Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Première partie. La condition ouvrière

Chapitre II. Le travail

Full text

Les conditions de travail

1Le grief le plus souvent formulé par les ouvriers de l’entre-deux-guerres à propos de leurs conditions de travail ne concerne ni la pénibilité, ni le danger de leurs taches, mais l’hygiène : effectuer un travail pénible et dangereux n’est pas en soi dégradant, le faire dans un environnement repoussant équivaut à être traité comme du bétail.

  • 1 « Textile Worker », in M.A. POLLOCK, ed., Working Days (Being the Personal Records of Sixteen Worki (...)

« The absence of cloakrooms and dining rooms is a very great inconvenience. In a great many cases factory workers, and especially spinners, have to partake of their meals inside the mill. You will find them sitting about either on the floor or on bobbing cans eating their bread-and-butter from their laps amidst dust, grease, oil and waste... The older people have become so used to this method of mealing that some of them resent the setting up of dining-rooms1. »

2C’est en premier lieu dans l’industrie textile, à la main-d’œuvre essentiellement féminine, qu’un certain nombre d’employeurs s’attacha à améliorer l’environnement du travail, non sans éveiller une certaine méfiance chez leurs employés, certes satisfaits des progrès de l’hygiène au travail, mais souvent agacés par le paternalisme qui les accompagnait. John Sime, président de la Jute and Flax Workers Union, ne manquait pas une occasion de ridiculiser la touchante sollicitude des filateurs pour le bien-être de leurs ouvriers :

  • 2 Dundee Jute and Flax Workers’Guide, mai 1923 ; cité dans W.M. WALKER, Juteopolis : Dundee and its T (...)

« A concert was held on tuesday in Campberdown works Welfare Institute. The concert was inflicted upon the members of the Institute at the instigation of the football club. The General Manager of the establishment was presented with a fountain pen (it will be useful when she is writing up the names of “blacklegs” and sending “chits” instructing who is graciously to be allowed to work and who is not). It is not stated whether she is trainer, secretary... or bath attendant to the footballers2. »

3Point de garçons de bains en revanche dans les mines de charbon, où les douches ne feront leur apparition qu’avec la nationalisation. Si l’on connaît les risques qu’entraîne le travail au fond, exacerbés par la rémunération à la tâche – 2 878 mineurs tués en Grande-Bretagne en 1924, 487 442 blessés ou silicosés–, on oublie souvent qu’il était également très dangereux de travailler dans les entrailles moites, obscures et polluées d’un navire en construction. Le jour même de leur embauche, deux électriciens d’un chantier naval de Clydebank furent témoins d’un accident du travail :

  • 3 « Engineering Workers : Electrician », in POLLOCK, op. cit., p. 216.

« We were at work on a cargo boat... the iron plates were rusty and painters were busy “red-leading”. The noise of hundreds of riveters was deafening. About 3 000 workers were busy aboard the ship. We were given a job down in the bowels of the ship, far below the water-level : to run and fix heavy lead-covered cables... This meant working in badly-lighted compartments, in which the air was foul and heavy with lead. The temporary ventilation system was inadequate to keep the ship free from foul air. Red lead was being constantly applied to the iron, and the accumulation of all kinds of dirt and filth did not add anything pleasant to the atmosphere. It was extremely warm below and the only daylight we saw was during the hour we had for the midday meal... On the first morning, three engineers had been blown to pieces, the explosion occurring on opening the manhole of a tank in which foul air had accumulated3. »

  • 4 « [The miners] subscribed a penny or two a week in order to maintain their own independent doctor, (...)
  • 5 A.S.L.P.G.B.I., Half-yearly Reports, mai 1920.
  • 6 T.G.W.U., Area no 7, Area Committee Minutes, 1919-31.

4Afin de parvenir à faire reconnaître telle ou telle maladie comme étant liée à leur activité professionnelle, les ouvriers d’une entreprise sont souvent contraints de cotiser afin de s’assurer les services d’un expert médical impartial. Cela est particulièrement vrai des mineurs4. Accidents du travail et maladies professionnelles coûtent cher aux syndicats. Sur le millier de livres qui figure dans la colonne « dépenses » des sections d’Aberdeen, Dumfries, Dundee, Edimbourg, Glasgow, Greenock et Kirckaldy de l’Amalgamated Society of Lithographic Printers of Great Britain and Ireland pour le premier semestre de 1920, plus du cinquième consiste en « allocations de maladie » – autant qu’en « allocations de chômage » 5. Entre 1920 et 1930, le district no 7 (l’ensemble de l’Ecosse) du Transport and General Workers’Union consacra en moyenne 15 % de son budget en « prestations aux membres » (fonds de bienfaisance, assistance juridique, amendes pour excès de vitesse, maison de convalescence et, surtout, indemnités de maladie) 6.

  • 7 « My father and I were sent to a section in the pit that was undercut by a coal-cutting machine. Th (...)

5De fait, quel que soit le syndicat, on note une stabilité des prestations de maladie tout au long de la décennie d’après-guerre. C’est que le progrès technologique, s’il a parfois entraîné une amélioration des conditions d’hygiène au travail, s’est surtout traduit par un net accroissement de la pénibilité des tâches. Dans les mines de charbon par exemple, la haveuse mécanique permet de mettre à nu des tailles jusqu’alors inexploitables, contraignant le mineur à manier le pic tout en se livrant à de pénibles exercices de reptation7. Dans l’industrie textile, la généralisation à partir de 1923 de nouveaux métiers plus performants se traduit par une très nette accélération des cadences :

  • 8 POLLOCK, op. cit., p. 234.

« Work inside the factory is much harder than it used to be owing to the great speeding up of machinery. The toil is now almost ceaseless; the machinery demands constant attention... Whether spinner or weaver, the textile operatives are on their feet from the first turn of the wheel in the morning till the last turn in the evening. Their feet are never still, their hands always full of tasks, and their eyes always on the watch. For 48 hours a week year in and year out one is expected to keep up to the great machine monsters. One looks with wonder at the automatic looms of today which stop just at the right moment and dispose of the empty shuttle, pick up a full one and restart... One is inclined to think “what a boon to the worker”; but this is not the case, because a weaver of ordinary looms tends two, but an automatic weaver tends four with very little difference in wages. This is one of the many cases where invention exploits the worker8. »

La durée du travail

  • 9 J. FREMONTIER, La vie en bleu, Paris, Fayard, 1980, p 211.

« La “culture bourgeoise” perçoit le temps comme une structure homogène. On ne s’endimanche pas. On fait du sport les jours de semaine... La “culture ouvrière”, elle, appréhende la durée comme une structure binaire : elle fait alterner le quotidien et l’extra-quotidien. Parce que le travail lui vole son Temps, l’ouvrier a besoin d’affirmer la délicieuse spécialité du non-travail, du Temps épargné9. »

6C’est à la lumière de cette dichotomie fondamentale dans la perception ouvrière du temps qu’il faut comprendre l’attitude des ouvrières dundoviennes du jute en août 1922. A l’occasion d’un referendum organisé par la Jute and Flax Workers Union, elles s’opposèrent massivement à la proposition patronale d’une semaine de travail de 48 heures payées l’équivalent de 55 à condition qu’elles consentissent à retravailler le samedi matin : ce qui leur importait avant tout, ce n’était pas tant la durée quotidienne du travail que sa répartition sur l’ensemble de la semaine. Les journées de travail étant de toute façon du « temps volé », autant les perdre complètement si cela pouvait permettre de bénéficier de deux journées entières de liberté.

7Depuis deux générations, ces tisseuses et fileuses avaient l’habitude de pointer à l’usine à six heures du matin, puis de faire un saut chez elles, pendant la pause du petit-déjeuner, pour s’occuper de leurs enfants. Aussi l’attraction d’une journée de travail commençant à 7 h 45 leur apparaissait-elle bien faible par rapport au sacrifice d’un samedi matin bien à elles – d’autant que, les premières dans l’histoire du mouvement ouvrier britannique, elles avaient obtenu en mars 1918, profitant de la demande militaire pour les sacs de jute dont elles détenaient le monopole de la fabrication, une semaine de 40 heures de travail au lieu des 55 traditionnelles avec une perte de salaire correspondant à 5 heures. Aussi n’est-ce qu’en mars 1920 qu'elles durent, face à l’effondrement de la demande, au lock-out déclenché par certains employeurs et à l’attitude du secrétaire de leur syndicat, John Sime, qui jugeait « barbare » de pointer à 6 heures (ce qui ne l’empêcha pas de soutenir loyalement la position de ses mandantes aussi longtemps que possible), se résigner à accepter une semaine de travail de 48 heures réparties sur cinq journées et demi, compromis qui allait rester en vigueur pendant vingt-cinq ans.

Les conquêtes de l’immédiat après-guerre

  • 10 Forward 1/5/1926.

8L’expérience des tisseuses de Dundee correspond à celle de la quasi-totalité des travailleurs écossais pendant l’entre-deux-guerres. Les revendications maximalistes de la brève période de boom qui suivit le conflit débouchèrent sur des compromis représentant un réel progrès par rapport à la situation antérieure, et la question de la durée du travail cessa d’être prioritaire : quelques jours avant le déclenchement de la grève générale de 1926, le congrès annuel du S.T.U.C., réuni à Inverness, repoussa par plus des deux-tiers des mandats une motion réclamant la semaine de 44 heures – qui figurait pourtant parmi les revendications du T.U.C. réuni en congrès à Glasgow en... 1892. « Soyons réalistes », plaida en substance le président du congrès, Joe Duncan, arguant que s’il défendait une telle revendication auprès de ses mandants de la Scottish Farm Servants’ Union, astreints à une semaine de 50 heures, ils ne manqueraient pas de lui demander s’il « n’était pas en train de les mener en bateau ». Il fit donc adopter une motion réclamant la semaine de 48 heures10.

  • 11 STUC, Annual Report, 1918, p. 53.

9Or huit ans plus tôt, en avril 1918, le congrès du S.T.U.C. s’était déjà opposé à la revendication rituelle des 44 heures présentée par son président, Hugh Lyon, de la Scottish Horse and Motormens Association, mais pour adopter – par 77 voix contre 51 à une motion, présentée conjointement par le Parliamentary Committee du S.T.U.C. et le Scottish Advisory Committee du parti travailliste, réclamant une semaine de 40 heures – la motion du Trades and Labour Council de Glasgow, présentée par son délégué Emmanuel Shinwell comme « la première mesure de reconstruction de l’après-guerre », exigeant l’instauration d’une semaine de 30 heures de travail11.

10Dans les chantiers navals et ateliers de construction mécanique britanniques, la durée hebdomadaire du travail était alors de 54 heures : pointage à 6 h, pause de 45 minutes à 9 h pour le petit-déjeuner, d’une heure à 12 h 30 pour le déjeuner, sortie à 17 h 30 ; le samedi, travail de 6 h à 12 h. Harry McShane évoque ainsi les petits matins de sa jeunesse :

  • 12 Anon., Glasgow 1919, Glasgow, The Molendinar Press, 1979, non paginé. 12

« I had been starting at 6 a.m. since the age of fourteen. This meant getting up at five and starting at half past five. You didn’t eat anything until nine when there was a forty-five minute break and then you worked until 5.30 p.m. The 6 a.m. start was an unearthly start. Boys and girls, men and women, everybody started then, whatever the industry12. »

  • 13 Alias « The Allied Trades » : A.S.E., Boilermakers’ Society, Blacksmiths’ Society, Ship Constructor (...)
  • 14 I. McLEAN, The Legend of Red Clydeside, Edimbourg, J. Donald, 1983, p. 114.

11Encore ceux qui commencent effectivement à 6 heures font-ils figure de privilégiés : pour les ouvriers des immenses chantiers navals de la Clyde, la journée de travail pouvait se trouver allongée d’une bonne demi-heure du fait qu’ils devaient pointer à l’endroit précis de leur affectation, parfois fort éloigné de l’entrée du chantier. Immédiatement après l’armistice, l’Amalgamated Society of Engineers et les Federated Engineering and Shipbuilding Unions’13 avaient négocié avec le patronat une réduction de la durée du travail de sept heures par semaine. Cet accord devait entrer en vigueur le 1er janvier 1919. Or, tandis que l’exécutif national de l’A.S.E. déclarait que « la concession d’une semaine de quarante-sept heures sans réduction des salaires comptera parmi les plus grands triomphes du syndicalisme britannique », entraînant ainsi l’adhésion des deux-tiers du demi-million de syndiqués qui prirent part au vote national sur l’opportunité de cet accord14, les délégués de l’Ecosse de l’Ouest s’y opposèrent : leurs mandants ne voulaient pas d’une journée de travail ne comportant plus qu’une seule pause et, surtout, le Clyde Workers Committee – sur lequel nous reviendrons plus en détail aux chapitres IV et XXI – ressuscité pour la circonstance, propageait la revendication d’une semaine de trente heures.

  • 15 Glasgow Trades and Labour Council, Annual Report, 1919, p. 9.
  • 16 Ibid.

12Réunis à Glasgow le 18 janvier 1919, huit cents shop stewards, délégués des ateliers et chantiers navals de la Clyde, mais aussi d’Edimbourg, Rosyth, Dumfries, Grangemouth et Bathgate votèrent sur trois propositions : 13 shops and yards se prononcèrent en faveur de la semaine de 47 heures prévue par l’accord national, 83 pour une semaine de 40 heures, et 104 pour une semaine de 30 heures15. Afin de soutenir cette revendication, l’ensemble des délégués présents lança un mot d’ordre de grève générale pour le 27 janvier. Craignant d’être débordé sur sa gauche, le S.T.U.C. dut se résoudre à s’associer à cette grève qu’il jugeait pourtant prématurée, mais parvint à en modérer l’objectif : il serait plus réaliste de revendiquer « une semaine de quarante heures pour tous les ouvriers, ce qui constituera une expérience en vue de résorber le chômage. Si la semaine de 40 heures ne procure pas les résultats escomptés, nous exigerons une réduction plus importante de la durée du travail » 16.

  • 17 J.E. MORTIMER, History of the Boilermakers’ Society, vol. 2, 1906-39, Londres, George Allen & Unwin (...)

13Restée dans la mémoire collective comme un soulèvement bolchevique à cause de l’envoi intempestif de tanks à Glasgow, cette grève de quinze jours fut en fait un demi-échec. Limitée aux ouvriers qualifiés de la métallurgie des usines et chantiers navals de la Clyde, qualifiée de « sauvage » par l’exécutif national de l’A.S.E., elle se solda par un compromis qui ne faisait que reprendre dans ses grandes lignes l’accord national : semaine de 47 heures, travail le samedi matin. En juillet, la Boilermakers’ Society revint à la charge. Consultés, ses membres se prononcèrent à une écrasante majorité (17 000 contre 300) pour la revendication immédiate d’une semaine de 44 heures. En vain : l’exécutif de la B.S. eut beau faire circuler un message de Samuel Gompers, président de l’American Federation of Labor, affirmant, lettre de Henry Ford à l’appui, que la semaine de 44 heures avait accru la productivité dans les chantiers navals américains, les autres syndicats de la métallurgie, le T.U.C. et le S.T.U.C. firent la sourde oreille. Quant à la General Federation of Trade Unions, elle qualifia cette revendication « d’irréaliste » 17.

  • 18 A. TUCKETT, The Scottish Carter, Londres, G.A. & U., 1967, p. 155.
  • 19 RS. BAGWELL, The Railwaymen, Londres, G.A. & U., 1963, p. 398.
  • 20 A.S.L.P.G.B.I., Half-yearly Reports, déc. 1919 ; et Glasgow Trades and Labour Council, Annual Repor (...)

14Engagés dans une négociation prometteuse lorsque la grève pour les quarante heures fut déclenchée, les charretiers et les chauffeurs de la Scottish Horse and Motormens Association s’en retirèrent au bout de trois jours, découragés par la défection de la Municipal Employees Association qui syndiquait les traminots ainsi que le personnel de la centrale électrique de Pinkston, qui alimentait le réseau des tramways glaswégiens. Poursuivant leur négociation séparée, ils obtinrent une semaine de 48 heures au lieu des 62 h 30 auxquelles ils étaient jusqu’alors astreints18. Les cheminots s’étaient également tenus à l’écart du mouvement glaswégien. Une grève nationale de neuf jours en septembre-octobre 1919, organisée par la National Union of Railwaymen et soutenue par l’Associeted Society of Locomotive Engineers and Firemen permit au personnel roulant de conserver la semaine de 48 heures, sans diminution de salaire, qu’il avait obtenue dix mois plus tôt19. Telle était également la durée du travail hebdomadaire des travailleurs de l’imprimerie et du bâtiment. En 1925, ces derniers obtinrent, après sept semaines de grève, une semaine de 44 heures20.

  • 21 McLEAN, op. cit., p. 118.

15Manifestement, le ralliement contraint et forcé du S.T.U.C. à la grève pour les quarante heures ne suffit pas à gommer les réticences des appareils syndicaux, dues non pas tant à la revendication en soi qu’à sa formulation et à sa popularisation par de simples délégués d’atelier, les shop stewards, et au déclenchement de la grève malgré l’opposition déclarée de l’exécutif national de l’A.S.E. C’est dans ce contexte qu’il faut interpréter le refus des mineurs de s’y associer (« l’exécutif de la National Union of Scottish Mine Workers se dissocie totalement de cette grève fantasque »), alors même qu’ils s’engageaient dans un combat parallèle21.

Les mineurs : de la victoire à la défaite

16Les mineurs écossais travaillaient alors huit heures par jour (sans compter le temps qu’il leur fallait pour descendre au fond et en remonter), six jours par semaine lorsqu’ils étaient d’équipe de jour (de 6 h du matin à 14 h), cinq jours la suivante, lorsqu’ils faisaient la back shift de 14 h à 22 h. Reprenant à son compte les grandes lignes d’un tract rédigé en 1912 par l’Unofficial Reform Committee of the South Wales Miners, The Miners Next Step, largement diffusé depuis lors, la Miners Federation of Great Britain présenta dès janvier 1919 ses revendications à Lloyd George : nationalisation de l’industrie, participation des mineurs à sa gestion, semaine de trente heures. Devant la menace de grève qui accompagnait ces exigences, le Premier ministre chargea une Commission Royale paritaire (six membres agréés par la Fédération des Mineurs, six par l’Association des Propriétaires de Mines), sous la présidence du juge Sir John Sankey, de proposer des remèdes aux difficultés des charbonnages britanniques.

17Présenté en juin par Sir John et les représentants des mineurs, le rapport majoritaire prônait la nationalisation des mines et la journée de sept heures. Arguant du défaut d’unanimité au sein de la commission, le gouvernement ne tint qu’à moitié la promesse écrite faite peu avant par Bonar Law, Lord du Sceau Privé et leader des conservateurs au sein du Cabinet de coalition (le gouvernement « est prêt à appliquer les recommandations du rapport de Sir John dans leur esprit comme dans leur lettre ») : le Coal Mines Act de novembre 1919 (encore avait-il fallu une grève des mineurs en octobre pour contraindre le gouvernement à déposer le projet de loi) ne touchait pas à la propriété des mines, mais réduisit effectivement d’une heure la journée de travail des mineurs.

  • 22 Pour une analyse du rapport Sankey, cf. G.D.H. COLE, Labour in the Coal-mining Industry, 1914-21, O (...)

18Toutefois, alors que le rapport Sankey envisageait une nouvelle réduction d’une heure par jour « si la situation économique de l’industrie houillère le justifiait », ce fut le contraire qui se produisit22. Les tentatives répétées des propriétaires de mines d’imposer diminution des salaires et allongement de la journée de travail furent à l’origine de la grève générale de mai 1926 puis, suite à son échec, du lock-out de sept mois qui laissa les mineurs sans autre choix que le retour à la journée de huit heures, assorti d’une nette diminution des salaires. En dépit du Coal Mines Act travailliste de 1930 fixant leur journée de travail à sept heures trente, les mineurs terminaient la décennie plus mal qu’ils ne l’avaient commencée.

  • 23 Glasgow T.L.C., Annual Report, 1925-26, p. 4.

19Une seule autre catégorie – en partie nouvelle, et à la frange de la classe ouvrière – connut semblable mésaventure : les conducteurs de véhicules routiers, victimes de la croissance rapide du transport par la route des marchandises et des personnes et de leur faible taux de syndicalisation, tant à la S.H.M.A. qu’au T.G.W.U. Dans des conditions de concurrence anarchique, il n’était pas rare, pour un conducteur d’autocar ou de camion, de passer douze heures sans interruption au volant, et de faire des semaines de 60 à 72 heures. Les deux syndicats qui les représentaient tentèrent en vain de négocier un maximum de 48 heures.23 Il fallut attendre le Road Traffic Act de 1930 pour qu’il devînt illégal d’employer un chauffeur routier pendant plus de onze heures sur vingt-quatre, avec une pause obligatoire après cinq heures trente de conduite ininterrompue.

Le travail de nuit

20A la lecture de la presse ouvrière, des minutes et rapports du S.T.U.C., de divers syndicats et Trades and Labour Councils, force est de constater l’absence presque totale de référence au travail de nuit, à celui des enfants et, dans une moindre mesure, aux congés payés. Le travail de nuit n’est guère évoqué que dans les récits autobiographiques. Ainsi, d’un électricien naval :

  • 24 POLLOCK, op. cit., p. 219.

« The night work was a terrible business. We worked a twelve-hour shift... It was all work and sleep. We had to be in the works at 6 p.m. and did not leave them until 6 a.m. This left us twelve hours in which to go to and from work, clean off the grease and filth, rest, and partake of our meals. Mixing with our friends was impossible... Literature, music, lectures, or any of the other things that make life agreeable to an intelligent being, were to us something that seemed so far back and so far ahead24. »

21Haut fourneau oblige, le travail posté était de règle dans la sidérurgie. Pendant toute la période de l’entre-deux-guerres, le rythme du travail fut le même pour tous les sidérurgistes : une semaine d’équipe du matin (de 6 h à 14 h), la suivante d’après-midi (de 14 h à 22 h), la troisième de nuit (de 22 h à 6 h), soit trois postes de huit heures, alors que jusqu’en 1919 la règle était de deux postes de douze heures.

22Là encore, l’impossibilité de mener une vie sociale normale est cruellement ressentie :

  • 25 Ibid., p. 174.

« These changes of shifts interfere with the social side of a blast-furnaceman’s life, and really leave him one week in three in which to partake of social amenities. Saturdays and Sundays are the same as Mondays and Tuesdays to the blast-furnaceman, and there are no statutory holidays which he is allowed to take. His work is dully, deadly, and monotonously regular25. »

  • 26 MORTIMER, op. cit., p. 143.

23Pourquoi, tout en étant ressenti comme profondément anti-social par ceux-là même qui y étaient astreints, le travail de nuit n’était-il pas contesté par les organisations syndicales ? Un premier élément de réponse est fourni par l’accord conclu en juillet 1924 entre la Boilermakers Society et la Shipbuilding Employers Federation à propos des heures supplémentaires : tout en dénonçant le « recours systématique » à cet expédient et en limitant – « sauf accord spécial » – leur nombre à trente par mois et par ouvrier, les signataires prennent soin de préciser : « In the following cases however, viz. ship-repairing, launches, trial trips, work subject to tidal considerations, breakdown work, plant installation and plant repairs, agreed urgency and emergency, and linking-up dayshift and nightshift, there shall not be any restriction of overtime. 26 »

24Bref, tous les prétextes sont bons – des deux côtés – pour arrondir les fins de semaine et rentabiliser au maximum les installations : on pouvait fort bien militer pour la semaine de quarante heures, voire de trente, tout en sachant qu’il était vital pour l’économie écossaise que les hauts-fourneaux fonctionnent à feu continu, que les métiers à tisser soient amortis et les navires livrés à temps. D’ailleurs, sauf dans l’industrie houillère, où les royalties versées aux propriétaires terriens leur restent en travers de la gorge, les syndicats ne dénoncent jamais les « super-profits patronaux ». C’est ainsi qu’à l’occasion d’une commission paritaire sur les coûts de production dans la construction navale constituée en 1924 par la Shipbuilding Employers’Federation et la Federation of Shipbuilding and Engineering Trades, les délégués syndicaux proposèrent d’obtenir, par une action gouvernementale au niveau international, une réduction de la durée du travail dans les chantiers étrangers, semblant par là même reconnaître implicitement que leur propre semaine de travail était, vu la menace d’un dépôt de bilan, incompressible.

Les congés

25On retrouve cette modération due à la crainte d’un effondrement de pans entiers de l’industrie écossaise dans le domaine des congés payés. De fait, les seuls à profiter du boom de l’immédiat après-guerre pour obtenir une semaine de congés payés furent les cheminots, les traminots et les travailleurs de l’imprimerie. Quant aux travailleurs directement engagés dans la production, la récession raya ce rêve de leurs revendications. Aussi trouve-t-on dans tous les budgets de familles ouvrières de l’entre-deux-guerres une rubrique « économies en vue des vacances ». En moyenne, toutes branches confondues, les ouvriers avaient droit à deux semaines de congés sans salaire : une dizaine de jours l’été et quelques jours au Nouvel An (Noël n’étant pas férié). Les plus privilégiés étaient les Glaswégiens qui, outre une dizaine de jours de congés à l’occasion de la Glasgow Fair, début juillet, bénéficiaient en général d’une bonne semaine pour préparer le Nouvel An – le fameux Hogmanay – et se remettre de ses effets.

Le travail des enfants

  • 27 WALKER, op. cit., p. 82.
  • 28 Jack London a consacré l’une de ses nouvelles prolétariennes (« The Apostate », 1906) à la rébellio (...)
  • 29 Une chanson de l’époque édouardienne évoque le travail de ces petits Dundoviens : « Oh dear me, the (...)

26Pratique courante dans l’ensemble des industries pour les enfants de plus de quatorze ans, le travail des plus jeunes était confiné dans l’industrie textile, en particulier celle du jute. En vertu du « système du mi-temps », un écolier ayant atteint l’âge de dix ans pouvait, grâce à une dérogation du school-board, partager sa semaine entre fabrique et école, qu’il avait le droit de quitter définitivement deux ans plus tard à condition d’être titulaire du fifth standard, le certificat de fin d’études primaires. En 1900, le school-board de Dundee accorda plus de dérogations que ceux d’Aberdeen, Glasgow, Govan et Paisley réunis. Il y avait alors 2 135 half-timers de moins de douze ans dans les filatures de la ville, et 2 800 âgés de douze à quatorze ans27 : dévideurs, cardeurs, bobineurs, rattacheurs et, pour la plupart, comme le « Renégat » de Jack London, shifters chargés de remplacer les bobines du métier à filer au fur et à mesure qu’elles se dévidaient28. Il s’agissait d’aller vite, sous la surveillance d’une shifting mistress équipée d’un sifflet et d’une lanière de cuir29. Les journées du shifter étaient longues. Tandis qu’en Inde il était interdit à un enfant de travailler plus de sept heures par jour, les jeunes Dundoviens changeaient des bobines de 6 h à 18 h, avec deux pauses d’une heure à 9 h et 14 h, pendant lesquelles ils étaient censés profiter de l’interruption des machines pour balayer les déchets qui s’étaient accumulés sous elles – tâche dont ils s’acquittaient en fait alors que les métiers fonctionnaient, d’où de nombreux accidents.

  • 30 WALKER, op. cit, p. 104.
  • 31 The People’s Journal 21/10/1922.

27Une enquête de 1905 eut beau démontrer que les seuls enfants de Dundee à être plus malingres que les half-timers étaient les pensionnaires des orphelinats30, les organisations ouvrières n’en condamnèrent pas pour autant le système. On ne trouve, par exemple, aucune dénonciation du mi-temps des enfants dans les rapports annuels du Trades Council de Dundee. Quant au révérend Henry Williamson, fondateur en 1885 de la Dundee and District Mill and Factory Operatives Union, il défendait encore ce système en 1922, convaincu qu’il serait malvenu d’empêcher « nombre de filles et de garçons qui sont complètement dégoûtés des livres et des leçons de venir en aide à maint foyer dans le dénuement31 ». En fait, ce n’est que grâce à l’introduction de métiers à filer automatiques à partir de 1923 que l’emploi des jeunes enfants fut progressivement réduit. Il n’en continua pas moins d’exister jusqu’à ce que le Factory Act de 1937 interdît le travail des enfants de moins de 14 ans et limitât celui des jeunes de 14 et 15 ans à un maximum de 44 heures par semaine, de 16, 17 et 18 ans (ainsi que des femmes) à 48 heures.

Chômage et durée du travail

28Thème mobilisateur au lendemain de la guerre, la réduction de la durée du travail cesse de l’être à partir de 1921, alors même que l’argument principal avancé pour la réclamer en 1919 – la résorption du chômage – se justifie de plus en plus à mesure que la crise s’installe. Quatre facteurs – économique, technologique, politique, culturel – semblent pouvoir expliquer ce paradoxe.

  • 32 Respectivement présidents de la N.U.G.W., de l’I.S.T.C. et de l’A.E.U. et secrétaire parlementaire (...)

29En premier lieu, le « réalisme économique » déjà mentionné. Dès février 1920 paraît dans la presse populaire une réclame d’une demi-page signée (photos à l’appui) Clynes, Hodge, Brownlie et Thomas32, exhortant les travailleurs à « produire davantage, gagner davantage, obtenir davantage ». Ensuite, le développement des technologies nouvelles (machines-outils, haveuses, métiers automatiques), qui attise les tensions catégorielles entre les syndicats d’ouvriers qualifiés – les craft unions – et les syndicats généraux, au détriment de cette revendication inter-syndicale par excellence qu’est la réduction générale de la durée du travail. Ces mutations technologiques suscitent en outre une méfiance croissante des craft unions à l’encontre de « l’armée des chômeurs », dont on craint qu’elle ne contribue au processus de déqualification de « l’aristocratie ouvrière ».

  • 33 W. HANNINGTON, Unemployed Struggles, 1919-36, Londres, Gollancz (Left Book Club), 1937, p. 133 ; et(...)

30Aussi est-il logique que parti travailliste et organisations syndicales abandonnent au tout nouveau parti communiste le monopole de l’organisation des chômeurs, par l’intermédiaire du National Unemployed Workers’ Movement, fondé en avril 1921. Dès lors, l’organisation dirigée par le mécanicien communiste Wal Hannington est la seule à mettre en avant la réduction de la durée du travail comme un remède possible au chômage. Plus ses positions sur cette question se radicalisent, plus celles du parti travailliste et des appareils syndicaux se font modérées : de 44 heures par semaine en 1921, la revendication du N.U.W.M. passe à 40 (sans réduction du salaire, avec deux semaines de congés payés et la prolongation de la scolarité obligatoire jusqu’à seize ans) en 193133. Par contre, le Factory Bill que le premier gouvernement MacDonald n’eut pas le temps de faire voter prévoyait un maximum de 48 heures de travail... pour les femmes. Repris dans ses grandes lignes par le gouvernement Baldwin en 1926, ce projet de code du travail dut, face à l’op¬ position patronale (qui voyait dans le rôle accru des inspecteurs du travail une tentative de « prussianisation »), être retiré de l’ordre du jour du Parlement. Le même sort fut réservé au projet de loi préparé par Margaret Bondfield en 1930, mais cette fois à cause de l’opposition d’une partie des syndicats, en particulier ceux des cheminots, opposés à une limitation trop stricte des heures supplémentaires.

31Ce veto met en lumière l’attitude ambiguë des syndicats sur la question de la durée du travail. Outre qu’il s’abstient de lancer une campagne d’explication sur le thème « pourquoi il importe de refuser les heures supplémentaires » (seul le National Unemployed Workers’ Movement le fera), le T.U.C. élude la question culturelle qui est au cœur du débat sur la réduction de la durée du travail : que faire de ce temps libre si chèrement conquis ?

32A suivre les péripéties que connurent les diverses organisations qui tentèrent – dans des conditions étudiées plus loin – d’apporter une réponse spécifiquement ouvrière à cette interrogation fondamentale, une évidence s’impose : des trois branches institutionnelles du mouvement ouvrier – partis politiques, sociétés coopératives, syndicats–, ce sont ces derniers qui se préoccupèrent le moins de l’action des organisations culturelles ouvrières. Comme le déplorait Ernest Bevin en 1932, « ce sont certaines sections de notre propre mouvement syndical qui ont rendu impossible la ratification de la convention de Washington ».

Notes

1 « Textile Worker », in M.A. POLLOCK, ed., Working Days (Being the Personal Records of Sixteen Working Men and Women), Londres, Jonathan Cape, 1926, p. 233.

2 Dundee Jute and Flax Workers’Guide, mai 1923 ; cité dans W.M. WALKER, Juteopolis : Dundee and its Textile Workers, 1885-1923, Edimbourg, Scottish Academic Press, 1979, p. 111.

3 « Engineering Workers : Electrician », in POLLOCK, op. cit., p. 216.

4 « [The miners] subscribed a penny or two a week in order to maintain their own independent doctor, because they could not trust the company’s doctors, especially when compensation cases were involved. » J. LEE, My Life with Nye, Harmondsworth, Penguin, 1981, p. 72.

5 A.S.L.P.G.B.I., Half-yearly Reports, mai 1920.

6 T.G.W.U., Area no 7, Area Committee Minutes, 1919-31.

7 « My father and I were sent to a section in the pit that was undercut by a coal-cutting machine. This section was only about 3 feet high, in contrast to the section we had always worked in, which was 4 1/5 to 5 feet high and where the coal was hand-got by the pick. » I. MacDOUGALL, Militant Miners, Edimbourg, Polygon, 1981, p. 7.

8 POLLOCK, op. cit., p. 234.

9 J. FREMONTIER, La vie en bleu, Paris, Fayard, 1980, p 211.

10 Forward 1/5/1926.

11 STUC, Annual Report, 1918, p. 53.

12 Anon., Glasgow 1919, Glasgow, The Molendinar Press, 1979, non paginé. 12

13 Alias « The Allied Trades » : A.S.E., Boilermakers’ Society, Blacksmiths’ Society, Ship Constructors’ and Shipwrights’ Society, Ship Iron Workers’ and Light Platers’ Society.

14 I. McLEAN, The Legend of Red Clydeside, Edimbourg, J. Donald, 1983, p. 114.

15 Glasgow Trades and Labour Council, Annual Report, 1919, p. 9.

16 Ibid.

17 J.E. MORTIMER, History of the Boilermakers’ Society, vol. 2, 1906-39, Londres, George Allen & Unwin, 1982, p. 106.

18 A. TUCKETT, The Scottish Carter, Londres, G.A. & U., 1967, p. 155.

19 RS. BAGWELL, The Railwaymen, Londres, G.A. & U., 1963, p. 398.

20 A.S.L.P.G.B.I., Half-yearly Reports, déc. 1919 ; et Glasgow Trades and Labour Council, Annual Report, 1924-25, p. 4.

21 McLEAN, op. cit., p. 118.

22 Pour une analyse du rapport Sankey, cf. G.D.H. COLE, Labour in the Coal-mining Industry, 1914-21, Oxford, Milford, 1923, 288 pp. Le point de vue des représentants des mineurs auprès de la commission est développé dans R. P. ARNOT, The Miners : Years of Struggle, Londres, 1953, pp. 189 ff. et R. SMILLIE, My Life for Labour, Londres, Mills & Boon, 1924, pp. 253-60 ; celui des propriétaires de mines dans le mensuel de leur association, The Colliery Guardian.

23 Glasgow T.L.C., Annual Report, 1925-26, p. 4.

24 POLLOCK, op. cit., p. 219.

25 Ibid., p. 174.

26 MORTIMER, op. cit., p. 143.

27 WALKER, op. cit., p. 82.

28 Jack London a consacré l’une de ses nouvelles prolétariennes (« The Apostate », 1906) à la rébellion d’un jeune shifter américain. Traduction française : « Le Renégat », in J. LONDON, Les Temps Maudits, Paris, 10/18, 1973.

29 Une chanson de l’époque édouardienne évoque le travail de ces petits Dundoviens : « Oh dear me, the mull’s gaein fest/ Puir wee shifter canna get a rest/ Shiftin bobbins coarse and fine/ Wha wad work for twa and nine ? » R. STEWART, Breaking the Fetters, Londres, 1967, p. 14. Cf. aussi The Jute Mill Song : « Oh, dear me, I wish the day was done,/ Rinning up and doon the Pass is no nae fun,7 Shiftin’, piecing, spinnin warp, weft and twine,/ Tae feed and cled my bairnie affen ten and nine./ Oh, dear me, the warld’s ill-divided,/ Them that work the hardest are aye wi’least provided./ But I maun bide contented, hard days or fine,/But there’s no much pleasure living affen ten and nine. » Cité, ainsi que les souvenirs d’anciennes ouvrières du jute, dans B. KAY, « They Fairly Mak Ye Work », in B. KAY (ed.), Odyssey, Voices from Scotland’s Recent Past, Edimbourg, Polygon, 1980, pp. 37-47.

30 WALKER, op. cit, p. 104.

31 The People’s Journal 21/10/1922.

32 Respectivement présidents de la N.U.G.W., de l’I.S.T.C. et de l’A.E.U. et secrétaire parlementaire de la N.U.R. Les deux premiers et le quatrième étaient en outre députés travaillistes.

33 W. HANNINGTON, Unemployed Struggles, 1919-36, Londres, Gollancz (Left Book Club), 1937, p. 133 ; et The Problem of the Distressed Areas, Londres, Gollancz (L.B.C.), 1937, p. 284.

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Terms of use: http://www.openedition.org/6540