Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nikolaï Karamzine à Strasbourg

 | 
Rodolphe Baudin

Remerciements

Texte intégral

1L’idée de cet ouvrage est née à l’occasion de l’organisation d’une journée d’étude, le 17 octobre 2008, à l’Université Marc Bloch de Strasbourg. Intitulée « l’Alsace et la Russie », cette journée avait pour but d’explorer les relations historiques et culturelles ayant lié l’Alsace, et particulièrement Strasbourg, à la Russie, entre les xviiie et xxe siècles. Pour le russisant dix-huitiémiste, au centre de ces liens apparaît évidemment la figure de Nikolaï Karamzine (1766-1826), écrivain-voyageur russe du tournant des Lumières, ayant laissé dans ses Lettres d’un Voyageur russe (1791-1801) une description détaillée de Strasbourg et des événements révolutionnaires qui s’y produisirent au début du mois d’août 1789. Dans le cadre de cette journée d’étude, je présentai une communication intitulée « Karamzine dans le Strasbourg révolutionnaire ». Très vite cependant, je compris que la richesse du matériau historique et littéraire à traiter devait forcément me faire dépasser le volume habituellement dévolu à une communication, et décidai de consacrer à la question un volume entier. C’est à mes collègues du Groupe d’Étude sur l’Orient et les Slaves (GEO, EA 1340) de l’Université Marc Bloch – aujourd’hui Université de Strasbourg (UDS), que je dois d’avoir pu mener à bien ce projet, et notamment à son directeur, le Professeur Edgard Weber. Que lui et mes collègues au sein du groupe en soient remerciés. Que soient également remerciés mes collègues et amis russisants dix-huitiémistes, au premier rang desquels les spécialistes de Karamzine que sont le Professeur Jean Breuillard (Université de Paris-Sorbonne), Madame Natalia Kochetkova (Institut de Littérature russe, Saint-Pétersbourg), le Professeur Anthony Cross (Université de Cambridge), le Professeur Andreï Zorine (Université d’Oxford) et le Professeur Joachim Klein (Université de Leyde), pour les réponses qu’ils ont bien voulu apporter à mes questions sur l’écrivain. Que soit remercié M. Dimitri Koudriachov, ainsi que l’ensemble du personnel de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, pour m’avoir donné accès aux éditions anciennes des œuvres de Karamzine conservées à la BNU, et pour leur aide précieuse dans ma découverte de la riche bibliographie alsatique. Que soient remerciés encore mes collègues Evelyne Enderlein (Université de Strasbourg), Jean Delinière (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand II) et Antoine Guémy (Université de Lille III) pour m’avoir permis de palier ma méconnaissance de l’allemand en m’aidant à traduire des documents écrits dans cette langue, ou pour m’avoir fourni des informations relatives à l’histoire de la littérature allemande. Que trouvent également l’expression de ma reconnaissance mon collègue Andreï Kozovoï (Université de Lille III) pour ses conseils méthodologiques, mes parents, pour leur relecture attentive du manuscrit, et mon épouse, pour sa patience à toute épreuve lors des deux années qu’a duré cette recherche. Surtout, que soient remerciées Madame le Professeur Laure Troubetzkoy (Université de Paris-Sorbonne), qui a très aimablement accepté de diriger le dossier d’habilitation dont la présente monographie constituait la pièce centrale, ainsi que l’équipe des Presses universitaires de Strasbourg, au premier desquels le Professeur Lucien Braun, qui a accepté de publier mon ouvrage, et Madame Ariane Eichhorn pour la mise en pages du manuscrit. Ma gratitude va enfin à mes généreux sponsors, notamment à la DRAC d’Alsace, et plus spécialement à Madame Christelle Creff-Walraven, ainsi qu’aux responsables du FRAL au Conseil régional d’Alsace.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540