Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Troisième partie. Le mouvement ouvrier

Chapitre XIV. Le parti travailliste indépendant

Texte intégral

Une origine écossaise

  • 1 D. LOWE, Souvenirs of Scottish Labour, Glasgow, 1919, p. 1.

« The Scottish Labour Movement was not founded on materialism... The instinct for freedom and justice which animated the Covenanters and Chartists also inspired the 19th century pioneers. Their heroes were Jesus, Shelley, Mazzini, Whitman, Ruskin, Carlyle, Morris. The economists took a secondary place. The crusade was to dethrone Mammon and to restore spirit, and to insist that the welfare of the community should take precedence over the enrichment of a handful1. »

  • 2 Forward, 2414/1926.

« The [ILP’s] Living Wage Policy would mean friction between the ILP and the Trade Union Movement, and from a propaganda point of view there would be little enthusiasm for a wage issue in which the inspiration of the great ethical and religious idealism of the Socialist message would be lost2. »

1A la veille de la gréve générale de 1926, Joe Duncan, président du STUC et secrétaire général de la S.F.S.U. s’efforçait encore de faire prévaloir au sein de l’ILP, auquel il appartenait de longue date, une idéologie « éthique et religieuse » sérieusement malmenée par la guerre. De fait, lorsque le militant (et poète) David Lowe publia, en 1919, ses Souvenirs of Scottish Labour, les économistes du parti étaient en train de quitter leur « place secondaire ».

2L’ossature de l’ILP pendant le premier quart de siècle de son existence se constitua lors de la formation en 1888, grâce à l’impulsion de Keir Hardie, du Scottish Labour Party, destiné à promouvoir « l’éducation politique du peuple et l’élection au Parlement ainsi qu’à toutes les assemblées locales d’adhérents partisans de son programme », en particulier de la nationalisation des chemins de fer, de l’autonomie de toutes les nationalités de l’Empire britannique et de la limitation statutaire de la journée de travail à huit heures. Le nouveau parti ouvrier ayant refusé de limiter son recrutement aux seuls travailleurs manuels – dans un article du Miner, Keir Hardie lança un appel à quiconque, « paysan ou pair du Royaume », était prêt à soutenir ses revendications – les adhérents (tous à titre individuel) provenaient de deux grandes familles politiques : syndicalistes, en particulier mineurs (Robert Smillie) et radicaux (R.B. Cunninghame Graham et G.B. Clark, députés libéraux du Lanarkshire et du Caithness). Outre un programme de réformes sociales, ils avaient en commun de militer, de longue date, en faveur d’une réforme agraire et de l’autonomie écossaise.

  • 3 M. KEATING & D. BLEIMAN, Labour and Scottish Nationalism, Londres, MacMillan, 1979, p. 51.

3Fondée en 1886 par un groupe de libéraux, la Scottish Home Rule Association s’ouvrit immédiatement aux dirigeants du mouvement ouvrier : Robert Smillie figurait au nombre de ses vice-présidents, Ramsay MacDonald était secrétaire de la section londonienne. Deux groupes très proches de la SHRA, la Scottish Land Restoration League et la Scottish Land and Labour League, participèrent officiellement à la formation du Scottish Labour Party en 1888, si bien que, comme le font remarquer Keating et Bleiman, « The new party was... a motley collection, perhaps best understood as a “land, labour and Home Rule party” than as a modern trade-union based labour party3. »

4Le Scottish Labour Party fut l’élément moteur dans la fondation à Bradford, en 1893, de l’Independent Labour Party, au programme plus ouvertement socialiste puisqu’il prônait « la propriété collective de tous les moyens de production, de distribution et d’échange ». Le nouveau parti était géographiquement très concentré : sur les quelque trois cents sections locales qu’il comptait en 1895, cent étaient implantées dans le Yorkshire, soixante-dix dans le Lancashire et le Cheshire, quarante en Écosse. Dans le Sud de l’Angleterre, le terrain du socialisme bourgeois était occupé par la société fabienne. A son tour, l’ILP contribua grandement à la formation, en 1900, du Labour Representation Committee puis, six ans plus tard, du Labour Party. Aussi n’est-il guère surprenant de retrouver à la tête de ce nouveau parti ouvrier plusieurs anciens de son ancêtre écossais comme Keir Hardie, Ramsay MacDonald, Bruce Glasier et Robert Smillie.

5A la veille de la guerre, L’ILP national verse au L.P. une cotisation sur la base de 30 000 membres, ce qui est très peu par rapport aux masses syndicales. En revanche, l’implantation locale de l’ILP est bien plus solide que celle de son grand frère travailliste : en 1914, alors que le L.P. n’a que 65 organisateurs au Royaume-Uni (et seulement cinq sections locales en Écosse, qui ne sont en fait que des organismes éphémères chargés d’organiser des actions ponctuelles communes à l’ILP et aux trades councils) l’ILP compte déjà 672 sections. Loin devant le Yorkshire et le Lancashire, le district écossais de I’ILP est le plus puissant des huit que compte le parti. En janvier de chaque année, chacun des huit districts organise une divisional conference of the ILP, chargée de préparer les débats du congrès national, qui a toujours lieu à Pâques. Chaque année, le congrès élit un président, un secrétaire et un conseil national.

Le recrutement

6Cette très forte implantation, l’ILP la doit à une particularité structurelle : c’est le seul parti de masse ouvert aux non-syndiqués. Contrairement à la fondation de l’ILP, qui s’était opérée par fusion, celle du L.P. se fit par agrégation : à côté des syndicats qui lui fournissaient des bataillons d’adhérents indirects, l’ILP et la Fabian Society préservèrent leur fonction de réceptacle des adhésions individuelles. Longtemps – au moins jusqu’aux nouveaux statuts du parti travailliste de 1918 — cette particularité valut à l’ILP l’adhésion de bourgeois et d'intellectuels, pour la plupart anciens libéraux, désireux « d’aller au peuple » sans pour autant adhérer à un syndicat. Selon Emmanuel Shinwell,

  • 4 SHINWELL, op. cit., p. 35.

« The ILP had a profound influence on the more intellectual people of Glasgow. It gave much food for thought to clergymen, teachers, the better-off craftsmen and artisans, shop-keepers and quite a number of wealthy people who had already become interested in Socialism through the writings of William Morris and the activities of the Fabians4. »

  • 5 D’autres propositions de loi du même type furent présentées au Parlement en 1894, 1895, 1908, 1911, (...)

7De fait, on recense parmi les adhérents glaswégiens de l’ILP l’armateur James Allan, le fabricant de matériel électrique William Martin Haddow, l’épicier en gros George Scott, des intellectuels comme les professeurs Robert Nichol et James Maxton, l’avocat Rosslyn Micthell, le pasteur Archibald Jamieson, ainsi qu’un fort contingent de Highlanders partisans de l’autonomie de l’Écosse et déçus par la politique libérale dans ce domaine, en particulier le Dr. G.B. Clark, promoteur, en 1889, de la première Scottish Home Rule Bill présentée aux Communes5.

  • 6 E. KING, The Scottish Womens Suffrage Movement, Glasgow, Glasgow Museums and Art Galleries, 1978, p (...)

8De plus, l’adhésion directe offre à de nombreuses femmes la possibilité de militer. Dès avant la guerre, l’ILP (en particulier Keir Hardie) avait soutenu la Women’s Social and Political Union, fondée à Manchester en 1903 par les Pankhurst. Les dirigeantes de la section glaswégienne, fondée la même année, furent deux militantes de l’ILP, Helen Crawfurd (future co-fondatrice du C.P.G.B.) et Janie Allan (fille de l’armateur)6.

  • 7 Cantonnées au départ, il est vrai, dans un rôle traditionnel, ainsi qu’en témoigne ce commentaire d (...)

9En janvier 1920, la section ILP d’Armadale lance une Women’s branch à laquelle adhérent immédiatement 36 femmes. Par la suite, le mouvement s’étendra à la quasi-totalité des sections ILP d’Écosse. Les militantes ne sont pas cantonnées dans des rôles subalternes, ainsi qu’en témoignent les carrières municipales d’Agnes Husband à Dundee, d’Agnes Dollan, Agnes Hardie et Jean Roberts à Glasgow7, voire nationales dans les cas de Dorothy Jewson (député de Norwich en 1923, membre du National Administrative Council de l’ILP) et de Jennie Lee, député de North Lanark en 1929, à l’âge de 24 ans. Ce ne sont pas des femmes-alibis : dans le cadre de sa campagne de propagande estivale, la fédération ILP de Glasgow organisa, la première semaine de juin 1918, quarante meetings : dix d’entre eux avaient un orateur féminin. Les comptes rendus des manifestations de l’ILP que donne chaque semaine Forward dans sa rubrique « Round the Country » permettent de constater que cette proportion d’un orateur féminin sur quatre représente une moyenne qui restera constante au cours de la décennie d’après-guerre.

  • 8 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 25.
  • 9 WALKER, op. cit., p. 68.

10Evoquant son adhésion à la section ILP de Glasgow-Kingston, en 1909, Harry McShane note « qu’elle était composée essentiellement d’ouvriers, surtout des mécaniciens... Je pense qu’il n’y avait pas un seul manœuvre8. » Dans le Dundee d’avant-guerre, faute d’une véritable aristocratie ouvrière masculine, le recrutement était encore plus élitaire9. Les années de guerre vont l’élargir. L’ILP continue certes de représenter un pôle d’attraction pour les intellectuels déçus par le bellicisme des libéraux et des travaillistes, mais surtout il accroît son audience dans le monde ouvrier, à Glasgow grâce à sa participation active à la grève des loyers et au Clyde Worker’s Committee – qui renforcent son implantation dans l’aristocratie ouvrière et lui valent l’adhésion de certains de ses représentants, notamment David Kirkwood-, dans l’ensemble de l’Écosse industrielle grâce au transfert d’allégeance de la communauté catholique, qui lui permet de prendre pied dans les quartiers d’ouvriers non-qualifiés de Glasgow, Edimbourg et Dundee.

11La biographie succincte des huit nouveaux conseillers municipaux glaswégiens que fournit Forward en novembre 1926 reflète assez bien – sinon dans ses proportions exactes, du moins dans l’éventail des catégories représentées — la composition socio-professionnelle de l’ILP : deux syndicalistes (George Symington, organisateur de la National Union of Vehicle Builders et Steward Reid, organisateur de la National Union of Clerks) ; deux journalistes (John S. Clarke, du Forward, et Alexander Ritchie, ex-mineur, du Worker) ; deux petits patrons (Alex McLean et John Winning, de la Scottish Building Guild) ; et deux jeunes intellectuels (le docteur Robert Forgan et Laura McLean).

  • 10 McLEAN, op. cit., p. 222.

12Iain McLean a analysé l’origine sociale des 76 conseillers municipaux travaillistes (essentiellement ILP) élus à Glasgow entre 1922 et 1931 : un sur cinq est catholique ; un sur trois appartient à la classe moyenne (professeurs, médecins, pasteurs, journalistes, industriels) ; un sur deux exerce une « profession intermédiaire non-manuelle » (instituteurs, petits commerçants, en particulier limonadiers) un sur six seulement un métier manuel. Le contraste est net avec leurs 145 successeurs travaillistes (et non plus ILP) des années 1951-74 : la mainmise des syndicats et des universitaires sur l’appareil du parti se traduit par un effondrement de la catégorie intermédiaire (25 %), le reste des conseillers municipaux se répartissant à parts égales entre bourgeoisie intellectuelle et prolétariat10.

  • 11 Sinon, de façon toutefois fort succincte, dans I. DONNACHIE, Ch. HARVIE & S. WOOD (eds.), Forward’. (...)

13La spécificité de l’ILP pendant la décennie d’après-guerre réside dans la cohabitation entre intellectuels, petits-bourgeois et ouvriers. Adhérents à titre individuel, les membres du parti n’étaient pas – contrairement à la situation qui prévalait au L.P. – les porte-paroles d’un syndicat, d’une coopérative ou d’un groupe de réflexion comme la société fabienne. Si cette originalité institutionnelle fut à l’origine d’une fragilité structurelle qui finit par mener l’ILP à sa perte, elle lui valut également d’être un laboratoire d’idées et une pépinière de propagandistes, fonctions complémentaires dont il s’acquitta avec une persévérance et une ingéniosité qui n’ont peut-être pas reçu de la part des historiens du mouvement ouvrier toute l’attention qu’elles méritaient11.

Les fonctions : propagande et laboratoire d’idées

  • 12 Forward, 2/9/1922.

« Never destroy your Forward! One new idea planted in your neighbour’s mind is a blow at privilege and a gain to Humanity12. »

  • 13 Sur les premières années du Forward, cf. T. JOHNSTON, Memories, Collins, 1952, pp. 32-39.

14A l’origine, l’ILR disposait de deux hebdomadaires, The Labour Leader et The Miner, tous deux publiés à Glasgow par la Civic Press. Après son transfert à Manchester au début du siècle, le premier ne perdit que lentement son orientation écossaise. Le vide qu’il laissait néanmoins fut comblé en 1906 lorsque, avec un capital emprunté de £60, le petit imprimeur Thomas Johnston, fils d’épiciers de Kirkintilloch et militant de l’LL.E, fonda l’hebdomadaire Forward.13 Il allait connaître un essor rapide grâce à une politique rédactionnelle non sectaire qui en fit rapidement le forum de toute la gauche écossaise, grâce à la qualité de ses journalistes et pigistes (entre autres, Ramsay MacDonald, James Connolly, John Wheatley, H.G. Wells), et surtout grâce à sa politique de « fidélisation », au moyen de rubriques bien ciblées, de catégories de lecteurs aussi diverses que les mineurs (P.J. Dollan rédigea pendant des années, sous le pseudonyme de Myner Collier, une rubrique dans laquelle il dénonçait, chiffres à l’appui, les « super profits » des propriétaires de mines), les Highlanders (publié sous forme de feuilleton en 1908-09, Our Scots Noble Families, pamphlet anti-aristocratique dû à Johnston, se vendit à 100 000 exemplaires entre 1910 et 1914) et les catholiques (les « Catholic Socialist Notes » de Wheatley).

15Après la guerre, ce dernier lancera également ses deux propres hebdomadaires, essentiellement destinés aux catholiques que le puritanisme anti-alcoolique du Forward risquait à la longue de rebuter, le Glasgow Eastern Standard (1923-33, 5 000 exemplaires) et le Western Leader (1925-27). Tout aussi éphémères seront les hebdomadaires lancés par l’ILP à Edimbourg (Labour Standard, 1925-31), Dundee, (Dundee Free Press) et Aberdeen (Aberdeen Free Press, tous deux 1926-31).

  • 14 Cf. KIRKWOOD, op. cit.·, LEE, 1963, op. cit.·, J. McGOVERN, Neither Fear nor Favour, Londres, Bland (...)

16Du responsable de haut niveau au militant de base, tous les adhérents de l’ILP qui ont publié leurs mémoires ou confié leurs souvenirs insistent sur cet aspect fondamental de leur engagement qu’était la propagande14. Parmi ces multiples témoignages, celui de Maxton évoque sans fioritures la vie du propagandiste itinérant :

  • 15 MCALLISTER, op. cit., pp. 14, 31.

«George Dallas, Secretary of the Scottish ILP.. discovered me and chased me out to work at the street corners. I have been at it ever since... addressing Socialist meetings every night in the week and two or three every Sunday... The soap-box and the street-corner are better training-grounds for orators than the Unions of Oxford and Cambridge. They sharpen the wits, too. No one feels compelled to hear the speaker out as convention bids him to do within a hall. One dull passage in a speech and the audience may reduce itself by fifty per cent – a rather catastrophic proceeding when in the beginning it consists of the chairman, a branch member, a drunk man and a dog15

  • 16 Miss Nicol, qui prononçant un discours à Wellington Street, Glasgow, fut interrompue par un contrad (...)

17Aussi l’art oratoire est-il pris très au sérieux. Il figure au programme des divers Labour colleges. « Tous les socialistes sont cordialement invités. L’association est une finishing school pour les jeunes propagandistes (les femmes sont admises) » annonce la Glasgow Parliamentary Debating Association dans le Forward du 1/4/1921. L’hebdomadaire lance un concours des meilleures « propaganda stories and smart retorts », dont le vainqueur est une femme16, et l’entreprise privée ne dédaigne pas venir à l’aide des orateurs socialistes, ainsi qu’en témoigne cette réclame insérée dans le Forward du 12/7/1928 par un libraire glaswégien ayant manifestement du mal à écouler ses stocks d’ouvrages de zoologie, de logique et de grammaire :

« Have you ever listened to a Public Speaker bring in an anecdote concerning animal life? All at once his audience becomes attentive, for nothing so interests the Town Dweller as stories in the ways and characteristics of animals... To the Labour man and the Socialist – indeed, to anyone taking even a minor part in ordinary debate – a knowledge of the principles of Logic may be said to be almost indispensable... In a little book we have just purchased will be found all that is required. Written especially for those who have not had the Benefit of a Good Education. Logic for All: 1/6.... What a pity it is to listen to a good speech, well delivered, and find it marred by little slips, offences against grammatical expression, that spoil the effect... Principles and Practice of English Composition, 1/6 »

  • 17 McSHANE & SMITH, op. cit., pp. 16-23. (les ‘conversions’ de Shinwell et Maxton ont été mentionnées (...)

18McShane, entre autres, offre un bel exemple de conversion au socialisme par la grâce d’un débat public : un dimanche son père, fâché de voir le jeune Harry plongé dans des illustrés, l’entraîne sur le Green. Il ne tarde pas à se faire une spécialité de voler au secours des orateurs catholiques lorsqu’un contradicteur les a mis dans une situation inconfortable. Il se trouve parfois à court d’arguments : aussi passe-t-il des heures à la Mitchell Library afin de préparer ses interventions. De lecture en lecture, de débat en débat, il s’écarte peu à peu de l’orthodoxie. Passionné par la controverse qui oppose en 1908, dans les colonnes du Glasgow Observer, John Wheatley au père Puissant, il lit l’encyclique Rerum Novarum, devient « expert dans l’art de plaider contre elle » auprès de ses camarades apprentis et porte la contradiction sur le Green à ses apologistes. La lecture de Merrie England l’éloigne encore plus de l’Eglise, mais il ne rompra définitivement qu’en 1909, après avoir assisté à un débat public entre Wheatley et Hilaire Belloc17.

19L’hiver, les meetings continuent d’attirer les foules : 8 500 personnes en décembre 1918 aux huit meetings en salle oragnisés par l’ILP glaswégien, un millier à Perth en janvier 1919 pour écouter le Solicitor General et William Gallacher (invités par l’ILP et la Socialist Prohibition Fellowship) débattre de la proposition suivante : « Le système des Soviets est une forme de gouvernement impossible », ainsi qu’à Alexandria pour entendre Maxton et le Dr. Eastman (S.L.P.) répondre à la question suivante : « Les socialistes doivent-ils adhérer au parti travailliste ? » ainsi qu’à Glasgow le mois suivant lorsqu’E.W. Cant (B.S.P.) et l’anarchiste Guy Aldred (Glasgow Communist Group) s’affrontent sur le thème : « Un socialiste révolutionnaire doit-il utiliser la machine parlementaire ? » Pour sa campagne de rentrée 1922, l’ILP organise 140 meetings au cours du seul mois d’août, et estime que la moitié des auditoires était composée de femmes. 10 000 personnes se retrouvent sur le Green pour le meeting de clôture.

20Les thèmes qui reviennent le plus souvent pendant ces meetings relèvent de deux grandes catégories : dénonciations (taudis, mortalité infantile, alcoolisme et paris, royalties des propriétaires de mines, budgets conservateurs, paucité des allocations de chômage) et propositions (par ordre d’importance croissante : socialisme municipal, autonomie de l’Écosse et de l’Inde, salaire minimum). C’est dans ces trois domaines – municipal, institutionnel, économique – que l’ILP remplit avec le plus de constance et d’inventivité sa fonction de laboratoire d’idées.

21Le socialisme municipal n’est certes pas l’apanage de l’ILP Lancé en 1870 à Birmingham par Joseph Chamberlain, il connut son plus grand développement en Grande-Bretagne à Glasgow, sous l’impulsion d’une municipalité libérale, qui fit passer sous le contrôle de la Glasgow Corporation, à la fin du xixe siècle, les tramways, le gaz, l’eau, l’électricité et le téléphone – tant et si bien que le Times du 6/10/1902 écrivait de la métropole de la Clyde qu’elle était « plus que toute autre ville du Royaume responsable du développement de ces diverses formes de progrès municipal qui ont été propagées par le Nouveau Municipalisme. » Pendant la guerre, la cité-pilote de ce que ses adversaires appelaient ironiquement le « gas and water socialism » fut Kirkintilloch. Sous l’impulsion de Thomas Johnston – qui fit la preuve dans cette banlieue de Glasgow des qualités d’organisateur qui allaient faire de lui le meilleur ministre pour l’Écosse de ce siècle – la commune mit sur pied un cinéma, un gymnase, des bains, une porcherie, une bergerie (dont le lait était destiné aux enfants tuberculeux), une cantine, une fabrique de confitures et un dancing municipaux ! En 1920, elle se dota même d’une banque municipale.

22C’est dans ce domaine, en fait, que la contribution de l’ILP écossais au socialisme municipal fut la plus originale. Toutes les communes dont il prit le contrôle au lendemain de la guerre fondèrent leur propre banque municipale, en vue surtout de pouvoir jouer un rôle dans le grand domaine négligé par le socialisme municipal traditionnel : le logement. Là encore, Birmingham avait montré l’exemple, mais n’avait pas été suivi dans le reste de l’Angleterre. En Écosse en revanche, il existait en 1926 neuf banques municipales, à Kirkintilloch, Irvine (1920), Clydebank (1921), Motherwell, Wishaw (1922), Selkirk, Peebles (1925) et Cumnock (1926). Aucune autre ne sera plus créée : en 1926 la Treasury mit sur pied une commission d’enquête sur les banques municipales (composée de cinq financiers de la City’) qui conclut à l’interdiction de toute nouvelle création. Faute de pouvoir être étendue à de plus grandes villes (mais il est vrai que Glasgow ne devint une municipalité travailliste qu’en 1934, Dundee – pour un an seulement – en 1925), l’expérience tourna court.

La question nationale

  • 18 Maxton lors d’une manifestation de la SHRA, Glasgow, 28/4/1924.

« I would ask for no greater job in life than to make the English-ridden, landlord-ridden Scotland into a Socialist commonwealth. The English are more material for laughter than hatred18. »

  • 19 New Leader, 1/7/1932.

«A struggle these days for mere political liberty is out of date, whether it takes place in India, Ireland or Scotland»19

23Faites à huit ans d’intervalle, ces deux déclarations de Maxton permettent de mesurer l’évolution des rapports entre ILP et nationalistes.

Les adversaires de l’autonomie

24Les anti-autonomistes – minoritaires – fondent leur argumentation sur l’internationalisme prolétarien, qu’ils opposent au réductionnisme nationaliste. Ils se recrutent essentiellement chez les catholiques. Ainsi Wheatley, qui lance cette mise en garde dans les Catholic Socialist Notes du 5/4/1928 :

« The question of Scottish Home Rule, which is beginning to receive some prominence, is naturally interesting to Irishmen. Many of us who firmly believe in self-determination all round are nevertheless compelled to admit that the burning passion of Nationalism in Ireland has long delayed the concentration of the workers on social matters... The United States of Europe is something nearer at hand than a mere ideal, and any movement that tends to build higher the barriers that divide one piece of soil and its people from another should be discouraged. In Scotland there seems no spontaneous demand by the people for independence, and to spend time on an artificial demand is regrettable. A better distribution of the centres of administration may lead to greater efficiency, but we will view with the greatest pain any attempt in Scotland to blazon forth the native merits of the Caledonian and the well-known shortcomings of every other countryman. »

  • 20 J.C. MATHESON, « Socialism and Nationalism », The Socialist, novembre 1910.

25Au sein de l’ILP, un autre groupe d’opposants au Home Rule est formé de transfuges du Socialist Labour Party, qui faisait grief, avant la guerre, à « Forward et à l’ILP » d’être « guilty of associating Socialism in Scotland with a backward agrarian movement... The Highlanders are no more part of the Scottish nation than the Sioux are part of the American nation20. » Pendant l’été de 1927, Forward publie un échange de correspondance entre C.M. Grieve (le poète Hugh MacDiarmid) et J.S. Clarke (un ancien du S.L.P.) sur le nationalisme. Un an plus tard (16/6/1928), sous le titre de « More Nationalistic Bunkum », Clarke y attaque violemment un article de Grieve dans la Pictish Review. Ce qui fait l’intérêt de cette dénonciation, c’est qu’elle représente l’une des très rares incursions – certes plutôt sommaire – d’un membre de l’ILP dans un domaine jusqu’alors réservé aux hommes de plume, celui du nationalisme culturel :

« Nationalism... [is] the invention of incipient and struggling Capitalism... To-day it is not even a myth of any significance, it is an empty shibboleth – a resuscitated one at that. The Modern “Nationalist”, like the Jacobite who lays his wreath on the statue of King Charles every year or the Orangeman who refights the battle of the Boyne annually, is an historical misfit... Mr. Grieve is probably justified [when he writes that] there is far too much contempt for culture and the other refinements of life, affected by many of those who “lead” the Labour Movement... I have advanced similar criticism myself... But where is the logic of it from the Nationalist standpoint? All cultural development today is away from Nationalism as it has always been. Who would ever dream, for instance, of labelling relativity a German-Jew discovery or radiocativity a Franco-Polish discovery? Here in the twentieth century of transatlantic flying and television we have men editing and writing for – “The Pictish Review”. Why not “The Neololithic News” or “The Bronze Age Bulletin?” »

26Il est vrai que les alliances de Grieve ont de quoi surprendre Non content de chanter dans Forward les louanges du pamphlet de G.M. Thomson, Caledonia, sans en condamner l’hystérie anti-irlandaise, il vante dans la Pictish Review les mérites d’un conservateur bon teint, Compton MacKenzie, « sans le moindre doute un authentique Celte, mince, élancé, vif, brun » – ce qui conduit Clarke à se demander pourquoi donc Tacite mentait en décrivant les Calédoniens comme des hommes « roux aux membres épais. »

L’engagement autonomiste de l’ILP

27Tombée dans l’oubli pendant les années de guerre, la Scottish Home Rule Association est ressuscitée en 1918 par Roland Muirhead, alors secrétaire de la section ILP de Lochinwood. Officiellement indépendante de toute allégeance politique, la SHRA recrute en fait essentiellement à gauche. Parmi ses adhérents constitués, on trouve le STUC, plusieurs syndicats, en particulier de mineurs, et de nombreuses sociétés coopératives. A son congrès annuel de 1921, la SHRA compte 213 organisations affiliées (contre 138 en 1919) : 89 sociétés coopératives, 65 sections syndicales, 26 sections ILP, 12 Trades and Labour Councils. Outre Muirhead, ses personnalités marquantes appartiennent toutes à l’ILP : William Gallacher (le président de la Scottish Co-operative Society, et non le militant révolutionnaire), James Barr, Thomas Johnston, James Maxton.

28Les motifs de leur adhésion sont de trois ordres : stratégiques, électoraux, historiques. Le calcul stratégique est fondé sur le postulat qu’exposait Keir Hardie lors de sa campagne électorale de Merthy Tydfil, en 1898 : « Comme tous les Celtes, les Gallois sont instinctivement socialistes. » Affranchies du conservatisme anglais, l’Écosse et le Pays de Galles deviendront inéluctablement socialistes, montrant ainsi la voie à la classe ouvrière anglaise. C’est le sentiment qu’exprime J.R. Bell (NUR) devant le conseil écossais du L.P., en 1923 : « Had Scotland been in the enjoyment of Home Rule, it is certain that a Labour Government would now have been in power North of the Tweed, and this thought should stimulate to greater efforts the large and growing number of Scotsmen who are bent upon having a Parliament in Edinburgh to manage Scottish domestic affairs. »

  • 21 Ce qui lui valut cette réponse d’un lecteur anglais du Forward : « An answer like that is just what (...)
  • 22 Et Forward de commenter (1/5/1926) : « It will be many a day before a political prig will attempt a (...)

29Peut-être est-il injuste d’introduire l’analyse des motifs culturels de l’engagement autonomiste de l’ILP par la répartie que fit, lors d’un débat à Dunbar en février 1926, Kirkwood à un contradicteur lui ayant demandé s’il « préférait vivre en Angleterre capitaliste ou en Russie socialiste : “I would live in neither Soviet Russia nor Conservative England. It is the land of the brave and the fee for me, and that land is Scotland” (“loud and prolonged cheers”). »21 Si la réplique démagogique de Kirkwood lui valut un franc succès auprès du public, elle n’en était par pour autant purement électoraliste, pas plus que ne l’était la sortie, citée plus haut, de Maxton sur l’Écosse « infectée d’Anglais et de propriétaires terriens. » Toutes deux relèvent plutôt de l’association couramment opérée dans la classe ouvrière écossaise entre anglais et snob, fat, voire efféminé. L’expérience parlementaire des Clydesiders n’avait rien fait pour dissiper ce cliché, bien au contraire. Ainsi – entre de nombreux exemples – Kirkwood se vit-il, lors d’un débat sur les Scottish Estimates d’avril 1926, sommé par un député tory éduqué à Oxford de réfléchir à la maxime suivante « Qui facit per alia facit per se » – ce à quoi le mécanicien de Clydebank rétorqua : « “Is eeny-teeny halligolum, eenie meenie, manny moo, urkuy, purky tawry rope ; ki mar ach an choo, pipe clay up the lum, hickerty pickerty pease brose” – these are the words, in their original Italian, of the well-known lawyer-politician, used during an attack of mal de mer in one ofMcBrayne’s steamers on a stormy night off the Mull of Kintyre22. »

30Historiquement, nous l’avons vu, le socialisme écossais est lié au mécontentement des petits paysans des Highlands. Contrairement aux campagnes anglaises, massivement conservatrices, les Hautes-Terres d’Écosse étaient, depuis les Clearances du xixe siècle, farouchement and-tory. Aussi, s’il voulait gagner puis conserver le soutien des crofters, l’ILP écossais se devait-il d’avoir une politique agricole – ce qui était bien le dernier des soucis du parti travailliste en Angleterre. Dans le Forward du 10/4/1926, le révérend Malcolm MacCallum, de Muckairn, reproche à MacDonald la « timidité de sa politique foncière », et rappelle que l’ILP, dont il est membre, prône « la réappropriation des terres par l’État ».

  • 23 A ne pas confondre avec son homonyme du C.P.G.B. Ibid, 17/4/1920.
  • 24 Sur cette question, cf. Chapitre I.
  • 25 Les latifundia des Highlands consacrés à la chasse aux cervidés.

31« Le seul obstacle au Home Rule est l’apathie du peuple écossais » déplorait W. Gallacher lors de la conférence annuelle de la SHRA en avril 1920.23 Deux ans plus tard, face à la stagnation des effectifs de l’association, il ne pouvait que répéter cette même doléance. Il est vrai que la population de l’Écosse était essentiellement urbaine, et que les intérêts de la SHRA étaient presqu’exclusivement ruraux, ainsi qu’en témoignent les comptes rendus de ses conférences annuelles, plus souvent consacrées aux « land raiders » de Harris24, au scandale des « deer forests25 » et au fonctionnement défectueux des ferry-boats qu’aux problèmes des mineurs, mécaniciens ou autres fìleuses de jute. On peut imaginer sans peine la réaction de ces derniers à la déclaration du révérend James Barr au congrès de la SHRA de 1926 : « Plus que tout, la propriété collective de la terre est la clef qui permettra de résoudre le problème du chômage. »

  • 26 Même Johnston, qui pourtant appuya la proposition de Barr, devait reconnaître par la suite qu’il ét (...)

32Ce fut néanmoins – symboliquement – le représentant de l’une des circonscriptions urbaines les plus gravement touchées par la crise, George Buchanan, député des Gorbals, qui présenta au Parlement, en 1924, un Home Rule Bill for Scotland rédigé conjointement par l’ILP et la SHRA. MacDonald et William Adamson, le Ministre pour l’Écosse, refusèrent de lui accorder une seconde journée de débats. Encore moins glorieux fut le parcours du Scottish Home Rule Bill présenté en mai 1927 par James Barr : plus ambitieux que le précédent, il envisageait pour l’Écosse le statut de Dominion, ce qui impliquait – contrairement au précédent – le retrait de Westminster des députés écossais, privant ainsi pratiquement le travaillisme britannique de tout espoir de jamais arriver au pouvoir26.

Un désengagement en douceur

  • 27 KEATING & BLEIMAN, op. cit., p. 108.

33Le fait que cette seconde proposition de loi ait été présentée par le révérend James Barr n’est pas sans signification. Comme le notent Keating et Bleiman, « Attaquer Westminster et s’efforcer en même temps d’y conquérir le pouvoir était, à long terme, une combinaison impossible27. » Paradoxalement, ce fut l’arrivée massive à Westminster, en 1922, de députés ILP écossais presque unanimement partisans du Home Rule qui donna le coup de grâce à cette revendication : exerçant un pouvoir réel dans la vie politique britannique et conscients du fait que le parti travailliste avait besoin de leurs sièges pour obtenir une majorité en Grande-Bretagne, il était inévitable qu’ils fussent tentés – en dépit d’un attachement sentimental à l’autonomie écossaise et d’un réel agacement devant les lourdeurs administratives de Whitehall – de proposer des solutions nationales à la crise que traversait le Royaume.

  • 28 BARR, op. cit., p. 149.
  • 29 Forward, 16/1/1926.

34Aussi, après l’échec du Home Rule Bill de 1924, la réflexion sur les rapports entre socialisme et nationalisme fut-elle laissée aux vieux marginaux de l’ILP, aux anciens libéraux d’origine rurale comme le révérend J. Barr (« L’Écosse a besoin de l’autonomie pour affronter la question de l’abstinence de boissons alcooliques, la question de l’égalité religieuse et les grands principes de la promotion morale et sociale28 ») et le docteur G.B. Clark, qui claironne : « Let us dismiss the inaccurate notion that our socialist philosophy was first propounded in Germany, or France, that Marx or Lassalle, or Proudhon were its originators. Socialism, in all its aspects, was thought out and discussed and experiments tried in Scotland before it was considered in any other country29. »

35La grande majorité des dirigeants écossais ne partageait pas, tant s’en faut, le provincialisme du député du Caithness (qui était également président de la S.F.S.U.). Nous l’avons vu, Forward fit connaître à ses lecteurs nombre d’écrivains européens et américains, et Maxton, alors qu’il était président national de l’ILP, écrivit une biographie de Lénine – dans laquelle il ne consacre pas une seule ligne aux réflexions de ce dernier sur la question des nationalités. Toutefois, en l’absence de toute autre analyse argumentée de l’élaboration d’un syncrétisme entre nationalisme et socialisme, force est d’évaluer la réflexion de l’ILP sur cette question fondamentale à l’aune des lubies du bon docteur Clark.

36Déjà passablement distendus par l’échec des deux Home Rule Bills, les liens entre SHRA et ILP sont rompus en 1928 lorsque Muirhead et Cunninghame Graham se présentent en tant que candidats nationalistes indépendants à deux élections partielles, puis qu’est fondé le National Party of Scotland Jusqu’alors autonomiste très actif, Johnston consacre au nouveau parti, dans le Forward du 2/6/1928, un éditorial dans lequel il critique son « simple programme of Scots Home Rule first : a policy of despair, although formulated by men of sincerity and ability... The SNP [sic] will be compelled, willy or nilly, to take sides upon the great economic questions of the day » et ajoute, non sans mauvaise foi, « The Labour Party has declared officially for some kind of devolution which involves Scottish Home Rule, but has never had a chance of translating its programme into legislation... Had the Labour Party been given a chance and had it failed Scotland, then the creation of a new party would be another matter altogether. »

37Certes, le nouveau programme travailliste adopté en 1928, Labour and the Nation, prévoit « la création d’assemblées législatives séparées en Écosse, au Pays de Galles et en Angleterre, dotées de pouvoirs autonomes dans les affaires locales. » Il est clair toutefois qu’il ne s’agit là que d’une déclaration d’intention pour la forme, qui ne suscite pas le moindre intérêt lors des débats sur le nouveau programme. Revenu au pouvoir en 1929, le gouvernement travailliste n’a pas de temps à consacrer à ces questions constitutionnelles, considérées comme secondaires.

  • 30 Forward, 27/7/1931.
  • 31 JOHNSTON, op. cit., p. 66.

38A en croire un sondage réalisé en avril 1931 par le Daily Record tous les députés travaillistes écossais sont partisans du Home Rule. En fait, il s’agit essentiellement, à leurs yeux, d’une décentralisation administrative. « Je suis un fervent défenseur des intérêts écossais et verrais volontiers un Parlement écossais se charger des affaires écossaises » déclare en juillet 1931 l’un des moins nationalistes d’entre eux, le ministre des Mines Emmanuel Shinwell, qui prend toutefois soin de préciser qu’il est opposé à toute forme de séparatisme économique30 : il apparaît clairement, en cet été 1931, que la crise est un phénomène mondial, ce qui semble rendre dérisoire toute tentative de solution purement régionale, poussant le nouveau sous-secrétaire d’État pour l’Écosse, Johnston, à remettre en question, désabusé, son long passé autonomiste : « I have become... increasingly uneasy lest we should get political power without our first having or at least simultaneously having, an adequate economy to administer. What purport would there be in getting a Scots Parliament in Edinburgh if it has to administer an emigration system, a glorified Poor Law and a graveyard ? 31 »

Un programme économique cohérent

39La révision n’est peut-être pas aussi déchirante qu’il y paraît : depuis la guerre, l’ILP s’est patiemment doté d’une doctrine économique telle que, pour être appliquée avec succès, elle ne peut être mise en œuvre que par un État puissant, bureaucratique et, en dernière analyse, centralisé.

« Existing wage rates to be stabilized as basic with present cost of living registered as “normal”, wages to rise automatically and periodically in an agreed fixed ratio to increased production in each industry, so as to ensure the worker a fair share of the fruits of restored prosperity. »

40Il apparaît clairement, à la lecture de ce vœu pieux formulé dans le Labour Magazine de juillet 1922 par Arthur Henderson, que pour le parti travailliste, dont il était le secrétaire national, le socialisme était un système de redistribution des richesses. Jamais, pendant la décennie d’après-guerre, le Labour ne tenta de fournir une analyse originale de la crise que traversait alors le capitalisme britannique, qui ne laissait précisément qu’un maigre surplus à répartir. Aussi assiste-t-on à une épidémie d’auto-intoxication. Ainsi Henderson, dans le même article : « J’incline à penser que la phase la plus aiguë de la récession commerciale est derrière nous, et qu’apparaissent graduellement des signes de reprise », et le Daily Herald du 10 avril 1931 : « Enfin, une réelle reprise du commerce est en vue. »

41Pour relancer l’économie britannique, les travaillistes s’en tiennent au dogme du libre-échange fondé sur une monnaie forte. Snowden, l’inamovible chancelier de l’échiquier des gouvernements MacDonald (« le dernier chancelier du xixe siècle », ironisaient ses détracteurs), ne contestera jamais cet article de foi de la Treasury – et de la City – lors même qu’il était remis en question par les industriels (par exemple ceux qui participèrent, en 1927-28, sous l’égide de Sir Alfred Mond, aux discussions avec le TUC en vue d’établir la « paix dans l’industrie »).

  • 32 J. WHEATLEY, Starving in the Midst of Plenty, Glasgow, ILP, 1923.

42Dans son Politicians and the Slump, R. Skidelsky affirme qu’aucun travailliste, à part Mosley, ne contesta l’orthodoxie financière de Snowden. En fait les responsables de l’ILP, notamment les Clydesiders, l’avaient fait dès 1924. Ils furent les premiers travaillistes à proposer une théorie économique globale, plutôt que de laisser ce soin aux spécialistes de la Treasury et de ne réclamer qu’une meilleure répartition des surplus. L’autodidacte Wheatley en particulier, partisan d’une augmentation du pouvoir d’achat des ouvriers afin de relancer la consommation interne, exposa en 1924, en même temps que Keynes dans ses articles du Manchester Guardian et de The Nation, la nécessité d’organiser une économie de la demande plutôt que de l’offre : « I do not agree with those [in the LP] who believe that the key is to be found in greater trade with Russia and other countries. The key lies in greater trade with our own population... what we require today is a greater consumption of goods... We must make the home market larger by enabling the workers to buy more32. »

  • 33 Glasgow Eastern Standard, 10/8/1925.

43Percevant la menace pour la balance commerciale britannique et, à terme, pour les industries peu compétitives, que présenterait une relance de la consommation, Wheatley prescrit une politique protectionniste : « Unless the standard of living in India or Japan were raised, the standard of the socialised steel industry wouldfall... If Socialism is to be established piecemeal the structure must be protected from capitalism as it is erected... I submit that Free Trade makes this impossible33. » Ainsi protégée de la concurrence étrangère, l’industrie britannique doit être réorganisée, sous la direction de l’État, en un système « d’atelier national », les profits de certaines industries compensant les pertes inévitables, dans un premier temps, de certaines autres :

« [I believe that recovery] can come by the gradual socialisation of industry and that each nation can and must work out its own economic salvation. It is essential, if we are to survive in competition with the people of other nations for the ever-shrinking markets of the world, that we have national organization of trade... British industry must now clearly cut wages or submit to a policy of national industrial reorganisation... Foreign trade must be under State regulations. This new structure must be erected in sections and sheltered from commercial or industrial savages during the process... We propose to end now the competitive system of fixing wages and prices... We must abandon the old idea of dealing with each industry or group of people separately... All the bishops and Baldwins in the world could not, out of coal alone, in a competitive system, obtain a decent standard of living for the miners... Even with privately-owned industries, Britain should be treated as a National Workshop. No industry should be regarded as self-contained. Each department will be judged by its national utility.

The capacity of the nation as a whole, and not what we now call an industry, will determine wages. We must stifle the parrot cry that each industry must “face its economic facts”, even to the extent of suicide, and that the workers in it must be content to receive as wages the cash value, in a competitive market, of the things they produce, after allowing a reasonable return to the capitalist. The State Department which fixes wages and prices will have a big say in deciding what is work of national importance. The policy will involve State regulation of imports and exports... It may be necessary to assist our exports by lowering the selling price of certain commodities to compete with cheap labour in other parts of the world.

  • 34 Ibid., 20/10/1926 et New Leader, décembre 1926.

One of the first steps in the exercise of this new State management will be the national control of credit. Under this policy, nationalisation will take its proper place... that is, improved production34. »

44Les propositions économiques et financières de Wheatley furent reprises et développées par deux intellectuels patentés de l’ILP britannique, Clifford Allen et J.A. Hobson, puis publiées, début 1926, sous la forme d’un livre-programme, Socialism in Our Time. Pour favoriser la consommation intérieure, moteur de la reprise, ils préconisaient l’établissement d’un salaire minimum vital (fixé à £4 pour une famille de cinq personnes par le congrès de l’ILP écossais à Pâques 1926), un système de sécurité sociale et d’allocations familiales pour les plus démunis, une augmentation des pensions, la réorganisation obligatoire des industries mal gérées – faute de quoi elles seraient nationalisées. L’État devait, en tout état de cause, prendre le contrôle des importations alimentaires, des terres, des charbonnages, des chemins de fer, du logement et du crédit. Pour financer les dépenses sociales, hauts revenus et héritages seraient imposés de façon « drastique ».

  • 35 Cités dans J.T. MURPHY, Preparing for Power, Londres, Pluto, 1972 (1e ed. 1934).

45En corollaire à ce programme économique, l’ILP adopta une position résolument anti-impérialiste. Elle faisait depuis longtemps partie de la doctrine de base du parti. En octobre 1918 par exemple, 10 000 personnes réunies sur le Glasgow Green à l’occasion du cinquième Keir Hardie Memorial Service avaient longuement applaudi plusieurs orateurs indiens revendiquant l’indépendance de leur pays. Le protectionnisme de Wheatley et de Socialism in Our Time ne fit que renforcer ce courant : en 1926, le programme officiel de l’ILP prônait, outre l’indépendance de l’Inde, le retrait d’Egypte et l’Emancipation des noirs en Afrique Australe. Or, à l’occasion de l’Empire Day de 1923, trois hauts responsables du parti travailliste s’étaient évertués à donner des gages de leur attachement à l’Empire, Thomas claironnant : « We love our Empire. We are proud of the greatness of our Empire », Clynes renchérissant « We on the Labour side want as fervently as any class to see the British Empire welldeveloped », et Ben Tillett couronnant le tout : « A trade basis for Empire is much better than political theorizing35 ».

  • 36 Lettre de MacDonald à H.G. Wells du 29/1/1907 citée dans MIDDLEMAS, op. cit., p. 27.

46Dès 1907, un an après la formation du parti travailliste, MacDonald assignait une fonction spécifique à son affilié ILP : il devait être « A sort of Fabian department, that is, a department which would investigate facts bearing upon socialism, consider socialist theories and their application to pressing problems and publish its facts and conclusions36. » Il fut, nous l’avons vu, plus que servi. Ayant expliqué à l’intention des lecteurs de Forward (19/4/1926) la quintessence de Socialism in Our Time, F.R. Jowett, président par intérim de l’ILR, poursuivait :

« A Labour government with a majority behind it could proceed at once to put those proposals into Acts of Parliament. A minority Labour government could outline these proposals as its programme and carry them through until defeated. A dissolution on such a programme would mean that definitive constructive Socialism would become practical politics, and the education of the public in the fundamental things for which we stand would be enormously hastened. »

47On le voit, non content de « publier ses conclusions » ainsi que le lui demandait MacDonald, l’ILP avait l’outrecuidance d’exiger leur adoption par l’ensemble du LR : le conflit de compétences entre ensemble et sous-ensemble devenait inévitable.

Notes

1 D. LOWE, Souvenirs of Scottish Labour, Glasgow, 1919, p. 1.

2 Forward, 2414/1926.

3 M. KEATING & D. BLEIMAN, Labour and Scottish Nationalism, Londres, MacMillan, 1979, p. 51.

4 SHINWELL, op. cit., p. 35.

5 D’autres propositions de loi du même type furent présentées au Parlement en 1894, 1895, 1908, 1911, 1912, 1913. Seule cette dernière obtint une seconde lecture.

6 E. KING, The Scottish Womens Suffrage Movement, Glasgow, Glasgow Museums and Art Galleries, 1978, p. 4. A Londres, la W.S.P.U. était dirigée par une « générale » écossaise, Flora Drummond.

7 Cantonnées au départ, il est vrai, dans un rôle traditionnel, ainsi qu’en témoigne ce commentaire du Forward (11/9/1920) : « The Labour women on the Glasgow town council are proving capable councillors. They are specialising in domestic reform (public and tenement washhouses, tenement windows, child welfare). »

8 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 25.

9 WALKER, op. cit., p. 68.

10 McLEAN, op. cit., p. 222.

11 Sinon, de façon toutefois fort succincte, dans I. DONNACHIE, Ch. HARVIE & S. WOOD (eds.), Forward’. Labour Politics in Scotland, 1888-1988, Edimbourg : Polygon, 1989, 184 p.

12 Forward, 2/9/1922.

13 Sur les premières années du Forward, cf. T. JOHNSTON, Memories, Collins, 1952, pp. 32-39.

14 Cf. KIRKWOOD, op. cit.·, LEE, 1963, op. cit.·, J. McGOVERN, Neither Fear nor Favour, Londres, Blandford, 1950 ; MANN, op. cit. ; SHINWELL, op. cit.

15 MCALLISTER, op. cit., pp. 14, 31.

16 Miss Nicol, qui prononçant un discours à Wellington Street, Glasgow, fut interrompue par un contradicteur : « How would you like to be a man ? » Sa réplique : « How would you ? »

17 McSHANE & SMITH, op. cit., pp. 16-23. (les ‘conversions’ de Shinwell et Maxton ont été mentionnées au ch. IX)

18 Maxton lors d’une manifestation de la SHRA, Glasgow, 28/4/1924.

19 New Leader, 1/7/1932.

20 J.C. MATHESON, « Socialism and Nationalism », The Socialist, novembre 1910.

21 Ce qui lui valut cette réponse d’un lecteur anglais du Forward : « An answer like that is just what the wage-slave drivers want to keep the workers of nations at each other. » Forward, 5 et 27/2/1926.

22 Et Forward de commenter (1/5/1926) : « It will be many a day before a political prig will attempt again that kind of intellectual snobbery at the expense of the member for Dumbarton and Clydebank. ».

23 A ne pas confondre avec son homonyme du C.P.G.B. Ibid, 17/4/1920.

24 Sur cette question, cf. Chapitre I.

25 Les latifundia des Highlands consacrés à la chasse aux cervidés.

26 Même Johnston, qui pourtant appuya la proposition de Barr, devait reconnaître par la suite qu’il était opposé à cette clause. Cf. JOHNSTON, op. cit. (Memories), p. 66. Sur le contenu détailé du Government of Scotland Bill, cf. BARR, op. cit., pp. 139-150.

27 KEATING & BLEIMAN, op. cit., p. 108.

28 BARR, op. cit., p. 149.

29 Forward, 16/1/1926.

30 Forward, 27/7/1931.

31 JOHNSTON, op. cit., p. 66.

32 J. WHEATLEY, Starving in the Midst of Plenty, Glasgow, ILP, 1923.

33 Glasgow Eastern Standard, 10/8/1925.

34 Ibid., 20/10/1926 et New Leader, décembre 1926.

35 Cités dans J.T. MURPHY, Preparing for Power, Londres, Pluto, 1972 (1e ed. 1934).

36 Lettre de MacDonald à H.G. Wells du 29/1/1907 citée dans MIDDLEMAS, op. cit., p. 27.

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540