Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Troisième partie. Le mouvement ouvrier

Chapitre XVIII. Les syndicats

Texte intégral

  • 1 Hugh Lyon, secrétaire général de la SHMA, au STUC de 1918, qu’il présidait.

« If any reconstruction is to take place in Scotland after the war, then we should not be humbugged by writing and sending deputations to people in London who know absolutely nothing of our wants. A Parliament should be set up in Scotland, thus saving time and expense and giving the people of Scotland a fair opportunity of working out their own salvation1. »

« The NUDAW are not particularly in favour of Scotland having Home Rule, as we are out to establish national rates embracing England and Scotland. »

Une restructuration inachevée

1Majoritaire au lendemain de la guerre parmi les dirigeants syndicaux écossais, le point de vue autonomiste défendu par la Scottish Horse and Motormen’s Association fut peu à peu supplanté par la position centralisatrice qu’exposa devant le STUC de 1923 le délégué de la National Union of Distributive and Allied Workers. De fait, le mouvement syndical est marqué, dans la décennie d’après-guerre, par une très nette tendance à la concentration, à la disparition de nombreux syndicats écossais au profit d’entités britanniques.

2Le mouvement de concentration avait été engagé dès la fin du xixe siècle. On sait que les années 1880 virent la naissance de nouveaux syndicats qui, contrairement aux craft unions, regroupaient les travailleurs, non par corps de métier, mais par industrie (industrial unions) ou groupe d’industries et de services (general unions). Tandis que les syndicats de métiers, s’adressant exclusivement à des ouvriers qualifiés, s’appuyaient sur une stratégie de la rareté, ces syndicats plus récents, organisant des travailleurs non ou semi-qualifiés, ne pouvaient au contraire compter que sur leur masse.

3Aussi est-il logique que, dès leur fondation, ils aient eu pour ambition de couvrir l’ensemble du Royaume-Uni, la plupart d’entre eux à partir de Londres, une poignée à partir de centres provinciaux (National Federation of Labour, Tyneside, 1886 ; National Union of Dock Labourers, Glasgow et Liverpool, 1891). Plusieurs syndicats écossais de travailleurs semi-qualifiés ne tarderont à se fondre dans un syndicat britannique : ainsi la Scottish Society of Railway Servants (Glasgow, 1872) participe en 1892 à la fondation de l’Amalgamated Society of Railway Servants, la Scottish Electrical Union à celle de l’Electrical Trades Union (1913). En 1912, un an après sa fondation, la Scottish Union of Dock Labourers adhère à la jeune Transport Workers Federation (Londres, 1910).

4Nombre de craft unions avaient rapidement compris l’intérêt de disposer d’une structure nationale. Dès leur origine, l’Amalgamated Society of Engineers (1851), la Patternmakers Association, la Society of Blastfurnacemen et la United Society of Boilermakers and Steel Shipbuilders (1852) se voulurent britanniques. Fondées à Glasgow, la Steel Smelters’ Association et la Shipwrights’ Association transférèrent au début du siècle leur quartier-général en Angleterre. Tout en conservant leur indépendance, treize syndicats de la construction navale répliquèrent à la formation de la Shipbuilding Employers’ Federation en se regroupant, en 1890, au sein de la Federation of Engineering and Shipbuilding Trades. On retrouve le même processus dans le plus important syndicat d’industrie, celui des mineurs, dont la plupart des associations de comtés s’associèrent en 1889 au sein de la Miners’ Federation of Great Britain. Fédérant huit associations de comtés, La Scottish Miners’ Association, rebaptisée National Union of Scottish Mineworkers en 1915, en fit partie dès l’origine, tout en conservant une large autonomie.

5L’intervention de l’Etat dans les négociations salariales pendant la guerre, puis les luttes défensives des années 1920, précipitent le mouvement de concentration syndicale. En 1917, l’Amalgamated Society of Steel and Iron Workers, basée en Ecosse, participe à la formation de l’Iron and Steel Trades Confederation britannique, l’Associated Ironmoulders of Scotland, doyen des syndicats écossais (1830), à celle de la National Union of Foundry Workers (1920), la Scottish Oilworkers’ Association à celle de la N. U. of Shale Miners and Oil Workers (1924). Les Scottish Tailors rejoignent en 1919 les Garment Workers britanniques pour fonder la Tailors and Garment Workers’Union. Dans le bâtiment, Bricklayers et Stonemasons s’unissent au sein de l’Amalgamated Union of Building Trades Workers, dans le meuble Carpenters, Joiners et Cabinet Makers au sein de l’Amalgamated Society of Woodworkers. Dans le secteur du livre, la rivalité pour la syndicalisation des femmes est résolue par la formation de la National Union of Printing, Bookbinding, Machine Ruling, and Paper Workers. Dans la construction mécanique, l’ASE et neuf autres craft unions forment, en 1920, l’Amalgamated Engineering Union. Par contre, l’Associated Union of Shipbuilding, Engineering and Constructional Workers, formée en 1920 par la réunion des Boilermakers, des Shipwights et des Associated Blacksmiths, se désagrège au bout de quelques mois sur la question de la composition de son exécutif.

6Grâce à des fusions successives, les syndicats généraux deviennent des géants. Formée en 1922, la Transport and General Workers’ Union est divisée en cinq sections : docks (12 000 adhérents en Ecosse en 1925), passenger (tramways et autobus, 6 200), general workers (manutention, 4 000), commercial (transports routiers, 2 000) et clerical (500). Deux ans plus tard, la National Union of General and Municipal Workers absorbe plusieurs petits syndicats du textile des Borders.

7Au terme de cette première grande période de concentration d’une trentaine d’années, en 1925, trois syndiqués écossais sur cinq appartiennent à un syndicat britannique, un sur cinq à un syndicat écossais membre d’une fédération britannique, MFGB ou FSET. Ne subsistent des syndicats purement Ecossais que dans l’alimentation (Operative Bakers and Confectioners’ Union of Scotland), la chaussure (Boot and Shoe Operatives’ Union of Scotland), le bâtiment (Painters’Society, Plasterers’ Society, United Operative Plumbers, Slaters’ Society), et surtout le textile. La formation d’une United Textile Factory Workers ayant échoué en 1920, les ouvriers du textile restent répartis entre quelque 23 syndicats, dont une douzaine d’écossais, la plupart très localisés. Ouvertes en 1928 à l’initiative du TUC, des négociations en vue d’une fusion entre treize de ces syndicats du textile seront abandonnées en 1931.

8Censée les regrouper depuis 1909, la Scottish Textile Trades Federation est une structure trop souple pour contrecarrer le pouvoir qu’ont patiemment acquis dans leur localité des responsables comme John Sime et Henry Williamson, président respectifs de la Jute and Flax Workers’ Union et de la Mill and Factory Operatives’ Union dundoviennes. Il en va de même dans le seul syndicat indépendant des transports, la Scottish Horse and Motormen’s Association (ex-Scottish Carters’ Association), dont le très ambitieux secrétaire général, Hugh Lyon, repousse, devant le STUC de 1925, « tout projet de fusion impliquant la cession de nos fonds et l’abandon de notre indépendance et de notre individualité en tant que syndicat écossais à un exécutif londonien ou anglais » – préférant en fait un rôle de premier plan en Ecosse à une situation plus effacée au sein du TGWU.

9En fait, en dépit de la vague de concentrations, le paysage syndical reste très morcelé : en 1924, pas moins de 227 syndicats, dont 90 exclusivement écossais, sont affiliés au STUC. 86 d’entre eux ont des effectifs inférieurs à 100, 75 supérieurs à 1 000. La bourse du travail (Trades and Labour Council) de Glasgow perçoit les cotisations de 80 syndicats en 1920, de 70 en 1926. Certains ne comptent que quelques dizaines de membres, en particulier des syndicats de cols blancs (Actors’ Asociation, Assurance Agents’Association, Theatrical Employees’Association, Teachers’Society) et de métiers artisanaux (Calico Engravers’ Union, Glassworkers Union, Gilders’Society, Saddlers’ Association, Sailmakers’ Union).

  • 2 Effectifs calculés d’après le tableau des « Contributions ending December, 1924 », Annual Report of (...)

10En revanche, le tiers des 91 500 syndiqués glaswégiens est concentré dans onze grands syndicats : Transport and General Workers’ Union (7 200 adhérents en 1925, dont 4 000 dockers), N. U. of Railwaymen (5 400), N.U. of General and Municipal Workers (5 200), Amalgamated Engineering U. (première craft union avec 4 000 adhérents), A.S. of Woodworkers (3 400), Union of Post Office Workers (2 500), les deux syndicats de la distribution (N.U. of Distributive and Allied Workers et N.U. of Shop Assistants, 2 400 membres chacun dont la moitié de femmes, le premier principalement implanté dans le secteur coopératif, le second dans le privé), N.U. of Printing, Bookbinding, and Paper Workers (1 800, dont 1 000 femmes), Railway Clerks’ Association et, seconde craf union, Boilermakers’ Society (1 500 chacune). En douzième position apparaît le premier syndicat exclusivement écossais, la United Operative Plumbers’ Union of Scotland (1 250) 2.

  • 3 H.A. CLEGG, A History of British Trade Unions since 1889, vol. II, 1911-1933, Clarendon, 1985, p. 3 (...)

11On le voit, même dans une ville spécialisée dans la métallurgie telle que Glasgow, les syndicats généraux, essentiellement implantés dans le secteur des services, viennent largement en tête, et l’on ne trouve que deux craft unions parmi les dix premiers. Le phénomène est général en Grande-Bretagne, où la part des syndicats généraux a progressé de 12 % de l’ensemble des effectifs syndiqués en 1910 à 30 % en 19203. Si c’est en grande partie grâce au développement de ces syndicats que le total des syndiqués écossais a quadruplé en trente ans, c’est toutefois un syndicat d’industrie, la NUSMW (mineurs), qui arrive largement en tête des organisations écossaises, atteignant un record historique de 110 000 adhérents en 1920, soit un syndiqué écossais sur cinq. Comme pour l’ensemble de la Grande-Bretagne, les plus forts taux de syndicalisation (entre 80 et 95 %) sont le fait, par ordre décroissant, des travailleurs du charbon, des docks, du livre, des postes et du bâtiment. Selon un recensement effectué par le STUC en 1924, 35 % des travailleurs âgés de plus de seize ans étaient syndiqués (40 % des hommes et 21 % des femmes), contre 21 % en 1920 pour l’ensemble du Royaume-Uni, 87 % des effectifs écossais étant concentrés dans la ceinture industrielle centrale, de Glasgow à Dundee. 60 % des syndiqués écossais (324 000 sur 536 000 en 1924, 265 000 sur 448 000 en 1929) étaient affiliés au STUC.

Le congrès des syndicats écossais

12En 1895, le TUC expulse du nombre de ses affiliés les bourses du travail, coupables de s’être trop tôt érigées en champions de la représentation ouvrière autonome à Westminster. Pour protester contre cette décision, les 55 syndicats écossais, représentant quelque 40 000 membres (soit un peu moins du tiers des syndiqués écossais, les 90 000 autres cotisant à des syndicats britanniques) fondent, deux ans plus tard, le Scottish TUC. Leur motivation n’est pas tant politique que pratique. Pour eux en effet, ces trades councils, qui regroupent les dirigeants syndicaux d’une commune, représentent la seule possibilité de faire entendre leur voix au congrès annuel du mouvement syndical : dans l’impossibilité financière d’envoyer un délégué au TUC, ils peuvent y être indirectement représentés par le délégué de leur bourse du travail.

  • 4 Cité dans BLEIMAN & KEATING, op. cit., p. 40.

13Outre cette distinction structurelle entre les TUC britannique et écossais, une différence de procédure contribue à faire du second un organisme réputé plus militant que le premier : contrairement au TUC, le STUC n’admet pas le vote bloqué, ce qui permet aux délégués les plus combatifs, en particulier ceux des bourses du travail, d’affirmer leurs positions face aux représentants des grands appareils syndicaux, généralement plus modérés. De fait, dès son second congrès, en 1898, le STUC vote une résolution de soutien aux « partis socialistes ouvriers existants4. »

L’engagement autonomiste

14La coalition d’intérêts entre petits syndicats et bourses du travail qui a entraîné la formation du STUC fonctionne également dans le combat pour l’autonomie de l’Ecosse. Pour les premiers, le Home Rule représente une bouée de sauvetage face à la vague des fusions et concentrations syndicales qui menace leur existence ; pour les secondes, une possibilité d’établir le socialisme plus rapidement qu’en Angleterre. Aussi des résolutions autonomistes sont-elles votées, à l’unanimité ou à une très forte majorité, par chaque congrès du STUC entre 1914 et 1923, ce dernier revendiquant pour l’Ecosse le « statut de dominion. »

15De plus, la multiplication des commissions industrielles tripartites – représentants du gouvernement, du patronat et des syndicats – pendant la guerre a souvent donné aux Ecossais le sentiment d’être des laissés pour compte, nombre d’entre elles étant dépourvues de tout syndicaliste calédonien. Aussi le STUC de 1918 vote-t-il à l’unanimité une résolution selon laquelle « aucune commission nationale ne saurait être considérée comme complète à moins que le syndicalisme écossais n’y soit officiellement représenté ». En septembre de la même année, le comité parlementaire, organe exécutif du STUC, décide d’adhérer à la Scottish Home Rule Association, qui vient d’être ressuscitée. En 1926, année où elle atteint ses effectifs maxima, cette dernière compte au nombre de ses affiliés institutionnels plus de 100 syndicats et sections syndicales, 60 coopératives et 50 sections de l’I.L.P.

16L’ambiguïté des motifs de l’adhésion à la SHRA est bien mise en lumière par les raisons qui poussent les deux plus grands syndicats écossais de l’immédiat après-guerre à la soutenir. Pour les cheminots de la NUR, syndicat britannique, la motivation est essentiellement économique : une assemblée écossaise devrait permettre de mettre un terme aux opérations de « rationalisation », en particulier dans le domaine de la maintenance (fermeture des ateliers de Kilmarnock et Inverness), qu’a entraînées la fusion en 1921 des cinq compagnies ferroviaires écossaises au sein de deux grandes sociétés britanniques (London and North-Eastern Railway, London, Midland, and Scottish). Pour les mineurs de la NUSMW, syndicat écossais affilié à une fédération britannique, elle est doublement politique : la perspective d’un raccourci vers le socialisme et, surtout, la certitude de se voir octroyer un plus grand contingent de sponsored M. Ps., de députés financés par le syndicat, en cas d’établissement d’une assemblée écossaise.

Le syndicalisme sur la défensive : abandon de l’autonomisme

17En 1926, ces mêmes mineurs écossais protesteront auprès du STUC contre la prétention des propriétaires de mines se faisant fort de négocier salaires et durée du travail au niveau régional « afin de ne pas être dérangés par des gens siégeant à Londres ». C’est qu’entre temps les conditions économiques ont changé du tout au tout. D’offensives au lendemain de la guerre, les luttes syndicales sont devenues essentiellement défensives face à un patronat sachant profiter au maximum du chômage et de la désyndicalisation qu’il entraîne.

  • 5 Composition du premier conseil général, élu en 1923 : Président : T. Wilson (National Amalgamated U (...)

18Aussi les protestations d’autonomisme du STUC ne sont-elles plus que purement routinières. Si le traditionnel soutien au Home Rule est régulièrement affirmé dans les conclusions de chaque congrès jusqu’en 1930 c’est, à partir de 1923, sans susciter la moindre motion. Certes, cette absence de débat est en partie liée à un recentrage des fonctions du STUC, qui se dote, deux ans après le TUC, d’un nouvel exécutif permanent, le general council5, en remplacement du parliamentary committee : la nouvelle terminologie indique clairement que les questions politiques comme le Home Rule sont dorénavant du ressort du parti travailliste.

  • 6 TGWU. Area no 7, Area Committee Minutes (N.L.S.).

19Toutefois, la raison principale du désintérêt pour la cause autonomiste est d’ordre économique : il est devenu clair que pour gagner en efficacité la riposte syndicale doit être, à l’échelle de l’attaque, britannique. Dans la logique de ce raisonnement, d’aucuns n’hésitent pas à remettre en cause l’existence même du STUC. Cela est particulièrement vrai des syndicats généraux. Lors de sa formation en 1922, le « district no 7 » du TGWU, qui couvre l’ensemble de l’Ecosse, renonce à s’affilier au STUC (« trop cher »). Le comité exécutif ne consentira à adhérer, fin 1923, qu’à condition que le secrétariat général supporte les frais des délégués au congrès6. Devant le congrès de 1924, J. Carmichael, délégué d’un autre syndicat général, la Workers’ Union, ne mâche pas ses mots :

« He would... be courageous enough to tell the workers of Scotland that the time was passed for a Scottish TUC. He knew that would not be nice for people who had little craft unions in Scotland, but as far as the big working class movement was concerned they were developing to centralise our Executive power in Great Britain. The STUC had been held for thirty years; it had done useful propaganda work, but nothing else. Because of its mechanism it could do no more. »

20L’argument est repris l’année suivante par l’aile gauche du mouvement, notamment par le NMM, dont le slogan de « All power to the General Council of the TUC » fait peu de cas de l’organisme écossais. La grève générale confirme son analyse, comme le note le communiste J. Milne, délégué de la N. U. of Vehicle Builders, devant le STUC de 1927 :

« That this Congress, having in view the necessity of co-ordination and centralisation of the whole Trade Union Movement of Britain, regards as a danger the existence of two Trades Union Congresses in Britain. It consequently instructs the General Council to enter into négociations with the General Council of the BTUC with a view to establishing the STUC as an Advisory Council of the BTUC on similar lines as those operating in the National Labour Party of Scotland. The practicability and necessity for this step was seen during the recent General Strike when the STUC became the representative of the BTUC in Scotland. »

21Pour étayer l’argumentation de son camarade, le second délégué communiste de la NUVB, Frank Stephenson, taille en pièces le double raisonnement que tenait un memorandum adressé au BTUC par le STUC en 1920, dans lequel il justifiait son existence par l’établissement imminent d’une assemblée législative écossaise et par la nécessité de fournir un forum aux petits syndicats. Or, huit ans plus tard, le Home Rule a cessé d’être une éventualité réaliste, et le STUGC lui-même ne cesse de prôner les fusions intersyndicales, notamment comme solution au conflit perpétuel entre SHMA et TGWU. Aussi la motion de Milne ne sera-t-elle défaite qu’au prix de l’adoption par le conseil général du STUC d’un « profil bas », officialisé dans une résolution présentée par le président Joe Duncan, adoptée à une très forte majorité : « That on questions involving the whole country, the Scottish Congress did not interfere but left it entirely to the British Congress. On national decisions they followed the lead of the British Congress... They had their own sphere of work and were in the most harmonious relations with the British Congress. »

22L’année suivante, le plus important syndicat écossais, la NUSMW, ruinée par le long lock-out des mines qui suivit la grève générale, ne renouvelle pas sa cotisation au STUC qui ne compte plus alors que 265 000 affiliés contre 329 000 en 1926. Au congrès de 1931, pour la première fois en huit ans, une motion autonomiste est mise aux voix : elle est défaite à une très forte majorité. Il est révélateur de déceler au nombre des rares organisations à avoir soutenu cette motion la présence des bourses du travail de Hawick et Galashiels, centres textiles des Borders à l’écart de la ceinture industrielle, où subsistent de petits syndicats locaux. Alliées des petits syndicats dans le combat autonomiste, les bourses du travail ont vu leur influence décroître depuis la « dépolitisation » du STUC qu’a entraînée la réforme de 1923.

  • 7 Sur la quarantaine de pages que comprennent les rapports annuels du Glasgow Trades and Labour Counc (...)

23Rebaptisées dès lors, pour nombre d’entre elles, Trades and Labour Councils, elles tendent à se transformer en simples appendices du parti travailliste, négligeant les questions purement syndicales7 au point que le STUGC, estimant en 1925 ne plus devoir recommander que « des fonds syndicaux continuent d’être versés [aux TLC] au titre de cotisations d’affiliation », cherche à les remplacer par des comités industriels locaux placés sous sa seule autorité. Si cette tentative échoue face à l’hostilité des petits syndicats, en particulier dans des bourgades isolées, il n’en reste pas moins que les 46 Trades (and Labour) Councils qui subsistent à travers l’Ecosse en 1929 ne peuvent remettre au premier plan des préoccupations syndicales la question du Home Rule – d autant que les bourses de Glasgow et Edimbourg, régulièrement représentées au STUC par des délégués communistes comme Peter Kerrigan et Aitken Ferguson – ont rejoint le camp des « britannistes ».

24Aussi, à la fin de la décennie, la revendication autonomiste n’est-elle plus guère que le fait de syndicats et de bourses du travail représentant des groupes situés aux franges professionnelles et/ou géographiques du monde ouvrier : ouvriers de la petite industrie lainière des Borders, charretiers et camionneurs de la SHMA (passablement déconsidérés par leur attitude pendant la grève générale), ouvriers agricoles de la Scottish Farm Servants’ Union. Son président, Joe Duncan, a beau rappeler dans le Forward du 13/7/1929 « qu’il existe en Ecosse d’autres fleuves que la Clyde », il n’en reste pas moins qu’une revendication défendue par les seules bourses du travail de Hawick et Galashiels, Aberdeen, Inverness et Peterhead ne pouvait plus guère être prise au sérieux par les syndiqués de la ceinture industrielle des Lowlands.

La professionnalisation des permanents

  • 8 On peut consulter les documents 1 et 5 à la M.L.G., 2, 3 et 4 à la N.L.S.

25Les monographies consacrées à tel ou tel syndicat sont toutes organisées autour des relations du travail. Certes fort utiles, ces chronologies d’avancées et de reculs, de grèves, de lock-outs et de conventions collectives privilégient toutefois la seule fonction revendicative du syndicalisme, en particulier lorsqu’elle est dirigée contre le patronat. Or telle n’est pas, tant s’en faut, la priorité qui se dégage à la lecture des minutes et procès-verbaux de quelques syndicats écossais. J’ai pu dépouiller les minutes des réunions trimestrielles et les rapports annuels du comité exécutif du district no 7 (soit l’ensemble de l’Ecosse) du TGWU (1922-28), les minutes du comité exécutif hebdomadaire et des assemblées générales trimestrielles de la section glaswégienne de la N.U. of Furnishing Trades Operatives (1919-26) et de la Operative Bakers and Confectioners Union of Scotland (idem), celles des assemblées générales trimestrielles de la section féminine de Glasgow de la N.U. of Printing, Bookbinding, Machine Ruling, and Paper Workers (1918-27), ainsi que les rapports semestriels de l’A.S. of Lithographie Printers of Great-Britain and Ireland (1920-30) 8.

  • 9 Cf. les monographies de R.P. ARNOT et d'I. MacDOUGALL (1981) sur les mineurs, de A. TUCKER sur la S (...)

26Il s’agit certes là d’un mince échantillon. Il présente toutefois un double avantage (outre celui de l’accessibilité des sources). D’une part, il couvre des syndicats au recrutement et au statut variés : un syndicat général britannique (TGWU), deux syndicats d’industrie britanniques dont un à large recrutement féminin (NUPBMRPW) et un essentiellement masculin (NUFTO), et deux syndicats de métier dont un britannique (ASLPGBI) et un écossais (OBCUS). D’autre part, il ne fait pas double emploi avec les études existantes consacrées aux syndicats écossais de la mine, du transport routier, de la métallurgie et du jute9. Le plus petit des syndicats choisis, l’ASLPGBI, était fort de 848 adhérents en Ecosse en 1925, le plus grand, le TGWU, de 22 700 ; à la même date, les sections glaswégiennes de la NUPBMPW (section féminine), de la NUFTO, de l’ASLPGBI et de l’OBCUS comptaient respectivement 1 000, 680, 635 et 365 membres.

27Rien de tel, pour distinguer les priorités de l’action syndicale, que l’étude des comptabilités. Avant d’action, c’est de gestion qu’il faudrait parler, tant le chapitre « administration » grève le budget des syndicats – 61 % des dépenses du district écossais du TGWU en 1927 et 1928 (38 % pour les dépenses de fonctionnement des sections, 23 % pour celles de l’exécutif régional). La part la plus importante de ce chapitre est consacrée au salaire des permanents.

28Le salaire ouvrier moyen en 1926 était de £2 18/9 par semaine. A la même époque, la secrétaire de la section féminine glaswégienne des métiers du livre perçoit £4 10, un secrétaire de section du TGWU. et un délégué des dockers £5 5/10, un organisateur de district £6 10, un secrétaire de groupe (commercial, passagers, etc.) £7 10, le secrétaire du district écossais et l’organisateur national £9, le secrétaire général du syndicat, Ernest Bevin, se voyant gratifier d’un traitement annuel de £1 000. Manifestement, même si seul ce dernier a droit à un salary annuel, les autres devant se contenter de wages hebdomadaires, les permanents syndicaux relèvent de la même tranche de revenus que des petits bourgeois comme les professeurs de l’enseignement secondaire et les pasteurs.

  • 10 Des faits du même ordre sont signalés, en moyenne une fois tous les deux ou trois ans, dans les arc (...)
  • 11 MacDOUGALL, op. cit., p. 135.

29Après l’échec de la grève générale de 1926, la base du TGWU se fait rétive, d’autant qu’elle sait qu’un dixième de ses cotisations reste, en toute légalité, dans les poches des collectors chargés de les percevoir, et que plusieurs permanents se sont rendus coupables de « defalcations » ayant entraîné leur renvoi10. Aussi en janvier 1928 la section des traminots glaswégiens propose-t-elle une réduction de 20 % des salaires des permanents et le passage de leurs horaires de travail de 39 h 30 à 44 heures. L’affaire sera soumise au comité exécutif national, qui l’enterrera. Seuls les responsables des United Mineworkers of Scotland font un geste pour réduire le fossé qui sépare leurs salaires de ceux de leurs mandants. En 1928 John McArthur percevait £4 en tant que secrétaire de la Fife M. U. L’année suivante, il décida, avec les autres fondateurs de l’U.M.S., de « take a wage nearer to what the miner himself was getting : £3. But in subsequent periods we were lucky if we got anything like that and many times we got similar to what could have been paid as unemployment benefit... In these circumstances it was not surprising that a number of people gradually ceased activity11. »

  • 12 Question no 2 (30 minutes) : What is your knowledge of the Docks National Agreements, and machinery (...)
  • 13 H. LYON, The History of the Scottish Horse and Motormen’s Association, Glasgow, Civic Press, 1919, (...)

30Ce qui montre bien que, même dans ce syndicat communiste, les responsabilités syndicales sont souvent perçues non pas comme un sacerdoce, mais comme une carrière. De fait, on note après la guerre une accélération du processus de professionnalisation des élites syndicales. Contrairement à ce que souhaitait John Maclean, ce sont les (candidats) permanents qui viennent grossir les effectifs des Labour colleges où les cours de comptabilité et de sténographie finissent par l’emporter sur ceux d’histoire du mouvement ouvrier ou de théorie marxiste. De plus en plus, les postes de responsables syndicaux sont confiés à des hommes jeunes, sans grande – voire sans aucune – expérience personnelle du travail dans la branche qu’ils représentent. Cela est particulièrement vrai des syndicats généraux, qui recrutent leurs permanents au moyen d’examens manifestement plus destinés à déceler des bureaucrates que des militants12, confirmant ainsi une tendance déjà manifeste au début du siècle : en 1901, à l’âge de 23 ans, Hugh Lyon s’était vu nommer organisateur pour Glasgow (puis secrétaire général dès l’année suivante) de la Scottish Carters’Association après entretien avec un jury (le comité exécutif du syndicat), alors même que, de son propre aveu, il « ne connaissait rien des charretiers13. »

31De même, contrairement aux pratiques des craft unions où une longue expérience du métier était requise de tout postulant à un poste de permanent (Joe Westwood, Joe Sullivan et David Pryde furent respectivement élus organisateurs des mineurs du Fife, du Lanarkshire et du West Lothian à 33, 35 et 37 ans, John Hill secrétaire des boilermakers glaswégiens à l’âge de 42 ans, etc.), Nell Beaton devint en 1904 organisateur du district édimbourgeois de la Shop Assistants’ Union à l’âge de 24 ans. Mary Macarthur, alors âgée de 21 ans, devint en 1901 présidente de la section d Ayr du même syndicat, présidente du district écossais l’année suivante, secrétaire de la Women’s Trade Union League en 1903, secrétaire générale de la nouvelle National Federation of Women Workers en 1908.

La protection du territoire

32En 1921 ce syndicat féminin, organisé selon le modèle des syndicats généraux, fusionnait avec la N. U. of General Workers, qui allait à son tour, trois ans plus tard, donner naissance à la N. U. of General and Municipal Workers. En revanche l’autre grand syndicat général, le TGWU, fait preuve d’une forte réticence à organiser les travailleuses. « A l’heure actuelle, le syndicat a déjà assez à faire comme cela avec les hommes sans devoir en plus s’occuper de nouveaux membres pour lesquels il serait incapable de mener des négociations » répond le 22/4/1925 P. Gillespie, l’organisateur pour l’Ecosse, à la proposition d’envoyer une organisatrice en Ecosse faite par l’exécutif national, qui, en retour, « tombe d’accord avec la conclusion du comité de district selon laquelle il est actuellement inopportun d’organiser les femmes dans le district no 7 » (6/7/1925).

La réticence face au travail féminin

33Le caractère « inopportun » de la visite d’une organisatrice, un moment envisagée « pour organiser les ouvrières employées dans les industries édimbourgeoises de la confiserie, des biscuits, du tabac, du caoutchouc, de la laine et de la confiture » est de nouveau invoqué un an plus tard, « les séquelles de la grève générale » étant la seule explication fournie pour justifier cette inopportunité (23/7/1926). Elle est en fait d’ordre financier : l’exécutif national ayant, fin 1927, envisagé la formation d’une guilde féminine du TGWU, les responsables dundoviens du syndicat protestent que « au vu des expériences que nous avons déjà eues avec les ouvrières de Dundee, il est impossible de faire face aux prestations prévues en contrepartie d’une contribution de 2d par semaine » (17/1/1928). Enfin clairement exprimé après quatre années de tergiversations, cet argument du coût trop élevé des femmes en prestations mutualistes mit un terme aux velléités d’organisation des ouvrières au sein du TGWU.

34Ayant pour ambition de syndiquer tous les ouvriers du meuble, la NUFTO, se doit évidemment d’accepter l’adhésion des femmes employées dans cette industrie. Elle ne fait toutefois pas preuve d’une grande ardeur à soutenir leurs revendications spécifiques. Ainsi lorsqu’en avril 1919 les female members exigent une augmentation de 2d 1/2 de l’heure les men members « s’engagent à soutenir les femmes moralement, financièrement et par tout autre moyen afin de faire aboutir leur revendication » – mais s’opposent massivement à une consultation de toutes les sections pour préciser la forme que doit prendre ce soutien (« grève ou autre »). Vaincues sans avoir pu combattre, les femmes ne peuvent que protester « contre l’action du comité exécutif dans son traitement de la question féminine. Elles disent qu’il faudrait faire preuve d’une plus grande courtoisie. »

35On retrouve un incident du même ordre dans un autre syndicat d’industrie, la NUPBMRPW. En février 1918, les ouvriers du livre demandent une augmentation de salaire. A une très forte majorité, les ouvrières de la section féminine de Glasgow s’opposent à une résolution proposant « d’accepter la meilleure offre » et décident de « se battre jusqu’à ce que nous obtenions la même chose que les hommes. » Faute du soutien de ces derniers, elles n’obtiendront ni l’un, ni l’autre. Cinq ans plus tard, ce lâchage n’est pas oublié : à une lettre de l’exécutif national recommandant la fusion des sections masculine et féminine, les ouvrières du livre glaswégiennes répondent qu’elles entendent bien « rester comme elles sont, n’ayant aucunement besoin des hommes dans [leur] section. » Pour le cas où le message n’aurait pas été assez clair, elles déclinent, en avril 1924, l’invitation à organiser une croisière sur la Clyde avec la section masculine. Seul le repli défensif qu’entraîne l’échec de la grève générale entamera leur résolution : à partir d’octobre 1926, la section féminine de Glasgow consent à organiser des réunions communes avec la section masculine, et à élire un comité exécutif composé de 6 hommes et 6 femmes.

36La réticence des syndicats généraux et d’industrie face au travail des femmes fait place à une hostilité caractérisée dans les craft unions. La question est bien entendu particulièrement aiguë au lendemain de la guerre. Si l’emploi des ouvrières recrutées dans la métallurgie pour faire face aux besoins du conflit a toujours été considéré, y compris par les intéressées, comme précaire et destiné à s’achever avec le retour de la paix et des titulaires du poste, un tel « contrat moral » n’allait en revanche pas de soi dans des secteurs moins traditionnellement masculins comme celui de l’alimentation.

  • 14 Fondée en 1891 par un groupe de jeunes bourgeoises et de pasteurs, le S.C.W.T. se fit connaître en (...)

37Dès avril 1919, la section glaswégienne de l’OBCUS (forte alors de près de 1 500 membres) vote une résolution réclamant « l’abolition (sic !) des femmes des boulangeries. » Fautes de résultats, elle doit revenir à la charge en janvier 1920 : « Nous devons revenir aux conditions d’avant-guerre. Tous les dilutees doivent être renvoyés. » En septembre, face à une menace de grève votée à l’unanimité, la plupart des boulangeries industrielles acceptent de revenir aux « conditions d’avant-guerre » (la Co-op bakery, par exemple, de ne plus employer que 5 femmes, comme en 1913, au lieu de 18 (et 22 hommes) ; les employées surnuméraires sont licenciées). En novembre, trois firmes continuant d’employer un quota féminin supérieur à celui de 1914 sont menacées de grève et cèdent à leur tour. En janvier 1921, l’une des victimes demande par écrit au comité exécutif local « les raisons de notre renvoi de la boulangerie Skinner. » Le secrétaire de la section est chargé de « répondre courtoisement en donnant les raisons. » Posant la même question, une lettre officielle de Miss Irwin, du Scottish Council for Women’s Trades, « ne fait l’objet d’aucune réponse14. »

38Impossible de passer outre : en mai 1920, la section reçoit plusieurs lettres anonymes dénonçant quelques « early starters and female workers. » Les premiers, accusés de prendre leur travail avant les 4 h du matin que fixe la consigne syndicale, se voient infliger une amende ; quant aux secondes, leurs patrons sont sommés de les licencier sur le champ. Face à la menace de grève, ils s’exécutent.

39Notons que la résolution d’avril 1919 ne visait pas uniquement les femmes mais « tous les dilutees. » De fait, un mois plus tôt, le syndicat avait soulevé le cas de « trois mutilés de guerre en train de recevoir une formation de boulangers dans un collège technique » : le secrétaire avertit le principal que ces trois élèves « ne pourront être admis au syndicat, n’ayant pas effectué un apprentissage réglementaire. » En avril, un patron boulanger signifie par écrit sa bonne volonté : il est prêt à payer son ouvrier au tarif syndical. Refus de la section : « nous ne pouvons accepter son adhésion, car il n’a pas effectué son apprentissage, et il est maintenant trop âgé pour commencer. » Lors de cette même réunion, la section s’oppose à l’adhésion d’un ouvrier boulanger allemand, deux ans plus tard à celle de deux Suisses ; le secrétaire écrit à ce sujet au consul de Suisse et au secrétaire du STUC, priant ce dernier d’intervenir auprès des syndicats helvétiques.

Les conflits de compétences

40Ce dernier cas est exceptionnel : lorsque l’on fait appel au (S)TUC, c’est généralement pour arbitrer une demarcation dispute, un conflit de compétences entre syndicats. Ils sont de deux types, les uns visant à assurer le monopole d’un corps de métier dans l’accomplissement d’un travail considéré comme qualifié, les autres – les plus nombreux après-guerre – voyant deux syndicats s’apposer pour l’organisation de telle ou telle catégorie de travailleurs.

41Parmi de nombreux exemples du premier type de conflit relevés dans les procès-verbaux dépouillés, citons celui qui opposa en décembre 1921 les menuisiers glaswégiens de la NUFTO aux ouvriers spécialisés de la Woodworkers’ Society à propos de la pose des sièges de cinéma : les premiers se plaignaient qu’après avoir vissé au plancher le support des sièges, ils se voyaient dépossédés du travail de montage, qui était confié aux seconds. Les conflits du deuxième type tournent aussi souvent autour de la notion de qualification, qu’ils opposent syndicat d’industrie à syndicat de métier (NUR contre AEU en 1920 à propos des mécaniciens de dépôts), syndicat général à syndicat d’industrie (en 1924, TGWU contre SHMA à propos de la syndicalisation des livreurs de lait, contre NUR à propos des chauffeurs-livreurs opérant dans les gares), ou syndicats de métiers entre eux (B.S. contre Constructional Engineering Union en 1930 à propos du sort des ouvriers chargés de monter des structures d’acier dans les chantiers navals).

  • 15 Cf S.C. GILLESPIE, A Hundred Years of Progress : The Record of the Scottish Typographical Associati (...)

42De telles guerillas inter-syndicales se prolongent parfois pendant des années. En 1918 par exemple la Scottish Typographical Association décide d’étendre son recrutement, jusqu’alors limité aux seuls compositeurs et correcteurs, aux « personnels, hommes et femmes, chargés de l’alimentation et de la maintenance des presses, des fondeuses et des rotatives, » et crée à leur intention une « section auxiliaire » (ainsi nommée pour éviter à la S.T.A. de perdre son étiquette de syndicat de métier). La NUPBMRPW ressent cette organisation des personnels semi-qualifiés, essentiellement féminins, par une craft union comme un acte de poaching, de braconnage sur son territoire. Aussi en 1924 la S.T.A. est-elle exclue de la National Federation of Printing and Kindred Trades. Quatre ans plus tard, un compromis est atteint grâce à la patiente médiation du TUC, du STUC et de la Scottish Alliance of Employers : dorénavant, la S.T.A. ne pourra syndiquer les ouvriers semi-qualifiés du Livre qu’en dehors des quatre grandes villes écossaises15.

43Pour régler ces conflits, les syndicats concernés ne se tournent pas vers le seul (S)TUC. Le cas échéant ils n’hésitent pas à en appeler au patronat. Au même titre que les rapports entre OBCUS et patrons boulangers mentionnés plus haut, il s’agit là d’un exemple du processus d’intégration dans lequel s’engagent nombre de syndicats. D’adversaire, le patronat peut devenir un allié plus ou moins consentant, tantôt pour éliminer les dilutees, tantôt pour s’opposer à l’introduction d’une nouvelle technologie (par exemple, la soudure dans les chantiers navals), tantôt encore pour mettre au pas un syndicat rival. Ainsi la section des dockers de Grennock peut-elle, en janvier 1924, rassurer le comité exécutif écossais du TGWU : la tentative d’un syndicat rival, la Scottish Transport Workers’ Union, de s’implanter sur les docks de ce port de la Clyde est vouée à l’échec, « les armateurs refusant de reconnaître tout autre syndicat que le TGWU. »

44Respectant sa part du contrat tacite qui régit le système du monopole d’embauche syndical (closed shop), alors encore peu répandu (sauf, précisément, sur les docks et dans certaines compagnies de tramways), le TGWU veille à étouffer toute velléité de grève sauvage. Si les appels à la raison (« Nous avons tout lieu de croire que les hommes actuellement en grève vont rapidement percevoir leur erreur et reprendre le travail » à propos d’une grève des dockers contre l’indice du coût de la vie en juillet 1923) ne suffisent pas, l’arme absolue de la direction syndicale est bien entendu d’ordre financier (« Le conflit n’ayant pas été autorisé par le syndicat, aucune allocation de grève ne sera versée », peu après le déclenchement d’une grève par les ouvriers des silos en avril 1924).

Les fonctions mutualistes

45Nous abordons là le domaine des prestations versées par les syndicats à leurs adhérents. Elles ne sont pas, tant s’en faut, limitées aux seules allocations de grève. Ainsi la section féminine glaswégienne de la NUPBMRPW consacre en 1922 12 % de ses dépenses à la victimization pay (secours aux ouvrières licenciées pour faits de grève) et 23 % aux secours aux chômeuses, mais aussi 5,8 % à des activités proprement mutualistes : allocation aux accidentées du travail (0,3 %), maison de convalescence (0,5 %), allocation de décès (0,9 %), fonds de détresse (benevolent grant, 1,5 %), trousseau de mariage (marriage dowry, 2,6 %). L’autre syndicat du livre, l’A.S.L.P.G.B.L, consacre une part nettement plus élevée de ses dépenses aux activités mutualistes : respectivement, en 1920 et 1927, 11 et 13 % aux allocations de chômage, mais aussi 12 et 5 % aux allocations de décès, 27 et 7 % aux allocations de maladie, 36 et 40 % aux allocations de retraite.

46Il apparaît nettement, au vu de ces chiffres, que la fonction mutualiste est bien plus développée dans le second syndicat, la craft union des typographes, que dans le premier, le syndicat d’industrie des autres ouvriers du livre. N’en concluons pas toutefois, comme cela a parfois été écrit, que les « nouveaux syndicats » ont d’entrée abandonné cette relique des friendly societies à leurs prédécesseurs. Le district écossais du plus puissant des syndicats généraux, le TGWU, possède lui aussi sa maison de convalescence, financée en partie par des loteries (celle de 1924 rapporte £10 000) et son fonds d’aide aux jeunes mariées (marriage dowry scheme), qui doit être clos en 1928 « à cause de l’opposition rencontrée dans les districts où les femmes sont le mieux organisées » – sans que l’on sache malheureusement si cette opposition est de nature idéologique ou financière.

  • 16 En particulier la Lanarkshire Tramway Co., condamnée en 1925 à réintégrer les employés licenciés et (...)
  • 17 Cette sorte d’assurance pénale ne permet pas toutes les fantaisies : en juin 1928, « le frère Barr (...)

47Il s’est également doté d’un legal department fort actif, puisqu’il obtient, pour la seule année 1925, £4 000 à la suite de divers procès intentés à des sociétés accusées de licenciements abusifs16. Le département juridique poursuit également en justice les employeurs responsables d’accidents du travail, à moins qu’il n’obtienne un accord à l’amiable. En outre, il assure la défense des conducteurs de camions ou d’autobus s’étant rendus coupables d’infractions au code de la route (65 police court cases en 1925, 72 en 1926), et, grâce au fonds de détresse alimenté par les cotisations des volontaires, paye les amendes17.

48L’échec de la grève générale coûte évidemment très cher : au cours du deuxième semestre 1926, le district écossais du TGWU dépense £100 chaque semaine en allocations de grève, et doit hypothéquer ses propriétés immobilières (bureaux de Glasgow et maison de retraite). C’est en fait l’ensemble des syndicats qui se voit contraint, à partir de 1927, de réduire les prestations versées aux adhérents, et de rendre plus strictes les conditions requises pour en bénéficier. Ainsi, en janvier 1928, le comité exécutif du TGWU décide de ne plus verser aux adhérents lock-outés ou licenciés pour faits de grève qu’une allocation de 10/par semaine ; dans les chantiers navals, la B.S. n accorde plus, à partir d’octobre, de pension qu’aux adhérents ayant cotisé pendant au moins quarante ans.

Les fonctions éducatives et politiques

49En avril 1926, à la veille de la grève générale, le principal sujet de préoccupation de la section glaswégienne de la NUFTO est une maladie professionnelle, la dermatose, celui de leurs camarades de l’OBCUS la préparation de l’excursion annuelle à Balloch. Comme chez les ouvrières du livre ou au comité exécutif écossais du TGWU, aucune allusion n’est faite au conflit à venir, ni même à la situation dans les charbonnages. En fait, il se dégage des procès-verbaux consultés une très forte réticence à s’engager dans toute action débordant du strict cadre syndical. Quelques exemples : la section glaswégienne de l’OBCUS refuse successivement, « à une forte majorité », de s’affilier à la SHRA (juin 1920), au S.L.C. (août) et au May Day Committee (septembre), acceptant toutefois de participer à des mouvements plus directement liés à la vie quotidienne comme la Glasgow Labour Party Housing Association (septembre 1920) et la pétition en faveur de la gratuité des livres scolaires (printemps 1921). Les ouvrières du livre refusent pour leur part d’envoyer des déléguées au Comité du Premier Mai (1926) et à la All Glasgow Labour Left Wing Conference (mai 1927). Quant aux lithographes, il n’est jamais fait état, dans leurs budgets annuels, de la moindre dépense en faveur d’activités politiques ou éducatives.

  • 18 Face à l’insistance de J.P.M. Millar, secrétaire du National Council of Labour Colleges, la questio (...)

50On retrouve la même réticence au comité exécutif écossais du TGWU : refus de s’affilier au S.L.C. (trop cher, juillet 1923) ; refus de rembourser les frais des délégués à une réunion du S.L.C. engagés par la section de Newlands (octobre) 18, d’accorder une subvention à la section dundovienne du National Unemployed Workers’Committee Movement, et de verser à cette dernière une contribution de 15/pour le tirage d’un tract engageant les chômeurs à ne pas accepter de travail sur les docks pendant la grève des dockers d’avril 1924 ; refus de s’affilier au National Minority Movement (juillet 1925), de cotiser au May Day Fund et au No More War Committee (janvier 1926).

51Une seule section, celle de Dalmarnock, s’oppose à ces décisions. En juillet 1925 son secrétaire, menacé d’un procès par l’exécutif écossais, doit rembourser la cotisation de sa section (9/2) au NMM. Deux ans plus tard, cette même section proteste contre le rôle joué par le TGWU dans la fin du comité syndical anglo-russe. Réponse du comité exécutif : « out of order » (octobre 1927). En une seule occasion le comité pose une question de politique générale : en juillet 1927, il s’interroge sur « l’attitude à adopter sur les conversations Mond-Turner », et instruit ses délégués au TUC de « soumettre cette question aux différents syndicats pour considération. » En octobre, le TUC diffuse un questionnaire sur les relations industrielles. Au bout d’un an, sur les 60 sections du TGWU en Ecosse, seules 18 y ont répondu (9 étant favorables à la « paix dans l’industrie » prônée par le rapport Mond-Turner, 6 contre, 3 sans opinion). La réticence que manifeste l’ensemble des syndicats à s’engager dans l’action politique explique en grande partie l’échec de la grève nationale de 1926, étudiée plus bas.

Notes

1 Hugh Lyon, secrétaire général de la SHMA, au STUC de 1918, qu’il présidait.

2 Effectifs calculés d’après le tableau des « Contributions ending December, 1924 », Annual Report of the Glasgow Trades and Labour Council 1928-25, pp. 34-39.

3 H.A. CLEGG, A History of British Trade Unions since 1889, vol. II, 1911-1933, Clarendon, 1985, p. 303.

4 Cité dans BLEIMAN & KEATING, op. cit., p. 40.

5 Composition du premier conseil général, élu en 1923 : Président : T. Wilson (National Amalgamated Union of Shop Assistants, Warehousemen, and Clerks) ; secrétaire : W. Eiger (id.) ; vice-président : W. Leonard (Amalgamated Furnishing Trades Association) ; trésorier : R. Climie (Workers U.) ; membres : J. Doonan (N.U. of Scottish Mineworkers), J. Duncan (Scottish Farm Servants’U.), C.N. Gallie (Railway Clerks’A.), G. Jackson (Scottish Typographical A.), T. Law (NUSMW), J. Nairn (Scottish Textile Workers U), A. Smith (Edinburgh and District Trades and Labour Council), J. Walker (Irish and Scottish Trades Councils), P. Webster (Scottish Horse and Motormen’s A.). Notons l’absence de femmes et celle, plus surprenante, de représentant des syndicats de la métallurgie.

6 TGWU. Area no 7, Area Committee Minutes (N.L.S.).

7 Sur la quarantaine de pages que comprennent les rapports annuels du Glasgow Trades and Labour Council plus de la moitié est chaque année consacrée à des questions politiques (élections législatives, municipales, scolaires ; tempérance ; service national de santé, etc.).

8 On peut consulter les documents 1 et 5 à la M.L.G., 2, 3 et 4 à la N.L.S.

9 Cf. les monographies de R.P. ARNOT et d'I. MacDOUGALL (1981) sur les mineurs, de A. TUCKER sur la SHMA, de J.F. MORTIMER sur les boilermakers (britanniques) et de W. WALKER sur les syndicats du jute, le tout op. cit.

10 Des faits du même ordre sont signalés, en moyenne une fois tous les deux ou trois ans, dans les archives des autres syndicats étudiés.

11 MacDOUGALL, op. cit., p. 135.

12 Question no 2 (30 minutes) : What is your knowledge of the Docks National Agreements, and machinery for dealing with disputes ? No 3 (id.) :-Are you capable of making out the No 1 & 2 return sheets of the branch and methods of completing the same for branch registers ? – Are you conversant with the rules relating to benefits and could you check same on application being received ?.. TGWU Area no 7, Committee Minutes, juin 1928.

13 H. LYON, The History of the Scottish Horse and Motormen’s Association, Glasgow, Civic Press, 1919, p. 5.

14 Fondée en 1891 par un groupe de jeunes bourgeoises et de pasteurs, le S.C.W.T. se fit connaître en publiant les résultats de plusieurs enquêtes sur les conditions de vie et de travail des ouvrières des quatre grandes villes écossaises. Il s’affilia au STUC dès sa création, ainsi qu’une organisation du même type, la Women’s Protective and Provident League. Elue présidente du comité parlementaire du STUC de 1897, Margaret Irwin jugea plus avisé de céder sa place à Robert Smillie, alors secrétaire de la Lanarkshire Miners’U. Elle resta secrétaire du S.C.W.T. jusqu’à son extinction en 1939, et mourut l’année suivante. Cf. S. LEWENHAWK, « Women in the Leadership of the STUC, 1897-1970 », J.S.S.L.H. no 7, 1973.

15 Cf S.C. GILLESPIE, A Hundred Years of Progress : The Record of the Scottish Typographical Association, 1853 to 1952, Glaswgow, MacLehose, 1953, pp. 146-149, 210-11.

16 En particulier la Lanarkshire Tramway Co., condamnée en 1925 à réintégrer les employés licenciés et à leur verser les salaires dus.

17 Cette sorte d’assurance pénale ne permet pas toutes les fantaisies : en juin 1928, « le frère Barr a tué un mouton sur la route. Le comité de district refuse de payer l’amende pour excès de vitesse (3e infraction) ».

18 Face à l’insistance de J.P.M. Millar, secrétaire du National Council of Labour Colleges, la question de l’adhésion au N.C.L.C. sera reposée aux sections en 1924, sans grand effet : « That in view of the small number of replies received from the branches, the matter be allowed to drop » peut-on lire dans les minutes de la réunion du comité exécutif en date du 19/1/1925.

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540