Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vladimir Nabokov et la France

 | 
Yannicke Chupin
, 
Agnès Edel-Roy
, 
Monica Manolescu
, 
et al.

III. Langue française et modèles culturels français

Le français, langue de la séduction fallacieuse dans l’œuvre de Vladimir Nabokov : une esthétique de l’ambiguïté

Bénédicte Bintein

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Des nombreuses modalités de la présence de la langue française dans l’œuvre de Vladimir Nabokov, il paraît impossible d’inférer une unique raison d’être. En marge des aspects qui ont déjà fait l’objet d’une étude minutieuse1, le point qui retiendra ici notre attention est ce que l’on pourrait appeler le « français fictif ». En effet, si l’auteur a, comme on sait, hésité un temps à choisir le français comme terrain de création avant de finalement se décider pour l’anglais, il en a gardé un goût marqué et souvent imprégné de cet état, ténu, intense, de transition. Nous nous demanderons, à partir de quelques usages de ce français fictif, comment ils font surgir le potentiel fictionnel du français, y compris dans l’acception de « fausseté » impliquée par ce terme.

La valeur fictionnelle que revêt le français chez Nabokov est en effet souvent celle d’une séduction ambiguë, le moyen de souligner le surgissement d’une forme d’altérité, parfois séduisante, souvent trompeuse ; mais ce françai...

Auteur

Agrégée de Lettres modernes et enseigne au lycée, en Savoie. Ses recherches en maîtrise ont porté sur Délie du poète lyonnais Maurice Scève. Elle est depuis 2013 membre de la Société française des Chercheurs Enchantés et travaille actuellement à une étude sur l’œuvre romanesque de Molly Keane.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540