Version classiqueVersion mobile

Continuité et polyvalence : un atout pour l’hellénisme

 | 
Martine Breuillot

Conclusion

Continuité et polyvalence

Texte intégral

1Tout au long de ses Entretiens, Alexandre Grandazzi rend hommage à Jacqueline de Romilly en parlant de l’helléniste qui défend la continuité entre la culture grecque et la culture moderne. La formulation est intéressante, parce que, si « culture grecque » est cité en premier, ce n’est sans doute pas pour une seule et unique raison chronologique. Ce n’est un secret pour personne que Jacqueline de Romilly place la culture grecque antique plus haut que tout, comme si elle exerçait une suprématie. Et alors que nous retenons avec intérêt le terme de « continuité », toutefois ce sont les notions de suprématie, d’autorité et de domination prêtées à l’hellénisme antique que nous ne partageons pas.

2L’idéologie grecque a cherché à faire reposer l’identité nationale sur un passé lointain et prestigieux et sur l’absence de rupture culturelle sur toute cette durée. Même si les siècles écoulés laissent dans les mémoires des moments de gloire et de déclin, de grandeur et de décadence, le passé, quand il est représenté dans toute sa durée et dans ses phases les plus glorieuses, est flatteur pour un peuple.

3La diversité des collaborateurs, la sollicitation répétée de l’interdisciplinarité, le souci d’approcher la plupart des thèmes par la diachronie, seront garants d’études dynamiques et vivantes, et l’assimilation trop rapide du terme « grec » aux seules lettres ou langues anciennes ne doit plus avoir cours. C’est ce à quoi nous aspirons par le pari de la continuité et de la polyvalence, afin de défendre la culture que nous aimons et les valeurs fondatrices de la civilisation qui est la nôtre. Ce qui demeure vrai, c’est que c’est notre mission à tous, et pas seulement celle des Grecs.

4Avant de formuler le message conclusif, nous osons espérer que nos deux domaines de prédilection ont su capter la curiosité et attirer l’attention des lecteurs. L’exemple de la Messénie pourrait ainsi servir aux autres régions de Grèce et à des disciplines reconnues ou confidentielles : c’est par la polyvalence, les recherches croisées et le décloisonnement que l’on peut redonner de la force aux études grecques et assurer leur permanence.

5En misant sur la richesse patrimoniale de la Messénie, nous souhaitons réhabiliter une région de Grèce culturellement de premier plan. Une prise de conscience profonde de cette richesse, une révision des faits dans un souci d’exactitude et d’objectivité, constitueront un poids non négligeable auprès de la communauté scientifique. Parallèlement, un traitement sérieux des faits de culture messéniens, une action vigoureuse et réfléchie découleront de la pression exercée par l’opinion publique.

6Autour du nom de la Messénie converge, à des titres divers, un grand nombre de thèmes de recherche, dont nous n’avons pas cherché à dresser une liste exhaustive : y manquent entre autres deux personnalités nées en Messénie, représentant l’un l’ethnologie et l’autre la littérature, à savoir respectivement Nikolaos Politis, fondateur de la λαογραφία (laographia, « études folkloriques ») et Maria Polydouri, poétesse du début du xxe siècle.

7Rares sont en Grèce les régions qui, en raison de leur héritage culturel, n’ont pas suscité l’intérêt massif des chercheurs. Or la Messénie a montré à de nombreuses reprises qu’elle ouvre un grand nombre de perspectives. La diversité thématique conjuguée au traitement interdisciplinaire des sujets transformerait l’esprit des études grecques auxquelles elle garantirait une avancée notoire et la mise en lumière de la thématique messénienne en particulier.

8La leçon tirée de l’approche diachronique de la langue devrait aboutir à la même conclusion, la continuité linguistique mettant en exergue la capacité du grec à résister aux influences extérieures et l’amenant à trouver ses modalités de transformation dans ses propres structures.

  • 1 Giannis Ritsos est l’un des plus grands poètes grecs du xxe siècle (1909-1990).

9L’été 2009 a fourni, hors de Grèce, un exemple divertissant et enrichissant de la continuité de l’héritage grec au travers de l’un des spectacles composant la programmation du dernier festival d’Avignon. Ainsi, Sous l’œil d’Œdipe de Joël Jouanneau, auteur et metteur en scène, a puisé ses sources dans l’œuvre d’Euripide, de Sophocle et de Ritsos1 ; le spectacle tire son inspiration du mythe qui, nourri de lectures modernes, révèle encore mieux son caractère éternel et montre ainsi qu’il permet toujours de comprendre le présent. Le comédien Jacques Bonnafé jouait un Oedipe d’aujourd’hui incarnant la continuité de la réflexion philosophique, de la problématique politique et sociale.

  • 2 Lacarrière J., L’été grec, Paris, Plon, 1975, p. 278.

10Dans notre esprit, le pari de la continuité et de la polyvalence n’est pas une remise en cause gratuite. Il ne s’agit pas de faire preuve d’un éclectisme et d’une volonté de changement effrénées et systématiques que rien ne justifierait. Nous ne souhaitons pas écarter les hellénistes de l’hellénisme, ce serait incompréhensible ! Nous ne souhaitons pas davantage, comme l’affirme Jacques Lacarrière, réserver l’hellénisme à des « spécialistes : démographes, géographes, économistes, ethnologues »2. Il semble que la tradition aidant, se spécialiser dans la langue et la civilisation grecques ait trop longtemps limité les champs d’investigation à la grammaire, à la littérature et à des questions générales de civilisation. Il existe une autre façon d’être helléniste, à condition de faire preuve d’ouverture d’esprit en direction de domaines qui sont moins à la pointe ou de franchir le pas en direction de disciplines trop longtemps éloignées des programmes universitaires et de la recherche. Cela suppose un changement de mentalité, le recours à des méthodes différentes et moins familières et leur application à d’autres spécialités.

11L’hellénisme doit perdurer dans son rôle de culture fondatrice, vivante et porteuse de valeurs universelles, tout en nourrissant l’esprit, en suscitant une quête intellectuelle jamais assouvie et en aboutissant à des prises de position constructives, novatrices et originales.

  • 3 Le sol grec révèle fréquemment que les mêmes endroits ont été utilisés indifféremment comme lieux d (...)

12Espérons que, dès que la prise de conscience sera enclenchée, la réflexion s’amorcera et que la réaction démarrera. Il apparaît clairement que les solutions proposées s’appuient sur « continuité et polyvalence » : la continuité linguistique, est très répandue, mais ce n’est pas la seule. La continuité est « historique », nous entendons par là qu’elle n’est pas forcément humaine et sociale mais topographique, architecturale, culturelle, ethnographique3. Tant pis, si ce sont d’autres solutions que celles préconisées précédemment qui se font jour. Le but à atteindre est de dire helléniste dans le sens double d’archéo- et de néo-, ou mieux encore ni l’un ni l’autre, pour ne plus dire qu’« helléniste ».

13Interdisciplinarité sera plus juste que polyvalence, plus facilement adaptable aux domaines abordés. Jean Cuisenier s’entoure, à propos de la Grèce, de spécialistes de démographie, de géographie et de sociologie ; l’ouvrage collectif Les Guides de voyage : au fil du Rhin et ailleurs… fait appel aux compétences de chercheurs spécialistes de questions relatives à l’histoire de l’art, la géographie, la cartographie, la turcologie et aux guides de voyage. La dispersion n’existe pas, mais la focalisation autour d’un même thème, si, à la condition que ce dernier puisse être vu dans sa diversité et sa complexité. En matière d’hellénisme, la déclinaison de disciplines et de compétences est presque infinie ! Approches différentes, réflexions diverses et nouvelles, voilà ce qui constitue la dynamique de recherches que nous préconisons, voilà ce qui entretient la curiosité et la volonté d’approfondir de tous.

Notes

1 Giannis Ritsos est l’un des plus grands poètes grecs du xxe siècle (1909-1990).

2 Lacarrière J., L’été grec, Paris, Plon, 1975, p. 278.

3 Le sol grec révèle fréquemment que les mêmes endroits ont été utilisés indifféremment comme lieux de culte, qu’il se soit agi de la religion polythéiste ou qu’il s’agisse de la religion monothéiste.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search