Version classiqueVersion mobile

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Première partie. La condition ouvrière

Chapitre I. Un pays sur le déclin

Texte intégral

Le déclin démographique

  • 1 Cf. les statistiques par comté dans B.R. MITCHELL & P. DEANE, Abstract of British Historical Statis (...)

1En 1801, le premier recensement officiel effectué sur l’ensemble du territoire britannique dénombra 1 608 420 personnes vivant en Ecosse. Cent-vingt ans plus tard, au lendemain de la première guerre mondiale, la population de l’Ecosse avait exactement triplé (4 882 000 habitants), alors que celle de la Grande-Bretagne avait quadruplé, passant de 10 500 000 habitants à 42 769 000. De fait, le taux d’accroissement démographique de l’Ecosse pour cette période est identique ou légèrement supérieur à celui des régions anglaises et galloises de plus faible croissance, les comtés ruraux du Nord de l’Angleterre (dont la population tripla), du Sud-Ouest, de l’East Anglia, du Nord et du Centre du Pays de Galles (où elle doubla), mais très nettement inférieur à celui d’autres régions où l’industrialisation multiplia la population par sept (Nord-Est et Nord-Ouest de l’Angleterre), voire par neuf (Sud du Pays de Galles). Alors que de 1911 à 1921 la population de l’Angleterre et du Pays de Galles augmentait de près de 5 %, celle de l’Ecosse connaissait une croissance moitié moindre (2,6 %). Pire encore, elle perdait près de 40 000 habitants lors de la décennie suivante, soit une chute de 0,8 %, tandis que ses deux voisines du Sud enregistraient un accroissement de 5,53 %. L’Ecosse subit donc pendant cette période un phénomène d’autant plus grave qu’exceptionnel, non seulement au sein du Royaume-Uni (à quelques rares exceptions près) 1, mais aussi parmi les nations d’Europe occidentale.

Un mal chronique : l’émigration

  • 2 Calculé d’après MITCHELL & DEANE, op. cit., pp. 30-32.

2Il ressort d’une étude comparée des taux d’accroissement naturel de l’Ecosse et de l’Angleterre-Galles une égalité parfaite pour la décennie de 1891 à 1901 (12,4 %), un léger avantage au Sud pour la décennie suivante (12,4 % contre 12,1 %) et un renversement de situation de 1911 à 1931 : légèrement en tête en 1921 (1,6 % contre 6,8 %), l’Ecosse remporte nettement détachée l’étape de 1931 (7,2 % contre 5,9 %)2. Si l’on ne devait tenir compte que des taux de natalité et de mortalité, la population écossaise aurait donc logiquement dû croître plus rapidement que celle de ses voisins du Sud de 1911 à 1931.

  • 3 366 486 personnes nées en Ecosse résidaient en Angleterre-Galles en 1931. Le recensement américain (...)
  • 4 Il n’y eut pas de recensement en Irlande en 1921. Selon l’économiste écossais Bowie, l’Irlande (ent (...)

3Or, en dépit d’un accroissement naturel de 352 386 personnes entre 1921 et 1931, l’Ecosse perdit 39 517 habitants au cours de cette même décennie : une simple addition – l’immigration étant pratiquement nulle – suffit pour constater que près de 400 000 Ecossais émigrèrent. Le recensement de 1931 confirme effectivement que 328 764 personnes quittèrent l’Ecosse pour « l’Outre-Mer » de juillet 1921 à mars 1931, les quelque 63 139 émigrants manquant à l’appel ayant vraisemblablement opté pour l’Angleterre, le Pays de Galles ou l’Irlande du Nord, migrations internes au sein du Royaume-Uni non officiellement recensées3. Ces 391 903 émigrants représentent 8 % de la population écossaise de 1921 et 111 % de l’accroissement naturel de 1921 à 1931, le pire taux que l’Ecosse ait jamais connu, alors que pendant cette même décennie l’Angleterre et le Pays de Galles ne perdaient que 0,5 % de leur population par émigration et que même en Irlande la saignée était, semble-t-il, moins abondante4.

  • 5 En 1914, on estimait à une quinzaine de millions le nombre de personnes d’origine écossaise dispers (...)

4Certes, l’Ecosse est traditionnellement un pays de forte émigration, et il n’avait pas fallu attendre le premier quart du xxe siècle pour que se constitue une diaspora écossaise5. Jamais encore toutefois, même lors des grandes périodes d’expatriation, la proportion d’émigrants n’avait atteint celle de la décennie d’après la Première Guerre. Une hémorragie d’une telle gravité ne put manquer de nuire à l’équilibre du pays, et laisse penser que tout n’allait pas pour le mieux dans cette Ecosse que fuyaient tant de ses enfants.

L’arrêt de l’immigration irlandaise

  • 6 Cf. J.E. HANDLEY, The Irish in Scotland, Glasgow, John Burns, 1964 (1e ed. 1943 et 47), p. 339.
  • 7 Census of Scotland, Preliminary Reports, Edimbourg, H.M.S.O., 1851-1931.
  • 8 HANDLEY, op. cit., p. 339.

5Les Irlandais ne s’y sont pas trompés, qui ne viennent plus s’installer en Ecosse au lendemain de la guerre. Alors qu’ils étaient 8 807 à quitter leur île pour l’Ecosse en 1876 (date du premier relevé effectué par les services du Registrar General for Ireland), ils furent vingt fois moins nombreux (411) à le faire en 1911, et l’on n’en recensa en tout et pour tout que 113 en 19206. Cette chute brutale est confirmée par les statistiques du Registrar General for Scotland concernant les « personnes nées en Irlande » : d’un maximum de 218 745 en 1881 (soit 5,8 % de la population écossaise), leur nombre tombe graduellement à 124 296 (2,6 %) en 1931, dont la moitié est âgée de plus de cinquante ans7. En 1911 déjà, sur un total de 52 828 Glaswégiens nés en Irlande, seuls 4 678 avaient moins de vingt ans. A Dundee, ces émigrés de fraîche date n’étaient que 146 parmi les 3 398 Irish born que comptait alors la cité du jute8 : de toute évidence, le flux migratoire s’était tari dès les premiers signes de la « Grande Dépression » qui toucha le Royaume-Uni pendant le dernier quart du xixe siècle.

  • 9 C.A. OAKLEY, The Second City, Londres & Glasgow, Blackie 1946, p. 73.
  • 10 HANDLEY, op. cit., p. 341.

6Proximité géographique oblige, la vaste majorité des immigrés irlandais en Ecosse était originaire de l’Ulster. S’il est vrai que dans la décennie qui suivit la « Famine » le plus gros contingent fut fourni par le comté le plus durement touché, le Donegal catholique, ce fut ensuite de l’Antrim à majorité protestante que provenaient la plupart des immigrés. Aussi est-il absolument faux d’affirmer, comme l’industriel C.A. Oakley, historien de Glasgow, que « le tiers environ de la jeune génération [y avait] ses racines dans le Sud de l’Irlande »9 : entre 1900 et 1921, 20 982 Irlandais s’établirent en Ecosse, dont 17 327 (soit 82,5 %) étaient originaires de l’Ulster10. La majorité d’entre eux retrouva ses compatriotes dans la région d’accueil la plus proche du pays natal, l’Ecosse de l’Ouest (villes industrielles de Glasgow, Greenock, Paisley, etc., mines du Lanarkshire et de l’Ayrshire), tandis qu’une minorité optait pour les mines du Fife et les filatures de Dundee.

  • 11 Census of Scotland for 1871, Preliminary Report, cité dans Ibid., p. 321.

«Till the year 1820 there were three races of men in Scotland (Anglo-Saxon, Celtic, Norse), but during that year an invasion or immigration of the Irish began, which slowly increased till it attained enormous dimensions after 1840, when the railways began to be constructed over the country, This invasion of Irish is likely to produce far more serious effects on the population of Scotland than even the invasion of warlike hordes of Saxons, Danes or Norsemen... The immigration of such a body of labourers of the lowest class, with scarcely any education, cannot but have most prejudicial effects on the population. As yet the great body of these Irish do not seem to have improved by their residence among us; and it is quite certain that the native Scot who has associated with them has most certainly deteriorated. It is painful to contemplate what may be the ultimate effect of this Irish immigration on the morals and habits of the people, and on the future prospects of the country11

7Dès 1871, le rapport du Registrar General for Scotland accompagnant la publication du recensement présentait ce tableau fort alarmant des conséquences de l’immigration irlandaise, en prenant toutefois garde de taire – ultime sursaut de pudeur du rédacteur d’un document statistique officiel tenu à une certaine obligation de réserve ? – le reproche fondamental adressé à ces « ouvriers de la plus basse classe » : leur religion.

  • 12 Glasgow Herald 20-23 mars 1929.

8Selon une enquête effectuée avec beaucoup de sérieux par le Glasgow Herald en 1929, la population catholique d’Ecosse s’élevait alors à 650 000 âmes (soit 13,2 % des habitants), dont 450 000 dans l’archidiocèse de Glasgow (comtés de Lanark, Renfrew, Dunbarton, Ayr-Nord) et 250 000 à Glasgow même. L’auteur de la série d’articles présentant les résultats de l’enquête prenait soin de préciser que si la grande majorité de la communauté catholique était d’origine irlandaise, elle comprenait également une proportion non négligeable d’Italiens, de Polonais et d’Hébridéens12. C’est pendant la période de l’entre-deux-guerres — alors que, pourtant, l’immigration irlandaise était à son nadir – que les attaques contre la communauté catholique atteignirent leur paroxysme. La quasi-totalité d’entre elles provenait de la droite nationaliste, universitaire et presbytérienne, développant à satiété les quatre thèmes traditionnels de l’insécurité, du chômage, de l’identité nationale et de l’assistance. Ces quelques phrases extraites de cinq réquisitoires nous en indiquent le ton général :

9George Malcolm Thomson (écrivain nationaliste) :

  • 13 G.M. THOMSON, Caledonia or the Future of the Scots, Londres, Kegan Paul, Trench, Trubner&Co., 1926, (...)

« The Scots are a dying people. They are being replaced in their own country by a people alien in race, temperament and religion, at a speed which is without parallel in history outside the era of the barbarian invasions... One-third of the crimes committed in Scotland are the work of Irishmen13. »

10Andrew Dewar Gibb (Professeur émérite de droit, Edimbourg) :

  • 14 A.D. GIBB, Scotland in Eclipse, Londres, Toulmin, 1950, p. 54.

« The Irish... are riff-raff... responsible for most of the crime committed in Scotland which otherwise would be the most law-abiding country in the world14. »

11Alexander MacLehose (écrivain nationaliste) :

  • 15 A. MacLEHOSE, The Scotland of our Sons, Londres, MacLehose, 1937, pp. 248-51.

« There are three reasons why this Irish invasion is resented in Scotland. The least important is that Irish names appear regularly in the law-courts... Secondly, there is the fear of Catholicism. The Irish from the Free State are Catholics, and because they breed much faster than the Protestants do, Catholicism is on the rise... The Catholics are thought to be taking all they can from Scotland and putting much less into it... Lastly... the extra Irish labourers who come to Scotland... mean either so many Scots workers out of a job, or alternatively so many more Irish on the Scottish dole15. »

12Société philosophique de Glasgow :

  • 16 G. WINGATE, « The Dole and Unemployment », Proceedings of the Glasgow Philosophical Society, 1927, (...)

« [The emigrants’] places are filled by inferior Irish who, exploiting the folly of our statesmen, live at ease and comfort on the bounty of our laws. Not only so, but these newcomers are responsible for an undue proportion of serious crime in our land, fill our hospitals, create our slums, organise no-rent strikes, foment revolution and encourage violence in labour disputes16. »

13Eglise d’Ecosse :

  • 17 General Assembly of the Church of Scotland, Committee on « Church Life and Social Problems », The M (...)

« The Orange population in Scotland are of the same race as ourselves, and of the same faith, and are readily assimilated into the Scottish race – the Catholic immigrant stock, however, cannot be assimilated and absorbed into the Scottish race. They remain a people by themselves, segregated by reason of their race, their customs, their traditions and, above all, their loyalty to their Church, and gradually and inevitably they are dividing Scotland racially, socially and ecclesiastically... Owing to Catholic foremen, Catholic Irish get jobs very soon after they reach this country, some of them having promise of jobs before they leave Ireland, and this when our own countrymen have been refused work... The Irish Roman Catholics are very poor and they leave no relief funds untapped but claim them to the utmost extent. The percentage of Irish prisoners is very much greater than their number warrants, which proves that morally they are below the level of the Scottish people, and on the whole they show no desire to rise in the social scale17… »

  • 18 Tout au plus peut-on citer le péché par omission du poète Hugh MacDiarmid (qui, quoique se proclama (...)
  • 19 H. McSHANE & J. SMITH, Harry McShane, No Mean Fighter, Londres, Pluto, 1978, p. 11.

14Nous verrons plus loin l’effet que de telles incitations à la haine raciale purent avoir sur la classe et le mouvement ouvriers écossais. Contentons-nous pour l’instant de signaler deux faits. D’une part, on ne relève aucune attaque du même acabit sous la plume ou dans la bouche du moindre dirigeant ouvrier écossais, y compris chez ceux d’entre eux – nous y reviendrons – qui soutinrent un temps des thèses nationalistes18. D’autre part, l’enseignement séparé dispensé à chaque communauté – séparation confirmée par l’Education (Scotland) Acide 1918, qui accordait aux écoles catholiques les mêmes droits qu’aux autres – a maintenu jusqu’à nos jours de réelles distinctions culturelles entre autochtones et descendants d’immigrés irlandais, ainsi que le fait remarquer le mécanicien communiste glaswégien Harry McShane, élevé dans une école catholique au début du siècle : « I grew up knowing about the Falls Road and the Shankhill in Belfast, and about Derry... I knew the names, the history, and some of the arguments about religion and about Irish politics... As schoolboys we all knew the words of ‘God save Ireland’, a song to commemorate the ‘Manchester Martyrs, the Fenians executed In 186719. »

Le déséquilibre régional

1558 % des Ecossais vivaient dans des agglomérations de plus de mille habitants en 1871, 74 % en 1901 et 80 % en 1931 ; près d’un Aberdonien sur trois déclarait alors, sur son formulaire de recensement, être né à la campagne, et environ un habitant sur cinq des trois autres grandes villes, Glasgow, Edimbourg et Dundee. Seules ces quatre cities avaient vu leur population s’accroître au cours de la décennie écoulée, Glasgow de 3,5 %, les trois autres de 4,5 %, tandis que campagnes (landward areas), bourgs (small burghs) et villes (large burghs) se dépeuplaient (respectivement de 4,3 %, 5,1 % et 0,7 %).

  • 20 Cf. R.K. MIDDLEMAS, The Clydesiders, Londres, Hutchinson, 1965, p. 18.

16La majorité des 580 000 personnes qui quittèrent le Nord de l’Ecosse de 1871 à 1931 semble avoir, dans un premier temps, pris la direction des chantiers navals de la Clyde. Pour nombre d’entre eux toutefois, cette destination ne devait constituer qu’une étape de quelques mois dans le périple qui allait les mener jusqu’à quelque communauté gaélique déjà installée au Canada ou en Nouvelle-Zélande, ce qui rend pratiquement impossible l’évaluation chiffrée du rapport émigration/migration interne. Toutefois, le fait que Glasgow soit, avant Dublin et Halifax, la plus grande ville gaélophone du monde – les policiers originaires des Hautes-Terres y sont aussi traditionnels que leurs collègues d’origine irlandaise à New-York, et le gaélique était, au tournant du siècle, la langue la plus répandue dans les chantiers navals20 – témoigne de l’installation définitive dans la vallée de la Clyde d’une forte proportion des victimes directes ou indirectes des Highland Clearances.

17La carte de la densité de la population écossaise en 1925 met en évidence le déséquilibre régional dont souffre le pays. Plus de la moitié du territoire national (la quasi-totalité des Hautes-Terres, la majeure partie du Sud-Ouest et des Marches) compte moins de 25 habitants au kilomètre carré – en fait, selon le recensement de 1931, la densité dans les Highlands est, hormis quelques poches de concentration au débouché des vallées, inférieure à un habitant au kilomètre carré ! Une étroite ceinture de très forte concentration (plus de 200 au km2) s’étend de l’estuaire de la Clyde à celui du Forth — le Centre-Ouest et le Centre-Est ne constituent que 12 % du territoire écossais, mais englobent 77 % de sa population, qui atteint une densité de près de 1 000 dans la vallée de la Clyde – et une bande encore plus mince (de cinq à vingt kilomètres de large) de concentration secondaire s’étire tout le long des côtes Est et Sud-Ouest du pays, variant en densité de 25 à 75 habitants au kilomètre carré. Au total, avec une moyenne de 61 habitants au kilomètre carré, l’Ecosse était alors l’un des pays les moins densément peuplés d’Europe occidentale, juste après l’Etat Libre d’Irlande et l’Espagne.

  • 21 J. LEE, This Great Journey, Londres, MacGibbon & Kee, 1963, pp. 64-5.

18Cela ne semblait pas émouvoir outre mesure les responsables politiques et économiques du Royaume-Uni. Loin de tenter d’arrêter l’hémorragie, le gouvernement de coalition de Lloyd George (1918-22) et les gouvernements conservateurs de Bonar Law (1922-23) puis de Stanley Baldwin (1923 ; 1924-29) encouragèrent activement l’émigration. Dans ses premiers mémoires, Jennie Lee rapporte comment son jeune frère quitta en 1925 sa ville natale de Cowdenbeath, dans le Fife, attiré en Australie par la description idyllique qu’en avait faite, lors d’une soirée de « lanterne magique », un agent officiel du Scottish Office. Il est vrai que la longue traversée ne coûtait que... deux livres-sterling (moins que le salaire hebdomadaire d’un mineur) pour les jeunes hommes de moins de 18 ans21.

  • 22 Le magnat de la chimie acheta Pile de Lewis et Harris en 1919 et tenta d’y développer la pêche et s (...)
  • 23 Quelque 400 hommes et leur famille, privés de travail par la fermeture des usines de Lord Leverhulm (...)
  • 24 BOWIE, op, cit., pp. 18, 56.
  • 25 J.G. KYD, Scottish Population Statistics, Edimbourg, Scottish Historical Society, 1952, p. XXIV.

19Les deux gouvernements travaillistes de Ramsay MacDonald (1924 et 1929-31) s’étaient trop engagés à obtenir une réduction rapide du chômage pour risquer de l’aggraver à court terme en mettant un frein à l’émigration. Les bouillants députés I.L.P. de la Clyde ne manquèrent pas de le leur reprocher ; mais eux-mêmes n’avaient guère su mettre à profit les longues années d’opposition pour élaborer le moindre plan concret sur cette question, se bornant à lutter contre des moulins à vent tels que les grandioses projets de Lord Leverhulme22 et à soutenir des causes tout aussi nobles que désespérées telles que celle des land raiders de Harris23. L’Eglise d’Ecosse et les rares universitaires qui s’intéressaient à la question s’inquiétèrent de l’émigration uniquement dans la mesure où elle ouvrait une brèche aux hordes d’immigrants irlandais catholiques. Il fallut attendre la veille de la Deuxième Guerre pour que James Bowie, principal de l’école d’économie et de commerce de Dundee, mît l’accent sur la corrélation entre émigration et vitalité économique. Il ne put toutefois se résoudre à envisager un arrêt total de l’émigration écossaise de peur que, faute de colons calédoniens, les cinq millions de kilomètres carrés de terres prétendument vierges du Commonwealth ne tombassent en proie à la convoitise de certaines puissances européennes en mal d’expansion24. Ce n’est finalement qu’en 1952 que fut formulé, par le démographe J.G. Kyd, cet avertissement bien tardif : « As the bulk of emigrants are young and vigorous men, such enormous losses as we have known this century cannot but have drastic repercussions, not only on the size of our population, but also on its structure, its reproduction potential, and its social and economic vitality25. »

Le déclin industriel

  • 26 C.H. LEE, Regional Economic Growth in the United Kingdom since the 1880s., Londres, McGraw Hill, 19 (...)
  • 27 Ecosse : de £150,6 millions à £155,9 millions ; Angleterre et Galles : de £1,01 milliard à £1,291 m (...)

20Au sortir de la guerre, les secteurs dans lesquels l’économie écossaise offre le plus d’emplois sont ceux sur lesquels elle a fondé sa remarquable croissance au xixe siècle. En 1881, l’Ecosse présentait une structure industrielle caractéristique des régions de forte croissance, avec des quotients de spécialisation très élevés dans la construction navale (le quart des effectifs nationaux), la construction mécanique, la sidérurgie, les textiles et la houille (de 13,5 à 15,5 % des effectifs nationaux). Quarante ans plus tard, les effectifs des chantiers navals écossais s’étaient accrus d’un peu plus de 100 000 personnes, ceux de la mécanique, de la métallurgie et des mines (réunies) du double26. Hélas ! Ce déséquilibre de la structure industrielle du pays n’était alors plus, tant s’en faut, synonyme de croissance : selon les recensements industriels de 1907, 1924 et 1930, la valeur nette de la production industrielle écossaise ne progressa que de 3 % entre 1907 et 1924, alors que celle de l’Angleterre et du Pays de Galles connaissait une croissance de 28 %27.

21Une économie dépendant en grande partie de l’étranger – qu’il achète ou qu’il prépare la guerre -, telle apparaissait la situation de l’Ecosse à la veille de la Première Guerre Mondiale : en 1911, le tiers du charbon, les deux-tiers des locomotives et les quatre-cinquièmes des lainages produits en Ecosse étaient exportés. Réactivés par le programme d’armement du gouvernement Asquith, houillères, aciéries et chantiers navals calédoniens fournissaient alors respectivement le septième, le quart et le tiers de la production du Royaume-Uni. On mesure l’ampleur de ce gonflement artificiel lorsque l’on sait que quatre ans plus tôt la sidérurgie écossaise ne produisait guère que le sixième de l’acier britannique.

22Une économie aussi étroitement liée aux fluctuations de la conjoncture politico-militaire ne pouvait que subir brutalement le contrecoup de la guerre, puis de l’armistice. Certaines industries souffrirent de la désorganisation du commerce mondial dès le début des hostilités (notamment les charbonnages, qui perdirent leurs bons clients allemands, baltes et russes), d’autres, telles que la métallurgie, la construction navale et la toile de jute, éléments vitaux de l’industrie de guerre, n’interrompirent leur expansion démesurée qu’en 1920, au terme de la courte période de boom qui suivit le conflit.

Le charbon

  • 28 Census of Production, Preliminary Report, Londres, H.M.S.O., 1907, Cd. 4896.

23L’industrie houillère se trouvait en 1907 au premier rang des industries lourdes écossaises, tant pour l’emploi (120 000 salariés, soit 6 % de la population active) que pour la production (8 % de la production annuelle du pays, estimée en valeur brute) 28. Oscillant autour de 40 millions de tonnes jusqu’en 1914, la production écossaise subit une chute brutale en 1915, comme celle de l’ensemble des bassins britanniques. Afin de maintenir un niveau de production suffisant pour alimenter les industries de guerre tout en accroissant les exportations vers la France et la Belgique, le gouvernement Asquith fit passer, en décembre 1916, les charbonnages gallois – ceux où les conflits du travail réduisaient le plus sensiblement la production- sous le contrôle direct du Board of Trade. Trois mois plus tard, le nouveau Premier ministre, Lloyd George, plaça l’ensemble des bassins sous la tutelle d’un Contrôleur des Mines nommé par le gouvernement, chargé, en particulier, d’organiser la répartition des bénéfices : une partie des profits des diverses compagnies était reversée à une caisse commune qui les ventilait entre les compagnies déficitaires remplissant certaines conditions. Cette disposition, qui resta en vigueur jusqu’à la levée du contrôle gouvernemental en mars 1921, profita particulièrement aux compagnies écossaises, qui comptaient parmi les plus largement déficitaires. Elles n’en connurent pas moins un déficit global de £5,25 millions en 1920, en dépit d’une forte demande due à la reconstitution des stocks.

24L’ampleur du problème resta néanmoins masquée jusqu’en 1924. En effet, l’occupation franco-belge de la Ruhr en 1923 avait permis aux charbonnages écossais de retrouver presque entièrement leurs effectifs de 1913 et d’établir, avec 38 millions de tonnes, leur record de production de l’entre-deux-guerres. L’évacuation progressive de la Ruhr entre octobre 1924 et juillet 1925 la fit retomber à 33 millions en 1925. En fait, les houillères écossaises se trouvèrent confrontées à un problème structurel, autrement plus complexe que la perte de marchés étrangers qui affectait la plupart des bassins anglais et gallois. Certes, les charbonnages écossais enregistrèrent entre 1913 et 1935 une diminution de moitié de leurs exportations, due pour l’essentiel à la perte des marchés balte et scandinave, gagnés à la concurrence silésienne ; mais ils durent surtout faire face à une réduction sensible des commandes de la sidérurgie locale, elle-même victime de la crise de la construction navale : la structure industrielle de l’Ecosse n’était ni suffisamment diversifiée, ni suffisamment cloisonnée pour éviter que la moindre récession dans un secteur ne se répercutât sur la plupart des autres. Cet effondrement en chaîne affecta plus particulièrement les bassins de l’Ouest (Lanarkshire et Ayrshire), fournisseurs traditionnels de la métallurgie lourde. Les bassins de l’Est en revanche (Fife, Clackmannan, Lothian), gros exportateurs de cokes et d’anthracites de haute qualité, virent leur part de la production écossaise passer de 31,9 % en 1910 à 33,9 % en 1920 et 39,3 % en 1930

La construction navale

  • 29 John Brown à Clydebank, Yarrow à Scotstoun, Fairfield et Harland & Wolff à Govan.

25Industrie de base de l’Ecosse depuis le dernier tiers du xixe siècle, la construction navale employait en 1907 presque autant de salariés que les charbonnages (3 % de la population active écossaise dans la construction stricto sensu, 5 % en incluant les effectifs de la réparation et de la mécanique navales). Elle établit son record de production en 1913 · sur les quelque deux millions de tonneaux construits au Royaume-Uni (les 3/5 du tonnage mondial), 733 000 le furent en Ecosse, dont 685 000 sur la Clyde, où plus de 50 000 salariés travaillaient directement pour cette industrie (dont la moitié dans quatre grands chantiers) 29, 15 000 autres se répartissant à parts égales entre les petits chantiers de la Dee (Aberdeen), de la Tay (Dundee) et du Forth (Leith).

26Les deux-tiers des 3,6 millions de tonneaux lancés au Royaume-Uni pendant la guerre, alors que l’industrie était placée sous le contrôle du ministre des Munitions (Lloyd George puis Christopher Addison), furent construits en Ecosse. La paix revenue, la reconstitution de la flotte marchande permit d’employer à fond la capacité de production des chantiers écossais pendant encore deux années, à tel point qu’en 1920 leur production (779 000 tonneaux, dont 672 000 sur la Clyde) dépassa le record de 1913. La levée du contrôle gouvernemental sur l’industrie navale en mars 1921 mit un terme à la protection du marché intérieur. Faire construire en Allemagne étant souvent le seul moyen de se faire rembourser les dommages de guerre, la plupart des chalutiers d’Aberdeen voyaient le jour sur l’Elbe plutôt que sur la Dee.

27L’héritage financier de l’effort de guerre apparaît régulièrement, à partir de 1921, dans le bilan annuel des sociétés sidérurgiques et navales écossaises : toutes déplorent, année après année, les large overheads qui grèvent lourdement leur budget. Ces frais généraux excessifs sont la conséquence directe d’une capacité de production hypertrophiée par l’effort de guerre, puis par le boom spéculatif de 1920 – au cours duquel, par exemple, les chantiers navals John Brown accrurent leur surface de mouillage de 20 %. Il est vrai que cette industrie était de longue date habituée aux fluctuations du marché. Aux périodes de forte demande succédaient traditionnellement des ralentissements de brève durée pendant lesquels la main-d’œuvre acceptait d’être mise au chômage technique, sûre d’être réembauchée dès les premiers signes de reprise. Aussi était-il logique que, confrontés en 1921 à la chute brutale de la demande tant civile que militaire, les constructeurs aient tenté de préserver l’intégralité de leur potentiel de production démesuré. Pour ce faire ils étaient prêts à construire à perte, espérant en des jours meilleurs – qui n’avaient jusqu’alors jamais manqué de venir.

  • 30 J. McGOLDRICK, « Crisis and the Division of Labour : Clydeside Shipbuilding in the Inter-war period (...)
  • 31 Entre 1924 et 1930, la Clyde construisit 40 % du tonnage militaire britannique et 27 % du tonnage d (...)

28Cela ne suffit manifestement pas à rendre les produits britanniques compétitifs : constructeurs de 60 % du tonnage mondial entre 1900 et 1914, les chantiers britanniques durent se contenter d’une moyenne de 44 % entre 1919 et 1929. Toutefois, fait remarquable dans les annales de l’entre-deux-guerres, la contribution écossaise n’en diminua pas pour autant : elle se maintint, entre 1919 et 1932, autour du tiers du total britannique30. Si, dès 1921, les chantiers de la Clyde durent travailler à mi-capacité, ils n’en réussirent pas moins à maintenir leur part (20 %) d’un marché mondial en régression. Grâce à son réservoir de main-d’œuvre hautement qualifiée, la Clyde put se spécialiser dans la construction de navires requérant un haut niveau de finition, paquebots et gros cargos, pour lesquels subsista une certaine demande. Elle obtint également une bonne part des rares commandes que passa l’Amirauté31.

29Toutefois, si les baisses de production de l’immédiat après-guerre ne furent qu’accidentelles (pénurie d’acier en 1922 suite à la longue grève des mineurs de l’année précédente, lock-out des chaudronniers navals, les boilermakers, de mars à septembre 1923), celle de 1931 est autrement plus inquiétante : sur ordre du commanditaire, la Canard Line, John Brown’s dut interrompre la construction du Queen Mary. Pour la première fois depuis le milieu du xixe siècle, la Clyde se trouvait sans le moindre paquebot en chantier : on n’y lança en 1932 qu’à peine plus de 10 % du tonnage construit en 1919. Face à l’engorgement de la flotte mondiale, la spécialisation dans le haut de gamme n’avait pu que retarder les échéances.

30Il est vrai que si, au début du siècle, la productivité dans les chantiers navals écossais (tonnage produit par salarié) atteignait le double de celle de ses rivaux américains et européens, elle leur était, trente ans plus tard, devenue nettement inférieure : dans les années d’après-guerre, une alliance objective s’établit, pour des raisons que nous développons au chapitre III, entre patronat et syndicats pour n’adopter qu’à doses homéopathiques des technologies nouvelles répandues dans les chantiers allemands, suédois et américains comme le rivetage pneumatique et la soudure. En 1934, soit une vingtaine d’années après la généralisation de cette technique dans les chantiers rivaux, on ne recensait, parmi les quelque 159 000 ouvriers de l’industrie navale britannique, qu’un demi-millier de soudeurs, dont près de trois cents apprentis. Force est en outre de constater que les chantiers John Brown attendirent 1924 pour acheter une licence pour la fabrication de moteurs Diesel, déjà largement utilisés par la concurrence plus de trente ans après leur invention.

La sidérurgie

31En 1907, sidérurgie et construction mécanique lourde (locomotives, chaudières, etc.) employaient ensemble 3 % de la population active écossaise et fournissaient une production supérieure en valeur ajoutée à celle des chantiers navals. A la veille de la guerre, la production écossaise de fer, de fonte et d’acier représentait le cinquième du total britannique.

32La capacité de production de la sidérurgie écossaise fut augmentée quelques mois après le déclenchement des hostilités. Sous la pression du ministre des Munitions, une industrie des munitions fut créée de toutes pièces en Ecosse. En 1914 en effet, une seule firme (Beardmore, à Glasgow-Parkhead) en produisait. Dès août 1915, de nombreuses usines de construction mécanique se reconvertirent dans la fabrication d’armes et de munitions, recourant pour ce faire à la mécanisation de la production et à l’emploi massif de personnel non-qualifié, en particulier féminin, processus de déqualification connu sous le nom de dilution analysé au chapitre II. Le retour à la normale se révéla fort difficile. Les fabriques de munitions ayant toutes, à l’exception de l’usine de torpilles d’Alexandria, retrouvé leur vocation civile, les industries métallurgiques se trouvaient dans un état de dépendance excessif à l’égard des marchés étrangers, soit directement, comme les constructions mécaniques lourdes, en particulier les locomotives, soit par l’intermédiaire de la construction navale, comme la sidérurgie.

  • 32 SLAVEN, op. cit., p. 193.

33Dans une industrie où le coût des matières premières représente la majeure partie du prix de revient, la sidérurgie écossaise souffrait d’un lourd handicap : la raréfaction du minerai de fer de l’Ayrshire et du Lanarkshire (600 000 tonnes en 1913, 36 000 en 1936) ; c’est pourquoi la société sidérurgique Stewart & Lloyd abandonna en 1932 son aciérie de Mossend pour construire de nouvelles installations sur le site de Corby, dans le bassin de minerai de fer du Lincolnshire, par rapport auquel l’Ecosse souffrait en outre d’un incontestable retard technologique : alors qu’en 1915 la production de fonte par haut fourneau atteignait à peine 16 000 tonnes en Ecosse, elle dépassait en moyenne le double (33 000 tonnes) dans l’ensemble du royaume, une performance que l’Ecosse ne devait égaler qu’en 1937 : elle fournissait alors 15 % de la production britannique d’acier, contre 23 % en 1920. Pendant cette période, la production britannique avait augmenté d’un tiers, celle de l’Ecosse, après une chute de 25 % entre 1920 et 1930, n’avait pu qu’égaler à la veille de la Deuxième Guerre le niveau qu’elle atteignait au lendemain de la Première, et ce au prix d’un immense effort de productivité et de concentration ayant entraîné la suppression de 5 000 emplois32.

Le textile

34Avec ses 150 000 salariés (dont les trois-quarts étaient des femmes), l’industrie textile employait en 1907 autant de travailleurs que la métallurgie, la mécanique et la construction navale réunies, mais ne produisait, en valeur ajoutée, que moitié moins.Elle exportait alors les 3/4 de sa production ; en 1924, les marchés étrangers n’en absorbaient plus que le tiers. Cette chute brutale n’affecta toutefois pas de la même manière les trois branches de l’industrie textile écossaise : jute, coton et laine.

  • 33 Thomas Johnston, député I.L.P. de Dundee, enquêta en 1925 sur les conditions de travail dans l’indu (...)

35Le long du Firth of Tay, Dundee et sa proche banlieue détenaient le quasimonopole britannique de la toile de jute : 85 % de la production nationale provenaient en 1907 des filatures et fabriques de toile dundoviennes, qui employaient alors 50 000 salariés. L’utilisation massive de sacs de sable dans la guerre de tranchées constitua une aubaine pour l’industrie du jute. Après l’armistice, les commandes de reconstitution des stocks (sacs de toile, linoleum) affluèrent pendant plus d’un an, en particulier des Etats-Unis. C’est à partir de mars 1920 que les cours s’effondrèrent, sous l’effet combiné d’un ralentissement de la demande et de l’envahissement du marché par de la toile de jute indienne bon marché. Dès lors, en dépit de quelques sursauts en 1922 et 1927 consécutifs à un transfert des commandes sud-américaines dû à une défaillance des manufactures de Calcutta, l’industrie dundovienne du jute ne retrouva plus jamais son niveau de production des années de guerre. Dès 1924, elle n’employait plus que 30 000 salariés. A l’instar des industriels de la Clyde, ceux de la Tay tentèrent de stimuler la demande en abaissant leurs prix de revient non pas au moyen d’une réorganisation de l’industrie, mais grâce à une diminution des salaires et de la qualité de leur marchandise : d’année en année, leurs sacs devenaient de plus en plus grossiers, leur prix de plus en plus faible – et leur marché de plus en plus restreint. Ce n’est qu’au début des années 1930 – on recensait en 1931 70 % de chômeurs dans l’industrie du jute à Dundee – qu’ils finirent par admettre qu’au petit jeu du dumping, les usines du Bengale ne pouvaient que l’emporter « au finish » 33.

36En revanche, les industriels du coton (ils employaient, essentiellement dans la vallée de la Clyde et l’Ayrshire, 15 000 personnes en 1907, soit dix fois moins qu’un siècle auparavant) optèrent pour la recherche de la qualité. La concurrence indienne, chinoise et lancastrienne fut si intense entre les deux guerres que seuls les producteurs d’articles de luxe survécurent en Ecosse. Tel fut le cas des filatures de Deanston, Catrine et Paisley, spécialisées dans le haut de gamme (châles de Paisley, rideaux de Catrine) depuis plus d’un siècle. Par contre, la plupart des petites entreprises qui tentèrent la reconversion dans l’article de luxe ne purent supporter son coût financier. En 1931, l’industrie du coton, qui avait été à la pointe de l’industrialisation de l’Ecosse à la fin du xviiie siècle, était quasiment défunte, ne subsistant plus que dans les trois petits centres cités ci-dessus.

37L’industrie lainière fut la seule branche du secteur textile à tirer passablement bien son épingle du jeu des exportations. Comme pour le coton, la spécialisation dans la qualité ouvrait la porte des marchés étrangers. Or, l’industrie dans sa quasi-totalité avait choisi cette voie dès le milieu du xixe siècle, et avait su dès les premières années du XXe concentrer et moderniser sa production dans les villes des Marches (Galashiels, Kelso, Langholm, Selkirk) tout en en préservant la qualité (tricots, vestes, couvertures, tapis). La perte du marché allemand, de loin le plus important avant la guerre, fut compensée par une nette expansion sur le marché américain (qui absorbait plus de la moitié des exportations de tweed en 1928), si bien que l’emploi dans cette industrie resta exemplairement stable, près de 28 000 salariés (dont un dixième seulement d’hommes) ayant été dénombrés au recensement industriel de 1907 comme à celui de 1924. Toutefois, le protectionnisme des clients européens se fit sentir à partir de 1925. En 1930, l’industrie lainière n’employait plus que 24 000 personnes en Ecosse : en cinq ans, elle avait perdu le septième de ses effectifs.

L’échec de la diversification

38Au recensement de 1921, les industries légères, de transformation, de consommation et l’industrie chimique n’employaient que 309 500 personnes en Ecosse, soit 14,1 % de la population active, alors qu’elles procuraient du travail à 19,1 % de la population active du Royaume-Uni, et à 21,3 % de celle des Midlands occidentales. Le recensement de 1931 rend compte d’une situation sensiblement identique.

39L’échec le plus grave fut sans conteste celui de l’industrie automobile. Le secteur des « cycles et moteurs » employait, selon les recensements industriels, 1 768 personnes en 1907 et 6 105 en 1924 (0,12 % de la population active, contre 0,4 % en Angleterre). L’Ecosse avait pourtant pris un départ rapide et prometteur dans cette branche, les compagnies Argyll (Glasgow) et Albion (Vale of Leven) ayant produit d’excellentes automobiles dès le début du siècle. La première fut mise en liquidation en 1914. A l’instar des chantiers navals voisins, Albion opta en 1913 pour la fabrication de véhicules sur commande, pour la plupart destinés à l’exportation (engins spéciaux pour le désert, la montagne, la jungle, etc.), ne dépassant jamais le seuil d’une dizaine d’unités annuelles. L’entreprise glaswégienne de construction mécanique William Beardmore s’était également lancée dans la production d’automobiles avant la guerre, mais l’interrompit graduellement à partir de 1921, ne construisant plus le moindre véhicule à la fin de la décennie.

40Pendant la guerre, plusieurs ateliers de cette entreprise avaient été utilisés pour la construction d’avions de combat. La production en fut interrompue en 1922, pour ne reprendre – de façon sporadique, en fonction des commandes – qu’à partir de 1930. C’est pourtant à partir des mêmes éléments de base – grands ateliers de mécanique, main-d’œuvre hautement qualifiée, réseau de sous-traitants – que se développa l’industrie aéronautique des Midlands. En choisissant le retranchement, Beardmore (qui avait subi de grosses pertes dans le secteur sidérurgique de son holding) priva l’Ecosse de la moindre participation à une activité en pleine expansion : au recensement industriel de 1924, l’industrie aéronautique employait 11 732 salariés en Angleterre contre... zéro en Ecosse.

41On retrouve le même chiffre dans deux industries en pleine croissance en Angleterre, la soie artificielle et l’électronique, secteurs qui auraient pu contribuer au réemploi de la main-d’oeuvre féminine licenciée par les fabriques de toile de jute et de coton. La Scottish Artificial Silks fut mise en liquidation en 1922, suite à une faillite frauduleuse, et il fallut attendre 1929 pour que s’implantât à Jedburgh, dans les Borders, une autre usine de textiles artificiels, la North British Rayon.

42En 1925 furent licenciés les deux-tiers des quelques 4 000 salariés employés à extraire et à traiter le schiste bitumineux des gisements de Livingston et Broxburn, dans le West Lothian, la seule région au monde, avec l’Estonie, où l’on distillât sur une grande échelle l’huile de schiste. Son principal client, l’Amirauté, lui ayant, à partir de 1925, préféré le pétrole du Proche-Orient, plus économique et soutenu par de puissants intérêts, l’exploitation des gisements dut être considérablement ralentie. Cela priva l’industrie chimique d’une assise solide, si bien qu’elle n’employait guère plus de personnel en 1931 (5 670) qu’en 1907, dont la moitié environ dans la raffinerie de Grangemouth, sur le Firth of Forth, implantée en 1924.

43Il n’y eut en fait, au lendemain de la guerre, que quatre implantations (dont deux étrangères) d’industries modernes en Ecosse, deux dans les Lowlands de l’Est : la raffinerie de Grangemouth et – en partie grâce à l’exploitation américaine du procédé mis au point par l’Ecossais Macintosh – une usine de traitement du caoutchouc à Edimbourg ; une dans les Lowlands de l’Ouest : la fabrique (suédoise) d’explosifs Nobel à Ardeer (Ayrshire) ; et une dans les Highlands : l’usine d’aluminium de Lochaber, près de Fort William, construite à partir de 1924 et opérationnelle en 1930. Hautement mécanisés, ces quatre sites n’employaient que peu de personnel.

44Ces nouvelles implantations contribuèrent à accentuer le déséquilibre régional, déjà manifeste au niveau de la structure démographique, entre les Lowlands de l’Est, relativement jeunes, où des secteurs en dépression (houillères, jute, schiste) côtoyaient des poches de relative prospérité (laine, brasserie, distillerie, imprimerie), les Lowlands de l’Ouest vieillissantes, encombrées de structures industrielles archaïques, et les Highlands, désespérément vierges d’emplois industriels : les trois usines d’aluminium de Foyers (1894), de Kinlochleven (1906) et de Lochaber (1930) n’employaient guère plus d’un millier de salariés au recensement industriel de 1930. Quant au goémon récolté le long des plages hébridéennes et orcadiennes, il n’était même pas traité sur place, mais transporté jusqu’à Girvan, dans l’Ayrshire, où l’usine de production d’alginates faisait vivre le quart de la population.

La montée du chômage

45Alors qu’au recensement industriel de 1907 885 000 salariés étaient employés « dans le secteur productif » écossais, ils n’étaient plus que 847 000 au recensement de 1924, soit une diminution de 4 %, à opposer à l’augmentation de 18 % que connut ce même secteur en Angleterre et au Pays de Galles. De fait, l’Ecosse comptait au nombre de ses industries de base celles dont les taux de chômage étaient les plus élevés du Royaume-Uni : sidérurgie (36,7 % des salariés assurés sans emploi en décembre 1921), constructions navale (36,1 %) et mécanique (27,6 %).

46Cette date ne constitue qu’une première étape dans le processus de dégradation du marché de l’emploi dans les industries traditionnelles. Le recensement industriel de 1924 fait état d’un accroissement du chômage dans toutes les industries lourdes, sauf – pour des raisons conjoncturelles étudiées plus haut – dans les houillères, et le recensement de la population écossaise de 1931 enregistre une diminution de 19 % du nombre des mineurs depuis 1921, de 20 % des salariés de l’industrie textile, de 23 % des métallurgistes. Dans les secteurs de la construction mécanique et navale, le pourcentage des travailleurs assurés sans emploi atteignit des pointes de 37 % en 1923 et 39 % en 1927 pour l’ensemble du royaume, de 75 % en 1932 pour l’Ecosse de l’Ouest. Dans cette région, le taux de chômage était alors de 32 % chez les mineurs, de 40 % chez les sidérurgistes. Rien d’étonnant donc à ce que le tiers des travailleurs assurés du Renfrewshire ait été au chômage, et la moitié de ceux du Dunbartonshire. En janvier 1933, l’Ecosse de l’Ouest comptait plus de 200 000 chômeurs, dont 136 000 pour la seule ville de Glasgow.

47Régulièrement publiés par la Ministry of Labour Gazette depuis 1923, les taux régionaux du chômage confirment le partage radical du Royaume-Uni en deux zones, le Nord-Ouest (Irlande du Nord, Ecosse, Nord et Nord-Ouest de l’Angleterre, Pays de Galles) à structure industrielle vieillie et fort taux de chômage, et le Sud relativement épargné : entre 1921 et 1938, le taux de chômage en Ecosse fut en moyenne supérieur de quatre points au taux moyen britannique (1925 ; 15,2 % de chômeurs parmi les travailleurs assurés en Ecosse, 11 % au Royaume-Uni ; 1932 : 27,7 % et 21,9 %) et atteignit souvent le triple de celui de Londres et du Sud-Est. Notons que ce déséquilibre régional est aux antipodes de celui qui prévalait à la veille de le guerre : En 1912-13, le taux de chômage londonien (8,7 %) était de loin le plus élevé du royaume, l’écossais le plus faible (1,8 %).

  • 34 W.H. BEVERIDGE, Full Employment in a Free Society, Londres, G. Allen & Unwin, 1944, pp. 68, 72-75.

48Pire, tandis que le chômage dans le « Sud » était frictionnel et de courte ou moyenne durée, il était dans le « Nord-Ouest » structurel et de longue durée. Ce dernier point est difficile à prouver statistiquement : ce n’est en effet qu’à partir de janvier 1932 que le Ministère du Travail entreprit de classer les chômeurs secourus selon la durée de leur inactivité, et il fallut attendre 1935 pour que ces renseignements soient exploités de façon systématique par l’Unemployment Assistance Board, dans une monographie qui démontre qu’en mai de cette année 50 % des chômeurs étaient sans emploi depuis plus d’un an, 30 % depuis plus de deux ans et 10 % depuis plus de cinq. Les variations régionales étaient considérables ; en mai 1937, 8 % des chômeurs « sudistes » étaient sans emploi depuis un an ou plus, contre 30 % des « nordistes » – et le tiers des écossais, 39 % des gallois, 40 % des northumbriens. Au « Nord-Ouest » comme au « Sud », les premières victimes du chômage de longue durée furent les jeunes en quête d’un premier emploi et les travailleurs âgés de plus de 55 ans34.

  • 35 Lloyd George Papers F/36/1/43 ; cité dans B.B. GILBERT, British Social Policy, 1914-1919, Londres, (...)

49Nous disposons toutefois, pour la période antérieure, d’un indice de taille : écrivant à Lloyd George le 3 septembre 1921, le ministre du Travail, T.J. Macnamara, s’inquiète de ce que 13 000 des 66 000 chômeurs recensés à Glasgow aient épuisé leurs droits à l’allocation de chômage, l’ayant touchée pendant 22 semaines, alors que le nombre de ces chômeurs de moyenne durée n’était que de 10 000 sur 80 000 à Londres35. En conséquence de quoi, le Relief of Distress Committee mis sur pied à la fin de ce mois fut, quoique de portée nationale, confié à la direction de Robert Munro, le ministre pour l’Ecosse.

L’accroissement de la population active féminine

50De ce tableau fort sombre de la situation de l’emploi en Ecosse émerge une seule statistique qui pourrait sembler positive : entre le recensement de 1921 et celui de 1931, le nombre de salariées passa de 636 000 à 659 000 (soit une augmentation de 3,76 %) tandis que celui des salariés masculins resta stationnaire (1 542 000). Si l’on remonte au recensement de 1911, avant que les femmes n’aient acquis une expérience massive du travail en usine, on constate que l’augmentation de la population active britannique entre cette date et 1931 fut de 15 % — dont 16 % en Angleterre et au Pays de Galles et seulement 7 % en Ecosse. Fait remarquable, tandis qu’au Sud de la Tweed cet accroissement fut équitablement réparti entre les deux sexes, au Nord la population active féminine augmenta proportionnellement deux fois plus (11 %) que la masculine (5 %), si bien qu’en 1931 les Ecossaises constituaient 29,9 % du total de la population active de leur pays, ayant ainsi rejoint puis dépassé les Anglaises et les Galloises, dont l’importance relative dans le monde du travail n’avait guère varié depuis l’avant-guerre (29,7 % en 1911, 29,8 % en 1931).

51La progression des Ecossaises ne doit pratiquement rien à l’implantation d’industries nouvelles ; les augmentations les plus massives sont imputables aux services : transports (+ 20 %), commerce (+ 15 %) manutention et personnel de maison (+ 16 %). Cette dernière activité employait 26 % des salariées écossaises en 1921, près de 30 % dix ans plus tard, signe manifeste que, au cours de cette décennie, le fossé entre classe ouvrière et bourgeoisie n’avait fait que s’élargir.

Notes

1 Cf. les statistiques par comté dans B.R. MITCHELL & P. DEANE, Abstract of British Historical Statistics, Cambridge, C.U.P., 1971, pp. 22-23.

2 Calculé d’après MITCHELL & DEANE, op. cit., pp. 30-32.

3 366 486 personnes nées en Ecosse résidaient en Angleterre-Galles en 1931. Le recensement américain de 1930 en dénombra 354 323 et le canadien de 1931, 279 765.

4 Il n’y eut pas de recensement en Irlande en 1921. Selon l’économiste écossais Bowie, l’Irlande (entière) aurait perdu 4,6 % de sa population par émigration de 1921 à 1931. Cf. J.A. BOWIE, The Future of Scotland Edimbourg, Chambers, 1939, p. 23.

5 En 1914, on estimait à une quinzaine de millions le nombre de personnes d’origine écossaise dispersées à travers le monde. Cf. G. DONALDSON, The Scots Overseas, Londres, Robert Hale, 1966.

6 Cf. J.E. HANDLEY, The Irish in Scotland, Glasgow, John Burns, 1964 (1e ed. 1943 et 47), p. 339.

7 Census of Scotland, Preliminary Reports, Edimbourg, H.M.S.O., 1851-1931.

8 HANDLEY, op. cit., p. 339.

9 C.A. OAKLEY, The Second City, Londres & Glasgow, Blackie 1946, p. 73.

10 HANDLEY, op. cit., p. 341.

11 Census of Scotland for 1871, Preliminary Report, cité dans Ibid., p. 321.

12 Glasgow Herald 20-23 mars 1929.

13 G.M. THOMSON, Caledonia or the Future of the Scots, Londres, Kegan Paul, Trench, Trubner&Co., 1926, pp. 10-11.

14 A.D. GIBB, Scotland in Eclipse, Londres, Toulmin, 1950, p. 54.

15 A. MacLEHOSE, The Scotland of our Sons, Londres, MacLehose, 1937, pp. 248-51.

16 G. WINGATE, « The Dole and Unemployment », Proceedings of the Glasgow Philosophical Society, 1927, p. 41 ; cité dans J.D. YOUNG, op. cit., p. 220.

17 General Assembly of the Church of Scotland, Committee on « Church Life and Social Problems », The Menace of the Irish Race to our Scottish Nationality, Edimbourg, William Bishop, 1923 ; et Comittee on « Romanism and Ritualism », Report for the Year 1927. Cité dans HANDLEY, op. cit., pp. 354, 359.

18 Tout au plus peut-on citer le péché par omission du poète Hugh MacDiarmid (qui, quoique se proclamant communiste et nationaliste, ne peut en aucun cas être considéré comme appartenant de près ou de loin au mouvement ouvrier) dans le compte rendu fort élogieux qu’il fit pour l’hebdomadaire socialiste glaswégien Forward (5/11/1927) du pamphlet de Thomson, Caledonia, passant entièrement sous silence la tonalité raciste de l’ouvrage. Quelques mois plus tôt, le même hebdomadaire avait publié une critique extrêmement sévère du même livre due à McNeill Weir, député I.L.P. de Glasgow.

19 H. McSHANE & J. SMITH, Harry McShane, No Mean Fighter, Londres, Pluto, 1978, p. 11.

20 Cf. R.K. MIDDLEMAS, The Clydesiders, Londres, Hutchinson, 1965, p. 18.

21 J. LEE, This Great Journey, Londres, MacGibbon & Kee, 1963, pp. 64-5.

22 Le magnat de la chimie acheta Pile de Lewis et Harris en 1919 et tenta d’y développer la pêche et ses industries subsidiaires, mais se heurta à une très forte hostilité des insulaires, pour de nombreuses raisons longuement analysées dans N. NICOLSON, Lord of the Isles, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1960.

23 Quelque 400 hommes et leur famille, privés de travail par la fermeture des usines de Lord Leverhulme à sa mort en 1925, occupèrent les terres de propriétaires absentéistes. De tels land raids eurent en fait lieu dans l’ensemble des Hébrides ainsi que dans le Sutherland entre 1880 et 1917. Cf J HUNTER, The Making of the Crofting Community, Edimbourg, John Donald, 1976, pp. 131-206.

24 BOWIE, op, cit., pp. 18, 56.

25 J.G. KYD, Scottish Population Statistics, Edimbourg, Scottish Historical Society, 1952, p. XXIV.

26 C.H. LEE, Regional Economic Growth in the United Kingdom since the 1880s., Londres, McGraw Hill, 1971, p. 100.

27 Ecosse : de £150,6 millions à £155,9 millions ; Angleterre et Galles : de £1,01 milliard à £1,291 milliard (£ constantes). Cf. Board of Trade Journal 16/2/1933, p. VII. Les recensements industriels de 1907 et 1924 portèrent sur toutes les entreprises de production du pays ; celui de 1930 négligea les entreprises employant moins de dix personnes

28 Census of Production, Preliminary Report, Londres, H.M.S.O., 1907, Cd. 4896.

29 John Brown à Clydebank, Yarrow à Scotstoun, Fairfield et Harland & Wolff à Govan.

30 J. McGOLDRICK, « Crisis and the Division of Labour : Clydeside Shipbuilding in the Inter-war period » in T. DICKSON, ed., Capital and Class in Scotland, Edimbourg, J. Donald, 1982, p. 166.

31 Entre 1924 et 1930, la Clyde construisit 40 % du tonnage militaire britannique et 27 % du tonnage de cargos citernes. Cf C.H. LEE, op. cit., p. 115.

32 SLAVEN, op. cit., p. 193.

33 Thomas Johnston, député I.L.P. de Dundee, enquêta en 1925 sur les conditions de travail dans l’industrie du jute de Calcutta. Cf T. JOHNSTON, Memories, Londres, Collins, 1952 pp. 67-81, ainsi que sa série d’articles dans Forward (7, 14, 21/11/1925).

34 W.H. BEVERIDGE, Full Employment in a Free Society, Londres, G. Allen & Unwin, 1944, pp. 68, 72-75.

35 Lloyd George Papers F/36/1/43 ; cité dans B.B. GILBERT, British Social Policy, 1914-1919, Londres, Batsford, 1970, p. 83.

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search