Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Quatrième partie. Les luttes ouvrières

Chapitre XXIII. La fausse trêve

Texte intégral

Les houillères : poursuite de l’offensive patronale

La Commission Samuel

  • 1 Sir William Beveridge (directeur de la London School of Economics) ; Sir Herbert Lawrence (général (...)
  • 2 Report of the Royal Commission on the Coal Industry, Cmd. 2600. Les grandes lignes en sont exposées (...)

1Instituée par ordre royal le 5 septembre 1925 la Commission présidée par Sir Herbert Samuel, ancien ministre libéral de l’Intérieur, ne que comprenait quatre membres, dont aucun ne représentait directement le monde du travail1. Son rapport, unanime, fut publié le 20 mars 1926. Il énonçait les causes de la crise que traversait l’industrie houillère – consommation intérieure stationnaire, chute des exportations, retour à l’étalon-or, morcellement de l’industrie – et la jugeait économiquement non viable en l’état. Comme remède immédiat, la commission préconisait le maintien de la journée de sept heures – estimant que le retour à la journée de huit heures aurait causé la perte de 130 000 emplois – assorti d’une réduction substantielle des salaires. Cette diminution ne devait être que temporaire, en l’attente d’une réorganisation esquissée dans ses grandes lignes : mise en place d’un système municipal de distribution, coordination plus étroite avec les industries annexes, rachat des royalties par l’État, mais rejet catégorique de la nationalisation, « opération trop vaste et hasardeuse. » Quant au subside, il ne devait « jamais être renouvelé2. »

  • 3 Cité par C.L. MOWAT, Britain between the Wars, 1918-40, Londres, Methuen, p. 300.

2Le 31 mars, lors de leur première rencontre après la publication du rapport, les trois parties en présence restèrent sur des positions apparemment irréconciliables. Les propriétaires mettaient l’accent sur l’assainissement de l’industrie par la réduction des salaires, chaque compagnie se réservant le droit d’en fixer le montant selon l’état de sa trésorerie. Leur intransigeance sur ce point était telle qu’elle finit par indisposer plusieurs ministres conservateurs, dont Lord Birkenhead, déclarant sans ambages : « Nous aurions pu dire sans exagérer que les représentants des mineurs étaient les hommes les plus stupides d’Angleterre si nous n’avions fréquemment eu l’occasion de rencontrer les propriétaires de mines3. »

  • 4 K. MIDDLEMAS, ed., Thomas Jones : Whitehall Diary, Oxford, O.U.P., vol. II, 1969, pp. 12, 19.
  • 5 On se rappelle le slogan des mineurs français en grève après la catastrophe de Courcelles (mars 190 (...)

3Parmi ces derniers, les Ecossais se montrent les plus belliqueux. Thomas Jones, qui participa, en tant que secrétaire adjoint du Cabinet, à toutes les négociations du printemps 1926, voyait en Sir Adam Nimmo, président, entre autres sociétés, de la Fife Coal Co., « l’un des obstacles les plus difficiles sur le chemin de la paix, » le patron qui, avec William Thorneycroft, propriétaire du puits de Lochgelly, était le plus manifestement impatient de déclencher une épreuve de force4. Quant à la Miners’ Federation of Great Britain, elle récusa en bloc le rapport Samuel, qui exigeait de ses adhérents des sacrifices immédiats en échange d’une vague promesse de réorganisation à échéance indéterminée. Aussi s’en tint-elle, pendant toute la durée des négociations, au slogan forgé par son nouveau secrétaire général, Arthur Cook : « Not a penny off the pay, not a second on the day ! 5 » Une telle revendication allait à l’encontre de la position du troisième partenaire, le gouvernement, qui entendait fonder son action sur des bases purement économiques, et refusait en conséquence de soutenir les salaires par le renouvellement du subside. Aussi Baldwin se contenta-t-il de déclarer que son Cabinet adhérerait aux conclusions de la commission lorsque les deux autres parties auraient clairement manifesté leur intention de s’y rallier.

4Le 23 avril, les propriétaires de mines firent afficher à l’entrée des fosses le nouveau barème des salaires, qui devait entrer en vigueur le 30. Son rejet par les mineurs entraînerait un lock-out immédiat. En Écosse, le salaire moyen journalier devait tomber de 10/4 à 6/4, alors qu’il était de 6/8 en 1914. En 1926, la cause des mineurs était défendue par Cook et Herbert Smith, beaucoup moins malléables que Hodges et même Smillie, vieillissant, ne l’avaient été en 1921. Echaudés par le non-respect des promesses de 1919, ils firent preuve d’une très forte détermination à ne plus se laisser abuser par de belles paroles. « Nowt’ doin’ », « pas question », intervenait systématiquement Smith dès qu’il avait le sentiment que l’on dérapait vers la casuistique. Aussi les négociateurs du TUCGC (Citrine, Pugh, Thomas et Swales) se trouvèrent-ils rapidement confrontés au dilemme suivant : conseiller aux mineurs d’accepter l’ultime proposition de Baldwin (maintien des salaires mais retour à la journée de huit heures), ce qui ne pourrait manquer de provoquer au sein du monde du travail une rupture encore plus traumatisante que celle du « vendredi noir », ou bien soutenir jusqu’au bout les revendications des mineurs, au risque de précipiter une grève générale dont le TUCGC ne voulait pas.

  • 6 Du côté syndical, on pourra lire les récits de membres du TUCGC tels que Bevin (BULLOCK, op. cit., (...)

5Tous les témoignages concordent6 : les quatre négociateurs du conseil général adoptèrent la seconde attitude, mais en espérant jusqu’au dernier moment pouvoir arriver à un compromis acceptable pour Cook et Smith. Le soir du dimanche 2 mai, alors que le lock-out des mineurs était général depuis deux jours et que le TUCGC avait déjà expédié aux exécutifs de plusieurs syndicats un ordre de grève pour le lendemain à minuit, une réunion de la dernière chance se tint entre représentants du conseil général et du gouvernement. Informé d’un incident qui venait de se produire à l’imprimerie du Daily Mail – les linotypistes de la NatSOPA refusaient de composer un passage particulièrement virulent d’un éditorial antisyndical intitulé « Pour le Roi et la Patrie »-, Baldwin, pressé par, entre autres, Churchill et Chamberlain, faisait informer le T.U.G.C. de la rupture immédiate des négociations. Lorsque Pugh et Citrine se présentèrent à son bureau pour désavouer le geste des linotypistes, ils ne trouvèrent pas le Premier ministre, « parti se coucher. » La grève générale, annoncée puis annulée à trois reprises depuis l’armistice, allait enfin avoir lieu.

L’état de préparation du gouvernement

  • 7 G.M. YOUNG, Stanley Baldwin, Londres, Rupert Hart-Davis, 1952, p. 99.

6Interrogé par son premier biographe sur les raisons de sa « capitulation » du « vendredi rouge », Baldwin se contenta d’émettre un laconique « Nous n’étions pas prêts7 », c’est-à-dire : notre organisation pour faire face à une grève générale n’était pas encore au point, ou du moins pas encore opérationnelle. Cela faisait pourtant plus de cinq ans – depuis le vote ultra-rapide de l’Emergency Powers Act en octobre 1920 – que les gouvernements successifs se préparaient en vue d’une telle éventualité.

Le comité d’approvisionnement et de transport

  • 8 Au sommet de la hiérarchie des magistrats écossais, le Lord Advocate remplit de facto, sinon de jur (...)
  • 9 R.R. JAMES, Memoirs of a Conservative ; J.C.C. Davidsons Memoirs and Papers, 1910-37, Londres, Weid (...)

7Prêt à entrer en action lors de la grève des mineurs de l’été 1921, le Supply and Transport Committee entra en hibernation après la désintégration de la Triple Alliance. Dès la formation de son premier Cabinet, en mai 1923, Baldwin chargea le Chancelier du Duché de Lancastre, J.C.C. Davidson, d’accélérer la croissance de ce qui n’était plus qu’un embryon d’organisation. L’Angleterre et le Pays de Galles furent divisés en dix districts, et un commissaire régional nommé à la tête de chacun d’entre eux. L’Écosse constituait une région à part, placée sous la responsabilité du Lord Advocate8, William Watson, et de cinq commissaires de district, dont un général (D.A. Macfarlane à Inverness) et un grand industriel (Sir Arthur Rose à Glasgow). Le caractère de classe de cette organisation, mise sur pied dans le plus grand secret, n’en devient que plus évident lorsque l’on sait que Davidson touchait son salaire de chief civil commissionner non pas de l’État, mais directement de la caisse noire du parti conservateur9.

  • 10 Ibid., p. 181.

8Aussi l’attitude du premier gouvernement travailliste à l’égard du Supply and Transport Committee semble-t-elle pour le moins désinvolte, voire irresponsable. Rappelant à son successeur au duché de Lancastre, Josiah Wedgwood, « qu’il était de son devoir de protéger la Constitution contre une grève générale d’inspiration bolchevique », Davidson le pria de « ne pas détruire tout son travail. » Josh, ainsi que l’appelle familièrement Davidson dans son Journal, fut fort obligeant : il lui promit de « ne pas s’en mêler », et lui confia dix mois plus tard, lors de la chute du gouvernement MacDonald : « Je n’ai pas détruit le moindre de vos plans ; en fait, je ne m’en suis même pas occupé10. »

9De fait, selon Davidson, des dispositions pour s’assurer le contrôle de la BBC, publier un bulletin d’information et recruter des volontaires avaient été prises dès avant la chute du premier gouvernement Baldwin. Or, lorsque la crise se déclencha, deux ans et demi plus tard, le T.U.G.C. ignorait toujours tout de la teneur de ces plans – soit que Wedgwood ait quitté son ministère sans avoir su convenablement évaluer l’état d’avancement de la machine de guerre anti-grève mise en place par son prédécesseur, soit, plus vraisemblablement, que sa conception de la « raison d’État » l’ait emporté sur une « solidarité de classe » peu familière à un ex-libéral issu de la grande bourgeoisie.

  • 11 Ibid., p. 229.
  • 12 The Times, 3/8/1925. Cf. aussi H.A. TAYLOR, Jix - Viscount Brentford, Londres, St. Paul, 1933.

10« Ce ne fut pas avant juillet 1925, lorsque la menace de grève ne fut repoussée que par l’octroi d’un subside et la promesse d’une commission royale, que les préparatifs furent vraiment activés », reconnaît Davidson11. Préparatifs en vue de quoi ? Les propos du nouveau ministre de l’Intérieur, Sir William Joynson-Hicks, lors d’un discours qu’il tint à Northampton quelques jours après le « vendredi rouge », sont révélateurs : « Tôt ou tard, le peuple de ce pays devra bien lutter pour régler la question suivante : l’Angleterre (sic !) doit-elle être gouvernée par le Parlement et le Cabinet ou par une poignée de dirigeants syndicaux ? 12 »

  • 13 Elu en 1931 député « sans étiquette » des universités écossaises, il figura dans plusieurs cabinets (...)
  • 14 Cf. le texte de la circulaire dans G. GLASGOW, The General Strike and Road Transport, Londres, G. B (...)
  • 15 Cité dans C. FARMAN, The General Strike, Londres, Hart-Davis, 1972, p. 115.

11La tâche de rendre le comité vraiment opérationnel fut confiée par le Premier ministre à un haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur, l’Ecossais Sir John Anderson13. Les dix commissaires régionaux d’Angleterre-Galles, tous fonctionnaires, furent remplacés par des sous-secrétaires d’État, dont deux pairs du Royaume et huit officiers. Ils disposaient de pouvoirs impressionnants sur tous les services publics et municipaux, et même sur les moyens de transport du secteur privé. Le 20 novembre 1925, un mois après le « congrès rouge » du TUC à Scarborough, toutes les collectivités territoriales du royaume reçurent une circulaire confidentielle du ministère de la Santé qui exposait les plans du gouvernement en cas de crise et précisait le rôle qu’elles auraient à tenir dans une telle éventualité14. En décembre, les exportations de charbon furent suspendues, et des stocks considérables de carburant et de nourriture constitués. « Pratiquement tout est prêt ; nous pouvons attendre la crise de pied ferme » pouvait déclarer le ministre de l’Intérieur à ses collègues du Cabinet au début de février15.

La guerre psychologique

  • 16 « The majority of the Cabinet regard the present moment as badly chosen for the fight, though the c (...)

12Il restait cependant encore une tâche essentielle à accomplir : convaincre l’opinion publique que, l’échéance venue, il était de son devoir de se ranger sans réserve du côté du pouvoir. Selon Baldwin, cela était loin d’être le cas en juin 192516 : aussi importait-il de gagner du temps, et d’utiliser le délai gagné par le « vendredi rouge » à préparer l’opinion.

  • 17 Extrait d’un discours d’août 1925 cité dans W.H. CROOK, The General Strike, Chapel Hill, U. of N. C (...)

13On entreprit donc de la conditionner : la « majorité silencieuse » fut, discours après discours et éditorial après éditorial, sensibilisée au « péril rouge » et au danger que courait la constitution ; le monde du travail soumis à une campagne de démoralisation, et la liberté d’expression sérieusement malmenée. Elle le fut, fort habilement, de façon sélective. D’un côté, l’écho le plus large fut donné aux réactions de MacDonald et de Cook au lendemain du « vendredi rouge ». Le premier, nous l’avons vu, déplora la « capitulation gouvernementale. » Clamant à la cantonade que les mineurs avaient « déjà battu, non seulement les employeurs, mais aussi le plus puissant gouvernement des temps modernes », le second ne faisait qu’entraîner l’opinion publique dans la direction souhaitée par le pouvoir17.

14En revanche, les seuls dirigeants ouvriers à clamer urbi et orbi que le « vendredi rouge », loin d’être une victoire, n’était qu’une étape, et que la lutte décisive serait déclenchée à l’expiration du subside, les communistes, firent l’objet d’une forme radicale de censure. Le 14 et le 21 octobre, douze de leurs dirigeants furent arrêtés, dont les Ecossais Gallacher, Campbell, Bell et MacManus. Inculpés de sédition et d’incitation à la mutinerie, ils furent condamnés, en vertu de l’Emergency Powers Act, à six mois de prison ferme pour sept d’entre eux, à un an pour les récidivistes. Outre que ces arrestations devaient contrarier les seuls efforts cohérents de préparation à la grève générale entrepris par une fraction de la classe ouvrière, elles privèrent cette dernière de dirigeants expérimentés, notamment de vétérans du Clyde Workers’Committee, lorsque le conflit éclata.

15Moins spectaculaire mais tout aussi révélatrice des intentions de la classe dirigeante fut la décision du conseil municipal de Glasgow d’interdire, à partir d’octobre 1925, les réunions politiques du dimanche, principal outil de propagande et de recrutement de l’ILP et du CPGB. L’adjoint au maire Millar, instigateur de cet arrêté, ayant été sévèrement défait aux élections municipales de novembre, le conseil, sa majorité conservatrice quelque peu affaiblie, estima plus prudent de limiter l’interdiction aux meetings tenus en plein air. Les réunions en salle purent donc reprendre normalement dès janvier 1926.

  • 18 Interview d’une déléguée, Forward, 6/3/1926.

16C’est sans doute en partie pour contrecarrer l’intense effort d’information et de propagande auquel se livraient les mineurs du Lanarkshire, culminant au cours de la campagne précédant l’élection législative partielle du 2 avril 1926, qu’une « guilde des femmes de l’Empire » fut constituée dans la région. Dirigée par l’épouse d’un mineur local, Mme Kidd, la guilde recruta essentiellement dans le milieu des familles minières. Une délégation de douze membres se rendit le 2 mars aux bureaux glaswégiens de la Scottish Coal Association « pour poser aux propriétaires de mines des questions sur le travail de leur mari. » Elles y furent fort bien reçues : « The owners gave us a wonderful welcome... My husband keeps repeating that the masters do not want to meet us, but Sir Adam Nimmo told us that the miners refisse to meet the owners. I shall see tonight what my husband has to say about that18. »

  • 19 The Scotsman, 3/5/1926.

17Convaincantes ou non, les explications du mari ne pesèrent vraisemblablement pas lourd dans la balance lorsque la guilde offrit à son épouse la possibilité de réaliser l’un des rêves de sa vie : un voyage à Londres, tous frais payés, y compris la visite de la Tour... et, en supplément gratuit non prévu au programme, un défilé à travers les rues de la capitale, en compagnie de quelque 5 000 autres membres de la guilde, derrière des banderoles proclamant leur opposition à la grève dont leurs époux menaçaient la patrie. Ainsi le Scotsman pouvait, le jour fatal arrivé, affirmer en première page : « Si la récente manifestation londonienne de femmes contre la grève, à laquelle de nombreuses épouses de mineurs prirent part, est une indication de l’opinion générale des femmes dans les bassins houillers, alors la plupart d’entre elles sont opposées à la grève19. »

  • 20 Cité dans J. SYMONS, The General Strike, Londres, Cresset, 1957, p. 24.
  • 21 « L’O.M.S. est le complot le mieux élaboré qui ait jamais été ourdi pour briser une grève ; elle re (...)

18Les hommes, par contre, semblaient l’attendre avec confiance : « Personnellement, je ne crains absolument pas ces plaisantins. Ce sont des gens qui n’ont jamais travaillé de leur vie. S’ils commençaient à se mettre au travail à l’occasion d’une grève, ils s’en sortiraient très mal » ironisa Charles Cramp, de la N.U.R., lorsqu’il apprit la création de l’Organisation for the Maintenance of Supplies20. Lorsque la presse annonça, fin septembre 1925, la création de cette organisation de volontaires – faisant apparemment double emploi avec le Supply and Transport Committee puisqu’elle avait « pour rôle d’assurer les approvisionnements et le fonctionnement des services vitaux en cas de grève générale » – le mouvement ouvrier, surpris, réagit de façon épidermique. Certains, à l’instar de Cramp, représentatif de l’aile modérée, prirent la chose à la légère ; d’autres, à l’extrême-gauche, crièrent au fascisme21.

  • 22 Cité dans FARMAN, op. cit., p. 26.

19Le défaut de ces deux analyses est qu’elles considèrent vraiment l’OMS comme ce qu’elle prétendait être, une agence de recrutement de briseurs de grève, alors que son rôle était essentiellement psychologique : fixer l’attention de l’opinion publique sur le politique plutôt que sur l’économique. Il fallait donc, d’une part attirer l’adversaire sur le terrain politique, d’autre part persuader l’opinion que la bataille se livrerait effectivement sur ce terrain : on ne lui demanderait pas de se solidariser avec les malheureux propriétaires de mines, mais de se ranger sous la bannière de la défense de la Constitution, menacée par des syndicalistes irresponsables ayant contracté la fièvre bolchevique. Cela fut fort bien compris par l’Association Minière, qui fit paraître au mois d’août le communiqué suivant : « It will be the endeavour of the Mining Association, during the respite purchased by Mr. Baldwin, to expose to the public the ramifications and activities of our English » Reds », the methods by which they control the Miners’ Federation and other unions and their policy towards industry and the state22. »

  • 23 Symons les évalue à « environ cent mille volontaires » à la veille de la grève, estimation reprise (...)
  • 24 Assisté de Lord Jellicoe, amiral de la Flotte, et de Lord Scarborough, général de division.
  • 25 Cf. R. BENEWICK, The Fascist Movement in Britain, Londres, Allen Lane, 1972, p. 35.

20Dans le Times du 1er octobre, Joynson-Hicks fit paraître un communiqué dans lequel il précisait que l’O.M.S. était une organisation indépendante du gouvernement, mais n’en invitait pas moins, en tant que ministre de sa Majesté, les citoyens « bien disposés » et respectueux de la « paix et de l’ordre » à « accomplir une action patriotique » en proposant leurs services à ladite organisation. Son appel ne semble pas avoir soulevé l’enthousiasme général, quoiqu’il soit difficile d’estimer avec précision les effectifs de l’OMS23. Son président, Lord Hardinge of Penshurst, ex-vice-roi des Indes24, fit savoir qu’il acceptait la coopération des fascistes « à condition qu’ils abandonnent leur formation quasi-militaire. » Cette exigence fut diversement appréciée dans les rangs (clairsemés) des fascistes britanniques, la majorité refusant de s’y soumettre, tandis qu’une aile moins dure, sous la direction du général de brigade Blakeney, acceptait de « seconder les efforts de l’OMS. pour la sauvegarde de l’État25. » Les militants de cette fraction fondèrent le corps des « loyalistes », effectivement utilisé par l’OMS au cours de la grève. En Écosse, le comte de Glasgow, leader des fascistes calédoniens, organisa ses troupes en « loyalistes écossais » et « écossaises. »

L’état de préparation du mouvement ouvrier

  • 26 Herbert Smith cité dans ARNOT, op. cit., (1953), pp. 383-84.

21« This is only a truce... Thirty-four more weeks to go to the outbreak of the greatest fight in the history of the British working class. We must get ready for that struggle. »26 Dès le lendemain du « vendredi rouge », les dirigeants de la MFGB prirent soin d’avertir leurs mandants que le combat, bien loin d’être gagné, ne faisait en réalité que commencer. S’adressant aux délégués régionaux de la fédération réunis à Londres le 19 août, Herbert Smith les mettait en garde contre tout triomphalisme, et les exhortait à se préparer sérieusement en vue de l’inévitable affrontement. Plutôt que de prêcher à des convertis, il aurait sans doute été plus judicieux de chercher à convaincre le TUCGC.

TUC et STUC : la politique de l’autruche

  • 27 The Mining Crisis and the National Strike. Report of Proceedings, Londres, TUC, 1927, p. 10.

22Partagé entre son désir d’obtenir justice pour les mineurs et sa hantise de la grève générale politique, l’organisme dirigeant du syndicalisme britannique, dans lequel Maclean avait voulu voir « l’état-major » du mouvement, resta comme paralysé, préférant se reposer sur les lauriers du « vendredi rouge » plutôt que d’élaborer une stratégie pour la conduite d’une grève dont il ne voulait pas. Bevin lui-même, qui sut se montrer un organisateur fort énergique une fois le conflit déclenché, devait reconnaître devant la commission d’enquête du TUC chargée en janvier 1927 de faire l’autopsie de la grève que « le T.U.G.C. [n’avait pas de] plan bien établi pour diriger ce mouvement. En fait, [il] n’ébaucha pas le moindre plan avant sa réunion du 27 avril 192627. »

  • 28 Le mémorandum de Citrine est presque intégralement reproduit dans M. CHARLOT, Le Syndicalisme en Gr (...)

23A son congrès de Scarborough, le TUC se contenta de mettre sur pied une « commission industrielle » chargée d’assurer une liaison permanente entre le CG et la MFGB. Constituée presque uniquement de membres modérés du TUGC, cette commission ne se réunit que six fois entre septembre 1925 et mai 1926, sans jamais adopter la moindre résolution, en dépit des exhortations répétées de Citrine, dont le plan de bataille, réaliste et sérieux, fut repoussé lors de la réunion du 29 janvier28. « On ne peut guère dire que la commission ait jusqu’à présent formulé la moindre ligne de conduite, mais son hypothèse de travail est que le subside ne pourra être subitement supprimé en mai », ironisait le Times du lendemain.

  • 29  STUC, 29th Annual Report, 1926.

24La passivité du TUCGC fut partagée par son pendant écossais, le STUCGC. Le procès-verbal du congrès annuel des syndicalistes écossais, réunis à Inverness du 19 au 24 avril 1926, est à cet égard révélateur. Le ton général en fut donné dès le discours d’ouverture du président, Joe Duncan, secrétaire de la Scottish Farm Servants’ Union : à quelques jours de la fin légale du subside gouvernemental à l’industrie houillère, le problème des mineurs y est entièrement passé sous silence. Pour Duncan, la tâche la plus urgente est le renforcement des syndicats en Écosse, au moyen d’une double campagne de recrutement et de fusions intersyndicales. Pour mener à bien ce renforcement, il est essentiel d’éviter toute action aventuriste. De plus, fusion ne doit point signifier concentration du pouvoir, et le président du congrès s’élève contre le slogan communiste de « pleins pouvoirs au conseil général en cas de conflit », expliquant qu’une telle solution ne pourrait être envisagée « que lorsqu’un problème se pose de façon suffisamment grave et urgente pour rassembler, spontanément et résolument, les travailleurs pour la défense d’une section importante ou d’un principe vital29. » Apparemment, selon Duncan, de telles conditions n’étaient pas remplies à la fin d’avril 1926.

25Deux jeunes délégués communistes (et membres du National Minority Movement) du Trades and Labour Council de Glasgow proposèrent au congrès de constituer des « corps de défense ouvriers. » La motion fut rejetée à une forte majorité, le congrès préférant adopter à l’unanimité deux autres résolutions, l’une assurant les mineurs du soutien total – sans autre précision – du STUC, l’autre engageant le congrès à « préparer les syndicats, en liaison avec le parti travailliste, à la lutte pour le renversement du capitalisme » – « Le congrès étant manifestement persuadé », ironise Dollan dans le Forward du 1er mai, « que le renversement du capitalisme s’opérerait paisiblement et constitutionnellement. »

26Réponse du berger à la bergère, puisque les responsables de l’organisation avaient affirmé dès le début leur volonté « d’être pratiques et efficaces », contrairement aux « visionnaires utopistes » du récent congrès national de l’ILP. Il semble à vrai dire que les seules dispositions « pratiques et efficaces » qui furent prises au cours du congrès du STUC furent celles concernant l’organisation des défilés et réunions du 1er mai.

Une base syndicale routinière

  • 30 Conflits de compétences entre Plumbers’ Society et N.U.G.M.W à propos de l’installation des conduit (...)

27Les ardeurs organisatrices des militants de la base auraient-elles, comme le veut l’histoire traditionnelle de la grève générale, été bridées par la résistance passive de leurs dirigeants ? L’examen des procès-verbaux des réunions hebdomadaires d’un Trades and Labour Council réputé fort militant, celui de Glasgow, apporte une réponse nettement négative à cette question. Au cours des mois de janvier, février et mars 1926, le conseil se consacra presqu’exclusivement à l’examen de conflits internes au mouvement ouvrier30. Quant au mois d’avril, il fut consacré à la discussion du rapport annuel et à l’élection du nouveau bureau. A aucun moment au cours de ces quatre mois il ne fut question des mineurs, pourtant représentés au T.L.C. par deux membres, encore moins des dispositions à prendre en cas de grève générale.

  • 31 MacDOUGALL, op. cit., (Miners), p. 88.
  • 32 « The average miner isn’t showing much interest in anything just now... » « Up to saturday [May 1, (...)
  • 33 A. KOESTLER, Suicide d’une nation ? Paris, Calmann-Lévy, 1964, p. 14.

28Plus surprenant est l’apparent désintérêt des premiers concernés, les mineurs. « Je ne pense pas que beaucoup de gens, à cause des déceptions passées, croyaient que la grève générale aurait vraiment lieu. Plusieurs d’entre nous décidèrent d’organiser un meeting le dimanche précédant la grève. Faute de participants, nous dûmes l’annuler » se souvient John McArthur dans ses mémoires31. Au cas où l’on croirait pouvoir attribuer cette réflexion à la hindsight, à une analyse après-coup, les lettres d’un autre mineur communiste du Fife, David Proudfoot, confirment la passivité des mineurs entre mai 1925 et avril 192632. Il faut bien se rendre à l’évidence : par optimisme béat ou par misonéisme bureaucratique, par manque de solidarité ou tout bonnement par apathie ou légèreté, mais surtout parce qu’ils voulaient croire que le gouvernement trouverait une solution, par exemple en renouvelant sa subvention à l’industrie houillère, base et état-major du mouvement syndical adoptèrent, à tous les niveaux et dans toutes les régions du royaume, y compris dans les bassins houillers, une attitude qu’Arthur Koestler devait, une trentaine d’années plus tard, qualifier de « struthonienne », l’attitude de l’autruche qui « enfouit sa tête dans le sable avec la sereine conviction que la Réalité n’est qu’un mot gênant inventé par les étrangers33. »

L’isolement des communistes

  • 34 Workers’ Weekly, 7/8/1925. Cf. aussi KLUGMANN, op. cit., (vol. II), pp. 34-45 et Mac DOUGALL, op. c (...)

29Ces « étrangers », en l’occurrence, ce furent les communistes. Le CPGB ne perdit pas de temps pour mettre en garde les travailleurs contre le relâchement qui suivit le « vendredi rouge », attirant leur attention sur « la différence notable entre les préparatifs de la classe dirigeante et ceux de la classe ouvrière34. » En septembre 1925, le comité exécutif du Labour soumit au congrès une motion prônant l’exclusion des communistes des rangs travaillistes. Malgré l’opposition de plusieurs figures prestigieuses du mouvement, dont les Ecossais Buchanan, Campbell Stephen, Johnston, Kirkwood, Neil Maclean, Shinwell et Wheatley, la motion de l’exécutif l’emporta avec une confortable majorité.

30L’arrestation de douze de ses dirigeants dans les semaines qui suivirent acheva d’isoler le parti communiste. Un bureau politique provisoire de cinq membres, dont les Ecossais A. Ferguson et R. Stewart, fut rapidement mis sur pied, mais n’eut guère le temps de réorganiser l’appareil du parti avant le déclenchement de la grève générale. Leur hiérarchie démantelée, les militants communistes firent porter leurs efforts sur la préparation locale au conflit prévu pour mai. Ils obtinrent souvent, notamment dans les bassins houillers du Fife et du Lanarkshire, l’appui des militants locaux de l’ILP. Leurs efforts communs portèrent plus particulièrement sur la constitution de « corps de défense ouvriers » – une forme de collaboration à la base peu goûtée de MacDonald, qui fit grief à l’ILP, dans le Forward du 27 mars 1926, de « soutenir quiconque tente de nous forcer la main... de prendre fait et cause pour les communistes, tant et si bien que l’on nous confond avec eux. »

31En fait, même sans cette attaque du leader travailliste, les tentatives d’organisation des communistes étaient vouées à l’échec, du moins à l’échelle nationale, tant leurs appels à la mobilisation apparaissent en porte à faux par rapport à l’état réel de l’opinion ouvrière, démobilisée et découragée, y compris dans les bassins houillers. Ainsi cet appel du National Minority Movement à la constitution de Councils of action gérés par des shop stewards ressuscités pour la circonstance dut-il, en mars 1926, apparaître à la majorité des militants comme rien moins que délirant :

  • 35 Cité dans J. McLEAN, The 1926 General Strike in Lanarkshire, Our History Pamphlet, Londres, CPGB, 1 (...)

« Tasks of the Council of Action: a) the initiation of a campaign... to rebuild the numerical strength of the Unions.. Stress should be laid on the necessity of altering the outlook of the Unions from that of compromise with the employers to one of aggression against them, b)... consistent efforts to build up the somewhat shattered shop stewards organisation in the workshops.. c) the creation of factory committees whenever and wherever possible... d) the establishment of the closest possible contact and co-operation with the co-operatives in the districts, e) the inauguration of a campaign of work gate meetings in order to try and make the struggle an all-inclusive one – not one of the rank and file obeying automatically the orders of their officials35. »

32De nouveau, nous sommes confrontés au discours « basiste », selon lequel une base militante aurait été bridée dans sa volonté de se préparer au combat par une direction velléitaire. L’expérience de l’ILP pendant ces neuf mois de « trêve » confirme qu’il n’en fut rien.

Le découragement de l’ILP

  • 36 Forward, 1/5/1926.

33Constatant que le STUC d’Inverness avait été nettement plus modéré que le TUC de Scarborough six mois plus tôt, P.J. Dollan y voit une confirmation de sa théorie selon laquelle « les sections politique et coopérative du mouvement ouvrier écossais ont toujours montré la voie aux organisations britanniques dont elles font partie, alors qu’on ne peut en dire autant de la section syndicale, représentée par le STUC36. » Cette affirmation fut-elle vérifiée dans les faits entre le « vendredi rouge » et le déclenchement de la grève ?

  • 37 Ibid., 16/1/1926. Le même argument avait été utilisé par Bevin dans le Daily Herald en août 1925.

34Le congrès national de l’ILP, qui se tint à Whitley Bay au début du mois d’avril 1926, se solda par l’élection d’un nouveau président à la solide réputation d’homme de gauche, le député de Glasgow-Bridgeton, James Maxton. Or, dans son discours d’intronisation, ce dernier ne fit pas la moindre allusion à la crise houillère. La même omission avait, trois mois plus tôt, marqué le congrès des sections écossaises de l’I.LP. à Edimbourg. Les mineurs y furent totalement négligés, et une motion des délégués de Dunfermline, bastion du N.M.M. dans le bassin houiller du Fife, proposant la création de « corps de défense ouvriers » contre les agressions fascistes fut repoussée par une forte majorité « afin de ne pas faire aux fascistes la publicité qu’ils désirent37. »

  • 38 Ibid., 10/4/1926.

« The period that has just ended has been one of the most difficult in the history of the ILP. The city has experienced a general climate of political indifference, as well as a general decline of enthusiasm, largely due to the reaction of disappointment caused by the brief period of office of the Labour government38. »

35Il est facile de vérifier l’analyse amère de John McLure, secrétaire de la fédération ILP de Glasgow, dans son rapport annuel d’avril 1926, par la lecture de Round the Country, la page entière régulièrement consacrée dans Forward au compte rendu des réunions des sections locales de l’ILP et, à l’occasion, d’autres organisations ouvrières. Pour qui fait partir ce dépouillement de janvier 1926, la surprise, nous l’avons vu, est de taille : l’ILP est-il un parti politique ou un cercle poétique ?

36Il s’agit certes de préparer la Burns’ Nicht du 26 janvier. Mais que dire de février ? : selon le Forward du 20 février, deux réunions seulement sur vingt avaient, le dimanche précédent, abordé le problème des mineurs ; la proportion est identique dans les rubriques du 27 février, des 13 et 27 mars (2 réunions sur 26 consacrées aux mineurs) ; les comptes rendus des 7 mars et 17 avril ne font état d’aucune réunion ayant abordé la question, et celui du 20 mars en mentionne une seule, la grande majorité des autres célébrant la fête des mères. On note bien une légère augmentation à l’approche de la date fatidique : trois réunions sur douze dans la rubrique du 24 avril, mais uniquement dans des villages miniers. Quant au premier mai, qui rassembla environ 20 000 personnes (et 25 orchestres) à Glasgow et un millier à Edimbourg, il donna dans le passéisme et l’autoglorification : aucun discours ayant trait directement à la grève générale pourtant imminente, mais de multiples évocations de l’émancipation des travailleurs à travers les siècles.

37Pourtant, Maxton, Dollan et Wheatley – ces deux derniers, anciens mineurs – avaient, dès juillet 1925, monopolisé les colonnes de Forward pour exhorter à la préparation en vue du 1er mai 1926, exigeant notamment du TUC un effort national de recrutement afin de pouvoir compter sur plus de dix millions de syndiqués lorsque le conflit éclaterait. Toutefois, le fossé était profond entre l’ILP et le TUCGC. Citrine et surtout Bevin se méfiaient de Maxton et d’Allen, ces bourgeois qui prétendaient donner des leçons de militantisme à la classe ouvrière. Aussi l’offre de l’ILP de mettre à la disposition du conseil général le réseau de propagande du parti – capable d’organiser plus de 700 réunions publiques par semaine – fut-elle dédaignée.

  • 39 Forward, 9/9/1925.
  • 40 Cité par MIDDLEMAS, op. cit., (Clydesiders), p. 196.
  • 41 M. COLE, ed., Beatrice Webb’s Diaries, vol. II ; 1924-32, Londres, Longman, 1956, p. 70.

38Bien implanté dans les syndicats écossais, et disposant en Smillie d’un relais de choix, l’ILP ne disposait par contre que d’un seul allié de poids au sein du mouvement syndical britannique : Arthur Cook, qui était loin d’être en odeur de sainteté auprès du TUCGC. Cette alliance ne fit que renforcer la méfiance que les dirigeants du syndicalisme britannique nourrissaient à l’égard du parti dominé par les virulents Clydesiders. Ainsi, Wheatley ayant au cours de sa campagne de recrutement syndical, en septembre 1925, proclamé qu’il espérait pouvoir compter sur « dix millions d’hommes prêts à se battre plutôt que de voir la Grande-Bretagne transformée en une terre de coolies39 », Bevin lui demanda aussitôt s’il s’agissait d’un appel aux armes. « Si nous voulons que les grèves futures soient des succès », lui répondit le député de Glasgow, « elles devront être des grèves de classe40 » – postulat que Béatrice Webb s’empressa de commenter dans son journal en des termes révélateurs de l’état d’esprit de toute l’aile modérée du mouvement ouvrier au lendemain du « vendredi rouge » : « Cook au nom de l’aile gauche du TUC ainsi que Maxton et Wheatley au nom de la Clyde parlent de révolution immédiate41. »

  • 42 « The Mining Crisis : a Call to the ILP. », 20/2/1926.
  • 43 24/4/1926. Les éditoriaux de MacDonald au cours du 1er trimestre de 1926 sont tellement surprenants (...)
  • 44 Cité dans FARMAN, op. cit., p. 91.

39En fait, cette flambée de radicalisme verbal s’éteignit rapidement. Les appels à la mobilisation lancés dans Forward se firent de plus en plus rares : des deux éditorialistes de l’hebdomadaire, William Stewart n’adressa qu’une seule exhortation en ce sens entre le 1er août 1925 et le 1er mai 192642, et Ramsay MacDonald, éditorialiste attitré depuis janvier 1925, abreuvant ses lecteurs de considérations métaphysiques sur ses expériences mystiques dans les neiges himalayennes et les oasis sahariennes où il se reposait, jugea bon, lui aussi, de ne consacrer qu’un seul éditorial à la question houillère – encore s’agissait-il d’une analyse purement technique du rapport Samuel, qu’il approuvait, suivie de vagues déclarations de soutien aux mineurs43. Hormis ces deux appels, un seul autre fut lancé dans Forward au cours du premier trimestre de 1926 : il émanait du rédacteur en chef, Emrys Hughes, gendre de Keir Hardie. Il est vrai que Maxton, sérieusement malade, avait dû considérablement réduire son activité politique. Quant au parti travailliste, le silence presque absolu qu’il maintint à Westminster sur la question minière en 1925-1926 fut tel que Bevin, qui n’avait pourtant rien fait pour faciliter la coopération entre les ailes syndicale et politique du mouvement ouvrier, finit par s’emporter au cours de la réunion du T.U.G.C. du 29 avril, demandant de façon rhétorique : « Why does not the Labour party in the House of Commons itself make a pronouncement on the question of the inadequacy of the miners’ wages ? 44 »

La pusillanimité des coopératives

  • 45 J.H. THOMAS, My Story, Londres, Hutchinson, 1937, p. 105.

« My God, a British revolution on a tin of salmon! 45 »

40Cook lui ayant révélé, lors d’une réunion de la commission industrielle du TUC, que sa belle-mère s’était préparée à l’éventualité d’une grève générale en constituant patiemment un stock de conserves de saumon, J.H. Thomas ne put résister au plaisir de lancer le sarcasme ci-dessus. Cette célèbre répartie, souvent citée, a quelque peu contribué à masquer la gravité du problème du ravitaillement des grévistes.

  • 46 Cité dans CITRINE, op. cit., p. 153.

41Cook avait été le premier à le soulever au congrès de Scarborough : soulignant que le TUC n’avait « pas le droit de mener des hommes au combat sans être prêt à nourrir leur femme et leur famille », il insista sur la nécessité de prendre immédiatement contact avec le mouvement coopératif afin d’organiser le ravitaillement d’éventuels grévistes. Toutefois, cette proposition n’étant qu’un appendice de la motion communiste réclamant les pleins pouvoirs pour le T.U.G.C., elle fut, nous l’avons vu, repoussée – ce qui n’empêcha pas Cook d’assurer à un rassemblement de mineurs gallois qu’en cas de grève générale les sociétés coopératives « seraient les cantinières des combattants du mouvement ouvrier46. »

42L’Union Coopérative prit fort mal la chose, et il fallut attendre le mois de février pour qu’elle consentît à rencontrer la commission industrielle du TUC et les dirigeants des mineurs. Rappelant ses pertes de 1921 – plusieurs sociétés locales avaient fait crédit aux mineurs en grève, qui leur devaient encore, quatre ans plus tard, un total de £183 000 – l’Union se déclara prête à subvenir aux besoins d’éventuels syndicalistes en grève, mais à condition que la totalité de l’avoir du TUC fût gagée. N’ayant pas ce pouvoir – l’approbation de l’exécutif de chaque syndicat affilié était nécessaire -, la commission industrielle ne put faire la moindre promesse, et la discussion tourna court.

  • 47 The Scottish Co-operator, 27/2/1916.
  • 48 STUC, 29th Annual Report, op. cit.
  • 49 The Scotsman, 3/5/1926.

43Le parti coopératif écossais avait tenu son congrès annuel à Glasgow le 20 février 1926 ; aucun des cent trente délégués présents n’y évoqua le conflit houiller47. Ce n’est que deux mois plus tard, le 21 avril, que la question du ravitaillement des grévistes fut enfin évoquée en Écosse : le communiste Kerrigan, au nom du T.L.C. de Glasgow, demanda au congrès du STUC de mandater son conseil général en vue d’ouvrir immédiatement des négociations avec la Société coopérative écossaise de vente en gros (SCWS) « afin de mettre sur pied une action concertée de nos deux organisations ouvrières en vue de repousser l’offensive capitaliste48. » La motion fut rejetée à une assez large majorité, malgré l’imminence de l’échéance. Aussi est-il permis de se demander ce qu’entendaient les 300 délégués des 115 sociétés coopératives écossaises, réunis à Edimbourg le 1er mai 1926 à l’occasion de leur 27e congrès annuel, par leur résolution unanime de « soutenir à fond les mineurs49. »

44« L’intendance suivra », ainsi peut-on résumer l’attitude de la majeure partie du mouvement ouvrier, base et hiérarchies confondues, à l’égard de la question pourtant cruciale du ravitaillement en cas de grève prolongée. Les seuls parmi ses dirigeants à sembler avoir été conscients du fait « qu’une armée se bat avec son ventre » furent Cook et les communistes ; mais ils péchèrent par maladresse et excès de précipitation là où les dirigeants plus modérés du mouvement avaient péché par omission. Quant aux Clydesiders, mis à part Johnston, le plus réaliste d’entre eux, qui lança plusieurs appels en ce sens dans Forward, ils négligèrent totalement la question, « se rendant coupables », selon la violente accusation de G. McAllister, « d’une criminelle insouciance. »

  • 50 MCALLISTER, op. cit., p. 174.

« They wanted a revolutionary situation, they believed that a General Strike might provide them with such a situation, but with a wanton disregard of the men they were leading into battle they refused to plan for the ordinary day-to-day needs of their followers... “No provocation” was the watchword which, being translated, meant “no preparation” 50. »

Notes

1 Sir William Beveridge (directeur de la London School of Economics) ; Sir Herbert Lawrence (général en retraite, administrateur de banque) ; Kenneth Lee (industriel du textile et administrateur de banque).

2 Report of the Royal Commission on the Coal Industry, Cmd. 2600. Les grandes lignes en sont exposées dans ARNOT, op. cit. (1953) et dans une étude déjà ancienne mais fort bien documentée : F. DELATTRE, L’Angleterre d’après-guerre et le conflit houiller, 1919-26, Paris, Colin, 1930, pp. 101-106. Cet ouvrage porte presque exclusivement sur l’Angleterre-Galles.

3 Cité par C.L. MOWAT, Britain between the Wars, 1918-40, Londres, Methuen, p. 300.

4 K. MIDDLEMAS, ed., Thomas Jones : Whitehall Diary, Oxford, O.U.P., vol. II, 1969, pp. 12, 19.

5 On se rappelle le slogan des mineurs français en grève après la catastrophe de Courcelles (mars 1906) : « Huit et huit ! » (huit heures de travail, huit sous de salaire).

6 Du côté syndical, on pourra lire les récits de membres du TUCGC tels que Bevin (BULLOCK, op. cit., pp. 292-315) et surtout CITRINE, op. cit., pp. 146-76. Le point de vue gouvernemental est analysé dans BARNES & MIDDLEMAS, op. cit., pp. 349-410. MIDDLEMAS, op. cit., (Jones), pp. 8-33, est une mine d’informations, notamment sur les propriétaires, et de documents inédits.

7 G.M. YOUNG, Stanley Baldwin, Londres, Rupert Hart-Davis, 1952, p. 99.

8 Au sommet de la hiérarchie des magistrats écossais, le Lord Advocate remplit de facto, sinon de jure, les fonctions d’un ministre de la Justice écossais. Cf. LERUEZ, op. cit., pp. 57-61.

9 R.R. JAMES, Memoirs of a Conservative ; J.C.C. Davidsons Memoirs and Papers, 1910-37, Londres, Weidenfeld & Nlcolson, 1969, p. 178.

10 Ibid., p. 181.

11 Ibid., p. 229.

12 The Times, 3/8/1925. Cf. aussi H.A. TAYLOR, Jix - Viscount Brentford, Londres, St. Paul, 1933.

13 Elu en 1931 député « sans étiquette » des universités écossaises, il figura dans plusieurs cabinets conservateurs. Cf. J ; W ; WHEELER-BENNEETT, John Anderson, Viscount Waverley, Macmillan, 1962, pp. 101-104.

14 Cf. le texte de la circulaire dans G. GLASGOW, The General Strike and Road Transport, Londres, G. Bles, 1926, p. 16.

15 Cité dans C. FARMAN, The General Strike, Londres, Hart-Davis, 1972, p. 115.

16 « The majority of the Cabinet regard the present moment as badly chosen for the fight, though the conditions would be more favourable nine months hence. Public opinion is to a considerable extent on the miners’side. » Rapport adressé au roi George V par Sir Maurice Hankey, secrétaire permanent du Cabinet, cité dans Ibid, p. 26.

17 Extrait d’un discours d’août 1925 cité dans W.H. CROOK, The General Strike, Chapel Hill, U. of N. Carolina Press, 1931, p. 295.

18 Interview d’une déléguée, Forward, 6/3/1926.

19 The Scotsman, 3/5/1926.

20 Cité dans J. SYMONS, The General Strike, Londres, Cresset, 1957, p. 24.

21 « L’O.M.S. est le complot le mieux élaboré qui ait jamais été ourdi pour briser une grève ; elle représente la pire forme de fascisme que ce pays ait jamais connue » Workers’ Weekly, 2 oct. 1925.

22 Cité dans FARMAN, op. cit., p. 26.

23 Symons les évalue à « environ cent mille volontaires » à la veille de la grève, estimation reprise par les autres historiens de la grève générale : il sera difficile de corriger ce manque de précision tant que la communication des dossiers de l’O.M.S. restera, de facto, interdite. Aux Archives Nationales écossaises (Registrar House, Edimbourg), les dossiers de l’organisation en Écosse figurent au fichier, mais leurs numéros de référence ont été rayés, les rendant « introuvables ».

24 Assisté de Lord Jellicoe, amiral de la Flotte, et de Lord Scarborough, général de division.

25 Cf. R. BENEWICK, The Fascist Movement in Britain, Londres, Allen Lane, 1972, p. 35.

26 Herbert Smith cité dans ARNOT, op. cit., (1953), pp. 383-84.

27 The Mining Crisis and the National Strike. Report of Proceedings, Londres, TUC, 1927, p. 10.

28 Le mémorandum de Citrine est presque intégralement reproduit dans M. CHARLOT, Le Syndicalisme en Grande-Bretagne, Paris, Colin, 1970, pp. 83-87.

29  STUC, 29th Annual Report, 1926.

30 Conflits de compétences entre Plumbers’ Society et N.U.G.M.W à propos de l’installation des conduites d’eau chaude à l’hôpital Victoria ; conflit entre la Progress Co-operative Society et les Tailors and Garment Workers au sujet de licenciements, et surtout conflit généralisé à propos de l’octroi par certains conseillers municipaux travaillistes de licences aux débits de boisson en dépit des consignes du T.L.C.

31 MacDOUGALL, op. cit., (Miners), p. 88.

32 « The average miner isn’t showing much interest in anything just now... » « Up to saturday [May 1, 1926] the prevailing idea with Coal Jocks heraeabouts was “There will be no scrap”, “Didn’t Baldwin manage it last July” ? » Ibid., pp. 205, 258.

33 A. KOESTLER, Suicide d’une nation ? Paris, Calmann-Lévy, 1964, p. 14.

34 Workers’ Weekly, 7/8/1925. Cf. aussi KLUGMANN, op. cit., (vol. II), pp. 34-45 et Mac DOUGALL, op. cit., p. 232.

35 Cité dans J. McLEAN, The 1926 General Strike in Lanarkshire, Our History Pamphlet, Londres, CPGB, 1975, p. 21.

36 Forward, 1/5/1926.

37 Ibid., 16/1/1926. Le même argument avait été utilisé par Bevin dans le Daily Herald en août 1925.

38 Ibid., 10/4/1926.

39 Forward, 9/9/1925.

40 Cité par MIDDLEMAS, op. cit., (Clydesiders), p. 196.

41 M. COLE, ed., Beatrice Webb’s Diaries, vol. II ; 1924-32, Londres, Longman, 1956, p. 70.

42 « The Mining Crisis : a Call to the ILP. », 20/2/1926.

43 24/4/1926. Les éditoriaux de MacDonald au cours du 1er trimestre de 1926 sont tellement surprenants qu’il a paru intéressant d’en mentionner les titres : « The 6 days of creacreation ; Prague ; Milton » (2/1/1926) ; « The sea ; The Romans ; Buddhism » (6/2) ; « A Pilgrimage to Ceylon » (27/2) ; « The Dead Cities of Ceylon » (27/2) ; « Gather ye Primroses while ye May » (20/3) ; « Mankind in the Making » (10/4) ; « O’er the Downs so Free » (17/4).

44 Cité dans FARMAN, op. cit., p. 91.

45 J.H. THOMAS, My Story, Londres, Hutchinson, 1937, p. 105.

46 Cité dans CITRINE, op. cit., p. 153.

47 The Scottish Co-operator, 27/2/1916.

48 STUC, 29th Annual Report, op. cit.

49 The Scotsman, 3/5/1926.

50 MCALLISTER, op. cit., p. 174.

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540