Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Troisième partie. Le mouvement ouvrier

Chapitre XVI. La tradition révolutionnaire

Texte intégral

  • 1 J. MacLEAN, « The Irish Tragedy : up Scottish Revolutionists ! », Vanguard, novembre 1920.

« We on the Clyde have a mighty mission to fulfil. We can make Glasgow a Petrograd, a revolutionary storm centre second to none. A Scottish breakaway at this juncture would bring the Empire crash to the ground and free the waiting workers of the world… English Labour is bound to respond to our call if we in Scotland strike out boldly for political conquest… We must form a Communist Council of Action to assume real power when the time comes. In the process I favour a Scottish Communist Republic as the first step to World Communism with Glasgow as the head and centre1. »

  • 2 L. TROTSKY, Where is Britain Going ?, Londres, G. Allen & Unwin, 1926, p. 44.

« The most radical elements in Britain [are] mostly of the Scots or Irish race2. »

1Si les espoirs de John Maclean –officiellement nommé par Lénine consul d’URSS à Glasgow en janvier 1918 –ne se réalisèrent pas, du moins Trotski décerna-t-il cinq ans plus tard aux Ecossais et aux Irlandais, dans son Where is Britain Going ?, un label révolutionnaire que vient apparemment confirmer un simple regard sur la liste des principaux dirigeants du parti communiste britannique depuis sa fondation en 1920 : de Tom Bell et Archie MacManus à John Gollan, en passant par Willie Gallacher, J.T. Murphy, J.R. Campbell, Wal Hannington, R.P. Arnot et Bob Stewart, la hiérarchie du parti ressemble à la liste des gouverneurs-généraux de certaines provinces canadiennes : un quasi-monopole hiberno-calédonien.

2S’il existe bien une tradition révolutionnaire spécifiquement écossaise, elle est directement liée, non pas aux caractéristiques raciales des Celtes comme le laissait entendre Trotski, mais à l’histoire d’exploitation coloniale des immigrés gaéliques, tant d’Irlande que des Highlands. En deux occasions –à la fin de la guerre des Boers et au début de la Première Guerre mondiale –elle conduisit le mouvement révolutionnaire écossais à adopter une attitude résolument anti-impérialiste et antimilitariste qui le démarqua nettement de l’anglais.

Le parti travailliste socialiste : un parti d’avant-garde

  • 3 « The SLP’s chief centres of activity seemed to be Chicago and Glasgow and from both sources came s (...)

3Ironie de l’histoire : si Glasgow ne fut jamais la « Petrograd de l’Ouest », elle fut à deux reprises la Chicago de l’Est. Nous avons évoqué la seconde occurrence dans notre introduction. La première est liée, au tournant du siècle, à la création du SLP3.

4L’histoire de ce parti révolutionnaire –une vingtaine d’années à partir de 1903 –est intéressante à plus d’un titre. Il présente en effet le double paradoxe d’avoir été fondé par des Ecossais opposés à la direction nationale (c’est-à-dire anglaise) de la Social Democratic Federation tout en s’érigeant en censeur de toute dérive nationaliste ou simplement autonomiste, et d’avoir été le plus grand diffuseur en Grande-Bretagne de l’idéologie marxiste, sans pour autant participer pleinement à la fondation du parti communiste. Ce double refus met en lumière une conception puriste de l’activité révolutionnaire et une contradiction qui fut loin de mourir avec le SLP, vers 1923. Aussi importe-t-il, si l’on veut comprendre la situation du parti communiste en Ecosse pendant les années vingt, de mieux connaître les agissements de ceux qui se proclamaient, dès 1918, les « bolchéviques britanniques. »

5En 1898 le mécanicien édimbourgeois J.P. Doull rapporte des Etats-Unis, où il était parti chercher du travail, des brochures dues à la plume de Daniel De Leon. Ses camarades de la section locale de la SDF furent séduits par la clarté de leur analyse, ainsi que par leur insistance sur les luttes syndicales plutôt que purement électorales. En 1900, les brochures de De Leon se vendaient par centaines en Ecosse, ainsi que son Weekly Column, qui s’était ouvert aux contributions britanniques, en fait essentiellement écossaises, des opposants à Hyndman au sein de la SDF.

  • 4 Marx ne devait jamais pardonner à Hyndman ce plagiat. Cf. C. TSUZUKI, Hyndman and British Socialism(...)
  • 5 The Socialist, décembre 1904 ; cité dans R. CHALLINOR, The Origins of British Bolshevism, Londres, (...)

6Fondateur en 1884 de la Social Democratic Federation, H.M. Hyndman personnifie les contradictions de la société victorienne. Homme d’affaires prospère, il devient socialiste après avoir lu Le Capital, qu’il plagie dans England for All (1881) sans mentionner sa dette envers Marx sous le prétexte que les Britanniques n’étaient pas prêts à accepter des idées venues de l’étranger4. Le marxisme de Hyndman était pourtant sujet à caution : xénophobe, antisémite, impérialiste, militariste, paternaliste, il était loin d’être toujours en harmonie avec la base de son parti : « I… am utterly disgusted with workers here in general and with our party in particular. Neither deserve to have men of ability from the educated class to serve them… They are not worth the personal sacrifice and continual worry5. »

  • 6 Cité dans Ibid., p. 16.

7Cette amertume avait été provoquée par le refus du district écossais de la SDF de s’associer, en juillet 1902, aux réjouissances que suscita la victoire britannique dans la guerre des Boers. Pis encore, le mois suivant, à peine l’exécutif national de la SDF avait-il publié une lettre ouverte fort respectueuse au nouveau roi, Edouard VII, que le district écossais publiait un pamphlet adressé au « petit homme corpulent qui est le chef légal de l’Etat capitaliste de Grande-Bretagne » : « Away, Kinglet. Hie you home and set your house in order. Soon we, the workers, shall come to visit your palace and on the topmost turret we shall raise the red flag of the Socialist Republic6. »

8Ce républicanisme, le district écossais de la SDF le doit à De Leon, mais aussi à ses militants d’origine irlandaise, en particulier à James Connolly (Edimbourg) et George Yates (Leith). Au Congrès de Paris de la Seconde Internationale, en septembre 1900, Yates s’oppose à Hyndman, qui dénie à l’Irish Socialist Republican Party de Connolly le droit à une représentation séparée, l’Irlande faisant partie du Royaume-Uni. Censurés dans les colonnes de Justice, l’hebdomadaire de la SDF, Yates et ses partisans trouvent à s’exprimer dans celles de la Workers’ Republic, organe de l’ISRP.

  • 7 « By Socialism, we do not mean what is variously called “State Socialism”, “Public Ownership” or Mu (...)

9En août 1902, ces « impossibilistes », ainsi que les nomme Hyndman, pour la plupart écossais, fondent leur propre mensuel, The Socialist. Organe officiel du district écossais de la SDF, il est imprimé à Dublin. L’année suivante, ils sont exclus à titre individuel de la SDF. Le conseil du district écossais se désaffilie alors de la fédération et fonde un nouveau parti baptisé, comme son modèle américain, Socialist Labour Party. Rédigé par l’instituteur de Falkirk John Carstairs Matheson, son programme rejette toute approche gradualiste, en particulier par le socialisme municipal ou d’Etat7.

10Limité géographiquement (Glasgow, Falkirk, Edimbourg, Leith) et professionnellement (ouvriers qualifiés de la mécanique), le nouveau parti ne compte qu’une petite centaine de membres. Après les départs, en 1904, de Connolly pour les Etats-Unis et de Yates pour l’Angleterre, la direction en revient à de tout jeunes hommes comme Matheson et Neil MacLean, mécanicien à l’usine Singer de Clydebank. Progressivement, le SLP s’implante au sud de la Tweed, essentiellement dans des centres de construction mécanique et/ou navale. En 1910, il revendique 19 sections locales : six en Ecosse, quatre à Londres, deux dans le Tyneside et une à Aston, Birmingham, Bristol, Jarrow, Oxford, Southampton et Stockton.

11Parti d’avant-garde, le SLP tire une certaine fierté de sa petite taille, n’hésitant pas à expulser des dirigeants comme Doull (ivrognerie), Yates (retard de cotisation) et MacLean (réformisme), voire des sections entières comme, en 1911, celle d’Edimbourg (sectarisme) : ces deux années de purges font chuter le nombre des sections de 25 en 1911 à 15 en 1914 (environ 300 membres). Jusqu’en 1910, il est formellement interdit aux militants d’occuper une fonction syndicale rémunérée, source de corruption. Au congrès de 1916, Tom Bell met en garde contre la formation de « sections champignon », coupables de recruter des membres mal formés théoriquement.

12Prise très au sérieux, la formation des militants repose, nous l’avons vu, sur les « trois S » : studying, selling the paper, soapbox oratory. Imprimé à Glasgow à partir de 1903, The Socialist passe de 1 500 exemplaires en 1904 à 4 000 cinq ans plus tard. En outre, le SLP distribue au Royaume-Uni Porgane de son homonyme américain, The Weekly People, ainsi que les oeuvres de De Leon et les premières traductions anglaises des grands classiques du marxisme que publient Charles Kerr & Co. de Chicago et la New York Publishing Co. Les brochures de vulgarisation marxiste, tirées chacune à 10 000 exemplaires et vendues un penny, contribuent à diffuser la terminologie marxiste au Royaume-Uni.

13S’inspirant des Industrial Workers of the World américains, le SLP britannique fonde en 1905 un groupe de propagande, les Advocates of Industrial Unionism, rebaptisés Industrial Workers of Great Britain en 1909, qui jouera un rôle séminal sans proportion avec sa faible implantation grâce à ses brochures dénonçant le craft-unionism (18 000 exemplaires vendus pendant le seul mois d’octobre 1907), à son mensuel, The Industrial Unionist, et à la participation active de ses militants aux grandes grèves des fileuses de Dundee (avril 1906) et des mécaniciens de l’usine Singer de Clydebank (avril 1911). Disséminés dans les ateliers de mécanique de la Clyde après leur renvoi par la direction de l’usine (400 grévistes furent ainsi licenciés), les militants de Singer (Neil MacLean, Arthur MacManus, etc.) formeront l’ossature du Clyde Workers’ Committee, puis, du moins pour certains d’entre eux, du CPGB.

  • 8 MacDOUGALL, 1981, op. cit., p. 22.

14« Clunie and other SLPers used to tell us it was no good participating in industrial action, that strikes were hopeless : the only thing was to continue with our propaganda until everybody was a convinced socialist and then we would end capitalism overnight and we would waken up under the new socialist order8. » Cette critique de John McArthur, mineur communiste du Fife, n’est pas entièrement fondée : s’il était essentiellement un parti de propagandistes, le SLP n’en négligea pas pour autant le travail sur le terrain des usines, qui lui valut d’ailleurs l’adhésion de militants exclus de la SDF pour cause de syndicalisme industriel : de 5 branches à sa fondation, le SLP en comptait 15 en 1907 et 25 l’année de la grève chez Singer.

  • 9 The Socialist, septembre 1914.
  • 10 CHALLINOR, op. cit., p. 167.
  • 11 Sur le CWC, voir plus bas chapitre XX.

15Dès le début de la guerre, son internationalisme prolétarien (« Notre véritable ennemi, c’est la classe capitaliste de toutes les nations9 ») vaut au SLP de tripler le tirage de son hebdomadaire et de doubler le nombre de ses adhérents, en particulier au sud de la Tweed : Ray Challinor estime qu’en 1920 seul un adhérent sur cinq (le parti comptait alors 48 sections) vivait en Ecosse10. C’est là toutefois qu’il parviendra au mieux à combiner les deux aspects de son activité, propagande et action industrielle, en fournissant l’essentiel des cadres du Clyde Workers’ Committee, le premier mouvement de délégués d’atelier à voir, en octobre 1915, le jour au Royaume Uni11.

Le parti socialiste britannique : un parti de masse

  • 12 Discours de Bruce Glasier au congrès commun ILP/SDF de juillet 1897, en vue d’une éventuelle fusion (...)

« The ways of the SDF are more doctrinaire, more Calvinistic, more aggressively sectarian than the ILP. The SDF has failed to touch the heart of the people. Its strange disregard of the religious, moral, and aesthetic sentiments of the people is an overwhelming defect12. »

16Pas pour tout le monde : adhéraient précisément à la SDF ces militants ouvriers pour lesquels les « sentiments religieux, moraux et esthétiques » mis en avant par le dirigeant de l’ILP. Bruce Glasier n’avaient rien à voir avec la révolution, mais qui reprochaient au SLP son « sectarisme calviniste ». Contrairement à cet autre parti révolutionnaire, la SDF présentait en effet l’avantage d’avoir participé à la formation du Labour Representation Committee, et donc de pouvoir agir de l’intérieur sur la politique du seul parti ouvrier de masse. C’est la raison pour laquelle un certain nombre de militants pacifistes choisirent en 1903 de rester à la SDF, au sein de laquelle ils continuèrent de mener la lutte contre le militarisme de Hyndman, plutôt que de rejoindre le SLP. La rupture de 1905 entre SDF et LRC ne les fit pas changer d’avis : à cause de son sectarisme, le SLP ne leur apparaissait pas comme une structure d’accueil acceptable.

  • 13 Official Conference Report ; cité dans W. KENDALL, The Revolutionary Movement in Britain, 1900-21, (...)

17Le gros de ces militants pacifistes était concentré à Glasgow et dans certaines sections londoniennes. C’est dans ces deux zones que plusieurs sections ILP de tendance pacifiste décidèrent, en 1911, de rejoindre le Social Democratic Party (ainsi que s’était rebaptisée la SDF en 1908), qui prit alors le nom de British Socialist Party. Alors que le S.D.P. comptait environ 8 000 adhérents en 1911, l’afflux de militants ILP valut au BSP de commencer sa carrière fort d’environ 12 000 membres. Comme William Gallacher, délégué de la section de Paisley au congrès de 1912, ces militants qui se qualifiaient « d’internationalistes » estimaient que les travailleurs devaient rejeter « all idea of patriotism and all idea of mililtarism, unless it took the form of shooting down those who exploited them. They must stand as internationalists and not trouble about nationalism13. »

18Minoritaire en 1912, cette attitude prévalut au congrès de l’année suivante, pour être mise de côté, dès la déclaration de guerre, par les principaux dirigeants nationaux du parti, Hyndman, Harry Quelch et Belfort Bax : le 17 septembre 1914, le comité exécutif du BSP fit paraître dans Justice, l’hebdomadaire du parti, un appel à participer à la campagne de recrutement. Dans le même numéro, une lettre de John Maclean, adhérent de la section de Glasgow-Pollokshaws, présentait un point de vue diamétralement opposé :

  • 14 Justice, 17/9/1914 ; cité dans N. MILTON, John Maclean, In the Rapids of Revolution, Londres, Allis (...)

« In last week’s Justice, Belfort Bax exhorts us to hate the present Prussian military and state system. Our first business is to hate the British capitalist system… Colonial expansion was denied the Germans because the British, the Russians and the French had picked up most of the available parts of the world… The inspiration of German militarism comes as much from Darwin and Huxley… as from Bernhardt… Capitalism has neither conscience nor morality when it is brought to bay… It is our business as socialists to develop class patriotism, refusing to murder one another for a sordid world capitalism… Let the propertied class go out and defend their blessed property14. »

  • 15 MacLEAN, « Speech from the dock », The Vanguard, décembre 1915.

19Ce fut la dernière contribution de Maclean à Justice. Son propre mensuel, The Vanguard – « organe du BSP sections écossaises » depuis mai 1913-, venait d’être supprimé par les autorités, alors qu’il tirait à 18 500 exemplaires. Il ne restait plus à Maclean, pour lancer ses appels anti-militaristes, que le Glasgow Green, le Monument de Nelson (un meeting pacifiste tous les dimanches), Bath Street (à l’entrée du centre de recrutement) et… la Sheriff Court, où il confirme, en novembre 1915, les propos qui lui valent d’être poursivi pour « discours séditieux » : « I said “I have been enlisted in the Socialist Army for fifteen years, the only army worth fighting for. God damn all other armies. Take out of that what meaning you like15. »

20Si Glasgow semble avoir été la seule grande ville du royaume où un orateur pouvait risquer de telles déclarations sans courir au lynchage, l’internationalisme du BSP, relayé en Angleterre par des dirigeants tels que Zelda Kahan et E.C. Fairchild, ne tarda pas à devenir majoritaire au sein du parti, en particulier grâce à Vanguard, relancé en septembre 1915. Mis en minorité au congrès d’avril 1916, Hyndman quitte le BSP pour fonder le National Socialist Party. Justice, dont Hyndman conserve la propriété, qui est remplacé en tant qu’hebdomadaire du parti par The Call, publié à Glasgow. Pour la seconde fois en moins de quinze ans, les militants écossais venaient d’imprimer une direction pacifiste et internationaliste décisive au mouvement révolutionnaire britannique.

  • 16 MacLEAN, The Vanguard, novembre 1915.

21Outre Maclean et ses partisans du BSP, les meetings pacifistes glaswégiens font également appel à des orateurs du SLP et de l’ILP. De même le Clyde Workers’ Committee, dirigé en grande partie par des militants du SLP, s’ouvre-t-il à des leaders de l’ILP, comme Kirkwood et James Messer, et même du BSP, en particulier, quoiqu’ils ne fussent pas à proprement parler ouvriers, Maclean et James MacDougall, démontrant ainsi « la solidarité des travailleurs manuels et intellectuels16. »

La formation du parti communiste en Grande-Bretagne

22Ces trois courants – le SLP représentant, schématiquement, le syndicalisme d’industrie, le BSP le syndicalisme révolutionnaire et le CWC une revendication de workers’ control en opposition à la croissance du « servile state » –étaient-ils sur le point, sinon de fusionner, du moins de se mettre d’accord sur un certain nombre de convergences ? La question est d’importance : elle est au cœur du débat sur l’opportunité de la formation, en août 1920, d’un parti communiste britannique.

Logique interne ou ukase bolchévique ?

  • 17 KENDALL, op. cit., pp. VII, 301.

« The CPGB was an almost wholly artificial creation which wrenched the whole course of the movement’s left wing out of one direction and set it off in another… The objective effect of the formation of the CP was thus to destroy a previous socialist tradition which while imperfect showed every sign of developing towards more realistic and effective forms17… »

  • 18 CHALLINOR, op. cit., p. 239.

« Disregarding the inner laws of motion of British left politics, the evolutionary process that was slowly leading to revolutionary regroupment, the Commintern leaders were prepared to wrench bits off existing organisations and forcibly bring them together, irrespective of the effect18. »

23Pour W. Kendall et R. Challinor, le processus d’unification de l’extrême-gauche britannique était déjà bien engagé lorsqu’il fut interrompu par la création prématurée et, en tout état de cause, artificielle, du parti communiste. J. Hinton, en revanche, estime que le sectarisme était en train de reprendre le pas sur le réalisme. Certes difficile, la naissance du CPGB n’en permit pas moins de sauvegarder l’existence d’un véritable parti révolutionnaire en Grande-Bretagne :

  • 19 J. HINTON, compte rendu critique de W. KENDALL, The Revolutionary Movement in Britain, in B.S.S.L.H (...)

« When the Bolshevik agents and the Bolshevik money started to arrive they did not find, and proceed to stifle, a vital and developing revolutionary tradition… It seems likely… that in postwar conditions, with no involvement in mass action equivalent to their wartime involvement with the engineers, the sects would have drifted apart. Far from destroying a developing revolutionary tradition, Soviet insistence on the urgency of forming a communist party probably saved the revolutionary movement from a fragmentation far more sterile than anything for which the CP itself has been responsible19. »

24La condamnation de Maclean à trois ans de prison en février 1916 (il fut relâché au bout de 17 mois) mit un terme à sa participation effective au CWC. De nouveau emprisonné entre avril et novembre 1918, il ressort avec l’aura d’un martyr, magnifié par ses titres de consul soviétique et de président honoraire (avec Lénine, Trotski, Liebknecht, Adler et Spiridonova) du Congrès des Soviets de Russie. Aussi son triomphe est-il assuré au congrès du BSP d’avril 1919, qui vote à une très forte majorité une motion en faveur d’une grève générale visant à déclencher une révolution en Grande-Bretagne.

25Avec quel soutien ? En janvier, le SLP avait organisé à Glasgow une « conférence pour l’unité de la gauche ». Invités, le BSP et l’ILP refusent d’y participer. Le BSP et le SLP se méfient du réformisme de l’ILP, le SLP du parlementarisme des deux autres, qui lui font grief de prôner un syndicalisme d’industrie que leur affiliation au parti travailliste leur impose de condamner, sauf à se couper entièrement de la composante syndicale du Labour. Le mois suivant, le semi-échec de la grève des ouvriers glaswégiens de la mécanique et de la construction navale pour la semaine de quarante heures met en évidence la nature disparate du mouvement.

La double erreur de Lénine

  • 20 « Lenin… had very deeply studied the British working class », J. KLUGMANN, History of the Communist (...)

26Aussi le Komintern prend-il directement en main, au cours de l’été 1919, l’unification des révolutionnaires britanniques. Or, contrairement à ce qu’écrit James Klugmann dans son histoire du CPGB, Lénine est fort mal informé de la situation politique britannique20. Il faut dire qu’il était conseillé par Theodore Rothstein : avant de devenir le premier représentant en Grande-Bretagne du Comintern, cet émigré russe avait milité à la SDF, puis au BSP, où il soutint longtemps les vues de Hyndman. Pendant la guerre, il avait même été recruté par le War Office en tant que conseiller de Lord Balfour pour les affaires russes. John Maclean voyait en lui un informateur au service du gouvernement infiltré dans le mouvement révolutionnaire. La seule pièce à conviction dont nous disposons pour étayer cette accusation se trouve dans les dossiers du ministère de l’Intérieur, d’où il ressort que les dépenses de Rothstein et les subsides qu’il versait au BSP étaient connus au penny près.

27Quoiqu’il en soit du rôle de Rothstein, Lénine commit une double erreur : vouloir faire du BSP le noyau dur autour duquel vont s’amalgamer les autres partis révolutionnaires ; prôner l’adhésion du nouveau parti communiste au parti travailliste.

  • 21 The Socialist, décembre 1919.
  • 22 Cité dans KLUGMANN, op. cit., p. 17.

28« We are denounced as “British Bolsheviks”. We do not seek to conceal our views. We are proud of the title. The SLP is the only political organisation that stands wholeheartedly and uncompromisingly for the Soviet idea. Let it be known : We are the British Bolsheviks21. » Ce cri de défi lancé par le SLP en décembre 1918 n’est qu’à moitié vrai : la fraction écossaise du BSP se proclame aussi ouvertement bolchévique. Il est par contre entièrement faux d’affirmer, comme Lénine, que le BSP national était « le seul parti qui, depuis des décennies, mène une propagande et une agitation systématiques dans l’esprit du marxisme22. »

29De même, Lénine se trompe lorsqu’il voit dans le Labour un vrai parti de masse, pouvant compter sur des millions de militants, auquel le parti communiste pourra adhérer librement et qu’il convertira graduellement à la justesse de ses vues –une stratégie d’entrisme pourtant pratiquée sans résultats probants par la SDF entre 1900 et 1904, puis par le BSP à partir de 1916. De fait, afin de bénéficier du vote bloqué des syndicats au congrès travailliste, les délégués BSP se gardaient bien de critiquer les structures syndicales. Ennemis déclarés du syndicalisme d’industrie, ils prônaient un syndicalisme révolutionnaire qui ne remettait en fait pas en question l’existence des craft unions.

  • 23 Cité dans CHALLINOR, op. cit., p. 220.

30« Comrade Gallacher is wrong when he says that by advocating affiliation to the Labour Party we will repel the best elements of the British workers. We must test this by experience23 » tance Lénine en septembre 1919. L’expérience ne lui donne pas raison. Fin 1919, un référendum parmi la base du SLP dégage une large majorité en faveur de la fusion de toutes les forces révolutionnaires au sein d’un parti communiste, mais une tout aussi forte majorité contre l’affiliation au parti travailliste. « Les communistes écossais sont à 90 % anti-Labour » affirme le Worker, organe du Scottish Workers Committee, le 14/8/1920.

  • 24 « There must be no compromise with the BSP. Better a Communist Party without the BSP than a party i (...)

31Quant à l’insistance de Lénine à greffer le nouveau parti communiste sur le tronc BSP, elle est repoussée par la fraction écossaise du BSP, par Gallacher, qui s’est rapproché du SLP, et par plusieurs leaders de ce parti, en particulier les écossais Clunie et Mitchell, ainsi que le mécanicien de Sheffield J.T. Murphy, leader du Workers Committees Movement24.

La fondation du CPGB

  • 25 The Vanguard, novembre 1920. En fait, Maclean n’était plus, depuis mai 1920, adhérent du BSP, sans (...)

32Or, ces adversaires du BSP ne participent pas, les 31 juillet et 1er août 1920, à la Communist Unity Convention de Londres. John S. Clarke et J.T. Murphy (SLP), Helen Crawfurd (ILP), Sylvia Pankhurst (Workers’ Socialist Federation), sont à Moscou, où ils participent au 2e congrès de la troisième Internationale. Quant à John Maclean, il affirme avoir été « automatiquement exclu de ce spectacle londonien », la section du BSP à laquelle il appartenait (Tradeston) n’ayant pas été officiellement reconnue par les instances du parti25. Compte tenu de ces absences, les partisans de la fusion autour du BSP et de l’affiliation travailliste l’emportent par 100 voix contre 85. Si certains dirigeants écossais du SLP –Bell, MacManus, William Paul –se rallient à cette décision, elle est rejetée par la majorité des révolutionnaires de Glasgow à Dundee.

  • 26 MacLEAN, Ibid.
  • 27 MacDOUGALL, op. cit., p. 139.
  • 28 The Worker, 14/8/1920.

33« Those who are coming together are a heterogeneous mixture of anarchists, sentimentalists, syndicalists, with a sprinkling of Marxists. Unity in such a camp is likely to be impossible », prédit Maclean26. Nombre d’éléments de la Fife Communist League (composée de membres du SLP, du BSP et de l’ILP), en particulier James Clunie, quittent ce groupe lorsqu’il accepte la décision de Londres27. Quant au Worker, il avertit : « Il n’y a pas la moindre perspective de progrès au Nord de la Frontière pour le parti communiste sous sa forme actuelle28. »

Tentative de formation d’un parti communiste écossais

34Ces réfractaires organisent à Glasgow, le 18 septembre 1920, une conférence exploratoire en vue de former un parti communiste écossais, se distinguant de l’anglais non pour des motifs nationalistes, mais par son anti-parlementarisme et son refus de l’affiliation au Labour. Plusieurs organisations y sont représentées, dont le Scottish Workers’Committee, le SLP, certaines sections BSP et le Communist Council of Action de Maclean et MacDougall. Le 2 octobre a lieu le congrès fondateur du nouveau parti, qui prend le nom de Communist Labour Party.

35Or, entre temps, l’un de ses principaux fondateurs, Gallacher, a connu son chemin de Damas :

  • 29 W. GALLACHER, Revolt on the Clyde, Londres, Lawrence & Wishart, 1936, p. 253.

«Before I left Moscow I had an interview with Lenin during which he asked me three questions.
"– Do you admit you were wrong on the question of Parliament and affiliation to the Labour Party?
– Will you join the Communist Party of Great Britain when you return?
– Will you do your best to persuade your Scottish comrades to join it?”
To each of these questions I answered “yes”29

  • 30 Cf. V.I. LENIN, « Left-Wing » Communism, an Infantile Disorder, 1920 ; ed. Foreign Languages Press, (...)

36De retour du second congrès du Komintern où il s’était plié « comme l’enfant accepte la réprimande du père » à la critique léniniste de son « gauchisme antiparlementaire », explicitement dénoncé dans « Left-Wing » Communism, an Infantile Disorder30, Gallacher tint sa promesse : il obtint, lors du congrès du 2 octobre, que le CLP engageât immédiatement des négociations afin de fusionner avec le CPGB, provoquant le départ de la quasi-totalité des délégués SLP, ainsi que de McShane et MacDougall, représentant Maclean –ce qui n’empêcha pas le CLP de se doter d’un président issu du workers’ committee de Bridgeton et répondant au nom de… John MacLean (« L » majuscule). Trois mois plus tard, le CLP rejoignait effectivement le CPGB.

La fin du SLP

37De nouveau donc, une bonne partie des révolutionnaires écossais, pour la plupart membres du SLP, entrent en dissidence, se coupant du courant majoritaire –qui, par la force des choses, prend une coloration à dominante anglaise –de leur mouvement. Pourtant, tout comme les rébellions de 1903 et 1914, celle de 1920 n’est pas d’essence nationaliste, ainsi qu’en témoigne, a contrario, l’échec de l’O.P.A. tentée par Maclean sur le SLP.

« We are summoning… all in Scotland who favour the first of the “21 points” to attend… a conference to form a Scottish Communist Party to represent marxian communism in Scotland, or a definite series of groups who will co-operate or amalgamate with the most definitely marxian organisation in Scotland, the Socialist Labour Party, which fortunately has its headquarters in Glasgow. »

  • 31 The Socialist, mai 1921.
  • 32 Lettre à James Clunie du 24/11/1922 ; citée dans J. CLUNIE, The Voice of Labour, Dunfermline, Roman (...)

38Publiée dans le Vanguard de décembre 1920, cette invitation de Maclean est destinée avant tout au SLP. De fait, la réunion prévue a bien lieu le jour de Noël, au siège glaswégien du parti. Elle ne donnera rien : le SLP juge le projet « déviationniste nationaliste ». A pâques 1921, le SLP – qui compte alors 42 sections (12 ont été perdues au profit du CPGB, 6 ont été formées) – tient son congrès « le plus enthousiaste et le plus réussi31 ». C’est que le futur de son rival communiste apparaît sombre. Comme l’écrit Maclean à Clunie, « the CP is going “rocky”, and as it fades the ground will be cleared for a real fighting party, independent of outside dictation or finance32. »

  • 33 J.T. MURPHY, The New Reasoner, no 7, 1958 ; cité dans CHALLINOR, op. cit., p. 270.

39En fait, ce sont bien les apports financiers extérieurs qui vont creuser l’écart entre les deux partis, qui subissent, à partir de la mi-1921, le contre-coup de la montée du chômage. « Had not the CPGB received big financial shots in the arm, it would have been reduced and probably gone out of existence within a year or so of formation33 » estime J.T. Murphy qui, en tant que membre du comité central, était bien placé pour connaître l’état des finances du parti communiste. Privé d’une telle manne, le SLP s’étiole rapidement, et à partir de décembre 1922, le Socialist ne paraît plus qu’irrégulièrement, sous la forme d’un bulletin ronéotypé. Le coup de grâce est donné en février 1923 par John Maclean, qui quitte le SLP pour fonder son propre parti.

Le parti républicain des travailleurs écossais

  • 34 « Explanation of election address », novembre 1922 ; cité dans MILTON, op. cit., p. 241.

40Début 1921, après l’échec de la formation du Scottish Communist Party, Maclean s’était replongé dans son travail d’éducation et de propagande. Quelques mois plus tôt, il avait fondé avec MacDougall, MacShane, Sandy Ross et Peter Marshall un groupe de propagande, ironiquement baptisé le Tramp Trust Unlimited, à l’activité impressionnante : près d’un demi-million de brochures vendues en trois mois, dont le célèbre The Irish Tragedy, Scotland’s Disgrace, qui valut à Maclean d’être redécouvert par les nationalistes irlandais et écossais après un demi-siècle d’oubli. Emprisonné à deux reprises en 1921-22, Maclean est libéré juste à temps pour se présenter aux élections législatives d’octobre 1922, en tant que candidat indépendant dans la circonscription des Gorbals : « I am the only standard bearer of the red flag of Marxian communism in the present general election who is fighting untrammeled… The Communist Party has sold itself to Moscow… After this election, Ifeel sure that a Scottish Communist Party of genuine Marxians will spring up with the object of establishing a Scottish Workers Republic34. »

41En dépit d’une assez lourde défaite – 4 000 voix contre 16 500 au travailliste Buchanan –Maclean persiste dans son projet et fonde, en février 1923, le Scottish Workers’ Republican Party. Le 30 novembre, épuisé par des années de prison, diminué par la sous-alimentation, le surmenage et d’innombrables meetings en plein air, Maclean succombait à une pneumonie contractée pendant la campagne électorale qu’il menait aux Gorbals, au nom de son nouveau parti, en vue des élections législatives de décembre 1923.

  • 35 Manifesto of the Scottish Workers’ Republican Party, 1925.

42Contrairement à ce qui a longtemps été soutenu, le SWRP survécut à son fondateur. Il présenta à Glasgow –sans grand succès –douze candidats aux élections municipales de 1923, et, pour la dernière fois, quatre à celles de 1931, et publia même, de 1927 à 1932, un mensuel, The Scottish Workers’ Republic. Il est intéressant de constater que la tonalité générale de ce mensuel n’est pas anti-anglaise, tant s’en faut, mais essentiellement anti-pink, dénonçant sans relâche le parlementarisme, le gradualisme, et la volonté du C.P. d’être affilié au L.P. La seule allusion du manifeste que publie le SWRP en 1925 à l’indépendance de l’Ecosse est foncièrement défensive : « elle n’est pas plus incompatible avec l’Internationalisme que ne l’est la revendication d’une République Ouvrière en Inde, en Egypte ou en Irlande35. »

  • 36 Cf. J. MacLEAN, « The Coming war with America », hiver 1919 ; cité dans MILTON, op. cit., pp. 182-1 (...)

43Tactique (se démarquer du CPGB) et stratégique (contribuer à l’implosion de l’Empire), le nationalisme de Maclean n’est toutefois pas une simple manifestation d’opportunisme. Enraciné dans l’histoire familiale de Maclean (ses deux parents avaient été victimes des Highland Clearances), développé au contact des républicains irlandais (qu’il soutenait activement depuis 1903), conforté par l’analyse géopolitique (Londres a commencé à transformer l’Ecosse en tête de pont en préparation de la 2e Guerre Mondiale, qui opposera capitalistes anglais et américains) 36, il trouve sa justification théorique dans la vision idéalisée d’une société clanique proto-communiste.

  • 37 « All Hail the Scottish Workers’Republic », août 1920 ; cité dans Ibid. pp. 217-18. Voir aussi « Ir (...)

« The communism of the clans must be re-established on a modern basis. Bolshevism, to put it roughly, is but the modern expression of the communism of the “mir”. Scotland must therefore work itself into a communism embracing the whole country as a unit. The country must have but one class, as it were, a united people working in cooperation and co-operatively using the wealth that is created. We can safely say, then: back to communism, forward to communism37. »

  • 38 Sur Erskine, voir G. PRUDHOMME, « Ruaraidh Erskine of Marr ; Souvenirs inédits de contemporains », (...)

44Cette argumentation historiquement sujette à caution ne pouvait guère séduire les Lowlanders, habitués depuis des siècles à considérer leurs compatriotes du Nord comme une peuplade non civilisée, ni les Highlanders transplantés, encore marqués par la trahison de leurs chefs de clan qui avaient organisé les évictions – d’autant que ce discours fut relayé jusque dans les colonnes du Vanguard par l’un de ces aristocrates honnis, Ruaraidh Erskine of Marr, président de la Scots National League, qui flirta pendant un temps avec le communisme38.

  • 39 Lettre du 24/12/1922 citée dans CLUNIE, op. cit., p. 86.

45Prenons garde toutefois de voir en John Maclean, pour reprendre l’invective de ses adversaires du CPGB, un « claymore communist ». Son horizon culturel et politique ne se limitait pas à l’Ecosse, à l’Irlande et au Pays de Galles. Nous l’avons vu, son Scottish Labour College n’enseignait pas le gaélique, mais l’esperanto. Dans une lettre de prison adressée à son camarade du SLP, le peintre en bâtiment James Clunie, il expose les grandes lignes de la théorie de la relativité, et s’interroge « whether the professors will be forced out of the old ruts by Einsteins suggestive concepts and by the advance of psycho-analysis on the materialistic basis is an interesting point that ought to put us on the alert for possible new developments39. »

  • 40 MacDOUGALL, op. cit., (Miners), p. 272.

46Quatre ans plus tard, en mars 1926, un autre intellectuel – G. Allen Hutt, diplômé de Cambridge et journaliste dans plusieurs publications du CPGB –écrivait à un autre ouvrier –David Proudfoot, mineur du Fife et secrétaire général des United Mineworkers of Scotland- qui lui avait fait part de ses velléités de démission : « You can just imagine how Lenin would have dealt with such a suggestion. We know that at all costs once the party has come to a decision we must abide by it and loyally carry it out, however mistaken or disastrous we may personally think it40. »

47Si l’interaction entre intellectuels diplômés et autodidactes caractérise le fonctionnement tant de l’ILP. (Maxton/Wheatley, etc.), que du SLP (Matheson/Connolly, etc.) et du SWRP (Maclean/Clunie, etc.), tel ne semble pas avoir été le cas au sein du CPGB.

Notes

1 J. MacLEAN, « The Irish Tragedy : up Scottish Revolutionists ! », Vanguard, novembre 1920.

2 L. TROTSKY, Where is Britain Going ?, Londres, G. Allen & Unwin, 1926, p. 44.

3 « The SLP’s chief centres of activity seemed to be Chicago and Glasgow and from both sources came streams of journals and pamphlets. » E. & W. ROUX, Rebel Pity, Londres, 1970, p. 7.

4 Marx ne devait jamais pardonner à Hyndman ce plagiat. Cf. C. TSUZUKI, Hyndman and British Socialism, Oxford, O.U.P, 1961, pp. 42-44.

5 The Socialist, décembre 1904 ; cité dans R. CHALLINOR, The Origins of British Bolshevism, Londres, Croom Helm, 1977, p. 14.

6 Cité dans Ibid., p. 16.

7 « By Socialism, we do not mean what is variously called “State Socialism”, “Public Ownership” or Municipalism that is, the ownership of certain public utilities by a community in which capitalism is still dominant. A worker is as much exploited by a capitalist state or corporation as by aprivate employer –as post office or municipal employees can testify. We insist upon the political overthrow of capitalism as an absolutely necessary preliminary to the emancipation of the working class. » The Socialist, mai 1903 ; cité dans Ibid, p. 24.

8 MacDOUGALL, 1981, op. cit., p. 22.

9 The Socialist, septembre 1914.

10 CHALLINOR, op. cit., p. 167.

11 Sur le CWC, voir plus bas chapitre XX.

12 Discours de Bruce Glasier au congrès commun ILP/SDF de juillet 1897, en vue d’une éventuelle fusion ; cité dans H. PELLING, The Origins of the Labour Party, Oxford O.U.P., 1965, p. 177.

13 Official Conference Report ; cité dans W. KENDALL, The Revolutionary Movement in Britain, 1900-21, Londres, Weidenfeld & Nicholson, 1969, p. 55.

14 Justice, 17/9/1914 ; cité dans N. MILTON, John Maclean, In the Rapids of Revolution, Londres, Allison & Busby, 1978, p. 76.

15 MacLEAN, « Speech from the dock », The Vanguard, décembre 1915.

16 MacLEAN, The Vanguard, novembre 1915.

17 KENDALL, op. cit., pp. VII, 301.

18 CHALLINOR, op. cit., p. 239.

19 J. HINTON, compte rendu critique de W. KENDALL, The Revolutionary Movement in Britain, in B.S.S.L.H., no 19, août 1969, p. 48.

20 « Lenin… had very deeply studied the British working class », J. KLUGMANN, History of the Communist Party of Great Britain, vol. 1, Londres, Lawrence & Wishart, 1969, p. 13.

21 The Socialist, décembre 1919.

22 Cité dans KLUGMANN, op. cit., p. 17.

23 Cité dans CHALLINOR, op. cit., p. 220.

24 « There must be no compromise with the BSP. Better a Communist Party without the BSP than a party including the BSP, trailing with it the spirit of compromise to hamper the party in its revolutionary practice. » The Socialist, 6/4/1920.

25 The Vanguard, novembre 1920. En fait, Maclean n’était plus, depuis mai 1920, adhérent du BSP, sans que l’on sache vraiment si, comme le pensent MacShane et Bell, il l’avait quitté de son propre gré, ou si, selon la version du principal intéressé, on l’en avait exclu. Cf. McSHANE & SMITH, op. cit., p. 113 ; T. BELL, John Maclean : a Fighter for Freedom, Glasgow, Scottish Committee of the C.P., 1944, p. 109 ; MacLEAN, « Open Letter to Lenin », The Socialist, 30/1/1921.

26 MacLEAN, Ibid.

27 MacDOUGALL, op. cit., p. 139.

28 The Worker, 14/8/1920.

29 W. GALLACHER, Revolt on the Clyde, Londres, Lawrence & Wishart, 1936, p. 253.

30 Cf. V.I. LENIN, « Left-Wing » Communism, an Infantile Disorder, 1920 ; ed. Foreign Languages Press, Pekin, 1970, pp. 77-92.

31 The Socialist, mai 1921.

32 Lettre à James Clunie du 24/11/1922 ; citée dans J. CLUNIE, The Voice of Labour, Dunfermline, Romanes & Son, 1968, p. 88.

33 J.T. MURPHY, The New Reasoner, no 7, 1958 ; cité dans CHALLINOR, op. cit., p. 270.

34 « Explanation of election address », novembre 1922 ; cité dans MILTON, op. cit., p. 241.

35 Manifesto of the Scottish Workers’ Republican Party, 1925.

36 Cf. J. MacLEAN, « The Coming war with America », hiver 1919 ; cité dans MILTON, op. cit., pp. 182-190. L’analyse de Maclean était, schématiquement, la suivante : l’Allemagne vaincue, les capitalismes britannique et américain vont entrer en conflit pour obtenir la plus grosse part du marché mondial. L’Irlande indépendante s’alliera aux E.U., et l’Ecosse deviendra donc d’une importance stratégique vitale. D’ailleurs, les tentatives d’industrialisation de Lewis et Harris par Lord Leverhulme marquaient - toujours selon Maclean - le début du processus de militarisation des Hébrides.

37 « All Hail the Scottish Workers’Republic », août 1920 ; cité dans Ibid. pp. 217-18. Voir aussi « Irish Stew » et « Scotch Broth », in Ibid., pp. 218-20.

38 Sur Erskine, voir G. PRUDHOMME, « Ruaraidh Erskine of Marr ; Souvenirs inédits de contemporains », Ecosse : Littérature et Civilisation, no 2, 1982, pp. 61-76.

39 Lettre du 24/12/1922 citée dans CLUNIE, op. cit., p. 86.

40 MacDOUGALL, op. cit., (Miners), p. 272.

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540