Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Deuxième partie. Culture et contre-culture ouvrières

Chapitre VIII. La famille

Texte intégral

  • 1 R.H. MORRIS, « Skilled Workers and the Politics of the “Red Clyde” : A Discussion Paper », Journal (...)

« In Glasgow only 5 % of married women were recorded as working in 1911. In the skilled areas of Govan and Partick the figure was just over 2 %. The power relationships of the workplace meant that the skilled men of the Clyde were less than revolutionary in their attitude to the distribution of power between men and women1. »

  • 2 ...ainsi, pourrait-on ajouter, que sur le lieu de travail, comme en témoigne la séance de bizutage (...)

« In Dundee... given the low wages which adult men earned in the jute industry, and the scarcity of jobs for men in the city generally, it inevitably happened that the authority of the male person assumed the appearance of a mere pretension. Time and again reformers complained that “mill girls and women workers practically run the public works and, earning more than their husbands and big brothers, overrule the male element at home” 2. »

Salaire et statut de chef de famille

1Ces deux constats ont pour dénominateur commun la notion de family wage, fondement de l’idéal domestique qui consiste, pour l’ouvrier, à rapporter au foyer un salaire permettant à son épouse d’y rester et de s’y consacrer entièrement. Lorsque la femme gagne plus que l’homme, ce dernier perd son statut de bread-winner, de soutien – et, partant, de chef – de famille. Tel est bien le cas à Dundee, où l’on recensait au début du siècle trois femmes âgées de 20 à 40 ans pour deux hommes seulement de la même classe d’âge, et où le Medical Officer de la ville s’émut du fait, rarissime dans l’ensemble des cités industrielles britanniques, que l’espérance de vie féminine y était inférieure à la masculine.

  • 3 Rev. G ; LEWIS, « Course of Lectures on the Physical, Educational and Moral Statistics of Dundee », (...)

2Contrairement en effet à la situation qui prévaut dans d’autres industries, dans celle du jute mariage ne signifie pas nécessairement perte de l’emploi : en 1911, le tiers des ouvrières du jute âgées de plus de vingt ans étaient mariées. Le recensement de 1921 qualifie de « remarquablement élevée la proportion de femmes mariées qui occupent [à Dundee] un emploi rémunéré » : elle est en effet de 24,1 %, contre 6,1 % à Glasgow et 5,6 % à Edimbourg. Dès 1840, le déséquilibre du marché de l’emploi dundovien avait suscité une mise en garde de l’Eglise presbytérienne locale : « From the progress of mechanical improvement, it is obvious, that ere long... our mills will have none but female operatives, and a few boys... a system which... is undomesticating the females of our families, and unqualifying them for those home duties, for the discharge of which God has prepared their hearts3. »

  • 4 Rev. W. WALSH, Jesus in Juteopolis, Londres, 1906, p. 54.
  • 5 WALKER, op. cit., p. 45.

3« Undomesticating », le système l’est bel et bien : le pourcentage de femele householders à Dundee est de loin le plus élevé de toutes les villes écossaises, nombre d’ouvrières du jute cohabitant entre femmes dans des appartements loués en commun, arrangement que le pasteur progressiste Walter Walsh qualifiait de « contre nature, voire vicieux4 ». Cette pratique était particulièrement fréquente chez les fileuses et autres millgirls, à propos desquelles Walker note : « they were paid enough to resist the authority of husband or father, but not enough to coax them into respectability... Unruly, raucous, and madcap, the millgirls were the despair of reformers and an embarrassment to employers and workers alike... [they were] the major anarchic influence in a city bent on respectability5. »

4A Glasgow en revanche, la répartition traditionnelle des rôles ne tarde pas à se rétablir après le bouleversement des années de guerre : les femmes doivent abandonner les emplois qui leur avaient été confiés dans les industries d’armement, et dès 1921 le pourcentage de femmes mariées qui ont un emploi n’y est plus, nous l’avons vu, que très légèrement supérieur à ce qu’il était dix ans plus tôt. Il n’augmentera que fort légèrement pendant la décennie d’après-guerre, atteignant 8,5 % pour l’ensemble de l’Ecosse en 1931. Les Dundoviennes exceptées, il apparaît donc clairement que les Ecossaises de milieu ouvrier étaient, pour l’essentiel, confinées dans les tâches domestiques.

Vie publique, vie privée

« Murder murder polis/Three sterrs up
The wummin in the middle door/Hit me wi’a cup
Ma face is a’bleedin’/My heid’s a’cut
Murder murder polis/Three sterrs up. »

  • 6 E. GAITENS, The Dance of the Apprentices, Londres, MacLellan, 1948, p. 27.

« The close known as 150 South Wellington Street was like thousands of other Glasgow slum closes, a short, narrow walled-in passage leading up to three landings and through to a grassless earthen or broken-bricked backcourt, with small, mean communal wash-house and open, insanitary midden. In such backcourts the women of the tenements, after taking their weekly turn in the washouse, hang out the family washing and take it in... half-dirtied with industrial smoke and grime6. »

  • 7 E. HUNTER, Scottish Womans Place, Edimbourg, E.U.S.P.B., 1978, p. 5.

5Il est révélateur que, dans les comptines comme dans les romans glaswégiens, la figure de la mère soit associée non pas tant au foyer qu’au close, l’entrée de l’immeuble, non pas tant à la cuisine, activité privée, qu’à la chasse aux garnements, au commérage et à l’étendage du linge dans la cour, activités éminemment publiques. Contrairement au père, absent toute la journée mais perçu individuellement en tant que breadwinner, les mères, non pas reines du foyer mais gardiennes du tenement, sont généralement perçues comme une entité collective, indissociablement liée à la structure de l’habitat. Aussi était-il parfaitement dans l’ordre des choses que ce fussent les femmes qui aient déclenché et dirigé la grève des loyers de 1915. La façon dont fut mené ce mouvement nous oblige à nuancer quelque peu le jugement catégorique de l’écrivain féministe Eveline Hunter : « Our menfolk are also renowned for their chauvinism, not the famed Latin type which is charming and deceitful (sic !), but the Scottish variety, which is silent and brutal. This is a direct result of the deep-rooted contempt for women and the sexual double standard7. »

  • 8 Incriminant la pauvreté et le chômage, le chef de la police glaswégienne réclame le fouet pour les (...)

6D’une part, même s’il cantonne les femmes dans la sphère des activités domestiques, le fait de les laisser mener une grève des loyers implique nécessairement de la part de l’autre sexe un certain respect pour leurs capacités de jugement et d’organisation – respect dont témoigne également le Married Women’s Property (Scotland) Act de 1920 qui abolit le droit du mari d’administrer les biens de son épouse et autorisa « une femme mariée à passer des contrats et contracter des obligations... comme si elle n’était pas mariée ». N’oublions pas que les Anglaises durent attendre jusqu’en 1948 pour obtenir les mêmes droits. D’autre part, le « double code de conduite » repose sur le recours à la prostitution. Or, celle-ci semble avoir considérablement régressé dans les grandes villes écossaises depuis son apogée de l’époque victorienne : seules 302 femmes furent arrêtées à Edimbourg pour racolage en 1921, 140 l’année suivante ; 649 à Glasgow en 1923 et 429 l’année suivante (dont 42 mineures) 8.

7Le close est un formidable agent de socialisation. La nostalgie des Glaswégiens exilés au fin fond de banlieues modernes pour leur tenement des Gorbals ou de la Gallowgate n’est pas un simple refus du progrès ou des loyers plus élevés. Comme l’a noté Cliff Hanley,

« The close in Glasgow is not just a hole in a building but a way of life... there is always someting going on... Something has been lost in the flitting [to the new housing schemes], and I think it’s the spiritual vitality of the old slum streets – the songs and the games and the social manners and the homely feeling of living in a place that has got used to people living in it, and is adjusted to people. It’s easy to say this from outside Gallowgate or Gorbals... but something has got out of life in these great airy suburbs. A string has been broken and left the children rootless and starved of tradition... They don’t have the handed-down legends of the slum streets, and they don’t have the different legends of children in country villages. »

  • 9 C. HANLEY, Dancing in the Streets, pp. 13, 55.

8Certes, comme le fait remarquer le même auteur, « en fait, dans un close de Gallowgate, une famille pouvait fort bien garder son quant à soi si elle ne voulait pas se mêler aux voisins9 », mais cela était plutôt difficile lorsqu’il fallait « partager un cabinet avec soixante voisins », et que même les actes les plus privés ne trouvaient bien souvent pour tout abri que le close commun.

La limitation des naissances

9Qui désirait « préserver son quant à soi » devait nécessairement limiter au maximum cette source de contacts inévitables avec le voisinage que sont les enfants. Au recensement de 1911, la famille écossaise moyenne comprend 3,3 enfants ; ils ne sont plus que 2,9 en 1921 et 2,4 dix ans plus tard.

L’intérêt du public

  • 10 M. SANGER, An Autobiography, Londres, 1939, p. 267.

10« The rich have robbed the worker of his gold but he still has his wealth – like Silas Marner – in the soft, warm curls of the little child. And surely the aim of our party is to be found, not in Birth Control, but rather in the sentiments of Burns : To make a happy fireside clime... » On le voit, la référence à Burns est incontournable : de même que le révérend James Barr réussit le tour de force d’en faire un champion de l’abstinence, de même Jean Mann, membre influent de la section I.L.P. de Rothesay (et futur député) n’hésite pas, dans la lettre ouverte à Dora Russell, secrétaire honoraire du Workers’ Birth Control Group, qu'elle fait publier dans le Forward du 3/4/1926, à mettre le barde au service des opposants à la limitation des naissances, fort nombreux dans le parti. La question suscitait un intérêt indéniable : invitée par l’anarchiste Guy Aldred, la militante féministe anglaise Margaret Sanger prononça sur le Glasgow Green, en 1920, une conférence sur la limitation des naissances devant « environ deux mille ouvriers des chantiers navals en casquette et pantalon de velours côtelé... [qui]...écoutaient dans un silence absolu, sans même tousser ni murmurer ». Le soir, elle s’adressa à un auditoire mixte 10 :

« That evening I spoke in a hall [Bakunin House] under socialist auspices, Guy Aldred acting as chairman. One old-timer said he had been a party member for eleven years, attending Sunday evening lectures regularly, but never before had he been able to induce his wife to come; tonight he could not keep her at home. “Look”, he cried in amazement, “The women have crowded the men out of the hall. I never saw so many wives of comrades before”. »

  • 11 HUNTER, op. cit., p. 5.

11L’intérêt manifesté par ces ouvrières pour le birth control fut-il, comme les en accuse Eveline Hunter, dédaigné par les leaders socialistes, en particulier dans la région de la Clyde « où », selon elle, « le fameux esprit révolutionnaire n’entraîna pas la moindre prise de conscience de l’oppression des femmes. James Maxton et Stephen Campbell refusèrent de soutenir des campagnes en faveur de la gratuité des contraceptifs11 » ? La réalité est un peu plus complexe. Il est vrai que la seule grande figure masculine du mouvement ouvrier à prôner ouvertement la limitation des naissances fut un marginal, l’anarchiste Guy Aldred, poursuivi en 1922 pour avoir publié un opuscule de Margaret Sanger, Family Limitation. Vrai également qu’en première page du Forward daté du 20/12/1919, John Wheatley dénonce en termes très vifs un article intitulé « Ca’ canny in motherhood » paru dans le mensuel « maison » des Forges de Parkhead, Beardmore News, article selon lequel « la limitation de la taille des familles est essentielle pour tous », vrai enfin qu’après le numéro du 24/7/1920, dans lequel figure une liste publicitaire de 15 ouvrages sur la contraception pouvant être commandés à une adresse londonienne (et coûtant de 1s. à £1), les indications bibliographiques sur cette question se font extrêmement rares dans Forward.

L’embarras du mouvement ouvrier

12L’accusation que porte E. Hunter avait déjà été formulée un demi-siècle plus tôt par Dora Russell dans une lettre au Forward (23/3/1926) intitulée « The Scottish MPs and Birth Control » :

« In your last issue Miss Mary Sutherland complains that insufficient attention is given in Scotland to the organization of women. This probably explains the stupidity and indifference of the Clydeside MPs on such women’s questions as Birth Control and maternity care. Not one of them voted for Mr Thurtle’s Bill (The local Authorities (Birth Control) Enabling Bill). Countless down-trodden silent women of Clydeside who seem indifferent to politics can be stirred to responsibility by an intelligent propaganda on Birth Control and creative motherhood. »

13De fait, les députés I.L.P. de la Clyde s’abstinrent à l’occasion du vote en seconde lecture sur ce private member’s bill autorisant les autorités locales à fournir des informations sur les méthodes contraceptives. Quatre raisons peuvent être avancées pour expliquer leur abstention. L’argument maximaliste, avancé le 3/4/1926 par un chroniqueur du Forward, sous le pseudonyme de Nestorius, n’est guère crédible au regard des trois autres : « Not one Scottish Labour MP voted for the Birth Control Bill because they found it too timorous, as it only gives the local authorities power to supply knowledge about Birth Control if they want to, and most of them wouldn’t want to. » Plus convaincant est le raisonnement politico-économique développé dans le numéro du 25/9/1926 par Arthur Woodburn, secrétaire du Scottish Labour Council, sous le titre de « Will Birth Control cure poverty ? A policy for Labour or a capitalist stunt ? » Après s’en être pris à « Malthus, ce Tory », il explique :

« When the industrial reserve army grows too large, birth control becomes a necessity for capitalism... Labour must beware of this red herring. It can in no way solve the problem of poverty. It is purely a difficulty due to the capitalist system... In even extreme cases many of the mothers of large families ask for no other vocation, if they could obtain the necessaries of life. »

14Ce à quoi Ada Wilson (dont l’opinion, précise le rédacteur en chef de l’hebdomadaire, est partagée par « plusieurs autres correspondants ») a beau jeu de rétorquer dans le numéro suivant :

« The Workers Birth Control Group do not advocate Birth Control as a “cure for poverty”... As an “historical materialist” [Woodburn] may know that economic development has brought about the possibility of greater freedom for women. He may also know that women are now a great deal more interested in politics and that big efforts are being made to gather working women into the ranks of our movement. What opportunity is there for a woman with a large family participating in the activities of the Cause? »

  • 12 – « Wild Scenes at Maryhill – The Catholics and J.S. Clarke - Labour Candidates Explanation », Forw (...)

15Justice étant faite des explications embarrassées de Woodburn et « Nestorius », il apparaît que les deux principales raisons de la réticence des députés travaillistes écossais à s’engager pleinement pour la cause de la limitation des naissances sont d’ordre politico-religieux et culturel. Même non-catholiques – ce qui est le cas de la majorité d’entre eux – ils ne peuvent risquer de mécontenter leur électorat d’origine irlandaise. Révélateur à cet égard est l’embarras de J. S Clarke, pourtant l’un des plus anti-conformistes du lot. Candidat I.L.P. aux élections législatives de 1929 dans la circonscription (bien nommée) de Maryhill, à Glasgow, il est sommé, au cours d’une réunion publique, de répondre à la question suivante : « Avez-vous, en tant que conseiller municipal de Glasgow, voté pour que des ouvrages sur la limitation des naissances soient acquis par des bibliothèques financées par des fonds publics ? » (ce qui lui avait valu d’être très vivement dénoncé par l’hebdomadaire catholique The Glasgow Observer, ainsi que par l’archevêque en personne). Les explications confuses de Clarke confirment qu’il est plus facile de faire preuve de bravoure face à des fauves (nous avons vu qu’il avait été dompteur) que devant une salle houleuse12.

  • 13 Forward 20/2/1928.

16Il est vrai qu’aux élections municipales de novembre 1927, le groupe I.L.P. de Glasgow avait perdu cinq conseillers municipaux (dont quatre catholiques) suite à une campagne du Glasgow Observer contre les partisans du Birth Control News : le problème n’était peut-être pas aussi simple que le croyait Dora Russell lorsqu’elle accusait : « The shadow of threatened religious opposition blinds many Scottish members and organisers to the reality of possible support [to Birth Control] from the awakening women13. »

Une réticence culturelle

  • 14 Ibid. 148 déléguées représentaient les sections féminines du parti travailliste, le reste se répart (...)

17En dernière analyse, la réticence des dirigeants ouvriers écossais par rapport à la limitation des naissances est foncièrement culturelle. Lors de la Scottish Women Labour Conference qui réunit 324 déléguées à Glasgow en février 1928, Helen Martin (I.L.P. Glasgow) présenta une motion demandant aux autorités locales d’exercer le pouvoir – que leur conférait la loi sur l’enseignement de 1918 – de construire des écoles maternelles. La résolution fut votée, non sans avoir, toutefois, suscité l’ire de « plusieurs déléguées : ces écoles constitueraient une ingérence dans l’amour maternel, elles étaient en fait un instrument de l’exploitation capitaliste14 ».

18Utilisé en l’occurrence par des déléguées de l’aile modérée du parti, cet argument fondé sur la dissociation absolue entre combats féministe et socialiste – voire sur leur antagonisme, le féminisme étant alors perçu comme un luxe bourgeois ou, pis encore, comme un leurre agité par les capitalistes afin de détourner les travailleuses du – seul vrai – combat pour l’émancipation du prolétariat-, n’est pas, tant s’en faut, l’apanage de la droite travailliste. En 1906 déjà, une militante édimbourgeoise du S.L.P., Lily Gair Wilkinson, opposait, dans un pamphlet d’une dizaine de pages, « socialisme révolutionnaire » et « mouvement des femmes » :

  • 15 L.G. WILKINSON, Revolutionary Socialism and the Womens Movement, Edimbourg, S.L.P., sans date (sans (...)

« The interests of working women are the same as the interests of working men – directly opposed to the interests of the members of the capitalist class, women and men alike... The question is one of class, not of sex. Sex antagonism may have a very practical interest for the women of the bourgeoisie, but for women of the working class the practical question is the question of class antagonism... The feminist movement, like other reform movements, is of direct interest to the bourgeoisie only, and not to the workers. Feminism, in its larger sense, claims equal political and social rights for women as for men within the framework of the present social system... The enemy of the women workers is not the male sex, but the capitalist class15. »

  • 16 Forward 27/2/1926.
  • 17 Ibid, 24/4/1926.

19... ainsi, pourrait-on ajouter, que leur propre sexe. De fait, les hommes n’étaient pas seuls à affirmer, comme Arthur Woodburn, que « la plupart des mères de familles nombreuses ne revendiquent pas d’autre vocation, à condition de disposer du minimum vital pécuniaire ».16 Outre Jean Mann, déjà citée, mentionnons Rosina Kirkpatrick, conseillère municipale travailliste du Vale of Leven, qui s’opposait encore en 1955 à ce que le planning familial ait accès aux dispensaires municipaux, et la coopératrice Jean Roberts, déléguée ILP de Mosspark, qui estimait (soutenue par le député des Gorbals, George Buchanan) lors du congrès national de l’I.L.P., réuni à Whitley Bay en avril 1926, que « la limitation des naissances n’était pas une question politique, et ne devait pas être ajoutée après coup au programme socialiste » – ce qui n’empêcha toutefois pas le congrès de voter à une large majorité la résolution suivante : « This conference is of the opinion that no one should be denied, because of poverty, access to the fullest and best available information on methods of birth control, and urges that provisions be made for supplying this information without cost at all Medical Clinics and Maternity Centres to those who desire to obtain it17. »

  • 18 Hawick Labour Women Group, Minutes (disponibles à la N.L.S.).

20« Cela, bien sûr, ne signifie pas que l’I.L.P. va passer son temps à mener une campagne de propagande en faveur de la limitation des naissances », s’empresse de préciser Forward. De campagne, en effet, il n’y eut point : en dépouillant les comptes rendus des réunions hebdomadaires d’une section féminine du parti travailliste, celle de Hawick, petite cité lainière des Borders, entre janvier 1924 et mars 1930, on ne peut que constater l’absence de toute référence à la limitation des naissances ; tout au plus peut-on relever deux soirées consacrées à des questions connexes, l’une portant sur les maladies vénériennes (rapport du 13/2/1928 sur la conférence prononcée à Edimbourg par le Dr. Forgan), l’autre (28/1/1924) sur la « question féminine » : « Miss Reekie gave a few things which concerned women most, such as the housing question, and why women and children were deprived of food, raiment and shelter18 ». « No questions », ajoute laconiquement le compte rendu de ces deux réunions.

21Même lorsqu’elle est perçue comme économiquement désirable, la limitation des naissances est souvent assimilée à ce folk devii de la presse populaire de l’entre-deux-guerres, l’amour libre. Le Forward An 22/9/1919 contient un long article qui fait intelligemment justice des accusations « d’amour libre » et de « socialisation des femmes » portées contre les bolchevique, concluant : « The main difference between the Soviet law and our own is that illegitimate children have the same claim upon their parents as legitimate children. This provision is in line with the demands of the womens movement internationally ; it has been partially realised by the enfranchised women of Norway. »

22Sept ans plus tard (22/5/1926), le même hebdomadaire publiait une virulente attaque de « Nestorius » contre le nouveau livre de Dora Russell, Hypatia, accusé de prôner l’amour libre. Certes, le journal socialiste glaswégien ouvrait ses colonnes à plusieurs sensibilités, et la position de « Nestorius » ne saurait en aucun cas être considérée comme la ligne officielle de l’I.L.P., écossais – nous avons déjà vu que les chroniqueurs littéraires de Forward ne laissaient pas la pruderie restreindre le choix des lectures qu’ils proposaient à leur public, et le dessin reproduit en document (no 3) prouve sans conteste que le journal de Tom Johnston était loin, tant s’en faut, de s’ériger en chantre du patriarcat. Il est toutefois révélateur que les divergences les plus marquées entre ses collaborateurs, réguliers ou occasionnels, aient porté, plus que sur les grandes options politiques ou économiques, sur les questions essentiellement culturelles de la famille et de la sexualité.

23L’attitude défensive que nous avons souvent relevée face à ces questions ne résulte pas uniquement de la volonté politique de ne pas s’aliéner l’électorat catholique ; elle traduit le puritanisme de la société écossaise, dont nous tentons plus bas d’expliquer pourquoi il était particulièrement exacerbé chez la majorité des militants ouvriers. Dans ce domaine sensible, la ligne de fracture est incontestablement de nature socio-culturelle : d’un côté, les bourgeoises anglaises de l’I.L.P., « intellectuelles libérées » telles Dora Russell et Dorothy Jewson, de l’autre les prolétaires ou petites bourgeoises écossaises comme Jean Roberts et Jean Mann. Les deux premières proclamaient leur athéisme, les deux autres leur fidélité à l’Eglise d’Ecosse.

Notes

1 R.H. MORRIS, « Skilled Workers and the Politics of the “Red Clyde” : A Discussion Paper », Journal of the S.L.H.S., no 18, 1983, p. 2.

2 ...ainsi, pourrait-on ajouter, que sur le lieu de travail, comme en témoigne la séance de bizutage à laquelle fut soumis un jeune fdeur de jute dundovien : « I had not been long in a mill when a few of the girls, during a temporary absence of the foreman, perched themselves up on a window sill, and beckoned me to come and hear a song... a vile production called *Sally Kelly". They then proceeded to maltreat me in a manner which was neither modest nor merciful. » WALKER, op. cit., pp. 47, 92.

3 Rev. G ; LEWIS, « Course of Lectures on the Physical, Educational and Moral Statistics of Dundee », 1840, p. 3 ; cité dans WALKER, op. cit., p. 13.

4 Rev. W. WALSH, Jesus in Juteopolis, Londres, 1906, p. 54.

5 WALKER, op. cit., p. 45.

6 E. GAITENS, The Dance of the Apprentices, Londres, MacLellan, 1948, p. 27.

7 E. HUNTER, Scottish Womans Place, Edimbourg, E.U.S.P.B., 1978, p. 5.

8 Incriminant la pauvreté et le chômage, le chef de la police glaswégienne réclame le fouet pour les souteneurs (37 arrestations en 1924, dont 22 femmes), ainsi qu’une amende et la publication de leur nom pour les clients : Glasgow Herald, 6/4/1923 et 15/6/1925.

9 C. HANLEY, Dancing in the Streets, pp. 13, 55.

10 M. SANGER, An Autobiography, Londres, 1939, p. 267.

11 HUNTER, op. cit., p. 5.

12 – « Wild Scenes at Maryhill – The Catholics and J.S. Clarke - Labour Candidates Explanation », Forward 1/6/1929. Au cours de la même réunion, le malheureux Clarke fut également contraint de renier son recueil de poèmes satiriques et anti-militaristes (et, de plus, selon le très catholique Glasgow Observer, blasphématoires) Satyres, Lyrics and Poems (1919).

13 Forward 20/2/1928.

14 Ibid. 148 déléguées représentaient les sections féminines du parti travailliste, le reste se répartissant entre syndicats, guildes des coopératrices et guildes des employées des chemins de fer.

15 L.G. WILKINSON, Revolutionary Socialism and the Womens Movement, Edimbourg, S.L.P., sans date (sans doute 1906), pp. 2, 7, 18, 23.

16 Forward 27/2/1926.

17 Ibid, 24/4/1926.

18 Hawick Labour Women Group, Minutes (disponibles à la N.L.S.).

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540