Version classiqueVersion mobile

Real and Imaginary Travels 16th-18th centuries

 | 
Anne Bandry-Scubbi
, 
Rémi Vuillemin

Education and Utopia

Critique et légitimation du voyage dans les utopies narratives, de Platon à Veiras

Angélique Pérès

Résumé

À l’Âge Classique, le roman est un genre décrié tant du point de vue moral que philosophique ou esthétique. Pourtant, les récits de fiction se multiplient – et les fictions viatiques ont un immense succès. Les réécritures de L’Utopie de More au cœur de l’Âge Classique s’interrogent sur l’utilité de la fiction – et L’Histoire des Sévarambes en est un exemple des plus intéressants. S’inscrivant dans le sillage d’un Platon, qui donnait toute sa place à l’éducation dans La République, Veiras relie la fiction viatique à la nécessité de l’instruction du peuple. Voyager est une nécessité institutionnelle permettant l’acquisition de savoirs et d’expériences profitables à la communauté d’origine du voyageur. Cette ambition faisait d’ailleurs déjà partie des projets de la Maison de Salomon dans La Nouvelle Atlantide de Bacon. Dès lors, lire une utopie narrative devient un voyage par procuration: c’est une activité liant l’utile à l’agréable, puisque la somme des connaissances développées grâce à la lecture du récit de voyage devient un bénéfice pour le lecteur lui-même ainsi que pour la communauté dont il est issu.

Texte intégral

1L’écriture de l’utopie narrative à l’Âge Classique a déjà été l’objet d’études de nombreux chercheurs, tant philosophes que sociologues ou même politologues, et les travaux de Jean-Michel Racault, à la suite desquels nous nous situons, ont permis de montrer tout l’intérêt littéraire et fictionnel de ces productions. Ce genre se développe en effet dans une période de crise du roman – et pourtant, ces différentes réécritures de l’Utopie de Thomas More se multiplient. Il s’agit là d’un paradoxe : pourquoi écrire une fiction, lorsque non seulement ce n’est pas un type d’écriture à la mode, mais qu’en plus les fictions écrites ne cessent de critiquer en leur sein les mensonges de la fiction ? Nous montrerons comment Denis Veiras, auteur de L’Histoire des Sévarambes (1677-79), propose l’œuvre la plus représentative des utopies narratives de cette période, et répond à ce paradoxe.

2Nous rappellerons brièvement d’abord quelques aspects de la situation du roman en France durant la période des années 1670-1730, avant d’envisager ensuite l’inscription de Veiras dans la lignée de Platon, More et Bacon, qui eux-mêmes avaient déjà donné des justifications philosophiques à l’écriture de la fiction en la rapprochant de visées pédagogiques. Nous envisagerons enfin comment Veiras élargit ces réflexions en faisant de son récit de voyage une véritable école de lecture destinée à former le futur lecteur du xviie siècle.

Paradoxes de la fiction viatique à l’Âge classique

3À l’Âge classique, le récit de fiction est un genre largement décrié. Le roman vit une crise à partir du dernier quart du xviie siècle déjà analysée depuis longtemps par la critique (Racault : 1991 ; Herman : 2008 ; Darmon, Delon : 2009). Cette crise vient de la lassitude des lecteurs pour ces grandes machines que sont les romans pastoraux, héroïques et galants, en vogue durant la période précédente. Le public réclame donc du vrai, du naturel, de l’authentique, tandis qu’un lourd discrédit frappe le genre romanesque. Cette déconsidération est expliquée par trois types d’arguments. Premièrement, le roman est inutile, frivole, corrupteur : c’est l’argument moral ; deuxièmement, le roman ne figure pas dans la poétique classique des genres, il n’a donc pas de légitimité littéraire : c’est l’argument esthétique ; et troisièmement, le roman est pernicieux, car il est fiction, donc fausseté, il est mensonge : c’est l’argument philosophique.

4C’est pourquoi certains romanciers vont recourir à une forme romanesque différente. D’une part, ils s’inscrivent dans la tradition littéraire de l’utopie remontant à Platon, puis More et Bacon ; d’autre part ils s’inspirent de techniques d’écriture du récit véridique telles qu’on peut les lire dans les mémoires ou les récits de voyages authentiques. Certains voyageurs célèbres tels que Christophe Colomb sont même cités dès les premières pages de ces textes comme garants de la véridicité du récit (Veiras, 1994 : 25). L’abondance de détails concrets, tant géographiques qu’anthropologiques, le vocabulaire technique de la navigation et les aspects matériels de la traversée au long cours doivent être autant de preuves de la vérité du propos. De plus, ces récits de voyageurs célèbres sont très en vogue dans le public de la fin du xviie siècle : un lectorat est donc déjà prêt à accueillir ces « utopies narratives » classiques, comme les a appelées Jean-Michel Racault (1991).

5Toutefois, la répartition entre, d’un côté, le document relatant la vérité et de l’autre, le récit fictionnel, n’est pas si évidente.

6D’une part, les récits de voyage véridiques incluent très souvent des éléments fictifs. Même si le but des auteurs est de s’approcher le plus possible de la vérité événementielle et géographique, l’imaginaire de l’auteur n’en est pas moins sollicité par ce qu’il voit, ou croit voir. Par exemple, l’auteur du récit de voyage de Christophe Colomb, Las Casas, raconte que l’Amiral dit avoir vu de ses propres yeux des sirènes : « L’Amiral dit que la veille, alors qu’il allait au fleuve de l’Or, il vit trois sirènes qui sautèrent haut, hors de la mer. Mais elles n’étaient pas aussi belles qu’on les dépeint, bien qu’en quelque manière elles avaient forme humaine de visage. Il ajoute que d’autres fois déjà il en avait vu quelques-unes en Guinée, sur la côte de Manegueta » (Colomb, 2002 : 259). Ce récit de voyage contient en outre des descriptions de cynocéphales (c’est-à-dire des hommes à tête de chien) qui peuvent parfois être aussi des cannibales ou même des cyclopes (162, 185.) Ainsi, le récit de voyage véritable opère parfois des glissements trop tentants vers le romanesque, voire le merveilleux.

7D’autre part, les récits de voyage fictifs s’inspirent de récits de voyage authentiques. Ainsi, dans L’Histoire des Sévarambes, Veiras utilise avec un grand souci du détail certaines informations historiques relatant la navigation du Dragon d’or, navire hollandais qui s’est réellement échoué au cours du xviie siècle – ou encore certains détails sur les échanges commerciaux ou les avancées scientifiques de l’époque (28). Une forme d’hybridité préside donc à la poétique de ces narrations utopiques.

  • 1 C’est pour cette raison que Jean-Paul Sermain y consacre des pages très intéressantes dans son étud (...)

8Le roman de Veiras, L’Histoire des Sévarambes, est écrit paradoxalement en plein développement d’une critique du genre romanesque. Ce phénomène est reflété dans l’histoire elle-même1. En effet les Sévarambes sont un peuple gouverné par la Raison qui a banni de façon institutionnelle toute œuvre de fiction, d’autant plus qu’elle est considérée comme l’outil d’un assujettissement, souvent d’ordre religieux ou politique.

[Sévarias] traitait de ridicules toutes les fables des Grecs et disait qu’ils avaient farci le culte du vrai dieu qui, au commencement, était fort simple, de mille fictions extravagantes et superstitieuses qui choquaient en toutes manières, non seulement la vérité mais aussi le bon sens et la raison commune. Et c’est pour cette raison qu’il en défendit la lecture et le récit à ses successeurs et à ses peuples, estiment que cela ne ferait que corrompre les bonnes mœurs et remplir les esprits d’idées extravagantes. Il appelait aussi fables et contes de vieille tout ce qu’on dit des lutins, des fées, des magiciens et des sorciers, et disait que ces opinions s’étaient établies parmi les hommes par les ruses et les finesses de quelques-uns qui, abusant de la crédulité et de l’ignorance des esprits faibles, leur avaient fait accroire toutes ces rêveries pour les captiver et dominer sur leur conscience, par la crainte de ces fantômes inventés à plaisir. (Veiras, 1994 : 203)

9Cette institution cause l’admiration du voyageur-narrateur, le capitaine Siden, personnage soucieux de respecter dans son récit la vérité des lieux, des actes, des propos – il est un explorateur précautionneux qui tient à éloigner tout soupçon de fiction de son récit.

10De plus, un épisode central, largement étudié par la critique, met en parallèle deux monarques : Sévarias est le monarque positif, qui mène son peuple vers le progrès et la vérité ; Stroukaras est son envers, il est un tyran qui a utilisé le « pouvoir des fables » (pour reprendre les termes de La Fontaine) afin d’assujettir le peuple. En maniant les éléments naturels grâce à des astuces physico-chimiques, Stroukaras fait croire le peuple à ses miracles. En cela, il se fait passer pour un être élu du dieu Soleil, un prophète, et manipule les individus naïfs à sa guise. Les lecteurs sont bien sûr appelés à reconnaître l’intertexte biblique, et à ne pas imiter ce peuple crédule en reconnaissant et en critiquant la fausseté des fictions religieuses. La Bible est en effet, du point de vue des libertins érudits de la fin du xviie siècle, la fiction par excellence. Il s’agit pour ces philosophes de dénoncer ce tissu d’impostures maintenant le peuple dans l’ignorance (Paganini, 2005). Par exemple Fontenelle, qui écrit entre 1691 et 1699 De l’origine des Fables, sous couvert de mise au jour des mécanismes de l’affabulation grecque, a une position radicale et libertine : il vise en réalité dans son opuscule la « mythologie » chrétienne, qu’il conçoit comme un beau tissu de mensonges (Fontenelle, 1994). Même si De l’origine des Fables est postérieur à L’Histoire des Sévarambes, ce texte reflète néanmoins le courant de pensée libertin de la fin du xviie siècle dont est héritier Veiras.

11Dès lors, pour un auteur héritier de la pensée du libertinage érudit tel que Denis Veiras, se pose une question essentielle : comment justifier l’écriture d’une fiction ? Pour y répondre, il est nécessaire de convoquer plusieurs considérations historiques et littéraires sur l’importance de l’éducation dans la tradition utopique, chez Platon, More et Bacon.

La question de l’éducation – ou comment acquérir un savoir ?

12L’héritage littéraire et philosophique des utopies narratives trouve son point d’ancrage dans La République de Platon, si bien que More ne cesse de le rappeler à chaque page de l’Utopie. Ainsi, au seuil même du texte est retranscrit un sizain du poète utopien Anémolius que Louis Marin traduit ainsi du latin au français :

  • 2 Version latine de Thomas More : « Utopia priscis dicta ob infrequentiam / Nunc Civitatis aemula Pla (...)

Utopie, je fus nommée par les Anciens à cause de mon isolement.
Aujourd’hui cependant je rivalise avec la Cité platonicienne
Et peut-être la surpasse (la raison en est qu’avec des lettres
Il l’a dessinée tandis que moi, unique, je l’ai surpassée en montrant
Des hommes, des richesses et des lois excellentes).
Aussi bien Eutopie mériterais-je d’être appelée2. (Marin, 1973 : 123)

13C’est « Utopia » elle-même qui parle sous la forme d’une prosopopée et qui entend nettement faire concurrence à la « Cité platonicienne ».

14Deux principes platoniciens influenceront les successeurs de More : le plaisir du dialogue et le recours à la fiction sont considérés comme deux moyens d’accès au Vrai.

15Dans La République, Socrate dialogue en effet avec plusieurs de ses disciples pour mener ce qu’il appelle une « enquête », une « recherche » portant au départ sur la nature de la justice, et qui les conduira, au fil des débats, à l’élaboration « en paroles » d’une cité parfaite nommée « Kallipolis » ou la « Cité de Beauté » (Platon, 1993 : fragment 527c). L’insistance sur l’aspect purement oral de leur construction rejoint l’éloge de la dialectique par Socrate considérée comme l’enseignement suprême au livre VII : c’est le moyen d’accès privilégié à la vérité. Le dialogue offre en effet liberté, vivacité et stimulation intellectuelles, et le débat, grâce à la présence de contradicteurs, permet un accès plus juste à la vérité. De plus, outre sa valeur philosophique, les aspects ludique et jouissif du dialogue sont mis en avant par Socrate au début du Timée : « Il sera parfait et brillant, à ce que je vois, le régal oratoire que vous allez m’offrir » (Platon, 2008 : fragment 27c). Ce « régal oratoire » prend justement lieu et place le jour d’une grande fête religieuse grecque, celle des Bendidies. L’enquête dialectique menée par Socrate et ses disciples est une recherche de vérité placée sous le signe du plaisir intellectuel et de la jouissance verbale.

16Les dialogues platoniciens recourent aux mythes pour apporter une vérité sur le monde et La République contient parmi les plus célèbres d’entre eux. Dans la dialectique platonicienne et le projet maïeutique de Socrate, le récit mythique comporte une visée argumentative, car il frappe les esprits et donne une perception concrète de la vérité philosophique exposée. Toutefois, selon Socrate, l’usage du mythe doit être rigoureusement contrôlé par les dirigeants de la Cité, car sa seule fin est l’établissement ou le renforcement d’une cohésion sociale. Par ailleurs, un épisode célèbre du Timée insiste sur la nécessité d’une lecture critique des mythes. Dans ce passage, Solon raconte au prêtre Amynandre les mythes de Phoronée et Niobé, puis du déluge auquel survécurent Deucalion et Pyrrha. C’est alors que le prêtre égyptien lui rétorque : « Solon, Solon, vous autres grecs êtes toujours des enfants » (Platon, 2008 : fragment 22a-b). Le sage prêtre affirme en effet la nécessité d’une lecture adulte, critique, interprétative.

  • 3 D’ailleurs, Socrate rappelle cette dimension ludique au début de La République : « J’avais oublié, (...)

17C’est pourquoi Socrate rappelle dans La République (Platon, 1993 : fragment 377c) que les mythes, transmis par les nourrices aux enfants, doivent être soigneusement triés car ils forment des modèles de représentation humaine ou divine qui forgent l’âme des futurs citoyens. Une bonne pédagogie de la fable passe nécessairement par son écoute critique. Le charme de ces histoires ne doit pas masquer la vérité morale à atteindre. La question du mythe, de la fiction, touche donc de près à la pédagogie, qui de plus se doit d’être ludique pour être efficace3. Ainsi, grâce à la fiction mythique, l’auditeur acquiert avec plaisir un enseignement d’ordre moral, politique et philosophique.

18La République est un hypotexte essentiel pour More, Bacon puis Veiras. Les gouvernants des cités utopiques qu’ils imaginent mettent tous un point d’honneur à éduquer leurs sujets.

  • 4 Comme chez Platon, la philosophie morale ne s’envisage que sous l’angle du plaisir car il est pour (...)

19Dans la cité de More, les vingt-quatre heures du jour sont organisées rigoureusement et chaque individu peut choisir la façon dont il occupera ses heures de loisir. Hythlodée précise ainsi : « La plupart consacrent ces heures de loisir à l’étude. Chaque jour en effet des leçons accessibles à tous ont lieu avant le début du jour », et ces « leçons » ont beaucoup de succès (More, 1987 : 149.) L’étude est avant tout un plaisir vertueux recherché par l’ensemble des individus4 et qui contribue à leur bonheur ; parmi les utopiens, certains se consacrent plus particulièrement à l’étude et en font leur métier. C’est d’ailleurs parmi eux que le futur prince est choisi (More, 1987 : 152).

20Une autre source du savoir passe par le voyage. Malgré leur vie isolée, les Utopiens se plaisent à recevoir les voyageurs :

Ceux qui arrivent chez eux pour voir le pays, ils les reçoivent à bras ouverts si leur esprit se recommande par quelque mérite particulier ou s’ils ont acquis de grandes connaissances par de longs voyages à l’étranger, ce qui précisément fit que notre visite fut bienvenue. Ils aiment être renseignés sur ce qui se passe dans le monde. (More, 1987 : 189).

21Chez More, l’isolement géographique ne conduit pas nécessairement à un isolement intellectuel puisque de nouvelles connaissances sont régulièrement apportées de l’extérieur. Les voyageurs sont en effet les véhicules d’un savoir accueilli et même désiré par les Utopiens.

22L’attention au savoir est le maître-mot de la Bensalem de Bacon. Une grande méfiance envers les étrangers permet de se garder de toute corruption des mœurs (Bacon, 2000 : 103). La Maison de Salomon « est consacrée à l’étude des œuvres et des créations de Dieu » (104). Autrement dit, elle a un but encyclopédique. Afin de rassembler et d’approfondir les savoirs et les techniques, une coutume a été instituée par le premier législateur ; le sage, qui présente l’île aux voyageurs européens, explique ainsi que leur premier roi

  • 5 Voir aussi plus loin : « Nous avons douze collègues qui voyagent à l’étranger et qui nous rapporten (...)

décréta […] que tous les douze ans devraient être envoyés à l’étranger deux navires équipés pour plusieurs voyages. À bord de chaque navire se trouverait une délégation de trois Frères, membres de la Maison de Salomon. Leur mission avait pour seul but de […] faire connaître les affaires et l’état des pays où on les envoyait, et notamment tout ce qui pouvait concerner les sciences, les arts, les techniques et les inventions du monde entier. Des livres, des instruments et des modèles de toutes sortes devaient en même temps […] être rapportés.5 (Bacon, 2000 : 105-106)

23Le voyage, activité toutefois réservée à une élite intellectuelle, est l’outil indispensable pour la constitution d’un savoir touchant à tous les domaines (philosophique, scientifique, politique, commercial, etc.). Tous ces acquis scientifiques sont ensuite réinvestis pour le bien de la communauté.

24Ainsi, le savoir chez Platon, More ou Bacon, serait accessible par tous – mais son approfondissement est réservé à une élite. En retour, cette élite en fait profiter la communauté ; d’abord chez More mais surtout chez Bacon, l’idée que le savoir ne peut être approfondi que par le voyage sera reprise et développée par Veiras.

25Analysons à présent comment cet auteur se fait le défenseur de la lecture du récit de voyage, aussi et surtout parce que la lecture est un voyage en elle-même.

Pourquoi voyager ?

26L’Histoire des Sévarambes est la digne héritière des idées platoniciennes concernant le plaisir du dialogue et le recours à la fiction. Le dialogue est le lieu du savoir car il permet l’intronisation des étrangers dans ces terres australes inconnues. Le capitaine Siden apprend mœurs, coutumes, institutions grâce à l’enseignement de différentes figures de sages qui se succèdent, tels Carchida, Benoscar ou Sermodas.

27Le recours à la fiction se produit quant à lui sur plusieurs niveaux. Différentes anecdotes insérées dans L’Histoire des Sévarambes mettent en jeu des déchiffrages d’énigmes ou des processus de compréhension de phénomènes naturels curieux. Prenons pour exemple l’épisode de « l’enfer » qui a souvent été commenté. Cette anecdote raconte la traversée d’un petit tunnel creusé dans une montagne que doivent emprunter Siden et ses nombreux compagnons pour parvenir au cœur de l’île. Leur guide sévarambe, Sermodas, nomme ce passage « l’enfer » :

À l’entrée de ce vallon, Sermodas nous dit qu’il nous allait mener en paradis par le chemin de l’enfer. Je lui demandai ce qu’il voulait dire par là ; il me répondit qu’il y avait deux chemins pour aller à ce paradis, celui du Ciel et celui de l’enfer ; mais que ce dernier était le plus court et le plus commode, et que l’expérience nous ferait connaître cette vérité. Ce discours nous mit en peine et venant aux oreilles de nos femmes, il leur donna de la crainte et de l’étonnement ; nous marchions sans oser en demander l’explication à Sermodas, voyant qu’il n’avait répondu à nos premières demandes que par un sourire, et qu’il nous avait renvoyés à l’expérience. (Veiras, 1994 : 79-80)

28À la vue du chemin escarpé qui les attend, les « femmes se mirent à pleurer comme si on les eût menées au supplice » (80) Elles craignent en effet de mourir – et ne comprennent qu’au sens littéral les paroles de Sermodas. La réaction de ce dernier est en revanche plutôt amusée : il a « envie de rire de leur erreur » et il ajoute « que les pleurs et les gémissements de ces pauvres femmes procèdent d’une imagination dont il nous sera facile de les défabuler » (81). Il explique qu’il a fait « une espèce de raillerie », et qu’il va « leur expliquer cette énigme et leur dire que cet enfer n’est qu’une voûte que nous avons faite pour la commodité du passage à travers la montagne » (81). Il demande ensuite en ces termes une délégation à Siden : « envoy[ez] avec moi quelques-uns des vôtres, qui pourront revenir quand ils auront passé, pour rapporter à votre monde la vérité de ce qu’ils auront vu. » (81) Siden répète ce discours aux « crieuses » (comme il les appelle ironiquement), et lui ainsi que neuf autres élus prendront le passage de l’enfer qui leur permettra d’accéder plus vite de l’autre côté, à l’entrée de Sévarambe.

29Dans ce passage, un processus d’herméneutique doit être mis en œuvre et fait écho à l’examen critique du lecteur que le préfacier appelle de ses vœux. Le lecteur ne doit pas imiter le comportement des « crieuses » mais au contraire faire preuve de courage intellectuel et de jugement afin d’accéder à une lecture interprétative des énoncés. Comme chez Platon, le bon lecteur se doit d’exercer son discernement afin de percevoir la vérité des signes langagiers ou naturels.

30Ce sens critique fait partie des nombreuses qualités que doit posséder le voyageur de Veiras. Ses pérégrinations lui permettent d’enrichir ses connaissances, et en cela il imite ses prédécesseurs anglais. Le jeune Sévaris, futur législateur des Sévarambes, exemple de sagesse et de vertu, est éduqué grâce à de nombreux voyages – eux-mêmes enrichis d’abondantes lectures : « Sa belle éducation, ses longs voyages et ses adversités passées avaient de beaucoup augmenté les lumières naturelles de son esprit, et lui donnaient des avantages peu communs aux Orientaux » (111).

  • 6 « Mais ceux de leurs enfants qui ont un génie extraordinaire et qui sont propres aux belles science (...)

31Le peuple sévarambe est lui aussi invité au voyage. Le commerce avec la Perse est autorisé à condition que seuls quelques Sévarambes fassent le trajet afin d’acquérir « toutes les sciences et les arts qu’ils jugeraient pouvoir contribuer au bonheur et à la gloire de leur nation », nous apprend le narrateur (143). Le voyage est en quelque sorte déclaré d’utilité publique, puisque, comme cela a été le cas pour Sévarias, les apprentissages et les expériences acquis lors de ces voyages sont redéployés pour l’intérêt de la communauté. De plus, le voyage est aussi un moyen de « satisfaire [les] esprits » (177) et se trouve ainsi lié aux pratiques pédagogiques des Sévarambes. En effet, le chapitre intitulé « De l’éducation des Sévarambes » (151) se termine par le sort réservé aux meilleurs élèves6. Ceux-ci sont destinés à l’exploration des continents asiatique et européen afin d’enrichir les connaissances de leur pays. La découverte de l’étranger (dans les deux sens du terme) et l’effort constant pour amener son peuple à un progrès intellectuel sont des préoccupations constantes des dirigeants comme des voyageurs. Le voyage et la relation ultérieure qu’on en fait sont donc des outils de connaissance à la fois personnels et communautaires.

32Un auteur comme Veiras construit son œuvre grâce à une longue tradition philosophique et littéraire, comme nous avons pu le voir. Outre celles que nous avons déjà citées, on pourrait encore mentionner de nombreuses autres sources, comme La Fontaine ou Descartes. En parlant de L’Utopie de More, Louis Marin nommait « enclaves narratives » (82) les anecdotes s’intercalant entre les passages descriptifs ou explicatifs. Ces enclaves se sont multipliées et allongées chez Veiras, et sont devenues le lieu privilégié d’une variété intertextuelle qui traduit un véritable plaisir du conte et de la fiction. Elles appellent en retour un lecteur attentif, capable de discerner les différentes strates du palimpseste et désireux de se laisser emmener dans un voyage littéraire.

33La figure du lecteur-voyageur dessinée par toute la tradition utopienne peut être ainsi expliquée par Leo Strauss dans son ouvrage célèbre consacré à La Persécution et l’Art d’écrire :

La persécution donne ainsi naissance à une technique particulière d’écriture et par conséquent à un type particulier de littérature, dans lequel la vérité sur toutes les questions cruciales est présentée exclusivement entre les lignes. Cette littérature s’adresse, non pas à tous les lecteurs, mais seulement au lecteur intelligent et digne de foi. Elle a tous les avantages de la communication privée sans avoir son plus grand désavantage – n’atteindre que les relations de l’écrivain. Elle a tous les avantages de la communication publique sans avoir son plus grand désavantage – la peine capitale pour son auteur. Mais comment un homme peut-il accomplir ce miracle de parler, dans une publication, à une minorité de ses lecteurs tout en demeurant silencieux pour leur majorité ? On peut expliquer ce qui rend possible cette littérature par l’axiome suivant : les hommes irréfléchis sont des lecteurs inattentifs, et seuls des hommes réfléchis sont des lecteurs attentifs. (Strauss, 2003 : 55)

34La figure du lecteur que le théoricien esquisse est bien celle qu’ont contribué à former Platon, More, Bacon, Veiras : un lecteur choisi, expérimenté, instruit et capable de lire entre les lignes afin de déchiffrer habilement les propos implicites de l’auteur. Cette relation lui permet d’entretenir une relation privilégiée, complice, avec l’auteur du texte qu’il a entre les mains.

35La légitimation du récit de voyage est une conséquence immédiate de ce constat, puisque l’Histoire des Sévarambes propose une éducation à la lecture. Les plaisirs de l’apprentissage par l’herméneutique des textes et du monde sont rendus conjoints à la nécessité du récit de voyage. C’est le moyen par excellence de joindre l’utile à l’agréable – et son institution chez les Sévarambes en montre toute la valeur. Dès lors, choisir le récit de voyage marque à la fois la volonté d’emmener agréablement le lecteur vers le dépaysement et le décentrement des idées, et la volonté de lui apprendre un large échantillon de vérités tant philosophiques que politiques ou morales qu’il peut adapter à sa propre situation, voire à sa communauté. Le récit de voyage fictif offre donc au lecteur l’occasion d’un voyage par procuration.

36Pour conclure, si nous avons essayé de montrer comment Veiras pouvait légitimer l’écriture du récit de voyage dans un contexte pourtant défavorable à la fiction, en s’inspirant largement des idées de Platon, More et Bacon sur l’éducation par le plaisir, la fiction, et le voyage, notre enquête mériterait plusieurs approfondissements. Le récit de voyage connaît une vogue sans mesure au siècle des Lumières – et une question intéressante serait de se demander dans quelle mesure cet enthousiasme est unanime. Chez Veiras, par exemple, le capitaine Siden semble se lasser de cette terre australe, trop parfaite pour lui – et souhaite retourner chez lui ; c’est d’ailleurs ce qu’avait fait avant lui Hythlodée. De tels parcours déceptifs sont aussi ceux des voyageurs d’autres utopies narratives de la période, comme Foigny ou Tyssot de Patot. Un peu plus tard, La Nouvelle Héloïse de Rousseau propose aussi une séquence utopique, mais en Suisse, à Clarens – comme si le besoin de partir au loin devenait inutile. Les « tristes tropiques » de Levi-Strauss ont en effet très certainement quelques précurseurs au siècle des Lumières.

Bibliographie

Références

BACON F. (1983 [1624]) : La Nouvelle Atlantide, suivi de Voyage dans la pensée baroque, éd. Michèle Le Doeuff et trad. Margaret Llasera, Paris, Garnier-Flammarion.

La Bible (1990) : trad. Louis-Isaac Lemaître de Sacy, éd. Philippe Sellier, Paris, Robert Laffont, « Bouquins ».

COLOMB Ch. (2002 [1492-1493]) : La découverte de l’Amérique. I. Journal de bord et autres écrits, 1492-1493, trad. Soledad Estorach et Michel Lequenne, introd. Michel Lequenne, Paris, La Découverte.

DARMON J.-Ch. et M. DELON (dir.) (2009) : Histoire de la France littéraire. Classicismes xviie-xviiie siècle, Paris, PUF, « Quadrige ».

FONTENELLE (1994 [1691-1699]) : Rêveries Diverses. Opuscules littéraires et philosophiques, éd. Alain Niderst, Paris, Desjonquères.

HERMAN J. (dir.) (2008) : Le Roman véritable, stratégies préfacielles au xviiie siècle, Oxford, The Voltaire Foundation, « SVEC ».

LA FONTAINE (2002 [1688-1694]) : Fables, édition de Jean-Charles Darmon et Sabine Gruffat, Paris, Le Livre de Poche.

MARIN L. (1973) : Utopiques : jeux d’espaces, Paris, Les éditions de Minuit, « Critique ».

MORE T. (1987 [1516]) : L’Utopie ou Le Traité de la meilleure forme de gouvernement, trad. Marie Delcourt, prés. et notes Simone Goyard-Fabre, Paris, Garnier-Flammarion.

MORE T. (2012 [1516]) : L’Utopie, trad. du latin par Jean Le Blond (1550), rév. Barthélémy Aneau (1559), rév. et mod. par Guillaume Navaud, Paris, Gallimard.

PAGANINI G. (2005) : Les Philosophies clandestines à l’âge classique, Paris, PUF.

PLATON (1993) : La République, Du régime politique, trad. Pierre Pachet, Paris, Gallimard, « Folio essais ».

PLATON (2008) : Œuvres complètes, dir. Luc Brisson, Paris, Flammarion.

RACAULT J.-M. (1991) : L’Utopie narrative en France et en Angleterre : 1675-1761, Oxford, The Voltaire Foundation, « SVEC ».

SERMAIN J.-P. (2002) : Métafictions (1670-1730). La réflexivité dans la littérature d’imagination, Paris, Honoré Champion.

STRAUSS L. (2003) [1952]) : La Persécution et l’Art d’écrire, trad. et prés. Olivier Sedeyn, Gallimard, « Tel ».

VEIRAS D. (1994 [1677-1679]) : Histoire des Sévarambes, introduction et biographie par Michel Rolland, Amiens, Encrage édition, « Utopie ».

Notes

1 C’est pour cette raison que Jean-Paul Sermain y consacre des pages très intéressantes dans son étude sur les Métafictions (194 - 216).

2 Version latine de Thomas More : « Utopia priscis dicta ob infrequentiam / Nunc Civitatis aemula Platonicae, / Fortasse victrix (nam quod illa literis / Delinavit, hoc ergo una praestiti, / Viris et opibus, optimisque legibus) / Eutopia merito sum vocanda nomine ».

3 D’ailleurs, Socrate rappelle cette dimension ludique au début de La République : « J’avais oublié, dis-je, que nous étions en train de jouer » (Platon, 1993 : fragment 536c).

4 Comme chez Platon, la philosophie morale ne s’envisage que sous l’angle du plaisir car il est pour eux la source du bonheur.

5 Voir aussi plus loin : « Nous avons douze collègues qui voyagent à l’étranger et qui nous rapportent des livres, des échantillons et des exemplaires d’expériences de toutes les régions du monde, ceci en se faisant passer pour des gens d’autres nationalités, puisque nous cachons la nôtre. Nous les appelons les Marchands de Lumière » (Bacon, 2000 : 129).

6 « Mais ceux de leurs enfants qui ont un génie extraordinaire et qui sont propres aux belles sciences et aux arts libéraux ne sont pas élevés de même ; car on les exempte des travaux du corps pour les employer à ceux de l’esprit. Pour cet effet, il y a des collèges faits tout exprès pour leur éducation, et c’est du nombre de ceux-ci qu’on prend, de sept ans en sept ans, des gens pour voyager dans notre continent et pour y apprendre tout ce que nous avons de particulier ; ce qu’ils ont pratiqué depuis que Sévaristas en rétablit le commerce et ordonna ces sortes de voyages. […] Ces voyages sont cause qu’il y a plusieurs personnes à Sévarinde et aux villes d’alentour qui savent parler diverses langues de l’Asie et de l’Europe, qu’ils enseignent d’ordinaire à ceux qui sont destinés pour le voyage, avant qu’ils partent de leur pays, et c’est la raison pourquoi Sermodas, Carchida et les autres furent capables de s’entretenir d’abord avec nous […] » (Veiras, 2004 : 154-155).

Auteur

Université Paris Sorbonne

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search