Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Deuxième partie. Culture et contre-culture ouvrières

Chapitre XII. Les collèges ouvriers

Full text

« No-one can make even a cursory investigation of the methods of propaganda pursued by the Labour party on the Clyde without discovering in them the real foundations of victory. Year in and year out, the Clyde area has been saturated with socialist teaching ».

1Cette analyse que fit le Times du 28/12/1922 du triomphe travailliste à Glasgow aux élections législatives de 1922 répercutait en Angleterre le cri d’alarme lancé en Écosse cinq ans plus tôt par le Glasgow Herald qui, dans une série d’articles publiés pendant l’été 1917, dénonçait « l’inculcation du marxisme parmi les masses ».

2Lorsque l’on compare l’enseignement dispensé aux ouvriers – en dehors, bien entendu, du cadre de l’enseignement obligatoire – en Angleterre et en Écosse à la fin du xixe siècle, il saute aux yeux qu’il n’a ni les mêmes objectifs, ni les mêmes présupposés idéologiques dans l’un et l’autre pays. Humaniste et paternaliste, le système anglais d’éducation populaire, qui privilégie le perfectionnement technique et la récupération des sous-produits de l’Université, est fondé sur le modèle d’une société à deux vitesses, dans laquelle l’ouvrier méritant cherche à progresser au sein de sa propre classe en améliorant son bagage technique et, éventuellement, en acquérant un vernis culturel. L’accès à l’Université est bien entendu hors de question.

3En Écosse par contre, nous l’avons vu, la dialectique des chances objectives et des espérances subjectives d’accès à l’enseignement supérieur est beaucoup plus ouverte. Je doute que l’on puisse trouver dans un journal ouvrier anglais un article comme celui paru dans le Forward du 25/3/1922 pour déplorer « l’impossibilité d’obtenir un diplôme dans nos universités écossaises sans assister quotidiennement aux cours », ce qui sous-entend que l’on devrait pouvoir mener de front un travail rémunéré et des études, revendication alors fort éloignée des préoccupations du mouvement ouvrier en Angleterre. Les efforts des pionniers écossais de l’éducation populaire vont donc consister à subvenir le modèle du lad o’pairts, à faire de l’ouvrier avide de savoir non pas un médecin, un pasteur ou un universitaire, mais un militant compétent.

Les origines du mouvement

Les « extensions de l’Université »

4Créées par quelques universitaires d’Oxbridge au début des années 1880, soutenues par la hiérarchie anglicane, les University Extensions ont pour mission de civiliser les taudis de l’East End londonien, puis d’autres grandes cités industrielles. Pour ce faire, professeurs et étudiants volontaires s’installent pour quelques semaines dans un settlement (Toynbee Hall dans l’East End, Oxford House à Bethnal Green, etc.) situé au cœur du quartier à explorer, d’où ils s’égaillent chaque matin diffuser de pub en club et d’atelier en dortoir leur message disraélien de néo-féodalisme. Pour capter la confiance des ouvriers, écrit le responsable d’un settlement londonien, le professeur-missionnaire « needs the knack of mingling on terms of perfect equality with the men, while yet, by some je ne sais quoi in himself, he shall preserve their freely accorded social homage… for that in their hearts and consciences they acknowledge his superiority. »

  • 1 Cité dans B. SIMON, Education and the Labour Movement, 1870-1920, Londres, Lawrence & Wishart, 1974 (...)

5Moyennant quoi le settlement pouvait devenir « a very real engine of social regeneration,.par excellence the crucible in which the two nations may be fused into one. » Pour réaliser cette harmonieuse fusion, rien de tel que d’inculquer aux prolétaires ce qui distingue les Oxbridgiens du commun des mortels, à savoir : « the true sportsman spirit, that spirit which impels sixteen youths of the dark and light blue to toil and moil at the oar for weeks for the glory of their Varsity1. »

  • 2 Notamment la fondation universitaire de Belleville, animée par des membres de la « haute société pr (...)

6Si le mouvement des University Extensions suscita des émules en France2, il n’enthousiasma guère les Ecossais. Un seul settlement, fort éphémère au demeurant, fut fondé au nord de la Tweed, à Glasgow, en 1889. Pourquoi une si superbe indifférence ? D’une part, parce que ces fondations étaient très liées à l’Establishment anglican et oxbridgien, fort peu prisé des milieux universitaires Ecossais. D’autre part, parce qu’elles reposaient sur l’éthique et véhiculaient l’idéologie des public schools, totalement étrangères à la culture nationale écossaise. Enfin parce que, dans un pays disposant de quatre universités de tradition démocratique, ces « extensions » d’universités aristocratiques apparaissaient comme des corps étrangers. On ne galvaude pas le nom sacré d’Université en Écosse. Rêvant d’accéder, ou de voir ses fils accéder à la « vraie » université, l’élite ouvrière des chantiers navals et des aciéries n’avait que mépris pour ses succédanés.

L’association éducative ouvrière

7Il en va de même pour la Workers’ Educational Association, fondée en Angleterre en 1903 par des chrétiens sociaux comme Albert Mansbridge, des coopérateurs, des aumôniers et des enseignants d’Oxbridge. L’assemblée constituante de la WEA écossaise réunit à Glasgow en 1909 le nombre impressionnant de 364 délégués de syndicats, coopératives, amicales et partis ouvriers pour un assez piètre résultat, puisque moins d’une demi-douzaine de sections virent le jour dans les années suivantes, à Aberdeen, Edimbourg et dans les Marches. Cette répartition géographique en dit long sur le recrutement de la WEA, peu représentatif de la classe ouvrière de l’Ouest du pays. Son président pour l’Écosse était l’Aberdonien Joe Duncan, le très modéré secrétaire de la Scottish Farm Workers’ Union, et son secrétaire un ingénieur anglais établi à Glasgow, Herbert Highton, à ses heures prédicateur laïque dans une chapelle méthodiste.

  • 3 Cité dans SIMON, op. cit., p. 307.

8Seconde mouture des University Extensions, la WEA en reprit le paternalisme et l’apolitisme. Postulant en tout idéalisme que la classe ouvrière était la seule à ne pas subordonner l’éducation à des fins matérialistes – ce qui allait à l’encontre de toute la tradition pédagogique écossaise – Mansbridge espérait que : « deep draughts of knowledge would divert the strong movements of the people from the narrow paths of the immediate interests to the broad way of that rightly ordered social life of which only glimpses have yet been seen even by the greatest of the world’s seers3. »

Les cercles ouvriers d’études

9Malheureusement pour Mansbridge, les théories de l’un des « plus grands visionnaires du monde” commençaient à se répandre dans la classe ouvrière britannique, et plus particulièrement écossaise. Le premier working-class study group de Grande-Bretagne fut fondé à Edimbourg en 1887, à l’initiative de la Social Democratic Federation et de la Socialist League. Sous la direction du révérend Glasse, une cinquantaine d’ouvriers (dont James Connolly) entreprirent l’étude du Capital, d’abord dans le texte, le révérend assurant la traduction, puis, dès la fin de l’année, dans la première traduction anglaise.

  • 4 M. MARTINET, Culture prolétarienne, Paris, Maspero, 1976 (1e ed., Librairie du Travail, 1935).

10Dans un petit livre paru en 1935, Culture prolétarienne, le poète français Marcel Martinet assigne deux tâches fondamentales aux cercles ouvriers d’études : approfondir la connaissance de la condition ouvrière (« ce qui manque le plus aux ouvriers, c’est la science de leur malheur ») et celle du monde environnant4. Telles sont les deux fonctions dont s’acquittèrent avec zèle les nombreux working-class study groups mis en place à travers les Lowlands industrielles, au tournant du siècle, par plusieurs petits partis et groupes ouvriers dont les plus actifs étaient sans conteste la Social Democratic Federation et le Socialist Labour Party.

  • 5 Sujets de l’examen de « advanced economics » en 1905 : « Describe the development of exchange » et (...)

11Fondé en 1903 par des dissidents de la SDF, le SLP entraînait ses militants aux « trois S » du socialisme, studying, selling the paper, soapbox oratory. Se voulant à l’avant-garde du prolétariat révolutionnaire, il refusait l’adhésion aux postulants jugés insuffisamment formés à la théorie marxiste, les invitant d’abord à suivre les cercles d’études animés par les militants du parti, et en particulier par James Connolly : cours théoriques sur la plus-value, la lutte des classes, la conscience de classe, etc., et travaux dirigés d’entraînement à la lecture critique de la presse et à l’art oratoire, le tout sanctionné par un examen5.

12Parti de masse et non d’avant-garde, la SDF nomma en 1903 John Maclean, M.A., « lecturer in economics ». Dès lors ce jeune professeur de collège diplômé de l’Université de Glasgow, fils d’une famille pauvre chassée des Highlands, enseigna l’économie politique devant des classes de plusieurs centaines d’ouvriers, le samedi soir à Greenock, le dimanche au Central Hall de Glasgow. Pour un demi-penny, on pouvait se procurer le texte de ses cours. Bientôt l’Écosse, et en particulier la région de la Clyde, devint le centre britannique d’études marxistes.

13Ce qui fascine dans ces working-class study groups, c’est le mélange de souplesse et de rigueur qui régit leur pédagogie et leur fonctionnement. Nombre d’entre eux se constituaient de façon quasi-spontanée sur le lieu de travail. En 1906 Tom Bell, militant du SLP, travaillait dans une fonderie glaswégienne :

  • 6 BELL, op, cit., p. 63.

« We seized every occasion for discussion. During meal hours we would sit in a group and argue. After the cast… it was a union rule to take a rest of fifteen minutes to cool down. Then we would collect together, and if we cooled our bodies we didn’t cool our ardour, for we pitched into one another in fine style. By dint of perseverance in discussion, and by means of pamphlets and books I won over a goodly number to my side. Workers would come to my house to get references for points raised in our discussion. Soon I was able to suggest we start a study circle. This we did, and a study circle was formed on Marxism and British Industrial History6. »

14Des expériences semblables se retrouvent dans plusieurs témoignages contemporains. Fonctionnant sur le principe des worker-tutors, les cercles d’études ont une inépuisable capacité de reproduction. Après deux années d’études dans un groupe, un ouvrier change d’usine ou de quartier et va fonder un autre cercle dont il deviendra le tutor, et ainsi de suite. En 1907, Tom Bell dirigeait l’un de ces groupes à Glasgow :

  • 7 Ibid., pp. 38-39.

« Our method in the classes was to open with an inaugural survey of the whole field we proposed to traverse, and make the workers familiar with the subject as a whole. Each student was given a series of definitions of terms used by Marx. These had to be studied, memorised and discussed thoroughly, for perhaps the first four weeks. The students would study Wage, Labour and Capital at home. At the class we would read it over paragraph by paragraph. This practice aimed at helping students to speak fluently and grammatically. At the following class meetings questions would be put and answered, and the points raised thoroughly understood by everyone, the results of each lesson being summarised by the leader. This method was applied in the same way to industrial history. Later on simple lessons in historical materialism and formal logic were added7. »

15C’est ainsi que furent formés, entre 1890 et 1914, la plupart des militants qui menèrent le combat révolutionnaire dans la vallée de la Clyde pendant et après la guerre, notamment au sein du Clyde Workers’ Committee, du Socialist Labour Party, du British Socialist Party, du Communist Party of Great Britain et du Scottish Workers’ Republican Party de John Maclean. Il est facile de déceler dans la façon dont ces militants s’initièrent aux grands textes émancipateurs, puis se mirent en devoir de les propager, un lien très net avec les traditions écossaise et irlandaise du débat théologique, avec le goût pour le dialogue et la pédagogie acquis dans une civilisation valorisant la rhétorique et le raisonnement dialectique.

  • 8 Décrivant un phénomène comparable qui se développa à la même époque en Italie, M.A. MACCIOCCHI parl (...)

16Ces années de l’immédiat avant-guerre sont sans doute les plus subversives dans l’histoire de l’éducation populaire des adultes en Écosse. Pendant cette brève période, la parole l’emporte sur le discours. Rejetant la simple reproduction sociale et la vision figée et aliénante du monde que leur proposaient les universités au rabais, les travailleurs écossais produisirent non seulement une affirmation – « tout est politique » –, mais aussi les formes de cet énoncé, cercles d’études, journaux, librairies, associations culturelles, sportives, de loisirs, de quartiers, de femmes8, qui débouchèrent pendant la guerre sur des actions militantes originales telles que l’objection de conscience, la grève des loyers, le refus des cadences accélérées, la lutte contre les conflits de compétences entre syndicats, le premier mouvement de délégués d’ateliers, le Clyde Workers’ Committee, et le Scottish Labour College.

Le collège ouvrier écossais

17Renvoyé de l’enseignement en janvier 1916 pour ses prises de positions pacifistes, John Maclean put se consacrer à ce qu’il considérait comme sa véritable mission, l’enseignement populaire. Le gouvernement lui en offrit le loisir en le faisant condamner la même année à trois ans de prison ferme pour avoir prononcé un « discours séditieux ». De sa cellule, il fit parvenir un long message aux 496 délégués de syndicats, partis ou organisations socialistes, coopératives, bourses du travail, ligues féminines, etc., réunis à Glasgow en février 1916 pour débattre l’opportunité de fonder un Scottish Labour College.

  • 9 J. MacLEAN, « A Plea for a Labour College », 1916 ; reproduit in extenso dans le recueil de discour (...)

« Many people are horrified to hear it said that the working-class standpoint in economics is bound to be different from that of the capitalists. These tender beings dream of a certain “impartial” social science bringing about the reconciliation of the hostile classes… True, the professors of political economy in the universities claim to be impartial men of science. But nobody believes them ; their attitude is recognised as a necessary, professional pose. Their teaching has become a mere system of apologetics, by means of which they reveal the moral reasons that justify the plundering of the working class9. »

Le programme

18Après avoir dénoncé l’imposture que constitue à ses yeux une science sociale prétendue impartiale, Maclean met en garde contre les deux graves dangers qui menacent l’éducation populaire. Le premier est l’enseignement technique, perçu avec prescience comme un nouvel instrument d’oppression au service de la bourgeoisie, un leurre destiné à détourner les enfants d’ouvriers d’une « éducation complète qui leur fournirait le bagage nécessaire pour perpétuer le mouvement ouvrier ou même lutter pour l’abolition du capitalisme ». Le second danger est l’autocensure de la classe-ouvrière, l’autolimitation de ses ambitions à la formation de bureaucrates politiques ou syndicaux vite sclérosés. Aussi Maclean met-il en garde permanents syndicaux et responsables de coopératives :

« Many of the older trade-union officials and leaders may be dubious as to the need for the establishment of a college lest there should emerge from it rivals for the positions they hold. But a slight consideration of the vast problems… that the resumption of peace will raise., ought to show the need for a rapidly growing number of men able to defend the rights of the workers and enable them to proceed towards the full control of industry in a thoroughly disciplined fashion…I am heartily in favour of one or more co-operative colleges to train employees and administrators alike… But. I attach even more importance to the establishment of a Labour College in which workers must be trained for the industrial and political struggle… Multitudes of trained men will soon be more necessary than ever to assume positions on public bodies and carry on the fight there… The trade unions are irrevocably committed to political as well as industrial action, and., the duty devolves on them of fitting men and women for political working-class activities. More and better working-class papers and magazines are needed… The men to conduct and write for these papers must likewise be trained. »

19En septembre 1917, tout est prêt pour la première session. Quoique Maclean ait annoncé dans son discours-programme de février 1916 que « dans cette cité où Adam Smith disserta sur la richesse des nations, il va de soi que le principal sujet d’études doit être l’économie », l’éventail des cours est loin d’être restreint à cette seule matière puisque l’on a, pour la modique somme de 5s, le choix entre onze cours : littérature et composition anglaises ; économie ; mathématiques ; histoire générale et industrielle ; science politique ; histoire, structures et problèmes des syndicats et des coopératives ; géographie économique ; histoire européenne moderne et contemporaine ; art oratoire ; la révolution mondiale ; espéranto. Les cours s’étalent sur quatre mois, à raison d’une heure par semaine, en général le soir ou, pour les travailleurs de nuit, à l’heure du déjeuner. Les inscriptions affluent ; plus de quinze cents pour cette première session.

  • 10 The Socialist, 29/5/1919.

20L’année suivante, le SLC fusionne avec les classes d’économie politique qu’organisent en commun le SLP et la Plebs League·, il incorpore également la Marxian school of economics du glaswégien Tom Drummond. A cette occasion a lieu la véritable « conférence de lancement » du SLC, qui réunit à Glasgow le 24/5/1919 les délégués de 365 organisations. Présidée par John McLure (Plebs), la conférence entend successivement les interventions de William Leonard (président du STUC), Maclean, Maxton (ILP) et Helen Crawfurd (International Womens League). Cette dernière lance le même avertissement anti-bureaucratique que Maclean deux ans plus tôt : « It is not the intention to educate men and women for soft trade union jobs, but to impart scientific knowledge, which would enable them to organise for a peaceful Social Revolution, and thus be fully equipped for taking over the mines, factories and workshops, using them in the interests of the community. » Quant à Maxton – qui venait, à son tour, d’être licencié par l’Education Authority de Glasgow, « he showed the manner in which University Professors taught their students in a seemingly unbiased style, yet all their teaching was basically bourgeois. He demonstrated in the most convincing style the fallacy of expecting working-class education from capitalist universities10. »

L’échec du collège résidentiel

21Maclean essaye de lancer un collège résidentiel, mais ses emprisonnements répétés (quatre ans en tout entre 1916 et 1923) en perturbent sérieusement le fonctionnement ; l’expérience ne durera qu’une saison, de septembre 1919 à juin 1920. John MacArthur, mineur du Fife, fut l’un des neuf « full-time day students » – la plupart célibataires et âgés de 20 à 25 ans – à suivre cette unique session. Deux autres de ses camarades – dont le Gallois James Williams, futur député travailliste de Neath — avaient obtenu une bourse de la Fife Miners’ Union (£150 pour un célibataire, £200 pour un homme marié), trois (dont deux catholiques, l’un d’origine irlandaise, l’autre polonaise) de la Lanarkshire et un de l’Ayrshire Miners Union, un – Robert Spence, futur député travailliste de Berwick et Haddington – de la Glasgow Toolmakers’ Union. Le neuvième, un bûcheron canadien d’origine écossaise, était un « private student ».

  • 11 National Council of Labour Colleges Correspondence, disponible à la N.L.S.
  • 12 J. RANCIERE, La Nuit des prolétaires, Paris, Fayard, 1981.

22La demande avait été très forte : pour obtenir l’une des trois bourses offertes par son syndicat, McArthur s’était trouvé en concurrence avec pas moins de 55 de ses camarades. Pour les départager, il avait fallu organiser un examen. Il ne s’agissait pas d’une simple formalité, ainsi qu’en témoigne la teneur des questions : « en quoi le capitalisme se distingue-t-il du féodalisme » ? ; « fonctionnement et structures de votre syndicat » ; « quelles sont les causes de l’inflation » ? ; « déclin de l’agriculture britannique dans la seconde moitié du xixe siècle » ; « le développement industriel en Europe depuis 187011 ». Pour pouvoir y répondre, il avait fallu, comme le fit MacArthur, passer des nuits à lire (ce que Jacques Rancière appelle la « nuit des prolétaires12 »), quitte à déranger ceux avec qui l’on partageait une chambre.

23Les tutors étaient John Maclean et le mancouvien Willie McLaine, du BSP. Au programme, le matin : histoire industrielle ; droit du travail (McLaine), économie, art oratoire, arithmétique et algèbre (Maclean) ; l’après-midi, confesse McArthur, « nous fumes atterrés lorsque Maclean nous dit que nous devions aller suivre des cours spécialement organisés pour nous dans un collège commercial de Bath Street pour y étudier la sténographie, la comptabilité, l’anglais et l’espéranto ». McArthur et ses compagnons de labeur eurent beau organiser « délégation après délégation » auprès de Maclean pour obtenir de lui la suppression de ces séances de l’après-midi dont ils ne voyaient pas l’utilité, rien n’y fit ; en tant que futurs négociateurs, ils se devaient de connaître la sténographie, trancha le professeur au grand dam de son élève :

  • 13 MacDOUGALL, op. cit., p. 32.

« My opinion was that Maclean was asking too much of us. We were a bunch of lads who had all left school at fourteen or younger, we had no real training in study, and to give us a crash course on such a wide variety of subjects was asking too much. I think we would have got better results out of our period as full-time students at the SLC if the subjects had been fewer in number13. »

  • 14 Forward, 14/2/1920.

24En fait, ce virage utilitariste est motivé par l’impérieuse nécessité du financement syndical. Aux vœux pieux du genre « apprenons l’espéranto de façon à faciliter la compréhension entre les peuples », il est clair que les syndicats préfèrent le langage que tient McLaine à l’ouverture de la session de septembre 1920 : « Nous produirons des rédacteurs plus efficaces, des orateurs plus efficaces, des secrétaires plus efficaces14 ». Cette année, le SLC compte 2 854 étudiants inscrits dans 51 classes, dont 30 dans la seule région de Glasgow. L’année suivante l’Écosse, avec ses 65 classes, représente de loin le district le plus imposant du nouvellement formé National Council of Labour Colleges : ses 3 000 étudiants fournissent le quart des effectifs nationaux du mouvement, une proportion qui restera stable pendant toute la décennie.

SLC et WEA : les divergences politiques

  • 15 Deux Ecossais figuraient parmi ses dirigeants. Cf. leurs livres : W.W. CRAIK, The Central Labour Co (...)

25En Angleterre, la conception apolitique de l’enseignement développée par les promoteurs de la WEA n’était pas du goût de tous les militants ouvriers. La confrontation entre les deux écoles de pensée éclata à Ruskin College en 1907. Fondé en 1889 par deux philanthropes américains, ce collège résidentiel, aux portes de l’université d’Oxford mais indépendant d’elle, accueillait une cinquantaine d’ouvriers pour un cycle de deux années d’études sociales et économiques. Depuis le départ des deux fondateurs en 1902, le collège était soutenu financièrement par quelques mécènes et surtout par certains syndicats, qui fournissaient en outre les étudiants. Certains de ces jeunes gens, en particulier le contingent écossais, étaient familiers avec l’œuvre de Marx, qu’ils introduisirent peu à peu dans les programmes. Oxford s’en émut, et Ruskin College fut bientôt tiraillé entre deux directions : d’un côté l’Establishment qui se faisait fort de rattacher le collège ouvrier à l’université toute proche et de lui imposer son programme « non-partisan », de l’autre la moitié environ des étudiants regroupés dans la Plebs League qu’ils avaient eux-même fondée, dont l’objectif avoué était de faire passer le collège sous le contrôle direct du mouvement ouvrier. L’Establishment gagna, une vingtaine d’étudiants firent sécession et fondèrent à Londres, avec l’aide de plusieurs syndicats, le Central Labour College, résidentiel lui aussi15.

  • 16 Cité dans MILLAR, op. cit., p. 14.
  • 17 The Highway, février 1917.
  • 18 J.P.M. MILLAR, The NCLC and its Work, 1924-25, Edimbourg, NCLC, p. 7.

26« The Labour College lays no claim to being non-partisan or non-political. As it exists for a partisan movement it must be opposed to all those in opposition to that movement16 », déclara W.W. Craik devant la commission ministérielle de 1917 pour l’enseignement des adultes. Le contraste est énorme avec la WBA. qui s’affirmait dans une profession de foi datant de la même année : « a missionary organization, working in co-operation with the education authorities and working-class organizations. It is definitely unsectarian, non-political and democratic17. » De fait, le NCLC n’a pas pour ambition d’enseigner les matières scolaires traditionnelles, mais de se spécialiser dans les sujets qui peuvent contribuer à la formation des travailleurs en lutte, ainsi que l’écrit en 1925 son président, l’Edimbourgeois J.P.M. Millar : « As the purpose of the NCLC’s educational work is to assist Trade Unionists and members of the working-class movement in general, the subjects taught are chosen with a view to helping the students more effectively to carry on work in the Trade Union, Labour and Co-operative movement18. »

27Il en va de même pour le Scottish Labour College. Répondant à une attaque du capitaine Hay, dirigeant de la WEA d’Edimbourg, Arthur Woodburn, secrétaire du district édimbourgeois du SLC, souligne dans le Forward du 19/7/1924 :

« The Scottish and other Labour Colleges stand for the Labour movement undertaking and making itself responsible for the education of its members in those matters – History and the Social Sciences – which are essential to a proper understanding of society, and without which such members cannot serve the movement to the utmost of their ability. General education can be left to the Education Authorities, and Labour will make every endeavour to clear these of bias by having their members elected ».

Culture générale, culture militante

  • 19 Economies ; Industrial History ; History of Trade Unionism ; Sociology ; Evolution of Capitalism ; (...)

28De fait, la liste des cours que proposent ces deux organisations rivales reflète parfaitement la divergence de leurs objectifs. En 1929 par exemple le SLC offre, pour sa session d’hiver, 57 cours dans la ceinture industrielle des Lowlands. Seuls sept portent sur des sujets « apolitiques » comme le français, l’espéranto ou la littérature anglaise. Le reste consiste en sujets politiques, économiques, sociaux et syndicaux, dont cinq sont extrêmement spécialisés et utilitaires, comme « chairmanship and branch routine », « business meeting procedure (womans class) », et une « special class for women on public speaking ». Au plan national, la proportion de sujets « apolitiques » et « non-utilitaires » est encore plus réduite, ainsi qu’en témoigne la liste des principaux sujets enseignés par le NCLC dressée par Millar dans une brochure de 192519.

  • 20 Les registres (dépareillés) de la WEA sont disponibles à la N.L.S.

29En 1923-24, la WEA d’Edimbourg offre vingt cours. Cinq d’entre eux peuvent être considérés comme plus ou moins « politiques » : histoire (31 inscrits), « principes et devoirs de la citoyenneté » (35), droit (38), histoire économique (75), économie (87) soit un total de 266 étudiants contre les 1 382 inscrits dans les 14 cours « apolitiques » : civilisations grecque et romaine (18), zoologie (24), astronomie (27), théâtre (35), musique sacrée (36), littérature du Nouveau Testament (38), histoire et civilisation italiennes (55), géologie (60), botanique (74), harmonie (79), étude et critique de l’art (101), appréciation musicale (122), littérature (143), psychologie (184). On retrouve le même type de matières dans les 17 autres villes où sont dispensés des cours de la WEA. En tête des inscriptions : l’appréciation de la musique et de la littérature. Les rares offres « politiques » telles que « théories de l’Etat moderne » n’attirent que 18 personnes à Thornliebank, « histoire des institutions politiques » 20 à Stirling, « idéaux sociaux » 20 également à Glasgow, alors qu’à Bathgate « l’appréciation musicale » en attire 123, et cet épitomé du cours fourretout, « appréciation artistique, géologie, égyptologie, littérature écossaise » 7620.

Le public

30Quel est le public de ces deux organisations rivales ? Faute de statistiques sur la question, on ne peut que tenter de le cerner en établissant la carte de leur implantation, et en dressant la liste des organisations qui les soutiennent.

31Nous l’avons vu, la WEA se développa d’abord dans l’Est de l’Écosse, Edimbourg (1912) et Aberdeen (1913) constituant ses deux premiers postes avancés au nord de la Tweed. Vinrent ensuite Glasgow (1915) et Dundee (1917), puis, en 1921, Arbroath, Bathgate, Stirling, Coatbridge, Greenock et Motherwell, le tout représentant alors un total de 38 classes pour 1 900 inscrits. S’y ajoutèrent par la suite Paisley et Selkirk (1922), Clydebank, Leith, Mossend, Bo’ness, Thornliebank et Hawick (1923). Le rapport annuel pour la session 1923-1924 fait état de 43 classes pour un total de 2 700 inscrits. Par secteurs géographico-économiques, la prépondérance d’Edimbourg est très nette, avec 1 650 inscrits, soit 61 % des effectifs écossais. En deuxième position, Aberdeen (211 inscrits) devance nettement Glasgow (166). En tout, les villes plutôt conservatrices de l’Est peu industrialisé (Aberdeen) ou tributaires de la seule industrie de la laine (Arbroath, Hawick, Selkirk) regroupaient 369 étudiants, soit 14 % des effectifs totaux, dont le dernier quart se répartissait entre la conurbation de la Clyde et quelques poches isolées dans les bassins houillers.

  • 21 Lettre au Scotsman, 25/6/1927.
  • 22 SLC Correspondence. Le SLC était divisé en douze districts.

32A Glasgow, la concurrence du SLC semble avoir passablement éclairci les rangs de la WEA, puisque l’on passe de 311 inscrits en 1921-22 à 232 en 1922-23 et 166 en 1923-24. On ne trouve plus les rapports pour les années suivantes, mais cette tendance semble s’être accentuée : selon E. Highton, il y aurait eu pour la session 1925-26 80 classes regroupant 3 000 étudiants, dont 2 000 à Edimbourg, « la plus forte proportion de toutes les villes de taille comparable en Grande-Bretagne21 ». Au SLC en revanche, le gros des effectifs est concentré dans la vallée de la Clyde et les bassins houillers de l’Ouest, qui fournissent à eux seuls près des trois-quarts des 4 000 étudiants de 1923-24 et des 8 000 de 1927-28. Le réseau est beaucoup plus serré que celui de la WEA, puisque ce sont pas moins de 95 villes qui possèdent leur propre classe du SLC en 1924-25. Outre les régions déjà citées, l’organisation est bien implantée dans les bassins houillers du Centre-Est et à Dundee, mais ne possède que quelques timides antennes à Aberdeen, Perth, Oban, Dumfries, et est presque inexistante dans les villes lainières des Borders, où elle n’est présente qu’à Peebles22.

Les organisations affiliées et le financement

33Longtemps le TUC hésita entre ces deux conceptions de l’enseignement populaire. Il fallut attendre 1925 pour qu’il concédât au Labour College « le même droit à notre considération que Ruskin College » et consentît à lui apporter son soutien financier. En 1921, il laissa ses affiliés libres d’adhérer à la WEA ou à cette nouvelle organisation qu’était le NCLC. Affilié aux deux organisations, le Scottish TUC versa en 1918 une subvention de £15 à la WEA et de £150 au SLC auquel allait, manifestement, sa préférence.

34La liste des organisations affiliées à la WEA reste stable de 1920 à 1926. Après l’apport initial de l’Iron and Steel Trades Confederation en 1919 adhèrent l’année suivante l’Union of Post Office Workers, l’Union of Engineering and Shipbuilding Draughtsmen, la Railway Clerks’Association, la National Society of Printers, l’Union of Wire Drawers, soit, en 1925, six syndicats à majorité de cols blancs ou de métiers industriels non manufacturiers (imprimeurs, électriciens), auxquels viennent s’ajouter un certain nombre d’organisations qui fleurent bon le xixe siècle : Scottish Co-operative Wholesale Society, Mechanics’Institutes (Dumfries, Maxwelltown), Fabian Society, Catholic Workers’ Educational league, Glasgow Union Students’ Settlement.

35La respectabilité de la WEA est accentuée par l’organisation pratique des cours, souvent organisés en collaboration avec l’Education Authority ou l’extra-mural education committee de l’Université locale, qui, non contentes de prêter les locaux, fournissent également parfois les professeurs. Il est vrai que l’Establishment universitaire est bien présent dans la WEA, ne serait-ce qu’à titre honorifique : les deux présidents de la branche d’Edimbourg en 1921-22 sont le président du STUC, le principal de l’Université et le président de l’Education Authority,- ce qui ne manque pas de susciter des accusations de « collaboration de classe » de la part des rivaux du SLC : « The WEA is an agency for giving gentlemanly dope to the working class » accuse Millar dans le Daily Herald du 28/2/1922, « it is an amorphous foot-in-both camps educational body » renchérit Woodburn dans le Forward du 19/7/1924 à l’annonce de l’octroi par l’université d’Edimbourg d’une subvention de £500 à la WEA.

36« The WEA is not a “camouflaged movement in the interests of capitalism” in the face of the facts that-a) nearly all its support comes from TUs and Co-ops, etc.b) each of its national officers is a member of the Labour Party ; – c) all its secretaries, Central and District, are active workers in the Labour and Socialist movement » s’indigne Highton dans une lettre au Forward du 5/8/1922. Certes. Il n’en reste pas moins que les notables travaillistes écossais membres de la WEA ne sont guère représentatifs de la majorité de la classe ouvrière écossaise : membres de l’aile droite du parti, actifs dans l’une ou l’autre Eglise protestante et l’une ou l’autre organisation de tempérance, ils appartiennent tous soit à la frange bureaucratique de la classe ouvrière (comme le président édimbourgeois de la R.C.A., George Mathers), soit à la paysannerie (comme le président de la S.F.S.U., Joe Duncan), soit encore à la bourgeoisie (Mary Sutherland, William Graham, William Sloane Cormack et W.H. Marwick, professeurs, Ernest Greenhill, homme d’affaires, Gray Wallis, industriel).

  • 23 Classés selon le montant (décroissant) de leur contribution financière au NCLC : A.E.U. ; Derbyshir (...)
  • 24 Aberdeen, Airdrie, Ayrshire, Bathgate, Bellshill, Burntisland, Clydebank, Coatbridge, Dumbarton, Du (...)
  • 25 Cité dans R. CHALLINOR, The Origins of British Bolshevism, Croom Helm, 1977, p. 261.

37Selon les dirigeants du SLC, leur organisation est soutenue en 1922 par près d’une centaine de sections syndicales et d’organisations socialistes contre seulement une quinzaine pour la WEA écossaise. Au plan national, il est clair qu’un plus fort contingent de syndicats adhère au NCLC qu’à la WEA ; on en dénombre dix-neuf en 1925 (sans compter les arrangements locaux avec de petits syndicats), représentant 1,2 million de membres23. Notons la forte présence des mineurs écossais et gallois (et l’absence des mineurs anglais, apparemment peu intéressés par la question), et le fait que sur cette vingtaine de syndicats, cinq sont purement écossais (mineurs) et deux à très fort contingent écossais (A.E.U. et Shale Workers’ Union). De plus, 84 Trades and Labour Councils sont affiliés au NCLC, dont 24 en Écosse24. La bourse du travail d’Edimbourg ayant quitté la WEA au profit du NCLC en 1922, seules celles des Borders restaient affiliées à l’organisation « modérée ». Nous l’avons vu, elle était largement financée par les universités, mais aussi par les pouvoirs publics, qui ne tardèrent pas à choisir leur camp : « The Central Labour College is the fountain-head of Marxian teaching in this country and is responsible for the training of more dangerous revolutionaries than all the communist parties put together25 » avertissait, non sans hyperbole, un rapport du Directorate of Intelligence en 1920. Cette même année, afin de convaincre ses collègues du Cabinet de choyer l’association « apolitique », le ministre de l’Intérieur, le libéral Shortt, leur avait donné lecture de la lettre d’un ancien responsable de l’A.E.U., G.N. Barnes, au secrétaire général de la WEA :

  • 26 Ibid.

«The only effective method of counteracting the Labour College movement is to cater for the intellectual hunger which has undoubtedly been stimulated by the war in a broader and better way – in other words, to provide increased facilities for lectures, classes and study groups where subjects of interest can be thrashed out under university guidance26

  • 27 Lettre du 5/10/1923 à J. Clunie ; cité dans CLUNIE, op. cit., ch. 3.

38En conséquence de quoi l’Etat augmenta sa subvention à la WEA qui se vit même, comme les public schools, exonérée de l’impôt sur les bénéfices des sociétés auquel le NCLC, lui, restait astreint. Pour cette organisation donc, la contribution financière des syndicats était vitale. Conséquence : celle que Maclean avait prévue dans une de ses dernières lettres de prison, en octobre 1923 : « So far as the SLC work in Glasgow is concerned, I am at loggerheads with the “committee” over this “constitution”, one that is tying them up instead of fostering education27. »

Le repli utilitariste du SLC

39En effet, de cours préparatoire à la révolution le SLC devient une école de cadres syndicaux, un vivier où se recrutent les petits chefs de la classe ouvrière. De plus, s’accusant mutuellement de faire de la propagande et non de l’enseignement, WEA et SLC s’enferrent dans ce faux dilemme (on est frappé par l’absence totale de réflexion sur le rôle de l’intellectuel dans le mouvement ouvrier), et finissent par choisir la pire des solutions, le juste milieu.

Les pressions politiques et syndicales

40Il faut dire que TUC, LP et CPGB ne leur laissent guère d’autre choix. Pour conserver le soutien de la centrale syndicale, les deux organisations d’enseignement populaire sont amenées à faire des concessions. En 1924, le NCLC accepte que ses tutors soient tous membres d’un syndicat, ce qui a pour effet de casser la ligne en faveur du syndicalisme d’industrie qu’il prônait depuis sa création. La WEA de son côté consent, la même année, à préciser dans sa constitution qu’elle a pour objectif « l’éducation pour l’émancipation sociale et industrielle », ce qui fait fuir un certain nombre d’universitaires et entraîne la sécession des sections du Sud-Est de l’Écosse, y compris Edimbourg.

  • 28 Lettres à A. Woodburn des 24, 25, 28, 29 et 30/8/1928, NCLC Correspondence
  • 29 Plebs, septembre 1928.

41Les communistes font grief au NCLC de tenir à son indépendance. Millar l’affirme solennellement dans Plebs, en 1922 : « Nous ne sommes pas, n’avons jamais été et ne serons jamais inféodés à l’une ou l’autre section du mouvement ouvrier ». Les relations entre les deux organisations s’enveniment en 1925 lorsque Plebs soutient Trotski contre Staline. Dès lors, le mot d’ordre du parti est de prendre le pouvoir au sein du NCLC. Il échouera, non sans avoir provoqué des lésions irréversibles. En 1929, Arthur Woodburn, secrétaire national du SLC, exclut de l’organisation le Labour College de Glasgow, pour sympathies communistes trop marquées. Il s’ensuit une situation confuse, le collège de Glasgow – qui se réclame de John Maclean – assurant ses cours comme si de rien n’était tandis que s’organise un rival « officiel », la « division occidentale » du NCLC écossais. On se traite mutuellement de bureaucrate et de sectaire dans les colonnes de Forward et de Plebs, qui regorgent en outre de mises au point et de contre mises au point sur l’identité du « vrai » Glasgow Labour College. Par solidarité avec le collège exclu, ceux des comtés de Stirling, Fife, Dumbarton et Ayr se désaffilient du N.C. L.C28. Les rapports font état d’une « baisse alarmante des classes et des effectifs ». Millar démissionne, et le quartier-général de l’organisation est transféré, en septembre 1928, d’Edimbourg à Londres, « symbole du déclin de l’Écosse en tant que région potentiellement révolutionnaire ».29

  • 30 Forward, 9/6/1928. Sur les négociations « Mond-Turner », réunissant industriels et syndicalistes dé (...)

42Cette débandade n’est pas sans causes financières : à partir de 1927, les subventions et cotisations syndicales au NCLC diminuent de façon considérable. Certes, l’échec de la grève de 1926 a épuisé les fonds des syndicats, mais il leur a surtout permis – en conjonction avec le très net déclin du CPGB à partir du début 1927 – de choisir clairement leur camp : le N.C.LC. leur avait été utile en tant qu’alibi, aussi longtemps qu’il s’agissait de ne pas être débordé sur sa gauche. Cela ne fait manifestement plus partie des préoccupations du TUC et de son homologue écossais, ainsi qu’en témoigne ce compte rendu de la week-end school d’une nouvelle organisation, le Workers’ Educational Trades Unions Council, qui se tint à Rothesay en juin 1928 et fut animé par W.H. Marwick : « La plupart des orateurs ayant abordé cette question approuvèrent la décision du TUC de participer à la conférence Mond30 ».

L’enfermement corporatiste

43« Ressuscitez la Clyde rouge » implorait l’encart publicitaire publié par le Glasgow Labour College dissident dans le Forward du 9/10/1926. On ne saurait mieux exprimer la nostalgie du « bon vieux temps ». Comme les working men’s clubs allaient le faire dans la seconde moitié du siècle, comme le firent leurs contemporaines, les socialist Sunday schools, les labour colleges cristallisèrent, à partir du milieu de la décennie, les conduites de repli d’une classe ouvrière doutant de sa propre culture. Le modèle culturel auquel se rattache leur déclin brutal est commun à tous les groupes sociaux dont le savoir n’est pas reconnu comme légitime : l’enfermement.

44Attaqué sur sa droite comme sur sa gauche, le NCLC finit par se recroqueviller sur un corporatisme des plus étriqués, rejetant comme frivole et décadent tout ce qui ne semblait pas concourir directement à la formation des techno-bureaucrates du mouvement :

« Escapist subjects must be rigorously pruned and only those which can be adapted to the social purpose of the workers’movement accepted… A knowledge of economics can… be of considerable help in training trade unionists to deal with employers, whereas a knowledge of how to play the violin would be of no assistance. Nor would it be of assistance to be able to distinguish one school of painters from another. »

  • 31 MILLAR, op. cit., pp. 250, 198.

45avertissait Millar en 1927. Dans ces conditions, il ne faut guère s’étonner que ses étudiants se soient laissés aller, vers la fin de la décennie, à une attitude bien connue : « They tended to be more interested in obtaining information from the lecturer rather than engaging in discussion31. »

  • 32 Cf. FREMONTIER, op, cit., pp. 81-90.

46Faut-il s’en étonner ? Ces symptômes sont révélateurs de la profonde mutation subie par l’éducation populaire des adultes en moins d’un demi-siècle. Le savoir de l’espoir a fait place au savoir de la nécessité, l’espéranto à la sténodactylo, la foi missionnaire au plan de carrière. A la maïeutique émancipatrice succède le discours d’occultation, qui idéalise ce qui en fait est une contrainte vécue comme inéluctable, qui travestit une servitude en devoir moral. L’idéologie utilitariste de Millar ne provient pas uniquement, comme on l’a parfois dit, de son éducation calviniste. Elle correspond également à ce « besoin proprement existentiel qu’ont toujours eu les ouvriers de se donner l’illusion de choisir32 » – l’économie contre le violon, le parti contre le bistro, la belle ouvrage contre la chaîne, etc.

47Le « nouvel intellectuel » selon Gramsci, « l’intellectuel organique du prolétariat », ne pouvait plus se contenter de rester un spécialiste. Il devait devenir un « dirigeant », c’est-à-dire un spécialiste doublé d’un homme politique. Après des décennies d’efforts, la classe ouvrière écossaise était parvenue, pendant le premier quart du siècle, à se doter de responsables assumant avec compétence cette double fonction. La crise économique, le sectarisme, l’habileté de la classe politique, l’échec des grands mouvements revendicatifs finirent par effacer ce qui avait constitué un véritable point de rupture. De nouveau s’ouvrit un hiatus béant entre pensée et action, intellectuel et politique.

Notes

1 Cité dans B. SIMON, Education and the Labour Movement, 1870-1920, Londres, Lawrence & Wishart, 1974, p. 83.

2 Notamment la fondation universitaire de Belleville, animée par des membres de la « haute société protestante » tels André Siegfried, Jean Schlumberger, Henri Daulig.

3 Cité dans SIMON, op. cit., p. 307.

4 M. MARTINET, Culture prolétarienne, Paris, Maspero, 1976 (1e ed., Librairie du Travail, 1935).

5 Sujets de l’examen de « advanced economics » en 1905 : « Describe the development of exchange » et « What is the fetishism of commodities ? »

6 BELL, op, cit., p. 63.

7 Ibid., pp. 38-39.

8 Décrivant un phénomène comparable qui se développa à la même époque en Italie, M.A. MACCIOCCHI parle de « Sturm und Drang culturel et prolétarien » (Pour Gramsci, Paris, Le Seuil, 1974, pp. 222-25).

9 J. MacLEAN, « A Plea for a Labour College », 1916 ; reproduit in extenso dans le recueil de discours de Maclean réunis par sa fille, Nan MILTON, John Maclean, In the Rapids of Revolution, Londres, Allison & Busby, 1978, pp. 116-122.

10 The Socialist, 29/5/1919.

11 National Council of Labour Colleges Correspondence, disponible à la N.L.S.

12 J. RANCIERE, La Nuit des prolétaires, Paris, Fayard, 1981.

13 MacDOUGALL, op. cit., p. 32.

14 Forward, 14/2/1920.

15 Deux Ecossais figuraient parmi ses dirigeants. Cf. leurs livres : W.W. CRAIK, The Central Labour College, L. & W., 1964, et J.P.M. MILLAR, The Labour College Movement, NCLC, 1979.

16 Cité dans MILLAR, op. cit., p. 14.

17 The Highway, février 1917.

18 J.P.M. MILLAR, The NCLC and its Work, 1924-25, Edimbourg, NCLC, p. 7.

19 Economies ; Industrial History ; History of Trade Unionism ; Sociology ; Evolution of Capitalism ; Biology ; History of the British Working-class Movement ; Trades Union Law ; Economic Geography ; Imperialism ; Science of Reasoning ; Psychology ; Public Speaking ; English Class tutoring. Cf. Ibid.

20 Les registres (dépareillés) de la WEA sont disponibles à la N.L.S.

21 Lettre au Scotsman, 25/6/1927.

22 SLC Correspondence. Le SLC était divisé en douze districts.

23 Classés selon le montant (décroissant) de leur contribution financière au NCLC : A.E.U. ; Derbyshire Miners ; Fife Miners ; Furnishing Trades ; South Wales Miners ; Stirling Miners ; T.G. W.U., Agricultural Workers ; Building Trades ; Lanarkshire Miners ; Managers and Overlookers ; Mid-and East-Lothian Miners ; National Association of Plasterers ; Shale Miners and Oil Workers ; Sheet Metal Workers ; Tailors and Garment Workers ; West Lothian Miners·, A.S.L.E.F.

24 Aberdeen, Airdrie, Ayrshire, Bathgate, Bellshill, Burntisland, Clydebank, Coatbridge, Dumbarton, Dundee, Dunfermline, Edimbourg, Falkirk, Glasgow, Greenock, Gourock, Helensburgh, Johnston, Kirckaldy, Methil, Paisley, Port Glasgow, Perth, Renfrew.

25 Cité dans R. CHALLINOR, The Origins of British Bolshevism, Croom Helm, 1977, p. 261.

26 Ibid.

27 Lettre du 5/10/1923 à J. Clunie ; cité dans CLUNIE, op. cit., ch. 3.

28 Lettres à A. Woodburn des 24, 25, 28, 29 et 30/8/1928, NCLC Correspondence

29 Plebs, septembre 1928.

30 Forward, 9/6/1928. Sur les négociations « Mond-Turner », réunissant industriels et syndicalistes désireux de rétablir la « paix dans l’industrie », voir le dernier chapitre.

31 MILLAR, op. cit., pp. 250, 198.

32 Cf. FREMONTIER, op, cit., pp. 81-90.

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Terms of use: http://www.openedition.org/6540