Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Troisième partie. Le mouvement ouvrier

Chapitre XV. LP ET ILP : de l’association à la rupture

Texte intégral

  • 1 Lettre de MacDonald à Margaret Bondfield (1918) citée dans MIDDLEMAS, op. cit., p. 108.

« I despair of the Labour Party. Without the ILP spirit it will develop the very worst features of the old political parties… So if the ILP goes I shall come up here and vegetate for the rest of my days1 »

  • 2 Forward, 23/6/1928.

« The ILP’s Socialism in Our Time is a programme of flashy futilities2. »

1Faites à dix ans d’intervalle, ces deux déclarations de MacDonald résument bien l’ambiguïté de la position de l’ILP au sein du parti travailliste : acceptable tant qu’il se contentait d’incarner un certain « état d’esprit », il devenait encombrant à partir du moment où il se piquait de politique, en particulier de produire et de promouvoir un « programme ». Avant 1918 – l’année où MacDonald confiait à Margaret Bondfield le « désespoir » que lui causait le LP – la particularité institutionnelle de l’ILP, l’adhésion individuelle, lui avait déjà valu deux types de conflits avec le parti travailliste.

Un conflit latent exacerbé par la guerre

2Le premier, structurel, provenait du trop faible pouvoir qu’exerçaient, à leurs yeux, les syndicats au sein de l’ILP. Certes, plusieurs dirigeants syndicaux écossais – entre autres Robert Smillie (président de la Miners’ Federation of Great Britain), Emmanuel Shinwell (président de la Seafarers’ Union et du Glasgow trades Council), Charles Marra (secrétaire de la Jute and Flax Workers’ Union), G.B. Clark et Jo Duncan (président et secrétaire de la Scottish Farm Servants’ Union) – pouvaient à l’occasion défendre le point de vue syndical auprès des instances locales, écossaises et britanniques de PI.L.E dont ils étaient membres. Mais ils ne pouvaient en aucun cas compter, pour le faire adopter, sur le « vote bloqué » en vigueur au parti travailliste : au congrès annuel de l’ILP, Smillie ne disposait que d’une seule voix ; à celui du L.E, de plusieurs centaines de milliers.

3Aussi en avril 1912 le comité parlementaire du STUC formula-t-il ce vœu : « L’état du parti [travailliste] en Écosse exige la formation immédiate d’un comité écossais en vue d’assurer la cohésion entre toutes les composantes du mouvement. » Il fut exaucé trois ans plus tard lorsque fut formé le Scottish Advisory Council of the Labour Party, dont l’appellation indique clairement le rôle subordonné qui lui fut, dès l’origine, dévolu. Ce nouveau rouage répondait à une situation d’urgence : latent depuis 1906, le conflit structurel entre l’I.L.E d’une part, le L.E et le (S)TUC d’autre part avait, en 1914, éclaté sous une forme conjoncturelle particulièrement aiguë : après de nombreuses hésitations et crises de conscience d’un côté comme de l’autre, le premier avait adopté une ligne pacifiste, les seconds décidé de soutenir l’effort de guerre.

  • 3 La position de MacDonald, en particulier, fut plutôt ambiguë.

4Son pacifisme sans compromission – nombre de ses dirigeants, tels Maxton, revendiquèrent devant les tribunaux le statut d’objecteur de conscience-valut à PI.L.E un afflux de nouveaux adhérents : militants ouvriers opposés au bellicisme de la S.D.F. comme au défaitisme révolutionnaire du S.L.E, intellectuels libéraux, souvent chrétiens, indignés par l’attitude va-t-en-guerre de leur parti, dirigeants travaillistes comme MacDonald, Snowden, Jowett, Brockway, tombés en disgrâce à cause de leur pacifisme, réel ou supposé3. On était alors au bord de la rupture : en 1917, le congrès national de l’ILP repoussa d’extrême justesse une motion réclamant la cessation de l’affiliation au LP.

5Quinze ans plus tard, un congrès extraordinaire de l’ILP réuni, symboliquement, à Bradford – là où, un demi-siècle auparavant, le parti avait été fondé – vota, par 241 voix contre 142, une motion de désaffiliation. Entre 1917 et 1932, les conflits institutionnels et idéologiques entre les deux partis frères avaient été exacerbés par leur analyse divergente de la crise économique (et donc des remèdes à y apporter) et la conversion du L.E à une culture de gouvernement tandis que la majorité de PI.L.E s’en tenait à une culture d’opposition – d’où de fréquents incidents disciplinaires à Westminster et, plus fondamentalement, deux conceptions opposées de la transition vers le socialisme.

Recrutement et implantation

  • 4 « To secure for the producers by hand or brain the full fruits of their industry, and the most equi (...)

6En 1918, le parti travailliste se dote d’une nouvelle constitution, plus centralisée que fédérale, qui, dans deux domaines, a pour ambition d’occuper le terrain jusqu’alors réservé à l’ILP : elle autorise l’adhésion directe au parti et, en lui fournissant un objectif explicitement socialiste – le célèbre article IV, repris dans le manifeste électoral Labour and the New Social Order4 -, prive l’ILP du titre de seul parti de masse socialiste. Dès lors, la répartition des tâches semble claire : à l’ILP et à la société fabienne la réflexion, au LP l’action.

  • 5 Darnconner, Hawick, Lerwick, Lesmahagow, Maxwelltown, Symington, Wigtown, Whithorn, Wallsend

7C’était compter sans la réalité sur le terrain. Si la société fabienne n’était qu’un petit réseau d’intellectuels bourgeois, l’ILP était devenu, en vingt-cinq ans, un véritable parti ouvrier, structuré, solidement implanté et comptant plusieurs dizaines d’élus aux conseils municipaux et de comté, aux parish councils et aux school-boards. Sur ce terrain déjà bien occupé, particulièrement en Écosse (101 conseillers municipaux, 6 de comté, 135 paroissiaux, 70 scolaires en 1918 ; 224, 51, 314 dans les trois premières catégories l’année suivante) ainsi que dans le Yorkshire et le Lancashire, la greffe travailliste ne prit pas. Le nombre des sections locales de l’ILP resta stable : 672 en 1914 (alors que le LP ne pouvait compter que sur 140 sections locales et trades councils), 657 en 1918 (dont 169 en Écosse), 714 en 1930 (275 en Écosse). En 1926, année où le militantisme atteignit son apogée, le LP ne comptait que neuf sections locales en Écosse, toutes dans des bourgades excentrées5, contre 335 à l’ILP, si bien qu’en avril 1930, soit douze ans après l’entrée en vigueur des nouveaux statuts, A. McTaggart, qui présidait le congrès annuel du Scottish Advisory Council of the LP, proposait, comme s’il s’agissait là d’une nouveauté : « Nous devons former des partis travaillistes locaux reposant sur les adhérents à titre individuel. »

8De fait, l’adhésion individuelle au parti travailliste, du moins en Écosse, est pratiquement l’apanage des femmes. Fondée à Londres en 1906, la Women’s Labour League, organisation suffragiste, s’affilia au LP trois ans plus tard. Supprimée par les statuts de 1918, elle fut remplacée par les Women’s Sections of the LP Il en existait 88 en Écosse en 1925, regroupées au sein de cinq conseils régionaux, mais ne disposant que d’une seule permanente, l’organiser Miss Mary Sutherland.

« Best of all to hear was the voice of the ordinary rank and file woman, the working class housewife and mother – who is so often described and dismissed as “the average woman elector”, but who is growing more articulate every year. She knows pretty clearly what she wants. She is thinking pretty hard about how she means to get it, and what things will have to be swept away in the process. When she has quite made up her mind on these points, the new world will lie at our feet. »

  • 6 Les procès-verbaux du Hawick Labour Women’s Group peuvent être consultés à la N.L.S.

9Le compte rendu mi-ironique, mi-paternaliste que donne le Forward du 10/3/1928 du congrès annuel des Scottish Labour Women semble, en tout état de cause, justifié à la lecture des procès-verbaux des réunions, entre 1924 et 1930, de la section féminine du LP de Hawick, petite ville textile des Borders, qui comptait 137 membres inscrits en 1924, une centaine en 1928. Le premier compte rendu, en date du 28/1/1924, est fort bref : « No special business, only electing tray-holders for the forthcoming soirée ». Lors de la réunion du 8/9/1924, Mary Sutherland suggère un emploi du temps, qui est adopté : le premier lundi du mois : business meeting ; le second : social evening ; le troisième : sewing meeting ; le quatrième : address. Ces dernières portent sur « la question féminine » (« elle parla de choses qui touchent le plus les femmes, comme le logement, et pourquoi les femmes et les enfants sont privés de toit, de nourriture et de vêtements »), la santé (y compris le compte rendu d’une conférence prononcée à Edimbourg sur les maladies vénériennes), l’éducation, les coopératives, les banques et les laiteries municipales, les pensions et « le message religieux de Burns6 ».

La répartition des fonctions électives

10Pendant toute la décennie d’après-guerre, l’ILP écossais renforce son implantation locale, tant dans les Hautes-Terres que dans la ceinture industrielle, où il cesse d’être cantonné dans ses bastions de l’aristocratie ouvrière. En 1915, nous l’avons vu, Johnston déplorait que les quartiers les plus pauvres de Glasgow, Cowcaddens, Gorbals ou Broomielaw, fussent représentés au conseil municipal par « le capitalisme ». Sept ans plus tard, si l’ILP obtenait ses meilleurs résultats aux élections municipales dans le bastion de l’aristocratie ouvrière, Govan (63,3 % des voix), le plus « sous-prolétaire », les Gorbals, arrivait immédiatement après, avec 62,6 % des suffrages.

11Faute de pouvoir court-circuiter son partenaire ILP sur le terrain des adhésions individuelles et de la représentation locale, le LP le fit sur son terrain de prédilection, celui de l’adhésion collective et de la représentation nationale. En 1918, le Glasgow Trades Council se rebaptise, après un vote, Glasgow Trades and Labour Council. Edimbourg fait de même deux ans plus tard. La plupart des bourses du travail écossaises suivront le mouvement si bien qu’en 1920 le Scottish Advisory Council of the LP peut déjà se vanter de compter 350 organisations affiliées (dont environ une moitié de sections ILP, le reste consistant en Trades and Labour Councils, syndicats et coopératives), représentant en tout une centaine de milliers d’adhérents. La composition de l’exécutif de ce conseil écossais ne rend guère justice à la représentativité de l’ILP : cinq représentants des syndicats, quatre des Trades Councils et sections travaillistes locales, quatre des sections féminines, deux de l’ILP, un de la société fabienne et un de la SDF.

12Les « sections travaillistes locales » sont en fait, presqu’exclusivement, des organismes électoraux : au lendemain de la guerre, le Scottish Advisory Council met en place, en s’appuyant sur les trades councils, un Divisional Labour Party (regroupant des délégués de syndicats, de coopératives, des trades councils, de l’ILP, des Fabiens et des organisations féminines) dans chaque circonscription législative : à l’ILP le travail de propagande dans les quartiers, au LP la représentation nationale.

13En conséquence de quoi, aux élections de 1918, l’ILP ne présente directement que 19 des 46 candidats travaillistes écossais : la quasi-totalité des 27 autres candidats a beau appartenir à l’ILP, leur élection est financée, soit par un Local Labour Party, soit, plus généralement, par un syndicat : sur les 60 députés du groupe parlementaire travailliste constitué au lendemain de ces élections, pas moins de 53 étaient des sponsored M.P.s financés par un syndicat (dont 29 par la M.F.G.B.) ! Au cours de la décennie suivante, le pourcentage de candidats présentés par un Local Labour Party va progressivement grignoter celui des candidats présentés par une section syndicale ou ILP, l’ILP écossais continuant néanmoins de fournir environ la moitié tant du contingent ILP britannique que du contingent travailliste écossais.

14« We believe that the socialist movement wants at all elections the best possible available candidate, irrespective of what particular union he belongs to or who puts up the money. » Cette mise au point, tout aussi vaine que désabusée, d’Emrys Hughes, nouveau rédacteur en chef du Forward dans le numéro du 6 mars 1926, faisait suite à la désignation controversée de J. McKenna comme candidat travailliste pour la circonscription de Bothwell, dans le Lanarkshire. Dans un premier temps, le Divisional LP avait pourtant retenu Torn Dickson, journaliste à Forward, ex-mineur local et ancien député présenté par l’ILP, par 44 voix contre 23 à McKenna, soutenu par la Lanarkshire Miners’ Union. Le surlendemain, le bureau exécutif de la LMU se rendait à Transport House, siège londonien du LP. Leurs arguments durent être convaincants, voire sonnants et trébuchants : au grand dam de l’ILP, Dickson fut sommé de se démettre, ce qu’il fit.

  • 7 MANN, op, cit., pp. 23-24.

15Dans ses mémoires, Jean Mann rapporte les démêlés qu’elle eut en 1935 avec le DLP de Dundee, qui aurait souhaité en faire sa candidate dans une circonscription représentée par une conservatrice, Florence Horsbrugh, à condition toutefois qu’elle contribuât à l’assainissement des finances de la section. Devant son refus « d’acheter une candidature », il fut fermement conseillé à Jean Mann d’imiter le candidat travailliste aux élections de 1931, Krishna Menon, qui avait trouvé le moyen de faire financer sa campagne par la Jute and Flax Workers’ Union. – dont il n’était pourtant pas adhérent. Elle refusa, et ne fut pas retenue7.

La « brigade de la Clyde »

  • 8 H. NICHOLSON, King George V : His Life and Reign, Londres, Constable, 1952, p. 289.

« Received Mr. Wheatley. He is an extreme Socialist and comes from Glasgow. I had a very interesting conversation with him8. »

16Il serait temps que prévalût, face au rôle que jouèrent à Westminster les députés ILP de la Clyde, l’attitude terre-à-terre dont sut faire preuve, en son temps, le roi George V. Trop longtemps en effet la forme de leur action en a masqué le fond, le snobisme intellectuel, le culte de l’héroïsme ouvrier, de l’iconoclasme ou encore celui – bien écossais – de la défaite glorieuse « à la covenantaire » ayant occulté la question de fond que posèrent, entre 1922 et 1932, les députés écossais de l’ILP : dans une démocratie représentative, qui les élus du peuple doivent-ils, en dernière analyse, représenter ?

17L’élection législative de 1922 marque un tournant dans les relations entre ILP et LP. Tant que le premier se contentait d’expérimenter les théories issues de son « laboratoire d’idées » dans quelques bourgades d’une province nordique, le second pouvait laisser faire. Du moment où l’ILP disposa à Westminster d’une plate-forme nationale pour exposer ses théories hétérodoxes (en particulier sur l’analyse de la crise et la transition vers le socialisme) apparut entre les deux partis frères une divergence fondamentale sur la structure – fédérative ou centralisée – du parti travailliste, soulevant une question de discipline interne depuis lors rencontrée par d’autres adhérents du parti : les élus ILP sont-ils tenus de respecter les consignes de leur section locale, du syndicat ayant financé leur campagne, du congrès annuel de l’ILP ou du LP, du groupe parlementaire du premier parti ou de celui du second ?

18Ce sont vingt députés ILP de l’Écosse industrielle (dont dix pour la seule ville de Glasgow) qui se retrouvèrent à la gare centrale de Glasgow, un soir de novembre 1922, pour entonner le 124e psaume et lire à la foule leur Declaration of Purpose :

  • 9 Forward, 25/11/1922.

« The Labour Members of Parliament for the City of Glasgow and the West of Scotland, inspired by zeal for the welfare of humanity and the prosperity of all peoples and strengthened by the trust reposed in them by their fellow-citizens, have resolved to dedicate themselves to the reconciliation and unity of the nations of the world and the development and happiness of the people of these islands… They will urge without ceasing the need for houses suitable to enshrine the spirit of home. They will bear in their hearts the sorrows of the aged, the widowed mother, and the poor, that their lives shall not be without comfort. They will endeavour to purge industry of the curse of unhealthy workshops, restore wages to the level of adequate maintenance, and eradicate the corrupting effects of monopoly and avarice. They will press for the provision of useful employment or reasonable maintenance. They will have regard for the weak and those stricken by disease, for those who have fallen in the struggle of life and those who are in prison9… »

  • 10 Qu’il eut la mauvaise idée de publier sous le titre de My Life of Revolt juste après avoir été élev (...)

19La défense de la veuve et de l’orphelin n’exclut pas l’humour. Sur le quai David Kirkwood, nouveau député de Dumbarton, crie à ses collègues « Dinna hurry for the train – it’ll all belong tae the people when we come back », tandis que George Buchanan, élu à Maryhill, arbore un badge : « High explosive, handle with care ». De fait, à peine arrivés à Westminster, les Wild Clydesiders, ainsi que les baptise la presse, commencent à se singulariser. Ils refusent ostensiblement les invitations mondaines – ministre de la Santé du premier gouvernement MacDonald, John Wheatley refuse d’endosser un habit de soirée pour se rendre à la présentation royale-, se font expulser à plusieurs reprises de la Chambre pour langage non-parlementaire et, au mépris de tous les usages, déplorent le « gaspillage d’argent public » qu’occasionnent les visites royales, en particulier à Glasgow en juillet 1927. Dans ses mémoires, David Kirkwood souligne, non sans grandiloquence, l’impact médiatique des Clydesiders : « Not since the days of the Chartists had any group of men so fully captured the imagination of the people as our team, and never had any group of men gone to the House of Commons with higher resolve than the Clyde brigade of 192210. »

20Pour la première fois (exception faite de quelques individus isolés comme Keir Hardie), un groupe d’ouvriers siégeait à Westminster sans, soit singer les manières et l’accent de la bourgeoisie, soit rester cois, à l’instar des bataillons de syndicalistes, généralement trop heureux de laisser la parole aux intellectuels bourgeois du parti. Si les hauts faits, magnifiés et embellis, de vrais commoners aux Communes continuent d’être colportés par la tradition orale ouvrière, sans doute est-ce parce qu’ils furent les derniers – mis à part, là encore, de rares exceptions dont les plus connues restent celles de Bevan et de Bevin – à ne pas avoir fait rougir les travailleurs d’y être représentés par des membres de leur propre classe.

Culture de gouvernement, culture d’opposition

  • 11 Cité dans MIDDLEMAS, op, cit., p. 138.

« This is not a Labour Party. The Labour Party are in the factories… I am not anxious for the Labour Party to take office at this moment. If they form a Government and do very little more than past Governments… they will deserve the same fate, the same censure and the same scorn11. »

21Ainsi qu’en témoigne cette mise en garde de Buchanan en janvier 1924, les Clydesiders n’étaient guère partisans de la formation d’un gouvernement travailliste minoritaire. C’est pourtant l’un d’entre eux, John Wheatley, député de Shettleston, qui devait, en tant que ministre de la Santé, marquer le plus durablement le bref passage (janvier-octobre 1924) des travaillistes aux affaires. Son Housing Act entraîna un tel accroissement de la construction de logements populaires que son successeur au Ministère, le conservateur Neville Chamberlain, reconnut, dans un memorandum adressé au Cabinet, le suivre à la lettre. Ce succès, Wheatley le devait en grande partie au long travail de réflexion sur la crise du logement mené depuis 1915 par l’ILP glaswégien. C’est encore en se fondant sur les données amassées pendant des années de travail sur le terrain que les Clydesiders se désolidarisèrent pour la première fois, en avril 1924, du gouvernement, attaquant très violemment la Prevention of Evictions Bill, MacDonald ayant – au grand dam de Wheatley, promoteur du projet de loi – refusé d’y inclure une clause protégeant les chômeurs. Aussi accueillirent-ils avec soulagement la chute du gouvernement travailliste, Wheatley lui-même écrivant dans son Eastern Standard (8/11/1924) : « Labour is freed from a difficult position. We can now return to a fighting policy. It is clear that a timid statesman-like attitude makes no appeal to a people struggling to emancipate themselves from poverty. The points of attack should now be mainly domestic. »

22Obnubilé par les excuses des affaires Campbell et Zinoviev, le parti travailliste ne cherche pas à s’expliquer pourquoi le premier gouvernement ouvrier à arriver légalement au pouvoir en Europe n’avait pas su proposer de meilleures solutions que ses prédécesseurs bourgeois. Aussi lorsqu’au congrès travailliste de Liverpool, en octobre 1925, le syndicaliste Bevin, soutenu par le délégué de l’ILP glaswégien Neil Maclean, propose la résolution suivante : « étant donné la récente expérience gouvernementale travailliste, il n’est pas souhaitable que le parti accepte de former un nouveau gouvernement minoritaire », subit-il une très sévère défaite (512 000 voix contre 2 587 000). Tout à son autosatisfaction d’avoir prouvé qu’il pouvait gouverner sérieusement, le parti se refuse à toute remise en cause de l’orthodoxie financière : à ce même congrès de Liverpool, la motion sur le salaire minimum vital proposée par Maxton est défaite par 2 844 000 voix contre 206 000.

23Tous les adhérents de l’ILP n’ont pas soutenu cette motion. Au congrès ILP de Pâques 1925 déjà, une motion de Buchanan en faveur d’une « vigoureuse offensive socialiste dans le nouveau parlement » n’avait récolté que 139 voix contre 398. Partisan de MacDonald, le président de l’ILP, Clifford Allen (que Maxton traite « d’intellectuel bourgeois frigide ») démissionne en octobre 1925. Il est remplacé provisoirement par Jowett, puis, au congrès de Pâques 1926, par Maxton. L’ambition de ce dernier, proclamée dans son discours d’ouverture, est de faire de l’ILP le gardien de l’orthodoxie socialiste :

  • 12 J. MAXTON, « The Future of the ILP », Forward, 10/4/1926.

« The more the Labour Party becomes absorbed in the responsibilities of Parliamentary life… the more will the tendency be for them to be entirely taken up with the immediately practicable, which always creates a tendency to lose sight of the ultimate ideal. The ILP’s duty is to keep the ultimate ideal clearly before the working-class movement… Political success for the Labour Party is a certainty, but political success is itself a poor end unless, behind the Parliamentary majority, there is a determined revolutionary Socialist opinion. It will be part of my duty to try to make as far-reaching as possible this feeling which I believe is the feeling of the party12. »

24Socialism in Our Time est adopté à une très forte majorité, et le congrès vote une motion réclamant la « prise de possession par la communauté, sans compensation, de toutes les industries et services nécessaires », assortie toutefois d’une « aide de l’État à certaines catégories de personnes (personnes âgées, veuves et orphelins) que la perte de leurs revenus mobiliers aurait mises dans le besoin. »

  • 13 Labour Party Conference Minutes, 1927.

25En Écosse même, Socialism in Our Time est violemment critiqué dans les colonnes de Forward (24/4/1926) par l’une des personnalités travaillistes les plus populaires, Mary Sutherland, qui s’en prend à « cette panacée qu’est censée être la living wage ». Cette revendication est particulièrement critiquée par les syndicats, qui la considèrent comme un empiètement sur leur territoire. Nous avons déjà mentionné la critique d’ordre éthique que Joe Duncan formulait à son encontre. Bevin est plus direct : « En intervenant dans un domaine qui relève légitimement des syndicats, l’ILP empêche nombre de sections syndicales à travers le pays de s’affilier au parti travailliste13. »

  • 14 Discours de Wheatley à Glasgow, avril 1925, cité dans MIDDLEMAS, op. cit., p. 196.

« The workers must be prepared to resist successfully the attack that is now being prepared… we want ten million men who are prepared to fight rather than see Britain made a land of coolies…. Speaking as an old miner who has spent ten years at the coal face… We must turn the House of Commons into an agitational platform to give a lead to the workers outside… we must involve the Trade Unions more in the political struggle and fight as one army… the very essence of Arthur Cook’s policy14. »

26De fait, le seul allié syndical de poids dont puisse se prévaloir l’ILP est le Gallois Arthur Cook, secrétaire de la M.F.G.B. : comme les Clydesiders, notamment Wheatley cité ci-dessus, il ne répugne pas à l’agitation extra-parlementaire. Ce type de discours passe très mal auprès de la majorité des dirigeants syndicaux. Du coup, les Clydesiders ne sont pas invités par les syndicats à prendre une part active à la grève générale de 1926, qu’ils passeront à Londres, dans le bureau du conseil national de l’ILP à attendre vainement que le conseil général du TUC fasse appel à leurs services.

L’implosion de l’ILP

  • 15 En tout, 23 Constituency Labour Parties furent exclus pour ce motif en 19266 et 1927.

27L’échec de la grève provoque une nouvelle ligne de cassure au sein de I’I.L. P. Elle n’oppose plus, cette fois-ci, les « têtes brûlées » écossaises aux « intellectuels bourgeois frigides » anglais, mais ébranle le bloc de la Clyde. Tout en déplorant l’incurie et l’impéritie du conseil général du TUC, Wheatley, Shinwell et Dollan tirent un trait sur le syndicalisme révolutionnaire. La grève générale est, en dernière analyse, une arme politique. Elle a échoué faute d’une volonté révolutionnaire suffisamment répandue. Il faut donc en tirer les conclusions : l’idéologie de l’action directe a vécu, la grève générale ne peut plus être considérée comme l’arme absolue du mouvement ouvrier. En revanche, le président Maxton et le National organiser John Paton estiment que, n’eût été la trahison du TUC, la grève aurait fort bien pu réussir : il appartient donc à I’I.L. P. de maintenir la pression et de préparer la revanche – analyse proche de celle du parti communiste, qui motive, en décembre 1926, la dissolution, par le comité exécutif du LP, des Constituency Labour Parties de Bridgeton, Gorbals et Kelvingrove, coupables d’avoir, contrairement à une résolution votée par le congrès travailliste de 1925, refusé d’exclure leurs adhérents communistes15.

28Cette divergence fondamentale au sein du groupe de la Clyde est masquée pendant plusieurs mois par l’union sacrée qui se constitue autour de Socialism in Our Time. Au congrès travailliste d’octobre 1926, l’ILP tente une nouvelle fois de faire adopter la living wage, MacDonald charge une commission d’étudier la question. Elle ne se réunira pratiquement pas, si bien qu’au congrès d’octobre 1927 la discussion sur les propositions de l’ILP est une nouvelle fois éludée.

  • 16 Maxton au congrès ILP de Pâques 1927 ; cité dans Forward 25/4/1927.
  • 17 Shinwell devant le conseil national de l’I.L.E, juin 1928 ; cité dans MIDDLEMAS, op. cit., p. 214.

29Les attaques fusent contre MacDonald et Henderson, Wheatley se retire ostensiblement du front bench travailliste à Westminster, et la fissure au sein de l’ILP s’élargit. De nouveau se repose la vieille question de la répartition des tâches et des pouvoirs entre TUC, LP et ILP Pour les fondamentalistes du parti, Maxton, Buchanan, Jowett, Jennie Lee, Fenner Brockway, « la fonction de l’ILP, au sein du mouvement travailliste est de faire aboutir des propositions fondées sur nos principes socialistes16. » Pour les plus modérés en revanche – Johnston, Dollan, Shinwell, Jean Mann, « si l’ILP doit vivre, ce ne peut être qu’en tant qu’organisation socialiste missionnaire libérée de toute entrave politique, notamment du travail électoral17. »

  • 18 Ibid. p. 202.

30De 336 en 1926, le nombre de sections écossaises de l’ILP tombe à 285 en 1928, de nombreux adhérents partageant les griefs formulés par Snowden, qui démissionne de l’ILP en décembre 1927 : « It is time for the ILP to merge itself in the larger life of the Labour Party… What between the General Council and the ILP issuing pronouncements on all questions from China to currency, there is no room left for the Parliamentary Labour Party or the National Labour Party – who alone are the political organs of the movement18. »

31Par un phénomène bien connu, l’isolement – accentué en Écosse par la méfiance à l’égard de Londres et par le caractère apocalyptique du socialisme local – entraîne une radicalisation. Fin juin 1928, en pleine période de démoralisation ouvrière et de reflux du militantisme, Maxton et Cook – avec l’appui, mais sans la signature de Wheatley, gravement malade – publient un « appel aux ouvriers de Grande-Bretagne » :

« For some time a number of us have been seriously disturbed as to where the British Labour Movement is being led. We believe that its basic principles are :

1 – An unceasing war against poverty and working – class servitude. This means an unceasing war against Capitalism.

2 – That only by their own efforts can the workers obtain the full product of their labour…

  • 19 Cook & Maxton, « To the Workers of Britain », Forward, 23/6/1928.

We are now being asked to believe that the Party is no longer a working class Party, but a Party representing all sections of the community. As Socialists we feel we cannot represent the views of Capitalism. Socialism and Capitalism can have nothing in common… We can no longer stand by and see thirty years of devoted work destroyed in making peace with Capitalism and compromises with the political philosophy of our Capitalist opponents. In furtherance of our efforts, we propose to… carry through a series of conferences and meetings… At these conferences the rank and file will be given the opportunity to state whether they accept the new outlook, or whether they wish to remain true to the spirit and ideals which animated the early pioneers. Conditions have not changed. Wealth and luxury still flaunt themselves in the face of the poverty-stricken workers who produce them. We ask you to join in the fight against the system which makes these conditions possible19. »

  • 20 John Scanlon était le secrétaire privé de Wheatley, gravement malade.

32Réponse à l’éviction de Cook du conseil général du TUC, le « Cook-Maxton manifesto » avait pour objectif avoué de susciter un mouvement massif de la base syndicale contre les « Mond-Turner talks », la grande négociation paritaire entre patronat et syndicats alors en cours, destinée à ramener la « paix dans l’industrie. » En fait, ainsi que le prouvent amplement tant la personnalité de ses rédacteurs (outre les deux signataires, Buchanan, Campbell Stephen, Kirkwood et Scanlon20 de l’ILP, et Willie Gallacher du C.P.G.B.) que le contenu du manifeste, il s’agissait surtout, en arguant de l’embourgeoisement du LP, d’imprimer une direction révolutionnaire au mécontentement populaire.

  • 21 Discours de Wheatley à Glasgow, 10/7/1928 ; cité dans MIDDLEMAS, op. cit., p. 220.

33Tout cela s’était fait dans le plus grand secret, Maxton ayant omis d’informer les instances dirigeantes du parti qu’il présidait. En fait, quoique l’ILP écossais ait décidé de ne pas s’associer à la campagne, quatre mille personnes assistent, à Glasgow, au meeting inaugural. Mais les orateurs vedettes, Cook, Maxton et Wheatley, commettent une erreur de taille en attaquant MacDonald de façon trop directe. Une majorité de militants a beau penser, à l’instar de Wheatley, que le leader du parti est « socialiste en théorie, mais très conservateur en pratique21 », il n’en représente pas moins la seule chance de succès travailliste aux prochaines législatives. Aussi les attaques personnelles publiques que lui font subir les partisans de Maxton sont-elles perçues, non seulement comme un manquement flagrant à la loyauté, mais surtout comme une véritable manœuvre de sabotage.

34Toute la popularité de Maxton, toute la verve qu’il met au service de ses dénonciations des « entretiens Mond-Turner » ne pourront effacer cette désastreuse impression de départ. Au congrès du TUC de septembre 1928, la motion de Cook visant à rejeter les propositions de la commission sur la « paix dans l’industrie » est repoussée par trois millions de mandats contre un demi-million, seuls – outre les mineurs – les Building Trades (dont le secrétaire, George Hicks, avait participé à l’élaboration du manifeste Cook-Maxton) et l’A.E.U. se prononçant en faveur de la motion.

La critique du programme travailliste

35Il apparaît clairement, lors des débats, que l’atmosphère est plus à la résignation qu’à la mobilisation générale : l’échec de la grève de 1926 a rendu le discours de Maxton et de ses partisans peu crédible. Ils se livrent néanmoins à un baroud d’honneur le mois suivant : au congrès travailliste de Birmingham l’examen de Labour and the Nation, le nouveau manifeste électoral du parti promis par MacDonald l’année précédente à Blackpool, est à l’ordre du jour. Rédigé par Greenwood et Tawney, il est très vague sur les questions économiques et financières, faisant pâle figure dans ce domaine par rapport à Socialism in Our Time et au Yellow Book libéral. Morrison et MacDonald justifient ce flou par la nécessité de laisser les mains libres au groupe parlementaire.

36Conscients que ce congrès représente leur dernière chance d’imposer au parti travailliste un programme réellement socialiste avant les prochaines élections, les Clydesiders dénoncent les lacunes de Labour and the Nation dans le domaine économique. « Un gouvernement travailliste ne peut pas gérer le capitalisme avec plus de succès que Baldwin et consorts » ironise Maxton, et Wheatley enfonce le clou :

  • 22 Labour Party Conference Minutes, 1928.

« Maxton and I do not see Socialism at the end [of Labour and the Nation], This only makes Capitalism work. It would be easier to select from its sixty-five headings a Liberal than a Socialist programme of legislation. It is absolutely necessary, if you agree that Socialism is the only remedy, to give instructions to your Parliamentary Party more definitely as to the line they are to pursue when you place them in power… Is the whole Labour movement to do nothing more than improve on the financial proposals placed in the statute book by Sir William Harcourt in the late nineteenth century? 22 »

37La question fondamentale que soulève Weatley est celle de la suprématie du mouvement sur le groupe parlementaire. Il la pose par le biais d’une interrogation sur le programme économique du LP qui constitue sans conteste le plus important débat de fond soulevé lors d’un congrès travailliste avant la célèbre remise en question de l’article IV, trente ans plus tard. L’appel final de MacDonald à la loyauté, assorti d’allusions au crypto-communisme de Maxton, remporte sans mal l’adhésion d’une très forte majorité : les amendements à Labour and the Nation proposés par Wheatley, Maxton, Buchanan, Campbell Stephen, Paton et Brockway sont défaits par environ 150 000 mandats contre près de 3 millions.

Le bref rapprochement ILP / CPGB

38On aura noté l’absence, parmi ces contestataires, des dirigeants relativement modérés de l’ILP écossais, comme Dollan et Shinwell, soucieux de ne rien tenter qui pût compromettre les chances électorales des travaillistes. Leur méfiance à l’encontre de Maxton, taxé d’aventurisme et d’autocratisme, est aggravée par l’engagement de ce dernier au côté des communistes dans la Ligue contre l’impérialisme, fondée en janvier 1927 par la 3e Internationale. Alors partisans d’une politique de rapprochement entre forces de gauche, les communistes multiplient les ouvertures en direction des dirigeants sociaux-démocrates considérés comme les plus à gauche. Aussi Brockway, secrétaire politique de l’ILP, est-il invité à présider la section britannique de la Ligue. Le Conseil National de l’ILP, membre de la 2e Internationale, l’ayant sommé de choisir entre les deux organisations, Brockway démissionne de la Ligue pour céder sa place à… Maxton. Dans un article publié en décembre 1928 par la Deutsche Allgemeine Zeitung, Haden-Guest, expert du LP pour les affaires étrangères, en tire les conclusions :

  • 23 Cité dans MIDDLEMAS, op. cit., p. 229.

« The ILP is plainly and clearly leading the international Labour movement to the Left and towards a closer co-operation with the Communists… Maxton declares that the League [against Imperialism] wishes to support the struggle for freedom in all parts of the world, which means in fact supporting the Communist party policy and the organising of revolution in India, Egypt, etc. It is certain that the ILP is… growing more revolutionary in its manifesto and in the influence which it exerts on the English Labour Party and its members23. »

  • 24 Cité dans A. MARWICK, « James Maxton : His Place in Scottish History », Scottish Historical Review, (...)

39En fait, Maxton est exclu de la Ligue en septembre 1929 pour avoir refusé de publier dans le New Leader, comme le lui demandait l’Allemand Willi Münzenberg, secrétaire de la Ligue, le texte de la déclaration de guerre aux modérés de son parti qu’il avait bel et bien faite en juillet à Hambourg : « I am Chairman [of the ILP] and will fight for the adoption of a militant policy and those in the ranks of the Party who wish for a moderate reformist policy will be discarded24. » Il faisait allusion à ses deux contestataires écossais, Dollan et Shinwell qui, poussés par MacDonald, s’étaient présentés contre lui à la présidence de l’ILP lors du congrès de Pâques 1929. En vain : Maxton fut réélu par 248 voix contre 39 à Shinwell et 38 à Dollan, ces deux derniers étant les seuls membres du nouveau conseil national à ne pas se situer à l’extrême-gauche. Là se trouve une des clefs du comportement des Clydesiders depuis 1922 : même si la base se refusait à les suivre dans leurs initiatives ouvertement fractionnistes, ils bénéficiaient d’une extraordinaire popularité, ainsi que le confirmèrent les élections legislatives de mai 1929 : tous furent réélus avec de confortables majorités. A chaque élection législative de la décennie d’après-guerre, les voix travaillistes à Glasgow (notons que Dollan ne se présenta qu’une seule fois, à Ayr, et que Shinwell fut élu en dehors de Glasgow) connurent une sensible progression : 166 500 voix en 1922, 181 000 en 1923, 197 500 en 1924, 265 500 en 1929. Dans de telles conditions, il était inévitable que les Clydesiders estimassent détenir un mandat populaire échappant au contrôle de MacDonald, Snowden ou Henderson.

Les attaques contre le second gouvernement travailliste

40Aucun d’entre eux ne fera partie du second gouvernement travailliste, constitué par MacDonald en juin 1929. Des leaders écossais de l’ILP, seuls seront appelés deux modérés, Shinwell (War Office) et Johnston (secrétaire d’État à l’Écosse). L’exclusion de leur chef de file, Wheatley, qui avait amplement fait la preuve de sa compétence en 1924, est ressentie comme une véritable déclaration de guerre par les Clydesiders. Dès lors, la guérilla entre les élus ILP de la Clyde et la direction travailliste va se développer sur deux terrains, le procédurier et l’idéologique, et à l’intérieur de deux instances, les congrès de l’un et l’autre parti et la Chambre des Communes.

41Au congrès ILP de Pâques 1930, Maxton est réélu triomphalement. Il en profite pour adresser une sévère mise en garde au gouvernement :

  • 25 Forward, 19/4/1930.

« Whilst the ILP has worked with loyalty to Labour Party principles, its liberty of action when fundamental Socialist issues are involved has not been questioned… The National Council of the ILP hopes that the Labour Party Executive will not seek to enforce rigid discipline preventing liberty of action on matters of deep conviction. The ILP considers it desirable to make clear that it cannot accept new limitations of its rights and of the obligations of members of Parliament to their constituents and to Socialism. 25 »

42De nouveau se repose la question fondamentale de la démocratie représentative, avec d’autant plus d’acuité qu’il apparaît clairement que la popularité des Clydesiders est intacte ; plusieurs dizaines de milliers de personnes assistent, en mai 1930, à l’enterrement de John Wheatley, mort à 61 ans d’une crise cardiaque. Désormais privé de l’habileté manœuvrière de celui que John Maclean appelait « le jésuite », Maxton force la marche : en juillet 1930, le conseil national envoie une circulaire à tous les députés ILP, élus directs ou indirects, leur enjoignant de promouvoir au parlement la politique décidée par le congrès annuel-notamment la living wage et Socialism in Our Time. Des 142 députés travaillistes appartenant à l’ILP, seuls 17 acceptèrent cet ultimatum : 10 (dont Jowett, Maxton, Wise, Brockway, Stephen et Jennie Lee) sur les 37 élus directs, et seulement 7 (dont Buchanan, Kirkwood, Horrabin et, un peu plus tard, John McGovern, successeur de Wheatley à Shettleston) parmi le groupe des 105 élus indirects, ceux dont la campagne avait été financée par une section travailliste ou syndicale. Tout en conservant leur carte du parti, les 125 réfractaires furent exclus d’office du groupe parlementaire ILP.

43La contre-attaque travailliste ne se fit pas attendre : le congrès du LP d’octobre 1930 décide d’exiger de tout candidat ILP aux législatives un engagement écrit de respect du règlement intérieur régissant la discipline du groupe parlementaire. Gare aux fortes têtes : ayant refusé de signer cette déclaration d’obédience, le candidat ILP à l’élection partielle de Renfrew Est, D. Irwin, se voit refuser l’agrément officiel du LP ; il subira une lourde défaite. Au prix d’une déroute électorale dans cette élection partielle de peu de conséquence, les travaillistes viennent de trouver le coin qu’ils pourraient enfoncer entre le président de l’ILP et les sections locales de son parti. En décembre, Maxton réaffirme par écrit sa position à Henderson. En mai 1931 David Hardie – le propre frère du fondateur de l’ILP ! – signe l’engagement sans en avertir le conseil national, et remporte l’élection législative partielle de Rutherglen.

44Aux Communes, où les travaillistes ne disposent que d’une majorité relative (288 sièges contre 260 aux conservateurs et 59 aux libéraux), la tactique de harcèlement mise au point par Buchanan est simple : veiller à ce que le gouvernement respecte les « exigences minimales » formulées par le groupe parlementaire de l’ILP en octobre 1929. Aussi les rebelles de l’ILP refusent-ils de soutenir tout projet de loi ne contenant pas de propositions socialistes – comme par exemple l’Education Bill et le National Health Insurance Bill (décembre 1929). Rejoints par un certain nombre de travaillistes (dont Bevan) et plusieurs syndicalistes, ils contraignent, peu avant Noël, le gouvernement à amender 1’Unemployment Insurance Bill présentée par le ministre du Travail, Margaret Bondfield, dans un sens plus favorable aux chômeurs, en particulier pour ce qui concerne la « not genuinely seeking work clause ».

45En février 1931, Maxton a la chance de se voir tirer au sort pour proposer, à titre individuel, son Living Wage Bill. Sa proposition a droit à une seconde lecture mais, attaquée par les syndicats et sabotée par Margaret Bondfield – qui refuse de lui accorder un supplément de temps-, elle n’aboutira pas. C’en est définitivement fini de ce fondement du programme de l’ILP, qui contenait, outre des propositions d’ordre économique et financier originales, un projet de service national de santé et un plan d’accession à l’indépendance de l’Inde.

46Une dernière occasion sera donnée au groupe de Maxton de faire preuve de sa compétence et de son imagination dans le domaine de la finance et de l’économie à la fin de février 1931. Snowden ayant annoncé la mise en place d’une commission, sous la présidence de Sir George May, chargée de préparer des coupes claires dans le budget de l’État, le conseil national de l’ILP se rebelle contre cette poursuite de « l’orthodoxie financière dictée par la Treasury », et fait une série de contre-propositions : réduire la dette en augmentant les impôts des gros revenus ; taxer les spéculateurs fonciers et immobiliers ; réduire les dépenses militaires ; taxer les investissements étrangers ; contrôler l’exportation de capitaux ; accorder du crédit aux entreprises décidées à faire des investissements productifs ; abandonner l’étalon-or.

47La confrontation la plus grave entre Clydesiders et gouvernement a lieu en juillet 1931, lorsque douze membres de l’ILP menés par Maxton, Buchanan, Stephen et Kirkwood s’opposent à l’Anomalies Bill de Margaret Bondfield, censé éliminer les récipiendaires d’allocations de chômage « anormaux » : travailleurs saisonniers et femmes mariées. Pendant une nuit entière, ils provoquent 32 votes contre le gouvernement, et gagnent quelques concessions sur des points mineurs. Le gouvernement démissionnera un mois plus tard, en grande partie, précisément, à cause de la question des allocations de chômage.

La rupture

  • 26 Préface à J. SCANLON, Decline and Fall of the Labour Party, Londres, Peter Davies, 1932, p. 10.
  • 27 National Administrative Council of the ILP Minutes, 7/9/1931.

48Les faits lui ayant donné raison, l’analyse de Maxton ne varie pas : l’échec du gouvernement travailliste était dû à « un manque total de foi dans le socialisme, dans le désir et le pouvoir des classes ouvrières de parvenir au socialisme26. » Or ses interlocuteurs travaillistes, désormais dirigés par Henderson, ne sont pas plus prêts que ne l’était MacDonald à se lancer dans ce qu’ils considèrent comme de l’aventurisme. En septembre 1931, Henderson rejette catégoriquement la proposition du conseil national de l’ILP « d’établir des contacts sérieux avec les chômeurs organisés dans leurs régions, ou de prendre l’initiative de les organiser là où ils ne le sont pas27. » Le mois suivant, le congrès du LP (Scarborough) résout enfin la question disciplinaire posée par Wheatley trois ans plus tôt : conscients qu’il est nécessaire d’aller aux élections en ordre de bataille uni, les délégués votent, par 2 millions de mandats contre 200 000, une motion exigeant de tous les députés travaillistes qu’ils respectent les Standing Orders.

49Le résultat des élections législatives de 1931 est catastrophique : quarante-six élus travaillistes et cinq de l’ILP, dont quatre à Glasgow (Maxton à Bridgeton, McGovern à Shettleston, Buchanan à Gorbals et Kirkwood à Clydebank), et un à Merthyr Tydfill, R.C. Wallhead. En Écosse, l’ILP l’emporte sur le LP, qui ne compte que trois élus (dont un ancien Clydesider, Neil MacLean). Ayant (y compris les deux sponsored M. P’s du lot, Buchanan et Kirkwood) refusé de signer l’engagement de respecter le règlement intérieur du LP, les cinq députés de l’ILP ne reçurent pas le Labour whip et furent reconnus par le Speaker en tant que parti séparé.

  • 28 Ibid, 7/11/1931.

50Se pose alors avec acuité la question du maintien des liens institutionnels entre ILP et LP. Sommé par Henderson de choisir une fois pour toutes son camp, Maxton déclare devant le conseil national de l’ILP, en novembre 1931, qu’il « refuse tout autant le terrorisme de masse du communisme que la misère de masse du gradualisme », et poursuit : « He was not out for disaffiliation with the Labour Party, but he would be most definitely if continuing membership meant for the ILP any curtailment of its freedom to stand for Socialism in Our Time outside and inside Parliament or if members were to be compelled to cast votes against their expressed working class and Socialist principles28. »

  • 29 Cité dans J. McNAIR, James Maxton, the Beloved Rebel, Londres, Allen & Unwin, 1955, p. 209.

51Or, le parti travailliste est en pleine période de repli ouvriériste. MacDonald et Snowden d’un côté, Maxton de l’autre ont beau avoir, depuis une décennie, amplement fait la démonstration de leur profond désaccord, ils partagent un point commun : ce sont des intellectuels – catégorie d’autant plus suspecte qu’un autre théoricien de l’ILP, Sir Oswald Mosley, venait, en février 1931, de faire sécession et de fonder son New Party fascisant. Aussi Maxton reçut-il, en novembre 1931, cette mise au point du nouveau président travailliste, Lansbury : « Nous rejetons la conception fédérale du parti travailliste que prône l’ILP et qui fut jadis, en effet, le fondement du parti29. »

52Au congrès ILP de Pâques 1932, les délégués constatent une baisse sensible des effectifs nationaux : 16 500, soit un tiers de moins qu’en 1923 (en un an, la division écossaise a perdu le tiers de ses adhérents), et un déficit financier énorme. Confronté à trois motions portant sur ses liens institutionnels avec le LP, le congrès, rejetant la désaffiliation immédiate et, encore plus massivement, l’affiliation inconditionnelle, vote à une forte majorité (250 voix contre 53) une motion en faveur de la poursuite de l’affiliation à condition que le règlement intérieur du groupe parlementaire travailliste soit révisé, ce qui lui sera, le mois suivant, refusé.

  • 30 SCANLON, op. cit., p. 10.

53Plus possible, dès lors, de reculer. En juillet, un congrès extraordinaire de l’ILP réuni à Bradford vote par 241 voix (parmi lesquelles on relève celles de Maxton, Jowett, Lee, Brockway, Buchanan et Paton) contre 142 (Dollan, Kirkwood, Wise, etc.) une motion de désaffiliation, et ordonne aux sections locales de cesser de verser leur contribution financière au parti travailliste. « The ILP has now separated from the Labour Party with the intention of creating a united working class movement that shall be serious in its efforts to achieve a socialist commonwealth in this country in the immediate future » écrivait peu après Maxton30. Vains espoirs : en un an, le nombre de sections locales chuta de 658 à 452. Trois ans après la rupture, l’ILP ne comptait plus que 4 000 adhérents, soit quatre fois moins qu’en janvier 1932.

  • 31 C.P.G.B., Immediate Tasks before the Party and the Working Class, Londres, 1932, p. 5.

54La plupart de ces défections firent suite à l’alliance de « Front uni contre le fascisme » conclue en mars 1933 avec le parti communiste qui, un an plus tôt – on était alors en pleine période de « classe contre classe » – avertissait : « L’ILP est une partie indissociable du social-fascisme britannique… il constitue la barrière la plus dangereuse entre le parti et les masses, qui sont en voie de radicalisation31. » Officieusement, le front uni avait été expérimenté dès octobre 1932, lorsqu’ILP et N.U.W.M. organisèrent conjointement la première grande marche de la faim. Leur dernière action commune eut pour cadre la seconde marche, deux ans plus tard. La guerre d’Espagne mit un terme à cette alliance, Maxton prenant nettement le parti du P.O.U.M. A Glasgow, son ultime refuge, l’ILP survécut jusqu’à la mort de Maxton, en 1946. Entre temps, Buchanan avait rejoint le LP en 1939, Stephen et McGovern en 1945.

Un utopisme réaliste

  • 32 Labour Monthly, janvier 1923.

«The new Glasgow group are Socialists. That is the whole innovation. They hold a definite political position, and they regard the capitalist class as their enemies. That is all, but it is a great thing. For from that everything else can follow»32

  • 33 B. WEBB, Diaries, vol. II, p. 137 (avril 1927).

«Wheatley and Maxton, in many ways the most attractive figures in the Labour Party, and their ILP followers, are Utopians and pseudo-revolutionaries – peddling phrases without understanding what is involved and without constructive capacity. Johnston, is the best of the Clyde lot…; but he is slight in mental make-up33

  • 34 Discours de Churchill aux Communes (novembre 1929) cité dans MIDDLEMAS, op. cit., p. 236.

«That little band of representatives from the Clyde have played such an important part that their lot appears to require our sympathy. They dreamed that they were clearing a pathway along which the voting millions were to advance towards Utopia, but they find that all they have been doing was to set up a ladder by which the Hon. Baronet the member for Smethwick could climb into place and power34

  • 35 Forward, 25/1/1930.

«The apparently unconstitutional action of the Maxton group results from the fundamental difference in the mentality of Scots and English. What Maxton and the Clydeside Group must now do is to work for an independent Scottish Parliament35

  • 36 Lettre de MacDonald à Buchanan et Maxton (novembre 1927) citée dans McNAIR, op. cit., p. 173.

«I deplore the language you [Maxton and Buchanan] used, which occasioned your suspension… Its effect is to drag us down to public-house levels36

55L’étonnement admiratif du communiste Palme Dutt, la commisération hautaine de l’intellectuelle patentée Beatrice Webb, le paternalisme amusé de l’aristocrate Winston Churchill, la peu subtile tentative de récupération du nationaliste Roland Muirhead, le mépris agacé de Ramsay MacDonald, en mal de respectabilité tant pour lui-même que pour son parti, donnent une image assez complète de l’éventail de réactions que suscita l’action des Clydesiders à Westminster. On peut retracer l’évolution des rapports entre ILP et LP de 1918 à 1932 en isolant un mot-clef dans chacune de ces remarques : socialistes ; utopistes ; représentants ; écossais ; public house.

  • 37 G.D.H. COLE, History of the Labour Party from 1914, Londres, 1958, p. 56.
  • 38 D. COATES, The Labour Party and the Struggle for Socialism, Cambridge, C.U.P., 1975, p. 14
  • 39 R. BARKER, Education and Polirics, 1900-1951 : a Study of the Labour Party, Oxford, O.U.P., 1974, p (...)
  • 40 R. HARRISON, « The War Emergency Workers’National Committee, 1914-1920 », in A. BRIGGS & J. SAVILLE (...)
  • 41 McKIBBIN, op. cit., p. 244. Cf. aussi la thèse de Colette BERNAS, L’Idéologie travailliste, Chambér (...)

56Plus d’un demi-siècle après la publication de Labour and the New Social Order, les historiens du mouvement ouvrier débattent encore de la question suivante : ce programme transforma-t-il le parti travailliste en un parti socialiste ? Ce qui semblait ne faire aucun doute pour Cole (« [ce programme] fixa sans conteste des objectifs socialistes au parti travailliste »)37 et David Coates (« C’est en tant que parti ouvertement socialiste que le parti travailliste entreprit en 1918 la rédaction de son nouveau programme38 ») est remis en question par les travaux de Rodney Baker (« l’adoption du socialisme en 1918 fut en grande partie une illusion39 »), Royden Harrison (« cet objectif [l’article IV]… masquait une grande diversité d’intérêts particuliers40 ») et Ross McKibbin (« l’article IV, cet “objectif socialiste”, fut inséré dans une constitution qui confirmait le triomphe des syndicats et la défaite des socialistes41. ») Incontestablement, la question ne se pose pas pour l’I.L.R ; se proclamant socialiste depuis sa fondation, il confirme cet engagement entre les deux guerres par l’action de ses élus à Westminster, ainsi que le reconnut Palme Dutt.

57De MacDonald à Snowden, puis de Shinwell à Dollan, les démissionnaires de l’ILP lui reprochèrent – comme le firent B. Webb et Churchill avec tout le mépris de l’intellectuel diplômé pour l’autodidacte – de prêcher un socialisme utopique. S’agissant de la foi en l’avènement du Socialist Commonwealth par l’éducation des masses, l’appréciation est fondée. En revanche, il apparaît clairement que, au contraire des utopistes de gauche – communistes – pour lesquels la récession annonçait la crise finale du capitalisme et de la droite travailliste pour laquelle la reprise était imminente, l’ILP fut – avec certains libéraux proches de Keynes – le seul parti à développer une analyse en profondeur de la crise économique de l’après-guerre, et à y proposer des remèdes réalistes.

58Ces solutions, les Clydesiders les tirèrent de leur expérience en tant que représentants de leur circonscription écossaise. Contrairement à la plupart des autres leaders travaillistes, généralement « parachutés », ils étaient fermement enracinés dans leur ville. Tel a d’ailleurs toujours été le cas des leaders d’origine ouvrière de la gauche travailliste, de Jowett (Bradford) à Bevan (Ebbw Vale). Outre qu’elle leur permettait mieux qu’à d’autres d’appréhender la réalité des problèmes et des souffrances sur le terrain (et donc de percevoir la nécessité d’un salaire minimum et l’injustice de la « not genuinely seeking work clause »), cette implantation locale les contraignait à un double devoir, de témoignage et de transparence.

59Aussi Westminster était-il pour eux une public-house au sens large du terme : un lieu public, où ils s’adressaient, non seulement à leurs pairs, mais aussi, par l’intermédiaire du Forward ou de l’Eastern Standard, à leurs électeurs. Ce qui pour MacDonald n’était que « discours de café du commerce » ou pour B. Webb poses « pseudo-révolutionnaires », démagogie ou iconoclasme à bon compte, participait, pour les Clydesiders, de ce double souci permanent : rendre compte de leurs actes devant leurs électeurs, et faire pénétrer à Westminster la vertu première qui avait été à l’origine de la création de l’ILP puis de leur élection : l’indignation. Au mépris du « réalisme », l’ILP sut la préserver intacte pendant la guerre, puis pendant la crise. Sans doute est-ce là la plus grande source d’incompréhension, puis d’hostilité, entre les deux partis travaillistes, l’un érigeant l’indignation en pierre de touche de l’orthodoxie socialiste – culture d’opposition-, l’autre – culture de gouvernement – lui opposant la patience. Des deux, lequel fut le plus réaliste ? Ainsi que s’en indigne Ralph Milliband,

  • 42 R. MILLIBAND, Parliamentary Socialism, a Study in the Politics of Labour, Londres, Merlin, 1972 (1e(...)

« Given the fact that Britain was in 1931 one of the richest countries in the world, and blessed with one of the richest ruling classes in the world, it is surely amazing that there were actually found rational men to argue that the saving of a few million pounds a year on the miserable pittance allowed to unemployed men and women and their children was the essential condition of British solvency ; even less credible that two men, exalted by the Labour movement…, should have been the main actors in this obscene charade42. »

Notes

1 Lettre de MacDonald à Margaret Bondfield (1918) citée dans MIDDLEMAS, op. cit., p. 108.

2 Forward, 23/6/1928.

3 La position de MacDonald, en particulier, fut plutôt ambiguë.

4 « To secure for the producers by hand or brain the full fruits of their industry, and the most equitable distribution thereof that may be possible, upon the basis of the Common Ownership of the Means of Production and the best obtainable system of popular administration and control of each industry or service. »

5 Darnconner, Hawick, Lerwick, Lesmahagow, Maxwelltown, Symington, Wigtown, Whithorn, Wallsend

6 Les procès-verbaux du Hawick Labour Women’s Group peuvent être consultés à la N.L.S.

7 MANN, op, cit., pp. 23-24.

8 H. NICHOLSON, King George V : His Life and Reign, Londres, Constable, 1952, p. 289.

9 Forward, 25/11/1922.

10 Qu’il eut la mauvaise idée de publier sous le titre de My Life of Revolt juste après avoir été élevé à la pairie, ce qui leur valut d’être rebaptisés My Revolting Life par de mauvaises langues gauchistes. KIRKWOOD, op. cit., p. 31.

11 Cité dans MIDDLEMAS, op, cit., p. 138.

12 J. MAXTON, « The Future of the ILP », Forward, 10/4/1926.

13 Labour Party Conference Minutes, 1927.

14 Discours de Wheatley à Glasgow, avril 1925, cité dans MIDDLEMAS, op. cit., p. 196.

15 En tout, 23 Constituency Labour Parties furent exclus pour ce motif en 19266 et 1927.

16 Maxton au congrès ILP de Pâques 1927 ; cité dans Forward 25/4/1927.

17 Shinwell devant le conseil national de l’I.L.E, juin 1928 ; cité dans MIDDLEMAS, op. cit., p. 214.

18 Ibid. p. 202.

19 Cook & Maxton, « To the Workers of Britain », Forward, 23/6/1928.

20 John Scanlon était le secrétaire privé de Wheatley, gravement malade.

21 Discours de Wheatley à Glasgow, 10/7/1928 ; cité dans MIDDLEMAS, op. cit., p. 220.

22 Labour Party Conference Minutes, 1928.

23 Cité dans MIDDLEMAS, op. cit., p. 229.

24 Cité dans A. MARWICK, « James Maxton : His Place in Scottish History », Scottish Historical Review, avril 1964.

25 Forward, 19/4/1930.

26 Préface à J. SCANLON, Decline and Fall of the Labour Party, Londres, Peter Davies, 1932, p. 10.

27 National Administrative Council of the ILP Minutes, 7/9/1931.

28 Ibid, 7/11/1931.

29 Cité dans J. McNAIR, James Maxton, the Beloved Rebel, Londres, Allen & Unwin, 1955, p. 209.

30 SCANLON, op. cit., p. 10.

31 C.P.G.B., Immediate Tasks before the Party and the Working Class, Londres, 1932, p. 5.

32 Labour Monthly, janvier 1923.

33 B. WEBB, Diaries, vol. II, p. 137 (avril 1927).

34 Discours de Churchill aux Communes (novembre 1929) cité dans MIDDLEMAS, op. cit., p. 236.

35 Forward, 25/1/1930.

36 Lettre de MacDonald à Buchanan et Maxton (novembre 1927) citée dans McNAIR, op. cit., p. 173.

37 G.D.H. COLE, History of the Labour Party from 1914, Londres, 1958, p. 56.

38 D. COATES, The Labour Party and the Struggle for Socialism, Cambridge, C.U.P., 1975, p. 14

39 R. BARKER, Education and Polirics, 1900-1951 : a Study of the Labour Party, Oxford, O.U.P., 1974, p. 34.

40 R. HARRISON, « The War Emergency Workers’National Committee, 1914-1920 », in A. BRIGGS & J. SAVILLE, Essays in Labour History, 1886-1923, Londres, Croom Helm, 1971, p. 257.

41 McKIBBIN, op. cit., p. 244. Cf. aussi la thèse de Colette BERNAS, L’Idéologie travailliste, Chambéry, 1989.

42 R. MILLIBAND, Parliamentary Socialism, a Study in the Politics of Labour, Londres, Merlin, 1972 (1e ed. 1961), p. 185.

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540