Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Quatrième partie. Les luttes ouvrières

Chapitre XXIV. La grève générale de mai 1926

Texte intégral

Un déclenchement improvisé

  • 1 Cf. le rapport de P. Webster dans le 30th Annual Report of the STUC, 1927.

1Le pouvoir de déclencher une grève appartenant à l’exécutif de chaque syndicat, un millier de délégués représentant les comités exécutifs de 141 syndicats affiliés au TUC se réunirent à Londres le 29 avril 1926. Les syndicats écossais autonomes n’y étaient pas directement représentés, mais William Elger et Peter Webster, respectivement secrétaire et président du STUC, étaient présents en tant qu’observateurs. Bevin fit l’unanimité de l’assistance en mettant aux voix ce qui avait été refusé six mois plus tôt parce qu’émanant des communistes : l’attribution des pleins pouvoirs au TUCGC pour la conduite de la grève. Le conseil général du STUC devait servir de quartier général au mouvement en Ecosse, mais il était bien entendu que le TUCGC en était le responsable suprême1.

  • 2 Les citations extraites des procès-verbaux des séances du STUCGC, ainsi que de ses circulaires, ne (...)

2Le lendemain, ce dernier fit parvenir aux responsables de chaque syndicat affilié une circulaire à l’intitulé euphémique (« Propositions pour une action coordonnée des syndicats ») exposant son plan d’action et sollicitant leur accord. Mandaté par les syndicats écossais pour répondre en leur nom, le STUCGC réunit ses douze membres à Glasgow le 3 mai, et, après avoir écouté le rapport de Webster et Elger, décida « d’appliquer sans réserve en Ecosse le plan d’action communiqué par le TUC britannique2. »

3Or, ce plan ne tenait aucun compte de la structure de l’emploi en Ecosse. Le 29 avril, le TUGC avait longuement hésité entre deux stratégies : le Blitzstreik prôné par Thomas et ceux qui, craignant d’être débordés sur leur gauche, voulaient frapper un grand coup d’entrée afin de limiter autant que possible la durée du conflit ; et la grève progressive, à double démarrage, prônée par Bevin et ceux qui, voulant éviter un déclin rapide du mouvement, estimaient préférable de garder en réserve une deuxième ligne de travailleurs qui n’entrerait en grève qu’au bout d’une semaine, relançant ainsi une lutte dont on craignait l’essoufflement. Ce fut encore une fois, ainsi que pouvait le laisser prévoir la faible popularité de Thomas et, plus généralement, du groupe parlementaire travailliste au sein du conseil général, la position de Bevin qui l’emporta.

4Ces bataillons de réserve étaient constitués par les ouvriers des industries de construction mécanique et navale : près de 200 000 travailleurs écossais, les mieux organisés et parmi les plus militants du pays, se trouvaient réduits au rôle de spectateurs. Alors que la structure industrielle spécifique de l’Ecosse exigeait une adaptation du plan général de la grève, le TUCGC, avec l’accord explicite de son pendant écossais, n’entendait faire aucune exception : il devenait dès lors évident que ce qui était qualifié de grève « générale » dans les Midlands et le Sud-Est anglais ne pourrait, du moins initialement, l’être au Nord de la Tweed, où le contingent le plus important de la classe ouvrière se voyait tenu à l’écart de la première semaine d’action du mouvement.

Ordres et contrordres

5La clause des « Propositions pour une action coordonnée des syndicats » prévoyant le maintien au travail des travailleurs précités avait du moins le mérite d’être claire. Il n’en allait pas de même dans un certain nombre d’autres industries, pour lesquelles la circulaire prévoyait des exceptions au mot d’ordre de grève. Si tous les travailleurs des transports, de l’imprimerie, de la métallurgie et de la chimie lourde étaient appelés à cesser le travail, et tous ceux de l’alimentation et des services de santé à rester à leur poste, la situation était moins claire dans l’électricité – faute d’instructions détaillées – et dans le bâtiment – à cause d’une pléthore d’instructions parfois contradictoires.

6En effet, ne voulant pas donner l’impression de suivre à la lettre les propositions communistes de Scarborough, Bevin et ses collègues atténuèrent quelque peu le caractère absolu des pouvoirs qui leur avaient été confiés le 29 avril en « recommandant » dans leur circulaire du 30 que la responsabilité de donner l’ordre de grève proprement dit soit confiée aux syndicats et que « seuls les représentants accrédités des syndicats participant au conflit soient habilités à émettre des instructions. » Cela revenait à laisser à chacun des 82 syndicats concernés par l’ordre de grève le soin de décider s’il était ou non censé appeler ses adhérents à cesser le travail – en espérant que ni les préjugés de caste ni les rivalités de corporations n’influeraient sur son jugement.

  • 3 National Federation of Building Trades Operatives, « To Affiliated Societies and their Organisers, (...)

7Aux électriciens et aux gaziers, la circulaire du 30 « recommandait de cesser de fournir de l’énergie », tout en veillant – précisait une circulaire du lendemain – à ne pas couper la lumière. Jugeant cette consigne difficilement applicable, sinon purement fantaisiste, le comité exécutif de l’Electrical Trades Union, principal syndicat de l’électricité, informa le TUCGC dans la soirée du 3 mai que ses adhérents avaient reçu l’ordre de ne faire aucune exception au mot d’ordre de grève, même si cela devait entraîner des coupures de courant chez les particuliers. Cinq jours après le déclenchement de la grève, le STUCGC et le Building Group de Glasgow, réunissant les représentants locaux de tous les syndicats du bâtiment, en était encore à ergoter sur la définition de travaux « licites » (« liés au logement ou aux hôpitaux ») et « illicites » (« constructions à caractère commercial ou luxueux ») 3.

  • 4 Les procès-verbaux des séances du CSCC, ainsi que sa correspondance, sont disponibles à la M.L.S. L (...)

8Quoique ne prêtant apparemment pas à équivoque, les instructions du TUGC relatives à la mécanique et à la construction navale furent elles aussi à l’origine de nombreuses interrogations, tant l’ordre de non-grève était inattendu. Typique de nombreuses réactions est cette lettre du comité de grève du quartier de Partick adressée au « comité central de coordination de la grève de Glasgow » (CSCC) dès le second jour du conflit : « Pouvez-vous nous renseigner définitivement sur la position des boilermakers et des autres syndicats employés sur les chantiers navals ? Nous sommes bombardés de déclarations contradictoires4. » De son côté, la section glaswégienne de l’A.E.U. faisait parvenir, le même jour, une lettre au CSCC lui faisant part de son « mécontentement dû au manque d’instructions précises de la part de notre comité exécutif » et de son action pour y remédier : « Avons envoyé câble au comité exécutif et au TUCGC : Etendez grève à toutes industries mécaniques et navales. »

9En fait, le même souhait avait déjà été émis quelques heures plus tôt par le STUCGC, passablement excédé dans la matinée par les récriminations de deux députations : celle du CSCC, se plaignant du manque de moyens de transport pour acheminer les ouvriers des chantiers navals sur leur lieu de travail, et celle du comité de grève de Bridgeton, déplorant le cas des fondeurs de l’usine John Law, auxquels leur comité exécutif londonien avait, en vingt-quatre heures, câblé de cesser le travail, puis de le reprendre. Le STUCGC fit donc expédier à Purcell le câble suivant : « Des circonstances particulières à l’Ecosse font qu’il est excessivement difficile de maintenir les mouleurs, les mécaniciens et les ouvriers des chantiers navals au travail. Les esprits sont si montés à ce sujet que nous vous conseillons de mettre officiellement ces catégories en grève. »

10Il ne fut, en haut lieu, tenu aucun compte de ce « conseil », et devant la vague croissante de protestations que lui valait la poursuite de cette situation conflictuelle, il ne resta plus au STUCGC qu’à ouvrir, le 10 mai, la première édition du Scottish Worker, « organe officiel du STUC. », sur cette note défensive : « Notre fonction n’est ni de formuler une tactique, ni de discuter la situation générale. La grève est placée sous le contrôle du TUGC britannique, seul responsable de sa direction et de sa conduite. »

La base s’organise

Les comités de grève

  • 5 Quatre furent chargés des affaires courantes (routine business, sic !), trois du téléphone, trois d (...)

11La réunion du 29 avril à peine achevée, Bevin se mettait en devoir de coordonner les efforts des trente membres du conseil général. Son premier essai se solda par un échec, les « sous-comités » mis sur pied pour s’occuper des divers aspects de la grève s’étant écroulés dès le 4 mai sous une avalanche d’ordres contradictoires, de circulaires à rédiger et de demandes de renseignements et d’instructions provenant des comités locaux. Aussi Bevin réussit-il à persuader ses collègues du TUGC de confier la conduite de la grève à un comité d’organisation restreint de six d’entre eux, dont Purcell fut élu président. Il fallut attendre le 7 mai pour voir le STUCGC suivre l’exemple de son homologue britannique et assigner une tâche précise à chacun de ses douze membres5. Face à cette improvisation frisant la carence des deux conseils généraux, la base se dota rapidement de structures d’organisation de la grève au niveau des communes et des quartiers.

  • 6 Aberdeen, Bo’ness, Dunfermline, Johnstone & District, Kilmarnock, Methil, Paisley, Perth, Ruthergle (...)
  • 7 Airdrie & Coatbridge, Ayr, Blantyre, Dumbarton, Dundee, Edinburgh, Falkirk, Glasgow, Greenock, Hami (...)

12Très diverses dans leur appellation (généralement « comité de grève » ou « de coordination », mais aussi, notamment en terre communiste, « conseil d’action » ou « de défense »), leur composition (« ouverte » ou « fermée »), leurs objectifs (uniquement industriels ou également politiques) et leur origine (organisme préexistant, structuré ou embryonnaire, ou génération spontanée), ces cellules locales firent l’objet d’une enquête que mena juste après la grève le Labour Research Department. Malheureusement, seuls 140 comités, dont 10 en Ecosse6, trouvèrent le temps et l’énergie de s’abstraire un instant des problèmes de l’après-grève pour répondre au questionnaire, parfois de façon fort sommaire. Pour compléter ce tableau instructif mais fragmentaire, il m’a été possible de consulter les procès-verbaux de quinze comités de grève de la ceinture industrielle des Lowlands7.

13Dans sa circulaire d’instructions du 2 mai, complétant celle du 30 avril, le TUGC appelait les sections locales des syndicats concernés par le mot d’ordre de grève à collaborer avec les bourses du travail afin de mettre en place un comité central de grève dans chaque localité. Sur les soixante-quatre Trades and Labour Councils que comptait l’Ecosse, une bonne cinquantaine s’improvisèrent en strike committee, co-ordinating committee, council of action ou defence council. Les démarrages les plus rapides doivent sans conteste être mis à l’actif de Methil et de Dunfermline, deux bastions communistes dans le bassin houiller du Fife : devançant l’appel du STUCGC, leurs bourses du travail respectives s’étaient rebaptisées « conseils d’action » dès le 1er mai. D’autres comités virent le jour le lendemain et le surlendemain, essentiellement dans les Lowlands métallurgiques, textiles et minières : Glasgow, Dumbarton, Greenock, Rutherglen, Johnstone, Vale of Leven, Airdrie et Coatbridge, Motherwell et Hamilton dans la vallée de la Clyde ; Stirling, Falkirk, Kilsyth, Alloa et Kirkintilloch dans le Centre ; Edimbourg, Dundee, Perth et Kirkcaldy à l’Est de la région, Kilmarnock, Irvine et Ayr au Sud-Ouest. Une dizaine d’autres comités furent constitués le troisième jour de la grève, notamment à Aberdeen et Inverness. Seules les bourses du travail des Highlands et des Borders – à l’exception des centres textiles de Hawick et Galashiels – ne répondirent pas à l’appel du STUCGC.

  • 8 Purcell, J. Hamilton et J.P.M. Millar (respectivement président honoraire, président et secrétaire (...)

14L’aile modérée du mouvement voyait d’un mauvais œil cette prolifération de centres de décision. Ainsi, le 4 mai, le CSCC de Glasgow adoptait de justesse la proposition des communistes Kerrigan et Macmillan de former plusieurs area strike committees. D’abord réticent, le STUGC finit par s’incliner : 17 comités furent créés dans les quartiers glaswégiens. Faisant preuve en cette circonstance de plus d’initiative que son homologue britannique, qui se contenta de prodiguer de vagues conseils, le STUGC fournit dans sa circulaire du 5 mai des indications précises sur la composition et la structure idéales des comités de grève : un représentant de chaque syndicat touché par l’ordre de grève ; un représentant de la bourse du travail ; un sous-comité par groupe d’industries. S’y ajoutèrent à l’occasion les représentants locaux des partis politiques ouvriers et, plus rarement, des sociétés coopératives et de diverses organisations para-politiques, telles la Guild of Youth, les Women’s sections of the I.L.P. et le National Council of Labour Colleges8.

  • 9 Quoique des règles tout aussi draconiennes y aient été appliquées, le « comité central de grève d’E (...)

15On peut distinguer deux grands types de comités en Ecosse : « fermés » et « ouverts ». Les premiers comprenaient uniquement des représentants du T.L.C. et des syndicats en grève. Ils prédominent dans les villes, grandes et moyennes, où le T.L.C. était généralement bien structuré avant la grève : Glasgow, Edimbourg, Perth, Stirling, Dumbarton, Aberdeen, Johnstone. Les règles régissant la composition du comité étaient très strictes : à une lettre du comité de quartier de Bridgeton demandant à William Shaw, secrétaire du GCSCC, si le délégué des coopératives à la section locale du parti travailliste, ainsi que le secrétaire du comité des chômeurs de Bridgeton étaient éligibles au CSCC, la réponse – en date du 6 mai – fut qu’ils ne pourraient assister aux séances qu’en tant qu’observateurs9.

  • 10 Cf. McLEAN, op. cit., (Lanarkshire).
  • 11 Cf., dans la même série, la petite monographie de P. & C. CARTER, The Miners of Kilsyth in the 1926 (...)

16Les comités « ouverts » sont caractéristiques des localités moins importantes, soit qu’aucune structure d’accueil n’y existât et que toutes les bonnes volontés fussent donc requises, soit qu’une bourse du travail particulièrement militante, en général à majorité communiste, y ait, bien avant la grève, rassemblé toutes les organisations ouvrières locales, y compris celles des femmes, des enfants et des chômeurs. Dans le premier cas se trouvaient plusieurs petites villes du Nord-Est – Elgin, Fraserburgh, McDuff – et des Marches – Hawick, Galashiels. Dans le second, nombre de villages miniers du Lanarkshire – Bothwell, Larkhall, Cambuslang, Blantyre10, du Stirlingshire – Kilsyth11, Kirkintilloch, Bonnybridge – et du Fife – Methil, Cowdenbeath, Lochgelly -, ainsi que deux grands centres textiles, Dunfermline – où le conseil d’action formé le 1er mai fut, en dépit de « nombreuses objections », rebaptisé comité d’action le 3, et Paisley, le fief de William Gallacher momentanément retenu à la prison de Wandsworth. Outre leur composition beaucoup moins restrictive, ces organismes de coordination locaux différaient des comités « fermés » par leur structure.

17Ces derniers se dotèrent généralement d’une structure de type « professionnel » : suivant à la lettre les recommandations du STUC, ils se répartirent le travail en fonction du métier de chacun : sous-comité des transports, du bâtiment, du livre, de l’énergie, etc. Il devint rapidement clair qu’un tel découpage était artificiel et restrictif, et même les comités les plus respectueux des consignes, tel celui d’Edimbourg, se pourvurent dès le 7 ou le 8 mai de sous-comités beaucoup mieux adaptés à la conjoncture : on en créa dans la capitale pour les piquets de grève, les permis de transport, le ravitaillement, les finances, l’information, et même pour le sport et les spectacles.

18Les comités « ouverts » se répartirent par contre dès le début de la grève les tâches selon des critères purement conjoncturels d’efficacité, et non selon des lignes sectorielles ou corporatives. Au lieu d’établir un cloisonnement presque étanche entre chaque groupe d’industries, ils cherchèrent à regrouper tous les métiers au sein des divers sous-comités, afin de leur faire mener une action commune. Ainsi le conseil d’action de Methil s’était subdivisé dès le 1er mai en quatre sections : ravitaillement et transport ; information ; propagande ; défense ; auxquelles trois autres vinrent s’ajouter au cours de la grève : spectacles ; lutte des classes ; aide aux prisonniers : manifestement, certains comités n’hésitèrent pas à ajouter une dimension politique à ce qui était censé n’être, selon les mots d’ordre du TUCGC, qu’un simple conflit industriel.

19Répercutant la consigne du TUCGC, son homologue écossais avertissait, dans sa circulaire du 6 mai : « Notre tâche est de veiller à ce que les décisions du TUC britannique soient appliquées loyalement. Pour “suivre les instructions”, encore fallait-il être en mesure de les recevoir. Ce qui allait de soi à Glasgow où une centaine de mètres séparaient le siège du C.C.C. de celui du STUC, devenait beaucoup plus aléatoire à Aberdeen et tenait de l’exploit à Kirkcudbright ou Auchtermuchty. Aussi était-il inévitable que, mis à part ceux de Londres et, dans une moindre mesure, de Glasgow, les comités de grève devinssent les organisateurs effectifs du mouvement au niveau local et prissent des initiatives sans avoir auparavant consulté le conseil général dont ils dépendaient. Il ne s’agissait pas d’un défi ouvert, mais simplement, ainsi que devait le reconnaître P. Webster devant le STUC de 1927, de faire preuve « d’initiative et de sens de l’efficacité. »

  • 12 « To protect our men from the police, we set up detachments of miners, drilled by a former soldier, (...)

20Certains comités allèrent cependant beaucoup plus loin, les consignes « pacifistes » du STUCGC ne faisant manifestement pas l’unanimité. Ainsi pour Bill Cowe, cheminot communiste, l’objectif primordial du conseil d’action de Rutherglen était de « contrer l’OMS. » Il en allait de même dans les villages miniers du Lanarkshire, du Stirlingshire et du Fife, où des « corps de défense ouvriers » comportant jusqu’à un millier de membres furent constitués, notamment à Methil, fief du mineur communiste Abe Moffat12.

La logistique

  • 13 Parti de Londres le 5, un courrier du TUC. était arrivé à Glasgow le 7, faisant au S.TUGC, un rappo (...)

21Les transmissions à longue ou même à moyenne distance posèrent des problèmes considérables. Certes, les services postaux n’étaient pas touchés par l’ordre de grève. Il devint cependant très vite évident que nombre de messages n’arrivaient pas à destination, et dès le 5 mai le conseil général appelait les bourses du travail situées le long de la grande voie de communication qui mène de Carlisle à Inverness, via Glasgow et Perth, à établir un système de courriers afin d’acheminer les ordres de Londres. Malgré son caractère improvisé, ce système semble avoir assez bien fonctionné, du moins le long de la grande route de Carlisle à Dundee via Glasgow et Edimbourg. Par contre, les cris de triomphe lancés par le STUCGC le 5 mai – « réseau de communications ininterrompu de Dumfries à Inverness », puis, le 8, « de Londres à Inverness » – semblent quelque peu exagérés13. Il manquait en réalité un certain nombre de maillons à la chaîne, là où le tissu urbain se faisait plus mince ; entre Carlisle et Lanark, entre Dumbarton, Oban et Fort William, entre Perth, Aberdeen et Inverness. Le comité de grève de Stirling joua un rôle primordial dans les transmissions entre Glasgow et Edimbourg d’une part, les bassins houillers du Lanarkshire, du West Lothian et du Fife d’autre part.

Le ravitaillement

22Ce domaine fut sans conteste celui où se manifestèrent les plus grandes divergences entre l’appareil syndical et la base d’une part, entre divers syndicats et comités de grève d’autre part. Il fut aussi celui où les qualités d’organisation, de pugnacité, de discipline et de solidarité des grévistes et de leurs alliés furent le plus fortement mises à contribution. Nous l’avons vu, les travailleurs abordèrent la grève sans avoir – à l’exception de la belle-mère de Cook – fait la moindre provision en vue d’une grève. Négligence d’autant plus grave que le faible pouvoir d’achat des familles ouvrières leur avait massivement interdit de se constituer une épargne de sécurité qui leur aurait permis de tenir quelques semaines en cas de perte du salaire. La situation était particulièrement tragique dans les bassins houillers où, depuis 1920, la succession de grèves et de réductions de salaires avait contraint de nombreux mineurs à s’endetter auprès des coopératives et détaillants locaux, qui pouvaient difficilement leur consentir de nouveaux crédits.

23La résolution unanime du congrès des sociétés coopératives écossaises d’accorder un soutien total aux mineurs fut interprétée de diverses manières lorsque vint l’heure de passer aux actes – trois jours à peine après la formulation de cette promesse. Elle fut généralement honorée dans les districts houillers : à Bo’ness, dans le Fife, la coopérative, gérée par des militants de l’I.L.P., versa £150 au fonds de détresse du comité de grève. Celle d’Armadale, dans le West Lothian, fit crédit aux grévistes locaux, leur accordant même des prêts, tandis que celle d’Edimbourg effectua un versement anticipé des dividendes dus à ses actionnaires mineurs. Sans faire directement crédit aux grévistes, les sociétés coopératives d’Aberdeen, Paisley, Perth et Glasgow avancèrent de l’argent à certains syndicats nationaux – notamment la NUR – dont les fonds nécessaires au paiement de l’indemnité de grève tardaient à arriver de Londres.

  • 14 Ibid., p. 123.

24En revanche, les coopératives de Johnstone et de Kilmarnock suivirent à la lettre leur promesse de soutien « aux mineurs » : elles ne firent rien pour venir en aide à leurs actionnaires et clients, en majorité ouvriers des textiles et de la métallurgie. Même dans certaines villes à forte population minière, telles Dunfermline et Stirling, les coopératives se lavèrent les mains du conflit, le conseil d’action de la première se plaignant « d’avoir éprouvé de grandes difficultés avec certains membres du conseil d’administration [de la coopérative] qui n’étaient même pas syndiqués et semblaient s’opposer à toute action commune14. »

  • 15 The Scotsman, 3, 5, 6 et 10/5/1926. Le 8, le commissaire régional d’Edimbourg fixa le prix de vente (...)
  • 16 BURNS, op. cit., p. 113.
  • 17 Cf. The Scotsman, 10/5, et The Scottish Worker, 12/5, qui lançait un appel pressant aux autres coop (...)

25Quoiqu’il n’y ait pas eu à proprement parler pénurie de nourriture ou de carburant, les difficultés de transport causèrent une augmentation du prix de vente de certaines denrées de première nécessité, telles que le poisson, les pommes de terre, le lait, le pain et le charbon.15 Il semble cependant que seules deux coopératives écossaises aient suivi l’exemple de Coventry, où la succursale locale décida de baisser tous ses prix de 33 % pendant la durée de la grève16 : Musselburgh (West Lothian) et Bonnybridge (Stirlingshire), deux villes minières, baissèrent les leurs de 15 %17.

Les permis de transport

26Il faut préciser, à la décharge des sociétés coopératives, que le TUCGC avait accumulé maladresses et provocations à leur égard. Les critères d’attribution des « permis de transport », censés permettre à certains véhicules de circuler sans être inquiétés par les piquets de grève, étaient particulièrement absurdes et irritants : il fallut attendre le 10 mai pour qu’une circulaire du TUC, reprise le lendemain par le STUGC, intime clairement aux comités de grève et syndicats des transports l’ordre de « livrer du pain et du lait aux détaillants des coopératives. » Encore faut-il signaler que cette mesure tardive ne fut prise par le TUGC qu’après un grave incident survenu à Londres le matin même : voyant ses marchandises se détériorer, la « Société coopérative de gros de Londres » avait dû se résoudre à accepter les services de transporteurs de l’OMS – quitte à menacer de les faire escorter par des miliciens armés.

  • 18 The Scottish Co-operator (édition ronéotypée), 14/5/1926.

27Entre temps, une quantité non négligeable de denrées périssables avait pourri dans les entrepôts et les camionnettes. Cela explique en partie l’amère réaction de l’éditorialiste du Scottish Co-operator au lendemain de la grève : « Aucune catégorie de la population n’a accueilli la nouvelle de la fin de la grève avec autant de plaisir que les gérants et employés des coopératives. La grève leur avait occasionné un surcroît considérable de soucis et de tracas. Il arrive souvent qu’un non-combattant subisse les dommages les plus graves18. »

28Placé à contre-coeur à la tête d’un mouvement qu’il désirait avant tout ordonné et pacifique, le TUCGC tenait à ne pas passer pour une organisation d’affameurs aux yeux de l’opinion publique. Aussi les « propositions pour une action concertée » recommandaient-elles aux responsables syndicaux de veiller à l’approvisionnement régulier en nourriture et en énergie de la population civile, en particulier des écoles et des hôpitaux. La mise en pratique de ces principes généraux se révéla extrêmement complexe, provoquant un réel conflit de responsabilités entre le TUCGC, incapable de formuler des critères pratiques d’attribution des permis de circulation, les comités de grève, sur lesquels le conseil général se déchargea de cette responsabilité – leur donnant ainsi le pouvoir que Bevin et Thomas leur refusaient – et les syndicats des transports, qui revendiquaient la gestion du système des permis.

29Selon la circulaire du TUCGC en date du 2 mai, reprise le lendemain par son homologue écossais, les « sous-comités des transports » étaient chargés de « veiller au ravitaillement en denrées alimentaires » et de « maintenir les transports pour les services de santé. » Ces instructions extrêmement vagues donnèrent lieu à des interprétations fort divergentes : une délégation du sous-comité des transports de Glasgow informa le STUCGC, le 4 mai, que ses membres de la NUR avaient reçu l’ordre de « ne rien transporter », ceux de la T.G.W.U. de « ne transporter que pain et lait », et ceux de la R.C.A. et de l’A.S.L.E.F. de « se plier à toute décision de leur comité local des transports. Au plan national, les trois syndicats du rail avaient refusé dès le premier jour de la grève de transporter quoi que ce soit, arguant du fait que le transport de nourriture, de charbon et de médicaments réquisitionnerait les trois-quarts de leurs membres. Cette attitude hypothéqua d’entrée les chances d’efficacité du « comité national des transports » mis en place le 3 mai par le TUCGC, qui dut se résoudre à laisser la question des permis « à la discrétion des comités locaux ».

  • 19 Sur l’attitude de la S.H.M.A. pendant la grève, voir TUCKETT, op. cit., pp. 179-83.
  • 20 The Plebs, août 1926.

30De fait, ces derniers consacrèrent le plus clair de leur temps et de leur énergie à la distribution et à la vérification de permis de transport. A Aberdeen, l’organisation fut parfaite : le sous-comité recevait les demandeurs de 10 h. à 12 h. et délivrait les permis de 14 h. à 17 h. « Les camions transportant du charbon à usage domestique, ainsi qu’à destination des hôpitaux et des boulangeries, furent autorisés à poursuivre leur route » reconnut le Scotsman du 7 mai. Edimbourg, en revanche, fut le théâtre de quelques « bavures ». Au mépris des consignes du STUGC, Hugh Lyon, secrétaire général de la S.H.M.A., s’était arrogé le droit de distribuer des permis. Il se montra fort laxiste dans son interprétation des instructions – comptant le whisky au nombre des « denrées de première nécessité » – ce qui valut à plusieurs camionneurs auxquels il avait délivré des permis d’avoir maille à partir avec les barrages routiers mis en place par les grévistes19. Il ne fallut cependant que deux ou trois jours au sous-comité « officiel », dirigé par J.P.M. Millar, pour renverser la situation, grâce à la vigilance des piquets de grève disposés par les mineurs à toutes les entrées de la ville. Selon un gréviste, « les membres du piquet s’entretenaient avec les chauffeurs [surpris sans permis] et les persuadaient calmement de faire demi-tour, ce qui marchait presque toujours20. »

  • 21 La Sheriff Court de Dumbarton condamna systématiquement les membres des piquets à trois mois de tra (...)

31Il en alla de même dans le Stirlingshire, noeud de communications entre Glasgow, Perth et Edimbourg : les mineurs de Kilsyth établirent à Longcroft, entre Stirling et Falkirk, un barrage permanent dont les membres – une centaine – se relayaient toutes les huit heures, obligeant tout chauffeur qui n’était pas en règle à ranger son véhicule sur le terrain de football – il y en eut ainsi jusqu’à trois cents en une seule journée – pour ne repartir qu’une fois muni d’un permis et d’une carte syndicale en bonne et due forme. Les mineurs de Cowdenbeath, dans le Fife, firent encore quelque peu reculer les limites de la « persuasion » : ils tendirent un câble en travers de la « grande route du Nord » reliant Edimbourg à Perth – précaution fort utile vu la propension de certains automobilistes à « foncer dans le tas21. »

32Il semble bien qu’en confiant aux comités locaux, avec certes plus de résignation que d’enthousiasme, la gestion de la bureaucratie improvisée pour régir le système des permis, les conseils généraux du TUC et du STUC aient commis une lourde erreur. En fait, la liberté d’action des comités de grève ayant été strictement limitée en matière d’information et de propagande, la plus grande part de leur potentiel d’énergie et d’organisation fut détournée de tâches aussi essentielles que la bataille de l’opinion publique ou la collecte de fonds vers ce qui n’aurait dû rester qu’une simple formalité, la délivrance des permis de transport.

  • 22 Récit d’un métallurgiste d’Ashton (Lancs.) cité dans FARMAN, op. cit., p. 162. Cf. aussi cette rema (...)

« Employers of labour were coming, cap-in-hand, begging for permission to allow their workers to return to perform certain customary operations. Most of them turned empty away after a most humiliating experience, for one and all were put through a stern questioning, just to make them realise that we and not they were the salt of the earth... The only tactic practised by some of them was bullying, and that was no use in a situation such as this; some tried persuasion, referring to us as “Mr. Chairman and Gentlemen”... The cap-inhand position reversed22. »

  • 23 Interview de R.E. Scouller, membre de la NUR, employé pendant la grève au secrétariat du STUC, dans (...)

33Ce détournement s’opéra d’autant plus facilement qu’il donnait aux travailleurs l’occasion de prendre une revanche – futile sans doute, mais tellement satisfaisante pour l’amour propre – sur leurs patrons en les réduisant, ne fût-ce qu’un instant, à l’état de quémandeurs, ainsi que le fait remarquer un gréviste glaswégien : « C’était une drôle d’expérience de voir des entrepreneurs venir nous demander la permission de transporter leurs marchandises et de voir leur requête refusée. Certains jeunes pensaient que la révolution était arrivée23. »

Information et propagande

« We ask local organisations to use for their statements on the situation nothing but material communicated by the publicity committee, and to refrain from adding any commentary on or interpretation of the TUC General Council’s statements. »

34Dans cette circulaire du 5 mai E.L. Poulton, élu la veille président de la commission de la presse et de la publicité du TUCGC, confirmait la conception fortement centralisatrice de l’information qu’annonçait la première circulaire du conseil général sur la question, en date du 2 mai, confiant aux comités locaux le soin de « s’arranger pour répandre les informations et disséminer les instructions transmises par le quartier général. »

35Cette restriction valait également pour les réunions publiques : sur le « conseil » du STUCGC, le CSCC de Glasgow dut annuler le mardi 4 mai le rassemblement de masse prévu pour le surlendemain. Le 5 cependant, le CSCC repoussa par 18 voix contre 14 une motion de Lindsay et Higgins, deux membres de son aile modérée, demandant au comité de ne patronner aucune réunion publique le dimanche 9 mai ; mais il s’opposa également, par 20 voix contre 13, à une motion des communistes Stephenson et Scanlan proposant d’organiser de grands rassemblements populaires. On finit par arriver à un compromis : le CSCC et les comités de quartiers organiseraient des réunions le dimanche 9, mais elles devraient obligatoirement se tenir en salle, et seuls les travailleurs syndiqués en possession de leur carte d’adhérent seraient admis à y participer. Il s’agissait donc, en prêchant uniquement à des convertis, de bien prendre soin de ne pas propager la propagande.

36Il en alla tout autrement dans les comités de grève auxquels leur éloignement géographique du siège du STUCGC conférait une certaine autonomie d’action. Alors que le GCSCC refusait de fournir aux comités de grève les orateurs qu’ils lui réclamaient pour animer leurs réunions, le conseil d’action de Methil avait, par l’intermédiaire de sa commission de propagande, mis sur pied un groupe de trente orateurs qu’il tenait à la disposition des comités voisins. Munis d’un résumé écrit de ce qu’ils auraient à développer au cours de leur intervention, ces orateurs participèrent, par groupes de trois (un mineur, un cheminot, un docker) à la plupart des réunions publiques tenues dans le Fife. Dans le Stirlingshire, le conseil de Kilsyth fit de même. A Kirkintilloch, le conseil d’action chargea un militant communiste de s’installer dans la grand’rue avec un tableau noir afin d’y donner des cours d’économie politique. Les initiatives des conseils d’action ne furent pas toutes aussi didactiques. Dans la très militante Kilsyth, la manifestation qui rassembla le plus de participants fut celle du dimanche 9 : le « chœur masculin de la société coopérative de Kilsyth », accompagné de centaines de mineurs et de leurs familles, défila jusqu’à Glasgow, à une vingtaine de kilomètres, y remporta le concours de chant choral ouvrier et effectua un triomphal retour au village au son du « chant d’espoir des camarades. »

  • 24 Une combinaison de tous les quotidiens glaswégiens, imprimée par du personnel d’encadrement. A Edim (...)
  • 25 Lord REITH, Into the Wind, Londres, Hodder, 1949, p. 108.

37A vrai dire, le chant était l’un des rares moyens dont disposaient les grévistes pour faire connaître leur opinion. Seul grand quotidien britannique à paraître pendant la grève dans son format habituel (il n’employait que du personnel non-syndiqué depuis 1876), le Scotsman fut d’une correction quasi-exemplaire. On ne peut en dire autant de l’Emergency Press24, qui suscita plus d’une fois la fureur de ses lecteurs en annonçant des trains fantômes, et reproduisit dans trois éditions successives le message du Lord Advocate of Scotland appelant le public à « défendre la liberté et le bien-être national... car nous luttons pour la liberté, pour la démocratie, pour la défaite du type de tyrannie qui règne aujourd’hui en Russie. » Quant à la BBC, son attitude fut résumée par son directeur, le jeune Ecossais John Reith, dans ce syllogisme d’anthologie : « Considérant que la BBC est pour le peuple et que le gouvernement est pour le peuple, il s’ensuit que la BBC doit être pour le gouvernement dans cette crise25. » En fonction de quoi Reith – sous la pression, il est vrai, de Churchill – refusa la parole à Lloyd George, MacDonald et même à l’archevêque de Cantorbery, co-auteur d’un communiqué de conciliation, mais ne se priva pas de faire diffuser à plusieurs reprises le sermon dans lequel le Cardinal Bourne, archevêque de Westminster, confondait sans vergogne Dieu le Père et le gouvernement.

  • 26 Cf. notamment les débats au sein du synode de Lothian à Tweeddale et du presbytère d’Edimbourg rapp (...)
  • 27 Dans son homélie, le cardinal avait déclaré : « There is no moral justification for a general strik (...)

38En revanche, si les modérateurs de l’Eglise d’Ecosse et de l’Eglise Libre Unifiée publièrent, le 9 mai, un communiqué commun condamnant sans appel la grève générale, nombre de synodes et de presbytères adoptèrent une position plus nuancée, et les sermons prononcés le dimanche 9 ne furent pas tous hostiles à la grève, tant s’en faut26. Quant au Glasgow Observer, porte-parole officieux de la hiérarchie catholique écossaise, il prit, dans l’éditorial de son premier numéro d’après-grève (22/5) une position nettement plus nuancée que celle du cardinal Bourne : « It is, we think, hardly justifiable to assert that any catholic taking part in the general strike was guilty of an offence against God’s law... This seems to be one of those cases where there is a doubt and where, on the whole, a catholic may take the view that he has a very large measure of liberty conceded to him by the Church27. »

Le British Worker

  • 28 Non affiliée au TUC., la National Union of Journalists eut une attitude plus nuancée : ses adhérent (...)

39Ces prises de positions ne sont guère surprenantes. Ce qui stupéfait, en revanche, est le mutisme absolu que le TUCGC imposa à sa propre presse pendant près de 48 heures. Le mot d’ordre de grève concernait en effet tous les syndiqués du livre et, contrairement au secteur des transports, aucune exception n’était prévue. Il fut respecté au-delà de toute attente, puisque même un syndicat non affilié au STUC comme la Scottish Typographical Association appela ses adhérents à cesser le travail28. Aussi les demandes de traitement de faveur émanant du Manchester Guardian et du Scottish Co-operator furent-elles repoussées par le TUGC. Cette mesure n’épargnait pas le propre organe du TUC, le Daily Herald, qui ne put paraître au matin du 4 mai : ne tenant pas à semer la zizanie entre les divers syndicats du livre, le conseil général s’était facilement plié à leur refus de toute exception. Il fallut tout l’énergie de Hamilton Fyfe, rédacteur en chef du quotidien syndicaliste, et la nouvelle que Churchill allait faire paraître un quotidien pro-gouvernemental, la British Gazette, pour faire revenir le conseil général du TUC sur sa décision. Encore fallait-il persuader des syndicats du livre de faire de même. » Ce ne fut finalement que le soir du 5 mai, plus de seize heures après la parution du premier numéro de la British Gazette, que le British Worker sortit des presses du Daily Herald, imprimé à 320 000 exemplaires par des typographes payés au tarif syndical (ils avaient refusé de se contenter de l’indemnité de grève que leur proposait le TUCGC) sur des machines qui ne tournaient que grâce au courant électrique produit par des volontaires de l’OMS et des officiers de marine.

  • 29 « All ranks of the armed forces of the Crown are hereby notified that any action which they find it (...)
  • 30 H. FYFE, Behind the Scenes of the Great Strike, Londres, L.P.C., 1926, p. 25. Un certain nombre d’e (...)
  • 31 The British Worker, 6 et 7/5/1926.

40Contrairement à la British Gazette de Churchill, qui ne se souciait guère des dispositions de l’Ε.Ρ.Α. en matière de violence – un appel à peine voilé à l’intervention de l’armée lancé par la Gazette du 8 mai29 poussa le roi George V en personne à protester auprès du ministère de la Guerre – les responsables de la commission de publicité du TUCGC furent chargés d’extirper du British Worker « tout ce qui pourrait provoquer une irritation incontrôlable et de la violence30. » Pendant toute la durée de la grève, le quotidien du TUC s’efforça donc de donner du conflit et de ses protagonistes une image aussi rassurante que possible. Plus la Gazette se faisait agressive, plus le Worker se voulait melliflue. Aux accusations gouvernementales d’anticonstitutionnalité, le TUCGC répondait par de vertueuses professions de son profond respect pour la Constitution : « La Constitution n’est pas attaquée. Nous prions M. Baldwin de croire cela... Il s’agit uniquement d’un conflit du travail... Il n’y a pas de crise constitutionnelle31. »

  • 32 « To the unemployed also the Council would address an earnest appeal. In the present fight there ar (...)
  • 33 Il ne semble pas y en avoir eu en Ecosse. On n’en a d’ailleurs, jusqu’à plus ample informé, recensé (...)

41Ces protestations de bonne foi furent reprises dans toutes les éditions suivantes du British Worker. Par contre, l’appel aux chômeurs du premier numéro32, dont le relent de lutte des classes avait sans doute échappé à la vigilance des censeurs, fut remplacé dans tous les numéros suivants par un « Messages aux Travailleurs » les exhortant à faire preuve « d’une conduite exemplaire et à ne pas donner à la police l’occasion d’intervenir. » Pour ce faire, le journal conseille aux travailleurs désœuvrés de jouer aux cartes, de faire du sport, d’aller se promener avec les enfants et, remède suprême, de cultiver leur jardin. Au cas où leur promenade les mènerait devant un poste de police, on prend bien soin de ne pas mentionner les arrestations de grévistes – cela risquerait peut-être de faire dégénérer les matches de football entre policiers et ouvriers33. Il fallut attendre le douzième, et dernier, numéro du British Worker, en date du 17 mai, pour qu’il fût fait allusion à l’existence de grévistes emprisonnés.

42Le British Worker fut tiré à 500 000 exemplaires de quatre pages (à cause des réquisitions gouvernementales de papier journal). Sa distribution en province était fort aléatoire : la première livraison à destination de l’Ecosse fut confiée à un courrier motorisé parti de Londres le 8 mai à 8 h. du matin, qui n’arriva à Carlisle, où l’attendait un messager du STUC, que 33 heures plus tard. Quant au courrier parti de Londres le 9 à 4 h. du matin, il n’était pas encore arrivé à Carlisle le 10 à minuit, si bien que son camarade du STUC dut repartir vers Glasgow bredouille.

Le Scottish Worker

43Ces retards jouèrent un rôle décisif dans la lutte d’influence opposant le STUCGC à son homologue britannique à propos de la publication en Ecosse d’un pendant au British Worker. Le premier jour de la grève, le conseil général écossais s’était montré extrêmement prudent, refusant les offres de services du directeur de l’hebdomadaire communiste The Worker, puis celles du directeur de Forward, qui proposaient de mettre leur matériel et leur personnel à son entière disposition. Le lendemain, le STUCGC informait les responsables du Worker que, « dans l’intérêt de la paix et de l’ordre », il était hostile à la parution de leur journal pendant la grève. Le 6, il refusait l’offre du « groupe des syndicats du livre » constitué au sein du GCSCC, proposant de mettre gratuitement leur savoir-faire au service d’un journal syndical, soulignant le lendemain après-midi « qu’aucun bulletin destiné au grand public ne devait être imprimé. »

44Le débat sur cette question venait à peine de s’achever que la séance fut interrompue par l’arrivée de deux courriers de Londres, chargés de transmettre au conseil général écossais la décision du TUCGC de « faire imprimer des journaux dans plusieurs centres régionaux. » Revenant sur sa position, le conseil décida donc de faire imprimer « sous le contrôle du STUCGC » son propre Scottish Worker. Le soir même, la circulaire quotidienne contenait un appel aux comités de grève : « Donnez-nous les faits, bons ou mauvais. Ne rapportez pas de rumeurs ; ne bluffez pas ; n’écrivez pas de dissertations... Nous ne disposerons que de quatre pages et devrons donc être concis... Nous voulons pouvoir contredire la propagande de la radio et de la presse jaune en donnant des faits... Si nous sortons un premier numéro qui établira l’honnêteté et la véracité de notre journal, cela sera d’une importance considérable pour la suite de notre combat. »

  • 34 Cela ne se fit, avec beaucoup de retard, qu’à Newcastle et Manchester, où la tâche fut confiée par (...)

45Ce bel enthousiasme fut soumis à rude épreuve le 9 mai – veille de la parution annoncée du premier numéro – lorsqu’un télégramme de Poulton, responsable de la commission de publicité du TUCGC, apprit au STUCGC que les deux courriers de Londres avaient mal compris leur message : « Nous désirons le maintien de chaque mot du British Worker. Suggérons que des messagers aillent à Newcastle prendre livraison d’exemplaires du British Worker afin de les réimprimer à Glasgow » : il ne s’agissait donc que de reproduire textuellement le British Worker dans divers grands centres provinciaux34. Malgré le refus unanime du STUCGC : « Absolument irréalisable. Poursuivons avec le Scottish Worker », Poulton en interdit formellement la publication. Il se laissa cependant fléchir en fin d’après-midi par Pugh, converti par téléphone depuis Glasgow, et finit par donner le feu vert au Scottish Worker, à condition qu’il ne soit... qu’une réimpression du British Worker, livré à Carlisle et non plus à Newcastle, dont seule la quatrième page pourrait être consacrée à des nouvelles purement écossaises. En outre, le STUGC dut promettre par télégramme que son journal « ne se mêlerait pas de formuler une politique, mais devrait reproduire toutes les déclarations du BTUC. »

46Cela impliquait évidemment que le British Worker parvînt à Carlisle dans des délais raisonnables. On sait ce qu’il en fut. Rien d’étonnant donc à ce que le premier numéro du Scottish Worker, mis en vente le lundi 10 mai au prix de 1d (comme le British Worker et la Gazette) fut présenté comme « l’organe officiel du STUC » et fût consacré presqu’exclusivement à la situation en Ecosse. Il connût un succès incontestable. Le public populaire écossais était avide d’informations plus dignes de foi que les contre-vérités de l’Emergency Press de Glasgow et, à un moindre degré, de la BBC. Les 250 000 exemplaires du premier numéro s’arrachèrent en quelques minutes devant les ateliers de la Civic Press de Glasgow où il était imprimé. Il fut cependant impossible d’augmenter le tirage les jours suivants, le gouvernement réquisitionnant les stocks de papier pour les besoins de sa propre Gazette.

47L’organe officiel du STUC – qui ne publia pratiquement que des nouvelles écossaises – se montra d’entrée nettement plus incisif que le British Worker. Certes, le premier numéro contenait deux encadrés en caractères gras, l’un rappelant que

« The General Council has decided that reports, statements or interviews on the general policy should be made only through the Communications Committee at Headquarters. All members are therefore requested to refrain from making public announcements either on the national or local situation. »

48et l’autre appelant, en majuscules gigantesques, les grévistes au calme et à la vigilance :

« Don’ts for Strikers! Don’t encourage inflammatory propagandists: they may be in the enemy’s service. Don’t countenance rioting or illegal action of any kind. Don’t obstruct the police in the exercice of their lawful duties. Don’t listen to unwarranted rumours, which may be spread to dishearten you. Don’t express your views in unnecessarily provocative language. »

49Toutefois, ce même numéro dénonce longuement les brutalités policières qui avaient marqué Glasgow au cours des trois journées précédentes, et celui du lendemain rapporte avec force détails les descentes de police aux bureaux du Worker et du conseil d’action de Coatbridge ; il se réjouit en outre vivement du renforcement imminent de la grève en Ecosse grâce à l’appoint des travailleurs de la mécanique et de la construction navale, appelés à cesser le travail le 10 à minuit.

  • 35 Le dernier numéro, en date du 14/5, mettait en bonne place cette lettre ouverte de cinq députés tra (...)

50Or, le 12 au matin, le conseil général du TUC appelait les grévistes à reprendre le travail. Le STUCGC n’avait donc eu le temps de faire paraître que deux numéros du Scottish Worker avant la fin inattendue du mouvement-bien trop peu pour ranimer le moral de troupes en quête d’autres stimulants et d’autres encouragements que les déclarations satisfaites de « retour progressif à la normale » diffusées par la BBC. Trois autres numéros sortirent encore les jours suivants35.

Les bulletins de grève locaux

51Dans sa circulaire du 6 mai, le TUCGC demandait aux comités de grève de polycopier le British Worker afin d’en abreuver « orateurs et propagandistes. » La publication de bulletins d’information locaux ne fut jamais encouragée. En Ecosse en revanche le conseil général avait vivement incité, dans sa circulaire du même jour, les comités de grève à combler le vide de l’information en faisant paraître des strike bulletins, des bulletins de grève ronéotypés.

52Plusieurs comités répondirent à cet appel ; certains même l’avaient précédé. Ici encore, la palme revient au conseil d’action de Dunfermline, qui publia 22 numéros (deux chaque jour) de son bulletin du 5 au 11 mai à raison de 100 exemplaires par tirage. Le comité de Pailsey devança lui aussi l’appel, faisant paraître 2 000 exemplaires quotidiens de son bulletin entre le 6 et le 13 mai, ainsi que celui d’Aberdeen qui produisit 5 000 strike bulletins par jour entre le 6 et le 12. L’appel du STUCGC fut entendu par les comités de Partick (200 exemplaires par jour du 7 au 11), Edimbourg (10 numéros, 61 000 exemplaires en tout), Airdrie et Coatbridge (8 000 exemplaires en tout), Aberdeen (8 numéros à 5 000 exemplaires), Shotts, Perth et Greenock. Aucune feuille ne fut publiée par le CSCC de Glasgow, qui bénéficiait il est vrai du bulletin quotidien du STUC et de la feuille de grève de la NUR. De plus, un comité de représentants glaswégiens du parti communiste et du NMM prit en charge, en dépit de la mise en garde du STUGC, la publication du Worker et du Workers’ Weekly (18 000 exemplaires chaque jour de la première semaine de la grève). Arrêtés le 9 mai puis relâchés le lendemain, ses membres firent paraître deux autres éditions spéciales du Worker avant la fin du mouvement.

  • 36 « We have private individuals whose wages are equal to the wages of seven or eight thousand other i (...)
  • 37 Cette référence religieuse est la seule que j’ai trouvée. Les chercheurs du N.C.L.C., dont on peut (...)

53Il semble que fort peu de ces feuilles de grève aient été conservées. Je n’ai pu en retrouver qu’un seul exemplaire, non daté mais certainement du 10 ou 11 mai, à Greenock, trois à Partick (8, 10 et 11 mai) et quatre à Paisley (7, 8, 9 et 11). Elles diffèrent sensiblement par leur ton et leur présentation, les deux premières plutôt ternes et austères, la troisième débordant d’humour et d’invention. En terrain non minier (Partick était un fief de la mécanique et de la construction navale, Paisley de la mécanique et du textile), les premiers numéros de l’un et l’autre bulletin s’attachent surtout à dénoncer la grande misère des mineurs. Alors que la feuille de Partick s’y emploie en citant Carlyle36 et des morceaux choisis du rapport Samuel, celle de Paisley – dont le comité de grève comportait quatre communistes – a recours à une caricature (due au crayon de « G. Whiz », pseudonyme de John Gallacher, frère de Willie) dans laquelle la haine de classe pour le patron ventripotent fait plus que transparaître. L’éditorial du lendemain développe le même thème, mais le dessin qui l’illustre introduit une référence religieuse en la personne du Christ, indigné par le spectacle du lock-out37 (documents no 4 et 5).

  • 38 Qui ressemble étrangement à Jimmy Thomas, le leader modéré de la NUR.

54Alors qu’au verso du bulletin de Paisley on trouve le même genre d’articles que dans ceux de Greenock et de Partick – messages de soutien de syndicats non encore en grève, détermination sans faille des grévistes, solidarité internationale, mises en garde contre la BBC, l’Emergency Press, les rumeurs et les provocateurs – la présentation de sa première page devient de jour en jour plus attrayante. Suivant l’évolution des préoccupations de ses lecteurs, le caricaturiste change de cible : délaissant les propriétaires de mines, il s’attaque aux volontaires de l’OMS : son dessin du 9 raille les efforts désordonnés d’un cheminot d’occasion (Document no 6)38 et celui du 11 tourne en dérision le commandant Dalrymple, directeur des transports urbains à la municipalité de Glasgow, et « professeur honoraire de tramologie démontrant que le statique est dynamique » – qui clamait, contre toute évidence, que le service des tramways était assuré à 75 % (document no6).

  • 39 « When wages to 30 bob fell/The miner said “I’ll hae a spell/So if you want your coal/Go down in th (...)

55Ne terminons pas cette présentation des feuilles de grève écossaises sans avoir vanté d’autres talents artistiques que ceux de « G. Whiz ». Plusieurs autres militants firent montre d’une créativité sans doute moins brillante, mais tout aussi révélatrice de l’état d’esprit de nombreux travailleurs en grève : une foi inébranlable en la justice de leur cause, soutenue par la certitude d’être en position de force39, et la conviction profonde que leur mouvement allait enfin concrétiser la promesse explicite formulée dans ce bulletin médical victorieux publié par la feuille de grève de Greenock les 10 et 11 mai : « Foot and mouth disease : position normal ; hand to mouth disease : position to improve after strike treatment. »

Une grève largement suivie

  • 40 Circulaire du Joint Strike Committee de Johnstone citée dans P. CARTER, « The West of Scotland », i (...)

« Never before has such solidarity been shown in an industrial dispute, even our political opponents, Orangemen, being active pickets and taking part in the struggle40. »

56A Johnstone (Renfrewshire) comme dans le reste des Lowlands industrielles, comités et bulletins locaux font état d’une « solid strike », d’une grève massive, sans faille. « Il n’y a pas le moindre signe de défaillance parmi les grévistes. En fait, nombre d’ouvriers encore au travail expriment le désir de se joindre au mouvement » reconnaît, dans un mémorandum en date du 12 mai, un envoyé du ministère du Travail à Glasgow. Quant au Scotsman, pourtant prêt à monter en épingle tout signe, aussi minime soit-il, de reprise du travail, il doit concéder au bout d’une semaine de grève que « dans la région d’Edimbourg, on ne signale aucune défection notable dans les rangs des grévistes. »

  • 41 Cf. l’interview du trésorier de la section aberdonienne des Associated Blacksmiths, W.J. Michael, d (...)
  • 42 Cf. les réminiscences du vice-secrétaire de la section de Glasgow-Springburn de la NUR dans T.A. Mc (...)

57Il s’agit pourtant là des deux grandes villes écossaises où, compte tenu de la structure de l’emploi et des consignes du TUCGC, la grève ne fut pas « générale ». En fait, mis à part les querelles sur l’interprétation de consignes prêtant à confusion dans le bâtiment et dans certains métiers de la mécanique, les seuls vrais manquements à la discipline syndicale se manifestèrent dans les transports routiers et maritimes ainsi, dans une moindre mesure, que chez les Associated Blacksmiths, le responsable écossais de ce syndicat britannique, J. Lorimer, s’opposant depuis ses bureaux de Glasgow à la grève de ses mandants, sans beaucoup de succès semble-t-il41. Dans la marine marchande, si la petite Marine Workers’Union d’Emmanuel Shinwell suivit le mot d’ordre du TUCGC, la National Union of Seamen de Havelock Wilson, ennemi de Bevin autant que des communistes, refusa de s’y plier tant que l’ensemble de ses adhérents n’aurait pas été consulté – ce qui, étant donné leur dispersion géographique, pouvait prendre des mois. S’il n’y eut que fort peu de « jaunes » parmi les cheminots42, on ne peut en dire autant des conducteurs de camions et d’autocars de la S.H.M.A., et, dans une moindre mesure, des traminots. A Glasgow, 95 des 97 inspecteurs des tramways ayant refusé de se mettre en grève, ainsi que plusieurs traminots proches de la retraite et craignant de perdre leur pension, 200 tramways (sur un parc de 1 100) circulèrent pendant le week-end du 8-9 mai. A cause des piquets de grève, la plupart des non-grévistes furent contraints de passer la semaine dans les dépôts.

  • 43 On se console comme on peut « Désolé d’avoir échoué à Coplawhill, mais nous avons réussi, dans un a (...)

58Il faut dire que la grève partielle décrétée par le TUC mettait les employés des transports dans une situation fort embarrassante : ainsi, le 8 mai, les conducteurs d’autobus de la Clyde demandèrent la mise en grève de l’usine Singer de Clydebank, dont les ouvriers devaient recourir, pour se rendre à leur travail, à des transporteurs « jaunes ». A Glasgow même, la centrale électrique de Pinkston continua de fournir l’énergie nécessaire au fonctionnement des tramways : la plupart de ses employés appartenait à l’EΡΕΑ, un syndicat non affilié au TUC. Quant à l’atelier d’entretien des tramways, à Coplawhill (la bien nommée !), il continua également à fonctionner, les mécaniciens d’entretien de l’A.E.U. comme ceux de la Society of Woodworking Machinists refusant de cesser le travail tant que leur syndicat ne lancerait pas un mot d’ordre de grève pour l’ensemble de ses membres43. A Edimbourg, les employés de la centrale électrique de Portobello se mirent en grève dès le 3, mais leur place fut prise par des étudiants de l’Université et du collège technique Heriot-Watt.

Les briseurs de grève

  • 44 The Scotsman, 4/5/1926.
  • 45 Cf. LEE, op. cit., (Journey), pp. 66-70.
  • 46 Cf. Cf. I. McDOUGALL, « Some Aspects of the 1926 General Strike in Scotland” » In MacDOUGALL, ed., (...)

59Dès le 2 mai, la BBC lança un appel à l’enrôlement dans l’OMS. Le lendemain, le principal de l’Université d’Edimbourg, s’engageant à repousser la date des examens, exhortait ses étudiants à participer à ce qu’il qualifiait de « service national ». 44 » Ils furent 2 000 (dont un bon tiers de jeunes femmes), soit la moitié des effectifs de l’Université, à adhérer au Students’ Emergency Council (techniquement distinct de l’OMS) – au grand dam de la jeune Jennie Lee, qui ne trouva qu’une poignée d’étudiants pour se ranger avec elle du côté des grévistes45. A Dundee, où le principal avait également promis la bienveillance des examinateurs, la quasi-totalité des 650 étudiants se porta volontaire ; ils allèrent travailler sur les docks de Dundee et aux gares de Leuchars et Perth. A Aberdeen, où les autorités universitaires firent preuve de la même magnanimité, 300 étudiants furent employés dans les tramways. En tout, selon le Lord Advocate, 25 000 Ecossais proposèrent leurs services aux diverses organisations de briseurs de grève.46

  • 47 Cf. CARTER in SKELLEY, op. cit., p. 134.
  • 48 Forward, 6/6/1927. Cf. aussi cette interview d’un pharmacien londonien d’origine écossaise, M. John (...)

60A Glasgow, l’OMS affirmait avoir enrôlé 7 000 volontaires – dont seulement 300 étudiants, en dépit de la promesse du Professeur Henderson de considérer, pour les examens, les volontaires comme revenant de « service actif de guerre47 » : il est vrai que le recrutement y était nettement plus populaire que dans les autres universités écossaises. Néanmoins, quoiqu’il y ait eu plus d’étudiants glaswégiens à soutenir la grève qu’à la combattre – les 400 membres de l'University Labour Club s’étaient mis au service des grévistes – l’image des étudiants en fut ternie pendant des années chez les ouvriers. Ainsi, en juin 1927, les étudiants déclenchèrent un boycott de la Mitchell Library, protestant contre l’interdiction qui leur y était faite de s’en absenter plus de 20 minutes d’affilée. A l’entrée, un « piquet de grève » accablait tout étudiant tentant de pénétrer dans la salle de lecture de quolibets dont le plus répandu était celui de « jaune ! » Rapportant cette scène, Forward ne put résister à la tentation d’ironiser : « Those tramway heroes of the General Strike48. »

  • 49 Tous les volontaires de l’OMS n’étaient certes pas motivés par l’appât du gain ou la haine de class (...)
  • 50 « Only two OMS reported for pitwork. Upon finding no baths at the pithead, and that they had left t (...)

61En fait, la plupart des briseurs de grève glaswégiens se recrutèrent parmi les employés de bureau, auxquels leurs employeurs avaient promis une bonification de £5 en sus de leur salaire hebdomadaire49. La plupart d’entre eux furent employés dans les tramways en tant que receveurs, et sur les docks, où ils furent logés dans un paquebot de luxe mis sous la protection du cuirassé Cornus. S’ils jouèrent un rôle non négligeable dans les transports urbains, les ports et les centrales électriques, ces volontaires se montrèrent plus discrets dans les chemins de fer où leur inexpérience causa plusieurs accidents (trois morts en gare d’Edimbourg-Waverley le 10 mai) et, comme on pouvait s’y attendre, furent totalement absents des mines de charbon50.

La répression

  • 51 Cité dans FARMAN, op, cit., p. 194.

62On recruta également des supplétifs, les special constables, afin de renforcer les effectifs de la police : 300 à Arbroath, 400 à Kilsyth, 600 à Aberdeen, 900 dans le Dunbartonshire, 1 500 dans le Renfrewhsire, 2 000 à Glasgow, etc. De l’avis unanime des grévistes et des observateurs, leur comportement fut nettement plus répressif, voire provocateur, que celui des forces régulières. Manifestement, les responsables locaux du maintien de l’ordre n’avaient pas tous fait preuve de la même sagesse que le chief constable de Glasgow, qui refusa les offres de services de jeunes Anglais impatients de « faire leur fête à ces bolchevique de la Clyde51. »

63Le ministre de la Guerre se montra plutôt alarmiste : le 3 mai, toutes les permissions furent supprimées, et les régiments stationnés à Londres, dans la Galles du Sud, le Lancashire et la Basse-Ecosse mis sur le pied de guerre. Pendant toute la durée de la grève, trois cuirassés patrouillèrent l’estuaire de la Clyde, un destroyer celui du Forth.

  • 52 La grève donna lieu à 3 149 arrestations sur l’ensemble du territoire britannique.
  • 53 The Scotsman, 14/5/1928.

64« Our old country can well be proud of itself as during the last nine days there has ben a strike in which four million people have been affected, not a shot has been fired and no one killed, it shows what a wonderful people we are », se félicitait George V dans son journal le 12 mai. Sans doute le roi n’était-il pas au fait de la situation en Ecosse, où plus de cinq cents personnes furent arrêtées du 3 au 12 mai, la plupart à l’occasion d’émeutes (le plus souvent consécutives à des échauffourées entre grévistes et traminots jaunes, parfois à des provocations caractérisées de la part de special constables) qui semblent avoir été, notamment le 6 à Aberdeen et Edimbourg et le 10 à Glasgow, parmi les plus violentes du royaume52. Tout aussi violentes furent les sentences que des shérifs stakhanovistes distribuaient à la chaîne en audience de flagrant délit. Un exemple parmi bien d’autres : une glaswégienne mère de huit enfants, accusée d’avoir vidé un paquet de farine sur la tête d’un volontaire aux commandes d’un tramway, fut condamnée, le 11 mai, à deux mois de prison ferme53.

Une fin brusquée

65Ce même jour la deuxième vague venait, massivement, grossir le mouvement de grève. Le lendemain à midi, le TUCGC appelait à la reprise du travail.

  • 54 « I have never disguised that I did not favour the principle of a General Strike » (J.H. Thomas à u (...)

66« With the discussion of national strikes and bolshevism and all that kind of things, I have nothing to do at all » déclara un MacDonald outré aux Communes le 3 mai, premier jour du conflit. Il est clair que, outre le leader travailliste, nombre de dirigeants du mouvement ouvrier parmi les plus influents étaient impatients de voir la grève s’achever. Cramp, secrétaire industriel de la NUR, Thomas, secrétaire parlementaire du même syndicat, membre du TUCGC et député travailliste ainsi que Clynes, président de la NUGMW, député et membre du comité exécutif travailliste, rendirent également publique leur volonté de tout mettre en œuvre pour mettre un terme à la grève le plus tôt possible54, volonté exacerbée par leur découverte qu’au fil des jours les militants communistes jouaient, notamment en Ecosse et dans le Lancashire, un rôle croissant dans la conduite du mouvement. »

  • 55 National Strike Special Conference : Report of the Conference of Trade Union Executives, 1927.

67« Every day the strike proceeded the control and authority of that dispute was passing out of the hands of responsible Executives into the hands of men who had no authority, no control, no responsibility, and were wrecking the movement from one end to the other55 » expliqua Charles Dukes, secrétaire de district du Lancashire de la NUGMW devant le congrès spécial du TUC convoqué en janvier 1927 pour procéder à l’autopsie de la grève, confirmant ainsi la vision communiste d’une base militante trahie par une hiérarchie timorée, à laquelle John McArthur adhérait encore plus d’un demi-siècle après les événements :

  • 56 MacDOUGALL, op. cit. (Miners), p. 97.

« The General Strike was called off because the leadership did not believe in it. In point of fact they had the General Strike forced on them. As the struggle continued, it was becoming a struggle between an embryo workers’political state that was being set up and the power of the capitalist state. This was the issue that frightened the TUC leaders. They wanted to get the strike called off before it went any further56. »

68Juste dans son analyse de l’attitude des dirigeants du TUC, cette explication présente toutefois une faille de taille : « l’Etat ouvrier embryonnaire » était sans le sou – d’autant que le TUCGC avait décidé de retourner à l’expéditeur un chèque de £26 247 offert, le 6 mai, par le conseil des syndicats soviétiques. Financièrement anémiés par les luttes de l’après-guerre, les syndicats en grève ne pouvaient offrir que des prestations réduites à leurs adhérents. L’Iron et Steel Trades Confederation fut incapable de verser la moindre allocation de grève ; la Printers, Bookbinders and Paper Workers’Union et l’Amalgamated Engineering Union – dont, pourtant, une partie seulement des effectifs faisait partie de la « première vague » – ne purent verser que des allocations réduites. La plupart des autres syndicats dut s’endetter pour faire face à ses obligations vis-à-vis de ses adhérents en lutte. Aussi, s’il est vrai que la grève resta massivement suivie jusqu’au bout, est-il toutefois permis de se demander ce qui serait advenu en cas de prolongation du conflit.

69De plus, la Justice se mêla d’aviver l’inquiétude des trésoriers syndicaux. Le 6 mai Sir John Simon, juriste et député libéral, informait les Communes que la grève était « absolument illégale », car dirigée non contre les employeurs, mais contre l’Etat. En conséquence de quoi les grévistes s’exposaient à des poursuites en dommages et intérêts de la part de leurs employeurs. Opinion confirmée le 11 par un juge londonien, Mr. Justice Ashbury : conformément à la requête de Havelock Wilson, le juge de la Haute Cour interdisait aux responsables de la section de Town Hill de la National Union of Seamen d’appeler leurs adhérents à cesser le travail, notant au passage que la grève étant illégale, ses partisans n’étaient pas couverts par le Trade Disputes Act de 1906.

L’incrédulité de la base

70Le processus qui allait mener à la reprise du travail avait été lancé par un autre leader libéral, Lord Samuel. Dès le 6 mai ce dernier avait, de son propre chef, engagé des pourparlers sur la base de son rapport avec les négociateurs du TUCGC – parmi lesquels, rappelons-le, ne figurait aucun mineur. Les propositions qu’il leur soumit ne différaient guère de celles du mois de mars ; il ne pouvait même pas donner l’assurance quelles obtiendraient l’agrément du patronat et du gouvernement. Les négociateurs syndicaux les acceptèrent néanmoins – sans en référer aux mineurs – et, le 12 à midi, appelèrent à la reprise du travail, sans même avoir obtenu la levée du lock-out des mineurs.

71« Reddition sans condition » claironnèrent aussitôt presse, patronat et gouvernement. La nouvelle fut accueillie avec stupéfaction par les grévistes, qui s’estimaient en position de force et avaient été maintenus dans l’ignorance des négociations. Leur incrédulité fut générale ; des dizaines de télégrammes expédiés par les comités locaux transmirent le même message au (S)TUCGC : « Nous ne pouvons croire à cette nouvelle ; demandons confirmation. » En attendant, la grande majorité des comités et exécutifs locaux décida de poursuivre le mouvement, tant et si bien que plus de travailleurs étaient en grève le 13 mai – lendemain de l’appel à la reprise du travail – qu’à aucun moment depuis le déclenchement du conflit. Une semaine plus tard, la grève était encore très largement suivie, dans les bassins houillers, par d’autres catégories que les mineurs : ainsi, le 20 mai, Proudfoot écrivait à Hutt :

  • 57 Ibid, p. 279.

« So far as the General Strike is concerned, pits, docks and railways are still at it here, only trams and buses working... A strong International Class war prisoners’aid committee has been formed and as far as I can gather almost £100 has been collected for local use (21 of us being arrested, 4 being sentenced to 2 months’hard labour) (sedition, inciting to riot and violence)... The spirit all over was MAGNIFICENT. Send me copies of all the revolutionary songs with music you can lay your hands on. It is going strong at present and our slogan must be “Keep it going when the going’s good»57. »

  • 58 LEE, op. cit. (Journey), p. 70.

72Il fallut toutefois se rendre à l’évidence. Après la colère, l’abattement succéda à la stupéfaction. Située à Edimbourg, la scène que rapporte Jennie Lee est typique de dizaines d’autres au soir du 13 mai, lorsque le doute ne fut plus permis : « That evening, while the Central Strike Committee attended to the last funeral rites on the floor above us, we younger ones were huddled together in a corner of our improvised offices, stunned and listless, demoralized by the utter, absolute fiasco of it all58. »

Notes

1 Cf. le rapport de P. Webster dans le 30th Annual Report of the STUC, 1927.

2 Les citations extraites des procès-verbaux des séances du STUCGC, ainsi que de ses circulaires, ne feront dorénavant plus l’objet d’appels de notes. Ceux-ci sont conservés à la M.L.G. et la N.L.S. Dans ces archives figurent également les circulaires expédiées par le TUCGC.

3 National Federation of Building Trades Operatives, « To Affiliated Societies and their Organisers, Regional Secretaries and Branches », 5/5/1926.

4 Les procès-verbaux des séances du CSCC, ainsi que sa correspondance, sont disponibles à la M.L.S. Les citations qui en sont extraites ne feront dorénavant plus l’objet d’appels de notes.

5 Quatre furent chargés des affaires courantes (routine business, sic !), trois du téléphone, trois des communications, deux de l’information.

6 Aberdeen, Bo’ness, Dunfermline, Johnstone & District, Kilmarnock, Methil, Paisley, Perth, Rutherglen, Stirling & District. Les résultats de l’enquête furent publiés dans E. BURNS, The General Strike, May 1926 : Trades Councils in Action, Londres, L.R.D., 1926, 225 p. Labour Research Department. : groupe d’études animé par des intellectuels communistes, dont le directeur était R. Page Arnot, l’historien des mineurs.

7 Airdrie & Coatbridge, Ayr, Blantyre, Dumbarton, Dundee, Edinburgh, Falkirk, Glasgow, Greenock, Hamilton & Motherwell, Irvine, Kilsyth, Kirkintilloch, Tranent, Vale of Leven.

8 Purcell, J. Hamilton et J.P.M. Millar (respectivement président honoraire, président et secrétaire du N.C.L.C.) lancèrent dès le 1er mai un appel à tous les étudiants, enseignants et employés de leur organisation pour qu’ils se mettent à la disposition de leur bourse du travail locale. Cf. The Plebs, juin 1926, p. 218.

9 Quoique des règles tout aussi draconiennes y aient été appliquées, le « comité central de grève d’Edimbourg », composé de délégués de chaque syndicat ou groupe de syndicats en grève ainsi que de la commission industrielle du T.L.C., ne put refuser l’offre que J.P.M. Millar, secrétaire du National Council of Labour Colleges., fit de ses bureaux et de sa secrétaire particulière : on lui fit une petite place au sein du comité.

10 Cf. McLEAN, op. cit., (Lanarkshire).

11 Cf., dans la même série, la petite monographie de P. & C. CARTER, The Miners of Kilsyth in the 1926 General Strike and Lockout, Londres, History Group of the C.P.G.B., 1974, 24 p.

12 « To protect our men from the police, we set up detachments of miners, drilled by a former soldier, who patrolled the area. It was quite a sight to tee them marching, armed with pickaxes, pokers, anything they could lay their hands on. I still wonder how they let us get away with it. » Interview de Moffat dans R.A. LEESON, Strike, A Live History, 1887-1971, Londres, Allen & Unwin, 1973, p. 107.

13 Parti de Londres le 5, un courrier du TUC. était arrivé à Glasgow le 7, faisant au S.TUGC, un rapport fort optimiste sur la situation dans chacune des villes traversées.

14 Ibid., p. 123.

15 The Scotsman, 3, 5, 6 et 10/5/1926. Le 8, le commissaire régional d’Edimbourg fixa le prix de vente « recommandé » du quintal de charbon à 2/6, alors qu’il était de 2s avant la grève.

16 BURNS, op. cit., p. 113.

17 Cf. The Scotsman, 10/5, et The Scottish Worker, 12/5, qui lançait un appel pressant aux autres coopératives écossaises pour les inciter à imiter Bonnybridge.

18 The Scottish Co-operator (édition ronéotypée), 14/5/1926.

19 Sur l’attitude de la S.H.M.A. pendant la grève, voir TUCKETT, op. cit., pp. 179-83.

20 The Plebs, août 1926.

21 La Sheriff Court de Dumbarton condamna systématiquement les membres des piquets à trois mois de travaux forcés. Par contre, un automobiliste accusé d’avoir blessé plusieurs membres d’un piquet en lançant son véhicule sur la foule fut acquitté, le shérif arguant de « l’attitude suicidaire » des victimes. Cf. P. & C. CARTER, op. cit., p. 7. L’Emergency Powers Act tolérait les piquets tant qu’ils restaient « pacifiques ».

22 Récit d’un métallurgiste d’Ashton (Lancs.) cité dans FARMAN, op. cit., p. 162. Cf. aussi cette remarque de Proudfoot dans une lettre à Hutt : « It was great to see the RESPECTABILITY coming in hat in hand to get permits. Only those possessing a Trade Union card received permits. The result was a fairly decent influx to the T.G.W.U. » (MacDOUGALL, op. cit. (Miners), p. 282).

23 Interview de R.E. Scouller, membre de la NUR, employé pendant la grève au secrétariat du STUC, dans LEESON, op. cit., p. 88.

24 Une combinaison de tous les quotidiens glaswégiens, imprimée par du personnel d’encadrement. A Edimbourg, le Scotsman et l’Evening Dispatch, qui n’employaient que des non-syndiqués, parurent normalement pendant la grève, en un format réduit. A Aberdeen, le Press and Journal et l’Evening Express publièrent en commun douze editions ronéotypées.

25 Lord REITH, Into the Wind, Londres, Hodder, 1949, p. 108.

26 Cf. notamment les débats au sein du synode de Lothian à Tweeddale et du presbytère d’Edimbourg rapportés dans le Scotsman du 5/5 et du 11/5.

27 Dans son homélie, le cardinal avait déclaré : « There is no moral justification for a general strike of this character. It is a direct challenge to lawfully constituted authority... It is therefore a sin against the obedience which we owe to God, who is the source of that authority... All are bound to uphold and assist the Government, which is the lawfully constituted authority of the country, and represents, therefore, in its own appointed sphere, the authority of God Himself. »

28 Non affiliée au TUC., la National Union of Journalists eut une attitude plus nuancée : ses adhérents n’étaient pas en grève, mais leur exécutif précisa le 4 mai qu’ils ne devaient pas collaborer à la production d’un journal ayant recours à des briseurs de grève. Les sections d’Aberdeen et de Glasgow se plièrent à ces instructions, celles de Dundee et d’Edimbourg les réfutèrent, laissant « toute liberté d’action » à leurs adhérents.

29 « All ranks of the armed forces of the Crown are hereby notified that any action which they find it necessary to take in an honest endeavour to aid the Civil Power will receive, both now and afterwards, the filli support of His Majesty’s Government. »

30 H. FYFE, Behind the Scenes of the Great Strike, Londres, L.P.C., 1926, p. 25. Un certain nombre d’exemplaires du premier numéro du British Worker furent saisis par la police qui, ne trouvant rien à leur reprocher, les restitua au TUCGC.

31 The British Worker, 6 et 7/5/1926.

32 « To the unemployed also the Council would address an earnest appeal. In the present fight there are two sides only – the workers on the one hand and those who are against them on the other. »

33 Il ne semble pas y en avoir eu en Ecosse. On n’en a d’ailleurs, jusqu’à plus ample informé, recensé qu’un seul en Angleterre, à Plymouth, souvent abusivement présenté comme le symbole de la « bonhomie » de la grève.

34 Cela ne se fit, avec beaucoup de retard, qu’à Newcastle et Manchester, où la tâche fut confiée par le TUC. à Fenner Brockway, le seul membre de l’I.L.P. à se voir ainsi investi d’une mission importante pendant la grève.

35 Le dernier numéro, en date du 14/5, mettait en bonne place cette lettre ouverte de cinq députés travaillistes écossais catholiques (J. Scurr, J. Murnin, J. Tinker, M. Connolly, J. Sullivan) au cardinal Bourne : « We are seriously perturbed by a report to the effect that you have stated that “the general strike is a sin against Almighty God”. With all respect, yet with emphasis, we protest against a high dignitary of the Holy Church making a statement which neither the morality, nor the theology of our faith justifies. »

36 « We have private individuals whose wages are equal to the wages of seven or eight thousand other individuals. What do these highly beneficed individuals do to society for their wages ? Can this last ? No, by the soul that is in man it cannot and will not and shall not last ! ».

37 Cette référence religieuse est la seule que j’ai trouvée. Les chercheurs du N.C.L.C., dont on peut supposer qu’ils disposaient de bulletins aujourd’hui manquants, se considérèrent fondés à écrire : « Il n’y a pas d’appels religieux dans les bulletins de grève écossais comme il y en a dans les anglais. » Toutefois, leur comparaison ne portait que sur trois bulletins anglais, ceux de Poplar, Preston et Wigan. Cf. R. POSTGATE, E. WILKINSON, J.F. HORRABIN, A Workers’ History of the Great Strike, Londres, Plebs League, 1927, p. 41.

38 Qui ressemble étrangement à Jimmy Thomas, le leader modéré de la NUR.

39 « When wages to 30 bob fell/The miner said “I’ll hae a spell/So if you want your coal/Go down in the hole/And dig up a ton for yersel”. » Paisley Strike Bulletin, 9/5/1926.

40 Circulaire du Joint Strike Committee de Johnstone citée dans P. CARTER, « The West of Scotland », in J. SKELLEY, ed., The General Strike, Londres, Lawrence & Wishart, 1976, p. 125.

41 Cf. l’interview du trésorier de la section aberdonienne des Associated Blacksmiths, W.J. Michael, dans A. TUCKETT, The Blacksmiths’ Story, Londres, Lawrence & Wishart, 1974, p. 220.

42 Cf. les réminiscences du vice-secrétaire de la section de Glasgow-Springburn de la NUR dans T.A. McCulloch, « On the Railway » in J. COMMON, op. cit., p. 265.

43 On se console comme on peut « Désolé d’avoir échoué à Coplawhill, mais nous avons réussi, dans un autre atelier, à mettre en grève les tourneurs sur bois chargés de fabriquer les bâtons des policiers » se félicitait le secrétaire de la S.W.M. dans une lettre au GCSCC

44 The Scotsman, 4/5/1926.

45 Cf. LEE, op. cit., (Journey), pp. 66-70.

46 Cf. Cf. I. McDOUGALL, « Some Aspects of the 1926 General Strike in Scotland” » In MacDOUGALL, ed., Essays in Scottish Labour History, John Donald, 1979, p. 180.

47 Cf. CARTER in SKELLEY, op. cit., p. 134.

48 Forward, 6/6/1927. Cf. aussi cette interview d’un pharmacien londonien d’origine écossaise, M. John Kerr, dans un article du Guardian (4/5/1976) consacré au cinquantième anniversaire de la grève : « I didn’t go to university because of the strike : I was destined to go-my father was a professor at Dundee – but when I saw all those students strike-breaking I swore I’d never join them. »

49 Tous les volontaires de l’OMS n’étaient certes pas motivés par l’appât du gain ou la haine de classe. Nombreux furent ceux qui virent dans l’OMS une occasion d’échapper à la routine, de réaliser un rêve d’enfance aux commandes d’une locomotive voire, comme le special constable Graham Greene (alors journaliste au Times) d’éprouver le frisson du danger : « On the side of the Establishment it was a game, a break in the monotony of earning a secure living at its most violent the atmosphere was that of a rugger match played against a team from a rather rough council school which didn’t stick to the conventional rules. » G. GREENE, A Sort of Life, Londres, Bodley Head, 1971, p. 175.

50 « Only two OMS reported for pitwork. Upon finding no baths at the pithead, and that they had left their toothbrushes at home, they declined and returned to London by the “normal rail service » ironise le strike bulletin de St. Paneras, à Londres.

51 Cité dans FARMAN, op, cit., p. 194.

52 La grève donna lieu à 3 149 arrestations sur l’ensemble du territoire britannique.

53 The Scotsman, 14/5/1928.

54 « I have never disguised that I did not favour the principle of a General Strike » (J.H. Thomas à une manifestation de grévistes londoniens le 9/5/1926) ; « I told my Union in April [1926] that such a Strike would be a national disaster, and a fatal step to Union prestige, and such it eventually proved to be » (J.R. Clynes) ; « We have not to blame the General Council for taking the action they did in calling off the Strike. The pity of it is that it was ever called on. » (C.T. Gramp). Cités dans SKELLEY, op. cit., p. 98.

55 National Strike Special Conference : Report of the Conference of Trade Union Executives, 1927.

56 MacDOUGALL, op. cit. (Miners), p. 97.

57 Ibid, p. 279.

58 LEE, op. cit. (Journey), p. 70.

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540