Version classiqueVersion mobile

Continuité et polyvalence : un atout pour l’hellénisme

 | 
Martine Breuillot

Avant-propos

Texte intégral

1La monographie qui suit correspond pour l’essentiel au travail de synthèse demandé pour la soutenance de toute habilitation à diriger des recherches (ou HDR) et constituant l’une des pièces du dossier exigé pour l’occasion et remis au jury en temps utile. Il comprend, comme l’indique le texte officiel relatif à l’épreuve, l’ensemble des recherches et publications qui ont été menées à leur terme par le candidat au cours de sa carrière professionnelle et qui ont été soumises pour l’occasion à des jurys ou à des comités scientifiques de revues et de colloques, selon les cas.

2Lorsque, lors d’un parcours universitaire, un candidat « soutient son HDR », comme on dit, il possède derrière lui une expérience affirmée dans le domaine de la recherche et prouve par son inscription à l’habilitation qu’il a approfondi ses champs personnels d’investigation et poussé déjà loin ses réflexions. La synthèse rédigée selon les conditions imposées par l’établissement universitaire où se déroule l’habilitation expose et constitue un bilan de ses recherches et de ses réflexions.

3Il s’entend que le travail de synthèse, qui a perdu dans le présent ouvrage son caractère institutionnel initial, a été complètement remanié. Il n’a plus grand chose à voir ici avec la synthèse proprement dite : cette dernière, volontairement succincte à l’origine parce qu’elle ne pouvait pas faire double emploi avec les autres pièces du dossier, s’est vue remplacée par une monographie qui est constituée d’éléments qui expliquent nécessairement beaucoup, qui exposent et proposent tout à la fois. Au travers de recherches menées pendant de nombreuses années et dont la présentation détaillée sera faite en temps voulu sans être déclinée chronologiquement sous la forme d’une liste fastidieuse et inutile, sont présentées ici des informations portant sur les études relatives à l’hellénisme et sont exprimées les espérances et les craintes que ce domaine de culture englobe et suscite. L’aspect personnel n’est pas prépondérant ; il sert de prétexte pour soulever des temps forts et des points faibles et pour énoncer des propositions de solutions en rapport avec des interrogations qui se posent sur la civilisation occidentale. Nous sommes persuadée qu’il faut défendre l’hellénisme, et nous le disons nous-même après tant d’autres, parmi les plus éminents représentants du courant qui est appelé « hellénisme ». Nous proposons modestement une redéfinition des études et des recherches relatives à l’hellénisme et annonçons dès à présent que le terme « helléniste » n’a pas forcément que le sens véhiculé ordinairement : sans en contester, loin s’en faut, les sources et les fondements (les textes, littéraires ou non, l’espace grec, les disciplines d’enseignement et les champs de recherche), nous reprenons et élargissons du moins l’espace et les sujets à traiter et nous suggérons de multiplier les domaines de recherche.

4Nous souhaitons rendre bi-sémique le concept d’« hellénisme », à défaut de faire de lui un terme polysémique. Nous sommes capables (le pluriel n’est pas arbitraire, parce que la prise de conscience concerne tous ceux qui sont convaincus comme nous que l’hellénisme est riche d’enseignement – il veut dire beaucoup et il a beaucoup à nous apprendre) de le promouvoir, de valoriser ses nombreuses facettes et les nombreux domaines qu’il englobe et de nous pencher peut-être davantage sur ceux qui nous sont moins connus.

5Dans ces pages nous exposons les axes qui ont prévalu dans nos travaux de recherche et les constatations qu’ils nous inspirent. Nous souhaitons montrer que l’hellénisme a sa place et est à sa place dans une époque où le système éducatif et les critères de référence de notre société s’éloignent des racines de notre civilisation. Tenant compte du changement de valeurs dans le monde qui nous entoure, de l’évolution du public scolaire et universitaire auquel les enseignants s’adressent aujourd’hui, de la situation et de la désaffection où se trouvent les recherches helléniques au début du xxie siècle, nous pensons qu’il est impossible de présenter l’hellénisme comme il y a seulement une génération. Nous ne pouvons plus tenir les mêmes propos ni employer les mêmes arguments qu’il y a vingt ou quarante ans. Dans le cadre d’une redéfinition de l’hellénisme, le projet que nous exposons à la fin du volume prône l’ouverture d’esprit, l’échange entre des domaines de recherche jusqu’ici fermés les uns aux autres, mais sans jamais leur apposer la moindre touche de rivalité et de hiérarchie. Parce qu’enfin… l’hellénisme est comme la muraille des forteresses qui sont disséminées en si grand nombre sur le territoire de la Grèce : jamais uniforme, mais constituée de couches de maçonnerie appareillées et jointoyées avec des techniques différentes au point que si l’on souhaite enlever celle qui est à cinquante centimètres du sol, tout l’ensemble s’écroulera. Un helléniste n’est ni archéo- ni néo-helléniste mais à la fois archéo- et néo-helléniste, un helléniste donc, indifféremment. Presque quarante années passées au service de l’hellénisme nous ont procuré une expérience et un discernement suffisants pour défendre ce point de vue qui ne doit rien à l’utopie et à l’extravagance, comme certains pourraient le croire.

6Enfin, cet avant-propos serait incomplet si trois collègues n’étaient pas cités ici : tout d’abord M. le Professeur Edgard Weber, Directeur du Groupe de Recherche GEO EA 1340 (Groupe d’études orientales, slaves et néo-helléniques), sans lequel rien n’aurait été possible, doit trouver ici l’expression de toute ma reconnaissance pour nous avoir incitée à mener à bien cette publication ; ensuite et enfin Mesdames Renée-Paule Debaisieux, Professeur de grec moderne à l’Université de Bordeaux, et Irini Tsamadou-Jacoberger, Professeur de grec moderne à l’Université de Strasbourg, se verront adresser des remerciements chaleureux pour avoir exprimé de nombreux et insistants encouragements à notre égard : depuis longtemps leur aide et leur amitié nous sont précieuses.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search