Version classiqueVersion mobile

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Troisième partie. Le mouvement ouvrier

Chapitre XVII. Le parti communiste

Texte intégral

« We have on paper 24 Pit groups and 6 Pits with one Party member, with a total of 202 Party members. A few have no Party members on the Pit head and in one no Party members underground. We will manage to get a real Bolshevik party in Fife sometime. »

  • 1 McDOUGALL, 1981, op. cit, pp. 297,281.

« As I indicated in my last note I reckoned on expulsions from the group. One member had already resigned and the group unanimously decided to expel another. We are now eight but more effective work should result1. »

Parti de masse ou parti d’avant-garde ?

1Au moins, avant 1920, la répartition des tâches révolutionnaires était-elle claire : le BSP ratissait large, le SLP tamisait fin. Faute d’avoir pu opérer la difficile synthèse de ces deux processus, le CPGB ne parvint à être, ni un parti de masse, ni une avant-garde révolutionnaire efficace. Alors que les sympathisants affluaient par milliers dans les organisations para-communistes (National Unemployed Workers’ Movement, National Minority Movement, « groupes de fosses » que mentionne le mineur du Fife David Proudfoot), le parti – ainsi qu’en témoigne ci-dessus le même Proudfoot – éliminait tous ses militants jugés inaptes à s’agréger au noyau dur révolutionnaire.

2Le centripète l’emporta sur le centrifuge. « Bien entendu, nous devrons nous débarrasser de nombre d’entre eux » avertissait Proudfoot au lendemain de la grève générale, qui valut au CPGB un afflux de nouveaux adhérents. De fait, à la fin de la décennie d’après-guerre, le parti ne comptait que 2 500 cotisants – le même effectif que lors de sa création-, alors que fin 1926 il culminait à plus de 10 000. Priviliégiant tantôt l’un, tantôt l’autre des deux courants révolutionnaires – le BSP rassembleur et le SLP sectaire – dont il se voulait l’héritier, le parti communiste britannique se trouva confronté à de graves problèmes d’organisation et surtout de positionnement par rapport au reste du mouvement ouvrier.

3A son congrès d’avril 1920, le BSP, se rebaptise Communist Party of Great Britain. Entre la Communist Unity Convention de Londres (juillet-août 1920) et celle de Leeds (29/1/1921) adhèrent au nouveau parti le Communist Labour Party écossais de Gallacher, le Scottish Prohibition Fellowship dundovien de Bob Stewart, le Communist Party (British Section of the Third International) londonien (ex-Workers’Socialist Federation) de Sylvia Pankhurst, le Shop Stewards’and Workers Committees Movement de J.R. Campbell, et le South Wales Communist Council (ex-South Wales Socialist Society). En mai 1921, ils sont rejoints par quelques centaines de membres de l’ILP.

  • 2 KENDALL, op, cit., p. 303.
  • 3 « There were thousands I never saw, and I very much doubt if anyone else ever saw them. » STEWART, (...)
  • 4 Cf. R. SALLES, Structure, implantation et influence du Parti Communiste de Grande-Bretagne dans une (...)

4On le voit, la naissance du parti communiste britannique ne résulta pas, contrairement à celle de ses partis frères européens, d’une scission intervenue dans les rangs de la social-democratie, mais de la fusion de plusieurs groupes révolutionnaires numériquement faibles. Il ne pouvait donc bénéficier dès son origine ni du prestige, ni des loyautés traditionnelles, ni des structures d’une puissante organisation ouvrière de masse. Si l’on s’en tient aux chiffres officiels avancés par chacune de ces organisations, on arrive au total de 13 000 adhérents en mai 1921.2 En fait, il s’agit là d’une forte surévaluation, ainsi que le reconnaissent deux des premiers dirigeants du parti, les Ecossais Bob Stewart et Tom Bell3 : il importait de faire bonne impression sur le principal, voire l’unique, bailleur de fonds, le Komintern. Par la suite, les chiffres avancés aux congrès du parti furent plus réalistes. Ils ont été corroborés, à peu de choses près, par les recherches ultérieures ; 2 000 adhérents en octobre 1922, 4 000 en 1924, 5 000 en 1925, 10 730 en octobre 1926, 2 500 en 1930.4

Un parti hydrocéphale

  • 5 KLUGMANN, op. cit, vol. I, p. 71.

5Constitué selon un processus d’agglutination, il était normal que le CPGB se dotât d’une structure de type confédéral. L’unité de base est la section locale, dirigée par un comité de section. Les sections sont regroupées au sein d’un district (8 en Grande-Bretagne, dont Ecosse Nord et Est et Ecosse Ouest et Sud) dirigé par un conseil de district, le tout étant chapeauté par un comité exécutif national de 16 membres (2 représentants élus de chaque district). Comme le note Klugmann, cette « forme d’organisation » était caractéristique « des anciens groupes socialistes propagandistes... Ce parti au rôle nouveau était organisé à l’ancienne5. »

  • 6 Par ordre décroissant de voix obtenues : R. Palme Dutt, H. Pollitt, A. MacManus, W. Gallacher, J.T. (...)
  • 7 L’une comme l’autre ne dépassa jamais le demi-millier de membres, sauf au lendemain de la grève gén (...)

6A son cinquième congrès (octobre 1922), le parti met en application les directives du troisième congrès du Komintern, se dotant d’une structure fort complexe pour un si petit parti. Le comité central n’est plus fédéral, mais comprend sept membres élus par le congrès6. Un secrétaire politique (Tom Bell) dirige le bureau politique, un secrétaire à l’organisation (Albert Inkpin) l’organising bureau. Au niveau régional sont établis dix districts (dont Glasgow et Edimbourg, appellation plus réaliste que la précédente) qui se réunissent annuellement en un district party committee. Les sections isolées (Aberdeen et Dundee en Ecosse) sont rattachées directement à l’organising bureau national. Au niveau local, le Local Party Committee remplace la branch. Il chapeaute ces unités de base que sont les party fractions (groupes d’élus locaux communistes) et les cellules d’usine (shop nuclei) et de quartier (street nuclei). De plus, à chaque niveau – local, régional, national-, le parti se dote de commissions (industrielle ; d’agitation et de propagande ; parlementaire et municipale ; coloniale ; coopérative ; des chômeurs ; de la jeunesse ; des publications), ainsi que, au niveau national, d’un Womens Department (dirigé par l’Ecossaise Helen Crawfurd) et d’une Young Communist League (pour les jeunes de 14 à 25 ans) que vient étoffer, en 1925, la Young Comrades’ League (10 à 14 ans) 7.

7Bolchevisation : tel est le mot d’ordre du 7e congrès (Glasgow, mai 1925), qui reprend la consigne du Komintern : faire du CPGB un véritable parti de masse. Désormais, l’accent sera mis sur les cellules :

  • 8 Cité dans KLUGMANN, op. cit, vol. I, p. 338.

« The factory groups will be the basic units of the Party. Above all our work must be directed towards the factory... Many of the old traditions of socialist propaganda and party organisation still cling to the Party membership. There is still considerable hesitation in wholeheartedly adopting the factory form of organisation... The chief road towards becoming a real mass party for us lies through the factory, the workshop, the mill, the mine8. »

8Cet organigramme idéal est mis à mal par un certain nombre de « trous » dus à la petite taille du parti. Après à peine un an d’existence, le district d’Edimbourg sera dissous pour être remplacé par celui du Fife. En mai 1925, l’organising bureau ne recense que 59 Local Party Committees. Les 11 écossais sont tous situés à Glasgow (ce qui en fait le second district juste après Londres), tandis que l’on dénombre 6 factory groups (le nouveau nom des shop nuclei) dans le Fife. En dépit des adhésions massives qu’elle suscita, la grève générale ne parviendra pas à étendre ce réseau. Les progrès furent surtout sensibles dans les bassins houillers. « Considéré comme le plus faible de nos districts » en 1925, Tyneside devient le second l’année suivante (39 LPC sur les 245 recensés au niveau national), juste après celui de Galles-Sud, et huit LPC. voient le jour dans le Fife. Avec 2 000 adhérents, l’Ecosse arrivait en tête des régions (Sud-Galles : 1 500), mais Dundee et Edimbourg restaient, selon la terminologie officielle, des « outlying districts ».

  • 9 McDOUGALL, op. cit, p. 142.

« There was this whole duplication of organisation: trade union fractions, co-operative fractions, street nuclei. When we endeavoured to carry this form of organisation into effect, it meant that we were spending almost every night sitting discussing reports, discussing the work of subcommittees, instead of conducting mass agitational work amongst the workers... Over it all was to be a grouping of the most effective comrades..., and this was to be known as the LPC... We were in a state of mental confusion... using these terms to show how well up we were in the Communist administrative jargon9. »

9Cette remarque de John McArthur est illustrée par le palmarès que dresse, partagé entre la lassitude et la fierté, son camarade du Fife, Proudfoot, de ses responsabilités de militant en 1926 :

  • 10 Ibid., p. 200.

« I am: 1) Group leader and representative on district party committee; 2) Group trainer (oh, hell); 3) Chief literature distributor; 4) Delegate for union branch to local TLC; 5) Delegate for TLC to divisional executive; 6) Collector of subscriptions for Communist book club; 7) Doormat for local industrial disputes; 8) Checkweighman in spare time; since formation of group I have lost one job – class war prisoners’aid, a new comrade taking over10. »

  • 11 Ce que déplore Harry McShane : « Nearly everybody of standing became a professional. Gallacher left (...)

10De plus, le renforcement de la hiérarchie nationale s’opère au détriment des structures locales, transformant en bureaucrates londoniens des spécialistes du travail sur le terrain. Gallacher, Tom Bell, Archie MacManus, Bob Stewart et Helen Crawfurd furent ainsi londonisés, privant les militants écossais de l’expérience acquise au long d’années de luttes sur le terrain11.

Une débauche de publications

  • 12 McDOUGALL, op. cit., p. 219.

« We have had to reduce our order [of The Labour Monthly] for July – 8 dozen. As for boosting the Communist Review we cannot do that in Methil without injury to the Monthly and the same with the Sunday Worker and Workers’ Weekly. My candid opinion is that the party machinery is being overloaded with so many publications... Like you I believe the Press and Pamphlets, etc., are the strongest and best weapon we have got and... I am beginning to think that my inability to rouse them in this locality is due to the fact that we are selling so much literature, and that my audiences are better acquainted with my subject matter than myself, they having time to digest it and me having to skim it, with the result that they come to the conclusion (and possibly with some justification) that I am a blethering kind of joker12. »

  • 13 « Only four out of the ten members of the [Wellesley pit Communist] group are active in the distrib (...)

11Faite sur le mode humoristique, cette remarque de Proudfoot est fort pertinente : à l’hypertrophie structurelle du parti correspond une débauche de publications dont la vente lasse les plus décidés des militants, et fait fuir les plus tièdes. Pour un parti qui voulait rompre avec la tradition « propagandiste » de ses prédécesseurs, la méthode ne semble pas judicieuse, d’autant que la valeur des militants est mesurée à l’aune de leurs ventes13. Les lettres de Proudfoot au journaliste et dirigeant communiste George Allen Hutt sont une litanie des problèmes que lui pose la vente d’un nombre impressionnant de publications. En août 1920, peu après la formation du CPGB, The Call, organe du BSP, est remplacé par un autre hebdomadaire, The Communist. Face à la chute des ventes (50 000 exemplaires pendant le lock-out des mineurs du printemps 1921, 8 000 en moyenne en 1922), The Communist cède à son tour la place, en février 1923, au Workers’ Weekly, censé être plus proche des luttes quotidiennes. De fait, il atteindra 50 000 exemplaires – distribués uniquement par les militants, à cause du boycottage de W.H. Smith’s – dès mars 1923, se maintenant à 45 000 les années suivantes, pour atteindre 80 000 pendant les mois qui suivirent la grève générale.

12En mai 1921, le parti lance la Communist Review, mensuel théorique porté sur les questions internationales (3 000 exemplaires en 1924-25), ainsi que le Labour Monthly (marxiste, quoique non officiellement lié au parti). Il en va de même pour le Sunday Worker, lancé en mars 1925 : parmi ses actionnaires, outre de nombreux groupes communistes, on trouve des sections ILP, des coopératives et des sections syndicales, en particulier de mineurs. Il atteindra rapidement les 100 000 exemplaires vendus. En octobre 1924, le parti lance The Young Communist, qui devient The Young Worker en 1924, tirant en moyenne à 6 500 exemplaires.

13Pendant la campagne électorale de novembre 1922, le C.P. tente de publier un quotidien : il n’y en aura que trois livraisons à Londres (The Communist Daily) et quatre à Glasgow (The Daily Communist). Plus résistants mais tout aussi confidentiels sont The Communist International (entre 200 et 700 exemplaires) et International Press Correspondence (ou Inprecorr, 200 exemplaires en moyenne, publié à Moscou de 1921 à 1924, puis à Londres jusqu’à son abandon en 1929), mensuels financés à fonds perdus par le Komintern.

14Beaucoup plus populaires sont les feuilles locales ronéotypées que certains pit groups produisent dans les mois qui précèdent la grève générale. Rien que pour le bassin du Fife, on en recense une douzaine : The Spark (Methil, lancé en juillet 1925 : 700 exemplaires en novembre 1925) ; The Underworld, puis The Hutch (Kirkcaldy, 150 exemplaires en décembre 1925) ; The Flame (Cowdenbeath) ; The Torch (Lumphinnans) ; The Justiceman (Bowhill) ; The Picket (Lochgelly) ; The Lamp, The Panbolt, The Mash, The Hammer dans le West Fife ; Signalons encore l’existence du Signal (Methil N.U.R.) et de Sawdust (Aberdeen C.P. et Y.C.L.)· Victimes de la démoralisation et de l’impécuniosité, elles cesseront graduellement de paraître pendant le lock-out qui suivit la grève générale.

L’internationalisme prolétarien

  • 14 Ibid, p. 208.
  • 15 « Nationalisation of the mines and factories with workers’ control commissions in every factory ; s (...)

15Avouant ne pas lire régulièrement Inprecorr, Proudfoot écrivait à Hutt : « That kind of propaganda... can be carried too far and tends to develop that kind of “revolutionary" who can talk big and denounce “reformist” tendencies in other contries and neglect immediate “home issues”. Talking to British workers about the duplicity of the Social Democrats in Germany does not cut much ice14. » On sent là une certaine lassitude des militants à l’égard d’une propagande internationaliste perçue comme fort éloignée de leurs problèmes concrets. Cela ne fut pas toujours vrai. En 1922, la moitié des revendications formulées dans le manifeste électoral communiste concernait la politique étrangère15. Jusqu’à ce que la préparation de la grève générale accaparât l’essentiel de leur énergie, les militants de la base se mobilisèrent pour mener plusieurs campagnes qui contribuèrent à infléchir nettement la politique britannique dans un certain nombre « d’affaires étrangères » : Hands off Russia ! (1919-1920), Russian Famine Campaign et Save the Children Fund (juillet 1921-juillet 1922), Hands off the Ruhr ! (janvier 1923), Hands off China ! (août 1924-novembre 1926). Ils s’opposèrent également à l’ultimatum Curzon (mai 1923), au plan Dawes, au procès de Cawnpore (mars 1924), à l’intervention militaire en Irak (juin 1924), au Soudan (août 1924), en Guyanne Britannique (août 1924) et aux Bengal Special Ordinances (novembre 1924). Notons que dans tous ces combats, le C.P. fut, contrairement à ce qu’écrit Klugmann, rejoint par une partie de l’ILP et l’UDC.

  • 16 L. GRASSIC GIBBON, Grey Granite, Londres, Jarrolds, 1934, p. 82. Souvent abusivement annexé par les (...)

« Chris... said that this nationalism was just another plan of the Tories to do down the common folk. Only this time’twas to be done in kilts and hose, with bagpipes playing and a blether about Wallace, the English to be chased across the border and the Scots to live on brose and baps16. »

  • 17 H. CRAWFURD, « The Scottish National Movement », Communist Review, février 1933.

16Sans aucun doute Chris Guthrie, l’héroïne de A Scots Quair, la trilogie de Lewis Grassic Gibbon, exprime ici la pensée de l’auteur sur le nationalisme : un complot capitaliste. « Certaines sections de la classe capitaliste » soutiennent le nationalisme écossais à seule fin de « détourner la jeunesse écossaise de la lutte des classes » écrivait Helen Crawfurd en 193217. Cette position n’est pas uniquement due à la montée du fascisme, pour lequel certains nationalistes écossais éprouvaient des sympathies. Elle n’avait pas varié depuis la fondation du parti : « Les travailleurs de la Clyde vont-ils maintenir leur détermination à ne pas accepter une diminution de leur salaire, ou sont-ils trop occupés par le Home Rule pour l’Ecosse ? » s’interrogeait le Communist du 30 avril 1921 après que le STUC. eut voté une motion en faveur de l’autonomie.

  • 18 R. McLENNAN, « The National Question and Scotland », Ibid, octobre 1932.
  • 19 L. GRASSIG GIBBON, « The Antique Scene », in A Scots Hairst, Londres, Hutchinson, 1967 (1e ed. 1934 (...)

17L’Internationalisme prolétarien du CPGB nie la spécificité écossaise, tant économique (aucune analyse du « développement inégal ») que culturelle. Au moment même où Gramsci s’érige en défenseur de la langue sarde, les efforts de la Scots National League pour développer le gaélique sont comparés par le communiste R. MacLennan à une tentative de « ressusciter les morts afin d’étayer le système en décomposition du capitalisme international18 », et Grassic Gibbon, dans un recueil d’essais publié en collaboration avec le poète communiste (marginal) celtophile Hugh MacDiarmid, provoque ouvertement ce dernier : « It is doubtful if the Kelts ever contributed a single item to the national cultures of the countries miscalled Keltic... They were and remain one of the greatest curses of the Scottish scene... avaricious, unintelligible, quarrelsome, cultureless and uncivilizable19. »

Communistes et travaillistes

  • 20 Cité dans B. PEARCE, « The Communist Party and the Labour Left », in M. WOODHOUSE & B. PEARCE, eds. (...)

« It is folly to say that the LP is a third bourgeois party... [If it is] then naturally the workers want to know why we apply for affiliation... Instead of the party going forward in the fight for affiliation, we ought to advocate the withdrawal of the trade unions from the third bourgeois party. That would be fighting on the whole front20. »

18Même un hiérarque comme Gallacher ne se prive pas, lors du 9e plenum du Komintern, en février 1928, de mettre en lumière la principale contradiction dans la ligne politique du CPGB : ses liens avec le parti travailliste. Ce même Gallacher s’était, nous l’avons vu, rallié à la position de Lénine prônant l’affiliation au LP. Même si elle fut jugée rédhibitoire par un certain nombre de militants révolutionnaires – qui n’admettaient pas, en particulier, que le CPGB pût en même temps prôner l’adhésion à la 3e Internationale et demander son affiliation à un parti relevant de la 2e -, cette stratégie d’entrisme était au départ réaliste, ansi que l’explique le Communist du 23/9/1920 : « It is the duty of the Communists to work where the masses are. That may mean going into reactionary organizations, but that is better and easier the creating brand new organizations in the hope that the masses will leave the old ones and come to the new. »

19Cet article faisait suite à un premier refus : une demande d’affiliation présentée par le parti communiste dix jours après sa création avait été, en septembre 1920, rejetée par le comité exécutif national du parti travailliste, « les objectifs du CPGB n’apparaissant pas être en accord avec les statuts, les principes et le programme du LP. » Plusieurs autres demandes seront repoussées par la suite, refus confirmés à une très large majorité par les congrès travaillistes de 1922, 23, 24, 25 et 26. Le congrès de 1924 supprime même la possibilité, pourtant formellement reconnue l’année précédente, de l’adhesion individuelle au Labour de militants communistes.

20Cette dernière mesure est critiquée par nombre de travaillistes (une partie de l’ILP et l’ensemble des Clydesiders) et de syndicalistes (Purcell, Bromley, Cook, Swales, Gossip). Au cours de l’année 1926, plusieurs sections travaillistes, en particulier à Londres et à Glasgow (Bridgeton, Gorbals, Kelvingrove, Springburn) sont désaffiliées pour avoir refusé d’exclure leurs adhérents communistes. Le C.PG.B. se fonde sur ces sections rebelles pour mettre sur pied, en octobre 1926, un Left Wing Movement « pour constituer une large opposition de gauche au sein du parti travailliste. » Ce mouvement restera essentiellement londonien, car le parti opère une distinction entre la « genuine left » et la « sham left », la « vraie gauche » et la « fausse », à savoir l’ILP, coupable d’avoir exposé trop clairement les divergences entre les deux organisations :

« So long as your Party is committed to the present thesis of the Third International, insisting that an armed revolution is the only means of establishing socialism, and that it is the duty of your Party to prepare the workers for this armed conflict, it is difficult to see how there can be co-operation between our two organizations. The point of view from which you approach socialism is that of the inevitability of armed conflict followed by dictatorship. The point of view from which we approach socialism is the bold utilisation of developing political and industrial opportunities to establish socialism by the consent of the majoritg of the people. So long as we are divided as fundamentally in method, co-operation would be unreal and of little value. »

  • 21 Cité dans KLUGMANN, op. cit., vol. II, pp. 26, 268.

21Cette lettre de Fenner Brockway, adressée en mars 1926 au comité central du CPGB, suscita ce commentaire au 8e congrès du parti : « The ILP has, during the last 18 months, shown itself to be the most dangerous, because the best organised weapon oft reformism within the Labour movement21. »

Du « soutien critique » au « social-fascisme »

22Les dirigeants communistes – notamment Gallacher et Campbell – qui ne vont pas aussi loin dans le dénigrement de l’ILP se font, en octobre 1926, accuser par Murphy et Arnot de « vacillations vers la droite. » En octobre 1927 toutefois, le 9e congrès du CPGB donne raison aux premiers, confirmant la politique de « soutien critique » au LP. Trois mois plus tard en revanche, le 9e plenum du Komintern prend le parti des seconds (outre Murphy et Arnot, Dutt, Bell et Pollitt). Il s’agit là d’un avant-goût de la nouvelle ligne, classe contre classe. Cette orientation est confirmée lorsque le manifeste Cook-Maxton est ridiculisé (« cant », « sham left ») par la presse communiste, et que le parti commence à prendre ses distances avec le National Left-Wing Movement.

23A l’occasion de l’élection législative partielle de Linlithgow, en mars 1928, un candidat communiste est désigné, puis retiré en faveur du travailliste, avant que ne soit en fin de compte donnée une consigne d’abstention. En décembre, Pollitt déclare : « Le parti travailliste est un troisième parti capitaliste. Notre force croîtra dans la mesure où nous pourrons affaiblir le LP. » Ce disant, il n’est pas que le porte-voix du Komintern : la politique de « paix dans l’industrie » dans laquelle s’engage le LP par l’entremise de certains dirigeants syndicaux travaillistes après l’échec de la grève générale, officialisée en septembre 1927 par l’ouverture des négociations « Mond-Turner » suscite, nous l’avons vu, l’indignation de l’aile gauche du Labour, en particulier de l’ILP. Or, la dernière voie de communication entre communistes et travaillistes de gauche saute avec la virulente dénonciation du National Left Wing Movement (« un obstacle dressé entre le parti communiste et les secteurs militants de la classe ouvrière ») par le dixième congrès du CPGB, en janvier 1929, qui approuve, malgré les réticences d’une forte minorité de délégués, la « nouvelle ligne. » Le mouvement sera dissous d’autorité peu après, à la grande indignation de nombre de ses membres. Les ventes de son organe officieux, le Sunday Worker, baissent dramatiquement : il devra cesser de paraître en septembre.

  • 22 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 166.

24En juillet 1929, le Komintern formule la doctrine du « social-fascisme » : « Appartenir au parti travailliste est, pour tout travailleur, un crime équivalent à briser une grève. » En août, les membres du bureau politique qui s’opposent à la nouvelle ligne sont limogés. Pollitt remplace Inkpin au secrétariat général. En décembre, le 1 1e congrès voit le triomphe final de la ligne stalinienne. Il se clôt sur cette « résolution principale » : « The main political task of the Party is to rally masses of workers around a programme of struggle against the Labour Government and against the so – called “Lefts” (Maxton, Cook and Co.). » Cette déclaration de guerre ouverte est particulièrement peu appréciée en Ecosse où, outre qu’il jouit d’une popularité considérable, Maxton a maintes fois prouvé qu’il n’avait rien d’un « pseudo-homme de gauche. » Comme le déplore Harry McShane, « I found it difficult to understand the new policy ! Ultimately it was directed not only at the leaders hut also at the members of the Labour Party and the ILP… People in the Labour movement began to hate the communists22. »

Le parti communiste et les syndicats

25Cette perplexité n’est pas l’apanage des militants critiques qui, comme McShane, ne tarderont pas à rejoindre les rangs des trotskistes. Discipliné s’il en fut, David Proudfoot ne peut lui non plus s’empêcher de s’interroger, dès mai 1925, dans une de ses lettres à Hutt :

  • 23 MacDOUGALL, op. cit., p. 214.

« Comrade Dutt asks: “What is to be the line of the British working class in the new period?” But although making a good analysis of the failure of the Labour government and also the composition of the left leaders, he still fails to give an “immediate” lead other than “unceasing ideological warfare” against those “left” leaders – Wheatley, Maxton and Company, although the Trade Union leaders Cook, Purcell, etc., have been more or less left alone23. »

Une double contradiction

26On remarquera la mansuétude à l’égard des syndicalistes réputés « de gauche » qu’étaient A.J. Cook (MFGB), et A.A. Purcell (NAFTA). Là réside la seconde contradiction fondamentale de la politique communiste durant cette période, pendant laquelle le parti passera, dans son attitude à l’égard du TUC, du basisme à l’alliance au sommet, du militantisme en faveur du syndicalisme d’industrie au soutien aux dirigeants « de gauche » de certaines craft unions, allant même jusqu’à réclamer en même temps « plus de pouvoir à la base » et « plus de pouvoir au conseil général du TUC. »

  • 24 H. POLLITT, Serving my Time, Londres, Lawrence & Wishart, 1940, p. 146.

27« Que la base surveille bien ses dirigeants et s’organise elle-même pour le combat » titrait le Communist du 11/3/1922, en plein lock-out des mécaniciens. Le volet révolutionnaire de la politique du CPGB à l’égard des syndicats pendant la décennie d’après-guerre repose sur ce postulat : la base est plus militante que la hiérarchie. En juin 1921 est fondée à Moscou la Red International of Labour Unions, en opposition à l’International Federation of Trade Unions (« The Amsterdam International »), qui est sous le contrôle de la 2e Internationale. Trois mois plus tard, le CPGB met sur pied le British Bureau of the RILU, avec comme président Tom Mann et comme secrétaire Harry Pollitt. Objectif : soutenir la base révolutionnaire contre les dirigeants syndicaux réformistes, ainsi que l’explique Pollitt : « To organise the Left minority inside the trade unions and Labour Party in order to fight for the demands of the masses and, at the same time, to attempt to change the whole reformist policy and leadership of the official Labour movement24. »

28Cette analyse recèle une contradiction : l’aile gauche du mouvement ouvrier est, à juste titre, définie comme minoritaire. Si tel est le cas, est-il bien sûr que les « revendications des masses » aillent au-delà de ce que réclame, en leur nom, la « direction réformiste » du « mouvement ouvrier officiel » ? D’autre part, si les dirigeants syndicaux sont méprisables, comment se fait-il que l’un des mots d’ordre constants du BBRILU et de son successeur, le National Minority Movement, ait été « All power to the General Council of the TUC » ? La réponse tient en deux mots d’ordre soviétiques : celui de Lénine enjoignant au CPGB de s’affilier au parti travailliste ; celui de Staline visant, au nom de la consolidation de la « révolution dans un seul pays », à assurer à l’URSS de solides appuis à l’étranger. Dans un cas comme dans l’autre, il importait de ménager le sommet de la hiérarchie syndicale.

  • 25 Workers’Weekly, 2/1/1925.

29On retrouve cette double contradiction dans la politique du National Minority Movement, fondé en janvier 1924 lors d’un congrès regroupant, à Londres, 270 délégués de sections syndicales (MFGB, AEU, NAFTA, GMWU, TGWU, NUR), ainsi que de 33 Trades and Labour Councils, dont ceux de Glasgow et Edimbourg. Dans sa première déclaration officielle, le nouveau mouvement prend grand soin de préciser qu’il ne s’agit pas de lutter contre les syndicats, mais de « renforcer les organisations syndicales existantes, et de les amener à lutter pour les intérêts des travailleurs et à mener la lutte des classes25. » Ces précautions oratoires s’expliquent par l’application de la nouvelle ligne qui prévaut à Moscou après la mort de Lénine et son remplacement par Staline. De 1924 à 1929, la justification théorique de la politique communiste vis-à-vis de la hiérarchie syndicale sera la doctrine stalinienne du « socialisme dans un seul pays » : pour consolider la révolution soviétique, il est vital de mener une politique de coexistence pacifique avec les nations capitalistes.

30L’instrument de cette politique au Royaume-Uni sera l’Anglo-Russian Trade Union Committee. « La tâche immédiate à laquelle doit s’atteler l’ensemble du mouvement syndical de ce pays est la réalisation de la commission syndicale anglo-russe » proclame la Communist Review de mars 1925. Il s’agit d’une commission paritaire de représentants des organes de direction des syndicats britanniques et soviétiques formée en janvier 1925 « pour promouvoir l’unité syndicale mondiale en général et des relations plus étroites entre les syndicats britanniques et soviétiques en particulier, pour la cause commune des travailleurs. »

  • 26 L. TROTSKY, « Problems of the British Labour Movement », Communist International, juin 1926.

31Y participent, du côté britannique, trois membres du conseil général du TUC, Purcell, George Hicks et A.B. Swales, qui s’acquièrent à bon compte une réputation de « left-wingers » à défendre l’Union Soviétique contre les attaques des Tories, et à maintenir contre vents et marées les relations commerciales entre les deux pays. Or, comme le note Trotski, « dans le mouvement ouvrier britannique, les questions internationales ont toujours été, pour les “leaders”, la ligne de moindre résistance26. » Tout sera fait pour se concilier les bonnes grâces de ces hiérarques syndicaux, au détriment de la plus simple logique. Ainsi, lorsque ces « left-wingers » assistent sans broncher à l’exclusion des communistes au congrès travailliste d’octobre 1925, R. Palme Dutt se contente, dans le Labour Monthly de novembre, d’un gentillet « ils ont agi bêtement. » Pour ne pas les effaroucher, le CPGB effectue, entre la veille du « Vendredi Rouge » et celle de la grève générale, un virage complet dans son analyse du conflit à venir. Tandis que Bell avertissait, dans la Communist Review d’août 1925 « it is a definitely political crisis and can only be solved by revolutionary political means », Murphy tempère, dans le Workers Weekly du 30/4/1926 : « Our party does not hold the leading position in the Trade Unions. It is not conducting the negociations whith the employers and the government. It can only advise and place its forces at the service of others – led by others. To entertain any exaggerated views as to the revolutionary possibilities of this crisis... is fantastic. »

32La participation très active des militants communistes à la grève ne pourra donc en changer le cours, puisqu’ils le firent dès le départ dans le cadre d’une action purement défensive, en tant qu’alliés certes critiques mais fondamentalement loyaux du TUC. La contradiction entre les deux directives du parti, « Tout le pouvoir au TUCGC » et « mettez en place des conseils d’action locaux » se traduisit par l’impossibilité dans laquelle se trouvèrent ces derniers de repousser les instructions de reprise du travail lancées par le conseil général du TUC.

33Même le rejet par Hicks du « damned Russian gold » – le million de livres offert par les syndicats soviétiques aux grévistes britanniques – ne suffit pas à sonner le glas de la commission anglo-russe, toujours perçue par Moscou comme un instrument indispensable à sa politique de coexistence pacifique. Le comble fut atteint l’année suivante, lorsque le TUCGC – y compris Purcell, Hicks et Swales – ordonna aux Trades and Labour Councils de se désaffilier du NMM : le parti communiste recommanda à ses militants des TLC prêts à lutter contre cette mesure (dont celui de Glasgow) de laisser faire. Il fallut la descente de police dans les bureaux londoniens de la compagnie commerciale soviétique Arcos, en mai 1927, suivie de la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays, pour que le château de cartes s’écroulât : les syndicats soviétiques réclamèrent une réunion d’urgence de la commission syndicale anglo-russe, que leurs partenaires britanniques refusèrent. Elle ne devait plus jamais se réunir.

  • 27 Cité dans PEARCE, op. cit.., p. 121.

34En faisant de la protection des éléments « de gauche » au sein du TUCGC un élément de base de sa politique syndicale, le CPGB avait par avance rendu caduc le travail de ses militants au moment – entre le « Vendredi Rouge » et le lockout des mineurs qui suivit la grève générale – où la base semblait le mieux disposée à les écouter. Le lâchage des TLC affiliés au NMM fut particulièrement mal perçu, comme le reconnut le congrès de 1928 du C.P. : « il devient de plus en plus clair que nous avons commis une grave erreur l’an passé en recommandant aux TLC de se désaffilier du NMM27. »

Un syndicat communiste : les mineurs unis d’Ecosse

35En Ecosse, le NMM n’était bien implanté que dans les bassins houillers, en particulier celui du Fife. Le secrétaire de la Fife Miners’ Union, William Adamson, se situant très ouvertement à l’aile droite du mouvement syndical et travailliste, les militants communistes, faisant fi des consignes officielles d’entrisme, avaient créé, en 1923, leur propre syndicat, la Mineworkers’ Reform Union of Fife, Kinross and Clanckmannan. Elle s’affilia au NMM l’année suivante, mais réintégra la Old Union en février 1925 – un mois à peine après la création de la commission syndicale anglo-russe.

36Quatre ans plus tard, la Reform Union renaissait de ses cendres : en avril 1929, des mineurs du Fife et du Lanarkshire, pour la plupart communistes, fondent un nouveau syndicat, les United Mineworkers of Scotland. C’est qu’entretemps la ligne a changé : à la politique de la main tendue au TUCGC a succédé la dénonciation des social-fascistes. Tandis que jusqu’alors le NMM avait protesté de la pureté de ses intentions envers les syndicats traditionnels, il s’agissait désormais de créer des nouveaux syndicats « rouges » censés hâter la déconfiture des anciens. Logiquement, le NMM est dissous en 1930. A peine créé, le seul de ces nouveaux syndicats à voir le jour en Grande-Bretagne, l’U.M.S., se lancera dans une série d’actions aventuristes, voire suicidaires. Comme le note l’un de ses membres, John McArthur :

  • 28 MacDOUGALL, op. cit., p. 134.

« There was a serious mistake made in the UMS. That was that in some cases there was the mechanical acceptance of directives, that in the international field the RILU might be coming to certain decisions that were not applicable to the situation prevailing in Scotland. On many occasions mechanical attempts to apply these RILU decisions did not work out. I had the feeling that our Lanarkshire comrades were more concerned to get a strike than to settle the issue in the men’s favour, and were operating decisions without the men having a say first28. »

  • 29 L. TROTSKY, Communistm and Syndicalism, 1929 ; cité dans PEARCE, op. cit., p. 123.

37Bref, le parti communiste faisait alors preuve, selon les mots de Trotski, d’une « tendance adolescente à se rendre maître de la classe ouvrière aussi rapidement que possible, au moyen de mises en scène, d’inventions, d’agitation superficielle, etc29. »

Les militants

  • 30 L. TROTSKY, Letter on the Work of the British Section, 1933 ; cité dans Ibid., p. 178.

« The study and critical examination of the policy of the British CP in the last eight or ten years... (or) even the mere selection of the most striking quotations and the presentation of them in chronological order, would lay bare... the glaring contradictions of the “general line”... Every one of those tactical zigzags pushed communists, sympathisers and potential friends back, to the right, to the left, and finally into the swamp of indifference30. »

38Entre octobre 1926 et octobre 1930, 8 000 militants communistes environ quittèrent le parti pour s’égailler dans le « marais de l’indifférence » que déplore Trotski. Cette fuite considérable – 80 % des effectifs en quatre ans ! – s’explique certes par les « zigzags de la ligne », mais aussi par un certain nombre de pratiques dans le fonctionnement du parti, en particulier par l’application de plus en plus pesante du centralisme démocratique.

39« Already the party lead is accepted too formally, and the voice of political criticism too seldlom raised within our ranks. » Dès janvier 1924, J.T. Murphy déplorait, dans la Communist Review, l’absence de tout débat interne. Nostalgie d’un habitué des joutes oratoires du SLP ? On pourrait le croire à lire, dans le numéro du mois suivant, le témoignage d’un autre ancien du parti travailliste socialiste, T.A. Jackson (rédacteur en chef du Communist de juin 1922 à janvier 1923) : « Is an ignorant membership necessary to the working of the plan of organization adopted at Battersea ? Was it to be accepted that the leading committee’s task was to “understand” while “our job is only to carry out all instructions... and stand to attention until the next order comesi” Little or no discussion is possible, except on the pettiest of petty details. »

  • 31 W. JOSS, « Three Months of CP Propaganda », Communist Review, novembre 1924.
  • 32 STEWART, op. cit., p. 102.

40En fait, le mal était plus profond qu’un simple malaise de la part d’anciens d’un parti de « propagande ». Au sommet, l’année 1924 fut marquée par un conflit entre les « intellectuels » (« phrasemongers », pour reprendre le terme d’un militant écossais, Bill Joss)31 et ceux qui n’étaient pas – la formule est reprise par Klugmann à l’encontre du Communist – « divorcés des masses. » La défaite des premiers se traduisit par les départs de Walton Newbold, Raymond Postgate et Ellen Wilkinson, entre autres « adhérents d’origine bourgeoise » (selon, là encore, la classification de Klugmann). Aussi les réminiscences de Bob Stewart, organisateur du parti pour l’Ecosse, sont-elles sujettes à caution : « The most distinguishing feature of the Scottish Party then was its solid industrial base. In fact the party was so working-class that there was a real antipathy to what was termed “the intellectuals”. It was entirely wrong of course and was combated by the Party32. »

  • 33 Cité dans PEARCE, op. cit., p. 176.
  • 34 « The fact that Trotsky’s attitude is a defiant and deliberate act of indiscipline puts him “out of (...)

41En fait, la hiérarchie ne se priva pas de brandir le qualificatif honni « d’intellectuel » chaque fois que cela fut nécessaire pour dénigrer les opposants à la ligne. Ainsi Bell dénonce-t-il, au comité exécutif du Komintern, en mars-avril 1925, les « intellectuels » qui admirent Trotski, leur opposant les « ouvriers qui comprennent la nécessité de la discipline33. » On retrouve le même discours aux échelons inférieurs de la hiérarchie.34 Pour se garder de tels errements, le militant communiste doit, nous l’avons vu, mener une vie privée irréprochable. Il adhère à un parti qui n’a que mépris pour les activités conviviales qui grossissent les effectifs de « partis bourgeois » comme l’ILP :

  • 35 Ibid, p. 141.

« We recruited 600 new members in Buckhaven and Methil. This was typical of what was going on in the mining areas... Our difficulty was that we did not know how best to retain them in membership... We still had the old rigid, and in many cases, sectarian, approach. I remember when we had our first meeting of recruits... David Proudfoot told them that this was a party of a new kind that they were joining. It was not a party that was interested in having socials and dances and tea parties. It was a party in which everybody had to do work and devote themselves entirely to the work of the party. They had got to participate in strike activity, go on picket work..., organise meetings, raise funds, participate in the communal feeding activity, sell the party organ and attend regular classes. Unless they were prepared to do all these things the door was open35. »

  • 36 J. HINTON, « Roots of British Comunism », New Left Review, no 128, juillet-août 1981.
  • 37 « Many instructions were very confusing for us, for most of us Party members in Fife were just ordi (...)

42Paradoxe apparent, cet ouvriérisme entraîne l’ascendant des rares intellectuels bourgeois du parti, en particulier Hutt et Dutt, sur les dirigeants d’origine ouvrière comme Pollitt et Gallacher. Si J. Hinton a raison de souligner que « l’afflux, dans les années trente, de communistes bourgeois formés à l’université entraîna un manque de confiance intellectuelle chez les militants ouvriers36 », ce phénomène était déjà perceptible lors de la décennie précédente. Cela tient en partie à la complexité de la terminologie marxiste-léniniste, ainsi que le reconnaît MacArthur, pourtant formé au Scottish Labour College37.

  • 38 Conseil d’un vieux militant SLP à une nouvelle recrue dont le premier discours au coin d’une rue av (...)
  • 39 MacDOUGALL, op. cit., pp. 273, 322.

43Toutefois, les révolutionnaires du BSP et du SLP avaient su assimiler le vocabulaire de l’analyse marxiste sans pour autant verser dans l’exhibitionnisme jargonnant38. Au CPGB, ce fut l’étouffement du débat à la base et la transmission de la vérité révélée à partir du seul sommet qui entraîna le « manque de confiance intellectuelle chez les militants ouvriers. » Les lettres de Hutt à Proudfoot sont particulièrement révélatrices à cet égard. Nous l’avons vu, tandis que Maclean conseillait à Clunie de lire Freud et Einstein, Hutt recommandait à Proudfoot de suivre la ligne sans chercher à comprendre. Il émane des lettres de celui qui allait devenir sous-rédacteur en chef du Daily Worker un paternalisme flagrant (Proudfoot se voit décerner le titre de « prolétaire bolchévique instinctif du meilleur type »), d’autant plus pernicieux que son destinataire l’intègre sans sourciller : son épouse ayant expédié un cadeau à destination du nouveau-né de Hutt, Proudfoot s’excuse auprès de ce dernier : « Berceaux et poupées sont les jouets que la prolétaire moyenne considère comme les plus appropriés pour les petites filles39. »

44Du paternalisme au culte de la personnalité, le pas fut vite franchi. McShane décrit ainsi la situation dans les cellules glaswégiennes au début des années trente :

  • 40 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 212.

« In 1931 and 1932 Stalin-worship was only just beginning in the party. It was introduced by CP members who had been to the Lenin school in Moscow... They would come [back] to Glasgow and lecture us on every little thing that should be done... All they knew was the stuff that had been taught to them at the Lenin school – they had never thought anything through for themselves... Peter [Kerrigan] was sent to Moscow for two years. When he came back all he could say was comrade Stalin says this, comrade Stalin says that... Generally, it got so that inside the party it was impossible to speak out against decisions, Harry Pollitt would put the line, and if you disagreed he would simply say: “Comrade, you are attacking comrade Stalin.” The worship even spread to Lenin. At one stage some branches had “little Lenin corners” in their meeting rooms, like secular shrines40. »

L’échec électoral

45Perdus en tant que militants, ceux qui quittent le parti le sont également en tant qu’électeurs, ainsi qu’en témoigne la courbe déclinante des résultats du CPGB aux élections législatives : 53 000 voix pour 7 candidats en 1922, 78 000 voix pour 9 candidats en 1923, 55 000 voix pour 8 candidats en 1924, 51 000 voix pour 25 candidats en 1929, 75 000 voix pour 26 candidats en 1931 – soit une moyenne par candidat de 26,8 % des suffrages exprimés en 1923, de 5,3 % en 1929. L’étude des résultats électoraux du CPGB met en évidence un resserrement progressif de son audience à des zones et des catégories bien précises : perpétuant à ses débuts la tradition du SLP, du BSP et du W.C.M., porte-paroles de l’aristocratie ouvrière de la métallurgie, il délaisse entièrement les bassins houillers. A la fin de la décennie, en revanche, il n’obtient plus guère de succès que chez les mineurs et les chômeurs.

46En 1922, J.T. Walton Newbold est élu à Motherwell (sidérurgie) et Shapurji Saklatvala (sous l’étiquette travailliste) à North Battersea ; Alec Geddes arrive en seconde position à Greenock (construction navale), ainsi que W. Windsor et J.J. Vaughan respectivement à Bethnal Green Nord-Est et Sud-Ouest ; W. Gallacher arrive en dernière position (avec, toutefois, près de 6 000 voix) à Dundee. L’année suivante, le parti perd ses deux sièges, quoique ses cinq candidats déjà présents en 1922 – confrontés, cette fois-ci, à deux adversaires « capitalistes » – aient tous augmenté leur score (de 20 % en moyenne). Ses quatre nouveaux candidats – dont, en Ecosse, A. Ferguson à Glasgow-Kelvingrove (mécanique, rail) arrivent en seconde position.

47En 1924, les candidats communistes n’ont plus droit à la bannière travailliste, ce qui n’empêche pas Saklatvala de reconquérir son siège. Mis à part les bons scores de Geddes à Greenock (qui devance le candidat travailliste) et de Vaughan à Bethnal Green (qui devance le conservateur), tous les autres arrivent en queue : il est clair que l’aristocratie ouvrière de la mécanique des Midlands ainsi que les travailleurs du textile de Dundee et Manchester délaissent le CPGB au profit du LP.

48Il est assez hasardeux de vouloir tirer des conclusions du tableau des performances électorales communistes en Ecosse, En effet, au cours de la période qui nous concerne, seules deux circonscriptions, Dundee et Greenock, eurent droit à un candidat communiste à chaque élection législative. Quelques grandes orientations, toutefois, se dégagent. Entre 1918 et 1931, on ne recense que cinq occurrences de candidats communistes ayant obtenu au moins 20 % des voix là où un travailliste était également sur les rangs : Greenock (29 % en 1924, 21 % en 1929) ; West Fife (20 % en 1929, 22 % en 1931) ; East Rhondda (32 % en 1931). C’est donc en Ecosse et au Pays de Galles que le parti dispose de ses bastions les plus solides. Toutefois, l’électorat communiste écossais semble avoir plutôt mal accepté la « nouvelle ligne » et son virulent discours anti-ILP : tandis qu’en 1922, 23 et 24 un seul candidat écossais obtenait, à Dundee, un score inférieur à la moyenne des candidats britanniques, cinq candidats sur les neuf présentés en Ecosse en 1929 et 1931 connaissaient semblable mésaventure.

49Seconde observation, qui corrobore celle que nous avons déjà faite au niveau national : le déclin lent mais régulier de la seule tête de pont communiste en terre de construction navale, Greenock, et l’apparition d’un bastion dans le bassin houiller du West Fife, où Gallacher finira par être élu en 1935, avec 38 % des voix. On notera le mauvais score du parti dans les autres circonscriptions minières, tant dans le Fife (Dunfermline) que dans le Lanarkshire (Bothwell, Hamilton, Rutherglen). Sans doute faut-il chercher une explication à cette divergence dans le pourcentage d’électeurs catholiques, négligeable dans le West Fife, élevé dans les quatre autres cas. Nous l’avons vu, le parti travailliste avait su gagner leur allégeance. C’est ainsi qu’à Motherwell (sidérurgie ; 20 % de catholiques), le candidat communiste chuta de 37 % des voix en 1923, lorsqu’il se présenta, avec le soutien du TLC local, sous l’étiquette communiste, mais sans adversaire travailliste, à moins de 4 % en 1929, lorsqu’il affronta un concurrent de l’ILP.

50Troisième constatation : l’électorat féminin n’est guère favorable au C.P., ainsi qu’en témoignent ses médiocres résultats à Dundee, où rappelons-le, les femmes étaient nettement plus nombreuses que les hommes. Quatrième remarque enfin : le parti obtient en 1931 ses deux meilleurs résultats dans deux circonscriptions particulièrement touchées par le chômage, le West Fife et Greenock.

Le parti des chômeurs

  • 41 Cf. K. NEWTON, The Sociology of British Communism, Penguin, 1969, p. 209.

51Les deux premiers recensements de la composition socio-professionnelle du CPGB confirment cette spécialisation : en 1930, près de la moitié de ses membres sont au chômage, 11 % travaillent dans les charbonnages. L’année suivante, la prépondérance des chômeurs est encore plus nette, tandis que la représentation des mineurs s’est écroulée – en toute logique, le chômage ayant subi une forte augmentation dans les bassins houillers41.

52Ce rôle de parti des chômeurs, le C.E.G.B. le doit au travail entrepris en leur faveur pratiquement dès sa création. Fondé en avril 1921, le National Unemployed Wokers’ Committee Movement est une organisation d’inspiration communiste, aboutissement au niveau national de l’œuvre engagée l’année précédente par un jeune métallo communiste d’origine écossaise, Wal Hannington, fondateur du London District Council of the Unemployed. Adhèrent également au N.U.W.M.C. plusieurs sections ILP et syndicales. Le mouvement adopte le mot d’ordre lancé par le CPGB (« work or full maintenance ») et est admis à s’affilier au TUC, avec lequel il met sur pied un Joint Advisory Council. Il publie un bi-mensuel, Out of Work.

  • 42 Voir le texte de cette charte dans W. HANNINGTON, op, cit., pp. 122-7.
  • 43 Où le mouvement local des chômeurs était dirigé par McShane, Kerrigan et Ferguson.

53Sans négliger l’action politique au quotidien (qui se traduit notamment par la publication en 1924 de l’Unemployed Workers’ Charter42, ainsi que par l’opposition physique aux expulsions de chômeurs, en particulier à Sheffield et Glasgow) 43, Hannington a fort bien compris que l’un des problèmes des chômeurs des vieilles régions industrielles était que la gravité de leur situation était mal perçue par la population des régions du Sud de l’Angleterre et des Midlands, relativement épargnées par la récession. Aussi eut-il l’idée de ces « coups » publicitaires que furent les marches de la faim.

54La première, soutenue par le TUC, a lieu en octobre-novembre 1922. Le premier contingent (300 marcheurs) part de Glasgow. Avec leurs camarades venus d’autres régions, ils sont 7 000 à défiler un mois plus tard à Londres – où le Premier ministre, Bonar Law, refuse de recevoir une délégation. Action spectaculaire, mais ponctuelle, sans aucun suivi syndical, le T.U.G.C., ayant refusé de déclencher la grève d’un jour proposée par le N.U.WM. La « paix dans l’industrie » et la « nouvelle ligne » ne pouvant faire bon ménage, le TUCGC se retire du Joint Advisory Council en 1927. Aussi la seconde marche nationale (janvier-février 1929) a-t-elle lieu sans le soutien du TUC. Mieux préparée que la première, elle contraindra le gouvernement Baldwin à revenir sur sa décision de priver d’allocations les chômeurs n’ayant pas cotisé pendant un minimum de trente semaines sans interruption.

  • 44 K. NEWTON, op. cit., p. 34.

55Aussi spectaculaires qu’elles aient été, ces actions ne permirent toutefois pas au parti d’augmenter sensiblement ses effectifs : si le N.U.W.M. comptait dans ses rangs, en 1930, environ 10 % des chômeurs recensés, on a calculé qu’environ 0,1 % d’entre eux avaient adhéré au CPGB. 44Manifestement, si le sérieux et la volonté d’aboutir du parti attiraient des milliers de travailleurs dans les organisations qu’il parrainait (N.U.W.M., NMM, Labour Colleges), sa structure et son fonctionnement décourageaient ces sympathisants de se transformer en autant d’adhérents.

  • 45 J. FOSTER, « The Industrial Politics of the Communist Party », B.S.S.L.H., no 38, 1979, p. 58.

« …the most important achievement of the CP in this period [was] its ability to overcome the propagandist legacy inherited from the BSP and provide forms by which effective political intervention could be made in the mass movement. If the CPGB was to be strikingly successful in the 1930s, as in many ways it was, then this largely depended on its prior ability to recruit, train and inspire a new generation of working class revolutionaries in the 1920s. This was not done by armchair theorising. It depended on its determination and ability to give practical revolutionary leadership to working people in a decade of profound attack by the ruling class. To have failed in this would indeed have meant the failure of communist politics in Britain45. »

  • 46 En 1920, Alex Moffat avait 16 ans, A. Ferguson, J. McArthur et P. Kerrigan 21, G. Allen Hutt 22, R. (...)

56On peut certes, comme l’historien John Foster, évaluer rétrospectivement le succès du C.P. pendant la première décennie de l’après-guerre à l’aune de sa réussite au cours de la seconde : il aurait eu pour mérite de préparer la voie, de former une nouvelle génération de militants à l’action révolutionnaire. Encore faudrait-il, pour que cette théorie fût valide, que les communistes des années trente aient été les mêmes que ceux de la décennie précédente. Certes, le CPGB des années 1920 était un parti de jeunes : les communistes – dirigeants et simples militants – dont nous avons mentionné le nom avaient presque tous moins de quarante ans à la fondation du parti46. Les deux-tiers des délégués au 7e congrès (1925) avaient moins de trente-cinq ans. Cinq ans plus tard toutefois, les effectifs étaient tombés à 2 500 adhérents. Manifestement, les 5 800 communistes recensés en 1932 n’étaient pas tant le produit des années vingt que la conséquence directe de l’abandon de la ligne « classe contre classe » au profit d’une stratégie de front commun.

  • 47 R. SALLES, op. cit., p. 301.

57Si l’on tente en revanche d’évaluer la performance du CPGB pendant les dix premières années de son existence en fonction de ses propres objectifs, force est de conclure à l’échec : faillite de la stratégie d’entrisme tant au sein du parti travailliste qu’au sein des syndicats traditionnels, de la création de nouveaux syndicats révolutionnaires, de la grève générale, échec électoral et, surtout, faiblesse de l’implantation industrielle : en 1931, six ans après le mot d’ordre de « bolchevisation » lancé au 7e congrès, le pourcentage des communistes organisés dans des cellules d’entreprise n’était que de 4,2 %47 Ainsi que le déplorait, perplexe, la Communist Review d’août 1930, « although we have stood on the line of the Comintern... yet the membership continues to fall, and the Party is still largely isolated from the masses. »

Notes

1 McDOUGALL, 1981, op. cit, pp. 297,281.

2 KENDALL, op, cit., p. 303.

3 « There were thousands I never saw, and I very much doubt if anyone else ever saw them. » STEWART, op. cit., p. 97.BELL, op. cit., p. 195.

4 Cf. R. SALLES, Structure, implantation et influence du Parti Communiste de Grande-Bretagne dans une perspective historique, Lille, Service de reproduction des thèses, 1981, vol. II, p. 761.

5 KLUGMANN, op. cit, vol. I, p. 71.

6 Par ordre décroissant de voix obtenues : R. Palme Dutt, H. Pollitt, A. MacManus, W. Gallacher, J.T. Murphy, R. Stewart, G. Deacon.

7 L’une comme l’autre ne dépassa jamais le demi-millier de membres, sauf au lendemain de la grève générale : la première atteignit, fin 1926, l’effectif record de 1 800 adhérents, dont les trois-quarts étaient de jeunes mineurs.

8 Cité dans KLUGMANN, op. cit, vol. I, p. 338.

9 McDOUGALL, op. cit, p. 142.

10 Ibid., p. 200.

11 Ce que déplore Harry McShane : « Nearly everybody of standing became a professional. Gallacher left the workshop to become Britain’s Lenin – but Gallacher, although a marvellous industrial leader, was no theoretician... In many ways one of the tragedies was that so many able communists were removed from mass work. Gallacher was an industrial leader who became a national officer and suffered because of it » McSHANE & SMITH, op. cit., pp. 120, 215.

12 McDOUGALL, op. cit., p. 219.

13 « Only four out of the ten members of the [Wellesley pit Communist] group are active in the distribution [of the press]... It is about time they were drawn up and it might mean a few expulsions but that will do us some good as the inaction of those chaps has caused dissatisfaction amongst the active comrades. » Ibid., pp. 211, 214.

14 Ibid, p. 208.

15 « Nationalisation of the mines and factories with workers’ control commissions in every factory ; state direction of imports and exports ; state control of banks and credits ; capital levy with suspension of interest payments on National Debt ; minimum wage of £4 per week ; maintenance at this level for all unemployed ; six-hour day ; radical measures to improve health, education and housing ; full recognition and development of trade with the Soviet Union ; withdrawal of all British troops from Germany ; repudiation of the Versailles Treaty and the indemnities ; an international conference of governments (including the Soviet Government) for the settlement of outstanding questions ; proposals for total disarmament ; complete liberation of all subject and colonial countries from British domination. » Cité dans KLUGMANN, op. cit., vol. I, p. 241.

16 L. GRASSIC GIBBON, Grey Granite, Londres, Jarrolds, 1934, p. 82. Souvent abusivement annexé par les nationalistes, Grassic Gibbon fut en fait un adversaire constant du nationalisme sous toutes ses formes. Voir, à ce sujet, la brillante démonstration de K. DIXON dans son Crise et idéologies dans l’oeuvre de James Leslie Mitchell, Thèse de IIIe cycle, Grenoble III, 1983, pp. 2577-281. Mitchell/Gibbon s’affirmait communiste depuis la révolution d’octobre, mais l’on ne sait s’il adhéra jamais au CPGB. Hugh MacDiarmid prétend qu’il en fut expulsé pour « trotskisme », tandis que l’intéressé laisse entendre qu’on lui aurait refusé l’adhésion. Cf. Ibid., p.65.

17 H. CRAWFURD, « The Scottish National Movement », Communist Review, février 1933.

18 R. McLENNAN, « The National Question and Scotland », Ibid, octobre 1932.

19 L. GRASSIG GIBBON, « The Antique Scene », in A Scots Hairst, Londres, Hutchinson, 1967 (1e ed. 1934), p. 123. Cofondateur du National Party of Scotland en 1928, le poète Hugh MacDiarmid en fut expulsé en 1933. S’affirmant lui aussi communiste depuis 1918, il adhéra au C.E.G.B. en 1934, en fut expulsé pour « déviation nationaliste » en 1937, fut réintégré l’année suivante et de nouveau expulsé quelques mois plus tard.

20 Cité dans B. PEARCE, « The Communist Party and the Labour Left », in M. WOODHOUSE & B. PEARCE, eds., Essays on the History of Communism in Britain, New Park, 1975, p. 197.

21 Cité dans KLUGMANN, op. cit., vol. II, pp. 26, 268.

22 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 166.

23 MacDOUGALL, op. cit., p. 214.

24 H. POLLITT, Serving my Time, Londres, Lawrence & Wishart, 1940, p. 146.

25 Workers’Weekly, 2/1/1925.

26 L. TROTSKY, « Problems of the British Labour Movement », Communist International, juin 1926.

27 Cité dans PEARCE, op. cit.., p. 121.

28 MacDOUGALL, op. cit., p. 134.

29 L. TROTSKY, Communistm and Syndicalism, 1929 ; cité dans PEARCE, op. cit., p. 123.

30 L. TROTSKY, Letter on the Work of the British Section, 1933 ; cité dans Ibid., p. 178.

31 W. JOSS, « Three Months of CP Propaganda », Communist Review, novembre 1924.

32 STEWART, op. cit., p. 102.

33 Cité dans PEARCE, op. cit., p. 176.

34 « The fact that Trotsky’s attitude is a defiant and deliberate act of indiscipline puts him “out of court”... It is part of the process (in the words of a circular issued by the party on leninism) “of hammering out a party which must be of steel, and all of one piece, incapable ofsplitting into sections and groups in the current of the intellectual and bourgeois stream” » Proudfoot in MacDOUGALL, op. cit., p. 219.

35 Ibid, p. 141.

36 J. HINTON, « Roots of British Comunism », New Left Review, no 128, juillet-août 1981.

37 « Many instructions were very confusing for us, for most of us Party members in Fife were just ordinary workers, mostly miners... When we started to read documents coming out from the CI we were learning a new language. They were talking in terms of bourgeoisie, proletariat, lumpenproletariat, nuclei, fractions. It was like going back to school. We had difficulty in knowing what some of the phrases implied. Some of us were inclined to forget the original teachings we had that if we were to express our thoughts and hope to influence others we should do it in the simplest words possible. » MacDOUGALL, op. cit., p. 23.

38 Conseil d’un vieux militant SLP à une nouvelle recrue dont le premier discours au coin d’une rue avait été un échec : « For Christ sake, lay off all that stuff about emancipation and alienation. Any word ending in-ation (unless it’s fornication) makes ‘em glassy-eyed and very sad. » Cité dans CHALLINOR, op. cit., p. 37.

39 MacDOUGALL, op. cit., pp. 273, 322.

40 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 212.

41 Cf. K. NEWTON, The Sociology of British Communism, Penguin, 1969, p. 209.

42 Voir le texte de cette charte dans W. HANNINGTON, op, cit., pp. 122-7.

43 Où le mouvement local des chômeurs était dirigé par McShane, Kerrigan et Ferguson.

44 K. NEWTON, op. cit., p. 34.

45 J. FOSTER, « The Industrial Politics of the Communist Party », B.S.S.L.H., no 38, 1979, p. 58.

46 En 1920, Alex Moffat avait 16 ans, A. Ferguson, J. McArthur et P. Kerrigan 21, G. Allen Hutt 22, R. Palme Dutt, W Hannington et Abe Moffat 24, J.R. Campbell 26, D. Proudfoot 28, H. McShane 29, H. Pollitt et R.P. Arnot 30, A. McManus 31, J. T. Murphy 32, T. Bell 38, W. Gallacher 39, B. Stewart et H. Crawford 43, R. Saklatvala 47.

47 R. SALLES, op. cit., p. 301.

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search