Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Quatrième partie. Les luttes ouvrières

Chapitre XXII. Du vendredi noir au vendredi rouge

Texte intégral

  • 1 Cité dans S.T.U.C., Annual Report, 1920.

« Why, for instance, if Glasgow wants a 40-hour week, have they not sent to Parliament members to vote for it? You ask for legislation and then it is supported by the argument of a strike1. »

  • 2 Jute and Flax Workers’ Guide, mars 1920.

« The workers, or a majority of them, have not reached that degree of political outlook to elect men to Parliament who will vote for a legal 40 or 44-hour week... The Clyde workers have not succeded in obtaining a 40-hour week, and those who in Dundee believe that a strike could obtain what had failed on the Clyde are living in a fool’s paradise2 »

1Un an après l’échec de la grève pour les quarante heures, l’analyse de John Sime, leader de la J.F.WU., rejoint celle que tenait David Shackleton, sous-secrétaire d’Etat au ministère du Travail, devant un groupe de syndicalistes écossais en février 1919 : lorsqu’il s’agit d’obtenir des modifications fondamentales dans les conditions de travail de l’ensemble de la classe ouvrière, l’action directe est, en temps de paix, moins efficace que la voie législative.

Les limites de l’offensive syndicale, 1919-1921

2A contrario, leur analyse est confirmée par le seul succès de l’action directe après l’armistice : cette action foncièrement politique que fut, en août 1920, le Blitzkrieg syndicalo-travailliste contre l’intervention britannique dans le conflit soviéto-polonais. En mai, les dockers londoniens avaient, avec l’accord de Bevin, refusé de charger le cargo Jolly George de munitions destinées à l’armée polonaise. En juillet, l’armée rouge est aux portes de Varsovie. Poussé par ses alliés français et certains membres de son Cabinet, dont Churchill, Lloyd George semble sur le point d’envoyer un corps expéditionnaire au secours des Polonais. Le 7 août, un manifeste signé de 16 dirigeants travaillistes, dont des modérés comme Henderson et Thomas, avertit le gouvernement que le mouvement ouvrier « ne collaborerait pas à une guerre en tant qu’alliés de la Pologne. » Le surlendemain, une réunion de l’exécutif travailliste, du groupe parlementaire et du comité parlementaire du T.U.C. met sur pied un Council of Action, en crée de multiples à travers le pays, et fait peser la menace d’une grève générale en cas d’envoi de troupes en Pologne. Le gouvernement doit faire machine arrière : il est trop clair que non seulement le mouvement ouvrier, mais aussi l’opinion publique, sont las de la guerre.

  • 3 A. BULLOCK, The Life and Times of Ernest Bevin, vol. 1, Londres, Heinemann, 1960, p. 142.
  • 4 J.H. THOMAS au T.U.C. de septembre 1920 ; cité dans CLEGG, op. cit., p. 294.

3« Pour une fois », note Bullock, « les leaders syndicaux prirent l’initiative sur une question politique au lieu d’appuyer sur le frein, et ils étaient sûrs du soutien de la base3. » Pour la première fois de leur histoire en effet, les syndicats britanniques avaient fait peser la menace d’une grève générale, et cette première fut un succès. Notons bien toutefois qu’il s’agissait d’une question de politique étrangère, sans aucun rapport direct avec les relations du travail. Assurés d’agir dans le cadre d’un large consensus, les syndicats se montrèrent, en la circonstance, déterminés à « faire de la politique. » Il en alla fort différemment dans les conflits du travail qui suivirent la grève pour les quarante heures : dans tous les cas, les syndicats partirent en ordre dispersé, et en prenant grand soin de protester qu’il n’entrait pas dans leurs intentions, contrairement à ce qu’ils déclarèrent pendant la guerre russo-polonaise, de « défier la constitution du royaume4. »

4La période de l’immédiat après-guerre est marquée par une longue série de conflits du travail : le total de journées perdues pour cause de grève et de lock-out dépassa, pour les trois années de 1919 à 1921, le record établi lors du Great Unrest entre 1911 et 1913. Jusqu’à la mi-1920, la plupart de ces conflits furent de type offensif : profitant d’une demande encore forte, accompagnée d’un relâchement des contrôles et des pressions de la période de guerre, les travailleurs se battirent sur deux fronts, durée du travail et salaires.

5A partir de l’automne de 1920 par contre, la récession s’installe : les conflits deviennent alors essentiellement défensifs, ayant pour objectif de lutter contre des réductions de salaires, notamment dans les mines. La plupart des grèves de la période offensive eurent une origine locale : il s’agissait de profiter de conditions locales favorables pour aller – souvent contre la position des exécutifs nationaux – au-delà de ce que prévoyaient les accords signés au plan national. Dans la période de récession en revanche, les grèves et lock-out concernèrent généralement l’ensemble d’une industrie, tant il était évident que seuls des accords nationaux pourraient permettre de limiter les dégâts.

6Dans les conflits impliquant mineurs et cheminots, la menace de la grève de soutien déclenchée par les partenaires de la Triple Alliance fut à chaque fois brandie, mais jamais mise en œuvre – au grand soulagement des exécutifs syndicaux : il était devenu patent qu’une telle grève, dirigée au premier chef contre l’Etat-patron, serait de caractère essentiellement politique. C’est bien pourquoi la menace n’en fut proférée sérieusement qu’à propos d’une affaire non directement syndicale, le conflit russo-polonais.

La grève des cheminots (26 septembre-5 octobre 1919)

7Un an après l’armistice, les cheminots de la NUR tentent de consolider les acquis salariaux de la période de guerre, en particulier de perpétuer l’intégration des primes versées au salaire de base. Le gouvernement s’y oppose. Or, en août, les agents de conduite (pour la plupart syndiqués à l’ASLEF) ont obtenu le maintien de leurs salaires à hauteur du plus haut niveau atteint pendant la guerre, primes comprises. Les autres cheminots (porteurs, aiguilleurs, poseurs de rails, chefs de trains, etc.), pour la plupart syndiqués à la NUR, ne comprennent pas qu’on leur refuse le même traitement, et qu’en conséquence leurs revenus réels soient voués à la baisse. Ils en font grief à leur syndicat, dont les effectifs n’augmentent que de 17 % en 1919, contre 43 % pour l’ASLEF.

8Déclenché par l’exécutif national de la NUR et accompagné d’une grève de solidarité de l’ASLEF, le mouvement, massivement suivi, durera dix jours, au bout desquels les cheminot obtiendront un demi-succès : pas de réduction de salaire pendant un an ; salaire minimum pour un cheminot adulte fixé à £2.11 tant que l’indice du coût de la vie ne tombera pas en dessous de 110 par rapport à juin 1914. La lecture du Glasgow Railwaymen’s Strike Bulletin (neuf numéros du 28 septembre au 6 octobre inclus) est édifiante : il ne s’agit pas, contrairement à la grève pour les quarante heures, d’un mouvement destiné à l’ensemble de la classe ouvrière, mais d’une affaire de cheminots :

  • 5 Glasgow Railwaymen’s Strike Bulletin, no 1, 28/9/1920. La collection complète du G.R.S.B. est dispo (...)

« Our Union fights on Principles, and it is this difference of treatment as between one grade and another which has resulted in the present stoppage of work... We are an industrial Union, the principles of which... mean the brotherhood of all grades of Railwaymen... We insist upon equality of treatment of all grades by the Government... It is evident the Government hoped to divide our forces by conceding to a certain section conditions which they were not prepared to concede to others. It is equally clear they did not accurately gauge the deep impression of Industrial Unionism planted securely in the hearts of our members5. »

  • 6 « I have never hesitated to warn my own people against the danger of an upheaval that is not merely (...)

9Le 27 septembre, 20 000 grévistes réunis sur le Glasgow Green applaudissent cette revendication formulée par les exécutifs régionaux des deux syndicats : « a living wage and a decent status in society. » Comme le notent avec satisfaction les Webb, « il n’y a pas dans cette grève d’élucubrations sur le contrôle ouvrier. » C’est que les leaders sont bien conscients que leur mouvement, dirigé au premier chef contre le gouvernement, peut à tout instant déraper dans la confrontation politique, voire constitutionnelle, qu’ils soupçonnent d’ailleurs le pouvoir de vouloir provoquer : peu après la grève pour les quarante heures, le Premier ministre a confié à son ministre des Transports, Sir Eric Geddes, l’organisation d’un Supply and Transport Committee chargé de maintenir les services essentiels d’approvisionnement et de transport en cas de crise nationale. Aussi les cheminots prennent-ils grand soin de proclamer la pureté de leurs intentions6. Aussi le soutien demandé à certains syndicats se limite-t-il à les prier de ne pas manipuler des marchandises que les cheminots refusent de transporter, et de ne pas effectuer de travaux de maintenance dans les ateliers de constructions ferroviaires. Il est accordé, tant par la SHMA que par la NWU, la GWU, la WU, et l’ASE.

10A l’occasion du grand meeting sur le Glasgow Green déjà mentionné, Dollan pour l’I.L.P. et Smillie pour la MFGB avaient chacun prononcé un discours de soutien dans lequel – c’est tout ce qu’en rapporta le bulletin de grève – ils appelaient les autres travailleurs à « se garder de faire quoi que ce soit qui risquerait de gêner les cheminots dans leur noble combat pour un meilleur niveau de vie. » Le contexte dans lequel est cité cet appel le rend parfaitement clair : ceux qui « risqueraient de gêner les cheminots » ne sont pas les briseurs de grève, mais les excités qui se mettraient en grève à leur tour. L’analyse des comités ouvriers est avérée : la Triple Alliance sert avant tout à faire régner la discipline dans les rangs, à éviter toute grève générale. Cela va être très clairement vérifié à l’occasion du « Vendredi Noir ».

Le « Vendredi Noir » (15 avril 1921)

11Au début de 1920, la MFGB lance la campagne des « mines pour la nation. » C’est un semi-échec : à part les mineurs, les meetings n’attirent pas grand monde, tant parmi les orateurs que les auditeurs. Convoqué pour débattre de cette question, un T.U.C. extraordinaire refuse, le 18 mars, de déclencher une grève générale pour réclamer la nationalisation des mines, préférant voter, par 3 700 000 voix contre 1 000 000 (presque uniquement mineurs) une motion prônant « l’intensification de la propagande politique en préparation à une élection législative ». Partenaires des mineurs dans la Triple Alliance, les syndicats des transports ferroviaires, routiers et maritimes, n’ont pas joint leurs voix à celles de leur allié : il est clair qu’ils ne sont pas prêts à déclencher une grève de solidarité automatique. Conformément à la volonté de ses adhérents, consultés par referendum, la MFGB déclenche néanmoins une grève, qui durera du 16 au 28 octobre 1920. En contrepartie de leur acceptation d’une fixation des salaires en fonction d’une échelle mobile liée à la production nationale de charbon, les mineurs obtiennent une augmentation de 2d par poste, annulée lorsqu’intervient, moins de trois mois plus tard, une baisse brutale de la demande.

  • 7 Ce qui entraîne ce commentaire de Wheatley dans le Forward du 13/9/1920 : « You need a strong preto (...)

12Peu après la fin de cette grève, le gouvernement fait voter l’Emergency Powers Act, qui lui permet de déclarer l’état d’urgence et de « prendre des mesures énergiques » en cas de conflit qui « désorganiserait l’approvisionnement en nourriture, eau, carburant ou électricité, de même que les moyens de transport. » Le Supply and Transport Committee passe sous l’autorité directe du Premier ministre. Certaines municipalités se préparent également à l’éventualité d’un conflit : en septembre 1920, le conseil municipal de Glasgow double presque les salaires des policiers7.

13La nouvelle loi sur les « pouvoirs en cas d’urgence » n’allait pas tarder à être appliquée. Le 31 mars 1921, le gouvernement abandonnait son droit de regard sur l’industrie houillère, déclarait en vigueur l’Emergency Powers Act, suspendait toutes les permissions et convoquait les réservistes. Dès le lendemain, les mineowners, rentrés dans leur propriété, font connaître leurs nouvelles conditions, notamment l’élaboration de nouveaux contrats de salaires par bassins, les mineurs des régions les plus touchées par la crise – Galles, Ecosse, Cumberland, Northumberland et Durham – étant menacés de très nettes réductions : au lieu de 13/9, le salaire quotidien moyen d’un mineur écossais serait désormais de 7s.

14Immédiatement, la MFGB appelle à la grève. Elle réclame la simplification de l’échelle des salaires, et surtout sa discussion au niveau national, et non plus par bassins, en tant que prélude à une éventuelle nationalisation. Les patrons refusent toute négociation. Les mineurs se mettent immédiatement en grève – d’aucuns se considérant comme les victimes d’un lock-out, l’Association des Propriétaires de Mines ayant assorti ses exigences de menaces de fermeture des puits en cas de refus – et font appel à la solidarité de leurs partenaires dans la Triple Alliance, NUR et TGWU.

  • 8 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 144.

15« I thought that John Maclean’s confidence in the miners was out of all proportion... Their terrible conditions of work meant that they always got the support of the rest of the Labour movement but they themselves did not do as much in terms of class solidarity with other workers8. » S’il est un militant ouvrier britannique auquel on ne peut reprocher le moindre manquement à la solidarité, c’est bien Harry McShane, qui menait encore la « marche pour le droit au travail » de Manchester à Londres en 1976, à l’âge de 85 ans. Venant d’une telle source, ces phrases assassines sur les mineurs nous permettent de corriger quelque peu l’image traditionnelle du « vendredi noir », celle de bons mineurs bridés dans leur lutte par les méchants droitiers, Bevin et Thomas. S’il est évident que le leader de la TGWU comme celui de la NUR ne tenaient vraiment pas à déclencher une grève qui serait inévitablement qualifiée de politique, il est tout aussi manifeste que les dirigeants des mineurs leur fournirent un prétexte rêvé pour annuler leur mot d’ordre de grève de solidarité.

16L’action de soutien des deux autres partenaires de la Triple Alliance devait prendre effet à partir du 15 avril à minuit. Cette menace contraignit Lloyd George à mettre sur pied de vraies négociations entre propriétaires et mineurs. Consciente de l’impact qu’avait eu sur le public l’ampleur annoncée des réductions de salaires, la Federation of British Industries proposa à Lloyd George de verser une partie des bénéfices des bassins relativement prospères dans une caisse commune, afin de soutenir provisoirement les salaires des bassins en crise. Sans consulter ses alliés de la Triple Alliance, l’exécutif des mineurs refusa – par neuf voix contre huit – d’entamer des négociations sur cette nouvelle proposition. Bevin et Thomas, ainsi que Frank Hodges, le secrétaire de la MFGB – il présenta sa démission à l’exécutif de son syndicat, mais fut « persuadé de la reprendre » – virent là une obstination égoïste et suicidaire. Le vendredi après-midi, la grève de solidarité était décommandée. Ce « Vendredi Noir », pour reprendre le titre du Daily Herald du 16 mai, avait démontré que la Triple Alliance n’était qu’une « cripple alliance », une alliance boiteuse.

17Quelques manifestations de solidarité à l’égard des mineurs eurent certes lieu : certains cheminots et dockers, en particulier à Glasgow, refusèrent de toucher au charbon importé. Le 22 avril, leurs exécutifs respectifs placèrent un embargo sur le charbon importé et la houille britannique à usage non domestique. Mais le cœur n’y était pas, d’autant que les « boycotteurs » furent facilement remplacés par des briseurs de grève, parfois même, notamment dans les chemins de fer, suspendus, voire, comme sur les docks glaswégiens, licenciés. Le 31 mai, l’embargo fut levé, à condition que les licenciés fussent réembauchés.

  • 9 Cf. G.D.H. COLE, op. cit. (1923), p. 244.

18Dans ces conditions, la grève des mineurs ne pouvait que se transformer en une épreuve d’endurance dont l’issue ne faisait aucun doute. Le 28 avril, tous les districts, à l’exception du Northumberland, rejetèrent une proposition du Premier ministre visant à accorder à l’industrie un subside de dix millions de livres, à condition que les salaires soient dorénavant établis en tenant compte de la santé financière de chaque district. Le 1er juillet, au bout de trois mois de grève, les mineurs en furent réduits à accepter toutes les exigences présentées le 1er avril par les propriétaires. Seules cinq associations de district, dont celles du Fife, votèrent contre ces conditions ; les treize autres, y compris celles des autres bassins écossais, se prononcèrent pour leur acceptation. Le pouvoir d’achat moyen du mineur n’était plus que la moitié de ce qu’il était en 19149.

  • 10 Building Trade Worker’s Monthly Report, juillet 1921 ; cité dans CLEGG, op. cit., p. 324.

19Le syndicalisme révolutionnaire et l’action directe avaient vécu, ainsi que George Hicks, secrétaire de la Building Trades Federation, en faisait le constat : « Many of us believed that a lengthy stoppage in the mines would result in industrial chaos too awful to contemplate. Yet this has not happened and the life of the country does not seem to have been so terribly affected afier all. It means that one of our most cherished theories has had a very severe shock10. »

L’offensive générale du patronat

20Corollairement, à partir de la mi-1921, des réductions de salaires frappent toutes les autres industries. Dans les secteurs où une échelle mobile liée à l’indice du coût de la vie a été mise en place (acier, chemins de fer, docks, bâtiment, laine), ces réductions, relativement modérées, passent sans trop de problèmes. Dans les autres branches en revanche, essentiellement des industries exportatrices, les salaires ne seront diminués qu’après une âpre résistance : la grève/lock-out des mineurs, et les lock-out des ouvriers du coton et des charpentiers navals représentent à eux seuls 95 % des 86 millions de journées de travail perdues en 1921. Pendant ces trois années de récession que furent 1921, 1922 et 1923, la seconde « cause la plus fréquente de conflits du travail » (selon la terminologie de la Ministry of Labour Gazette) furent les questions de réductions d’effectifs et d’heures supplémentaires. Deux de ces conflits affectèrent particulièrement l’Ecosse, l’un dans la construction mécanique, l’autre dans les filatures de jute.

  • 11 A.E.U., Monthly Journal, août 1922 ; cité dans Ibid., p. 327.
  • 12 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 144.

21En février 1921, la Federation of Engineering & Shipbuilding Industries menace de licencier tout ouvrier refusant d’effectuer des heures supplémentaires. Après des négociations qui durent près d’un an les syndiqués de l’Amalgamated Engineering Union, consultés par referendum, repoussent la suggestion de l’exécutif national d’assouplir le règlement concernant l’overtime. Décrété le 2 mai, le lock-out s’étend à toutes les craft unions de la construction mécanique. Il durera six semaines, au bout desquelles, après un nouveau referendum, cette fois-ci favorable à l’acceptation des propositions patronales, les syndicats doivent céder. Les patrons en profitent pour pousser leur avantage : moins d’une semaine après la reprise du travail, un nouveau lock-out des usines de constructions mécaniques est décrété. Il s’agit cette fois-ci d’imposer une baisse générale des salaires. A une très forte majorité (68 %), la base vote pour le rejet de ces conditions, mais l’exécutif de l’A.E.U., « étant donné le récent lock-out, le grand nombre de chômeurs, l’état dans lequel se trouvent les parties en présence, et conscient de ses responsabilités, décide qu’il ne peut, dans ces circonstances, recommander de donner suite au referendum, et conseille donc à ses membres de reprendre le travail11. » Au lendemain de la guerre, Harry McShane gagnait £4.8 par semaine en tant que mécanicien qualifié ; après le lock-out, son salaire tombe à £2.1312.

  • 13 « After the war there was much discussion in the [Dundee Jute and Flax Workers’] Guide of internati (...)

22Il est clair que le vent a tourné : certaines circonstances locales, toutefois, ont empêché l’un ou l’autre leader syndical d’en prendre conscience, les poussant à commettre des erreurs d’appréciation lourdes de conséquences. C’est ainsi qu’à Dundee, l’atmosphère est à l’euphorie après la défaite aux urnes de Churchill, battu par Morel et Scrymgeour en novembre 1922. Portées par cette vague d’optimisme, les ouvrières des filatures Camperdown, à Lochee, déclenchent en février 1923 une grève afin de s’opposer à l’introduction du double spinning. Or, leur syndicat a été terriblement anémié, y compris financièrement, par l’accroissement du chômage : de 20 000 adhérents en août 1918, les effectifs de la J.F.WU. sont tombés à 11 359 en janvier 1923. La grève durera 27 semaines, en vain : le chômage est tel à Dundee que lorsque les employeurs décrètent un lock-out de l’industrie du jute locale affectant 29 000 travailleurs (du 23 mars au 1er avril 1923, plus une semaine en juin), les ouvrières « lock-outées » se dressent contre les grévistes de Lochee : outre la traditionnelle méfiance entre tisseuses et fileuses, ces dernières elles-mêmes en veulent à leurs collègues de Lochee de mettre en péril leur propre emploi13.

23Ces débandades successives ne purent que renforcer le constat effectué après l’échec de la grève pour les quarante heures : en période de récession, la lutte pour l’amélioration de la condition ouvrière passe en priorité par l’action politique.

Le gouvernement travailliste et les syndicats (1924)

24La progression travailliste en Ecosse est manifeste, tant aux élections municipales qu’aux législatives. Elle est spectaculaire aux élections locales de novembre 1919, lorsque le L.P. et l’I.L.P. progressent de 120 sièges harmonieusement répartis entre municipalités et comtés. Aux législatives de 1922, les travaillistes remportent 29 sièges sur 71, devenant le premier parti d’Ecosse (ensemble des trois factions libérales 27, conservateurs 13), position qu’ils confortent en décembre 1923 avec 34 sièges (libéraux 22, conservateurs 14, 1 communiste). Quoique battus au plan national par les conservateurs (258 sièges contre 191), les travaillistes peuvent, avec l’appoint des 159 libéraux, disposer d’une majorité à Westminster. Le 21 janvier, lors du vote sur le King’s speech du gouvernement conservateur sortant, 138 libéraux votent avec les travaillistes contre les tories. Le lendemain, le roi demande à MacDonald de former le premier gouvernement travailliste de l’histoire du royaume.

  • 14 J.R. MacDONALD, Socialism : Critical and Constructive, Londres, Cassell, 1924, p. 9.
  • 15 Cité dans S. MACINTYRE : « Socialism, the Unions and the Labour Party after 1918 », JSSSLH., no 31, (...)

25« Strikes for increased wages, limitation of output, not only are not Socialism, but may mislead the spirit and policy of the Socialist movement... The Socialist, therefore, looks with some misgivings upon some recent developments in the conflict between Capital and Labour14. » Extraite de son introduction à l’édition révisée de Socialism : Critical and Constructive publiée en juin 1924, alors qu’il était Premier ministre, cette sentence de MacDonald donne le ton des rapports entre syndicats et Labour pendant les neuf mois qu’il passa à la tête du gouvernement. Il importait, à l’occasion de ce premier passage aux affaires, de démontrer que le parti était digne et capable de gouverner au mieux des intérêts de la nation. Aux termes de ses statuts de 1918, le Labour cesse d’être un simple groupe de pression en faveur du monde ouvrier pour devenir un parti capable de représenter l’ensemble de la communauté – ou, du moins, l’ensemble des producteurs, y compris les entrepreneurs : « Le parti travailliste est l’opposé d’un parti de classe », écrivait Snowden en 1922, puisqu’il a pour objectif « la justice pour tous les hommes et toutes les femmes qui vivent d’un travail honnête et utile15. »

  • 16 « Socialism is inevitable. It is the next step in the social evolution of mankind. Just as tribal c (...)

26Il en découle une contradiction fondamentale entre syndicalisme et travaillisme. Tout en n’étant pas foncièrement anticapitalistes, les syndicats sont prêts, pour obtenir « un salaire correct pour une journée de travail correcte », à déclencher un processus de lutte des classes. En revanche, théoriquement ennemis déclarés du capitalisme, les travaillistes (du moins MacDonald, Snowden et leurs alliés à la tête du parti) dénoncent la lutte des classes, dans laquelle ils voient un exemple de la « rupture générale des liens sociaux et [de] la destruction de la sociabilité engendrées par le capitalisme. » En vertu de leur conception positiviste du progrès social, dérivée de la tradition évolutionniste du xixe siècle exposée par Comte, Darwin et Spencer, l’accession au socialisme est un processus graduel16.

27Ses statuts de 1918 permettent au Labour de développer ces idées, car désormais le parti est organisé en sections locales autorisant l’adhésion individuelle : la « communauté » plutôt que la « classe » devient donc la référence principale du discours travailliste, du moins au sommet du parti. Cela est loin d’être le cas dans le mouvement syndical. Ce conflit latent entre ailes politique et syndicale du mouvement ouvrier éclatera au grand jour à l’occasion du vendredi rouge, puis de la grève générale. Il empoisonnera les relations entre parti travailliste et syndicats pendant tout le gouvernement de MacDonald.

  • 17 Cité dans CLEGG, op. cit., p. 376.

28Le nombre de journées de travail perdues en 1924, 8,4 millions, fut le plus faible depuis 1918. Contrairement aux trois années précédentes toutefois, la majorité des conflits du travail de cette année relativement calme furent déclenchés par les syndicats, et non par le patronat. En effet, une certaine reprise économique se fait sentir à partir de la mi-1923. Elle durera un an et, tout en profitant au gouvernement travailliste sur le plan économique, lui causera bien des soucis sur le plan des relations du travail : après trois années de retraite et de combats d’arrière-garde, cette amélioration ne pouvait que requinquer les syndicats. Bevin l’avait annoncé dès le mois de juin 1923, lorsqu’il obtint le soutien de son exécutif pour « saisir la première occasion afin de soumettre nos revendications pour une augmentation des salaires, et sélectionner la section la plus favorable de notre fédération pour renverser la vapeur dans ce domaine17. »

29Les premiers à « saisir l’occasion » seront les cheminots de l’ASLEF, qui déclenchent une grève en janvier 1924, suivis des dockers en février, des traminots londoniens en mars, des ouvriers du bâtiment en juillet. Exception faite du londonien, tous ces conflits sont des mouvements nationaux, qui affectent l’Ecosse autant que les autres régions britanniques. A chaque occasion, le gouvernement en laisse la gestion aux bons soins des employeurs et des syndicats. Les négociations collectives aboutiront à de légères augmentations de salaires dans tous les secteurs concernés.

30Elles ne satisfont que modérément les dirigeants syndicaux, persuadés qu’il aurait été possible d’aboutir à des accords plus avantageux si le gouvernement n’avait pas, à plusieurs reprises, manifesté son agacement face à ces grèves. De fait, le Premier ministre menace de recourir à l’Emergency Powers Act pour maintenir les services ferroviaires en janvier, de tramways en mars. Au lendemain de cette dernière grève, J.A. Hobson, président du comité d’experts travaillistes pour les questions économiques et financières, avertit dans le New Leader du 4 avril que « les syndicats doivent se garder de faire pression pour obtenir une plus grande part en faveur de leurs propres membres au détriment de la Communauté du Travail. » Après avoir ainsi clairement opposé la fonction revendicative des syndicats à la fonction de rassembleur du parti, la direction travailliste se retrouva, en toute logique, exclue des deux grands conflits du travail qui marquèrent le passage aux affaires de ses successeurs conservateurs, le « vendredi rouge » en 1925 et la grève générale en 1926.

La volte-face du gouvernement conservateur (1925)

  • 18 Hansard, 6/3/1925.

31De retour au pouvoir après la victoire conservatrice aux législatives d’octobre 1924, Baldwin se présente comme l’homme de la paix sociale. En mars 1925, il s’oppose à la discussion d’un projet de loi, pourtant présenté par ses propres partisans, visant à substituer le contracting in au contracting out. « Nous ne tirerons pas les premiers », affirme-t-il pour clore le débat18. Peut-être était-il préférable, avant de gaspiller ses munitions, de laisser l’adversaire venir s’exposer à découvert ?

32Dans les charbonnages, les quatre années qui suivirent la défaite des mineurs en juillet 1921 furent relativement calmes. Il est vrai qu’à l’effet démobilisateur du « vendredi noir » était venu s’ajouter la relance de la demande consécutive à l’occupation franco-belge de la Ruhr : elle permit la signature d’une nouvelle convention collective en mai 1924, aux termes de laquelle le niveau moyen des salaires dans l’industrie fut relevé de 11 %.

  • 19 Assertion contredite par l’ancien mineur P.J. DOLLAN, conseiller municipal I.L.P. de Glasgow, dans (...)

33L’évacuation progressive de la Ruhr, entre octobre 1924 et juillet 1925, mit un terme à l’illusoire prospérité des houillères britanniques. Dès juin 1925, avant même la fin de l’évacuation, les propriétaires de mines, arguant du fait que les deux-tiers des bassins du royaume – dont tous les bassins écossais – produisaient à perte19, soumirent aux mineurs l’alternative suivante : maintien des salaires accompagné d’un retour à la journée de huit heures, ou bien maintien de la journée de sept heures accompagné d’une diminution des salaires, de 13 % à 48 % selon les emplois et les bassins. L’Ecosse figurait de nouveau parmi les districts les plus durement touchés : avec les 4/4 que son patron proposait de lui verser pour salaire d’un jour de peine, un mineur écossais marié et père de trois enfants aurait gagné 5d de moins qu’un chômeur à la situation de famille identique.

34La détermination des mineurs à refuser de telles conditions ne pouvait faire aucun doute ; en outre, leurs arrières semblaient fermement assurés : morte de honte au soir du « vendredi noir », la Triple Alliance avait été remplacée, au congrès du T.U.C. de 1924, par une extension des pouvoirs du Conseil Général, désormais autorisé à intervenir directement dans tout conflit du travail « touchant de nombreux ouvriers. » En vertu de quoi le T.U.C.G.C. convoqua, le 10 juillet, les exécutifs nationaux des syndicats des transports ferroviaires, routiers et maritimes, et obtint d’eux l’assurance d’un embargo sur le charbon.

35La grève générale semblait plus proche que jamais. La commission d’enquête sur l’industrie houillère, présidée par l’avocat écossais H.P. Macmillan, que le gouvernement avait constituée le 13 juillet, fut boycottée par les mineurs, échaudés par leur expérience des commissions. Pourtant le rapport Macmillan, rendu public le 28 du même mois, fut extrêmement sévère à l’égard des propriétaires et du gouvernement ; reprochant aux premiers leur mauvaise gestion et au second sa politique monétaire, il réclamait la fixation immédiate d’un salaire minimum national et l’octroi d’une subvention par l’Etat en vue de faciliter la réorganisation de l’industrie.

Le « Vendredi Rouge » (31 juillet 1925)

36Baldwin se refusa à « gaspiller ainsi l’argent des contribuables. » L’industrie houillère devrait puiser en elle-même les ressources indispensables à sa réorganisation : pour ce faire, la contribution des mineurs à la réduction des coûts de production était essentielle. D’ailleurs, ajouta en substance le Premier ministre le 30 juillet, lors d’une séance de négociation avec les mineurs, « tous les ouvriers de ce pays doivent se résigner à des réductions de salaires pour aider l’industrie à se redresser. » Il n’en fallait pas plus pour accélérer le processus de ralliement syndical : le soir même, un millier de délégués syndicaux, réunis au Central Hall de Westminster, approuvèrent à l’unanimité la grève des mineurs et l’embargo sur le charbon, et mandatèrent le T.U.C.G.C. pour prendre toutes les mesures nécessaires au soutien de ce double mouvement, dont le déclenchement était fixé au 10 août, le surlendemain.

37La grève n’eut pas lieu : Baldwin avait entre-temps convoqué l’exécutif de la MFGB pour une entrevue le vendredi 31 au soir, au cours de laquelle il revint sur son opposition à toute subvention : un subside d’au moins £10 millions serait versé à l’industrie pour une période de neuf mois, pendant laquelle le statu quo serait maintenu ; ce délai serait mis à profit par une nouvelle commission royale pour étudier à fond les problèmes de l’industrie et proposer un plan de réorganisation.

  • 20 Sur les négociations qui aboutirent au « vendredi rouge », on lira le point de vue syndical dans l’ (...)
  • 21 The Manchester Guardian, 5/8/1925.

38Une telle volte-face ne pouvait que satisfaire les représentants de la Fédération des Mineurs, et l’ordre de grève fut immédiatement annulé. Le gouvernement avait, apparemment, capitulé ; l’humiliation du « vendredi noir » était effacée par le triomphe du « vendredi rouge20 » – au grand dam de MacDonald, qui fit grief à Baldwin d’avoir « cédé, ne fût-ce qu’en apparence, devant les forces que le Socialisme raisonnable et respectable considère comme ses plus dangereux ennemis21. »

Notes

1 Cité dans S.T.U.C., Annual Report, 1920.

2 Jute and Flax Workers’ Guide, mars 1920.

3 A. BULLOCK, The Life and Times of Ernest Bevin, vol. 1, Londres, Heinemann, 1960, p. 142.

4 J.H. THOMAS au T.U.C. de septembre 1920 ; cité dans CLEGG, op. cit., p. 294.

5 Glasgow Railwaymen’s Strike Bulletin, no 1, 28/9/1920. La collection complète du G.R.S.B. est disponible à la Mitchell Library de Glasgow.

6 « I have never hesitated to warn my own people against the danger of an upheaval that is not merely one of hours and wages, but an attack upon the whole constitution of the country... The press by making that the issue are rendering the greatest possible disturbance. This is not the issue upon which my Executive have taken this great step. ». Éditorial de J.H. Thomas dans Ibid, no 2. Dans son dernier numéro, le bulletin glaswégien accorde un certificat de bonne conduite aux grévistes : « In 9 days of the greatest strike this country has ever known there has not been any trouble. The proof of this is that in Scotland not even one striker has been charged with an offence arising out of the strike. »

7 Ce qui entraîne ce commentaire de Wheatley dans le Forward du 13/9/1920 : « You need a strong pretorian guard between capitalism and the outraged workers. »

8 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 144.

9 Cf. G.D.H. COLE, op. cit. (1923), p. 244.

10 Building Trade Worker’s Monthly Report, juillet 1921 ; cité dans CLEGG, op. cit., p. 324.

11 A.E.U., Monthly Journal, août 1922 ; cité dans Ibid., p. 327.

12 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 144.

13 « After the war there was much discussion in the [Dundee Jute and Flax Workers’] Guide of international proletarian solidarity. In 1923 textile workers in Dundee could not make common cause with their counterparts in Lochee, and Lochee was in Dundee. » WALKER, op. cit., p. 536.

14 J.R. MacDONALD, Socialism : Critical and Constructive, Londres, Cassell, 1924, p. 9.

15 Cité dans S. MACINTYRE : « Socialism, the Unions and the Labour Party after 1918 », JSSSLH., no 31, p. 108.

16 « Socialism is inevitable. It is the next step in the social evolution of mankind. Just as tribal communism, slavery and serfdom have disappeared giving way to a higher form of organisation, so the present system... will give way to the higher form of organisation we call Socialism. » Snowden cité dans Ibid., p. 107.

17 Cité dans CLEGG, op. cit., p. 376.

18 Hansard, 6/3/1925.

19 Assertion contredite par l’ancien mineur P.J. DOLLAN, conseiller municipal I.L.P. de Glasgow, dans une série d’articles, « The Scottish Coalowners exposed », publiée dans Forward (10, 17, 24/7, 14, 21, 28/8, 4, 19/9 et 13/11 1926) révélant les bénéfices des compagnies ainsi que les dividendes versés à leurs actionnaires d’après le Stock Exchange Year Book. La réponse des propriétaires (Forward, 21/8/1926) est, en tout état de cause, faiblement argumentée.

20 Sur les négociations qui aboutirent au « vendredi rouge », on lira le point de vue syndical dans l’autobiographie de Lord CITRINE, à l’époque secrétaire du T.U.G.C. : Men and Work, Londres, Hutchinson, 1964, pp. 128-42, et celui de Baldwin dans BARNES & MIDDLEMAS, op. cit., pp. 384-90.

21 The Manchester Guardian, 5/8/1925.

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540