Version classiqueVersion mobile

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Deuxième partie. Culture et contre-culture ouvrières

Chapitre V. L’école

Texte intégral

  • 1 G.F.G. MASTERMAN, The Condition of England, Londres, 1912, p. 242, cité dans YOUNG, op. cit., p. 16 (...)

« There is no deeper gulf than that which yawns between the Scotch and English proletariat. They are mostly men of laborious habits, teetotalers, of intellectual interests, with a belief in the reasonableness of mankind. The English working man is not a teetotaler, has little respect for intellectual interests, and does not in the least degree trouble himself about the reasonableness of mankind1. »

  • 2 E. SHINWELL, Conflict without Malice, Londres, Odhams Press, 1955, p. 37.

« There were literally thousands of workers in Glasgow who knew the name of G.B. Shaw before London playgoers had recognized the advent of a new playwright – and there were as many who thought of Oscar Wilde not as a witty writer of epigrams or as an immoral monster but as the brilliant author of The Soul of Man under Socialism2»

  • 3 Textile Worker », in POLLOCK, op. cit., p. 233.

« Cheap novels and picture papers are far too popular; they are easily read and do not call for deep thought and concentration... Owing to the monotony of the work, the majority of textile workers cannot bear too long a strain of thought or study. They prefer light and sensational reading. For poetry and good literature, they have very little inclination.»3

  • 4 STEWART, op. cit., p. 30.

« The best-sellers in the shipyards in those days were Comic Cuts, Chips and other comics specially written for children. I was astounded to find that grown men read such bairns’weeklies4. »

  • 5 Interview du chef d’orchestre Alex Harvey (élevé dans les Gorbals dans les années 1920), Glasgow He (...)

“I can remember the days in Gorbals when nobody locked their doors. If an old woman was in want the community would gather round. There was a sense of community, but then to have a shite in our close you shared the toilet with sixty people. That breeds a sense of community5

1Entre les témoignages dithyrambiques du libéral anglais Masterman et du socialiste glaswégien Shinwell et les constats désabusés d’une ouvrière anonyme du textile et du militant communiste Bob Stewart, tous deux dundoviens, lesquels nous donnent une vision réaliste des pratiques culturelles des travailleurs écossais au début du xxe siècle ? Les origines de Shinwell, né et élevé jusqu’à l’âge de neuf ans dans le quartier juif de l’East-end londonien, ne l’auraient-elles pas conduit à partager avec Masterman le vieux complexe anglais quant à la prétendue supériorité intellectuelle des ouvriers écossais ?

2Il est bien entendu impossible de répondre de façon générale à ces interrogations, et, surtout, dangereux de restreindre à la seule sphère de la lecture l’ensemble des activités, attitudes et comportements qui constituent la ou les culture (s) ouvrière (s) écossaise (s). Car là est la question fondamentale : les pratiques culturelles des ouvriers écossais – et, au-delà, les modèles explicites ou implicites qui les sous-tendent et les règlent – sont-elles suffisamment homogènes pour que l’on puisse parler d’une culture ouvrière qui serait commune à l’ajusteur de Govan et à la fileuse de Dundee, au cheminot d’Edimbourg et à la trieuse de charbon de Clackmannan, à l’épouse du terrassier catholique et à celle du riveteur orangiste ou franc-maçon, à « l’aristocrate » de Partick et au sous-prolétaire des Gorbals, dont on voit mal comment il aurait pu se concentrer sur Shaw et Wilde entre une porte « jamais verrouillée » et des w.c. – ultime refuge du lecteur pourchassé par son environnement – partagés avec une soixantaine de voisins.

3Les conditions objectives qui les réunissent – durée du travail, logement, précarité de l’emploi – sont-elles suffisantes pour contrebalancer les différences – salaires, rapports avec le patron, possibilités de promotion, instruction, apprentissage, religion, taille de la famille – et susciter une véritable conscience de classe ? Afin de tenter de répondre à cette question, les pratiques culturelles des ouvriers écossais dans cinq domaines – l’école, la lecture, les loisirs, la famille, la religion – seront successivement étudiées.

4Si cette enquête sur la culture ouvrière s’ouvre par une série de citations contradictoires sur la lecture, c’est justement parce que cette pratique implique un certain isolement, et induit donc une conduite d’individuation antinomique avec la grégarité traditionnellement (mais pas nécessairement à juste titre) associée aux pratiques culturelles ouvrières. C’est un paradoxe dont il faudra tenir compte tout au long de cette analyse.

L’école

  • 6 Lettre de George Douglas Brown à sa mère citée dans J. VEITCH, George Douglas Brown, Londres, 1952, (...)

« Dear mother : I am first all over both for the general fellowships, the Scott Scholarship and for Honours. I shall, therefore, get the Eglinton Fellowship of £300... By the bye the Scott for which also I was first is worth £160. And now blessings on you, your cow, your calves, your hens, your dog, your cat, your catten6. »

Une tradition démocratique

  • 7 Sur ce groupe d’écrivains, cf. K. DIXON, « L’école des Kailyard : l’anti-modèle ? », Ecosse, Littér (...)

5Dans son premier roman, The House with the Green Shutters (1901), George Douglas Brown, fils illégitime d’une petite paysanne de l’Ayrshire, s’acharna avec une prodigieuse violence à détruire tous les mythes colportés sur son pays depuis une vingtaine d’années par les romanciers de l’école dite du Kailyard (James Barrie, Ian MacLaren, Samuel Crockett, William Robertson Nicholl, etc.), qui diluaient systématiquement la réalité sociale de l’Ecosse dans de l’eau de rose7.

  • 8 J.M. BARRIE, A Window in Thrums, Londres, Hodder & Stoughton, 1889, p. 153.
  • 9 G. Douglas Brown, The House with the Green Shutters, Cassell, 1967 (1e ed.1901), p. 130.

6Tous les mythes sauf un : celui du lad o’pairts, le garçon pauvre mais intelligent qui, grâce à son labeur et à l’aide financière d’institutions publiques ou privées, entame, le front ceint de lauriers académiques, une carrière météorique dans la magistrature, la haute fonction publique, l’église ou, plus rarement, l’industrie. Et pour cause : promu de l’école paroissiale d’Ochiltree à l’Université de Glasgow (d’où il écrivit, le soir du résultat des examens, la lettre à sa mère citée ci-dessus), puis à Oxford, Brown était un exemple vivant de l’aphorisme très smilesien prononcé par un personnage de son ennemi juré, James Barrie : « We make our social position for ourselves ».8 Tout au plus reconnut-il que, pour un étudiant pauvre, diplôme universitaire et carrière prestigieuse n’allaient pas automatiquement de pair : « The students were of the kind that goes to College with the hay-seed sticking in its hair. Two are in a Colonial Cabinet now, two are in the poor house. So they go9. »

7Là réside le paradoxe du système éducatif écossais, à la fois égalitaire et élitiste, démocratique et méritocratique. L’Ecosse ne possédait-elle pas cinq universités dès le xvie siècle, alors que, pour le quintuple d’habitants, l’Angleterre n’en avait encore que deux ? Il est vrai que, grâce à son réseau d’écoles paroissiales progressivement mis en place selon la consigne du First Book of Discipline (1560), l’Ecosse pouvait se vanter, au début du xixe siècle, d’un taux d’alphabétisation probablement inégalé en Europe :

  • 10 The Statistical Account for Scotland, 1826 ; cité dans H. COWPER & W. PICKARD, « Education », in D. (...)

« However humble their condition the peasantry in the southern districts can all read and are generally more or less skilful in writing and arithmetics, and under the disguise of their uncouth appearance they possess a laudable zeal for knowldege... not generally found among the same class of men in other countries in Europe10. »

  • 11 Parliamentary Papers, vol. XXIX, 1867-68, cité dans YOUNG, op. cit., p. 109.

8En fait, un tel triomphalisme n’était de mise que pour l’enseignement en milieu rural. Dans les villes gonflées par la révolution industrielle, la situation était loin d’être aussi brillante, au point qu’en 1834 un pasteur de Dundee publia un livre au titre provocateur : Scotland, a Half-educated Nation. Même à Edimbourg, internationalement renommée pour son université, on estime qu’au milieu du xixe siècle un bon tiers de la population était illettré, alors même qu’un jeune Ecossais sur 140 recevait alors une éducation secondaire contre un Anglais sur 1 300, et que l’Ecosse détenait, par rapport à sa population, le record européen du nombre d’étudiants (1 pour 1 000 habitants, contre 1 pour 5 800 en Angleterre), et que 16,2 % d’entre eux étaient d’origine ouvrière ou paysanne.11

Les effets pervers des lois de 1872 et 1918

9Destiné à résoudre ce paradoxe, l’Education (Scotland) Act de 1872 mit sur pied un véritable système d’enseignement primaire, obligatoire (mais non nécessairement gratuit) de 5 à 13 ans, géré par un millier de school-boards sous la supervision du Scotch Education Department. Effet pervers de cette tentative de démocratisation : pour séparer le bon grain de l’ivraie se multiplient academies, high schools et autres boarding schools, moins fermées certes que les public schools anglaises (elles scolarisent près de la moitié des jeunes écossais en 1905), mais néanmoins privées. A leur tour, les universités – en partie pour répondre à la demande créée par ces nouvelles écoles, en partie par souci de mise en conformité avec le modèle universitaire anglais – élèvent l’âge minimal requis des étudiants, restreignant ainsi leur base de recrutement.

10L’Education (Scotland) Act de 1918 ne fit qu’accentuer cette ségrégation sociale. Outre qu’il remplaçait les school-boards par 38 education authorities (33 comtés et 5 grandes villes) et accordait reconnaissance officielle et fonds publics aux écoles catholiques, il rendait – un quart de siècle avant que le Butler Act ne l’imposât en Angleterre — la scolarité secondaire obligatoire et gratuite jusqu’à l’âge de 14 ans. Progressiste dans ses intentions, il le fut moins dans son application : le Scotch (« Scottish » à partir de 1918) Education Department maintint la distinction – introduite en 1902 lorsque la scolarité fut rendue obligatoire (mais non nécessairement gratuite) jusqu’à 14 ans – entre deux types d’école secondaire, les secondary schools (pour une minorité « dotée par la nature de l’équipement mental requis ») menant en cinq ans au Leaving Certificate qui ouvrait les portes des universités, et (pour « la majorité à l’intelligence manifestement limitée »), les advanced divisions, cours complémentaire de deux ans préparant les garçons à devenir « laboureurs, fermiers, ouvriers qualifiés », les filles « vendeuses, ouvrières ou domestiques ».

  • 12 Scottish Socialist Teachers’Society, Education in the Melting Pot, Pilot Press, Partick ILP, 1923.

11Seule la très minoritaire Scottish Socialist Teachers’ Society, fondée, entre autres, par James Maxton, s’émut de cette situation de ségrégation. Pour y remédier, elle réclamait, dans une brochure de 1923 : un collectif budgétaire de £15 millions (en plus des 5 millions inscrits au budget) pour les écoles écossaises ; la création de deux cents nouvelles écoles ; l’institution de classes de formation permanente ; la fixation à 15 ans de la fin de la scolarité obligatoire12. Trois ans plus tard, l’I.L.P., alors dirigé par Maxton, fera campagne pour le développement de cet agent essentiel de la démocratisation de l’enseignement, l’école maternelle : on n’en recensait alors en tout et pour tout que 27 sur l’ensemble du territoire écossais.

  • 13 A.S. NEILL, A Dominie’s Log, 1915 ; (Journal d’un instituteur de campagne, Payot, 1975, p. 38)

« Robert Campbell a quitté l’école aujourd’hui. Il venait d’avoir quatorze ans. Demain il commencera son apprentissage à la ferme. Ce soir, je suis envahi par le pessimisme. J’ai tenté de donner à Robert un idéal. Et demain il marchera dans les traces de ses ancêtres... Nos gouvernants veillent bien à ce que Robert Campbell quitte l’école à quatorze ans... Ils ont si peur que si Robert est éduqué jusqu’à l’âge de dix-neuf ans, il soit assez malin pour leur dire : « Pourquoi, alors que j’ai été créé à l’image de Dieu, irais-je travailler comme un esclave pour un salaire que vous me volerez ?” 13 »

12Le pessimisme d’A.S. Neill, le futur fondateur de Summerhill, dominie (maître d’école) dans un village des Lowlands juste avant la Première Guerre, est-il confirmé dans les mémoires et autobiographies de militants ouvriers scolarisés à cette époque ? Oui, si l’on considère le nombre de pages qu’ils consacrent à cette période de leur vie : à une seule exception près (la lass o’pairts Jennie Lee), tous, catholiques, juifs ou protestants, glaswégiens, édimbourgeois ou dundoviens, enfants des corons ou des villages de pêcheurs, glissent en quelques lignes pudiques sur leurs brèves humanités. Non, cent fois non, si l’on se rappelle qu’ils surent mettre à profit le fait d’avoir appris à lire. Si, en effet, toutes les critiques que l’on formule aujourd’hui – et que de rares contemporains comme Neill, Maclean ou Maxton ébauchaient alors – contre l’enseignement primaire et secondaire écossais du début du siècle (conformisme, académisme, élitisme, etc.) sont incontestablement justifiées, il n’en reste pas moins vrai qu’il produisit une génération de papivores tels que peu de mouvements ouvriers peuvent se vanter d’en avoir connus.

Les commissions scolaires et l’octroi de bourses d’études

13La situation était-elle partout aussi dramatique que celle des comtés ruraux décrits par Neill ? Dans le bassin houiller du Fife, où fut élevée Jennie Lee :

  • 14 LEE, 1963, op. cit., p. 60.

« Years before I was born, Grandfather Lee and a handful of others of his generation were already members of the school-boards. Steadily they pressed for free books, better schools, free secondary education, maintenance grants for all... If our parents could manage to feed and clothe us, the education authority did the rest. Free books and schooling were provided right to the point when we were ready to leave for college or university. Those pupils that had to travel any distance to the secondary school had their bus or train fares paid for... Under the Fife education authority, I had more help given to me than I would have had anywhere in Great Britain. That was one of the by-products of a lively socialist movement in the industrial parts of Fife14. »

14Nécessité fait loi : non loin de chez les Lee, dans une autre « partie industrielle du comté de Fife », le school-board de Dundee dispensait fort généreusement, nous l’avons vu, les autorisations de travail à mi-temps aux enfants de moins de quatorze ans.

  • 15 The Scottish Co-operator, 30/8/1930.

15« We braggards boast about our Scottish educational system. We jeer at the Sassenach’s lack of interest in education. And yet, we release thousands of children from school and set them to work in factories, yards, shops, etc15. » accusait en 1930 l’une des premières femmes à avoir été (en 1923) élue au conseil municipal de Glasgow, la socialiste et coopératrice Jean Roberts : 20 % des Glaswégiens de moins de quatorze ans travaillaient alors à mi-temps.

16En fait, la situation décrite par Jennie Lee semble avoir été limitée au comté du Fife. Dès les premières élections aux nouvelles education authorities, en mars 1919, se dégagea une tendance qui allait se confirmer tout au long de notre période : « Participation électorale misérablement faible ; grande indifférence parmi les électeurs normalement travaillistes » (seules 10,8 % des voix se portèrent sur les candidats travaillistes) titrait le Forward du 22 mars 1919, fustigeant « l’apathie inexcusable dont ont fait preuve les syndicats ».

17Le résultat le moins décevant fut, de loin, celui du Fife. Parmi les grandes villes, seule Aberdeen, pourtant la moins industrialisée, sauvait l’honneur (5 sièges sur 18 allant aux travaillistes). A l’époque, aucune analyse ne fut faite de ces résultats, qualifiés de « lamentables, pour ne pas dire honteux », par Forward. En fait, ils apparaissent directement liés au travail des enfants d’âge scolaire : le seul point commun entre le Fife et Aberdeen, c’est qu’il était pratiquement impossible, faute d’offres : la métropole du Nord était peu industrialisée et le comté du Centre-Est spécialisé (à la seule exception près de l’industrie du linoleum, à Kirckaldy) dans le charbon : or, le travail des jeunes enfants avait valu une si mauvaise réputation à cette industrie au xixe siècle que patronat et syndicats s’accordaient à refuser de l’envisager. Partout où le travail à mi-temps était possible, en revanche, il semble bien que les électeurs « normalement travaillistes » aient hésité à soutenir les candidats de leur parti aux élections scolaires de peur de les voir réduire le nombre de dispenses, privant ainsi leur famille d’un revenu supplémentaire.

L’université

  • 16 LEE, 1980, op, cit., p. 35.

« I left for Edinburgh University. I was dux of my school... The Carnegie Trust agreed to pay half my university fees and the Fife education authority awarded me a grant of £45 a year16. »

Un fort recrutement ouvrier

  • 17 Cité dans PATERSON, op. cit., p. 199
  • 18 KELLAS, op. cit., p. 86.

18En 1922, âgée de 18 ans, Jennie Lee remporte, au terme de sa seconde année à l’Université d’Edimbourg, un prix de £100 en droit constitutionnel ; l’année suivante, un prix de £10 en sciences de l’éducation, une nouvelle bourse de £20 du Carnegie Trust (« sans la moindre formalité humiliante ») et une autre de l’education authority de son comté d’origine. Cas exceptionnel ? Si le vicomte Novar, ministre des Affaires Ecossaises du gouvernement Bonar Law, reconnaissait en 1922 que « le lad o’pairts a toujours été une exception, dont les talents ont trop souvent été cultivés au détriment de ses camarades moins chanceux17 », il n’en reste pas moins qu’en 1925-26, les universités écossaises comptaient légèrement plus de 10 000 étudiants (soit 21,1 pour 10 000 habitants), contre 2 750 au Pays de Galles (12 pour 10 000) et moins de 30 000 en Angleterre (7,8 pour 10 000). Sur les 4 000 étudiants de Glasgow en 1920 (5 000 dix ans plus tard), 30 % étaient d’origine ouvrière.18

  • 19 THOMSON, 1935, op. cit., p. 48.

« It is true that the proportion of students at Scottish Universities to the population is about four times England’s, but no number of halfwits will make an educated nation... Examinations and marks are the main pillars of Scottish University education... Scottish Universities have sunk to the level of technical schools... The cheapness of the Universities brings with it huge classes... and a loss of that personal contact between teacher and undergraduate which might mitigate the worst evils of utilitarian education19. »

  • 20 NEILL, op. cit, p. 19.

19Sur ce point, le conservateur Thomson et le socialiste Neill sont d’accord. « J’ai trouvé pour ma part qu’à l’université on ne vous encourage pas à penser », regrette ce dernier20 – dont l’expérience de Summerhill démontrera qu’une éducation non-utilitaire est un luxe de riche. Le nationalisme de Thomson ne l’empêche pas de déplorer, en dernière analyse, que les universités écossaises, en particulier celle de Glasgow (où les trois-quarts des étudiants habitaient en ville, chez leurs parents) ne soient pas conformes au modèle breveté Oxbridge. Son mépris pour les étudiants écossais repose sur une constatation : « their distinguishing characteristic is a quiet, dogged determination to get there ».

20« Réussir » : tel est en effet l’obsession des étudiants pauvres qui veulent « s’en sortir » – ce qui entraîne souvent une rupture avec leur milieu d’origine, y compris leur famille. A propos de l’élection au poste de recteur de l’Université de Glasgow du nationaliste R.B. Gunninghame Graham, opposé au député travailliste Rosslyn Mitchell, Gilbert McAllister, ex-président du club travailliste de l’université (et futur biographe de Maxton) expliquait, désabusé, dans les colonnes de Forward (12/11/1928) :

« The reason why so few students voted Socialist, is that, although Glasgow University’s five thousand students are mainly sent to the University by the hard thrift of their working-class parents, these students are ashamed of their working-class homes and origins... University students, like the working class, will rather fight about anything – religion, nationalism, drink, birth-control,-anything rather than make up their minds about politics. »

21Deux ans plus tard, l’éditorialiste du Scottish Co-operator ressassait la même complainte :

  • 21 Alumnus, « Class Distinctions : How they are Fostered », The Scottish Co-operator, 20/1/1930.

« Everyone is conversant with the ambition of thrifty, hard-working parents to afford their progeny.. an existence under more favourable auspices than they themselves enjoyed…. But... by securing to their sons and daughters the benefits of a college education they... voluntarily separate them from that class from which they sprung... It is a common everyday occurence to find working parents... who, through sacrifice, have realised their life-long ambition, complaining that their sons and daughters have become segregated from them in thought and action, and no doubt their introspective hours are embittered by the reflection, and possibly the regret, that had they apprenticed’ Jack’to a trade like his father and kept’ Mary’ at home no estrangement of sympathy would have occurred21. »

Un modèle culturel de référence

  • 22 Voir, entre autres, R. JENKINS, Fergus Lament, 1974, W. McILVANNEY, Docherty, op. cit, J. KELMAN, A (...)

22Thème de plusieurs romans écossais22, cette tentation de considérer comme une trahison toute tentative de s’extraire de ce que le romancier Robin Jenkins appelle le « ghetto » ouvrier confirme l’omniprésence du modèle universitaire dans la mentalité collective des travailleurs écossais. Nous trouvons en Ecosse une population ouvrière qui arrive largement en tête des statistiques britanniques de surpeuplement, de morbidité, de mortalité infantile, de naissances illégitimes, d’alcoolisme, de criminalité et d’émigration, et pour laquelle l’acquisition d’un vernis culturel semble devoir être le dernier des soucis. Si le modèle culturel de référence d’une bonne partie de cette population est le lad o’pairts, c’est que la dialectique des chances objectives et des espérances subjectives y est bien plus ouverte qu’en Angleterre, les probabilités de promotion sociale par le canal de l’enseignement nettement plus réelles.

  • 23 McALLISTER, op. cit, p. 16.
  • 24 Scottish Socialist Teachers’Society, op. cit, p. 7.

23« Maxton’s university degree was not without its advantages... It stamped him in the eyes of the workers as an educated manon a level with the doctor and the minister and the lawyer : the working class, even the socialist working class, had a feudal respect for its “betters” 23 » N’en déplaise au biographe de Maxton, il ne me semble pas que la déférence soit la raison essentielle du prestige des enseignants socialistes dans leur électorat populaire. D’une part, le statut de ces maîtres de l’enseignement primaire ou secondaire, souvent issus d’un milieu ouvrier ou petit-bourgeois, n’était en rien comparable à celui des médecins, avocats ou universitaires. On constate en fait, au lendemain de la guerre, une réelle prolétarisation du métier d’enseignant. En 1918, leur salaire moyen (universités exclues) est de £134 par an, celui d’un policier débutant de £217, si bien que la carrière attire de moins en moins de candidats : entre mars 1911 et mars 1923, le corps enseignant de Glasgow perd 387 de ses 4 600 enseignants24.

24La popularité de Maxton et Maclean réside au contraire dans le fait qu’ils sont proches du peuple, et mettent leur science à son service en se faisant, ainsi que nous le verrons, les promoteurs de l’éducation populaire. Comparant Londres à Paris, l’exilé Jules Vallès affirmait que la première ne saurait devenir une cité révolutionnaire tant qu’il n’y existerait aucune possibilité de rencontre entre ouvriers et intellectuels, ce qui était courant à Paris – et, aurait-il pu ajouter, à Glasgow et, dans une moindre mesure, Edimbourg.

25En effet, si nombre d’étudiants d’origine ouvrière tournaient le dos à leur classe une fois franchies les portes du collège, il n’en reste pas moins que, outre qu’elle fournit au mouvement ouvrier britannique quatre de ses dirigeants les plus charismatiques et les plus populaires (Maclean, Maxton, Johnston et Lee), l’Université écossaise, du simple fait que son existence et son fonctionnement étaient tout bonnement connus d’une bonne partie des travailleurs écossais (alors que, pour ce qui concernait leurs camarades anglais, les universités auraient tout aussi bien pu se trouver sur une autre planète), lui fournit également un modèle à partir duquel il put développer l’un des rouages essentiels de sa contre-culture ouvrière, les labour colleges.

Notes

1 G.F.G. MASTERMAN, The Condition of England, Londres, 1912, p. 242, cité dans YOUNG, op. cit., p. 166.

2 E. SHINWELL, Conflict without Malice, Londres, Odhams Press, 1955, p. 37.

3 Textile Worker », in POLLOCK, op. cit., p. 233.

4 STEWART, op. cit., p. 30.

5 Interview du chef d’orchestre Alex Harvey (élevé dans les Gorbals dans les années 1920), Glasgow Herald 27/1/1976.

6 Lettre de George Douglas Brown à sa mère citée dans J. VEITCH, George Douglas Brown, Londres, 1952, p. 45.

7 Sur ce groupe d’écrivains, cf. K. DIXON, « L’école des Kailyard : l’anti-modèle ? », Ecosse, Littérature et Civilisation, no 3/4, 1984, pp. 83-98.

8 J.M. BARRIE, A Window in Thrums, Londres, Hodder & Stoughton, 1889, p. 153.

9 G. Douglas Brown, The House with the Green Shutters, Cassell, 1967 (1e ed.1901), p. 130.

10 The Statistical Account for Scotland, 1826 ; cité dans H. COWPER & W. PICKARD, « Education », in D. DAICHES, ed., A Companion to Scottish Culture, Londres, E. Arnold, 1981, p. 111.

11 Parliamentary Papers, vol. XXIX, 1867-68, cité dans YOUNG, op. cit., p. 109.

12 Scottish Socialist Teachers’Society, Education in the Melting Pot, Pilot Press, Partick ILP, 1923.

13 A.S. NEILL, A Dominie’s Log, 1915 ; (Journal d’un instituteur de campagne, Payot, 1975, p. 38)

14 LEE, 1963, op. cit., p. 60.

15 The Scottish Co-operator, 30/8/1930.

16 LEE, 1980, op, cit., p. 35.

17 Cité dans PATERSON, op. cit., p. 199

18 KELLAS, op. cit., p. 86.

19 THOMSON, 1935, op. cit., p. 48.

20 NEILL, op. cit, p. 19.

21 Alumnus, « Class Distinctions : How they are Fostered », The Scottish Co-operator, 20/1/1930.

22 Voir, entre autres, R. JENKINS, Fergus Lament, 1974, W. McILVANNEY, Docherty, op. cit, J. KELMAN, A Disaffection, 1990, ainsi que l’autobiographie de l’économiste R. CLASSER, Growing up in the Gorbals, 1986

23 McALLISTER, op. cit, p. 16.

24 Scottish Socialist Teachers’Society, op. cit, p. 7.

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search