Version classiqueVersion mobile

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Quatrième partie. Les luttes ouvrières

Chapitre XXV. De la révolte à la résignation

Texte intégral

1Beau fiasco, en effet. « Trades Union Congress General Council Satisfied That Miners Will Now Get a Fair Deal » titrait le Scottish Worker du 13 mai. Il fallut vite déchanter. Pas plus que les représentants du patronat houiller, ceux des mineurs n’avaient été associés aux discussions entre Lord Samuel et le TUGC. Le 14, Baldwin leur proposait d’ouvrir des négociations sur les bases suivantes : réorganisation de l’industrie par la voie législative, octroi d’une nouvelle subvention de £3 millions, à condition que les mineurs acceptent une diminution des salaires et le principe des négociations par districts. Les deux parties refusèrent ce schéma. Tout en maintenant son offre de subvention jusqu’à la fin du mois, le Premier ministre renouvela la proclamation de l’état d’urgence, et entreprit de rationner le charbon.

Le lock-out des mineurs

2Au lendemain de la grève, les réserves financières de la MFGB s’élevaient à £3 millions, dont un million offert par les syndicats soviétiques. On mesure la faiblesse de cette somme lorsque l’on sait qu’elle représentait la masse salariale d’ordinaire versée aux mineurs britanniques en une seule semaine. Aussi le syndicat ne put-il verser qu’une moyenne de 5 shillings par semaine à ses adhérents pendant les sept mois que dura le lock-out. Comme lors du conflit de 1921, qui avait duré quatre mois, les familles des mineurs, acculées à la famine, durent faire appel à la Poor Law : 650 000 ayant-droits avaient alors bénéficié de secours, ils furent près du double (1,2 million) en 1926.

  • 1 P. & C. CARTER, The Miners of Kilsyth in the 1926 General Strike and Lockout, Londres, History Grou (...)

3En Écosse, les secours aux nécessiteux étaient, nous l’avons vu, du ressort des conseils paroissiaux. Suivant les instructions du Scottish Board of Health, ils versèrent au début du lock-out une allocation hebdomadaire de 12s. à l’épouse et de 4s. aux enfants de chaque mineur ; au bout de quelques semaines toutefois, plusieurs conseils rechignèrent, certains – conformément aux directives de l’Office écossais de la Santé – diminuant leurs versements, deux au moins – ceux de Cumbernauld et de Lanark – les arrêtant purement et simplement. Quant aux coopératives, leur aide, timide pendant la grève, fut plus nette pendant le lock-out : il y allait de leur survie. A Kilsyth par exemple, la moyenne hebdomadaire des achats d’un adhérent de la coopérative (3 500 membres, dont environ 3/4 de mineurs) chuta de 30s en avril à 22/6 en septembre 1926, les retraits d’actions passant d’un total de £3 500 pendant le premier trimestre de l’année à £10 000 au cours du troisième. Aussi la société décida-t-elle de verser un dividende trimestriel exceptionnel de 3/4 par livre, ainsi que £250 au comité de secours aux mineurs1.

La solidarité active de l’ILP

4Dès les jours qui suivirent l’échec de la grève générale, la solidarité syndicale à l’égard des mineurs fut battue en brèche. Fin mai, les syndicats de cheminots, la TGWU et la Fédération Internationale des Mineurs – dont le secrétaire était l’Anglais Frank Hodges – opposèrent une fin de non-recevoir à la demande de la MFGB de mettre l’embargo sur les importations de charbon, le TUCGC repoussant de son côté l’idée du prélèvement obligatoire sur les cotisations syndicales d’une dîme destinée au soutien des mineurs en lutte.

  • 2 CLEGG, op. cit., p. 414.

5« L’ILP, lui-même n’apporta [aux mineurs] qu’un soutien fort discret2. » En tout état de cause, cette affirmation de H.A. Clegg ne vaut pas pour l’Écosse. A preuve, les numéros de Forward du printemps et de l’été 1926, qui regorgent d’appels à la solidarité. Dès le 29 mai, Wheatley signe un article d’une page intitulé « Ne laissez pas tomber les mineurs », dans lequel, après avoir décrit par le détail leurs conditions de vie, il insiste sur le fait qu’une nouvelle dégradation de leur pouvoir d’achat entraînerait la faillite de centaines de petits commerçants, et termine sur cet appel aux Églises : « Toute nouvelle dégradation [du niveau de vie] du mineur est un acte manifestement anti-chrétien. Que les Églises insistent pour demander des sacrifices à Bond Street et aux night-clubs avant d’en exiger des enfants de mineurs. » Dans le même numéro, Emrys Hughes consacre une page à la description de « Scènes de lock-out » dans le village minier de Darnconner, dans l’Ayrshire, bassin d’origine de son beau-père Keir Hardie, concluant sur cet appel à l’opinion publique :

« The Government will back the coalowners just as long as public opinion will tolerate it. If every minister and priest who believes in his brothers keeper raises his voice in protest and takes a collection for the miners’children in his church, public opinion will be moved a little… But if Darnconner is starved into surrender it will be because we are a nation of cowards and of cads… The responsibility will not rest only with the coalowners and the Government; it will rest with the people, who have stood aside in apathy and in silence. »

  • 3 « The miners’struggle is now in its 16th week, and the need for financial support is greater than e (...)

6Le 12 juin, sous le titre « Un appel aux chrétiens ; les avocats des mineurs aux assemblées des Églises », Forward rend compte des interventions de trois députés-mineurs, William Adamson, James Brown et Robert Smillie devant les assemblées générales respectives de l’Église d’Écosse, de l’Église Libre et de l’Église Libre Unifiée. Rappelant la résolution en faveur d’un living wage « qui ne soit pas un simple salaire de subsistance » votée à l’unanimité par la hiérarchie anglicane lors de la conférence de Lambeth, en 1920, le premier demande à ses auditeurs si « l’Église nationale de l’Écosse peut se permettre, sur ce point fondamental, d’être en retrait par rapport à ses frères spirituels de l’Église anglicane. » « Non » répondent à l’unisson les délégués presbytériens, qui se garderont bien, toutefois, de mettre aux voix la moindre résolution sur cette question. De plus, au cours de l’été et de l’automne, Forward lance de nombreux appels du type de celui publié dans le numéro du 21 août sous le titre de « GLasgow ILP and the miners. Help urgently needed3 ».

  • 4 Par ordre décroissant : duc d’Hamilton (£113 000 par an de royalties) ; duc de Buccleuch, comtes de (...)

7Il ne s’agit pas uniquement de faire la charité, mais aussi de transmettre un message politique. En juillet RJ. Dollan lance une série d’articles, « Scottish coalowners exposed ; How the industry has been bled. Facts about the coalowners profits », dans lesquels il révèle, en s’appuyant sur les résultats financiers publiés par le Stock Exchange Year Book, que « la royalty moyenne par tonne est de £7 », en déduit que « si la masse des royalties était reversée aux mineurs, cela permettrait d’augmenter leur salaire de £7 4 par semaine », et conclut, après avoir dressé la liste des principaux propriétaires de mines et de leurs revenus :4 « That gang and their forebears have been on the royalty dole for a couple of centuries. In their difficult task of living without working they have been assisted by many commoners, beneath whose land coal was discovered. The simple way of ending this confiscation is for workers to vote for the nationalisation of mineral royalties, without compensation. »

La désunion gagne les mineurs

  • 5 Cf. CARTER, op. cit. (Kilsyth), p. 8 : « As a whole the Protestant/Catholic division, which had bee (...)

8La cohésion des mineurs britanniques avait été sans faille pendant les premiers mois du mouvement. En Écosse par exemple, leur engagement sans réserve dans le conflit valut aux mineurs catholiques le respect des syndicalistes protestants5. Au fil des mois toutefois, la MFGB éprouva de plus en plus de difficultés à maintenir l’unité de ses troupes, non tant face aux privations, au manque de solidarité externe et à la violence de certains policiers et magistrats qu’à la diversité des situations économiques selon les bassins. Comme en 1921, les réductions de salaires que le patronat tentait d’imposer aux mineurs étaient très fortes dans les districts écossais, gallois et lancastrien, nettement moindres dans le Yorkshire et les petits bassins des Midlands, plus orientés vers la production domestique. Quant aux deux grands bassins des Midlands, le Derbyshire et le Nottinghamshire, les patrons n’y avaient décrété aucune diminution des salaires : les mineurs n’y étaient donc pas lock-outés, mais en grève de solidarité avec leurs camarades moins favorisés. Bien entendu, ces districts moins durement touchés devenaient de plus en plus partisans de la reprise du travail au fur et à mesure que le conflit s’enlisait.

9Sur cette divison géographique, potentiellement source de conflits internes à la MFGB, se greffait une division politique : les bastions du National Minority Movement correspondaient aux districts les plus touchés par les baisses de salaires, ses zones de faible inplantation à ceux qui étaient relativement épargnés. Pendant le lock-out, les bassins écossais, gallois et du Lancashire connurent-nous l’avons déjà vu pour le Fife – une forte croissance des adhésions au parti communiste. Ces divisions provoquèrent des dissensions au sein de la direction du syndicat. Paradoxalenent, tandis que le leader national le plus proche des communistes, Cook, menait des négociations secrètes pour aboutir à un accord rapide, Smith exhortait les districts vacillants à tenir jusqu’au bout, désireux qu’il était de tout mettre en œuvre pour éviter de fournir au NMM et au CPGB. une autre occasion de crier à la « trahison des dirigeants. »

10Pendant ce temps, le Parlement votait, en juillet, un Coal Mines Act faisant passer la journée de travail du mineur de sept à huit heures – ce qui ne provoqua qu’une réaction de pure forme du TUCGC. En août, une majorité de l’exécutif de la MFGB acceptait les propositions de l’archevêque de Cantorbery, (grosso modo, les propositions Samuel du mois de mai) soutenues par Cook mais combattues par Smith et le NMM ; elles furent repoussées par les syndicats de district à une très faible majorité – si faible qu’elle ne put empêcher une reprise graduelle du travail : fin septembre, 80 000 mineurs (6 % des effectifs) avaient repris le travail, surtout dans les Midlands. En fait, la fédération des mineurs du Nottinghamshire venait de signer un accord séparé garantissant à ses membres une augmentation de salaire ; elle quitta la MFGB et prit le nom de Notts and District Miners’ Industrial Union.

11Il s’ensuivit une nouvelle tentative de radicalisation. Début octobre, la fédération galloise s’efforçait de ressouder le mouvement autour de la plate-forme « maximaliste » présentée par le NMM : maintien du slogan « pas un sou de moins, pas une heure de plus », convocation d’un congrès extraordinaire du TUC. pour décider d’un soutien financier et d’un embargo sur le charbon, mise en grève des personnels chargés de l’entretien des puits, intensification de la propagande. En vain : la Colliery Enginemen’s Union avait quitté la MFGB après le lock-out de 1921, à cause duquel nombre de ses adhérents avaient perdu leur emploi, et ne désirait pas renouveler l’expérience. Le 2 novembre, les syndicats des transports se prononcèrent de nouveau contre un embargo sur le charbon, et le lendemain une conférence extraordinaire des exécutifs nationaux des syndicats appelait les travailleurs à apporter leur obole aux mineurs – mais cette contribution devait être volontaire.

12La marge de manœuvre de la MFGB devenait de plus en plus limitée. Le 5 novembre, le ministre du Travail lui signifiait que les associations de propriétaires restaient fermes sur le principe des négociations par districts. L’exécutif du syndicat eut beau recommander aux districts d’accepter ce préalable, il fut repoussé par les deux-tiers des mineurs lock-outés, les plus forts contingents d’opposants étant comptabilisés dans les bassins du Nord (Durham, Lancashire, Northumberland), d’Écosse et de Galles. Néanmoins, quinze jours plus tard, 336 000 mineurs (près du tiers des effectifs) avaient repris le travail, y compris dans les districts venant de voter contre l’acceptation des nouvelles conditions (3/4 dans les Midlands, 1/2 dans le Lancashire, 1/3 en Écosse, 1/4 dans le Yorkshire, 1/7 au Pays de Galles). A la fin de novembre, le travail avait repris dans toutes les mines du royaume, qu’un accord ait ou non été signé.

  • 6 « There was men I have known personally who never got a job from 26 until the mines were nationalis (...)

13« A temporary five-hour day might help the coal industry. But a temporary eight-hour day is a ludicrous plan. If all the miners were to work eight hours we could not sell the coal produced, even if we were to capture the entire export trade of Germany and the U.S.A. » s’indignait Keynes dans la New Republic du 19/5/1926. De fait, l’augmentation de la durée du travail se traduisit par une très forte poussée du chômage parmi les mineurs : plus de 20 % au niveau national en 1928, avec des pointes à 29 % en Écosse et dans le Lancashire. Parmi ces mineurs au chômage figuraient nombre de syndicalistes mis sur une « liste noire » après leur participation active au conflit de 1926. Abe Moffat, Jennie Lee et (Sir) Will Lawther sont témoins que, en Écosse comme dans le Nord de l’Angleterre, certains militants se virent ainsi interdits d’embauche pendant de très longues années6.

Les conséquences de la grève générale

Les représailles patronales

  • 7 Baldwin aux Communes, 13/5/1926.

« Our whole duty at the moment is to forget all recrimination. Let employers act with generosity and the workers put their whole heart into their work… I will not countenance any attack on the part of any employers to use this present occasion for trying in any way to get reductions in wages below those in force before the strike or any increase of hours7. »

  • 8 « His Majesty’s Appeal to the People », 13/5/1926.

« Let us forget whatever elements of bitterness the events of the past few days may have created and forthwith address ourselves to the task of bringing into being a peace which will be lasting; because, forgetting the past it looks only to the future8. »

  • 9 CLEGG, op. cit., p. 421.

14Selon H.A. Clegg, « en 1925, les syndicats craignaient une attaque générale de la part des employeurs sur les salaires et les conditions de travail. Les suites de la grève générale auraient pu donner aux employeurs une occasion favorable pour mener cette attaque, mais elle n’eut pas lieu9. » C’est aller un peu vite en besogne. Nombre de patrons ne furent manifestement pas sensibles aux appels à la conciliation que lancèrent Baldwin et George V le 13 mai. Dès le 11, le Scottish Worker publiait, dans son dernier numéro, un manifeste du TUC à la tonalité nettement défensive. Intitulé « No victimisation », « pas de représailles », il rappelait aux employeurs les déclarations ci-dessus, et soulignait qu’il était « impératif que les accords, conventions et conditions existant avant le conflit soient maintenus. »

15Au niveau national, certes, les choses rentrèrent assez rapidement dans l’ordre, avec des dégâts relativement limités pour les grands syndicats. Typique à cet égard est l’accord conclu dès le 14 mai entre les syndicats du rail et les compagnies ferroviaires : ces dernières s’engageaient à reprendre tous leurs employés aux conditions d’avant la grève, sauf les quelques centaines « s’étant rendus coupables d’actes de violence ou d’intimidation. » Néanmoins, nombre de cheminots durent patienter plus d’un an avant d’être réembauchés, les compagnies arguant de la baisse du trafic due au lock-out – alors que le personnel de certains dépôts écossais était contraint de travailler seize heures par jour. Les syndicats de leur côté durent faire amende honorable : ils reconnurent « avoir agi à tort » en déclenchant une grève illégale, et s’engagèrent à ne plus déclencher de grève sans avoir recours à la procédure de conciliation réglementaire.

  • 10 Pour d’autres exemples de « victimisation » en Ecosse, voir MacDOUGALL in MacDOUGALL, op. cit., pp. (...)
  • 11 Cf. E. Hughes, « Miners Working 7 Days a Week ; Will the Churches Protest ? », Forward 5/2/1927.

16Bevin obtint un accord similaire pour les dockers et les employés du London Rail, mais pas pour les traminots de province. De fait, une étude non plus nationale mais locale de l’après-grève fait apparaître de nombreux cas de « victimisation ». A Glasgow par exemple, près de 400 traminots (sur 5 500) furent licenciés au lendemain de la grève, et seule une petite minorité d’entre eux fut réembauchée dans les mois qui suivirent. A une moindre échelle, la même situation se reproduisit à Aberdeen. A Falkirk, tous les traminots furent repris, mais avec une diminution de salaire de 1d pour les hommes, 1/2 pour les femmes. Les rapports des districts de l’AEU pour le mois de juin 1926 font état de nombreuses – et vaines – « tentatives de faire réembaucher nos membres sur la foi du serment de Baldwin. » En juillet, deux fonderies de Dundee refusaient encore de reprendre leurs délégués d’ateliers. Nombre d’employeurs, dans la mécanique, la construction navale, le bâtiment et le livre, exigèrent de leurs employés une demande écrite de réintégration assortie d’un contrat par lequel ils s’engageaient à ne jamais faire grève. Certains, notamment les groupes de presse Outram (Glasgow) et Thomson (Dundee) interdirent même à leur personnel d’adhérer à tout syndicat10. Plusieurs centaines de mineurs furent, nous l’avons vu, mis à l’index, sans espoir de réintégration dans une industrie en pleine déconfiture – qui préféra toutefois, pendant plus d’un an, faire travailler nombre de ses employés sept jours sur sept, pour effectuer des travaux de réparation, plutôt que d’embaucher des mineurs au chômage11.

Des analyses divergentes de l’échec

  • 12 LAWTHER, op. cit., p. 14.

« It was simply, as far as the miners were concerned, that it was badly conducted. It was simply the most awful leadership that ever was known, they used to meet in conferences and come back and give a report and say “stick it another week or two”. 12

  • 13 MacDOUGALL, op. cit., (Miners), p. 97.

“TUC leaders absolutely discredited, and everywhere heard “By Christ, if ah hear anybody say a bad word aboot the Communists ah’ll knock their bloody head off”. 13 »

17Les deux mineurs qui mettent ainsi en accusation les hiérarchies syndicales occupaient tous deux un poste de direction régionale au sein de la MFGB, William Lawther dans le comté de Durham, David Proudfoot dans le Fife. Dignitaire travailliste et syndicaliste lorsqu’il donna l’interview dont un extrait est cité ci-dessus, le premier dirige sa critique vers la gauche, mettant en cause l’amateurisme, voire l’impéritie de l’exécutif national de la MFGB. Il est certain que son sentiment fut, après la fin peu glorieuse du lock-out, partagé par nombre de mineurs, qui s’abstinrent de reprendre leur carte syndicale.

  • 14 « Forced by the workers against their will, the reformist leaders were pushed into the General Stri (...)

18L’anathème de Proudfoot porte à droite, dirigé qu’il est contre les « traîtres » du TUGC. Notons toutefois que l’on ne trouve nulle trace dans les lettres que ce militant communiste rédigea entre mai et novembre 1926 de l’opinion, fort répandue par la suite dans le CPGB (elle fait, à notre connaissance, sa première apparition en 1950, dans un opuscule de John Gollan, secrétaire général du parti)14 selon laquelle le mouvement était sur le point de triompher avant d’être poignardé dans le dos par Bevin et consorts. Il est vrai que le parti n’avait pas besoin de cette fiction pour gonfler son courant d’adhésions, tant son importance dans l’organisation au niveau local d’un mouvement qui en avait bien besoin fut incontestable. Il en résulta un afflux d’adhésions et quelques succès électoraux dans les bassins houillers. Alex Moffat fut élu au conseil de comté du Fife pour représenter le village minier de Lumphinnans. Aux élections municipales de novembre 1926, le mineur communiste Alex Shaw obtint 40 % des voix dans le secteur de Kilsyth-nord, derrière le candidat conservateur régulièrement réélu, mais loin devant le travailliste.

19On aura noté que Lawther n’attaque pas le conseil général du TUC. De fait, TUGC et MFGB se mirent rapidement d’accord pour ne pas laver leur linge sale en famille. En gage de bonne volonté, un opuscule de Cook, The Nine Days, attaque directe contre le TUCGC, fut envoyé au pilon par le syndicat des mineurs. Initialement prévue pour juin 1926, La conférence des exécutifs syndicaux chargée de faire l’autopsie de la grève ne se tint qu’une fois les passions calmées, les 20 et 21 janvier 1927. De la fureur à la résignation, de la révolte au réalisme, l’évolution fut rapide, quoique parfois douloureuse ; elle peut se mesurer à l’aune de deux prises de position du plus avisé des Clydesiders, John Wheatley. Dans le Forward du 22 mai, largement consacré à l’autopsie de la grève, il ne fait pas mystère de son écoeurement :

  • 15 Dans le même numéro, ce sarcasme de Torn Johnston : « I never had sixpence worth of faith in the ge (...)

« Not only had the TUC deserted the miners, but they had gratuitously thrown their own members to the wolves… From the first moment of the struggle, and indeed before it, prominent Labour leaders were whining and grovelling… The real tragedy was that in its hour of trial the Labour movement was deserted by those in whom it had placed its greatest trust15. »

20Cinq mois plus tard, il confie à ses lecteurs de l’Eastern Standard (16/10/1926) :

« Reviewing the matter calmly… I cannot see how a General Strike, constitutionally conducted, can attain its object. To be successful it would require to be swift and complete and backed by unconstitutional action… No reasonable person could expect the railwaymen, dockers or tramway men to put up a six months’resistance against an attack on [the miners’] standard of living. »

21Rappelons que treize mois plus tôt le même Wheatley avait eu maille à partir avec Bevin pour avoir espéré à haute voix pouvoir compter sur « dix millions d’hommes prêts à se battre plutôt que de voir la Grande-Bretagne transformée en une terre de coolies. » Exhumé en mai 1926, le cadavre de l’action directe, morte de honte au soir du « vendredi noir », est réenterré au cimetière des illusions en cet hiver de 1926-1927.

  • 16 Forward, 15/1/1927.

22A la mi-janvier se tient le congrès écossais de l’ILP. L’aile gauche y mène un combat d’arrière-garde. Une motion de Jennie Lee « déplorant que le parti travailliste et les exécutifs syndicaux n’aient pas tout mis en œuvre pour imposer un embargo sur le charbon et une dîme à l’intention des mineurs, ce qui rendit leur défaite inévitable » est décrétée « irrecevable » par le président du congrès, P.J. Dollan. Une motion de Kirkwood – qui s’emporte au passage contre d’anonymes « futurs membres du prochain cabinet travailliste lui ayant dit en personne que les mineurs devraient comprendre que l’industrie ne pouvait leur verser un salaire confortable » – assignant comme première tâche au futur gouvernement travailliste le retrait du « Eight-hour Act » subit le même sort16.

23Quinze jours plus tard, la conférence spéciale des exécutifs syndicaux adopte le même « profil bas ». La ligne de défense légaliste du TUCGC – du moment où le mémorandum Samuel avait été rejeté par les mineurs, le conflit passait sous sa seule et entière responsabilité, et il lui incombait de défendre au mieux les intérêts de l’ensemble des syndiqués – reçoit l’approbation des trois-quarts des délégués, trop heureux d’être tombés d’accord sur la désignation d’un bouc émissaire : le CPGB et son excroissance syndicale, le NMM. Ce faisant, ils réalisaient la seule opération de sauvetage encore possible : attribuer l’échec de la grève au zèle intempestif des communistes, coupables de l’avoir transformée en conflit politique, et canaliser au profit du parti travailliste la colère ressentie après la « grande trahison ». Très habilement, MacDonald avait montré la voie dès le 22 mai, se livrant, dans le Forward, à une remarquable prestation de Schadenfreude :

« Of course, there was disappointment amongst those who were out and who felt that the demonstration was still unfinished. [But] if the strike had not been firmly controlled it would have ended in disaster some weeks ahead… One thing is quite clear. If ever anyone foolishly thinks of using an industrial strike for political purposes it can be done only with arms in our hands, otherwise it is mock heroics in tragedy. That being so, it can be dismissed from the calculations of anyone outside a lunatic asylum. »

24Le paradoxe de la grève générale – paradoxe inhérent au labourism – est qu’elle mit en évidence et une très vive conscience de classe, et une absence tout aussi manifeste de projet politique. Aussi était-il logique que le grand bénéficiaire en fût le parti travailliste

  • 17 LAWTHER, op. cit., p. 14.

« Politically the Labour movement benefited by it. The 1929 general election was the aftermath of resentment of the General Strike. For instance, you had the spectacle in the Notts coalfield of a non-political Union and yet every constituency being won for Labour17 »

  • 18 CLEGG, op, cit., p. 421.

25Lawther souligne à juste titre le caractère contradictoire des conséquences de la grève générale pour le mouvement ouvrier : positives (du moins en termes électoraux) pour le parti travailliste, négatives pour le mouvement syndical. De fait, le Labour progressa de 46 sièges (dont 9 à Glasgow et 8 à Edimbourg) aux élections municipales écossaises de novembre 1926. Le TUC, en revanche, perdit 570 000 adhérents, soit 10,5 % de ses effectifs, entre le congrès de 1925 et celui de 1927 : 30,4 % des travailleurs britanniques étaient inscrits à un syndicat affilié au TUC en août 1925, 26,8 % deux ans plus tard. Les syndicats les plus touchés furent ceux dont la participation au conflit avait été la plus directe : MFGB (-26 %) et syndicats du rail (-22 %). Si l’on ajoute à leurs pertes celles des syndicats de la route et des docks, du livre, du bâtiment et de la métallurgie, on obtient un total de 483 000 syndiqués rayés des listes entre ces deux dates18.

  • 19 Cité dans KIBBLEWHITE & RIGBY, op. cit., p. 23.
  • 20 Forward, 30/4/1929. Notons que parmi les 265 461 syndiqués affiliés au STUC en 1929 ne figuraient q (...)

26« There was a terrible apathy around Aberdeen after the Strike… It came as a terrible shock to be sold down the river… It amounted to quite a lot of workers becoming unorganised. The blacksmiths went very low. The paper workers went very flat19. » Le constat désabusé d’Archie Lennox, militant aberdonien des boilermakers et de l’ILP, vaut pour l’ensemble de l’Écosse, quoique le choc y fût un peu moins rude qu’en Angleterre : le STUC « ne » perdit « que » 5,5 % de ses 329 000 adhérents entre mars 1926 et mars 1927 (308 000). Compte tenu des syndicats non affiliés au STUC, un travailleur écossais sur trois était syndiqué en 1925, un sur quatre en 192920. « Quoi que les grèves générales soient à même d’accomplir, elles ne semblent pas être d’une grande efficacité lorsqu’il s’agit d’organiser les travailleurs dans des syndicats » ironise P.J. Dollan en commentant ces statistiques.

27Comme la conférence nationale des exécutifs syndicaux trois mois plus tôt, le STUC de Pâques 1927 s’efforça avant tout de panser ses blessures et d’éviter toute récupération communiste. Dans le compte rendu qu’il en livre aux lecteurs de Forward, Dollan ne consacre qu’un paragraphe aux « échos de la grève générale » : il ironise sur la résolution communiste présentée par le Trades and Labour Council de Glasgow (« la grève aurait été victorieuse si les leaders avaient été aussi compétents et aussi braves que la base »), et se réjouit de sa déconfiture sans appel, à laquelle contribuèrent les délégués des mineurs, « partant du principe que la grève générale appartient au passe et que plus tôt elle sera oubliée, mieux ce sera ». Ceux qui, précisément, ne veulent pas oublier, sont tenus pour des gêneurs : seuls quatre délégués votent contre la mesure d’exclusion du STUC des bourses du travail affiliées au NMM prise quelques mois plus tôt par le conseil général.

28L’essentiel des débats fut consacré au Trade Disputes and Trade Unions Bill, alors en cours d’examen à Westminster, qui allait devenir loi en juillet 1927. Il déclarait illégales toute grève générale ainsi que les grèves de solidarité « visant à exercer une contrainte contre le gouvernement en infligeant des privations à la communauté » ; entravait la pratique des piquets de grève en donnant une définition très large de « l’intimidation », interdisait (indirectement) aux syndicats de la fonction publique de s’affilier au TUC et au L.P., et substituait le contracting in au contracting out pour la cotisation au parti travailliste. Les avis divergèrent quant aux moyens de manifester l’opposition unanime du congrès au projet de loi. A la menace d’une nouvelle grève générale lancée par certains delégués, notamment de l’AEU, la majorité du congrès préféra « s’opposer au projet de loi par l’action politique plutôt qu’industrielle. » Notant dans son compte rendu que la clause concernant le contracting in n’avait pratiquement pas été relevée, Dollan formule le vœu que, malgré cette omission, le STUGC « n’aurait pas peur de faire appel aux services des sections de l’ILP » dans la campagne de résistance prévue contre le Bill.

  • 21 « The workers made a poor response to the appeal to oppose the Act. Why ? Nobody seemed to know. Th (...)

29Il n’en fut rien, et Dollan ne put, dans son compte rendu du congrès suivant, que déplorer l’échec de la campagne21. « Pourquoi le STUC a-t-il ainsi dédaigné les offres de collaboration de l’ILP ? » s’interroge Dollan à la fin de son article, sans apporter de réponse, tant l’évidence est dure à accepter : en cette période de retraite, son parti est perçu par la grande majorité du STUC comme un boulet idéologique et un handicap électoral. Pour les syndicats, l’heure est à la « consolidation » et au « recentrage », y compris géographique : de modèle, la région de la Clyde devient un repoussoir. Ainsi, rappelant que la campagne de syndicalisation lancée par le STUC a obtenu ses meilleurs résultats dans le Centre, le Nord et l’Est du pays, Dollan ironise : « l’Ouest de l’Écosse semble s’être tellement activé en débats théoriques qu’il ne lui est plus resté de temps pour le travail de syndicalisation. »

30Or son propre parti, l’ILP, loin de se tenir à l’écart des débats théoriques, vient au contraire, trois mois plus tôt, de réaffirmer, lors de son congrès écossais, sa vocation à lutter contre toute dérive pragmatiste du travaillisme, à piloter l’ensemble du Labour vers la gauche – risquant ainsi de faire perdre une part de sa crédibilité et de sa respectabilité au parti travailliste, dont une victoire aux urnes semble représenter le seul espoir d’obtenir la révocation de la « loi sur les conflits du travail et les syndicats ».

31La dernière partie du congrès STUC de 1928 voit s’affronter partisans et adversaires de la « fixation des salaires par l’État » – il s’agit en fait du living wage, dont on sait qu’il constitue alors le cheval de bataille de l’ILP. Ses opposants l’emportent haut la main, estimant que « les syndicats et les employeurs peuvent conclure les meilleurs accords. » Dollan déplore que

  • 22 Ibid, Un débat sur cette même question eut de nouveau lieu lors du STUC d’avril 1929. Dans son comp (...)

« Trade Union leaders are not yet thinking in terms of a national wage policy. Their conception of wages is limited by the experience of their own industries, and they have not yet started to think out how they can mobilise the whole power of Trade Unionism in support of a common basic wage policy…. I suggest the establishment of a legal wage as a minimum is in harmony with true Trade Union policy, and Trade Unions must support this if they want to make a gradual escape from Capitalism22. »

32Or, les syndicats veulent-ils vraiment « échapper au capitalisme » – du moins tant qu’il est tempéré par l’intervention d’offices professionnels paritaires ? Deux ans à peine après la grève générale, le congrès du STUC s’achève sur la note optimiste lancée par A. Simpson, de la N.U.D.A.W. : « personne ne peut nier que les salaires ont augmenté dans les industries régies par un trade board. »

La « paix dans l’industrie »

33Selon le Preliminary Report on Methods of Regulating Wages and Working Conditions présenté au STUC de 1928, huit millions de travailleurs britanniques « avaient un salaire régulé par une conférence paritaire, un mécanisme statutaire, ou un arrangement similaire. » Le « mécanisme statutaire » le plus répandu-il régissait le salaire de quelque 2,5 millions de travailleurs – était l’échelle mobile, généralement fondée sur l’indice du coût de la vie, pour quelques rares industries sur le prix de vente des produits : l’Iron and Steel Trades Confederation, par exemple, avait élaboré avec le patronat un barême lié au prix de vente de l’acier. Au TUC de 1928, une motion de la General & Municipal Workers’Union proposant l’abolition de l’échelle mobile fut repoussée à une très forte majorité. Il est vrai qu’une fois passé le choc initial des représailles suivant l’échec de la grève générale, le patronat fit preuve d’une relative modération.

34De fait, les relations du travail furent, en 1927, 1928, et pendant la première moitié de 1929, d’un calme sans précédent : le nombre de journées de travail perdues pour cause de conflit du travail fut, pour ces trois années, le plus faible depuis 1890, première année où elles furent comptabilisées. A l’exception des mineurs, aucun groupe important de travailleurs n’eut à subir une augmentation de son temps de travail ; l’indice des salaires resta stable en 1926 et 1927, tandis que l’indice des prix de détail chutait de 4 % entre janvier 1927 et décembre 1928 et que le chômage connaissait une légère décrue, passant de 12 % en janvier 1927 à 9,8 % en décembre. Le pouvoir d’achat des ouvriers en activité – mis à part, encore, les mineurs – connut donc une légère augmentation.

  • 23 « Both sides put their best into the industry without either side becoming sentimental or suspiciou (...)

35Les accords d’échelle mobile prévoyaient des révisions dont la périodicité – trimestrielle, semestrielle ou annuelle – variait selon les industries. Ils conduisirent en 1926 et 1927 à une baisse des salaires dans le rail et l’acier, à une augmentation dans la construction mécanique. Dans la plupart des industries, les conflits furent évités en modulant les réductions de salaires de façon à épargner les plus faibles : ainsi de la laine en 1927, du coton en 1928, de la sidérurgie en 1929. En revanche les compagnies ferroviaires, soumises à la concurrence de la route, tombèrent, en 1928, d’accord avec la N.U.R. pour imposer une réduction de 2,5 % à tous leurs employés, du membre du conseil d’administration au porteur. Les deux autres syndicats du rail ratifièrent cet accord, à la grande satisfaction de J. H. Thomas23.

Le « rapport Mond-Turner »

36Ce satisfecit reflète l’état d’esprit qui présida aux conversations sur la « paix dans l’industrie ». L’attitude du dirigeant cheminot était en harmonie avec la nouvelle philosophie du TUCGC développée par Citrine dans « the Next Step in Industrial Relations », un article publié dans le Manchester Guardian Supplement du 30/11/1927 :

« The Trade Unions are ready for active participation… in a concerted effort to raise industry to its highest efficiency by developing the most scientific methode of production, eliminating waste and harmful restrictions, removing causes of friction and avoidable conflict, and promoting the largest possible output so as to provide a rising standard of life and continuously improving conditions of employment… Inevitably consideration must be given to the allegation that production is restricted by “ca’canny” methods, demarcation and Trade Union rules and customs… Profit-sharing and co-partnership… may be worthy of exploitation as another field wherein the functions of Trade Unions can be extended. »

  • 24 Sur la composition et l’action du groupe Mond, cf. R. CHARLES, The Development of Industrial Relati (...)

37Cette ouverture fut saisie par un groupe d’employeurs réunis autour de Sir Alfred Mond, magnat de la chimie qui avait récemment adhéré au parti conservateur après la perte de son siège de député libéral. Une première réunion eut lieu entre ce groupe – composé essentiellement de patrons d’entreprises prospères dans les secteurs de la chimie, de l’agro-alimentaire, de l’électro-mécanique, de la distribution, etc24 – et le TUCGC. le 12 janvier 1928. Elu trois mois plus tôt au conseil général, Cook refusa d’y participer ; le 24, le TUCGC décidait par 18 voix contre 6 de poursuivre les discussions.

38Le STUC ne fut pas convié à y prendre part. Il est vrai que son congrès d’avril 1927 avait approuvé à la quasi-unanimité une motion des Woodworkers – représentés à Galashiels par un délégué membre du NMM – condamnant « la propagande en faveur de la paix dans l’industrie que mènent certains dirigeants syndicaux, individuellement ou en collaboration avec certains employeurs de premier plan. » Un an plus tard, la situation a profondément changé. A la révolte née de l’échec de la grève générale a succédé une évidente volonté d’apaisement liée, nous l’avons vu, à la progression, aussi minime fût-elle, du pouvoir d’achat des travailleurs en activité, mineurs exceptés. De nouveau, une bonne partie de son congrès d’avril 1928 est consacrée par le STUC à un débat sur les « dirigeants syndicaux et la paix dans l’industrie », mais cette fois-ci une motion du T.L.C. de Dundee « reprochant aux leaders du TUC leur participation aux conversations lancées par Mond » est massivement repoussée.

39En juillet 1928, le groupe Mond-Turner (Ben Turner, président de la General Union of Textile Workers, venait d’être élu à la tête du TUCGC) adopta son rapport. Il condamnait toute forme de « victimisation » ; déplorait les conséquences déflationnistes du retour à l’étalon-or ; prônait la négociation collective « fondée sur des organisations puissantes et représentatives des deux côtés » et la rationalisation, assortie de garde-fous « pour assurer que les intérêts des travailleurs n’en souffrent pas » ; suggérait quelques modifications expérimentales dans les règlements et pratiques syndicales, notamment dans le domaine des « pratiques restrictives » ; proposait « une enquête complète sur les formes de politique du crédit les mieux appropriées » au pays, et la création d’un « conseil industriel national paritaire » (représentants des syndicats et des deux associations patronales) chargé « d’examiner les problèmes industriels et de mettre en place des commissions de conciliation ayant pour fonction la prise en charge des conflits non réglés au sein de l’industrie affectée. »

  • 25 Cité dans CLEGG, op. cit., p. 468.

40Soumise au vote du TUC de septembre 1928, cette tentative d’instaurer un système de partenariat dans la gestion du capitalisme reçoit, nous l’avons vu, l’aval de quatre délégués sur cinq, l’AEU, les Building Trades Operatives et la MFGB étant les seuls grands syndicats à s’y opposer. Elle est en revanche loin de faire l’unanimité dans les rangs patronaux : en janvier 1929, une forte majorité d’employeurs se prononce tant contre la lettre que contre l’esprit des propositions Mond-Turner, et en février un communiqué commun des deux grandes organisations patronales, Federation of British Industries et Confederation of Employers’Organisations, confirme laconiquement quelles « ne peuvent accepter ce rapport ». Leur objection fondamentale avait été formulée par la Engineering Employers Federation le 30 novembre 1928 : le TUGC « adhère encore à la politique du parti travailliste, [à savoir] la modification de l’actuel ordre social et l’abolition du capital25. »

  • 26 Des personnalités connues de l’ILP écossais, seul le marginal Walton Newbold, ex-député communiste, (...)

41C’est pourtant la volonté explicite manifestée par le rapport Mond-Turner d’intégrer les syndicats à la gestion de « l’ordre social » en vigueur qui allait provoquer une ligne de fracture durable au sein du mouvement ouvrier écossais – alors même que, désavoué par le patronat, le rapport tombait dans l’oubli : pas une seule phrase ne lui fut consacrée au STUC de Pâques 1929. Trois mois plus tôt par contre, le rapport avait indirectement tenu le devant de la scène au congrès de l’ILP écossais, à l’occasion du débat sur le « manifeste Cook-Maxton » : on se souvient que, président de l’ILP, le député de Bridgeton avait rédigé son rappel de l’incompatibilité fondamentale entre socialisme et capitalisme sans en avertir les instances du parti. Cet acte d’indiscipline fournit l’occasion à ses adversaires « réalistes », en particulier Shinwell et Dollan – qui se gardèrent bien, toutefois, de se prononcer ouvertement en faveur du « Mondism »26 – de réaliser au sein de l’ILP l’union des opposants à la politique de Maxton et Wheatley. L’éclatement du parti et sa rupture avec le L.P. en furent les conséquences directes.

  • 27 E. RENNIE, « The Swansea Betrayal », The Scottish Workers’Republic, no 13, octobre 1928.

«The avowed policy of the TUC now becomes Peace in Industry… We can no longer claim that it is a case of the leaders trying to lead the workers on the wrong track. The delegates at the conference have given the TUC the power to carry on the negotiations with Mond and his crew of parasites. We wish to make it clear to our comrades that the official policy of the unions of this country now makes them the allies of the Boss Class. The delegates at Swansea had two questions confronting them. First, were they to become the agents of Capitalist Rationalisation? Or were they going to spurn the reactionary leaders of the TUC and declare for a fighting policy? By a great majority the conference decided to back up the betrayers of the General Strike by giving them power to carry on the negociations with Mond and his click of employers.»27

  • 28 Un discours à Glasgow de Cook dans lequel il déclarait considérer le rapport Mond-Turner comme « la (...)

42Cette analyse du Scottish Workers Republican Party – l’une des seules organisations ouvrières, avec le CPGB/NMM28. et une frange de l’ILP, à s’opposer ouvertement au rapport Mond-Turner – au lendemain de l’adhésion massive du TUC de septembre 1928 au discours consensuel de « paix dans l’industrie » se démarque sur un point fondamental du discours traditionnel de l’extrême-gauche : au congrès de Swansea, les leaders n’ont pas « trahi » la base ; par l’entremise de ses délégués, celle-ci s’est, en toute connaissance de cause, quasi unanimement ralliée aux propositions du TUCGC. Outre le découragement faisant suite à l’échec de la grève générale et la crainte de bouleverser le fragile équilibre d’une période de relative prospérité, l’adhésion massive du mouvement syndical au discours consensuel du rapport s’explique par la philosophie élitiste qui sous-tend les propositions de la commission Mond-Turner : la conception des relations du travail développée dans son rapport fait la part belle aux négociateurs professionnels.

  • 29 Forward, 24/4/1928.

43Dix ans plus tôt, la base syndicale reprochait volontiers à ses dirigeants nationaux leur timidité, persuadée qu’elle était de pouvoir obtenir des accords plus avantageux au plan local. En période de récession, au contraire, les accords nationaux apparaissent comme un ultime rempart. Aussi ceux qui s’opposent à leur généralisation sont-ils taxés d’aventurisme. Ainsi William Allan, délégué de la Lanarkshire Miners’ Union au STUC de 1928, s’exprime à contre-courant lorsqu’il explique que « la décision finale dans toute négociation salariale doit être la prérogative de la base. Elle est… aussi compétente que les “experts” pour arriver à de bons accords29. » L’expérience de son propre syndicat semble d’ailleurs aller à l’encontre de cette affirmation : contraints par les accords signés au lendemain du lock-out à des négociations par bassin, les mineurs furent, nous l’avons vu, l’un des rares groupes de travailleurs à subir une diminution de leur pouvoir d’achat.

Le renforcement du processus d’intégration des syndicats

44Le dernier tiers de la décennie vit une nette augmentation des négociations nationales. L’échec que connurent les modeleurs glaswégiens en octobre 1929 est révélateur de la marge de manœuvre de plus en plus réduite des sections syndicales locales ou régionales : le patronat ayant opposé une fin de non-recevoir à une revendication salariale limitée au district de Glasgow, l’exécutif régional décréta le boycott des heures supplémentaires. L’Engineering Employers’ Federation eut beau jeu de rappeler aux modeleurs que leur adhésion en 1927 au Shipbuilding Trades Committee les avait rendus partie prenante de « l’engagement entre la fédération et les divers syndicats selon lequel les questions salariales devaient être examinées sur un plan national. » Face à l’opposition manifeste des autres craft unions de la construction navale, les patternmakers durent rapidement mettre un terme à leur action.

45Encore plus humiliant, et révélateur de l’impuissance d’un petit syndicat à faire aboutir une revendication isolée, est l’échec que subit en 1929 une autre craft union de la construction navale, la Boilermakers’ Society. On se rappelle que cinq ans plus tôt, opposée aux accords nationaux sur les heures supplémentaires, elle avait claqué la porte de l’Engineering and Shipbuilding Trades Federation, imitée l’année suivante par la plupart des autres syndicats de métiers des chantiers navals (électriciens, peintres, modeleurs, charpentiers, shipwrights), laissant l’ESTF sous la coupe d’un syndicat général, la GMWU. Acculés à la défensive après l’échec de la grève générale, les syndicats qui avaient quitté l’ESTF décidèrent en 1927 de collaborer au sein d’un Shipbuilding Trades Committee auquel les seuls boilermakers, déterminés à pouvoir négocier librement le volume et la rémunération des heures supplémentaires, refusèrent d’adhérer – en pure perte : une très forte majorité des adhérents de la BS eut beau repousser par deux fois un accord salarial conclu en août 1929 entre Shipbuilding Employers’Federation et Shipbuilding Trades Committee, le patronat de la construction navale, fort de cette convention collective, eut toute latitude pour imposer la nouvelle grille des salaires aux chaudronniers navals, sans qu’ils fussent en mesure de s’y opposer.

46Cette généralisation des négociations nationales s’accompagne d’une institutionnalisation – synonyme, en fait, de « récupération » – de la fonction de délégué d’atelier. Du porte-parole de la base qu’il était à la fin de la décennie précédente, le shop steward devient un simple rouage de la machine syndicale. « Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que nos adhérents acceptent les postes de délégués d’atelier si nous ne pouvons leur garantir au moins le même degré de sécurité économique qu’à l’adhérent ordinaire » se plaignait un dirigeant de l’AEU dans l’Engineers’Journal de septembre 1921. Sept ans plus tard, l’organisateur glaswégien du même syndicat confiait au même mensuel : « After the experience I have had in trying to coax reluctant members to take up the duties of shop stewards, it was more than invigorating to find members willing to function. »

47Outre leurs fonctions de recrutement et de comptabilité, les shop stewards sont également chargés de négocier la rémunération du travail aux pièces et des heures supplémentaires dans leur atelier – étant bien entendu que le résultat de leurs négociations doit ensuite faire l’objet d’une ratification au niveau national. Outre les industries mécaniques et navale, ils sont également, depuis longtemps, répandus dans le bâtiment (card stewards) et le livre (chapel fathers).

La reprise de l’offensive patronale

  • 30 CLEGG, op. cit., p. 497.

48L’aggravation brutale de la crise économique et, partant, du chômage consécutive au krach de Wall Street d’octobre 1929, six mois à peine après l’arrivée au pouvoir du second gouvernement travailliste, donna le signal d’une nouvelle offensive patronale. La pression du chômage était telle que, dans la plupart des cas, la simple menace d’un lock-out suffit à imposer une réduction des salaires ; elle fut de 2 % en moyenne entre juin 1929 et juin 1931, alors que l’indice du coût de la vie connut, pendant la même période, une chute de 9 %30. On le voit, le fossé ne cessa de s’élargir entre les travailleurs pourvus d’un emploi, dont les revenus réels progressèrent pendant ces deux années, et les chômeurs, dont nous avons noté plus haut la sensible diminution du pouvoir d’achat.

49Les réductions de salaires imposées sans conflit du travail touchèrent en particulier les cheminots, qui acceptèrent en janvier 1931 le verdict du National Wages Board (réduction de 4 % en moyenne, plus forte pour les hauts salaires), et les ouvriers du bâtiment (en fonction de l’échelle mobile, réductions successives de 2,5 % en février 1930 et 1931). Dans la mécanique et la construction navale, la menace d’un lock-out fut brandie en janvier 1930 et août 1931. Dans les deux cas, le conflit fut désamorcé par un accord sur une réduction des bonifications pour les heures supplémentaires et le travail aux pièces, les syndicats de la construction navale conseillant à leurs adhérents d’accepter ces conditions et de rester au travail « under protest. »

50Dans certaines industries, la « protestation » prit une forme plus active : 19,7 millions de journées de travail furent perdues en 1929, 1930 et 1931 à cause de conflits du travail la plupart extérieurs à l’Écosse, les plus graves touchant le coton et la laine (13 millions de journées, essentiellement dans le Yorkshire et le Lancashire). Dans les charbonnages en revanche les mineurs écossais furent de nouveau plus durement touchés que leurs camarades anglais et gallois. Alors que l’ensemble des mineurs britanniques avait manifesté la déception que lui causait le Coal Mines Act travailliste (qui renonçait à toute forme de nationalisation, y compris celle des royalties, et réduisait la journée de travail d’une demi-heure au lieu de l’heure promise par le L.P. au cours de la campagne électorale) en observant une semaine de grève en janvier 1931, seuls les Ecossais furent contraints de mener, en juillet, une grève de trois semaines, tant les réductions de salaire les touchant étaient plus graves qu’au Sud. Contrairement, là encore, aux promesses travaillistes, la loi s’était, sous la pression des patrons des districts exportateurs (notamment l’Ecossais Sir Adam Nimmo) et des députés libéraux (en particulier Sir Herbert Samuel) gardée d’imposer le principe de négociations nationales.

  • 31 Cf. COLE & COLE, op. cit, (Condition), pp. 244-47.

51En 1931, les mineurs britanniques partageaient avec les ouvriers de la sidérurgie l’infortune d’avoir subi la plus forte chute de leurs revenus au cours de la décennie écoulée : de l’indice 100 en 1920, ils étaient respectivement tombés à 42,5 et 42 – pire encore que deux secteurs à la main-d’œuvre majoritairement féminine, le coton (53) et la laine (51). A titre de comparaison, l’indice moyen compensé de l’ensemble des revenus salariaux était en 1931 (toujours en partant de 100 en 1920) de 61, les chutes les moins graves ayant touché les travailleurs du livre (84), du rail (73), des docks (72), de la construction mécanique (66) et navale (62). Avec un salaire moyen de £1 16/9 pour 4 postes, pratique courante dans les bassins exportateurs (les mineurs de certains districts anglais et gallois, moins touchés par la chute de la production, effectuaient en général 5 postes pour un salaire moyen de £2 5/11), le mineur écossais gagnait en moyenne, en 1931, 26s de moins que le cheminot ou le traminot britannique, 21s de moins que le travailleur du livre ou du bâtiment, 15s de moins que celui de la construction navale, 13s de moins que celui de la construction mécanique31.

La démission du gouvernement

52La déception que causa cette nette reculée des salaires est à la mesure des espoirs qui avaient été mis, après mai 1926, dans une victoire travailliste pour contenir l’offensive patronale sur le front des salaires. Au même titre que la « not genuinely seeking work clause » et la réduction envisagée des allocations de chômage et des salaires de la fonction publique, elle compte au nombre des controverses inter-travaillistes qui firent imploser le gouvernement MacDonald. Ce fut, nous l’avons vu, la question des allocations de chômage qui fit entrer en rébellion ouverte le TUCGC, dont la prise de position contre une telle mesure fut décisive pour convaincre une forte minorité du Cabinet (9 ministres, dont Henderson, Graham, Johnston et Lansbury) d’y opposer leur veto, contre l’avis de leurs douze autres collègues (dont les syndicaliste Bondfield, Thomas et Shaw). Le 24 août, MacDonald présentait au roi la démission de son gouvernement. Le surlendemain, une réunion commune du TUCGC, du comité exécutif et du comité consultatif du groupe parlementaire travaillistes répudiait toute responsabilité pour le gouvernement national que venait de former leur ancien leader. L’ILP ne fut pas associé à cette réunion : il avait le tort d’avoir eu raison trop tôt.

53Nous touchons là la spécificité fondamentale du mouvement écossais pendant la décennie d’après-guerre : il fut le seul, grâce à sa composante la plus représentative et la plus créatrice, l’ILP, à proposer une analyse lucide de la crise économique, et à tenter d’y apporter des solutions tout aussi cohérentes qu’originales.

Notes

1 P. & C. CARTER, The Miners of Kilsyth in the 1926 General Strike and Lockout, Londres, History Group of the CPGB, 1976, p. 11.

2 CLEGG, op. cit., p. 414.

3 « The miners’struggle is now in its 16th week, and the need for financial support is greater than ever. The Glasgow ILP are feeding in their communal kitchens in various parts ofthe city 1 800 men daily, the women and children being meagerly catered for by the parish council allowances. To date there has been collected and spent £1 450 and the need is still urgent. One £ supplies dinners to 60 miners ».

4 Par ordre décroissant : duc d’Hamilton (£113 000 par an de royalties) ; duc de Buccleuch, comtes de Home et Dalhousie, Lord Belhaven, comtes de Wemyss, Eglinton, Glasgow, Rosslyn, Kelbe, Minto, duc de Portland, comtes de Hopetoun, Rosebery, Stair, Leven and Melville, duc d’Argyll, comtesse de Loudon, comte d’Elgin, Lord Balfour of Burleigh, marquis de Lothian, Ailsa, Bute.

5 Cf. CARTER, op. cit. (Kilsyth), p. 8 : « As a whole the Protestant/Catholic division, which had been the cause of a major riot in the town twenty years before, had little effect on the strike. Many local leaders such as James Doherty, Charles Docherty, Bob Callaghan and Dan Taggert were Catholics but were elected by the Protestant majority as union leaders and checkweighmen. »

6 « There was men I have known personally who never got a job from 26 until the mines were nationalised in 47. 21 years they had the doggedness, the determination, “this is where I was born, this is where I used to work", and to the credit of the National Coal Board they got these men back. » Interview de Sir William Lawther dans le B.S.S.L.H. no 19, p. 14. Sur les « listes noires », voir aussi MOFFAT, op. cit., (S.L.H.S.J.), et LEE, op. cit. (Journey), p. 79 et (Nye), p. 58. Un certain nombre de ces licenciés politiques se recasa dans le courtage d’assurances : cf. CARTER, op. cit., p. 20, et L. KIBBLEWHITE & A. RIGBY, Aberdeen in the General Strike, Aberdeen’s People Press, 1977, p. 22.

7 Baldwin aux Communes, 13/5/1926.

8 « His Majesty’s Appeal to the People », 13/5/1926.

9 CLEGG, op. cit., p. 421.

10 Pour d’autres exemples de « victimisation » en Ecosse, voir MacDOUGALL in MacDOUGALL, op. cit., pp. 194-197.

11 Cf. E. Hughes, « Miners Working 7 Days a Week ; Will the Churches Protest ? », Forward 5/2/1927.

12 LAWTHER, op. cit., p. 14.

13 MacDOUGALL, op. cit., (Miners), p. 97.

14 « Forced by the workers against their will, the reformist leaders were pushed into the General Strike… The working class refused to obey the Government, and took their orders form the Strike Committees and the Councils of Action.. Despite all pressure, violence, arrests and intimidation, the workers defied the Government and stood firm. They would have defeated the Government, but the General Council surrendered and betrayed the struggle. » (J. GOLLAN, 30 Years of Struggle ; The Record of the British Communist Party, Londres, CPGB, 1950, p. 9). Si elles affirment que la grève fut stoppée en pleine phase ascendante, les analyses officielles communistes de l’époque (« CPGB statement adopted by the Executive Committee at its extended meeting on May 29-31, 1926 » et « Thesis on the General Strike, Adopted at the 8th Congress of the CPGB, October 16-17, 1926 », citées dans KLUGMANN, op. cit., II, pp. 212-229) ne laissent nulle part entendre que les grévistes étaient sur le point de « triompher du gouvernement ».

15 Dans le même numéro, ce sarcasme de Torn Johnston : « I never had sixpence worth of faith in the general strike as a method of securing anything very permanent or very material to the working class, but once in a general strike we ought to have gone on courageously and not, with many apologies and signals of distress, simply wade in up to the ankles, and then having contracted coldfeet, make a sudden and inexplicable scatter back for our clothes. »

16 Forward, 15/1/1927.

17 LAWTHER, op. cit., p. 14.

18 CLEGG, op, cit., p. 421.

19 Cité dans KIBBLEWHITE & RIGBY, op. cit., p. 23.

20 Forward, 30/4/1929. Notons que parmi les 265 461 syndiqués affiliés au STUC en 1929 ne figuraient que 46 603 femmes (sur un total de 417 425 salariées en Ecosse). Si l’on tient compte des quelque 20 000 adhérentes de syndicats non affiliés au STUC, on peut constater qu’une travailleuse sur six appartenait à une organisation syndicale.

21 « The workers made a poor response to the appeal to oppose the Act. Why ? Nobody seemed to know. The ILP offered to help in this campaign, but the offer was not accepted for “constitutional reasons. ”A propaganda venture such as this would have been strengthened by the service of the ILP. There is no use pretending the ILP does not matter in Scotland, because it does, and no popular appeal to the working classes can wholly succeed without its backing and cooperation. » Ibid, 24/4/1928.

22 Ibid, Un débat sur cette même question eut de nouveau lieu lors du STUC d’avril 1929. Dans son compte rendu pour Forward (30/4/1929), Dollan note entre autres : « Most of the T.U. Officials who spoke declared themselves against the State fixation of wages. One gathered the impression that few T.U. officials are enthusiastic about the legal minimum wage policy, “because of its tendency to weaken the militancy of the workers coming within its scope” (dixit Duncan) »

23 « Both sides put their best into the industry without either side becoming sentimental or suspicious of the interests of the other, in order to improve and obtain the maximum results from the industry. » Cité dans CLEGG, op. cit., p. 429.

24 Sur la composition et l’action du groupe Mond, cf. R. CHARLES, The Development of Industrial Relations in Britain, 1911-1939, Londres, Hutchinson, 1973, pp. 261-298.

25 Cité dans CLEGG, op. cit., p. 468.

26 Des personnalités connues de l’ILP écossais, seul le marginal Walton Newbold, ex-député communiste, fit montre d’enthousiasme pour le rapport Mond-Turner. En toute logique : n’avait-il pas consacré une série d’articles dithyrambiques à Henry Ford (Forward déc. 1926-janvier 1927) ? Cette prise de position isolée ne saurait en rien justifier le sarcasme de John Gollan, un quart de siècle plus tard : « In 1929… The ILP was shouting that “Ford had outdated Marx”. » (GOLLAN, op. cit., p. 10).

27 E. RENNIE, « The Swansea Betrayal », The Scottish Workers’Republic, no 13, octobre 1928.

28 Un discours à Glasgow de Cook dans lequel il déclarait considérer le rapport Mond-Turner comme « largely the foundation for fascist trade unionism in this country » fut publié par le NMM. sous la forme d’un pamphlet intitulé Mond Moonshine.

29 Forward, 24/4/1928.

30 CLEGG, op. cit., p. 497.

31 Cf. COLE & COLE, op. cit, (Condition), pp. 244-47.

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search