Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Première partie. La condition ouvrière

Chapitre IV. Les conditions de vie, facteur d’homogénéité

Texte intégral

Le niveau de vie des travailleurs écossais

L’évolution des revenus secteur par secteur

1Avant la guerre les salaires étaient, à quelques rares exceptions près, négociés – ou imposés – au niveau local, et pouvaient donc sensiblement varier d’une région à une autre au sein d’une même industrie. En 1905, une enquête du Board of Trade établit que les salaires écossais étaient égaux ou légèrement supérieurs à la moyenne britannique dans les secteurs du bâtiment, de la houille et des industries lourdes, mais nettement inférieurs dans ceux de l’imprimerie, des textiles, des transports, du gaz, de l’eau et de l’électricité. Dans la quasi-totalité des industries et des services, les salaires féminins écossais étaient supérieurs d’un ou deux shillings par semaine à la moyenne nationale.

  • 1 A.K. CAIRNCROSS, ed., The Scottish Economy, Cambridge, C.U.E, 1954, p. 166.

2Pendant la guerre, l’intervention gouvernementale permit d’atténuer les inégalités régionales dans la construction navale, la métallurgie, la houille, et surtout la fabrication de munitions. Après l’armistice, les seuls travailleurs écossais qui réussirent à maintenir leur position privilégiée furent ceux du bâtiment. Fin 1918 en effet, le gouvernement imposa à ce secteur une échelle nationale des salaires qui faisait la part belle à l’Ecosse – là où la crise du logement était de loin la plus aiguë. Toutefois, à cause des intempéries plus fréquentes au nord de la Tweed qu’au sud, cette classification avantageuse permettait tout juste de compenser le moindre nombre d’heures de travail effectué en moyenne chaque année sur les chantiers écossais1.

  • 2 Cf. Ibid., pp. 163-65, et JEFFERYS, op. cit., p. 209.
  • 3 Cf. CAMPBELL, 1965, op. cit., p. 263, et ARNOT, op. cit., pp. 153-58.

3La chute fut très nette dans les industries lourdes : après le nivellement causé par la guerre, les salaires calédoniens restèrent comparables à la moyenne britannique, mais le revenu réel des ouvriers écossais diminua régulièrement par rapport à celui des anglais, là encore à cause d’un moins grand nombre d’heures de travail effectif – les responsables n’étant plus, en l’occurrence, le mauvais temps, mais la diminution du recours aux heures supplémentaires et le développement du chômage partiel2. Dans l’industrie houillère, les fluctuations des salaires suivirent de très près celles de la moyenne nationale, qui subit une chute brutale entre 1900 et 1924, passant de l’indice 187 à l’indice 100. Contrairement aux autres industries lourdes (excepté la sidérurgie) qui opérèrent ensuite un léger redressement, l’industrie houillère perdit encore dix points d’indice en 1927, suite à l’échec de la grève générale de l’année précédente3.

  • 4 GILLESPIE, op. cit., pp. 158-60.
  • 5 TUCKETT, op. cit., pp. 158-64.
  • 6 WALKER, op. cit., p. 95.

4Dans les secteurs en retard par rapport à la moyenne nationale, la situation ne fit qu’empirer. Entre 1921 et 1923, des réductions de salaires successives, s’élevant au total à près d’une livre-sterling par semaine, furent imposées aux typographes4 et aux quelque vingt-mille employés des transports routiers5. La dispersion des industries textiles et la diversité des salaires versés rendent impossible le calcul d’une moyenne écossaise, sauf dans le secteur du jute, dans lequel les salaires diminuèrent de moitié entre 1920 et 1923 – leur nadir de l’entre-deux-guerres-, ce qui en fit « les salaires les plus faibles officiellement reconnus par une commission industrielle paritaire britannique »6.

Le pouvoir d’achat

  • 7 G. ORWELL, The Road to Wigan Pier, Londres, Gollancz, 1937, p. 80.

« Twenty million people are underfed but literally everyone in England has access to a radio. What we have lost in food we have gained in electricity. Whole sections of the working class who have been plundered of all they really need are being compensated, in part, by cheap luxuries which mitigate the surface of life... It is quite likely that fish-and-chips, art-silk stockings, tinned salmon, cut-price chocolate,... the movies, the radio, strong tea and the football pools have between them averted revolution7. »

  • 8 R.W.F. ALFORD, Depression or Recovery ? British Economic Growth, 1919-1939, Londres, Macmillan, 197 (...)

5Cette réflexion quelque peu condescendante de George Orwell dans The Road to Wigan Pier est souvent citée à l’appui de l’affirmation selon laquelle les ouvriers britanniques – du moins les non-chômeurs – auraient connu une progression sensible de leur pouvoir d’achat entre 1920 et 1938, la stagnation de leurs revenus ayant été plus que compensée par la baisse régulière des prix de détail dans les secteurs de première nécessité (alimentation, ameublement, habillement) ainsi que dans l’électro-ménager, le tout sur fond de diminution sensible de la taille moyenne des familles (4,2 personnes en 1921, 3,2 en 1939) 8.

  • 9 Cf. D.H.ALDCROFT, The Inter-War Economy : Britain, 1919-1939, Londres, Batsford, 1970, pp. 352, 364 (...)
  • 10 CUNNISON & SCOTT, The Industries of the Clyde Valley during the War, Oxford, Milford, 1924, p. 184.
  • 11 Glasgow Savings Bank, Annual Report, 1918, p. II, et 1925, p. V.

6Incontestable pour la seconde décennie de l’entre-deux-guerres, cette affirmation doit être nuancée s’agissant de la première : s’il est vrai qu’après l’inflation des années de guerre, qui se poursuivit jusqu’en 1921, prix de détail et salaires entrèrent en décélération à partir de 1922, l’indice des prix ne passa sous celui des salaires qu’à partir de 1926 selon Cole, Mitchell et Deane, 1931 selon les calculs plus récents d’Aldcroft9. Dès les premiers signes de la récession, les ménages ouvriers écossais furent contraints de puiser dans leurs économies. A Glasgow, au cours de l’automne 1921, les salles de ventes « furent encombrées de petits pianos,... ces objets ayant constitué l’acquisition favorite des travailleurs des industries de guerre ».10 Plus grave, le montant des dépôts à la caisse d’épargne de cette ville tomba de £5 250 000 en 1918 à £3 120 000 en 192511.

  • 12 J. STEVENSON, British Society, 1914-45, Harmondsworth, Pelican, 1984, p. 121.
  • 13 La liste qui suit a été établie d’après les salaires indiqués dans CAIRNCROSS, GILLESPIE, JEFFERYS, (...)

7L’étude d’un budget ouvrier ordinaire permet de vérifier combien il était difficile d’épargner. Forward reproduit dans son numéro du 22 mai 1926 le budget familial hebdomadaire de l’épouse d’un maçon qualifié, employée par la même entreprise depuis plus de vingt ans. Revenu : £3 3/11 (le salaire du mari) ; dépenses : £3 12/6, soit un débit de 8/7, qui pourrait être ramené à 6/1 si la somme consacrée à diverses « quêtes et dons » était épargnée. Le reste des dépenses semble incompressible : cette mère de trois enfants ne dépense que 5 shillings par semaine chez le boucher alors que la livre de lard coûte 1/8, celle de plate-côte de bœuf 1/6 et celle de mouton 1/7. Encore s’agit-il là d’une famille dont le chef a la chance d’appartenir à une corporation relativement favorisée pour ce qui est des revenus : à la même époque, le salaire ouvrier masculin britannique moyen était de £2 18/912. Outre les maçons, on ne recensait alors guère en Ecosse, à la hauteur ou au-dessus de cette moyenne nationale, que les cheminots « roulants » (mécaniciens, chefs de trains, chauffeurs) 13, les traminots (pour une semaine de 60 heures), les livreurs de lait (pour une semaine de sept jours) et, juste à la limite, les ouvriers qualifiés de la mécanique et de la construction navale.

  • 14 Moins de £1. Signalons qu’à la même époque un agent de la police glaswégienne débutait à £4 1/6 et (...)

8En dessous de la barre des £2 18, on trouvait alors, par ordre d’éloignement croissant, les ouvriers qualifiés de la sidérurgie et de l’imprimerie, les charretiers et chauffeurs routiers, les mineurs, les manœuvres de la métallurgie, les dockers et l’ensemble des métiers féminins : le salaire féminin britannique moyen (£1 8/4) était alors inférieur de moitié au masculin, et encore convient-il de préciser que le salaire d’une fileuse de jute ou, pis encore, d’une vendeuse,14 était nettement inférieur à cette moyenne.

  • 15 G. McALLISTER, James Maxton - The Portrait of a Rebel, Londres, John Murray, 1953, p. 121.

9Le pouvoir d’achat que leur salaire procurait aux travailleurs britanniques, et en particulier écossais, était si faible que, dans un discours prononcé aux Communes en juin 1923, James Maxton s’indigna de ce que le conseil municipal de Glasgow considérât la somme de £2 18/7 comme le minimum vital pour assurer la subsistance d’une famille de quatre personnes à l’asile des nécessiteux de Barnhill, alors que peu d’ouvriers qualifiés de cette ville jouissaient d’un tel revenu hebdomadaire, et que les manœuvres n’y gagnaient en moyenne que £1 1215.

10Au cas où la ménagère prise en exemple par Forward pourrait être soupçonnée de mauvaise gestion, l’examen d’un autre budget ouvrier, celui de l’épouse d’un sous-chef de gare, elle aussi mère de trois enfants, confirme que les rentrées (£2 10) sont inférieures aux dépenses (£2 12/11), pourtant calculées au plus juste (tableau no 1). Certes, ce cheminot et ce maçon peuvent envisager l’avenir avec un certain optimisme : pères de trois enfants, ils connaîtront, sauf accident ou chômage, une période de relative prospérité entre le moment où leur aîné (e) entrera dans la vie active et celui où leur dernier enfant se mariera. Ainsi que l’explique le mineur John McArthur :

  • 16 MCDOUGALL, op. cit., p. 2.

« I was lucky to have been born the fourth of my parents’five children. The grinding poverty that prevailed at that time did not fall so harshly on me as it had done on my two brothers and elder sister. They were at work while I was still at school, so their wages helped to increase the family’s income... The cycle of poverty and “affluence” among miners in those days began when a miner got married and started to raise a family. The family were usually in straitened circumstances until the youngsters left school and began work. The best period in the miner’s life started from then until the youngsters got married and started their own families. My boyhood came within that more “affluent” period... Other children at my school had to go without shoes in summer because their parents could not afford them16. »

  • 17 « Can a Man be Fed on 5/11 a week ? », Forward, 30/1/1926. D’après la Ministry of Labour Gazette, u (...)

11En 1926 l’Education Authority – à majorité conservatrice – de Glasgow établit, en vue d’octroyer chaussures et repas gratuits à leurs enfants, une liste des familles nécessiteuses : étaient considérées comme telles celles dont le revenu hebdomadaire était inférieur à £l 11/3 si elles avaient un enfant à charge, à £l 17/6 si elles en avaient deux, et ainsi de suite jusqu’à £3 3/9 pour une famille de sept enfants. Encore ce barème, selon lequel un manœuvre père de deux enfants et un mineur père de trois étaient catalogués comme indigents, avait-il été établi selon des critères d’ascète : 13 shillings pour le loyer et le chauffage, et la piètre somme de 5/11 pour la nourriture d’un adulte (dont 1/5 pour le pain, 1/6 pour la viande et 6d pour le lait) 17.

Le niveau de vie des chômeurs

L’allocation de chômage

12Apogée du libéralisme social, le National Insurance Act de 1911 garantissait une assurance chômage aux ouvriers du bâtiment, de la construction navale et de la mécanique, soit le huitième de la population active écossaise. Cette mesure lut étendue en 1916 au million de travailleurs employés à la fabrication de munitions. Peu après l’armistice, les anciens combattants n’ayant pas retrouvé leur emploi d’avant-guerre et les civils ayant perdu le leur suite à la chute de la production d’armements se virent accorder une allocation de chômage, limitée à 52 semaines pour les militaires démobilisés et à 26 pour les civils. Ces délais s’étant écoulés sans que la masse des « héros » sans travail eût été notablement résorbée, le gouvernement fut contraint, d’une part de proroger jusqu’en mars 1921 les allocations aux démobilisés, d’autre part de faire voter par le Parlement, en avril 1920, l’Unemployment Insurance Act, qui étendait le principe de l’assurance chômage à tous les salariés (sauf les domestiques et les ouvriers agricoles) gagnant moins de £250 par an, soit à environ douze millions de travailleurs. Un an plus tard, cette loi fut complétée par l’Unemployed Workers’ Dependents Act, qui instaurait une allocation de 5s. par semaine pour le conjoint d’un chômeur, plus 1s. par enfant, à concurrence de quatre enfants.

13Clé de voûte de cet édifice, la loi de 1920 insistait très clairement sur le principe de l’assurance : le fonds de secours aux chômeurs devait être constitué par les cotisations hebdomadaires des travailleurs en activité (4d.), de leurs employeurs (4d. par employé) et de l’Etat (2d. par employé). Pour pouvoir prétendre à l’allocation hebdomadaire de 15s. pour un homme et 12s. pour une femme (la moitié pour les apprentis) à concurrence de quinze semaines par année, un chômeur devait avoir cotisé au fonds pendant un minimum de six semaines, ce qui lui donnait droit à une semaine de secours.

14Il devint vite évident que ces règles étaient trop draconiennes. Elles excluaient un grand nombre de chômeurs qui n’avaient pas cotisé pendant le minimum de semaines requis ; d’autres n’avaient droit qu’à deux ou trois semaines d’allocations ; même ceux qui les touchaient régulièrement ne pouvaient faire vivre leur famille avec un revenu aussi pitoyable. Or, les mesures de 1918 avaient établi un précédent qui allait à l’encontre des restrictions introduites par la loi de 1920 : le principe de l’assurance avait été violé, l’immense majorité des personnes secourues n’ayant jamais payé la moindre cotisation.

Assurance ou aumône ?

15Dès lors, les secours aux chômeurs furent entachés d’une ambiguïté fondamentale – droit ou faveur, assurance ou aumône – qui ne laissa pas d’embarrasser les gouvernements de l’entre-deux-guerres. Tentant de systématiser cette démarcation, le gouvernement Lloyd George entreprit en avril 1922 de faire alterner allocations de chômage et secours aux indigents : les allocations de droit (covenanted benefits) étaient limitées à seize semaines par an. Au terme de cette période, le chômeur devait s’adresser à l’organisme de sa localité chargé de l’aide aux nécessiteux – board of guardians en Angleterre et au Pays de Galles, parish council en Ecosse – puis, après un minimum de cinq semaines ainsi passées aux frais des collectivités locales, il pouvait de nouveau percevoir une allocation de chômage. Il ne s’agissait alors plus d’un droit, mais d’une faveur (uncovenanted benefit), dont l’octroi était laissé à l’entière discrétion du ministre du Travail, pour des périodes de durée variable mais obligatoirement entrecoupées de transferts de cinq semaines sur les registres de la Poor Law.

  • 18 Ministry of Labour Gazette, janvier 1926.

16Abolie par le gouvernement MacDonald en mars 1924, cette distinction entre droit et faveur fut rétablie par le gouvernement Baldwin dès janvier 1925. Le champ d’application des allocations de faveur ayant été considérablement restreint, l’année 1925 fut marquée par une augmentation massive du nombre des chômeurs à la charge des collectivités locales : entre novembre 1924 et novembre 1925, le nombre d’Anglais et de Gallois secourus aux termes de la loi sur les pauvres passa de 1 710 000 à 1 270 170 (+8,4 %), le nombre d’Ecossais de 121 322 à 127 525 (+ 9,5 %)18. Forward avait beau jeu d’ironiser, le 2 janvier 1926 :

« The Tory press is congratulating itself that under the Tory government the unemployment figures are less than they were at the end of 1924. But the figures justify the charge that the government, by cutting down the dole and tightening up the regulations, has simply transferred the burden to the poor law. »

  • 19 Arguant de ce qu’ils étaient pénalisés par rapport aux quartiers du West-End, qui ne prenaient qu’u (...)
  • 20 Il en coûta £177 130 à la ville de Glasgow entre le 15 mai 1925 et le 15 janvier 1926 ; Cf Glasgow (...)
  • 21 Le nombre des personnes à charge passant dans le même temps de 286 à 1 136 (soit environ un « dépen (...)

17Manifestement, ce transfert de charges pénalisait les municipalités ouvrières, dont il grevait lourdement le budget. On connaît la rébellion que menèrent contre cette injustice, dès 1921, les conseillers municipaux travaillistes du quartier londonien de Poplar sous l’impulsion de George Lansbury19. La situation dramatique que leur coup d’éclat révéla aux yeux de l’opinion publique fut considérablement aggravée par les mesures de janvier 1925. A Glasgow par exemple, si le nombre de chômeurs secourus par le ministère du Travail était resté stable entre décembre 1924 (55 790 hommes et 13 909 femmes) et décembre 1925 (60 270 hommes et 10 545 femmes), celui des personnes valides à la charge du parish council augmenta dans des proportions considérables : 7 621 adultes (plus les 18 473 personnes à leur charge) le 15 janvier 1925, 9 664 adultes (plus 23 904 dépendants) un an plus tard, soit un bond de 25 % ! Les frais occasionnés par leur entretien – £6 564 en janvier 1926 – avaient plus que doublé pendant cette période20. La situation était encore plus catastrophique à Dundee, où le nombre des chômeurs à la charge de la municipalité quadrupla entre mars 1924 et mars 1925 (de 167 adultes à 699), phénomène si inquiétant que même le très conservateur Dundee Evening Telegraph en vint à reprocher au gouvernement d’effectuer un tour de passe-passe consistant à se débarrasser sur les municipalités du soin de secourir les chômeurs21.

Les clauses restrictives

  • 22 Chaque local employment committee était composé de trente membres choisis à parts égales parmi les (...)
  • 23 A. DEACON, « The Politics of Unemployment Insurance in the 20s », in A. BRIGGS & J. SAVILLE, eds., (...)

18En novembre 1921, les allocations furent étendues à la famille des ayants-droit. Corollairement, elles n’étaient plus versées aux chômeurs dont un proche parent bénéficiait d’un revenu, dont le montant fut précisé par une circulaire ministérielle transmise en mai 1922 à toutes les commissions locales pour l’emploi mises en place par la loi de 192122 : les allocations devaient être versées là où le revenu total d’une famille était inférieur à 10s. hebdomadaires par personne, refusées là où il était supérieur à 13s., les cas intermédiaires étant laissés à l’appréciation des commissaires. Supprimé par le premier gouvernement travailliste dès février 1924, ce means test fut rétabli par les conservateurs en août 1925, et dès lors 3 % des demandeurs et 15 % des demanderesses furent disqualifiés en vertu de cette clause23 – ce qui est somme toute relativement peu par rapport aux quelque trois millions de demandes rejetées entre 1921 et 1930 en vertu de la not genuinely seeking work clause.

19La loi de 1921 exigeait en effet de tous les postulants aux uncovenanted benefits qu’ils fissent devant leur local employment Committee la preuve qu’ils étaient « authentiquement à la recherche d’un emploi à plein temps, mais dans l’impossibilité d’en trouver » – quitte, comme le précisa en février 1922 une circulaire du ministre du Travail, à accepter n’importe quel type de travail, y compris en dehors de leur qualification. Dirigée essentiellement contre les femmes mariées et contre ceux que le dirigeant travailliste et syndicaliste J.R. Clynes qualifiait, dans un discours aux Communes, de shirkers, de « tire-au-flanc », cette clause reçut, contrairement au means test, l’aval du parti travailliste. Le gouvernement MacDonald alla même, en 1924, jusqu’à étendre son application aux récipiendaires de covenanted benefits.

  • 24 Ibid., p. 30.

20Les commissaires glaswégiens se montrèrent particulièrement pointilleux. A Govan par exemple, un quart des demandeurs se vit, en octobre 1923, refuser l’allocation chômage sous le prétexte infamant de « not genuinely seeking work ». La proportion était à peu près la même dans d’autres quartiers comme Bridgeton, Parkhead et South Side : pendant toute la décennie d’après-guerre, la proportion de disqualifications à Glasgow se maintint au double de la moyenne nationale24. Aussi n’est-il guère surprenant que les députés I.L.P. de la Clyde, en particulier Neil Maclean, George Buchanan, James Maxton et Campbell Stephen, aient été les premiers, dès 1923, à attirer l’attention du Parlement sur les ravages que causait cette restriction. Ils restèrent longtemps les seuls à le faire : suspendus par le Speaker en 1927 pour avoir une fois de plus dénoncé avec trop de véhémence la « not genuinely seeking work clause », Buchanan et Maxton se virent accuser par MacDonald de « ravaler le parti au niveau du café du commerce » : mis à part leurs camarades de la Clyde, aucun député travailliste ne crut bon de leur apporter son soutien.

  • 25 Cf. W. HANNINGTON, Unemployed Struggles, 1919-36, Londres, Lawrence & Wishart, 1936.

21Il est vrai que de leur côté le T.U.C. et même le National Unemployed Workers’ Movement25 mirent longtemps à prendre toute la mesure des effets pervers engendrés par cette clause. Une seule raison semble pouvoir expliquer un tel aveuglement : l’idée fort répandue selon laquelle les commissions locales disqualifiaient essentiellement des femmes. Lorsqu’après plusieurs années de fonctionnement il fut enfin clairement établi quelles privaient également nombre d’hommes de toute allocation, la réaction du T.U.C. et du N.U.W.M. fut décisive.

  • 26 Les courts of referees avaient la même composition que les local employment committees.

22En janvier 1929, l’organisation de Wal Hannington organisa sa seconde marche de la faim pour réclamer – en vain – la suppression de cette « clause infâme ». Un troisième contingent de marcheurs prit la route en février 1930. Cette fois-ci, le T.U.C. et la quasi-totalité des back-benchers travaillistes formulaient la même revendication. Elle fut à demi satisfaite le mois suivant par le second gouvernement MacDonald : la charge de la preuve incombait, non plus au demandeur, mais à une cour d’arbitrage qui devait apporter la preuve que tel ou tel chômeur avait effectivement refusé un emploi26. En revanche, non content de s’opposer à la suppression – réclamée par la plupart de ses partisans – de l’autre clause restrictive, le mean test, le gouvernement travailliste en étendit, en juin 1931, le champ d’application à la famille de tous les chômeurs ayant touché une allocation pendant plus de 26 semaines.

  • 27 STEVENSON, 1977, op. cit., p. 22.

23Cette décision contribua grandement à la scission au sein du Cabinet, au même titre que les mesures d’économie proposées, le mois suivant, par MacDonald, le Chancelier de l’Echiquier Philip Snowden et le Lord du Sceau Privé J.H. Thomas. Elles prévoyaient, entre autres, une réduction de 10 % du montant des allocations de chômage, qui étaient alors de 17s. par semaine pour un homme adulte, de 15s. pour une femme et de 9s. par enfant à charge, soit une très légère augmentation nominale depuis le vote, en 1920, de l’Unemployment Insurance Act. Entre temps, la cotisation ouvrière était passée de 4d. à 7d. par semaine. Elle fut fixée à l0d. par le nouveau gouvernement national en octobre 1931, tandis que les allocations subissaient effectivement une baisse de 10 %, ainsi que les salaires des fonctionnaires, enseignants, policiers et militaires. Pour justifier cette diminution des revenus des chômeurs, MacDonald et Snowden brandirent le rapport intérimaire de la Royal Commission on Unemployment, nommée au début de l’année, selon lequel le pouvoir d’achat d’un chômeur masculin ayant à sa charge une épouse et deux enfants aurait, compte tenu de la baisse des prix, progressé de 240 % entre novembre 1920 et mai 1931. Il n’en reste pas moins vrai que pendant toute cette décennie les revenus d’un chômeur restèrent bien inférieurs au salaire moyen d’un manœuvre. Or, « the general level of wages for the unskilled hovered around the minimum standards set out in many of the social enquiries as necessary to maintain health. 27 »

  • 28 Cité dans HANNINGTON, 1936, op. cit., p. 271.

24En 1933, une commission de neuf médecins mena pour le compte de la British Medical Association une enquête sur la santé de la population au chômage, au terme de laquelle elle rapporta à l’unanimité de ses membres que la famille d’un chômeur britannique « ne pouvait se procurer assez de nourriture pour se maintenir en bonne santé28 ». Deux ans plus tôt le docteur MacGregor, medical officer de la ville de Glasgow, s’était alarmé d’une très forte recrudescence des cas de rachitisme parmi les enfants d’âge pré-scolaire.

La santé

  • 29 WALKER, op. cit., p. 106.

25On ne mourait guère du rachitisme, aussi ne figure-t-il pas parmi les maladies recensées sur les tableaux du Registrar General for Scotland. A en croire les calculs du docteur Lennox, à la veille de la guerre les fileurs adultes de Dundee mesuraient 1,4 pouce de moins que la moyenne de la population masculine de la ville, deux pouces de moins que la moyenne des ouvriers qualifiés britanniques, et quatre de moins que la moyenne des adultes britanniques de sexe masculin.29 En 1922 la police glaswégienne et les régiments écossais durent assouplir de façon très sensible les critères physiques, en particulier celui concernant la taille, requis des aspirants : il était devenu évident qu’en maintenant la barre à 1,72 m, ils limitaient leur recrutement aux migrants des Highlands et des Borders.

  • 30 Report of the Medical Research Council on Poverty among Scottish Children, H.M.S.O., Special Report (...)

« In Dundee there are still entire strets of old houses, infested with bug... In such houses the windows are small, so that the fresh air has little chance of entering. In one house there was still no sanitary accomodation whatever, while in another, a three-storey tenement, there was one water-closet, in the courtyard, which had to satisfy sixteen families. Small wonder therefore that too many mothers make their children use a pail which may be emptied out of a window into the court, as was done in the middle ages... There are still open ashpits, and these are often filled to overflowing, not with ashes alone, which makes it impossible to open a window facing the court. Even the seabreeze cannot overcome the stench30. »

  • 31 BOWIE, op. cit., p. 59.
  • 32 MITCHELL & DEANE, op. cit., p. 37.

26L’état sanitaire d’une population est étroitement lié à ses conditions de logement ; on ne sera donc pas surpris d’apprendre qu’à la veille de la Première Guerre l’Ecosse détenait, avec un taux de 118 pour mille, le record britannique de mortalité infantile. Si la chute fut sensible entre les deux guerres (de 100 pour mille en 1918 à 70 vingt ans plus tard), elle ne permit toutefois pas à l’Ecosse de combler son retard par rapport à l’Angleterre et au Pays de Galles.31 Alors que le taux de mortalité infantile au Nord de la Tweed était nettement inférieur au taux relevé au Sud lors de la publication, en 1885, des premières statistiques officielles sur la question, de même qu’en 1901 (respectivement 128 et 151 pour mille), il l’avait rejoint en 1908 et dépassé en 191232, de sorte qu’en 1928 il mourait 86 enfants de moins de un an sur mille nés en Ecosse, contre 71 aux Etats-Unis, 65 en Angleterre-Galles, 48 en Norvège et 32 en Nouvelle-Zélande.

27Les députés I.L.P. de la Clyde ne se privèrent pas de traduire ces statistiques désincarnées en images de sang et de larmes. C’est ainsi qu’à l’occasion du débat aux Conmunes sur les Scottish Estimates de 1923, James Maxton – qui venait de perdre sa femme des suites d’une infection post-natale, et dont le bébé n’était pas encore hors de danger – fit remarquer que dans sa circonscription de Bridgeton « étaient morts 1 035 nourrissons qui auraient survécu dans un environnement anglais » ; puis il attaqua :

  • 33 Cité dans Mc ALLISTER, op. cit., p. 125.

« In the interests of economy [the Tories] condemned thousands of children to death and I call it murder. I call the men who initiated the policy murderers. They have blood on their hands – the blood of infants. It is a fearful thing for any man to have on his soul – a cold, callous, deliberate crime in order to save money... we put children out in front of the fighting line33. »

28Après avoir à trois reprises refusé de retirer le « meurtriers » non conforme aux usages de la Chambre, Maxton en fut expulsé, bientôt suivi de Wheatley, Stephen et Buchanan, qui avaient, au grand dam de MacDonald, répété l’apostrophe sacrilège.

  • 34 Forward 30/1/1926.
  • 35 MIDDLEMAS, op. cit., p. 20.

29Ce triste record, l’Ecosse le devait essentiellement aux maladies contagieuses respiratoires et cutanées, dont la propagation était favorisée par les conditions de vie dans les taudis, ainsi qu’en attestent les taux régionaux de mortalité infantile, bien plus élevés dans les grandes villes qu’à la campagne. Le Board of Health donnait en 1925 les chiffres de 129 pour mille à Dundee, 119 à Glasgow, 90 dans les districts ruraux écossais, 83 à Birmingham et 67 à Londres34. Plus précisément encore, le rapport annuel du Medical Officer for the City of Glasgow établit une corrélation très nette entre le taux de mortalité infantile d’un quartier donné et la densité de sa population : en 1926, 71 pour mille dans le quartier résidentiel de Pollokshields, 163 dans le quartier populaire de Mile-end (7 habitants par acre contre 135) Sur les 66 000 décès enregistrés en Ecosse en 1921, 3 970, soit 6 %, étaient imputables au fléau des taudis, la tuberculose. A Glasgow, elle touchait 1,4 % des habitants du quartier résidentiel de Pollock, 3,9 % de ceux des taudis de Blackfriars. Le taux de mortalité général était de 10 % dans le premier, de 29 % dans le second. Quoique trois kilomètres seulement les séparaient, ils se trouvait des conseillers municipaux pour affirmer solennellement que ces différences considérables étaient dues à des phénomènes microclimatiques35.

Le logement

  • 36 James Stewart, député I.L.P. de Glasgow, cité dans W. BOLITHO, Cancer of Empire, Londres, Putnams, (...)
  • 37 R. BAIRD, « Housing », in CAIRNCROSS, op. cit., p. 202.

« Glasgow is earths nearest suburb to hell »36
“Much of the overcrowding in Scotland is attributable to the householders’own preferences
37. »

  • 38 Ibid., p. 203.

30Une famille ouvrière écossaise du premier tiers du xxe siècle consacrait en moyenne 8 % de son revenu au logement, contre 10 % pour une famille anglaise comparable : en effet, les loyers écossais étaient inférieurs de 20 à 25 % aux loyers anglais ou gallois38. A Glasgow par exemple, dans les cités de relogement (slum clearance schemes) de Hamiltonhill (achevé en 1922) et Polmadie (1924), un appartement municipal de deux pièces se louait, en 1926, 7s. par semaine, de trois pièces 8s. Ces chiffres permettent en partie d’expliquer le retard considérable pris par l’Ecosse industrielle en matière de logement. On l’estima si grave qu’il lui valut le triste privilège d’être, au xxe siècle, la seule partie du Royaume-Uni à recevoir la visite d’une commission royale sur le logement. Le problème n’était certes pas nouveau lorsque cette commission se mit au travail, en 1912. La rapide industrialisation de Glasgow, qui fit croître la population de 40 000 habitants en 1780 à 200 000 en 1830 et à 750 000 en 1900, donna naissance aux tristement célèbres tenements, longues rangées d’immeubles de quatre étages en grès grisâtre. Ces clapiers furent reproduits à des milliers d’exemplaires non seulement dans la métropole de la Clyde, en proie à une boulimie de main-d’œuvre, mais aussi à Edimbourg et Dundee et, plus généralement, dans toutes les petites villes de la ceinture industrielle. Seule Aberdeen, grâce à son industrialisation tardive et à son granit, échappa en grande partie à l’épidémie.

Du féodalisme au paternalisme

  • 39 Report of the Royal Commission on Housing in Scotland H.M.S.O., 1918, Cd. 8731, p. 861.

31Mis à part le patronat de la construction navale et celui des mines, les employeurs ne se préoccupèrent pas de loger leur main-d’œuvre. Dans les bassins houillers écossais, les compagnies minières étaient encore, au lendemain de la guerre, propriétaires de quelque 25 000 logements. Signe de la lente transition de ces régions vers le capitalisme industriel, cette forme de tied housing était encore en maints endroits considérée comme « a relic of the bondage days »,39 comme le dernier vestige du système féodal qui avait, en Ecosse, régenté les rapports entre propriétaires de mines et mineurs. Jusqu’à la fin du xviiie siècle en effet, ces derniers restèrent de véritables serfs, astreints – ainsi que leurs fils - à travailler dans telle ou telle fosse, sans avoir le droit de jamais la quitter. Il resta de ce rapport féodal un mépris inouï du patronat houiller pour les conditions dans lesquelles étaient logés ses employés. P.J. Dollan évoque dans ses mémoires le village minier de Baillleston, non loin de Glasgow (dont il allait devenir maire), où il passa son enfance :

  • 40 Cité dans MIDDLEMAS, op. cit., p. 21.

« Most of the miners’houses were single apartments with hole-in-the wall beds. Water had to be carried from the pump 100 yards away. There was no coal cellar, no bathroom, and no sanitary facilities. The average family per house was seven... and they all had to sleep top to bottom in two beds... There were six open middens and dry closets for the benefit of all the Reids Row inhabitants. The middens were in use as playgrounds for children. Epidemics such as measles, scarlet and enterid fever, mumps, typhoid, and other diseases flourished as abundantly as in a leper colony... Nearly all the houses were “tied” dwellings, and it was only by special pleading to the management that a change of habitation was procured40. »

32Dans la construction navale, ainsi que l’expliquait en 1914 le directeur des chantiers navals John Brown, de Clydebank, il s’agissait de s’assurer la loyauté de l’aristocratie des chantiers en l’aspirant vers le haut, de façon à éviter tout rapprochement avec le commun des travailleurs :

  • 41 Cité dans DICKSON, 1980, op. cit., p. 273.

« A question which is causing us grave concern is that of our Ironworkers, Carpenters, and Joiner Underforemen. Owing to the great fluctuations in the amount of our Work in the last ten or twelve years, these men seem reluctant to throw themselves heartily on the side of their employers... The Management at Clydebank strongly recommend the housing of these men in self-contained flats very near the yard, but entirely devoted to cottages and separated by the Railway from the working men’s tenements... These men are our non-commissioned officers, and our economical production is largely dependent, especially in the Shipyard, on them41. »

33Quelques immeubles de ce type furent effectivement construits le long de la Clyde avant la guerre, en particulier dans le quartier glaswégien de Partick. Pas suffisamment toutefois pour permettre aux membres de la commission royale de nuancer les termes de leur rapport, qui parut en 1918 :

  • 42 Royal Commission on Housing in Scotland, op. cit., p. 346.

« These are the broad results of our survey : insufficient supplies of water, unsatisfactory provison for drainage, grossly inadequate provision for the removal of refuse, widespread absence of decent sanitary conveniences, the persistence of the uspeakably filthy privy-midden... Gross overcrowding and huddling of the sexes together in the congested industrial villages and towns, occupation of one-room houses by large families, groups of lightless and unventilated houses in the older burghs, clotted masses of slums in the great cities…42 »

L’entassement

34Le ton peut paraître peu mesuré émanant d’une commission royale, mais la violence des adverbes surprend moins lorsque l’on sait que le recensement de 1911 chiffrait à 48 % de la population – 62 % à Glasgow - la proportion d’Ecossais vivant dans des logements d’une ou deux pièces, soit proportionnellement six fois plus qu’en Angleterre et au Pays de Galles. 56 % des logements d’une seule pièce abritaient plus de deux personnes ; la densité d’occupation était de 1,45 personne par pièce au Nord de la Tweed contre 0,95 au Sud ; 45 % des Ecossais (55 % à Glasgow) s’entassaient à plus de deux personnes par pièce. Dans la métropole de la Clyde, on recensait même 28 % des habitants qui vivaient à plus de trois par pièce, et 11 % à plus de quatre ! Les quelques deux cent mille Glaswégiens qui avaient combattu pendant le conflit mondial durent encore attendre de longues années les « logements dignes de héros » que leur avait promis Lloyd George : le taux de surpeuplement (plus de deux personnes par pièce) y était encore de 43 % au recensement de 1921, de 35 % dix ans plus tard. Encore cette lente amélioration était-elle en grande partie due à l’émigration massive qui caractérisa cette décennie, alors qu’en Angleterre-Galles, où la population avait augmenté de 5 %, le taux de surpeuplement était tombé de 14 % en 1911 à 10 % vingt ans plus tard.

35Il est vrai qu’en Ecosse la modicité des loyers n’incitait guère à investir dans l’immobilier de rapport – d’autant que les logements de meilleure qualité, mais au loyer bien entendu plus élevé, restaient désespérément vides : au recensement de 1911, un logement sur dix à Glasgow, la ville de loin la plus surpeuplée de Grande-Bretagne, était libre de tout occupant. Aussi, à partir de l’armistice, les municipalités se retrouvèrent-elles pratiquement seules à tenter de faire face à une très forte demande locative : sur les 337 000 logements construits en Ecosse entre 1919 et 1940, 67 % le furent par les soins des autorités locales, contre seulement 25 % au Sud de la Tweed.

Fatalité, fainéantise et folklore

36En visite officielle à Dundee le 3 juin 1923, le Premier ministre Stanley Baldwin n’eut pas la mesquinerie de rappeler la promesse de son ancien adversaire libéral, Lloyd George : il sembla au contraire l’excuser implicitement – et accuser indirectement la « fatalité » - en avouant sa propre impuissance face à un problème aussi gigantesque que celui posé par ces milliers de taudis :

  • 43 Lettre du 4/6/1925 à J.C.C. Davidson, chancelier du duché de Lancastre, citée dans R.R. JAMES, Memo (...)

« We first visited some slum houses. I never saw such a sight. Oddly enough I have never been in real slum houses, and I as near as two pins sat down and howled... Five and six in one room. Think of the children! The people were very friendly... They seemed to know one would give one’s life to help: they can’t know how impotent one is43. »

  • 44 OAKLEY, 1946, op. cit., p. 252 ; pour une vision plus réaliste - quoique très bon enfant - de la vi (...)
  • 45 The English Review, mars 1926, p. 296.

37« Les gens étaient très amicaux » : sans doute est cette découverte, surprenante pour un représentant de la grande bourgeoisie qui ne connaissait les taudis qu’à travers les lugubres descriptions des romanciers sociaux victoriens, qui explique le curieux glissement sémantique que de nombreux politiciens, économistes et urbanistes n’hésitèrent pas à opérer entre « amical » et « heureux ». De la vie dans les taudis, on ne retenait que l’aspect communautaire et solidaire, le pittoresque et le bagout de leurs habitants. On en déduisait qu’en fin de compte ils étaient bien heureux ainsi, que « bon nombre d’habitants de Glasgow – comme les habitants de l’Europe Centrale et d’autres régions d’Europe – préfèrent les immeubles aux maisons individuelles »,44 que « la passion écossaise pour le système du tenement est le résultat de ce que les hommes de science appellent l’atavisme »,45 ou encore que :

  • 46 BAIRD in CAIRNCROSS, op. cit., p. 202.

« Scottish familles have long been accustomed to a standard of housing far below the standard for families in similar circumstances in England. The size-distribution of Scottish houses is not the outcome of some perverse wish to perpetuate overcrowding on the part of those who built or who own the houses; it reflects the preference of many Scottish families for small houses..., [due to] the force of tradition and inertia... They may be at a loss to make full use of the additional space... It is not too much to say, therefore, that much of the overcrowding in Scotland is attributable to the householders’own preferences. 46 »

38Analysant, en 1928, le comportement des locataires occupant les quelque 2 564 « slum clearance houses » construites depuis 1924, Miss Matheson, responsable de l’inspection des logements à la municipalité de Glasgow, fait justice de cette énième version du « charbon dans la baignoire » que l’on s’étonne de trouver sous la plume d’un universitaire :

  • 47 Cité dans « How the Slum Dwellers make Good - The Coal-in-the-bath Myth Exploded », Forward 12/5/19 (...)

« Slum clearance houses, as regards cleanliness and order, are placed into three categories: clean, fair and dirty... 64 % of the new tenants give complete satisfaction... Houses in the “fair” category amount to about 26 %. There remains a group, which may be roughly computed at about 10 %, who may be regarded as difficult or even incorrigible tenants..., [Among those] it is not uncommon to find that a girl of 14 or 15, where the mother is dead, has to do all the work... One also finds mothers of families endeavouring to earn money by going out scrubbing... In fact, the cases which fall into the frankly incorrigible class, where a notice has to be served and where an example has to be made in court, are comparatively few in number47. »

Le mouvement ouvrier et la crise du logement

  • 48 Royal Commission..., op. cit., III, p. 2230.

« So far as housing is concerned, we cannot but record our satisfaction that, after generations of apathy, the workers all over Scotland give abundant evidence of discontent with conditions that no modern community should be expected to tolerate. Industrial unrest, whatever its ultimate causes, undoubtedly is stimulated, directly and indirectly, by defective housing48. »

  • 49 Sir Frederick Banbury à la Chambre des Communes, cité dans I. McLEAN, op. cit., p. 25.

39Ces « preuves abondantes de mécontentement » avaient été fournies dès avril 1915 par les Glaswégiennes, traditionnellement chargées de la gestion du logement : elles déclenchèrent une grève des loyers, refusant de payer les augmentations que les propriétaires justifiaient par l’arrivée massive d’une main-d’œuvre allogène embauchée de toute urgence par les usines d’armement. En novembre, elles étaient plus de 20 000 à refuser de payer le nouveau loyer qu’on leur réclamait, encouragées par le Clyde Workers’ Committee, mais aussi par un certain nombre de gros employeurs, peu enclins à devoir compenser une augmentation des loyers par une hausse des salaires. De toute urgence, Lloyd George fut contraint de faire voter par le Parlement un Rent Restrictions Act qui maintenait les loyers à leur niveau d’avant-guerre, au grand dam de certains tories qui virent là « une violation de tous les principes de l’économie politique49 ». L’hyperbole ne saurait masquer qu’il s’agit en effet d’une brèche de taille dans le dogme de l’économie de marché.

40Outre qu’elle permit aux femmes d’être, pour la première fois dans l’histoire de l’Ecosse industrielle, les organisatrices d’un mouvement de masse, la grève des loyers de 1915 contribua à mêler dans un même combat « aristocrates » et ouvriers non-qualifiés. Certes, leurs conditions de logement n’étaient pas exactement les mêmes :

  • 50 J. MELLING, « Scottish Industrialists and the Changing Character of Class Relations in the Clyde Re (...)

« A Partick shipbuilding worker would emerge from the solid tenements of Dubarton Road to take the ferry across the Clyde to Govan or enter yards nearby. Below his housing were the less substantial dwellings reaching down to the waterside, whilst immediately above him were the elaborate stone flats of the artisans, foremen and small shopkeeping or professional people50. »

41Les romans qui ont pour cadre l’Ecosse urbaine regorgent de ces nuances entre quartiers, rues et immeubles « respectables » ou « communs ». Les tenements des quartiers Ouest de Glasgow — Govan, Partick, Yoker -, fiefs de la construction navale, étaient généralement mieux construits, mieux aérés et moins surpeuplés que ceux de l’East-End, dévolus au sous-prolétariat des usines textiles, qui avaient énormément souffert de la construction de backlands, c’est-à-dire d’immeubles construits dans la cour d’autres immeubles. A l’Ouest comme à l’Est, toutefois, tous ces tenements étaient des immeubles de location, leurs revenus en dents de scie interdisant aux ouvriers les mieux payés, ceux des chantiers navals, d’acheter leur propre logement. Quelle que fût sa qualification, tout ouvrier était donc, en 1915, menacé d’expulsion. Ce fut le mérite du Clyde Workers’Committee, mais aussi de la Glasgow Womens Housing Association fondée sous l’égide de l’I.L.P., d’organiser la résistance collective, par-delà les clivages du monde ouvrier, aux augmentations de loyer et, plus généralement, à l’idée que le logement était une marchandise comme une autre.

  • 51 Forward, 7/9/192.
  • 52 Sur la résistance aux expulsions, cf. McSHANE & SMITH, op. cit., pp. 136-7, 150, 232, et HANNINGTON (...)

42Pendant toute la période de l’entre-deux-guerres, le mouvement ouvrier écossais resta extrêmement vigilant face à la crise du logement, et en particulier face aux expulsions qui s’accroissaient parallèlement au chômage : la rent court de Glasgow eut à débattre d’environ 20 000 cas d’expulsion en 1928, d’environ 25 000 l’année suivante51. Une scène fréquente dans les rues de Glasgow, Dundee ou Edimbourg pendant cette période était celle d’un groupe d’habitants d’un quartier menés par quelques militants du N.U.W.M. s’opposant, au besoin par la force, à l’expulsion d’un voisin insolvable pour cause de chômage. En mai 1922, par exemple, des centaines de Glaswégiens, menés par Harry McShane, s’opposèrent à l’expulsion d’un chômeur, ce qui valut à McShane sept semaines de détention préventive. Acquitté grâce à un vice de forme, il fut, pour les mêmes raisons, condamné à six semaines en 1930. Il avait entretemps (mai 1923) été expulsé de son propre appartement : « J’avais toujours dit que les chômeurs devaient nourrir leur famille au lieu de payer le loyer, et c’est ce que je finis par faire moi-même » observe-t-il philosophiquement dans ses mémoires52.

Notes

1 A.K. CAIRNCROSS, ed., The Scottish Economy, Cambridge, C.U.E, 1954, p. 166.

2 Cf. Ibid., pp. 163-65, et JEFFERYS, op. cit., p. 209.

3 Cf. CAMPBELL, 1965, op. cit., p. 263, et ARNOT, op. cit., pp. 153-58.

4 GILLESPIE, op. cit., pp. 158-60.

5 TUCKETT, op. cit., pp. 158-64.

6 WALKER, op. cit., p. 95.

7 G. ORWELL, The Road to Wigan Pier, Londres, Gollancz, 1937, p. 80.

8 R.W.F. ALFORD, Depression or Recovery ? British Economic Growth, 1919-1939, Londres, Macmillan, 1972, p. 76 ; et J. STEVENSON, Social Conditions in Britain Between the Wars, Harmondsworth, Penguin, 1977, p. 25.

9 Cf. D.H.ALDCROFT, The Inter-War Economy : Britain, 1919-1939, Londres, Batsford, 1970, pp. 352, 364 ; G.D.H. COLE & R. POSTGATE, The Common People, 1746-1946, Londres, Methuen, 1971, (1e ed. 1938), pp. 555-56. ; MITCHELL & DEANE, op. cit., p. 345.

10 CUNNISON & SCOTT, The Industries of the Clyde Valley during the War, Oxford, Milford, 1924, p. 184.

11 Glasgow Savings Bank, Annual Report, 1918, p. II, et 1925, p. V.

12 J. STEVENSON, British Society, 1914-45, Harmondsworth, Pelican, 1984, p. 121.

13 La liste qui suit a été établie d’après les salaires indiqués dans CAIRNCROSS, GILLESPIE, JEFFERYS, POLLOCK, TUCKETT, op. cit., ainsi que T.G.W.U. Area no 7, Annual Report, 1926.

14 Moins de £1. Signalons qu’à la même époque un agent de la police glaswégienne débutait à £4 1/6 et gagnait £5 6/en fin de carrière, ce qui le mettait dans la même catégorie qu’un professeur de l’enseignement secondaire, un footballeur professionnel, un secrétaire régional du T.G.WU. ou un pasteur presbytérien (avec logement de fonction).

15 G. McALLISTER, James Maxton - The Portrait of a Rebel, Londres, John Murray, 1953, p. 121.

16 MCDOUGALL, op. cit., p. 2.

17 « Can a Man be Fed on 5/11 a week ? », Forward, 30/1/1926. D’après la Ministry of Labour Gazette, un quart (1,13l.) de lait coûtait alors 7d, une livre de bœuf à braiser 1/6, de porc 2/1.

18 Ministry of Labour Gazette, janvier 1926.

19 Arguant de ce qu’ils étaient pénalisés par rapport aux quartiers du West-End, qui ne prenaient qu’une part négligeable au fonds de secours aux nécessiteux, les conseillers de Poplar refusèrent de percevoir les impôts locaux, et furent en conséquence emprisonnés pendant un mois. Cf G. LANSBURY, My Life, Londres, Constable, 1928, pp. 155-62, et R. POSTGATE, The Life of George Lansbury, Londres, Longman, 1951, pp. 216-20.

20 Il en coûta £177 130 à la ville de Glasgow entre le 15 mai 1925 et le 15 janvier 1926 ; Cf Glasgow Trades and Labour Council, Annual Report, 1925-26, pp. 6-7.

21 Le nombre des personnes à charge passant dans le même temps de 286 à 1 136 (soit environ un « dépendant » par personne secourue contre environ 3 à Glasgow : nombre de chômeurs dundoviens étaient des femmes célibataires). Cf Dundee Evening Telegraph, 29/3/1925.

22 Chaque local employment committee était composé de trente membres choisis à parts égales parmi les employeurs et les syndicalistes locaux, plus un président nommé par le ministre du Travail. Pratiquement, la commission fonctionnait selon un système de rotation, trois membres (dont le président), officiant à chaque session.

23 A. DEACON, « The Politics of Unemployment Insurance in the 20s », in A. BRIGGS & J. SAVILLE, eds., Essays in Labour History, 1918-39, vol. 3, Londres, Croom Helm, 1977, p. 17.

24 Ibid., p. 30.

25 Cf. W. HANNINGTON, Unemployed Struggles, 1919-36, Londres, Lawrence & Wishart, 1936.

26 Les courts of referees avaient la même composition que les local employment committees.

27 STEVENSON, 1977, op. cit., p. 22.

28 Cité dans HANNINGTON, 1936, op. cit., p. 271.

29 WALKER, op. cit., p. 106.

30 Report of the Medical Research Council on Poverty among Scottish Children, H.M.S.O., Special Report Series no 101, 1926.

31 BOWIE, op. cit., p. 59.

32 MITCHELL & DEANE, op. cit., p. 37.

33 Cité dans Mc ALLISTER, op. cit., p. 125.

34 Forward 30/1/1926.

35 MIDDLEMAS, op. cit., p. 20.

36 James Stewart, député I.L.P. de Glasgow, cité dans W. BOLITHO, Cancer of Empire, Londres, Putnams, 1924, p. 17.

37 R. BAIRD, « Housing », in CAIRNCROSS, op. cit., p. 202.

38 Ibid., p. 203.

39 Report of the Royal Commission on Housing in Scotland H.M.S.O., 1918, Cd. 8731, p. 861.

40 Cité dans MIDDLEMAS, op. cit., p. 21.

41 Cité dans DICKSON, 1980, op. cit., p. 273.

42 Royal Commission on Housing in Scotland, op. cit., p. 346.

43 Lettre du 4/6/1925 à J.C.C. Davidson, chancelier du duché de Lancastre, citée dans R.R. JAMES, Memoirs of a Conservative, Londres, MacMillan, 1969, p. 197.

44 OAKLEY, 1946, op. cit., p. 252 ; pour une vision plus réaliste - quoique très bon enfant - de la vie dans les taudis glaswégiens entre les deux guerres, voir C. HANLEY, Dancing in the Streets, Londres, Hutchinson, 1958.

45 The English Review, mars 1926, p. 296.

46 BAIRD in CAIRNCROSS, op. cit., p. 202.

47 Cité dans « How the Slum Dwellers make Good - The Coal-in-the-bath Myth Exploded », Forward 12/5/1928 ; l’article se conclut ainsi : « Glasgow Corporation has been conducting this interesting experiment, which shows that the [coal-in-the-bath] argument is largely nonsense, and that the poorest of the poor respond to their new environment and become decent citizens and make good. » De fait, sur les 28 947 logements municipaux inspectés en 1927, seuls 194 furent jugés « sales » (Forward 30/6/1928).

48 Royal Commission..., op. cit., III, p. 2230.

49 Sir Frederick Banbury à la Chambre des Communes, cité dans I. McLEAN, op. cit., p. 25.

50 J. MELLING, « Scottish Industrialists and the Changing Character of Class Relations in the Clyde Region c. 1880-1918 », in DICKSON, 1982, op. cit., p. 93.

51 Forward, 7/9/192.

52 Sur la résistance aux expulsions, cf. McSHANE & SMITH, op. cit., pp. 136-7, 150, 232, et HANNINGTON, 1933, op. cit, pp. 71-74.

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540