Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vladimir Nabokov et la France

 | 
Yannicke Chupin
, 
Agnès Edel-Roy
, 
Monica Manolescu
, 
et al.

II. Intertextes français

Le vol de la mémoire. Vladimir Nabokov lecteur de Rimbaud et Mallarmé

Isabelle Poulin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Est-ce en ces nuits sans fonds que tu dors et t’exiles, Million d’oiseaux d’or, ô future Vigueur ? »
Le Bateau ivre, Arthur Rimbaud

Il est possible de raconter l’histoire du style de Vladimir Nabokov à partir de points de repères qu’il a lui-même fournis à ses lecteurs dans plusieurs langues. On trouve par exemple dans Le Don une référence au poème « Voyelles » de Rimbaud, une autre à « La Maison Tellier » de Maupassant, qui servent à définir le choix d’une écriture, la prose poétique, et son rapport au réel1. La première version, écrite en français, du chapitre V de son autobiographie, présente l’auteur comme « barbare, ami de Rabelais et de Shakespeare » (« Mademoiselle O », Nouvelles complètes, 674). Parce que l’espace littéraire est plurilingue par essence (les écrivains se lisent les uns les autres, le plus souvent en traduction), il a permis à l’exilé d’emprunter des chemins de traverse pour recouvrer une forme de mémoire, qui n’a plus rien d’involontaire dans une autre langue...

Auteur

Ancienne élève de l’ENS de Fontenay/Saint-Cloud, agrégée de Lettres Modernes, Isabelle POULIN est Professeur de Littérature comparée à l’université de Bordeaux Montaigne. Elle a consacré sa thèse à l’œuvre de Vladimir Nabokov, creuset d’une réflexion sur les liens entre plurilinguisme et critique littéraire, question à laquelle elle a consacré le volume collectif Critique et plurilinguisme (Poétiques comparatistes, Lucie éditions, 2013). Elle a travaillé sur la place de la littérature française dans l’œuvre de l’écrivain polyglotte : Vladimir Nabokov, lecteur de l’autre (PUB, 2005). Elle est l’auteur d’une étude sur les Écritures de la douleur : Dostoïevski, Sarraute, Nabokov (Le Manuscrit, 2007) et a coordonné un numéro de la Revue de Littérature Comparée dont l’enjeu était de mettre en évidence la spécificité de l’approche critique d’une œuvre plurilingue (« Vladimir Nabokov ou le vrai et le vraisemblable », RLC no 342, avril-juin 2012).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540