Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Troisième partie. Le mouvement ouvrier

Chapitre XIX. Le mouvement coopératif

Texte intégral

  • 1 L’étude la plus récente est celle de J. BAILEY, The British Co-operative Movement, Londres, Hutchin (...)

1Il est des métaphores d’autant plus pernicieuses que leur apparente limpidité leur confère bien vite la banalité du cliché. Le mouvement ouvrier britannique, dit-on volontiers, est propulsé par deux ailes, l’industrielle (les syndicats) et la politique (le parti travailliste). Si d’aventure on croit discerner sur le volatile une troisième excroissance, il ne peut à l’évidence, en toute ornitho-logique, s’agir que du vestige atrophié de quelque tâtonnement préhistorique. Fossile owenien, appendice smilesien, greffon bourgeois, cette aile impaire que constitue la coopération n’a guère la faveur des historiens du mouvement ouvrier britannique1.

2Pourtant, grâce à sa structure décentralisée, à la densité de son implantation, à la diversité de son recrutement (notamment féminin) et à la variété de ses activités (économiques et politiques, mais aussi culturelles, éducatives, caritatives, sportives, etc.), le mouvement coopératif est un lieu privilégié du cheminement de la prise de conscience politique dans les masses. Au carrefour de multiples ambitions tant collectives qu’individuelles, convoité par les diverses forces qui se réclament de la classe ouvrière écossaise au lendemain de la guerre, c’est aussi le théâtre d’affrontements entre solidarité de classe et impératifs commerciaux, entre hommes et femmes, patrons et syndicats, entre réformistes, révolutionnaires et nationalistes, respectivement désireux de mettre le mouvement au service soit du socialisme municipal, soit de la rupture avec le capitalisme ou encore avec ce « poids mort qu’est le conservatisme anglais. »

Du consommateur au producteur

3A la veille de la guerre, le mouvement coopératif écossais est fort de 406 411 adhérents, soit 8,5 % de la population, taux de pénétration légèrement plus élevé qu’en Angleterre où il est de 7,1 % (2 600 000 membres). Il connaît une progression régulière, rassemblant en 1929 9,3 % des Ecossais, soit 450 357 adhérents et, en tenant compte de leur famille, près de deux millions de consommateurs. À titre de comparaison, l’Ecosse comptait, en 1924, un demi-million de syndicalistes. En chiffres absolus, c’est bien entendu le Lanarkshire, avec le quart des coopérateurs, qui arrive en tête ; mais par rapport à sa population, ce comté, qui englobe Glasgow, est en deçà de la moyenne nationale.

4La palme revient aux comtés des Marches (Peebles, Roxburgh, Haddington 11 % ; Selkirk 14 %) et du Centre-Est (Fife, Forfar 11,5 % ; Stirling 13 % ; Clackmannan 26,5 % en 1911) spécialisés, les premiers dans l’industrie textile, les seconds dans le textile et la houille. A la veille de la guerre, ces régions de petites industries et de petites villes très homogènes abritaient 40 % des coopérateurs écossais, à égalité avec la conurbation de la Clyde ; mais dans les années vingt les effectifs, en progrès partout ailleurs, subirent un léger tassement à Glasgow (émigration, chômage et surtout concurrence des grands magasins), ce qui accentua le caractère semirural du mouvement. Gardons-nous d’associer ce glissement géographique à une quelconque dérive conservatrice : c’est précisément dans certaines petites bourgades du Fife ou du Vale of Leven que les militants communistes se taillaient la part du lion dans le conseil d’administration de la coopérative locale.

5La distribution de gros est assurée par la Scottish Wholesale Co-operative Society. Fondée en 1869, elle employait 4 600 personnes trente ans plus tard et 10 600 en 1929, dont un cinquième seulement dans la distribution à proprement parler. Depuis 1870 en effet, Newcastle et surtout Glasgow sont les deux plus grands centres de production coopérative du royaume (meubles, confection, papeterie, conserves, tabac, chaussures, etc.). Contrairement à la CWS anglaise toutefois, la SCWS, qui entretient des liens très étroits avec les sociétés de tempérance, ne produit ni ne distribue d’alcool. Il existe également des entreprises du bâtiment et une imprimerie coopératives. La Co-operative Press Ltd., au sein de laquelle ont fusionné ses prédécesseurs anglais et écossais, publie plusieurs mensuels (dont Co-operative Youth) et hebdomadaires (Reynold’s News-, Womans Outlook ; The Scottish Cooperator).

  • 2 Cf. COLE & COLE, op. cit., p. 77.

6Coopérative de consommation et de production, la SCWS n’est toutefois pas une coopérative de producteurs, quoique depuis 1893 ses employés aient – contrairement à leurs collègues anglais – la possibilité de devenir actionnaires : un sur vingt seulement l’est en 1929. On est donc bien loin du guild socialism que prônaient avant la Première Guerre Russell, Cole et Laski. Trente-huit sociétés coopératives se chargent de la distribution de détail. Tout adhérent est automatiquement actionnaire et électeur. Il bénéficie en fin d’année d’une ristourne au prorata de ses achats et peut laisser ses dividendes s’accumuler avec intérêt. Ainsi, la coopérative fait souvent fonction de caisse d’épargne : nombre de sociétés pratiquent même des prix légèrement supérieurs à ceux du commerce « privé », la différence constituant un effort d’épargne volontaire que l’adhérent effectue à l’occasion de chaque achat. De fait, en 1924, les actions des sociétés coopératives de détail, qui s’élèvent à £99 millions – le dixième de l’épargne totale du royaume (bourse exclue), à égalité avec les building societies – représentent la quasi-totalité de l’épargne populaire du pays.2

7La maison ne fait pas crédit, ce qui, au même titre que l’adhésion payante et la politique des prix, élimine les ouvriers aux revenus les plus faibles ou les moins stables. Une campagne lancée à Salford au début du siècle pour propager le coopératisme parmi le sous-prolétariat se solda par un échec.

De la popote à la politique

8Ce que Charles Gide, qui s’en fit le champion en France, appelle « coopératisme », repose sur la première Loi des Equitable Pioneers de Rochdale, fondateurs en 1844 de la première coopérative anglaise moderne : « Dès que possible, cette société se fera un devoir de mettre en place son propre système de production, de distribution, d’éducation et de gouvernement ou, en d’autres termes, d’établir une colonie interne autonome d’intérêts unis, ou d’aider d’autres sociétés a établir de telles colonies. » Si l’utopie du Co-operative Commonwealth n’a pas survécu à la guerre, il subsiste du moins en 1919 un idéal communautaire, et la volonté de ne pas cantonner la coopération dans le domaine strictement commercial. Les co-operative halls construits par dizaines dans les années d’avant-guerre sont bien souvent la seule structure d’accueil ouverte à toutes les organisations ouvrières d’une ville ou d’un quartier.

9Ouvrons le Scottish-Co-operator du 10 janvier 1919 : on y trouve un compte-rendu des old folks’ treats organisées par plusieurs sociétés à l’occasion du Nouvel An, suivi d’un article sur le festival annuel de la Co-operative Musical Association·, la Edinburgh Co-operative Womens Citizenship Association a réuni deux cents femmes « pour passer un moment en société » tandis que la Men’s Co-operative Guild se demandait « s’il fallait nationaliser le commerce de l’alcool », que la quasi-totalité des sociétés préparait la Burns’ Nicht et que se tenaient à travers le pays une douzaine de stages de deux jours (« sur divers aspects du mouvement coopératif ») ayant pour objectif de « mêler l’instruction à la vie sociale. »

10Le numéro du 13 juin nous apprend que la société de Kinning Park propose des cours de secourisme (en collaboration avec la Glasgow Education Authority), d’histoire et de littérature (avec le concours de la Workers’ Educational Association). Celui du 16 août, que les sociétaires de Kilmarnock ont décidé, en assemblée générale, de présenter plusieurs des leurs aux élections municipales et de soutenir de leurs deniers l’Ayr Labour Council, le Kilmarnock Labour Representation Committee, la Labour Housing Association, le Clyde Workers’ Defence Committee et la Railway Nationalisation Society. L’assemblée générale des coopérateurs de Clydebank, forte de 1 800 présents venus élire leur conseil d’administration, vient de voter une subvention au Scottish Labour College, à la Railway et à la Land Nationalisation Societies (des milliers de Highlanders travaillaient dans les chantiers navals), tandis que les guilds women de Bonyrigg ont mis au point le programme de leurs soirées éducatives.

11Les sujets « bateaux » comme, entre autres, « les idéaux du mouvement coopératif » ou « la tempérance » (tous confiés à des orateurs masculins) y voisinent avec des thèmes moins conventionnels (tous traités par des femmes) : « le pouvoir de la presse », « le rôle des femmes dans la reconstruction », « la Société des Nations », « Pourquoi il faut des femmes dans la police », etc. La reprise de cette dernière conférence à l’occasion de la « Soirée Littéraire » des coopératrices d’Irving et Fullarton le 15 décembre suscita le vote unanime d’une motion exigeant du conseil municipal d’Irvine la création d’un corps de police féminin.

La guilde des coopératrices

  • 3 C. WEBB, The Woman with the Basket, Manchester, 1927, p. 142.
  • 4 P.J. DOLLAN, Jubilee History of the Kinning Park Co-operative Society Ltd, Glasgow, 1923, p. 144.

12Créée en 1884 à l’initiative d’une grande bourgeoise londonienne, Mrs. Alice Acland, la Co-operative Women’s Guild avait pour objectif de « contribuer, par l’intermédiaire du mouvement coopératif, à l’édification d’un ordre social entièrement nouveau, dont sera exclu le profit avec son cortège de fléaux, et où régnera l’égalité entre les hommes, entre les femmes, et entre les nations. »3 La Scottish Women’s Guild fut fondée en 1889. Trente ans plus tard, elle comptait 28 000 adhérentes réparties dans 283 sections. « Les participantes étaient effrayées à la pensée d’entendre leur propre voix », se souvient « Mother » Maclean qui lança en 1890 la Cooperative Women’s Guild and Mutual Aid Association de Kinning Park, diplomatiquement censée être un cours de cuisine, en fait, selon sa fondatrice, « une université féminine où l’on débattait de tous les sujets d’actualité4. »

  • 5 « I used for a short time to attend a Mothers Meeting, but after joining the Guild I did not feel t (...)

13L’hyperbole peut certes prêter à l’ironie ; de même la simple énumération des activités les plus couramment proposées aux guildswomen peut-elle faire naître un sourire entendu : qui lit « ouvroirs, ateliers de couture, de broderie, de peinture, troc, chorales, soirées musicales, puériculture, clubs d’épargne », évoque immédiatement le cadre de référence de l’aristocratie ouvrière victorienne et édouardienne : travail, épargne, famille, respectabilité. Lorsque Miss Callen, secrétaire écossaise du mouvement, adjure les guildswomen de Saltcoats d’admettre dans leurs rangs de toutes jeunes filles, « ce qui est un bon moyen d’inculquer aux jeunes le sens de l’épargne », nous reconnaissons l’apologie de la gratification différée. Il y a pourtant bel et bien rupture avec la pratique des dames patronnesses, mais c’est avant tout une rupture de ton : les « us » ne supportent plus de se faire donner des leçons par des « them5 ». En fait, quelle que soit leur dénomination officielle, les activités de la guilde sont avant tout prétexte à se retrouver entre femmes, et à soulever les questions qui les touchent, quitte à détourner une « soirée littéraire » en un débat sur la féminisation de la police.

  • 6 The Scottish Co-operator, 1/5/1926.
  • 7 « The kind of education which these adult women need is not of an intensive, neutral and university (...)

14En mai 1919, les guildswomen écossaises lancent une campagne contre le maintien de la conscription et l’appui gouvernemental aux « réactionnaires russes », en 1925 pour une meilleure protection des consommateurs, en 1926 pour un système d’allocations familiales, en 1928 pour le suffrage féminin à 21 ans. Avec obstination elles appellent, à l’occasion de chaque conférence annuelle des Scottish Labour Women, à l’unité d’action entre les « sections féminines du parti travailliste », les « guildes de coopératrices » et les « syndicats syndiquant des femmes. » Graduellement, leurs écoles du week-end privilégient la politique au détriment du strictement « instructif. » Ainsi, la two-day school organisée fin avril 1926 par la quatrième section d’Edimbourg, et suivie par une moyenne de 70 femmes par demi-journée, fut entièrement consacrée à des thèmes politiques : « While the earlier [schools] were intended to attract all interested in education, of late years the idea has been to deal with questions which circumstances demand should be thoroughly understood by women. The interest which has been aroused in the Co-operative party has made political questions very popular6. » Il y a là une rupture assez nette avec la conception plus paternaliste de ces stages de deux jours qui prévaut encore en Angleterre7.

Les coopératives et l’éducation

15Leur politisation croissante ne peut toutefois éviter aux coopératrices l’honneur douteux de se voir cantonner dans un rôle de spécialistes ès sciences de l’éducation. Non sans amertume, le Central Committee of Co-operative Guilds recense en 1919, sur l’ensemble du territoire britannique, 662 femmes dans le comité de l’éducation de 248 sociétés coopératives, 220 dans le comité de gestion de 142 sociétés, 3 au bureau central de l’Union Coopérative (sur 70 membres !) et 2 au comité exécutif du parti coopératif.

16En 1903, la première Ecossaise à se présenter aux élections à l’Education Authority fut une guildswoman glaswégienne, Mrs. Ritchie. Elle échoua. Agnès Hardie fut élue en 1910, Agnès Dollan en 1919. L’année suivante, Mary Barbour devint la première femme élue au conseil municipal de Glasgow, où Jean Roberts la rejoignit en 1923. Toutes avaient reçu leur formation politique au sein de la guilde. Jean Roberts mena une vigoureuse campagne en faveur de la gratuité des livres scolaires, au cours de laquelle elle livra, nous l’avons vu plus haut, un assaut remarqué contre ce mythe auquel la classe ouvrière écossaise restait très attachée, l’existence d’un système scolaire national à la fois efficace et démocratique.

17En octobre 1919, le Co-operative College ouvre ses portes à Manchester. Il n’attire guère les coopérateurs écossais, qui ont choisi trois ans et demi plus tôt une voie différente, celle du soutien au Scottish Labour College, suivant en cela le raisonnement de son principal promoteur, John Maclean, lui-même coopérateur actif. Tandis que la Co-operative Union britannique hésite entre la Workers’ Educational Association et le National Council of Labour Colleges (auquel elle n’adhérera qu’en 1933), la SCWS cotise au SLC dès sa création en 1917, et reste affiliée lorsqu’il rejoint le NCLC quatre ans plus tard.

18En revanche, pour ce qui concerne l’éducation politique des plus jeunes, les coopérateurs écossais tiennent à se démarquer des écoles du dimanche socialistes qui se multiplient au lendemain de la guerre. Par exemple, chacune des sept succursales de la société de Kinning Park maintient sa propre Young People’s Guild Les adolescents sont invités à adhérer au Comrades’ Circle. Celui de Govan, haut-lieu de la construction navale, leur propose quinze soirées pour la session 1931-32. On y trouve certes la prévisible Burns’ Nicht et les non moins traditionnelles lantern lectures et conférences « maison » sur la coopération, mais la politique n’est pas négligée : la session s’ouvre sur un mock parliament (« débat sur la déclaration d’intentions du gouvernement travailliste »), et en cours d’année pas moins de dix séances sont consacrées à l’étude des méthodes parlementaires. A noter la qualité des intervenants : le conservateur de la Art Gallery, le directeur de la SCWS, un professeur d’université, un député, deux M.A. (dont un futur M.P.). A la date du 13 janvier est annoncé un intercircle debate qui opposera les young comrades de Kinning Park à ceux de Barrhead sur le thème : « Le mouvement coopératif doit-il se lancer dans la politique ? »

De l’engagement à la réserve

19Leurs aînés ont déjà répondu à cette question. Dès 1897, le président de la SCWS (et futur président de l’Alliance Coopérative Internationale), William Maxwell, excédé par le boycottage des coopératives qu’avaient déclenché certains grossistes de Glasgow (en particulier les bouchers) plaidait en faveur d’un parti coopératif. En fait, le Central Co-operative Parliamentary Committee ne verra le jour, en Ecosse, que vingt ans plus tard, anticipant de quelques mois la décision du congrès britannique de l’Union coopérative de fonder son propre Co-operative Party.

20Aux législatives de 1918, le tout nouveau parti présenta trois candidats, à Paisley, Kilmarnock et Clackmannan. Malgré la forte implantation coopérative dans ces circonscriptions et le soutien du parti travailliste, ils ne purent résister au raz-de-marée kaki. La société de Kinning Park fit campagne pour trois de ses adhérents candidats travaillistes ainsi que pour John Maclean, membre de la coopérative voisine de Pollokshaws, soutenu contre le « traître » George Barnes (il avait refusé de démissionner du gouvernement de coalition) par la section travailliste locale mais désavoué par l’exécutif londonien.

21L’immédiat après-guerre voit les coopératives écossaises adopter des positions très offensives. L’éditorial du Scottish Co-operator en date du 3 janvier 1919 réclame la suppression de la Chambre des Lords. Les coopératives glaswégiennes soutiennent les grévistes de février qui se battent pour la semaine de quarante heures. Cette même année, CWS et SCWS interviennent efficacement dans la grève des cheminots, en septembre, avançant des fonds à la N.U.R. et ravitaillant les grévistes. De plus, la plupart des sociétés manifestent leur volonté de s’intégrer de façon institutionnelle au mouvement ouvrier en adhérant à la bourse du travail locale.

22Ce début d’intégration à la base n’empêche toutefois pas le mouvement coopératif de rester très jaloux de sa spécificité. En 1925, le congrès du parti coopératif, « estimant qu’il est nécessaire que tous les coopérateurs fassent usage de leur pouvoir électoral aussi bien que financier pour renverser le capitalisme, demande à toutes les sections des guildes de faire de la politique coopérative l’une des questions essentielles de leur programme. » La résolution est adoptée, mais un amendement visant à remplacer « coopérative » par « travailliste » est repoussé à une très large majorité. En fait, la méfiance des responsables coopérateurs à l’égard des deux autres composantes du mouvement ouvrier, soupçonnées d’aventurisme, se manifeste dès 1923.

23Quatre ans après avoir réclamé la suppression de la Chambre des Pairs, le Scottish Co-operator du 20/1/1923 consacre sa première page à un éditorial intitulé : « Les distinctions de classe : ce qui les engendre », d’où il ressort que le caractère démocratique du système scolaire écossais est une calamité, car il dresse inéluctablement les lads o’pairts qui ont fait des études contre leurs parents restés ouvriers. À ce problème bien réel, l’éditorialiste (qui signe « alumnus ») a trouvé une solution fort simple : que chacun reste à sa place. Apparemment, aucun lecteur ne songea à protester par écrit contre cette conception de la lutte des classes – mais il est vrai que les lettres que choisit de publier l’hebdomadaire des coopéateurs écossais en cette année 1923 sont toutes rédigées avec le lait de la tendresse humaine.

24A la lecture des procès-verbaux de réunions locales, on constate que les dons des coopératives délaissent de plus en plus les groupes de pression politiques (Railway et Land Nationalisation Society, etc.) au profit d’œuvres de bienfaisance. Révisant son jugement de 1918, la section de Kingston du parti coopératif soutient en juin 1923, à l’occasion d’une législative partielle dans les Gorbals, le candidat travailliste officiel, Peter Campbell, contre John Maclean. En juillet 1925, le trades and labour council de Glasgow procède à un vote sur son affiliation au National Minority Movement. Le principe en est accepté d’extrême justesse (181 voix contre 174), en dépit de l’opposition unanime des vingt délégués coopérateurs. Un an et demi plus tard, nouveau vote du même organisme, cette fois sur la décision du congrès travailliste d’exclure les communistes du parti : de nouveau unanimes, les trente-deux délégués coopérateurs approuvent cette mise au ban, comme d’ailleurs la majorité des représentants de l’ILP et des syndicats.

25Quinze jours avant le déclenchement de la grève nationale, le congrès du STUC vota une motion unanime de soutien aux mineurs, mais repoussa très nettement un amendement de Peter Kerrigan, leader du NMM à Glasgow, invitant le conseil général à collaborer avec la SCWS « en vue de mieux affronter l’offensive capitaliste ». Trois jours avant la grève, le congrès des coopérateurs écossais vota lui aussi une motion unanime assurant les mineurs de son soutien – ce qui permit à P.J. Dollan, responsable d’une société coopérative et de l’ILP glaswégien, de pavoiser dans le Forward du 1/5/1926 : « The STUC is not so progressive in aim and action as the British TUC… The Co-operative and political sections of the Scottish working class movement have always led in the general activities of the larger organisation, of which they form part, but the same claim cannot be made for the trade union section. »

26Triomphalisme immédiatement démenti par le Scottish Co-operator du même jour, qui ne consacre en tout et pour tout à la grève imminente qu’une seule phrase perdue au bas de la rubrique « notes for guildswomen » : « Nous espérons bien que les négociations entre les propriétaires de mines et les mineurs aboutiront à un arrangement à l’amiable avant que l’encre n’ait séché sur ce papier. » L’encre était en effet à peine sèche lorsque vint l’heure de tenir ses engagements. Tout ne fut pas négatif, ainsi que nous le verrons. Néanmoins, le peu d’empressement du conseil général du T.U.C. à attribuer des « permis de circulation » aux véhicules de livraison des coopératives, qui se solda par de grosses pertes en denrées périssables, explique l’amère réaction de l’éditorialiste du Scottish Co-operator dans l’édition ronéotypée qui parut le 14 mai, lendemain de la capitulation : « No section of the population welcomed the news… with greater pleasure than co-operative managers and employees. The strike meant for them tremendously increased troubles and worries. It often happens that a noncombatant suffers the worst damage. »

27Cette réaction à chaud est confirmée par deux longs articles parus dans le premier numéro « normal » d’après-grève, celui du 22 mai, qui dénoncent, l’un les « Napoléon », l’autre les « Robespierre » ivres de leur pouvoir d’une semaine, se permettant de laisser les envoyés des coopératives faire antichambre dans l’attente d’un hypothétique « permis ». « Mon opinion sera celle d’un spectateur… J’ai observé cela avec un détachement philosophique » annonce d’emblée Alan Breck, l’auteur au pseudonyme stevensonien du premier de ces articles, qui occupe toute la première page. Son verdict : « [cette grève] fut une coûteuse futilité. » « Cela en valait-il la peine ? » s’interroge, dans le titre même du second article, un certain « Sentinel », qui répond, sans parvenir à nous surprendre : « franchement, nous répondrons par la négative… On aurait pu obtenir les mêmes résultats par l’action parlementaire. »

Les relations du travail

  • 8 H. DESROCHE, Le Projet coopératif, Paris, Editions Ouvrières, 1976, p. 371.

28« Le pont aux ânes de la démocratie », selon Henri Desroche, historien français du mouvement coopératif, « est d’obtenir des communications, voire des convergences, entre ces quatre pôles (sic !)… du quadrilatère coopératif » que constituent les sociétaires, les administrateurs (élus), les gérants (nommés) et les employés (salariés)8. Pour ce faire, les cooopérateurs britanniques n’ont guère trouvé d’autre solution que celles du « bon patron » et de la closed, shop.

29La SCWS avait certes fait preuve d’un peu plus d’ambition que son homologue anglaise en prévoyant la participation des salariés aux bénéfices, et surtout l’adhésion individuelle, qui permettait à tout employé de posséder une parcelle du capital et du pouvoir, alors que la CWS n’acceptait que les adhésions de sociétés. Nous avons vu plus haut que cette tentative pour dépasser la simple consumers’ production et engager le mouvement dans la voie du labour co-partnership, de la cogestion, voire du guild socialism, fit long feu.

30Ce conflit entre deux philosophies de la coopération est bien mis en évidence par la question de l’emploi des femmes. On peut suivre dans les minutes de la section no 7 du T.G.W.U. le déroulement de ce qui semble être un bon exemple de ballon d’essai lancé par la boulangerie coopérative de Glasgow. En août 1920, alors qu’elle emploie 18 femmes – contre 22 avant-guerre -, la boulangerie entreprend de licencier 22 employés masculins. Le préavis de grève immédiatement déposé par le syndicat dans toutes les boulangeries employant du personnel féminin contraignit la société à un repli tactique, mais ne put endiguer bien longtemps cette politique de « dilution » de la main-d’œuvre.

  • 9 Autrement dit, le tailleur taylorisé.
  • 10 Glasgow Trades and Labour Council, Annual Report, 1925-26, p. 5.

31En effet, les minutes et procès-verbaux de diverses sections syndicales recèlent plusieurs autres exemples de tentatives effectuées par des coopératives pour remplacer leur personnel masculin par des femmes, aux salaires inférieurs. Réaliste, la guilde des coopératrices, tout en luttant pour une amélioration des salaires féminins, ne revendique d’ailleurs pas leur alignement sur ceux des hommes. Typique est le conflit qui opposa pendant plusieurs mois, à partir de mai 1925, la Progressive Cooperative Society de Glasgow à la Tailors and Garment Workers’ Union. Il ne fut réglé qu’en novembre, grâce à la médiation de la commission industrielle du Trades and Labour Council, par un accord stipulant : – “In the tailoring workshop of the society the “division of labour” system shall operate ;9 -In operating the “division of labour” system, the ratio of female workers to male workers shall be “two female workers to one male worker” ;-In slack periods of trade, male andfemale workers shall be suspended in turn10. »

  • 11 WEBB, op. cit., p. 154.

32Des dissensions peuvent également opposer administrateurs et gérants aux sociétaires, et non plus aux seuls salariés. En 1913 par exemple, l’Union Coopérative renouvela sa subvention annuelle aux Women’s Guilds écossaise et irlandaise, mais coupa les vivres à l’anglaise, assortissant cette sanction de l’avertissement suivant : « qu’à l’avenir, il soit fermement demandé aux guildes de femmes de ne pas entreprendre d’action sans avoir obtenu l’accord préalable du Bureau National11 » : contrairement à leurs consœurs du Nord et de l’Ouest, les guildswomen anglaises s’étaient engagées dans la campagne pour la réforme de la loi sur le divorce.

33De ces conflits, le Scottish Co-operator ne touchera pas un mot à ses lecteurs. Il est vrai qu’il a des principes : à un délégué de la Scottish Men’s Guild suggérant que l’hebdomadaire « accorde une place à ce que les gens du commun souhaitent lire », le rédacteur en chef répond, dans le numéro du 10 janvier 1919 : « Contrairement à Lord Northcliffe, nous nous refusons à flatter bassement les goûts les plus vils du public ». Sans doute est-ce fort de cette règle que le numéro du 1er mai 1926 dirige son courroux non pas, comme on aurait pu s’y attendre, contre le cartel des propriétaires de mines, mais contre le lobby des bookmakers : « Au Parlement, les députés coopérateurs devraient exiger que les pronostics hippiques et les réclames pour les bookmakers soient éliminés de tous les organes de presse. »

34A tant vouloir exclure, ne risque-t-on pas de nier purement et simplement l’existence de ceux qui persistent à se repaître de feuilletons, de faits divers, de chroniques sportives et de tuyaux hippiques, à savoir une bonne partie de la classe ouvrière ? Un exemple involontaire et presque caricatural de cette « bowdlerisation » de la réalité sociale nous est fourni par le Scottish Co-operator du 4 octobre 1930 : l’hebdomadaire se joint à l’East of Scotland Managers’ Association pour envoyer ses vœux de prompt rétablissement au gérant de la coopérative de Tranent, « miraculeusement » sorti vivant de son automobile broyée par un camion. C’est tout juste si l’on apprend, au détour d’une phrase de ce long article, que le contremaître de la boulangerie était lui aussi à bord du véhicule. Faute de vœux ou de faire-part de décès le concernant, on ne peut qu’espérer qu’il s’en sortit encore mieux que son patron – ou faut-il craindre que ce modeste représentant des « gens du commun » naît été rangé, ès qualité, dans la catégorie honnie des parieurs invétérés, et donc justement réduit à l’état de non-entité ?

La tentation autarcique

35A cette dérive petite-bourgeoise de l’hebdomadaire des coopérateurs écossais correspond un engagement de plus en plus net de la SCWS aux côtés de deux des mouvements qui véhiculent les aspirations d’une partie de l’aristocratie ouvrière et de la petite bourgeoisie : l’aile droite de l’ILP et la Scottish Home Rule Association.

  • 12 JOHNSTON, op. cit., pp. 24-26.

36Au lendemain de la guerre, les dirigeants modérés de l’ILP, tous coopérateurs de premier plan à l’instar de P.J. Dollan et de Thomas Johnston, se font, nous l’avons vu, les champions du socialisme municipal. Contrairement au système instauré à Birmingham par Neville Chamberlain, les banques municipales mises en place à partir de 1919 dans sept villes écossaises dominées par l’ILP sont directement liées au mouvement ouvrier par l’intermédiaire de la SCWS, qui accepte de leur servir de caution financière12.

  • 13 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 110.
  • 14 Dans le West Fife en particulier, vers 1955, « ugly stories circulated of corruption and misuse of (...)

37En fait, la contribution des coopératives au socialisme municipal se résuma la plupart du temps à fournir des « jobs for the boys » : « Nombre de conseillers municipaux travaillistes furent embauchés par la Coop, comme agents d’assurances » se souvient Harry McShane13. Nous avons là les premiers signes d’une osmose entre conseil municipal et conseil d’administration qui contribua grandement à la sclérose – voire, parfois, à la corruption – du parti travailliste dans ses bastions écossais au lendemain de la Deuxième Guerre14.

38Parmi les membres fondateurs de la SHRA, en septembre 1918, figure William Gallacher, président de la SCWS – qu’il ne faut pas confondre avec son homonyme, co-fondateur du C.P.G.B. Il devint en 1919 le premier président de la nouvelle association autonomiste, à laquelle adhérèrent 3 sections de l’ILP, 5 bourses du travail, 11 sections syndicales, 2 guildes de coopérateurs, 11 de coopératrices et 18 sociétés coopératives sur les 38 que comptait le pays. L’année suivante, on recensait parmi les 138 sociétés affiliées à la SHRA. 24 sections de l’ILP, 38 sections syndicales et 47 sociétés et guildes coopératives.

  • 15 Cité dans M. KEATING & D. BLEIMAN, op. cit., p. 76.

39Des facteurs politiques et structurels sont à l’origine de ce nationalisme militant. Le refus du congrès coopératif de Liverpool, en 1918, de reconnaître les structures politiques mises en place par les coopérateurs écossais suscita l’amertume de ces derniers, dont l’engagement politique était antérieur à celui de leurs camarades anglais. Les nationalistes surent tirer le meilleur parti de ce camouflet : « The political activities of the Scottish Co-operators will still be controlled by a “committee sitting in London or Manchester”, and the movement in Scotland will be clogged by the deadweight of English conservatism15 » fulmina Erskine of Marr dans sa Scottish Review de l’été 1918. Passionnément attachés au cadre de négociations et de conventions écossaises, souvent plus favorables qu’en Angleterre, les syndicats écossais d’employés du commerce renforcèrent la fibre nationaliste du mouvement coopératif.

  • 16 « As an organization of consumers based on the locality, the Co-op movement was more immediately re (...)

40C’est ainsi que lorsqu’en 1922 le conseil exécutif du T.U.C. entreprit de remplacer la commission paritaire écossaise chargée de régler les conflits entre syndicalistes et coopérateurs par une commission de conciliation et d’arbitrage nationale, le comité parlementaire du STUC et les syndicats purement écossais s’y opposèrent avec succès, mettant en minorité le syndicat qui regroupait pourtant le plus grand nombre d’employés de coopératives, la National Union of Distributive and Allied Workers, britannique et favorable au projet. Surtout, la structure décentralisée du mouvement coopératif et son implantation géographique diversifiée en faisaient un excellent vecteur de l’opinion publique16.

41Les mouvements qui aspirent au socialisme municipal ou à l’autonomie de l’Ecosse ont ceci de commun qu’ils tendent, à plus ou moins longue échéance, à court-circuiter l’Etat. Si les années de guerre ont bien mis en évidence le rôle de classe de l’Etat britannique, l’attitude majoritaire de la classe ouvrière a consisté à faire l’impasse sur ce nouveau sujet, avec les conséquences que l’on sait lorsqu’il fallut passer ce grand examen que fut la grève nationale. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre les choix opérés par le mouvement coopératif au lendemain de la guerre, sa réticence à collaborer avec les rares partisans de la confrontation avec l’Etat, son attirance vers ceux qui, par le biais du retour à une autonomie municipale ou nationale fortement teintée d’autarcie, réintroduisaient de fait le mythe du Co-operative Commonwealth.

Notes

1 L’étude la plus récente est celle de J. BAILEY, The British Co-operative Movement, Londres, Hutchinson, 1960. Voir aussi : G.D.H. COLE, A Century of Co-operation, Allen & Unwin, 1947.

2 Cf. COLE & COLE, op. cit., p. 77.

3 C. WEBB, The Woman with the Basket, Manchester, 1927, p. 142.

4 P.J. DOLLAN, Jubilee History of the Kinning Park Co-operative Society Ltd, Glasgow, 1923, p. 144.

5 « I used for a short time to attend a Mothers Meeting, but after joining the Guild I did not feel to have any patience to listen to the simple childish tales that were read at the former, and did not like to feel we had no voice in its control… This sort of thing to honest working people hurts their feelings of independence, but when co-operators help them it is done in a different way. » M.L. DAVIES, ed., Life as we Have Known it, by Co-operative Working Women, Londres, 1931, p. 40.

6 The Scottish Co-operator, 1/5/1926.

7 « The kind of education which these adult women need is not of an intensive, neutral and university type. It should proceed from what is concrete and affecting their every-day life… It should only be abstract in so far as general ideas and principles are needed as a background for giving the power to make intelligent judgments and criticisms on the problems of working-class life. It must be frankly biased in favour of a society organised on a basis of fellowship, and it should be severely practical. » M.L. DAVIES, Memorandum on Adult Womens Education, Londres, 1922 ; cité dans WEBB, op. cit., p. 65.

8 H. DESROCHE, Le Projet coopératif, Paris, Editions Ouvrières, 1976, p. 371.

9 Autrement dit, le tailleur taylorisé.

10 Glasgow Trades and Labour Council, Annual Report, 1925-26, p. 5.

11 WEBB, op. cit., p. 154.

12 JOHNSTON, op. cit., pp. 24-26.

13 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 110.

14 Dans le West Fife en particulier, vers 1955, « ugly stories circulated of corruption and misuse of office. It was hinted that individuals used their Trade Union connexions to gain positions in the Labour Party which were then cashed as a profitable niche in the Co-operative » W. THOMPSON, « The New Left in Scotland », in MacDOUGALL, 1979, op. cit., p. 208.

15 Cité dans M. KEATING & D. BLEIMAN, op. cit., p. 76.

16 « As an organization of consumers based on the locality, the Co-op movement was more immediately representative of a variety of Scottish popular interests outside the organised trade union movement than any other part of the labour movement, and it is only to be expected that it brought such popular causes as Home Rule into the debates on labour-movement policy » Ibid., p. 74.

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540