Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Deuxième partie. Culture et contre-culture ouvrières

Chapitre XI. Les écoles du dimanche socialistes

Texte intégral

We are children but one day/We’ll be big, and strong and say
None shall slave and none shall slay./Comrades all together.

  • 1 LEE, 1980, op. cit., p. 29.

We were thoroughly indoctrinated with a wealth of idealism that inspired some of us for the rest of our lives. Looking back, I can find nothing to deplore and everything to praise in all that we were taught in our Sunday School. 1

  • 2 A. RUSSELL, Our Methods, Glasgow, Civic Press, 1907, p. 11.

“Socialist Sunday schools are intended to serve as a means of teaching the economic causes of present-day social evils, and of implanting a love of goodness in the child’s mind. The object aimed at is to guide the child’s mind and activities, so that Socialist convictions may be built up naturally and firmly… The basis is unsectarian2. »

1C’est de toute évidence une école socialiste du dimanche répondant aux vœux de James C. Welsh que Jennie Lee fréquentait à Cowdenbeath, et qu’elle évoque avec tant de chaleur dans ses mémoires. Etait-elle exceptionnelle ? Les noirs desseins de Snike furent-ils jamais réalisés dans tel bourg ou tel quartier communiste ?

  • 3 A ma connaissance, il n’existe sur cette question aucun livre, et un seul article – fort documenté, (...)
  • 4 E.J. HOBSBAWM, Primitive Rebels, Manchester, M.U.P., 1959, pp. 126 ff.

2L’étude des socialist Sunday schools constitue une lacune surprenante dans l’historiographie du mouvement ouvrier3. Il s’agit pourtant d’une institution intéressante à plus d’un titre : culturellement, l’analyse du contenu et des méthodes de l’enseignement quelles dispensaient permet, non seulement de repérer leurs modèles de référence et les valeurs qu’elles entendaient transmettre, mais aussi, a contrario, de déceler les caractéristiques de l’enseignement public officiel contre lesquelles elles s’élevaient. Historiquement, elles perpétuent bien avant dans le xxe siècle la tradition de ce que Hobsbawm appelle les « sectes ouvrières », et qu’il enterre (peut-être un peu vite ?) avec le xixe siècle4. Politiquement enfin, grâce à leur organisation décentralisée, grâce à l’absence d’un organisme de tutelle susceptible de dicter les comportements et les alliances et de gonfler artificiellement les effectifs, elles nous renseignent sur deux points : d’une part, par les fluctuations de leurs effectifs, sur le degré de combativité de la classe ouvrière d’une zone donnée à un moment donné ; d’autre part, par leurs alliances et leurs scissions, sur le degré d’unité du mouvement ouvrier, sur les crises qui le traversent, les thèmes qui le mobilisent, les manœuvres de tel ou tel parti.

Les origines du mouvement

  • 5 Cf. J.O. SPRINGHALL, Youth, Empire and Society, Londres, Croom Helm, 1977, p. 25.

3Les deux mouvements de jeunesse qui se développèrent en Grande-Bretagne à la fin de l’ère victorienne sont d’origine écossaise. Fondée à Glasgow en 1883 par le négociant William Alexander Smith, adepte de l’Eglise presbytérienne libre, la boys’brigade avait pour ambition d’approfondir l’éducation religieuse et d’initier à la discipline militaire les adolescents des quartiers ouvriers qui, faute d’idéal et d’occupation, succombaient aux tentations de la rue. En fait, son recrutement, tant à Glasgow que dans le reste du pays, porta presqu’exclusivement sur les jeunes bourgeois5.

4Pionnière en matière d’enseignement public, l’Ecosse fut également à l’avant-garde de l’éducation populaire socialiste. L’idée d’enseigner le socialisme aux enfants dans le langage traditionnel de l’éthique chrétienne fut lancée par Keir Hardie, qui annonça dans le Labour Leader de mai 1893 la création d’un mouvement de jeunes socialistes, les crusaders. Le projet n’aboutit pas immédiatement, mais l’idée fit son chemin à Glasgow, où fut fondée en février 1896 la première socialist Sunday school de Grande-Bretagne, à l’initiative d’un groupe de jeunes amis personnels de Keir Hardie : les menuisiers Archie MacArthur et Alex Gossip, les petits bourgeois (employés, commerçants, enseignants) W.M. Haddow, John et Katherine Bruce Glasier, Lizzie Glasier, Carolyne Martin, Margaret MacMillan et Clarice McNab.

5Dix ans plus tard, on n’en comptait pas moins de quatorze en Ecosse (dont dix à Glasgow), cinq dans le Lancashire, huit dans le Yorkshire et une vingtaine à Londres, animées par MacArthur qui s’était installé dans la capitale, d’où il éditait le mensuel du mouvement, The Young Socialist, qui atteignit rapidement le millier d’exemplaires. L’année 1909 vit la formation de cinq fédérations régionales (Glasgow, Edimbourg, Londres, Yorkshire, Lancashire et Cheshire) regroupées au sein du National Council of British Socialist Sunday Schools, organisme squelettique dirigé par trois bénévoles, dont le premier président fut Alex Gossip. Une sixième fédération, Tyneside, fut fondée en 1912 ; le pays comptait alors une centaine d’écoles du dimanche socialistes, dont quinze à Glasgow et huit à Edimbourg.

  • 6 Les procès-verbaux des leçons et des réunions du comité exécutif de cette S.S.S. pour la période 19 (...)

6A la tête de chacune, un superintendent, généralement assisté d’un adjoint, d’un secrétaire, d’un secrétaire-adjoint et d’un trésorier, tous bénévoles. Deux constatations s’imposent lorsque l’on consulte la liste des personnes ayant occupé ces fonctions à la S.S.S. de Glasgow College (fondée par Lizzie Glasier en 1899) entre 1918 et 1931 : l’absence presque complète de noms à consonance irlandaise (seul un certain Burke fut secrétaire adjoint en 1927) et la sous-représentation des femmes (trois vice-surintendantes sur huit, une secrétaire sur six, aucune trésorière) 6. Dans cette école, l’une des plus importantes du pays, le comité comprend en outre deux commissaires aux comptes, deux administrateurs, un bibliothécaire, un secrétaire littéraire (J.S. Clarke de 1923 à 1928), un professeur de danse et un chef d’orchestre, chacun flanqué d’un assistant – tous masculins – ainsi que trois pianistes (féminines). On recense en outre une demi-douzaine de sous-comités : éducation ; locaux ; loisirs ; visites à domicile ; randonnées ; sports. De fait, cette école propose un éventail impressionnant d’activités : randonnées, natation, danse, chorales enfantines et adultes, culture physique masculine et féminine, boxe, groupe dramatique enfantin, football, percussions, bibliothèque, camps de vacances, caisse d’épargne.

L’idéologie

7Les objectifs des socialist sunday schools ont été exposés par Lizzie Glasier dans un petit opuscule de 1907, A Reply to the Sabbath School Teachers’ Magazine. Ces derniers ayant reproché aux écoles socialistes « d’enseigner aux enfants à vivre sans Dieu et à mourir sans espoir », Lizzie Glasier répond par une contre-accusation – ses détracteurs privilégient indûment l’Ancien Testament – et une apologie du socialisme en tant qu’expression suprême de cette religion de l’amour qu’est le christianisme du Nouveau Testament. Après les avoir mis en garde contre leur tendance à annexer à leur propre chapelle le concept même de religion, elle précise ainsi les objectifs de son mouvement :

« Our aim is to imbue the children’s minds with the truer idea that Ethics and Religion are interchangeable terms of expression for the highest and holiest perceptions or ideals which humanity has as yet attained to… The socialist Sunday schools movement is an attempt to unite Ethics and Religion… so that they shall became indissoluble, inseparably one, by the simple application of precept to practice. »

8En somme, le socialisme, c’est le christianisme appliqué :

« Socialism, which the children are taught, is an Idealism… It is a Faith – a faith based on the Divine brotherhood and sisterhood of humanity – irrespective of class, colour, or creed. It is a religion – a religion greater than creeds or dogmas. It is the Religion of Love! When the Sun of Social Justice – Socialism – has arisen in its full glory, all the artificial and unnatural causes of evil and error will have been rooted from the pathway of human progress…” Love as the basis of a State has never been tried”, says Emerson. Socialism is going to try it. Is not this a high aim to put before the children…. Is it not a grand, a noble, a sacred sentiment? A true Religion? »

9Prêchi-prêcha ? Scoutisme laïc ? Non, car « les conditions sociales dans lesquelles vivent les gens déterminent leur moralité », en conséquence de quoi :

  • 7 L. GLASIER, A Reply to the Sabbath School Teachers’ Magazine, Glasgow, Glasgow and District S.S.S. (...)

« To accuse us of bringing up our children to live without God, and to die without hope, is an assertion which is quite irrelevant to the main principle in Socialist teaching, namely, the founding of society upon a new economic basis.. Socialism, or the law of the Religion of Love, maintains that private ownership… is public robbery in land in capital… and in the necessary things of life… It causes war, hatred, jealousy, revenge, covetousness, greed, theft, usury, betting, lying, drunkenness, crime, and disease of every kind – yea, and death itself7. »

  • 8 Discours d’adieu à la Y.S.G. de Glasgow ; cité dans REID, op. cit., p. 25.

10En 1901, MacArthur exhortait ses auditeurs de la Young Socialist Guild de Glasgow à « arracher l’industrie des mains de ces hommes qui, de tout temps, l’ont utilisée pour leurs propres intérêts, et non pour le bien commun8 ». Un quart de siècle plus tard, son discours est plus nuancé : anti-marxiste (« nous ne sommes pas obligés d’accepter le déterminisme économique de Marx »), craignant une récupération communiste du mouvement qu’il avait fondé, MacArthur ne revendique plus que la nationalisation des principales industries du pays : Comme Lizzie Glasier, il s’efforce d’élaborer un syncrétisme entre christianisme et socialisme :

  • 9 A. McARTHUR, Religion and Socialism : A Plea for Both, ILP publications, 1924, pp.8-12.

« Religion and socialism are not in their essential nature opposed to each other. Both of them are true. And it soon may become evident that the one without the other cannot be made perfect. But the common people have now gained, largely outside the Church and outside religion, a vision of a new world from which capitalism with its inequities has passed away – a world of justice and love. Therefore, the Church would be well-advised to commit itself definitely to the position that the general framework of society ought to be co-operative and Socialism would do wisely to refrain from attacking religion… as represented here. Religion – or, at any rate, the world-view upon which religion rests – provides, and alone provides, the basis in thought which Socialism needs for the society it aspires to9. »

  • 10 REID, op. cit., p. 30.

11Toutefois, si le discours de Glasier était en son temps majoritaire, celui de MacArthur n’est plus qu’une relique du passé ante-bellum. « Le socialisme est essentiellement une religion, lorsque l’on utilise ce terme dans son acception stricte de service et d’amour de l’humanité » proclamait la première Déclaration d’intentions et d’objectifs publiée en 1914 par le conseil national des écoles du dimanche socialistes britanniques, confirmant ainsi le jugement de F. Reid selon lequel « manifestement, le mouvement des écoles du dimanche socialistes avait alors succédé aux Eglises travaillistes en tant que la secte ouvrière de la vie religieuse britannique10 ». Treize ans plus tard, les premiers statuts des S.S.S. écossaises sont libres de toute référence religieuse – excepté la mise en garde suivante : « il est fortement recommandé que les enfants ne fréquentent pas d’école du dimanche orthodoxe ». De même, les Socialist Ten Commandments d’avant-guerre sont rebaptisés – sans modification de contenu – Socialist Precepts en 1918 (document no2).

12Même pour la période d’avant-guerre, il serait erroné d’assimiler l’idéologie des S.S.S. à celle des boys brigades. Certes, les deux mouvements sont issus de la même tradition religieuse, celle des sectes presbytériennes dissidentes : W.A. Smith avait quitté l’Eglise presbytérienne établie pour la Free Kirk·, MacArthur, qui n’acheva jamais ses études de théologie, avait présidé la Glasgow Christian Socialist League et Hardie, élevé dans l’agnostisme, s’était converti à 21 ans, devenant prêcheur laïque de l’Evangelical Union, une sous-secte de la United Secession Church.

13Toutefois, la référence constante des écoles socialistes du dimanche écossaises à l’idéologie calviniste – qui finit par susciter de vives tensions avec la fédération du Lancashire, agressivement séculariste – ne doit pas nous porter à croire qu’elles acceptaient en bloc l’héritage culturel écossais. Contrairement aux boys’ brigades, les S.S.S. rejetèrent avec vigueur deux des éléments les plus marquants de la culture écossaise au xixe siècle, le militarisme et l’impérialisme. « Le seul drapeau que nous reconnaissions est le drapeau rouge, la seule guerre que nous menions est contre le capitalisme » déclara – malgré les appels de la fédération du Lancashire à soutenir l’effort de guerre – la conférence nationale britannique des S.S.S. en 1915.

14De plus, bien avant la guerre, certaines écoles, y compris en Ecosse, pratiquaient des baptêmes et, plus rarement, des obsèques laïques : 28 naming services à Glasgow College entre 1905 et 1927. Harry McShane évoque dans ses mémoires l’un de ces baptêmes laïques, auquel il assista à la S.S.S. de Kingston, à Glasgow :

  • 11 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 31.

« Instead of the children being baptized as they were in church, there was a naming ceremony where a big crowd sang socialist songs. When I first saw it I was quite shocked, as I hadn’t quite rid myself of Catholicism. Four little girls put flowers on the baby for purity, and then a red rose was put on for revolution. The superintendent… spoke of the future of the child and the future of all humanity. The singing was the most impressive part of the ceremony, as rich as any religious function I had ever attended; it really stumped me11. »

  • 12 « Gould’s burial service without theology may be suggested. As well as other hints applicable to th (...)

15Quant aux obsèques laïques, elles suivaient le rituel élaboré par John Gould, journaliste au Young Socialist12.

La pédagogie

  • 13 « Hymn no 12 », Socialist Sunday Schools Hymn Book, Londres, 1911.

« We’re a band of little comrades,/Walking in the path of Truth
We are marching onward/Through the flowery land of youth;
Marching onward, up to manhood,/When we mean to join the fight
Of the weak against oppression,/In the battle for the Right
13 »

Le sens du devoir

  • 14 Fondée en 1905 ; ses minutes peuvent être consultées à la N.L.S.

16A l’instar de la culture dominante, l’école du dimanche socialiste inculque avant tout le sens du devoir. La plupart des écoles répartissent les élèves en catégories d’âge : enfants (3 à 14 ans), jeunes adultes (15 à 18) et adultes (18 à 21). La séance consacrée aux « enfants » débute, le dimanche matin ou après-midi selon les écoles, par la désignation d un secrétaire, qui s’initie ainsi à ses futures responsabilités syndicales ou politiques. (« Les élèves commençant à travailler dans une usine ou un atelier doivent avoir pour consigne d’adhérer à leurs syndicats respectifs, et d’y promouvoir le programme du mouvement des S.S.S. » précise un amendement aux statuts de la Glasgow S.S.S. Union, en 1929). Rédigées par ces apprentis secrétaires, les minutes que nous avons pu consulter, celles de Glasgow College et de Edinburgh Central14, sont dans l’ensemble d’une fort bonne tenue, très lisibles et d’une grande correction grammaticale.

17Avant d’aborder le vif du sujet, on lit les minutes de la séance précédente, et on souhaite éventuellement les anniversaires. On fait l’appel (« les absents recevront la visite d’un membre du visiting committee ») et la quête (en moyenne, un peu moins de 1d par présent à Edimbourg de 1924 à 1927), puis on entonne une aspiration suivie d’un cantique extrait du Labour Church Hymn Book, du S.S.S. Hymn Book (1911) ou du Ethical Hymn Book (1919). Avant-guerre, l’aspiration était souvent celle que Lizzie Glasier cite dans son opuscule : « We desire to be just and loving to all men and women, to work together as brothers and sisters, to be kind to every living creature, and to help to form a new Society, with Justice as its foundation and Love as its law. » Cette prière laïque semble ne pas avoir survécu à la guerre : à partir de 1917, on n’en trouve plus trace, tant dans les minutes de Central que dans celles de College.

  • 15 RUSSELL, op. cit., p. 12.

18La leçon proprement dite, conduite par le superintendent ou par un guest speaker (« orateur invité qui devrait être un socialiste conscient et avisé15 ») fonctionne sur le principe du sermon : partant d’un texte ou d’un aphorisme (en général extrait du Child’s Socialist Reader, compilé en 1902 par Katherine Bruce Glasier), l’intervenant prononce un discours d’une vingtaine de minutes. Après les questions (que les procès-verbaux n’évoquent à l’occasion que pour souligner leur rareté), on a parfois droit à un petit numéro (chanson, sketch) présenté par quelques élèves, puis on vend le Young Socialist, et l’on clôt la séance par la récitation des Dix Commandements Socialistes ou des Préceptes Socialistes, souvent remplacés après la guerre par l’exécution du Red Flag ou d’un hymn, plus rarement (quoique de façon croissante après 1927) par celle de l’Internationale (et, en une occasion à Central, de la Marseillaise : « l’orateur prévu ayant fait défaut, nous chantâmes la Marseillaise pour occuper le temps »).

  • 16 « A scholar rose up and gave a complaint owing to the lack of socials » ; Glas. Central, 29/11/1926

19Ce rythme immuable est maintenu de début septembre à fin juin, avec pour seuls événements sortant de l’ordinaire la fête de la moisson en septembre (même la contre-éducation socialiste n’a pu se résoudre à épargner aux petits citadins le mythe de l’âge d’or rural), International Sunday (un contre-Empire Day) en avril et un pique-nique en juin, ainsi que, une ou deux fois l’an, une après-midi musicale (« nous chantâmes des chants russes, allemands et écossais ») ou une lantern lecture (« vues de la Rome antique »), et trois socials, à Halloween, au Nouvel An et le 1er mai, portion congrue consacrée aux distractions qui donne parfois lieu à des revendications juvéniles fidèlement rapportées par le secrétaire de séance16.

Le contenu des leçons

  • 17 C. WHITEHEAD, The Socialist Sunday School Movement, 20th. century press, 1911, p. 1.

« We do not preach individual virtue as a solution of the difficulty as do the teachers in orthodox Sunday schools… goody-goody stories with copy-book morals are not encouraged, but rather attention is given to the systematic formulation of ethical concepts arising from a contemplation of the facts of Nature as revealed by science17. »

20Ces recommandations de G. Whitehead, superintendent d’une école socialiste londonienne, ne semblent guère avoir été prises en compte dans l’élaboration du programme d’Edinburgh Central. De janvier 1924 à mai 1931, ce ne sont pas moins de 162 leçons dont les secrétaires de séances successifs nous indiquent le titre, suivi parfois d’un résumé. Par ordre d’importance croissante, on peut les ranger dans les catégories suivantes : souvenirs d’enfance (2 occurrences) ; mouvement coopératif (3) ; animaux (6) ; internationalisme (10) ; conte ou parabole (14) ; histoire (14) ; morale (30) ; politique et économie (31) ; et, en tête avec 33 occurrences, cette incarnation de la « vertu individuelle » que sont les héros.

21Pour ce qui est de la politique et de l’économie, les sujets abordés vont de l’Etat à la révolution, en passant par les élections en cours, le capitalisme, le budget, la grève, l’armée et la police, les producteurs et les non producteurs, l’exploitation de la classe ouvrière et le programme travailliste. Les longs développements théoriques ne sont pas toujours goûtés du secrétaire de séance. A propos d’une leçon sur « la révolution », le résumé succinct nous apprend que « [l’intervenant] en mentionna trois et tira des conclusions de chacune d’entre elles ». Nous ne saurons jamais sur quoi porta la leçon du 31/2/1926, dont le secrétaire n’indique pas le titre mais nous qu’elle « fut très intéressante », et nous n’apprenons que peu de choses du programme travailliste exposé le 30/10/1927 : « Comment l’I.L.P. essaye d’améliorer les conditions pourries dans lesquelles nous vivons ».

22Le message passe manifestement mieux lorsqu’il est personnalisé, ou du moins facilement personnalisable. Résumé succinct mais parlant d’une leçon intitulée « uniformes » : « Quoique les policiers, les soldats et les marins portent des uniformes, ils ne sont que des hommes comme nos pères et nos frères », ou encore « Toutes les bonnes choses de cette terre sont produites par les travailleurs, quiconque en profite sans travailler vole le pain des ouvriers. » – « Le fair-play », « la vérité », « la sincérité », « l’amour et la Justice », « Egoïsme et altruisme » ; « Nous devons aimer notre pire ennemi » ; « Notre mouvement prône l’Amour Universel » ; « L’homme qui ne pense qu’à lui-même ne pense qu’à un tout petit individu » : il semble bien, d’après les titres de ces quelques leçons de « morale », que l’opinion de Whitehead sur les « goody-goody stories » n’ait pas été partagée par ses collègues édimbourgeois, ce qui est confirmé par la catégorie des « contes et paraboles ». Ceux-ci sont en général le domaine des femmes, qui n’interviennent que fort peu par ailleurs. Il s’agit généralement de l’adaptation d’une légende ou d’un conte traditionnel (le roi Arthur, le Joueur de flûte de Hameln, Jack et le haricot géant, légendes irlandaises, etc.) dans un sens socialiste, « d’un conte de fées avec une morale socialiste », comme l’écrit le secrétaire de la séance du 30/2/1924, peut-être inspiré par la péroraison qui clôt la version de « Jack, le tueur de géants » publiée par le Young Socialist d’avril 1923 : « Now, children, this is not an ordinary fairy story, but a story of real life. The cruel pant is called capitalism, and we want every boy and girl to come with us and join the fight. We want to abolish the Capitalist system and to establish Socialism ».

  • 18 « First stage of savagery (Man as a tree-dweller ; Discovery of fire ; Use of bow and arrow). Secon (...)

23C’est systématiquement ce genre de leçon qui a droit aux résumés les plus complets de la part du secrétaire de séance, ainsi que certaines leçons d’histoire très concrètes, comme « La quête de la nourriture à travers les âges ». A noter que l’on est bien loin de brosser l’immense tableau évolutionniste que recommandait Whitehead18. On procède au contraire, selon la disponibilité des intervenants, de façon fort impressionniste, de la Révolution française à la Grèce antique (« qui était presque un Etat socialiste ») et à la grande muraille de Chine (« qui prouve que rien n’est impossible »). Comme la grande muraille, les animaux sont utilisés pour démontrer une vérité universelle, les abeilles (les favorites) que « nous devons, comme elles, savoir profiter de toutes les occasions », les renards et les crabes que « l’existence des classes sociales est bien réelle ».

Internationalisme et pacifisme

  • 19 The Times, 25/5/1925.

24Les récits de voyages servent de repoussoir aux maux de la société britannique (« il n’y a pas de taudis au Danemark » ; « les enfants russes reçoivent une bonne éducation »). Le chauvinisme est condamné (« dans chaque pays, on enseigne aux enfants que leur pays est meilleur que tout autre. Des sentiments d’amitié devraient prévaloir entre les nations. Le socialisme rendra cette idée populaire »), car il mène inéluctablement à ce mal suprême qu’est la guerre. Si l’exploitation coloniale n’est mentionnée qu’une seule fois, à l’occasion de la visite d’un « comrade from India », elle fait chaque année l’objet d’une dénonciation rituelle à l’occasion de l’International Sunday. Sur ce dernier point, le torchon brûle entre les hautes sphères du parti travailliste et celles de l’I.L.P. En mai 1928, Maxton dénonça aux Communes le parti-pris impérialiste des manuels scolaires et s’en prit avec passion à la traditionnelle Journée de l’Empire. Or, quatre ans plus tôt, J.H. Thomas, ministre travailliste des colonies, n’avait-il pas, à l’occasion de cette même célébration, déclaré : « Let us get rid of this miserable class prejudice, class warfare and class talk and say that all classes and all creeds will combine in making an Empire worthy of the sacrifices which all classes made in the War19 » ?

25Dans ce débat, les écoles socialistes choisirent résolument leur camp : leur plus grande fête annuelle, International Sunday, constituait une attaque en règle contre l’Empire Day célébré le même jour. De plus, les seules manifestations politiques auxquelles participaient les élèves des écoles socialistes étaient, outre les défilés du 1er mai, les manifestations pacifistes : c’est ainsi qu’en avril 1918 les élèves de Glasgow College participèrent à la « croisade pour la paix », ensemble de manifestations organisées dans les grandes métropoles britanniques. L’année suivante, le comi¬ té exécutif de cette même école refusa d’adhérer au Scottish divisional peace Council, « étant donné le caractère bourgeois de cette organisation ». Il accepta par contre, en avril 1919, d’envoyer des délégués à l’anti-imperial league youth committee, et en mars 1930 à la section « jeunes » des Amis de l’Union Soviétique.

26On pourrait ne voir là que dévotions rituelles et se demander si cet antiimpérialisme britannique affiché ne fait pas en réalité le lit du nationalisme écossais. Tant s’en faut, comme le confirme un examen des leçons consacrées aux « héros ». Ce sont presque exclusivement des « grands hommes » : sur trente-trois occurrences, quatre seulement concernent des héros du peuple anonymes, paysans courageux, marins loyaux ou constructeurs du pont sur le Forth. En tête du palmarès des grands hommes se détache bien entendu Robert Burns (huit occurrences), suivi de Keir Hardie (cinq), Florence Nightingale et William Morris (trois), E.D. Morel (deux), et, avec une mention chacun, un peloton d’écrivains (Shaw, Stevenson, Andersen, Socrate « le révolutionnaire »), d’explorateurs et d’inventeurs écossais (Livingstone, Bruce, Watt, Mungo Park) et de défenseurs des opprimés (John Brown, le jeune Ramsay MacDonald, Marx).

27A quelques variantes près (Bellamy, Owen, Shelley, Ruskin, Nat Tyler, Lénine, Sparatacus), ce sont les mêmes noms que l’on retrouve au programme de la S.S.S. de Kilmarnock. On le voit, il n’y a là aucun des héros du panthéon nationaliste comme Bruce ou Wallace. Quant à Burns, plutôt que l’Ecossais, c’est le « socialiste » (« Burns was a socialist ») fils de la terre et chroniqueur des humbles (« dignity among the poor people ») que l’on vénère en lui.

28Ayant constaté que « la discipline semi-militaire de mouvements de jeunesse tels que les boy scouts, les boy brigades et les girl guides ou toute autre organisation “sociale-patriotique” est irrésistiblement attrayante pour les jeunes esprit », Alex Fleming, surintendant de l’Ecole socialiste de Shettleston, à Glasgow, entreprit de les copier pour mieux les contrecarrer. Fin 1918, il lança, soutenu par le Young Socialist (dont il était l’imprimeur) et le conseil national des S.S.S. britanniques, le mouvement des Young Socialist Citizen Crusaders. Ses objectifs :

  1. To promote the principles of world peace.

  2. To encourage and stimulate a healthy interest in nature…

  3. To improve [our boys’and girls’] health and physique, and to show them the evils of military training.

  4. To train them in the practice of mutual aid, and to teach them to regard themselves as citizens of the world, having equal rights and equal responsibilities with all other citizens of whatever colour or creed.

    • 20 The Young Socialist., avril 1919.

    To provide for our growing and restless children an attraction which will bind them more closely to the socialist Sunday schools20.

  • 21 Ibid.

29Pour les atteindre, Fleming propose en modèle le programme du Crusaders’ Band de Shettleston. Les enfants se réunissent trois samedis par semaine. Pendant la belle saison, ils participent à des « randonnées éducatives, voyages de formation, écoles de camping et parades nautiques”. L’hiver, dans un grand hall loué pour la circonstance, ils se forment en équipes (et procèdent au rituel para-militaire du rassemblement, de l’appel, de la gymnastique et du défilé, suivis d’un peu de boxe pour les garçons et de danse pour les filles, d’une demi-heure de danses traditionnelles regroupant les deux (« les garçons sont encouragés à se comporter dignement envers les filles »), et de secourisme. Le tout en uniforme, quoique – et c’est bien là la seule chose qui semble différencier les crusaders des scouts – « il n’est pas deux groupes qui soient capables de se mettre d’accord sur ce que devrait être l’uniforme21 ».

30En dépit d’une demi-page dans le Young Socialist régulièrement consacrée, par Fleming, au mouvement qu’il avait créé, et de la publication en 1921 d’un « manuel d’instruction » qui fut rapidement bradé à vil prix, les Young Socialist Citizen Crusaders restèrent une organisation confidentielle, incapable qu’elle était de surmonter la contradiction de base entre son idéologie pacifiste et sa pratique paramilitaire.

Le déclin du mouvement

  • 22 Ibid., octobre 1918.

31La fin de la guerre donne un coup de fouet aux écoles du dimanche socialistes : les pages du Young Socialist enregistrent naissance sur naissance. De six fédérations régionales regroupant une centaine d’écoles en 1914, on passe à dix fédérations (dont cinq en Ecosse) en mai 1919. Elles comptent au total 146 écoles, dont un tiers (46) en Ecosse, qui ne représente pourtant, rappelons-le, que le dixième de la population britannique : 17 à Glasgow, 9 dans le Lanarkshire, 5 dans l’Ayrshire (soit les trois-quarts dans l’Ouest du pays), 8 dans le Fife, 5 à Edimbourg, une à Falkirk et à Galashiels. Implantées dans les quartiers industriels des grandes villes comme dans les villages miniers et les petits centres textiles, elles ratissent large parmi les enfants de la classe ouvrière : fondée en 1918, l’école de Bellshill, dans le bassin houiller du Lanarkshire, s’enorgueillit de compter parmi ses « scholars » non seulement des petits Ecossais, mais aussi des Anglais, des Gallois, des Irlandais, des Lithuaniens et des Italiens22.

32Le maximum est atteint en 1921, avec 153 écoles en Grande-Bretagne, dont 47 en Ecosse. On note ensuite un tassement jusqu’en 1925 : 140 écoles en 1922 (dont 36 en Ecosse), 132 en 1923, 139 en 1924, 137 en 1925 (33 en Ecosse). Si la grève générale de 1926 réveille les ardeurs (151 écoles), la démobilisation qu’entraîne son échec se traduit par une chute brutale : 113 S.S.S. sont recensées en 1927, 69 en 1932, 65 en 1933, dernière année pour laquelle le conseil national rendit publics les effectifs du mouvement. La moyenne nationale des inscrits par école, confirmée par la lecture des minutes de Glasgow College et Edinburgh Central, est d’une cinquantaine « d’enfants » plus, le cas échéant, une dizaine de « jeunes adultes » et une quinzaine « d’adultes ». En 1921 donc, année de leur plus forte implantation, les écoles socialistes du dimanche scolarisaient environ 7 500 enfants ; il n’en restait plus que la moitié dix ans plus tard.

  • 23 Même phénomène à Shettleston, d’où le tiers des « écoliers » est parti, entre 1921 et 1923, en dire (...)
  • 24 Ibid., novembre 1921 et avril 1922.

33Comment expliquer ce déclin ? La lecture des minutes de nos deux écoles de référence ne fournit que des explications partielles. Après l’enthousiasme de l’immédiat après-guerre (1920 : « l’école est en train de devenir le noyau de tous les mouvements socialistes et progressistes du district »), le comité exécutif de College attribue la baisse des effectifs de 1921 à l’émigration23, celle de 1925 à la concurrence des boy scouts et celle de 1930 à l’extinction du club de football. Edimbourg Central, ainsi que Musselburgh, Broxburn et Leith mettent en cause la montée du chômage24. Ce n’est qu’à partir du milieu de la décennie que le mouvement se penche sur les raisons internes de son déclin. Sans doute y fut-il indirectement contraint par la lettre ouverte que 37 députés travaillistes (dont Smillie, Turner, Maxton, Johnston, Purcell et Lansbury) adressèrent, en août 1924, à « toutes les sections des partis socialistes ou travaillistes de Grande-Bretagne » :

  • 25 Ibid, août 1924.

« We are of the opinion that there should be a socialist Sunday school connected with every branch of the Socialist or Labour parties in this country… There are already a number of such schools, but they are few indeed, in comparison with the number of Socialists and Labourists… The SSS do what ordinary schools and Sunday schools have not hitherto done, for not only do they teach the children to be unselfish towards their own kindred and their own countrymen, but towards the citizens of the world at large; not only do they teach love of humanity, but they also teach how the moral and material welfare of humanity may be best ensured; not only do they teach hatred of War and love of Peace, but they teach the causes of War and the conditions necessary to avoid it. Their teaching is non-theological, non-political and without party bias25. »

  • 26 Les procès-verbaux des conférences annuelles des S.S.S. écossaises sont disponibles à la N.L.S.

34En dépit de la publicité que valut à cette initiative la contre-offensive de Sir John Butcher, président de la British Empire Union, qui présenta au Parlement un Seditious Teaching Bill (votée par les Lords, elle fut repoussée par les Communes), les effectifs des écoles socialistes persistèrent à stagner : il était grand temps de passer à l’autocritique. Réunis à Glasgow en mars 1921 pour la première conférence annuelle des S.S.S. écossaises, les délégués présentent une liste de suggestions pour remuscler leur mouvement. On est frappé par le fait que, conférence après conférence, du moins jusqu’en 1929, les solutions proposées éludent toutes le problème de fond – le rôle et le positionnement politiques des écoles du dimanche socialistes – pour exiger, comme c’est souvent le cas dans une organisation en perdition, un surcroît de dévouement de la part des militants : « les membres doivent être prêts à sacrifier leurs intérêts personnels pour le bien des écoles26 ».

35On souligne donc, année après année, l’urgence de mieux former les enseignants (s’auto-cultiver, étudier la psychologie infantile, élaborer une formation des formateurs), d’améliorer le confort des salles de cours, de varier les cantiques pour échapper à la monotonie, de faire un meilleur usage de l’entertainment bureau lancé en 1923 par le conseil national, d’éveiller l’intérêt des enfants pour l’art en vue de monter des groupes de théâtre, de musique ou de chant choral, etc. A la conférence de 1929, les rares allusions politiques relèvent du vœu pieux : « The schools are declining because there is no continuity between all socialist bodies. We should approach the ILP… create an atmosphere of fellowship and encourage visitors to become members. »

Les rivalités politiques

36L’année suivante, face à l’hémorragie d’adhérents, les représentants de l’extrême-gauche sentant que l’Ο.Ρ.Α. est possible, déclenchent une offensive en règle. Jusqu’alors, le mouvement, grâce à sa structure décentralisée et à la diversité de son recrutement, avait su préserver un certain œcuménisme. Ainsi, réunis à Glasgow en mars 1919, les délégués au onzième conseil national des S.S.S. de Grande-Bretagne envoient des télégrammes amicaux aux congrès de l’I.L.P., du S.L.P. et du B.S.P. La fondation, l’année suivante, du parti communiste, ne trouble pas immédiatement cette belle unanimité, ainsi qu’en témoigne le savant dosage opéré par le Young Socialist. A un article de J. Bruce Glasier en janvier 1920 intitulé « The new world : its foundation to be Justice. Love to be the spirit of its inhabitants » répondent, en janvier de l’année suivante un article vantant les mérites de Liebknecht, en février ceux du syndicalism par opposition au trade unionism et un poème intitulé « A Communist’s prayer ». A un article anti-communiste de F. Gould en juin 1921 (« I believe our grand old island can march to the Co-operative Commonwealth without practising the ways of the Bolsheviks ») répond, en février 1922, un appel pour le Russian Famine Fund. Trois mois plus tard, à la concentration annuelle des S.S.S. glaswégiennes (près de deux mille participants), le discours d’ouverture est prononcé par Maxton, remplaçant au pied levé Gallacher, empêché.

L’École du dimanche prolétaire et l’école des jeunes marxistes

37Empêchement diplomatique ? Gallacher pourrait fort bien avoir été contraint de prendre ses distances vis-à-vis des S.S.S. par la récente décision du C.P.G.B. de lancer un mouvement rival, la Young Communist League. Jusqu’alors, la seule tentative sérieuse de concurrencer les écoles du dimanche socialistes sur leur propre terrain avait échoué. Elle était l’œuvre de Tom Anderson, dirigeant glaswégien du B.S.P. et co-fondateur des S.S.S. qui, agacé par le ton moralisateur de ces dernières, avait fondé en 1917 la Proletarian sunday school de Glasgow, qui opposait Marx et Lénine à Carlyle et Morris, et les dix maximes prolétariennes aux dix commandements socialistes.

38En dépit du prestige que lui valut la collaboration de John Maclean en 1919, les tentatives de débauchage entreprises par la P.S.S. ne furent guère couronnées de succès. Sur les dix-sept S.S.S. de Glasgow, seule College répondit favorablement à l’appel lancé par Anderson, fin 1918, invitant les « jeunes adultes » à participer à une classe commune « en vue de développer cette nécessité du moment, les idées révolutionnaires ». Lorsqu’elle fut dissoute en 1925, la P.S.S. ne comptait que neuf écoles : sept à Glasgow, une à Greenock et une à Cowdenbeath. Aucune d’entre elles ne compta jamais plus d’une vingtaine d’inscrits, à l’instar de la Young Marxian school (« pour une éducation prolétarienne ») fondée à Glasgow par le S.L.P. en octobre 1923. Négligeant toutes deux les activités de loisir (à une époque où la durée du travail ouvrier était en nette diminution) au profit d’une formation politique théorique peu adaptée à l’âge de leurs recrues, elles illustrent de façon presque caricaturale le dogmatisme et le sectarisme dans lequel s’enfermaient les rares dirigeants du S.L.P et du B.S.P. ayant refusé d’adhérer au C.P.G.B.

La ligue des jeunes communistes

  • 27 J. KLUGMANN, History of the Communist Party of Great Britain, Londres, Lawrence & Wishart, vol. I, (...)
  • 28 COWE, op. cit., p. 113.

39Mêmes causes, mêmes effets : « Pendant ses premières années, la Young Communist League souffrit d’un fort sectarisme, qui tendait à l’isoler de la masse des jeunes ; elle tendait à devenir une réplique en miniature du parti » reconnaît James Klugmann, l’historien du C.P.G.B27. Son analyse est confirmée par le récit autobiographique de Bill Cowe, cheminot communiste chargé en 1922-23 de débaucher les adhérents de la S.S.S. de Rutherglen au profit de la Y.C.L., sans succès28.

  • 29 MacDOUGALL, op. cit., p. 239.

40En mai 1922, le C.P.G.B. se dissocie formellement des S.S.S., et ses quelques militants qui mettent aux voix, lors du conseil national des S.S.S., l’affiliation de ce mouvement à la Y.C.L., subissent un échec dont l’ampleur permet au conseil national de faire preuve de magnanimité : les communistes sont invités à rester membres du mouvement, ce que nombre d’entre eux feront, du moins en Ecosse : la première conférence annuelle de la Y.C.L., tenue en août 1922, déplore de ne compter aucune section au nord de la Tweed. La conférence de 1925 ne recensera qu’un demi-millier de YCLers, à peu près équitablement répartis entre quatre districts (Londres, Glasgow, Manchester, Yorkshire). Feu de paille en 1926 : on recense, au plus fort du lock-out des mineurs qui suivit l’échec de la grève générale, 1 800 adhérents, dont les trois-quarts vivent dans un coron. « YCLers 100 % inactive » ironise David Proudfoot, militant communiste du Fife, sceptique face à cette inflation des vocations révolutionnaires29. Il avait raison : la chute des effectifs est si sensible à partir de 1927 que la direction du mouvement préfère ne plus les rendre publics.

  • 30 KLUGMANN, op. cit, p. 226.

41En janvier 1925, une circulaire du comité central vilipendait la toute nouvelle Young People’s Section du parti travailliste, claironnant que la YCL (avec ses 500 membres !) était « la seule organisation dont avaient besoin les jeunes ouvriers30 ». Ce superbe isolement ayant fait long feu, force fut de recourir au phagocytage pour tenter de conquérir ce bastion jusqu’alors méprisé qu’étaient les écoles du dimanche socialistes.

L’éclatement

42Nous l’avons vu, la situation provoquée par la chute brutale des effectifs de ces dernières et la vague d’auto-critiques qui s’en suivit s’y prêtait. L’offensive eut lieu le 13 décembre 1930 à Glasgow, à l’occasion de la septième conférence annuelle des S.S.S. écossaises. Voici quelques phrases extraites des interventions de trois délégués communistes de la Clyde :

« J. O’Donnell (Bridgeton): “SSS teaching should be based on the class struggle…. This means that History is of basic importance.”

A. Scott (Motherwell): “Socialist education and teaching… must find its basis in the physical and social sciences, Evolution, History and Economics. By the use of large charts he demonstrated the Marxian theory of Materialist Conception of History… He showed that capitalist morality demanded from the workers Patience, Humility, Contentment, Loyalty and Obedience, and maintained that instead the workers, and working class children, should be taught Impatience, Defiance, Discontent, Disloyalty, Rebellion.

B. Anderson (Springburn): “With regard to our attitude in school to religion we should be perfectly clear and honest : Criticism of religion (is) part of the criticism of Capitalism and should be tackled fearlessly… Our teaching must not be of a purely ethical or humanitarian nature… The materialist view of life and events is the only correct one, and should be the basis of our educational work… The class struggle must end in the complete break up of Capitalism and the setting up of a Socialist State, based on Workers’Control… Historical experience has shown that a new system is born only in a period of bloody, violent upheaval, and the possibility of this occurring in the lifetime of a teacher and scholar should be envisaged and… explained. »

43Le débat qui s’ensuivit illustre bien le conflit entre les traditionalistes, tenants du « socialisme éthique », et les marxistes. Les objections des premiers sont ainsi résumées dans le compte rendu des débats : « Lessons should not be over the heads of children ; The paper was destructive rather than constructive ; emphasis should be laid on Socialism rather than Capitalism ; teaching antagonistic to religion was adversely commented upon ; Socialism should be displayed as something beautiful. » Ce à quoi il fut répliqué : « The exposure of the Capitalist system is of more importance than any fancy pictures of Socialism… Pacifism as such is simply opposition to War without reference to the Capitalist system… Difficulties with parents concerning religion could be easily overcome, fear of offending prominent Labour men should be not taken into account. »

44Votée par une majorité des délégués, la résolution finale marque un tournant décisif dans l’évolution des écoles du dimanche socialistes :

« This Conference believes that lessons to our Children should be based on purely material grounds, should serve to illustrate and explain the meaning of the class struggle, and to prepare the minds of the Children for active and intelligent participation in this class struggle… To attain this end it suggests that a series of lessons on the main props and supports of the Capitalist system be given each year, exposing the function of the State forces, Parliament, Press, School and Church. »

45On notera que la quasi-totalité des délégués présents aux conférences écossaises de 1927 à 1932 représente des écoles du Clydeside. Seul représentant de la capitale, le délégué de Central s’en explique lors de la conférence de 1931 : les écoles de la capitale, mais aussi celles de l’Ayrshire craignent que les glaswégiennes, majoritaires, ne veuillent se désaffilier du conseil national britannique. Que nenni, le rassure-t-on. On frôlera toutefois la rupture l’année suivante : D. Burke (Glasgow college) s’en prend violemment au Young Socialist (« sentimentalisme sirupeux ; maniérisme pudibond, etc. ») et conclut : « The Young Socialist’s slogan, Love and Justice,… cannot possibly be realised under Capitalism and children should be informed accordingly. And that realisation is possible in USS Russia (sic !). »

46Soutenu par les neuf délégués glaswégiens présents, Burke n’eut pour seuls contradicteurs que le délégué de Saltcoats (Ayrshire) et celui d'Edimbourg Central. Victoire à la Pyrrhus : s’il n’y eut point de rupture avec le conseil national, c’est que ce dernier, miné par le déclin brutal de son seul réel soutien politique, l’I.L.P, avait renoncé à donner un semblant de cohésion au mouvement qu’il était censé fédérer. Ne subsistèrent plus, dès lors, que quelques petites dizaines d’écoles du dimanche socialistes, concentrées pour la plupart dans ces bourgades et ces quartiers que la presse populaire de l’époque qualifiait – nous en reparlerons – de Little Moscows.

Notes

1 LEE, 1980, op. cit., p. 29.

2 A. RUSSELL, Our Methods, Glasgow, Civic Press, 1907, p. 11.

3 A ma connaissance, il n’existe sur cette question aucun livre, et un seul article – fort documenté, mais trop bref pour pouvoir analyser en détail le contenu de l’enseignement dispensé par les S.S.S. : F. REID, « Socialist Sunday Schools in Britain, 1892-1939 », International Review of Social History, 1966, pp. 21-35.

4 E.J. HOBSBAWM, Primitive Rebels, Manchester, M.U.P., 1959, pp. 126 ff.

5 Cf. J.O. SPRINGHALL, Youth, Empire and Society, Londres, Croom Helm, 1977, p. 25.

6 Les procès-verbaux des leçons et des réunions du comité exécutif de cette S.S.S. pour la période 1918-1931 peuvent être consultés à la N.L.S.

7 L. GLASIER, A Reply to the Sabbath School Teachers’ Magazine, Glasgow, Glasgow and District S.S.S. Union, 1907, pp. 2-9.

8 Discours d’adieu à la Y.S.G. de Glasgow ; cité dans REID, op. cit., p. 25.

9 A. McARTHUR, Religion and Socialism : A Plea for Both, ILP publications, 1924, pp.8-12.

10 REID, op. cit., p. 30.

11 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 31.

12 « Gould’s burial service without theology may be suggested. As well as other hints applicable to the socialist movement, it should be clearly understood that the services of a clergyman be dispensed with when a socialist service is being arranged. » Minutes du comité exécutif de la Glasgow and District S.S.S. Union, 28/3/1929. (M.L.B.)

13 « Hymn no 12 », Socialist Sunday Schools Hymn Book, Londres, 1911.

14 Fondée en 1905 ; ses minutes peuvent être consultées à la N.L.S.

15 RUSSELL, op. cit., p. 12.

16 « A scholar rose up and gave a complaint owing to the lack of socials » ; Glas. Central, 29/11/1926.

17 C. WHITEHEAD, The Socialist Sunday School Movement, 20th. century press, 1911, p. 1.

18 « First stage of savagery (Man as a tree-dweller ; Discovery of fire ; Use of bow and arrow). Second stage of barbarism (Invention by women of pottery ; Domestication of animals ; bronze and iron smelting.) Historical period (Slavery as an institution ; the black death ; the passing of feudalism ; beginning of wagedom ; modern capitalism. » Ibid., p. 2.

19 The Times, 25/5/1925.

20 The Young Socialist., avril 1919.

21 Ibid.

22 Ibid., octobre 1918.

23 Même phénomène à Shettleston, d’où le tiers des « écoliers » est parti, entre 1921 et 1923, en direction des Etats-Unis, du Canada ou de l’Australie, cf. Ibid., décembre 1923.

24 Ibid., novembre 1921 et avril 1922.

25 Ibid, août 1924.

26 Les procès-verbaux des conférences annuelles des S.S.S. écossaises sont disponibles à la N.L.S.

27 J. KLUGMANN, History of the Communist Party of Great Britain, Londres, Lawrence & Wishart, vol. I, 1968, p. 225.

28 COWE, op. cit., p. 113.

29 MacDOUGALL, op. cit., p. 239.

30 KLUGMANN, op. cit, p. 226.

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540