Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nikolaï Karamzine à Strasbourg

 | 
Rodolphe Baudin

Introduction

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage d’A. Liberman, Nikolaj Mihajlovič Karamzin, Ukazatel’ trudov, literatury o žizni i tvorč (...)
  • 2 Gellerman S., « Karamzine à Genève : notes sur quelques documents d’archives concernant les Lettre (...)
  • 3 Breuillard J., « Karamzin et la France », Slovo, 16 (1995-1996), p. 65-95 ; Ibid., « Paris et Lond (...)
  • 4 Karpova E. V., « “Lionskij èpizod” v “Pis’mah russkogo putešestvennika” N. M. Karamzina » [« L’épi (...)
  • 5 Sur la différence entre les deux, voir Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzi (...)
  • 6 Ici apparaît nettement la différence entre le Karamzin auteur et le narrateur des Lettres. En effe (...)
  • 7 Si Karamzin date précisément la date d’arrivée de son narrateur à Lyon, en indiquant, à côté du ch (...)

1Dans la bibliographie impressionnante consacrée aux Lettres d’un voyageur russe, il semble que peu de cas ait été fait de l’épisode strasbourgeois du périple du narrateur karamzinien1. Certes, cet épisode, qui correspond à la lettre 46 et à l’incipit de la lettre 47, occupe nettement moins de volume dans le texte que le séjour genevois, objet des excellents articles de Svetlana Gellerman et Ilya Serman2, ou que le séjour parisien, qu’ont étudié avec beaucoup de soin le même Ilya Serman ou encore Jean Breuillard3. Il est même plus court que l’épisode lyonnais, étudié très récemment par Elena Karpova4. Cette brièveté s’explique, à première vue, par la brièveté du séjour extradiégétique de l’auteur Karamzine, distinct, comme on le verra, de son narrateur5. Il semble en effet que l’écrivain n’ait passé à Strasbourg que deux nuits et une journée complète. Ce séjour, dès lors, pâlit de la comparaison avec celui fait à Genève, dont la relation occupe les lettres 75 à 86, et qui dura, à en croire le texte, du 2 octobre 1789 au 4 mars 1790. Il pâlit encore un peu plus si on le compare au séjour parisien, objet des lettres 95 à 128, et qui dura du 27 mars au 28 mai 17906. Enfin, il cède même au séjour lyonnais, occupant trois lettres (et non une et demi !), et ayant duré visiblement plusieurs jours7.

2Dans ces conditions, on peut s’interroger sur l’opportunité de consacrer un ouvrage entier à ce passage si court. La brièveté de l’épisode, en fait, rend infidèlement compte de son importance. Le récit strasbourgeois de Karamzine présente en effet des éléments fondamentaux pour la compréhension de l’esthétique et des idées de l’écrivain, le rendant éminemment digne de l’attention du chercheur.

3Notons d’abord qu’il s’agit d’un épisode liminaire, puisque Strasbourg marque le passage en France du narrateur-voyageur des Lettres en provenance d’Allemagne. À ce titre, la ville est la première étape dans le pays qui forme l’objet principal de la curiosité de Karamzine. L’importance fondamentale de cette étape semble d’ailleurs apparaître, de manière indirecte, dans le choix de Karamzine de placer précisément à l’incipit de la lettre strasbourgeoise une digression sur l’importance des voyages :

  • 8 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46 (...)

« Quel agrément, quelle gaieté, mes amis, on éprouve à passer d’un pays dans un autre, à voir de nouveaux objets, grâce auxquels il semble que notre âme elle-même se renouvelle, et à goûter cette inappréciable liberté de l’homme qui lui permet de s’appeler justement le roi de la création terrestre. Tous les autres animaux, étant comme attachés à de certains climats, ne peuvent sortir des limites que leur ont assignées la Nature, et meurent là où ils sont nés. L’homme, au contraire, par la force de sa puissante volonté, enjambe les climats, cherche partout des jouissances et les trouve, devient partout l’hôte aimé de la Nature, qui lui ouvre en tout lieu de nouvelles sources de satisfaction, et partout se réjouit de son existence, en bénissant sa qualité d’homme.
Et quelle sagesse dans ces liens de la société, grâce auxquels je trouve dans chaque pays toutes les commodités possibles de la vie, comme si elles avaient été inventées exprès pour moi ; grâce auxquels les habitants de toutes les contrées m’offrent les fruits de leurs travaux, de leur industrie et m’invitent à prendre part à leurs distractions, à leurs amusements – –
En un mot, mes amis, voyager est alimenter son esprit et son cœur. Voyage donc hypocondriaque, pour te guérir de ton hypocondrie ! Voyage donc misanthrope, afin d’aimer l’humanité ! Voyage, quiconque le peut8 ! »

  • 9 Caractéristique à cet égard est le fait que c’est précisément en franchissant le Rhin que le poète (...)

4Cette digression, devenue fameuse parce qu’elle éclaire de façon métatextuelle le sens de l’œuvre tout entière, se voit conférée une importance particulière par son insertion dans le chapitre où est franchie la première frontière linguistique et culturelle véritablement signifiante pour Karamzine. Du fait de l’annexion par l’empire russe, au cours du xviiie siècle, de territoires à la noblesse germanophone (Estonie et Livonie), ou de sa domination officieuse sur des états, eux aussi largement germanophones, tels la Courlande, le voyageur avait pénétré dans l’aire culturelle allemande avant même de quitter la Russie ou sa zone d’influence, et ne devait donc sentir son passage dans un véritable ailleurs que lors de l’arrivée dans cette première terre française qu’est – politiquement – l’Alsace9.

5Ensuite, Strasbourg, comme nous le verrons, n’est pas n’importe quelle ville-frontière, mais une ville au rayonnement intellectuel de tout premier ordre au xviiie siècle, suscitant pour cette deuxième raison l’intérêt de notre voyageur et, plus largement, de ses compatriotes. Karamzine ne fut pas le premier Russe à venir à Strasbourg, tant s’en faut, et le voyageur réel, comme le texte littéraire qu’il a produit, portent et prolongent la mémoire strasbourgeoise de la culture russe.

  • 10 L’épisode strasbourgeois des Lettres a si peu retenu l’attention des chercheurs que, dans un artic (...)
  • 11 Les lettres 46 et 47, consacrées à l’Alsace, de l’ouvrage de Karamzin, furent publiées pour la pre (...)
  • 12 Marčenko N. A., « Istorija teksta « pisem russkogo putešestvennika » [« Histoire du texte des Lett (...)

6Enfin et surtout, Strasbourg est pour Karamzine le lieu de la découverte de la Révolution française10. De plus, et cela seul suffit à conférer une importance remarquable à l’épisode, et à le distinguer des autres épisodes de la partie française du voyage, notamment lyonnaise et parisienne, cette rencontre avec la Révolution est découverte de la violence révolutionnaire de l’été 1789. Le récit strasbourgeois est en effet la seule étape qui montre la Révolution française, non sous le jour optimiste de la construction d’un ordre nouveau, telle qu’elle apparaît lors du séjour parisien de 1790, mais sous celui, plus inquiétant, de la destruction violente d’un ordre ancien. En outre, et cela aussi est d’une importance primordiale, le récit alsacien des Lettres, parce qu’il est intercalé entre les épisodes allemands et suisses, fut publié par Karamzine dès 179111. À ce titre, il est le seul qui informe le lecteur de l’opinion de Karamzine sur les événements révolutionnaires avant que cette opinion ne soit influencée par la Terreur. La connaissance des événements de 1793, acquise en Russie lors du temps de l’écriture, influença en effet le regard que l’écrivain avait porté sur la France lors du séjour qu’il y fit. Cette modification déforma le récit de la réalité vécue en 1790, lors de la publication de la partie proprement « française » des Lettres, d’abord dans l’almanach de Karamzine Aglaé (Aglaja) en 1794-1795 puis, plus largement, en édition séparée en 1797-1801, enfin en totalité, en édition séparée également, en 180112.

7Objet exclusif de cet ouvrage, le séjour strasbourgeois ne saurait être étudié sans être préalablement situé dans son contexte. Pour cette raison, la présente étude s’ouvrira par deux chapitres liminaires. Le premier a pour but de présenter la figure de Nikolaï Karamzine, afin de la faire (mieux) connaître au lecteur non russisant et/ou non dix-huitiémiste et de présenter tant les conditions de son voyage en Europe que le statut, dans la Russie du xviiie siècle, du genre du récit de voyage qu’il pratiqua avec les Lettres. Le second brossera le tableau du Strasbourg des Lumières, qui sert de décor à l’épisode étudié, et sans une bonne connaissance duquel nombre d’éléments fondamentaux du texte russe ne sauraient être correctement décodés.

  • 13 Cette spécificité du texte est connue depuis longtemps. À ce propos, voir Ju. M. Lotman, Sotvoreni (...)

8À la suite de ces deux chapitres, j’aborderai l’épisode strasbourgeois des Lettres proprement dit. Du fait de la spécificité logique du texte de Karamzine, faux-récit de voyage fondé partiellement seulement sur les épisodes et impressions d’un voyage réel13, ma démarche empruntera deux chemins distincts mais complémentaires : celui de l’historien puis celui du littéraire.

9L’approche historique me permettra de démêler, dans le récit strasbourgeois de Karamzine, le vécu du fictionnel, en comparant le récit des événements révolutionnaires contenu dans l’épisode à divers souvenirs et mémoires portant sur l’époque, ainsi qu’aux travaux des historiens alsaciens sur Strasbourg et l’Alsace pendant la Révolution française. Ce travail, qui constituera mon troisième chapitre, permettra de mesurer le degré de connaissance par Karamzine de la réalité des troubles révolutionnaires, à Strasbourg et dans les environs. Il sera complété, dans un quatrième chapitre, par l’analyse du récit des occupations strasbourgeoises du narrateur karamzinien, notamment ses visites des lieux touristiques de la capitale alsacienne. En m’appuyant toujours sur des documents d’époque, je tâcherai d’isoler ici ce qui, au sein du texte, n’a pas pu être vu et/ou vécu par Karamzine, et n’a donc été inséré dans le récit que pour des raisons littéraires.

10Ce travail d’historien sera ensuite complété, dans un cinquième chapitre, par une approche poéticienne, qui tâchera de montrer comment fonctionne ce texte, et ce qui en fait sa spécificité littéraire. Le récit de Karamzine, en effet, n’est pas un égo-document réel, mais un texte littéraire. À ce titre, il se distingue des récits documentaires portant sur Strasbourg écrits par les contemporains de notre écrivain. Ce regard poéticien permettra en outre de comprendre ce qui fait la spécificité intratextuelle de l’épisode strasbourgeois, au regard des autres épisodes du voyage en France. Cette spécificité, pour des raisons extralittéraires évidentes, est liée à la description de l’expérience de l’agitation révolutionnaire, dont Karamzine communique une vision singulière, ainsi qu’à celle des conséquences de la Révolution.

11Les sixième et septième chapitres, enfin, étudieront la géographie de la ville construite par la culture russe du xviiie siècle en général, et les Lettres d’un voyageur russe en particulier. Communiquant les détails relatifs au séjour personnel du voyageur et la description de l’effervescence qui s’est emparée de la ville, le texte karamzinien remplit en effet également une fonction documentaire, liée à son appartenance générique au genre du récit de voyage, quel que soit le statut référentiel de ce dernier. Au titre de cette appartenance, il est supposé indiquer à son lecteur les richesses et les beautés de chaque lieu traversé. Comme tout récit de voyage, cependant, les Lettres d’un voyageur russe opèrent un choix, et décrivent donc une ville spécifique, qui n’appartient qu’à l’imagination de l’auteur qui en donne la description, une ville-texte en somme. Ces derniers chapitres permettront donc de s’interroger sur la spécificité du Strasbourg karamzinien, sur ses points saillants, mais également sur les silences de l’auteur, parfois déroutants. Mettant en perspective la description karamzinienne de Strasbourg par comparaison avec d’autres descriptions russes antérieures et contemporaines, tirées des fonds d’archives moscovites et à ce titre inédites, ces chapitres permettront de mesurer l’apport particulier de Nikolaï Karamzine à ce que l’on pourrait qualifier, à la suite des sémioticiens russes, de « texte strasbourgeois » de la littérature russe.

  • 14 V. N. Orlov parle ainsi du « sentimentalisme conservateur et réactionnaire de Karamzin et de ses d (...)

12La conclusion de mon ouvrage tentera quant à elle de rendre sa place à l’épisode strasbourgeois dans la biographie esthétique, mais aussi et surtout intellectuelle et politique de Karamzine. En effet, c’est un des paris du présent travail que de poser l’hypothèse que la violence aperçue à Strasbourg eut une influence profonde sur l’évolution idéologique ultérieure de l’écrivain, l’amenant progressivement à épouser des opinions de plus en plus conservatrices, que la critique soviétique qualifiait abusivement de « réactionnaires »14.

13Avant de refermer cette introduction, il me reste à solliciter humblement la mansuétude du lecteur. Comme il le verra, j’ai tâché tout au long du présent ouvrage d’appuyer mes arguments sur des citations tirées du texte des Lettres d’un voyageur russe. La longueur de l’épisode strasbourgeois ne correspondant cependant pas à son importance réelle, ainsi que je l’ai dit plus haut, j’ai été amené à utiliser souvent la même citation dans des contextes différents. Ceci entraîne malheureusement des répétitions, pour lesquels je prie par avance le lecteur de bien vouloir m’excuser.

Notes

1 L’ouvrage d’A. Liberman, Nikolaj Mihajlovič Karamzin, Ukazatel’ trudov, literatury o žizni i tvorčestve 1883-1993 [Nikolaj Mihajlovič Karamzin. Index bibliographique sur la vie et l’œuvre 1883-1993], Moscou, RAN, 1999, (« Vostočnaja literatura »), ne fait référence à aucun article sur le sujet. De même, les commentaires du texte de Karamzin dans l’édition de référence sont réduits à presque rien pour la lettre 46, qui conte le séjour strasbourgeois. Cf. Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., p. 627. Enfin, les tout aussi rares notes de l’édition anglaise du texte établie par A. Kahn ne donnent aucune information précise sur Strasbourg lors du séjour qu’y fit Karamzin. Cf. Karamzin N., Letters of a Russian traveller. A translation and study by Andrew Kahn, Oxford, Voltaire Foundation, 2003, (“SVEC”, 2003 : 04), p. 121-125.

2 Gellerman S., « Karamzine à Genève : notes sur quelques documents d’archives concernant les Lettres d’un voyageur russe », dans Bankowski M., Urech H., dir., Fakten und Fabeln : schweizerisch-slawische Reisebegegnung von 18. Bis zum 20. Jahrhundert, Basel-Frankfurt am Main, Helbing & Lichtenhahn, 1991, p. 73-90 ; Serman I. Z., « Gde i kogda sozdavalis’ “Pis’ma russkogo putešestvennika” N. M. Karamzina ? » [« Où et quand furent écrites les Lettres d’un voyageur russe de N. M. Karamzin ? »], xviii vek [xviiie siècle], no 23, Saint-Pétersbourg, Nauka, 2004, p. 194-210.

3 Breuillard J., « Karamzin et la France », Slovo, 16 (1995-1996), p. 65-95 ; Ibid., « Paris et Londres, ou les ambigüités de la modernité, dans les Lettres d’un voyageur russe de Nikolaj Karamzin », Modernités russes, no 3, 2001, p. 225-234 ; Ibid., « Pariž, gorod straha v “Pis’mah russkogo putešestvennika” Nikolaja Karamzina » [« Paris, ville de la peur dans les Lettres d’un voyageur russe de Nikolaj Karamzin »], dans Buhks N., dir., Semiotika straha [La sémiotique de la peur], Paris-Moscou, Sorbonne-Evropa, 2005, (« Mehanizmy kul’tury »), p. 65-80 ; Serman I. Z., Literaturnoe delo Karamzina [Le métier littéraire de Karamzin], Moscou, RGGU, 2005.

4 Karpova E. V., « “Lionskij èpizod” v “Pis’mah russkogo putešestvennika” N. M. Karamzina » [« L’épisode lyonnais dans les Lettres d’un voyageur russe de N. M. Karamzin »], xviii vek [xviiie siècle], no 25, Saint-Pétersbourg, Nauka, 2008, p. 124-129. Malgré son titre général, l’article d’Elena Karpova se concentre en réalité sur l’identification du sculpteur lyonnais dont le narrateur de Karamzin visite l’atelier dans les Lettres d’un voyageur russe.

5 Sur la différence entre les deux, voir Lotman Ju. M., Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], dans Lotman Ju. M., Karamzin [Karamzin], Saint-Pétersbourg, Iskusstvo-SPb., 1997, p. 26-29.

6 Ici apparaît nettement la différence entre le Karamzin auteur et le narrateur des Lettres. En effet, la date du 28 mai que je donne est attestée historiquement par le journal de voyage parisien de Wilhelm von Wolzogen, qui fréquenta l’écrivain russe dans la capitale française. Le texte karamzinien, en revanche, donne comme date de départ « juin… 1790 ». Cf. Wolzogen W. von, Journal de voyage à Paris (1788-1791), traduit de l’allemand par Michel Trémousa, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 1998, p. 153.

7 Si Karamzin date précisément la date d’arrivée de son narrateur à Lyon, en indiquant, à côté du chiffre servant de titre rhématique à la lettre, en l’occurrence 89, « Lyon, le 9 mars 1790 », il laisse volontairement dans l’imprécision, comme pour la lettre décrivant plus tard le départ de Paris, la date du départ de Lyon, se contentant d’écrire « 91. Lyon… 1790 ». Cette imprécision est évidemment un procédé littéraire, permettant à Karamzin écrivain de disposer du matériau de son expérience réelle comme il le souhaite, afin d’en redistribuer les éléments selon les besoins de sa construction littéraire.

8 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., lettre 46, « Strasbourg, 6 août », p. 93-94.

9 Caractéristique à cet égard est le fait que c’est précisément en franchissant le Rhin que le poète russe Vil’gelm Kjuhel’beker, trente ans plus tard, ressent pour la première fois lors de son voyage en Europe la nostalgie de la patrie. Cf. Kjuhel’beker V. K., « Otryvki iz putešestvija » [« Fragments d’un voyage »], dans Putešestvie, dnevnik, stat’i [Voyage, journal, articles], Leningrad, Nauka, 1979, (« Literaturnye pamjatniki »), p. 36 : « Lorsque, entre Kehl et Strasbourg, je passai à pieds avec A. L. le pont qui relie et sépare l’Allemagne et la France, le souvenir de ma séparation d’avec la patrie se raviva dans mon cœur. » (C’est moi qui traduis – R. B.).

10 L’épisode strasbourgeois des Lettres a si peu retenu l’attention des chercheurs que, dans un article récent, Il’ja Serman s’étonne que Karamzin évoque la Révolution dès la partie suisse du texte, « avant même que Karamzin ait gagné la France et pu voir de lui-même ce qui s’y passait ». Cf. Serman I., « Chateaubriand et Karamzin témoins de leur temps », dans Breuillard J., dir., Le sentimentalisme russe, Revue des Études slaves, vol. 74, no 4, 2002-2003, p. 708.

11 Les lettres 46 et 47, consacrées à l’Alsace, de l’ouvrage de Karamzin, furent publiées pour la première fois dans le livre 1 de la quatrième partie du Journal de Moscou [Moskoskij žurnal], comme me l’a aimablement précisé, après examen du périodique, Madame Natal’ja Dmitrievna Kočetkova. Or cette quatrième partie fut publiée à l’automne 1791, comme l’indique la notice du Svodnyj katalog russkoj knigi xviii veka 1725-1800 [Catalogue raisonné du livre russe au xviiie siècle. 1725-1800], tome 2, Moscou, Izdatel’stvo « kniga », 1966, p. 150.

12 Marčenko N. A., « Istorija teksta « pisem russkogo putešestvennika » [« Histoire du texte des Lettres d’un voyageur russe »], dans N. M. Karamzin, Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], op. cit., p. 611-612.

13 Cette spécificité du texte est connue depuis longtemps. À ce propos, voir Ju. M. Lotman, Sotvorenie Karamzina [L’invention de Karamzin], op. cit., p. 28.

14 V. N. Orlov parle ainsi du « sentimentalisme conservateur et réactionnaire de Karamzin et de ses disciples » dans Orlov N. V., Russie prosvetiteli 1790-1800-h godov [Les philosophes russes des années 1790-1800], Moscou, Gosudarstvennoe izdatel’stvo hudožestvennoj literatury, 1953, p. 362. Pour une étude détaillée de la mise à l’index de Karamzin à l’époque soviétique, notamment stalinienne, cf. Breuillard J., N. M. Karamzin et la formation de la langue littéraire russe, Thèse d’état, Université de Paris IV, 1994, « Karamzin ennemi du peuple », p. 256-276.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540