Version classiqueVersion mobile

Real and Imaginary Travels 16th-18th centuries

 | 
Anne Bandry-Scubbi
, 
Rémi Vuillemin

Travelling,Trade and Identity

Du voyage à sa représentation

Les témoignages de deux marchands Nord-Américains en Europe (1779-1795)

Maud Gallet-Guillon

Résumé

Les témoignages de deux marchands nord-américains se rendant en Europe entre 1779 et 1795 et les transformations successives subies par les récits permettent de faire apparaître le processus de mise en écriture du voyage, et d’étudier le passage de l’observation de la réalité à sa représentation littéraire, au travers de formes diverses (lettres, journal intime, récit épistolaire, mémoires). En détaillant les buts poursuivis par les auteurs, il s’agit de montrer que ces textes-palimpsestes, écrits et réécrits au gré du contexte personnel et historique, jouent un rôle essentiel dans la création d’un sentiment national américain en cette période clé pour la formation de la Jeune Amérique, puisqu’ils permettent aux visiteurs de se mesurer à l’Autre européen et tout particulièrement l’Autre britannique, et de produire un portrait en creux des plus glorieux de leur terre natale, afin de conforter leurs lecteurs et compatriotes dans un sentiment de fierté nationale.

Texte intégral

1On assiste dans la deuxième moitié du xviiie siècle à un essor considérable des réseaux de commerce transatlantiques. Les liens se resserrent tout particulièrement entre la Grande-Bretagne et ses treize colonies nord-américaines, conduisant à une multiplication des échanges de biens, mais également de pratiques culturelles et de personnes (Morgan, 2000 : 36). Ces contacts se poursuivent malgré les conflits qui se succèdent en cette période : la guerre d’indépendance américaine de 1775 à 1783, la Révolution française, puis les guerres révolutionnaires et napoléoniennes à partir de 1792. Les voyageurs marchands constituent des acteurs privilégiés de ces réseaux : ils renforcent les liens économiques de part et d’autre de l’Atlantique mais sont également des intermédiaires culturels de premier ordre, à l’origine de quantité de transferts entre le Vieux et le Nouveau Monde.

  • 1 Linda Colley souligne dans son ouvrage Britons que tout individu se construit en opposition par rap (...)

2Il s’agit ici d’examiner les témoignages de deux marchands nord-américains – Elkanah Watson (1758-1842) et Thomas Handasyd Perkins (1764-1854) – se rendant en Europe entre 1779 et 1795, afin d’étudier le processus de mise en écriture de leur voyage, le passage de l’observation de la réalité à sa représentation littéraire. Si la formation professionnelle et le but avant tout commercial du séjour ne permettent pas à ces visiteurs de rivaliser avec Laurence Sterne, James Boswell, ou encore Washington Irving par la qualité de leur plume, ils font toutefois œuvre d’écrivains lorsqu’ils sélectionnent les faits, remanient les événements, se mettent en scène à travers la figure d’un narrateur, et mêlent à loisir vérité et fiction dans un récit à la fois réel et imaginaire (Viviès, 1999 : 19). En analysant les transformations successives subies par le texte, nous nous attacherons à montrer de quelle manière ces textes palimpsestes, écrits et réécrits au gré du contexte personnel et historique, jouent un rôle primordial dans la construction d’un sentiment national américain. En cette période clé pour la formation de la jeune République et la création de son identité, le séjour sur le vieux continent donne aux visiteurs le moyen de se mesurer à un Autre européen, de s’affranchir – avec plus ou moins de difficultés – de la tutelle britannique tout en s’ouvrant à d’autres modèles, notamment français (Colley, 1996 : 5-6 ; Zuckerman, 1987 : 115 ; Rozbicki, 1991 : 82 ; Commager, 1974 : XX ; Stowe, 1994 : XI).1 Les commentaires sur la société européenne font également émerger un portrait en creux triomphal de l’Amérique, qui conforte le visiteur et ses lecteurs dans un sentiment de fierté nationale, faisant ainsi du voyage et de son récit un formidable outil dans l’émergence d’une conscience américaine.

  • 2 Citons par exemple le philosophe Joseph Priestley, les hommes politiques Edmund Burke, Richard Pric (...)
  • 3 Elkanah Watson, John Singleton Copley, 1782, Art Museum, Princeton University. Le tableau est visib (...)

3Il convient tout d’abord de fournir quelques éléments biographiques sur les deux voyageurs. Elkanah Watson naît en 1758 à Plymouth, dans le Massachusetts, et meurt en 1842. Il s’embarque pour la France en 1779 à l’âge de 21 ans et passera cinq ans en Europe. Il fonde à Nantes une entreprise de commerce en association avec un Français, effectue plusieurs périples touristiques, et se lie d’amitié avec d’illustres compatriotes, comme Benjamin Franklin, Henry Laurens ou encore John Adams. Alors que débutent les négociations de paix entre la Grande-Bretagne et les États-Unis en 1782, il traverse la Manche pour y développer des liens commerciaux et découvrir le « Pays de ses Ancêtres ». Il rencontre plusieurs personnalités politiques et scientifiques britanniques2 et il est présent en décembre 1782, lorsque George III prononce un célèbre discours dans lequel il reconnaît l’indépendance nord-américaine. Watson est alors un marchand prospère, comme en atteste son portrait par John Singleton Copley3 : sa perruque, son épée, son élégant manteau et son gilet brodé lui donnent l’allure d’un gentleman, ou plutôt d’un « French beau » comme il se décrit lui-même (Watson, 1856 : 305). Les difficultés économiques de la France provoquent toutefois la faillite de son entreprise l’année suivante ; il décide alors de visiter la Hollande, puis à nouveau l’Angleterre, avant de retrouver sa terre natale en 1784. Voyageur infatigable, il effectue plusieurs expéditions dans les territoires du Nord-Ouest et la région des Grands Lacs, et se passionne entre autres pour l’agriculture scientifique et la construction du canal Erié. Les témoignages qu’il a laissés de son séjour européen sont multiples : seront examinés ses deux journaux de voyage rédigés sur place, en 1781 et 1784, constitués d’extraits choisis de sa correspondance et de ses carnets de voyage mis au propre, ainsi que le récit de sa visite en Hollande, A Tour in Holland in 1784 by an American, publié en 1790, enfin, des extraits de son autobiographie rédigée en 1821, qui constitue une partie de ses mémoires publiés de manière posthume par son fils en 1856 sous le titre Men and Times of the Revolution.

  • 4 Le portrait est visible sur le site : http://www.openlettersmonthly.com/american-aristocracycivil-w (...)

4Le deuxième voyageur, Thomas Handasyd Perkins (1764-1854), est lui aussi originaire de Nouvelle-Angleterre. Son portrait, exécuté en 1832 à la demande de l’Athénée de Boston en hommage à son généreux donateur, le montre au sommet de sa gloire : c’est un « prince marchand » comme le décrivent ses biographes, qui a accumulé une fortune considérable en développant des échanges aux quatre coins du monde (Seaburg & Paterson, 1971).4 Il se livre ainsi au commerce d’esclaves avec Saint Domingue, rapporte des Antilles du sucre, du café et de l’indigo qu’il revend en Europe. Il écoule également sur le Vieux Continent des matières premières nord-américaines (céréales, farine, riz, tabac, coton, huile de baleine, ou encore bois de construction) et en rapporte divers produits manufacturés. Il s’est implanté jusqu’en Chine et en Indonésie, où il échange des fourrures de Terre Neuve contre du thé, de la soie, de la porcelaine, ainsi que de l’opium acheté en Turquie. Pour revenir au portrait, les dimensions impressionnantes (presque deux mètres sur trois), le titre Colonel Thomas H. Perkins et l’exposition dans l’une des plus belles salles de la prestigieuse institution culturelle de Boston, ne laissent aucun doute quant à l’appartenance de Perkins aux « Brahmins » – à l’élite – de la ville. Au cours de sa longue carrière, Perkins a effectué un peu plus d’une dizaine de déplacements en Europe, mais nous nous intéresserons à son premier voyage en France, dans les dernières années de la Terreur en 1794-1795, lorsqu’il embarque sur l’un de ses navires pour s’assurer du paiement de sa cargaison en ces temps incertains. Il assiste aux derniers actes de violence qui suivent la chute des Montagnards, et participe à une opération clandestine visant à exfiltrer le fils du Marquis de Lafayette vers les États-Unis afin qu’il échappe à la conscription. Comme Watson, Perkins fait un court passage en Hollande et en Angleterre avant son retour. Les sources utilisées sont les journaux intimes qu’il rédige au cours de son périple, qui seront confrontés à des extraits de ses mémoires édités par son beau-fils et publiés de manière posthume en 1856, constitués d’extraits de ses journaux de l’époque et de son autobiographie rédigée en 1846.

5Examinons à présent un premier niveau d’écriture, les témoignages rédigés sur place, sur le vif, et non destinés à être publiés. Les sept volumes constituant les journaux intimes de Thomas H. Perkins en Europe en 1794 et 1795 fournissent une description chronologique et régulière des événements qui ponctuent son séjour. L’absence de dédicace ou d’adresse à un lecteur potentiel indique qu’ils sont destinés avant tout à un usage personnel, mais on peut supposer qu’ils ont été partagés avec un cercle restreint de proches au retour du voyageur. Le journal sert aussi bien à consigner des informations d’ordre professionnel – liste des dépenses, prix de marchandises dans différentes villes européennes, avancement du paiement de sa cargaison –, qu’à détailler son quotidien, ses sorties culturelles et ses rencontres, mais également des événements plus inhabituels, comme l’exécution publique de Fouquier-Tinville et de quinze figures du Tribunal révolutionnaire en mai 1795. Comme le souligne Pierre-Jean Dufief dans Les écritures de l’intime, le journal intime est un récit « impressionniste », qui se caractérise par son immédiateté et sa spontanéité, et qui n’a aucunement été retravaillé (Dufief, 2001 : 107-110). Dans ce « journal du regard sur soi » – pour reprendre l’expression de Dufief— la part intime de l’individu se révèle à travers la description de sensations engendrées par de nouvelles expériences : une profonde révérence lorsque Perkins rencontre Mme Lafayette, un embarras tout puritain face à la « lascivité » des danseuses de l’opéra de Paris, ou encore du dégoût lorsque la foule applaudit à tout rompre chaque tête tranchée par la guillotine. Un tel mode d’écriture implique de nombreuses répétitions, un rythme ralenti par de longues descriptions, ainsi qu’un style simple et dépouillé, qui donne une impression de vérité, parfois trompeuse : il ne s’agit pas de confessions et l’auteur censure certains faits, comme par exemple toute référence au fils Lafayette, de peur de compromettre son exfiltration si le journal venait à tomber entre de mauvaises mains (Perkins, 1856 : 60).

6Si le journal reflète la « part solitaire du moi », la lettre de voyage fait au contraire apparaître sa dimension sociale puisqu’elle est adressée à un destinataire, qui détermine en grande partie son contenu et son style (Dufief, 2001 : 109). À son ancien employeur, Elkanah Watson communique des informations d’ordre professionnel et politique, alors qu’avec ses sœurs, il évoque mode et belles manières ainsi que projet matrimonial. Selon le double objectif des relations de voyage – allier l’agréable à l’utile –, Watson s’emploie à divertir ses lecteurs tout en les instruisant par le récit de péripéties souvent cocasses, comme lorsque sa mauvaise maîtrise du français l’amène à déclarer à une jeune femme dont il veut complimenter le visage (face en anglais) : « Mademoiselle, vous avez une fesse bien rouge » (Watson, 24 April 1780, mes italiques ; Le Huenen, 1990 : 13 ; Ouellet, 1998 : 289-290). Comparée au journal, la lettre est moins contraignante et offre une plus grande souplesse : l’auteur peut prendre des libertés par rapport à la chronologie des faits, sélectionner ceux qu’il juge à même d’intéresser son destinataire, raccourcir certains passages qui risqueraient de lasser ce dernier, et produire des analyses plus synthétiques en prenant un recul qu’il n’a pas dans un journal tenu au jour le jour. Par ailleurs, la lettre est destinée avant tout à partager rapidement des informations et ou une actualité, alors que le journal fonctionne davantage comme un aide-mémoire, comme l’explique T. H. Perkins lui-même : « In keeping this memorandum-book, my object is not to describe the places I see, but merely to mention my having seen them, that I may have my recollections refreshed at a future day » (Perkins, 1856 : 182). Dans le cas des deux voyageurs, les témoignages servent également de base à l’écriture ultérieure de récits de voyage ou de mémoires.

  • 5 Perkins évoque un épisode du Sentimental Journey de Laurence Sterne lorsqu’il est sur le Pont Neuf (...)

7Quelle figure du voyageur l’auteur construit-il dans ces témoignages ? Alors que les mémoires rédigés à un âge mûr ont vocation à ne présenter que les épisodes les plus glorieux d’un homme dominant sa destinée, les écrits d’origine peignent « le moi en conflit », pour reprendre une autre expression de Pierre-Jean Dufief (108) : on y découvre un visiteur peu sûr de lui, qui doute, se heurte à plusieurs obstacles et échecs et s’en plaint à outrance, regrettant parfois amèrement d’avoir quitté son confort pour affronter un monde inconnu. Par ailleurs, l’identité nord-américaine est en pleine construction à cette époque et est donc pour le moins fragile : rappelons que Watson voyage alors que l’indépendance de son pays n’est pas encore acquise et que Perkins quitte une Amérique déchirée par d’intenses luttes politiques entre Républicains et Fédéralistes, qui font craindre pour l’avenir de l’union. Dans ce contexte, on comprend mieux le malaise, voire parfois même le complexe d’infériorité, qu’éprouvent les visiteurs face à des Européens qui les considèrent souvent comme des rustres dénués de tout raffinement et savoir-vivre. Elkanah Watson, à peine arrivé dans un collège près de Nantes pour apprendre le français en 1779, voit sa chambre envahie par des étudiants impatients de découvrir à quoi ressemble un « sauvage » et qui s’étonnent de la blancheur de sa peau ou encore de l’absence de plumes sur sa tête. En rapportant cet incident à son père, le voyageur ressent le profond besoin de se rassurer quant à sa valeur, et au-delà, à celle de tout un peuple : « The idea of an American generally carries with it in Europe the idea of a savage. But believe me, we are as white & humane as the best of them » (Watson to his father, Ancenis, 20 décembre 1779). Les témoignages révèlent toutefois que les voyageurs gagnent en confiance à mesure que leur séjour se prolonge. Avides de découvertes et curieux de tout, on les voit évoluer au contact des plus brillantes civilisations européennes, jusqu’à atteindre l’un des buts ultimes du voyage—devenir un gentleman, comme l’annonce Elkanah Watson : « I expect to be handsomer by spring, after I have acquired the graces » (Watson to his brother, Nantes, 10 octobre 1779). Les observations de nouvelles techniques industrielles et agricoles, mais également les visites des principaux monuments, demeures aristocratiques et jardins paysagers, de châteaux en ruines et d’églises gothiques découvertes au clair de lune, ou encore les spectacles et expositions de peinture auxquels il se rendent, les citations de romans ou de poèmes dans les lieux qui les ont inspirés,5 font apparaître tantôt des amateurs d’art, de littérature et de paysages pittoresques, tantôt des hommes de science et de technique, mais toujours des voyageurs éclairés, érudits et cultivés, dont le séjour en Europe permet de confirmer l’appartenance à une élite. Afin de rendre ce statut plus concret encore, ils rapportent dans leurs bagages quantité d’objets de luxe, comme le portrait d’Elkanah Watson par John Singleton Copley, mais également certains us et coutumes de la société élégante européenne.

8Cependant, en dépit de ces transferts et de cette ouverture à l’Autre, le voyageur cosmopolite reste avant tout un patriote, fidèle à sa terre natale et fier de ses origines. Ainsi, si Elkanah Watson se convertit à l’usage de la perruque et au port de l’épée, il assure à sa sœur que son caractère reste inchangé : « My nature is grafted, I shall not struggle to frenchify it, be assur’d » (Watson to his sister, Rennes, Jan. 31st 1781). De ce point de vue, le séjour outre-Atlantique favorise la prise de conscience d’une identité américaine, puisqu’il donne aux voyageurs l’occasion de confirmer leur appartenance à une communauté nationale reconnue comme telle à l’étranger : lorsqu’Elkanah Watson débarque en France, il n’est pas identifié comme habitant de Nouvelle-Angleterre mais comme un Américain, ou, pour reprendre ses propres termes, comme « le sujet d’une nation tout juste émergée de l’obscurité » (Watson, 3 Sept. 1779). Par ailleurs, le séjour donne parfois aux visiteurs l’occasion d’être les témoins directs d’événements fondateurs pour la jeune République. Lorsqu’Elkanah Watson entend le 5 décembre 1782 George III reconnaître pour la première fois l’indépendance des anciennes colonies, il a parfaitement conscience d’assister à un moment historique, le début d’une nouvelle ère pour sa terre natale. C’est avec un sentiment de revanche et un ton hautement patriotique qu’il décrit les vives émotions qui l’assaillent alors :

I was absolutely oblig’d to support myself with my left foot upon the second step of the throne in the very moment this great potentate [George III] was acknowledging our independence. I cannot describe to you the kind of sensation that play’d upon my arteries & diffus’d itself thro’ my whole system, when I look’d back to America & took a retrospect of the miseries & hard struggles I have so frequently witness’d in contesting the very point—Independence [is] now recogniz’d. (Watson to F. Cossoul, London, Dec. 6 1782)

9En outre, il faut rappeler que tout récit du voyage obéit à un double mouvement : à travers la description du pays visité se dessine celle du pays d’origine, puisque l’inconnu est toujours jugé à l’aune du familier. Le séjour en Grande-Bretagne offre donc une occasion unique de marquer une rupture avec l’héritage anglais et, en présentant une vision exagérément noircie de l’ancienne métropole, de produire par contraste un portrait en creux de l’Amérique des plus glorieux. Thomas H. Perkins prend par exemple ses distances sur le plan linguistique en utilisant un terme spécifique américain pour décrire la station balnéaire de Margate : « It is a watering place (or, to speak in more intelligible language to my American friends), a bathing place » (Perkins, August 1st 1795, mes italiques). D’autre part, c’est au contact des Européens que les visiteurs prennent pleinement conscience de ce qui les distingue de ces derniers et qu’ils parviennent à définir les spécificités de leur caractère et institutions nationaux. En assistant aux débats houleux du Conseil des Cinq-Cents en 1795, Perkins déclare que tout Américain les jugerait indignes d’une république : « This kind of management in a legislative assembly is most certainly wrong and disgraceful ; at least it appears so to an American spectator » (Perkins, 1856 : 67). Les visiteurs reviennent donc de leur voyage plus que jamais attachés à leur terre d’origine, le séjour en Europe ayant servi de révélateur pour prendre toute la mesure des bienfaits de la vie en Amérique.

  • 6 « We have in English, no good account of the customs, manners, & c. of the United Provinces. Travel (...)
  • 7 Le voyageur est au centre de son récit, et non plus tant le pays visité, c’est un « voyage du cœur  (...)
  • 8 Watson fait ici écho à la théorie de translatio imperii, le mouvement de la civilisation et des emp (...)

10Elkanah Watson ne s’arrête pas en si bon chemin : il s’emploie à en convaincre ses concitoyens en rendant public le récit de sa visite des Provinces-Unies, rédigé en 1784 et publié en 1790, et qui constitue notre deuxième niveau d’écriture. L’auteur ne s’adresse plus à un cercle d’intimes mais à un lectorat plus large qu’il lui faut conquérir : afin de prouver sa légitimité et d’établir un pacte de confiance, Watson se recommande dans sa préface d’un écrivain reconnu, le poète américain John Trumbull (1750-1831), qui a apprécié son ouvrage. Il choisit de ne publier que ses observations en Hollande, afin de proposer un récit « entièrement nouveau » comme le vante une publicité de l’époque, plutôt que de concurrencer les maintes descriptions de la France et de l’Angleterre qui paraissent en cette période.6 L’auteur divise son récit en trois grandes parties, chacune présentant un style propre et s’adressant à diverses catégories de lecteurs : l’ouvrage s’ouvre sur un récit de voyage épistolaire, suivi d’une présentation thématique de chacune des Provinces-Unies, ainsi que d’une analyse comparative des gouvernements hollandais et américain, à la portée plus scientifique, et il s’achève par des annexes détaillant les pratiques commerciales du pays. Mettant à profit l’absence de conventions strictes régissant le genre du récit de voyage (Viviès, 1999 : 93), Watson emprunte donc tantôt à la forme du roman, de l’autobiographie et du guide touristique, tantôt à l’essai philosophique, politique et économique. Dans son récit de voyage à proprement parler, il suit le déroulement chronologique des événements mais ré-agence et sélectionne les faits de manière à ne pas lasser son public : il limite les descriptions de monuments, multiplie les anecdotes historiques afin de séduire un large éventail de lecteurs, et entrecoupe les informations à valeur documentaire de passages narratifs dans lesquels il décrit sur un ton badin ses rencontres et ses émotions, à la manière d’un « voyageur sentimental ».7 En s’interrogeant sur le but poursuivi par l’auteur, il apparaît que, s’il garde l’anonymat, Watson affiche sa nationalité dès le titre de son ouvrage (« by an American ») : c’est bien le point de vue d’un Américain qui nous est présenté, et tout est prétexte à chanter la gloire de la jeune République. Ainsi, la vue des nombreux navires battant pavillon américain dans les ports hollandais, dont certains s’apprêtent à transporter « un millier d’émigrés » vers une « terre de liberté », gonfle d’orgueil le visiteur qui livre une vision millénariste dans laquelle il prédit à l’Amérique une destinée exceptionnelle (Kornfeld, 2001 : 11-19)8 :

What a feast for the soul, when we reflect that the present age in America has, by a virtuous and arduous struggle, opened an asylum to the oppressed nations of the earth. […] America stands comparatively like the sun in the heavens—the centre of light, and the wonder of the admiring world, who feel the influence of its rays. The persecuted will find ease and rest; and tortured virtue and exiled worth will take refuge among us, from every quarter of this old world. (Watson, 1790: 41)

11Dans son commentaire, Watson adopte une attitude cosmopolite en inscrivant le destin de l’Amérique dans un mouvement universel de lutte pour faire triompher la liberté. La Terreur n’a pas encore eu lieu, l’heure n’est pas encore à l’isolement vis-à-vis d’une Europe qui apparaîtra progressivement comme une terre de violence ne partageant plus les mêmes notions de justice, d’égalité et de liberté (Kramer, 1994 : 42-46). Si Watson reflète la prise de confiance d’une nation qui en 1784 a fièrement conquis son indépendance, il se fait également le relais de craintes quant à la capacité de la jeune République à survivre. Fort de ses observations en Hollande, il met en garde ses concitoyens contre les luttes de pouvoir entre les états confédéraux qui pourraient mettre en péril l’union nationale :

I am afraid we shall realize under our confederated system in America, all the inconveniences of the Dutch experience. […] I dread to look forward, from a full conviction that we cannot long be bound together by such feeble ties. State will contend against State—hatred will ensue—and perhaps the whole continent will be again deluged with the blood of Americans. (Watson, 1790: 181-182)

12À ce moment précis du récit se dévoile une nouvelle voix narrative, celle de l’auteur qui s’apprête à publier son récit en 1790 : la situation s’est considérablement améliorée, l’adoption de la Constitution et l’élection de George Washington à la tête du pays ont apporté davantage de stabilité et permis de consolider les institutions fédérales. Plutôt que de corriger ses commentaires de 1784 désormais obsolètes, Watson préfère ajouter une note de bas de page pour souligner les progrès accomplis depuis, et ce faisant, accentuer encore le mérite d’une nation qui a surmonté avec brio de tels obstacles.

  • 9 Par exemple, lorsque Perkins décrit l’opération d’exfiltration du fils du Marquis de Lafayette vers (...)

13Venons-en à la dernière étape de réécriture du voyage, celle des autobiographies que Watson et Perkins rédigent respectivement en 1821 et en 1846, soit trente-sept et cinquante-et-un ans après leur séjour. Dans ses mémoires, l’auteur mêle récit réorganisé et commentaires a posteriori, en un va-et-vient entre le temps du vécu et celui de l’écriture et de la remémoration.9 Bénéficiant de recul par rapport aux événements, il sélectionne les faits les plus marquants et les met en relief au moyen d’effets d’annonce et d’anticipations. Elkanah Watson débute la description d’une altercation avec un prêtre français par ces mots : « One of the most critical and remarkable events of my life occurred in the month of March 1781 […] » (Watson, 1856 : 128). L’auteur domine sa destinée et, soucieux de l’image qu’il va laisser à la postérité, ne livre que les épisodes les plus remarquables de son existence, n’hésitant pas à déformer légèrement la réalité afin de se présenter sous son meilleur jour. Ainsi, lorsqu’Elkanah Watson rapporte dans ses mémoires l’attaque de bandits de grand chemin qu’il subit près de Liverpool, il se pose en héros, en aventurier sans peur et sans reproche, mais se garde bien de préciser, comme il l’avait fait dans une lettre de l’époque, que son serviteur avait oublié de charger l’un de ses pistolets (Watson, 15 octobre 1782 ; 1856 : 185-186). Mais au-delà du destin d’un home, c’est l’histoire de toute une nation qui se dessine : l’auteur se pose en observateur privilégié ayant côtoyé les plus grands et vécu des événements d’une portée historique incontestable. Comme l’énonce explicitement le titre des mémoires de Watson, Men and Times of the Revolution, or Memoirs of Elkanah Watson, il s’agit de faire revivre des moments fondateurs de l’histoire américaine et de proposer une galerie de héros nationaux. Watson exalte ainsi les mœurs simples et l’intégrité de John Adams en Hollande, ou encore le rayonnement de « l’immortel » Benjamin Franklin en France, quand Perkins vante les talents de diplomate du futur président James Monroe. Ces figures sont présentées comme des incarnations de l’idéal républicain américain, et comme autant de modèles susceptibles d’inspirer les lecteurs, en particulier la jeune génération qui n’a pas combattu pendant la guerre d’indépendance et doit se montrer digne de ses ancêtres (Appleby, 2000 : 255-257 ; Watson, 1856 : 106, 154, 236 ; Perkins, 1856 : 54). La ferveur patriotique s’exprime dans ces récits avec davantage de force que dans les témoignages d’origine et les événements y sont mis en scène de façon plus dramatique. Il suffit, pour s’en persuader, de confronter la relation du discours de George III dans sa version d’origine en 1782, citée plus haut, avec celle de 1821 :

It was a dark and foggy day; […] the walls were hung with dark tapestry, representing the defeat of the Spanish Armada. […] I cannot adequately portray my sensations, in the progress of this address; every artery beat high, and swelled with my proud American blood. […] The great drama is now closed. The battle of Lexington exhibited its first scene. The Declaration of Independence was a lofty and glorious event in its progress; and the ratification of our Independence by the King, consummated the spectacle in triumph and exultation. (Watson, 1856: 203-205)

  • 10 Il clôt cette évocation par un commentaire à la portée hautement symbolique, absent des témoignages (...)

14L’auteur affiche avec superbe son identité américaine, faisant écho à la montée en puissance des États-Unis et à l’affirmation de son caractère national.10

  • 11 Lorsqu’il publie les mémoires de son beau-père en 1856, Thomas G. Cary, censure par exemple toutes (...)

15Pour finir, l’éditeur des mémoires – dans les deux cas un membre de la famille proche – effectue un ultime travail d’écriture puisqu’il ajoute des notes de contexte historique, qu’il retient certains passages tout en en écartant d’autres, ou encore censure toute information compromettante ou sujette à controverse afin de présenter un récit hagiographique.11 Le climat politique du pays au moment de la publication, en 1856, influence la présentation du récit : à un moment où les tensions Nord-Sud sont à leur paroxysme et qu’une guerre civile se profile, il s’agit, au-delà de la célébration de l’histoire américaine, de défendre des valeurs régionales, en l’occurrence celles de Nouvelle-Angleterre dont les deux visiteurs sont originaires, et de les imposer au niveau national (Abrams, 1999).

16L’étude des versions successives du récit du voyage en Europe a donc fait apparaître un processus complexe d’écriture et de réécriture, motivé par le contexte tant personnel qu’historique. Elle a permis de montrer que, malgré leur prétention à la vérité, ces témoignages mêlent réalité et fiction et que les auteurs y font œuvre d’écrivains en empruntant diverses stratégies littéraires. Elle a également mis en évidence le rôle fondamental des récits de voyage dans la création d’une identité américaine puisque c’est au contact de l’autre que se forme le regard sur soi-même et que se développe une conscience nationale. Les témoignages reflètent les étapes progressives de la construction de ce sentiment, depuis la définition d’un caractère distinctif en se mesurant avec les Européens, à l’affirmation de la supériorité du modèle américain et à la promesse d’un brillant avenir pour une jeune nation appelée à jouer un rôle de premier plan sur la scène internationale, puis, dans une ultime étape, la constitution d’un panthéon de figures héroïques et l’écriture d’une histoire nationale. Le séjour en Europe, effectué en début de carrière, fonctionne à la manière d’un voyage initiatique : les visiteurs puisent dans la richesse de la civilisation et de l’histoire européenne leurs racines, ils y absorbent repères et traditions, avant de tourner le dos à la vieille Europe pour s’élancer résolument vers l’avenir. Aux séjours outre-Atlantique succèdent donc des périples dans l’Ouest américain, lorsque les voyageurs comprennent que la clé de leur identité se trouve sur leur propre continent, dans l’accomplissement de leur destinée (Rossignol, 1994 : 281-282).

Bibliographie

Références

ABRAMS, A. U. (1999) : The Pilgrims and Pocahontas, Rival Myths of American Origin, Westview Press.

APPLEBY J. (2000) : Inheriting the Revolution : The First Generation of Americans, Cambridge, MA, Harvard University Press.

COLLEY L. (1996) : Britons, Forging the Nation, 1701-1837, London, Vintage.

COMMAGER H. S. (1974) : Britain Through American Eyes, New York, McGraw-Hill.

DUFIEF P.-J. (2001) : Les Écritures de l’intime de 1800 à 1914, autobiographies, mémoires, journaux intimes et correspondances, Rosny, Bréal.

KORNFELD E. (2001) : Creating an American Culture, 1775-1800. A Brief History with Documents, Bedford, St Martin’s, Boston, New York, The Bedford Series of History and Culture.

KRAMER L. S. (1994) : « The French Revolution and the Creation of American Political Culture », The Global Ramifications of the French Revolution,” éd. Joseph Klaits, Michael H. Haltzel, Woodrow Wilson Center Press and Cambridge University Press, 26-54.

LE HUENEN R. (1990) : « Qu’est-ce qu’un récit de voyage ? » Les Modèles du Récit de Voyage, Littérales, 7, 11-27.

MORGAN K. (2000) : « Business networks in the British export trade to North America, 1750-1800, » éd. Kenneth Morgan, John J. McCusker, The Early Modern Atlantic Economy, Cambridge, CUP.

OUELLET R. (1998) : « Qu’est-ce qu’une relation de voyage ? », La Recherche littéraire, Objets et méthodes, dir. Claude Duchet et Stéphane Vachon, Montréal et Paris, XYZ Éditeur et Presses universitaires de Vincennes, « Littérature et théorie », 287-301.

PERKINS T. H. (1794-95) : Diary, 1794-1795, Mss. Thomas Handasyd Perkins Papers, Massachusetts Historical Society, Boston.

PERKINS T. H. (1856) : Memoirs of Thomas Handasyd Perkins, Comprising extracts from his diaries and letters, with an appendix, éd. Thomas G. Cary, Boston, Little, Brown and Company.

ROSSIGNOL M.-J. (1994) : Le Ferment nationaliste, aux origines de la politique extérieure des États-Unis : 1789-1812, Paris, Belin.

ROZBICKI M. J. (1991) : « The Cultural Development of the Colonies, » éd. Jack P. Greene, J. R. Pole, The Blackwell Encyclopedia of the American Revolution, Oxford, 71-82.

SEABURG C. & PATERSON S. (1971) : Merchant Prince of Boston, Colonel T. H. Perkins, 1764-1854, Cambridge, Harvard University Press.

STOWE W. W. (1994) : Going Abroad : European Travel in 19th-Century American Culture, Princeton, Princeton University Press.

VIVIÈS J. (1999) : Le Récit de voyage en Angleterre au XVIIIe siècle, De l’inventaire à l’invention, Interlangues Littératures, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

WATSON E. (1779-1793) : Journal of Travels in France (1779-1780), Travels in Europe (1781-1782), Letter Copy Book (1782-83), Business Correspondence (1778-1793), Mss. The Papers of Elkanah Watson, New York State Archives, Albany.

WATSON E. (1790) : A Tour in Holland, in 1784, by an American, Worcester, Massachusetts, Isaiah Thomas.

WATSON E. (1856) : Men and Times of the Revolution or Memoirs of Elkanah Watson, Including Journals of Travels in Europe and American, from 1777 to 1842, with his correspondence with public men and reminiscences and incidents of the revolution, ed. Winslow C. Watson, New York, Dana and Company.

ZUCKERMAN M. (1987) : « Identity in British America : Unease in Eden », ed. Nicholas Canny & Anthony Pagden, Colonial Identity in the Atlantic World, 1500-1800, Princeton, Princeton University Press.

Notes

1 Linda Colley souligne dans son ouvrage Britons que tout individu se construit en opposition par rapport à un « Autre » qui, pour les Américains, est avant tout britannique. Il faut également rappeler que la déclaration d’indépendance américaine de 1776 ne marque qu’une rupture politique avec la Grande-Bretagne mais n’entraîne pas de réelle autonomie culturelle. Dans les premières années de la république, la plupart des Américains restent donc profondément attachés à l’Angleterre, la terre de leurs ancêtres.

2 Citons par exemple le philosophe Joseph Priestley, les hommes politiques Edmund Burke, Richard Price et Thomas Howard, Earl of Effingham, ainsi que l’inventeur de la machine à vapeur James Watt, ou encore l’abolitionniste Granville Sharp. Watson est également présenté à William Pitt le Jeune, Charles James Fox, et Richard Sheridan.

3 Elkanah Watson, John Singleton Copley, 1782, Art Museum, Princeton University. Le tableau est visible sur le site suivant : http://mcis2.princeton.edu/American%20Portrait/portrait.html(consultéle13août2014).

4 Le portrait est visible sur le site : http://www.openlettersmonthly.com/american-aristocracycivil-war-pride-and-shame-on-the-via-sacra/(consultéle1erjuin2014).

5 Perkins évoque un épisode du Sentimental Journey de Laurence Sterne lorsqu’il est sur le Pont Neuf à Paris, et cite le poète écossais James Thomson ainsi que Jean-Jacques Rousseau (Perkins, 1856 : 61, 117, 150-151, 180-181). Watson fait également référence à Sterne en passant à Calais, ainsi qu’à Shakespeare à plusieurs reprises (Watson, 13 septembre 1782, 7 octobre 1782).

6 « We have in English, no good account of the customs, manners, & c. of the United Provinces. Travellers have exhausted themselves in descriptions of France and Italy ; but the tour to those countries only has been fashionable. Notwithstanding our connexion with Holland, the people of this country know little more of it than of Otaheite [Tahiti] » (Watson, 1790 : Preface). Voir également la publicité dans The New York Journal, & Patriotic Register, New York, 26 janvier 1790, XLIV. 67, page 3. In America’s Historical Newspapers. Consulté le 13 août 2014.

7 Le voyageur est au centre de son récit, et non plus tant le pays visité, c’est un « voyage du cœur », une série de sensations, d’émotions et non de descriptions factuelles. L’influence de Sterne ne fait aucun doute : outre plusieurs références littéraires à A Sentimental Journey dans ses journaux, Watson se présente lui-même comme un « voyageur sentimental » (Watson to Mr Wheeler, May 1st 1781).

8 Watson fait ici écho à la théorie de translatio imperii, le mouvement de la civilisation et des empires d’est en ouest. Il affiche un optimisme et une foi inébranlables en l’avenir de la république américaine, appelée à devenir une terre d’asile et le nouveau centre politique, économique et culturel de l’humanité.

9 Par exemple, lorsque Perkins décrit l’opération d’exfiltration du fils du Marquis de Lafayette vers les États-Unis à laquelle il a contribué, il précise en note ce qu’est depuis devenu le jeune homme (Perkins, 1856 : 58).

10 Il clôt cette évocation par un commentaire à la portée hautement symbolique, absent des témoignages d’origine : lorsqu’il se rend ce même-jour chez Copley pour qu’il achève son portrait, le peintre esquisse alors sur le mât du navire à l’arrière-plan « le premier drapeau américain jamais hissé en vieille Angleterre » (Watson, 1856 : 204).

11 Lorsqu’il publie les mémoires de son beau-père en 1856, Thomas G. Cary, censure par exemple toutes les références à l’avancée des transactions financières de T. H. Perkins, ainsi que des informations d’ordre privé. Le fils d’Elkanah Watson pour sa part, Winslow C. Watson, tait le nom des personnes que croise son père, à l’exception des figures historiques comme Franklin et Adams. Les éditeurs s’emploient avant toute chose à défendre la réputation de leur parent : ainsi, Winslow Watson argue, documents à l’appui, que son père est le premier à avoir eu l’idée du canal Erié et Thomas Cary passe sous silence le rôle de Perkins dans la traite des esclaves à Haïti.

Auteur

Université Paris III—Sorbonne Nouvelle

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search