Version classiqueVersion mobile

Continuité et polyvalence : un atout pour l’hellénisme

 | 
Martine Breuillot

Chapitre III. Combattre l’immobilisme

Texte intégral

1. Ouvrir des perspectives

1L’environnement socioculturel qui est le nôtre aujourd’hui se trouve transformé, parce qu’il est fondé sur des bases culturelles différentes : pourquoi concevoir l’hellénisme avec le même regard, et pourquoi vouloir le promouvoir avec les mêmes arguments ? Comme s’il avait conservé sa position dominante comme avant, sans que l’on prenne conscience que la réalité est autre ?

2On a beau emprunter le lexique militaire et le champ lexical de la guerre, l’appel lancé, la prise de position adoptée ou les propositions énoncées font davantage référence à un changement d’orientation et de méthode.

3Il a été question de la continuité au début de cette étude. À la différence de Dimitris Hatzis qui n’était pas favorable à cette idée entre passé et présent, Georges Séféris, lui, en a été un partisan obstiné dans les domaines de la linguistique et de l’historiographie ; Paparrigopoulos, pour sa part, a rapproché au xixe siècle continuité et identité nationale. Si nous en venons à la Messénie, le thème de la continuité n’a jamais été traité relativement à elle, et le thème n’a pas été annoncé sous cet angle ! Or les études messéniennes se placent parfaitement bien ainsi : l’Antiquité, les périodes byzantine et moderne, s’enchaînent sans rupture, si nous ne nous en tenons qu’à l’histoire. Si nous considérons l’économie de la région, la permanence des activités agricoles et artisanales doit être observée au cours des siècles.

  • 1 de Romilly Jacqueline et Grandazzi Alexandre, Une certaine idée de la Grèce, Paris, de Fallois, 200 (...)

4Alexandre Grandazzi rappelle à Jacqueline de Romilly qu’elle prônait la continuité entre culture grecque (autrement dit antique) et culture moderne. Il ajoute1 :

[…] vous n’ignorez pas que l’on insiste aujourd’hui souvent, au contraire, sur l’idée d’une rupture, d’une coupure radicale séparant irrémédiablement l’Antiquité et notre temps. Entre les partisans d’une présence continuée du grec et ceux d’une rupture, l’opposition a même pu parfois prendre, dans les années 1960-1970, l’allure d’une véritable guerre de religion […]. Les uns insistaient sur la continuité en montrant tout ce qui rend la Grèce proche de nous, les autres, sur la rupture, en plaçant la Grèce du côté de l’origine, de l’archaïsme et du primitif […].

5Dans sa réponse, Jacqueline de Romilly évoque avec force l’actualité de l’Antiquité grecque, sa modernité, en reprenant le parallèle et le lien unissant la littérature grecque antique et la littérature française moderne (de Sartre, d’Anouilh).

  • 2 Voir notre communication « Modalités et espace de l’exclusion des Mélingues dans le Péloponnèse méd (...)

6Les études grecques, telles que personnellement nous les concevons et que nous les pratiquons, sont issues de recherches croisées, en conséquence foisonnantes et sans cesse innovantes, qui font appel à des domaines de référence que nous n’avons pas forcément tous abordés dans nos travaux. En voici un exemple : faussement banal, il nous est fourni par l’observation des différents mortiers utilisés par les bâtisseurs du Moyen Âge et par la nécessité de nous informer à titre personnel sur leur fabrication. Nous n’allons pas jusqu’à fournir la composition de chaque échantillon prélevé, même s’il est évident à l’œil nu qu’ils sont tous différents, mais nous nous sommes appuyée sur les données techniques d’Antoine Bon, chaque fois qu’elles existent. Les sujets se rencontrent et se confondent, débouchant sur des problématiques nouvelles et inattendues. Notre double expérience d’archéo- et de néo-helléniste, liée à ses répercussions et à ses prolongements dans le domaine même de la recherche, laisse de plus en plus entrevoir de nouvelles perspectives. Les projets qui suivent valent autant pour nous-même que pour des collègues universitaires et de futurs chercheurs ; ils concernent autant les individus que les Départements d’Études Néo-helléniques dans leur quête de développement. Pour notre part, il va de soi que nous souhaitons persévérer dans les thèmes et l’approche méthodologique mise en œuvre, pour approfondir et compléter ce que nous avons déjà publié. D’année en année, il nous apparaît que l’étude des châteaux ne peut se limiter à la seule Messénie, mais qu’il est nécessaire d’étendre nos recherches de l’autre côté du Taygète : ainsi, la forteresse de Vardounia située du côté laconien doit être considérée en même temps que Mistra comme un point fortifié destiné à contenir les Mélinges dans la montagne2. Mieux encore, suggérer des sujets nouveaux, promouvoir des axes thématiques différents pour ce qui est de travaux écrits à publier témoigneront du besoin de polyvalence que nous avons défendu pour les études helléniques. Parallèlement, cette ouverture et cette multiplication des activités stimuleront l’intérêt, susciteront la curiosité et l’esprit d’analyse, indiqueront des voies nouvelles. Au niveau individuel, elles éveilleront des vocations, allant jusqu’à provoquer des envies et encourager des étudiants à effectuer des doctorats. Au chercheur déjà engagé, elles montreront les prolongements à suivre.

7À un niveau plus large, elles toucheront et enrichiront les projets de collaboration entre universités, tout d’abord en France, et sur le plan international, entre deux pays ou plus, donc au moins entre la Grèce et la France, de manière à mettre en place des équipes de recherche et de dynamiser ces contacts par des projets polyvalents qui associeront de manière active et fructueuse enseignants-chercheurs et étudiants. Nous verrons plus bas que des bases ont déjà été jetées, mais que, mal assurées, elles nécessitent d’être consolidées par des initiatives répétées.

  • 3 Sivignon M., La Grèce sans monuments, Paris, Hachette, 1978, p. 5.

8Le discours le plus rarement tenu, le point de vue le moins répandu et le plus confidentiel trouvent un résumé éclairant dans la phrase de Michel Sivignon3 :

Nous ne prétendons pas que les témoignages de l’Antiquité soient sans intérêt, et sans charme les cafés de village. Nous pensons tout le contraire, mais nous sommes également convaincus que le voyageur ne perd rien à essayer de comprendre les paysages qu’il observe en liaison avec les traits de la nature et les événements historiques qui s’y sont succédé.

9Michel Sivignon montre une fois encore que le passé et le présent doivent être rapprochés et vus simultanément : au-delà de la fascination esthétique et de l’émotion, ils transportent et nourrissent l’individu en son for intérieur.

10La citation ajoute un point qui, dans notre activité de chercheur et dans notre expérience messénienne, nous paraît capital. Michel Sivignon a compris, bien que n’étant pas historien, à quel point l’environnement naturel exerce une influence sur le déroulement des « événements historiques ». Dans l’absolu, un relief accidenté favorisera les incursions intempestives et soudaines, facilitera les embuscades, tandis qu’une large plaine rendra plus aisés le déploiement de troupes et l’affrontement face à face des hommes. Voici un autre commentaire qui reflète presque point pour point un fait authentique : est-on en mesure de parler de la lumière ou de la mer en Grèce d’après les textes littéraires, si on n’a pas vu soi-même la « mer lie-de-vin », comme dit Homère, ou la lumière aveuglante du plein été ? La nature explique la vie et les hommes, le cours du quotidien comme les comportements et les traits de caractère.

  • 4 Cuisenier J., « D’une possible Grèce plurielle » in Ethnologie française, Grèce-Figures de l’altéri (...)

11Michel Sivignon ne fait pas figure de scientifique isolé. Plus récemment on lit, sous la plume de Jean Cuisenier, directeur de la revue Ethnologie française4 :

De ces images d’une Grèce antique et lointaine aux ruines toujours admirées, une autre série d’images se distinguent, qui pointent, à l’opposé, l’aspect oriental, voire dionysiaque de leur objet. Ce sont celles de l’orthodoxie, de ses églises et de ses monastères, de ses chapelles sensibles que le voyageur croise au détour d’un chemin. Celles aussi d’une Grèce rurale et montagnarde, où l’on vaque à dos d’âne sur des sentes incertaines, allant d’un plant d’olivier à un bout de jardin non sans nourrir, en ces terroirs divisés, les passions d’où naissent les tragédies. Celles d’une Grèce maritime et pêcheuse, […]. Celles, encore, d’une nation industrieuse et commerçante, […]. Celles, enfin, d’une Grèce d’outre les mers […].

12Jean Cuisenier invite les lecteurs à une vision multiple, et non plus rigide et restrictive, de la Grèce : et l’on reconnaîtra avec lui que la « Grèce maritime et pêcheuse », ou la « Grèce d’outre les mers », ou la « nation industrieuse et commerçante », sont des expressions qui conviennent tout autant à la Grèce antique qu’à la Grèce contemporaine. Pourtant, il n’est pas sûr que cette opinion soit partagée par tous : comme le suppose Jean Cuisenier,

  • 5 Id., ibid.

Il se peut qu’une autre représentation de ce pays et de ses hommes émerge alors, plus instruite, plus fidèle, plus attentive aux réalités du temps présent, qui surprenne les amoureux de l’Antiquité hellénique et les voyageurs les plus avertis5.

13Par comparaison, l’énoncé de la phrase de Michel Sivignon paraît plus anecdotique et plus anodine, modeste constatation de ses enquêtes grecques. Mais les deux citations énoncent le même propos ; l’une et l’autre font référence à la bisémie de chacun des mots « Grèce » et « hellénisme », exprimée symboliquement par deux adjectifs qualificatifs, « antique » et « moderne », qui sont liés par le sens au déroulement du temps mais dont les résonances sont en total déséquilibre, le premier étant mieux connoté que le second.

  • 6 Toundassaki Irini et Caftantzoglou Roxani, « Narrations de l’identité culturelle grecque », ibid., (...)

14Toutefois, Sivignon se fonde sur son expérience personnelle pour illustrer une idée qui sous-tend la naissance de la nation grecque. Peut-être ne se rend-il pas compte à quel point elle est fondatrice, mais sans doute a-t-il le pressentiment de la nécessité de la prendre comme élément adjuvant de ses réflexions. La continuité historique a en effet constitué une partie de l’idéologie officielle du xixe siècle destinée à donner une crédibilité à la Grèce nouvellement créée et à la doter d’un passé prestigieux6. Elle est le support de l’idéologie nationale selon laquelle l’État moderne trouve ses racines dans l’Antiquité. Fondée sur le recours à la diachronie et l’interaction entre les âges, elle a joué un rôle déterminant. Parallèlement, elle peut être également convoquée dans le domaine de la langue : l’idéologie nationale s’est plue au xixe siècle, à la suite de Ο Διάλογος [Le Dialogue] de Solomos, à clamer haut et fort que la langue grecque est une et qu’elle devait rassembler autour d’elle le peuple grec tout entier. La continuité linguistique constitue un autre pilier inébranlable de cette idéologie nationale, la langue assurant le ciment identitaire de la nation.

  • 7 Encore une fois, mais sans la résumer ni la commenter, nous mentionnons la position de Sylvain Goug (...)

15Il est une autre continuité, celle entre civilisations grecque et européenne, qui est débattue encore aujourd’hui par les spécialistes7.

16Il est étonnant de constater que les pages abondantes et érudites des Guides Bleus ont longtemps guidé les visiteurs d’un champ de ruines à un site archéologique, d’un autre site archéologique à un champ de ruines encore différent, et ainsi de suite, se contentant de mentionner les chemins ou routes modernes, bien sûr, permettant de s’y rendre. La Grèce d’aujourd’hui, vibrante, au cœur battant, est cruellement absente de ces ouvrages et des suggestions de visites pendant presque un siècle. D’exclusion il est vraiment question, la Grèce contemporaine étant supplantée dans les pages des guides et dans les mentalités des étrangers, sous le poids de stéréotypes profondément enracinés, par la Grèce de l’Antiquité avec son catalogue de monuments en marbre, de statues, de textes fondateurs, de préceptes philosophiques ou de théorèmes mathématiques. Il existe un clivage prononcé, voire un antagonisme brutal entre la Grèce antique, la Grèce médiévale et la Grèce moderne, ou encore entre le grec ancien, le grec médiéval et le grec moderne, et plus simplement entre grec ancien et grec moderne, langue et civilisation subissant le même sort et la même déchirure sous l’effet de ce clivage et de cet antagonisme. Cette situation, ancrée dans les esprits, imprimée sur les pages des publications sur l’hellénisme, n’est jamais remise en question par les spécialistes eux-mêmes, ni par les instances gouvernementales ou associatives en place, ni dans l’organisation des études grecques, à l’Université en particulier, et illustre parfaitement le cloisonnement des disciplines et des époques. Un Département de Lettres Classiques n’inclura qu’à titre exceptionnel dans son programme un enseignement de grec moderne, et ne suggèrera presque jamais à ses étudiants de suivre une initiation en langue italienne ! Par ailleurs, les termes « archéo-helléniste » et « néo-helléniste » témoignent de l’existence en parallèle de deux domaines de recherche distincts, dont on se demande bien par où passe la limite entre eux et ce qui justifie son existence.

2. Hellénisme et interdisciplinarité

17Les affirmations qui viennent n’ont pas de quoi surprendre. L’association polyvalence et études grecques a déjà été éprouvée, dans les travaux de Michel Sivignon et de Jean Cuisenier, pour ne citer qu’eux. Ils montrent à quel point l’hellénisme a à gagner de la bi-, de la polyvalence de leurs recherches ! On peut être helléniste en étant spécialiste de la Grèce, avec une discipline dominante comme l’ethnologie, la géographie, ou la complémentarité des sciences auxiliaires, de la démographie, de l’économie, de la sociologie… La polyvalence est également servie par la linguistique.

Ill. 33 : Le château de Paniperi (ou Francesiko).

18En conséquence, il est indispensable d’étendre l’interdisciplinarité encore plus que ce qui a été fait jusqu’à maintenant et de lever les clivages existant entre les domaines scientifiques. Nous sommes persuadée que cette orientation est salutaire aux études grecques… et aux hellénistes qui modifieront, élargiront leurs travaux et réviseront leur discours en évitant un immobilisme peu productif. Nous nous défendons de prôner la polyvalence à tout prix, au risque de parvenir à un saupoudrage superficiel de connaissances et de publications ; la polyvalence et la capacité à toucher de nombreux domaines n’excluent pas de devenir spécialiste dans un thème en passant par la pluralité des approches.

19L’interdisciplinarité constitue un enseignement venu de l’héritage antique. La culture grecque qui a dominé et demeure toujours dominante dans de nombreux domaines a montré de quelle façon la polyvalence nourrit la réflexion et les études. Indubitablement, celle-ci est bénéfique aux études grecques en tant qu’elle touche des domaines scientifiques différents et qu’elle les fait interférer au-delà des clivages disciplinaires et chronologiques.

20Pour notre cas personnel, notre ouvrage sur les châteaux de la Messénie médiévale nous incite à poursuivre cette enquête dans le même esprit, en recourant tout à la fois à l’architecture, l’histoire, la topographie et à l’étendre dans un premier temps au reste du département. Il nous paraît indispensable de nous pencher sur la Messénie occidentale (du côté de la mer Ionienne) et méridionale, mis à part les territoires qui furent remis en 1209 à Venise. C’est que l’intérêt réside dans la liste exhaustive des châteaux qui existèrent sous la francocratie, leur correspondance avec d’éventuels vestiges qui demanderaient à être décrits et analysés. L’un d’eux, à notre avis, devrait faire l’objet d’une publication scientifique majeure : c’est le château nommé Paniperi d’après le village voisin et appelé Francesiko sur la carte des soldats français du xixe siècle, qui est bien autre chose qu’un simple PK (Paleokastro, château ancien) placé sur une carte (ill. 33) ! Ce château, en bon état de conservation et dont l’appareil rappelle celui de Pidima, à la différence près qu’il n’utilise pas du tout la brique, occupe une situation panoramique permettant de voir en direction de Saflaouro, du mont Ithômi et du golfe de Kalamata. Edifié sur le versant Nord du mont Lykodimo, il n’est pas éloigné à vol d’oiseau de Petalidi. L’intérêt actuel vient non seulement de l’ampleur de la construction mais aussi de son accès facilité par les travaux de nettoyage de 2007 et des projets d’aménagement au public. En conséquence, la même démarche serait adoptée pour Paniperi et d’autres : insister sur les monographies en orientant la présentation vers la toponymie et la topographie, en procédant à une description des vestiges qui conduirait à un chapitre-bilan portant sur l’analyse des lieux fortifiés et l’éventualité d’un réseau de communication entre eux en cas de danger. Un parallèle serait établi entre la partie septentrionale et la partie méridionale de la Messénie afin de faire apparaître si la problématique et les réponses qu’on lui apporte sont identiques, ce qui tendrait à donner, dans l’affirmative, une image uniforme à la Messénie médiévale.

21Il n’est pas exclu, si les résultats nous y invitent, d’étendre la typologie des châteaux à l’ensemble du Péloponnèse, du moins dans un premier temps en Elide et en Achaïe qui restèrent latines jusqu’au xve siècle, avec pour objectif de montrer s’il existe un type de château moréote et si le système de communication et d’information entre les lieux fortifiés fonctionne aussi bien là que dans le Nord de la Messénie. Certes, la description des lieux fortifiés a déjà été publiée dans le remarquable ouvrage d’Antoine Bon sur la Morée franque. Or, ils y sont classés par région et toujours considérés de façon indépendante les uns des autres : il conviendrait d’adopter le système de classification et de présentation qui a servi pour la Messénie que nous avons déjà étudiée. Mais, avant toute chose, malgré et au-delà de l’admiration méritée qui est encore aujourd’hui vouée au médiéviste Antoine Bon, nous savons qu’il serait nécessaire de vérifier, de compléter et de corriger les descriptions qu’il a réalisées parce qu’à certains moments il s’est trompé ou a oublié un site. De toute façon, sur une base de réflexion considérablement élargie, cela vaudrait la peine d’étendre la problématique et les axes d’approche à l’ensemble du Péloponnèse et de voir si l’uniformité existe à l’échelle de la péninsule.

22Notre engagement à vouloir étendre la recherche typologique des châteaux nous est inspiré par la constatation selon laquelle celui de Karytaina (Arcadie) présente des points communs avec des châteaux messéniens, comme sa position sur un éperon rocheux, sa situation à l’entrée d’une longue vallée (dans ce cas, du bassin de Megalopolis à la mer). Inversement, le rapprochement avec la tour carrée de Chalandritsa (Achaïe) tendrait à infirmer l’hypothèse. De toute façon, ce n’est que l’étude, une fois achevée, qui peut confirmer ou non l’idée de départ et corroborer l’utilisation des thèmes d’ouverture. Pour stimuler la recherche grecque, le recours systématique à la castellologie mérite en tout cas d’être exploité.

  • 8 Voir supra, note 37 p. 77.
  • 9 C’est la position que nous avons défendue dans notre communication faite à Paris à l’invitation de (...)

23Pour la période médiévale, beaucoup de points restent à examiner. Le cas particulier de l’Abbaye du Saint-Sauveur de Safadin8 pose de manière plus large, en terre moréote, la question religieuse sous la francocratie. La participation de communautés catholiques et de moines-soldats comme les Templiers, les Hospitaliers et les Chevaliers Teutoniques à la conquête du Péloponnèse, si l’on en croit certains passages de la Chronique grecque, laisse entendre que les hommes de Dieu eurent leur place et leur rôle à jouer lors de l’occupation. Il est presque avéré qu’ils ont été présents sur le sol messénien, l’analyse est à mener au niveau du matériel archéologique et de la toponymie. La conquête du Péloponnèse n’est-elle pas une conséquence directe de la 4e Croisade ? Mais la suite des événements fait planer un doute sur la sincérité des intentions des conquérants et des trois Ordres et sur la réelle influence exercée par l’église latine en terre orthodoxe9.

24L’habitat traditionnel du Péloponnèse, surtout rural, mais aussi pour une proportion moindre, artisanal, commercial et urbain, ne manque pas d’intérêt. Ainsi, dans la capitale Kalamata, les objets d’étude ne manquent pas, pendant qu’il en est encore temps : quelques maisons néo-classiques, les anciennes installations portuaires, du moins ce qu’il en reste, des entrepôts, quelques maisons de pêcheurs ou abris de bateaux. Pour l’architecture villageoise, un premier pas a déjà été franchi. Récemment, en 2002, a été publié le remarquable ouvrage Houses of the Morea – Σπίτια του Μορέα (« Maisons de Morée ») consacré à l’architecture traditionnelle du Péloponnèse d’après la Guerre d’Indépendance. Ce type d’étude est exceptionnel par le choix du sujet et les croquis de maisons anciennes effectués dans des villages d’Achaïe en particulier. Or, vu l’ampleur de la tâche, il renferme des lacunes, somme toute regrettables, pour le domaine messénien. En effet n’évoquer que trois villages où subsistent des habitations du xixe siècle est nettement insuffisant : la Messénie septentrionale et centrale présente plusieurs exemples de l’habitat villageois d’après 1821 (nous proposons les villages de Constantini et Diavolitsi dans la plaine supérieure, ainsi que Thouria dans la plaine inférieure) et d’architecture artisanale, sans parler, le long des routes conduisant du côté messénien au Mont Lycée, dans la vallée de la Néda, des abris d’estive à toit de lauzes qui abritent les bergers encore aujourd’hui. À défaut de traiter personnellement ce sujet, au moins pouvons-nous en suggérer l’idée à des spécialistes en habitat rural.

25En outre, nous imaginons de réaliser, en appliquant l’autopsie du terrain, la méthode que nous avons mise en œuvre de bonne heure, un travail qui s’intitulerait Promenades littéraires dans le Taygète : y seraient regroupés des clichés pris par nos soins dans le vaste massif du Taygète et des textes littéraires, qu’ils soient écrits en grec ancien, médiéval et moderne, ou dans d’autres langues. Notre projet est suffisamment avancé pour que nous soyons en mesure de le présenter de manière détaillée et d’exposer les deux motifs bien distincts qui l’ont inspiré. D’une part, nous avons constaté que les maisons d’édition grecques, du moins celles qui publient des livres abondamment illustrés et qui misent sur la qualité esthétique de l’image, choisissent depuis dix années environ une thématique et une iconographie puisées dans les paysages, faisant ainsi découvrir et apprécier au lectorat grec les régions de son propre pays. Ceci peut étonner le public français qui est sensibilisé depuis longtemps aux beautés naturelles de la France et qui n’a plus besoin d’en être convaincu. Mais il manquait en Grèce cet attrait de la nature, de l’authenticité, des vraies valeurs, de l’histoire,… ainsi que l’intérêt pour l’art photographique. Comme nous venons de le dire, la tendance est en train de s’inverser comme en témoigne le travail du célèbre photographe Yorgos Depollas dans Επιστροφή στην Αρκαδία ([Retour en Arcadie] (Greek-English), fotorama, 2000), hymne à la gloire non seulement de cette terre mais aussi des hommes qui y ont vécu.

26D’autre part, Richard Stoneman dans ses Φιλολογικές Διαδρομές στην Ελλάδα [Itinéraires littéraires en Grèce], Pataki, 1998, version grecque de son ouvrage original A Litterary Companion to Travel in Greece, Penguin Books, 1994, réunit des passages en grec moderne traduits du grec ancien et de langues vivantes comme l’anglais, l’allemand et le français et suit un découpage régional sur tout le territoire de la Grèce. Ici ou là, quelques illustrations, photographies et reproductions de tableaux, accompagnent les extraits.

27Notre idée première à la base du projet a été la suivante : mêler les deux tendances dans le même ouvrage et appliquer ce principe à un thème messénien, le massif du Taygète, au travers de la géographie physique, de l’histoire et de la culture. Le recensement des auteurs et des passages a commencé il y a quelques années lors de la préparation d’un cours que nous assurons sur la Grèce vue au travers des récits de voyageurs français. Nous avons été surprise de constater à quel point le Taygète est fréquemment mentionné ou décrit dans les textes. À toutes les époques, le regard, balayant la chaîne du Sud vers le Nord, est retenu par la longue échine de la montagne qui barre l’horizon à l’Est quand on est en Messénie ou à l’Ouest depuis la Laconie. En grec ancien, l’Odyssée, chants iii et iv, sans mentionner le nom du massif, laisse deviner les ravins qui entaillent la montagne du côté laconien et par où le jeune Télémaque est passé pour se rendre chez Ménélas. Par ailleurs, plusieurs sources, dont Pindare, rappellent que Taygètè, l’une des Pléiades, trouva refuge ici après avoir été séduite par Zeus. Dans la littérature néo-hellénique, ce sont plutôt des textes courts, des nouvelles surtout, qui sont consacrés à la description des paysages. Le fait est suffisamment rare pour que nous le notions. Ainsi, Passayannis, Myrivilis, Ouranis et Vrettakos, pour ne citer qu’eux, décrivent le Taygète dont la puissance impressionne le regard. La constatation a été la même pour ce qui est de la littérature étrangère : la montagne, toujours symbole de force et de majesté, replace l’être humain à l’échelle modeste qui est la sienne par rapport à la nature. C’est le cadre historique que met en place le Second Faust de Goethe, inspiré par la ville de Mistra et l’arrière-plan du Taygète, en situant le mariage d’Hélène et de Ménélas dans la Mistra médiévale des Villehardouin. Dans la littérature française, nous relevons par exemple Chateaubriand, Quinet et Barrès : dans ces pages, les qualités littéraires, le lyrisme exalté en particulier, dominent plus que la précision scientifique d’un géographe, d’un botaniste ou d’un géologue.

28Nous avons été un moment tentée par la constitution d’un corpus multilingue grec moderne – grec ancien – allemand – anglais – français et la traduction des textes de langue étrangère en français. Devant la complexité du projet et le nombre de textes à réunir, nous avons estimé moins ambitieux de recentrer le corpus sur grec ancien – grec moderne – français, quitte à refaire pour notre compte des traductions déjà existantes : ceci est vrai pour le grec ancien surtout, mais l’occasion est tentante de mettre des textes moins connus de grec moderne à la portée du lectorat français.

29Parlons à présent des photographies, puisque nous souhaitons donner la priorité à l’image. Chaque traversée du Taygète, par la route nationale ou par des chemins forestiers, nous a permis de prendre des clichés du massif, un peu en hiver et au printemps, surtout l’été, et de nous attacher sans a priori au relief et à la flore. Si le classement le plus approprié des textes nous paraît être celui qui est fondé sur la thématique de la nature (la montagne dans son aspect physique ; le déroulement des saisons), sur les références mythologiques et le traitement symbolique et métaphorique du massif, nous sommes en revanche moins en mesure pour le moment de nous prononcer sur la manière d’utiliser les photographies. Plusieurs questions se posent encore de savoir comment les sélectionner, comment et pourquoi les adapter aux textes, quelles priorités retenir, la qualité esthétique du cliché ou la mise en correspondance avec les extraits, ou les deux… Selon toute probabilité, au moment de la publication, les critères éditoriaux seront eux aussi déterminants. Enfin, le projet n’ayant pas été poussé jusqu’à son achèvement avant 2007, la montagne montrera les plaies que lui ont infligées les incendies tragiques de cette année-là.

30À partir de cette matière écrite abondante qui se prête à l’illustration tout aussi agréable à l’œil qu’enrichissante pour l’esprit, nous obtiendrons une anthologie bi- ou trilingue associant texte et image qui servira à partager avec d’autres voyageurs nos plaisirs littéraires et notre expérience de la nature grecque.

31Il est facile de constater que les études messéniennes occupent une large place dans nos projets personnels. Polyvalence et continuité ne cessent d’être au rendez-vous des axes thématiques évoqués, mais nous estimons que ce sont des travaux à placer dans le court terme. Pourquoi une telle urgence ? C’est que nous persistons dans le sentiment d’inquiétude que fait naître l’état avancé de détérioration de certains châteaux. Comme nous craignons que beaucoup soient dans ce cas, en Messénie et dans le reste du Péloponnèse, le recensement et la typologie réfléchie et argumentée des forteresses seraient à (faire) effectuer dans les meilleurs délais.

32Nous avons déjà plusieurs fois mis en lumière la pertinence de l’onomastique, anthroponymie et toponymie comprises, dans les études grecques. Les sources étant des documents écrits, conservés en bibliothèque, par conséquent accessibles à tout moment, ce type de recherche ne présente pas le même caractère d’urgence que les interventions des archéologues sur les sites menacés ! Si les articles ou conférences que nous avons déjà produits s’appuyaient sur la source première qui est la Chronique en langue grecque, il conviendrait à l’avenir que les futurs travaux – les nôtres ou ceux d’autres chercheurs – s’inspirent également et de façon récurrente des ouvrages utilisés pour notre étude sur les Châteaux et qui renferment des documents originaux non littéraires, comme Monumenta Peloponnesiaca et Documents sur le régime des terres dans la Principauté de Morée au xive siècle, afin d’élargir la liste des toponymes, surtout ceux en usage au Moyen Âge, et surtout d’amorcer une étude anthroponymique, et pourquoi pas généalogique. Prolongée avec l’aide de sources plus récentes et profitant à coup sûr de son caractère original et novateur, elle mettrait en évidence l’émergence de certaines lignées ou de certains noms de famille propres à la Messénie, ou pourquoi pas la prédominance de certaines suffixations, comme le suffixe -έας [-éas] répandu de nos jours en Laconie et en Messénie.

33Si notre mission universitaire actuelle consiste à suggérer, guider, conseiller, orienter des doctorants vers des sujets multiples, le travail que nous avons mené jusqu’ici a confirmé les espoirs considérables qui peuvent être tirés de recherches prolongées en toponymie. Ces travaux, sans doute sporadiques au début, s’ajouteraient à ceux, approfondis, du Professeur Dikaios Vayakakos, l’un des rares spécialistes grecs d’onomastique, et complèteraient les conclusions qu’il a obtenues. Cette discipline, mal connue en Grèce et peu pratiquée par les jeunes chercheurs, indiquerait de nouveaux axes thématiques qui sauraient les séduire. Le Professeur Vayakakos, au dynamisme indéfectible, est à notre connaissance le spécialiste avéré en Grèce, et surtout le seul en ce qui concerne le Sud du Péloponnèse : malgré l’ampleur de ses travaux, il sait fort bien qu’il ne parviendra jamais à traiter de manière exhaustive les questions de toponymie et, pour ce faire, il cherche à s’entourer d’une équipe de collaborateurs. En s’associant aux travaux de la Société des Études Laconiennes, le chercheur travaillera dans ce qui est certainement le seul foyer de réflexion et d’échanges sur l’onomastique. Notre rôle ne reviendrait pas seulement à confier à cette équipe de jeunes chercheurs, mais à les conseiller pour tout ce qui toucherait le domaine messénien. L’originalité de cette collaboration viendrait également de ce que la toponymie se verrait complétée par des travaux sur l’anthroponymie, que la Société n’a pas mise en avant. Les listes et inventaires publiés dans les ouvrages cités ci-dessus sont des prétextes bienvenus pour prolonger des travaux déjà existants comme celui de Athanasios Rizakis, Roman Peloponnese I – Roman personal names in their social context [Péloponnèse romain I – Noms de personne romains dans leur contexte social] sur l’anthroponymie péloponnésienne (exception faite de l’Arcadie et de la Messénie) à l’époque romaine. Pourquoi ne pas poursuivre avec la période médiévale et aller jusqu’à aujourd’hui ? Les sources inestimables que constituent les inventaires de l’époque des Acciaiuoli citent des noms de famille identifiables comme étant grecs (plusieurs ont -πουλου/-poulou comme second élément de composition) et dont certains sont toujours en usage, (par exemple Μακρής/ Makris, même si c’est un patronyme très répandu).

34Concernant la toponymie, les idées abondent, d’autant plus que les publications manquent cruellement. Nous donnons quelques exemples liés à nos thèmes de recherche : d’une part les noms propres des quartiers ou lieux-dits de la ville de Kalamata a priori évocateurs de la période franque, de l’autre, à l’échelle du Péloponnèse, l’étude de toponymes composés, dont le premier élément de composition est Φραγκο-/Franco, comme Φραγκοπήδημα (Francopidima) et Φραγκοβίλλα (Francovilla) en Elide, et de toponymes simples, comme Φράγκα/Franga en Achaïe et Κουρτέσι/ Kourtesi en Messénie et en Elide. De plus, ou enfin, nous aimerions rapprocher le toponyme Landreville (village du département de l’Aube) du toponyme Ανδραβίδα (Andravida, bourgade d’Elide).

3. Engagement personnel et points de vue croisés

35L’engagement personnel s’entend par une mobilisation intellectuelle permanente, une curiosité sans cesse en éveil et le refus des barrières.

36Le travail gagnera beaucoup à se faire en équipe : beaucoup de publications sont là pour montrer que les résultats sont plus importants et plus immédiats quand ils émanent d’un groupe que d’une personne seule. L’échange, la mise en commun des informations, la discussion et la contradiction l’emportent de beaucoup sur une réflexion à une seule voix. La collaboration universitaire qui est à envisager s’entend surtout avec des médiévistes français et grecs : Mme Dourou-Iliopoulou de l’Université Capodistria d’Athènes s’intéresse à la francocratie comme l’attestent ses nombreux travaux de recherche. Les disciplines susceptibles de servir la polyvalence et la collaboration interuniversitaire à laquelle nous aspirons seraient la castellologie et l’onomastique.

  • 10 Nous sommes en relation avec Mihalis Kappas de la Direction no 26 des Antiquités byzantines de Mess (...)

37Des contacts seront pris à un moment donné au niveau des sociétés savantes dont les structures sont déjà en place ou plus faciles à établir que celles d’une administration. Qui plus est, des conventions ont déjà été conclues avec des universités grecques. L’université du Péloponnèse a été parmi les premières sollicitées dans la mesure où son annexe de Kalamata, spécialisée dans les sciences humaines et la valorisation patrimoniale, exprime dans plusieurs brochures pédagogiques son intention d’étendre son programme d’enseignement à la castellologie. La mise en place de séminaires et de cours, au(x) niveau(x) d’étude qu’elle jugera bon(s), sensibilisera les étudiants grecs au patrimoine péloponnésien et messénien, les initiera à sa diversité et les avertira des dangers qu’il encourt, et sera complétée, qui sait ?, par des campagnes de protection et de mise en valeur des sites médiévaux. Puisque cette structure universitaire est engagée, pourquoi ne pas encourager vivement son fonctionnement et soutenir les collègues messéniens de Kalamata au moment d’exploiter avec leurs étudiants l’héritage qui leur revient ? Nous leur avons déjà fait connaître nos centres d’intérêt et notre publication sur les châteaux du Moyen Âge ; nous leur avons également transmis notre souhait de collaborer avec eux et de leur faire partager nos connaissances et notre expérience, sans savoir encore quelle est leur intention, et il nous est facile d’insister autant qu’il le faut. Dans l’affirmative, une aide logistique et technique est à espérer des Services des Antiquités Byzantines (Direction n ° 26) du Ministère grec de la Culture en poste à Kalamata10. Nos relations étroites avec la Messénie nous permettent d’espérer que par une intervention personnelle et des rencontres directes et répétées, les projets se multiplieront et qu’un groupe de travail sera officiellement constitué. Nous savons tous que les contacts personnels sont précieux et qu’ils sont particulièrement déterminants aux yeux des Grecs.

38Dans le même cadre de cette collaboration universitaire, il va de soi que doi(ven)t être formée(s) une/des équipe(s) de recherche intégrant tout d’abord des membres locaux et des membres associés appartenant à des universités étrangères, ensuite de jeunes docteurs et des doctorants. Comme point d’aboutissement, il serait encourageant et satisfaisant de conclure des directions ou des co-tutelles de masters et de doctorats. L’encadrement de chercheurs autour de sujets interdisciplinaires assurerait le devenir de ces branches qui sont en cours de réhabilitation. Rénover et stimuler le présent contribuerait à préparer et enrichir l’avenir.

39Étant entendu qu’il faut saisir les initiatives prises du côté grec et les sortir coûte que coûte de leurs dossiers cartonnés pour qu’elles prennent forme, étant donné qu’une dynamique « gréco-grecque » est une chance à ne pas laisser échapper, d’autres projets nous semblent intéressants. Nous avons pris plusieurs fois contact avec Nicolas Kontogiannis qui a participé à une entreprise originale lancée par une Commission dépendant du Service des Antiquités byzantines et se consacrant aux châteaux du canton de Pylos (Ouest de la Messénie) : son but était d’entreprendre la protection des sites médiévaux de l’endroit. Pour autant que nous le sachions, il a travaillé tout autant sur le terrain en Pylie puis à Méthoni que dans le cadre de séminaires universitaires consacrés aux châteaux, à l’Université américaine de Princeton notamment. Aujourd’hui, il travaille à l’Université du Péloponnèse (annexe de Kalamata). Unir nos efforts, confronter nos expériences et nos connaissances, préparer des opérations conjointes, amener nos collègues à élargir leurs travaux de prospection et de rénovation à d’autres secteurs de Messénie seront salutaires à la sauvegarde du patrimoine messénien et permettront la diffusion élargie de ce qu’il comporte. Nous espérons que le contact pris avec lui et avec son ami Mihalis Kappas, qui sont désormais nos interlocuteurs sur place en Messénie, et renforcé par la sortie de notre étude sur les châteaux de Messénie, conduira à encore plus d’échanges, de confrontations d’idées, de choix, à des analyses plus approfondies. La mise en commun des points de vue et le dialogue contradictoire ne peuvent qu’enrichir la discussion et, en la rendant positive et fructueuse, c’est-à-dire en la faisant aboutir, servir avantageusement le patrimoine médiéval messénien. Le partage des opinions de spécialistes à spécialistes peut aller plus loin que la seule décision d’intervenir par des publications et des campagnes de restauration sur tel ou tel site. Il s’étend également à des séances d’enseignement, cours ou séminaires isolés, ou encore à un colloque : le prolongement universitaire va de soi, la proximité géographique de l’annexe de Kalamata l’impose même.

  • 11 Cette idée nous est inspirée par l’article de Christine Hodgetts et de Peter Lock « Some village fo (...)

40Si le Service de Nikos Kontogiannis exprime le même intérêt et la même curiosité que nous, nous trouverons capital de poursuivre avec son aide, ses compétences et ses relations, le catalogue raisonné des châteaux de la Messénie médiévale, en particulier occidentale et méridionale, plus exactement en Pylie et peut-être jusqu’au district de Petalidi11, pour remonter vers le Nord, au niveau du mont Aegaleon. De toute façon, nous comptons sur ses investigations pour ce qui concerne la période médiévale du côté de Paleo-Navarino au Nord de la baie de Navarin, et pourquoi pas jusqu’à Kyparissia, et sur ses conclusions pour découvrir éventuellement d’autres « châteaux oubliés » dans la moitié occidentale de la Messénie. Cela se trouverait en relation géographique mais aussi scientifique avec les investigations menées dans les années 1990 sur les points fortifiés en territoire vénitien, dans l’espace triangulaire délimité par Pétalidi, Koroni et Méthoni.

41Un partenariat de recherches avec des départements universitaires et des collègues, grecs en particulier, constitue une perspective séduisante, concrètement réalisable et scientifiquement prometteuse. Par cette collaboration, non seulement le travail en équipe sera encouragé mais notre domaine de compétences s’en trouvera élargi.

42À la différence des services de Messénie, si nous nous concentrons sur la seule francocratie, il faudra étendre la zone que nous avons étudiée dans notre livre et par conséquent inclure la Messénie méridionale et le Magne messénien, et lui intégrer au besoin le versant oriental du Taygète. L’objectif demeurera le même : mieux définir la fonctionnalité du château latin et vérifier sur une zone plus vaste notre affirmation concernant l’existence d’un réseau au travers des châteaux construits sur le sol messénien (ou moréote).

Ill. 34 : Lantzounato en 2004.

Ill. 35 : Lantzounato en 2009 après les travaux de nettoyage.

4. L’enjeu

43La permanence diachronique, l’unité, la longévité que quelques-uns se sont employés à démontrer et à défendre sont loin de transparaître dans la réalité ; cela signifie que les études grecques sont, en Grèce comme en France, morcelées en plusieurs disciplines d’enseignement et de recherche. La synchronie combat la diachronie et finit par l’emporter. D’où des épithètes qui rangent dans des catégories, qui mettent dans des tiroirs, et cela, dirait-on, de manière irréversible.

  • 12 Contrairement à ce qu’affirme le journal local messénien Η Σημαία [I Simèa] du 23/04/2004 et du 24- (...)
  • 13 Breuillot M., Châteaux oubliés de la Messénie médiévale, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 218 et 220, a (...)

44Cette situation paradoxale résiste, et paraît devoir le faire encore longtemps. Les spécialistes de chaque discipline ont la plus grande difficulté à franchir les limites et à procéder à des transferts. Les archéo-hellénistes ne sont que rarement néo-hellénistes, le grec ancien n’est pas enseigné en même temps que le grec moderne, le grec médiéval est encore plus souvent oublié des programmes. Si la langue subit cet état morcelé, il en est de même pour la littérature. L’histoire connaît le même sort : celle de la Grèce antique ne côtoie guère l’histoire byzantine et il n’est pas souvent question de les mettre en relation les unes avec les autres, ni de les associer à l’histoire contemporaine. Pourtant, il n’est pas rare de voir les explications d’une coutume ou d’un toponyme puiser leurs sources dans le xixe siècle trop proche, alors que l’on doit pour cela remonter à la lointaine Antiquité : ainsi, les fêtes hippiques de Platy, village de la plaine inférieure de Messénie, ne remontent pas à Kolokotronis mais à la religion antique12, ou bien encore το Κάστρο της Ωριάς « Le Château de la Belle », nom attesté pour le château de Gardiki, reflète une tradition qui ne remonte pas antérieurement à la visite de Jean-Alexandre Buchon13. Ce cloisonnement entraîne une réécriture fâcheuse du passé, alors que la diachronie réflexive et argumentée rétablirait avec certitude la vérité.

  • 14 Les forteresses messéniennes de Zarnata et de Kyparissia, entre autres, donnent un parfait exemple (...)

45Quelle situation étrange que de fractionner le temps par des cloisons fictives, comme si ces barrières étaient rationnellement faciles à dresser et ces frontières infranchissables ! Étrange, et même absurde, comme si l’on voulait décrire et commenter le rempart d’une forteresse en ne considérant que ses fondations antiques, et en arrêtant là la description sans évoquer la partie médiévale, franque ou byzantine, du mur, juste au-dessus, et plus haut encore sa portion ottomane. On ne compte plus les forteresses de Grèce, que ce soit au Nord ou au Sud du pays, qu’il faudrait ainsi morceler sous prétexte que le médiéviste n’a pas à considérer les périodes antérieure ou postérieure et que l’archéo-helléniste a pour mission exclusive de regarder et étudier les blocs polygonaux ou réguliers du bas de la courtine14 !

  • 15 Breuillot M. dir., La vigne et le vin dans la langue et la littérature néo-helléniques, Actes du XV (...)

46Aborder les thèmes de la vigne et du vin dans la langue, la littérature et la civilisation néo-helléniques ne s’entend que si on admet que texte biblique et littérature néo-hellénique interfèrent en permanence et que cette interaction renouvelle et enrichit la thématique autant qu’elle nourrit la force d’inspiration de l’auteur : au moment de refuser ou d’accepter certains titres de communication, il a été à l’époque hors de question pour nous, organisatrice, malgré le lien de la thématique du colloque avec le monde néo-hellénique, d’évincer les sujets se référant à la littérature antique grecque ou aux textes bibliques15.

47La situation est absurde, avons-nous dit, incompréhensible, certainement. Les deux approches, loin de s’affronter, s’ignorent totalement ; mais chacun a la liberté de choisir celle qui lui convient davantage, quand la force de l’habitude fait prévaloir l’une par rapport à l’autre. Se déterminer sur une approche dépend-il uniquement d’une satisfaction personnelle, d’une aptitude individuelle à mener à bien une étude ? Il est indéniable que la qualité de l’analyse est une exigence incontournable, la justesse du raisonnement aussi. Dès lors, nous souhaitons démontrer quel défi doit être relevé et quelle solution doit être préconisée. Là est l’enjeu de notre exposé. Sommes-nous en mesure de donner la priorité à telle ou telle approche ? D’approuver la situation en place ? De promouvoir une attitude différente face à l’hellénisme ? Nous espérons, c’est vrai, prouver que la dernière hypothèse est recevable, et plus que cela, n’a pas été traitée jusqu’ici. Nous souhaitons démontrer grâce à l’expérience qui est la nôtre dans le domaine de la recherche que le décloisonnement, la fusion des domaines et des approches, ou, autrement dit, l’interdisciplinarité sont garants de la réussite scientifique touchant l’hellénisme. Si notre méthode présente une apparente dispersion en raison du nombre de disciplines abordées et d’angles de vue choisis, le recentrage est favorisé par nos deux thèmes fédérateurs, la Messénie et la langue grecque. L’exemple de notre expérience, la messénienne surtout, est là pour prouver que le décloisonnement est possible, et qu’il constitue une ouverture fructueuse.

48Faire disparaître les limites tend à mettre en lumière la continuité et l’homogénéité de l’hellénisme. Pour des raisons compréhensibles de bon sens, d’exactitude et d’exhaustivité, c’est un pari qui mérite d’être lancé. L’enjeu serait également de montrer que le parti pris de la géographie et de l’ethnologie, que la permanence, l’homogénéité et la pluralité interactives doivent participer à cette réflexion nouvelle sur l’hellénisme, alors qu’on le voit toujours sous l’angle coutumier d’une approche unilatérale et si peu pluridisciplinaire.

49La continuité suppose la pluralité, car elle comprend, pour exister, plusieurs périodes ou plusieurs domaines ; elle signifie aussi diversité, ouverture à ces différentes périodes et aptitude à tirer profit de ces différents domaines. Pour ce qui touche la continuité historique, ce qui est avancé pour la Grèce en général vaut également pour toutes les régions qui la composent, dont la Messénie. Antiquité, Byzance et histoire moderne se côtoient en permanence, s’entrecroisent, se superposent ou se confondent, comme nous avons tenté de l’expliquer avec la métaphore de la muraille.

  • 16 Voir notre communication faite à l’Université Aristote de Thessalonique en novembre 2004 et intitul (...)
  • 17 Voir aussi la communication que nous avons faite à l’invitation de la Société des Études Néo-Hellén (...)

50Revenons au domaine littéraire, comme nous l’avons fait au début de cette étude : si le cloisonnement valait la peine d’être aussi rigide, aurait-il été possible de parler des jeux funèbres vus avec le regard de l’Antiquité et de l’époque moderne16 ? D’analyser le personnage homérique d’Elpénor tel qu’il est traité dans la littérature moderne, dans l’œuvre de Giraudoux et les poèmes de Séféris en particulier17 ? Il se trouve que dans les deux cas, la connaissance et le traitement des deux poèmes homériques est à la base de notre réflexion. Pour le thème des Jeux, la référence célèbre au passage du Chant XXIII de l’Iliade permet de construire une réflexion contrastive entre le texte antique et le roman moderne, en particulier sur le système des valeurs humaines, le rôle joué par la nature et l’enjeu dans l’économie des passages comme dans la mise en relation des personnages que représente l’organisation des jeux. Pour ce qui concerne Elpénor, il faut savoir que la communication mentionnée en note a pris la suite d’une intervention non publiée faite sur le thème « Elpénor, d’Homère à Giraudoux » et dont l’objectif principal était de montrer que par la seule volonté et le seul talent de l’auteur, l’anti-héros devient un héros à part entière, capable, par son envergure nouvelle, de supplanter le héros canonique. La seconde communication, qui constituait un travail également fondé sur l’intertextualité et la transformation d’un personnage littéraire au gré des mentalités et des courants littéraires, a démontré l’antériorité de l’Elpénor de Giraudoux par rapport au personnage homonyme de Séféris et la possibilité selon laquelle le poète grec aurait imité puis dépassé l’écrivain français. Le mystère de l’écriture et de l’inspiration modifie un personnage littéraire et le fait passer d’un rôle de second plan à celui de protagoniste, tout en lui conservant sa maladresse, son ridicule et son pathétique. Séféris, à son tour, fait d’Elpénor un héros en empruntant à son modèle français traits de mimétisme et réelles divergences : comme il aimait le dire, le poète cherchait l’inspiration partout où elle était, dans l’Antiquité ou plus près de lui. Ainsi, éviter la référence à l’Odyssée relève de l’aberration pure ; ni Giraudoux, ni Séféris, sans parler de tous ceux qui ont repris Elpénor dans la littérature du xxe siècle, ne souhaitent renier leur source, bien au contraire. En littérature également, le fil qui lie les générations entre elles n’est pas un obstacle à faire disparaître, mais il transmet le souffle et l’énergie de la création.

51La continuité historique, linguistique et littéraire, pour ne citer que ces trois épithètes, ne signifie pas appauvrissement intellectuel et reproduction à l’identique ; bien au contraire, elle garantit la régénérescence et le renouveau, non par un détournement du principe ou de l’acquis, mais par une reprise et un dépassement de ce principe vers un aboutissement, temporaire seulement, parce qu’il ne sera qu’une étape dans la continuité en marche. De même qu’ignorer la koinè occulte une période de la langue grecque riche en transformations morphologiques et syntaxiques, de même ne pas évoquer la prospérité agricole de la Messénie contrarie la bonne compréhension d’épisodes cruciaux de son histoire. Ainsi, il ne fait aucun doute que le regard envieux que lance la Laconie de l’autre côté du Taygète explique que, pour conquérir ces terres si fertiles, elle ait déclenché les guerres dites de Messénie entre les viie et ive siècles a. C. Dans le même esprit et pour la même raison, ce sont des terres messéniennes qui seront données par la famille d’Anjou (souverains de Naples et princes de Morée) à des conseillers fidèles en échange de bons et loyaux services.

52Ainsi la pluralité des disciplines convoquées contribuera-t-elle à élargir le champ de l’analyse, à consolider les mailles de la chaîne et à intensifier l’éclairage scientifique fourni par le lien diachronique.

Notes

1 de Romilly Jacqueline et Grandazzi Alexandre, Une certaine idée de la Grèce, Paris, de Fallois, 2003, p. 254-255.

2 Voir notre communication « Modalités et espace de l’exclusion des Mélingues dans le Péloponnèse médiéval » dans Abi-rached N. dir., Normes et marginalités à l’épreuve, Presses universitaires de Strasbourg, coll. « Études orientales, slaves et néo-helléniques », 2010, p. 39-48.

3 Sivignon M., La Grèce sans monuments, Paris, Hachette, 1978, p. 5.

4 Cuisenier J., « D’une possible Grèce plurielle » in Ethnologie française, Grèce-Figures de l’altérité, XXXV, 2005, 2, p. 199.

5 Id., ibid.

6 Toundassaki Irini et Caftantzoglou Roxani, « Narrations de l’identité culturelle grecque », ibid., p. 229-242.

7 Encore une fois, mais sans la résumer ni la commenter, nous mentionnons la position de Sylvain Gouguenheim dans Aristote au Mont Saint-Michel, qui veut réhabiliter l’empire byzantin « le grand oublié de l’héritage européen » (p. 18) et tisse d’autres liens, en mettant en avant d’autres témoignages d’une continuité qui traverse les siècles, comme « la filiation entre la Grèce antique et la chrétienté médiévale » (p. 172).

8 Voir supra, note 37 p. 77.

9 C’est la position que nous avons défendue dans notre communication faite à Paris à l’invitation de la Société des Études Néo-helléniques, à la Maison de la Recherche de la Sorbonne, en janvier 2006, sur « L’exercice du pouvoir en Messénie sous la francocratie ».

10 Nous sommes en relation avec Mihalis Kappas de la Direction no 26 des Antiquités byzantines de Messénie et c’est avec lui que nous avons débattu des châteaux à nettoyer en priorité. Ces travaux sont en cours et déboucheront sur l’aménagement de sentiers et sur la réalisation de panneaux explicatifs de manière à ouvrir ces sites au public et d’en faciliter la visite. Ce nettoyage présente un caractère d’urgence dans certains cas. La comparaison des clichés de Lantzounato, l’un pris en 2004 et l’autre en 2009, est spectaculaire : ill. 34 et 35.

11 Cette idée nous est inspirée par l’article de Christine Hodgetts et de Peter Lock « Some village fortifications in the Venetian Peloponnese » in Lock Peter & Sanders G.D.R. dir., The Archaeology of medieval Greece, Oxbow Monograph 59, 1996, p. 77-90 dont la pertinence vient de ce que cette partie de la Messénie n’a pas toujours appartenu aux Latins mais aux Vénitiens, ou de ce que des enclaves vénitiennes ont existé à l’intérieur du territoire latin.

12 Contrairement à ce qu’affirme le journal local messénien Η Σημαία [I Simèa] du 23/04/2004 et du 24-25/04/2004, les fêtes hippiques sont bien antérieures à Kolokotronis et remontent à l’Antiquité, à des jeux organisés en l’honneur du dieu Poséidon : voir Breuillot M., La Messénie antique : étude de géographie historique, p. 160-161.

13 Breuillot M., Châteaux oubliés de la Messénie médiévale, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 218 et 220, ainsi que n. 266, p. 220.

14 Les forteresses messéniennes de Zarnata et de Kyparissia, entre autres, donnent un parfait exemple de ce découpage impossible, architecturalement parlant, pour l’architecte comme pour l’archéologue : si on enlève une portion du mur, il s’écroule, de même que si on omet une phase de construction, on ne comprend plus la solidité ou l’homogénéité de l’ensemble. Voir Breuillot M., La Messénie antique : étude de géographie historique : pour Zarnata, p. 146-147 et pour Kyparissia, p. 217-218.

15 Breuillot M. dir., La vigne et le vin dans la langue et la littérature néo-helléniques, Actes du XVIIe Colloque des Néo-hellénistes des Universités francophones, Paris, INALCO, 2003.

16 Voir notre communication faite à l’Université Aristote de Thessalonique en novembre 2004 et intitulée « Les jeux funèbres dans Eroïca de Kosmas Politis : tradition et modernité », dans Fréris G. dir., L’image de l’athlétisme et des sports à travers la littérature, Actes du Colloque international du Laboratoire de Littérature comparée, Thessalonique, Édition du Laboratoire de Littérature comparée, 2005, p. 23-34.

17 Voir aussi la communication que nous avons faite à l’invitation de la Société des Études Néo-Helléniques en février 2004 à Paris et intitulée « Elpénor, de Giraudoux à Séféris » dans Tonnet H. dir., Revue des Études Néohelléniques, N.S. 1 (2005), p. 161-179.

Table des illustrations

Légende Ill. 33 : Le château de Paniperi (ou Francesiko).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Ill. 34 : Lantzounato en 2004.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5474/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Ill. 35 : Lantzounato en 2009 après les travaux de nettoyage.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5474/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 604k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search