Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vladimir Nabokov et la France

 | 
Yannicke Chupin
, 
Agnès Edel-Roy
, 
Monica Manolescu
, 
et al.

V. Postérité de Nabokov et connivences contemporaines

Lolita, leitmotiv de l’œuvre de Serge Gainsbourg

Alexia Gassin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Serge Gainsbourg n’a jamais dissimulé son admiration pour le plus célèbre roman de Vladimir Nabokov, Lolita, publié à Paris en 1955 aux éditions Olympia Press. Comme il le déclare lui-même lors d’une interview, « Lolita, je l’ai pris en pleine gueule » (Simsolo). Il s’agit, selon lui, d’« un livre très pur, un des beaux livres de ce siècle » (Polac, 1968). De plus, même s’il affirme que « c’est Humbert Humbert1 qui [l] e fascine, [et non] Lolita [qui] est une petite conne » (Polac, 1968), il n’en apparaît pas moins que, suite à cette première lecture, la fillette va devenir un motif récurrent de la poétique de l’auteur-compositeur-interprète ainsi que de l’écrivain et du cinéaste Gainsbourg.

Au tout début, Gainsbourg est surtout charmé par le poème composé par Humbert Humbert (Panerai, 62), commençant, dans la traduction française, par les mots : « Perdue, Dolorès Haze » (Lolita, 447). Il décide alors de le « mettre en musique […] parce qu[’il] le trouvai[t] extrêmement moderne dans ...

Auteur

ATER à l’Université de Strasbourg et Docteur en Études slaves (Université Paris-Sorbonne). Elle est également professeur certifié en Allemand. Elle est l’auteur de la monographie L’Œuvre de Vladimir Nabokov au regard de la culture et de l’art allemands. Survivances de l’expressionnisme, publiée en avril 2016 aux éditions Peter Lang. Elle a codirigé l’ouvrage L’Effacement selon Nabokov. Lolita versus The Original of Laura, paru aux Presses universitaires François-Rabelais en octobre 2014. Elle est rattachée à l’équipe d’accueil GEO (Groupe d’Études Orientales, Slaves et Néohelléniques à l'Université de Strasbourg) et est membre associé du laboratoire du LIS (Lettres, Idées, Savoirs) à l’Université Paris-Est Créteil. Ses recherches et publications dans les aires russophone, germanophone et francophone reposent sur une approche multidisciplinaire de la littérature et des arts (peinture, dessin, cinéma, psychopathologie, multilinguisme, dérives du modernisme).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540