Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Quatrième partie. Les luttes ouvrières

Chapitre XX. De l’égoïsme de caste à la conscience de classe

Texte intégral

Vers l’intégration des syndicats

1Depuis l’arrivée au pouvoir de la coalition radicale en 1906, les syndicats ont obtenu, par la voie législative, une très nette amélioration de leur statut légal : le Trades Disputes Act de 1906 supprime toute responsabilité financière des syndicats pour faits de grève (contrairement au verdict du jugement Taff Vale de 1901) et légalise les piquets de grève non-violents, et le Trade Unions Act de 1913 légalise la political levy, la contribution prélevée sur la cotisation syndicale pour l’action politique.

  • 1 Cité dans Ibid., p. 273.

2Marquées par une forte augmentation de l’inflation, du chômage et des cadences au travail et, corollairement, par l’influence croissante du syndicalisme révolutionnaire, ces années de l’immédiat avant-guerre connaissent une nette recrudescence de l’activité revendicative : longues et dures grèves des mineurs gallois (1910-1911), des marins, dockers et cheminots (1911), des mineurs, des dockers londoniens (1912), des dockers, marins et traminots dublinois (1913), etc. Rien n’indiquait que ce Great Unrest, comme on l’appela, fut terminé en août 1914. Au contraire, la formation, en avril, de la Triple Alliance des trois plus grands syndicats d’industrie (Miners’ Federation of Great Britain, National Union of Railwaymen, Transport Workers’ Federation, soit en tout 1 300 000 travailleurs) laissait augurer un automne chaud. « Si la guerre n’était pas intervenue, l’automne de 1914 aurait sans doute connu une commotion très grave dans le monde de l’industrie » rappelait en 1916 l’un des dirigeants de la firme écossaise Weir’s1.

  • 2 Labour Party, Conference Report, janvier 1916, p. 56.

3Comme chacun le sait, si l’automne 1914 fut « chaud », ce ne fut pas sur le plan social. En échange de leur participation aux structures de décisions économiques et politiques et de la garantie d’un retour aux conditions d’avant-guerre à l’armistice, les dirigeants syndicaux, acceptant la nécessité d’une direction gouvernementale des relations du travail, déclarèrent une « trève » sur le front social. Les conditions du marché sont clairement posées dans cet extrait d’une intervention syndicale au congrès travailliste de 1916 : « While the Unions by the Munitions of War Acts have reliniquished for the time being many of the liberties and rights that have taken a generation to build up, on the other hand, they have come forward and occupied a place in the affairs of the country which will do much to consolidate and strengthen them in the future2. » De fait, la moyenne annuelle des journées de travail perdues pour faits de grève pendant la guerre fut nettement inférieure à ce qu’elle avait été ante bellum, et à ce quelle redevint après l’armistice (tableau no2).

L’intervention de l’État

  • 3 H. BELLOC, The Servile State, Londres, 1912, p. 129.

4Dès 1912, Hilaire Belloc dénonçait dans The Servile State l’œuvre législative des libéraux dans le domaine social, en particulier l’Old Age Pensions Act de 1908, le Trade Boards Act et le Labour Exchange Act de 1909 ainsi que le National Insurance Act de 1911, dans lesquels il distinguait les signes avant-coureurs de la main-mise d’un État omnipotent sur la vie privée, au mépris de la liberté individuelle : « Much of the so-called welfare legislation is in fact concerned with regulating, “running”, and drilling the proletariat without tranching by an inch upon the privilege in implements, stores, and land enjoyed by the capitalist class3. » Proprement réactionnaire, cette analyse sera reprise trois ans plus tard par les shop stewards des industries d’armement de la Clyde, qui entreprendront de lui donner un contenu révolutionnaire.

5L’intervention de l’État dans la vie économique et sociale du pays s’intensifie à partir du déclenchement des hostilités, tant et si bien qu’à l’armistice le gouvernement gère la production et la distribution des produits alimentaires, du charbon et de la plupart des autres matières premières, les transports ferroviaires et maritimes, le marché des capitaux, les loyers et les salaires de plusieurs industries, ainsi que 90 % des importations. De plus, près de trois millions et demi de travailleurs sont employés directement ou indirectement par le ministère des Munitions, mis en place en 1915. Premier titulaire du nouveau ministère, Lloyd George a pour objectif déclaré la mise en place d’un système de « conscription industrielle », dans lequel les travailleurs affectés à la production d’armes et de munitions seraient soumis à la même discipline que leurs camarades engagés volontaires dans l’armée. Pour les ouvriers concernés, il devint rapidement difficile de faire le départ entre autorité de l’État et autorité patronale, tant les liens entre le ministère des Munitions et le secteur privé étaient étroits : plus de 90 administrateurs et cadres de grandes firmes métallurgiques et chimiques furent « prêtés » par leurs employeurs au ministère pour la durée de la guerre.

  • 4 Glasgow Herald, 21/5/1915.

6L’un d’entre eux, le maître de forges glaswégien William Weir, nommé directeur des munitions pour l’Ecosse en janvier 1916, se chargea rapidement de dissiper toute équivoque sur la nature de cette coopération, déclarant peu après son entrée en fonction : « les ouvriers qualifiés en place, organisés dans des syndicats, étant incontrôlables par leurs employeurs, l’État devrait assumer les fonctions disciplinaires desdits employeurs4. »

7D’où une série de contraintes mises en place par le Defence of the Realm Act de mars (notamment, interdiction des grèves et des lock-outs) puis le Munitions Act de juillet 1915 : installation de Munitions Tribunals chargés de sanctionner les ouvriers coupables de « limiter la production » (absences, ivrognerie, paresse), interdiction d’embaucher un travailleur « ayant au cours des six dernières semaines été employé dans ou en relation avec l’industrie des munitions à moins qu’il ne détienne un certificat de son dernier employeur attestant qu’il a quitté son travail avec l’accord de ce dernier. »

  • 5 D. KIRKWOOD, op. cit., p. 76.
  • 6 H. WOLFE, Labour Supply and Regulation, Oxford, 1923, pp. 110-121.

8« To the men of Clydeside it appeared little short of slavery... I was happy in Beardmores as a free man. I resented being in Beardmores as a slave. I was part of the Forge by nature and inclination. I would not be part of it by compulsion5. » Le grief que formule dans son autobiographie le délégué d’atelier David Kirkwood à l’encontre du leaving certificate correspond à l’analyse qu en fit a l’epoque un haut-fonctionnaire du ministère du Travail, Humbert Wolfe : « It gave the employer and (what from the workmans point of view was worse) the foreman an extraordinary hold over the individual. However little the workman liked his place of work, he could no longer take his money and go. » Mais là où le premier fait mine de ne voir que spartacisme de bon aloi, le second n’oublie pas de mentionner la cause majeure du tollé que suscita ce certificat chez les travailleurs des industries d’armement : « Nor was it merely unemployment that he had to fear. With the appearance of the Military Service Acts, and even before, it was difficultfor a skilled man out of work to avoid the recruiting officer. »6

9En effet, les ouvriers qualifiés des industries d’armement furent, ès qualité, tenus à l’écart de la conscription instaurée en janvier 1916 : à condition de posséder une carte de travail attribuée par leur syndicat de métier, ils étaient maintenus en sursis d’appel. Cette clause ne valait toutefois, ni pour les sans emploi, ni à partir de janvier 1918, pour les jeunes de moins de 23 ans. Début 1917, le ministère des Munitions remplaça les syndicats dans l’octroi des cartes de travail.

  • 7 En 1916, le gouvernement mit sur pied un Reconstruction Committee divisé en plusieurs sous-commissi (...)

10Cette série de mesures met en évidence un autre point fondamental de l’évolution dans les relations du travail pendant la guerre : de locales, elles prennent un caractère de plus en plus national. Tandis qu’avant-guerre les négociations collectives nationales n’affectaient qu’une faible minorité des travailleurs manuels, en 1920 la grande majorité d’entre eux étaient couverts par des conventions nationales. C’est là le pendant « carotte » des lois « bâton » ci-dessus ; conscient qu’il ne pouvait espérer obtenir la poursuite du soutien syndical à l’effort de guerre sans un minimum de concessions, le gouvernement applique graduellement, à partir de 1918, les recommandations de la commission Whitley prônant l’établissement de conseils paritaires nationaux de négociations collectives dans chaque secteur industriel7.

11Entre 1918 et 1920, 68 Joint Industrial Councils furent mis en place dans autant d’industries. Concernant celles où l’organisation des travailleurs et/ou des employeurs était insuffisante pour qu’un J.I.C. pût être constitué, la commission Whitley avait recommandé la création de Trade Boards, aux objectifs moins ambitieux : il ne s’agissait pas d’élaborer une échelle des salaires pour l’ensemble de l’industrie, mais de fixer un salaire minimum afin d’éliminer les cas les plus flagrants de sweating. En vertu du Trade Boards Act de 1918, 10 offices professionnels virent le jour en 1919, 23 en 1920, l’ensemble couvrant environ 300 000 employeurs et dix fois plus de travailleurs (dont 70 % de femmes) dans les industries de l’habillement, du cuir, du jute, du tabac, et dans des services tels que la blanchisserie, l’épicerie, etc. Dans plusieurs cas, ces trade boards (par exemple celui du jute, créé en février 1920) furent établis grâce à la pression du gouvernement, malgré une forte réticence du patronat.

  • 8 CLEGG, op. cit., p. 550.

12Conséquence directe de ce passage à une structure nationale pour régir les relations du travail : l’ampleur que prennent dès lors les conflits. Les journées de travail perdues à cause d’une grève ou d’un lock-out affectant l’ensemble d’un secteur industriel représentaient le quart du total des journées perdues entre 1901 et 1910, la moitié entre 1911 et 1914, et 80 % entre 1919 et 1926 (compte non tenu de la grève générale de mai 1926) 8.

La régulation des loyers

13La vallée de la Clyde étant un grand centre de production militaire, l’intervention de l’État s’y affirma avec encore plus de force qu’ailleurs : outre son contrôle sur les usines de munition et les chantiers navals, le gouvernement eut à intervenir dans un autre secteur qui, menaçant l’équilibre social, risquait de nuire à la production des munitions nécessaires à l’effort de guerre : le logement. Le contrôle des loyers mis en place par les lois de 1918 et 1919, ainsi que le Housing Act for Scotland de 1919 qui, pour la première fois, exigeait des collectivités locales quelles fournissent des logements corrects aux travailleurs, étaient des réponses à l’agitation menée à partir de 1915 dans la Clyde pour lutter contre les hausses excessives des loyers.

  • 9 « When we talk of expense and cost let us realize that everything is comparative, and let us measur (...)

14D’ordre essentiellement économique au départ – il s’agissait d’éviter l’interruption de la production d’armements – cette immixtion de l’État dans un domaine traditionnellement laissé aux seules lois du marché répondait également à une nécessité politique, ainsi que l’expliqua aux députés conservateurs réticents le Secrétaire Parlementaire au Local Government Board, défendant la loi sur le logement de 19199.

La révolte de la base

15Les grèves dans la mécanique et la construction navale représentent le tiers de tous les arrêts de travail enregistrés pendant la guerre, alors qu’elles ne constituaient que 16 % du total en moyenne entre 1899 et 1913 : preuve qu’en dépit de la trêve décrétée par la hiérarchie syndicale, les militants de la base n’acceptèrent pas facilement la « conscription industrielle » mise en place par le ministère des Munitions. Si les travailleurs de l’industrie mécanique furent les premiers à rompre le consensus autour de l’effort industriel de guerre, c’est que cet effort exigeait d’eux une transformation de leurs méthodes de travail beaucoup plus profonde que celle exigée de tout autre groupe de travailleurs.

16De tous les centres britanniques de l’industrie des armements, ceux qui se rebellèrent avec le plus de virulence contre les nouvelles données des relations du travail furent Glasgow et, dans une moindre mesure, Sheffield. C’est que deux conditions étaient nécessaires à une rébellion des ouvriers qualifiés de la mécanique.

17Premièrement, leur statut professionnel devait être intact, ou presque, en 1914. Dans les Midlands, le recours massif à la mécanisation et à la parcellisation des tâches dans les usines de constructions automobiles et aéronautiques avait, dès avant la guerre, sérieusement miné le statut des « aristocrates » ; aussi la « dilution » imposée par l’effort de guerre n’était-elle pas vraiment une nouveauté. Deuxièmement, il fallait que plusieurs compagnies dominent l’industrie mécanique locale. Là où n’existait qu’une seule firme, comme à Barrow et Woolwich, il était plus facile aux cadres syndicaux officiels de préserver leur emprise sur la base. Ils le firent, dans ces deux centres, en intégrant le mouvement des délégués d’atelier aux structures syndicales existantes : récupération relativement aisée, puisque la structure officielle de base, la branch, ou section de quartier, correspondait de facto, géographiquement, à la structure officieuse, le workers’ committee d’atelier.

  • 10 Cité dans DICKSON, op. cit., p. 273.

18Or, Glasgow et Sheffield avaient en commun une structure éclatée de la construction mécanique, répartie entre plusieurs firmes et une multitude d’ateliers, ainsi que la survivance de méthodes de production qui faisaient encore la part belle aux « aristocrates ». Toutefois, le statut de ces derniers était, nous l’avons vu, menacé par le recours croissant à la mécanisation et l’introduction d’ouvriers semi-qualifiés. Tentant de lutter contre cette érosion de leur statut, les ouvriers qualifies avaient, dès avant la guerre, entrepris de consolider leur autonomie dans le procès du travail, ainsi que le rappelait en 1916 l’un des dirigeants de Weir’s : « The position just before the outbreak of war was that... inroads on the powers of management in the shops had become very serious... The employas had themselves to blame for this situation as they had tacitly acquiesced in the abandonment of their position rather than face a general strike10. »

19Au désir d’autonomie dans le procès du travail correspondait une forte tradition d’autonomie des instances syndicales locales : si, aux yeux des aristocrates, une fixation nationale des salaires pouvait convenir pour les tâches mécaniques qu’effectuaient les ouvriers semi-qualifiés, seuls les délégués locaux étaient à même de faire valoir, usine par usine, la spécificité, la diversité et la complexité de leur travail. D’où une nette méfiance vis-à-vis de la concentration et de la bureaucratisation syndicales de l’époque édouardienne. Ainsi, la grève de l’usine Singer à Clydebank en 1907 et celle des chantiers navals de la Clyde l’année suivante furent déclenchées par la base, contre l’avis des exécutifs syndicaux.

Les délégués d’ateliers

  • 11 JEFFERYS, op. cit., p. 129.
  • 12 Cité dans Glasgow, 1919, op. cit., sans pagination.

20Par la base, ou plutôt par les shop stewards, les délégués d’ateliers. C’est en 1892 que l’ASE officialise les fonctions de ses premiers shop stewards, chargés de tâches purement administratives : enregistrement des adhésions, vérification des cotisations, distribution des cartes, etc. Leur implantation croît au rythme de la progression du travail aux pièces (il affectait 5 % des ouvriers de la mécanique en 1886, 27,5 % en 1906) 11, qui privilégie les négociations au niveau de l’usine plutôt que de la ville ou du quartier, unité géographique de base de la section syndicale. Dès 1897, une firme de la Clyde reprochait aux délégués d’atelier de « réprimander systématiquement un tourneur qui produisait trop12. »

21Corollairement, de simples rouages administratifs, les délégués d’atelier assument les fonctions de négociateurs à l’échelon de l’usine, se constituant en works committees of stewards, en comités d’ateliers. Contrairement aux secrétaires de sections, les délégués d’atelier ne sont pas des permanents syndicaux : élus par leurs collègues de travail, ils ne perçoivent aucune rémunération. Les éléments professionnels – début d’un processus de déqualification des aristocrates – et structurels – organisation syndicale au niveau de l’usine, relativement indépendante (ne serait-ce que financièrement) de la hiérarchie régionale ou nationale – d’une révolte de la base syndicale étaient donc en place dès avant le début de la guerre.

Les arrière-pensées de la « dilution »

  • 13 Justice, 13/8/1924.

22La double frustration – professionnelle et résidentielle – des engineers de la Clyde va être exacerbée par le rôle crucial de la région dans l’économie de guerre. En y créant la plus forte concentration sur le territoire britannique d’industries d’armement, le ministère des Munitions accrut considérablement les problèmes de travail (dilution) et de logement (hausse des loyers) des aristocrates glaswégiens ; mais il les plaça également en position de force dans le domaine des relations du travail, tant la demande des militaires en armements excédait l’offre. Certes, les diverses mesures législatives déjà mentionnées étaient là pour endiguer toute velléité d’exploitation de cet avantage. Mais là où certains à gauche, en particulier les Fabiens et les partisans de Hyndman au sein du BSP, voyaient dans l’économie de guerre gérée en grande partie par l’État une ébauche bienvenue de collectivisme, « la première marche d’un escalier conduisant au socialisme », selon Hyndman13, les shop stewards dénonçaient l’avènement du servile state annoncé par Belloc.

  • 14 R. DAVIDSON, « The Myth of the Servile State », B.S.S.L.H., no 29, p. 63.

23On peut certes démontrer, comme le fait R. Davidson de façon fort convaincante, que tel n’était pas l’objectif des trois hauts fonctionnaires du ministère du Travail (dont William Beveridge), qui avaient rédigé les lois sociales de la coalition radicale, et contribuèrent à celle des lois sur les munitions14. Il n’en reste pas moins que, perçues au niveau de l’atelier, les mesures édictées par le ministère des Munitions apparaissaient bel et bien comme une alliance entre l’État et le patronat pour casser le statut des ouvriers qualifiés de la mécanique. Quelle qu’ait été la pureté des intentions de ces trois fonctionnaires, les délégués d’atelier de la Clyde ne manquèrent pas de faire circuler sur leur lieu de travail l’article que publia en décembre 1915 W. Weir dans le mensuel patronal The Engineer, dans lequel il envisageait la dilution comme une donnée permanente, capable de tailler en brèche le statut des aristocrates :

  • 15 Cité dans J. HINTON, The First Shop Stewards’Movement, Londres, Allen & Unwin, 1973, p. 71.

« The introduction of female labour might be used so as to lead to a lowering of the rates of payment for services. The fact... is not that women are paid too little but that men are paid too much for work that can be done without previous training. It is only the Trade Unions which, after the war, will stand in the way of our realizing the anticipation that we might be able to reduce our workshop costs by the employment of women... If [the dilutees] can be brought to see the advantages and agree to accept a lower scale of wages than skilled men, they may, by their preponderance of numbers, be in a position to defy the Unions15. »

La grève de février 1915

24Le mois suivant, l’auteur de cet article provocateur était nommé directeur des Munitions pour l’Ecosse : on comprend que les ouvriers de ses usines de constructions mécaniques aient eu quelque difficulté à percevoir le caractère « socialement progressiste » noté par R. Davidson de la collaboration officialisée entre État et patronat. D’autant que quelques mois plus tôt, en février 1915, ce même employeur s’était, nous l’avons vu, illustré en embauchant des ouvriers qualifiés américains, payés 2d de plus l’heure que leurs collègues de travail glaswégiens. Ces derniers déclenchèrent une grève afin d’obtenir l’égalité de traitement avec les derniers arrives. Le refus du comité de district de l’ASE de soutenir officiellement ce mouvement fut la cause directe de la formation, par les shop stewards de l’usine Weir, du Clyde Labour Withholding Committee (euphémisme qui leur évitait de contrevenir au Defence of the Realm Act). Spécifique à l’usine Weir, la cause immédiate de la grève pouvait être comprise par l’ensemble des mécaniciens de la région : si leur employeur ne faisait pas appel à des Américains, il embauchait massivement, en revanche, une autre catégorie de personnels, autrement plus dangereuse tant pour le statut que pour le salaire des « aristocrates » : les femmes.

25Aussi la grève s’étendit-elle à 26 usines de construction mécanique de la Clyde, touchant plus de 10 000 ouvriers qualifiés, soit les 2/3 environ de tous les engineers de la région. En revanche, signe avant-coureur des limites du mouvement, elle ne fut suivie ni par les ouvriers des chantiers navals, dont les spécialités très artisanales ne faisaient alors l’objet d’aucune menace mécanique ou féminine, ni par les ouvriers semi et non-qualifiés de la mécanique, qui n’avaient aucune raison de soutenir une revendication des aristocrates qu’ils considéraient comme purement corporatiste. Ce paradoxe apparent d’un mouvement de la base dirigé par des militants en majorité révolutionnaires s’appuyant sur un groupe restreint, traditionaliste et corporatiste, marque toute l’histoire des comités de shop stewards, en particulier à Glasgow et Sheffield.

L’action directe

  • 16 H. VINCENOT, Mémoires d’un enfant du rail Paris, Hachette, 1980, p. 289.

« Ah ! on verra, quand Blum et Thorez seront au pouvoir. Surtout Thorez, un ancien mineur, paraît-il. Vous pensez bien qu’il est pour le chaudron, lui, l’ancien mineur, car qui dit charbon dit vapeur ! 16 »

26On le voit, cette alliance entre progressisme politique et conservatisme professionnel n'est pas spécifique aux « aristocrates » de l’industrie mécanique britannique, au statut menacé par le processus de rationalisation du travail induit par l’effort de guerre. Les mécaniciens du rail que cite Henri Vincenot craignaient de perdre leur rang de « seigneurs » avec l’avènement de la traction électrique : un gouvernement de gauche ne saurait tolérer une telle dégradation de leur statut ni un tel non-sens économique.

27La question qui nous intéresse ici est de savoir si les délégués d’atelier parvinrent à dépasser ce paradoxe, à s’appuyer sur une revendication corporatiste, voire passéiste, pour faire naître une prise de conscience politique, à passer de l’égoïsme de caste à la conscience de classe, jetant par là même les bases d’un mouvement révolutionnaire qui se serait poursuivi au lendemain de la guerre.

28Si l’on s’en tient aux motifs immédiats des grèves déclenchées par les shop stewards, la réponse ne peut être que négative : il s’agissait avant tout de la défense de craft privileges, du maintien d’avantages acquis par les aristocrates. Désavouée par l’exécutif régional de l’ASE, la grève de février 1915 aboutit, au bout de quinze jours, à un compromis (1d d’augmentation de l’heure au lieu des 2 revendiqués). En septembre, le renvoi de deux shipwights du chantier naval Fairfield pour « paresse » (slacking) déclenche une grève de leurs camarades de travail : le motif du licenciement ayant été inscrit sur leur certificat, les deux ouvriers n’avaient plus pour seule ressource que de s’enrôler dans l’armée, et la même mésaventure guettait tous ceux qui seraient tentés de restreindre leur productivité.

  • 17 Cité dans HINTON, op. cit., p. 115.

29L’exécutif de l’ASE ayant refusé de prendre la défense de 17 grévistes de Fairfield’s condamnés à un mois de prison par un Munitions Tribunal en vertu du Defence of the Realm Act, les shop stewards des industries d’armements de la région fondèrent, en octobre 1915, le Clyde Workers’ Committee. Si ces délégués relativement jeunes et peu connus – McShane avait alors 23 ans, MacManus 26, Gallacher, élu président du CWC, 34, Johnny Muir 36, Kirkwood faisant, à 42 ans, figure de « vieux sage » – trouvèrent rapidement un public, c’est qu’ils se posaient en défenseurs d’un principe sacré des « aristocrates » : la maîtrise du procès du travail. Aussi leur audience dépassait-elle largement le cadre des militants révolutionnaires. Comme le notait en décembre 1915 Sir Lynden Macassey, envoyé sur place par le Board of Trade pour arbitrer le conflit de la Clyde : « You find resistance to the Act, and a determination to cripple and crab it, exalted into a principle of belief and tenaciously held and publicly preached by workmen who, judged by conventional standards, are honest, industrious operatives, are elders of the kirk and have their boys fighting at the Front17. »

30De fait, livrés à eux-mêmes, ces hommes qui se prévalent volontiers du titre d’artisans subissent les événements. En mai 1917, le gouvernement dépose deux projets de loi, l’un visant à abolir la trade card, qui permettait à tous les membres d’un syndicat de métier affectés à la production de guerre de bénéficier d’un sursis d’appel, l’autre à étendre la dilution aux usines non directement concernées par la production d’armements. 200 000 engineers mènent une grève de trois semaines (ils obtiendront le retrait du second Bill, mais pas celui du premier) dans 48 villes du royaume. Glasgow manque à l’appel. On pourrait certes voir dans cette absence le refus de s’associer à un mouvement qui avait pour objectif la défense du grand privilège des aristocrates de la mécanique, le sursis d’appel. Ainsi The Call, l’hebdomadaire du SLP, s’indignait, le 24/5/1917 : « The strike is now a huge political weapon, though the workers fall to grasp that fact... Why are they bothering with trade card schemes when their Russian comrades have accomplished revolution ? »

  • 18 Gallacher, Maclean, Maxton, MacDougall, Muir furent condamnés de trois mois à un an de prison pour (...)
  • 19 GALLACHER, op. cit. (Revolt), p. 180.

31En fait, il s’agit là d’une indignation fort minoritaire, que n’expriment que le SLP et la fraction Maclean du BSP. Si la Clyde est restée calme, c’est tout simplement que six des principaux dirigeants du C.WC., ainsi que Maxton et Maclean, ont été arrêtés ou déportés au début de 1916.18 Décapité, le mouvement est totalement désorganisé, devenant, selon McShane, « petit et sectaire ». Reconstruit après le retour de ses leaders, en particulier Gallacher, à la mi-1917, le CWC proteste contre le Military Service Bill de janvier 1918, menaçant le gouvernement d’une grève en cas de maintien du projet, et exigeant la tenue d’une « conférence internationale pour discuter des conditions de la paix19. »

32Pour la première fois, le discours corporatif rejoint le discours pacifiste – mais la coïncidence entre la menace de conscription et la revendication pacifiste diminue considérablement la portée de cette dernière. De fait, conscients qu’une telle grève ne ferait qu’accroître leur isolement, creuser le fossé qui les sépare des travailleurs moins qualifiés, soumis depuis deux ans à la mobilisation, les shop stewards repoussent l’échéance. La grande offensive allemande de mai 1918 mettra un terme à leurs velléités de grève.

  • 20 Solidarity, mars 1917.

33Faut-il en conclure, comme le fit après coup J.T. Murphy, leader des shop stewards de Sheffield, que l’action des comités ouvriers ne fut qu’un « scramble in the ash heaps of industrialisation for piecework and bonuses20 » ? Ou peut-on affirmer que, loin de se contenter de profiter de circonstances exceptionnellement favorables pour défendre au mieux les intérêts moraux et matériels des aristocrates de la construction mécanique, le mouvement des comités ouvriers parvint, à partir de conflits catégoriels, à poser, tant dans la pratique des luttes que dans l’élaboration théorique, les principes fondamentaux de l’action directe et du contrôle ouvrier ?

Le dépassement du corporatisme

  • 21 Cité dans HINTON, op. cit., p. 119.

« We will support the officials just so long as they rightly represent the workers, but we will act independently immediately they misrepresent them. Being composed of Delegates from every shop and untrammelled by obsolete rule or law, we claim to represent the true feeling of the workers. We can act immediately according to the merits of the case and the desire of the rank and file21. »

34« Indépendamment », « immédiatement », « sans entraves », « lois et réglements obsolètes », « le sentiment réel des travailleurs », « le désir de la base » : ce n’est pas, contrairement à ce que pourrait laisser penser l’accumulation de ces termes, à un manifeste de mai 1968 ou d’une « coordination » cheminote ou étudiante de 1986 que nous avons affaire, mais à l’un des premiers tracts du Clyde Workers’ Committee, rédigé en novembre 1915. L’imagination est le propre de tous ces mouvements spontanéistes : lorsqu’elle se prend en charge, la base a tendance à mépriser le caractère étroitement corporatiste de ses dirigeants syndicaux officiels et le cadre étriqué de leurs négociations. Le mouvement des comités ouvriers n’échappe pas à cette règle.

35« Has the fear of the DORA and the Munitions Act affected the rank and file as it has apparently affected its leaders ? Are we to remain passive, or are we to offer resistance to coercive Acts of Parliament ? » Le recours à faction directe naît, ainsi qu’en témoigne cet appel de septembre 1915 du Trades Council de Govan, de la carence des directions syndicales face à la « coercition législative ». Elle se révèle très rapidement payante, contraignant le ministre des Munitions, Lloyd George, à venir, dès Noël 1915, discuter à Glasgow de la mise en place de la dilution directement avec les délégués du CWC, court-circuitant ainsi les responsables syndicaux officiels. Ce qu’il fut forcé d’entendre sortait largement du cadre étroit de la « mêlée pour les taux du travail aux places et des boni » à laquelle Murphy réduisit, par la suite, l’action des comités ouvriers.

  • 22 The Worker, 15/1/1916.

« You have to remember that for some years past there has been considerable nibbling at the individuality of the worker. During all his working hours he is merely a cipher, known by a check number. At the labour exchange he has a number, and when he is ill under the state insurance, he is also known by a number. The Munitions Act and the Defence of the Realm Act have divested him of the last shreds of individuality, and it begins to look to him as if they were gone permanently22. »

36On le voit, la démonologie de Belloc fut reprise par le CWC dans sa déclaration à Lloyd George de Noël 1915. Si la philosophie du mouvement se limitait à ce seul refus de la dilution au sens physique du terme – le passage de l’état d’artisan fier de sa technique individuelle à celui de robot, de l’état d’individu à celui de numéro-, on pourrait n’y voir qu’une révolte individualiste contre la croissance de l’État-patron. Tant s’en faut. Dans le numéro du Worker (15/1/1916) qui rendit compte de l’entrevue avec Lloyd George, John Muir écrivait : « We regard [dilution] as progressive from the point of view that it simplifies the labour process, makes labour more mobile, and tends to increase output. In short it is a step in the direct line of industrial evolution. »

  • 23 Cité dans HINTON, op. cit., p. 74, d’après The Firth Worker (sans date).

37Prise de position courageuse s’il en fût. Contrairement aux exécutifs syndicaux qui réclament, pour après la guerre, le retour à la normale – c’est-à-dire le renvoi des femmes-, le CWC se préoccupe d’appréhender la dilution d’une façon qui réconcilierait les intérêts de l’aristocrate et ceux du dilutee. « La seule solution au problème est de reconnaître franchement le processus [de dilution] et de faire en sorte, avec détermination, que ces changements ne puissent mettre en danger ni le gagne-pain d’un homme, ni l’avancement d’un homme ou celui d’une femme » écrit Murphy dans le Firth Worker23. Il ne s’agit pas uniquement de se donner bonne conscience, ainsi qu’en témoignent les événements de novembre 1917. Reconstruit après le retour de ses dirigeants, le CWC organise un meeting de soutien à quatre dilutees renvoyées de Beardmore à la suite d’une grève du zèle. La menace d’une grève de solidarité de tous les mécaniciens de la Clyde aboutira à leur réintégration : on ne saurait donc voir dans le CWC un simple mouvement d’humeur contre le travail des femmes et le progrès technique – d’autant que la « ligne directe de l’évolution industrielle » à laquelle Murphy faisait référence dans le Worker du 15/1/1916 se voit fort clairement définie par Gallacher dans le même numéro : « Le but ultime du CWC est de fondre ces syndicats dans une organisation unique puissante qui donnera aux ouvriers la maîtrise complète de l’industrie. » Sous quelle forme ?

Le débat sur la cogestion

38La première expression du ‘contrôle ouvrier’ formulée par le CWC relève en fait de la cogestion. Si l’on peut établir une distinction entre minimalistes et maximalistes, c’est tout simplement sur l’extension de cette cogestion qu’elle porte. Ainsi, lors de la visite de Lloyd George à Noël 1915, Kirkwood revendique seulement un droit de regard local sur la mise en place de la dilution (« Ce processus de dilution doit être mené sous le contrôle des ouvriers... Sinon, de la main-d’œuvre à bon marché sera introduite, et si notre revendication n’est pas entendue, nous nous battrons jusqu’au bout contre ce projet ») tandis que Muir revendique une réelle cogestion paritaire dans le cadre de la nationalisation de toutes les industries :

  • 24 The Worker, 15/1/1915.

« We have no objection to [dilution] provided its application conforms to certain clearly defined conditions, [namely that] all industries and industrial resources must be taken over by the Government and organised labour should be vested with the right to take part directly and equally with the present managers in the management and administration of every department of industry24. »

  • 25 Vanguard, 30/12/1915 (numéro censuré), cité dans HINTON, op. cit., p. 132.

39Ce qui lui vaut cette répartie de Maclean : « Si les ouvriers de la Clyde prenaient le contrôle partiel des usines de munitions, ils accepteraient ainsi une responsabilité partielle dans la guerre25. » Pour lui, toute revendication de contrôle ouvrier dans l’industrie de guerre revient à impliquer encore plus directement la classe ouvrière dans la production d’armes, et donc à la rendre encore plus nettement responsable de la prolongation du conflit. Fort minoritaire, cette déclaration de défaitisme révolutionnaire scellera la rupture définitive entre Maclean et le CWC, au sein duquel il n’avait été admis – n’étant pas lui-même, nous l’avons vu, mécanicien de profession – que par souci d’ouverture politique.

Du théorique au pragmatique

40Ces diverses interprétations du contrôle ouvrier suscitent un débat de fond sur la transition vers le socialisme, sur le capitalisme d’État, et, après 1917, sur la fonction des soviets. Riche débat, qui voit les leaders réexaminer leurs positions de principe à la lumière de l’action menée par le CWC.

  • 26 The Socialist, octobre 1916.

« For over 13 years we have sought to show... that State Ownership was the final word in capitalist domination, that it was pregnant with sinister danger for the workers, who would become State serfs... The first, and from the point of view of working-class tactics, most important point to be noted is that Nationalization or “state socialism”, so far from being the method of working-class progress to socialism has become the very life blood and method of the most militant and aggressive Imperialism26. »

41Le capitalisme d’État mis en place au début de la guerre laisse mal augurer du socialisme d’État : telle est la première leçon, exposée dans cet article du Socialist d’octobre 1916, que tirent les dirigeants des workers’committees après une année d’existence. Confrontés à une extension du pouvoir répressif de l’État alliée à la bureaucratisation des appareils syndicaux, les ouvriers qualifiés de la base ne peuvent qu’approuver ce raisonnement. Ayant dû construire leurs propres défenses face à la passivité des craft unions, il était logique que leurs leaders en vinssent à analyser le rôle éventuel de leur nouvelle unité organisationnelle de base – le comité d’atelier – dans la reconstruction de la société d’après-guerre. En cela, ils allèrent bien au-delà de la réflexion théorique du parti travailliste, pour lequel la nationalisation représente la panacée. La question que se posent les comités ouvriers est la suivante : quelle sorte de nationalisation ? Comment s’assurer que nationalisation ne signifie pas « servile state », qu’elle soit effectivement gérée par et pour les ouvriers, et non bureaucratiquement par l’État ou les syndicats ?

  • 27 « Les syndicats sont réellement représentatif de leurs membres, et ceux-ci peuvent les modeler selo (...)

42Par son action et son organisation, le mouvement des shop stewards met en lumière les lacunes tant du syndicalisme révolutionnaire que du syndicalisme d’industrie, qui constituaient pourtant la référence de base de ses leaders au début de la guerre. Les syndicalistes révolutionnaires prônaient l’amalgamation des syndicats existants sur une base révolutionnaire, confiants que ces derniers pouvaient être transformés de l’intérieur27. Un inlassable travail d’éducation entraînerait la radicalisation et la fusion par industrie des syndicats, puis culminerait dans la grève générale, qui permettrait aux travailleurs d’assumer non seulement les fonctions de production et de distribution, mais aussi de fournir, par l’entremise de leurs syndicats d’industrie et des trades councils, l’embryon de la structure administrative du Socialist Commonwealth.

43Si la seconde partie du processus – l’organisation du Commonwealth autour des syndicats d’industrie et non autour de l’État – vaut pour les tenants du syndicalisme industriel, ils ne croient pas, en revanche, en la possibilité de transformation des syndicats existants. Aussi sont-ils partisans de la constitution de syndicats révolutionnaires rivaux – dual unionism, le syndicalisme duel. Conscients que la persistance des syndicats traditionnels rend illusoire toute idée de prise du pouvoir par la grève générale, ils mettent donc, contrairement aux syndicalistes révolutionnaires qui méprisent l’action parlementaire, l’accent sur le rôle fondamental de la représentation politique des ouvriers : l’organisation « spontanée » des masses au point de production doit aller de pair avec l’organisation politique des éléments les plus conscientisés en un parti d’avant-garde.

  • 28 J.T. MURPHY, The Workers’ Committee, Sheffield, 1917, p. 14.

44D’où ces deux positions apparemment irréconciliables : « À l’avenir, la nécessité d’une action indépendante de la base doit être éliminée par la reconstruction des syndicats sur une base plus démocratique » proclamaient les syndicalistes révolutionnaires dans The Miners’Next Step (1911), tandis que pour les syndicalistes d’industrie il était illusoire de croire que « en prenant le contrôle de postes officiels nous pouvons changer la nature de l’organisation... Une organisation de métier conserve une psychologie de métier28. »

  • 29 Ibid. Le N.A.C. tint son premier congrès national à Manchester en août 1917 ; MacManus en fut élu p (...)
  • 30 The Worker, 10/1/1920.

45Ce conflit entre conquête de l’intérieur et rivalité extérieure, entre entrisme et encerclement, sera résolu par la pratique empirique des délégués d’ateliers. Non seulement parce que les deux courants rivaux collaborent à la création des comités ouvriers ; mais surtout parce que la nouvelle donne des relations du travail qu’entraîne la guerre leur fournit un plus petit dénominateur commun : la primauté de la lutte au niveau de l’atelier, et un commun objet de ressentiment : la branch, la section résidentielle, incapable de faire face rapidement aux problèmes pouvant apparaître dans tel ou tel atelier. Aussi les shop stewards ne se préoccupent-ils plus de savoir s’il faut remplacer les hiérarchies syndicales ou former des syndicats rivaux : plus simplement, les hiérarchies syndicales sont, de fait, court-circuitées chaque fois que leur position ne répond pas à l’attente de la base. Ce faisant, les comités ouvriers prennent grand soin de ne pas se poser en organisation rivale des syndicats existants. Ainsi leur National Administrative Council, formé en août 1917, n’est qu’un organisme de coordination, sans aucun pouvoir exécutif, de façon à ce qu’il soit « clairement compris que le NAC n’est pas destiné à usurper les fonctions des exécutifs syndicaux. Le pouvoir de décider des actions réside dans les ateliers29. » Analysant au lendemain de la guerre l’action des comités ouvriers, Murphy notait justement : « We did not conduct the fight so much against the officials, but rather ignored them and fought the employing class directly30. »

46Possible pendant le conflit, cette tolérance d’un double lieu de pouvoir syndical ne l’est plus après l’armistice. Ce modus vivendi avait permis aux dirigeants syndicaux de ne pas perdre la face, de respecter leurs engagements à l’égard du gouvernement tout en voyant leurs mandants défendus par des militants ne remettant pas directement en cause leur pouvoir, et aux shop stewards d’entraîner dans leur sillage révolutionnaire des ouvriers qui ne les auraient sans doute pas aussi massivement suivis s’ils s’étaient posés en rivaux déclarés des syndicats : après tout, ce n’étaient pas les délégués d’ateliers qui versaient aux adhérents les diverses allocations auxquelles leur donnait droit leur cotisation syndicale.

47Or, dès le lendemain de la guerre, la pression des révolutionnaires sur les appareils syndicaux se fait plus forte. En découvrant par eux-mêmes les moyens de faire face à l’attaque combinée du patronat et de l’État, indépendamment des hiérarchies syndicales, les aristocrates de la mécanique ont obtenu une série de victoires symboliques de haute portée : le maintien de facto du droit de grève, pourtant interdit par une loi parlementaire ; la comparution directe devant le tribunal de la base de deux ministres, et non des moindres, Lloyd George et Geddes ; un droit de regard sur la mise en place de la dilution.

48Aussi la tentation est-elle forte pour leurs dirigeants, ainsi qu’en témoigne Direct Action, le pamphlet de Gallacher et Campbell cité en exergue au chapitre suivant, de placer les « organisations syndicales officielles » devant l’alternative suivante : ou elles « se fondent en une force industrielle compacte, remodèlent leur structure interne et acceptent l’atelier en tant que base de l’organisation », ou bien « elles seront tenues à l’écart des luttes industrielles... et laisseront les vraies luttes être menées par les comités ouvriers. » Bel exemple de la dichotomie entre une base supposée militante et une hiérarchie réputée passive et freinant des quatre fers qui informera le discours (repris par certains historiens) de toute une partie du mouvement ouvrier de la décennie d’après-guerre, discours que sembleront confirmer ces deux « grandes trahisons » que furent la fin de la grève générale sur le plan syndical et la formation du gouvernement national en 1931 sur le plan politique. Cette dichotomie correspond-elle à la réalité ?

Notes

1 Cité dans Ibid., p. 273.

2 Labour Party, Conference Report, janvier 1916, p. 56.

3 H. BELLOC, The Servile State, Londres, 1912, p. 129.

4 Glasgow Herald, 21/5/1915.

5 D. KIRKWOOD, op. cit., p. 76.

6 H. WOLFE, Labour Supply and Regulation, Oxford, 1923, pp. 110-121.

7 En 1916, le gouvernement mit sur pied un Reconstruction Committee divisé en plusieurs sous-commissions, dont l’une, composée à parts égales d’employeurs et de syndicalistes et présidée par J.H. Whitley, Speaker des Communes, avait pour tâche de « faire des suggestions afin d’améliorer de façon permanente les relations entre employeurs et travailleurs ». Elle publia son rapport en juin 1917.

8 CLEGG, op. cit., p. 550.

9 « When we talk of expense and cost let us realize that everything is comparative, and let us measure the cost of our housing proposals by the cost of Bolshevism to the country and the cost of revolution. The money we propose to spend on housing is an insurance against Bolshevism and revolution. » Hansard, 18/4/1919.

10 Cité dans DICKSON, op. cit., p. 273.

11 JEFFERYS, op. cit., p. 129.

12 Cité dans Glasgow, 1919, op. cit., sans pagination.

13 Justice, 13/8/1924.

14 R. DAVIDSON, « The Myth of the Servile State », B.S.S.L.H., no 29, p. 63.

15 Cité dans J. HINTON, The First Shop Stewards’Movement, Londres, Allen & Unwin, 1973, p. 71.

16 H. VINCENOT, Mémoires d’un enfant du rail Paris, Hachette, 1980, p. 289.

17 Cité dans HINTON, op. cit., p. 115.

18 Gallacher, Maclean, Maxton, MacDougall, Muir furent condamnés de trois mois à un an de prison pour sédition, Kirkwood, McManus, Messer assignés à résidence à Edimbourg ou Liverpool.

19 GALLACHER, op. cit. (Revolt), p. 180.

20 Solidarity, mars 1917.

21 Cité dans HINTON, op. cit., p. 119.

22 The Worker, 15/1/1916.

23 Cité dans HINTON, op. cit., p. 74, d’après The Firth Worker (sans date).

24 The Worker, 15/1/1915.

25 Vanguard, 30/12/1915 (numéro censuré), cité dans HINTON, op. cit., p. 132.

26 The Socialist, octobre 1916.

27 « Les syndicats sont réellement représentatif de leurs membres, et ceux-ci peuvent les modeler selon leur volonté » déclarait Tom Mann en 1910. Cité dans HINTON, op. cit., p. 281.

28 J.T. MURPHY, The Workers’ Committee, Sheffield, 1917, p. 14.

29 Ibid. Le N.A.C. tint son premier congrès national à Manchester en août 1917 ; MacManus en fut élu président. Six autres réunions eurent lieu jusqu’à l’armistice. Le N.A.C. représentait une trentaine de villes (Ecosse : Clydeside et Edimbourg).

30 The Worker, 10/1/1920.

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540