Version classiqueVersion mobile

Continuité et polyvalence : un atout pour l’hellénisme

 | 
Martine Breuillot

Introduction

Texte intégral

  • 1 Σεφερης Γ., Δοκιμές, Δεύτερος Τόμος, [Georges Séféris, Essais, t. II] « Ομιλία στη Στοχόλμη [Disco (...)

1Lorsque nous annonçons dans le titre « continuité et polyvalence », il n’y a là rien de vraiment nouveau. La « continuité » est à la base d’une théorie qui a été largement exposée à la fois pour la langue grecque et pour les origines de la population grecque et dont on peut dire en quelques mots que la langue est une depuis ses origines, du grec mycénien au grec moderne d’aujourd’hui, et qu’elle n’a cessé d’être parlée et écrite pendant trois mille cinq cents ans. D’une part, Georges Séféris, pour ne citer que lui, mais pour rendre hommage à celui qui reçut le premier prix Nobel grec de littérature, en a fait état dans son Discours de Stockholm1 : « La langue grecque n’a jamais cessé d’être parlée. Elle a connu les transformations que connaît tout ce qui est vivant, mais elle ne présente aucune rupture ». Il ne cache pas son émotion et sa fierté lorsqu’il évoque la langue qu’il parle et qu’il utilise pour écrire. Il apparaît donc dès maintenant que la barrière chronologique n’a pas de raison d’être, que la non limitation chronologique n’est ni une transgression, ni une erreur scientifique, au contraire. D’autre part, au xixe siècle, Paparrigopoulos, dans un contexte particulier il est vrai, où la définition de l’identité grecque était imposée comme prioritaire, s’est efforcé de montrer que la continuité existait au niveau de la population grecque, allant de l’Antiquité à Byzance et à la Grèce moderne : son point de vue a été contesté, mais toute la démonstration reposait sur le principe de « continuité ».

2L’emploi que nous faisons de « polyvalence » repose sur une réalité qui existe déjà : les thèmes qui relèvent de l’hellénisme ont déjà été traités selon une méthode plurielle qui convoque de nombreuses disciplines mais présente le défaut de ne pas croiser les domaines de recherche, de revêtir un aspect pointilliste et dispersé. Nous considérons que la polyvalence est à renforcer, que des études plus denses et complémentaires doivent être menées et qu’elles ont à être confiées à des équipes ou à des chercheurs de spécialités différentes et a priori indépendantes les unes des autres.

3Lorsque nous disons « atout », nous voulons dire que l’hellénisme a besoin d’un nouvelle dynamique, d’un nouvel élan, adaptés à la situation socio-culturelle présente, pour effacer la position de faiblesse qu’il occupe de nos jours et pour le mettre comme il l’a été sur le devant des priorités, des préférences, des valeurs, en soulignant son actualité, sa richesse et sa diversité. La promotion de l’hellénisme doit employer de nouvelles armes, ou des armes employées trop rarement, dont la diachronie, l’ouverture à des disciplines autres que celles qui se réclament traditionnellement de l’héritage grec classique. Nous souhaitons formuler une proposition nouvelle et différente pour soutenir une culture à laquelle nous tenons et dont nous nous réclamons.

4Nous partageons le sentiment d’inquiétude qui entoure les études grecques et nous déplorons leur retrait dans l’ombre. Faut-il pour autant parler de la « chronique d’une mort annoncée » qu’il faudrait arrêter avant qu’elle arrive à son terme ? Sur la gravité de la situation, nous sommes d’accord, mais sur la nature et les modalités des actions à entreprendre, nous le sommes moins. Nous proposons donc des solutions qui trouvent leur origine dans notre expérience personnelle de recherche et notre connaissance des programmes d’enseignement.

5Cette leçon énonce que l’hellénisme ne se décline pas qu’au passé : la modernité a également toute sa place. Après un examen minutieux de la situation dans le monde d’aujourd’hui et dans notre société, les problèmes qui se posent à lui à ce jour sont exposés sans que nous tombions à chaque instant dans un pessimisme irréversible. Cette même expérience nous permet de poursuivre l’analyse avec plus d’acuité et d’être en mesure de proposer, quitte à être actuellement la seule voix à exprimer cette position, des idées ou des éléments de réflexion susceptibles d’ouvrir de nouvelles perspectives, jusqu’à suggérer une orientation inversée.

6La réflexion est menée, comme nous le réaffirmons, à la lumière et à l’aide de recherches personnelles, éclectiques, éclatées, mais qui tirent leur origine de deux champs de recherche. Il nous semble que le fait qu’ils soient bien distincts par leur nature et leur contenu représente un avantage certain, et non pas un obstacle, permettant de mener à bien notre raisonnement. Il suffit, pour mieux comprendre, de voir en quoi consistent dans les grandes lignes nos travaux.

7Dans Continuité et polyvalence : un atout pour l’hellénisme, sont exploitées nos deux thèses de doctorat et les publications dont le rythme de parution va croissant au fil des ans, qu’un regard trop rapide jugerait hétérogènes et dispersées et qui se répartissent selon deux axes thématiques majeurs. Tout d’abord, la Messénie (région du sud-ouest du Péloponnèse – Grèce), qui occupe une place non négligeable dans l’histoire du pays, de l’Antiquité au xixe siècle, à propos de laquelle il a été utile et pertinent de faire dans les années 1980 le point des connaissances la concernant, compte tenu du fait qu’elle n’avait alors suscité que des études fragmentaires sur l’Antiquité et le Moyen Âge, et pour laquelle histoire, géographie historique, archéologie du paysage, topographie, castellologie ont été les principaux domaines scientifiques convoqués. Ensuite, en raison de notre formation universitaire et d’un intérêt constant pour la langue grecque, tout à la fois langue des sources écrites, outil de communication et objet d’étude, quelle que soit la période considérée et quel que soit le travail réalisé, certaines publications permettent de dégager la prépondérance pour le grec de la continuité linguistique et de l’approche diachronique, qu’il s’agisse d’organisation phrastique ou de lexicologie. De cette expérience non pas parallèle mais complémentaire découle ce qui constitue l’argument actualisé de la valorisation des études grecques.

8Nous partons d’un constat : l’héritage culturel grec traverse une période de désaffection et de baisse d’intérêt. Ce constat nous trouble d’autant plus que nous sommes persuadée que cet héritage a son prolongement jusque dans la modernité et qu’elle et lui ne sont pas incompatibles. Pratiquant le paradoxe en alliant hellénisme et modernité, nous supposons que l’hellénisme est mal connu et qu’il convient d’en redéfinir les différents mais non moins captivants visages. Certes, là où nous voyons avec d’autres l’hellénisme comme berceau de la civilisation occidentale, nous voyons aussi un champ de recherches dominé par les études littéraires, et acquis, même plus rarement, aux travaux de linguistique. La civilisation est elle aussi mise à l’écart, ou sinon « traitée » par des représentants des disciplines qui, pour la plupart, dépendent indirectement de l’hellénisme, géographie, archéologie, sciences politiques, sociologie, histoire, pour ne citer que ces exemples.

9Les choix qui ont été les nôtres au travers de nos différentes publications ont pu être considérés comme peu académiques, dans le sens de peu respectueux des lignes conductrices de la tradition universitaire hexagonale. Tournés vers la géographie historique et la grammaire diachronique et s’appuyant sur ces deux axes, ils se caractérisent par leur orientation comme différents : par leurs références moins livresques et leur prise d’appui sur les realia pour le premier axe, par leur manque de conformisme pour le second, encore que les publications françaises et étrangères aient noté ici ou là la même inspiration et une certaine inversion de tendance.

10En conséquence, l’ouvrage qui s’ouvre dévoile un hellénisme moins convenu, plus secret et plus méconnu. Les champs de recherche qu’il évoque surprennent parce qu’ils sont inédits ou abordés du point de vue de l’helléniste, alors qu’on ne s’y attend pas. C’est une invitation à changer d’angle d’approche, de point de vue, à élargir les domaines de réflexion, à ouvrir son esprit. Voir, concevoir et comprendre autrement : l’effort intellectuel est considérable, la décision de changer difficile à prendre, mais l’exercice appliqué à l’hellénisme se révèlera, croyons-nous, passionnant et convaincant.

11Le changement de point de vue et d’angle d’approche constitue un défi qui réside également dans le fait de trouver des idées, des indices, des solutions à mettre au point au profit de l’hellénisme.

12Il serait faux de croire que l’inquiétude n’est propre qu’à un seul pays. En Europe et en Grèce même, elle monte et s’étend. Un bilan pessimiste se fait jour, les intéressés tentent d’expliquer la situation présente et d’énoncer la causalité des faits comme le changement des valeurs sociales, le refus de l’érudition ou le consumérisme grandissant, mais ils campent sur leurs positions. Rares sont les modifications qu’ils apportent à l’analyse des faits observés. L’universalité de l’hellénisme, au-delà de tout clivage spatio-temporel, et sa place actuelle dans notre culture attendent des transformations destinées à lui faire retrouver un regain d’intérêt et à le rétablir au premier plan. La similitude des situations et des bilans peut laisser entendre que les propositions de solutions serviront partout ou presque et que, où qu’on soit, la promotion de l’hellénisme doit employer de nouveaux procédés. Enfin, pour renouveler l’hellénisme et lui redonner son éclat, il faut expliquer pourquoi et comment agir.

Notes

1 Σεφερης Γ., Δοκιμές, Δεύτερος Τόμος, [Georges Séféris, Essais, t. II] « Ομιλία στη Στοχόλμη [Discours prononcé à Stockholm] », Αθήνα, Ικαρος [Athènes, Ikaros], σ. 159-161. La traduction a été faite par nos soins.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search