Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Quatrième partie. Les luttes ouvrières

Chapitre XXI. 1919 : La révolution manquée ?

Texte intégral

  • 1 Jute and Flax Workers’ Guide, octobre 1918 et septembre 1919.

« The employers... are evidently blind to the signs of the times, and cannot hear the murmurings of the slaves of the hated industrial system... Although the whole relationship between employer and workman is in the melting-pot, [they] do not seem to realize it... it is about time [they]... understood that the days of 10 to 20 years ago are now past1. »

  • 2 J. R. CAMPBELL & W. GALLACHER, Direct Action, Glasgow, 1919, pp. 20-21.

« The bringing together of the rank and file of all trades will create a class outlook amongst the workers that will compel the official organisations to weld themselves together as a compact industrial force, and to remould their internal structure and accept the workshop as the basis of the organization. Either that or they will find themselves ignored in the industrial struggles of the future functioning merely as sick benefit societies and leaving the actual industrial fighting to be done by the Workers’Committees2. »

  • 3 B. RUSSELL in The English Review, février 1919.

« In this struggle [for industrial democracy] the strike will play a great part... Direct Action has its dangers, but so has every vigorous form of activity. We must not forget that the greatest of all dangers to a civilization is to become stereotyped and stagnant. From this danger at least industrial unrest is likely to save us3. »

1Les rapports entre patrons et ouvriers, entre base et hiérarchie syndicales, entre monde du travail et société ne pourront plus jamais être ce qu’ils étaient ante bellum : pour John Sime, le secrétaire de la Jute and Flax Workers’ Union dundovienne, comme pour Willie Gallacher et J.R. Campbell, les théoriciens du Clyde Workers’ Committee, et Bertrand Russell, il est clair que la guerre a irrémédiablement bouleversé les rapports sociaux. Affranchi par sa contribution incontestée à la victoire de tout sentiment d’infériorité, le prolétariat pourra désormais peser de tout son poids sur l’évolution de la société britannique, si besoin est – notamment en cas de carence des appareils syndicaux – par le recours à l’action directe.

  • 4 Forward, 15/3/1919.
  • 5 W. GALLACHER, op. cit., (Revolt), p. 301.

2Des espoirs les plus fous – Sandy M’Nee, chroniqueur à Forward, annonçant la chute imminente du capitalisme : « Capitalism is tottering tae its fa ; it is rotten through and through an maun crash in ruins afore lang4. » – aux regrets les plus amers – Gallacher battant sa coulpe d’avoir manqué une occasion unique de faire la révolution : « Revolt was seething everywhere, especially in the army. We had within our own hands the possibility of giving actual expression and leadership to it, but it never entered our heads to do so. We were carrying on a strike when we ought to have been making a revolution5. », telle apparaît en raccourci l’année 1919. Fut-ce vraiment l’année de la révolution manquée ?

La radicalisation des oppositions

  • 6 Neil MacLean à Govan. Notons que parmi les quatorze autres députés représentant Glasgow, un seul ré (...)

3« La révolte grondait partout » : de fait, le mécontentement populaire ne tarde pas à éclipser la liesse de l’armistice. L’élection « kaki » de décembre 1918 est ressentie comme une triple injustice par le monde du travail : le scrutin uninominal à un tour défie les lois, sinon de l’arithmétique électorale, du moins de la plus élémentaire justice (avec 48 % des voix, la coalition conservateurs/libéraux géorgiens remporte 68 % des sièges) ; le parti travailliste n’est guère récompensé de sa participation à l’effort de guerre (22,2 % des suffrages, 9 % des sièges ; un seul élu sur l’ensemble des 15 circonscriptions glasswégiennes6) ; enfin, la lenteur de la démobilisation a, de facto, empêché nombre de conscrits d’exercer leur tout nouveau droit de vote.

  • 7 Cité dans CLEGG, op. cit., p. 246.

4En février 1919, Lloyd George convoque la conférence industrielle nationale paritaire (patronat et syndicats), chargée de négocier sur « la durée du travail, les salaires, les conditions d’emploi, le chômage et sa prévention. » Les syndicats de la Triple Alliance et l’ASE s’en retirent, les nationalisations ne figurant pas à l’ordre du jour. Lorsqu’un an plus tard le gouvernement proposera aux représentants des syndicats du rail d’entrer au conseil d’administration des quatre nouvelles compagnies ferroviaires, ces derniers refuseront, afin de ne pas « aller à l’encontre de la politique de nationalisation du parti travailliste7. » Même les syndicats à majorité féminine sont persuadés que les relations du travail ne peuvent repartir sur les mêmes bases qu’avant-guerre : dans le Jute and Flax Workers’ Guide d’octobre 1918, John Sime fustige les employeurs, « manifestement aveugles aux signes des temps, et incapables d’entendre les murmures des esclaves du détestable système industriel », et annonce, un an plus tard, que « c’est l’ensemble de la relation entre employeur et ouvrier qui est à revoir. »

  • 8 Forward, 3/5/1919.

5En mars, la commission Sankey sur l’industrie houillère commence ses auditions. « Importantes révélations devant la commission ; le capitalisme va connaître son Waterloo » titre le Forward du 15 mars. Malgré la pluie glaciale, 100 000 manifestants se réunissent, le 1er mai, sur le Glasgow Green (et 30 000 à Edimbourg) pour acclamer la motion suivante, déclamée du haut de 25 plates-formes par une centaine d’orateurs, toutes tendances confondues : « That this meeting declares for the overthrow of the capitalist system of production for profit, and the establishment of the Cooperative Commonwealth based on production for use ; and... that this meeting of workers assembled on Glasgow Green sends their fraternal greetings to the European soviet republic and the workers of the world8. »

6Tout semble possible ; l’optimisme révolutionnaire est de mise, et la presse ouvrière accorde presque autant d’importance aux activités des groupes les plus marginaux qu’à celles du parti travailliste. Forward, par exemple, consacre plusieurs articles à la « Commune rouge de Glasgow », du nom de la campagne de propagande organisée en juin par Guy Aldred et son Glasgow Anarchist Group, dont les deux thèmes principaux sont le Home Rule pour l’Inde et la régulation des naissances, et, le 13 septembre, aux grands meetings glaswégiens de la Socialist Prohibition Fellowship, de Bob Stewart, dont les objectifs sont :

« The common ownership of the world’s economic forces; the control and co-ordination of all industries and social activities by the workers engaged therein through local, district and provincial communes, and world-wide federations; the non production of intoxicating liquors for beverage purposes; the universal and complete abolition of armaments; the freedom of either sex from dependence upon the other in an economic or political sense. »

7Ces déclarations sont prises au sérieux par le gouvernement. Depuis la révolution d’octobre, le Cabinet reçoit des « rapports bimensuels sur les organisations révolutionnaires au Royaume-Uni » fort alarmistes. Ils constituent un étonnant potpourri de faits et de ragots, dans lequel on peut lire aussi bien les discours publics de Maclean que la correspondance privée, « interceptée », de militants ouvriers annonçant l’imminence du grand soir.

8Peu après l’armistice, le War Office fait parvenir une circulaire « urgente et secrète » aux commandants de garnisons, les interrogeant sur la capacité de leurs troupes à « A) répondre à une réquisition en vue de préserver l’ordre public ; B) aider à briser une grève. » Certes, Bonar Law assura le comité parlementaire du TUC, qui avait eu vent de l’affaire, que l’armée ne serait éventuellement requise qu’en cas de « conflit réel entre le gouvernement et une grande puissance syndicale », et qu’il était bien entendu exclu de « faire appel à l’armée en cas de conflit ordinaire entre le capital et le monde du travail. »

La grève pour la semaine de quarante heures

  • 9 CAB 23/9, 31/1/1919.

9Encore fallait-il s’entendre sur le sens des mots. « Il est erroné de parler de grève à propos de la situation à Glasgow ; c’est en fait d’un soulèvement bolchevique qu’il s’agit » déclare Sir Robert Munro, le ministre pour l’Ecosse, à ses collègues du Cabinet le 1er février 19199. Prétexte à ce glissement sémantique : le « Vendredi sanglant » de la veille. Depuis une semaine, la grève pour les quarante heures se développait dans le calme – au grand dam de la presse conservatrice, qui cherchait manifestement à faire monter la tension : « la formation du comité de grève fut le premier pas vers ce terrorisme abject que le monde connaît aujourd’hui sous le nom de bolchevisme » s’indignait le Glasgow Herald du 31 janvier, dénonçant ces trois « fauteurs de troubles, rebelles notoires à toute forme d’ordre social » qu’étaient Neil MacLean, Kirkwood et Shinwell (deux futurs pairs du royaume !), ce dernier se voyant qualifié de « juif polonais » par le Times du même jour.

  • 10 I. McLEAN, op. cit., p. 136.

10Ce 31 janvier, un meeting de grévistes à George Square tourne à l’émeute : sans mobile apparent, la police montée charge, des dizaines d’ouviers sont blessés, et plusieurs de leurs leaders, dont Gallacher, Kirkwood et Shinwell, arrêtés. Et pourtant, comme le note Iain McLean, non sans une certaine condescendance sarcastique : « Compared to the storming of the Winter Palace, Bloody Friday was not very bloody. It frightened dedicated revolutionaries who had never seen blood spilt before. As pacific men, their first instincts were to get the crowd out of harm’s way as soon as possible10. »

  • 11 The Times, 3/2/1919.
  • 12 The Evening Times, 2/2/1919. Dans Mr Standfast de John Buchan (1919), Gresson, dirigeant américain (...)

11Qu’importe : dès le lendemain, des tanks patrouillent dans les rues de la ville, deux cuirassés remontent l’estuaire de la Clyde et plusieurs bataillons anglais – les régiments écossais étant considérés comme peu sûrs – sont envoyés en renfort. Il s’agit d’isoler et de diviser le mouvement glaswégien, par l’intimidation armée et économique (« Conséquence du conflit glaswégien : Messrs. Yarrow & Co. envisagent de diminuer la production de leurs chantiers navals à Scotstoun et d’augmenter celle de leurs chantiers de Vancouver ») 11, par le racisme (à partir du 8 février, le Glasgow Herald publie un feuilleton opposant Derek Clyde, un bon policier, à un méchant bolchevique répondant au nom de Finkelstein ; F. McQuisten, député tory de Springburn, « doute de l’origine écossaise des meneurs du présent conflit »12) et le sectarisme religieux : à l’initiative du révérend presbytérien Forson, de Govan, se constitue une « ligue des travailleurs patriotiques. » Rassemblant des ouvriers qui se proclament « loyalistes », elle connaît un certain succès dans les bastions de l’aristocratie ouvrière des chantiers navals, Yoker, Whiteinch, Old Kilpatrick, Partick.

12Ce rituel d’intimidation, ce « flexing of the muscles » du patronat et de ses alliés – gouvernement, armée, presse conservatrice, certains secteurs de l’Eglise d’Ecosse – montrent à l’évidence que le potentiel révolutionnaire de la grève pour les quarante heures fut pris au sérieux par les autorités. Il le fut également par ceux qui l’avaient déclenchée, les shop stewards. Ainsi leur hebdomadaire, The Worker, citait en exemple, le 8 février, la seule ville du Royaume-Uni à avoir emboîté le pas à Glasgow : « The shop stewards are the first stage in the Soviet development ; and when you read of the Workers Committee in Belfast taking over civil control in the town, you are reading part of the history of the Russian revolution in your land » et Gallacher déplore, dans ses mémoires, de n’avoir pas su saisir cette occasion unique :

  • 13 GALLACHER, op. cit., p. 233-34.

« Had we been capable of planning beforehand, or had there been an experienced revolutionary leadership of these great and heroic masses, instead of a march to Glasgow Green there would have been a march to the Maryhill Barracks... If we had gone there we could easily have persuaded the soldiers to come out and Glasgow would have been in our hands.. A rising should have taken place. The workers were ready and able to effect it; the leadership had never thought of it13. »

13De nouveau, nous sommes confrontés au discours « basiste » selon lequel le prolétariat aurait été bridé dans son élan révolutionnaire par l’incurie, voire la lâcheté, de ses dirigeants. Qu’en fut-il au juste ? Nous avons déjà brièvement évoqué l’histoire de cette grève célèbre. Elle est restée dans la mémoire collective grâce au Bloody Friday et au déploiement de troupes qui s’ensuivit. En fait, son double intérêt réside ailleurs : dans le rapport de forces entre syndicats officiels et comités ouvriers d’une part, dans ses objectifs d’autre part.

  • 14 Glasgow, 1919, op. cit., sans pagination.

14Rappelons que la grève fut déclenchée à l’initiative du Clyde Workers Committee avec le soutien du TLC de Glasgow et du STUC, ce dernier obtenant toutefois que la revendication fut non pas de 30 mais de 40 heures. Présidé par Shinwell, président du Trades Council, le comité de grève définit ainsi ses objectifs, dans un « manifeste adressé à l’ensemble des travailleurs britanniques » : « Ever since the Armistice was signed it has been evident that a big unemployment crisis was imminent unless steps were taken to absorb into industry the demobilised men of the Army and Navy... There is only one remedy : reduce the hours of labour14. »

15De fait, on dénombre déjà 30 000 chômeurs à Glasgow fin janvier 1919, dont 10 % de femmes, et les soldats démobilisés rejoignent l’Ecosse à la moyenne de 19 000 par semaine. Or, la très grande majorité de ces chômeurs et de ces anciens combattants n’a rien à voir avec les chantiers navals et la construction mécanique. Ces deux secteurs connaissent alors un boom spéculatif qui maintient la demande en main-d’œuvre qualifiée à un très haut niveau. Au demeurant, comme plus d’un demi-million de femmes ont été débauchées dans les semaines qui suivirent l’armistice, la plupart dans l’industrie des munitions, les travailleurs qualifiés de la construction navale ou mécanique de retour de l’armée (ils étaient de toute façon, pour les raisons évoquées plus haut, fort peu nombreux à avoir été enrôlés) n’avaient guère de souci à se faire pour retrouver un emploi dans leur branche. La revendication du comité de grève est donc essentiellement intercatégorielle. Le comité l’annonce d’ailleurs très clairement dans le premier numéro de son bulletin de grève, qui paraît le 30 janvier :

« The strike is for a social aim, as the 40-hours’week is meant to benefit all classes of workers. The 40-hours’week will prevent unemployment and maintain the Union rates of wages in all industries. It will enable the men and women coming back to civil life to get jobs which will ensure a decent living in return for their labour. The 40hours’week means leisure for all. »

16Comme en 1915, les shop stewards sont amenés à prendre position sur une question – la dilution en 1915, le chômage en 1919 – pour laquelle le mouvement ouvrier officiel, parti travailliste et syndicats confondus, ne propose pas la moindre solution. On chercherait en vain la moindre référence au chômage dans les nouveaux statuts travaillistes de 1918 ; quant aux syndicats alors en cours de négociations pour une réduction de la durée du travail dans leur branche, ils ne liaient jamais cette revendication à la lutte contre le chômage, qui ne leur apparaissait pas alors comme une menace majeure. En ces deux circonstances, ce fut donc la frange non officielle du mouvement syndical qui, percevant le mieux les grandes tendances économiques à venir, s’efforça de proposer des solutions novatrices à deux problèmes que les trade unions établis se bornaient, soit à refuser en bloc (la dilution), soit à ne combattre que dans le cadre de leur propre secteur d’activité (le chômage). Là où les responsables de l’ensemble du mouvement syndical ne proposaient, au mieux, que des solutions au coup par coup, les responsables d’une frange de ce mouvement faisaient des propositions globales :

  • 15 Cité dans Glasgow, op. cit.

« Remember 1908 when the workers were unemployed in large numbers. Wages fell, working hours were increased, Unions went bankrupt; men, women and children went about the streets ragged and hungry... We do not want the conditions of 1908 repeated in 1919... For the past 4 1/2 years the workers have fought, toiled and suffered for the country and are now entitled to live and work in it in comfort. They will only be able to do this if unemployment is abolished. The 40-hours’week is a practical step towards that end. If the 40-hours’proposal does not provide work for all then a further reduction must take place until everyone is usefully occupied15. »

L’isolement du mouvement

17On remarquera la nette différence de ton entre cet article du bulletin de grève publié par le STUC et celui du Worker citant en exemple le « soviet » de Belfast. Dans l’hebdomadaire du CWC, l’ennemi, c’est, le capitalisme ; dans le bulletin du STUC, ce sont les war profiteers, les profiteurs de guerre. Les shop stewards connaissent bien la base : aussi savent-ils pertinemment qu’ils ne peuvent prêcher la révolution qu’aux convertis, lecteurs du Worker. Pour ce qui est des « masses », ils laissent au Strike Bulletin (3/2/1919) le soin de protester de son souci de la légalité – signe que, dès son lancement, le mouvement est déjà sur la défensive :

« The workers know that their strike is legal, and that the Government in using force to repress the strike are acting illegally... We defy the authorities to prove one instance of illegal conduct by the strikers in this dispute... The Government are afraid the 40hours’week would abolish unemployment and cut off a supply of cheap labour for the profiteers. The greater the number of unemployed the lower the wages for those at work. Lower wages means bigger plunder for the profiteers. That is the game the Government are playing... A pretty swindle, isn’t it, to benefit the profiteers who robbed the nation during the war? »

18Une semaine après le « Vendredi sanglant », comment cette base dont d’aucuns estiment qu’elle fut détournée de ses visées révolutionnaires par ses dirigeants commémore-t-elle cet anniversaire ? En organisant un match de football entre les grévistes de Springburn et ceux de Maryhill. La grève était alors à bout de souffle. Non qu’elle ait donné des signes de faiblesse à Glasgow : 100 000 travailleurs sont en grève dans les chantiers navals et les ateliers de mécanique de la Clyde. Mais, contrairement à ce qu’annonce jour après jour le Strike Bulletin, le mouvement n’a pas fait tache d’huile, hormis dans quelques autres centres de constructions mécaniques et navales comme Edimbourg, Leith, Rosyth, Grangemouth et, seules en dehors de l’Ecosse, Belfast et Newcastle. En dehors de ces secteurs, la grève générale décrétée par le STUC le 2 février n’a été suivie que par les mineurs du Lanarkshire.

19C’est que le mouvement glaswégien, s’il était soutenu par le STUC, ne l’était pas par l’exécutif national des craft unions de la mécanique et de la construction navale ni, a fortiori, par celui des syndicats qui s’estimaient étrangers au conflit. Satisfaits de l’accord portant sur une semaine de 47 heures obtenu deux mois plus tôt, les Federated Engineering and Shipbuilding Unions, en particulier l’ASE, s’opposèrent au mouvement. Pendant les trois semaines que dura le conflit, les craft unions de la mécanique et de la construction navale refusèrent de verser la moindre allocation de grève, et Harry Hopkins fut renvoyé de son poste de secrétaire du comité de district de l’ASE pour l’avoir soutenue. Quant au comité parlementaire du STUC, il expliqua, lors du congrès de Pâques 1919, sa position en des termes plutôt embarrassés :

« The Joint Comittee (partly official and partly non-official) had brought the workers out... It was felt to be impossible for any other course to be taken by your Parliamentary Committee than to support the Strike. We were well aware that the parties involved were in many cases not only non-official but even anti-official, and we had occasion to protest most strongly against certain actions of the “unofficial” people taken against regularly constituted officials of certain Unions. But, on the other hand, obviously the best course was to give the movement the official support of the Parliamentary Committee and to work for recognition of the Strike by the Executive of the Unions. »

  • 16 ainsi qu’en témoigne cet article du Strike Bulletin du 31 janvier : « The 40-hours’ movement is mak (...)

20En d’autres termes, le pouvoir était dans la balance. Portés par le boom, les shop stewards, persuadés de pouvoir obtenir du patronat plus que ce qu’en avaient obtenu les syndicats officiels, étaient désormais prêts à renverser les hiérarchies. Contrairement aux années de guerre, où la base suivait les consignes des délégués d’ateliers sans pour autant remettre en question l’autorité syndicale, la double allégeance atteint un point de rupture en février 1919. Aussi le Strike Bulletta fourmille-t-il, après quelques jours de grève, d’appels aux grévistes à contraindre leurs exécutifs à reconnaître la grève et à leur verser les allocations de grève, leur rappelant que « les exécutifs sont les “serviteurs”, et non les “boss” des travailleurs. » Mais, alors qu’au début du mouvement les délégués d’atelier revendiquaient haut et fort leur indépendance sans se soucier des exécutifs16, ils ne tardèrent pas, au bout de quelques jours, à demander à la base de « forcer les exécutifs à reconnaître la grève et à verser les allocations de grève. » En vain : plusieurs assemblées générales de métiers – boilermakers, shipwrights, blacksmiths, sheet-iron workers – eurent beau sommer leur exécutif de payer ou de se démettre, rien n’y fit. Aussi le dernier numéro du Strike Bulletin, le 12 février, arborait-il, à la une et en caractères majuscules, cet avertissement aux dirigeants syndicaux

« Don’t forget the Executives who failed us in the fight ! These elected servants of ours who have become our bosses are not too favourable to the 40 hours’movement... If we don’t put our executives in order we will get nowhere... We have to emancipate ourselves from the dictatorship of the London juntas by building an organisation which will be under our control, and function when we want it to function. The workshop organisation should be the unit in the strike and not the craft section... In so doing we can painlessly abolish the sectionalism which has hampered us in the past. »

21On voit là les premiers symptômes du maintien artificiel de l’optimisme révolutionnaire dans des circonstances qui ne le justifient guère. En dernière page de cet ultime bulletin, le comité de grève publie, en guise d’adieu provisoire à ses lecteurs, ce bilan quelque peu « gonflé » :

« The strike is suspended until we reinforce our ranks. We have retreated in good order, and without any intention of submitting to the abject terms our exploiters wish to impose on us. If the Government and the Profiteers wish industrial peace they will concede our demand. Otherwise we have no alternative but to withdraw our labour whenever the conditions are suitable for action... The barriers of craft have gone over in this conflict, and, henceforth, we fight as workers, irrespective of trade or occupation... We are still pursuing the campaign for the 40 hours, and all our energies will be utilised to the full during the strike truce to strengthen our organisation... We fight on! »

  • 17 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 109.
  • 18 « Think of it, you engineers who used to pride yourselves in being the vanguard of the working-clas (...)

22Il fallut vite déchanter. Deux mois après la fin de cette grève qui aurait dû être, selon McShane, « un commencement17 », Gallacher était contraint de constater, dans le Worker d’avril 1919, qu’il s’agissait bel et bien d’une fin18.

Une contradiction théorique fondamentale

23Dans son désir de promouvoir le syndicalisme d’industrie, Gallacher est quelque peu injuste envers les aristocrates de la mécanique. Si une grève fut non corporatiste, du moins dans ses objectifs, ce fut bien la grève pour les quarante heures. L’échec de l’action directe n’est pas dû au corporatisme de l’une ou l’autre catégorie de travailleurs, mais à trois causes : une contradiction fondamentale dans la stratégie des comités ouvriers entre leur spontanéisme (organisation à la base, absence de hiérarchie nationale) et leur désir de déclencher une grève nationale ; le développement d’un système de négociations collectives nationales, qui renforce le pouvoir des exécutifs syndicaux officiels ; et la fin du plein emploi.

24Le mouvement des comités ouvriers reposait sur le plein emploi. Dès après l’armistice, la baisse de la demande de guerre permet aux patrons de se débarrasser d’un certain nombre de shop stewards. Dans nombre d’usines il se révèle impossible, après la grève – prétexte à de nouveaux licenciements sélectifs-, de reconstituer les workers’ committees. Aussi les comités de grève locaux restent-ils en place, pour servir de structure d’accueil aux militants licenciés.

25Dans ces conditions, la nouvelle avancée théorique des shop stewards offre en fait une illustration de l’adage selon lequel nécessité fait loi : à l’automne de 1919, le CWC lance une campagne pour l’établissement de « comités sociaux ». Selon Direct Action, les workers’ committees ont pour but d’organiser les ouvriers au point de production, les social committees de les organiser par quartier, la combinaison de ces deux types de comités devant constituer « le noyau du pouvoir politique de la classe ouvrière. » Plusieurs comités sociaux voyent le jour dans la Clyde – ce sont en fait les comités de grève de février 1919 rebaptisés pour la circonstance : mais plutôt qu’un signe de la reprise du mouvement des shop stewards, il faut voir là un symptôme de leur perte d’influence dans leur base originelle de pouvoir, l’atelier, les contraignant à se replier sur l’organisation par quartier – tant décriée plus tôt.

  • 19 The Socialist, 18/12/1919.

26Paradoxalement, c’est au moment où leur influence s’étiole dans leur base de départ que les leaders des comités ouvriers lancent une nouvelle vague de réflexion théorique. Débarrassés du quotidien des conflits dans leur branche, ils peuvent analyser à loisir les nouveautés dues aux années de guerre, en particulier le collective bargaining, dont ils mettent à jour les contradictions. Selon eux, si elle représente un progrès incontestable par rapport aux négociations purement individuelles, qui nient le rôle de l’organisation ouvrière, voire locales, qui ne permettent pas aux moins bien lotis de s’appuyer sur les acquis des plus forts, la négociation collective présente un double inconvénient : outre qu’elle donne naissance à une oligarchie syndicale, elle légitime le réformisme. S’enfermant dans le cadre de telles négociations, l’oligarchie syndicale a tendance à privilégier le court terme – la recherche du meilleur compromis pour ses mandants au sein du système existant – au long terme – le salut de la classe ouvrière par l’abolition du capitalisme. Comme l’explique Murphy, « la bureaucratie syndicale est constitutionnellement génératrice de modes d’adaptation au système capitaliste19. »

  • 20 The Call, septembre 1919.

27La radicalisation du mouvement syndical officiel au lendemain de la guerre ne modifie pas ce point de vue. Certes, la Triple Alliance est ressuscitée, dans laquelle Maclean voit le noyau de « l’exécutif de la lutte des classes – le comité central de la Nouvelle Société20. » De plus, après la grève du rail d’octobre 1919, la décision est prise de remplacer le comité parlementaire du TUC. par le conseil général. Contrairement à Maclean toutefois, les délégués d’atelier ne voient pas en puissance dans l’une ou l’autre de ces institutions « l’état-major de l’armée ouvrière dans sa confrontation finale avec le capital », Murphy lançant cet avertissement :

  • 21 The Socialist, 18/12/1919.

« One of the most dangerous developments in the industrial organisations of the working class... is the growth of an official class with its own vested interests and an excessive control over all the movements of the workers... The General Staff of officialdom is to be a dam to the surging tide of independent working-class aspirations and not a directing agency towards the overthrow of capitalism... The unity we have appealed for becomes a unity to stop action by the mass rather than a unity which shall lead them to victory21. »

28Aussi les shop stewards reprennent-ils à leur compte le slogan du Miners’ Next Step : « Nous voulons une organisation construite pour la lutte plutôt que pour la négociation. » Pour eux, la grève ne doit plus viser à répondre à des revendications ponctuelles et immédiates, mais déclencher la lutte finale pour le pouvoir. Comme le dit MacManus au congrès des comités ouvriers, en février 1920, il s’agit de « saisir toute occasion pouvant se présenter afin de la transformer en situation révolutionnaire. » Il importe donc pour cela de créer à la base « une alliance ouvrière dans chaque localité qui sera de loin supérieure à la trop lourde Triple Alliance », de regrouper les militants révolutionnaires au sein de comités ouvriers destinés à devenir, selon Direct Action, « the nucleus of working-class political power. »

29Le problème est que ces comités ouvriers auxquels on assigne un tel rôle ne sont plus au cœur des luttes, tant ils se sont contractés après la guerre. D’organisations de masse capables de déclencher une action directe, ils se sont transformés de facto en cellule locales ou d’usines d’un parti révolutionnaire en gestation : dès février 1920, Gallacher appelle à la constitution d’un « parti communiste fondé sur des comités sociaux à travers le pays. »

Du comité social au soviet : une double confusion

  • 22 McMANUS au congrès des Workers’Committees de février 1920, cf. HINTON, op. cit., p. 315.

30A l’occasion, les social committees sont rebaptisés, « soviets » – délibérément pour insister sur le fait qu’il s’agit là de l’avant-garde du prolétariat (théoriquement, le rôle du parti communiste), et pour en écarter les « tièdes », ou ceux qui douteraient qu’une « situation révolutionnaire [soit] à portée de la main22 » – bref, pour éviter qu’ils ne deviennent une véritable organisation de masse – c’est-à-dire, un soviet.

31Cette double confusion entre action politique et action syndicale, ainsi qu’entre parti et soviet, avait éclaté au grand jour en janvier 1920, lorsque le National Administrative Committee des Workers’ Committees avait demandé son affiliation au Komintern. Elle lui fut refusée car il ne constituait pas un parti politique, et surtout, parce que les comités ouvriers étaient ouverts à tous les travailleurs, sans test d’engagement politique : bref, parce qu’il s’agissait d’une organisation de masse, et non d’un parti d’avant-garde. La confusion s’accroît au congrès des comités ouvriers de janvier 1921, lorsqu’est votée une résolution tendant à mettre sur pied « un mouvement de rébellion coordonnée au sein des sections syndicales » : faute de pouvoir s’organiser sur le lieu de travail, les comités ouvriers en sont réduits à s’organiser en branches – rejetant ainsi leur principe existentiel fondamental.

32Conformément à la résolution votée au congrès, les comités ouvriers écossais lancent un « socialist industrial unionist group » au sein des sections locales de l’AEU. Trois mois plus tard, le congrès de Sheffield précise cette politique d’entrisme, préconisant la formation de « groupes de membres des comités ouvriers au sein des sections syndicales chargés de mener une propagande systématique et de tenter de conquérir tous les postes électifs au sein des syndicats. » On notera l’absence, dans cette directive, de la moindre référence au principe de base du mouvement, l’organisation indépendante des travailleurs sur leur lieu de travail : l’essentiel se joue désormais dans les sections « géographiques », seule base de départ envisageable pour la conquête du pouvoir au sein d’un syndicat. Le recul est net : de l’action directe à la base sur le lieu de production, les délégués d’atelier en sont réduits à préconiser la propagande au sein des sections syndicales en place.

33Cela s’étant rapidement révélé fort ardu, il ne restera au mouvement des comités ouvriers qu’à se fondre, en juin 1922, dans le Bureau britannique de l’Internationale syndicale rouge et d’œuvrer, selon les directives rapportées de Moscou par Murphy, en faveur d’une adhésion des syndicats britanniques à l’Internationale Rouge. Seule la Fédération des mineurs gallois les suivra. Présentée au congrès annuel des mineurs de 1922, leur motion invitant leurs camarades à leur emboîter le pas ne ralliera le soutien d’aucune autre fédération. Les comités ouvriers étant désormais éteints, leur fonction – rassembler, autour d’un noyau révolutionnaire, les militants syndicaux opposés au réformisme des instances officielles – se voit alors – ultime volte-face – dévolue aux trades councils, rebaptisés Councils of Action dans les publications communistes, ces mêmes bourses du travail que Murphy avait, en 1917, opposées en ces termes aux comités ouvriers :

  • 23 Cité dans Ibid., pp. 328-29.

« The Trades Council is only indirectly related to the workshops, whereas the Workers’Committee is directly related. The former has no power, the latter has the driving power of the directly connected workers in the workshops... The Trades Councils are not the nuclei of the soviets. Their ineptitude in all industrial disputes provides ample proof of this. They possess no executive power over the Unions, and action comes either through delegates from the workshops, or the local district committees of the Unions, which bodies improvise strike committees, etc., leaving the Trades Councils in the background or playing a reactionary part23. »

34Ces modifications de cap successives ne sont pas uniquement, comme on a pu l’écrire, la répercussion de « revirements moscovites. » Plus profondément, elles sont symptomatiques d’une question fondamentale qui affecte l’ensemble du mouvement ouvrier britannique au lendemain de la guerre : faut-il priviligier les luttes syndicales ou les luttes politiques ? Sur ce point, après deux années – 1919 et 1920 – de tâtonnements, Gallacher le révolutionnaire et Thomas le réformiste formuleront la même réponse : les luttes de l’après-guerre se dérouleront essentiellement sur le terrain politique.

Notes

1 Jute and Flax Workers’ Guide, octobre 1918 et septembre 1919.

2 J. R. CAMPBELL & W. GALLACHER, Direct Action, Glasgow, 1919, pp. 20-21.

3 B. RUSSELL in The English Review, février 1919.

4 Forward, 15/3/1919.

5 W. GALLACHER, op. cit., (Revolt), p. 301.

6 Neil MacLean à Govan. Notons que parmi les quatorze autres députés représentant Glasgow, un seul réside dans cette ville, tous les autres étant domiciliés, soit à Londres, soit à Edimbourg.

7 Cité dans CLEGG, op. cit., p. 246.

8 Forward, 3/5/1919.

9 CAB 23/9, 31/1/1919.

10 I. McLEAN, op. cit., p. 136.

11 The Times, 3/2/1919.

12 The Evening Times, 2/2/1919. Dans Mr Standfast de John Buchan (1919), Gresson, dirigeant américain des International Workers of the World en mission bolchevo-pacifiste à Glasgow en 1916, s’appelle en fait Wrankester, est au service de l’Allemagne, et « has a nose with a droop like a Polish Jew’s ».

13 GALLACHER, op. cit., p. 233-34.

14 Glasgow, 1919, op. cit., sans pagination.

15 Cité dans Glasgow, op. cit.

16 ainsi qu’en témoigne cet article du Strike Bulletin du 31 janvier : « The 40-hours’ movement is making history. This is because it is the greatest effort ever made by the rank and file. For the first time the workers have become their own leaders. When the workers lead, and unity is maintained, victory is certain. »

17 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 109.

18 « Think of it, you engineers who used to pride yourselves in being the vanguard of the working-class movement. The despised dockers and railwaymen and the miners - because they had the good sense to reorganize by industry, while you were strutting around bleating about the sanctity of your craft - have now become the pioneers of emancipation from the demoralizing power of capitalism, while you wallow pitifully in the slough of despond. »

19 The Socialist, 18/12/1919.

20 The Call, septembre 1919.

21 The Socialist, 18/12/1919.

22 McMANUS au congrès des Workers’Committees de février 1920, cf. HINTON, op. cit., p. 315.

23 Cité dans Ibid., pp. 328-29.

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540