Version classiqueVersion mobile

Continuité et polyvalence : un atout pour l’hellénisme

 | 
Martine Breuillot

Chapitre II. Une dualité originale

Texte intégral

1. La Messénie, thème privilégié et éclairant

  • 1 Strabon, 8.2.1. = C 335.

1La forme particulière du Péloponnèse s’est souvent prêtée à la fantaisie des commentateurs. Par l’imagination, ils pensèrent à une main à laquelle il aurait manqué un doigt, et cela conduisit par exemple Strabon, le géographe grec du Ier siècle p.C., à voir dans ses contours accidentés une feuille de platane découpée1. Mais peu de personnes savent où se trouve la Messénie ; de même, très peu sont capables de la décrire. Et beaucoup vont jusqu’à confondre Mycènes et Messène (l’ancienne Messène ou, pour les personnes averties, Archèa Ithômi = Αρχαία Ιθώμη) ! Il faut avouer que la carte qu’ont en tête les visiteurs de la Grèce en quête de sites archéologiques est souvent établie en fonction de la notoriété des lieux où ils souhaitent se rendre. Du Péloponnèse, ils citeront sans hésiter les hauts lieux de l’Antiquité que sont Epidaure, Mycènes et Tirynthe en Argolide, ainsi qu’Olympie en Elide, près de la côte occidentale de la mer Ionienne. Leurs connaissances dépasseront rarement les limites de cette liste : il est entendu qu’ils souhaiteront citer également Delphes, au-delà du golfe de Corinthe, Délos et la Crète pour ce qui est des îles. Peut-être certains connaîtront-ils pour une autre période Mistra et Monemvasia. Autrement dit, les autres régions de Grèce, plus éloignées et plus difficiles d’accès parfois, par conséquent moins souvent parcourues, demeurent généralement mal connues.

  • 2 Carte Μεσσηνία – Messinia, 1 : 125 000, Road Εκδόσεις [Éditions]. L’année de publication n’est pas (...)

2Les cartes de la Messénie ont été longtemps absentes ou peu s’en faut, de même que les plans de ville, qui ne sont disponibles que depuis une date récente. Méconnue, saisie jusqu’au séisme de 1986 par une sorte de torpeur paralysante, la Messénie n’a été représentée pendant longtemps par aucune carte qu’on ait pu juger satisfaisante. La fantaisie arbitraire et les illustrations ludiques de celle des années 1970 ont finalement été remplacées bien plus tard par des légendes précises et des indications du réseau routier, du relief, des chemins de randonnée qui répondent aux attentes des voyageurs modernes. Le meilleur document que l’on puisse recommander de nos jours est la carte Road accompagnée d’un livret d’explications en grec et en anglais et d’une liste d’excursions, et reprise il y a cinq ans environ par le Service du Développement touristique de la Préfecture de Messénie pour sa campagne promotionnelle de la région2.

Carte 1 : Carte générale de la Messénie (antique)

Carte 1 : Carte générale de la Messénie (antique)

a) Une terre de contrastes

3C’est l’aspect physique de la région qui fait surgir plusieurs types de contrastes : mer-montagne, montagne-plaine, plaine arrosée-sommets arides.

Entre mer et montagne

4Localiser la Messénie reste une source d’embarras, même pour les Grecs. Strabon la situe en s’appuyant sur l’itinéraire du voyage qu’il a effectué par le Nord et l’Ouest du Péloponnèse et rapproche par la pensée Elide de Messénie. Nous ajouterons l’Arcadie au Nord, plus à l’intérieur des terres, et la Laconie à l’Est. Il convient par conséquent de placer la Messénie aux confins du Péloponnèse, dans son extrémité Sud-Ouest, avec son golfe profond et son long promontoire qui avance dans la Méditerranée. Et encore… ! Le golfe de Messénie (ou golfe de Kalamata, d’après le nom de la capitale moderne) est en quelque sorte parallèle à celui de la Laconie et à celui de l’Argolide, les trois ayant la même orientation pour des raisons géologiques.

  • 3 Breuillot M., La Messénie antique : étude de géographie historique, chapitre II, 2.1.1, p. 27-28.

5La Messénie, pied occidental du Péloponnèse, orientée à l’Ouest vers la mer Ionienne (autrefois mer de Sicile), regarde également la mer de Libye quand on la voit tournée en direction de l’Afrique, vers le Sud3 : ainsi, quand elle est représentée sur une carte, la Messénie est baignée par la mer sur deux de ses côtés, surtout là où passent plus au large les voies maritimes reliant l’Ouest à l’Est de la Méditerranée (voir carte 1, ci-contre). Au Nord, elle a une frontière commune avec l’Elide et avec l’Arcadie et à l’Est, avec la Laconie.

6Dans sa partie méridionale et occidentale, la Messénie est bordée par la mer. D’où la position remarquable du promontoire et la construction impressionnante, de chaque côté, des deux forteresses de Méthoni et Coroni, à la fois villes, ports, places fortes, lieux d’activité humaine et escales en cas de tempête, parce que dotées d’une vaste baie protégée du large. Toutes deux, avec leur position avancée dans la mer, contrôlent depuis la terre ferme des couloirs maritimes fréquentés, à l’importance commerciale et stratégique indéniable.

7Dans le cas de Méthoni, la topographie des lieux a été propice à la fondation et au développement d’une ville : l’arrière-pays est fertile, et la baie, bien abritée des vents par les îles situées au Sud et par la langue de terre qui la barre à l’Ouest, a depuis toujours accueilli les bateaux qui y faisaient escale. Cité importante et forteresse redoutable dans l’Antiquité, elle joua encore un rôle de place forte sous la domination vénitienne (elle porte alors le nom de Modon) puis ottomane.

8L’emplacement de Coroni (ill. 1 et 2) n’a pas non plus manqué de frapper l’esprit des habitants de toutes les époques : ses murailles conservent des vestiges de l’occupation et de l’utilisation antiques, puis vénitiennes, enfin ottomanes. Ressemblant à Méthoni par sa position à l’extrémité du promontoire, Koroni combine port, ville basse et forteresse. Plusieurs époques de construction sont reconnaissables, comme à Méthoni. L’importance stratégique (militaire) et commerciale des deux ports explique que dès 1209, Venise les a réclamés aux Francs qui les leur ont remis sans réticence. Pour la Sérénissime, la valeur plurielle de ces positions est équivalente à celle de certaines îles de la mer Égée exigées à la même époque et dans le même contexte historique de la fin de la IVe croisade.

9Les deux forteresses, auxquelles il convient au moins d’ajouter Néokastro, à Pylos, à quelques kilomètres de Méthoni, et Kyparissia, au Nord-Ouest, laissent entendre à tort que l’économie messénienne a de tout temps été en liaison avec la mer, autant que la présence humaine. En réalité, la mer n’a servi les intérêts que de ses voisins immédiats, habitants de Méthoni et Coroni en particulier, sur une frange étroite du littoral et pour une partie infime de la population. Elle n’a jamais fait vivre la Messénie dans son entier, même si elle la baigne sur deux côtés. Ainsi donc, la mer est présente mais la Messénie n’est pas une terre maritime. La côte propose une limite aisée à garder en mémoire, tandis qu’il en est bien autrement pour la frontière intérieure. Paradoxalement, malgré les deux places de Méthoni et Koroni et leur ouverture sur la Méditerranée, la Messénie n’est pas tournée vers la mer, ni économiquement ni historiquement. Elle ne vit pas de ses côtes, elle n’est pas célèbre pour ses marins. En revanche, c’est à l’intérieur des terres, dans la plaine et la montagne, vers le centre du Péloponnèse, qu’elle trouve son identité et puise ses racines.

10La Messénie est située au Sud-Ouest du Péloponnèse, à l’extrémité de la péninsule. Alors que la mer la borde à l’Ouest et au Sud, ce sont les montagnes qui lui servent de limites au Nord, du côté arcadien, et à l’Est, du côté laconien. Les sommets ou massifs sont connus depuis l’Antiquité et sont passés à la célébrité grâce à la mythologie : les contreforts et le sommet du Mont Lycée au Nord, l’un des lieux de naissance attribués à Zeus, et la chaîne du Taygète à l’Est, qui emprunte son nom à une nymphe et qu’a franchie le jeune Télémaque parti demander des nouvelles de son père Ulysse au roi de Sparte, Ménélas. La montagne (souvent moyenne montagne entre 700 et 1 200 mètres) encadre la Messénie sur ses côtés oriental et septentrional, sur ses limites avec l’Elide et l’Arcadie d’une part, la Laconie de l’autre (ill. 3 et 4). Dans l’Antiquité jusqu’à nos jours également, elle constitue une frontière naturelle remarquable.

Ill. 1 : Koroni, la forteresse et le port.

Ill. 2 : Koroni, tour turque.

Ill. 3 : La montagne depuis Lantzounato.

Ill. 4 : La montagne depuis Siderokastro, en direction de l’Est.

11L’altitude des montagnes (plus de 2 400 mètres pour le Taygète) ferait vite croire qu’elles furent de tout temps infranchissables et qu’elles protégèrent la Messénie sur deux de ses côtés. En réalité, de part et d’autre des quelques sommets qui dépassent 2 000 mètres, il existe des passages moins élevés et plus accessibles, cols, ravins ou gorges, qui permettent de traverser le massif de part en part : ces zones ou ces itinéraires ont été empruntés très tôt par les bergers, par le jeune Télémaque parti pour Sparte, par les troupes laconiennes, et, presque deux mille ans plus tard, par l’armée du Despote de Morée et par les Ottomans. Autant dans les contreforts du Lycée que dans ceux du Taygète, des défilés sauvages ou des vallées profondes ont fait avancer et ont expliqué l’histoire. Ces sentiers qui n’ont pas été empruntés par les voyageurs de l’Antiquité ou par ceux du xixe siècle parce qu’ils étaient raides, longs, pénibles et dangereux, ne nous sont pas connus par des récits et des comptes rendus mais par les repérages des archéologues et la découverte d’ornières. Ils complètent un réseau de voies qui empruntait les bandes littorales et les plaines intérieures pour les activités commerciales en relation avec la mer. Est-il même nécessaire de mentionner que le tracé des chemins antiques correspond fréquemment à celui des routes modernes ? Cela trouve confirmation dans d’autres encore repérables de nos jours, ceux des chemins muletiers de la période ottomane (aujourd’hui fréquemment remis en état pour la randonnée pédestre) et dans la connaissance de l’emplacement des chans, chanis, kans ou kanis (auberges) dans les siècles derniers ; les chemins muletiers, utilisés jusqu’au milieu du xxe siècle pour la plupart, apprennent également qu’ils empruntaient les ravins, les gorges malgré le relief inhospitalier, dans la mesure où ils permettaient le franchissement transversal de la montagne et où le parcours, même rendu difficile, était plus court.

  • 4 Breuillot M., Châteaux oubliés de la Messénie médiévale, Paris, L’Harmattan, 2005, chapitre « Compr (...)

12C’est pourquoi, comme nous le montrerons, il existe sur une durée de trois millénaires une interaction permanente entre le paysage de Messénie et les rebondissements de l’histoire. Au temps des conflits, les défilés de la montagne constituent l’unique moyen de lancer des incursions de l’extérieur contre les voisins messéniens ou latins ou de Messénie contre les voisins laconiens ou grecs, et justifient l’édification de forteresses pour surveiller, contrôler et défendre ces passages4. Le massif, loin d’être compact, présente des particularités géologiques appropriées au franchissement rapide de la montagne, et il est entaillé de cours d’eau profonds dont la gorge ou le lit facilite considérablement la communication d’une région à l’autre. Sinon, comme cela a été dit plus haut, les sentiers d’altitude, qui ont toujours existé et ont toujours été fréquentés, ont fourni une solution supplémentaire au franchissement des zones d’altitude.

De la montagne à la plaine

13En opposition à la montagne, la plaine de Messénie occupe presque la moitié du territoire du nome. Orientée Nord-Sud, elle est délimitée soit par des montagnes d’altitude moyenne comme le Mont Ithômè et par des collines, soit par le Taygète. Elle a facilité de tout temps l’accès depuis la mer (le golfe de Messénie) en direction de l’intérieur des terres et a offert assez de place au passage de la λεωφόρος (ou route principale) citée par Pausanias au iie siècle p.C., ainsi qu’à celui de la route nationale moderne, sur les trente kilomètres qui terminent le tronçon Megalopolis-Kalamata.

  • 5 Id., La Messénie antique : étude de géographie historique, p. 81-85, ainsi que les travaux de N. Va (...)
  • 6 Sur les chemins d’accès à la Messénie, pour les voyageurs de l’Antiquité en particulier, id., ibid. (...)

14Si le paysage messénien n’oppose pas à proprement parler mer et terre, il oppose donc plutôt plaine et montagne. Ces deux éléments antithétiques servent de fondements à la présence humaine en Messénie, à la répartition entre zones d’habitation et voies de passage. Les activités se sont regroupées en bas, là où la terre est bonne et généreuse en eau ; et quand les habitats montent en (moyenne) altitude, ils sont accrochés aux versants ou couronnent le sommet d’une colline sans être éloignés de la plaine, comme par exemple Dorion-Malthi, ville proto-helladique5. La montagne, et non plus les collines, n’est jamais loin, fascinante et inquiétante à la fois. Les géographes de l’Antiquité, puis, presque deux millénaires plus tard, les voyageurs modernes ont emprunté, quand il leur fallait entrer en Messénie ou en sortir, les chemins qui la franchissent et dont le tracé, pour des motifs purement pratiques, et le nombre, pour, en plus, des raisons de sécurité, n’ont pas changé6.

15La plaine de Messénie, composée de deux parties, la plaine supérieure et la plaine inférieure, prend fin près de Kalamata, à la mer, au fond du golfe (ill. 5 et 6). La région tire sa prospérité de la fertilité de son sol et de la profusion de l’eau, traits avérés depuis l’Antiquité, en particulier depuis la période mycénienne, qui expliquent que Sparte, au moment des guerres de Messénie, puis certains dignitaires, sous la francocratie, aient convoité la Messénie et cherché à la mettre en valeur pour son (ou leur) propre intérêt (ill. 7) : la solution la plus courante sous les Francs fut de se faire remettre des propriétés, de s’installer en Messénie, d’exploiter les terres qui leur avaient été données et de faire fortune. C’est dans la plaine du Nord, appelée plaine supérieure, que les Francs situèrent plusieurs baronnies, comme le Val de Lakkos, enfermé par les montagnes, et la Grite, à l’emplacement incertain, et que des donations furent accordées aux Acciaiuoli au xive siècle, par exemple à Saint-Archange, Voulkano, Pettoni.

Ill. 5 : La plaine inférieure de Messénie, depuis l’Ouest.

Ill. 6 : La plaine inférieure de Messénie, en direction du Nord.

Ill. 7 : La plaine inférieure depuis l’Est.

L’or bleu

  • 7 L’imparfait se justifie par le fait que ces forêts qui avaient déjà frappé le regard de Chateaubria (...)

16Un autre contraste réside en l’opposition entre le fond de la plaine messénienne et les hauteurs environnantes et, si l’on veut aussi, en l’opposition entre l’ensemble de la Messénie et sa voisine immédiate, l’Arcadie. En effet, cette dernière, moins arrosée, est plus aride, son climat plus rigoureux. Une végétation éparse pousse sur une terre qui couvre avec peine les bancs rocheux. La culture y est difficile, et les activités rurales se tournent davantage vers l’élevage et la production de laitages. En conséquence, le contraste entre les deux régions provient de la prédominance en Messénie de la couleur verte de la zone cultivée et arrosée en bas et sur certains versants couverts de terrasses plantées de jardins et d’arbres fruitiers : couleur verte aussi qui frappe la vue quand on l’oppose aux sommets arides et brûlés sous le soleil, une couleur qui s’intensifie au fur et à mesure que l’on gagne le Sud en direction de la Messénie, parce que l’Arcadie frontalière de la Messénie était couverte de forêts de chênes7, un vert qui n’est pas loin de respirer l’opulence et le bien-être. Richesse en eau et douceur du climat expliquent pourquoi, depuis les virages de la route nationale Megalopolis–Kalamata, le regard perçoit, au pied de montagnes dégarnies ou couvertes d’un maquis épars, de vastes taches vert foncé, étendues composées d’oliviers centenaires, de fiers cyprès élancés et de prairies humides allant presque à l’infini. Depuis d’autres points élevés, le spectacle est le même, rafraîchissant au cœur de l’été torride, rassurant dans la nature dépouillée de l’hiver. La richesse de la terre et la diversité des paysages ne sont pas de vains mots ; en effet, l’abondance de l’eau dans le sous-sol, venue des montagnes environnantes, parce que les sources sont nombreuses et presque intarissables, explique que l’agriculture, sans dire qu’elle est intensive, et sans oublier d’ajouter l’élevage et l’existence de prairies, occupe une place de choix dans l’économie de la région (cultures maraîchères, vignes, figuiers) et que le vert foncé colore à perte de vue le fond des plaines.

17Le réseau hydrographique de la Messénie a dû être étudié, mais nous nous contenterons d’observations simples, matérielles pour comprendre que la région ne manque pas d’eau. Si nous nous appuyons sur la présence des montagnes, la hauteur de certains sommets (le Pentadaktylos du Taygète culmine à 2 400 mètres), les chutes de neige en altitude et la pluviométrie de l’automne et de l’hiver, nous comprenons pourquoi les fontaines sont nombreuses le long des routes et dans les villages, à l’Est et au Nord de la Messénie, et pour une partie d’entre elles, jamais taries l’été. Quelques cours d’eau ne sont pas à sec à la belle saison, surtout quand l’hiver a été pluvieux ; le cours d’eau principal, le Pamisos, ne l’est jamais, encore qu’on puisse tout juste parler de rivière à son propos, parce que sa largeur n’atteint pas plus de dix mètres près de son embouchure. Pour comprendre que le Pamisos n’est jamaisà sec, il faut préciser que ses sources (situées à Hagios Floros) ne tarissent jamais et qu’il reçoit du Nord l’eau du Mavrozoumenos, né au pont antique du même nom de la confluence de deux cours d’eau, celui de Kokla, venu du Nord-Ouest, et celui de la plaine supérieure descendu du Nord-Est (ill. 8 et 9). L’abondance de l’eau n’est pas un vain mot, comme le prouve la photographie prise en août 2009 : c’est qu’au plus fort de l’été, les lits sont généralement tous à sec. Elle permet une irrigation intensive des cultures, des oliviers et des prairies, d’où la prédominance de la couleur verte que nous avons déjà largement soulignée. De cette richesse qui pourrait être jugée infinie, l’habitant de Messénie dans ses utilisations professionnelle et domestique use et abuse, et c’est sans compter avec l’augmentation de la population en été qui engendre des besoins croissants : le précieux liquide, qu’on appelle « or bleu », commence à manquer, quelques fontaines généreuses autrefois ne coulent plus, et il est rare de connaître un été sans coupure d’eau. Mais abandonnons là ces remarques inquiétantes et laissons à d’autres le soin d’analyser ce problème qui relève davantage des questions environnementales.

Le jardin du Péloponnèse

18Il n’est pas excessif de parler pour la Messénie d’un immense jardin, planté de cultures maraîchères sur la bande littorale, dans les faubourgs de l’Ouest de Kalamata et près de Messini, ou producteur de trèfle, céréales, agrumes, vignes, figuiers alignés dans de vastes plantations, sur les rares étendues plates en bordure de mer, et bien entendu généreux en oliviers jusque dans les parties les plus retirées de Messénie, jusque sur les versants des collines. À cette première impression d’une région qui ne refuse rien de ses trésors les plus cachés, s’associent l’authenticité des paysages que le temps n’a pas atteints, l’aspect parfois sauvage de certains fonds de vallées et de certaines collines reculées : rien à voir avec les régions de Grèce qui portent si bien l’épithète de « touristiques », ce qui veut dire fréquentées, bruyantes, vouées à l’exploitation commerciale à outrance. À la différence près qu’aujourd’hui, dans les années 2010, le contraste demeure aussi saisissant, même si le développement touristique a frappé de toutes parts, en Messénie comme ailleurs, et même si là aussi l’été souffre cruellement du bruit des moteurs et du vacarme nocturne.

  • 8 Breuillot M., Châteaux oubliés de la Messénie médiévale, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 289-292. Plus (...)

19Les plaines ont en commun d’être arrosées par de nombreux revmata (torrents, cours d’eau) et à ce titre d’être caractérisées par une richesse agricole et une productivité exceptionnelles pour la Grèce. Grâce à la chaleur de l’air, la présence du soleil et à l’irrigation, les récoltes de foin, de trèfle, de légumes se succèdent plusieurs fois au cours de la belle saison, ou bien rivalisent en quantité d’une année à l’autre. En voyant, à l’arrivée en Messénie, ces vastes taches vertes encadrées de montagnes ou de collines dénudées, surtout après avoir traversé la plaine de Mégalopolis, plutôt austère, on pense à un jardin fertile auquel tout sourit. Le contraste est frappant et contribue à l’originalité et à la diversité du paysage messénien. Les activités agricoles demeurent, je n’ose dire depuis l’Antiquité, mais en tout cas depuis la période byzantine et celle de la francocratie8, une source de revenus prépondérante pour la Messénie : aujourd’hui, huile, olives, raisins secs et figues figurent parmi les productions traditionnelles les plus réputées. C’est à proximité des deux plaines que se concentrent la plupart des châteaux construits au Moyen Âge en Messénie, c’est là que s’est développée l’activité économique à toutes les époques : la géographie exerce ainsi son influence sur la répartition démographique des hommes et le choix de leurs activités.

  • 9 Id., La Messénie antique : étude de géographie historique, chapitre 2.1 Présentation générale de la (...)

20Si le paysage messénien ne repose pas sur la combinaison de plaine, mer et montagne, deux exceptions cependant à cette affirmation se distinguent par leur situation sur la carte : ce sont les places messéniennes de Coroni et Methoni. Nos affirmations à leur propos au sujet du syncrétisme et de l’interférence entre géographie et histoire valent aussi pour le reste de la Messénie, en ce sens que le relief et les paysages ont été déterminants lors de certains événements. Nous avons tenté de montrer dans notre thèse sur la Messénie antique que le paysage dessine l’existence des hommes au quotidien et l’histoire des peuples9. La Messénie a suscité les convoitises, plus particulièrement ses deux plaines vastes et fertiles ; les Lacédémoniens ne s’y sont pas trompés lors des guerres de Messénie, en envahissant leur riche voisine, en lançant contre elle des incursions destinées à conquérir son territoire. Le résultat a été que les trois guerres de Messénie, comme elles sont appelées, lui ont porté un coup sévère ainsi qu’à son agriculture qui servait les intérêts lacédémoniens et à ses habitants réduits à la condition d’hilotes. La même constatation vaut pour la période médiévale : nul doute que si la terre messénienne n’avait pas été généreuse, les croisés n’auraient pas cherché à s’y installer et à y rester aussi longtemps !

  • 10 Id., ibid. : il serait possible de relire les pages 290 à 293 pour comprendre dans quel environneme (...)
  • 11 Breuillot M., Châteaux oubliés…, p. 202-220.

21L’interaction entre géographie et histoire n’est pas perçue qu’au travers de la richesse du sol. La topographie compte également, en Messénie comme dans le reste de la Grèce et dans d’autres pays. Bien des événements historiques de la Messénie ont été déterminés par la géographie : citons par exemple Navarin10. Ou bien encore, comparant les grands moments de l’histoire antique, médiévale et moderne, nous parvenons à repérer quelques lieux qui correspondent au moins deux fois à un événement historique au cours des âges. Ainsi, deux sites remarquables par leur configuration expliquent et rappellent leur rôle dans l’histoire : le site de Kokkala de la première guerre de Messénie contre Sparte, étroite zone de passage entre Arcadie et Messénie, n’est autre que Gardiki (ill. 10) de la Chronique de Morée en grec11 et Koryphasion, position convoitée lors de la guerre du Péloponnèse, domine la baie de Navarin (ill. 11), lieu devenu mythique parce que la bataille navale d’octobre 1827 fut couronnée de succès et qu’elle marqua la fin de la Guerre d’Indépendance de la Grèce.

Ill. 8 : Le pont du Mavrozoumenos.

Ill. 9 : Le pont du Mavrozoumenos dont on remarque les soubassements antiques (détail).

Ill. 10 : Château de Gardiki (détail).

Ill. 11 : La baie de Navarin et l’île de Sphactérie.

b) Un choix inattendu et prometteur

La lecture de l’histoire

22Pour en dire plus, la Messénie est une terre placée au cœur de l’histoire grecque, que l’on considère l’époque mycénienne, l’époque hellénistique, l’époque médiévale ou la Révolution de 1821. L’histoire événementielle se lit à chaque pas, presque à chaque détour de la route, et tout itinéraire messénien conduit au travers de plusieurs siècles, voire de plusieurs millénaires. Prenons l’exemple modeste de la ville de Petalidi sur le golfe de Messénie : l’antique Coroni est connue par Strabon et Pausanias pour avoir été une ville hellénistique et romaine, mais lorsqu’elle portait le nom de Petalidi au xixe siècle, elle a accueilli les marins français arrivés en Grèce après la bataille de Navarin. Voici un autre exemple : du plateau d’Ano-Englianos ou site du Palais de Nestor datant de la période mycénienne, on admire la baie de Navarin (ou de Pylos) où se déroula cette même bataille navale de 1827. Pour ne pas la quitter tout de suite, sachons que l’île de Sphactérie qui ferme la baie du côté du large est inscrite dans l’histoire depuis la Guerre du Péloponnèse entre Athènes et Sparte (ve siècle a.C.) avant d’avoir joué un rôle prépondérant à la fin de la Guerre d’Indépendance. L’histoire est donc partout, derrière chaque muraille, dans chaque sépulture, sur un monument commémoratif. Le paysage et les vestiges s’offrent à nous pour raconter le passé et illustrer par des exemples pertinents les traits de chaque grand moment de l’histoire.

23On croirait que c’est la nature qui impose à la Messénie ces limites montagneuses qui l’isolent et la tiennent à l’écart du reste du Péloponnèse, loin d’Athènes et même de Sparte, et que pour cette raison, elle est oubliée et laissée pour compte par les visiteurs et les chercheurs. Contre toute attente, c’est elle qui, en apparence « condamnée » naturellement puis scientifiquement à un second rôle, a été choisie pour nos recherches. Notre premier contact avec la Messénie remonte à la fin des années 1970, pour la préparation de notre thèse de 3e cycle. L’ensemble de ce travail repose essentiellement sur les témoignages des géographes et historiens de l’Antiquité, Pausanias notamment, ainsi que sur les ouvrages et articles des savants du xixe siècle à nos jours. La connaissance personnelle de la Messénie et de ses vestiges antiques complète les sources. L’objectif principal de notre étude était de dresser le bilan général des données acquises sur cette partie du Péloponnèse à l’aube des années 1980. La difficulté résidait dans le fait que, à l’exception des Études topographiques sur la Messénie ancienne de Nathan Valmin (1930), les documents publiés entre les années 1920 et 1970 étaient dispersés dans des ouvrages parus à des dates très diverses par des chercheurs de nationalités variées. Il s’avérait, sous l’éclairage de travaux récents menés par des archéologues, que, comme le laissaient présager quelques passages de l’Iliade et de l’Odyssée, la Messénie avait été une région de premier plan durant la période helladique. Par ailleurs, inscriptions et textes anciens laissaient apparaître une religion originale, étroitement liée au paysage et à la nature. Enfin, Pausanias ne cachait pas que les cours d’eau, le relief, les cités, autrement dit toute la carte de la Messénie se dessinait avec précision en s’appuyant sur une toponymie très riche.

24Avant de croiser les domaines historique et géographique, il a été indispensable de présenter avec précision l’un puis l’autre, recourant quand il le fallait aux sciences auxiliaires. L’aspect concret et original de notre travail est venu de ce que les témoignages recueillis auprès de la population messénienne ont été complétés par un album composé de plus de cent clichés et de plusieurs croquis, réalisés par nos soins, au total 59 planches. Cette « autopsie » a contribué, par la connaissance des hommes et du terrain, à une meilleure compréhension du passé, et à le rapprocher du présent.

  • 12 Id., La Messénie antique : étude de géographie historique, Bibliographie, p. 333-346.

25Or cette décision n’a pas été de notre propre fait puisqu’en 1976, nous n’avions jamais encore visité la moitié méridionale du Péloponnèse, la Messénie pas plus que la Laconie. Dès lors, l’idée ne nous était pas venue de prendre cette région pour sujet de thèse. Les critères personnels ne sont aucunement intervenus alors (nous aurions pu proposer en 1976 plusieurs îles, le Nord du Péloponnèse et la Grèce centrale pour les avoir visités plusieurs fois auparavant), mais bien davantage une suggestion faite par le Professeur André Bernand, qui avait déjà à l’époque largement parcouru la Grèce, et à laquelle nous avons souscrit en toute confiance. Il faut reconnaître que son argument principal reposait sur le manque cruel d’études d’ensemble portant sur la Messénie et sur le fait que les hellénistes ne connaissaient pas bien ou même pas du tout cette région, connaître signifiant avoir consacré une ou plusieurs études universitaires. À son avis, il n’existait aucune publication ni même aucun travail universitaire majeur sur la Messénie alors qu’il était persuadé que la région avait beaucoup à révéler. L’absence de travaux de fond a été confirmée par la bibliographie réunie alors à la fin de notre thèse12. Exception faite de quelques articles et rapports de fouilles publiés dans les années 1970, l’ouvrage le plus utile et le plus complet était celui de l’archéologue suédois Nathan Valmin, cité plus haut. La Messénie antique y avait largement sa place, certains sites y étaient décrits mais pas tous, loin de là, avec de temps à autre quelques croquis et photographies. C’est ce contact avec une partie de la Messénie que nous recherchions par-dessus tout à l’époque, au travers des témoignages directs recueillis par un archéologue qui avait organisé des fouilles en certains points de la région. À cette publication se sont ajoutés plusieurs articles disséminés dans des revues, mais incontestablement les cinquante précédentes années s’étaient détournées de la Messénie. Des thèmes majeurs émergeaient de ces publications : l’antique Messène et les sites mycéniens où étaient mises au jour des sépultures nombreuses. De plus, même si l’époque médiévale n’était pas écartée par Nathan Valmin des pages de son livre, elle y demeurait confidentielle : des données de cette période, nous ne nous sommes pas servie, car il faut avouer que nous prêtions alors très peu d’intérêt à ces vestiges. Paradoxalement, à ce livre il convenait d’ajouter La Morée franque d’Antoine Bon qui, bien que poursuivant ses investigations autour de la période médiévale, avait maintes fois l’occasion de mentionner des sites antiques puisqu’il s’avère qu’en Messénie comme en terre grecque en général, l’Antiquité sert en permanence de fondement (au moins architectural, dans un premier temps) au Moyen Âge. La lecture de cette thèse était donc indispensable, l’utilisation de ses sources également, puisque Moyen Âge et Antiquité y étaient constamment rapprochés.

  • 13 Id., ibid., p. 156-161 et p. 212-213.

26Que voulons-nous entendre par « manque cruel d’études d’ensemble » ? Nous pourrions le remplacer par « état fragmentaire » de ces études. Quelle que soit l’époque abordée, il n’existait pas alors d’ouvrage exhaustif ou prétendu tel. En une centaine de pages seulement, Nathan Valmin n’a pas été en mesure de tout dire de la Messénie, pour la bonne et simple raison, il faut l’avouer, que des sites prestigieux ont été mis au jour depuis 70 ans. Entre Les Études topographiques et les années 1970, des équipes d’historiens et d’archéologues ont mené des travaux ou organisé des chantiers qui ont exhumé ici ou là des vestiges exceptionnels. On doit à Carl Blegen d’avoir dégagé le palais de Nestor à Ano Englianos (période mycénienne) puis de l’avoir aménagé et réhabilité pour accueillir les visiteurs, à Orlandos d’avoir mis au jour le temple d’Asclépios au cœur de l’ancienne Messène (période hellénistique), plus de dix ans avant la reprise des fouilles par le professeur Thémélis. Autrement dit, quand nous avons entrepris notre travail sur la Messénie antique, rien n’avait été publié de façon globale sur la période mycénienne, par exemple, parce qu’il faut reconnaître que le sous-sol messénien, s’il était loin d’avoir été complètement exploité en ce domaine, avait déjà révélé des informations et des objets dignes d’intérêt. Bien plus, les connaissances sur cette même période mycénienne n’étaient regroupées nulle part : ici, quelques pages sur les tombes à coupole de Malthi-Dorion, là, dans une autre publication, quelques autres sur les tombes à chambre de Thouria, et ainsi de suite. De la période classique et hellénistique, nous dirions de la même façon que rien de complet n’avait été écrit sur la Messénie. Pourtant, dans les années 1970 déjà, c’est vers l’ancienne Messène que convergeaient tous les regards, parce qu’elle représentait un champ de fouilles au potentiel archéologique immense et que les textes antiques puis les investigations récentes annonçaient l’ampleur de ce que le sous-sol serait un jour susceptible de révéler. Certes, en volume de matériel archéologique et en nombre de stremmes de superficie à fouiller ou déjà fouillés, il n’existait ailleurs aucun autre site qui pût rivaliser avec elle : et pourtant, de cette époque, ici ou là, subsistent quelques autres vestiges ! De même pour l’occupation romaine, seuls les curieux et les obstinés trouveront à lire quelques explications discrètes sur les thermes du bas de l’acropole de Thouria, ou sur la mosaïque d’Erana13.

27La région est restée scientifiquement dans l’oubli, souffrant de la rivalité des grands centres grecs, péloponnésiens du moins, et ne captant qu’à titre exceptionnel et avec des budgets modestes l’intérêt des historiens, des hellénistes et des archéologues. Ceux-ci avaient l’esprit occupé ailleurs en Grèce ! Les quelques campagnes de fouilles connues dans les années 1970 en Messénie ont été menées sur des lieux précis, avec des moyens et des équipes limités. Aucune cohérence ne régissait les publications universitaires et locales. Chacun menait à bien son étude séparément, au nom de sa ville ou de son village, pour ce qui est des érudits locaux, sans forcément de rigueur scientifique ou de souci d’exactitude dans les sources et les références. Encore aujourd’hui, mis à part l’intérêt scientifique incontestable de ces chantiers, chacun est en droit de se demander pour quelle raison la mise en valeur de l’héritage régional n’apparaît pas planifiée à plus large échelle. Tout progresse en parallèle, sans coordination, dans le mépris ou dans l’ignorance, du moins dans l’indifférence totale de ce qui est accompli à quelques kilomètres de là. Il y a trente ans, les publications universitaires avaient en commun une période donnée, un objet d’études précis : les tombes mycéniennes par exemple. Il en était de même pour ceux qui travaillaient chacun en fonction de son domaine de recherches ou du chantier de fouilles qui lui avait été confié. À quoi d’autre penser qu’à un saupoudrage scientifique dont nous n’avons pas le droit de critiquer l’importance et la nécessité, puisque les mises au jour et les campagnes de restauration réalisées avant les années 1970-1980 ont été capitales, même si on ne peut pas les mettre en relation les unes avec les autres ? Dans les années 1970, la Messénie se trouve donc loin des grands axes d’études. C’est peut-être parce que la région est géographiquement isolée, plutôt repoussée à l’extrémité du Péloponnèse : elle était excentrée en raison d’un réseau routier peu rapide et tortueux et, pour cela, située à une distance certaine qui l’éloignait d’Athènes de plusieurs heures de route (au lieu de trois seulement aujourd’hui) et des principaux sites archéologiques de l’Argolide qui captaient déjà l’intérêt économique et scientifique en plus de Delphes, Délos, Olympie et avaient l’extrême avantage d’être plus proches de la capitale.

  • 14 Id., ibid., p. 103-119.

28Autant dire que la proposition du professeur André Bernand, épigraphiste de renom, valait la peine d’être entendue à l’époque, tant elle répondait au besoin de faire le bilan des connaissances acquises à propos de la Messénie : les regrouper dans un premier temps, nous fonder sur les publications majeures ainsi que sur les ouvrages secondaires édités par des chercheurs de plusieurs nationalités, les vérifier tous dans la mesure du possible, les corriger et les compléter de façon à faire apparaître par les textes anciens, les inscriptions et les fouilles archéologiques, ce qu’était la Messénie dans l’Antiquité. Dans le même ouvrage donc se sont trouvées réunies les connaissances touchant à la continuité historique de la région de la période homérique jusqu’à la fin de l’Antiquité et mettant à contribution des sources et des disciplines plurielles. Parmi celles-ci, citons l’histoire, les sciences auxiliaires, la géographie, l’hydrographie auxquelles s’ajoute la géographie historique ; parmi les sources, nous signalerons, parce qu’en rapport avec l’épigraphie, les inscriptions trouvées en Messénie qui sont capitales pour le découpage des frontières et pour la célébration des Mystères d’Andania. Sans prétendre posséder des compétences dans des domaines si divers, nous préciserons que nous avons traduit l’inscription des Mystères sur les conseils et sous la direction du Professeur Bernand et qu’avant d’en faire le commentaire14, nous avons pris en compte le réseau hydrographique de cette partie de la plaine et l’emplacement – capital – de la source Divari.

29Ce travail globalisant, présentant la Messénie antique de la période mycénienne à la période romaine et insistant sur la géographie de l’ensemble de la région, était en 1981 une entreprise originale jamais réalisée auparavant. Notre recherche constituait alors pour la Messénie une tentative de bilan des connaissances qui venait compenser le pointillisme savant des publications antérieures et montrer l’intérêt que présentaient les études messéniennes dans les années 1970-1980. C’était l’occasion inédite de faire le point sur tout ce qu’on savait de la région et de vérifier ce qui avait été écrit et étudié. Cette vue d’ensemble mettait en avant à la lumière de la continuité historique la vitalité de ses hommes, la fertilité de sa terre, sa difficulté à vivre indépendante et libre. Elle démontrait que, quel que fût le moment de l’Antiquité, la Messénie était dynamique, ambitieuse… et convoitée ; cela voulait dire aussi que la Messénie tout entière avait été mycénienne, classique ou romaine, même si, de chaque période, c’est un site, une place particulièrement prestigieux que la mémoire avait et a retenu : la Pylos de Nestor et la Messénie occidentale pour la période mycénienne, l’ancienne Messène pour la période classique et romaine, Kalamata pour la francocratie.

30Nous avons espéré qu’une vision d’ensemble allait réhabiliter culturellement la région et contribuer à la révision de son image. La Messénie, vue à l’aube des années 1980, n’avait aucune raison de rester cachée derrière une barrière montagneuse, étant donné qu’elle avait été une région de premier plan pour des motifs qu’il convenait de faire apparaître et d’analyser. Force est de constater qu’entre les années 1980 et 2010, les publications sur la Messénie sont restées parcellaires et centrées sur des thèmes précis qui témoignent d’une dispersion renvoyant ici ou là à certains aspects de la Messénie : c’est toujours un vaste domaine de recherches ne demandant qu’à être exploité. La vision de la Messénie reste morcelée, regardant les mêmes lieux ou d’autres, différents, mais jamais tous à la fois.

31Le pointillisme que nous regrettions plus haut s’est maintenu par la suite sans pourtant que l’intérêt pour la Messénie n’ait faibli à aucun moment. Des travaux méritent pour le moins d’être cités ici. Le dynamisme et l’obstination énergique du Professeur Thémélis ont contribué depuis 1987 à la poursuite de la mise au jour de l’ancienne Messène, au prix de dégagements techniquement difficiles et d’efforts redoublés tant administrativement qu’archéologiquement : la mise en état du théâtre, la mise au jour et l’aménagement de sanctuaires, du stade et du gymnase dans la partie basse, pour ne citer que ces monuments-là, font que Messène retrouve peu à peu le visage qu’elle avait lorsque les savants français de l’Expédition Scientifique de Morée l’ont dessinée en 1829 sur leurs planches. Un immense espace archéologique est progressivement aménagé afin qu’il soit ouvert au public et exploité de manière rationnelle : cela vaut donc pour un avenir désormais proche (ill. 12 à 18). Le travail acharné du Professeur Thémélis va bientôt connaître son apothéose et la reconnaissance officielle de la Messénie antique est proche. En effet, plus de vingt années de campagnes de fouilles ont réhabilité celui des sites messéniens et même grecs qui en valait le plus la peine actuellement. À défaut d’être en mesure de décrire les monuments mis au jour, qu’il nous soit permis de dévoiler dans quel esprit, à notre avis, le chantier a été mené. Une phrase suffira : au terme de toutes ces années, les équipes du Professeur Thémélis sont parvenues à dégager, à restaurer et à valoriser (cette dernière étape se verra couronnée de succès dans peu de temps) le cœur de la ville de Messène qu’avaient vue, décrite, dessinée et parfois reconstituée les Français en 1829. Les travaux du Professeur Orlandos des années 1970, limités il est vrai à la seule agora, sont désormais tombés dans l’oubli, vu l’ampleur de ceux qui ont été menés ultérieurement. Toutefois, ce sont les remparts de l’Ancienne Messène qui ont été le moins touchés par les travaux des archéologues (ill. 19 et 20) : ceux-ci restent donc tels qu’auparavant, exception faite de la Porte d’Arcadie qui a été restaurée et fouillée dans sa partie extérieure (ill. 21).

32Les tombes antiques, quant à elles, ont retenu l’intérêt de plusieurs équipes, à Nichoria-Karpophora, à Thouria également, à la plus grande satisfaction des archéologues et des visiteurs du Musée de Kalamata. Des publications il y a peu à dire, parce qu’elles sont réservées aux seuls spécialistes des sujets abordés, et c’est une constatation qui nous attriste étant donné que le sol messénien renferme pour la période mycénienne en particulier des exemples nombreux de sépultures antiques : tombes à tholos surtout (Malthi, Karpophora, Ano-Englianos (ill. 22), Peristeria etc.), tombes à chambre (Volmidia et Thouria), tombes à ciste.

  • 15 Id., « L’eau et les dieux de Messénie » dans Lévêque Pierre dir., Dialogues d’histoire ancienne, Be (...)

33Enfin, pour ne pas succomber à la tentation d’un catalogue qui risquerait d’être fastidieux, nous toucherons à un dernier sujet qui concerne surtout l’Antiquité. Inscriptions et textes anciens laissent apparaître une religion originale, qui est propre à la seule Messénie et dont les fondements sont étroitement liés au paysage et à la nature. Elle réunit sur son territoire plusieurs traces de rites liés aux eaux, sources ou rivières15 : il n’y a rien d’original pour la Grèce, mais la spécificité vient plutôt du nombre important des lieux consacrés et de deux traits très particuliers. Le premier réside dans le fait que le culte d’Artémis a connu en Messénie un rayonnement exceptionnel et une adaptation locale originale. La permanence de ce culte, sans doute d’influence laconienne, si elle était vue dans la diversité des épithètes, des sanctuaires et des cultes, présenterait le plus grand intérêt. Artémis Limnatis, « Artémis des marais », a même en altitude des sanctuaires attestés par la littérature et l’épigraphie, même quand les marais n’y ont jamais existé ! Sur un second plan, l’inscription des Mystères Inscriptiones Graecae V, 1, no 1390, que nous évoquons plus bas en détails, donne à la vie religieuse de la plaine supérieure tout son rayonnement.

Ill. 12 : L’Ancienne Messène, vue d’ensemble.

Ill. 13 : Le théâtre de l’Ancienne Messène (arrière de la cavea).

Ill. 14 : L’agora de l’Ancienne Messène.

Ill. 15 : L’odéon de l’Ancienne Messène.

Ill. 16 : Le synedrion.

Ill. 17 : La sphendonè du stade.

Ill. 18 : Le stade de l’Ancienne Messène.

Ill. 19 et 20 : Le rempart de Messène.

Ill. 21 : La Porte d’Arcadie.

Ill. 22 : Tombe à tholos d’Ano-Englianos.

34Des travaux plus vastes, qui dépasseraient sans le moindre doute nos précédentes recherches, mériteraient d’être entrepris sur le traitement et l’apport locaux de cultes plus confidentiels comme celui des Dioscures ou d’Inô-Leukothéa. Il est certain qu’une ou plusieurs publications consacrées à la religion messénienne, que la Messénie soit sous domination laconienne ou libérée de la présence des Spartiates, seraient les bienvenues. Le dieu Asclépios, lui aussi, mériterait d’être étudié à plusieurs titres, et pas seulement parce que c’est le dieu présent sur l’agora de l’ancienne Messène. Il en résulterait certainement que la religion locale, même inspirée par la Laconie, est à forte portée identitaire, de même que les Mystères, pour ne parler que d’eux, participent de la représentation de la Messénie au sein des cités grecques.

  • 16 Id., La Messénie antique : étude de géographie historique, p. 103-118.
  • 17 Nous renvoyons également à la traduction que nous avons faite dans notre thèse, id., ibid., p. 105- (...)
  • 18 Deshours N., Les Mystères d’Andania – Étude d’épigraphie et d’histoire religieuse, Bordeaux, Ausoni (...)

35L’évocation de la religion de la Messénie antique est incomplète si l’on ne fait pas mention de l’inscription I.G., V, 1, no 1390 et de son contenu (ill. 23 et 24). Presque deux cents lignes de texte gravé précisent le cérémonial dans la rigueur de sa préséance et la minutie de son organisation qui préside au déroulement des Mystères d’Andania (ill. 25 et 26). Déméter et Korè sont honorées dans un déploiement de sacrifices et de cérémonies initiatiques à proximité de la source Divari (au village de Polichnè)16. L’occasion nous est donnée de présenter le travail de Nadine Deshours sur les Mystères d’Andania publié en 2006, Les Mystères d’Andania. Étude d’épigraphie et d’histoire religieuse. Certes, les Mystères étaient moins prestigieux que ceux d’Eleusis, sans doute parce que la cité était moins fameuse. Mais on en apprend beaucoup sur le déroulement de la fête. Sa confrontation avec le corpus des lois sacrées permet de discerner en quoi elle est ou non typique de l’époque hellénistique. Cette étude est exhaustive : d’une part Nadine Deshours édite, traduit17et explique l’inscription, de l’autre, elle commente l’organisation de la cérémonie, le déroulement rigoureux de la procession, les devoirs des hiéroi et hiérai [prêtres et prêtresses], la minutie des détails ordonnant le rituel (désignation des animaux du sacrifice, par exemple). Cette étude porte à la fois sur l’organisation matérielle et le règlement cultuel des Mystères, elle propose au-delà de la description de la cérémonie une interprétation globale dans laquelle non seulement la réalité messénienne est mise en avant, mais aussi celle des cérémonies religieuses grecques de la période hellénistique. Nadine Deshours s’attache à rapprocher l’existence de l’inscription des récits des Guerres de Messénie et de la fondation de l’État messénien au ive siècle qu’elle considère comme un « récit – non pas historique – mais mythique : Déméter et Artémis en sont les principales actrices, les Messéniens et l’existence de leur État sont l’enjeu des luttes de puissance entre les deux déesses18. » Dans ce sens, elle tient compte des sources archéologiques qu’elle examine soigneusement et fait état des découvertes des deux dernières décennies sur le site de Messène, s’efforçant de toujours prendre ses distances vis-à-vis du texte de Pausanias. Elle souligne également l’appartenance du culte de Déméter au panthéon grec de l’Antiquité mais aussi la part qu’il joue dans la construction identitaire de la Messénie une fois qu’elle est libérée du joug laconien avec l’aide des forces thébaines au ive siècle. Le lien avec les realia s’exprime dans la prise en compte de la géographie de la plaine supérieure de Messénie (ou Stényclaros), du lieu d’exhumation de la stèle, de la mention de la richesse en eau de la région.

Ill. 23 : L’église de Konstantini où se trouve l’inscription I.G., V, 1 no 1390.

Ill. 24 : L’inscription I.G., V, 1 no 1390, à droite de la porte d’entrée.

Ill. 25 et 26 : L’inscription I.G., V, 1 no 1390 (détails)

  • 19 Id., ibid., p. 91 et p. 165.

36Nous regrettons néanmoins, mais c’est un point qui n’est pas essentiel, que la source Divari ne soit pas davantage prise en compte, elle qui matérialise la place de l’eau dans le rituel19. Le bassin du village de Polichnè, plein l’été dans les années 1970, est désormais à sec à la belle saison en raison de l’irrigation de la plaine supérieure. Cela permet de voir ce qui était invisible il y a trente ans, les substructions antiques de la source ; la taille du bassin laisse facilement imaginer qu’elle est proportionnelle à la quantité d’eau jaillissant de Divari et que le passage de la procession par Divari était pour cette raison incontournable lors des Mystères (ill. 27).

37En tout cas, l’étude a l’immense mérite de chercher des points d’appui dans les travaux récents, comme ceux du Professeur Thémélis, et de ne pas ignorer la topographie de la plaine. Elle est tout à la gloire de ces Mystères que Pausanias n’hésitait pas à mettre sur un pied d’égalité avec ceux d’Eleusis.

38Il est entendu que la totalité de l’espace messénien mérite l’intérêt de tous, toutes disciplines confondues : archéologues, épigraphistes, spécialistes des religions. Certains seront même étonnés que l’on ne déborde pas sur l’Elide voisine et sur l’Arcadie ; mais la réalité locale est suffisamment riche et suffisamment peu mise en valeur pour ne pas se limiter à elle. Qui plus est, à l’intérieur de la Messénie, il faut savoir tracer des bornes et ainsi laisser de côté la partie méridionale et occidentale, autrement dit celle allant de la côte ionienne à Méthoni et Koroni, comme pour l’histoire médiévale, alors que la coupure passe du Nord au Sud en limite occidentale de la plaine si l’on considère la période mycénienne.

39Certains thèmes émergents se dégagent peu à peu. Les rites funéraires et les activités agricoles de Nichoria-Karpophora, ou encore la vie officielle et la gestion des magasins du Palais de Nestor sont les marques éclatantes de l’époque mycénienne. L’ancienne Messène offre une image claire de l’architecture militaire à l’époque hellénistique, tout comme la Messénie antique illustre la vie religieuse de la campagne, en particulier au travers du culte d’Artémis.

  • 20 Breuillot M., La Messénie antique : étude de géographie historique, p. 156-161.

40En revanche, l’occupation romaine offre un bilan plus mince : des vestiges de bâtiments récemment mis au jour et restaurés à l’Ancienne Messène, des mosaïques (à Desylla) et des thermes (à Thouria)20.

  • 21 Morée désigne le Péloponnèse. Pour l’origine de ce nom, voir entre autres A. Bon, La Morée franque,(...)

41Toutefois, beaucoup plus tard, sous Byzance et pour des motifs que nous ne reprendrons pas ici, la Messénie entre discrètement dans l’histoire médiévale. L’empire byzantin qui rayonne sur de nombreuses terres de l’Europe centrale et méditerranéenne se voit traversé, impliqué également par les expéditions lancées depuis l’Occident en direction des Lieux saints. Non seulement observateur, mais aussi acteur des croisades, Byzance subit les événements plutôt qu’il ne les dirige. L’épreuve la plus terrible qu’il a à affronter se déroule au xiiie siècle, au terme de la 4e croisade, lorsqu’après un concours de circonstances qu’il serait trop long de rappeler ici, la capitale, Constantinople, est envahie et pillée par les croisés et que l’empire passe en grande partie sous leur domination. La « croisade déviée » a laissé des traces ineffables dans les esprits, jusqu’à aujourd’hui, au point que la haine déjà vive entre Catholiques et Orthodoxes voit s’accroître encore davantage son intensité. L’invasion et la conquête du Péloponnèse par les Latins sont une conséquence directe de la 4e croisade, même si ce sont d’autres croisés que les envahisseurs de Constantinople qui en deviennent les maîtres. Pour ce qui est de la Messénie en particulier, son avenir est attaché au nom de la famille champenoise des Villehardouin. Du Prince de Morée21 qui dans les débuts de la Principauté est un Villehardouin, du xiiie siècle, il ne reste presque rien, si ce n’est le château de Kalamata qui domine la ville et quelques tronçons de murailles dans quelques rares forteresses (ill. 28). En revanche, de l’occupation latine dans son ensemble, jusqu’à et au-delà de l’effacement de l’histoire du nom de Villehardouin, il subsiste en Messénie des points fortifiés dont la construction a été décidée soit par Isabeau, fille de Guillaume de Villehardouin (ou Guillaume de Kalamata), et son époux Florent de Hainaut (tous deux ont fait édifier le château de Mila (ill. 29)), soit par les Francs des années qui ont suivi. Les pans de murs encore en place conservent le souvenir de ces décennies d’occupation, lieux de mémoire que le temps assaille et menace de destruction définitive.

Ill. 27 : La source Divari : construction circulaire à l’intérieur du bassin.

Ill. 28 : Le château médiéval de Kalamata.

Ill. 29 : Le château de Mila.

Ill. 30 : Tour du château de Pidima.

Ill. 31 : Mur du château de Kato Melpeia.

Ill. 32 : La Place du 23 mars à Kalamata.

Carte 2 : Les châteaux de Messénie septentrionale et orientale

Carte 2 : Les châteaux de Messénie septentrionale et orientale

42Nous espérons avoir démontré que la géographie de la Messénie a exercé une influence directe sur le choix des lieux de construction de ces places fortes. Ceux que nous avons étudiés se trouvent au Nord et au Nord-Est de la Messénie, dans les contreforts des montagnes. Le relief accidenté, les bancs rocheux, les éperons escarpés servent de points communs à l’emplacement des forteresses, à leur plan, à leur taille : nous pensons ici à Pidima (ill. 30) et à Kato Melpeia (ill. 31).

43Le thème de la Messénie médiévale n’a pas suscité d’œuvres globales, mais plutôt des articles publiés dans des revues scientifiques ou encore de courtes monographies écrites par des érudits locaux dont le château jouxtait le village. Même à l’échelle du Péloponnèse, les forteresses franques n’ont pas été le sujet de prédilection des médiévistes…, sauf Antoine Bon déjà cité et qui le sera sans doute encore plusieurs fois. Les quelques forteresses considérées comme majeures sont restaurées, mises en valeur, en tout cas nettoyées et pas abandonnées. Mais elles sont ailleurs : Chlemoutsi en Elide, Monemvasia, Patras, Coroni et Méthoni en Messénie, les deux dernières étant avant tout des forteresses vénitiennes et pas exclusivement grecques. Les autres, tenues pour secondaires, souffrent de l’indifférence générale. Toutefois, ce sont elles qui ont retenu notre attention et auxquelles nous avons consacré notre ouvrage Châteaux oubliés de la Messénie médiévale afin de constituer un « état des lieux » avant que toute trace d’elles n’ait disparu (voir carte 2, ci-contre).

44La majeure partie des études existantes englobe la période dans sa totalité historique et/ou géographique : soit la francocratie entière, de la conquête et de l’occupation par les Francs au début du xiiie siècle jusqu’à la fin de la reconquête par les Byzantins au milieu du xve, soit tout le Péloponnèse médiéval. Par exemple, le livre de Liza Evert Κάστρα της Πελοποννήσου [Châteaux du Péloponnèse] renferme les photographies commentées de presque tous les châteaux médiévaux du Péloponnèse, l’unité étant ici spatiale et pas nécessairement historique. C’est pourquoi la recherche de documents sur les forteresses oubliées de Messénie a été longue et souvent vaine : trop peu de publications concernent à la fois la période donnée et la région, mais il ne faut pas faire de la Messénie un cas isolé, parce que la même constatation doit être faite pour l’Arcadie voisine.

  • 22 Breuillot M., Châteaux oubliés de la Messénie médiévale, Paris, L’Harmattan, 2005 : voir les chapit (...)

45La francocratie a laissé de nombreuses traces sur les éperons rocheux ou dans la montagne : les seigneurs latins ont fait édifier des points fortifiés pour affirmer leur pouvoir sur leurs nouveaux territoires et contrer d’éventuelles incursions byzantines22. La présence vénitienne et l’occupation ottomane se reconnaissent à l’intérieur des remparts de forteresses (Néokastro à Pylos, Méthoni, Koroni), rarement dans des vestiges de mosquées. Enfin, mentionnons une autre période glorieuse de l’histoire grecque, la Révolution, dont la vague décisive est montée du Magne pour sonner le déclenchement des opérations en mars 1821 et à l’occasion de laquelle Kalamata montra que c’est le 23 mars, et non le 25, qui marquait là-bas le début de l’insurrection contre les Ottomans (ill. 32).

46Tel est le tour d’horizon rapide et fragmentaire de la leçon d’histoire livrée par la Messénie. Bien évidemment, chaque recoin de la Grèce se vantera de présenter le privilège de remémorer lui aussi des événements de son riche passé, et, sur ce point, la Messénie n’est pas une exception. En revanche, elle peut prétendre au travers de ses paysages et de son relief faire comprendre l’histoire. La citation de Michel Sivignon s’applique bien à ce cas de figure, soulignant l’interaction possible entre géographie, topographie et histoire :

  • 23 Sivignon M., La Grèce sans monuments, Paris, Hachette, 1978, p. 5.

[…] nous sommes également convaincus que le voyageur ne perd rien à essayer de comprendre les paysages qu’il observe en liaison avec les traits de la nature et les événements historiques qui s’y sont succédé23.

47Par son métier de géographe et son expérience poussée de la Grèce, il considère conjointement, sans se livrer à la moindre discrimination chronologique, le monde moderne qui l’entoure et le passé à la présence obsédante. Il lui est facile de procéder à une telle constatation, surtout quand il est question de la Grèce où les strates du temps se confondent et se mêlent à chaque pas. Le passé et le présent, à tour de rôle, puis ensemble, sont à observer : ils se côtoient, indissociables et complémentaires à la fois, riches d’enseignement et déclencheurs de chocs émotionnels et de plaisirs esthétiques qui portent, transportent même, l’individu.

48La citation ajoute un point qui, dans notre activité de chercheur et dans notre expérience messénienne, nous paraît capital. Michel Sivignon a compris, bien que n’étant pas historien, à quel point l’environnement naturel exerce une influence sur le déroulement des « événements historiques ». Dans l’absolu, un relief accidenté favorisera les incursions intempestives et soudaines, facilitera les embuscades, tandis qu’une large plaine rendra plus aisés le déploiement de troupes et l’affrontement face à face des hommes. Voici un autre commentaire qui reflète presque point pour point un fait authentique : est-on en mesure de parler de la lumière ou de la mer en Grèce d’après les textes littéraires, si on n’a pas vu soi-même la « mer lie-de-vin », comme dit Homère, ou la lumière aveuglante du plein été ? La nature explique la vie et les hommes, le cours du quotidien comme les comportements et les traits de caractère. À de nombreuses reprises, nous avons constaté que l’héritage antique se trouvait associé à la période médiévale ou contemporaine. En effet, un même lieu revêt souvent la même fonctionnalité au cours des âges : un lieu antique, espace sacré païen, devient une chapelle chrétienne, ou bien une forteresse antique offre ses soubassements à une place forte qui reste en place plusieurs siècles. Nous avions pris la décision au moment de notre thèse de 3e cycle de ne faire porter nos travaux que sur l’Antiquité. Il n’empêche que cette particularité de la réalité messénienne ne pouvait à aucun moment sortir de notre pensée lors de nos visites ou de nos déplacements dans la région. L’intérêt s’est trouvé accru lorsque nous avons été davantage sensibilisée au Moyen Âge et que notre centre d’intérêt a convergé tout naturellement vers le thème du patrimoine de la Messénie médiévale d’après les textes et documents de cette époque et les vestiges encore in situ.

Une méthode originale

49À la base de la connaissance et de la réflexion, archéologie et histoire demeurent deux disciplines émergentes et incontournables, si l’on se réfère aux publications remontant jusqu’au xixe siècle ; les voyageurs qui ont traversé ou parcouru la Messénie se sont attachés à repérer et décrire les vestiges antiques, avec plans et croquis à l’appui. Au xxe siècle, les historiens mais surtout les archéologues ont organisé des fouilles qui ont permis de mettre en évidence pour l’ensemble de l’histoire grecque l’importance de certains lieux, Dorion-Malthi par exemple, site capital pour la période helladique en Grèce continentale. Ces travaux considérables, associés à la lecture indispensable des sources antiques que sont Diodore de Sicile, Strabon et Pausanias en particulier, soulignent la richesse culturelle de la Messénie.

  • 24 Breuillot M., La Messénie antique : étude de géographie historique, p. 229-235.

50C’est sans compter avec l’impression de variété qui se dégage des visites. Il suffit pour s’en assurer de la parcourir de long en large et de rechercher les souvenirs dispersés sur son sol dont le nombre autant que la diversité frappe l’esprit. L’on ne peut même pas mettre de côté les zones montagneuses, puisqu’elles ont abrité la plupart des forteresses médiévales franques. Ailleurs, en plaine, se mêlent les vestiges de toutes les époques. La variété qui est l’expression des marques de l’histoire transparaît également : ce n’est pas la première fois que nous mentionnons les tombes mycéniennes, à chambre, à fosse, à tholos, toutes représentées en Messénie24, contribuant à une connaissance plus fine des rites funéraires de l’époque et de la conception de la mort et de l’au-delà en ces temps reculés.

51Dans un autre domaine, celui des activités agricoles et artisanales au cours des siècles, des reconstitutions aisées s’appuyant sur des textes et du matériel archéologique abondant révèlent ce qui a fait la richesse de la Messénie et suscité sur elle la convoitise, lors des périodes mycénienne et médiévale. Il en est de même pour les forteresses. Avant de révéler de nombreux exemples de points fortifiés au Moyen Âge, l’Antiquité livre plusieurs sites présentant des traces de remparts, dont Thouria et l’ancienne Messène, bien entendu. C’est que l’architecture militaire est largement illustrée sur tout son parcours chronologique, montrant ses traits d’évolution et d’immobilisme.

  • 25 Sivignon M., La Grèce sans monuments, Paris, Hachette, 1978, p. 4-5.

52Ce n’est certainement pas propre à la Messénie, mais reconnaissons de manière générale que la richesse et la diversité patrimoniales d’une région de Grèce peuvent facilement être mises en valeur par le contact permanent avec le terrain, son relief et ses paysages. Cette méthode que nous avons surtout appliquée en Messénie a été pour la première fois expérimentée en Crète en 1972. En 1978, Michel Sivignon publiait La Grèce sans monuments, affirmant entre autres, dans la Préface, que lire l’espace et le temps ne peut pas être mieux réalisé que par la fréquentation presque quotidienne des hommes et des lieux. « Apprendre à connaître une ville ou une région, dit-il, c’est se familiariser avec les grands traits de sa géographie et de son histoire, ce qui constitue l’étape indispensable à franchir avant de mener à bien, plus tard, des recherches plus approfondies25. »

53Nous n’avions pas encore lu cet ouvrage mais nous avions déjà mis en pratique en Messénie ce que les partisans de la géographie historique appelaient dans les années 1970-1980 l’« autopsie » : c’est-à-dire « voir par soi-même » et fonder son opinion sur l’observation. Dans les faits, l’explication est plus complexe : pratiquer « l’autopsie » a pour but de ne pas percevoir l’hellénisme uniquement au travers des textes, littéraires ou inscriptions, ou au travers de la sensibilité des autres. Le contact personnel avec la réalité des personnes et de leur décor familier, la prise en compte des données concrètes et objectives que fournit une observation minutieuse de l’environnement n’exclut pas, loin de là, l’analyse des sources et la lecture des études déjà publiées sur le sujet. Une connaissance accrue des hommes et du terrain dans le présent permet une meilleure compréhension du passé : tout cela, bien sûr, parce que la réflexion qui s’enclenche au travers des personnes, des lieux et des objets observés opère par croisement de connaissances, de périodes et de considérations concrètes.

  • 26 Deshours N., Les Mystères d’Andania – Étude d’épigraphie et d’histoire religieuse, Bordeaux, Ausoni (...)

54En quelque sorte, Pausanias adopte très tôt la méthode de l’autopsie, lui qui guide ensuite le lecteur à partir de ce qu’il voit et en fonction de l’orientation qu’il choisit. Ceci constitue la qualité première de l’œuvre du voyageur, qualité qu’il ne faut pas négliger même si certaines de ses interprétations sont jugées contestables par certains26.

55Dans le cadre de cette démarche scientifique complémentaire, les realia constituent un encouragement à poursuivre des recherches sur le terrain, à partir à la rencontre de la population locale, à côtoyer indifféremment Antiquité et périodes plus récentes, à aller à la découverte des paysages. Il s’agit d’un apprentissage quasi permanent du relief et de la topographie : par exemple, en l’absence d’une localisation précise, la familiarité des paysages aide à reconnaître la butte, la colline, le monticule qui porte soit une acropole antique, soit le point fortifié médiéval. Ou bien encore, la Messénie médiévale, vulnérable en raison de la proximité géographique de l’ennemi, a éprouvé la nécessité de se protéger et elle l’a fait en fonction du relief en tirant parti des massifs montagneux du Nord et de l’Est dont les sommets sont élevés, des gorges profondes et des ravins infranchissables.

56Les problèmes humains et la vision du quotidien ne sont à dissocier ni des réalités géographiques et du cadre naturel, ni des données historiques. Nous l’avons longuement expérimenté pour la Messénie antique, il en a été de même plus tard pour le Moyen Âge. Ainsi, l’observation répétée du relief finit par souligner admirablement le rôle géopolitique joué par la région de la Skorta, ses contours mal définis entre Messénie et Arcadie et ses montagnes difficiles d’accès qui ont permis aux Francs d’occuper longtemps le terrain et de le protéger par les châteaux dont elle recèle toujours les vestiges.

57On parle aujourd’hui d’archéologie du paysage ; plus simplement nous affirmons que l’histoire et le paysage sont dépendants. Les décisions humaines les plus insignifiantes comme celles qui déterminent le sort d’un peuple ou d’un État sont écrites par la terre où ces hommes vivent. Le relief de la Messénie est suffisamment varié et accidenté pour que les seigneurs qui ont décidé de la construction des châteaux du Moyen Âge aient pu choisir entre plusieurs collines, plusieurs versants ou plusieurs éperons, mais avec le souci constant de voir et d’être vu par le château le plus proche. La constatation vaut également pour l’Antiquité : la position défensive était prépondérante, mais la proximité d’une source également, ou encore la richesse des terres.

58Il est à souhaiter que l’approche méthodologique, qui consiste à combiner et à exploiter toutes les données (livresques, historiques, économiques, architecturales et topographiques) et que nous avons appliquée tout d’abord pour la Messénie antique puis reprise pour la Messénie médiévale, ouvrira de nouvelles perspectives et montrera à quel point on ne peut pas parler de l’histoire et de la vie d’une région sans connaître parfaitement le terrain et sans recourir à des disciplines diverses et inattendues.

59L’approche polyvalente que nous persistons à utiliser pour les études messéniennes est parfaitement en phase avec les realia, étant donné que les monographies que nous avons réalisées des châteaux oubliés messéniens ont été rédigées à partir de la topographie, de la toponymie, de l’état du site, des illustrations et des croquis, afin de donner pleinement vie à ces lieux sortis des mémoires. La rigueur scientifique de l’exposé ne sort que renforcée de la mise en relation de différentes disciplines et de l’observation du terrain : il y a de fortes chances pour que l’on trouve au moins quelques points de convergence et des nœuds de cohérence entre des sources de nature fort diverse et pour que soient réparés des oublis, surtout ceux des études historiques récentes qui se répètent souvent l’une l’autre, qui privilégient l’événement ou racontent l’histoire sans citer la moindre source. Ajoutons qu’il faut encore fréquemment combler des lacunes.

60Nous sommes persuadée que notre conception des études messéniennes a quelque chose de nouveau et d’inexploité, parce que, qu’il s’agisse de l’Antiquité ou du Moyen Âge, qu’il soit question d’histoire, de castellologie ou de topographie, il nous paraît essentiel d’être accoutumé au terrain, et parce que notre souci constant a été de comprendre, de vérifier sur place et de rectifier les données des textes. Certains diront que cette approche est atypique. Mais nous revendiquons cette originalité comme prix de la lutte contre cette fâcheuse tendance à considérer que l’histoire ne se mesure et ne s’étudie qu’en fonction du retentissement et des bouleversements provoqués par les conquêtes, les guerres, les massacres, ou à la hauteur de la bravoure des soldats et du discernement des hommes de pouvoir.

61Il est vrai que l’histoire est souvent faite de grands événements et de grands hommes… Cela vaut surtout quand elle est mise à la portée du grand public ; cela vaut également pour l’histoire antique et médiévale de la Messénie, telle qu’elle est présentée dans les livres. Écrire une histoire plus confidentielle et moins officielle en présentant par exemple des châteaux totalement inconnus est également possible avec des informations qu’on ne doit pas juger mineures ou secondaires. Cette recherche s’inscrit dans un souci d’exhaustivité et dans une volonté d’objectivité : les noms des seigneurs, les listes de fiefs et de domaines, les toponymes apposés sur les cartes anciennes ou dans les textes en langue grecque, latine ou vénitienne complètent la documentation et affinent les conclusions. Plus généralement, le recours aux realia, s’il est récurrent dans les recherches liées à l’histoire des mentalités, est à tort mis de côté dans les travaux effectués sur l’hellénisme par les hellénistes. L’originalité qui caractérise notre livre sur les Châteaux oubliés de la Messénie médiévale est à mettre au compte du sujet et de la méthode que nous avons adoptés ; celle-ci constitue certainement l’un des motifs pour lesquels il a été récompensé par le Prix Zappas 2006 de l’Association des Études Grecques.

2. La langue grecque, une continuité exemplaire

62Nous n’avons jamais passé sous silence le fait que les études, les réflexions et les discussions sur l’hellénisme incluent la langue. Plusieurs pages des entretiens de Jacqueline de Romilly traitent de la langue grecque, dans le sens de grec ancien, prouvant encore une fois la confusion qui s’est établie entre grec, Grèce et Antiquité et rappelant que la place de la langue n’a jamais été ni débattue ni contestée. Au-delà des études et des analyses linguistiques, le rôle formateur du grec n’est pas exclu des propos de Jacqueline de Romilly :

  • 27 de Romilly Jacqueline et Grandazzi Alexandre, Une certaine idée de la Grèce, Paris, de Fallois, 200 (...)

Le grec apprend l’exactitude ; ensuite il développe l’esprit de jugement ; il améliore aussi les capacités de démonstration et de persuasion ; il permet enfin l’épanouissement des qualités humaines chez celui ou celle qui le pratique. Pour le dire autrement, il y a l’argument didactique, l’argument critique, l’argument rhétorique et enfin, l’argument éthique27.

a) L’approche diachronique

63Le cursus réalisé dans le Département de Lettres Classiques d’une université comprend des cours de Linguistique ancienne qui permettent de pénétrer au cœur de la phonétique, de la morphologie, de l’étymologie et de la syntaxe des langues anciennes que sont le latin et le grec, et fait émerger un intérêt parfois jamais démenti pour la langue grecque dont tous savent qu’elle allie séduction et résistance, qu’elle respire rigueur et logique, tout en se montrant apte à exprimer les pensées universelles.

64La suite peut venir d’elle-même, avec la curiosité et la fascination en plus… Le seul fait de prendre en considération que la langue ancienne n’est plus la langue d’aujourd’hui, le seul fait encore de voyager en Grèce donne confirmation à maintes reprises que la langue apprise à l’université n’est pas celle des Grecs du xxie siècle, suscitent l’envie de découvrir la langue moderne. Essayer, par des moyens divers, depuis les méthodes traditionnelles jusqu’aux cours particuliers ou par correspondance, de s’initier à la langue moderne à l’occasion d’un ou plusieurs voyages constitue rapidement un plaisir non dissimulé. Pourquoi même ne pas envisager des études de grec moderne à plus haut niveau ? Il est inutile de croire à une confusion pernicieuse entre les deux états de langue ; mieux vaut garder le souvenir de va-et-vient instantanés, presque inconscients entre grec ancien et grec moderne, de comparaisons, de rapprochements, de mises au point, tous plus exaltants les uns que les autres : de là une approche diachronique du grec qui s’impose à son insu, mais qui semble avoir tout à révéler de la langue et donne l’impression qu’elle parviendrait à tout en expliquer, basculements, transformations, disparitions, choix, innovations, adaptations.

  • 28 Breuillot M., L’ordre des mots du grec ancien au grec médiéval et au grec moderne (doctorat nouveau (...)

65La chaîne diachronique devient encore plus homogène et univoque si l’on inclut le grec médiéval. L’intérêt est grand d’ajouter à l’ensemble un chaînon manquant, d’établir une passerelle et de tisser des liens entre ce qui est une époque historique et une période linguistique, mais aussi d’accéder à plus long terme à une culture et à une littérature qui renvoient à un pan méconnu de l’histoire grecque, le carrefour où se rejoignent l’histoire de la Grèce et l’histoire de France. Robert Browning dans son livre Η Ελληνική Γλώσσα μεσαιωνική και νέα – εισαγωγή, μετάφραση και σημειώσεις [La langue grecque médiévale et moderne – Introduction, traduction, notes] fait correspondre ses chapitres aux différentes périodes de la langue grecque. Le grec médiéval y est traité comme phase ou comme étape terminale de mises en place de phénomènes linguistiques, en morphologie comme en syntaxe. Pour notre part, nous avons constaté que plutôt que de connaître des transformations en profondeur pour ce qui est de l’organisation phrastique, il a « innové en renonçant à la diversité et à la dispersion et en rapprochant davantage les notions d’ordre des mots et de pertinence28. »

66Formation universitaire, connaissance du grec médiéval et intérêt pour la diachronie sont associés pour servir de fondement à nos recherches sur le grec. Une fois le nouveau maillon que représentait le grec médiéval inséré dans la chaîne diachronique, il n’en fallait pas plus pour nous tourner vers une approche globalisante des faits de langue. La continuité du grec allait opérer !

  • 29 Id., ibid.

67Notre sujet de doctorat nouveau régime de grec moderne résume presque tout : « La langue grecque cherche en elle-même une réponse à ses propres besoins29. » Dans le domaine du grec, l’approche diachronique n’a pas été souvent prioritaire, encore moins l’ordre des mots, mais il faut reconnaître que Jannaris dans sa grammaire historique et Horrocks dans ses commentaires diachroniques se sont utilement démarqués de leurs confrères. Pour revenir à l’ordre des mots, celui-ci ne dispose dans la langue que d’une liberté apparente et doit être analysé comme un fait linguistique à part entière, non comme un exercice de style. En conséquence, à partir d’un corpus de quarante-deux extraits couvrant deux mille cinq cents ans de pratique de la langue grecque et choisis parce qu’ils reflétaient pour le mieux la langue parlée et évitaient les interventions littéraires, nous avons recensé, classé et analysé les occurrences proposées. Mais seuls quatre points touchant le syntagme nominal et le syntagme verbal ont été traités. Or, quoique limitée dans ses choix, notre approche tendait à une meilleure connaissance de la langue grecque sur la base de questions telles que : est-elle innovante et en quoi ? Existe-t-il une interaction entre la syntaxe, la morphologie et le lexique ? Qu’apprend-on de la chronologie ?

68Pour ce qui est de la place du déterminant au génitif, elle est triple : l’enclave du déterminant dans le groupe du déterminé - la non-enclave ou antéposition – l’épitaxe enfin du déterminant par rapport au déterminé. À partir du ier siècle p.C., la fréquence de l’épitaxe devient inversement proportionnelle à celle de l’enclave ajoutée à celle de l’antéposition : l’épitaxe s’impose de plus en plus, l’antéposition disparaît tandis que l’enclave demeure, mais en étant réservée au pronom personnel.

69La position des pronoms personnels, hors génitif, est pertinente : ils ont quatre places possibles jusqu’au viiie siècle p.C., l’antéposition, l’épitaxe, largement représentée, l’antéposition disjointe et l’épitaxe disjointe, plus rare. À date ultérieure, la situation se modifie de manière remarquable, étant donné qu’il ne reste plus que l’antéposition et l’épitaxe par rapport au verbe dans le syntagme verbal. Comme le mode verbal entre en ligne de compte à partir du xve siècle, l’antéposition devient norme, sauf si le verbe est au mode participe ou impératif, auxquels cas l’épitaxe s’impose. Mais ce qui est valide pour le grec standard ne l’est pas forcément pour le grec dialectal. Ainsi, du grec ancien au grec moderne, le pronom personnel passe de l’ordre libre à l’ordre fixe, la morphologie et la syntaxe allant de pair. Le grec moderne standard voit s’achever la grammaticalisation du pronom amorcée dès le grec médiéval.

70Quant à la place du sujet, son épitaxe dans un énoncé de base de type V-S est contre toute attente un trait commun à toutes les époques, cela constitue un usage plus qu’une norme. La plupart des exemples témoignent de la présence d’une marque morphologique et/ou syntaxique de la circonstance devant V-S. De plus, une norme du grec moderne consiste à entraîner l’épitaxe du sujet quand les particules να, να μη [na, na mi], assimilables à des prémorphèmes, sont antéposées au verbe.

71Qu’en est-il des adjectifs et des participes ? En syntagme nominal, épitaxe, épitaxe disjointe et enclave sont récurrentes et représentées de façon continue, tandis que l’antéposition recouvre un éventail plus restreint d’emplois. De plus si les places recensées en grec classique et en κοινή (ou koinè, langue grecque commune) offrent une plus grande diversité, cela est moins vrai en grec médiéval et moderne ; de même, si une position n’a pas disparu au vie siècle p.C., cela signifie qu’elle s’est maintenue jusqu’à aujourd’hui. Dans un emploi redondant ou non (une seule fois ou doublé) devant l’adjectif, l’article défini est un facteur de cohésion qui renforce les liens unissant les éléments du syntagme nominal. Enfin, quand un adjectif en emploi prédicatif est employé avec un verbe-copule, l’épitaxe, qui est conforme à l’usage, exprime une focalisation objective. Mais si, contrairement à l’usage, il y a antéposition, nous parlons de focalisation subjective.

72D’une telle étude de cas, il découle que sur le plan chronologique, la place des mots a connu la plupart de ses modifications aux vie et xve siècles : par exemple l’épitaxe du sujet s’étend en proposition indépendante et en subordonnée dès le vie siècle ou encore l’enclave du génitif disparaît presque totalement dès le xve siècle. Ces deux périodes marquent des ruptures ou des tournants dans l’organisation phrastique du grec.

73L’approche diachronique contribue à une connaissance de la langue grecque qu’on jugera meilleure, parce que globalisante. De là il ressort qu’elle s’adapte, trie, élimine, partant d’un polymorphisme initial devenu par la suite sélectif et évolutif. Le sujet choisi pour notre thèse a contribué à une meilleure perception de la dynamique du grec au travers de son évolution syntaxique. Plus avant, il a permis de voir dans quelle mesure la langue grecque est conservatrice ou non et selon quels procédés elle cherche et trouve une réponse à ses propres besoins.

74Diviser les deux mille années de pratique de la langue grecque en strates homogènes ne tient pas… Est-on sûr que sur tous les territoires où le grec était en usage, telle forme de la langue, pendant la koinè par exemple, s’était éteinte pour glisser vers une autre et que toutes les modifications propres à cette période avaient été achevées pour laisser ultérieurement la place à des faits de langue différents ? Certainement pas ! Personne ne conteste le fait que le passage de [è] à [i] a pris beaucoup de temps, plusieurs siècles peut-être, et ne s’est pas fixé au même moment dans l’Égypte hellénophone qu’en Grèce continentale. Incontestablement, l’approche diachronique contribue à une connaissance plus précise de la langue grecque.

75En conséquence, notre travail sur l’ordre des mots en grec, même s’il paraissait plutôt isolé il y a une dizaine d’années, n’est plus aussi incongru aujourd’hui, puisque l’approche diachronique a davantage la faveur des linguistes. Nous avons persisté dans cette voie à l’occasion de plusieurs publications.

  • 30 Breuillot M., « La place des pronoms personnels au génitif : point de vue diachronique » dans Tonne (...)

76Sur la base de notre travail et du même corpus, nous avons fait une communication sur l’évolution de la place des pronoms personnels au génitif dans la langue grecque30. D’après notre exemplier, la syntaxe grecque a évolué selon un processus restrictif mais pas innovant, et le polymorphisme du grec ancien passe dans les siècles ultérieurs à une uniformité largement répandue : de l’enclave, l’antéposition et l’épitaxe illustrées équitablement par les occurrences de grec ancien, la langue passe irrémédiablement à la pratique exclusive de l’épitaxe. Des dates-charnières apparaissent, tournants caractéristiques du parcours diachronique. L’observation des exemples met en lumière la différence résidant entre « usage » et « norme » et, pour ce qui est des pronoms personnels au génitif, met l’accent sur la grammaticalisation du pronom enclitique qui devient postmorphème du substantif.

  • 31 Id., « De μωρός à μωρέ : la longue histoire d’un petit mot » in De Cyrène à Catherine : trois mille (...)

77Plus tard, partant d’une occurrence relevée dans un texte néotestamentaire et sachant que le terme en question, μωρός (môros, « sot, stupide, niais ») existe encore en grec moderne, nous nous sommes penchée sur les étapes de son évolution sémantique de l’Antiquité jusqu’à aujourd’hui31. Non seulement le vocatif de μωρός a changé de catégorie morphologique, passant d’un adjectif qualificatif clitique à une interjection figée, et a reçu en grec moderne la forme corrompue μωρέ, ωρέ, βρε, ρε (môré, ôré, vré, ré) mais il a vu son emploi considérablement modifié pour représenter un exemple pertinent d’atténuation sémantique. La traversée des siècles restitue à ce petit mot sa très longue histoire et met l’accent sur le fait que le grec moderne, pour lequel le décalage entre l’écrit et l’oral occupe plus de place que pour la langue ancienne, enrichit par les références qui lui sont faites les analyses portant sur les mots et les structures du grec. Le grec moderne fait en sorte que l’histoire continue et replace le mot μωρός – μωρέ dans son cadre d’énonciation sans lequel il serait impossible de comprendre pourquoi l’adjectif variable s’est muté en une interjection figée. Les études, qu’elles soient lexicales, morphologiques ou syntaxiques, sont toutes, quand elles sont diachroniques, au service de l’idée fondatrice de la continuité de la langue. S’appuyant sur des occurrences relevées dans les textes au fil des siècles, elles analysent les variations formelles et sémantiques et font apparaître des virages ou des ruptures remarquables. Dans le cas de μωρός, il a été intéressant de noter d’une part quand et comment l’adjectif variable est devenu figé sous sa forme de vocatif masculin singulier, et de l’autre selon quelles modalités énonciatives il est resté dans l’usage grec au travers d’une interjection, injurieuse ou non.

  • 32 La communication a été donnée dans le cadre du XXIe Colloque international des néo-hellénistes des (...)

78La même démarche intellectuelle nous a inspirée dans la communication que nous avons faite en mai 2009 sur les adjectifs épicènes en -ος du grec32. Le lien entre épicènes et langue savante a été confirmé, mais la conclusion a permis de mettre l’accent sur une interaction en grec moderne entre ces adjectifs et des substantifs féminins de même désinence : une nouvelle preuve est donnée de la vitalité et du renouvellement du grec puisque la solution destinée à maintenir des mots dans la langue est le changement de catégorie grammaticale.

b) Autour de la langue grecque

  • 33 À titre d’exemple, citons les inscriptions bulgares (xe siècle) en grec publiées par V. Beševliev, (...)

79La langue médiévale apparaît comme un trait d’union obligé et passionnant. Et comme la connaissance de la langue passe forcément par le contact permanent avec les textes, il est stimulant de découvrir et d’apprécier une littérature abondante, composée d’ouvrages aux formes et aux registres différents, capable de fournir un corpus sur lequel on puisse s’appuyer solidement pour des études de toutes sortes. À cela il est nécessaire d’ajouter des textes non littéraires, documents officiels, inscriptions, reflets d’exercice du pouvoir byzantin et de tranches de vie sous l’empire33.

80Presque mille ans de textes font apparaître une langue qui n’est plus du grec ancien et pas encore du grec moderne, mais prend un peu des deux. De plus, l’intérêt culturel, c’est-à-dire sociologique, historique et artistique, surgit à chaque page. La curiosité est d’autant plus excitée que pour un Français, le monde byzantin est très mal connu, presque étranger. Très vite, nous avons marqué une préférence certaine pour la Chronique de Morée en grec (texte du xive siècle), parce qu’elle retrace la conquête et l’occupation par les Latins du Péloponnèse, espace géographique que nous avions déjà largement parcouru lors de la préparation de notre thèse sur la Messénie antique et dont les repères topographiques et toponymiques, termes de bornage spatial et historique, nous étaient déjà familiers.

  • 34 « Les toponymes messéniens dans la Chronique de Morée » est le titre de la conférence que nous avon (...)

81Dès lors, il n’est pas surprenant, vu cette ouverture supplémentaire, que notre mémoire de maîtrise de grec moderne ait porté en 1990 sur « La géographie du Péloponnèse dans la Chronique de Morée ». Le travail reposait essentiellement sur les toponymes de la Chronique d’une part, et sur certains de ses passages, vers rares et isolés, esquisses du paysage moréote, de l’autre. Il faut savoir que la carte du Péloponnèse se construit et se lit timidement au travers des informations toponymiques fournies par le texte médiéval, tout en gardant des contours flous, sans doute de la propre volonté de l’auteur ou par manque d’intérêt à l’époque pour l’environnement naturel et la représentation de l’espace. Quoi qu’il en soit, l’étude a permis de souligner la diversité étymologique des toponymes (grecque surtout, slave parfois, franque rarement) et de donner un nom – restait encore à savoir lequel – à une région ou à un lieu. Il va sans dire que notre connaissance du Péloponnèse facilitait considérablement la lecture et l’analyse des données, mais l’originalité résidait dans le fait que l’exploitation de l’onomastique convoquait tout à la fois la localisation géographique et le commentaire historique et étymologique des noms. Cette approche a paru suffisamment inédite au public grec pour qu’un thème voisin nous ait été proposé pour une conférence donnée à Kalamata, en 199134.

  • 35 Breuillot M., « Le château de Passavant : histoire et toponymie » dans Tonnet H. dir. Cahiers Balka (...)

82Le recours à la langue grecque et en même temps sa valorisation par le biais de la littérature médiévale sont fréquemment devenus un passage obligé. Ainsi, dans la même optique, nous avons tenté de démontrer l’origine française du toponyme Passavant – Πασσαβά présent dans la Chronique pour désigner un château du Sud du Péloponnèse attribué à un seigneur champenois et qui tire son nom du cri de guerre des Comtes de Champagne35.

  • 36 Id., « La représentation du corps dans Callimaque et Chrysorrhoé » dans Jacovidou-Andrieu A.-O. dir (...)

83Depuis cette expérience renouvelée et enrichie de la décennie 1990, il nous arrive, pour assurer des communications lors de colloques, de recourir à des textes médiévaux. L’opposition sémantique et la différence de connotation entre σώμα et κορμί ont été abordées au travers des occurrences que contient le roman médiéval Καλλίμαχος και Χρυσορρόη (Kallimachos kai Chrysorrhoi – Callimaque et Chrysorrhoè)36. Selon les scènes et les personnages présents, selon que le corps est représenté dans sa beauté sacralisée et sa pureté originelle ou dans sa sensualité séductrice et dans ses attraits physiques, l’un ou l’autre terme est choisi : de toute façon, l’argument du roman, l’amour passionné entre les deux jeunes gens dans son traitement d’inspiration courtoise se prêtent parfaitement à cette étude.

  • 37 Id., « Où en est le dossier Safadin ? », dans La Vie en Champagne, no 43, juillet-septembre 2005, p (...)
  • 38 Il s’agit de la communication faite à l’Université de Bordeaux 3, lors de la journée d’étude du 4 j (...)

84Nos recherches d’onomastique ont repris récemment. Nous avons traité les questions topographiques et étymologiques posées par un établissement monastique remontant à la francocratie en Messénie et procédé à des commentaires concernant sa localisation et l’origine de son nom, Safadin37. De même, la question de la toponymie a été abordée lors d’une conférence donnée à Bordeaux sur l’éventualité d’emprunts français dans la toponymie grecque médiévale livrée par la Chronique de Morée en langue grecque38 et au travers de notre recherche sur les châteaux de Messénie, étant donné qu’au début de chaque monographie, nous nous sommes penchée sur l’histoire et le sens de leurs noms tels que l’usage en langue grecque et en langue française les avait choisis.

  • 39 À titre indicatif, Breuillot M., « Le Péloponnèse de la francocratie : quels contacts de culture ?  (...)

85Le glissement de la langue médiévale à la littérature byzantine puis à la civilisation médiévale se laisse clairement entrevoir. Indéniablement la place centrale du processus est tenue par le texte grec de la Chronique de Morée qui met en lumière sur le plan civilisationnel et par le jeu de la contextualisation l’intérêt historique et socio-culturel du Péloponnèse entre les xiiie et xve siècles39. De ce triple enchaînement « langue-littérature-civilisation » découle un foisonnement thématique que nous tentons d’exploiter, sans jamais en perdre de vue les trois composantes : de là, par conséquent, sont publiés des travaux apparemment distincts, mais en réalité interdépendants, portant sur la topographie et la toponymie, la sociologie et la castellologie.

Notes

1 Strabon, 8.2.1. = C 335.

2 Carte Μεσσηνία – Messinia, 1 : 125 000, Road Εκδόσεις [Éditions]. L’année de publication n’est pas mentionnée : nous proposons 1998, mais sans certitude. La carte de la Préfecture qui en est inspirée est sortie en 2003.

3 Breuillot M., La Messénie antique : étude de géographie historique, chapitre II, 2.1.1, p. 27-28.

4 Breuillot M., Châteaux oubliés de la Messénie médiévale, Paris, L’Harmattan, 2005, chapitre « Comprendre les châteaux ».

5 Id., La Messénie antique : étude de géographie historique, p. 81-85, ainsi que les travaux de N. Valmin cités en note p. 82 et p. 85.

6 Sur les chemins d’accès à la Messénie, pour les voyageurs de l’Antiquité en particulier, id., ibid., chapitre 2.2 : les voies de communication, p. 43-60.

7 L’imparfait se justifie par le fait que ces forêts qui avaient déjà frappé le regard de Chateaubriand au début du xixe siècle ont brûlé lors des incendies d’août 2007.

8 Breuillot M., Châteaux oubliés de la Messénie médiévale, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 289-292. Plusieurs documents que nous citons dans ces pages attestent des activités agricoles des plaines messéniennes au xve siècle.

9 Id., La Messénie antique : étude de géographie historique, chapitre 2.1 Présentation générale de la Messénie.

10 Id., ibid. : il serait possible de relire les pages 290 à 293 pour comprendre dans quel environnement naturel s’est déroulée la bataille de Navarin (1827).

11 Breuillot M., Châteaux oubliés…, p. 202-220.

12 Id., La Messénie antique : étude de géographie historique, Bibliographie, p. 333-346.

13 Id., ibid., p. 156-161 et p. 212-213.

14 Id., ibid., p. 103-119.

15 Id., « L’eau et les dieux de Messénie » dans Lévêque Pierre dir., Dialogues d’histoire ancienne, Besançon, 1985, 11, p. 789-804.

16 Id., La Messénie antique : étude de géographie historique, p. 103-118.

17 Nous renvoyons également à la traduction que nous avons faite dans notre thèse, id., ibid., p. 105-113.

18 Deshours N., Les Mystères d’Andania – Étude d’épigraphie et d’histoire religieuse, Bordeaux, Ausonius, 2006, p. 19.

19 Id., ibid., p. 91 et p. 165.

20 Breuillot M., La Messénie antique : étude de géographie historique, p. 156-161.

21 Morée désigne le Péloponnèse. Pour l’origine de ce nom, voir entre autres A. Bon, La Morée franque, Paris, de Boccard, 1969, p. 306-314.

22 Breuillot M., Châteaux oubliés de la Messénie médiévale, Paris, L’Harmattan, 2005 : voir les chapitres « Entre continuité et rupture » et « Comprendre les châteaux ».

23 Sivignon M., La Grèce sans monuments, Paris, Hachette, 1978, p. 5.

24 Breuillot M., La Messénie antique : étude de géographie historique, p. 229-235.

25 Sivignon M., La Grèce sans monuments, Paris, Hachette, 1978, p. 4-5.

26 Deshours N., Les Mystères d’Andania – Étude d’épigraphie et d’histoire religieuse, Bordeaux, Ausonius, 2006, p. 17-25.

27 de Romilly Jacqueline et Grandazzi Alexandre, Une certaine idée de la Grèce, Paris, de Fallois, 2003, p. 32.

28 Breuillot M., L’ordre des mots du grec ancien au grec médiéval et au grec moderne (doctorat nouveau régime) sous la direction du Professeur H. Tonnet, soutenue à l’INALCO en juin 1996 (thèse non publiée), p. 251.

29 Id., ibid.

30 Breuillot M., « La place des pronoms personnels au génitif : point de vue diachronique » dans Tonnet H. dir., Autour de la langue grecque moderne – Actes du XVe Colloque des Néo-hellénistes des Universités francophones, Paris, INALCO, 1997, p. 61-73.

31 Id., « De μωρός à μωρέ : la longue histoire d’un petit mot » in De Cyrène à Catherine : trois mille ans de Libyennes - Hommages à Catherine Dobias-Lalou, ADRA - Nancy, 2005, p. 43-58.

32 La communication a été donnée dans le cadre du XXIe Colloque international des néo-hellénistes des universités francophones, à Lyon, en mai 2009, sur le thème « Les adjectifs épicènes en – ος, -ον : approche diachronique ». (Actes à publier)

33 À titre d’exemple, citons les inscriptions bulgares (xe siècle) en grec publiées par V. Beševliev, « Die Protobulgarischen Inschriften » in Berliner Byzantinische Arbeiten, Band 23, Berlin, 1963.

34 « Les toponymes messéniens dans la Chronique de Morée » est le titre de la conférence que nous avons donnée en grec au Centre Culturel de Kalamata, en mai 1991, sur l’invitation de l’Institut français - annexe de Kalamata. Le texte se trouve contenu en édition bilingue dans Itinéraires messéniens, Μεσσηνιακές Διαδρομές, 2007.

35 Breuillot M., « Le château de Passavant : histoire et toponymie » dans Tonnet H. dir. Cahiers Balkaniques, 1992, p. 106-119 et « Το Κάστρο του Πασσαβά : τοπωνυμία και ιστορία », εν BAΓIAKAKO∑ Δ. επιμ., Λακωνικές Σπουδές, 1992, σ. 299-312.

36 Id., « La représentation du corps dans Callimaque et Chrysorrhoé » dans Jacovidou-Andrieu A.-O. dir., Actes du XVIIIe Colloque des Néo-hellénistes des universités francophones, Nanterre, Société Culturelle Néo-hellénique, 2005, p. 73-86.

37 Id., « Où en est le dossier Safadin ? », dans La Vie en Champagne, no 43, juillet-septembre 2005, p. 15-21.

38 Il s’agit de la communication faite à l’Université de Bordeaux 3, lors de la journée d’étude du 4 juin 2005, « Noms importés, noms imposés Quelques emprunts français dans la toponymie du Péloponnèse médiéval » et publiée dans Debaisieux R.-P. dir. Mitoyennetés méditerranéennes, EDILEC no 6, 2007, p. 4-16.

39 À titre indicatif, Breuillot M., « Le Péloponnèse de la francocratie : quels contacts de culture ? », dans Jacoberger-Tsamadou I. dir., Identité et diversité dans la langue, la littérature et la civilisation néo-helléniques, Actes de la journée d’études organisée en mars 2006 par le Département d’Études néo-helléniques de l’Université Marc Bloch de Strasbourg, Université de Strasbourg, 2009, p. 5-15.

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Carte générale de la Messénie (antique)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Ill. 1 : Koroni, la forteresse et le port.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Ill. 2 : Koroni, tour turque.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Ill. 3 : La montagne depuis Lantzounato.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Ill. 4 : La montagne depuis Siderokastro, en direction de l’Est.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Ill. 5 : La plaine inférieure de Messénie, depuis l’Ouest.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Ill. 6 : La plaine inférieure de Messénie, en direction du Nord.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Ill. 7 : La plaine inférieure depuis l’Est.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Ill. 8 : Le pont du Mavrozoumenos.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Ill. 9 : Le pont du Mavrozoumenos dont on remarque les soubassements antiques (détail).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende Ill. 10 : Château de Gardiki (détail).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Ill. 11 : La baie de Navarin et l’île de Sphactérie.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Ill. 12 : L’Ancienne Messène, vue d’ensemble.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Ill. 13 : Le théâtre de l’Ancienne Messène (arrière de la cavea).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Ill. 14 : L’agora de l’Ancienne Messène.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Ill. 15 : L’odéon de l’Ancienne Messène.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Ill. 16 : Le synedrion.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Ill. 17 : La sphendonè du stade.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Ill. 18 : Le stade de l’Ancienne Messène.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Ill. 19 et 20 : Le rempart de Messène.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Ill. 21 : La Porte d’Arcadie.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Ill. 22 : Tombe à tholos d’Ano-Englianos.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Ill. 23 : L’église de Konstantini où se trouve l’inscription I.G., V, 1 no 1390.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Ill. 24 : L’inscription I.G., V, 1 no 1390, à droite de la porte d’entrée.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Ill. 25 et 26 : L’inscription I.G., V, 1 no 1390 (détails)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Ill. 27 : La source Divari : construction circulaire à l’intérieur du bassin.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Ill. 28 : Le château médiéval de Kalamata.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Ill. 29 : Le château de Mila.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Ill. 30 : Tour du château de Pidima.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Ill. 31 : Mur du château de Kato Melpeia.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Ill. 32 : La Place du 23 mars à Kalamata.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Carte 2 : Les châteaux de Messénie septentrionale et orientale
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/5471/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 203k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search