Version classiqueVersion mobile

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Conclusion

Texte intégral

  • 1 MURPHY, op. cit., (Power), p. 187.

« The declarations and manifestations of capitalist bankruptcy must be received with joy and answered with the confident affirmation that the hour has struck for the working class to advance with its socialist solution to the crisis... The difficulties of capitalism are Labour’s opportunities to strike blows for Socialism, to advance to the decisive fight for socialism. 1

  • 2 Cité dans MILTON, op. cit., p. 98.

“All the property destroyed during the war will be replaced. In the next five years there is going to be a great world trade depression and the respective Governments, to stave off the trouble, must turn more and more into the markets of the world to get rid of their produce, and in fifteen years time from the close of this war,... we are into the next war if Capitalism lasts... In fifteen years time we may have the first great war breaking out in the Pacific, American v. Japan, or even Japan and China v. America. We have the possibilities of another war far greater and far more serious in its consequences than the present war. 2 »

1Même s’il se trompait de quelques années, John Maclean tint, dans le « speech from the dock » qu’il prononça à l’occasion de son procès en 1918, un discours plus réaliste sur la récession et la guerre à venir que celui du dirigeant communiste John T. Murphy en 1931, percevant les convulsions économiques de l’après-guerre et le krach de 1929 comme les signes avant-coureurs de la « crise finale » régulièrement annoncée par le parti, alors qu’il ne s’agissait en fait que d’une crise de réadaptation du capitalisme international à la nouvelle donne économique résultant de l’armistice. Il serait sans doute exagéré d’ériger la divergence d’analyse entre ces deux communistes en exemple de la ligne de démarcation séparant le mouvement ouvrier écossais de l’anglais, le premier se colletant avec la réalité des faits et la complexité des théories là où le second se serait satisfait de formules toutes faites. Force est toutefois de constater que, après la disparition prématurée de Maclean, la seule composante du mouvement ouvrier (Keynes étant libéral et Mosley, quoique travailliste, n’ayant que des liens fort ténus avec le monde du travail) à avoir su proposer une analyse cohérente de la crise des années vingt fut, nous l’avons vu, l’ILE, en particulier grâce au travail théorique de ses dirigeants écossais Maxton et, surtout, Wheatley.

  • 3 Cité dans GLEGG, op. cit., p. 502.

2N’oublions pas qu’au moment où l’ILP devait faire face à une hostilité croissante au sein d’un parti travailliste qui refusait de faire siennes ses thèses sur la relance de la consommation interne, l’instauration d’un salaire minimum, le protectionnisme et la maîtrise du crédit et des investissements, Bevin, alors oracle incontesté du mouvement syndical, ne trouvait rien de mieux à déclarer devant le TUC d’octobre 1930 – peu après avoir été nommé par MacDonald à l’Economic Advisory Committee mis en place en février 1930 – que, s’agissant du chômage, « he did not believe that in one or two years, or in ten years, they were going to solve that problem, [but] the State must accept responsibility, and from that basis build, year by year, finance and other things that would follow in its train3. »

3Il est vrai que dix ans ne sont que peu de choses au regard de la conception du temps dont fait preuve le TUC : ce n’est qu’en 1932, après une décennie de chômage massif, que son conseil général, prenant conscience que la récession n’était pas un phénomène passager, entreprit d’organiser les chômeurs, et encore, du bout des lèvres, puisque leur organisation était laissée à la diligence des bourses du travail locales. Quant au STUC, il passa le plus clair de son temps, en 1931 et 1932, à tenter de régler plusieurs conflits de compétences, dont l’aggravation de la crise avait brutalement accru le nombre et la durée.

4Trois facteurs peuvent expliquer cette absence d’analyse syndicale globale de la crise. Premièrement, les syndicats sont alors en pleine période de « consolidation bureaucratique » : alors que les effectifs décroissent, le nombre de permanents augmente sensiblement, ce qui, par un effet, bien connu, renforce l’appréhension parcellaire des problèmes, au détriment d’une vision plus globale. Deuxièmement, inquiétés par l’arrivée d’intellectuels bourgeois dans la hiérarchie travailliste pendant la guerre, les dirigeants syndicaux se replient sur un ouvriérisme conservateur et anti-intellectuel rendant a priori suspectes les analyses de Maxton, Allen et autres diplômés. Enfin, un troisième facteur de fragmentation apparaît clairement à la lecture des minutes et rapports annuels de divers syndicats écossais : la lutte contre les mutations technologiques. Ces mutations touchant de façon différente tel ou tel industrie ou corps de métiers, il est logique que chaque syndicat tente de leur résister de façon individuelle. On remarquera d’ailleurs que les syndicats qui constituèrent la Triple Alliance – cheminots, Transport and General Workers, mineurs – représentaient des travailleurs non directement menacés par le progrès technologique – c’est-à-dire, en fait, non menacés de remplacement par des ouvriers moins qualifiés.

5Si nous revenons brièvement ici sur les divergences d’analyse et de politique entre ILP, LP et TUC, c’est parce que l’expérience de l’ILP met en lumière ce qui me semble constituer la marque distinctive du mouvement ouvrier écossais de l’époque : la présence dans ses rangs d’intellectuels (universitaires ou autodidactes) issus du peuple, et ne souffrant d’aucun complexe tant vis-à-vis des syndicats que de l’Establishment. N’oublions pas que ce qui distingue alors l’ILP du LP, c’est que le premier est beaucoup plus solidement enraciné dans les localités que le second, notamment en Ecosse : alors qu’il y a fort peu de sections locales « autonomes » du LP (en fait, ce sont la plupart du temps des trades and labour councils dominés par les syndicats), nombreuses sont les sections locales de l’ILP, composées en grande partie d’adhérents directs encore rares au Labour. Cette réunion à la base de la classe ouvrière et de la petite bourgeoisie intellectuelle (professeurs, employés, plus rarement pasteurs), favorise les débats théoriques qui (les procès-verbaux de réunions en fournissent amplement la preuve) font cruellement défaut aux sections travaillistes et syndicales.

  • 4 YOUNG, op. cit., p. 115.

6Il s’agit là de l’un des rares contrastes entre Ecosse et Angleterre que je me suis permis de développer dans cette étude. Pour le reste, de l’étude des collèges ouvriers à celle des coopératives, de l’histoire du parti communiste à celle de la grève générale, je me suis efforcé (non sans quelques dérapages) d’éviter d’entrer dans le débat évoqué en introduction : le mouvement ouvrier écossais fut-il « plus à gauche » ou non que l’anglais ? D’une part, faute de données suffisantes sur ces mêmes organisations et événements en Angleterre. D’autre part, par peur de tomber dans une classification arbitraire. Pour ne prendre que trois exemples, si l’anti-impérialisme de l’ILP le situait à la gauche du LP, ses expériences dans le domaine du « socialisme municipal » ne relèvent-elles pas d’une conception « droitière » de la transition vers le socialisme tout court ? Le baptême laïc, plus répandu dans les écoles du dimanche socialistes écossaises que dans les anglaises, doit-il être considéré comme la manifestation laïque, et donc « de gauche », d’une rupture avec le modèle culturel dominant, ou comme la perpétuation, sous une forme à peine modifiée, d’un rituel « de droite » ? Et que penser de Gordon Brown qui, ayant consacré un livre admiratif au ‘gauchiste’ Maxton, participe à ce qui sera peut-être le gouvernement travailliste le plus ‘droitier’ du siècle ? La question de l’ambivalence de l’action politique ne peut, me semble-t-il, être résolue aussi simplement que le fait James D. Young lorsqu’il tranche : « Scottish society was characterised by a right-wing, authoritarien ethos ; and it was – except in electoral termsfar to the right of England4. »

  • 5 Muriel SPARK, The Prime of Miss Jean Brodie, 1961 (Penguin, 1995).

7Miss Jean Brodie sans doute, cette enseignante – certes fictive – d’Edimbourg qui cherchait dans l’Italie des chemises noires de quoi assouvir sa soif d’absolu5. Les 31 % d’électeurs – la plupart petits-bourgeois – certainement, qui donnèrent en 1935 leurs voix aux élections municipales d’Edimbourg à un groupuscule populiste, xénophobe et ‘anti-papiste’, Protestant Action. Ce ne fut qu’un feu de paille. Cette même année, Willie Gallacher remportait le West Fife pour le parti communiste, et les travaillistes, menés par le catholique Patrick Dollan, conquéraient la municipalité de Glasgow. Mis à part une brève interruption en 1951-53, le Labour continuera de gérer la plus grande ville d’Ecosse jusqu’à nos jours – y compris lorsque fut proposé aux électeurs, à partir de 1979, un modèle de société ‘autoritaire’. Héraut du conservatisme populiste, Teddy Taylor perdit en 1979 son siège de Glasgow-Cathcart, et dut aller se faire élire dans l’Essex anglais, terre d’élection de l’ouvrier qualifié ‘embourgeoisé’ converti au thatchérisme, auquel la presse donna précisément le nom générique d’’Essex man. Depuis son départ, plus aucun député tory d’Ecosse ne représente une circonscription ouvrière. Le travail, notamment éducatif, de milliers de militants du mouvement ouvrier écossais lorsque le siècle était plus jeune n’est sans doute pas étranger à cette résistance écossaise massive à l’individualisme néolibéral.

Notes

1 MURPHY, op. cit., (Power), p. 187.

2 Cité dans MILTON, op. cit., p. 98.

3 Cité dans GLEGG, op. cit., p. 502.

4 YOUNG, op. cit., p. 115.

5 Muriel SPARK, The Prime of Miss Jean Brodie, 1961 (Penguin, 1995).

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search