Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vladimir Nabokov et la France

 | 
Yannicke Chupin
, 
Agnès Edel-Roy
, 
Monica Manolescu
, 
et al.

III. Langue française et modèles culturels français

Proust, Nabokov and “the language of rainbows”

Emily Eells

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

“Marcel saw sounds in color”: that is how Nabokov punctuated one of his quotations from À la recherche du temps perdu during the class he taught on Proust at Cornell after his appointment there in 1948 (Lectures on Literature, 235). He recognized that Proust’s narrator shared his own gift of chromesthesia, or what he called “audition colorée,” (Speak, Memory, 29) in which a sound heard is converted into a colored visual effect. This form of synesthesia is put into play in Rimbaud’s poem “Les Voyelles,” in which each vowel is associated with a particular color. Significantly, Nabokov paired the poet’s name with the word “rainbow” in an example of paronomasia which imitates how the English word “rainbow” would sound like a close homophone of “Rimbaud” if it were pronounced as a French word.1 Synesthesia and the rainbow are both key motifs in Nabokov’s writing, beginning with the passage of Speak, Memory he called “the confessions of a synesthete” (30). In Ada, Nabokov relates “auditio...

Auteur

Professeur de littérature à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense. Auteure de Proust’s Cup of Tea : Homoeroticism and Victorian Culture (Ashgate, 2002), elle travaille actuellement sur Oscar Wilde et la France, et s’intéresse particulièrement aux questions de « l’interlinguistique », c’est-à-dire de l’emprunt et l’empreinte d’une langue étrangère dans un texte d’une autre langue. Cette problématique constitue le champ d’investigation de son groupe de recherche « Confluences : Les Mots étrangers ». Elle co-dirige actuellement un volume intitulé Traduire la sonorité dans l’œuvre de Proust (à paraître chez Honoré Champion).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540