Version classiqueVersion mobile

Continuité et polyvalence : un atout pour l’hellénisme

 | 
Martine Breuillot

Chapitre I. Le constat

Texte intégral

  • 1 Breuillot M., « Elpénor, de Giraudoux à Séféris » dans Tonnet H., Revue des Études Néohelléniques, (...)

1Au travers des siècles, plusieurs courants intellectuels se sont recommandés des valeurs transmises par la Grèce et prises comme modèles dans le domaine artistique, qu’il s’agisse, en Europe occidentale, de la Renaissance, du romantisme ou du symbolisme. Les réalisations sont innombrables, réparties largement à travers le monde. L’architecture, la littérature, la sculpture, pour ne citer qu’elles, témoignent de la fascination exercée par l’héritage grec et les exemples laissés aux générations futures. Cherchons un exemple simple, mais sans doute inattendu, en littérature. Il existe une parenté incontestable entre l’Elpénor d’Homère, celui de Giraudoux et celui de Séféris. Il apparaît que le modèle homérique, respecté dans les grands traits, est très vite dépassé par Giraudoux et Séféris qui font de l’Elpénor odysséen, antihéros par excellence, un personnage à la psychologie complexe, tel un héros à l’égal d’Ulysse. Giraudoux et Séféris se rejoignent également dans le traitement de deux thèmes, la volupté et la théâtralité. L’intertextualité va même plus loin… Il semble que tous ceux qui ont traité Elpénor avant Séféris ont exercé une influence sur lui. Il apparaît donc qu’Elpénor, ou tous ceux de la littérature moderne, ressentent les angoisses, les désillusions et les craintes que fait naître le monde actuel1.

2On ne compte pas non plus les publications consacrées à l’hellénisme. Des analyses, des commentaires, des récits de voyage, des essais, des entretiens ont alimenté et illustré les débats d’idées qu’il a suscités et les influences qu’il a inspirées. Dans de nombreux pays, la Grèce comprise, revues et livres traitent en abondance de la langue, de la littérature et de la civilisation grecques, font état des fouilles archéologiques en cours depuis le xixe siècle, ou analysent en profondeur littérature et histoire. Tous tendent à une vision de l’hellénisme de plus en plus passée au crible et à l’exaltation de cette culture. Au vu de ces publications, il apparaît que dans le plus grand nombre des cas, « hellénisme » se réduit au sens d’« Antiquité » et que des courants, des approches, en complète opposition, permettent de l’appréhender.

1. L’hellénisme

a) Une façon d’être, une façon de penser

3Par association d’idées, et pas seulement par définition, « hellénisme » fait penser à l’aire géographique grecque, encore que selon les époques, celle-ci ait des contours mal déterminés et fluctuants ; il évoque également la langue grecque, que nous définirons et délimiterons chronologiquement plus bas, et un (ou plusieurs) courant(s) de pensée rattaché(s) à cet espace et à cet environnement linguistique. Si nous parlons d’études grecques, l’expression renvoie à la civilisation grecque, prend une connotation savante, fait référence aux fondements de règles et de principes qui régissent encore en partie notre monde :

Les Grecs nous ont, en grande partie, inventés. Notamment en définissant un type de vie collective, un type d’attitude religieuse et aussi une forme de pensée, d’intelligence, des techniques intellectuelles, dont nous leur sommes en grande partie redevables. L’histoire de l’Occident commence avec eux.

  • 2 À défaut d’être en mesure et d’avoir la place de nous référer à toutes les publications concernant (...)

4Cette citation de Jean-Pierre Vernant a été choisie par Sylvain Gouguenheim2 en exergue de son livre Aristote au Mont Saint-Michel.

  • 3 Gouguenheim S., Aristote au Mont Saint-Michel, Paris, Seuil, 2008, p. 139.

5Hellénisme est associé à Antiquité grecque. Gouguenheim déclare3 :

On loue les Grecs du Ve siècle avant notre ère pour avoir usé de la raison, à travers la démonstration mathématique et la réflexion philosophique. Cette pratique, qu’illustrent les dialogues socratiques, les œuvres d’Euclide ou les travaux d’Archimède, était menée à l’écart de l’univers religieux. L’invention de la démonstration rigoureuse qui procède par enchaînements nécessaires permet – avantage considérable – de se passer du support de la mémoire, écrite comme orale. […] La Grèce créa l’esprit scientifique dont nous sommes les héritiers.

  • 4 Id., ibid., p. 175, p. 182.

6Nombreux sont ceux qui considèrent que la Grèce antique est le point d’appui essentiel de notre civilisation moderne par les valeurs qu’elle a transmises4 :

La pratique politique de la Grèce ancienne s’est appuyée sur un certain nombre de valeurs, parfois différentes, voire contradictoires : Athènes, Sparte ou Thèbes sont loin d’avoir proposé les mêmes modèles de citoyenneté. Mais parmi les idéaux prônés par les Grecs de l’Antiquité […], on rencontre la liberté, la raison et la démocratie.

7dit Gouguenheim qui ajoute :

Une civilisation transmet ses valeurs, ses idées, son droit ou sa science à une autre par le biais de la conquête, […] Elle peut aussi simplement léguer des textes, dépêcher ses savants, répondre aux questions qu’on lui pose. La transmission relève alors du dialogue. La civilisation peut enfin ne rien diffuser […] et être l’objet de la curiosité de ses voisins, qui viennent lui dérober ses trésors intellectuels ou artistiques, ou s’en inspirer.

  • 5 Canat R., L’Hellénisme des Romantiques – Le Romantisme des Grecs 1826-1840, Paris, Didier, 1953, p. (...)
  • 6 Id., ibid., p. 310.
  • 7 Id., ibid., p. 367.

8Autant le déclarer avec fermeté dès maintenant, définir le terme « hellénisme » exclut stricto sensu la mention de partisans, de défense, de menace, de combat, laquelle existe comme nous le montrerons plus loin, mais s’enveloppe d’un caractère émotionnel et passionné dont il faut apprendre à se méfier. Ce débordement d’enthousiasme n’est pas le propre de l’époque contemporaine. Chaque fois qu’un courant de pensée s’est réclamé de l’Antiquité grecque, la passion s’est rapidement emparée des esprits, comme en témoignent les termes employés. René Canat nous fait part des idées qui ont circulé au xixe siècle quand romantisme, hellénisme et philhellénisme dominaient les milieux intellectuels de l’Europe occidentale. Citons pour commencer les termes utilisés pour définir l’hellénisme des romantiques ; il le voit comme « l’union du Romantisme et du classicisme dans un humanisme rajeuni et […] dans un retour à l’hellénisme »5. Au fil des pages, il rappelle les traits qui font de l’hellénisme une source de méditation et d’inspiration, il réaffirme le culte des Grecs pour le Vrai, le Beau, le Bien : « Les Grecs pour la Beauté sont maîtres et seigneurs »6, il souligne le dynamisme que l’hellénisme, « antiquité jeune et fraîche dans sa vieillesse miraculeuse »7, parvient à insuffler à toute une génération.

9Le génie grec, la Grèce exaltée et exaltante sont des expressions qui ne conviennent pas à la Grèce chrétienne que Canat ne met pas à la hauteur de la Grèce antique :

  • 8 Id., ibid., p. 355.

Ce qui est vraiment moderne, c’est la mythologie et non un spiritualisme évangélique, c’est un hellénisme franchement païen […]8.

  • 9 Id., ibid., p. 292.

10Prenons en exemple les mythes grecs, appelés mythes fondateurs. « Leur imprécision [celle des mythes], dit Canat9, permet d’en renouveler l’esprit en conservant l’enveloppe, de loger des idées modernes dans de vieilles histoires. » Roland Barthes, dans son essai Mythologies, affirme que chaque époque fabrique ses propres mythes et le vocabulaire qui permet de la comprendre. Ils révèlent les phénomènes sociaux et politiques, les tendances culturelles et musicales, les modes, les personnalités propres à chacune. Mais de ces mythes, on dira qu’ils sont temporaires, réduits dans le temps et leur thématique. À l’inverse, les mythes grecs sont universels, éternels, hors du temps et adaptables à l’envi à toutes les aires géographiques et à toutes les périodes. Inébranlables, ils ont contribué en partie à la force de l’hellénisme. Or, en raison du changement de valeurs et de principes, ils se trouvent supplantés par les mythes de la seconde catégorie. Le fait que ces mythes grecs éternels passent en retrait entraîne l’ébranlement de l’hellénisme, et ce sont les autres qui passent au premier plan.

  • 10 Id., ibid., p. 274.

11Canat proclame l’apport, l’enrichissement que chacun est en mesure de tirer des textes, des œuvres d’art, des pensées transmis par la Grèce10 :

De l’hellénisme rien n’est tenu pour négligeable ; on peut faire son butin partout. Mais le choix de quelques modèles définit, comme cela s’est déjà produit, les tendances d’un goût qui n’est plus tout à fait celui des années précédentes.

12Poursuivons, et arrivons plus directement au but. L’hellénisme est défini comme l’étude de la civilisation grecque antique.

  • 11 de Romilly J. et Grandazzi A., Une certaine idée de la Grèce, Paris, de Fallois, 2003, p. 32 et p.  (...)

Ceux qui s’en recommandent considèrent maintenir une culture transcendante qui préside aux fondements, à la permanence et à la suprématie de la démocratie, de la science, de l’histoire, de la philosophie, de la mythologie, en un mot de l’humanisme : […] la culture est une formation, et culture et éducation sont deux mots synonymes : […] [ils] désignent tous deux la transformation, l’amélioration progressive, du point de vue intellectuel et moral, d’un individu par le biais des connaissances et des textes qu’on lui fait découvrir11.

13Peu après allusion est faite à : « […] la capacité à disposer ses arguments et l’habileté dans l’art de persuader ses interlocuteurs. » L’hellénisme a une dette envers l’Antiquité grecque, en ce qu’il prend pour modèles de grands noms de l’Antiquité, philosophes, historiens, écrivains, auxquels il convient d’associer ceux de grands artistes, architectes et sculpteurs en particulier, Ictinos, Phidias, Praxitèle. Le mot « Antiquité » représente une limite chronologique qui devrait rester floue, alors qu’elle est souvent réduite au seul ve siècle a.C. (appelé aussi Siècle d’or ou Siècle de Périclès) ; en effet, ce qui prévaut est le fait d’englober les époques où vécurent les philosophes, hommes de lettres, mathématiciens, physiciens, artistes qui sont les référents en question. Et il faut bien reconnaître que ce sont tous ceux que la renommée a portés jusqu’à nous. Un mot de plus : citant Thalès, Archimède, Phidias, nous observons que la limitation géographique à la seule Athènes classique, Athènes, à savoir la ville et l’Attique environnante, voire, à plus grande échelle, la Grèce continentale, n’est pas valide, le monde grec couvrant des terres s’étendant sur l’une et l’autre rives de la mer Égée, sur l’une et l’autre côtes de la mer Ionienne. Est-il nécessaire de rappeler qu’il est réducteur et erroné d’assimiler Grèce antique à Athènes et Attique et que l’on se trompe totalement si l’on oublie la Macédoine, le Péloponnèse avec Sparte, les centres commerciaux implantés dans des ports riches et célèbres d’Asie Mineure et des îles ?

14La Grèce antique, avec son capital idéologique et culturel tel qu’il a été évoqué plus haut, mais qu’il faut élargir et approfondir, est prise pour le berceau de la civilisation occidentale : elle est admirée pour avoir proposé un modèle politique nouveau, pour avoir dessiné des critères esthétiques innovants, elle exerce une fascination irrésistible compte tenu du fait que les modèles et les critères en question sont toujours valides de nos jours, deux mille à deux mille cinq cents ans plus tard. Certes, il serait injuste et faux de laisser de côté les valeurs et les références qui sont héritées du christianisme, qui ont valu le qualificatif de « judéo-chrétienne » à cette civilisation, étant entendu que le monde païen et le monde chrétien sont intellectuellement souvent imbriqués l’un dans l’autre. Ce modèle de façon d’être et de façon de penser exerce son influence sur la vie personnelle, sur le fonctionnement du cercle intime et familial, sur la manière qu’a l’individu de se conduire dans le groupe social, sur celle qu’il a de se comporter dans l’espace politique au niveau de la cité, dans l’espace professionnel au niveau du groupe, quand il exerce les mêmes activités, ou certaines dans le groupe en question. Il est vrai que l’hellénisme oriente les comportements à tenir entre individu et état, les relations, droits et devoirs, de l’un envers l’autre.

  • 12 Valery P., Regards sur le monde actuel, Paris, Stock, 1931, p. 13.
  • 13 Fumaroli M., L’État culturel : essai sur une religion moderne, Paris, de Fallois, 1991, p. 131.
  • 14 Dugat G., « L’orientalisme rendu classique en France », dans Revue de l’Orient, mars 1855.

15Se concentrer sur « hellénisme », sur « civilisation occidentale » conduit à se pencher plus profondément sur notre monde. La pensée occidentale s’est définie et développée en grande partie à travers une relation d’opposition, ou d’indifférence, à l’Orient. On sait que Paul Valéry définissait l’esprit européen comme la conjonction des héritages de la Grèce, de Rome, et du christianisme12. Plus récemment, Marc Fumaroli a rappelé les frontières de ce qu’il appelle « notre mémoire », Platon et Aristote, Cicéron et Virgile, Salomon et l’Ecclésiaste, Athènes, Rome, Jérusalem13. On aurait tort de croire qu’on peut circonscrire ce que l’on entend par Occident à l’intérieur de telles limites. Des voix se font entendre qui brisent les remparts édifiés par la tradition. En effet il y eut au siècle dernier la voix de Gustave Dugat qui écrivait en 1855 : « Athènes et Rome ne peuvent plus suffire aux besoins de l’esprit humain […]14 ».

  • 15 Séféris G, Pages de Journal (1925-1971), traduction de Denis Kohler, Mercure de France, 1988 : en p (...)
  • 16 de Beauvoir S., Les Belles Images, Paris, Folio, 1972.
  • 17 Breuillot M., « L’image de la Grèce et des Grecs en un siècle de Guides Bleus » dans Breuillot M. e (...)
  • 18 Id., ibid., p. 94.

16Ce à quoi nous voulons personnellement en venir est que la Grèce médiévale et la Grèce moderne sont exclues de la définition, que les valeurs de référence ne sont pas celles des siècles postérieurs, mais celles de l’Antiquité. C’est que l’hellénisme dont beaucoup se réclament encore aujourd’hui est une conception due à la civilisation occidentale qui assimile Grèce et passé et entretient cette idée de toutes ses forces. Ce sont les hellénistes, partisans de ces études, et fervents défenseurs de ces valeurs, qui, de siècle en siècle, assurent la transmission de ce concept. L’hellénisme est un retour à l’antique ou le maintien de l’antique. Mais qu’en est-il de la venue des temps modernes et du présent ? C’est là qu’on pourrait imaginer qu’il y a eu immobilisme. Le discours que nous appellerons officiel, formel et convenu est à l’opposé. Souvenons-nous, pour mieux comprendre, de la visite d’Edouard Herriot en Grèce : Georges Séféris, choisi pour le guider sur certains sites, n’en est pas revenu de sa surprise et de sa déception quand E. Herriot lui a précisé qu’il ne portait d’intérêt qu’aux vestiges d’avant le iiie siècle a. C.15. Plus tard, se conformant à ce qui était déjà une mode, du moins parmi les jeunes intellectuels, Simone de Beauvoir se rendit avec quelques amis un été en Grèce pour y passer ses vacances16. Outre le fait qu’elle ne garda pas un bon souvenir de la rudesse du séjour passé dans un pays poussiéreux et torride, elle avoua qu’absorbée par la visite des sites antiques, elle oublia même que le pays – c’était bel et bien la Grèce dite « moderne » – connaissait le régime dictatorial de Metaxas en place depuis le 4 août 1936. Si présent sans passé n’est guère concevable, passé sans présent et avenir ne l’est pas davantage. Pourquoi ne considérer que les origines ? Cette approche largement répandue est également relayée par l’image de la Grèce et des Grecs dans les guides touristiques. Depuis plus d’un siècle, mais avec une tendance qui semble faiblir depuis deux ou trois décennies, ces derniers transmettent une image unidirectionnelle et monolithique17. « En trois quarts de siècle, la Grèce garde dans le Guide Bleu une image d’immobilisme, une image totalement figée18. »

17Les Grecs, qui sont les premiers concernés, éprouvent ce sentiment de gratitude envers l’Antiquité, leur Antiquité, devrait-on dire. Reconnaissants, fiers, flattés, mais parfois aussi complexés, les Grecs d’aujourd’hui n’oublient pas le renom et le rayonnement du monde grec antique. Takis Théodoropoulos, lui-même écrivain réputé de la littérature néo-hellénique contemporaine, le proclame en passant de la forme interrogative du titre à la forme affirmative dans l’une des pages conclusives de son livre Nous sommes tous gréco-latins :

  • 19 Theodoropoulos T., Nous sommes tous gréco-latins, Paris, Flammarion, 2005, p. 150.

« Nous sommes tous gréco-latins » signifie admettre qu’il existe une intelligence qui accompagne la nôtre, qui lui montre ses limites, et que cette intelligence est déposée dans des œuvres, en conséquence de quoi on peut la juger tout en étant jugé par elle19.

18Et Théodoropoulos de se référer à deux noms prestigieux de l’hellénisme en France, Jacqueline de Romilly et Jean-Pierre Vernant. Ensuite, sur la quatrième de couverture, nous lisons :

Nous sommes tous gréco-latins. Ce n’est pas une proclamation identitaire, ni une affaire de spécialistes. Dans une Europe tentée par une vision gestionnaire de l’homme, cet héritage nous rappelle que la condition humaine est une quête et non pas une somme de données. Depuis la nuit des temps il continue à dessiner dans la création artistique et littéraire les frontières de la culture européenne. Oedipe n’est pas qu’un complexe !

  • 20 Nous ne donnerons pas la liste exhaustive de leurs travaux sur le sujet, tant l’énumération serait (...)

19Mais de nombreux compatriotes de Théodoropoulos savent que le mot voit son sens étendu jusqu’à l’époque moderne. La dichotomie qui existe entre « hellénisme » et « hellénisme moderne » appartient également au monde grec qui distingue, par le seul ajout de l’épithète νέος [neos], « ελληνισμός [ellinismos] » de « νέος ελληνισμός [neos ellinismos] ». Les Professeurs Loukia Droulia et Pashalis Kitromilidis consacrent une grande partie de leurs recherches et publications à l’hellénisme moderne20 ; le concept recouvre la réalité sociale et la situation culturelle en milieu grec depuis la fin de la turcocratie. L’on parle en français de « Grèce moderne, grec moderne », et le grec recourt au même adjectif, disant pour « grec moderne » « νέα ελληνικά ». L’expression utilisée dès le xixe siècle et reprise dans des publications scientifiques par des universitaires grecs insiste sur le prolongement sémantique à donner au substantif et souligne tout à la fois la temporalité du concept en question. Sans aucun doute, l’émotionnel et l’empathie ne suffisent plus ; sans aucun doute encore, le sens d’« hellénisme » est limité à « études grecques » en général et de manière exclusive, appelant une ou plusieurs corrections de la définition. Les représentations du monde grec, de la culture grecque et de la langue inhérentes au terme « hellénisme » sont bien différentes. Toutefois depuis deux siècles, depuis la fin de la révolution, il est totalement justifié de réhabiliter le mot « hellénisme ». Les années 1821-1827 ayant marqué une étape cruciale dans l’histoire du pays, il n’est certainement pas incorrect de les rapprocher de « moderne, νέος ». Mais en vertu de la continuité qui sera rappelée plus loin pour la langue, il n’est pas faux non plus de considérer qu’« hellénisme moderne », « νέος ελληνισμός » est à employer ensemble pour les siècles antérieurs à la Révolution, en particulier l’empire byzantin. C’est cet aspect-là de l’hellénisme qui reste dans l’ombre. À tort.

20Être helléniste, dans sa façon d’être et de penser, revient à consulter ou écrire des ouvrages sur la Grèce, à prouver une excellente connaissance des textes, être doté d’une intelligence critique hors pair et d’un profond sens de l’humain. Telle est du moins la conclusion que l’on tire des entretiens de Jacqueline de Romilly avec Alexandre Grandazzi.

b) L’hellénisme menacé

21Pour qui s’en tient à la racine du nom « hellénisme », il est facile de le comprendre comme regroupant l’ensemble des études grecques. Les références au monde grec passant dans la plupart des esprits par l’Antiquité, l’assimilation entre « études grecques » et « études grecques anciennes » est rendue immédiate et une fusion s’opère de là entre Grèce et Antiquité. Nous n’écrivons pas « confusion », alors que nous le pensons et que nous estimons cette méprise comme étant une vue de l’esprit, une erreur regrettable, un amalgame beaucoup trop hâtif et réducteur. La façon de penser commune, à l’inverse de celle qui est prise dans son sens étymologique, fait naître le sentiment de dette par rapport au passé, parce qu’elle englobe Antiquité, héritage, passé, civilisation judéo-chrétienne.

22Dire que l’hellénisme est en danger équivaut à déclarer qu’il se trouve en voie ou menacé de disparition. C’est qu’il n’a pas disparu ! Les questions fusent aussitôt : l’hellénisme est-il en recul ? Est-on en droit de parler de l’âge sombre du xxe siècle ? Ceci est-il dû à l’ignorance du passé, à une forme d’indifférence ? Le bilan est général, valant depuis les xviiie et xixe siècles autant pour les Grecs que pour les étrangers.

23Le concept d’hellénisme ne cesse d’être pris dans un environnement sémantique dominé par les notions de menace, fragilité, péril, disparition et exclusion. Les constatations sont effectuées de manière récurrente : la connaissance des textes grecs est plus confidentielle, la place accordée au grec et aux études grecques dans les programmes officiels de l’Éducation nationale et dans l’enseignement supérieur diminue de plus en plus, l’assimilation « études grecques »/retour au passé tient bon. Pour ce qui est des travaux de recherche, ils ne sont pas suspendus, mais passent quantitativement en retrait.

24Pour en comprendre les causes, il faut, pour être bref, retenir et méditer des expressions relevées ici ou là : le consumérisme, l’économie de marché, la société moderne… Même Jacqueline de Romilly utilise des mots qui expliquent la situation : « dépendance », dit-elle dans l’un des Entretiens accordés à Alexandre Grandazzi où elle affirme que notre temps a le « souci, toujours féroce, de s’affranchir de toute dépendance à l’égard de la culture classique » et où elle utilise le nom « impérialisme » en évoquant celui du latin et du grec. Ce sont des termes forts qui suggèrent un excès qui en aurait entraîné d’autres dans le sens inverse, autrement dit un refus, un rejet, une exclusion comme nous écrivons plus haut.

25À aucun moment les deux interlocuteurs ne se demandent de quel hellénisme il s’agit, tant la réponse paraît aller d’elle-même ; à aucun moment, il ne s’agit de savoir s’il n’y a pas méprise sur la lutte à mener, les objectifs et les moyens. En effet, le concept pour lequel se mobilisent et combattent avec une énergie sans bornes nombre des défenseurs de l’hellénisme désigne l’ensemble des études grecques fondées sur l’Antiquité. L’hellénisme moderne, ignoré, n’en est qu’au stade de se faire connaître au travers d’études réservées à un public d’universitaires et d’intellectuels. Ce qui signifie qu’hellénisme signifie toujours pour le grand public « hellénisme antique ». Si nous reconnaissons qu’effectivement les études sur la Grèce antique sont fragilisées et mises en danger, nous pensons que pour les valoriser, elles, et pour mettre davantage en avant l’autre branche de l’hellénisme, l’hellénisme moderne, il faut adopter une attitude différente, apaiser les ardeurs, parvenir à plus de sérénité, d’objectivité et de lucidité pour, ensuite, agir.

26Le constat n’est pas fait que par nous seule, mais il a été également énoncé par les défenseurs de l’hellénisme eux-mêmes, ceux qui croient en ses valeurs et/ou qui ont été formés à l’école des humanités. L’hellénisme (vu comme l’héritage de l’Antiquité) est en péril : cela sous-entend qu’après une période de prédominance, il voit son renom en perte de vitesse. En revanche, on ne peut dire cela du grec moderne et des études néo-helléniques qui ont une place discrète, en retrait, mais qui ne perdent pas de terrain, au contraire, qui en gagneraient plutôt. Des combats ardents et passionnés sont livrés par les partisans acharnés de l’hellénisme antique. Une mobilisation attentive et vigilante leur permet d’être informés des mesures et réformes officielles qui se rapportent à leur cause ; ils publient régulièrement des textes de défense rédigés sur le ton de la contestation, ils organisent des manifestations, font signer des pétitions, cherchant à sensibiliser sans relâche l’opinion publique et sachant s’entourer d’éminents intellectuels et hellénistes.

27Il n’empêche que le constat de l’affaiblissement de l’hellénisme gagne toute l’Europe. Les militants qui s’expriment, universitaires et intellectuels pour la plupart, exposent la situation présente, tout en demeurant sur leurs positions et en luttant pour la conservation de la situation qu’ils ont vécue eux-mêmes, mais ils n’apportent que de rares modifications aux méthodes d’enseignement ou dans l’examen des raisons à invoquer. De plus, il est regrettable qu’ils ne recherchent pas les motifs probables expliquant la situation qu’ils déplorent.

  • 21 Gouguenheim S., Aristote au Mont Saint-Michel, Paris, Seuil, 2008, p. 50 et p. 52 : l’auteur défend (...)

28Plus encore, que personne ne perde de vue que le problème n’est pas exclusivement contemporain. Ainsi, la baisse de la connaissance du grec a été constatée au Moyen Âge ; malgré tout, d’après Sylvain Gouguenheim, le savoir grec a perduré, parce qu’il a été transmis par des traducteurs passant du grec vers le latin, parce qu’il a été connu, diffusé et analysé par des penseurs, des ecclésiastiques et des élites21. Les craintes de voir l’hellénisme en perte de vitesse se sont souvent manifestées, au xixe siècle également, comme l’expose René Canat dans ses deux chapitres intitulés « Retour à l’hellénisme » dans L’Hellénisme des Romantiques.

2. Défendre l’hellénisme

  • 22 Vernant J.-P., La Traversée des frontières, Paris, Seuil, 2004, p. 259.
  • 23 de Romilly J. et Grandazzi A., Une certaine idée de la Grèce, Paris, de Fallois, 2003, p. 233-263.

29Les deux siècles qui viennent de s’achever démontrent que la façon d’être helléniste suppose un engagement, un combat pour porter l’héritage grec le plus haut possible. Jean-Pierre Vernant déclare22 : « Si personne ne s’intéresse plus au grec, il n’y aura, dans ce domaine, plus d’école de pensée du tout. » Le propos est inquiétant ! Il y aurait donc un engagement partisan à pousser l’hellénisme vers le haut, et à le porter à bras le corps quand il est en danger. De la même manière, J. de Romilly évoque un « combat pour l’humanisme »23 auquel elle associe la défense de l’hellénisme ; si elle considère que la bataille de l’enseignement est déjà perdue, elle souhaite ne pas voir ses contemporains « perdre la bataille de la culture ». Il serait alors question d’un double combat !

  • 24 L’association SEL, fondée par Jacqueline de Romilly, signifie Sauvegarde des enseignements littérai (...)

30Beaucoup s’engagent dans la défense de l’hellénisme antique : des hellénistes éminents, beaucoup d’hellénistes de formation et/ou de profession, des associations comme la SEL, la CNARELA24, Eurosophia, l’Association Guillaume Budé, partent à la recherche de solutions et, pour parvenir à leurs fins, font montre d’inventivité et d’innovation dans le mode opératoire et la stratégie de leur engagement.

31Par ailleurs, le vocabulaire utilisé à propos de l’hellénisme renferme une double connotation : celle d’une mort à craindre et celle d’un combat à livrer, celle, médicale, d’un malade condamné et celle, militaire, qui évoque la lutte, la recherche d’armes efficaces, la guerre entre deux camps, parmi lesquels l’un a le dessous et part pour ainsi dire vaincu, ayant peu de chances pour lui.

32Pour notre part, nous préférons dire promouvoir l’hellénisme dans son entier, hors de tout morcellement chronologique, plutôt que d’employer le verbe combattre ! Ceci n’est pas un simple jeu sur les mots ; l’état d’esprit est différent ; mais la motivation et l’obstination au moins identiques. Il s’agit d’un appel au pragmatisme et à une prise de conscience, plus que l’invitation pressante à tirer la sonnette d’alarme. Les modalités d’intervention convoquées jusqu’à maintenant ne sont plus valides ; il faut les changer ou, du moins, en énoncer et en monopoliser d’autres.

a) La leçon de l’expérience

33Soyons bien claire, nous sommes d’accord pour dire que l’hellénisme antique est en déclin, que cette situation nous afflige, mais nous ne désirons pas tomber dans un pessimisme débordant qui conduise à dépasser les limites du raisonnable. Nous sommes également favorable à la mise en lumière du sens universel d’« hellénisme » qui bafoue les clivages du temps. L’expérience nous dicte en effet de rester mesurée et d’agir avec discernement. Mais qu’en est-il au juste ?

34Notre expérience est double : nous sommes helléniste, archéo- et néo-helléniste, tout autant spécialiste d’études grecques anciennes que d’études grecques modernes. Formation et diplômes universitaires sont là pour en attester. Des études classiques à l’université puis un poste d’enseignement de Lettres classiques dans le secondaire et de grec ancien et moderne dans l’enseignement supérieur ont confirmé notre attachement et renforcé notre intérêt pour les études grecques.

35De plus, il nous paraît indispensable qu’un archéo-helléniste ait connaissance de l’espace où ont pris naissance et se sont développées les valeurs et les idées qu’il lit et enseigne au quotidien. C’est ce que nous avons fait très tôt, acquérant par des séjours et des voyages fréquents une connaissance du terrain et des hommes dont le besoin est allé croissant. C’est ainsi que l’archéo-helléniste entre en contact avec le monde grec moderne, mieux encore, en empathie avec lui et, loin de tourner le dos à ses premières études, allie à chaque instant le savoir qu’il possède du passé à celui qu’il acquiert sur un passé moins lointain et sur le présent. Il serait étonnant qu’il ne trouve pas bon nombre de points communs entre les deux et que l’envie, la curiosité, osons dire la nécessité, alors que le mot n’est pas excessif, lui viennent d’effectuer quelques études sur l’hellénisme moderne, rapproché dans le temps, et d’apprendre au moins quelques rudiments de la langue d’aujourd’hui. Être néo-helléniste ne veut pas pour autant dire que l’on adapte exactement les centres d’intérêt et les axes de recherche qui touchaient l’Antiquité à la période moderne, mais prendre en considération la richesse de l’hellénisme récent, dans de nouvelles disciplines, au travers d’influences différentes.

36Nos publications et nos travaux apportent la preuve que c’est la Grèce dans son ensemble (avec un emploi métonymique du mot) qui l’emporte, alors que pour d’autres, c’est l’une ou l’autre qui est dominante. Les deux angles d’approche sont parfaitement compatibles, parfois même complémentaires, soulignant que l’hellénisme n’est ni antique, ni moderne, que la Grèce n’est ni antique ni moderne, mais une, une terre au passé prestigieux et au présent attirant dans et malgré ses contradictions.

37Notre expérience est plurielle. Elle porte un large regard sur la Grèce et par là favorise la multiplicité des points de vue. Sur plus de trente années, de nombreuses occasions nous ont été données d’être au contact et au courant des structures éducatives consacrées aux études grecques : ainsi, celle de l’enseignement, dans sa prise en compte de la transmission de la culture, où l’hellénisme a sa place, et dans sa correction récurrente des limites et des barrières. Celle de la recherche avec ses domaines émergents, la littérature au sens large et la langue, avec le désir, trop rarement satisfait, que le monde grec soit étudié dans le cadre d’autres filières touchant à la civilisation. La collaboration avec des chercheurs et avec des équipes, dont on apprend à découvrir les comportements et les modes de fonctionnement. La participation à des colloques. De là le bilan général permet d’observer et de ressentir l’immobilisme des points de vue et le manque d’adaptabilité aux exigences nouvelles.

38À défaut de modifier le fond, ne peut-on pas modifier la forme ? Le retour à l’antique ou plutôt pour aujourd’hui le maintien de l’antique ne veut-il pas dire que l’hellénisme suppose une manière évolutive et adaptable d’imposer et de sacraliser le passé ?

b) Entre utopie et réalisme

39Les propositions qui seront énoncées plus loin dans l’ouvrage sont empiriques car fondées sur l’expérience d’une seule personne : mais nous n’excluons pas le fait qu’elles rassemblent d’autres suffrages, de façon à ce que nous ne restions pas ainsi la seule voix à les formuler. C’est ainsi que ces propositions ne tomberaient pas dans l’abîme de l’invraisemblance et de l’utopie. Il n’est pas exclu non plus qu’elles soient détachées des contraintes de la réalité. Dans ce cas, en vertu de la dichotomie célèbre de l’Antiquité grecque entre λόγος et έργον, entre théorie et pratique, une approche réaliste laisserait entendre que la mise en application d’idées nouvelles, ou pour le moins de propositions différenciées, est capable de mettre à mal ces solutions ou de conduire à l’annonce de corrections.

40Nous ne souhaitons pas en rester au stade des idées, mais nous comptons sur leur application. Il se peut que « compter » ne soit pas le terme juste, puisque la réalisation de certains projets a déjà été constatée.

41Il est aberrant de croire qu’un partisan de l’hellénisme vit et pense comme il y a deux mille cinq cents ans en refusant de suivre l’évolution sociale, politique, scientifique du monde auquel il appartient. Cela signifierait qu’il vit en reclus, en dehors du monde environnant et en dehors de la société, par exemple sans électricité et à la bougie alors qu’on passe désormais aux ampoules « faible consommation ».

42Défendre l’hellénisme ne peut pas être un retour à l’antique ; il est plutôt souhaitable de chercher dans l’hellénisme originel les modèles ou les règles qu’il est susceptible de fournir au monde actuel et ce qu’il renferme d’achronique, d’intemporel et d’universel de manière à ce que la barrière des siècles ne soit plus visible. Cela revient-il à renouveler forme et/ou fond ? Autrement dit à percevoir dans l’hellénisme ce qui est adaptable aux besoins et aux manques des hommes du présent ?

43Le réalisme l’emporte sur l’utopie étant donné que la mise en application tentée a déjà porté ses premiers fruits. Passé et modernité ont déjà liés, la modernité a déjà été lue dans le passé : επιτάφιος « oraison funèbre » est le titre d’un texte majeur de l’historien Thucydide et d’un poème du poète grec moderne Giannis Ritsos. Alexandrie, la ville antique, celle de la Bibliothèque et du Phare, est la même que l’Alexandrie égyptienne, cité de la diaspora grecque jusqu’à une date récente, la ville de la Nouvelle Bibliothèque et celle du poète alexandrin Constantin Cavafis.

  • 25 de Romilly J. et Grandazzi A., Une certaine idée de la Grèce, Paris, de Fallois, 2003, p. 235 ; ce (...)

44Le malentendu réside dans la définition réductrice qui est faite du mot. Or, tout ce qui va suivre s’appuie sur la définition élargie d’« hellénisme » et sur la suppression du clivage « ancien – moderne ». Nous avons plaisir à conclure ce chapitre par des mots prononcés par J. de Romilly et par lesquels elle adopte une attitude qui est proche de celle que nous voulons avoir, une attitude moins combative mais, pourquoi pas ?, tout aussi efficace25 : « [au travers des Grecs de l’Antiquité] Il s’agit de retrouver un élan, qui puisse expliquer et faciliter la compréhension de notre monde actuel. » Le ton est différent, le message aussi : enseigner la continuité, lire le présent à la lumière du passé, allier réflexion et sérénité, voilà des propos qui méritent d’être médités et entendus.

Notes

1 Breuillot M., « Elpénor, de Giraudoux à Séféris » dans Tonnet H., Revue des Études Néohelléniques, N.S. 1 (2005), p. 161-179.

2 À défaut d’être en mesure et d’avoir la place de nous référer à toutes les publications concernant l’hellénisme au cours des deux cents dernières années, nous nous contentons de citer ici un livre du xixe siècle, un ouvrage d’entretiens de Jacqueline de Romilly et celui, récent, de Sylvain Gouguenheim malgré et sans doute en raison de la théorie qu’il expose et de la polémique qu’il a soulevée.

3 Gouguenheim S., Aristote au Mont Saint-Michel, Paris, Seuil, 2008, p. 139.

4 Id., ibid., p. 175, p. 182.

5 Canat R., L’Hellénisme des Romantiques – Le Romantisme des Grecs 1826-1840, Paris, Didier, 1953, p. 361.

6 Id., ibid., p. 310.

7 Id., ibid., p. 367.

8 Id., ibid., p. 355.

9 Id., ibid., p. 292.

10 Id., ibid., p. 274.

11 de Romilly J. et Grandazzi A., Une certaine idée de la Grèce, Paris, de Fallois, 2003, p. 32 et p. 34.

12 Valery P., Regards sur le monde actuel, Paris, Stock, 1931, p. 13.

13 Fumaroli M., L’État culturel : essai sur une religion moderne, Paris, de Fallois, 1991, p. 131.

14 Dugat G., « L’orientalisme rendu classique en France », dans Revue de l’Orient, mars 1855.

15 Séféris G, Pages de Journal (1925-1971), traduction de Denis Kohler, Mercure de France, 1988 : en particulier, p. 80-81 et note 17, p. 442.

16 de Beauvoir S., Les Belles Images, Paris, Folio, 1972.

17 Breuillot M., « L’image de la Grèce et des Grecs en un siècle de Guides Bleus » dans Breuillot M. et Beaufils T. dir., Le Guide de voyage au fil du Rhin et ailleurs, Actes de la Journée d’Études du 19 mars 2004, Université Marc Bloch – Strasbourg II, 2005, p. 93-103.

18 Id., ibid., p. 94.

19 Theodoropoulos T., Nous sommes tous gréco-latins, Paris, Flammarion, 2005, p. 150.

20 Nous ne donnerons pas la liste exhaustive de leurs travaux sur le sujet, tant l’énumération serait longue. À seul titre d’exemple, nous citerons Λουκία Δρούλια, Ιστορία του Νέου Ελληνισμού 1770-2000, Ελληνικά Γράμματα, Αθήνα, [Loukia Droulia, Histoire de l’Hellénisme moderne 1770-2000, Ellinika Grammata, Athènes] 2003.

21 Gouguenheim S., Aristote au Mont Saint-Michel, Paris, Seuil, 2008, p. 50 et p. 52 : l’auteur défend la thèse selon laquelle les livres ont circulé jusqu’en France depuis Byzance en passant par la Sicile et l’Italie, et il développe l’exemple de Jacques de Venise qui a traduit l’œuvre d’Aristote au xiie siècle au Mont Saint-Michel.

22 Vernant J.-P., La Traversée des frontières, Paris, Seuil, 2004, p. 259.

23 de Romilly J. et Grandazzi A., Une certaine idée de la Grèce, Paris, de Fallois, 2003, p. 233-263.

24 L’association SEL, fondée par Jacqueline de Romilly, signifie Sauvegarde des enseignements littéraires et CNARELA Coordination nationale des associations régionales des enseignants de langues anciennes.

25 de Romilly J. et Grandazzi A., Une certaine idée de la Grèce, Paris, de Fallois, 2003, p. 235 ; ce passage est repris par T. Theodoropoulos dans les pages finales de son livre, Nous sommes tous gréco-latins, Paris, Flammarion, 2005, p. 150.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search