nikolay Karamzin, op. cit., p. 71.

90 Wilson R. K., The Literary Travelogue. A Comparative Study with Special Relevance to Russian Literature from Fonvizin to Pushkin, op. cit., p. 65-66.

91 Kochetkova N. D., Nikolay Karamzin, op. cit., p. 72.

92 Dickinson S., Breaking Ground, op. cit., p. 111.

93 Ibid., p. 49. Sara Dickinson a noté à ce propos que la période à laquelle se développe le genre du récit de voyage en Russie correspond exactement au moment où la culture russe commence à vouloir s’affirmer face à l’Occident (Ibid., p. 17). Ingrid Kleespies, quant à elle, va jusqu’à suggérer que les Lettres d’un voyageur russe mettent en scène la déception suscitée par les Occidentaux, de manière à affirmer que les Russes seuls, désormais, incarnent l’idéal du « gentleman éclairé ». Cf. Kleespies I., « East West Home is Best : the Grand Tour in D. I. Fonvizin’s Pis’ma iz Francii and N. M. Karamzin’s Pis’ma russkogo putešestvennika », op. cit., p. 262. Cette déception devant l’altérité permet du reste, comme le note E. Krasnoščekova, la réconciliation avec ce qui est sien, problématique centrale du récit de bildung. Cf. Krasnoščekova E. A., « Pis’ma russkogo putešestvennika. Problematika žanra (N. M. Karamzin i Lorens Stern) » [« Les lettres d’un voyageur russe. La problématique du genre (N. M. Karamzin et Laurence Sterne) »], op. cit., p. 17.

94 Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, op. cit., p. 68.

95 Anderson R. B., « Karamzin’s Letters of a Russian Traveller : An Education in Western Sentimentalism », op. cit., p. 37.

96 Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, op. cit., p. 87-88. S. Dickinson note que les Lettres importèrent en Russie plus largement le système de valeurs de la littérature bourgeoise européenne. Cf. Dickinson S., Breaking Ground, op. cit., p. 119.

97 Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, op. cit., p. 66.

98 Ibid.

99 Cité par Kochetkova N., Nikolay Karamzin, op. cit., p. 61.

100 Ibid.

101 Cité par Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, op. cit., p. 89.

102 Sur le style de Karamzin et la réforme linguistique qu’il mena, cf. Skipina K., « O čuvstvitel’noj povesti » [« À propos de la nouvelle sensible »], dans Russkaja proza [La prose russe], op. cit., p. 13-41 ; Grot Ja. K., « Karamzin v istorii russkogo literaturnogo jazyka. Peresmotr voprosa o načale “novogo sloga” » [« Karamzin dans l’histoire de la langue littéraire russe. Un réexamen de la question du début du “nouveau style” »], dans Trudy [Travaux], tome 2, « filologičeskie razyskanija (1852-1892) » [« recherches philologiques (1852-1892) »] ; Lotman Ju. M., Uspenskij B. A., « Pis’ma russkogo putešestvennika Karamzina i ih mesto v razvitii russkoj kul’tury » [« Les Lettres d’un voyageur russe de Karamzin et leur rôle dans le développement de la culture russe »], op. cit., p. 582-605 ; Breuillard J., N. M. Karamzin et la formation de la langue littéraire russe, op. cit. Sur les conceptions linguistiques de Karamzin, cf. Breuillard J., « Nikolaj Karamzin et la pensée linguistique de son temps », dans Breuillard J., dir., Le sentimentalisme russe, op. cit., p. 759-776. Sur la syntaxe de Karamzin, notamment dans les Lettres d’un voyageur russe, cf. Sauberer G., Die Syntax der « Pis’ma russkogo putešestvennika » von N. M. Karamzin, München, Sagner, 1999.

103 L’enthousiasme déchaîné par l’esthétique sentimentaliste et le style de Karamzin suscita évidemment quelques critiques, notamment parmi les écrivains héritiers du classicisme, qui fustigeaient les outrances sentimentales des Lettres et la proximité de la langue de l’écrivain avec le parler des petits-maîtres des deux capitales, que les comédies et les journaux satiriques des années 1760 avaient tant moqués. Sur la résistance au sentimentalisme, esthétique et stylistique, de Karamzin et de ses émules, cf. Arzumanova M. A., « Russkij sentimentalizm v kritike 90-h godov xviii v. » [« Le sentimentalisme russe dans la critique des années quatre-vingt dix du xviiie siècle »], dans Berkov P. N., Serman I. Z., dir., Russkaja literatura xviii veka. Epoha klassicizma [La littérature russe du xviiie siècle. L’époque du classicisme], Moscou-Leningrad, Nauka, 1964, p. 197-223 ; Lotman Ju. M., Uspenskij B. A., « Pis’ma russkogo putešestvennika Karamzina i ih mesto v razvitii russkoj kul’tury » [« Les Lettres d’un voyageur russe de Karamzin et leur rôle dans le développement de la culture russe »], op. cit., p. 582-605 ; L’installation durable du style sentimentaliste dans la littérature russe provoqua, au début du xixe siècle, la querelle entre les « archaïsants », regroupés autour de l’amiral Šiškov et les « novateurs » défendant les conceptions stylistiques de Karamzin. Sur Šiškov, cf. Garde P., A. S. Šiškov linguiste et écrivain, Thèse de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Université de Paris, 1963, [Aix-en-Provence], 1963.

104 Cross A. G., N. M. Karamzin. A Study of his Literary career 1783-1803, op. cit., p. 92.

105 Ibid., p. 93-94. Sur la reception des Lettres en Allemagne, cf. Zigengeist G., « Miszellen zur frühen deutschen Karamzin-Reception (1799-1803) », Zeitschrift für Slawistik, vol. 36, no 4, 1991, p. 522-534 et Kojten A., « Nemeckij pisatel’ Karamzin » [« Karamzin écrivain allemand »], op. cit. Sur leur réception en Angleterre, cf. Bykova T. A., « Perevody proizvedenij Karamzina na inostrannye jazyki i otkliki na nih v inostrannoj literature » [« Les traductions des œuvres de Karamzin dans les langues étrangères et les échos à ces œuvres dans la littérature étrangère »], xviii vek [xviiie siècle], Deržavin i Karamzin v literaturnom dviženii xviii – načala xix veka [Deržavin et Karamzin dans le contexte de la littérature du xviiie et du début du xixe siècle], no 8, Leningrad, Nauka, 1969, p. 324-342. En Allemagne, la proximité de l’itinéraire décrit par le voyageur karamzinien avec celui du bildungreise effectué par les étudiants allemands à leur sortie de l’université, fit douter que l’auteur des Lettres fut réellement russe. En Angleterre, on moqua le sentimentalisme suranné des Lettres. Dans les deux pays toutefois, on loua, par-delà la barrière linguistique que représente la traduction, les qualités du style de l’auteur.

106 Tosi A., Waiting for Pushkin. Russian Fiction in the Reign of Alexander I (1801-1825), Amsterdam-New-York, Rodopi, 2006, (“Studies in Slavic Literature and Poetics”, 44), p. 275. Sur ce sujet, cf. également S. Dickinson, Breaking Ground, op. cit., p. 107.

107 Tosi A., Waiting for Pushkin. Russian Fiction in the Reign of Alexander I (1801-1825), op. cit., p. 273.

108 Ibid., p. 284.

109 Ibid., p. 277-279.

110 Ibid., p. 275-276.

111 Ibid., p. 283-284.

112 Ibid., p. 277.

113 Ibid., p. 279-280.

114 Ibid., p. 285-295.

115 Ibid., p. 280-283.

116 Dickinson S., Breaking Ground, op. cit., p. 123.

117 Kochetkova N. D., Nikolay Karamzin, op. cit., p. 74. Sur cet aspect, cf. Également Anderson R. B., « Karamzin’s Letters of a Russian Traveller : An Education in Western Sentimentalism », op. cit., p. 22-39 et particulièrement p. 38, où Anderson utilise la même métaphore encyclopédique que N. Kočetkova. Cette métaphore, du reste, remonte visiblement à G. Gukovskij. Cf. Gukovskij G. A., Russkaja literatura xviii veka [La littérature russe du xviiie siècle], Moscou, Aspekt Press, 1999, (« Klassičeskij učebnik »), p. 439. La première édition de l’ouvrage date de 1939.

118 Belinskij V. G., Sočinenija Aleksandra Puškina [Les œuvres d’Aleksandr Puškin], dans Polnoe sobranie sočinenij [Œuvres complètes], tome 7, Moscou, Izdatel’stvo Akademii Nauk SSSR, 1955, p. 503.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Portrait de Karamzine jeune
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Ill. 2 : Frontispice de l’édition des Lettres de 1797
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5573/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540