Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nikolaï Karamzine à Strasbourg

 | 
Rodolphe Baudin

Avertissement sur la transcription et la traduction du russe

Texte intégral

1Cet ouvrage s’adressant autant à un public curieux de l’histoire de Strasbourg et de l’Alsace au xviiie siècle, qu’à un public de russisants, spécialistes ou non de l’œuvre de Karamzine, j’ai choisi, afin de faciliter la lecture des premiers, d’utiliser, dans le texte principal, la transcription française courante des noms propres et des toponymes russes (Nikolaï Karamzine). Dans les notes infrapaginales en revanche, j’ai utilisé la translittération des slavistes (Nikolaj Karamzin). Cette translittération recourt aux signes diacritiques (č pour ч, š pour ш, šč pour щ, ž pour ж). De même, elle recourt à j pour й, à è pour э et à l’apostrophe pour ь.

  • 1 Karamzine N., Lettres d’un voyageur russe, traduction de Victor Stépanovitch Porochine, Paris, Mel (...)
  • 2 Karamzine, Voyage en France, 1789-1790, traduit du russe et annoté par A. Legrelle, Paris, Hachett (...)

2En ce qui concerne les citations tirées des textes russes, au premier rang desquels se trouvent les Lettres d’un voyageur russe, je les ai données en français dans le texte. Deux traductions françaises des Lettres existent. Elles datent toutes deux du xixe siècle. La première est l’œuvre de Victor Stépanovitch Porochine, et fut publiée à Paris en 1866, à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de l’auteur. Elle a été rééditée par les éditions Quai Voltaire en 19911. Élégante, cette traduction est néanmoins assez libre, et malheureusement surtout lacunaire. « Belle infidèle », elle a expurgé du texte original tout ce qui ne semblait pas convenir au goût des contemporains de Porochine. Heureusement, une seconde traduction existe. Elle est due à Arsène Legrelle, et fut publiée aux éditions Hachette en 1885, sous le titre de Voyage en France 1789-1790. Bien qu’ayant expurgé le récit de voyage, tout comme Porochine, de ses épisodes allemands et anglais, Legrelle insiste dans sa préface sur le fait qu’il a traduit le plus fidèlement possible les lettres concernant la France, notamment ce qui concerne Strasbourg et l’Alsace2.

3De fait, à l’exception d’un paragraphe, cette seconde traduction semble complète comparée à l’original russe. Ceci ne signifie pas cependant qu’elle soit parfaitement exacte. On y trouve en effet quelques (rares) faux sens et quelques erreurs dans la traduction des temps. En outre, certaines tournures utilisées par Arsène Legrelle manquent de la légèreté caractéristique du français de la fin du xviiie siècle. À ce titre, le texte de l’épisode strasbourgeois que je citerai dans le présent ouvrage est celui de Legrelle, corrigé par endroits par mes soins. On trouvera cette traduction amendée en annexe au volume. Pour les autres passages des Lettres cités, je me suis inspiré en alternance des deux traductions existantes, les complétant ou corrigeant quand le besoin s’en faisait sentir.

  • 3 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], édition de Ju. M. L (...)

4Citant le texte de Karamzine dans sa traduction française, je renverrai néanmoins, en notes infrapaginales, à l’édition russe des Lettres faisant autorité. Il s’agit de la réédition de 1987 de l’édition publiée par Youri Lotman et Boris Ouspenski en 19843. C’est à cette réédition que j’ai emprunté la ponctuation de ma retraduction partielle du texte de Karamzine. Je lui ai emprunté également la graphie du texte original. Ainsi, l’italique dans les citations de mon texte est celui utilisé par Karamzine. Pour signaler au lecteur les mots en français du texte des Lettres, j’ai utilisé le soulignement.

5La bibliographie critique placée à la toute fin du volume présente quant à elle les titres des ouvrages russes en translittération, suivis de leur traduction française entre crochets. Le même parti de double présentation, russe translittérée et française entre crochets, a été retenu pour les références critiques contenues dans les notes infrapaginales.

6L’orthographe du xviiie siècle des textes originaux non traduits a été conservée, notamment pour les textes écrits en français par des Russes.

Notes

1 Karamzine N., Lettres d’un voyageur russe, traduction de Victor Stépanovitch Porochine, Paris, Mellier, 1867. Reprise dans : Karamzine N., Lettres d’un voyageur russe, édition présentée et révisée par Wladimir Berelowitch d’après la version de V. Porochine, Paris, Quai Voltaire, 1991.

2 Karamzine, Voyage en France, 1789-1790, traduit du russe et annoté par A. Legrelle, Paris, Hachette, 1885. Dans sa préface, Legrelle écrit, p. XXXI : « La traduction que nous offrons au public […] se distingue de celle de M. de Porochine, et c’est là sa seule raison d’être, par la résolution que nous avons prise de ne supprimer ni une lettre ni une phrase, à l’exception toutefois de quelques rares passages, d’une nature exclusivement intime, sinon d’apparence un peu oiseuse, et dont, en tout cas, nous avons toujours eu grand soin d’indiquer la place exacte, ainsi que le sens. En revanche, nous avons restreint notre cadre, en nous bornant au voyage de Karamzine en France ».

3 Karamzin N. M., Pis’ma russkogo putešestvennika [Lettres d’un voyageur russe], édition de Ju. M. Lotman, N. A. Marčenko et B. A. Uspenskij, Leningrad, Nauka, 1987, (« Literaturnye pamjatniki »).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540