Version classiqueVersion mobile

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Première partie. La condition ouvrière

Chapitre III. La qualification professionnelle, facteur d’hétérogénéité

Texte intégral

  • 1 M. Jim Reid, époux d’une tisseuse, cité dans KAY, op. cit., p. 41.

« There was a lassie who was a weaver in Halley’s, she was gettin’married, so she went doon to the Registrar to put her name down... and the man... says to her “Now – you’re a spinster?” And she says, “No, look I’m a weaver.” And he says, “No, look lassie, doon on this form put – you’re a spinster.” She says, “Dinna ca’me a spinster, because I’m a weaver.” So he says to her, “Look lassie, are you ignorant?” She says, “Aye, fower month!” 1. »

  • 2 The Socialist, mai 1911, p. 65.

« Next we come to the Engineers, the blue blood of the working-class, the aristocracy of labour, who added still further to their reputation which stinks in the nostrils of all honest men. After being virtually shamed out, they lived up to ASE ethics, deciding at a meeting of ASE members by a large majority to kow-tow to the firm by sending back their cards. Requiescat in pace2. »

L’aristocratie ouvrière

1Une grève qui échoue est un puissant révélateur des dissensions, voire des haines accumulées au sein du mouvement ouvrier. Au printemps de 1911, à Clydebank, une longue grève à l’usine de machines à coudre Singer échoua lorsque les ouvriers qualifiés syndiqués à l’Amalgamated Society of Engineers – les « aristocrates » de la citation – se désolidarisèrent de leurs camarades non-qualifiés en acceptant de remplir et d’envoyer à leur employeur une déclaration individuelle de reprise du travail. La colère et le mépris que manifeste à leur égard The Socialist, l’organe du Socialist Labour Party (qui avait déclenché et mené cette grève en collaboration avec l’International Workers of the World), n’est ni exceptionnelle, ni limitée à une période (l’avant-guerre), à un groupe (les partisans du syndicalisme d’industrie), à une région (la vallée de la Clyde) ou à une cible (les ouvriers qualifiés de la construction mécanique). On retrouve des termes tout aussi virulents sous la plume de John Sime, président de la Jute and Flax Workers Union lorsque les tisseuses du Mill and Factory Allied Trades Union refusèrent, en novembre 1919, de s’associer au boycottage du travail le samedi lancé près d’un an plus tôt par les fileuses de Dundee :

  • 3 Dundee Jute and Flax Workers’ Guide, janvier 1920.

« The “Aristocrats of Labour” are still looking down from their “high pedestal”. The jute workers have fought their own battle during the last ten years without the slightest assistance from the Tradesmen. They have fought the Saturday question as no Tradesmen’s Union in Dundee have ever fought any question... We are sincerely obliged... We say “Au Revoir” to them with the quotation, « Curses, like young chickens, come home to roost3. »

2La classe ouvrière écossaise formait-elle, au début du siècle, un ensemble homogène ? Si le fait de partager – à quelques différences près – les mêmes conditions de travail et de logement était un puissant facteur de nivellement, ainsi que nous le verrons au chapitre suivant, les deux cris de colère ci-dessus témoignent d’un antagonisme réel entre « aristocrates » et ouvriers du commun, qu’ils soient simples manœuvres (unskilled) ou ouvriers spécialisés (semi-skilled), d’autant que cette classification recouvrait souvent une rivalité entre protestants et catholiques. Manifeste avant et pendant la guerre, ce clivage entre deux catégories d’ouvriers survécut-il à la récession et aux bouleversements technologiques des années vingt ?

Compétence « vraie » et compétence « sociale »

  • 4 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 89.

3« As a shop-stewart I used to attend the Clyde Workers Committee meetings which were held in the Templars Halls in Ingram Street... It was a strange meeting, too – a couple of hundred engineering shop-stewards, all with their bowler hats, blue suits and rolled umbrellas, discussing the next policy to pursue » se rappelle Harry McShane4. Ainsi donc, les meneurs du mouvement qui fit trembler le gouvernement Asquith en 1915-1916 et fut à l’origine de la réputation révolutionnaire de la « Clyde rouge » s’habillaient comme des petits bourgeois. La contradiction qui est au cœur même de la notion « d’aristocratie ouvrière » ne saurait être plus apparente. Ceux qui se qualifiaient eux-mêmes de craftsmen, d’hommes de l’art, mettaient un point d’honneur à se distinguer vestimentairement du commun des ouvriers :

  • 5 Ibid., p. 42.

« Every member of the A.S.E. was a time-served man, and in the Union there was a stand-offish attitude : a sort of pride of craft, and a pride of union. The members really believed themselves to be the aristocrats of labour, and they dressed differently and better than other workers. Like all craftsmen they wore blue suits and bowler hats on week-ends but during the week they wore a deep-sea cap, like the ones they wore at sea. They all thought they were marine engineers5 ! »

  • 6 H. WILLIAMSON, « 50 Years in Dundees Stir and Strife », People’s Journal, 14/10/1922 ; cité dans WA (...)

4A l’autre extrémité des Lowlands industrielles, les tisseuses de jute de Dundee se gardaient bien de frayer avec les fileuses et les préparatrices. A en croire le révérend Williamson, président-fondateur de la Mill and Factory Operatives’ Union : « The millgirls (i.e. the spinners and preparers) took one side of the street and the factory girls (i.e. the weavers) the other... [The latter] are neat and smartly dressed to the tips of their gloves and their be ribboned hats... [The former] are a problem... fifty years ago they were a problem and they are a problem still6. »

5On aborde là une seconde contradiction : contrairement à leurs homologues de la métallurgie glaswégienne, les « aristocrates » de Dundee n’étaient pas de sexe masculin, n’avaient jamais suivi le moindre apprentissage, ne jouissaient d’aucune autonomie dans le procès du travail, et appartenaient généralement au même syndicat – le J.F.WU. – qu’une catégorie d’ouvrières unanimement reconnues comme leurs inférieures, les fileuses – alors même que le métier de ces dernières requérait une plus grande dextérité manuelle que le tissage : manifestement, les critères traditionnellement reconnus à Glasgow comme nécessaires pour conférer à un métallurgiste la qualité « d’aristocrate » n’étaient pas de mise dans l’industrie dundovienne du jute.

  • 7 F. POIRIER, « L’aristocratie ouvrière mid-victorienne : révisions », Encrages no 7, 1982, p. 70.
  • 8 Dundee Social Union, Report on Housing and Industrial Conditions in Dundee, Dundee, 1905, p. 49.

6De fait, comme le note François Poirier dans sa très fine analyse de la révision du concept « d’aristocratie ouvrière » opérée en 1980 par Charles More, « il y a la compétence technique ou « vraie », exigée par le type de technologie employée dans la production considérée, et la compétence « socialement construite », représentative de ce qu’employeurs et salariés ont obtenu les uns des autres en termes de statut social, de niveau et de mode de rémunération, de contrôle du travail, etc7 ». Leur situation de privilège par rapport aux fileuses qu’aucune compétence technique ne semblait justifier, les tisseuses la devaient à l’histoire : elles avaient hérité du statut de leurs prédécesseurs, les tisserands à domicile, qui leur avaient légué ces autres critères d’appartenance à l’aristocratie ouvrière que sont le salaire aux pièces, les perspectives d’avancement et surtout, en dépit de l’absence d’apprentissage, le recrutement fermé, gage de respectabilité. Selon un rapport de 1905, « tisseuses, dévideuses, bobineuses et mécaniciennes sont issues d’une classe quelque peu différente de celle dont proviennent les préparatrices et les fileuses8 ». De fait, se faire traiter de spinner constituait, pour une weaver, l’insulte suprême.

Les métiers « aristocratiques »

  • 9 T. BELL, Pioneering Days, Londres, Lawrence & Wishart, 1941, p. 14.

7Selon Tom Bell, au début du siècle, « les maçons et les mineurs constituaient l’aristocratie ouvrière9 ». A cette vision très restrictive, il convient d’ajouter plusieurs autres catégories de travailleurs : l’ensemble des ouvriers du livre ; dans le bâtiment, les charpentiers et les couvreurs, les plombiers, les zingueurs et les fumistes ; dans l’industrie textile, outre la main-d’œuvre employée au tissage, au bobinage et au dévidage, celle spécialisée dans la teinture et l’impression des étoffes, ainsi que les mécaniciennes sur machines à coudre et à tricoter ; le personnel roulant des chemins de fer ; les ouvriers fondeurs de la sidérurgie et ceux qui, dans la construction navale et la mécanique, possédaient une des qualifications suivantes : ajusteurs, tourneurs, fraiseurs, riveteurs, calfateurs, poinçonneurs, boudineurs, charpentiers et chaudronniers navals.

  • 10 J. HINTON, The First Shop Stewards’ Movement, Londres, G. Allen & Unwin, 1973, p. 23.
  • 11 J.H. TREBLE, « The Market for Unskilled Male Labour In Glasgow, 1891-1914 », in I. MacDOUGALL, Essa (...)

8Il est pratiquement impossible de déterminer avec précision le pourcentage exact que représentait l’ensemble de ces catégories par rapport au total des ouvriers écossais. Les recensements de population et de production classent les travailleurs par industries, et non par corps de métiers. Or, si l’ensemble des ouvriers du livre peut être considéré comme appartenant à « l’aristocratie ouvrière », tel n’est pas le cas des travailleurs du textile ou de la métallurgie. Même dans la construction navale et la mécanique, qui comptaient de loin le plus grand nombre de corps de métiers hautement spécialisés, les ouvriers qualifiés ne représentaient, en 1921, que la moitié des effectifs10. Quant aux statistiques syndicales, outre qu’elles ne portent que sur une partie de la main-d’œuvre industrielle écossaise, elles font la part belle aux aristocrates, bien plus massivement syndiqués que leurs camarades non-qualifiés. C’est dans la vallée de la Clyde que la concentration d’ouvriers qualifiés était la plus impressionnante : 70 % environ de la main-d’œuvre à la veille de la guerre. Dans tout le Royaume-Uni, seule Sheffield – qui fut, pendant la guerre, l’unique rivale de Glasgow pour le titre de « ville rouge » décernée par la presse populaire – s’approchait de cet énorme pourcentage11.

  • 12 Cf., entre autres, T. DICKSON, ed., Scottish Capitalism, Londres, Lawrence & Wishart, 1980, et Capi (...)

9Un débat très fructueux s’est engagé depuis quelque temps sur la notion « d’aristocratie ouvrière » – sur sa définition, sa fonction, son idéologie et, en dernière analyse, sur son existence même12. Toutes ces études portent sur la période qui va du milieu du xixe siècle – lorsque le terme fit son apparition – jusqu’au déclenchement de la Première Guerre. Or, justifiée ou non, cette dénomination – nous l’avons lue sous la plume de John Sime – était encore opératoire au lendemain de la guerre, faisait encore partie des catégories qui permettaient à un certain nombre d’ouvriers d’analyser leur situation. Correspondait-elle encore à la réalité sociale et économique de l’Ecosse ou n’était-elle plus qu’une métaphore morte, un vestige lexical plaqué de façon erronée sur une société en pleine mutation ?

10Pour tenter de répondre à cette question, il a semblé judicieux d’étudier l’évolution au cours de la décennie d’après-guerre d’un certain nombre de pratiques – dans les domaines du recrutement et de la formation, du mode de rémunération, de la syndicalisation, de l’autonomie du travail et des rapports avec le personnel d’encadrement et le patronat – traditionnellement considérés, depuis 1850 environ, comme les critères purement professionnels distinguant la frange supérieure de la classe ouvrière du commun des prolétaires.

L’apprentissage

Constructions mécanique et navale

  • 13 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 19.

11En 1907, ayant atteint l’âge requis de seize ans, Harry McShane entra en apprentissage chez Howden, un atelier glaswégien de construction mécanique. Dans sa simplicité, cette phrase est presque aussi extraordinaire qu’un énoncé comme : « M. Mandala Luthuli a été coopté membre du Rotary Club de Johannesburg ». Car le jeune McShane était catholique et, en vertu d’un accord tacite entre le patronat et l’A.S.E., « il était très difficile pour un catholique de devenir apprenti dans l’industrie mécanique13 ». Chez Howden, McShane apprit son métier au côté de tourneurs et d’ajusteurs qualifiés, tout en étant astreint à suivre des cours de mécanique théorique deux soirées par semaine. Il se vit également confier les responsabilités qui sont le lot de tout apprenti : préparer le thé, keeping nix (monter la garde pour avertir de l’arrivée d’un contremaître), ringing in (faire sonner les marteaux à l’occasion du mariage d’un collègue) et l’inévitable footing (payer une tournée).

  • 14 « They were put in for the experience and to be able to say later that they had served five years i (...)

12Au bout de trois ans, suite à une grève des apprentis qui entraîna son renvoi, il s’en alla poursuivre son apprentissage – he took his apprenticeship lines - chez Butter Bros., une firme où il apprit énormément car la plupart des tâches s’y effectuaient encore manuellement. Désireux, comme nombre de ses camarades, d’acquérir une expérience de la construction navale, il se fit ensuite embaucher au chantier Fairfield, où il passa trois mois à réviser les moteurs d’un cuirassé, puis paracheva ses cinq années de « servitude probatoire » (c’est ainsi que le règlement de l’A.S.E. désignait l’apprentissage) dans deux ateliers de mécanique de Glasgow. Preuve du prestige d’une telle formation : la présence, dans le groupe d’une trentaine d’apprentis recruté chez Howden, d’une dizaine de fils de bonne famille, nantis d’un diplôme d’études secondaires14.

  • 15 J.T. MURPHY, New Horizons, Londres, Lawrence & Wishart, 1942, p. 23.

13Cela ne fut toutefois pas suffisant pour enrayer une certaine érosion de l’apprentissage traditionnel, victime de l’apparition de nouvelles machines-outils. A partir de 1890, tourelles et tours revolvers automatiques rendent superflue la dextérité manuelle des tourneurs, machines à créneler et à affûter celle des ajusteurs, deux spécialités qui fournissent alors 80 % des adhérents de l’A.S.E. Ces tâches pouvant dès lors être effectuées par de simples ouvriers spécialisés, les employeurs deviennent moins regardants quant à la qualité de l’apprentissage, et ont tendance à confiner leurs apprentis dans des travaux de routine. Entré en apprentissage chez Vickers, à Sheffield, à la même époque, un autre futur dirigeant révolutionnaire, John Murphy, dut batailler ferme pour conserver à ses cinq années de « servitude » un tant soit peu de leur contenu de craft, de leur valeur technique15.

  • 16 A.S.E. Rules, 1864 ; cité dans Hinton, op. cit., p. 56.
  • 17 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 59.

14Cette volonté de conserver toute sa valeur à l’apprentissage – au même titre, selon l’A.S.E., que le médecin a intérêt à protéger la valeur de son diplôme16 – fut mise en échec par le progrès technologique et l’organisation scientifique du travail. Dès avant la guerre, plusieurs ateliers de constructions mécaniques avaient entrepris d’améliorer leur productivité en assignant à chaque ouvrier un poste de travail précis, où il était souvent cantonné dans des tâches répétitives. En 1913, par exemple, l’usine Weir de Cathcart était « a modern factory with men working in their own bays at their own benches and not moving around : every morning each man knew what job he was going to do during the day. The jobs were so ridiculously simple that anyone could do them17. »

15Le coup fut rude pour un système d’apprentissage fondé précisément sur l’initiation des débutants à toutes les techniques et à toutes les spécialités de la mécanique, d’autant que la dilution mise en place à partir de 1915 aggrava la parcellisation des tâches. En cette seconde année de la guerre, la « servitude probatoire » cessa définitivement d’être la voie royale d’accès à ce bastion de l’élite ouvrière qu’était l’A.S.E. : à partir de 1915 en effet, le syndicat des ouvriers les plus hautement qualifiés de la métallurgie fut contraint d’accepter dans ses rangs une majorité d’ouvriers qui n’avaient pas served their time, fait leur apprentissage.

  • 18 J.E. MORTIMER, History of the Boilermakers Society, vol. 2 ; 1906-39, Londres, G. Allen & Unwin, 19 (...)

16La crise de l’après-guerre accentua cette tendance d’une manière très nette. Même en période de plein emploi, en 1912, la Boilermakers’ Society n’avait pu obtenir de la Shipbuilding Employers’ Federation qu’elle acceptât un système d’indentured apprenticeship, d’apprentissage régi par une convention synallagmatique : les employeurs s’engageraient à ne recruter qu’un nombre limité d’apprentis et à les garder à leur service quelle que soit la situation du marché de l’emploi, le syndicat de son côté promettant de ne pas pénaliser les apprentis affectés, en cas de besoin, à des tâches ne relevant pas de leurs compétences. Les négociations échouèrent, les patrons voulant rester maîtres du nombre d’apprentis recrutés et de leur licenciement en cas de baisse de l’activité. A partir de 1921, la concrétisation de cette menace se traduisit par une chute brutale du nombre d’apprentis chaudronniers : En 1920, la B.S. comptait encore 15 000 adhérents dans l’ensemble de ses sections d’apprentis sur le territoire britannique. Quinze ans plus tard, ils étaient dix fois moins nombreux18.

Le charbon

  • 19 A. MOFFAT, My Life with the Miners, Londres, Lawrence & Wishart, 1965, p. 15.

17Dans les mines de charbon, l’apprentissage était moins long, moins réglementé (pas d’examens) et de caractère plus familial que dans la métallurgie et les chemins de fer. A la veille de la guerre, environ 6 000 garçons de 14 à 16 ans travaillaient dans les mines écossaises. Passé leur quatorzième anniversaire, peu de fils de mineurs échappaient à la descente au fond. L’apprentissage durait environ trois ans, le galibot apprenant généralement son métier de son père ou de son frère aîné, « qui s’assuraient qu’il reçût une formation complète dans tous les aspects du métier de mineur19 ». Après avoir été, dans un premier temps, confiné au remplissage et à l’acheminement des wagonnets – le herschage -, il s’initiait peu à peu à l’abattage du charbon :

  • 20 I. MacDOUGALL, ed., Militant Miners, Edimbourg, Polygon Books, 1981, p. 5.

« Miners at that time [1914] usually worked in pairs, a man and a youth. The man, called the face man or hand-got man, won the coal, secured the roof, built the wooden pillars to form the roadway, and laid rails along which were moved the wooden hutches or tubs, each holding 9, 10 or 11 hundredweights of coal. The youth, called the filler and drawer, filled, or shovelled, the coal won by the face man into the hutch or tub. After pushing or drawing the hutch to the “lie” or wheel-brae, the youth, by means of a detachable steel chain wound round a pulley, sent the full hutch down the incline toward the pit shaft, and by gravitation the movement of the full hutch pulled up an empty one for filling... The filler and drawer had to make sure that each hutch he despatched carried his face man’s token or pin-number, so that a record could be kept at the pithead of the payment due per ton. He also helped the face man with the work at the face, and gradually served his “apprenticeship” in this way. The filler and drawer was usually paid a day-wage, whereas the face man was normally a piece-worker. I worked for three years as a filler and drawer before becoming a face man at the age of seventeen20. »

  • 21 McSHANE & SMITH, op. cit, p. 136.

18Notons les guillemets dont John McArthur, mineur à Buckhaven, dans le Fife, dote le terme d’apprenticeship. Il ne s’agit pas en effet d’une période de « servitude probatoire » officiellement reconnue ; aucun certificat d’apprentissage n’est requis pour adhérer, par le biais d’un syndicat régional – Fife Miners Union, Lanarkshire MU, etc. -, à la Miners Federation of Great Britain. Il n’existe donc aucune possibilité d’interdire l’accès de la profession aux « indésirables » catholiques : les mines écossaises employaient nombre de Polonais, de Lithuaniens et surtout d’Irlandais, massivement recrutés à partir de 1870. Tandis que McShane déplorait, en 1975, que « les permanents catholiques de l’Amalgamated Union of Engineering Workers soient encore rares en Ecosse... Dans le temps, presque tous les permanents du syndicats étaient protestants, parce que presque tous les apprentis étaient protestants21 », le syndicat des mineurs britanniques était dirigé par deux Ecossais communistes descendants de catholiques irlandais, Lawrence Daly et Mick McGahey (président de la section écossaise). Un demi-siècle plus tôt, l’appareil de l’I.L.P. glaswégien était déjà tenu par deux anciens mineurs catholiques nés en Irlande, John Wheatley et Patrick J. Dollan.

19Dans les mines aussi, le progrès technologique va considérablement réduire l’intérêt d’une formation généraliste. L’apprentissage tel que le connut McArthur au début de la guerre visait à faire de lui un mineur polyvalent, à même de mener à bien toutes les opérations d’extraction du charbon, et donc, dans une large mesure, maître de l’organisation de son travail :

  • 22 MacDOUGALL, 1981, op. cit., p. 6.

« My father was one of the old school of mining, a highly skilled picksman... Old miners like my father were carefully trained men that performed the complete operation of a miner. They undercut coal, kept enlarging the cutting until they would get four or five feet undercut. Then they would use a hand-boring machine, bore holes, make up their own explosives and blow the coal down, then form the roadway, help fill off the coal, and secure the roof. Every part of the process of mining was performed by the picksman who was a face man22. »

20Au lendemain de la guerre, l’extension du recours à la haveuse entraîne une parcellisation du travail à la fosse. La somme des opérations traditionnellement effectuées par le picksman – le haveur -, pour lesquelles il avait été initié au maniement de toute une gamme d’outils (rivelaines, forets, masses, marteaux, coins, etc.), fut, au fur et à mesure de l’introduction de la coal-cutting machine, répartie entre les hole-borers — les boute-feux - chargés de creuser les galeries à coups de dynamite, les brushers – boiseurs et raccommodeurs - du second poste, chargés des travaux de remblai, d’étayage, de réparation et de préparation des grosses besognes, et les strippers qui, munis d’un pic, d’une masse et d’une pelle ramassent le charbon abattu par la haveuse.

21Dans une telle organisation du travail, l’apprentissage n’a plus guère de sens. Pour monnayer leur savoir-faire, les haveurs formés avant la guerre ne peuvent qu’adopter une stratégie de fuite devant l’apparition des haveuses mécaniques, cherchant de l’embauche dans les puits non encore touchés par la mécanisation. Même les plus militants d’entre eux ne peuvent faire taire une certaine condescendance envers cette nouvelle catégorie de mineurs, les strippers, dont la seule qualification réside dans leur musculature, leur « échine de baleine », ainsi que l’écrivait, à la veille de la grève générale de 1926, un syndicaliste des mines du Fife, John Proudfoot, faisant part au dirigeant communiste G. Allen Hutt de ses inquiétudes – qui se révéleront non fondées – quant à l’utilisation potentielle des jeunes mineurs en tant que briseurs de grève :

  • 23 bid., p. 277.

« In Scotland, where more than 51 % of the production is by coalcutters, the clause re youths is a very important one. No exceptional skill is required, only an aptitude to swing a no 9 shovel, coupled with a whale bone back, and as the tendency amongst young miners is to “get dug into it” (as far as work is concerned), you can appreciate the move of the owners23. »

22Notons toutefois que, même si les boiseurs héritèrent du prestige des haveurs, cette spécialisation des tâches ne se traduisit pas par la constitution d’une nouvelle aristocratie de la mine : avant la guerre comme après, tous les mineurs de fond, quelle que fût leur spécialité, savaient fort bien qu’ils risquaient de terminer leur carrière, silicosés ou accidentés, sur le carreau de la mine, dans un poste de jour de machineur ou de moulineur voire, tâche essentiellement féminine, de cribleur. Cette conscience aiguë de la précarité de toute qualification face à l’omniprésence de la maladie et de l’accident constituait – avec la solidarité qu’exigeaient le travail au fond et la vie dans les corons – un puissant facteur d’homogénéisation au sein de la communauté minière.

Le jute

23En 1927, un prêtre de Dundee, consterné par l’absence de surveillance des enfants ayant achevé leur scolarité et dont les deux parents travaillaient, conduisit une délégation de membres du clergé auprès des industriels du jute. Leur objectif était de convaincre ces derniers d’introduire un système d’apprentissage dans leur entreprise. Le vœu des ecclésiastiques ne fut pas exaucé : l’industrie textile, en particulier celle du jute, offrait un bel exemple de ce que les Webb appelaient une « industrie parasite », dont le professeur Walker souligne ainsi la caractéristique principale :

  • 24 WALKER, op. cit., p. 85.

« It employed males only to that age when, following customary patterns, they would acquire parental responsibility and would require wages to discharge that responsibility... Having enjoyed the services of lads who performed the work of men without the wages of men, the industry by then unloading them upon society was in effect parasitic24. »

24De fait, les petits shifters évoqués plus haut n’apprenaient pas un métier : arrivés en âge d’exiger un salaire d’adulte, la plupart d’entre eux – environ 800 chaque année - étaient licenciés. Seule une petite minorité était embauchée à la filature ou à la préparation. A partir de 1923 toutefois, l’introduction de métiers à filer à quatre fuseaux entraîna, nous l’avons vu, la constitution d’équipes de nuit, composées essentiellement d’hommes.

25Nous restons là dans le domaine de la filature : il n’existait aucune passerelle entre mill et factory, entre filature et tissage. La très forte communauté irlandaise de Dundee, presque entièrement catholique, était concentrée à Lochee, un quartier de filatures. Le comité provisoire de la Jute and Flax Workers’ Union, fondée en 1906, rassemblait dix ouvrières dundoviennes ; une seule d’entre elles portait un nom irlandais, aucune n’était domiciliée à Lochee : la hiérarchie de ce nouveau syndicat était monopolisée par les tisseuses. Par contre, sur les dix fileuses choisies pendant la grève de 1923 pour témoigner à l’occasion d’une enquête du ministère, huit portaient un nom indubitablement irlandais, et un prénom vraisemblablement catholique. On trouve donc bien, en dépit de l’absence d’apprentissage, un type de recrutement fermé au sein de cette aristocratie des métiers du jute que constituait le tissage, chasse-gardée protestante.

Salaire horaire, salaire aux pièces

Le jute

  • 25 Mme Sarah Craig, fileuse, citée dans KAY, op. cit., p. 40.

« [The weavers] were different frae us altogether. They were on piecework, an’they wore a hat, an’they wore gloves. Whaur, the like o’us, we were low mill hands an’we used tae just rin wi’wir jeckits on – nae hats or gloves... An if ye said tae them An whit is your occupation ?’- ‘Oh, I’m a weaver,’ Ye see that distinction wis there, even among the workin’folk there was a distinction25. »

  • 26 WALKER, op. cit., p. 45.

26En 1906, une fileuse gagnait, en moyenne, 16 % de moins qu’une tisseuse sur métier simple, 21,5 % de moins qu’une tisseuse sur métier double26. Traditionnellement, les premières étaient payées à l’heure, les secondes – les « aristocrates » – à la tâche. Comme dans les autres industries, la guerre resserra la fourchette des revenus. Mis en place en décembre 1919 à partir d’un projet élaboré deux ans plus tôt, le Jute Trade Board négocia d’emblée une revalorisation du salaire horaire des fileuses, dès lors modulé en fonction du nombre de fuseaux dont elles étaient responsables. L’année suivante, suite à la chute de la demande, les salaires des ouvrières du jute furent diminués dans une proportion égale pour les fileuses et les tisseuses. Le différentiel les séparant resta stable pendant toute la période de l’entre-deux-guerres.

Le charbon

  • 27 « No two sections are alike... The coal takes “bends” hard and soft, and the result is that (outsid (...)
  • 28 Ibid., p. 14. Notons que ce système, généralisé dans les charbonnages britanniques, avait été comba (...)

27Si sa seule dextérité permettait à une tisseuse de gagner plus qu’une autre, il n’en allait pas de même dans l’industrie houillère. On y retrouve certes la même distinction entre rémunérations horaires et aux pièces : les travailleurs les moins qualifiés (herscheurs, cribleuses) ou déqualifiés comme les ex-mineurs de fond estropiés employés sur le carreau, payés à l’heure, gagnaient en moyenne deux fois moins que leurs collègues rémunérés à la tâche – au yard de galerie creusé et étayé ou au quintal de houille extrait. Outre la capacité professionnelle intervenait donc dans les gains du mineur de fond la plus ou moins grande difficulté de la taille à laquelle il était assigné27. Outre les jalousies qu’il pouvait susciter, ce système du « chacun pour soi » (« l’individu étant sous contrat direct avec son employeur ou son porion, et travaillant en conflit avec ses collègues28 ») constituait un obstacle majeur à la tactique syndicale de limitation de la production, souvent battue en brèche par les exploits de tel ou tel prédécesseur de Stakhanov. John Proudfoot en faisait le constat désabusé en 1925 :

  • 29 Ibid., p.216. On retrouve un problème identique chez les maçons, dont les tentatives pour limiter l (...)

« We have tried without success to establish a “darg”, that is, a limited number of tubs per shift. In almost every section can be found a man who is bribed by the manager with the offer of a job with perquisites who will “break the darg” by fdling more coal and the inevitable result has been a visit to the section by the manager, individual interviews with the men. “So and so can fill a certain number of tubs, his “place” is no better than yours, you had better get a move on — or move out.” That and the aim “to get as much as I can” results in the serving of notices of reduction. I remember one section I was in in the Welleseley – we had 2/9 per quantity of 23 cwts (with 10 % of output deducted for dirt, unknown to us...) I along with two or three others wanted 3/3 per quantity and we, to force the manager’s hand, agreed to fill only 16 tubs per shift. The section was double-shifted and we on our shift, fore shift, did not exceed the agreed “darg”, but a bright lad on the back shift filled 24 tubs and busted the show29 .»

La construction mécanique

  • 30 HINTON, op. cit, p. 87.

28Ces inconvénients du travail à la tâche avaient été perçus très tôt par le syndicat le plus puissant – car représentant les ouvriers les plus hautement qualifiés, et donc les plus difficiles à remplacer – de l’aristocratie ouvrière, l’Amalgamated Society of Engineers, qui avait obtenu, dès 1870, que ses membres fussent payés à l’heure. Par contre, les ouvriers spécialisés recrutés à partir de 1890 pour travailler sur les nouvelles machines-outils l’étaient aux pièces. Les employeurs faisaient ainsi d’une pierre deux coups. D’une part, ils avivent les tensions entre « aristocrates » et ouvriers moins qualifiés : la fourchette des salaires se rétrécit de façon progressive avant la guerre, très nette après l’introduction de la dilution. Il n’est pas rare en 1917 que le salaire d’un ouvrier spécialisé employé à la fabrication d’obus soit supérieur à celui du mécanicien qualifié chargé de préparer la machine, de fabriquer les outils et, plus généralement, de superviser le travail du premier. Le salaire moyen d’un manœuvre dans la construction mécanique, qui ne représentait que 59 % du salaire moyen d’un ouvrier qualifié en juillet 1914, atteint la proportion de 75 % en avril 191930.

29D’autre part, les employeurs contraignent les « aristocrates » à accepter un certain degré de déqualification : afin de maintenir le différentiel de revenus les séparant de leurs collègues semi-qualifiés, les premiers sont amenés, en nombre croissant, à augmenter leur salaire horaire de base en travaillant une partie de la journée sur machine-outil, contribuant ainsi à l’objectif patronal de généralisation du travail répétitif.

  • 31 Minutes of Evidence to the Committee on Production, H.M.S.O., 1925, p. 543.

30Conséquence : l’importance croissante des négociations au niveau de l’usine ou de l’atelier. Par principe, l’A.S.E. reste opposée au salaire aux pièces, mais elle obtient, à partir de 1916, l’octroi d’une bonification – lieu rate – versée aux ouvriers qualifiés dépassant les quota de production, grâce à laquelle ces derniers rattrapent un peu du terrain perdu par rapport aux manœuvres : en 1924, un mécanicien qualifié gagne en moyenne £2 16/10 par semaine (1914 : indice 100 ; 1924 : 146,5), un manœuvre £2 0/3 (indice 184,5) 31. Négocié entreprise par entreprise, le taux de cette bonification est l’une des causes essentielles du rôle croissant des délégués d’atelier.

La construction navale

  • 32 Ibid.
  • 33 MORTIMER, op. cit., p. 136.

31Dans la construction navale également, mais à un degré moindre que dans la mécanique – la première ne connut ni la dilution, ni les bouleversements technologiques qui affectèrent la seconde – les années de guerre entraînèrent un resserrement de l’éventail des salaires. En 1924, le salaire hebdomadaire moyen d’un charpentier naval était de £2 15/6 (1914 : indice 100 ; 1924 : 134), celui d’un manœuvre de £1 18/6 (indice 168) 32. De même que la rivalité entre ouvriers à la tâche et à l’heure aida le patronat de la construction mécanique à implanter les machines-outils, elle permit à celui de la construction navale d’imposer la flexibilité du travail. Au tournant du siècle, seuls les travailleurs les plus hautement qualifiés – et les mieux payés – de cette industrie, les boilermakers, étaient encore rémunérés à la tâche. Les réductions de salaires de mars et septembre 1921 les ayant atteints plus durement que leurs collègues payés à l’heure, la Boilermakers’ Society conclut, en juillet 1922, un accord avec la Shipbuilding Employers’ Federation aux termes duquel « piece work prices... shall be such as will enable a workman of average ability to earn at least 33 1/2 % over time rates33. »

32Il fut indirectement remis en question l’année suivante lorsque le patronat voulut renégocier les accords nationaux régissant le recours aux heures supplémentaires dans le sens d’une plus grande souplesse : alors que la B.S. y était fermement opposée, les autres syndicats de la construction navale y voyaient un moyen d’augmenter les revenus de leurs membres. Aussi, seule de tous les syndicats adhérant à la Engineering and Shipbuilding Trades Federation, la B.S. refusa-t-elle de signer l’accord conclu avec la S.E.F. en avril 1923. Il est vrai qu’il privilégiait, dans le calcul du taux de l’heure supplémentaire, les ouvriers payés à l’heure au détriment de leurs camarades aux pièces.

33Exclue de la E.S.T.F., la B.S. dut subir, seule, un long lock-out d’avril à novembre 1923, au terme duquel elle fut contrainte d’accepter l’extension des heures supplémentaires, assortie toutefois de la promesse de négociations sur les difficultés particulières que cela entraînait pour les travailleurs aux pièces. Elles aboutirent en juillet 1924 avec la signature d’un compromis allant dans le sens d’une plus grande flexibilité des horaires de travail. Confrontée à cette dégradation progressive du statut de ses membres, naguère aristocrates parmi les aristocrates, la B.S. hésita encore plus de dix ans avant de renoncer à ce dernier vestige de sa splendeur passée, le salaire aux pièces. En 1937, tous ses membres passèrent à un salaire horaire.

L’autonomie dans le procès du travail

  • 34 « Engineering Workers : Electrician », in POLLOCK, op. cit., p. 221.
  • 35 A Herbert Ltd., Monthly Review and Stock List, déc 1915 ; cité dans HINTON, op. cit., p. 97.

34La mésaventure survenue à un électricien naval dans un chantier de Clydebank au lendemain de la guerre nous éclaire sur son statut : sa boîte à outils ayant été dérobée, la direction refusa de le dédommager, et il ne réussit jamais à se reconstituer une panoplie entière34. Pour le craftsman, sa qualification – y compris son outillage – est sa propriété, comme le capital est la propriété de son patron. Compte tenu de ce postulat de base, il entend pouvoir organiser et accomplir son travail selon son jugement, à partir du cahier des charges qui lui est présenté. C’est à lui que doit revenir, selon les termes d’un bulletin d’entreprise, « The final choice of the operative details by which the job is to be done, and to some extent of the tools he is to use... It is a matter of pride on the part of all skilled operators to have a few tools ground by themselves to their own special shapes and angles ; these tools they keep jealously locked away in their toolchests or cupboards35. »

  • 36 BELL, op. cit., p. 63.
  • 37 R.Q. GRAY, The Labour Aristocracy in Victorian Edinburgh, Oxford, O.U.P., 1976, p. 76.

35De même qu’il est propriétaire de ses outils, l’ouvrier qualifié entend bien rester maître – dans les limites, bien entendu, des horaires réglementaires – de son temps de travail. Pour les fondeurs de l’aciérie du Lanarkshire où travaillait Tom Bell, « c’était une règle syndicale de s’octroyer un temps de repos de quinze minutes pour “se rafraîchir” après la coulée36 ». Un maçon dont le bras était déjà armé, paré à frapper, laissait symboliquement choir son marteau à mi-course si le signal de la pause survenait à cet instant précis37. Quant aux métallurgistes de la Clyde, ils avaient mis au point une façon encore plus frappante de mettre à leur service les lois de la gravitation universelle :

  • 38 McSHANE & SMITH, op. cit, p. 42.

« By tradition it was the engineers who “tossed the brick” at the end of the Fair Holiday and the New Year. On the first day after the tenday holidays, two or three hundred workers would meet outside the factory gate. One of them, one of the best known, even a freemason, would toss a brick in the air. If the brick didn’t come down we would start work, but if it did we would take another day’s holiday. Everyone would come to the gate just in case there was a start, and then we would go home. It wasn’t a one-day strike – we just weren’t very keen on working. Tossing the brick was a common practice in the engineering shops until the war broke out38. »

  • 39 MacDOUGALL, 1981, op. cit, p. 6.

36De fait, toutes ces affirmations symboliques d’autonomie datent d’avant 1914 : la marge de manœuvre dont disposait l’ouvrier qualifié dans l’organisation de son travail résista mal au développement puis à la généralisation des nouvelles techniques induites par la guerre. Sans aucun doute, le bouleversement le plus complet – nous l’avons vu – atteignit les mineurs de charbon. La réaction des haveurs traditionnels face aux simples « ramasseurs de charbon » qu’étaient devenus — selon eux – leurs collègues travaillant dans le sillage de la haveuse mécanique est bien mise en évidence par cette réflexion de John McArthur : « Unlike the picksmen-miners like my father, the strippers were careless about the condition in which they left the coal face since it was not their sole responsibility39. »

37« Leur seule et entière responsabilité » : c’est également sur cette pierre de touche qu’est fondé le prestige des « aristocrates » de la métallurgie. Un tract publié en 1919 par deux des leaders du Clyde Workers Committee oppose fort clairement « responsabilité » à « automatisation », et appelle les ouvriers de la mécanique à lutter pour la défense de leur autonomie dans le procès du travail – en d’autres termes, à résister à la réduction du craft labour en commodity status, à s’opposer à leur propre réification :

  • 40 J.R. CAMPBELL & W. GALLACHER, Direct Action, Glasgow, 1919, pp. 5-7.

« Under the guise of “scientific management” the Capitalists are introducing into industry schemes for dividing operations, and making the labour of the workers more automatic. The result of this tendency is to deny the worker responsibility, rob him of initiative, and reduce him to the level of some ghastly, inhuman, mechanical puppet. The Capitalist idea of more “automatic” workers is bound to conflict with the workers’ aspirations for greater responsibility, greater initiative and democratic control of industry. The two are absolutely incompatible... The struggles of the Capitalists to impose their ideal on the workers will be met by the workers increasing their effort to get rid of the tyranny that is crushing them. Today the worker is merely a living tool... it is against this industrial degradation that the workers are beginning to struggle. The Servile State or Industrial and Social Democracy? That is the choice that circumstances are presenting to the workers40. »

38La première grande firme mécanique à introduire « l’organisation scientifique du travail » en Ecosse fut, en 1913, l’entreprise Weir de Glasgow-Cathcart. Deux ans plus tard, William Weir allait même jusqu’à embaucher une cinquantaine d’ouvriers spécialisés américains formés aux méthodes de Bedaux. La longue grève qui s’ensuivit ne put empêcher les ouvriers qualifiés de cette firme, puis de la construction mécanique dans son ensemble, de subir un processus rapide de déqualification. Rassemblées au sein du Clyde Workers’ Committee, les victimes de cette mutation tentèrent de reconquérir un certain degré d’autonomie – et de dignité – dans le procès du travail en exigeant, selon les termes de leur leader David Kirkwood, un « nouveau statut” :

  • 41 Forward, 29/12/1917.

« The worker at present occupies a subjected position in the workshop – a position that is degrading to his manhood and makes him a poorer-spirited citizen than if he occupied in the workshop some degree of independence. The worker has no voice in fixing his starting hour, his meal hour or his stopping time... the value of the product of his labour or the manner of its disposal, or with the sanitary conditions of his workshop, or anything associated with or arising from his labour. The workers must have a new status... I don’t think the workers in any particular industry should absolutely run and control that industry as this might enable them to exploit the remainder of the community41. »

39Cette profession de foi cogestionnaire laissa indifférents les travailleurs de la construction navale : épargnés par la mécanisation et la dilution, ils ne participèrent pratiquement pas au Clyde Workers’ Committee. De fait, la seule autre ville britannique où fut formé un Workers’ Committee, Sheffield, était une cité de mécaniciens qui ne pouvait, et pour cause, s’enorgueillir du moindre chantier naval. Le manque de combativité des travailleurs de l’industrie navale s’explique aisément : en 1915, tandis que les spécialistes les plus directement menacés par la mécanisation et la dilution – tourneurs, ajusteurs, outilleurs – formaient plus de la moitié des ouvriers qualifiés dans le secteur métallurgique britannique, ils n’en représentaient que 28 % dans la construction navale, où 49 % des effectifs possédaient une qualification difficilement « diluable » : riveteurs, calfateurs, chaudronniers, charpentiers, etc.

40La survie de ce dernier corps de métier, logiquement condamné à disparaître avec l’apparition des coques métalliques au milieu du xixe siècle, illustre l’accord passé entre patronat et syndicats pour maintenir le craft system. Contrairement aux chantiers américains et allemands qui, dès le dernier tiers du siècle, investirent dans des équipements de levage électriques, pneumatiques et hydrauliques, les chantiers britanniques continuèrent à utiliser les méthodes traditionnelles de manipulation des matériaux. Plutôt que de s’équiper en grues, par exemple, on continua de recourir aux bons vieux treuils, poulies et autres échafaudages. L’emploi des charpentiers était ainsi préservé et, surtout, l’industrie restait labour intensive plutôt que capital intensive, s’épargnant le risque de frais généraux démesurés en cas de récession.

41La même convergence d’intérêts perpétua l’immobilisme de l’industrie à travers la crise de l’entre-deux-guerres. L’exemple le plus frappant, nous l’avons vu, est celui de la soudure, patronat et syndicats ne tenant guère à la généralisation de cette nouvelle technique, les premiers par crainte d’une grève-bouchon provoquée par un petit nombre de soudeurs, les seconds parce qu’elle menaçait directement la qualification et l’emploi des riveteurs, perforateurs, poinçonneurs et calfateurs. Contrairement donc aux travailleurs de la construction mécanique, la grande majorité des ouvriers qualifiés de l’industrie navale ne subit pas de déqualification, et réussit à préserver une large autonomie dans le procès du travail.

La belle ouvrage

42Le militant révolutionnaire Harry McShane n’est pas peu fier de sa compétence professionnelle, et des liens privilégiés qu’elle lui vaut avec son patron :

  • 42 McSHANE & SMITH, op. cit, p. 88.

« The company wanted to keep me on because there was one job that only I could do. There were some ships on the dock bound for France, and the inspectors insisted that the engines be tested to 2 000 pounds hydraulic pressure. The engines ran perfectly, but the screws in the valves wouldn’t hold under that pressure and quite a few engineers left it. When I was put on it I took the valves to pieces, ground down the bronze plate between them in about five minutes, trimmed the stems, and put them back. When the inspectors tried again, the screws held. I did it at night and I never told them how, because so many other engineers had failed. The result was that if I wasn’t in the works at difficult points the manager would send for me42. »

  • 43 D. KIRKWOOD, My Life of Revolt, Londres, Harrap, 1935, p. 168.

43La scène a lieu en 1916, alors même que McShane consacre ses soirées – du moins lorsqu’il n’est pas en train de réparer en solitaire les moteurs de navires destinés à aller combattre le Hun – à présider des réunions pacifistes. On ne saurait mieux mettre en évidence la contradiction fondamentale qui est au cœur de la notion de « belle ouvrage ». Elle n’épargne pas non plus un autre militant révolutionnaire et pacifiste, co-fondateur du Clyde Workers’ Committee, David Kirwood : en janvier 1918, ce mécanicien qualifié se vit confier par son patron (William Beardmore) le soin de diriger la production de la National Projectile Factory, à Glasgow-Mile End – et Kirkwood de souligner fièrement dans ses mémoires qu’à la fin de la guerre « Beardmore lui offrit le meilleur chapeau qui se puisse trouver à Glasgow pour [le féliciter d’] avoir battu tous les records de production43 ».

  • 44 MacDOUGALL, 1981, op. cit., p. 70.

44Flagrante dans le cas de ces deux pacifistes qui contribuaient à l’effort de guerre, l’ambiguïté était la même pour tous les ouvriers qualifiés de la métallurgie et de la mine, que leur position à la frange supérieure de la classe ouvrière mettait en situation de rejoindre les rangs d’une catégorie particulièrement honnie des ouvriers, celle des contremaîtres. Le dilemme est particulièrement aigu dans l’industrie houillère. Le mineur de fond en mal de responsabilités se trouve en effet confronté à une alternative : soit devenir un véritable « petit patron » en se faisant nommer contractor par le directeur du puits, soit défendre les intérêts de ses camarades en se faisant élire checkweigher. Chargés de contrôler le poids du charbon extrait par les mineurs de fond – qui les élisaient et les rémunéraient -, ces derniers s’opposaient fréquemment au patron, en particulier sur les définitions de « houille » et de « poussière de charbon ». Pour la plupart militants syndicaux, ils « mettaient à profit la sécurité et l’influence que leur procurait leur situation pour développer le syndicat44 ». En revanche le contractor – sorte de porion indépendant – était on ne peut plus clairement du côté patronal :

  • 45 Ibid., p. 6. Sur les mineurs écossais au début du siècle, voir aussi le roman de W McILVANNEY, Doch (...)

« The contractor worked under the employer and himself employed men. He was paid either so much per ton his men produced, or so much per person he employed – so much the lamp, as the miners said. The contractor system was a vicious one, for the contractor was used by the employers to chase on the men, speed up their rate of working, carry tales back to the employer, and act as a buffer between him and the men. The miners’unions in all the coalfields of Britain were constantly campaigning for an end to the contractor system. It was gradually overcome, but was not finally abolished until the establishment of the N.U.M. and the advent of nationalisation at the end of World War II45. »

45Dans la métallurgie, il existait une structure informelle de promotion au rang de contremaître à partir du vivier des craftsmen, tradition que les succès de l’industrie avaient confortée. Pour s’assurer la loyauté de ce personnel intermédiaire, le patronat d’avant-guerre lui proposait un certain nombre de services, par l’intermédiaire de friendly, guild et honorary societies (pensions, obsèques, loisirs, parfois logement), destinés à les tenir à l’écart de la tentation syndicale. Dans une telle relation patriarcale en effet (renforcée par le statut de patriarche dont jouit l’ouvrier au sein de sa propre famille), privilégiant les rapports d’homme à homme, il n’y a pas de place pour l’action collective que prônent les syndicats, fussent-ils corporatistes. C’est ainsi que David Kirkwood fut renvoyé de la forge de Parkhead pour son activité syndicale au cours du lock-out de 1897, pour y revenir triomphalement peu après le début de la guerre, lorsque se fit sentir la pénurie d’ouvriers qualifiés. Mieux encore : aux termes d’un accord d’octobre 1914, Parkhead devint pratiquement une closed-shop, où les délégués d’ateliers remplissaient de facto la fonction de personnel d’encadrement. Cela ne dura que le temps d’une guerre :

  • 46 W. GALLACHER, The Rolling of the Thunder ; Londres, Lawrence & Wishart, 1947, p. 34.

« In 1918 the then Chairman of the A.S.E... informed a meeting of members in Glasgow that as a result of the successful negociations with the Government the engineers, for their loyalty and patriotism, were going to be given a new “high status” when the war was over. But the war was not long over when they discovered that they were going to get new low wage-rates – and even “status” was to be denied them, for the employers gave them to understand through the fight in regard to “managerial functions” that neither the lads in the shops nor Unions representing them were going to have any say of any kind on how the factories were to be run. “Managerial functions” were the sole prerogative of the employers46. »

  • 47 J. STIRLING, « Steel Works », in J. COMMON, ed., Seven Shifts, Londres, Secher & Warburg, 1938, p.  (...)

46Après l’armistice en effet, tous les ateliers de construction mécanique se mirent au diapason des établissements Weir. L’organisation scientifique du travail ne souffrant guère les glissements de fonction, les ouvriers, y compris les plus qualifiés d’entre eux, redevinrent de simples exécutants « drifting through large workshops in two years or so, spending a month here, six weeks there, going over every department, learning “workshop control”, developing themselves to be managers sometime in the future47. »

47Ainsi privés de tout espoir de promotion interne, les délégués d’ateliers de la construction mécanique relancèrent en 1919 le Clyde Workers’ Committee autour d’une revendication de contrôle ouvrier. Corporatiste pendant les années de guerre, leur mouvement devint dès lors révolutionnaire. Rejetés clairement dans la classe ouvrière par le refus patronal de leur accorder le moindre droit de regard sur la gestion et l’organisation de l’entreprise, les leaders du C.W.C. s’adressent, en 1919, à tous les travailleurs de la métallurgie, quel que soit leur degré de qualification. De même ce sidérurgiste du Lanarkshire ne fait-il aucune distinction entre ouvriers qualifiés, O.S. et manœuvres lorsqu’il explique, en 1924, ce qu’il entend par « contrôle ouvrier » :

  • 48 Ibid.

« Once it is admitted that the workers have the brains, there is no justification for special treatment of organizers as compared with manual workers... I do not pretend that every worker is qualified to run a factory, or that every worker could be trained to run one ; but most workers could be trained to discuss and solve organizing problems, and a high percentage could run large factories better than the present organizers do48. »

Notes

1 M. Jim Reid, époux d’une tisseuse, cité dans KAY, op. cit., p. 41.

2 The Socialist, mai 1911, p. 65.

3 Dundee Jute and Flax Workers’ Guide, janvier 1920.

4 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 89.

5 Ibid., p. 42.

6 H. WILLIAMSON, « 50 Years in Dundees Stir and Strife », People’s Journal, 14/10/1922 ; cité dans WALKER, op. cit., pp. 44-45.

7 F. POIRIER, « L’aristocratie ouvrière mid-victorienne : révisions », Encrages no 7, 1982, p. 70.

8 Dundee Social Union, Report on Housing and Industrial Conditions in Dundee, Dundee, 1905, p. 49.

9 T. BELL, Pioneering Days, Londres, Lawrence & Wishart, 1941, p. 14.

10 J. HINTON, The First Shop Stewards’ Movement, Londres, G. Allen & Unwin, 1973, p. 23.

11 J.H. TREBLE, « The Market for Unskilled Male Labour In Glasgow, 1891-1914 », in I. MacDOUGALL, Essays in Scottish Labour History, Edimbourg, J. Donald, 1978, pp. 115-42.

12 Cf., entre autres, T. DICKSON, ed., Scottish Capitalism, Londres, Lawrence & Wishart, 1980, et Capital and Class in Scotland, Edimbourg, J. Donald, 1982 ; J. FIELD, « British Historians and the Concept, of the Labour Aristocracy », Radical History Review, no 19, 1978-79 ; J. FOSTER, Class Struggle and the Industrial Revolution, Londres, 1974 ; R.Q. GRAY, The Labour Aristocracy in Nineteenth-century Britain, Londres, Macmillan, 1981 ; E.J. HOBSBAWM, Labouring Men, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1964 ; H.F. MOORHOUSE, « The Marxist Theory of the Labour Aristocracy », Social History, vol. 3, 1978 ; C. MORE, Skill and the English Working Class, 1870-1914, Londres, Croom Helm, 1980 ; F. POIRIER, op. cit., pp. 68-77 et « Marx et l’aristocratie ouvrière britannique », Les Cahiers d’Encrages, no 2, vol. 2, janvier 1985, pp. 36-48.

13 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 19.

14 « They were put in for the experience and to be able to say later that they had served five years in engineering. They had no intention of working at the tools ; they wanted supervisory jobs, and soon became managers later on. » Ibid.

15 J.T. MURPHY, New Horizons, Londres, Lawrence & Wishart, 1942, p. 23.

16 A.S.E. Rules, 1864 ; cité dans Hinton, op. cit., p. 56.

17 McSHANE & SMITH, op. cit., p. 59.

18 J.E. MORTIMER, History of the Boilermakers Society, vol. 2 ; 1906-39, Londres, G. Allen & Unwin, 1982, p. 263.

19 A. MOFFAT, My Life with the Miners, Londres, Lawrence & Wishart, 1965, p. 15.

20 I. MacDOUGALL, ed., Militant Miners, Edimbourg, Polygon Books, 1981, p. 5.

21 McSHANE & SMITH, op. cit, p. 136.

22 MacDOUGALL, 1981, op. cit., p. 6.

23 bid., p. 277.

24 WALKER, op. cit., p. 85.

25 Mme Sarah Craig, fileuse, citée dans KAY, op. cit., p. 40.

26 WALKER, op. cit., p. 45.

27 « No two sections are alike... The coal takes “bends” hard and soft, and the result is that (outside machine runs) the men are not earning alike, with the consequent bitter feelings towards those who are more or less lucky with “good” places. » MacDOUGALL, 1981, op. cit, p. 216.

28 Ibid., p. 14. Notons que ce système, généralisé dans les charbonnages britanniques, avait été combattu avec succès par les mineurs de fer du Cumberland. Cf. Ibid., pp. 13-15.

29 Ibid., p.216. On retrouve un problème identique chez les maçons, dont les tentatives pour limiter la quantité maximale de briques scellées chaque jour étaient régulièrement battues en brêche par l’embauche de travailleurs non-syndiqués.

30 HINTON, op. cit, p. 87.

31 Minutes of Evidence to the Committee on Production, H.M.S.O., 1925, p. 543.

32 Ibid.

33 MORTIMER, op. cit., p. 136.

34 « Engineering Workers : Electrician », in POLLOCK, op. cit., p. 221.

35 A Herbert Ltd., Monthly Review and Stock List, déc 1915 ; cité dans HINTON, op. cit., p. 97.

36 BELL, op. cit., p. 63.

37 R.Q. GRAY, The Labour Aristocracy in Victorian Edinburgh, Oxford, O.U.P., 1976, p. 76.

38 McSHANE & SMITH, op. cit, p. 42.

39 MacDOUGALL, 1981, op. cit, p. 6.

40 J.R. CAMPBELL & W. GALLACHER, Direct Action, Glasgow, 1919, pp. 5-7.

41 Forward, 29/12/1917.

42 McSHANE & SMITH, op. cit, p. 88.

43 D. KIRKWOOD, My Life of Revolt, Londres, Harrap, 1935, p. 168.

44 MacDOUGALL, 1981, op. cit., p. 70.

45 Ibid., p. 6. Sur les mineurs écossais au début du siècle, voir aussi le roman de W McILVANNEY, Docherty, Londres, George Allen & Unwin, 1975, 324 p. (Presses Universitaires de Grenoble, trad. C. Civardi, 1994).

46 W. GALLACHER, The Rolling of the Thunder ; Londres, Lawrence & Wishart, 1947, p. 34.

47 J. STIRLING, « Steel Works », in J. COMMON, ed., Seven Shifts, Londres, Secher & Warburg, 1938, p. 91.

48 Ibid.

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search